De cuir et d’or : les reliures armoriées de la bibliothèque de Saint-Omer

Si les reliures armoriées ont depuis toujours attiré l’œil des bibliophiles, leur intérêt auprès des bibliothécaires a, semble-t-il, été moins évident. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des caractéristiques d’exemplaires, rarement signalées dans les anciens catalogues d’imprimés (on doit noter l’exception des incunables – voir notamment l’Index Possessorum Incunabulorum de Paul Needham – et des manuscrits dont la description codicologique est généralement plus approfondie).

Portefeuille de velours rouge brodé de fils d’or, d’argent et de soie aux armes des archiducs et de la ville de Saint-Omer (St-Omer, BA, Archives, AB-XXXVII-7)

Mais le monde des bibliothèques patrimoniales se penche à nouveau de manière générale sur ces questions des marques de provenances, quelles qu’elles soient, et on voit de plus en plus les bibliothèques les signaler dans leur catalogue (Numélio à Lyon par exemple). Parallèlement, on voit l’émergence de répertoires à part entière, tel que celui du CERL (Consortium of European Research Libraries), qui propose une liste de liens et des informations par pays permettant de retrouver des marques de possession (ex-libris, armoiries, etc.) dans les livres anciens, et un thésaurus, qui permet par ailleurs de retrouver des provenances (recherche par noms de personnes) ; ou encore la base Reliures de la BnF.

Hilaire-Bernard de Requeleyne de Longepierre (1659-1721) : d’azur à une toison d’or suspendue à une nuée d’argent surmontée de deux étoiles d’or (St-Omer, BA, inv. 272)

Depuis quelques années maintenant, la Bibliothèque de l’Agglomération de Saint-Omer a entrepris le catalogage scientifique complet de ses fonds anciens. C’est un travail de longue haleine : plus de 16.600 volumes rien que pour les éditions modernes… mais qui a déjà largement montré son utilité.

Exposition présentée à la BAPSO du 16 sept. au 13 déc. 2017

C’est dans le cadre de cette vaste entreprise que nous avons entrepris le repérage systématique des reliures « aux armes » de notre collection. La moisson, si elle n’est pas énorme, reste somme toute honorable, avec un peu moins d’une centaine de blasons et de monogrammes repérés, et plus de 80% d’identification, en partie grâce à l’aide de la communauté scientifique et des collègues de Bibliopat. C’est le résultat de ces quatre années de repérage et de recherche héraldique qui est présenté au public à partir des Journées européennes du patrimoine et jusqu’à la mi-décembre 2017.

Saint-Omer (ville de) : de gueules à la croix patriarcale d’argent.
(St-Omer, BA, inv_4456)

L’exposition s’ouvre sur les blasons de bibliophiles locaux : abbés, évêques et autres chanoines audomarois et des alentours, pour ensuite présenter une belle collection de livres de prix royaux et institutionnels, avant de laisser la place aux grands bibliophiles des XVIIe et XVIIIe siècles. De Thou, Molé, d’Aumont, Longepierre, ou Lamoignon, ils sont presque tous là ! Et on trouve même quelques raretés à faire pâlir d’envie Guigard ou le trio de l’OHR, telle cette reliure aux armes de François II, ou une autre ayant appartenu à la famille de Varade !

François, dauphin de France (1544-1560) : dauphin couronné (Saint-Omer, BA, inv. 38221)

En guise de conclusion, une dizaine de blasons à l’identification incertaine sont offerts aux spéculations des amateurs, et la visite se termine sur une série de monogrammes prestigieux de Charles de Valois à Louis XV ou encore Anne-Marie Christine de Bavière.

Anne-Marie Christine de Bavière (1660-1690) : monogramme AMCC entrelacés et couronnés (St-Omer, BA, inv. 448)

La mise en ligne du catalogue, accessible dès l’ouverture de l’exposition sur le site de la bibliothèque, se propose de faire œuvre utile auprès des bibliophiles et responsables de collections patrimoniales, qui s’arrachent parfois les cheveux en blasonnant les armes de leurs collectons pour tenter de les identifier, ou du moins espère apporter une pierre à l’édifice de la connaissance des bibliothèques anciennes.

De Théophraste à Cuvier: la botanique à travers l’histoire… et les livres à Saint-Omer

L’exposition de livres anciens à la Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer sur la botanique et les livres vient de se terminer. Retour sur l’exposition par le responsable des fonds anciens, Rémy Cordonnier.

L’idée de cette exposition intitulée « De Théophraste à Cuvier: la botanique à travers l’histoire… et les livres » m’est venue il y a déjà deux-trois ans, lorsque j’ai réalisé que la Bibliothèque d’Agglomération du pays de Saint-Omer conserve dans ses fonds trois éditions rares de pharmacopées encyclopédiques : un Jardin de Santé, dans l’édition de Prüss de 1497, L’Arbolayre de Pierre le Caron (vers 1498), et Le Grand Herbier en François de G. Nyverd pour Jean Petit et Michel le Noir (vers 1520). J’avais eu l’occasion de me pencher sur le cas de ces volumes lorsque je préparais une communication sur la circulation des bois dans les encyclopédies médicales de la fin du Moyen Âge pour le colloque de Caen de 2011 : « Autour du Jardin de Santé ».

Le grant herbier en francois Contenant les qualitez vertues et proprietez des Herbes Arbres Gommes et Semences. Extraict de plusieurs traictez de medecine. Comme de Auicenne de Rasis de Constantin de Jsaac & de Plataire Selon le commun vsage, Paris, Guillaume Nyverd pour Jean Petit et Michel le Noir, s.d. [v. 1520] (Saint-Omer, BA, inv. 1627 ex. Inc. 70)
C’est lorsque, quelques mois plus tard, je découvre coup sur coup le De stirpium differentiis de Bock (Strasbourg, Rhiel, 1552), l’Herbarum vivae eicones de Brunfels (Strasbourg, Schott, 1532) puis les Commentaires de l’hystoire des plantes (Paris, Gazeau, 1549) et le De historia stirpium (Lyon, Arnoullet, 1548) de Fuchs, que la décision de valoriser ces splendides volumes est prise et deux axes sont choisis pour la scénographie.

D’une part, la botanique en tant que science indépendante est quasiment absente de l’époque médiévale et du début de l’époque moderne, période pendant laquelle les ouvrages qui traitent des plantes sont essentiellement des ouvrages médicaux : des pharmacopées. Le parcours est donc conçu pour mettre en avant l’interrelation entre ces deux sciences sœurs que sont la botanique et la pharmacie, jusqu’au XVIe siècle au moins. Une sélection de pharmacopées galéniques permet la transition avec l’époque moderne et rend hommage aux travaux de Nicolas Lémery à travers plusieurs éditions de ses compilations. Puis vient ensuite une série de vitrine dédiée à l’évolution de la classification des plantes avec notamment la collection complète des œuvres de Linné.

Nicolas Lemery, Dictionnaire universel des drogues simples, Paris, Louis-Charles D’Houry, 1769 (Saint-Omer, BA, inv. 16959)

D’autre part, l’historien d’art que je suis n’a pu s’empêcher de proposer une réflexion sur le rôle des illustrations dans les pharmacopées et les traités de botanique au fil des âges. L’exposition est donc placée sous le signe de la mandragore, les volumes sont ouverts au chapitre dédié à cette plante emblématique, afin de permettre au visiteur de constater les variations et les permanences dans sa représentation. Cela permet d’évoquer le rôle non pas illustratif mais structurant de l’image dans les pharmacopées encyclopédiques de la fin du Moyen Âge, quand les images ne servent pas à reconnaitre la plante dans la nature mais bien à repérer rapidement le chapitre qui lui est consacré dans un volume de plus en plus imposant.

Après une rapide évocation de la théorie des signatures, on aborde la question de la controverse des illustrations réalistes à la Renaissance, avec le cas emblématique de l’herbier de Brunfels, dont les vivae eicones ad naturae imitationem ont été intégrées contre son avis par son éditeur Johann Schott, qui souhaitait ainsi augmenter la valeur de son volume.

Otto Brunfels, Herbarum vivae eicones ad naturæ imitationem, Strasbourg, Johann Schott, 1532 (Saint-Omer, BA, inv. 1380)

C’est aussi l’occasion d’évoquer l’histoire des Libri Picturati, considérés comme une des plus importantes collections botaniques de la Renaissance, actuellement conservés à la Bibliothèque Jagellon de Cracovie, mais qui furent commandés à l’origine par Charles de Saint-Omer, seigneur de Moerkerke entre 1553 et 1673.

La vitrine consacrée aux développements de la taxinomie au XVIIIe siècle permet aussi de rappeler que la controverse des illustrations ne s’est pas arrêtée à la Renaissance, mais a perduré notamment à travers l’opposition entre le clan des « Linéens », austères et rigoureusement scientifiques, et celui des « Buffoniens », dont le lyrisme teinté de religion affectionnait les belles illustrations. Ces derniers sont notamment représentés par les 28 premières livraisons des Plantes grasses de Redouté et par ses Roses, fameuses entre toutes.

Pierre-Joseph Redouté & Claude Antoine Thory, Les Roses, Paris, Firmin Didot, 1821 (Saint-Omer, BA, inv. 16476)

Cette enquête sur les collections audomaroises relatives aux plantes a aussi permis de redécouvrir deux figures locales de cette science : le Baron Georges Dumont de Courcet (1746-1824), capitaine de cavalerie qui aimait à herboriser lors de ses garnisons. Il s’est constitué un splendide jardin botanique dans la région du boulonnais, et se distingua par ses Mémoires sur l’agriculture du Boulonnais et son Botaniste cultivateur (1802) exposé avec le plan de ses jardins.

L’autre botaniste audomarois, Louis-Auguste Deschamp de Pas (1765-1842), s’est illustré pour sa part en s’embarquant avec D’Entrecasteaux à la recherche de La Pérouse, ce qui le mène à Batavia où il sera chargé par le gouverneur de l’île d’en rédiger l’histoire naturelle. A son retour, les anglais arraisonnent son bateau et confisquent ses notes et ses collections, désormais conservées au British Museum. De retour dans sa ville natale, il reprend sa collecte de plantes locales, moins exotiques que la flore indonésienne, mais dont il a rassemblé 114 volumes actuellement conservés au Musée de Saint-Omer, et dont un des volumes est visible à la Bibliothèque pour l’occasion.

Le livret de l’exposition est accessible en ligne:

 

Exposition « Louise-Denise Germain (1870-1936). Reliures » à la bibliothèque de l’Arsenal

Du 6 avril au 7 mai 2017 se tenait à la bibliothèque de l’Arsenal une exposition intitulée « Louise-Denise Germain (1870-1936). Reliures ». Elle présentait soixante-quinze reliures presque toutes réalisées par Louise-Denise Germain. La présentation et les commentaires de Mme Fabienne Le Bars, commissaire de l’exposition, éclairaient l’apport et l’intérêt de cette figure méconnue dans l’histoire de la reliure et qui n’avait jamais eu d’exposition rétrospective sur son œuvre depuis sa mort.

Autodidacte, Louise-Denise Germain vient à la reliure par la maroquinerie, qu’elle continue de pratiquer toute sa vie. L’exposition présentait également des esquisses de pièces de maroquinerie et des sacs réalisés par la relieuse. Née en Corrèze en 1870, près d’Uzerche, elle est orpheline de père puis rapidement de mère. Elle arrive à Paris en 1891, où elle tombe amoureuse et enceinte, devenant une fille-mère suite au décès du père de l’enfant avant leur mariage.

Ses premiers travaux de reliure sont réalisés, au début du XXe siècle, avec des techniques qui lui viennent du travail du bois, et notamment la pyrogravure, qui lui permet d’obtenir des nuances de couleur en chauffant les cuirs. Elle réalise les décors sur les peaux avant la couvrure, mais ne relie pas à proprement parler les  livres elle-même : elle confie, après confection, la peau à un autre relieur qui se charge de la mettre en place. Cela tient notamment à une autre technique principale qu’elle utilise pour réaliser ses reliures, la mise en place d’agrafes. Ces dernières, qu’elle fabrique ainsi que les lames de métal qu’elle insère dans la peau, sont mises dans le cuir par perforation. Cela permet d’obtenir des reliures en deux matières, cuir et métal, mais entraine le risque, si cela est fait après la mise en place de la peau sur le livre, de perforer également les pages du livre.

Friedrich Heinrich Karl de la Motte-Fouqué, Ondine. Reliure en veau.

Son premier mécène et commanditaire est Gabriel Thomas (qui a pris part dans le financement du Musée Grévin et de la Tour Eiffel). Il lui demande de réaliser les reliures de livres illustrés par Maurice Denis. Elle réalise également des étuis souples pour protéger ces livres, ce qui est plutôt rare à l’époque. Jacques Rouché, directeur de l’Opéra de Paris, également lié à Maurice Denis, était lui aussi un amateur de ses reliures. En 1915, Jacques Doucet lui demande une reliure pour un de ses livres.

Son style caractéristique de reliure s’affirme, apprécié de ces mécènes qui recherchent une alternative à la reliure de style traditionnel. Une des signatures de L.-D. Germain est le tracé de lignes ou d’alignements sur les plats, qui sont souvent des décors en continu, d’un plat à l’autre en passant par le dos. L’utilisation de jeux de couleurs et de torsades des lames de métal lui permet également de créer des reliefs. Il s’agit de choix très différents de ce qui est alors courant en reliure, puisque la tendance est plutôt au figuratif. Cela ne l’empêche pas d’utiliser des techniques traditionnelles, comme le cuir repoussé, ou de s’inspirer parfois du contenu du livre pour que la reliure serve d’introduction au livre, comme le font d’autres relieurs de l’époque. Louise-Denise Germain commence avec les premiers mécénats à fabriquer ses propres gardes, qui sont aquarellées, alors que les gardes classiques sont en cuir, en tissu, ou en papier marbré. Elle réalise aussi des incrustations en élévation : elle ne creuse pas dans le cuir pour faire la mosaïque, mais met une pièce de cuir colorée par-dessus le cuir principal de la reliure.

Stéphane Mallarmé, L’après-midi d’un faune. Reliure en veau.

Elle collabore avec Josef Sima, peintre de profession et plus tard son gendre. Elle le finance à ses débuts, lorsqu’il expose quasiment à compte d’auteur. Elle l’a connu car elle fréquente les mêmes maisons de couture que lui, là où il fabrique des tissus pour de grands couturiers. Leur collaboration se fait notamment au niveau des gardes aquarellées : il en réalise certaines même si elle en prépare la plupart.

Le second mécène de Louise-Denise Germain est Louis Barthou, qui a été, en plus d’un homme politique français important, un grand bibliophile à l’ancienne qui aime les belles reliures. Après sa mort en 1934, des ventes de sa collection sont organisées en 1935 et 1936, regroupant une trentaine de reliures de Louise-Denise Germain. L’autre grande relieuse de Barthou était Marot-Rodde, alias recouvrant deux femmes, mère et fille. Un autre commanditaire de Louise-Denise Germain est Robert Zunz, un ami de jeunesse, comptable chez un maroquinier puis banquier, qui a notamment acheté certaines reliures à sa mort.

Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole. Reliure en veau.

Les apports de cette exposition à l’histoire de la reliure sont très importants car elle mettait en valeur une figure sous-estimée. Louise-Denise Germain est une artiste méconnue, parce qu’éloignée des courants principaux de la reliure du début du XXe siècle. Les courants en reliure de cette époque sont ceux impulsés par Marius Michel ou François Koehler. Louise-Denise Germain ne les suit pas, notamment parce qu’elle est autodidacte, donc non influencée par les pressions du milieu de la reliure.

Elle a exposé tous les ans au moins trois fois par an : au salon d’automne, au salon des artistes décorateurs et à celui des Beaux-arts. En plus de ces présentations régulières, trois expositions lui ont été consacrées de son vivant. La première a lieu en 1913, à Buenos Aires, en lien avec la Société des Beaux-arts. En 1927, elle expose sur les Champs-Élysées. En 1933, on peut admirer ses réalisations rue Raspail. Malgré tout cela, ses œuvres n’entrent dans le domaine public que beaucoup plus tard.

Maquettes de sacs à main.

Avant la préparation de cette exposition à la bibliothèque de l’Arsenal, on estimait le nombre de reliures à 75, connues et estimées. Fabienne Le Bars en a finalement trouvé 200. Cela représente un petit corpus pour un relieur, mais il ne faut pas oublier qu’à différence d’autrui elle exerçait seule et que ce n’était pas sa seule activité, puisqu’elle a continué à pratiquer la maroquinerie jusqu’à la fin de sa vie.

Célia Cabane

La Bibliothèque bleue dans la Cité

La médiathèque de Troyes Champagne Métropole présente, du 25 avril au 23 septembre 2017 une exposition intitulée « La Bibliothèque bleue dans la Cité : un réseau nom@de entre le 17e et le 19e siècle ».

LA BIBLIOTHÈQUE BLEUE

Pendant près de trois siècles ont été diffusés, en France, des millions de livrets, sous une présentation semblable quelle qu’en soit la provenance. Ils étaient vendus très bon marché, soit directement dans les boutiques des imprimeurs, soit et surtout par un vaste réseau de libraires ou de colporteurs qui parcouraient le pays jusqu’en ses campagnes les plus reculées. Ces ouvrages sont connus, depuis la fin du XVIIe siècle, sous le nom de Bibliothèque bleue, sans doute en raison de la couverture d’épais papier bleu qui les recouvrait le plus souvent. C’est à un imprimeur troyen, Nicolas (I) Oudot, que l’on attribue les premières productions de cette littérature destinée au plus grand nombre.

Oudot réimprima, à peu de frais et donc sans grand soin, des textes anciens plus ou moins abandonnés par ses confrères avides de nouveautés, et leur trouva un nouveau public sans doute plus populaire. Le succès fut au rendez-vous pour lui et surtout pour ses descendants, mais ce succès suscita rapidement une concurrence, d’abord à Troyes, puis, dès la fin du siècle, dans d’autres centres de production du livre comme Rouen, Limoges, Caen… avant de s’étendre partout en France à partir de la fin du XVIIIe siècle. La particularité de ce phénomène éditorial est la permanence à la fois temporelle et géographique d’un ensemble de quelques centaines de textes que l’on retrouvera, pratiquement immuables, aussi bien à Lille qu’à Avignon et cela jusqu’au milieu du XIXe siècle.

L’EXPOSITION

Telle qu’elle est conçue, cette exposition, présentée dans la grande salle de la médiathèque, a vocation à s’adresser à un large public, non connaisseur en histoire du livre et histoire des mentalités. Dans ce but, le livre bleu a été remis dans son contexte d’usage, en montrant qu’il pouvait être présent partout dans la cité, de la rue à la maison, de l’atelier à l’école, principalement en milieu populaire mais aussi parfois dans des milieux plus cultivés et aisés. Chaque espace délimité donne lieu à une petite mise en scène qui donne à voir le cadre d’utilisation des ouvrages présentés et leurs usages : acheter, prier, apprendre, se nourrir, se divertir, jouer, travailler, se soigner…

Après une introduction présentant les principaux centres d’impression et les divers aspects sous lesquels on rencontrait les livrets, le visiteur pénètre dans l’exposition proprement dite. Il se trouve face à une grande rue qui débouche sur la place publique (fond de la salle). De chaque côté de cette rue, s’alignent des espaces ouverts sur l’extérieur (la rue) qui sont autant de lieux « habités » par la Bibliothèque bleue, selon le déroulé suivant :

  •  à droite, on rencontre successivement l’atelier-boutique de l’imprimeur, l’église, l’école, la maison ;
  • au bout, la place publique, lieu des conteurs, des bateleurs, des chansonniers…
  • à gauche, en revenant vers l’entrée, le jardin, l’atelier ou la boutique de quelques professions (boulanger, savetier, chirurgien-barbier), le cabinet de l’astrologue et un dernier espace donnant un aperçu de l’édition de colportage à l’étranger.
Photo de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le contexte spatio-temporel se matérialise donc par le truchement d’objets quotidiens mais aussi de reproductions de tableaux, de gravures et d’éléments sonores évoquant, dans la mesure du possible, la vie quotidienne au XVIIIe siècle (voire au XIXe siècle), avec ses activités domestiques, professionnelles, ludiques…

Des feuilletoirs informatiques, permettant de consulter les livrets, complètent les vitrines qui renferment les ouvrages. Des agrandissements d’estampes ou tableaux de l’époque (ou parfois légèrement postérieurs) prolongent l’évocation tout en matérialisant l’espace de chacune des séquences.

 LA VISITE

L’exposition s’ouvre sur une carte de France situant les principaux centres d’impression de livrets bleus au cours des trois siècles de production, du XVIIe au XIXe siècle. La vitrine montre la diversité des présentations pour ces ouvrages, de l’in-32 à l’in-4°, de la simple couverture bleue à la reliure armoriée (en l’occurrence, les armoiries de la marquise de Pompadour).

En pénétrant dans la rue centrale, nous rencontrons tout d’abord l’atelier de l’imprimeur avec une évocation du matériel nécessaire à cet art. C’est l’occasion de voir aussi quelques bois gravés qui furent employés pour l’illustration des livrets, un inventaire d’atelier, et des catalogues d’imprimeurs. On signale, à cette occasion, que celui de la veuve de Nicolas (III) Oudot mentionne, pour la première fois, l’appellation « Bibliothèque bleue ».

Installée comme libraire à Paris, au début du XVIIIe siècle, elle écoule ainsi les larges productions des Oudot de Troyes qui trouvent dans la capitale de nouveaux débouchés commerciaux. Rappelons au passage que Nicolas (I) Oudot est généralement considéré comme « l’inventeur » de la Bibliothèque bleue, au tout début du XVIIe siècle.

L’espace dédié à l’église permet ensuite de présenter la thématique religieuse, majoritairement présente dans la Bibliothèque bleue, et ce dès ses débuts. Une statue de sainte Barbe, une crèche du XVIIIe siècle et une boîte de sainte Reine renvoient à des usages de dévotion diversifiés et à autant de livrets religieux : vies de saints, recueils de noëls, cantiques, Figures de la Bible, Miroir du Pécheur… et aussi à l’un des fleurons de la Bibliothèque bleue, la Grande Danse macabre.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Cette dernière rappelle à tous la finitude de l’existence, l’égalité de tous devant la mort et la nécessité de s’amender sous peine de subir les châtiments éternels illustrés par des gravures qui se veulent saisissantes. Elle fait alterner squelettes et vivants, les premiers entraînant les seconds dans une danse macabre scandée de vers souvent ironiques, notamment pour les « grands » de ce monde. Mais quantité d’autres livrets permettent également de faire amende honorable.

On retrouve des livrets religieux dans l’espace suivant qui met en scène l’école où banc et pupitre du maître avec son martinet ne sont pas oubliés. Des enfants facétieux ont tracé à la plume d’oie, dans leur livret, des phrases cocasses reproduites ici sur papier.

C’est dans ce contexte que les enfants apprennent à lire et à écrire et d’ailleurs les Oudot imprimaient des « Livres à l’usage des écoles » (catalogue de la veuve de Nicolas (III) Oudot). Au rang de ces ouvrages, on rencontre tout naturellement des manuels d’apprentissages premiers : abécédaires, syllabaires, arithmétiques et aussi des civilités. Il s’agissait donc d’apprendre à lire, écrire et compter. En ce qui concerne la lecture, l’enfant doit certes savoir lire le caractère romain mais aussi l’écriture cursive, d’où l’usage du caractère dit « de civilité » qui apparaît dans la seconde moitié du XVIe siècle avec La Civilité puérile adaptée d’Erasme et La Civilité honnête. Ces deux publications s’ouvrent sur une « manière d’apprendre à lire, prononcer et écrire », ce qui en fait donc des ouvrages de déchiffrement autant que des manuels de conduite.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ces règles de conduite peuvent être suivies des Quatrains de Pybrac et d’un Traité pour bien apprendre l’orthographe. S’y ajouteront plus tard, dans ce même caractère typographique, Les Règles de la bienséance et de la Civilité chrétienne de Jean-Baptiste de La Salle.

Rappelons enfin que l’enfant était susceptible d’apprendre à lire dans bien d’autres livrets de la Bibliothèque bleue comme, par exemple, les Fables d’Ésope dont certaines impressions bleues précisent être « dédiées à la jeunesse ».

C’est dans le cadre d’une cuisine, avec ses ustensiles et sa vaisselle, que l’on rencontre Le Cuisinier français, Le Pâtissier français et Le Confiturier français. Le premier de ces titres enseigne la manière de préparer toutes sortes de viandes grasses ou maigres, les poissons, les légumes et les fruits (notamment en confitures) et les pâtisseries.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ces deux derniers points sont développés dans les deux autres ouvrages. Le Pâtissier français y ajoute, « pour les jours maigres », la manière d’apprêter les œufs de plus de soixante façons différentes ! Quant au Confiturier français, il propose, outre les recettes de confitures, celles pour fabriquer des dragées, des liqueurs et d’autres breuvages. On notera que ces trois livres sont de véritables révélateurs historiques des us et coutumes du temps. À une époque où la conservation des aliments posait des problèmes, on perçoit, dans ces conseils et recettes, l’importance du sucre, du sel et de la graisse pour garder longtemps les produits de chaque saison.

La cuisine est aussi un lieu de distractions d’où plusieurs brochures indiquant les règles de jeux de cartes et de dés.

Plus généralement, dans la maison, se manifestent des enjeux de pouvoir entre l’homme et la femme. Est donc évoquée là la querelle des sexes avec des livrets dont les titres fonctionnent en écho : Malice des femmes, Malice des hommes, Imperfection des femmes… Ils proviennent de deux ouvrages antérieurs : Alphabet de l’imperfection et malice des femmes de Jacques Olivier (1617) et De la Bonté et mauvaistié des femmes de Jean de Marconville (1564).

La place publique est le lieu de sociabilité par excellence au XVIIIe siècle. À cet endroit de convergence, la Bibliothèque bleue est présente car c’est là et sur les ponts que les colporteurs attirent les chalands avec leur boniment. Comme nombre de distractions s’y retrouvent (amuseurs, bonimenteurs, acteurs, marionnettistes…), il a été choisi d’y regrouper les histoires plaisantes de la Bibliothèque bleue.

Nicolas (I) Oudot imprima nombre de romans de chevalerie et certains de ces romans perdurèrent longuement dans la Bibliothèque bleue, souvent même jusqu’à sa disparition : ce sont les Quatre Fils Aymon, Huon de Bordeaux, Gallien restauré, Mélusine, Valentin et Orson… Ce dernier titre a donné lieu à un spectacle de marionnettes dans le cadre de cette exposition.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

À ces romans de chevalerie s’ajoutent quantité de petits romans et de facéties dont les héros sont en partie encore connus de nos jours : Till l’Espiègle, Fortunatus, le bonhomme Misère, Robert le Diable, Richard sans peur, Pierre de Provence, Jean de Calais, Jean de Paris, Hélène de Constantinople… et tant d’autres.

Un espace particulier est réservé à Geneviève de Brabant. La version française initiale sous le titre de l’Innocence reconnue (1634) est due au révérend père René de Ceriziers, aumônier de Louis XIV. Sa très grande popularité vient sans doute des nombreuses réimpressions qu’en fit la Bibliothèque bleue un peu partout en France. De là, elle devint si populaire qu’elle fut déclinée à l’envi sous plusieurs formes : imagerie, marionnettes, plaques de lanterne magique, bibelots, petits théâtre à construire, chromos… tous ces supports racontent l’histoire de Geneviève et de son fils nourri par une biche.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ce récit est entré dans la Bibliothèque bleue une vingtaine d’années après l’édition originale, ce qui est très peu pour ce type de production imprimée qui avait plutôt tendance à s’emparer de textes anciens, voire fort anciens. Toutefois, plusieurs autres cas similaires sont connus, notamment avec les contes des conteurs et conteuses du début du XVIIIe siècle : Charles Perrault, Madame d’Aulnoy, Madame Leprince de Beaumont, Madame de Murat, Mademoiselle L’Héritier… tous rejoignent « le papier bleu ».

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

S’y ajoutent, pour distraire les lecteurs, quelques rares pièces de théâtre et surtout de nombreuses brochures de chansons et de cantiques dont les cahiers peuvent s’assembler différemment au gré des tirages, des succès et des stratégies commerciales de l’imprimeur. Sur cet espace de la place publique, de grandes reproductions de colporteurs d’images et de brochures donnent à voir ce commerce de l’imprimé.

Le parcours scénographique nous mène ensuite à la cour et au jardin. Dans un espace agrémenté d’instruments agraires, de plantations et d’attributs du cheval (collier, fers…), le visiteur découvre des brochures telles que Le Maréchal expert, compilation de deux ouvrages antérieurs, l’un de Nicolas Beaugrand, maître maréchal à Paris (1619), l’autre du Sieur de l’Espiney qui se dit gentilhomme périgourdin (1628), ou encore l’Histoire des plantes. L’auteur de ce dernier ouvrage nous est également connu. Il s’agit de Léonard Fuchs, célèbre médecin du XVIe siècle. Son nom a été « latinisé » en « Fucus » dans les impressions bleues.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le texte est un mélange de descriptions botaniques et d’indications thérapeutiques. À côté des plantes alimentaires et condimentaires figurent quantité de plantes remèdes pour les maux les plus divers. L’originalité de cet herbier est d’être illustré d’un bois gravé pour chacune des plantes décrites, mais dans un savoir-faire très approximatif par rapport à l’original (première édition en latin à Bâle en 1542).

Dans cette déambulation, quelques métiers sont évoqués car présents dans la Bibliothèque bleue. La suite des Misères propres à chaque corps de métier donne une image fort négative des professions décriées : domestiques, boulangers, plaideurs, tailleurs sont les plus malheureux des besogneux. Ce n’est alors qu’une longue litanie, en vers burlesques, de récriminations contre les tâches quotidiennes. L’auteur de certains de ces écrits serait un certain Dufresne, ancien apprenti de Frédéric-Pierre Léonard imprimeur du roi (seconde moitié du XVIIe siècle). Ces complaintes facétieuses offrent un miroir  certes déformé et quelque peu caricatural des malheurs coutumiers inhérents aux labeurs quotidiens.

C’est l’occasion, dans l’exposition, de rappeler les attributions du chirurgien, et aussi celles du savetier, à ne pas assimiler au cordonnier (les deux corporations fusionneront dans la seconde moitié du XVIIIe siècle). Les compagnons de la manicle, c’est-à-dire les savetiers, sont les seuls à ne pas se plaindre de leur métier. Au moins cinq titres les concernant sont présents dans le corpus bleu. On y apprend peu de choses sur le métier lui-même puisque ce ne sont que réceptions et festins. Le vocabulaire employé – propre à la corporation – laisse à penser que c’est un homme du métier qui a rédigé ces textes.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le décor de cet espace se fait l’écho de trois de ces professions : le boulanger qui « cuit » devant son four en même temps que son pain, le savetier qui répare la chausse, et le chirurgien qui, en plus de raser, pratique saignée et amputation.

L’astrologue a droit à un cabinet spécifique pour exercer son art de divination. Si les astrologues troyens étaient réputés, leurs almanachs l’étaient tout autant. C’est ainsi que le nom de Pierre de Larivey se retrouve sur bon nombre d’almanachs en diverses villes de France. On fait du Grand Calendrier des bergers l’ancêtre de l’almanach. Pendant près de trois siècles, il diffusa un savoir ancestral, réputé provenir des bergers de la montagne. L’idée qui prédomine dans l’ouvrage est que l’homme est un microcosme qui participe du macrocosme. Mais au-delà de ce fleuron de la Bibliothèque bleue, amplement illustré de bois gravés (les activités des mois sont particulièrement réputées), l’exposition s’attache à mettre en valeur, dans l’habillage de l’espace et dans la vitrine, la variété des publications éphémères que sont les almanachs avec leur astrologue en gravure d’ouverture, d’où les femmes ne sont pas absentes.

Dans cet espace, aux confins du magique et du scientifique, ont été regroupés les traités astrologiques, ceux interprétant les songes et les éternuements, et ceux donnant des recettes dites « secrètes » dont certaines sont empruntées, entre autres, à Albert le Grand. D’où un décor rendant compte de ces différentes activités : compas et sphère armillaire, lunette astronomique, grimoire, pots de pharmacie et flacons au contenu improbable…

Après la visite chez l’astrologue, nous nous intéressons à la rue qui a conduit notre déambulation dans la ville. La rue du XVIIIe siècle est bruyante ; une reconstitution en vidéo 3D avec bruits d’ambiance permet d’apprécier le volume sonore des carrosses sur le pavé, de l’homme au travail, des animaux qui encombrent la chaussée et des voix humaines qui se couvrent mutuellement. Dès le point du jour commence le défilé des « gagne-petit » ambulants au rang desquels se trouve le colporteur. Les livrets des Cris de Paris rendent compte de toutes ces marchandises ou services délivrés dans la rue.

Ce sont certes des clichés, désuets et caricaturaux, mais ce sont aussi des miroirs, même s’ils sont déformants, d’une réalité historique et sociale. Même image pittoresque avec la langue de la cour des miracles au travers du Jargon ou langage de l’argot réformé qui prétend lever le secret des codes linguistiques de tous les gueux de la rue. En fait, ces ouvrages furent à l’origine rédigés par des lettrés (Bertaut ou Colletet par exemple). Et parmi ces truands, il en est qui défraient la chronique au XVIIIe siècle : Cartouche et Mandrin sont de ceux-là, mais seul le premier sévit à Paris.

La Bibliothèque bleue fut donc un réceptacle de nombre de ces voix de la ville.

Et pour terminer l’exposition, nous nous évadons de la France pour aller du côté de l’Angleterre, des Pays-Bas, de la Belgique, de l’Allemagne, de l’Italie, voir leur Bibliothèque bleue connue sous des noms divers.

On constate alors qu’avec une forme éditoriale et un contenu textuel et iconographique propres à chaque pays, on rencontre des récits communs à plusieurs pays. De même, bien des imprimeurs de brochures produisirent également des almanachs car la présentation matérielle et le circuit de distribution étaient les mêmes. C’est alors l’occasion de mettre en valeur le colportage comme système de diffusion à grande échelle puisque certains colporteurs franchissaient les frontières. Et c’est ainsi que le cordel hispanique ou lusitanien se retrouva au Brésil où il perdure encore aujourd’hui.

Le catalogue de l’exposition constitue le n° 90 (avril-juin 2017) de la revue La Vie en Champagne. Le programme établi autour de l’exposition et les informations pratiques sont détaillés sur le site de la bibliothèque.

 Marie-Dominique Leclerc et Alain Robert, Université de Reims Champagne-Ardenne

Le printemps du livre italien à Rennes

L’exposition « La Primavera del libro. Les Italiens et le livre imprimé à la Renaissance » organisée du 14 mars au 28 avril 2017 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 cherche à valoriser les livres italiens du XVIe siècle de la collection de l’université en démontrant comment ils permettent de comprendre les caractéristiques principales de la Renaissance italienne.

La présence d’ouvrages italiens en France font l’objet de recherches intensives, notamment depuis que Chiara Lastraioli, directrice de la Maison des sciences de l’homme Val-de-Loire à Tours, a lancé son projet sur le livre italien dans l’espace francophone à la première modernité (elle a, par ailleurs, donné une des deux conférences qui ont précédé le lancement de l’exposition). Ici, sous la direction de Claire Lesage, les étudiants du département d’Italien ont mis au point une exposition qui met en valeur la culture italienne à travers l’imprimé, des textes de Pétrarque jusqu’aux éditions du début du XVIIe siècle.

Au cours de l’exposition est invité à découvrir l’influence de la Renaissance italienne en France, le rôle central joué par la traduction tant des langues anciennes que des modernes dans la transmission du savoir, avant de plonger dans d’autres thématiques humanistes comme la poésie ou l’histoire.

Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592
Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592

On peut ainsi voir une édition des œuvres complètes de Machiavel ou encore l’édition italienne donnée à Tours en 1592 d’Il Pastor fido de Battista Guarini qui était destinée aux membres de la cour d’Henri IV. On notera également la présence d’une acquisition récente de la bibliothèque : un exemplaire de La Sophonisba, imprimé à Vicenza per Tolomeo Ianiculo en 1529.

Le livret de 20 pages qui accompagne l’exposition est librement consultable et téléchargeable depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Le livret de l’exposition

Exposition « Modernes livres anciens » à Rennes

L’exposition « Modernes livres anciens » organisée du 8 avril au 30 juin 2016 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 offre pour la première fois un aperçu des richesses de la collection Renaissance du fonds patrimonial de l’université. La bibliothèque conserve, en effet, plus de 600 titres du XVIe siècle dont des ouvrages phares comme la Bible polyglotte imprimée par Christophe Plantin.

Mis en place par les étudiants du programme de Master 2 MAGEMI (MAster GEstion et MIse en valeur des œuvres d’art, des objets ethnographiques et techniques) avec le conseil scientifique de Malcolm Walsby, l’exposition propose une sélection d’ouvrages qui permettent de comprendre les caractéristiques principales des livres de cette période. Ainsi le visiteur est encouragé à découvrir les matériaux (papiers et cuirs différents) avec des échantillons qui permettent de les toucher et d’en mieux apprécier les spécificités.

Suit alors un parcours qui explique la naissance de l’imprimerie, son développement au cours de la Renaissance et la technique de fabrication des livres (avec notamment une vidéo effectuée avec la relieuse Céline Lafite). Des sections sont également consacrées à l’impact des déchirements religieux, la censure, l’illustration et la décoration des exemplaires. On découvre ainsi des ouvrages surprenants comme cette édition parisienne d’une œuvre antiprotestante de Johannes Cochlaeus dont la page de titre est ornée d’une gravure sur bois représentant un Martin Luther à sept têtes… (USTC 153595)

Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.
Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.

L’exposition est accompagnée d’une feuille d’orientation qui comporte des définitions des termes techniques les plus complexes et d’un catalogue de 70 pages qui offre quelques explications générales ainsi qu’une sélection de notices sur les ouvrages exposés dont les textes furent rédigés par les étudiants.

Ce catalogue peut être librement consulté et téléchargé en ligne depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Catalogue de l’exposition