Les provenances des bibliothèques jésuites européennes

En septembre 2018, le versant numérique du projet sur les provenances des bibliothèques jésuites européennes fut mis en place avec une présence sur les réseaux sociaux développée à travers une page Facebook ainsi qu’un compte Instagram, mais également deux sites Internet – le premier dévoué aux photos des provenances sur la plateforme Flickr, et le second plus général, à l’adresse www.jesuit-libraries.com. Chaque interface offre une approche différente du sujet et cherche ainsi à attirer un lectorat différent. Le dernier nommé est le site principal maintenu par la directrice du projet, Kathleen M. Comerford, professeure d’histoire à Georgia Southern University

–>  Le site Internet du « European Jesuit Libraries Provenance Project »

Le cœur du site est la base de données de provenances jésuites créée par Comerford. Elle contient des informations sur quelques 2 500 exemplaires différents. Chacun d’entre eux a pu être identifié comme appartenant à une bibliothèque jésuite européenne à l’époque moderne entre 1540 et les années 1770. Les utilisateurs peuvent la consulter et y accomplir des recherches sur les auteurs des livres, les détails de leur impression, les sujets traités, la nature de la provenance jésuite et la localisation actuelle des exemplaires. Tous ces résultats peuvent également être triés pour être plus facilement maniables. La base est mise à jour de manière régulière et l’objectif annoncé est de faire au minimum une révision du contenu par mois – des révisions qui impliquent tout autant la correction d’éventuelles erreurs que l’ajout de nouveaux livres récemment identifiés.

Le but général du projet est d’abord d’ordre intellectuel, touchant à l’histoire du livre, de la lecture et de l’éducation, mais également culturel puisqu’il implique des thèmes touchant à l’histoire globale, à celle des missions religieuses ainsi qu’à celle de la culture matérielle et des collections. Grâce à l’aide d’institutions comme la section des livres rares de la bibliothèque universitaire de Princeton, Kathleen Comerford a pu se déplacer pour voir plusieurs centaines de livres avec des ex-libris jésuites. Des photos prises aux bibliothèques de Yale et de la Folger, qui permettent aux chercheurs de se servir librement de leurs propres photos, permettent ainsi de reconstruire une partie de l’histoire de ces bibliothèques perdues.

Le projet ne souhaite cependant pas limiter son impact à ce type de base de données classique. Pour en accroître son utilité, le projet a recruté une étudiante de master de l’université, Rudy Bond. Cette dernière cherche à maximiser la visibilité de la recherche au cours de cette année universitaire en utilisant les réseaux sociaux, mais également en développant un manuel à destination des étudiants pour qu’ils soient plus à mêmes de tirer profit des données. Elle sera rejointe par un autre étudiant au cours du printemps 2019, à qui on confiera la bibliothèque photographique du projet conservée sur le site numérique de l’Université. Au cours de l’été, l’équipe sera renforcée par l’arrivée d’un troisième étudiant dont le rôle sera de transcrire et de traduire les notes marginales. Le travail numérique continuera d’être effectué au cours de l’automne avec un autre recrutement.

Illustration 2 : Encadrement gravé célébrant l’entrée de Louis XIII à Avignon (exemplaire de la Beinecke, Université de Yale).

L’intérêt de cette approche est démontré par trois photos qui soulignent l’envergure de la tâche entreprise par Rudy Bond. La première est l’encadrement gravé d’un exemplaire de l’édition avignonnaise du texte de Thomas de Berton, La voye de laict, ou, Le chemin des heros au Palais de la gloire, publiée en 1623 et qui montre l’entrée du roi Louis XIII dans la ville quelques mois plus tôt, en novembre 1622 (Illustration 2). L’illustration montre le roi entouré d’anges, de soldats, et d’autres symboles de triomphe. En bas de la page, un bibliothécaire depuis longtemps oublié a écrit « Collegii Mussip. Societ Iesu cat. Inscr. CL 112 », indiquant ainsi que l’exemplaire avait été intégré à la collection du collège des Jésuites de Pont-à-Mousson en Lorraine. De telles estampes attirent l’œil et introduisent le projet auprès de nouveaux lecteurs – l’un d’entre eux a même laissé ce commentaire : « simply stunning ».

Illustration 3 : Volvelle d’astrolabe planisphérique imprimée en 1581 (exemplaire de la Beinecke, Université de Yale).

Le second exemple (illustration 3) est celui d’une volvelle tirée de l’édition du manuel maritime de Michel Coignet, Instruction nouvelle des poincts plus excellents et necessaires touchant l’art de naviguer, publié par Hendrick Henricsz à Anvers en 1581 (USTC 30939). La volvelle a été mise en place dans cet exemplaire et permettait d’aider à l’instruction des navigateurs en leur montrant les dernières évolutions en termes d’équipement naval. Comme l’a souligné Kathleen Crowther dans un article récent paru dans The Atlantic, ce type d’ouvrage sur des thèmes comme la navigation, l’anatomie ou l’astronomie était l’équivalent à l’époque de nos livres animés.

Illustration 4 : Manicule et annotation marginale dans un exemplaire de la Beinecke (Université de Yale).

La troisième image est tirée d’une traduction latine des épîtres de Saint Paul publiée à Leipzig par Jakob Thanner en 1512 (USTC 651798). Tout comme le font aujourd’hui les étudiants et les professeurs, les lecteurs de l’époque moderne annotaient leurs livres et souhaitaient marquer les phrases qu’ils trouvaient les plus intéressantes. Une manière très répandue d’indiquer ces lignes étaient l’utilisation de la manicule, une représentation simplifiée d’une main qui dirigeait l’œil du lecteur vers un passage, comme on le voit dans l’illustration. Dans ce cas, on a souligné l’importance avec l’ajout des mots « No[ta] bene ».

Ces photos, et bien d’autres, peuvent être consultées sur le site Flickr du projet où les annotations ont été explicitées par Rudy Bond. Toutes ont été organisées et regroupées au sein d’albums qui permettent de regarder les images par thème, par exemplaire, ou selon d’autres critères jugés utiles. Les albums ainsi créés nous permettent de suivre la progression de la mise en ligne des photos ; ils aussi permettent aux internautes de voir ce que les Jésuites de cette époque possédaient comme ouvrages. Les photos ont aussi été étiquetées avec des mots-clefs pour que l’on puisse identifier des motifs au sein de leurs bibliothèques. Le choix de Flickr était basé sur le fait que cette plateforme était gratuite et en accès libre, et qu’elle nous permettait d’ajouter de nombreuses étiquettes, annotations et catégories différentes. Comme la base de données classique, cet outil nous permet de trier et d’interpréter rapidement les résultats. On espère ainsi que cela rend notre projet utile à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des Jésuites.

Le compte Instagram joue un rôle différent : le but est de montrer au public nos plus belles et plus intéressantes photos et d’attiser ainsi la curiosité du plus grand nombre. Par le biais d’Instagram nous avons des abonnés qui en temps normal n’auraient jamais eu connaissance de ce projet ou des Jésuites. Ainsi, nous espérons développer le projet en attirant les chercheurs et les autres utilisateurs à entrer dans des débats autour de ces questions d’histoire intellectuelle et culturelle. N’hésitez pas à contacter Kathleen Comerford avec des commentaires, des corrections, des critiques ou d’autres contributions pour approfondir encore ce travail.

Kathleen M. Comerford et Rudy Bond,

Georgia Southern University