Les faux pas du Balet comique de la Royne imprimé en 1582

J’avais entrepris ces derniers temps de cataloguer plusieurs magnifiques recueils de ballets et de mascarades du 17e siècle, que nous conservons à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

A tout seigneur tout honneur, la première pièce en était l’opus fondateur du livret d’opéra français, le Balet comique de la Royne, faict aux nopces de monsieur le Duc de Joyeuse et madamoyselle de Vaudemont sa sœur1 publié par le violoniste Balthazar de Beaujoyeulx en 1582 chez Adrian le Roy, Robert Ballard et Mamert Patisson, avec privilège du roi: l’occasion de se pencher d’un peu près sur les caractéristiques matérielles d’une publication célèbre.

Ce grand ballet-opéra exécuté « depuis dix heures du soir à trois heures et demy après minuit » le dimanche quinze octobre 1581 à deux pas du Louvre, grande salle de l’hôtel de Bourbon, fut conçu dans la hâte pour une des fêtes du grand mariage princier. La conception et la mise en place furent dues à un groupe de poètes, courtisans, musiciens et artistes de la cour, dont Beaujoyeulx détaille loyalement les noms dans la préface.

La publication du ballet suivit quelques mois après, et comprenait des illustrations gravées sur cuivre. Elles figuraient les costumes et les machines conçus par Jacques Patin, peintre ordinaire du roi. Les gravures lui sont attribuées depuis Robert-Dumesnil au moins en 1844, et constituent apparemment sa seule œuvre gravée connue. C’est un peu curieusement à lui, et non à Beaujoyeulx cité au titre, ni à aucun des libraires cités à l’adresse, que fut conféré le 13 février suivant un privilège pour « mettre en lumière et faire imprimer par tel imprimeur que bon luy semblera un livre intitulé Balet comique etc., avec défenses très-expresses à tous libraires, imprimeurs ou tailleurs d’histoires de  n’imprimer, faire imprimer, tailler aucunes figures dudit livre, pendant et durant le temps de neuf ans ».

Un examen détaillé des deux exemplaires de la Bibliothèque historique s’est imposé, en raison de deux différences importantes :

  • l’un était avec illustrations, l’autre sans
  • celui illustré était aussi plus complet d’un feuillet comprenant un texte intitulé “Autre allégorie de Circé”

J’ai pu les confronter à pas moins de trois exemplaires visibles en ligne:

et vérifier, grâce aux informations récoltées auprès d’obligeants collègues français qui détenaient un autre exemplaire, qu’il y avait un état de référence de l’ouvrage, et en quoi il consistait2.

Il correspond, sauf un détail, à la description de Brunet : “8 ff. prél., 75 f. chiffrés et un autre pour l’errata”.

 

Contenu Foliotation Signature
Page de titre et verso blanc [1] [a tildé 1]
“Au roy de France et de Polongne” [2-4r] a tildé 2-4 r
“Henrico IIII regi Francorum et Polonorum Christianissimo”, vers latins signés A. Pogoeaesus [4v] a tildé 4v
3 épîtres en vers français à Beaujoyeulx signées Billard, Auguste Coste, Volusian [5-7r] e 1-e3 r
Au lecteur [7v-8] e 3v-e4 r
[1e ill., armes et monogramme A[nne]-H[enri]-M[arguerite]] [8v] e4 v
Balet comique de la royne 1-73 A-S4 T1
[Allégories de Circé] 74-75 T2-T3
Extrait de privilège, délivré à Jacques Patin, “peintre ordinaire du Roy et de la Royne son espouse” [76] T4

A noter que la notation des signatures est assez irrégulière, et pas seulement là où un f.  avec illustration intervient.

L’exemplaire Orléans de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris

L’exemplaire dit Orléans, coté 8 RES 154 (1), ouvre un recueil de 7 volumes reliés en maroquin rouge de ballets et mascarades des années 1582 à 1681, au pedigree prestigieux :

  • bibliothèque des ducs d’Orléans.  Une note manuscrite sur une des pages de garde affirme qu’il s’agit précisément de la duchesse épouse du Régent (1677-1749). Mais je me demande si le recueil ne pourrait venir de la bibliothèque d’Anne-Marie d’Orléans, la Grande Mademoiselle (1627-1693), amatrice de ballets de cour et dont les dates s’accordent mieux avec la constitution du recueil. La reliure est très proche de celle décrite par Quentin-Bauchart, sans les armes ;3
  • collection Martineau de Solleyne: le recueil fut un des fleurons de la vente ;4
  • collection du Messin Gustave Chartener.5

Seule différence par rapport à l’état complet: le premier cahier signé « a » est réduit au feuillet de titre [a1], derrière lequel le verso du feuillet a4 a été découpé et collé.

 

Balet comique de la royne, 1582 (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-RES-154 (1)).

 

L’exemplaire 8 res 346 de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris

L’exemplaire 8 res 346, isolé, et malheureusement sans provenance, simplement relié de veau brun sans décor, semble d’une condition bien inférieure : il est dépourvu des illustrations, et le texte de fin est incomplet : il y manque l’ « Autre allégorie de la Circé, selon l’opinion du sieur Gordon », qu’on trouve normalement au verso du f. 74 et sur le recto et le haut du verso du f. 75. L’extrait de privilège est donc placé à la suite des deux premières allégories de Circé, interprétées selon l’humaniste Natale Conti, et selon La Chesnaye, l’aumônier librettiste, en fin du f. 74 verso (non signé) ; enfin dans le texte du privilège, Patin est seulement qualifié de “peintre de la Royne”, alors qu’il portait depuis 1573 le titre de peintre ordinaire du roi6 . Sur l’exemplaire Inha de référence, le privilège modifié porte bien le titre complet “peintre ordinaire du Roy et de la Royne son espouse”.

Balet comique de la royne, 1582 (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-RES-346).
Balet comique de la royne, 1582, exemplaire dépourvu d’illustrations (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-RES-346).

 

Balet comique de la royne, 1582, exemplaire avec texte écourté, et le privilège avec texte dans son premier état (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-RES-346).

A comparer avec l’exemplaire Orléans portant l’Autre allégorie de Circé selon le sieur Gordon, et le privilège (2e état) déplacé sur un autre feuillet (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-RES-154)

Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-RES-154

Autre exemplaire sans illustration repéré, le RES VM7-683 (1) de la BnF (Musique)

Grâce à François-Pierre Goy, j’ai appris que le RES VM7-683 (1) (BnF-Musique) était également dépourvu des illustrations, et s’arrêtait aussi avant la fin, même plus tôt au f.  72 : il lui manque donc les deux dernières médailles (Apollon, et le livre) et le texte des Allégories de Circé7 .

 

Les allégories de Circé à la fin du Balet comique

Première différence notable entre les deux exemplaires du Balet comique que possède la Bibliothèque historique : le 8-RES-346 ne possède pas l’ « Autre allégorie de Circé, selon l’opinion du sieur Gordon, Escoçois, gentilhomme de la chambre du roy » (f. 74v-75v), qui clôt l’ouvrage8 .

Avec ces allégories, interprétations cosmologiques, philosophiques ou morales du mythe, Beaujoyeulx voulait clore le livre du spectacle sur un registre plus sérieux. Il résuma d’abord l’interprétation du mythe d’un humaniste reconnu, Natale Conti, dont la mythographie publiée en 1567 à Venise avait rencontré un grand succès, puis celle de Nicolas Filleul de la Chesnaye, professeur au collège d’Harcourt et aumônier de Henri III qui avait participé à l’écriture du ballet, exemple d’ecclésiastique se piquant d’exégèse mythologique. John Gordon avait-il quelque titre à l’érudition et à la science pour se lancer dans cette longue interprétation ? C’est possible, car Jacques Ier le nomma plus tard professeur de théologie à Oxford, vraisemblablement en raison de titres universitaires qu’il aurait pu acquérir en France. Il faudrait imaginer en tout cas que Gordon, qui avait dû assister au spectacle, s’était manifesté au cours de l’élaboration de l’ouvrage pour présenter sa version de l’allégorie de Circé, qu’il convainquit Beaujoyeulx d’adopter. L’ajout tardif aurait obligé les imprimeurs qui avaient déjà imprimé quelques exemplaires à ajouter un feuillet (le 75) et à refaire l’extrait de privilège (où Patin retrouve son titre de peintre du roi) sur un feuillet à part.

L’insertion des images dans le Balet comique : un travail peu soigné

Deuxième différence: un exemplaire illustré, un autre non. Je n’ai pu trouver d’explication au fait qu’on ait pu laisser circuler cet exemplaire incomplet, tout comme celui de la BnF-Musique. Je n’ai pas trouvé non plus d’autre cas d’ouvrage incomplet où  l’absence d’illustrations était si criante.

L’entreprise de présenter sur une même page texte imprimé et illustration gravée sur cuivre n’était certes pas facile, mais l’examen montre que pour le Balet comique, l’insertion des images a été exécutée de façon maladroite ou très négligente. Le passage sur deux presses successives nécessitait un calage soigné, dont aucun indice matériel ne subsiste. On ne décèle aucune trace de petits trous, par exemple, sur les pages, qui auraient servi de repères.

Y eut-il malentendu entre les imprimeurs et le graveur sur la taille des images ? En tout cas, on peut constater une disparité entre la taille de la page de texte imposée et celle des premières illustrations, trop grandes pour venir facilement s’insérer sous les légendes prévues. La solution imaginée, probablement un peu au dernier moment une fois l’ouvrage composé, fut de prendre des feuilles de papier plus grandes, et de caler le texte dans la partie supérieure de la page. Cela laisse la place aux grandes images de se placer, tant bien que mal, et parfois ric et rac, en utilisant les larges marges basse et extérieure. Sur l’exemplaire de la Bn en ligne, ces marges disproportionnées apparaissent clairement.

Feuillet 17: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86083002/f57.image

Sur l’exemplaire du Getty, c’est au point que certaines planches sont coupées, comme la Figure des tritons du f. 16v, où le triton de tête n’a pas de main.

En revanche, sur notre exemplaire Orléans, le relieur a rogné ces marges car les ballets imprimés suivants étaient plus petits (de la taille qu’aurait eue le Balet comique sans images), mais a dû replier le bas des pages illustrées pour les faire tenir dans le volume.

Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-RES-154 (1)

Balet comique de la royne, 1582, illustrations repliées pour accorder la publication au format des autres ballets du recueil (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-RES-154 (1))9

La cohabitation de texte imprimé et de gravures sur cuivre à la fin du 16e siècle en France

J’ai tenté de trouver dans le livre français de la période d’autres exemples de ces cohabitations entre texte imprimé et gravure sur cuivre pour voir si cette maladresse était courante. Si je ne m’abuse, l’expérience a été rarement tentée. Il était tellement plus facile d’imprimer texte et images sur des feuilles séparées. C’est le parti adopté par Androuet du Cerceau pour toutes ses publications contenant du texte, depuis le Premier livre d’architecture en 1559 jusqu’au Troisième livre de 1582, où les planches regroupées succèdent aux notices les expliquant, ou du Theatrum instrumentorum et machinarum de Jacques Besson imprimé à Lyon en 1578 avec des gravures de René Boyvin, où les images comportent de longues légendes gravées et non pas imprimées10 .

Un exemple d’un autre livre de fête précédant de très peu le Balet comique et utilisant la gravure sur cuivre est l’Entrée de Henri III à Mantoue les 2 et 3 août 1574, publiée par Blaise de Vigenère chez Nicolas Chesneau à Paris en 1576. Elle comprend huit gravures de Jean Rabel11 . De façon un peu plus ambitieuse que chez Androuet, les gravures ont été imprimées au recto ou au verso du texte imprimé, sans aucun texte ni numérotation, quoiqu’elles comptent dans la pagination. La feuille devait bien passer sous deux presses successives, mais aucun calage subtil n’était à opérer. Même procédé dans l’Apocalypse figurée (Lyon, Jean de Tournes, 1561) avec les exceptionnelles planches de Jean Duvet12 , et dans le Théâtre françoys, premier atlas national, publié par Bouguereau à Tours en 1594.

A ma connaissance, les recueils d’emblèmes, genre à la mode alors et couplant le texte et l’image, utilisent prudemment la gravure sur bois: c’est le cas des recueils de Claude Paradin ou d’Alciat. J’en ai trouvé un cependant, moins connu, et précédant encore l’Entrée de Henri III de 1576, les Emblèmes chrétiens de Georgette de Montenay, publiés à Lyon chez Marcorelle en 1571 avec des gravures à l’eau-forte de Woeiriot. Ils  montrent une combinaison réussie de la gravure surmontant le texte sur 100 feuillets successifs : voyez par exemple dans le BnF-RES-Z-906 au f. 7 les loups emmitouflés soufflant sur leur feu. Les exemplaires auraient-il été réglés avant impression, comme on le voit sur celui-ci, pour  faciliter le calage13 ? On trouvait déjà une réglure sur l’Epitome gestorum LVIII. regum Franciae (Lyon, Arnoullet, 1546) qui marie pour la première fois en France les deux techniques en superposant médaille de roi et notice  biographique : l’exemplaire de Lyon est réglé au crayon rouge, avec cadre entourant l’image.

Les autres exemples repérés sont déjà nettement postérieurs au Balet comique, ce qui tend à montrer la rareté de ces ouvrages mêlant intimement texte imprimé et gravure sur cuivre :

l’Hippostologie du médecin Jean Héroard, imprimée justement chez Patisson en 1599, 17 ans plus tard, qui mêle gravure et texte de façon presque toujours heureuse : les espacements et la justification de l’un et de l’autre s’accordent à peu près, même si l’inclinaison de l’image est rarement parfaite. Voyez la page 23, et pour une page un peu ratée où la signature imprimée mord sur la planche, la page 14.

– on retrouve Blaise de  Vigenère avec ses Images de platte peinture, bien sûr, imprimées chez L’Angelier en 1615, avec les gravures de Léonard Gaultier, Thomas de Leu et les Isaac. Le calage y est assez réussi, voyez plutôt :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62260767/f46.image

  • ou encore Les œuvres de Pierre de Ronsard imprimées chez Buon en 1623, donc quarante ans plus tard. Le  calage est devenu soigné, même si encore une fois, la taille de l’image ne semble pas avoir été très réfléchie par rapport à celle de la page :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10425953/f726.image

En résumé, Patin semble avoir été bien ambitieux de se lancer dans pareille entreprise, si c’était là son baptême de graveur,  et on ne peut trop s’étonner des défauts de mise en page du Balet comique.  Une certaine hâte contribue peut-être aussi à l’explication. L’Entrée de Henri III à Mantoue pour sa part était parue deux ans après l’événement.  Les trois libraires ont peut-être été échaudés par les difficultés rencontrées, car il faut attendre 1617, me semble-t-il, pour que Ballard retente l’aventure, dans le Discours au vray du ballet dansé par le Roy, le dimanche XXIXe jour de janvier. M. VIc. XVII, avec des gravures du décorateur Thomas Francini. Les pages d’illustrations y portent un titre courant imprimé. Et l’on constate avec amusement qu’à nouveau, la cohabitation a donné lieu à des surprises: dans notre exemplaire Orléans, la planche 10 est renversée !

Ballet de la délivrance de Renaud, Paris, Ballard, 1617 (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 8-RES-154(2))

Eh bien, dans l’exemplaire YF-1022 de la BnF, la planche 10 est dans le bon sens, mais non pas la planche 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1144349/f16.image ! Tout semble normal dans les 3 autres exemplaires consultables en ligne14 .

Jeanne Duportal affirmait que la gravure sur bois passait de mode à la fin du 16e siècle, aux dépens de la gravure sur cuivre, notamment en raison du changement de réglementation survenu en 1600: l’impression des gravures sur bois était désormais réservée aux dominotiers et ne pouvait plus être pratiquée sur les presses de l’imprimeur en lettres, ce qui lui ôtait son avantage décisif sur la gravure en cuivre. Mais les quelques observations précédentes – qui sont peut-être autant de portes déjà enfoncées ? – tendraient à montrer que la gravure sur cuivre ne parvenait que très rarement à remplacer la gravure sur bois dans le mélange intime qu’elle était parvenue à établir avec le texte. Dans la plupart des cas, texte et image se regardaient en chiens de faïence de part et d’autre du petit fond, ou même se tournaient le dos en début et en fin de livre. La tentative de Patin, Ballard, Le Roy et Patisson est méritoire, mais on est encore bien loin du raffinement et de la complexité déployés dans l’édition de Vitruve publiée par Coignard et Sébastien Leclerc un siècle après15 .

 

Juliette Jestaz

Conservatrice des Manuscrits et de la Réserve des imprimés (Bibliothèque historique de la Ville de Paris)

 

  1. Sœur de la reine, bien sûr ! La confusion surgit assez souvent à la lecture de ce titre. []
  2. Le Catalogue collectif de France m’avait permis de repérer 13 exemplaires en France, en dehors des 9 exemplaires de la Bn et de l’Arsenal. Je suis heureuse de pouvoir remercier à nouveau les collègues qui ont pris le temps d’examiner leur exemplaire et de me répondre : Hélène Jacquemard (Chantilly), Gérald Andres (Lyon), Béatrice Delestre (Institut de France), Laetitia Durand (Roanne), Florent Palluault (Poitiers), Julie Lochanski (Carpentras), Nadine Férey à l’œil vigilant (Arsenal, Paris), Muriel Hoareau (La Rochelle), Marie-Claire Waille (Besançon), Christophe Vellet (Mazarine, Paris), François-Pierre Goy (BnF, Musique et bibliothèque de l’Opéra), Philippe Ferrand (Aix-en-Provence), Mathilde Simeant (Dijon). La consultation de l’USTC m’aurait permis d’ajouter Angers et Nantes à cette liste ainsi que 10 exemplaires étrangers (USTC 935). Notons encore l’exemplaire LES 46 de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, manquant à l’USTC. []
  3. Quentin-Bauchart, Les femmes bibliophiles de France, Paris, 1886, p. 256 []
  4. Vente Soleinne t. III, 15 octobre 1844, n°3242, avec liste détaillée de chacune des pièces rares []
  5. Vente Chartener, 4 mai 1885, n° 179, où le recueil fut acheté par la Bibliothèque historique. (Ses armes utilisent une tour à la Pompadour, qu’on retrouve au bas du dos.) []
  6. D’après la notice de Bibliothèque nationale, Inventaire du fonds français, XVIe siècle, t. II, p. 29 et le Fichier Laborde. []
  7. L’exemplaire de la Médiathèque de Roanne s’arrête aussi au même endroit, au f. 72, mais il comprend les illustrations. []
  8. On trouve trace d’un « Jean de Gordon, chevalier, seigneur d’Orangis », marié à « Antoinette de Marolles » , au départ John Gordon, laird de Glenluce en Ecosse (dans une insinuation au Châtelet d’un acte de donation mutuelle, 1583 (Arch. Nat., Y//125, fol. 203), et dans C.A. Gordon, A Concise history of the ancient and illustrious house of Gordon, Aberdeen, 1734, p. 299-301). Curieuse destinée, sans doute assez typique de ces gentilshommes d’alors, vivant entre plusieurs cours, servant plusieurs princes dans plusieurs pays : son fils aîné fut filleul de Richelieu, sa deuxième femme fut une fille du président Molé, il semble donc avoir été bien implanté à Paris, mais repartit en Angleterre avec Jacques Ier qui le fit en 1603 doyen de l’archidiaconé de Sarum (près de Salisbury) où il mourut en 1619. []
  9. En dehors d’explorations menées dans Gallica, je me suis appuyée sur le chapitre rédigé par M. Pastoureau, “L’illustration du livre: comprendre ou rêver?” de l’Histoire de l’édition française, tome Ier – Le livre conquérant, Paris, 1982. Dans le cadre restreint de cette présentation, je n’ai pas pris le temps d’éplucher le catalogue dressé par Robert Brun, ni le répertoire des Bibles imprimées du XVe au XVIIIe siècle conservées à Paris (Paris, 2003), ni la thèse de Vanessa Selbach, L’iconographie des Bibles illustrées au XVIIe siècle: l’illustration en taille-douce des Bibles catholiques parues à Paris et à Lyon : (1592-1700) (Paris, 1996), alors même que M. Pastoureau estimait que “aux XVIe et XVIIe siècles…, les cinq sixièmes des livres illustrés sont des livres religieux” (op. cit., p. 505). []
  10. L’un des titres d’Androuet, les Leçons de perspective positive, avait été publié en 1576 par Mamert Patisson, l’un des trois imprimeurs du Balet comique. On ne voit pas que celui-ci ait fait bénéficier l’entreprise de son expérience en matière d’impressions mixtes. []
  11. Blaise de Vigenère et Jean Rabel ill., La somptueuse et magnifique entrée du très-chrestien roy Henry III . de ce nom, roy de France & de Pologne,… en la cité de Mantoüe, avec les portraicts des choses les plus exquises, Paris, N. Chesneau, 1576 (BnF, RES-4-Lb34-68). []
  12. Cas un peu à part, car les planches existaient depuis plusieurs années déjà, et le texte est un prétexte à les publier (BM Lyon, Réserve 21911 consultable par une reproduction sur Gallica; les planches sont visibles sur Numelyo). []
  13. Hypothèse vraisemblablement fausse dans ce cas, puisque l’exemplaire mis en ligne par l’université de Glasgow n’est pas réglé. Idem pour l’exemplaire de Munich de l’édition faite par Froschauer en 1584. []
  14. Encore une fois, quel luxe ! BnF Rés Yf-1217 ; Inha 8 RES 613 ; Arsenal, RESERVE 4-BL-3763 []
  15. Consultable sur ARCHITECTURA (Centre d’études supérieures de la Renaissance), exemplaire de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts 1665 A 13 in-4°. Voir p. 68-69 par exemple où l’on voit une planche double bordée à gauche et à droite de bandes de texte imprimé, ou  p. 30-31 un encadrement vertical sur double page. []

Le printemps du livre italien à Rennes

L’exposition « La Primavera del libro. Les Italiens et le livre imprimé à la Renaissance » organisée du 14 mars au 28 avril 2017 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 cherche à valoriser les livres italiens du XVIe siècle de la collection de l’université en démontrant comment ils permettent de comprendre les caractéristiques principales de la Renaissance italienne.

La présence d’ouvrages italiens en France font l’objet de recherches intensives, notamment depuis que Chiara Lastraioli, directrice de la Maison des sciences de l’homme Val-de-Loire à Tours, a lancé son projet sur le livre italien dans l’espace francophone à la première modernité (elle a, par ailleurs, donné une des deux conférences qui ont précédé le lancement de l’exposition). Ici, sous la direction de Claire Lesage, les étudiants du département d’Italien ont mis au point une exposition qui met en valeur la culture italienne à travers l’imprimé, des textes de Pétrarque jusqu’aux éditions du début du XVIIe siècle.

Au cours de l’exposition est invité à découvrir l’influence de la Renaissance italienne en France, le rôle central joué par la traduction tant des langues anciennes que des modernes dans la transmission du savoir, avant de plonger dans d’autres thématiques humanistes comme la poésie ou l’histoire.

Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592
Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592

On peut ainsi voir une édition des œuvres complètes de Machiavel ou encore l’édition italienne donnée à Tours en 1592 d’Il Pastor fido de Battista Guarini qui était destinée aux membres de la cour d’Henri IV. On notera également la présence d’une acquisition récente de la bibliothèque : un exemplaire de La Sophonisba, imprimé à Vicenza per Tolomeo Ianiculo en 1529.

Le livret de 20 pages qui accompagne l’exposition est librement consultable et téléchargeable depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Le livret de l’exposition

Exposition « Modernes livres anciens » à Rennes

L’exposition « Modernes livres anciens » organisée du 8 avril au 30 juin 2016 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 offre pour la première fois un aperçu des richesses de la collection Renaissance du fonds patrimonial de l’université. La bibliothèque conserve, en effet, plus de 600 titres du XVIe siècle dont des ouvrages phares comme la Bible polyglotte imprimée par Christophe Plantin.

Mis en place par les étudiants du programme de Master 2 MAGEMI (MAster GEstion et MIse en valeur des œuvres d’art, des objets ethnographiques et techniques) avec le conseil scientifique de Malcolm Walsby, l’exposition propose une sélection d’ouvrages qui permettent de comprendre les caractéristiques principales des livres de cette période. Ainsi le visiteur est encouragé à découvrir les matériaux (papiers et cuirs différents) avec des échantillons qui permettent de les toucher et d’en mieux apprécier les spécificités.

Suit alors un parcours qui explique la naissance de l’imprimerie, son développement au cours de la Renaissance et la technique de fabrication des livres (avec notamment une vidéo effectuée avec la relieuse Céline Lafite). Des sections sont également consacrées à l’impact des déchirements religieux, la censure, l’illustration et la décoration des exemplaires. On découvre ainsi des ouvrages surprenants comme cette édition parisienne d’une œuvre antiprotestante de Johannes Cochlaeus dont la page de titre est ornée d’une gravure sur bois représentant un Martin Luther à sept têtes… (USTC 153595)

Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.
Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.

L’exposition est accompagnée d’une feuille d’orientation qui comporte des définitions des termes techniques les plus complexes et d’un catalogue de 70 pages qui offre quelques explications générales ainsi qu’une sélection de notices sur les ouvrages exposés dont les textes furent rédigés par les étudiants.

Ce catalogue peut être librement consulté et téléchargé en ligne depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Catalogue de l’exposition