De cuir et d’or : les reliures armoriées de la bibliothèque de Saint-Omer

Si les reliures armoriées ont depuis toujours attiré l’œil des bibliophiles, leur intérêt auprès des bibliothécaires a, semble-t-il, été moins évident. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des caractéristiques d’exemplaires, rarement signalées dans les anciens catalogues d’imprimés (on doit noter l’exception des incunables – voir notamment l’Index Possessorum Incunabulorum de Paul Needham – et des manuscrits dont la description codicologique est généralement plus approfondie).

Portefeuille de velours rouge brodé de fils d’or, d’argent et de soie aux armes des archiducs et de la ville de Saint-Omer (St-Omer, BA, Archives, AB-XXXVII-7)

Mais le monde des bibliothèques patrimoniales se penche à nouveau de manière générale sur ces questions des marques de provenances, quelles qu’elles soient, et on voit de plus en plus les bibliothèques les signaler dans leur catalogue (Numélio à Lyon par exemple). Parallèlement, on voit l’émergence de répertoires à part entière, tel que celui du CERL (Consortium of European Research Libraries), qui propose une liste de liens et des informations par pays permettant de retrouver des marques de possession (ex-libris, armoiries, etc.) dans les livres anciens, et un thésaurus, qui permet par ailleurs de retrouver des provenances (recherche par noms de personnes) ; ou encore la base Reliures de la BnF.

Hilaire-Bernard de Requeleyne de Longepierre (1659-1721) : d’azur à une toison d’or suspendue à une nuée d’argent surmontée de deux étoiles d’or (St-Omer, BA, inv. 272)

Depuis quelques années maintenant, la Bibliothèque de l’Agglomération de Saint-Omer a entrepris le catalogage scientifique complet de ses fonds anciens. C’est un travail de longue haleine : plus de 16.600 volumes rien que pour les éditions modernes… mais qui a déjà largement montré son utilité.

Exposition présentée à la BAPSO du 16 sept. au 13 déc. 2017

C’est dans le cadre de cette vaste entreprise que nous avons entrepris le repérage systématique des reliures « aux armes » de notre collection. La moisson, si elle n’est pas énorme, reste somme toute honorable, avec un peu moins d’une centaine de blasons et de monogrammes repérés, et plus de 80% d’identification, en partie grâce à l’aide de la communauté scientifique et des collègues de Bibliopat. C’est le résultat de ces quatre années de repérage et de recherche héraldique qui est présenté au public à partir des Journées européennes du patrimoine et jusqu’à la mi-décembre 2017.

Saint-Omer (ville de) : de gueules à la croix patriarcale d’argent.
(St-Omer, BA, inv_4456)

L’exposition s’ouvre sur les blasons de bibliophiles locaux : abbés, évêques et autres chanoines audomarois et des alentours, pour ensuite présenter une belle collection de livres de prix royaux et institutionnels, avant de laisser la place aux grands bibliophiles des XVIIe et XVIIIe siècles. De Thou, Molé, d’Aumont, Longepierre, ou Lamoignon, ils sont presque tous là ! Et on trouve même quelques raretés à faire pâlir d’envie Guigard ou le trio de l’OHR, telle cette reliure aux armes de François II, ou une autre ayant appartenu à la famille de Varade !

François, dauphin de France (1544-1560) : dauphin couronné (Saint-Omer, BA, inv. 38221)

En guise de conclusion, une dizaine de blasons à l’identification incertaine sont offerts aux spéculations des amateurs, et la visite se termine sur une série de monogrammes prestigieux de Charles de Valois à Louis XV ou encore Anne-Marie Christine de Bavière.

Anne-Marie Christine de Bavière (1660-1690) : monogramme AMCC entrelacés et couronnés (St-Omer, BA, inv. 448)

La mise en ligne du catalogue, accessible dès l’ouverture de l’exposition sur le site de la bibliothèque, se propose de faire œuvre utile auprès des bibliophiles et responsables de collections patrimoniales, qui s’arrachent parfois les cheveux en blasonnant les armes de leurs collectons pour tenter de les identifier, ou du moins espère apporter une pierre à l’édifice de la connaissance des bibliothèques anciennes.

De Théophraste à Cuvier: la botanique à travers l’histoire… et les livres à Saint-Omer

L’exposition de livres anciens à la Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer sur la botanique et les livres vient de se terminer. Retour sur l’exposition par le responsable des fonds anciens, Rémy Cordonnier.

L’idée de cette exposition intitulée « De Théophraste à Cuvier: la botanique à travers l’histoire… et les livres » m’est venue il y a déjà deux-trois ans, lorsque j’ai réalisé que la Bibliothèque d’Agglomération du pays de Saint-Omer conserve dans ses fonds trois éditions rares de pharmacopées encyclopédiques : un Jardin de Santé, dans l’édition de Prüss de 1497, L’Arbolayre de Pierre le Caron (vers 1498), et Le Grand Herbier en François de G. Nyverd pour Jean Petit et Michel le Noir (vers 1520). J’avais eu l’occasion de me pencher sur le cas de ces volumes lorsque je préparais une communication sur la circulation des bois dans les encyclopédies médicales de la fin du Moyen Âge pour le colloque de Caen de 2011 : « Autour du Jardin de Santé ».

Le grant herbier en francois Contenant les qualitez vertues et proprietez des Herbes Arbres Gommes et Semences. Extraict de plusieurs traictez de medecine. Comme de Auicenne de Rasis de Constantin de Jsaac & de Plataire Selon le commun vsage, Paris, Guillaume Nyverd pour Jean Petit et Michel le Noir, s.d. [v. 1520] (Saint-Omer, BA, inv. 1627 ex. Inc. 70)
C’est lorsque, quelques mois plus tard, je découvre coup sur coup le De stirpium differentiis de Bock (Strasbourg, Rhiel, 1552), l’Herbarum vivae eicones de Brunfels (Strasbourg, Schott, 1532) puis les Commentaires de l’hystoire des plantes (Paris, Gazeau, 1549) et le De historia stirpium (Lyon, Arnoullet, 1548) de Fuchs, que la décision de valoriser ces splendides volumes est prise et deux axes sont choisis pour la scénographie.

D’une part, la botanique en tant que science indépendante est quasiment absente de l’époque médiévale et du début de l’époque moderne, période pendant laquelle les ouvrages qui traitent des plantes sont essentiellement des ouvrages médicaux : des pharmacopées. Le parcours est donc conçu pour mettre en avant l’interrelation entre ces deux sciences sœurs que sont la botanique et la pharmacie, jusqu’au XVIe siècle au moins. Une sélection de pharmacopées galéniques permet la transition avec l’époque moderne et rend hommage aux travaux de Nicolas Lémery à travers plusieurs éditions de ses compilations. Puis vient ensuite une série de vitrine dédiée à l’évolution de la classification des plantes avec notamment la collection complète des œuvres de Linné.

Nicolas Lemery, Dictionnaire universel des drogues simples, Paris, Louis-Charles D’Houry, 1769 (Saint-Omer, BA, inv. 16959)

D’autre part, l’historien d’art que je suis n’a pu s’empêcher de proposer une réflexion sur le rôle des illustrations dans les pharmacopées et les traités de botanique au fil des âges. L’exposition est donc placée sous le signe de la mandragore, les volumes sont ouverts au chapitre dédié à cette plante emblématique, afin de permettre au visiteur de constater les variations et les permanences dans sa représentation. Cela permet d’évoquer le rôle non pas illustratif mais structurant de l’image dans les pharmacopées encyclopédiques de la fin du Moyen Âge, quand les images ne servent pas à reconnaitre la plante dans la nature mais bien à repérer rapidement le chapitre qui lui est consacré dans un volume de plus en plus imposant.

Après une rapide évocation de la théorie des signatures, on aborde la question de la controverse des illustrations réalistes à la Renaissance, avec le cas emblématique de l’herbier de Brunfels, dont les vivae eicones ad naturae imitationem ont été intégrées contre son avis par son éditeur Johann Schott, qui souhaitait ainsi augmenter la valeur de son volume.

Otto Brunfels, Herbarum vivae eicones ad naturæ imitationem, Strasbourg, Johann Schott, 1532 (Saint-Omer, BA, inv. 1380)

C’est aussi l’occasion d’évoquer l’histoire des Libri Picturati, considérés comme une des plus importantes collections botaniques de la Renaissance, actuellement conservés à la Bibliothèque Jagellon de Cracovie, mais qui furent commandés à l’origine par Charles de Saint-Omer, seigneur de Moerkerke entre 1553 et 1673.

La vitrine consacrée aux développements de la taxinomie au XVIIIe siècle permet aussi de rappeler que la controverse des illustrations ne s’est pas arrêtée à la Renaissance, mais a perduré notamment à travers l’opposition entre le clan des « Linéens », austères et rigoureusement scientifiques, et celui des « Buffoniens », dont le lyrisme teinté de religion affectionnait les belles illustrations. Ces derniers sont notamment représentés par les 28 premières livraisons des Plantes grasses de Redouté et par ses Roses, fameuses entre toutes.

Pierre-Joseph Redouté & Claude Antoine Thory, Les Roses, Paris, Firmin Didot, 1821 (Saint-Omer, BA, inv. 16476)

Cette enquête sur les collections audomaroises relatives aux plantes a aussi permis de redécouvrir deux figures locales de cette science : le Baron Georges Dumont de Courcet (1746-1824), capitaine de cavalerie qui aimait à herboriser lors de ses garnisons. Il s’est constitué un splendide jardin botanique dans la région du boulonnais, et se distingua par ses Mémoires sur l’agriculture du Boulonnais et son Botaniste cultivateur (1802) exposé avec le plan de ses jardins.

L’autre botaniste audomarois, Louis-Auguste Deschamp de Pas (1765-1842), s’est illustré pour sa part en s’embarquant avec D’Entrecasteaux à la recherche de La Pérouse, ce qui le mène à Batavia où il sera chargé par le gouverneur de l’île d’en rédiger l’histoire naturelle. A son retour, les anglais arraisonnent son bateau et confisquent ses notes et ses collections, désormais conservées au British Museum. De retour dans sa ville natale, il reprend sa collecte de plantes locales, moins exotiques que la flore indonésienne, mais dont il a rassemblé 114 volumes actuellement conservés au Musée de Saint-Omer, et dont un des volumes est visible à la Bibliothèque pour l’occasion.

Le livret de l’exposition est accessible en ligne:

 

« A Bibliographical Journey in Île-de-France ». La rédaction d’un volume du Catalogue Régional des Incunables

Le Catalogue régional des incunables ou CRI est le recensement systématique de tous les incunables aujourd’hui conservés dans les bibliothèques publiques françaises. Dominique Coq, Conservateur général honoraire des bibliothèques, nous fait revivre à travers ce billet la recherche et le travail qui ont mené à la rédaction du volume consacré à l’Île-de-France (hors Paris qui a été traité séparément) qui paraîtra prochainement.

« Je rappelle qu’ayant repris début 2016 les rênes du CRI Ile-de-France que tenait Annie Taurant-Boulicaut depuis une vingtaine d’années, je me suis d’abord attaché à visiter les fonds qu’elle avait repérés mais qu’elle n’avait pas encore eu le temps de visiter : à Meaux, à Melun, à Fontainebleau, à Saint-Germain-en-Laye, à Provins (car il fallait bien reprendre dans ce catalogue les 15 exemplaires du fonds patrimonial de cette ville qu’avait inclus de manière indue Jean-Marie Arnoult dans le CRI Champagne-Ardennes, tome I de la série, et décrit de manière assez succincte). Cela m’a permis d’examiner et de décrire 55 exemplaires comme je vous l’avais dit l’année dernière.

Ensuite je me suis lancé dans le recatalogage de ce qu’avait fait Annie Taurant-Boulicaut, en commençant par la bibliothèque municipale de Versailles (312 exemplaires pour 293 éditions), qui constitue plus de la moitié des notices de ce catalogue.

Photo 1: La Galerie des Affaires étrangères à la BM de Versailles

Cette collection versaillaise est intéressante à plusieurs titres. A côté des gros bataillons de traités théologiques et de sermonnaires saisis à la Révolution dans les couvents alentours, j’y ai repéré aussi un certain nombre d’éditions très rares en langue française provenant de la bibliothèque privée de Louis XVI (et qui n’avaient pas encore été identifiées comme telles ; j’ai pu en avoir la preuve en consultant le Catalogue des livres provenant de Louis Capet, District et Commune de Versailles, dont le manuscrit rédigé en 1793 est conservé à l’Arsenal) ; il y a aussi les nombreux incunables germaniques d’un collectionneur et bibliographe d’origine britannique, John Patrick Auguste Madden, établi comme professeur à Versailles au XIXe siècle ; il renonça à son professorat au lycée de Versailles pour se consacrer à sa collection dont il donna 70 incunables à sa ville d’adoption, le reste de ses livres étant vendu en avril 1890 ; il rédigea différents travaux bibliographiques, dont les Lettres d’un bibliographe, en six séries, publiées de 1868 à 1886, dans lesquelles il a exposé les recherches minutieuses et très novatrices à l’époque de bibliographie matérielle opérées sur chacun de ses incunables.

Photo 2 : Seul exemplaire connu de Guillelmus Parisiensis, Dialogus de septem sacramentis, [Paris, s.n., circa 1500]. (Versailles BM, Inc P 45 (2))
Photo 3 : Seul exemplaire connu des Indulgences pour la construction du couvent des Franciscains d’Issoudun, 1498. France, s. n., circa 1498. (Versailles BM, Inc F 15 (1))

Après Versailles, Saint-Denis – un côté tout différent du spectre social de la région Ile-de France. Une quinzaine d’incunables ont subsisté de cet ancien district du département de la Seine, bien conservés dans ce qu’on appelait naguère la Bibliothèque municipale de Saint-Denis mais qui s’intitule aujourd’hui « Médiathèque Centre-Ville de Saint-Denis Plaine Commune », selon les dénominations plus ou moins poétiques données par les collectivités locales à leurs bibliothèques. En Île-de-France on trouve aussi la Médiathèque Luxembourg à Meaux, la Médiathèque Astrolabe à Melun …

Photo 4 : Ex-libris manuscrit d’Oronce Fine sur un Epitoma in Almagestum Ptolemaei, Venezia, Johann Hamman, 1496 (Meaux BM, Inc. 7)

Le plus ennuyeux, c’est qu’il n’est nullement certain que ces titulatures persistent dans l’avenir avec les changements de municipalité, de communautés de communes et autres communautés d’agglomération. Les chercheurs, qu’ils soient français ou surtout étrangers, ne s’y retrouvent plus et ne savent pas comment citer ces localisations … Parmi ces 15 éditions incunables dionysiennes, il faut signaler deux recueils de pièces rares parisiennes de la fin du XVe siècle provenant des Minimes de Nigeon, les fameux Bonshommes de Chaillot établis à Passy à la fin du XVe siècle par Anne de Bretagne et dont on retrouve aussi des bribes de leurs bibliothèques à la BM de Versailles et à la BnF : un des bienfaits de ces catalogues d’incunables est de regrouper des membra disjecta de bibliothèques anciennes et j’espère que des entreprises comme Biblissima feront leur miel des provenances de nos catalogues d’incunables.

Je parlais de recueils rares, il y en a un à la Médiathèque de Lagny-sur-Marne où Annie Taurant-Boulicaut l’avait déniché en 2007 : un recueil de 7 pièces germaniques très rares portant l’ex-libris manuscrit des Bénédictins de Saint-Matthias de Trêves : ce volume a été donné à la ville de Lagny par un descendant du baron Percy, chirurgien en chef des armées sous la Révolution et l’Empire et qui s’est très vraisemblablement approprié le volume lorsque les troupes françaises occupèrent en 1794 les bâtiments abbatiaux de Saint Matthias de Trêves.

C’est donc par la collection Desguine à Nanterre, autre gros ensemble de ce corpus, que j’ai terminé mon travail de recatalogage des collections examinées par Annie Taurant-Boulicaut. Elle comprend 151 incunables,  dont plusieurs unica et éditions rares, légués par André Desguine, un bibliophile de Cachan, aux archives des Hauts-de-Seine en 1981 (ce bibliophile se méfiait de la capacité des médiathèques à conserver et mettre en valeur les fonds anciens, ce en quoi il n’avait pas complètement tort, on en verra tout à l’heure une confirmation). Annie Taurant-Boulicaut en a fait le catalogue en 1983 et ses notices sont même en ligne sur le site des Archives des Hauts de Seine mais il fallait les reprendre pour les mettre au standard des derniers CRI.

Mais j’ai « persillé » pour ainsi dire cette dernière étape à Nanterre par des escapades dans quelques établissements franciliens qui n’avaient pas encore été repérés comme contenant des incunables :

  • A Corbeil-Essonnes, la Médiathèque Chantemerle conserve une Légende dorée imprimée à Venise en 1480, léguée à la ville de Corbeil en 1914 par le bibliothèque et archiviste de cette ville. Il devrait s’y trouver aussi une édition incunable vénitienne des Fastes d’Ovide donnée elle aussi par un ancien bibliothécaire de la ville au début du XIXe. Mais on a été incapable de l’y retrouver. Il faut dire que le fonds ancien de cette médiathèque n’est pas conservé dans des conditions optimales, engrangé sans soin dans une pièce et personne ne s’en occupe (ce qui justifie bien les réticences de Desguine dont je parlais plus haut).
  • A moins de 15 km de là, à Juvisy-sur-Orge, l’Observatoire Camille-Flammarion, propriété de la Société Astronomique de France, conserve une édition de la Sphère de Johannes de Sacro Bosco et une énième Chronique de Nuremberg (l’incunable le plus commun au monde). Là aussi il manque à l’appel un volume qui était bien présent en 1999 lorsque j’avais visité l’endroit :
  • Le Musée National de Port-Royal des Champs, installé à l’emplacement de l’ancienne abbaye de Port-Royal vers Saint-Quentin-en-Yvelines, a bénéficié récemment, en 2004, du legs de la bibliothèque de travail d’une femme politique suisse et spécialiste de Pascal et de Port-Royal, Perle Bugnion-Secrétan. Et parmi les livres qu’elle a légués figure une édition strasbourgeoise incunable de la Théologie naturelle de Raymond de Sebonde.
  • Pure coïncidence, c’est un autre spécialiste de Pascal, Prosper Faugères, qui a légué la plus grande partie de sa bibliothèque au Ministère des Affaires Etrangères à la fin du XIXe siècle, dont une édition strasbourgeoise des Œuvres de Gerson datant de 1494. C’est le seul incunable conservé dans les Archives diplomatiques qui ont été transférés en 2009 dans des locaux ultra-modernes à La Courneuve.

Voilà. Le périple qui m’a fait sillonner l’Ile-de-France pendant deux ans à la recherche des incunables conservés sur le territoire de cette région hors Paris intra muros est maintenant achevé. Notons au passage deux trouvailles supplémentaires qui méritent d’être signalées:

Photo 5 : Mention ms. d’achat de Jean Bouchet, procureur à la cour de Poitiers [le grand rhétoriqueur ami de Rabelais], à Jean de Marnef, libraire juré, le 19 décembre 1508. (Versailles BM, Inc G 146)
Photo 6 : Seul exemplaire connu du Catholicon abbreviatum, Paris, Philippe Pigouchet [vers 1489-1490] (Saint-Denis Plaine Commune, Inc. C2 (1))
J’inclurai également dans ce volume de l’Ile-de-France hors Paris les notices de deux établissements situés actuellement à Paris intra muros :

  • D’une part la bibliothèque de l’Alliance biblique française qui avait jusqu’à récemment son siège à Villiers-le-Bel dans le Val-de-Marne mais qui vient juste de déménager l’année dernière dans le XVe arrondissement de Paris, trop tard donc pour que j’aie pu faire état dans le CRI XX des 6 Bibles qu’elle conserve.
  • En revanche, j’aurais dû faire figurer dans ledit CRI XX les incunables d’un établissement qui est loin d’être inconnu des historiens du livre : l’École Estienne qui forme des typographes, des relieurs, des graveurs et autres ouvriers du livre. Sa bibliothèque conserve 8 incunables provenant de diverses libéralités (dons ou legs) qui ont été consenties au siècle dernier en faveur de l’École Estienne par des bibliophiles ou d’anciens professeurs.

Ce sont donc en tout 560 incunables conservés dans 18 établissements différents qui seront décrits dans les 505 notices de ce CRI Ile-de-France (et quelques post-incunables que je n’ai pas inclus dans la numérotation). Depuis un mois j’ai commencé les diverses tables et index divers en commençant par les tables typographiques. J’espère pouvoir remettre le manuscrit à la fin de cette année, comme je l’avais annoncé l’année dernière. »

Exposition « Louise-Denise Germain (1870-1936). Reliures » à la bibliothèque de l’Arsenal

Du 6 avril au 7 mai 2017 se tenait à la bibliothèque de l’Arsenal une exposition intitulée « Louise-Denise Germain (1870-1936). Reliures ». Elle présentait soixante-quinze reliures presque toutes réalisées par Louise-Denise Germain. La présentation et les commentaires de Mme Fabienne Le Bars, commissaire de l’exposition, éclairaient l’apport et l’intérêt de cette figure méconnue dans l’histoire de la reliure et qui n’avait jamais eu d’exposition rétrospective sur son œuvre depuis sa mort.

Autodidacte, Louise-Denise Germain vient à la reliure par la maroquinerie, qu’elle continue de pratiquer toute sa vie. L’exposition présentait également des esquisses de pièces de maroquinerie et des sacs réalisés par la relieuse. Née en Corrèze en 1870, près d’Uzerche, elle est orpheline de père puis rapidement de mère. Elle arrive à Paris en 1891, où elle tombe amoureuse et enceinte, devenant une fille-mère suite au décès du père de l’enfant avant leur mariage.

Ses premiers travaux de reliure sont réalisés, au début du XXe siècle, avec des techniques qui lui viennent du travail du bois, et notamment la pyrogravure, qui lui permet d’obtenir des nuances de couleur en chauffant les cuirs. Elle réalise les décors sur les peaux avant la couvrure, mais ne relie pas à proprement parler les  livres elle-même : elle confie, après confection, la peau à un autre relieur qui se charge de la mettre en place. Cela tient notamment à une autre technique principale qu’elle utilise pour réaliser ses reliures, la mise en place d’agrafes. Ces dernières, qu’elle fabrique ainsi que les lames de métal qu’elle insère dans la peau, sont mises dans le cuir par perforation. Cela permet d’obtenir des reliures en deux matières, cuir et métal, mais entraine le risque, si cela est fait après la mise en place de la peau sur le livre, de perforer également les pages du livre.

Friedrich Heinrich Karl de la Motte-Fouqué, Ondine. Reliure en veau.

Son premier mécène et commanditaire est Gabriel Thomas (qui a pris part dans le financement du Musée Grévin et de la Tour Eiffel). Il lui demande de réaliser les reliures de livres illustrés par Maurice Denis. Elle réalise également des étuis souples pour protéger ces livres, ce qui est plutôt rare à l’époque. Jacques Rouché, directeur de l’Opéra de Paris, également lié à Maurice Denis, était lui aussi un amateur de ses reliures. En 1915, Jacques Doucet lui demande une reliure pour un de ses livres.

Son style caractéristique de reliure s’affirme, apprécié de ces mécènes qui recherchent une alternative à la reliure de style traditionnel. Une des signatures de L.-D. Germain est le tracé de lignes ou d’alignements sur les plats, qui sont souvent des décors en continu, d’un plat à l’autre en passant par le dos. L’utilisation de jeux de couleurs et de torsades des lames de métal lui permet également de créer des reliefs. Il s’agit de choix très différents de ce qui est alors courant en reliure, puisque la tendance est plutôt au figuratif. Cela ne l’empêche pas d’utiliser des techniques traditionnelles, comme le cuir repoussé, ou de s’inspirer parfois du contenu du livre pour que la reliure serve d’introduction au livre, comme le font d’autres relieurs de l’époque. Louise-Denise Germain commence avec les premiers mécénats à fabriquer ses propres gardes, qui sont aquarellées, alors que les gardes classiques sont en cuir, en tissu, ou en papier marbré. Elle réalise aussi des incrustations en élévation : elle ne creuse pas dans le cuir pour faire la mosaïque, mais met une pièce de cuir colorée par-dessus le cuir principal de la reliure.

Stéphane Mallarmé, L’après-midi d’un faune. Reliure en veau.

Elle collabore avec Josef Sima, peintre de profession et plus tard son gendre. Elle le finance à ses débuts, lorsqu’il expose quasiment à compte d’auteur. Elle l’a connu car elle fréquente les mêmes maisons de couture que lui, là où il fabrique des tissus pour de grands couturiers. Leur collaboration se fait notamment au niveau des gardes aquarellées : il en réalise certaines même si elle en prépare la plupart.

Le second mécène de Louise-Denise Germain est Louis Barthou, qui a été, en plus d’un homme politique français important, un grand bibliophile à l’ancienne qui aime les belles reliures. Après sa mort en 1934, des ventes de sa collection sont organisées en 1935 et 1936, regroupant une trentaine de reliures de Louise-Denise Germain. L’autre grande relieuse de Barthou était Marot-Rodde, alias recouvrant deux femmes, mère et fille. Un autre commanditaire de Louise-Denise Germain est Robert Zunz, un ami de jeunesse, comptable chez un maroquinier puis banquier, qui a notamment acheté certaines reliures à sa mort.

Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole. Reliure en veau.

Les apports de cette exposition à l’histoire de la reliure sont très importants car elle mettait en valeur une figure sous-estimée. Louise-Denise Germain est une artiste méconnue, parce qu’éloignée des courants principaux de la reliure du début du XXe siècle. Les courants en reliure de cette époque sont ceux impulsés par Marius Michel ou François Koehler. Louise-Denise Germain ne les suit pas, notamment parce qu’elle est autodidacte, donc non influencée par les pressions du milieu de la reliure.

Elle a exposé tous les ans au moins trois fois par an : au salon d’automne, au salon des artistes décorateurs et à celui des Beaux-arts. En plus de ces présentations régulières, trois expositions lui ont été consacrées de son vivant. La première a lieu en 1913, à Buenos Aires, en lien avec la Société des Beaux-arts. En 1927, elle expose sur les Champs-Élysées. En 1933, on peut admirer ses réalisations rue Raspail. Malgré tout cela, ses œuvres n’entrent dans le domaine public que beaucoup plus tard.

Maquettes de sacs à main.

Avant la préparation de cette exposition à la bibliothèque de l’Arsenal, on estimait le nombre de reliures à 75, connues et estimées. Fabienne Le Bars en a finalement trouvé 200. Cela représente un petit corpus pour un relieur, mais il ne faut pas oublier qu’à différence d’autrui elle exerçait seule et que ce n’était pas sa seule activité, puisqu’elle a continué à pratiquer la maroquinerie jusqu’à la fin de sa vie.

Célia Cabane

Un exemplaire « sophistiqué » : La Sophonisba del Trissino de la bibliothèque de l’Université Rennes 2

La Sophonisba del Trissino est considérée comme la première tragédie classique italienne. Initialement publié en 1524, ce texte de grande importance littéraire a récemment été acquis dans l’édition de 1529 par la bibliothèque de l’université Rennes 2. Cet ouvrage a été présenté dans l’exposition sur le livre italien de la Renaissance « La primavera del Libro ». Mais après avoir examiné minutieusement ce volume, nous avons découvert que cet exemplaire était bien plus complexe qu’il n’y paraissait ; il dissimule en effet une énigme.

Photo 1: [a 4 v°] et b1
Il s’agit d’un petit volume in-4° de 52 feuillets dans une reliure en parchemin souple avec le titre écrit à l’encre au dos. Le texte nous est connu par des éditions antérieures. Citons en particulier :

  • une édition de juillet 1524 imprimée par Lodovico vicentino scrittore [degli Arrighi] et Lautitio Perugino [probablement Lautizio di Bartolomeo dei Rotelli]
  • une autre de septembre 1524 imprimée par Lodovico degli Arrighi.

Les éditions de La Sophonisba présentent une particularité typographique. On y trouve des caractères grecs mêlés aux caractères latins. L’auteur Gian Giorgio Trissino (Vicence 1478 – Rome 1550), homme fortuné, amoureux des arts et des choses grecques, est connu pour sa réforme orthographique. L’ouvrage que nous décrivons est au cœur d’un débat intellectuel et linguistique qui agita l’Italie autour des années 1520-1530.

Dans une épître adressée à Clément VII et parue à Rome en 1524 (puis dans les Dubbi grammaticali, 1529), Trissino recommande en effet d’ajouter des lettres grecques à l’alphabet latin, en particulier l’epsilon et l’oméga pour marquer la distinction entre les voyelles o et e ouvertes et fermées[1]. Cette réforme ne fit pas l’unanimité et fut très vite critiquée. Trissino, piqué au vif, répondit à cette opposition, en 1529, « par une salve de publications diverses lancée de Vicence dans le débat intellectuel et dans le marché éditorial[2] ».

On citera par ordre de dates :

# Titre Date
1 Dante De la volgare eloquenzia. Giouanni di Boccaccio da Certaldo, ne la vita di Dante. Appresso gia vicino a la sua morte compose un libretto in prosa latina, il quale si intitulò. De vulgari eloque Janvier 1529
2 Epistola del Trissino de le lettere nuouamente aggiunte ne la lingua italiana Février 1529
3 La poetica di m. Giouan GiorgioTrissino Avril 1529
4 La Sophonisba del Trissino Mai 1529
5 La grammatichetta di m. Giovan Giorgio Trissino Juin 1529
6 Rime del Trissino 1529
7 Dialogo del Trissino intitulato il Castellano, nel quale si tratta de la lingua italiana 1529
8 a b c 1529 ?
9 Georgii Trissini Encomion ad Maximilianum Caesarem 1529 ?

L’édition de La Sophonisba que nous décrivons ici prit place au milieu de cette salve. Le colophon précise : « Stampata in Vicenza per Tolomeo Ianiculo, MDXXIX. di maggio[3] ». Ce Gianiculo, actif à Vicence et à Venise, imprima presque toute l’œuvre de Trissino. Il s’agit probablement de l’imprimeur Bartolomeo Zanetti. Selon la notice trouvée dans la base de données EDIT 16, c’est Gian Giorgio Trissino qui aurait donné à Zanetti ce pseudonyme et aussi la marque dont il usa (Z1184). Originaire de Brescia il commença à travailler à Florence pour les Giunta, puis à Camaldoli pour le compte du monastère avant de s’installer à Venise. Il est connu comme imprimeur mais aussi comme copiste de textes grecs. Pour l’impression il utilisa une presse privée que Trissino fit installer chez lui, près de Vicence. C’est dire tout l’intérêt que l’auteur portait à l’impression de ces textes.

Pour l’édition de mai 1529, la base de données EDIT 16 fournit un fac-similé numérique (exemplaire de la bibliothèque de Turin).  En comparant avec l’ouvrage présenté ici, l’ensemble est cohérent sauf le premier cahier comprenant aussi la page de titre. Le titre est composé avec des lettres grecques dans l’exemplaire de l’édition de 1529, pas dans notre exemplaire. Le texte de l’épître à Léon X diffère aussi dans sa graphie et dans sa mise en page.

Photo 2 : Titre dans l’exemplaire composite
Photo 3 : Titre de l’édition de 1529
Photo 4 : page [a 3 r°] dans l’exemplaire composite

Photo 5 : page [a 3 r°] dans l’édition de 1529

 

Il s’agit donc bien d’un premier cahier différent. En consultant les autres fac-similés numériques en ligne, le cahier signé « a » présent ici est semblable à celui de l’édition « Stampata in Roma : per Lodovico de’ gli Arrighi vicentino scrittore, 1524 di settembre[4] ». Il y aurait donc deux parties dans notre ouvrage, une première partie (pièce liminaire) issue de l’édition de 1524 et une seconde partie (texte de la tragédie) qui proviendrait de l’édition de 1529.

D’autres éléments viennent corroborer ces premières conclusions : la note manuscrite sur le feuillet de garde à la fin de l’ouvrage, dans une écriture tardive (XVIIIe ou XIXe siècle). Elle précise :

(Ludovico degli Arrighi) Composta nel 1510, gia ché a quella data doveva esser recitata in Firenze alla presenza di Leone X (Lett di Giov. Ruccellai al Trissino) [à l’encre rouge] 1a ed. Roma, 1524 [encre noire][5]

Le papier utilisé pour imprimer le corps de l’ouvrage tend à renforcer cette analyse. De nature épaisse, on trouve un filigrane représentant une ancre au feuillet « dii » (proche de Briquet 447). En revanche, le cahier « a », lui, est constitué d’un papier plus fin et moins solide. Il présente en filigrane un quadrupède entier, biche ou cerf, non trouvé dans Briquet. Par ailleurs, les feuilles du cahier « a », plus courtes, ont sans doute été complétées pour atteindre la taille ajustée.

À quel moment l’introduction de ce cahier est-elle intervenue ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. La reliure semble avoir été confectionnée dans les décennies qui suivirent la publication de La Sophonisba, ce qui est confirmé par la feuille de garde sur laquelle on trouve un filigrane très visible : une ancre dans un cercle surmontée d’une étoile à 6 branches très proche du Briquet 525. Le papier portant ce type de filigrane fut couramment utilisé par les imprimeurs vénitiens au milieu du XVIe siècle. Sa présence ici suggère la date probable de la reliure actuelle du volume. Cependant, ceci ne nous permet pas de connaître la date d’insertion du cahier supplémentaire : il n’a pas été relié de manière classique avec les cahiers d’origine. Les feuilles semblent, en effet, avoir été posées sur onglet, c’est-à-dire ajoutées de manière artificielle – une fois le reste du livre relié – ce qui apparaît lorsque l’on examine la tranche de queue :

Photo 6 : tranche de queue

L’opération paraît avoir été faite assez tardivement, sans doute quelques siècles après l’impression initiale des deux éditions. Il est difficile d’expliquer la raison de cet assemblage. Il semblait sans doute important au possesseur ou au libraire de parachever un exemplaire incomplet, ce qui lui permettait d’avoir l’intégralité du texte et de donner plus d’intérêt et de valeur au volume. De plus, faire apparaître ce premier cahier comme issu de l’édition originale de 1524, conférait plus de prestige à un ouvrage dont la vaste majorité du texte provenait de l’édition ultérieure de 1529. Cette interprétation est renforcée par la note à la fin du volume qui nous oriente explicitement, et de façon erronée, vers l’édition de 1524. On pourrait donc penser que le cahier a été introduit à l’époque où l’on a apposé cette note, c’est-à-dire au XVIIIe ou XIXe siècle.

Ce livre « complet » composé de deux exemplaires de deux éditions différentes, l’une de 1524, l’autre de 1529, correspond à ce que les Anglais appellent « a sophisticated book », ce que l’on pourrait traduire littéralement par « livre sophistiqué ». L’insertion de la page de titre d’une première édition dans une édition plus tardive pour reconstituer un volume est un cas classique de falsification[6].

Cependant les particularités de constitution de ce volume de La Sophonisba n’ont pas altéré les idées que Gian Giorgio Trissino souhaitait transmettre. Au contraire, cet ouvrage permet à travers la présence de deux éditions de ce texte à la typographie singulière de mettre en exergue les efforts du Trissin pour essayer d’imposer sa réforme orthographique à ses contemporains.

Dominique Bougé-Grandon, Université Rennes 2

[1]La réforme de l’orthographe de Trissino est décrite dans Maurizio Vitale, L’omerida italico : Gian GiorgioTrissino. Appunti sulla lingua dell’ « Italia liberata da’Gotthi ». Venise, 2010, p.4

[2]Mercedes Blanco. « Giangiogio Trissino, poète de l’empereur », in E-Spania, 13, juin 2012, https://e-spania.revues.org/21182

[3] « Imprimé à Vicence par Tolomeo Ianiculo, mai 1529 ».

[4] « Imprimé à Rome par le scribe Lodovico degli Arrighi Vicentino, septembre 1524 ».

[5] « Composé en 1510, à quelle date il avait déjà dû être récité à Florence en présence de Léon X. Première édition de Rome, 1524. »

[6] John Carter, ABC for Book Collectors, Fourth Edition, Londres : Rupert Hart-Davis, 1967, voir aussi Michael F. Suarez and H. R. Woudhuysen (dir.), The Oxford Companion to the Book, Oxford : Oxford University Press, 2010.

Histoire d’un exemplaire : la Chronique de Nuremberg du département des Estampes de la BnF

La « Chronique de Nuremberg », l’un des plus célèbres incunables, ayant connu un immense succès, est très bien connu et décrit1. Le texte consiste en une histoire du monde, de la Création aux temps contemporains, rédigée en latin par Hartmann Schedel (1440-1514) à la demande de deux marchands de Nuremberg, Sebald Schreyer (1446-1520) et Sebastian Kammermeister (1446-1503). L’ouvrage est imprimé dans la même ville, par Anton Koberger, entre mai 1492 et octobre 1493. Une seconde version, en langue allemande, est entreprise en parallèle et imprimée en 1493. Il est surtout connu pour la beauté de sa mise en page et l’importance de son illustration : plus de 640 bois ont été gravés par Michael Wolgemut (v. 1434/37 – 1519) et Wilhelm Pleydenwurff (v. 1450 – 1494), afin d’imprimer les 1804 images qui parsèment l’ouvrage.

Chronique de Nuremberg, fol. 199v-200
Chronique de Nuremberg, fol. 199v-200

La Chronique de Nuremberg n’est pas rare puisqu’on en conserve environ 1240 exemplaires de la version en latin, et plus encore en allemand2. Il demeure toutefois intéressant de faire l’historique de chacun des exemplaires afin de comprendre comment ils sont arrivés jusqu’à nous, quels ont pu en être les propriétaires successifs ; comment et pourquoi l’artefact aujourd’hui conservé possède telles ou telles caractéristiques (notes manuscrites, reliure, manques, etc.). C’est ce que nous nous proposons de faire pour l’exemplaire conservé au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Réserve Qe-55-fol.

L’ouvrage comporte des lettrines enluminées (gouachées), sans doute peintes peu après qu’il est sorti de la presse. Un premier propriétaire, sans doute français, a laissé quelques notes au cours du XVIe siècle : le livre étant anonyme, il a rappelé que l’auteur était « Harmann Schedel Nurembergensis, doctor Patavinus » et renvoie au folio 252 verso, où figure en effet un paragraphe sur lui, dans le cadre d’un passage sur le développement du livre imprimé.

Note marginale sur l'auteur du texte (XVIe s.)
Note marginale sur l’auteur du texte (XVIe s.)

Nous avons la chance de posséder le nom d’un second propriétaire… qui est une propriétaire. La dernière page est en effet signée par Jehannette La Perlée, qui n’est pas autrement connue. Cela montre que, contrairement à ce qui est souvent répété, les femmes ne possédaient pas uniquement des livres pratiques ou de dévotion. Cette Jeannette laisse de nombreuses notes marginales, qui se contentent souvent de relever des passages qu’elle juge intéressants.

Jehanette La Perlée, marque de propriétaire (XVIe s.)
Jehannette La Perlée, marque de propriétaire (XVIe s.)

L’exemplaire part ensuite en Normandie : il est acheté en 1658 par Pierre Mangon. Son élégant paraphe se trouve sur la page de titre : « P. Mangon, conseiller du roy, vicomte et seneschal de Vallognes. 1658. R. F. 27 ». Il ne s’agit pas là d’un inconnu : Pierre Mangon, écuyer, sieur du Houguet (Réville, 1631 ou 1635 ? – Valognes, 1705) rappelle ici ses titres, qui font de lui une personne importante dans la ville de Valognes.

Il est surtout un érudit – « le plus ancien historiographe du Contentin » pour Léopold Delisle – qui laisse de nombreux travaux historiques : un Nobiliaire et armorial de la vicomté de Valognes (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 2037), un « Recueil de titres, privilèges, armoiries, etc… de quelques familles de Normandie » (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 2033), un Recueil de notes pour l’histoire civile et ecclésiastique de Valognes (Valognes, ms 46) et de nombreuses notes et documents (bibliothèque municipale de Grenoble, ms 1390 à 1402). Léopold Delisle a publié un certain nombre de ses notes – Mangon jouissait d’un accès aisé aux archives des maisons religieuses locales et a recopié de nombreux documents – sous le titre de Mémoires (1891)3. Un mémoire de maîtrise lui a été consacré en 20024.

Paraphe de Pierre Mangon, propriétaire en 1658
Paraphe de Pierre Mangon, propriétaire en 1658

Cet érudit, qui recopie les textes anciens, devait posséder une bibliothèque importante : les manuscrits de sa main, tout comme cet ouvrage (mention « RF27 »), possèdent d’ailleurs une cote permettant de les retrouver aisément sur ses rayonnages. Alors que les manuscrits de Pierre Mangon passent pour une grande part à Nicolas-Joseph Foucault (puis dans les mains de l’abbé de Rothelin et celles de Jean de Caulet, évêque de Grenoble)5, il n’en est pas de même des imprimés. Léopold Delisle a repéré certains ouvrages de sa bibliothèque dans des collections publiques ou privées : un psautier polyglotte (Gênes, 1506) orné d’une reliure de Grolier et ayant jadis appartenu à Séguier (bibliothèque de Caen), un exemplaire imprimé sur vélin du commentaire d’Agacio Guidacero sur les sept psaumes pénitentiaux (In preciosissimos septem Davidicos psalmos…, Paris, apud Collegium Italorum, 1536, in-8°) offert par l’auteur au roi François Ier (BnF, Vélins 2869), un exemplaire des Rerum francicarum… d’Adrien de Valois (Paris, 1646, in-fol.)… Sans doute sa bibliothèque a-t-elle donc été vendue, et la Chronique de Nuremberg s’est trouvée, comme les autres, sur le marché au début du XVIIIe siècle.

L’ouvrage est alors acheté par la Bibliothèque royale, pour le Cabinet des estampes, qui possède une administration indépendante depuis 1720. Il n’est pas mentionné de nom de libraire pour cette opération que l’abbé de Chancey note consciencieusement dans son registre, afin d’en faire ensuite approuver la dépense par l’abbé Bignon, bibliothécaire du roi.

On lit, en effet, dans le Registre des depenses faites dans le département des Estampes et des planches gravées du cabinet du roy6 : « Du 2 septembre 1732. J’ai acheté un livre de chronologie imprimé l’an 1493 à Nuremberg, contenant 199 feuillets. Ce livre imprimé en caractères gotiques contient plus d’estampes que de pages et ces estampes sont gravées avec soin. Comme ce livre est très rare et qu’il n’est point du tout dans la bibliothèque du roy, j’ai cru ne pas l’acheter trop cher en le payant la somme de trente six livres »7. Un successeur de Chancey, Hugues-Adrien Joly, garde du cabinet des Estampes de 1750 à 1792, reporte l’historique sur l’ouvrage lui-même. On lit sur la page de titre : « Des acquisitions du sr de Chancey mentionnées à la 69e vacation du 8 mars 1736 au matin, du Bref état »8. Il porte enfin le n° 2012 dans la numérotation que Joly met en place en 1779.

Note de Hugues-Adrien Joly et cotation
Note de Hugues-Adrien Joly et cotation

Enfin, dernier événement dans la vie de notre volume : la reliure de veau, mentionnée aussi bien dans le Bref état de 1736 que dans le catalogue par numéro de 1779, fait place à une plus riche reliure de maroquin rouge à grains longs, sans doute au tout début du XIXe siècle.

Reliure en maroquin rouge à grains longs (v. 1810 ?), sur Chronique de Nuremberg, BnF, Estampes, Réserve Qe-55-fol.
Reliure en maroquin rouge à grains longs (v. 1810 ?), sur Chronique de Nuremberg, BnF, Estampes, Réserve Qe-55-fol.

L’histoire du volume peut être résumé en une matrice de Walsby :

Notre exemplaire est numérisé et librement consultable dans la bibliothèque numérique Gallica.

Rémi Mathis, BnF

  1. GW M40784, ISTC is00307000, USTC 748763, HC 14508, Pell. 10351-10352, Polain 3469, IGI 8828, Goff. S-307, BS 4941, Sajo-Soltesz 3039, BMC II 437, Schreiber 5203, Schramm XVII, 9 []
  2. BnF, Catalogue des incunables, Tome II, fasc. 4 : S-Z et Hebraica. 1985, p. 557-558, S-161. 10 exemplaires sont signalés à la Réserve des livres rares, et 2 au département des Cartes et Plans, rien que pour l’édition de 1493 en latin. En plus de l’exemplaire dont il est question ici, le département des Estampes et de la Photographie en possède un second, coté Qe-55 (a)-fol., qui possède une reliure moderne et aucune note manuscrite en dehors d’un ex-libris du couvent des Récollets de Paris []
  3. Disponible sur Gallica []
  4. Alexis Douchin, Pierre Mangon du Houguet et ses travaux d’érudition locale dans le Clos du Cotentin sous Louis XIV, Mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris IV-Sorbonne, 2002 []
  5. Pierre Mangon, Les mémoires de Pierre Mangon, vicomte de Valognes, éd. L. Delisle, Saint-Lo, 1891, p. 4 []
  6. BnF, Estampes, Réserve Ye-4a-pet. fol., fol. 29-29v []
  7. Cette affirmation peut sembler surprenante mais elle est crédible. La BnF possède actuellement quatorze exemplaires de l’édition latine de 1493 de la Chronique de Nuremberg. Parmi eux, beaucoup sont entrés dans les collections nationales après la Révolution française ou grâce à des dons récents. Deux exemplaires font parties des collections de la Bibliothèque royale (alors département des Imprimés, désormais Réserve des livres rares) vers le milieu du XVIIIe siècle. G-227 porte une estampille (n° 14) utilisée à partir de 1735 et une reliure aux armes de Lefèvre de Laubrière. La vente de la bibliothèque de ce dernier ayant lieu en 1740, l’ouvrage a dû être acquis par le roi à cette date. En revanche, G-228 porte une estampille n° 4, qui est utilisée de 1700 à 1724 environ… mais parfois jusqu’en 1735. Il n’est donc pas impossible que cet exemplaire ait bien été conservé à la Bibliothèque royale avant l’achat de l’exemplaire du Cabinet des estampes. Notons que cet exemplaire, pourtant, a été considéré comme un « double à vendre » à la fin du XVIIIe, selon une note manuscrite du garde des Imprimés René Desaulnays. Je remercie pour son aide Nathalie Coilly, conservatrice des incunables à la Réserve des livres rares de la BnF []
  8. Il est en effet mentionné sur cet inventaire (« Bref état ») qui est rédigé après que Chancey a été accusé de vol. On l’y trouve comme « Liber Chronicarum, Norimberga, 1493, volume in folio, en veau ». BnF, Estampes, Réserve Ye-15a-pet. fol. []

L’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Bibliothèque numérique du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège

Depuis de nombreuses années, l’Université de Liège (ULg) s’est investie avec force dans le domaine de l’Open Access, non seulement par le biais de la diffusion des recherches menées par ses chercheurs via un dépôt institutionnel baptisé ORBi, mais également dans le domaine du patrimoine numérique. Ainsi, en 2009, elle lançait sa bibliothèque virtuelle accessible via le portail DONum, l’acronyme de Dépôt d’Objets Numérisés, afin de permettre à chacun d’accéder aux collections numérisées des œuvres conservées par le Réseau des Bibliothèques et au sein des Collections artistiques. Jusqu’à présent, plus de 840 documents (livres, gravures et peintures) des xve-xviie siècles ont déjà fait l’objet d’une campagne de numérisation, les rendant ainsi accessibles gratuitement au public.

Page d’accueil de DONum

 Profitant d’une nouvelle fonctionnalité créée par le Réseau des Bibliothèques (la possibilité d’associer aux objets numérisés un contenu scientifique), l’Unité de recherches sur le Moyen et la première Modernité Transitions a décidé de s’associer à ce projet par la mise en ligne, en avril 2017, de l’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Il s’agit d’un outil numérique qui vise à accompagner la diffusion, en Open Access, des collections patrimoniales et artistiques de l’Université de Liège.

Exemple de fiche descriptive dans DONum

La genèse de ce projet remonte à l’année académique 2015-2016. Elle fait suite à une première expérience numérique en relation avec les collections de l’ULg, à savoir une exposition virtuelle réalisée par les étudiants de Master 1 et 2 en Histoire et Histoire de l’art et archéologie dans le cadre du cours d’Histoire du livre à la Renaissance. Cette exposition virtuelle, intitulée Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège, s’intègre plus largement dans un projet de recherches menées dans le cadre du projet EDITEF – L’édition italienne dans l’espace francophone, piloté depuis le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours par Chiara Lastraioli.

Page d’accueil de l’exposition virtuelle Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège

Les étagères virtuelles de la nouvelle bibliothèque Arm@rium offriront la possibilité de consulter une sélection de témoins de la culture écrite, imprimée et graphique de la période couverte par les recherches menées au sein de Transitions, celle du Moyen Âge à la première Modernité.

L’ULg, avec notamment quelque 6.000 manuscrits, 500 incunables et près de 5.000 livres imprimés au xvie siècle, possède la troisième collection patrimoniale la plus riche de Belgique, juste derrière celles de la Bibliothèque royale de Belgique et de la bibliothèque de l’Université de Gand. À ce titre, elle détient le fonds ancien le plus important de la partie francophone du pays.

À sa fondation en 1817, l’ULg se voit dotée d’un fonds ancien constitué à partir des reliquats de bibliothèques religieuses supprimées dans la tourmente de la révolution en 1796. Il s’agit principalement de livres en provenance des couvents des croisiers de Liège et de Huy auxquels sont venus s’adjoindre des ouvrages de l’ancienne bibliothèque des jésuites liégeois ainsi que des livres de celle de l’abbaye norbertine d’Averbode, située à 60 km au nord-ouest de Bruxelles, et de celle de Saint-Trond, à 40 km au nord-est de Liège. Au début du xxe siècle, en 1903, la bibliothèque de l’université s’agrandit considérablement grâce à la générosité du baron Adrien Wittert qui légua son incroyable collection riche de plus de 20.000 volumes dont de nombreux livres anciens, mais aussi plus de 25.000 dessins, des gravures et même une cinquantaine de tableaux.

Ex-libris du baron Adrien Wittert

Le baron ne s’est pas simplement contenté de céder ses livres à l’université. Il a de surcroît constitué une rente annuelle et perpétuelle destinée non seulement à assurer l’entretien de son fonds, mais également pour procéder à des acquisitions ultérieures. L’Université de Liège a aussi profité de plusieurs libéralités dont la dernière la plus notable est celle de l’un de ses anciens recteurs, le Prof. Constantin Le Paige décédé en 1929 et qui a légué à son Alma Mater plus de 3.500 volumes et manuscrits relatifs aux sciences mathématiques et physiques.

Avec l’Arm@rium Universitatis Leodiensis, l’UR Transitions se propose non seulement de participer à la valorisation de ce riche trésor, mais aussi d’apporter sa contribution aux nombreux défis que la « grande conversion numérique » a imposés depuis plusieurs décennies à la conservation et à la diffusion du patrimoine ancien, dont le principal est sans conteste l’accès à un savoir de qualité.

Les premières publications peuvent être consultées sur le site de l’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Six pièces ont déjà fait l’objet d’une notice : deux incunables, une édition du xvie siècle ainsi qu’une gravure de la même époque et deux ouvrages du xviie siècle.

Le plus ancien livre présenté est une édition lyonnaise du premier roman médiéval jamais imprimé, le Fierabras, sorti des presses de Guillaume Leroy vers 1484-1487.

Jean Bagnyon, Fierabras, Lyon, Guillaume Le Roy, 16 novembre [1484-1487], in-2°, ff. [a1v]-a2r (Liège, Bibliothèque Alpha, XV.B119)
Rappelons à ce propos que cet imprimeur vient de Liège et qu’il est à l’origine de l’entrée de Lyon dans l’ère typographique, le 17 septembre 1473. Cette date n’est pas aussi anodine qu’il n’y paraît puisqu’elle coïncide avec la date de la commémoration du martyre de saint Lambert, saint patron de la Liège. L’imprimeur aurait ainsi choisi de placer son entreprise sous la protection du saint protecteur de sa patrie natale. L’autre édition du xve siècle est une version française d’une célèbre encyclopédie médiévale, le Liber de proprietatibus rerum, rédigé en 1240 par le franciscain Barthélemy l’Anglais. Ce remaniement de la première traduction française est dû au frère Jean Corbechon, lecteur à la Faculté de théologie de Paris puis maître en théologie et chapelain du roi Charles V de France, qui la composa au cours du xive siècle. L’ouvrage provient également d’un atelier de Lyon, non pas celui de Guillaume Leroy, mais bien de celui de son collègue Mathias Huss, qui le reproduisit en 1487.

Le siècle suivant est notamment représenté par une gravure de l’artiste hollandais Cornelis Cort, La Sainte Famille (Madone au chat), l’une des deux estampes qu’il réalisa pendant son second séjour romain (1573-1578), d’après les tableaux du peintre originaire d’Urbino Federico Barocci.

Cornelis Cort, La Sainte Famille (Madone au chat) d’après Federico Barocci, 1577, Burin, 311 × 238 mm (Liège, Collections artistiques, Inv. 1661).

Figure également une impression datant de 1592 d’un édit du prince-évêque de Liège, Ernest de Bavière, dont l’objectif était de réglementer la pratique de la justice sur l’ensemble du territoire de la principauté. Son auteur est Wouter Morberius, à l’origine de l’installation durable de presses à Liège. Cet exemplaire présente en outre la particularité de contenir de nombreuses notes manuscrites marginales, qui sont en réalité des corrections des multiples coquilles typographiques que recèle l’ouvrage. L’Université de Liège possède également un autre exemplaire de ce livre dans lequel les erreurs furent directement corrigées, signe que cette édition présente au moins deux états.

Jusqu’à présent, l’Arm@rium Universitatis Leodiensis accueille enfin deux ouvrages du xviie siècle, tous deux en relation directe avec l’histoire de Liège, que ce soit du point de vue littéraire ou spirituel. Citons en premier lieu le Pétrarque en rime françoise, la seule traduction française réalisée à Liège d’une œuvre de Pétrarque. Elle y fut composée par le Brugeois Philippe de Maldeghem en 1600. L’Université de Liège conserve les deux seules éditions de cette traduction, mais pour des raisons de conservation, il fut décidé de numériser la seconde parue à Douai chez François Fabry en 1606 plutôt que la princeps publiée à Bruxelles par Rutger Velpius en 1600. Nous terminerons cette présentation avec l’un des grands best-sellers de la littérature dévote, L’Ange conducteur dans la dévotion chrétienne, né sous la plume de Jacques Coret, recteur du collège jésuite de Valenciennes, et imprimé pour la première fois à Liège, en 1683, chez Gérard Grison.

Jacques Coret, L’ange conducteur dans la dévotion chrétienne réduite en pratique en faveur des âmes dévotes, avec l’instruction des riches indulgences, dont jouissent les personnes congrégées dans la confrérie de l’Ange Gardien, érigée en la chapelle des religieuses de S. Ursule, Liège, Gérard Grison, [1683], 12°, page de titre (Liège, Bibliothèque Alpha, R2686A)
Le succès de cette œuvre a traversé les siècles puisque l’on dénombre, à ce jour, près de 740 rééditions, reproduites de manières variables, sous des titres et des formats parfois fort différents. Un colloque, organisé par des membres de Transitions, l’unité de recherches sur le Moyen Âge et la première Modernité de Liège, lui a été consacré en octobre 2016.

Prévue avec une périodicité bimestrielle, la publication des prochaines notices sera annoncée dans la newsletter de l’UR Transitions

Renaud AdamUniversité de Liège

Première journée Renouard (31 mars 2017)

Le 15 avril 2016, se tenait à l’École nationale des chartes une journée intitulée « Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle » en hommage à Annie Charon, professeur d’histoire du livre à l’époque moderne de 1990 à 2015. À cette occasion, une place particulière avait été réservée aux papiers « Renouard » sur les imprimés parisiens du XVIe siècle, dont l’histoire rappelée par Geneviève Guilleminot est emblématique de la longue chaîne de transmission, de la longue « pré-histoire » qui a conduit aux approches renouvelées par l’Apparition du livre. Philippe Renouard, lui-même issu d’une remarquable lignée de bibliographes, avait laissé des travaux restés pour une large part à l’état de documents préparatoires. Or, comme le rappelait Henri-Jean Martin, « la connaissance de notre patrimoine écrit a nécessité de tout temps […] [des] travaux qui exigent la passion de vies entières et requéraient souvent la continuité de plusieurs générations d’érudits. Qu’on ne s’étonne donc pas si l’histoire du livre est jalonnée du souvenir de collections dispersées et de répertoires laissés inachevés ou disparus, voire détruits après la mort de leur auteur. De ce point de vue, l’histoire des ‘papiers Renouard’ est exemplaire » en ce qu’ils ont, à l’inverse, pu être préservés. Ces papiers ont été repris par les équipes de la Réserve de la BnF, d’abord sous forme papier puis, grâce à la persévérance de Magali Vène aujourd’hui relayée par Estelle Bœuf-Belilita, sous forme numérique dans BP16. Ils servent aujourd’hui de base aux nouveaux outils et aux nouvelles recherches qui s’élaborent.

Mais cette journée était aussi conçue comme le prélude à un cycle de rencontres annuel, sorte de petit frère parisien des rencontres Biblyon qu’organisent depuis 2011 Michèle Clément et Raphaële Mouren à Lyon, afin de permettre à des spécialistes aguerris et à de jeunes chercheurs, à des historiens, à des historiens d’art et à des littéraires, à des spécialistes du manuscrit et de l’imprimé, à des historiens du Moyen Age et des temps modernes de se rencontrer et de dialoguer ensemble sur le livre et sur la recherche en train de se faire (pour un bilan datant de 2015). C’est pourquoi, après les allocutions d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, et d’Olivier Poncet, directeur du Centre Jean-Mabillon, Michèle Clément, professeure de littérature française à l’université Lyon-2 a ouvert, la première des « Rencontres Renouard » : elle a présenté un bilan des sept premières années des rencontres lyonnaises, caractérisées par leur souplesse et leur convivialité et grâce auxquelles s’est créée une véritable dynamique de recherche, puis a évoqué les perspectives d’avenir, qui incluent des échanges entre les rencontres lyonnaises et parisiennes, et l’organisation d’un colloque commun sur les privilèges, probablement en 2019.

Alors que la journée d’avril 2016 insistait davantage sur le contexte de production des livres, la journée du 31 mars 2017 entendait s’ouvrir à des approches plus littéraires, mais nourries des apports de la bibliographie matérielle et de l’histoire du livre : en témoignent les études consacrées à la mise en livre de deux œuvres majeures, le Roman de la rose, dont Nathalie Coilly a finement analysé les différentes solutions adoptées, dans les manuscrits et les imprimés, pour mettre en page un court échange entre Raison et l’Amant, et la Nef des fous, qui devait faire l’objet de la communication, hélas reportée, de Jonas Kurscheidt. Le dialogue noué avec l’histoire de l’art, que représentaient l’année précédente Séverine Lepape et Anna Baydova, s’est avéré tout aussi fructueux : la contribution de Guy-Michel Leproux, dont les travaux sur les maîtres vitriers et les enlumineurs sous François Ier sont bien connus, a fait connaître des éléments choisis d’un livre à paraître sur le théâtre à Paris au XVIe siècle. Des archives notariales, redoutables sur le plan paléographique, révèlent des circulations inattendues et des liens étroits entre le monde du théâtre et celui du livre à la Renaissance, les comédiens pouvant devenir libraires ou colporteurs et inversement. Louis-Gabriel Bonicoli a quant à lui présenté les principaux enseignements d’une thèse soutenue en 2015 et consacrée à Antoine Vérard, et en particulier à ses bois gravés, dont il a dressé le répertoire. Cette enquête a permis d’identifier, outre le Maître du cardinal de Bourbon, du Maître des Grandes heures royales et de Jean d’Ypres, au moins trois autres peintres qui fournirent les dessins utilisés par les graveurs. M. Bonicoli a par ailleurs proposé, à partir d’une analyse attentive aux contraintes techniques, une autre façon de réfléchir aux rapports entre texte et image dans la production de Vérard.

La part belle a été faite aux incunables, présents dans les communications de Nathalie Coilly, désormais en charge des incunables à la Réserve de la BnF, Louis-Gabriel Bonicoli, Jonas Kurscheidt (dont la communication est reportée à l’année 2018) et Ezio Ornato, inventeur bien connu de la codicologie quantitative, qui en a montré de remarquables applications sur le corpus des sermonnaires et leur circulation à travers l’Europe. Martine Furno a, quant à elle, présenté un véritable « fairy tale », celui de sa découverte, à la bibliothèque de Blickling Hall (Aylsham, Norfolk), d’un exemplaire exceptionnel du Thesaurus d’Estienne couvert d’annotations manuscrites et de ce qu’elle a baptisé des « post it » (fragments, imprimés recto verso ou seulement au recto, issus des addenda à l’édition précédente et replacés à l’endroit où ils auraient dû se trouver), et sans doute destiné à préparer une nouvelle édition qui n’a jamais vu le jour.

Dictionarium, seu Latinae linguae thesaurus, Paris: Robert Estienne, 1543 (USTC 140870 – exemplaire de l’Österreichische Nationalbibliothek, Vienne)

Enfin, Christine Bénévent a présenté quelques-unes des découvertes faites dans le cadre d’un projet collectif conduit par Gilbert Fournier sur la bibliothèque du collège de Sorbonne au XVIe s., dont Gilbert Fournier a découvert un catalogue imprimé datant probablement de 1549.

Il y avait véritablement sens à intituler, sur la suggestion d’Olivier Poncet, ce cycle annuel « Rencontres Renouard ». Si les notes laissées par Philippe Renouard peuvent aujourd’hui nourrir ces recherches entrecroisées, c’est « grâce à la générosité et à l’esprit de continuité des descendants d’Antoine-Augustin et de Philippe Renouard » (Henri-Jean Martin), représentés en ce 31 mars 2017 par la veuve, Marie-Constance, et la sœur, Geneviève, de Dominique Renouard, petit-fils de Philippe. Bien qu’ayant suivi d’autres voies que celle de la bibliographie, Dominique Renouard suivait avec beaucoup d’attention les recherches sur les imprimeurs parisiens. C’est à lui que nous devons la découverte des épreuves inédites d’un Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires et fondeurs de caractères en exercice à Paris au XVIIe s., probablement rédigé en 1907. Il aurait été heureux, a dit Marie-Constance Renouard, d’assister à ces échanges. Que ceux-ci restent, comme ils l’ont été le 31 mars 2017, placés sous le signe de cet idéal de transmission généreuse.

Après la pause déjeuner, les participants aux Rencontres Renouard ont pu découvrir avec sa directrice, Camille Dégez-Selves, la nouvelle bibliothèque de l’École, qui a ouvert le 6 mars 2017 dans des locaux rénovés sur le site Richelieu (entrée au 12 rue des Petits Champs)

Les prochaines Rencontres Renouard se tiendront le vendredi 13 avril 2017. Plus d’informations sur cette journée sont disponibles sur la page qui lui est dédiée sur le site de l’École des chartes

Christine Bénévent, École nationale des chartes

La Bibliothèque bleue dans la Cité

La médiathèque de Troyes Champagne Métropole présente, du 25 avril au 23 septembre 2017 une exposition intitulée « La Bibliothèque bleue dans la Cité : un réseau nom@de entre le 17e et le 19e siècle ».

LA BIBLIOTHÈQUE BLEUE

Pendant près de trois siècles ont été diffusés, en France, des millions de livrets, sous une présentation semblable quelle qu’en soit la provenance. Ils étaient vendus très bon marché, soit directement dans les boutiques des imprimeurs, soit et surtout par un vaste réseau de libraires ou de colporteurs qui parcouraient le pays jusqu’en ses campagnes les plus reculées. Ces ouvrages sont connus, depuis la fin du XVIIe siècle, sous le nom de Bibliothèque bleue, sans doute en raison de la couverture d’épais papier bleu qui les recouvrait le plus souvent. C’est à un imprimeur troyen, Nicolas (I) Oudot, que l’on attribue les premières productions de cette littérature destinée au plus grand nombre.

Oudot réimprima, à peu de frais et donc sans grand soin, des textes anciens plus ou moins abandonnés par ses confrères avides de nouveautés, et leur trouva un nouveau public sans doute plus populaire. Le succès fut au rendez-vous pour lui et surtout pour ses descendants, mais ce succès suscita rapidement une concurrence, d’abord à Troyes, puis, dès la fin du siècle, dans d’autres centres de production du livre comme Rouen, Limoges, Caen… avant de s’étendre partout en France à partir de la fin du XVIIIe siècle. La particularité de ce phénomène éditorial est la permanence à la fois temporelle et géographique d’un ensemble de quelques centaines de textes que l’on retrouvera, pratiquement immuables, aussi bien à Lille qu’à Avignon et cela jusqu’au milieu du XIXe siècle.

L’EXPOSITION

Telle qu’elle est conçue, cette exposition, présentée dans la grande salle de la médiathèque, a vocation à s’adresser à un large public, non connaisseur en histoire du livre et histoire des mentalités. Dans ce but, le livre bleu a été remis dans son contexte d’usage, en montrant qu’il pouvait être présent partout dans la cité, de la rue à la maison, de l’atelier à l’école, principalement en milieu populaire mais aussi parfois dans des milieux plus cultivés et aisés. Chaque espace délimité donne lieu à une petite mise en scène qui donne à voir le cadre d’utilisation des ouvrages présentés et leurs usages : acheter, prier, apprendre, se nourrir, se divertir, jouer, travailler, se soigner…

Après une introduction présentant les principaux centres d’impression et les divers aspects sous lesquels on rencontrait les livrets, le visiteur pénètre dans l’exposition proprement dite. Il se trouve face à une grande rue qui débouche sur la place publique (fond de la salle). De chaque côté de cette rue, s’alignent des espaces ouverts sur l’extérieur (la rue) qui sont autant de lieux « habités » par la Bibliothèque bleue, selon le déroulé suivant :

  •  à droite, on rencontre successivement l’atelier-boutique de l’imprimeur, l’église, l’école, la maison ;
  • au bout, la place publique, lieu des conteurs, des bateleurs, des chansonniers…
  • à gauche, en revenant vers l’entrée, le jardin, l’atelier ou la boutique de quelques professions (boulanger, savetier, chirurgien-barbier), le cabinet de l’astrologue et un dernier espace donnant un aperçu de l’édition de colportage à l’étranger.
Photo de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le contexte spatio-temporel se matérialise donc par le truchement d’objets quotidiens mais aussi de reproductions de tableaux, de gravures et d’éléments sonores évoquant, dans la mesure du possible, la vie quotidienne au XVIIIe siècle (voire au XIXe siècle), avec ses activités domestiques, professionnelles, ludiques…

Des feuilletoirs informatiques, permettant de consulter les livrets, complètent les vitrines qui renferment les ouvrages. Des agrandissements d’estampes ou tableaux de l’époque (ou parfois légèrement postérieurs) prolongent l’évocation tout en matérialisant l’espace de chacune des séquences.

 LA VISITE

L’exposition s’ouvre sur une carte de France situant les principaux centres d’impression de livrets bleus au cours des trois siècles de production, du XVIIe au XIXe siècle. La vitrine montre la diversité des présentations pour ces ouvrages, de l’in-32 à l’in-4°, de la simple couverture bleue à la reliure armoriée (en l’occurrence, les armoiries de la marquise de Pompadour).

En pénétrant dans la rue centrale, nous rencontrons tout d’abord l’atelier de l’imprimeur avec une évocation du matériel nécessaire à cet art. C’est l’occasion de voir aussi quelques bois gravés qui furent employés pour l’illustration des livrets, un inventaire d’atelier, et des catalogues d’imprimeurs. On signale, à cette occasion, que celui de la veuve de Nicolas (III) Oudot mentionne, pour la première fois, l’appellation « Bibliothèque bleue ».

Installée comme libraire à Paris, au début du XVIIIe siècle, elle écoule ainsi les larges productions des Oudot de Troyes qui trouvent dans la capitale de nouveaux débouchés commerciaux. Rappelons au passage que Nicolas (I) Oudot est généralement considéré comme « l’inventeur » de la Bibliothèque bleue, au tout début du XVIIe siècle.

L’espace dédié à l’église permet ensuite de présenter la thématique religieuse, majoritairement présente dans la Bibliothèque bleue, et ce dès ses débuts. Une statue de sainte Barbe, une crèche du XVIIIe siècle et une boîte de sainte Reine renvoient à des usages de dévotion diversifiés et à autant de livrets religieux : vies de saints, recueils de noëls, cantiques, Figures de la Bible, Miroir du Pécheur… et aussi à l’un des fleurons de la Bibliothèque bleue, la Grande Danse macabre.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Cette dernière rappelle à tous la finitude de l’existence, l’égalité de tous devant la mort et la nécessité de s’amender sous peine de subir les châtiments éternels illustrés par des gravures qui se veulent saisissantes. Elle fait alterner squelettes et vivants, les premiers entraînant les seconds dans une danse macabre scandée de vers souvent ironiques, notamment pour les « grands » de ce monde. Mais quantité d’autres livrets permettent également de faire amende honorable.

On retrouve des livrets religieux dans l’espace suivant qui met en scène l’école où banc et pupitre du maître avec son martinet ne sont pas oubliés. Des enfants facétieux ont tracé à la plume d’oie, dans leur livret, des phrases cocasses reproduites ici sur papier.

C’est dans ce contexte que les enfants apprennent à lire et à écrire et d’ailleurs les Oudot imprimaient des « Livres à l’usage des écoles » (catalogue de la veuve de Nicolas (III) Oudot). Au rang de ces ouvrages, on rencontre tout naturellement des manuels d’apprentissages premiers : abécédaires, syllabaires, arithmétiques et aussi des civilités. Il s’agissait donc d’apprendre à lire, écrire et compter. En ce qui concerne la lecture, l’enfant doit certes savoir lire le caractère romain mais aussi l’écriture cursive, d’où l’usage du caractère dit « de civilité » qui apparaît dans la seconde moitié du XVIe siècle avec La Civilité puérile adaptée d’Erasme et La Civilité honnête. Ces deux publications s’ouvrent sur une « manière d’apprendre à lire, prononcer et écrire », ce qui en fait donc des ouvrages de déchiffrement autant que des manuels de conduite.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ces règles de conduite peuvent être suivies des Quatrains de Pybrac et d’un Traité pour bien apprendre l’orthographe. S’y ajouteront plus tard, dans ce même caractère typographique, Les Règles de la bienséance et de la Civilité chrétienne de Jean-Baptiste de La Salle.

Rappelons enfin que l’enfant était susceptible d’apprendre à lire dans bien d’autres livrets de la Bibliothèque bleue comme, par exemple, les Fables d’Ésope dont certaines impressions bleues précisent être « dédiées à la jeunesse ».

C’est dans le cadre d’une cuisine, avec ses ustensiles et sa vaisselle, que l’on rencontre Le Cuisinier français, Le Pâtissier français et Le Confiturier français. Le premier de ces titres enseigne la manière de préparer toutes sortes de viandes grasses ou maigres, les poissons, les légumes et les fruits (notamment en confitures) et les pâtisseries.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ces deux derniers points sont développés dans les deux autres ouvrages. Le Pâtissier français y ajoute, « pour les jours maigres », la manière d’apprêter les œufs de plus de soixante façons différentes ! Quant au Confiturier français, il propose, outre les recettes de confitures, celles pour fabriquer des dragées, des liqueurs et d’autres breuvages. On notera que ces trois livres sont de véritables révélateurs historiques des us et coutumes du temps. À une époque où la conservation des aliments posait des problèmes, on perçoit, dans ces conseils et recettes, l’importance du sucre, du sel et de la graisse pour garder longtemps les produits de chaque saison.

La cuisine est aussi un lieu de distractions d’où plusieurs brochures indiquant les règles de jeux de cartes et de dés.

Plus généralement, dans la maison, se manifestent des enjeux de pouvoir entre l’homme et la femme. Est donc évoquée là la querelle des sexes avec des livrets dont les titres fonctionnent en écho : Malice des femmes, Malice des hommes, Imperfection des femmes… Ils proviennent de deux ouvrages antérieurs : Alphabet de l’imperfection et malice des femmes de Jacques Olivier (1617) et De la Bonté et mauvaistié des femmes de Jean de Marconville (1564).

La place publique est le lieu de sociabilité par excellence au XVIIIe siècle. À cet endroit de convergence, la Bibliothèque bleue est présente car c’est là et sur les ponts que les colporteurs attirent les chalands avec leur boniment. Comme nombre de distractions s’y retrouvent (amuseurs, bonimenteurs, acteurs, marionnettistes…), il a été choisi d’y regrouper les histoires plaisantes de la Bibliothèque bleue.

Nicolas (I) Oudot imprima nombre de romans de chevalerie et certains de ces romans perdurèrent longuement dans la Bibliothèque bleue, souvent même jusqu’à sa disparition : ce sont les Quatre Fils Aymon, Huon de Bordeaux, Gallien restauré, Mélusine, Valentin et Orson… Ce dernier titre a donné lieu à un spectacle de marionnettes dans le cadre de cette exposition.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

À ces romans de chevalerie s’ajoutent quantité de petits romans et de facéties dont les héros sont en partie encore connus de nos jours : Till l’Espiègle, Fortunatus, le bonhomme Misère, Robert le Diable, Richard sans peur, Pierre de Provence, Jean de Calais, Jean de Paris, Hélène de Constantinople… et tant d’autres.

Un espace particulier est réservé à Geneviève de Brabant. La version française initiale sous le titre de l’Innocence reconnue (1634) est due au révérend père René de Ceriziers, aumônier de Louis XIV. Sa très grande popularité vient sans doute des nombreuses réimpressions qu’en fit la Bibliothèque bleue un peu partout en France. De là, elle devint si populaire qu’elle fut déclinée à l’envi sous plusieurs formes : imagerie, marionnettes, plaques de lanterne magique, bibelots, petits théâtre à construire, chromos… tous ces supports racontent l’histoire de Geneviève et de son fils nourri par une biche.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ce récit est entré dans la Bibliothèque bleue une vingtaine d’années après l’édition originale, ce qui est très peu pour ce type de production imprimée qui avait plutôt tendance à s’emparer de textes anciens, voire fort anciens. Toutefois, plusieurs autres cas similaires sont connus, notamment avec les contes des conteurs et conteuses du début du XVIIIe siècle : Charles Perrault, Madame d’Aulnoy, Madame Leprince de Beaumont, Madame de Murat, Mademoiselle L’Héritier… tous rejoignent « le papier bleu ».

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

S’y ajoutent, pour distraire les lecteurs, quelques rares pièces de théâtre et surtout de nombreuses brochures de chansons et de cantiques dont les cahiers peuvent s’assembler différemment au gré des tirages, des succès et des stratégies commerciales de l’imprimeur. Sur cet espace de la place publique, de grandes reproductions de colporteurs d’images et de brochures donnent à voir ce commerce de l’imprimé.

Le parcours scénographique nous mène ensuite à la cour et au jardin. Dans un espace agrémenté d’instruments agraires, de plantations et d’attributs du cheval (collier, fers…), le visiteur découvre des brochures telles que Le Maréchal expert, compilation de deux ouvrages antérieurs, l’un de Nicolas Beaugrand, maître maréchal à Paris (1619), l’autre du Sieur de l’Espiney qui se dit gentilhomme périgourdin (1628), ou encore l’Histoire des plantes. L’auteur de ce dernier ouvrage nous est également connu. Il s’agit de Léonard Fuchs, célèbre médecin du XVIe siècle. Son nom a été « latinisé » en « Fucus » dans les impressions bleues.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le texte est un mélange de descriptions botaniques et d’indications thérapeutiques. À côté des plantes alimentaires et condimentaires figurent quantité de plantes remèdes pour les maux les plus divers. L’originalité de cet herbier est d’être illustré d’un bois gravé pour chacune des plantes décrites, mais dans un savoir-faire très approximatif par rapport à l’original (première édition en latin à Bâle en 1542).

Dans cette déambulation, quelques métiers sont évoqués car présents dans la Bibliothèque bleue. La suite des Misères propres à chaque corps de métier donne une image fort négative des professions décriées : domestiques, boulangers, plaideurs, tailleurs sont les plus malheureux des besogneux. Ce n’est alors qu’une longue litanie, en vers burlesques, de récriminations contre les tâches quotidiennes. L’auteur de certains de ces écrits serait un certain Dufresne, ancien apprenti de Frédéric-Pierre Léonard imprimeur du roi (seconde moitié du XVIIe siècle). Ces complaintes facétieuses offrent un miroir  certes déformé et quelque peu caricatural des malheurs coutumiers inhérents aux labeurs quotidiens.

C’est l’occasion, dans l’exposition, de rappeler les attributions du chirurgien, et aussi celles du savetier, à ne pas assimiler au cordonnier (les deux corporations fusionneront dans la seconde moitié du XVIIIe siècle). Les compagnons de la manicle, c’est-à-dire les savetiers, sont les seuls à ne pas se plaindre de leur métier. Au moins cinq titres les concernant sont présents dans le corpus bleu. On y apprend peu de choses sur le métier lui-même puisque ce ne sont que réceptions et festins. Le vocabulaire employé – propre à la corporation – laisse à penser que c’est un homme du métier qui a rédigé ces textes.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le décor de cet espace se fait l’écho de trois de ces professions : le boulanger qui « cuit » devant son four en même temps que son pain, le savetier qui répare la chausse, et le chirurgien qui, en plus de raser, pratique saignée et amputation.

L’astrologue a droit à un cabinet spécifique pour exercer son art de divination. Si les astrologues troyens étaient réputés, leurs almanachs l’étaient tout autant. C’est ainsi que le nom de Pierre de Larivey se retrouve sur bon nombre d’almanachs en diverses villes de France. On fait du Grand Calendrier des bergers l’ancêtre de l’almanach. Pendant près de trois siècles, il diffusa un savoir ancestral, réputé provenir des bergers de la montagne. L’idée qui prédomine dans l’ouvrage est que l’homme est un microcosme qui participe du macrocosme. Mais au-delà de ce fleuron de la Bibliothèque bleue, amplement illustré de bois gravés (les activités des mois sont particulièrement réputées), l’exposition s’attache à mettre en valeur, dans l’habillage de l’espace et dans la vitrine, la variété des publications éphémères que sont les almanachs avec leur astrologue en gravure d’ouverture, d’où les femmes ne sont pas absentes.

Dans cet espace, aux confins du magique et du scientifique, ont été regroupés les traités astrologiques, ceux interprétant les songes et les éternuements, et ceux donnant des recettes dites « secrètes » dont certaines sont empruntées, entre autres, à Albert le Grand. D’où un décor rendant compte de ces différentes activités : compas et sphère armillaire, lunette astronomique, grimoire, pots de pharmacie et flacons au contenu improbable…

Après la visite chez l’astrologue, nous nous intéressons à la rue qui a conduit notre déambulation dans la ville. La rue du XVIIIe siècle est bruyante ; une reconstitution en vidéo 3D avec bruits d’ambiance permet d’apprécier le volume sonore des carrosses sur le pavé, de l’homme au travail, des animaux qui encombrent la chaussée et des voix humaines qui se couvrent mutuellement. Dès le point du jour commence le défilé des « gagne-petit » ambulants au rang desquels se trouve le colporteur. Les livrets des Cris de Paris rendent compte de toutes ces marchandises ou services délivrés dans la rue.

Ce sont certes des clichés, désuets et caricaturaux, mais ce sont aussi des miroirs, même s’ils sont déformants, d’une réalité historique et sociale. Même image pittoresque avec la langue de la cour des miracles au travers du Jargon ou langage de l’argot réformé qui prétend lever le secret des codes linguistiques de tous les gueux de la rue. En fait, ces ouvrages furent à l’origine rédigés par des lettrés (Bertaut ou Colletet par exemple). Et parmi ces truands, il en est qui défraient la chronique au XVIIIe siècle : Cartouche et Mandrin sont de ceux-là, mais seul le premier sévit à Paris.

La Bibliothèque bleue fut donc un réceptacle de nombre de ces voix de la ville.

Et pour terminer l’exposition, nous nous évadons de la France pour aller du côté de l’Angleterre, des Pays-Bas, de la Belgique, de l’Allemagne, de l’Italie, voir leur Bibliothèque bleue connue sous des noms divers.

On constate alors qu’avec une forme éditoriale et un contenu textuel et iconographique propres à chaque pays, on rencontre des récits communs à plusieurs pays. De même, bien des imprimeurs de brochures produisirent également des almanachs car la présentation matérielle et le circuit de distribution étaient les mêmes. C’est alors l’occasion de mettre en valeur le colportage comme système de diffusion à grande échelle puisque certains colporteurs franchissaient les frontières. Et c’est ainsi que le cordel hispanique ou lusitanien se retrouva au Brésil où il perdure encore aujourd’hui.

Le catalogue de l’exposition constitue le n° 90 (avril-juin 2017) de la revue La Vie en Champagne. Le programme établi autour de l’exposition et les informations pratiques sont détaillés sur le site de la bibliothèque.

 Marie-Dominique Leclerc et Alain Robert, Université de Reims Champagne-Ardenne

Un incunable dissimulé du Centre culturel irlandais

L’éparpillement des livres anciens dans plusieurs centaines de bibliothèques patrimoniales à travers la France ainsi que la distribution des livres français à travers le monde permet au chercheur d’espérer encore faire de nombreuses découvertes importantes, malgré la sophistication croissante des catalogues.

Une découverte récente dans la bibliothèque du Centre culturel irlandais à Paris illustre parfaitement le type d’ouvrage qui échappe invariablement aux efforts des bibliothécaires. La bibliothèque contient un fonds ancien bien inventorié avec des notices consultable en ligne. Cependant, en analysant les livres du XVIe siècle du fonds, je suis tombé sur un volume en plutôt mauvais état dont les plats de reliure s’effritaient sur les tranches et dont les pages de garde s’étaient décollés. Cette dégradation naturelle permettait de voir que le cartonnage utilisé comme ais pour les plats était en fait composé de feuilles d’un livre plus ancien qu’on avait choisi de recycler pour renforcer la reliure.

Feuilles réutilisées dans les ais de reliure

Cette technique est loin d’être rare dans les livres de la Renaissance. De cette manière on trouve, par exemple, des fragments d’un des exemplaires de la Bible de Gutenberg dans une reliure d’un incunable plus tardif à la bibliothèque municipale de Colmar.

Un fragment de la Bible de Gutenberg dans une reliure de la bibliothèque de Colmar

Dans ce cas-ci, le livre principal était plus tardif : un exemplaire de l’édition donnée en 1552 à Lyon du Stichostratia epigrammaton centuriae quinque du Dijonnais Jean Girard (cote B 363). En regardant bien, il était possible d’identifier 16 feuilles rognées tirées d’un même ouvrage. L’analyse du texte visible là où les plats de reliure s’étaient décollés permettait de voir qu’il s’agissait d’une édition du célèbre ouvrage de saint Augustin De civitate Dei dans l’édition faite avec les commentaires de Thomas Waleys et de Nicolas Trivet. L’aspect des feuilles, la typographie ainsi que les marques manuscrites concordaient pour indiquer qu’il s’agissait d’un incunable… mais quel incunable ?

Pour identifier l’édition le nom de l’auteur et du titre ne servaient pas à grand-chose : on connaît aujourd’hui plus de cent exemplaires du texte de saint Augustin rien que pour la période incunable. L’aspect général du livre suggérait qu’il avait probablement été imprimé dans le couloir rhénan en 1480 ou environ. Mais pour une identification précise, il a fallu mesurer la typographie et j’ai envoyé le résultat (91 mm pour 20 lignes) avec des images aux meilleurs spécialistes en la matière : le laboratoire du Gesamtkatalog der Wiegendrucke de la bibliothèque d’État de Berlin.

Fragment du De civitate Dei de saint Augustin

Le directeur, Falk Eisermann, a passé la requête à un de leurs chercheurs, Martina Nickel, qui m’a livré une réponse en l’espace de quelques jours. Il s’agit bien d’un incunable : une édition publiée en 1479 à Bâle par Michael Wenssler (GW 2885). Les fragments dont le texte était visible provenaient des feuillets 220 et 222. Si l’édition est loin d’être rare aujourd’hui, il s’agissait néanmoins de l’imprimé le plus ancien de la bibliothèque et seulement trois autres bibliothèques en France possèdent cette édition.

L’intérêt de la découverte ne réside pas simplement dans le fait d’ajouter un incunable de plus aux riches collections parisiennes. Elle nous parle des habitudes des relieurs au XVIe siècle qui faisaient feu de tout bois pour faire tomber les coûts et recycler autant que possible les matériaux. Elle indique également que l’édition d’origine n’était plus prisée 70 ans après sa publication première, sans doute dépassée par des versions plus récentes du texte.

Un regard critique sur une des pages visibles dévoile aussi un autre petit détail intéressant. Comme dans un grand nombre d’incunables, les premières lettres des paragraphes les plus importantes avaient été laissées en blanc pour permettre à l’acheteur ou à un libraire de faire enluminer l’exemplaire avec des initiales plus ou moins somptueuses en fonction de leurs moyens et ambitions. Dans ce cas-ci la lettre ornée reste simple, et ce qui attire surtout l’attention c’est que la lettre utilisée est… erronée ! L’enlumineur ne connaissait clairement pas le texte et a ajouté la lettre I pour former le mot « Iam » plutôt qu’un N pour obtenir « Nam ».

Le 221v de l’exemplaire du Centre culturel irlandais
Les 221v des exemplaires des bibliothèques universitaires de Dusseldorf et de Bâle

Ainsi la découverte démontre que l’intérêt de consulter méthodiquement les livres ne se limite pas juste à la mise au jour d’exemplaires, voire d’éditions, inconnus, mais permet aussi d’illustrer les pratiques des professionnels du livre… et leurs limitations.

Malcolm Walsby, Université Rennes 2

Le printemps du livre italien à Rennes

L’exposition « La Primavera del libro. Les Italiens et le livre imprimé à la Renaissance » organisée du 14 mars au 28 avril 2017 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 cherche à valoriser les livres italiens du XVIe siècle de la collection de l’université en démontrant comment ils permettent de comprendre les caractéristiques principales de la Renaissance italienne.

La présence d’ouvrages italiens en France font l’objet de recherches intensives, notamment depuis que Chiara Lastraioli, directrice de la Maison des sciences de l’homme Val-de-Loire à Tours, a lancé son projet sur le livre italien dans l’espace francophone à la première modernité (elle a, par ailleurs, donné une des deux conférences qui ont précédé le lancement de l’exposition). Ici, sous la direction de Claire Lesage, les étudiants du département d’Italien ont mis au point une exposition qui met en valeur la culture italienne à travers l’imprimé, des textes de Pétrarque jusqu’aux éditions du début du XVIIe siècle.

Au cours de l’exposition est invité à découvrir l’influence de la Renaissance italienne en France, le rôle central joué par la traduction tant des langues anciennes que des modernes dans la transmission du savoir, avant de plonger dans d’autres thématiques humanistes comme la poésie ou l’histoire.

Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592
Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592

On peut ainsi voir une édition des œuvres complètes de Machiavel ou encore l’édition italienne donnée à Tours en 1592 d’Il Pastor fido de Battista Guarini qui était destinée aux membres de la cour d’Henri IV. On notera également la présence d’une acquisition récente de la bibliothèque : un exemplaire de La Sophonisba, imprimé à Vicenza per Tolomeo Ianiculo en 1529.

Le livret de 20 pages qui accompagne l’exposition est librement consultable et téléchargeable depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Le livret de l’exposition

Nouvelle interface du STCV

Lancé en 2000 par le Vlaamse Erfgoed Bibliotheek (groupement des bibliothèques patrimoniales flamandes), le Short Title Catalogue Vlaanderen (STCV) décrit finement, livre en main, 23 000 éditions flamandes, des origines à 1801. Il s’agit de la bibliographie nationale rétrospective flamande.

Il constitue en cela le projet frère du STCN (Short Title Catalogue Netherlands), qui prend en compte les éditions publiées sur le sol des Pays-Bas actuels, et celles en langue néerlandaise dans le monde… à l’exception de la Belgique actuelle. Le flamand étant un dialecte néerlandais, le STCN ne pouvait se permettre de prendre en charge la bibliographie nationale flamande, et c’est pourquoi le STCV a été créé.

Logo du STCV
Logo du STCV

Depuis son lancement, l’interface du STCV n’avait jamais évolué – tout juste quelques modifications esthétiques avaient-elles été effectuées en 2009 : le résultat était austère.

Le site a aujourd’hui été entièrement repensé, en vue d’un usage aisé par les utilisateurs. Une page d’accueil ergonomique est désormais proposée, menant elle-même aux différents outils nécessaires à une bonne navigation et un usage intelligent de la base de données. La recherche avancée a été revue.

Dans les résultats eux-mêmes, on trouve également quelques nouveautés : la qualité de la notice (travail en cours, vérifié…) est indiquée, le nombre de pages de papier nécessaires à l’impression du livre est désormais donné, des informations supplémentaires ajoutées pour certains types d’ouvrages (almanachs, catalogues de vente…). Des liens ont été créés vers les autres bases bibliographiques chaque fois que cela était possible.

La liste complète des nouveautés fait elle-même l’objet d’une liste, dans une démarche qualité de transparence vis-à-vis de l’utilisateur qu’on ne peut que saluer.

Tout est donc fait pour rendre l’usage du STCV ergonomique et efficace.

Le projet est désormais disponible à l’adresse stcv.be.

Lancement de l’interface beta de l’USTC

Lors du colloque annuel organisé par l’université de St Andrews sur l’histoire du livre à l’époque moderne, l’équipe du Universal Short Title Catalogue a présenté une nouvelle interface de recherche (encore en cours de développement) pour interroger leur base de données. Désormais l’inventaire inclut non seulement les éditions du XVe et du XVIe siècle mais également celles publiées entre 1601 et 1650.

Site de l'USTC
Site de l’USTC

Le résultat du travail récent de l’équipe permet ainsi d’effectuer des recherches sur le corpus imprimé conséquent de la première moitié du XVIIe siècle, soit près de 350 000 notices supplémentaires. En tout, la base regroupe désormais les détails de plus de 720 000 éditions représentant quelques 2,5 million d’exemplaires éparpillés à travers le monde.

On notera l’importance statistique des éditions françaises dans cet ensemble nouvellement accessible, environ 50 000 notices dont 30 000 pour Paris, 6 000 pour Lyon et plus de 4 000 pour Rouen. On soulignera également la présence de nombreuses brochures puisque plus de 10 000 de ces notices sont consacrées à des actes émanant des autorités civiles (typiquement des édits ou des ordonnances) ou à des tracts politiques.

Ces données nouvelles demandent inévitablement d’être complétées (et corrigées) au fil du temps, un travail de longue haleine rendu d’autant plus difficile qu’il est nécessaire d’analyser d’un œil critique les informations fournies par les catalogues pour éviter la création de fantômes bibliographiques. La volonté d’améliorer la qualité des données est démontrée par l’ajout récent d’un grand nombre de placards allemands (notamment ceux identifiés dans le cadre de la thèse de Saskia Limbach) et d’impressions italiennes (en particulier grâce à Dr Flavia Bruni).

Le manager du projet, Dr Graeme Kemp, a souligné le succès du site, notant que plus de 33 millions de recherches avaient été effectuées depuis la mise en ligne de la première mouture de la base il y a près de 5 ans ! Par ailleurs, l’équipe travaille à la mise au point d’une version interactive du site qui permettrait aux usagers de se connecter à l’USTC pour pouvoir ajouter un exemplaire et, le cas échéant, d’enrichir la notice avec des données supplémentaires.

Exposition « Modernes livres anciens » à Rennes

L’exposition « Modernes livres anciens » organisée du 8 avril au 30 juin 2016 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 offre pour la première fois un aperçu des richesses de la collection Renaissance du fonds patrimonial de l’université. La bibliothèque conserve, en effet, plus de 600 titres du XVIe siècle dont des ouvrages phares comme la Bible polyglotte imprimée par Christophe Plantin.

Mis en place par les étudiants du programme de Master 2 MAGEMI (MAster GEstion et MIse en valeur des œuvres d’art, des objets ethnographiques et techniques) avec le conseil scientifique de Malcolm Walsby, l’exposition propose une sélection d’ouvrages qui permettent de comprendre les caractéristiques principales des livres de cette période. Ainsi le visiteur est encouragé à découvrir les matériaux (papiers et cuirs différents) avec des échantillons qui permettent de les toucher et d’en mieux apprécier les spécificités.

Suit alors un parcours qui explique la naissance de l’imprimerie, son développement au cours de la Renaissance et la technique de fabrication des livres (avec notamment une vidéo effectuée avec la relieuse Céline Lafite). Des sections sont également consacrées à l’impact des déchirements religieux, la censure, l’illustration et la décoration des exemplaires. On découvre ainsi des ouvrages surprenants comme cette édition parisienne d’une œuvre antiprotestante de Johannes Cochlaeus dont la page de titre est ornée d’une gravure sur bois représentant un Martin Luther à sept têtes… (USTC 153595)

Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.
Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.

L’exposition est accompagnée d’une feuille d’orientation qui comporte des définitions des termes techniques les plus complexes et d’un catalogue de 70 pages qui offre quelques explications générales ainsi qu’une sélection de notices sur les ouvrages exposés dont les textes furent rédigés par les étudiants.

Ce catalogue peut être librement consulté et téléchargé en ligne depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Catalogue de l’exposition

Histoire du livre

Ce carnet constitue le blog de la Société bibliographique de France, une association visant à promouvoir l’étude de l’histoire du livre et de la bibliographie matérielle tant au niveau universitaire que pour un public plus large. Il proposera une sélection d’articles et de courts textes de recherche sur des cas particuliers (analyse d’exemplaires ou de phénomènes précis…). On y publiera aussi des textes de synthèse sur l’histoire du livre, de la bibliophilie et de la bibliographie.

Le blog accueillera des contributions d’auteurs variés : des universitaires, des étudiants en cursus de recherche, que des conservateurs des bibliothèques et autres spécialistes. Les auteurs, membres de la Société bibliographique, viendront de l’ensemble des pays du monde, mais les textes seront rédigés en langue française.

Pour soumettre un billet, nous vous saurons gré de prendre contact à publications@societebibliographique.fr, en précisant qu’il s’agit de textes destinés au blog. Toute publication devra être accompagnée d’images (l’auteur s’engagera à disposer de leurs droits de publication). Le comité de rédaction statuera sur la publication des textes soumis et sur leur date de publication.