Rareté et Livres rares du XVe au XXIe siècle

Alors que l’exposition sur la rareté et les livres rares mise en place à la bibliothèque universitaire de Rennes II est de nouveau visible pendant quelques jours pour les journées du patrimoine, nous revenons sur le colloque qui précéda le vernissage.

Le colloque « Rareté et Livres rares du XVème au XXIème », organisé les 5 et 6 avril derniers à l’occasion de l’ouverture de l’exposition éponyme, rassemblait chercheur.euse.s et étudiant.e.s, bibliothécaires, restauratrices de livres anciens, ainsi qu’un éditeur et un collectionneur. La notion de rareté fut examinée à travers des études de cas, mais également au travers d’analyses plus globales. Brassant le temps large, le colloque mit en évidence une rareté qui ne désigne pas les mêmes catégories de livres selon les lieux et selon les époques. Elle fut traitée en tant que notion appartenant à un imaginaire collectif, mais également en termes de réalité matérielle. Plongeons un moment dans ce débat.

L’idée de rareté a influencé (et influence toujours!) notre vision. Elle influence également la préservation des livres, et est donc intervenue dans le tri entre les livres qui nous sont parvenus et ceux qui sont aujourd’hui perdus. Pour autant, la rareté est une notion qui semble résonner différemment en chacun.e. Y a-t-il forcément une part de subjectivité attachée à cette idée ? Certains auteurs définissent la rareté d’un livre par rapport à sa rareté dès le moment de sa production. Ils choisissent donc de désigner des livres produits ou distribués en peu de quantité. Pour d‘autres auteurs, la définition se place par rapport à l’acquisition du livre : s’il est aisé de se le procurer, s’il est facilement échangeable. Les avancés dans la bibliographie matérielle, quant à elles, nous informent sur de nouveaux types de rareté : un livre peut être rare non pas par son texte mais par sa forme, par ses matériaux.

La rareté change également de lieu en lieu : l’exemple de l’Espagne par rapport à ses voisins est très parlant. Pedro Rueda Ramirez, de l’Université de Barcelone, présentait le marché du livre ancien en Espagne entre 1750 et 1840. L’étude des catalogues de vente de livres et d’inventaires de bibliothèques amène à voir qu’aux XVIe et XVIIe siècles la rareté n’est pas décrite dans les catalogues, mais est pour autant bien reconnue par les utilisateurs des livres. Les catalogues eux-mêmes entrent dans la catégorie des livres rares, puisqu’entre le XVIe et le XVIIe dix catalogues seulement de vente de livres furent publiés à Madrid et à Séville. Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle que l’on note une prolifération et une spécialisation des catalogues. Une autre singularité du marché du livre espagnol est la distribution vers les Amériques, afin d’y trouver une clientèle spécifique. La multiplication des catalogues venus de l’étranger montre la diversification du marché du livre, mais aussi de la variété des collections.

Rare, très rare, et très très rare!

La spécificité des livres rares peut donc se trouver dans l’insolite de la fabrication, et dans leur appartenance à une collection. D’autres professionnels s’intéressent quant à eux à l’insolite lié à la fréquentation. C’est le cas de Dominique Bougé-Grandon, chargée de mission aux Fonds Patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire de Rennes 2. Elle explique son métier autour de quatre missions : repérer, conserver, signaler, et analyser.

En effet, l’insolite fait sens et informe le chercheur. Un accident d’imprimerie, par exemple, laisse une marque et informe sur le processus de production. Les variations entre copies sont connues des bibliographes, et les aident à reconnaître et à classer les éditions et exemplaires. L’insolite lié à la fréquentation porte les stigmates du temps qui passe, abîmant parfois les exemplaires. Cependant ces traces d’usages permettent également de s’informer sur les pratiques, liées à la possession. Une carte à jouer pour marquer un page, une trace de bougie, ou même des grains de blé… Il y a des objets bien identifiés, mais il y a également des témoins insolites et moins formels.

Lucie Moruzzis, relieure-restauratrice aux Archives Nationales, est elle aussi témoin de la richesse de la bibliographie matérielle, et actrice de la mise en valeur de celle-ci. Son but premier est la préservation, et, parfois, les raretés matérielles ne sont pas toujours là où l’on les attend. Ainsi, le relieur-restaurateur se trouve parfois confronté au choix de préserver une partie d’un livre qui implique de restaurer l’ensemble de manière différente. Il s’agit par exemple de prélever un élément de la reliure, tel qu’une page manuscrite servant de renforcement, qui peut en lui-même informer des us et coutumes de l’époque, afin de le rendre visible. Lucie Moruzzis a ainsi pu nous faire découvrir la relation privilégiée qu’a le restaurateur avec l’ouvrage, notamment au travers du métier artisanal qu’est la reliure. Elle est revenue par ailleurs sur l’amalgame entre la rareté objective et l’attractivité que la rareté a sur les êtres humains.

Ann-Marie Hansen présentait quant à elle une bibliographie matérielle qui se concentrait non pas sur l’insolite de la fréquentation, mais plutôt sur les marques souvent délibérées témoignant de la consultation des livres de l’époque moderne. Qu’il s’agisse de reliures ou d’annotations, Ann-Marie Hansen démontrait ainsi que chaque livre peut être considéré comme un unicum, un exemplaire unique. A travers des images de livres comportant des matériaux différents, des notes marginales ou parfois même des annotations incorporées dans le texte même, Hansen montre les indices révélant des pratiques de lectures, et donc de cognition. Le lecteur pouvait par exemple ajouter du texte sur la page, soit par l’écriture, soit en collant une feuille additionnelle, ou bien encore en notant une référence à un autre ouvrage, lançant ainsi une invitation à la lecture complémentaire. Il pouvait également tenter de censurer un passage par la rature, ou encore commenter allègrement le texte par des exclamations marginales. La bibliographie matérielle informe donc l’histoire du livre, mais également des idées.

Malcolm Walsby, enseignant-chercheur à l’Université de Rennes 2, travaille également dans ce domaine. C’est le recueil factice, permettant de relier des œuvres différentes en un seul volume, qui est le sujet de ses recherches actuelles. Le déplacement ou la destruction d’une bibliothèque, ou encore de mauvaises pratiques de restauration ont parfois eu pour effet une restructuration, et la séparation de volumes combinés dans des recueils factices. Or, les recueils factices, qui comportent parfois les mêmes titres et œuvres, varient quasiment toujours dans leur disposition et composition, selon le goût et l’organisation du propriétaire. La constitution des recueils factices se fait au cours du temps et est donc également modifiable. On est donc face à un témoin d’une création d’objet unique, et donc rare, avec sa propre cohérence intellectuelle. Cette forme de livre nous a également permis de sauver des copies uniques qui auraient sans doute disparu si elles avaient été conservées seules. Les ouvrages qui ont survécu grâce à la forme du recueil factices nous apportent donc des informations rarissimes. Combien d’unica ont ainsi été conservés dans des recueils factices ? S’il est difficile d’identifier ces unica en tant que tel, les chercheurs de l’Université de St Andrews, en Écosse, travaillent sur la définition et l’identification de livres rares. Le Programme “Preserving the World’s rarest books” a pour but d’aider les bibliothèques à déterminer les livres les plus rares de leur collection afin qu’une attention particulière puisse leur être portée.

Un cas exemplaire du lien entre recueils et unica: les thèses de Louvain

Dominique Varry, professeur à l’ENSSIB, soulignait également combien le contexte de production de certains types de livres la recherche peut contribuer à la création de la rareté, en exposant le cas des livres recherchés par les acheteurs contemporains, puis par les collectionneurs, pour leur statut de curiosa, avec l’exemple d’éditions interdites au XVIIIe siècle. Les livres tombant sous le coup de la censure, ou connaissant un tel succès que l’édition protégée par un privilège était « piratée », étaient fabriqués de manière clandestine et vendus sous le manteau. Les circonstances même de leur impression, sous des fausses adresses ou à l’étranger, nécessitent aujourd’hui un véritable travail de détective de la part des bibliographes. C’est le cas de nombre d’ouvrages érotiques et licencieux, mais également d’une série d’éditions du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, dont onze parurent à Amsterdam en 1762 à l’enseigne de Marc-Michel Rey et dont on sait à présent qu’un certain nombre étaient des contrefaçons.

Andrew Pettegree est le fondateur du “Universal Short Title Catalogue” et de l’Institut d’études de la Réformation de St Andrews. Il propose de répondre à la rareté et à la perte de sources dans le monde du livre au début de l’époque moderne en proposant rien de moins qu’une révolution bibliographique. Pour Andrew Pettegree, le monde scientifique fait encore place à une austérité méthodologique qui se traduit par de la négligence vis-à-vis de certains types d’imprimés, tels que les pamphlets qui ne sont pas comptés dans toutes les analyses statistiques. Or, non seulement ces pratiques modifient les données numériques du monde de l’impression de manière globale, mais elles faussent encore plus les statistiques des genres imprimés et rendent notre connaissance de la production et de la consommation de ceux-ci tout aussi floue. En termes économiques, les placards, poèmes, et autres petits travaux étaient essentiels pour qu’un imprimeur ait les moyens de conduire des impressions plus importantes par ailleurs. Pettegree propose donc de croiser les données avec des outils tels que les catalogues de vente, et notamment de vente aux enchères. La méthodologie qui ne permet de compter qu’un volume lorsque celui-ci indique faire partie d’une série pose problème dans nos études : il nous faut donc changer de perspective. Andrew Pettegree met également en lumière la pratique de distribution gratuite d’ouvrages, qui, selon les estimations, concernait au moins la moitié de la production imprimée. Cette connaissance de l’accès gratuit à la littérature est essentielle à notre compréhension des fonctions et des usages des livres à l’époque moderne.

Un placard de 1643 d’Alkmaar tiré de l’article: What was published in the seventeenth-century Dutch Republic?

Katell Lavéant, de l’Université d’Utrecht, proposait justement une étude de cas permettant de voir l’application de la notion de rareté dans le corpus joyeux. Les textes joyeux sont des œuvres littéraires inspirées de la culture festive parodique telle qu’elle apparaissait notamment à l’époque du carnaval. Ils circulaient dans des livres populaires de petit format et destinés à un usage de lecture intensive. Ces éditions furent donc logiquement détruites avec le temps, à moins d’être conservées dans des recueils factices. Rares sont les éditions joyeuses conservées à plus de deux exemplaires. Dans certains cas, au processus de raréfaction s’ajoute celui de création d’une rareté nouvelle. La survie de ces textes dans des rééditions en petit nombre d’exemplaires, ou même dans des copies manuscrites, nous apporte également de nouveaux unica. L’étude de cas présentée durant le colloque amenait aussi à élargir la réflexion du statut du livre joyeux dans le contexte plus large des productions de livre, à cette époque.

Un exemple de livre joyeux imprimé à Lyon au XVIe siècle, et sa copie manuscrite du XVIIIe siècle

Pour Christine Rivalan-Guégo, de l’Université Rennes, le XIXe et le début du XXe siècle ont formés le moment charnière durant lequel le processus de raréfaction s’est accéléré. C’est l’époque de la grande diffusion. Si on a un nombre important d’exemplaire qui circulent, le rapport au livre en est impacté. Dans la chronologie de la matérialité du livre, on voit que, brusquement, de nombreux éléments permettant de définir le livre et le rapport que l’on a avec lui sont modifiés. Les méthodes de production sont revues à la baisse (on choisit l’assemblage plutôt que la reliure), et les matériaux tels que le papier et les encres connaissent aussi une dégradation de leur qualité. Le livre en lui-même s’avère plus sensible à la détérioration physique avec, par exemple, une plus grande sensibilité à l’humidité.

Leur conservation est également portée de manière différente. Pour autant, certains lecteurs en ont décidé autrement : leurs choix de collection est une « patrimonialisation domestique » qui permit de sauver des objets et des textes qui n’auraient pas survécu autrement. Le livre est un vestige d’un temps, et un témoin du rapport des lecteurs.

Penser la rareté nous oblige à repenser nos objets de recherches et nos méthodologies. A la fin du XXe siècle, les formes du livre, vues notamment à travers le prisme de la bibliographie matérielle, ont été remises au centre de la réflexion. Le rare pour le chercheur n’est pas le même que pour le lecteur ou le collectionneur.

C’est aussi ce que confirme le collectionneur Bernard Huchet, qui présentait sa passion pour les objets issus de la collection du Livre de Poche. Bernard Huchet mène depuis des années une véritable recherche, par l’observation de détails notamment matériels, pour déterminer l’histoire des éditions successives de ces petits romans. Il présentait pendant le colloque le rapport à l’illustration du cinéma des couvertures faites à la gouache. Les exemplaires originaux étaient tirés en grands nombres, mais ils n’ont pas pour autant été forcément conservés, souvent plutôt perdus, usés, jetés. La rareté ici est peut-être aussi celle de cette recherche bibliophilique en soit, puisque contrairement aux livres anciens, peu de collectionneurs s’y intéressent, la valeur pécunière des petits livres étant quasi-nulle.

Les collectionneurs ne sont pas les seuls à rechercher la rareté. C’est également le cas des libraires et des bibliothécaires. Sarah Toulouse, de la Bibliothèque municipale de Rennes, revenait sur l’utilisation souvent abusive de la notion de rareté. Dans le langage courant, le « rare » est une notion de plus en plus relative, et ne faisant pas toujours références aux mêmes caractéristiques, ce qui aboutit à un usage démesuré de ce mot dans les descriptions de livres anciens pour les catalogues de vente actuels. Sarah Toulouse constate trois raisons pouvant pousser les libraires à user et abuser du terme : la tendance à se baser sur d’anciennes bibliographies papiers, l’augmentation du prix et donc du profit, mais aussi tout simplement la différence entre ce que la rareté signifie pour un marchant et pour un bibliothécaire. Sarah Toulouse nous invite également à poursuivre une réflexion autour du choix que nous avons à faire par rapport aux livres à transmettre, à conserver. Faut-il forcément favoriser l’objet rare ? L’objet banal risque pourtant de devenir rare lui aussi, parce que moins précieusement conservé par les contemporains.

Louise Amazan, de la Bibliothèque nationale de France, répondait justement à la question de la conservation. Exposant l’histoire et le système de classement de la BnF, par type de matériaux, de typographie, puis par format, en encore par ville et par  imprimeur, elle proposait également d’explorer la conservation comme relevant de la sensibilité d’un individu ou d’un groupe et d’un contexte. Dire d’un livre qu’il est rare à des conséquences aux yeux de la BnF. Cela signifie une exclusion du prêt, et l’imposition de conditions de lecture (pas d’usage de stylos à encre, pas le droit de prendre de calque sur le livre…), sous surveillance, afin de préserver les ouvrages de mésusages aux conséquences parfois funestes. Pour Louise Amazan, l’art de la collection du livre rare n’est en rien une science exacte. Toute bibliothèque a sa politique d’acquisition, car aucune bibliothèque ne peut tout conserver, mais aussi parce que les bibliothèques forment dorénavant un groupe, un réseau. Le sujet de la participation des bibliothèques au marché du livres fut également abordé. En contact donc avec le monde des collectionneurs, Louise Amazan témoigne de la volonté des bibliothécaires de garder une distance. Pour elle, il faut pressentir l’évolution du goût et de la sensibilité et tenter d’acheter avant que le prix augmente.

Qu’en est-il de la conservation numérique de livres rares ? Pour certains intervenants les nouveaux outils numériques rendent visible le livre mais ne diminuent pas la rareté de l’exemplaire. Yves Picard, des Presses universitaires de Rennes, était présent pour présenter un sujet peu souvent débattu : la rareté du livre électronique.

Créer un livre… l’intervention d’Yves Picard est accessible en ligne.

Cette notion peut ne pas être évidente au premier abord. Il faut avoir en tête la fragilité du livre électronique, qui n’a qu’une longévité moyenne de dix ans. Le fichier ne demande qu’à être copié pour freiner sa raréfaction, mais dans le monde électronique chaque copie devient un original à nouveau. Les verrous numériques que sont les DRM permettent à une copie de devenir unique, grâce à un filigrane (par ex : « acquis par Yves Picard ».). On est là face à une création de rareté, par l’acquisition individualisée, qu’on a l’obligation juridique de garder rare. Un autre type de copie unique peut être créé grâce à la personnalisation de l’affichage d’un livre. Au-delà de l’individualisation de copies, c’est aussi par la diffusion, ou plutôt par son absence, qu’est provoquée la raréfaction. Et Yves Picard d’interpeller le public du colloque avec le sourire : « Si vous en trouvez un jour un livre électronique rare, parce que non-téléchargé, n’y touchez pas : laissez-le rester rare ! ». En parallèle à la raréfaction, la notion de bien commun émerge avec des communautés qui cherchent à préserver et à défendre l’intérêt de ce bien commun. La communauté de Wikipédia est un exemple de co-création de contenus, rares parce que modifiables, avec un usage massif et documenté. En effet, six mois après sa création, une page donnée pourra être différente. La plate-forme offre la possibilité de créer un livre de son choix à ses utilisateurs. Dans ce monde informatique, la problématique de l’ouverture d’un abîme de conservation, dû au manque de critères de sélection, est au cœur des débats actuels. Comment accéder à une œuvre parmi les milliers de dossiers ? Yves Picard répond : tout reste à inventer.

Finalement, Chloé Favriou et Isabelle Riquet, étudiantes en Master de recherche d’Histoire moderne présentaient l’objectif de l’exposition Rareté et livres rares. Elles exposaient l’évolution de la méthodologie et les contraintes que le contenu des fonds ont imposés dans le travail de montage de l’exposition. Elles témoignaient alors de l’élargissement de leur réflexion scientifique, en tant qu’étudiantes en master. Le travail sur le fond ancien permet de comprendre le caractère multiforme du livre. Si la première question fut celle des caractéristiques de la rareté du livre, le nombre d’exemplaires produits, conservés, leur prix…, la notion de rareté fut rapidement élargie par rapport à l’angle habituel. Dans l’exposition, la rareté choisie n’est pas celle prisée des collectionneurs ; la réflexion a davantage porté sur le medium du livre, et ses pratiques. Le livre, étudié par le prisme de l’objet rare, permet de remettre en question l‘idée que l’on se fait de la rareté.

Par leur ouverture, le colloque et l’exposition Rareté et Livres rares du XVe au XXIe siècle nous invitent à poursuivre la réflexion sur les méthodes de recherches, de préservation et de valorisation des objets non seulement précieux, mais aussi communs. Ce qui ressort ici, c’est l’importance des pratiques, qu’elles soient celles de la production, du classement, ou encore de la lecture et de la réception. Le livre-objet et le texte-idée sont à manipuler avec précaution et attention. Le colloque et l’exposition nous ont permis également d’évaluer combien il nous reste à découvrir dans le domaine de la bibliographie matérielle, dans les possibilités offertes par le numérique, et dans nos propres pratiques de transmission du livre.

Erell Smith

Étudiante en master de recherche à Rennes II


Le catalogue de l’exposition peut être librement consulté en ligne depuis le site Issuu de la Société bibliographique :Catalogue de l’exposition Rareté et livres rares du XVIe au XXIe siècle.

Les fonds anciens de Saint-Omer: Six ans de découvertes

« Découverte en France d’un First Folio de Shakespeare » titre l’article de Florence Noiville dans Le Monde Livres du 26 octobre 2014, quelques jours après l’annonce qui a marqué l’histoire de la bibliothèque, en donnant à la Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer une visibilité planétaire !

Illustration 1: Shakespeare, Comedies, Histories, & Tragedies, Londres: Isaac Jaggard et Edward Blount, 1623

Mais on aurait tort de croire que c’est la seule découverte qui ait été faite au sein du fonds ancien ces dernières années. Les collections patrimoniales du Pays de Saint-Omer sont d’une telle importance que des trouvailles y sont faites presque chaque mois, pour ne pas dire chaque semaine. Celles-ci sont de diverses natures et concernent tous les types d’ouvrages que nous conservons : manuscrits, incunables, imprimés anciens et documents iconographiques.

Cette rétrospective vous permettra de comprendre que ces trouvailles ne sont pas uniquement le fruit du hasard, même si ce dernier y prend toujours une petite part comme pour toute « découverte ». Elles sont le résultat des nombreux chantiers mis en œuvre au sein du pôle pour assurer ses missions de gestion, de conservation et de mise en valeur des collections. Elles sont également issues des divers partenariats que la BAPSO a avec d’autres institutions (CNRS, Universités) et de l’accueil des chercheurs.

Questions de styles

La collection audomaroise des manuscrits compte plus de 800 volumes, tous intrinsèquement unique, et pour beaucoup médiévaux et richement décorés.

C’est le cas des deux pages d’une grande Bible carolingienne (illustration 2), redécouvertes en 2012-2013. Elles servaient de gardes contrecollées à un manuscrit plus récent et ont été isolées à la suite d’une ancienne restauration. Outre la datation de ces pages dans la seconde moitié du IXe siècle, la qualité de leur décor les rend exceptionnelles. S’ajoute à cela une importance historique, puisque c’est l’un des rares témoins de la production de luxe de l’abbaye de Saint-Bertin pour cette période de l’histoire.

Illustration 2: Initiale B ornée, début des Psaumes, encre d’or sur parchemin Saint-Bertin, 2e moitié du IXe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 1687)

Les recherches sur le style du décor des manuscrits audomarois ont aussi permis de constituer plusieurs ensembles cohérents, qui n’avaient été jusque-là que peu étudiés.

Le plus spectaculaire est un groupe de manuscrits d’origine anglaise, au sein duquel nous avons pu redéfinir deux ensembles baptisés style « tweed », voir par exemple l’illustration 3, (manuscrits 50, 214, 217, 235) et style « aux girandoles »1 , comme le commentaire des psaumes de Johannes de Abbatisvilla de l’illustration 4, auxquels furent ajoutés les manuscrits 185, 234 et 262.

Illustration 3: Initiale A ornée dans le style tweed, encre sur parchemin, Angleterre, XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 217)

Illustration 4: Initiales peintes dans le style des filigranes en girandoles, encre sur parchemin, Angleterre, XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 262)

Un troisième ensemble, lui aussi d’origine anglaise, baptisé le style « aux feuilles dentelées », voir l’illustration 5, (manuscrits 11, 116 et 762), a pu être rapproché d’un manuscrit conservé à Paris (BNF, manuscrit latin 14514), copié et enluminé à Oxford, ce qui donne un élément de localisation pour nos propres manuscrits. Cela n’est d’ailleurs pas surprenant puisque l’abbaye de Saint-Bertin est en contact avec l’école d’Oxford depuis sa création par le roi Alfred le Grand (848-899) : qui nomme Grimbaud de Saint-Bertin à la tête de cette prestigieuse école.

Illustration 5: Initiales ornées dans le style au feuilles dentelées, encre sur parchemin, Angleterre (Oxford ?), XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 762)

A chacun ses attributions !

Au Moyen Âge, la notion d’artiste n’est pas la même que maintenant : les productions mécaniques relèvent de l’artisanat. Cela ne veut pas dire que l’on ne sait pas apprécier un bel objet ou le talent de celui qui l’a réalisé. C’est juste que l’on ne rémunère pas l’artisan pour son art. On paye d’abord les matériaux et le temps d’exécution, considérant que la qualité d’exécution est rétribuée par la renommée et l’afflux des commandes.

Il est donc rare qu’un artisan signe son travail. Pour la première moitié du Moyen Âge (Ve-XIIe siècle), on trouve surtout des mentions d’auteurs ou de copistes, plus rarement d’enlumineurs, de sculpteurs ou d’orfèvres. A partir du XIIe siècle, ceux qui réalisent les décors signent plus couramment leurs travaux. Mais, en se limitant souvent à un simple prénom, parfois accompagné de la mention « a fait ». Il est alors difficile de trancher s’il s’agit de l’exécutant ou du commanditaire.

Identifier les auteurs des œuvres d’art anciennes est une discipline à part entière, qui s’appuie sur l’étude croisée du style et des documents d’archives, et regroupe des œuvres attribuables à un même artisan ou à un atelier.

Plusieurs manuscrits de l’époque gothique (XIIIe-XVe siècle), conservés dans nos collections, ont été récemment attribués à des enlumineurs professionnels de renom. Tels les manuscrits 245 et 458, qui derniers n’avaient pas attiré l’attention car ils ne comprennent chacun qu’une seule miniature. Pourtant, celles-ci sont l’œuvre d’artistes célèbres en leur temps.

Le manuscrit 245 est sorti d’un atelier qu’on appelle le groupe des « Maîtres aux rinceaux d’or »2 , actif à Bruges entre 1420 et 1450. Cette attribution a permis de resserrer la datation du manuscrit et de localiser son lieu de production.

Illustration 6: « La Trinité du Psautier », atelier des Maîtres aux Rinceaux D’or, Bruges, vers 1520-1450 (Saint-Omer, BA, ms. 245, f. 1v)

Illustration 7: Heures dites de Joseph Bonaparte, atelier des Maîtres aux rinceaux d’or, Bruges, 1421-1430 (Paris, BnF, manuscrit lat. 10538)

Maîtres et ateliers

Le manuscrit 458 est plus ancien, il a été copié à Paris dans le deuxième quart du XIVe siècle, et enluminé par le Maître du Procès de Robert d’Artois, un disciple des deux plus grands peintres de manuscrits de l’époque : Jean Pucelle (12..-1334) et Jean Le Noir (actif entre 1331 et 1380). Tous trois ont travaillé pour les plus grands mécènes de leur temps : la duchesse Yolande de Bar, le duc Jean de Berry ou encore le roi Charles V.

Illustration 8: scène de dédicace, enluminure par le Maître du Procès de Robert d’Artois, Paris, début du XIVe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 458)

Le manuscrit 727 est un splendide exemple de la production italienne du XVe siècle, attribué en 2014 à l’atelier de l’enlumineur florentin Francesco d’Antonio del Cherico (1433-1484). Ce dernier est connu pour avoir enluminé un autre exemplaire du même ouvrage pour Piero de’ Medici. Il a aussi travaillé pour le libraire Vespasiano da Bisticci (1422-1498), qui a vendu des livres au cardinal d’Arras Jean Jouffroy et au roi de France Louis XI.

Illustration 9: page ornée a bianchi girari, par l’atelier d’Andrea del Cherico, Venise, milieu du XVe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 727-2)

Signalons encore le manuscrit 343, restauré plusieurs fois d’ancienne date, re-relié au moins une fois au XVIIe siècle, en mélangeant l’ordre des feuillets dont une bonne partie manque. Son mauvais état général a valu à son décor d’être qualifié « d’assez mauvaise exécution » ! Pourtant, malgré toutes ses avanies, l’observateur avisé saura déceler une production de grand luxe, encore perceptible dans le drapé très travaillé du bas de la robe de la Vierge, dans la finesse des rehauts qui animent la carnation du visage de Jean, dans la délicatesse des boucles de ce dernier et la grâce du rendu de son contrapposto3. Le travail d’identification du lieu de production de ce volume est encore en cours. Mais, après avoir proposé un rapprochement avec l’enluminure troyenne du début du XIIIe siècle, nous envisageons désormais de l’attribuer à un atelier des Flandres septentrionales ou de l’Artois.

Illustration 10: Le Christ en croix entouré de la Vierge et de Jean, Flandres septentrionales ou Artois (?), début du XIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 343)

Cote Datation CGM Datation Wilmart
3 XIIe XIe
13 XIe XIIe
15 VIIIe IXe
20 XIIIe XIIe
24 XIIIe 2e ½ XIIe
25 XIIIe 2e ½ XIIe
33bis VIIIe IXe
42 IXe f.16-68 IXe ; reste XIe
78 XIIIe XIIe
56 XIIIe Déb. Xie
57 XIIIe XIIe
60 XIIIe XIIe
65 XIIIe XIIe
75 XIIIe XIIe
77 XIIIe XIIe
79 XIIe XIe
80 XIIIe XIIe
89 XIIIe XIIe
93 XVe XIIIe
97 XIe Fin Xe
114 XIIIe XIIe
116 XVe XIIIe
118 XVe XIIIe
150 X-XIIIe Xe
179 Xe IXe (vers 850)
185 Fin XIIe-XIIIe XIIIe
186 XIIe XI
252 Xe Fin XIe
257 Xe Premiers feuillets VIIIe
268 Xe IXe
269 Xe 1e ½ IXe
277 XIIe & XIIIe XIIe
279 IXe Xe
283 XVe XIVe
304 XIIIe XIIe
312 XIe IXe et XIe
314 XIe Fin IXe
342bis IXe Fin Xe
355 XIIIe XIVe
361 XIVe XVe
363 XIIIe Fin XIIe
366 XVe XIVe
426 XIIIe XIVe
582 XVe XIVe
664 XIIIe XIIe
666 Xe f. 6-63 IXe
678 XIIe XIVe
684 XIIe XIe
698 Xe Fin XIe
700 XIIe XIe
710 Fin XIIIe 1e ½ XIVe
719 XIIe Fin XIIe
770 XIIIe XII et XIVe
775 XIIe XI

« Il vaut mieux dater d’un siècle que d’une saison » Alfred Capus (écrivain 1857- 1922)

Un autre aspect de la recherche en bibliothèque concerne la datation des manuscrits. C’est une tâche d’autant plus importante pour la collection audomaroise que le Catalogue Général des manuscrits de la bibliothèque de Saint-Omer (CGM), rédigé par Henri Victor Michelant (1811-1890) en 1861, comprend beaucoup d’erreurs.

Ce problème de datation a été repéré, en 1923, par le grand érudit André Wilmart (1876 – 1941), bénédictin de la Congrégation de Solesmes à St Michael’s Abbey, à Farnborough (Hampshire, Angleterre), et spécialiste reconnu de la littérature religieuse du Moyen Âge. Ce dernier a profité de son passage à Saint-Omer pour préciser la datation de plusieurs manuscrits. Le fruit de cette enquête est rapporté par le bibliothécaire Georges Delamotte, dans le Registre des délibérations de la Commission d’amélioration de la bibliothèque 1845-1934.

Grâce à cette liste repérée par l’équipe du Pôle archives, cinquante-six manuscrits ont été rendus à leur siècle. Cet inventaire indique que la grande majorité de ces volumes est plus ancienne que ce qui avait été établi, augmentant considérablement leur préciosité et leur intérêt pour la recherche

Des dates, des dates, oui mais des authentiques !

Nous avons corrigé un certain nombre de datations erronées et les sessions de travail bisannuelles de l’Institut de Recherche et d’Histoire des textes (IRHT – CNRS) contribuent également à rétablir l’âge réel de nos vénérables volumes. Signalons un ensemble particulièrement intéressant de manuscrits, longtemps datés du XIIe siècle, mais qui sont en réalité du milieu du XIe, si l’on en juge par le style du décor et de l’écriture. Il s’agit des manuscrits n° 2, 3, 33, 186, 187, 189, 194, 718 et 775.

Illustration 11:  Ancien Testament, fin de l’exode et début du Lévitique, Saint-Bertin (?), milieu du XIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 2)

Parallèlement au travail d’étude des collections, les autres tâches de gestion d’un fonds de livres anciens, sont aussi souvent l’occasion de faire des découvertes. Telle l’entreprise de numérisation de la quasi-totalité des manuscrits de la BAPSO, engagée d’abord sous l’impulsion de la Communauté d’agglomération, puis, dans le cadre d’un partenariat entre la CAPSO et la DRAC puis avec le CNRS.

Or, avant de numériser un manuscrit, il faut réaliser un récolement complet du volume : le livre est feuilleté, page à page, afin de vérifier s’il n’en manque pas et si la numérotation est correcte. Plus de 600 volumes ont été récolés entre 2012 et 2017 par l’équipe de la section patrimoniale !

Cette opération fastidieuse a néanmoins son bon côté, car elle oblige à consacrer un long moment à chaque livre. C’est alors l’occasion d’y faire des trouvailles : ainsi, le manuscrit 678 (illustration 12) s’est avéré contenir plusieurs pages palimpsestes, c’est-à-dire que le parchemin a été gratté puis réemployé. Cela permet aussi d’identifier ou de réattribuer des textes comme pour le manuscrit 172, longtemps attribué à Hildebert de Lavardin, désormais rendu à Pierre Riga. De même, le manuscrit 245 n’était pas le Compendium d’Hugo de Argentina mais celui d’Albert le Grand. Quant au manuscrit 384 (illustration 13), longtemps resté anonyme, il a été identifié en 2013 : il s’agit d’une belle copie du Livre qui enseigne qui est pechié mortel ou veniel du grand théologien Jean Gerson, qui fut chancelier de l’université de Paris.

Illustration 12: Pages copiées sur des feuillets de parchemin de remploi ou « palimpseste » (Saint-Omer, BA, ms. 678)

Illustration 13: Jean Gerson, Livre qui enseigne qui est pechié mortel ou veniel, Pays-Bas septentrionaux du milieu des années 1450 (Saint-Omer, BA, ms. 384)

Rien ne se perd, tout se transforme !

Certains manuscrits, comprennent des documents ajoutés après leur réalisation. Ainsi, dans le manuscrit 417 (illustration 14), nous avons eu la surprise de découvrir une gravure figurant le Christ. Le manuscrit 407 (illustration 15) comprend lui aussi deux petites gravures dévotionnelles, figurant sainte Barbe et Daniel dans la fosse aux lions. Malheureusement, aucune n’est signée, ce qui rend leur attribution impossible à l’heure actuelle. Plus récemment, en 2017, nous avons découvert une quatrième gravure dans notre imprimé n° 3022 où elle servait de marque-page. C’est une jolie copie réalisée dans les années 1630 d’après un original du grand graveur lorrain Jacques Callot (1592-1635).

Illustration 14: Speciosus Forma pare Filiis hominum, gravure sur cuivre, XVIIe siècle (?) (Saint-Omer, BA, ms. 417)

Illustration 15: Sainte Barbe et Daniel dans la fosse aux lions, gravures sur bois, XVIe siècle (?) (Saint-Omer, BA, ms. 407)

L’observation attentive et la description des reliures permettent aussi de faire de belles découvertes. C’est le cas des morceaux de parchemins anciens utilisés dans leur confection, une pratique courante du Moyen Âge jusqu’à l’époque moderne. Les relieurs ne prêtent alors pas attention à la nature de ces « défaits », aussi peut-on parfois trouver des renforts de fond de cahiers ou des gardes contrecollées bien plus anciens que le volume dans lequel ils se trouvent !

C’est le cas pour les manuscrits 121 (XIIIe), 287 (XVe) et 437 (XIVe) qui comprennent des renforts du IXe siècle ! Pour le premier (illustration 16) les renforts ont pu être dégagés lors de la restauration du livre. Il s’agit de fragments d’une copie du commentaire de Bède le Vénérable sur l’évangile selon Jean. Le second (illustration 17) comprend un passage du commentaire du même auteur sur l’évangile selon Luc (Lib. V sur Luc XVI). Le rapprochement des fragments de ces deux manuscrits permet d’avancer l’hypothèse qu’ils proviennent du même volume à l’origine, qui devait rassembler l’ensemble des commentaires de Bède sur les Évangiles. Quant au manuscrit 437, il s’agit d’un extrait du traité de dévotion De cordis compuctione (De la componction) (I, 4, 1-30) de Jean Chrysostome (344-407).

Illustration 16: Renfort de fonds de cahiers en parchemin, commentaire de Bède le Vénérable sur l’évangile selon Jean, Saint-Bertin (?), IXe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 121)

Illustration 17: Renfort de fonds de cahiers en parchemin, commentaire de Bède le Vénérable sur l’évangile selon Luc, Saint-Bertin (?), IXe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 287)

Membra dissjecta

Parfois, on y découvre des textes plus rares, comme cette copie du XVe siècle des Guerre de Jugurtha de Saluste (inv. 2360bis), ou cette autre de la même époque avec les commentaires à l’Ethique d’Aristote par Jean Buridan (1292 – 1363), recteur de l’université de Paris au XIVe siècle (inv. 350). Un fragment du XIIIe siècle, contenant les chapitres 9 à 13 du premier livre des Premiers Analytiques d’Aristote (inv. 3070 – illustration 18) dans la traduction de Boèce (480-524). Une très rare copie du début du XIIIe siècle du Graecismus, un traité de grammaire composé par Evrard de Béthune (11..-1212?) (inv. 1529). Ou encore un traité de médecine du XIVe siècle, non identifié (inv. 1805), et un fragment du chapitre 18 du second livre d’une copie du XIVe siècle du Guide des égarés de Moïse Maimonide (1135-1204) (inv. 3916).

Illustration 18: Garde contrecollée, Premiers Analytiques d’Aristote dans la traduction de Boèce, XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, inv. 350)

Illustration 19: Garde contrecollée, Graecismus, d’Evrard de Béthune, déb. XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 1529)

Le cas des imprimés 959, 960, 962 et 963 est particulièrement intéressant. Leurs gardes contrecollées ont été très vraisemblablement extraites d’un même manuscrit. Il s’agit d’un bréviaire du XIe siècle ! La réparation en deux doubles pages par volume (sauf pour le 959 qui n’en comprend plus qu’une) fait que quatorze pages ont été ainsi conservées. L’étude des textes de ces fragments permettra peut-être d’en préciser l’usage. Toutefois, la mise en page et l’écriture sont très proches de celles que l’on trouve dans d’autres manuscrits conservés de cette époque copiés à Saint-Bertin.

Illustration 20: Garde contrecollée, Bréviaire, XIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 959)

« Ce qui est à toi est aussi à moi »

Lors du catalogage scientifique, nous prenons aussi en compte les notes manuscrites contenues dans le volume, car elles comptent pour beaucoup parmi les caractéristiques d’exemplaire d’un livre.

Il est courant qu’un livre ancien soit annoté par ses divers possesseurs, et qu’ils y aient inscrit leur marque dans leurs livres, sous la forme de mentions manuscrites, d’armoiries ou d’ex-libris imprimé, collé dans le volume. Grace à ces marques de possession, il nous est parfois possible de retracer un pan de l’histoire du livre.

Ainsi, parmi les noms intéressants que nous avons pu identifier ces dernières années, on peut citer:

  • Lucas Fruterius (1541- 1566), poète et philologue du cercle d’humanistes de Bruges (inv. 3074).
  • Antoine Coquelle (15..-1549) d’Aire-sur-la-Lys, humaniste, professeur à Furnes et ami d’Erasme (inv. 1360).
  • Aernout van Buchel (1565-1641), humaniste et directeur de la Compagnie des Indes (inv. n° 2342).
  • Frans de Maulde (1556-1597), chanoine d’Arras puis d’Aire-sur-la-Lys, où il est enterré dans la collégiale.
  • Paul Poupo (1552-1590), grand poète de la Renaissance (inv. 5).

Illustration 21: ex-libris de Lucas Fruterius (1541- 1566) (Saint-Omer, BA, inv. 3074)

Illustration 22: ex-libris d’Antoine Coquelle (14..-1549) (Saint-Omer, BA, inv. 1360)

Illustration 23: ex-libris de Pierre Poupo (1552-1590) (Saint-Omer, BA, inv. 5)

Toutes ces personnalités appartenant à des cercles humanistes du Nord, permet de reconsidérer l’assertion de M. Le Maner dans l’Histoire de Saint-Omer (1981, p. 117) qui prétend « l’absence de véritable substrat humaniste [à Saint-Omer] ».

Enfin, un superbe volume repéré fin 2017 (inv. 2927), porte deux marques prestigieuses : il est relié aux armes du chevalier Pomponne Ier de Bellièvre (1529-1607), seigneur de Grignon, surintendant des finances d’Henri III, puis chancelier d’Henri IV, et porte l’ex-libris manuscrit de Jacques Ribier du Vair-Aléaume (15..-1653), conseiller du roy et commissaire aux requêtes du Palais sous Louis XIII et Louis XIV.

Illustration 24: reliure aux armes de Pomponne Ier, de Bellièvre (1529-1607) (Saint-Omer, BA, inv. 350)

Une collection unique !

Ce qui fait l’intérêt du First Folio c’est qu’il s’agit de LA première édition complète du théâtre de Shakespeare. Ce n’est pas un manuscrit, mais un imprimé. La hiérarchie des valeurs n’est pas la même que pour les manuscrits car les textes imprimés peuvent êtres reproduits à l’infini, alors qu’un manuscrit est, par nature, toujours une pièce unique. Les premières éditions d’une œuvre sont très recherchées car elles nous offrent un premier état littéraire susceptible d’être au plus proche de la pensée originelle de l’auteur.

Pour le bibliophile, la rareté d’une édition, due à de nombreuses pertes ou simplement à la limitation originelle d’un tirage, est un critère. Cela est d’autant plus important en matière de livres imprimés puisque la technique de l’imprimerie permet justement la démultiplication des exemplaires d’une même édition. Il arrive donc, très rarement, que l’on ne conserve plus qu’un seul exemplaire de l’une des éditions imprimées d’une certaine œuvre. Dans ce cas, on parle d’un unicum (« unique » en latin), c’est l’un des moments où l’imprimé possède des critères de rareté équivalents à ceux du manuscrit.

Unicum, unici, unico, unica, unicorum, unicis

La bibliothèque possède une demi-douzaine d’unica ! L’un d’entre eux nous a été signalé en 2015 par Dominique Coq. Il s’agit de l’impression parisienne, par Pierre le Caron en 1502, de la traduction française de la Légende Dorée par Nicolle Delabarre (inv. 3533). Ce volume appartenait à Adrien de Neufville, abbé de Saint-Augustin-lez-Thérouanne de 1571 à 1596. Depuis, plusieurs autres unica ont été identifiés dans le cadre du catalogage scientifique des imprimés du XVIe siècle, entrepris de manière systématique depuis trois ans.

Illustration 25: La légende dorée en françois par maître Nicolle Delabarre, Paris: [Pierre Le Caron], [1502] (Saint-Omer, BA, inv. 3533)

Illustration 26: Les Commentaires de Jules César, Avec les portraicts et de et description des lieux… Translatez par noble homme Etienne de Laigue dit Beauvais ; Translatez par feu de bonne mémoire Robert gaguin général de lordre de la saincte Trinité, Paris: [Jacques Kerver], 1537 (Saint-Omer, BA, inv. 3079)

Nous sommes ainsi actuellement les seuls à posséder la traduction française des Commentaires de Jules César par Etienne de Laigue et Robert Gaguin, imprimé à Paris pour Jacques Kerver en 1537 (inv. 3079). Il n’y a également qu’à Saint-Omer que l’on peut consulter le Preclarus et insignis tractatus docens modum legendi abbreviaturas utriusque (Traité des abréviations), imprimé en 1520, à Paris, par Guillaume Gydoin pour Poncelet le Preux (inv. 6004-2) ; le De linguae latinae elegantia libri sex (grammaire latine) de Lorenzo Valla, dans l’édition Parisienne imprimée par Pierre Gaudoul, en 1534 (inv. 2295). Ou encore la traduction française des Épitres d’Ovide par du Perron, de La Brosse et de Lingendes, imprimée à Paris, par Toussaint Du Bray en 1620 (inv. 4651).Illustration 27: Werner von Schussenried, Preclarus et insignis tractatus docens modum legendi abbreviaturas utriusque censure, Paris: Poncelet le Preux, 1520 (Saint-Omer, BA, inv. 6004-2)

Illustration 28: Laurentii Vallae, De linguae latinae elegantia libri sex, Paris: Pierre Gaudoul, 1534 Saint-Omer, BA, inv. 2295)

Illustration 29: Les epistres d’Ovide, traduites en prose Françoise par les Srs Du Perron, De la Brosse, De Lingendes & Hedelin, Paris: Toussaincts du Bray, 1616 (Saint-Omer, BA, inv. 4651)

Last… but not least !

Cette sélection de trouvailles faites ces dernières années dans les fonds anciens de la BAPSO n’offre néanmoins qu’un petit aperçu de ses richesses connues, et surtout, du potentiel de découvertes passionnantes qui reste encore à y faire.

Les grands chantiers de gestion, de conservation et de mise en valeur des fonds anciens, menés par l’équipe patrimoniale, se poursuivront encore de nombreuses années. Ils permettent de toujours mieux connaître ces collections et de continuer de les faire vivre auprès du public à travers les expositions, régulièrement alimentées par nos trouvailles, mais aussi par l’enrichissement de la Bnum, les articles sur Facebook, les albums Pinterest, ou encore les conférences de nos invités et les journées d’études organisées avec nos différents partenaires.

Les fonds anciens sont souvent plus vivants et dynamiques qu’il n’y paraît ! Nous mettons tout en œuvre pour vous permettre de vous réapproprier une partie de la valeur de ce patrimoine fantastique, et vous invitons d’ores et déjà à nos prochains rendez-vous avec l’histoire et les livres.

Rémy Cordonnier

Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer

  1. Girandole : chandelier à plusieurs branches []
  2. « Maîtres aux rinceaux d’or » : nom de convention donné par F. Winkler en 1925 []
  3. Contrapposto : attitude du corps humain dans les arts visuels, où l’une des deux jambes porte le poids du corps, l’autre étant laissée libre et légèrement fléchie. []

Histoire du livre

Ce carnet constitue le blog de la Société bibliographique de France, une association visant à promouvoir l’étude de l’histoire du livre et de la bibliographie matérielle tant au niveau universitaire que pour un public plus large. Il proposera une sélection d’articles et de courts textes de recherche sur des cas particuliers (analyse d’exemplaires ou de phénomènes précis…). On y publiera aussi des textes de synthèse sur l’histoire du livre, de la bibliophilie et de la bibliographie.

Le blog accueillera des contributions d’auteurs variés : des universitaires, des étudiants en cursus de recherche, que des conservateurs des bibliothèques et autres spécialistes. Les auteurs, membres de la Société bibliographique, viendront de l’ensemble des pays du monde, mais les textes seront rédigés en langue française.

Pour soumettre un billet, nous vous saurons gré de prendre contact à publications@societebibliographique.fr, en précisant qu’il s’agit de textes destinés au blog. Toute publication devra être accompagnée d’images (l’auteur s’engagera à disposer de leurs droits de publication). Le comité de rédaction statuera sur la publication des textes soumis et sur leur date de publication.