De cuir et d’or : les reliures armoriées de la bibliothèque de Saint-Omer

Si les reliures armoriées ont depuis toujours attiré l’œil des bibliophiles, leur intérêt auprès des bibliothécaires a, semble-t-il, été moins évident. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des caractéristiques d’exemplaires, rarement signalées dans les anciens catalogues d’imprimés (on doit noter l’exception des incunables – voir notamment l’Index Possessorum Incunabulorum de Paul Needham – et des manuscrits dont la description codicologique est généralement plus approfondie).

Portefeuille de velours rouge brodé de fils d’or, d’argent et de soie aux armes des archiducs et de la ville de Saint-Omer (St-Omer, BA, Archives, AB-XXXVII-7)

Mais le monde des bibliothèques patrimoniales se penche à nouveau de manière générale sur ces questions des marques de provenances, quelles qu’elles soient, et on voit de plus en plus les bibliothèques les signaler dans leur catalogue (Numélio à Lyon par exemple). Parallèlement, on voit l’émergence de répertoires à part entière, tel que celui du CERL (Consortium of European Research Libraries), qui propose une liste de liens et des informations par pays permettant de retrouver des marques de possession (ex-libris, armoiries, etc.) dans les livres anciens, et un thésaurus, qui permet par ailleurs de retrouver des provenances (recherche par noms de personnes) ; ou encore la base Reliures de la BnF.

Hilaire-Bernard de Requeleyne de Longepierre (1659-1721) : d’azur à une toison d’or suspendue à une nuée d’argent surmontée de deux étoiles d’or (St-Omer, BA, inv. 272)

Depuis quelques années maintenant, la Bibliothèque de l’Agglomération de Saint-Omer a entrepris le catalogage scientifique complet de ses fonds anciens. C’est un travail de longue haleine : plus de 16.600 volumes rien que pour les éditions modernes… mais qui a déjà largement montré son utilité.

Exposition présentée à la BAPSO du 16 sept. au 13 déc. 2017

C’est dans le cadre de cette vaste entreprise que nous avons entrepris le repérage systématique des reliures « aux armes » de notre collection. La moisson, si elle n’est pas énorme, reste somme toute honorable, avec un peu moins d’une centaine de blasons et de monogrammes repérés, et plus de 80% d’identification, en partie grâce à l’aide de la communauté scientifique et des collègues de Bibliopat. C’est le résultat de ces quatre années de repérage et de recherche héraldique qui est présenté au public à partir des Journées européennes du patrimoine et jusqu’à la mi-décembre 2017.

Saint-Omer (ville de) : de gueules à la croix patriarcale d’argent.
(St-Omer, BA, inv_4456)

L’exposition s’ouvre sur les blasons de bibliophiles locaux : abbés, évêques et autres chanoines audomarois et des alentours, pour ensuite présenter une belle collection de livres de prix royaux et institutionnels, avant de laisser la place aux grands bibliophiles des XVIIe et XVIIIe siècles. De Thou, Molé, d’Aumont, Longepierre, ou Lamoignon, ils sont presque tous là ! Et on trouve même quelques raretés à faire pâlir d’envie Guigard ou le trio de l’OHR, telle cette reliure aux armes de François II, ou une autre ayant appartenu à la famille de Varade !

François, dauphin de France (1544-1560) : dauphin couronné (Saint-Omer, BA, inv. 38221)

En guise de conclusion, une dizaine de blasons à l’identification incertaine sont offerts aux spéculations des amateurs, et la visite se termine sur une série de monogrammes prestigieux de Charles de Valois à Louis XV ou encore Anne-Marie Christine de Bavière.

Anne-Marie Christine de Bavière (1660-1690) : monogramme AMCC entrelacés et couronnés (St-Omer, BA, inv. 448)

La mise en ligne du catalogue, accessible dès l’ouverture de l’exposition sur le site de la bibliothèque, se propose de faire œuvre utile auprès des bibliophiles et responsables de collections patrimoniales, qui s’arrachent parfois les cheveux en blasonnant les armes de leurs collectons pour tenter de les identifier, ou du moins espère apporter une pierre à l’édifice de la connaissance des bibliothèques anciennes.

Exposition « Louise-Denise Germain (1870-1936). Reliures » à la bibliothèque de l’Arsenal

Du 6 avril au 7 mai 2017 se tenait à la bibliothèque de l’Arsenal une exposition intitulée « Louise-Denise Germain (1870-1936). Reliures ». Elle présentait soixante-quinze reliures presque toutes réalisées par Louise-Denise Germain. La présentation et les commentaires de Mme Fabienne Le Bars, commissaire de l’exposition, éclairaient l’apport et l’intérêt de cette figure méconnue dans l’histoire de la reliure et qui n’avait jamais eu d’exposition rétrospective sur son œuvre depuis sa mort.

Autodidacte, Louise-Denise Germain vient à la reliure par la maroquinerie, qu’elle continue de pratiquer toute sa vie. L’exposition présentait également des esquisses de pièces de maroquinerie et des sacs réalisés par la relieuse. Née en Corrèze en 1870, près d’Uzerche, elle est orpheline de père puis rapidement de mère. Elle arrive à Paris en 1891, où elle tombe amoureuse et enceinte, devenant une fille-mère suite au décès du père de l’enfant avant leur mariage.

Ses premiers travaux de reliure sont réalisés, au début du XXe siècle, avec des techniques qui lui viennent du travail du bois, et notamment la pyrogravure, qui lui permet d’obtenir des nuances de couleur en chauffant les cuirs. Elle réalise les décors sur les peaux avant la couvrure, mais ne relie pas à proprement parler les  livres elle-même : elle confie, après confection, la peau à un autre relieur qui se charge de la mettre en place. Cela tient notamment à une autre technique principale qu’elle utilise pour réaliser ses reliures, la mise en place d’agrafes. Ces dernières, qu’elle fabrique ainsi que les lames de métal qu’elle insère dans la peau, sont mises dans le cuir par perforation. Cela permet d’obtenir des reliures en deux matières, cuir et métal, mais entraine le risque, si cela est fait après la mise en place de la peau sur le livre, de perforer également les pages du livre.

Friedrich Heinrich Karl de la Motte-Fouqué, Ondine. Reliure en veau.

Son premier mécène et commanditaire est Gabriel Thomas (qui a pris part dans le financement du Musée Grévin et de la Tour Eiffel). Il lui demande de réaliser les reliures de livres illustrés par Maurice Denis. Elle réalise également des étuis souples pour protéger ces livres, ce qui est plutôt rare à l’époque. Jacques Rouché, directeur de l’Opéra de Paris, également lié à Maurice Denis, était lui aussi un amateur de ses reliures. En 1915, Jacques Doucet lui demande une reliure pour un de ses livres.

Son style caractéristique de reliure s’affirme, apprécié de ces mécènes qui recherchent une alternative à la reliure de style traditionnel. Une des signatures de L.-D. Germain est le tracé de lignes ou d’alignements sur les plats, qui sont souvent des décors en continu, d’un plat à l’autre en passant par le dos. L’utilisation de jeux de couleurs et de torsades des lames de métal lui permet également de créer des reliefs. Il s’agit de choix très différents de ce qui est alors courant en reliure, puisque la tendance est plutôt au figuratif. Cela ne l’empêche pas d’utiliser des techniques traditionnelles, comme le cuir repoussé, ou de s’inspirer parfois du contenu du livre pour que la reliure serve d’introduction au livre, comme le font d’autres relieurs de l’époque. Louise-Denise Germain commence avec les premiers mécénats à fabriquer ses propres gardes, qui sont aquarellées, alors que les gardes classiques sont en cuir, en tissu, ou en papier marbré. Elle réalise aussi des incrustations en élévation : elle ne creuse pas dans le cuir pour faire la mosaïque, mais met une pièce de cuir colorée par-dessus le cuir principal de la reliure.

Stéphane Mallarmé, L’après-midi d’un faune. Reliure en veau.

Elle collabore avec Josef Sima, peintre de profession et plus tard son gendre. Elle le finance à ses débuts, lorsqu’il expose quasiment à compte d’auteur. Elle l’a connu car elle fréquente les mêmes maisons de couture que lui, là où il fabrique des tissus pour de grands couturiers. Leur collaboration se fait notamment au niveau des gardes aquarellées : il en réalise certaines même si elle en prépare la plupart.

Le second mécène de Louise-Denise Germain est Louis Barthou, qui a été, en plus d’un homme politique français important, un grand bibliophile à l’ancienne qui aime les belles reliures. Après sa mort en 1934, des ventes de sa collection sont organisées en 1935 et 1936, regroupant une trentaine de reliures de Louise-Denise Germain. L’autre grande relieuse de Barthou était Marot-Rodde, alias recouvrant deux femmes, mère et fille. Un autre commanditaire de Louise-Denise Germain est Robert Zunz, un ami de jeunesse, comptable chez un maroquinier puis banquier, qui a notamment acheté certaines reliures à sa mort.

Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole. Reliure en veau.

Les apports de cette exposition à l’histoire de la reliure sont très importants car elle mettait en valeur une figure sous-estimée. Louise-Denise Germain est une artiste méconnue, parce qu’éloignée des courants principaux de la reliure du début du XXe siècle. Les courants en reliure de cette époque sont ceux impulsés par Marius Michel ou François Koehler. Louise-Denise Germain ne les suit pas, notamment parce qu’elle est autodidacte, donc non influencée par les pressions du milieu de la reliure.

Elle a exposé tous les ans au moins trois fois par an : au salon d’automne, au salon des artistes décorateurs et à celui des Beaux-arts. En plus de ces présentations régulières, trois expositions lui ont été consacrées de son vivant. La première a lieu en 1913, à Buenos Aires, en lien avec la Société des Beaux-arts. En 1927, elle expose sur les Champs-Élysées. En 1933, on peut admirer ses réalisations rue Raspail. Malgré tout cela, ses œuvres n’entrent dans le domaine public que beaucoup plus tard.

Maquettes de sacs à main.

Avant la préparation de cette exposition à la bibliothèque de l’Arsenal, on estimait le nombre de reliures à 75, connues et estimées. Fabienne Le Bars en a finalement trouvé 200. Cela représente un petit corpus pour un relieur, mais il ne faut pas oublier qu’à différence d’autrui elle exerçait seule et que ce n’était pas sa seule activité, puisqu’elle a continué à pratiquer la maroquinerie jusqu’à la fin de sa vie.

Célia Cabane

Un incunable dissimulé du Centre culturel irlandais

L’éparpillement des livres anciens dans plusieurs centaines de bibliothèques patrimoniales à travers la France ainsi que la distribution des livres français à travers le monde permet au chercheur d’espérer encore faire de nombreuses découvertes importantes, malgré la sophistication croissante des catalogues.

Une découverte récente dans la bibliothèque du Centre culturel irlandais à Paris illustre parfaitement le type d’ouvrage qui échappe invariablement aux efforts des bibliothécaires. La bibliothèque contient un fonds ancien bien inventorié avec des notices consultable en ligne. Cependant, en analysant les livres du XVIe siècle du fonds, je suis tombé sur un volume en plutôt mauvais état dont les plats de reliure s’effritaient sur les tranches et dont les pages de garde s’étaient décollés. Cette dégradation naturelle permettait de voir que le cartonnage utilisé comme ais pour les plats était en fait composé de feuilles d’un livre plus ancien qu’on avait choisi de recycler pour renforcer la reliure.

Feuilles réutilisées dans les ais de reliure

Cette technique est loin d’être rare dans les livres de la Renaissance. De cette manière on trouve, par exemple, des fragments d’un des exemplaires de la Bible de Gutenberg dans une reliure d’un incunable plus tardif à la bibliothèque municipale de Colmar.

Un fragment de la Bible de Gutenberg dans une reliure de la bibliothèque de Colmar

Dans ce cas-ci, le livre principal était plus tardif : un exemplaire de l’édition donnée en 1552 à Lyon du Stichostratia epigrammaton centuriae quinque du Dijonnais Jean Girard (cote B 363). En regardant bien, il était possible d’identifier 16 feuilles rognées tirées d’un même ouvrage. L’analyse du texte visible là où les plats de reliure s’étaient décollés permettait de voir qu’il s’agissait d’une édition du célèbre ouvrage de saint Augustin De civitate Dei dans l’édition faite avec les commentaires de Thomas Waleys et de Nicolas Trivet. L’aspect des feuilles, la typographie ainsi que les marques manuscrites concordaient pour indiquer qu’il s’agissait d’un incunable… mais quel incunable ?

Pour identifier l’édition le nom de l’auteur et du titre ne servaient pas à grand-chose : on connaît aujourd’hui plus de cent exemplaires du texte de saint Augustin rien que pour la période incunable. L’aspect général du livre suggérait qu’il avait probablement été imprimé dans le couloir rhénan en 1480 ou environ. Mais pour une identification précise, il a fallu mesurer la typographie et j’ai envoyé le résultat (91 mm pour 20 lignes) avec des images aux meilleurs spécialistes en la matière : le laboratoire du Gesamtkatalog der Wiegendrucke de la bibliothèque d’État de Berlin.

Fragment du De civitate Dei de saint Augustin

Le directeur, Falk Eisermann, a passé la requête à un de leurs chercheurs, Martina Nickel, qui m’a livré une réponse en l’espace de quelques jours. Il s’agit bien d’un incunable : une édition publiée en 1479 à Bâle par Michael Wenssler (GW 2885). Les fragments dont le texte était visible provenaient des feuillets 220 et 222. Si l’édition est loin d’être rare aujourd’hui, il s’agissait néanmoins de l’imprimé le plus ancien de la bibliothèque et seulement trois autres bibliothèques en France possèdent cette édition.

L’intérêt de la découverte ne réside pas simplement dans le fait d’ajouter un incunable de plus aux riches collections parisiennes. Elle nous parle des habitudes des relieurs au XVIe siècle qui faisaient feu de tout bois pour faire tomber les coûts et recycler autant que possible les matériaux. Elle indique également que l’édition d’origine n’était plus prisée 70 ans après sa publication première, sans doute dépassée par des versions plus récentes du texte.

Un regard critique sur une des pages visibles dévoile aussi un autre petit détail intéressant. Comme dans un grand nombre d’incunables, les premières lettres des paragraphes les plus importantes avaient été laissées en blanc pour permettre à l’acheteur ou à un libraire de faire enluminer l’exemplaire avec des initiales plus ou moins somptueuses en fonction de leurs moyens et ambitions. Dans ce cas-ci la lettre ornée reste simple, et ce qui attire surtout l’attention c’est que la lettre utilisée est… erronée ! L’enlumineur ne connaissait clairement pas le texte et a ajouté la lettre I pour former le mot « Iam » plutôt qu’un N pour obtenir « Nam ».

Le 221v de l’exemplaire du Centre culturel irlandais
Les 221v des exemplaires des bibliothèques universitaires de Dusseldorf et de Bâle

Ainsi la découverte démontre que l’intérêt de consulter méthodiquement les livres ne se limite pas juste à la mise au jour d’exemplaires, voire d’éditions, inconnus, mais permet aussi d’illustrer les pratiques des professionnels du livre… et leurs limitations.

Malcolm Walsby, Université Rennes 2