Un projet typographique d’envergure: une analyse de William Kemp

Quelles conditions fallait-il réunir dans l’Italie du XVIe siècle pour produire une édition de qualité d’un texte médiéval important ? Des humanistes illustres, capables de produire une édition de qualité ; un imprimeur de renom, aux épaules suffisamment solides pour prendre en charge la production d’un ouvrage de taille conséquente ; un matériel typographique adéquat et élégant ; et l’accord du possesseur illustre de ce manuscrit.

C’est cet écheveau que William Kemp dénoue avec finesse dans un article en anglais qui vient de paraître dans Livre | Revue Historique : « Where and How to Print the Florentine Pandects: Paris, Basle, Lyons, Venice or Florence? ».

Le texte dont il s’agit est le Corpus juris civilis ou Pandects, un texte juridique préservé dans un manuscrit du VIe siècle qui se trouvait dans la bibliothèque des Médicis à Florence et fit l’objet d’une étude attentive par plusieurs humanistes italiens dans la première moitié du XVIe siècle : Lelio Torelli, jurisconsulte et secrétaire du duc Cosimo I, et Antonio Agustín, juriste et philologue. Après en avoir publié des extraits et leurs notes sur le texte en 1542 (Lucantonio Giunta, Venise) et 1543 (Johann Oporin, Bâle) – éditions republiées par Gryphe à Lyon en 1544 et 1545 –, Torelli et Agustín souhaitaient proposer une édition intégrale du texte.

Grâce aux échanges de lettres des deux hommes avec leur cercle d’humanistes, Kemp reconstitue leurs délibérations quant au choix d’un imprimeur adéquat, capable d’une telle entreprise : y sont ainsi cités Robert Estienne à Paris, Johann Froben à Bâle, et particulièrement Sébastien Gryphe à Lyon, à côté de noms d’imprimeurs de diverses villes italiennes. Mais les éditeurs devaient également composer avec les volontés du duc Cosimo, qui souhaitait que l’on emploie un imprimeur de Florence pour cette tâche – ce qui posait problème car aucun imprimeur florentin ne pouvait prendre en charge cette édition. Le choix se porta finalement sur Lorenzo Torrentino, basé à Bologne.

La marque de Lorenzo Torrentino aux armes des Médécis

C’était un choix audacieux, car Torrentino, italien originaire des Pays-Bas, n’était jusque-là connu que comme libraire – un libraire aux épaules solides, certes, mais qui n’avait jamais imprimé un seul ouvrage. Or il accomplit admirablement son travail, et publia en 1553 une impressionnante édition in-folio de 1666 pages (accompagnées de nombreux préliminaires), des Digestorum seu Pandectarum libri quinquaginta ex Florentinis Pandectis repraesentati. Cette édition était imprimée en Gros romain (ou Testo en italien), et pourvue de bois gravés soignés pour les lettrines.

Lettrine comportant les armes des Médécis

Dans son article, Kemp analyse précisément les caractères typographiques employés, et les compare avec ceux utilisés par Gryphe pour son impression de la Bibia Sacra en 1550, un ouvrage comparable par sa taille et la complexité technique de sa production au Pandects florentin. Il explore ainsi les pistes qui auraient pu mener à la production d’un Pandects lyonnais, si Gryphe en avait été chargé, comme cela avait été envisagé au départ.

Cet article nous propose ainsi une analyse passionnante des processus de décision autour de la naissance des grands ouvrages imprimés au milieu du XVIe siècle entre l’Italie, la Suisse et la France. Il nous offre aussi, grâce notamment à la richesse des documents épistolaires entourant le projet d’édition du Pandects, une vue d’ensemble du paysage des grands imprimeurs d’ouvrages en latin et des rivalités entre ateliers pour obtenir de telles commandes.

Une enquête typographique de Dominique Varry…

En 1760, l’imprimeur-libraire lyonnais Jean-Marie I Bruyset, objet de tracasseries des autorités dans une affaire de livres prohibés, révèle avoir acheté l’année précédente un manuscrit intitulé Esprit des loix de la tactique, contenant des poèmes du roi de Prusse et interdit à la publication en France. Or, un ouvrage en deux volumes in-quarto paraît en 1762 sous ce titre à l’adresse de Pierre Gosse junior à la Haye. Une recherche bibliographique révèle l’existence de deux autres publications similaires, la même année, sous des adresses à Leipzig et Francfort.

Illustration: Page de titre de la publication de Leipzig

L’article de Dominique Varry, Quatre villes pour une adresse typographique : enquête autour de l’impression de l’Esprit des loix de la tactique (1762), propose une enquête bibliographique complète et passionnante. Par l’étude des indices matériels de ces éditions (collations, empreintes et signatures, mais aussi bois gravés et vignettes typographiques), elle permet de démontrer qu’il s’agit en fait d’une seule édition, une édition partagée, imprimée à Lyon par Bruyset. Trois émissions furent produites à l’adresse de confrères européens partenaires, l’un ayant « prêté » son nom et son adresse à une publication française faite sous permission tacite, les deux autres exerçant dans des villes célèbres pour leurs foires du livre. Mais cette édition partagée fut bien imprimée en totalité à Lyon, sur les presses de Jean-Marie I Bruyset. L’article démêle avec brio cet écheveau, en montrant la façon dont des imprimeurs français et européens pouvaient collaborer pour produire ensemble des livres afin d’échapper à la censure, et ainsi partager les produits de la vente de livres fort recherchés du public.

L’article de Dominique Varry est désormais téléchargeable en intégralité en PDF sur l’archive ouverte HAL.

Cet article est paru en 2018 dans Livre. Revue historiquela publication scientifique à comité de lecture de la Société Bibliographique de France, à parution en continu. La revue propose des articles sur l’histoire du livre sous tous ses aspects (bibliographie matérielle, histoire littéraire, histoire de la reliure, de la typographie, histoire économique et sociale, etc.). Les articles, en français ou en anglais, sont publiés sous forme numérique, au fur et à mesure de leur acceptation par le comité de lecture; une version PDF est ensuite disponible sur HAL.

« A Bibliographical Journey in Île-de-France ». La rédaction d’un volume du Catalogue Régional des Incunables

Le Catalogue régional des incunables ou CRI est le recensement systématique de tous les incunables aujourd’hui conservés dans les bibliothèques publiques françaises. Dominique Coq, Conservateur général honoraire des bibliothèques, nous fait revivre à travers ce billet la recherche et le travail qui ont mené à la rédaction du volume consacré à l’Île-de-France (hors Paris qui a été traité séparément) qui paraîtra prochainement.

« Je rappelle qu’ayant repris début 2016 les rênes du CRI Ile-de-France que tenait Annie Taurant-Boulicaut depuis une vingtaine d’années, je me suis d’abord attaché à visiter les fonds qu’elle avait repérés mais qu’elle n’avait pas encore eu le temps de visiter : à Meaux, à Melun, à Fontainebleau, à Saint-Germain-en-Laye, à Provins (car il fallait bien reprendre dans ce catalogue les 15 exemplaires du fonds patrimonial de cette ville qu’avait inclus de manière indue Jean-Marie Arnoult dans le CRI Champagne-Ardennes, tome I de la série, et décrit de manière assez succincte). Cela m’a permis d’examiner et de décrire 55 exemplaires comme je vous l’avais dit l’année dernière.

Ensuite je me suis lancé dans le recatalogage de ce qu’avait fait Annie Taurant-Boulicaut, en commençant par la bibliothèque municipale de Versailles (312 exemplaires pour 293 éditions), qui constitue plus de la moitié des notices de ce catalogue.

Photo 1: La Galerie des Affaires étrangères à la BM de Versailles

Cette collection versaillaise est intéressante à plusieurs titres. A côté des gros bataillons de traités théologiques et de sermonnaires saisis à la Révolution dans les couvents alentours, j’y ai repéré aussi un certain nombre d’éditions très rares en langue française provenant de la bibliothèque privée de Louis XVI (et qui n’avaient pas encore été identifiées comme telles ; j’ai pu en avoir la preuve en consultant le Catalogue des livres provenant de Louis Capet, District et Commune de Versailles, dont le manuscrit rédigé en 1793 est conservé à l’Arsenal) ; il y a aussi les nombreux incunables germaniques d’un collectionneur et bibliographe d’origine britannique, John Patrick Auguste Madden, établi comme professeur à Versailles au XIXe siècle ; il renonça à son professorat au lycée de Versailles pour se consacrer à sa collection dont il donna 70 incunables à sa ville d’adoption, le reste de ses livres étant vendu en avril 1890 ; il rédigea différents travaux bibliographiques, dont les Lettres d’un bibliographe, en six séries, publiées de 1868 à 1886, dans lesquelles il a exposé les recherches minutieuses et très novatrices à l’époque de bibliographie matérielle opérées sur chacun de ses incunables.

Photo 2 : Seul exemplaire connu de Guillelmus Parisiensis, Dialogus de septem sacramentis, [Paris, s.n., circa 1500]. (Versailles BM, Inc P 45 (2))

Photo 3 : Seul exemplaire connu des Indulgences pour la construction du couvent des Franciscains d’Issoudun, 1498. France, s. n., circa 1498. (Versailles BM, Inc F 15 (1))

Après Versailles, Saint-Denis – un côté tout différent du spectre social de la région Ile-de France. Une quinzaine d’incunables ont subsisté de cet ancien district du département de la Seine, bien conservés dans ce qu’on appelait naguère la Bibliothèque municipale de Saint-Denis mais qui s’intitule aujourd’hui « Médiathèque Centre-Ville de Saint-Denis Plaine Commune », selon les dénominations plus ou moins poétiques données par les collectivités locales à leurs bibliothèques. En Île-de-France on trouve aussi la Médiathèque Luxembourg à Meaux, la Médiathèque Astrolabe à Melun …

Photo 4 : Ex-libris manuscrit d’Oronce Fine sur un Epitoma in Almagestum Ptolemaei, Venezia, Johann Hamman, 1496 (Meaux BM, Inc. 7)

Le plus ennuyeux, c’est qu’il n’est nullement certain que ces titulatures persistent dans l’avenir avec les changements de municipalité, de communautés de communes et autres communautés d’agglomération. Les chercheurs, qu’ils soient français ou surtout étrangers, ne s’y retrouvent plus et ne savent pas comment citer ces localisations … Parmi ces 15 éditions incunables dionysiennes, il faut signaler deux recueils de pièces rares parisiennes de la fin du XVe siècle provenant des Minimes de Nigeon, les fameux Bonshommes de Chaillot établis à Passy à la fin du XVe siècle par Anne de Bretagne et dont on retrouve aussi des bribes de leurs bibliothèques à la BM de Versailles et à la BnF : un des bienfaits de ces catalogues d’incunables est de regrouper des membra disjecta de bibliothèques anciennes et j’espère que des entreprises comme Biblissima feront leur miel des provenances de nos catalogues d’incunables.

Je parlais de recueils rares, il y en a un à la Médiathèque de Lagny-sur-Marne où Annie Taurant-Boulicaut l’avait déniché en 2007 : un recueil de 7 pièces germaniques très rares portant l’ex-libris manuscrit des Bénédictins de Saint-Matthias de Trêves : ce volume a été donné à la ville de Lagny par un descendant du baron Percy, chirurgien en chef des armées sous la Révolution et l’Empire et qui s’est très vraisemblablement approprié le volume lorsque les troupes françaises occupèrent en 1794 les bâtiments abbatiaux de Saint Matthias de Trêves.

C’est donc par la collection Desguine à Nanterre, autre gros ensemble de ce corpus, que j’ai terminé mon travail de recatalogage des collections examinées par Annie Taurant-Boulicaut. Elle comprend 151 incunables,  dont plusieurs unica et éditions rares, légués par André Desguine, un bibliophile de Cachan, aux archives des Hauts-de-Seine en 1981 (ce bibliophile se méfiait de la capacité des médiathèques à conserver et mettre en valeur les fonds anciens, ce en quoi il n’avait pas complètement tort, on en verra tout à l’heure une confirmation). Annie Taurant-Boulicaut en a fait le catalogue en 1983 et ses notices sont même en ligne sur le site des Archives des Hauts de Seine mais il fallait les reprendre pour les mettre au standard des derniers CRI.

Mais j’ai « persillé » pour ainsi dire cette dernière étape à Nanterre par des escapades dans quelques établissements franciliens qui n’avaient pas encore été repérés comme contenant des incunables :

  • A Corbeil-Essonnes, la Médiathèque Chantemerle conserve une Légende dorée imprimée à Venise en 1480, léguée à la ville de Corbeil en 1914 par le bibliothèque et archiviste de cette ville. Il devrait s’y trouver aussi une édition incunable vénitienne des Fastes d’Ovide donnée elle aussi par un ancien bibliothécaire de la ville au début du XIXe. Mais on a été incapable de l’y retrouver. Il faut dire que le fonds ancien de cette médiathèque n’est pas conservé dans des conditions optimales, engrangé sans soin dans une pièce et personne ne s’en occupe (ce qui justifie bien les réticences de Desguine dont je parlais plus haut).
  • A moins de 15 km de là, à Juvisy-sur-Orge, l’Observatoire Camille-Flammarion, propriété de la Société Astronomique de France, conserve une édition de la Sphère de Johannes de Sacro Bosco et une énième Chronique de Nuremberg (l’incunable le plus commun au monde). Là aussi il manque à l’appel un volume qui était bien présent en 1999 lorsque j’avais visité l’endroit :
  • Le Musée National de Port-Royal des Champs, installé à l’emplacement de l’ancienne abbaye de Port-Royal vers Saint-Quentin-en-Yvelines, a bénéficié récemment, en 2004, du legs de la bibliothèque de travail d’une femme politique suisse et spécialiste de Pascal et de Port-Royal, Perle Bugnion-Secrétan. Et parmi les livres qu’elle a légués figure une édition strasbourgeoise incunable de la Théologie naturelle de Raymond de Sebonde.
  • Pure coïncidence, c’est un autre spécialiste de Pascal, Prosper Faugères, qui a légué la plus grande partie de sa bibliothèque au Ministère des Affaires Etrangères à la fin du XIXe siècle, dont une édition strasbourgeoise des Œuvres de Gerson datant de 1494. C’est le seul incunable conservé dans les Archives diplomatiques qui ont été transférés en 2009 dans des locaux ultra-modernes à La Courneuve.

Voilà. Le périple qui m’a fait sillonner l’Ile-de-France pendant deux ans à la recherche des incunables conservés sur le territoire de cette région hors Paris intra muros est maintenant achevé. Notons au passage deux trouvailles supplémentaires qui méritent d’être signalées:

Photo 5 : Mention ms. d’achat de Jean Bouchet, procureur à la cour de Poitiers [le grand rhétoriqueur ami de Rabelais], à Jean de Marnef, libraire juré, le 19 décembre 1508. (Versailles BM, Inc G 146)
Photo 6 : Seul exemplaire connu du Catholicon abbreviatum, Paris, Philippe Pigouchet [vers 1489-1490] (Saint-Denis Plaine Commune, Inc. C2 (1))
J’inclurai également dans ce volume de l’Ile-de-France hors Paris les notices de deux établissements situés actuellement à Paris intra muros :

  • D’une part la bibliothèque de l’Alliance biblique française qui avait jusqu’à récemment son siège à Villiers-le-Bel dans le Val-de-Marne mais qui vient juste de déménager l’année dernière dans le XVe arrondissement de Paris, trop tard donc pour que j’aie pu faire état dans le CRI XX des 6 Bibles qu’elle conserve.
  • En revanche, j’aurais dû faire figurer dans ledit CRI XX les incunables d’un établissement qui est loin d’être inconnu des historiens du livre : l’École Estienne qui forme des typographes, des relieurs, des graveurs et autres ouvriers du livre. Sa bibliothèque conserve 8 incunables provenant de diverses libéralités (dons ou legs) qui ont été consenties au siècle dernier en faveur de l’École Estienne par des bibliophiles ou d’anciens professeurs.

Ce sont donc en tout 560 incunables conservés dans 18 établissements différents qui seront décrits dans les 505 notices de ce CRI Ile-de-France (et quelques post-incunables que je n’ai pas inclus dans la numérotation). Depuis un mois j’ai commencé les diverses tables et index divers en commençant par les tables typographiques. J’espère pouvoir remettre le manuscrit à la fin de cette année, comme je l’avais annoncé l’année dernière. »

Histoire du livre

Ce carnet constitue le blog de la Société bibliographique de France, une association visant à promouvoir l’étude de l’histoire du livre et de la bibliographie matérielle tant au niveau universitaire que pour un public plus large. Il proposera une sélection d’articles et de courts textes de recherche sur des cas particuliers (analyse d’exemplaires ou de phénomènes précis…). On y publiera aussi des textes de synthèse sur l’histoire du livre, de la bibliophilie et de la bibliographie.

Le blog accueillera des contributions d’auteurs variés : des universitaires, des étudiants en cursus de recherche, que des conservateurs des bibliothèques et autres spécialistes. Les auteurs, membres de la Société bibliographique, viendront de l’ensemble des pays du monde, mais les textes seront rédigés en langue française.

Pour soumettre un billet, nous vous saurons gré de prendre contact à publications@societebibliographique.fr, en précisant qu’il s’agit de textes destinés au blog. Toute publication devra être accompagnée d’images (l’auteur s’engagera à disposer de leurs droits de publication). Le comité de rédaction statuera sur la publication des textes soumis et sur leur date de publication.