À la recherche de l’édition de Clamadés attribuée à Jean Bonfons

À l’occasion de recherches de longue date sur le roman en vers de Cleomadés rédigé par Adenet le Roi à la fin du XIIIe siècle et plus précisément sur le thème du cheval de bois volant qu’il met à l’honneur, nous avions été amenée à découvrir que ce roman avait fait l’objet non d’une mais de deux mises en prose. Deux compositions indépendantes l’une de l’autre, dont seule la seconde a bénéficié d’une diffusion imprimée, quand la première semble ne pas s’être émancipée de la cour de Bourgogne. À la faveur d’une édition critique de ces deux proses, nous avions successivement été amenée à étudier la fortune éditoriale du Clamadés – nom sous lequel circule le roman après son passage sous les presses –, d’abord d’un œil distrait, puis avec un intérêt accru à mesure que progressaient nos connaissances et que se dessinait dans le même temps la spécificité de cette diffusion, plus importante que ne le laissaient présager les mentions discrètes dans les études tant médiévistes que seiziémistes1.

Illustration 1 : Cy commence le livre de Clamades filz du roy d’Eſpaigne et de la belle Clermonde fille du roy Carnuant, [Lyon : Guillaume le Roy, circa 1479-1480], GW 12489.

Le Clamadés en effet a connu une diffusion honorable (si on la compare par exemple à celle d’un Pierre de Provence ou d’une Belle Hélène de Constantinople), propulsée de bonne heure par l’imprimerie lyonnaise (à partir de l’année 1480 environ – voir illustration 1)2 et perpétuée au XVIe siècle par les presses parisiennes, notamment celles des Trepperel3. Or cette transmission révèle aussi des intermittences, du fait de la perte d’un certain nombre d’attestations. C’est le cas de trois éditions parisiennes dont l’existence est actée par des mentions bibliographiques mais dont aucun exemplaire ne nous est parvenu : une édition de Jean Janot, une édition de Jacques Guichard et une édition de Jean Bonfons. Concernant cette dernière, nous avons pu néanmoins récolter quelques indices qui en rendent l’existence sinon tangible au moins plus probable4. En voici le détail.

La description la plus récente, donnée par Arlette Destot5, ne semble être qu’une reprise composite d’éléments trouvés dans le répertoire de Brunet6, auquel elle renvoie à propos : « lhystoire et cronicq du noble et vaillāt clamades… filz du roy despagne et de la belle clermonde fille du roy Carnuant. Paris, Jean, Bonfons, in-4o goth à 2 colonnes ». Le détail du titre est suspect et peut être emprunté à une autre édition du Clamadés recensée par Brunet. Celui-ci est le premier à décrire la mise en page sur deux colonnes (caractéristique de la production romanesque de Jean Bonfons, de même que le format in-quarto7).

Les mentions de cette édition sont rares et il faut remonter au XVIIIe siècle pour en trouver trace dans les collections et les catalogues correspondants. Voici, dans l’ordre chronologique, les pistes que nous avons levées, susceptibles de nous informer sur l’existence et la consistance de cette édition, et plus spécifiquement sur la fortune d’un exemplaire particulier :

Le catalogue de Colbert (1728, illustration 2) comporte une mention succincte : « Histoire de Clamades et de Cleremonde. Paris, Gothique », sans mention d’imprimeur-libraire, mais dont l’intérêt réside dans la spécificité de l’exemplaire, indiqué comme étant relié avec « Les Proësses et Vaillances d’Hercules. Paris ».

Illustration 2 : Bibliotheca Colbertina, seu, Catalogus librorum bibliothecae : quae fuit primum ill. v. d. J.B. Colbert […], Paris : G. Martin, 1728. Le Clamadés y figure sous le no 11733.
Le catalogue de la collection de Hoym (1738, illustration 3) comporte lui aussi un imprimé dans lequel se trouvent reliés à la suite les deux textes (no 2765). Il s’agit, pour le premier, d’une édition de  « Bonfons », et pour le second, d’une production de « Lotrian », soit Alain Lotrian, dont au moins deux éditions de l’Hercule sont effectivement attestées8. Le catalogue précise en outre que l’exemplaire est relié dans un veau fauve.

Illustration 3 : Catalogus librorum Bibliothecae Illustrissimi Viri Caroli Henrici Comitis de Hoym, Paris : Gabriele et Claude Martin, 1738. Le Clamadés y figure sous le no 2765.

Plus tard, on trouve une mention explicite, mais sans doute erronée, dans le catalogue posthume (1765) de la marquise de Pompadour sous le n° 1487 : « Histoire et Chronique de Clamadès, fils du Roi d’Espagne & de la belle Clermonde, trad. de l’espagnol par Philippe Camus. Paris, J. Bonfons, 1504, in-4°. goth. m. r. ». La date est incompatible avec la période d’activité de Jean Bonfons et de sa femme, qui s’étend en gros entre l’année 1543 et l’année 1573.

À la fin du XVIIIe siècle, le catalogue manuscrit de la bibliothèque du marquis de Paulmy (ms. Arsenal 6290) présente sous le n° 4133 une entrée « Clamadès » assortie de la mention « Paris, Bonfons », biffée puis remplacée par « Lyon, Jean de la Fontaine, in-4° ». Par ailleurs, le rédacteur de l’extrait du Clamadés paru dans le volume d’avril 1777 de la Bibliothèque universelle des romans9, ouvrage de vulgarisation littéraire alors dirigé par Paulmy, réfère à « l’ancienne édition françoise [du] commencement du XVIe siècle, sans date, imprimée en caractères gothiques, et fort rare ». Quelques années plus tard, les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque, autre ouvrage de vulgarisation porté par le fondateur de la bibliothèque de l’Arsenal, font état d’une : « Histoire et Chronique du vaillant chevalier Cléomadès et de la belle Clarémonde (Paris, in-4o sans date)10. »

Illustration 4 : Les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque fournissent un témoignage précieux sur la collection du marquis de Paulmy.

Les descriptifs étant laconiques,  il est difficile de dire s’il est fait allusion à une édition alors conservée dans la bibliothèque de Paulmy, ce qui serait possible – la bibliothèque de Paulmy sert de première source aux extraits de la Bibliothèque universelle des romans et au recensement des Mélanges –, mais pas certain. La description peut ainsi faire songer à l’édition parisienne de Michel Lenoir produite au début du siècle, qui ne figurait pas dans la collection de Paulmy mais dont il avait pu avoir connaissance. En outre, il faut exclure l’hypothèse qu’il s’agisse de l’un ou l’autre des Clamadés conservés encore aujourd’hui à l’Arsenal, s’agissant de deux éditions lyonnaises, l’une de Jean de la Fontaine (1488) et l’autre de Chastelard (1620), cette dernière étant d’ailleurs entrée tardivement dans la collection de Paulmy. En revanche, l’Arsenal conserve une reliure dépecée portant, au dos, la mémoire d’un Clamadés non identifié, dans lequel il est tentant de reconnaître l’édition « Bonfons » mentionnée par Paulmy dans son catalogue, que ce soit ou non celle qui est mentionnée dans la BUR et dans les Mélanges. Cette peau de chagrin n’en forme pas moins un exemplaire consistant, aujourd’hui conservé sous la cote Ars. Rés 4-BL-4310, et porte au dos deux titres : « Clamades » et « Hercule11 » (illustration 5).

Illustrations 5 et 6 : Arsenal, Rés. 4-BL-4310, dos et couture révélant une extraction.

Si elle ne contient plus aujourd’hui que les Proesses et vaillances du preux et vaillant Hercules, par Alain Lotrian, la reliure présente au début les signes d’une extraction (illustration 6). C’est sans aucun doute l’exemplaire qui figurait chez Colbert puis chez le comte de Hoym, dont Paulmy aura conservé la reliure en veau fauve. Quant à l’extraction, on ne peut dire à quel moment elle a eu lieu : le livre était-il déjà amputé du Clamadés avant son entrée dans la bibliothèque de Paulmy ? Est-ce cette édition, et à plus forte raison cet exemplaire du Clamadés qui a transité chez la Pompadour12 ?

Si l’on regarde l’exemplaire de l’Arsenal, on distingue sur les gardes, outre l’ancien renvoi au catalogue de Paulmy, remplacé par le numéro plus récent, une inscription rasurée désormais illisible, qui devait probablement contenir un renvoi de nature bibliographique, ainsi qu’une note, sur la garde finale, de la main d’un secrétaire de Paulmy. Or le renvoi au catalogue comme la note ne réfère qu’à l’Hercule, dont le secrétaire prend soin de distinguer les deux éditions de Lotrian, avant de donner de brèves indications sur le contenu (illustration 7). En revanche, il n’est fait aucune mention de l’édition de Clamadés et on n’y renvoie pas davantage, ce qui laisse croire qu’elle ne s’y trouvait déjà plus lorsque l’ouvrage a été annoté.

Illustration 7 : Arsenal, Rés. 4-BL-4310, garde annotée par un secrétaire de Paulmy, à propos de l’édition d’Hercule.

Après son séjour – peut-être fugace, peut-être même fantôme – dans la collection de Paulmy, on ne trouve plus trace de l’édition du Clamadés attribuée à Jean Bonfons jusqu’au répertoire de Brunet. Pour autant, ces témoignages permettent d’esquisser l’historique d’une édition dont on a aujourd’hui perdu la trace, au moins dans les fonds de bibliothèques publiques, mais dont l’existence prend corps en recoupant les attestations que constituent ces informations bibliographiques incomplètes et ces reliques matérielles13. Suffisent-elles à assurer l’attribution à Jean Bonfons ? La réponse reste à la discrétion des spécialistes et sous réserve de nouvelles découvertes.

Fanny Maillet
Université de Zurich


 

  1. Pour le texte d’Adenet le Roi, voir Albert Henry, Les œuvres d’Adenet le Roi, t. 5 : Cleomadès [repr. de l’éd. de Bruxelles, Presses Universitaires de Bruxelles / Paris, Presses Universitaires de France, 1971], Genève, Slatkine Reprints, 1996, 2 vol. Pour les deux mises en prose, voir Le cheval volant en bois. Édition des deux mises en prose du Cleomadès d’après le manuscrit Paris, BnF fr. 12561 et l’imprimé de Guillaume Leroy (Lyon, ca. 1480), éd. par Fanny Maillet et Richard Trachsler, Paris, Classiques Garnier, 2010 (Textes Littéraires du Moyen Âge 14 / Mises en prose 2). []
  2. Lyon, Guillaume Leroy, s. d., in-folio. Un seul exemplaire connu : Paris, BnF, Rés-Y2-151, numérisé sur Gallica https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600053p. []
  3. Voir notre article, « Du roman au titre de librairie : étude des procédés paratextuels des éditeurs du Clamadès pour faciliter l’accès à l’œuvre », Stratégies d’élargissement du lectorat dans la fiction narrative (XVe et XVIe siècles), sous la dir. de Pascale Mounier et Hélène Rabaey, Paris, Classiques Garnier, à paraître. []
  4. Voir sur ce même blog le billet de Renaud Adam https://histoirelivre.hypotheses.org/tag/jean-bonfons []
  5. Un Libraire parisien au XVIe siècle : Jean Bonfons : édition et littérature populaires, s. l. n. d., 1977, no 15. []
  6. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865, t. II, col. 77. []
  7. Sur les caractéristiques matérielles des éditions de romans par Jean Bonfons, voir Destot, Ibid., p. 45-66 ; Annie Charon-Parent, « Jean Bonfons, libraire parisien, et l’illustration des romans de chevalerie », in Le livre et l’image en France au XVIe siècle, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1989 (Cahiers V. L. Saulnier, 6), p. 57-74, en particulier p. 58. []
  8. Notre édition en 92 feuillets signés A8 B-T4 V6 ne correspond à aucune des deux descriptions données par l’USTC : voir no 55139 (recense l’exemplaire de Chantilly IV E 65) et no 88340 (exemplaire d’Utrecht, Universiteitsbibliotheek, MAG: B QU 126 RARIORA). []
  9. Bibliothèque universelle des romans, avril 1777, I, p. 169. Nous préparons la publication (prochaine, c’est promis) de notre thèse sur la collection de Paulmy et son importance pour l’élaboration des extraits de la Bibliothèque universelle. Sur le « Cleomadès » du comte de Tressan, voir en attendant l’étude ancienne de Henri Jacoubet, Comment le XVIIIe siècle lisait les romans de chevalerie, Grenoble, Xavier Drevet, 1932, p. 32-39. []
  10. Mélanges tirés d’une grande bibliothèque. De la lecture des livres françois, cinquième partie : Romans du seizième siècle, Paris, Moutard, 1780, t. 8 (= vol. H), p. 206 (avec une coquille sur le numéro de page). Paulmy ne dit rien en tout cas sur un éventuel « exemplaire en vers espagnols », dont Tressan avançait l’existence. []
  11. L’exemplaire est désormais numérisé sur Gallica https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39334977s. []
  12. Le catalogue de la Pompadour ne comporte pas, en tout cas, les Prouesses d’Hercule. Si l’édition du Clamadés que nous recherchons correspond à celle qui se trouve inscrite dans la bibliothèque de la Pompadour, elle y figurait alors seule, sans doute sous une reliure propre. []
  13. C’est peut-être aussi l’édition signalée par Osmont, en 1768, dans son Dictionnaire typographique, historique et critique des livres rares, qu’il élabore sur l’observation des plus grandes collections, dont celles de Colbert et du comte d’Hoym. Notons que son ouvrage est dédicacé au marquis de Paulmy, alors ambassadeur à Venise, avec lequel il partageait un goût commun pour ce que l’on pourrait nommer la bibliophilie matérielle. Voir aussi Duclos, Dictionnaire bibliographique, historique et critique des livres rares, précieux, singuliers, curieux, estimés et recherchés, 4 vol., Paris, Cailleau et fils [puis Delalain], 1790-1802, t. III, p. 329. []