L’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Bibliothèque numérique du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège

Depuis de nombreuses années, l’Université de Liège (ULg) s’est investie avec force dans le domaine de l’Open Access, non seulement par le biais de la diffusion des recherches menées par ses chercheurs via un dépôt institutionnel baptisé ORBi, mais également dans le domaine du patrimoine numérique. Ainsi, en 2009, elle lançait sa bibliothèque virtuelle accessible via le portail DONum, l’acronyme de Dépôt d’Objets Numérisés, afin de permettre à chacun d’accéder aux collections numérisées des œuvres conservées par le Réseau des Bibliothèques et au sein des Collections artistiques. Jusqu’à présent, plus de 840 documents (livres, gravures et peintures) des xve-xviie siècles ont déjà fait l’objet d’une campagne de numérisation, les rendant ainsi accessibles gratuitement au public.

Page d’accueil de DONum

 Profitant d’une nouvelle fonctionnalité créée par le Réseau des Bibliothèques (la possibilité d’associer aux objets numérisés un contenu scientifique), l’Unité de recherches sur le Moyen et la première Modernité Transitions a décidé de s’associer à ce projet par la mise en ligne, en avril 2017, de l’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Il s’agit d’un outil numérique qui vise à accompagner la diffusion, en Open Access, des collections patrimoniales et artistiques de l’Université de Liège.

Exemple de fiche descriptive dans DONum

La genèse de ce projet remonte à l’année académique 2015-2016. Elle fait suite à une première expérience numérique en relation avec les collections de l’ULg, à savoir une exposition virtuelle réalisée par les étudiants de Master 1 et 2 en Histoire et Histoire de l’art et archéologie dans le cadre du cours d’Histoire du livre à la Renaissance. Cette exposition virtuelle, intitulée Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège, s’intègre plus largement dans un projet de recherches menées dans le cadre du projet EDITEF – L’édition italienne dans l’espace francophone, piloté depuis le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours par Chiara Lastraioli.

Page d’accueil de l’exposition virtuelle Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège

Les étagères virtuelles de la nouvelle bibliothèque Arm@rium offriront la possibilité de consulter une sélection de témoins de la culture écrite, imprimée et graphique de la période couverte par les recherches menées au sein de Transitions, celle du Moyen Âge à la première Modernité.

L’ULg, avec notamment quelque 6.000 manuscrits, 500 incunables et près de 5.000 livres imprimés au xvie siècle, possède la troisième collection patrimoniale la plus riche de Belgique, juste derrière celles de la Bibliothèque royale de Belgique et de la bibliothèque de l’Université de Gand. À ce titre, elle détient le fonds ancien le plus important de la partie francophone du pays.

À sa fondation en 1817, l’ULg se voit dotée d’un fonds ancien constitué à partir des reliquats de bibliothèques religieuses supprimées dans la tourmente de la révolution en 1796. Il s’agit principalement de livres en provenance des couvents des croisiers de Liège et de Huy auxquels sont venus s’adjoindre des ouvrages de l’ancienne bibliothèque des jésuites liégeois ainsi que des livres de celle de l’abbaye norbertine d’Averbode, située à 60 km au nord-ouest de Bruxelles, et de celle de Saint-Trond, à 40 km au nord-est de Liège. Au début du xxe siècle, en 1903, la bibliothèque de l’université s’agrandit considérablement grâce à la générosité du baron Adrien Wittert qui légua son incroyable collection riche de plus de 20.000 volumes dont de nombreux livres anciens, mais aussi plus de 25.000 dessins, des gravures et même une cinquantaine de tableaux.

Ex-libris du baron Adrien Wittert

Le baron ne s’est pas simplement contenté de céder ses livres à l’université. Il a de surcroît constitué une rente annuelle et perpétuelle destinée non seulement à assurer l’entretien de son fonds, mais également pour procéder à des acquisitions ultérieures. L’Université de Liège a aussi profité de plusieurs libéralités dont la dernière la plus notable est celle de l’un de ses anciens recteurs, le Prof. Constantin Le Paige décédé en 1929 et qui a légué à son Alma Mater plus de 3.500 volumes et manuscrits relatifs aux sciences mathématiques et physiques.

Avec l’Arm@rium Universitatis Leodiensis, l’UR Transitions se propose non seulement de participer à la valorisation de ce riche trésor, mais aussi d’apporter sa contribution aux nombreux défis que la « grande conversion numérique » a imposés depuis plusieurs décennies à la conservation et à la diffusion du patrimoine ancien, dont le principal est sans conteste l’accès à un savoir de qualité.

Les premières publications peuvent être consultées sur le site de l’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Six pièces ont déjà fait l’objet d’une notice : deux incunables, une édition du xvie siècle ainsi qu’une gravure de la même époque et deux ouvrages du xviie siècle.

Le plus ancien livre présenté est une édition lyonnaise du premier roman médiéval jamais imprimé, le Fierabras, sorti des presses de Guillaume Leroy vers 1484-1487.

Jean Bagnyon, Fierabras, Lyon, Guillaume Le Roy, 16 novembre [1484-1487], in-2°, ff. [a1v]-a2r (Liège, Bibliothèque Alpha, XV.B119)
Rappelons à ce propos que cet imprimeur vient de Liège et qu’il est à l’origine de l’entrée de Lyon dans l’ère typographique, le 17 septembre 1473. Cette date n’est pas aussi anodine qu’il n’y paraît puisqu’elle coïncide avec la date de la commémoration du martyre de saint Lambert, saint patron de la Liège. L’imprimeur aurait ainsi choisi de placer son entreprise sous la protection du saint protecteur de sa patrie natale. L’autre édition du xve siècle est une version française d’une célèbre encyclopédie médiévale, le Liber de proprietatibus rerum, rédigé en 1240 par le franciscain Barthélemy l’Anglais. Ce remaniement de la première traduction française est dû au frère Jean Corbechon, lecteur à la Faculté de théologie de Paris puis maître en théologie et chapelain du roi Charles V de France, qui la composa au cours du xive siècle. L’ouvrage provient également d’un atelier de Lyon, non pas celui de Guillaume Leroy, mais bien de celui de son collègue Mathias Huss, qui le reproduisit en 1487.

Le siècle suivant est notamment représenté par une gravure de l’artiste hollandais Cornelis Cort, La Sainte Famille (Madone au chat), l’une des deux estampes qu’il réalisa pendant son second séjour romain (1573-1578), d’après les tableaux du peintre originaire d’Urbino Federico Barocci.

Cornelis Cort, La Sainte Famille (Madone au chat) d’après Federico Barocci, 1577, Burin, 311 × 238 mm (Liège, Collections artistiques, Inv. 1661).

Figure également une impression datant de 1592 d’un édit du prince-évêque de Liège, Ernest de Bavière, dont l’objectif était de réglementer la pratique de la justice sur l’ensemble du territoire de la principauté. Son auteur est Wouter Morberius, à l’origine de l’installation durable de presses à Liège. Cet exemplaire présente en outre la particularité de contenir de nombreuses notes manuscrites marginales, qui sont en réalité des corrections des multiples coquilles typographiques que recèle l’ouvrage. L’Université de Liège possède également un autre exemplaire de ce livre dans lequel les erreurs furent directement corrigées, signe que cette édition présente au moins deux états.

Jusqu’à présent, l’Arm@rium Universitatis Leodiensis accueille enfin deux ouvrages du xviie siècle, tous deux en relation directe avec l’histoire de Liège, que ce soit du point de vue littéraire ou spirituel. Citons en premier lieu le Pétrarque en rime françoise, la seule traduction française réalisée à Liège d’une œuvre de Pétrarque. Elle y fut composée par le Brugeois Philippe de Maldeghem en 1600. L’Université de Liège conserve les deux seules éditions de cette traduction, mais pour des raisons de conservation, il fut décidé de numériser la seconde parue à Douai chez François Fabry en 1606 plutôt que la princeps publiée à Bruxelles par Rutger Velpius en 1600. Nous terminerons cette présentation avec l’un des grands best-sellers de la littérature dévote, L’Ange conducteur dans la dévotion chrétienne, né sous la plume de Jacques Coret, recteur du collège jésuite de Valenciennes, et imprimé pour la première fois à Liège, en 1683, chez Gérard Grison.

Jacques Coret, L’ange conducteur dans la dévotion chrétienne réduite en pratique en faveur des âmes dévotes, avec l’instruction des riches indulgences, dont jouissent les personnes congrégées dans la confrérie de l’Ange Gardien, érigée en la chapelle des religieuses de S. Ursule, Liège, Gérard Grison, [1683], 12°, page de titre (Liège, Bibliothèque Alpha, R2686A)
Le succès de cette œuvre a traversé les siècles puisque l’on dénombre, à ce jour, près de 740 rééditions, reproduites de manières variables, sous des titres et des formats parfois fort différents. Un colloque, organisé par des membres de Transitions, l’unité de recherches sur le Moyen Âge et la première Modernité de Liège, lui a été consacré en octobre 2016.

Prévue avec une périodicité bimestrielle, la publication des prochaines notices sera annoncée dans la newsletter de l’UR Transitions

Renaud AdamUniversité de Liège

Première journée Renouard (31 mars 2017)

Le 15 avril 2016, se tenait à l’École nationale des chartes une journée intitulée « Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle » en hommage à Annie Charon, professeur d’histoire du livre à l’époque moderne de 1990 à 2015. À cette occasion, une place particulière avait été réservée aux papiers « Renouard » sur les imprimés parisiens du XVIe siècle, dont l’histoire rappelée par Geneviève Guilleminot est emblématique de la longue chaîne de transmission, de la longue « pré-histoire » qui a conduit aux approches renouvelées par l’Apparition du livre. Philippe Renouard, lui-même issu d’une remarquable lignée de bibliographes, avait laissé des travaux restés pour une large part à l’état de documents préparatoires. Or, comme le rappelait Henri-Jean Martin, « la connaissance de notre patrimoine écrit a nécessité de tout temps […] [des] travaux qui exigent la passion de vies entières et requéraient souvent la continuité de plusieurs générations d’érudits. Qu’on ne s’étonne donc pas si l’histoire du livre est jalonnée du souvenir de collections dispersées et de répertoires laissés inachevés ou disparus, voire détruits après la mort de leur auteur. De ce point de vue, l’histoire des ‘papiers Renouard’ est exemplaire » en ce qu’ils ont, à l’inverse, pu être préservés. Ces papiers ont été repris par les équipes de la Réserve de la BnF, d’abord sous forme papier puis, grâce à la persévérance de Magali Vène aujourd’hui relayée par Estelle Bœuf-Belilita, sous forme numérique dans BP16. Ils servent aujourd’hui de base aux nouveaux outils et aux nouvelles recherches qui s’élaborent.

Mais cette journée était aussi conçue comme le prélude à un cycle de rencontres annuel, sorte de petit frère parisien des rencontres Biblyon qu’organisent depuis 2011 Michèle Clément et Raphaële Mouren à Lyon, afin de permettre à des spécialistes aguerris et à de jeunes chercheurs, à des historiens, à des historiens d’art et à des littéraires, à des spécialistes du manuscrit et de l’imprimé, à des historiens du Moyen Age et des temps modernes de se rencontrer et de dialoguer ensemble sur le livre et sur la recherche en train de se faire (pour un bilan datant de 2015). C’est pourquoi, après les allocutions d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, et d’Olivier Poncet, directeur du Centre Jean-Mabillon, Michèle Clément, professeure de littérature française à l’université Lyon-2 a ouvert, la première des « Rencontres Renouard » : elle a présenté un bilan des sept premières années des rencontres lyonnaises, caractérisées par leur souplesse et leur convivialité et grâce auxquelles s’est créée une véritable dynamique de recherche, puis a évoqué les perspectives d’avenir, qui incluent des échanges entre les rencontres lyonnaises et parisiennes, et l’organisation d’un colloque commun sur les privilèges, probablement en 2019.

Alors que la journée d’avril 2016 insistait davantage sur le contexte de production des livres, la journée du 31 mars 2017 entendait s’ouvrir à des approches plus littéraires, mais nourries des apports de la bibliographie matérielle et de l’histoire du livre : en témoignent les études consacrées à la mise en livre de deux œuvres majeures, le Roman de la rose, dont Nathalie Coilly a finement analysé les différentes solutions adoptées, dans les manuscrits et les imprimés, pour mettre en page un court échange entre Raison et l’Amant, et la Nef des fous, qui devait faire l’objet de la communication, hélas reportée, de Jonas Kurscheidt. Le dialogue noué avec l’histoire de l’art, que représentaient l’année précédente Séverine Lepape et Anna Baydova, s’est avéré tout aussi fructueux : la contribution de Guy-Michel Leproux, dont les travaux sur les maîtres vitriers et les enlumineurs sous François Ier sont bien connus, a fait connaître des éléments choisis d’un livre à paraître sur le théâtre à Paris au XVIe siècle. Des archives notariales, redoutables sur le plan paléographique, révèlent des circulations inattendues et des liens étroits entre le monde du théâtre et celui du livre à la Renaissance, les comédiens pouvant devenir libraires ou colporteurs et inversement. Louis-Gabriel Bonicoli a quant à lui présenté les principaux enseignements d’une thèse soutenue en 2015 et consacrée à Antoine Vérard, et en particulier à ses bois gravés, dont il a dressé le répertoire. Cette enquête a permis d’identifier, outre le Maître du cardinal de Bourbon, du Maître des Grandes heures royales et de Jean d’Ypres, au moins trois autres peintres qui fournirent les dessins utilisés par les graveurs. M. Bonicoli a par ailleurs proposé, à partir d’une analyse attentive aux contraintes techniques, une autre façon de réfléchir aux rapports entre texte et image dans la production de Vérard.

La part belle a été faite aux incunables, présents dans les communications de Nathalie Coilly, désormais en charge des incunables à la Réserve de la BnF, Louis-Gabriel Bonicoli, Jonas Kurscheidt (dont la communication est reportée à l’année 2018) et Ezio Ornato, inventeur bien connu de la codicologie quantitative, qui en a montré de remarquables applications sur le corpus des sermonnaires et leur circulation à travers l’Europe. Martine Furno a, quant à elle, présenté un véritable « fairy tale », celui de sa découverte, à la bibliothèque de Blickling Hall (Aylsham, Norfolk), d’un exemplaire exceptionnel du Thesaurus d’Estienne couvert d’annotations manuscrites et de ce qu’elle a baptisé des « post it » (fragments, imprimés recto verso ou seulement au recto, issus des addenda à l’édition précédente et replacés à l’endroit où ils auraient dû se trouver), et sans doute destiné à préparer une nouvelle édition qui n’a jamais vu le jour.

Dictionarium, seu Latinae linguae thesaurus, Paris: Robert Estienne, 1543 (USTC 140870 – exemplaire de l’Österreichische Nationalbibliothek, Vienne)

Enfin, Christine Bénévent a présenté quelques-unes des découvertes faites dans le cadre d’un projet collectif conduit par Gilbert Fournier sur la bibliothèque du collège de Sorbonne au XVIe s., dont Gilbert Fournier a découvert un catalogue imprimé datant probablement de 1549.

Il y avait véritablement sens à intituler, sur la suggestion d’Olivier Poncet, ce cycle annuel « Rencontres Renouard ». Si les notes laissées par Philippe Renouard peuvent aujourd’hui nourrir ces recherches entrecroisées, c’est « grâce à la générosité et à l’esprit de continuité des descendants d’Antoine-Augustin et de Philippe Renouard » (Henri-Jean Martin), représentés en ce 31 mars 2017 par la veuve, Marie-Constance, et la sœur, Geneviève, de Dominique Renouard, petit-fils de Philippe. Bien qu’ayant suivi d’autres voies que celle de la bibliographie, Dominique Renouard suivait avec beaucoup d’attention les recherches sur les imprimeurs parisiens. C’est à lui que nous devons la découverte des épreuves inédites d’un Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires et fondeurs de caractères en exercice à Paris au XVIIe s., probablement rédigé en 1907. Il aurait été heureux, a dit Marie-Constance Renouard, d’assister à ces échanges. Que ceux-ci restent, comme ils l’ont été le 31 mars 2017, placés sous le signe de cet idéal de transmission généreuse.

Après la pause déjeuner, les participants aux Rencontres Renouard ont pu découvrir avec sa directrice, Camille Dégez-Selves, la nouvelle bibliothèque de l’École, qui a ouvert le 6 mars 2017 dans des locaux rénovés sur le site Richelieu (entrée au 12 rue des Petits Champs)

Les prochaines Rencontres Renouard se tiendront le vendredi 13 avril 2017. Plus d’informations sur cette journée sont disponibles sur la page qui lui est dédiée sur le site de l’École des chartes

Christine Bénévent, École nationale des chartes

La Bibliothèque bleue dans la Cité

La médiathèque de Troyes Champagne Métropole présente, du 25 avril au 23 septembre 2017 une exposition intitulée « La Bibliothèque bleue dans la Cité : un réseau nom@de entre le 17e et le 19e siècle ».

LA BIBLIOTHÈQUE BLEUE

Pendant près de trois siècles ont été diffusés, en France, des millions de livrets, sous une présentation semblable quelle qu’en soit la provenance. Ils étaient vendus très bon marché, soit directement dans les boutiques des imprimeurs, soit et surtout par un vaste réseau de libraires ou de colporteurs qui parcouraient le pays jusqu’en ses campagnes les plus reculées. Ces ouvrages sont connus, depuis la fin du XVIIe siècle, sous le nom de Bibliothèque bleue, sans doute en raison de la couverture d’épais papier bleu qui les recouvrait le plus souvent. C’est à un imprimeur troyen, Nicolas (I) Oudot, que l’on attribue les premières productions de cette littérature destinée au plus grand nombre.

Oudot réimprima, à peu de frais et donc sans grand soin, des textes anciens plus ou moins abandonnés par ses confrères avides de nouveautés, et leur trouva un nouveau public sans doute plus populaire. Le succès fut au rendez-vous pour lui et surtout pour ses descendants, mais ce succès suscita rapidement une concurrence, d’abord à Troyes, puis, dès la fin du siècle, dans d’autres centres de production du livre comme Rouen, Limoges, Caen… avant de s’étendre partout en France à partir de la fin du XVIIIe siècle. La particularité de ce phénomène éditorial est la permanence à la fois temporelle et géographique d’un ensemble de quelques centaines de textes que l’on retrouvera, pratiquement immuables, aussi bien à Lille qu’à Avignon et cela jusqu’au milieu du XIXe siècle.

L’EXPOSITION

Telle qu’elle est conçue, cette exposition, présentée dans la grande salle de la médiathèque, a vocation à s’adresser à un large public, non connaisseur en histoire du livre et histoire des mentalités. Dans ce but, le livre bleu a été remis dans son contexte d’usage, en montrant qu’il pouvait être présent partout dans la cité, de la rue à la maison, de l’atelier à l’école, principalement en milieu populaire mais aussi parfois dans des milieux plus cultivés et aisés. Chaque espace délimité donne lieu à une petite mise en scène qui donne à voir le cadre d’utilisation des ouvrages présentés et leurs usages : acheter, prier, apprendre, se nourrir, se divertir, jouer, travailler, se soigner…

Après une introduction présentant les principaux centres d’impression et les divers aspects sous lesquels on rencontrait les livrets, le visiteur pénètre dans l’exposition proprement dite. Il se trouve face à une grande rue qui débouche sur la place publique (fond de la salle). De chaque côté de cette rue, s’alignent des espaces ouverts sur l’extérieur (la rue) qui sont autant de lieux « habités » par la Bibliothèque bleue, selon le déroulé suivant :

  •  à droite, on rencontre successivement l’atelier-boutique de l’imprimeur, l’église, l’école, la maison ;
  • au bout, la place publique, lieu des conteurs, des bateleurs, des chansonniers…
  • à gauche, en revenant vers l’entrée, le jardin, l’atelier ou la boutique de quelques professions (boulanger, savetier, chirurgien-barbier), le cabinet de l’astrologue et un dernier espace donnant un aperçu de l’édition de colportage à l’étranger.
Photo de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le contexte spatio-temporel se matérialise donc par le truchement d’objets quotidiens mais aussi de reproductions de tableaux, de gravures et d’éléments sonores évoquant, dans la mesure du possible, la vie quotidienne au XVIIIe siècle (voire au XIXe siècle), avec ses activités domestiques, professionnelles, ludiques…

Des feuilletoirs informatiques, permettant de consulter les livrets, complètent les vitrines qui renferment les ouvrages. Des agrandissements d’estampes ou tableaux de l’époque (ou parfois légèrement postérieurs) prolongent l’évocation tout en matérialisant l’espace de chacune des séquences.

 LA VISITE

L’exposition s’ouvre sur une carte de France situant les principaux centres d’impression de livrets bleus au cours des trois siècles de production, du XVIIe au XIXe siècle. La vitrine montre la diversité des présentations pour ces ouvrages, de l’in-32 à l’in-4°, de la simple couverture bleue à la reliure armoriée (en l’occurrence, les armoiries de la marquise de Pompadour).

En pénétrant dans la rue centrale, nous rencontrons tout d’abord l’atelier de l’imprimeur avec une évocation du matériel nécessaire à cet art. C’est l’occasion de voir aussi quelques bois gravés qui furent employés pour l’illustration des livrets, un inventaire d’atelier, et des catalogues d’imprimeurs. On signale, à cette occasion, que celui de la veuve de Nicolas (III) Oudot mentionne, pour la première fois, l’appellation « Bibliothèque bleue ».

Installée comme libraire à Paris, au début du XVIIIe siècle, elle écoule ainsi les larges productions des Oudot de Troyes qui trouvent dans la capitale de nouveaux débouchés commerciaux. Rappelons au passage que Nicolas (I) Oudot est généralement considéré comme « l’inventeur » de la Bibliothèque bleue, au tout début du XVIIe siècle.

L’espace dédié à l’église permet ensuite de présenter la thématique religieuse, majoritairement présente dans la Bibliothèque bleue, et ce dès ses débuts. Une statue de sainte Barbe, une crèche du XVIIIe siècle et une boîte de sainte Reine renvoient à des usages de dévotion diversifiés et à autant de livrets religieux : vies de saints, recueils de noëls, cantiques, Figures de la Bible, Miroir du Pécheur… et aussi à l’un des fleurons de la Bibliothèque bleue, la Grande Danse macabre.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Cette dernière rappelle à tous la finitude de l’existence, l’égalité de tous devant la mort et la nécessité de s’amender sous peine de subir les châtiments éternels illustrés par des gravures qui se veulent saisissantes. Elle fait alterner squelettes et vivants, les premiers entraînant les seconds dans une danse macabre scandée de vers souvent ironiques, notamment pour les « grands » de ce monde. Mais quantité d’autres livrets permettent également de faire amende honorable.

On retrouve des livrets religieux dans l’espace suivant qui met en scène l’école où banc et pupitre du maître avec son martinet ne sont pas oubliés. Des enfants facétieux ont tracé à la plume d’oie, dans leur livret, des phrases cocasses reproduites ici sur papier.

C’est dans ce contexte que les enfants apprennent à lire et à écrire et d’ailleurs les Oudot imprimaient des « Livres à l’usage des écoles » (catalogue de la veuve de Nicolas (III) Oudot). Au rang de ces ouvrages, on rencontre tout naturellement des manuels d’apprentissages premiers : abécédaires, syllabaires, arithmétiques et aussi des civilités. Il s’agissait donc d’apprendre à lire, écrire et compter. En ce qui concerne la lecture, l’enfant doit certes savoir lire le caractère romain mais aussi l’écriture cursive, d’où l’usage du caractère dit « de civilité » qui apparaît dans la seconde moitié du XVIe siècle avec La Civilité puérile adaptée d’Erasme et La Civilité honnête. Ces deux publications s’ouvrent sur une « manière d’apprendre à lire, prononcer et écrire », ce qui en fait donc des ouvrages de déchiffrement autant que des manuels de conduite.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ces règles de conduite peuvent être suivies des Quatrains de Pybrac et d’un Traité pour bien apprendre l’orthographe. S’y ajouteront plus tard, dans ce même caractère typographique, Les Règles de la bienséance et de la Civilité chrétienne de Jean-Baptiste de La Salle.

Rappelons enfin que l’enfant était susceptible d’apprendre à lire dans bien d’autres livrets de la Bibliothèque bleue comme, par exemple, les Fables d’Ésope dont certaines impressions bleues précisent être « dédiées à la jeunesse ».

C’est dans le cadre d’une cuisine, avec ses ustensiles et sa vaisselle, que l’on rencontre Le Cuisinier français, Le Pâtissier français et Le Confiturier français. Le premier de ces titres enseigne la manière de préparer toutes sortes de viandes grasses ou maigres, les poissons, les légumes et les fruits (notamment en confitures) et les pâtisseries.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ces deux derniers points sont développés dans les deux autres ouvrages. Le Pâtissier français y ajoute, « pour les jours maigres », la manière d’apprêter les œufs de plus de soixante façons différentes ! Quant au Confiturier français, il propose, outre les recettes de confitures, celles pour fabriquer des dragées, des liqueurs et d’autres breuvages. On notera que ces trois livres sont de véritables révélateurs historiques des us et coutumes du temps. À une époque où la conservation des aliments posait des problèmes, on perçoit, dans ces conseils et recettes, l’importance du sucre, du sel et de la graisse pour garder longtemps les produits de chaque saison.

La cuisine est aussi un lieu de distractions d’où plusieurs brochures indiquant les règles de jeux de cartes et de dés.

Plus généralement, dans la maison, se manifestent des enjeux de pouvoir entre l’homme et la femme. Est donc évoquée là la querelle des sexes avec des livrets dont les titres fonctionnent en écho : Malice des femmes, Malice des hommes, Imperfection des femmes… Ils proviennent de deux ouvrages antérieurs : Alphabet de l’imperfection et malice des femmes de Jacques Olivier (1617) et De la Bonté et mauvaistié des femmes de Jean de Marconville (1564).

La place publique est le lieu de sociabilité par excellence au XVIIIe siècle. À cet endroit de convergence, la Bibliothèque bleue est présente car c’est là et sur les ponts que les colporteurs attirent les chalands avec leur boniment. Comme nombre de distractions s’y retrouvent (amuseurs, bonimenteurs, acteurs, marionnettistes…), il a été choisi d’y regrouper les histoires plaisantes de la Bibliothèque bleue.

Nicolas (I) Oudot imprima nombre de romans de chevalerie et certains de ces romans perdurèrent longuement dans la Bibliothèque bleue, souvent même jusqu’à sa disparition : ce sont les Quatre Fils Aymon, Huon de Bordeaux, Gallien restauré, Mélusine, Valentin et Orson… Ce dernier titre a donné lieu à un spectacle de marionnettes dans le cadre de cette exposition.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

À ces romans de chevalerie s’ajoutent quantité de petits romans et de facéties dont les héros sont en partie encore connus de nos jours : Till l’Espiègle, Fortunatus, le bonhomme Misère, Robert le Diable, Richard sans peur, Pierre de Provence, Jean de Calais, Jean de Paris, Hélène de Constantinople… et tant d’autres.

Un espace particulier est réservé à Geneviève de Brabant. La version française initiale sous le titre de l’Innocence reconnue (1634) est due au révérend père René de Ceriziers, aumônier de Louis XIV. Sa très grande popularité vient sans doute des nombreuses réimpressions qu’en fit la Bibliothèque bleue un peu partout en France. De là, elle devint si populaire qu’elle fut déclinée à l’envi sous plusieurs formes : imagerie, marionnettes, plaques de lanterne magique, bibelots, petits théâtre à construire, chromos… tous ces supports racontent l’histoire de Geneviève et de son fils nourri par une biche.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ce récit est entré dans la Bibliothèque bleue une vingtaine d’années après l’édition originale, ce qui est très peu pour ce type de production imprimée qui avait plutôt tendance à s’emparer de textes anciens, voire fort anciens. Toutefois, plusieurs autres cas similaires sont connus, notamment avec les contes des conteurs et conteuses du début du XVIIIe siècle : Charles Perrault, Madame d’Aulnoy, Madame Leprince de Beaumont, Madame de Murat, Mademoiselle L’Héritier… tous rejoignent « le papier bleu ».

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

S’y ajoutent, pour distraire les lecteurs, quelques rares pièces de théâtre et surtout de nombreuses brochures de chansons et de cantiques dont les cahiers peuvent s’assembler différemment au gré des tirages, des succès et des stratégies commerciales de l’imprimeur. Sur cet espace de la place publique, de grandes reproductions de colporteurs d’images et de brochures donnent à voir ce commerce de l’imprimé.

Le parcours scénographique nous mène ensuite à la cour et au jardin. Dans un espace agrémenté d’instruments agraires, de plantations et d’attributs du cheval (collier, fers…), le visiteur découvre des brochures telles que Le Maréchal expert, compilation de deux ouvrages antérieurs, l’un de Nicolas Beaugrand, maître maréchal à Paris (1619), l’autre du Sieur de l’Espiney qui se dit gentilhomme périgourdin (1628), ou encore l’Histoire des plantes. L’auteur de ce dernier ouvrage nous est également connu. Il s’agit de Léonard Fuchs, célèbre médecin du XVIe siècle. Son nom a été « latinisé » en « Fucus » dans les impressions bleues.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le texte est un mélange de descriptions botaniques et d’indications thérapeutiques. À côté des plantes alimentaires et condimentaires figurent quantité de plantes remèdes pour les maux les plus divers. L’originalité de cet herbier est d’être illustré d’un bois gravé pour chacune des plantes décrites, mais dans un savoir-faire très approximatif par rapport à l’original (première édition en latin à Bâle en 1542).

Dans cette déambulation, quelques métiers sont évoqués car présents dans la Bibliothèque bleue. La suite des Misères propres à chaque corps de métier donne une image fort négative des professions décriées : domestiques, boulangers, plaideurs, tailleurs sont les plus malheureux des besogneux. Ce n’est alors qu’une longue litanie, en vers burlesques, de récriminations contre les tâches quotidiennes. L’auteur de certains de ces écrits serait un certain Dufresne, ancien apprenti de Frédéric-Pierre Léonard imprimeur du roi (seconde moitié du XVIIe siècle). Ces complaintes facétieuses offrent un miroir  certes déformé et quelque peu caricatural des malheurs coutumiers inhérents aux labeurs quotidiens.

C’est l’occasion, dans l’exposition, de rappeler les attributions du chirurgien, et aussi celles du savetier, à ne pas assimiler au cordonnier (les deux corporations fusionneront dans la seconde moitié du XVIIIe siècle). Les compagnons de la manicle, c’est-à-dire les savetiers, sont les seuls à ne pas se plaindre de leur métier. Au moins cinq titres les concernant sont présents dans le corpus bleu. On y apprend peu de choses sur le métier lui-même puisque ce ne sont que réceptions et festins. Le vocabulaire employé – propre à la corporation – laisse à penser que c’est un homme du métier qui a rédigé ces textes.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le décor de cet espace se fait l’écho de trois de ces professions : le boulanger qui « cuit » devant son four en même temps que son pain, le savetier qui répare la chausse, et le chirurgien qui, en plus de raser, pratique saignée et amputation.

L’astrologue a droit à un cabinet spécifique pour exercer son art de divination. Si les astrologues troyens étaient réputés, leurs almanachs l’étaient tout autant. C’est ainsi que le nom de Pierre de Larivey se retrouve sur bon nombre d’almanachs en diverses villes de France. On fait du Grand Calendrier des bergers l’ancêtre de l’almanach. Pendant près de trois siècles, il diffusa un savoir ancestral, réputé provenir des bergers de la montagne. L’idée qui prédomine dans l’ouvrage est que l’homme est un microcosme qui participe du macrocosme. Mais au-delà de ce fleuron de la Bibliothèque bleue, amplement illustré de bois gravés (les activités des mois sont particulièrement réputées), l’exposition s’attache à mettre en valeur, dans l’habillage de l’espace et dans la vitrine, la variété des publications éphémères que sont les almanachs avec leur astrologue en gravure d’ouverture, d’où les femmes ne sont pas absentes.

Dans cet espace, aux confins du magique et du scientifique, ont été regroupés les traités astrologiques, ceux interprétant les songes et les éternuements, et ceux donnant des recettes dites « secrètes » dont certaines sont empruntées, entre autres, à Albert le Grand. D’où un décor rendant compte de ces différentes activités : compas et sphère armillaire, lunette astronomique, grimoire, pots de pharmacie et flacons au contenu improbable…

Après la visite chez l’astrologue, nous nous intéressons à la rue qui a conduit notre déambulation dans la ville. La rue du XVIIIe siècle est bruyante ; une reconstitution en vidéo 3D avec bruits d’ambiance permet d’apprécier le volume sonore des carrosses sur le pavé, de l’homme au travail, des animaux qui encombrent la chaussée et des voix humaines qui se couvrent mutuellement. Dès le point du jour commence le défilé des « gagne-petit » ambulants au rang desquels se trouve le colporteur. Les livrets des Cris de Paris rendent compte de toutes ces marchandises ou services délivrés dans la rue.

Ce sont certes des clichés, désuets et caricaturaux, mais ce sont aussi des miroirs, même s’ils sont déformants, d’une réalité historique et sociale. Même image pittoresque avec la langue de la cour des miracles au travers du Jargon ou langage de l’argot réformé qui prétend lever le secret des codes linguistiques de tous les gueux de la rue. En fait, ces ouvrages furent à l’origine rédigés par des lettrés (Bertaut ou Colletet par exemple). Et parmi ces truands, il en est qui défraient la chronique au XVIIIe siècle : Cartouche et Mandrin sont de ceux-là, mais seul le premier sévit à Paris.

La Bibliothèque bleue fut donc un réceptacle de nombre de ces voix de la ville.

Et pour terminer l’exposition, nous nous évadons de la France pour aller du côté de l’Angleterre, des Pays-Bas, de la Belgique, de l’Allemagne, de l’Italie, voir leur Bibliothèque bleue connue sous des noms divers.

On constate alors qu’avec une forme éditoriale et un contenu textuel et iconographique propres à chaque pays, on rencontre des récits communs à plusieurs pays. De même, bien des imprimeurs de brochures produisirent également des almanachs car la présentation matérielle et le circuit de distribution étaient les mêmes. C’est alors l’occasion de mettre en valeur le colportage comme système de diffusion à grande échelle puisque certains colporteurs franchissaient les frontières. Et c’est ainsi que le cordel hispanique ou lusitanien se retrouva au Brésil où il perdure encore aujourd’hui.

Le catalogue de l’exposition constitue le n° 90 (avril-juin 2017) de la revue La Vie en Champagne. Le programme établi autour de l’exposition et les informations pratiques sont détaillés sur le site de la bibliothèque.

 Marie-Dominique Leclerc et Alain Robert, Université de Reims Champagne-Ardenne