Collecter la mémoire professionnelle des bibliothèques ? Un exemple à la Bibliothèque municipale de Lyon

En plus d’être une institution en projet, chaque bibliothèque est également un lieu riche de son passé, résultant de multiples prises de décisions, produisant des archives. Les collections font parfois oublier l’aspect institutionnel de la bibliothèque, comme le contenu d’un livre peut faire oublier son aspect matériel. Peut-être cela explique-t-il que les bibliothécaires ne connaissent parfois que peu d’éléments historiques concernant leur institution de rattachement ? Pour garder trace des décisions l’ayant peu à peu façonnée, la Bibliothèque municipale de Lyon a créé en 2011 un groupe « Mémoire de la BmL ».

Comment collecter la mémoire professionnelle des bibliothèques ? En quoi cette collecte relève-t-elle du cœur de métier des bibliothécaires ? Pour les chercheurs comme pour les bibliothécaires, son intérêt est certain.

Bibliothèque de la Part-Dieu – 2011

Collecter la mémoire professionnelle : pourquoi et comment ?

Le groupe Mémoire a pour origine la crainte d’une rupture d’expertise, qui dépasse d’ailleurs les fonds patrimoniaux. Les années 2010 ont marqué le départ en retraite de nombreux collègues ayant exercé longtemps dans les mêmes fonctions, à une époque où la mobilité professionnelle était moindre. Nous souhaitions donc capitaliser l’expérience individuelle pour assurer une continuité de l’expertise collective. Comment la BmL a-t-elle procédé ?

La première étape fut de circonscrire le projet, avec pour axes de travail :

  • l’histoire globale des collections (provenance, traitement, cotation) et des bâtiments (bibliothèque centrale et réseau) ;
  • l’histoire des expositions (bibliothèque centrale et réseau) ;
  • bibliographie relative à l’histoire de la BmL (sources / études publiées et non publiées / iconographie / références en ligne) ;
  • la collecte de témoignages (vidéos, audios, écrits), tous grades et corps de métiers confondus (pratiques et décisions ayant marqué l’évolution du métier).

Le projet Mémoire de la BML est aujourd’hui le fruit de l’engagement d’un nombre important de collègues : responsables de départements, équipes techniques, communications interne et externe, équipe Web, collègues retraités. Les destinataires de ce travail collectif sont divers : toucher le grand public relève d’un enjeu sociétal (« que se passe-t-il dans ma bibliothèque ? »), s’adresser aux étudiants et chercheurs d’un enjeu heuristique (« que nous dit l’histoire de telle bibliothèque ? ») ; il y a enfin un enjeu RH/formation à associer les personnels (« que sais-je de l’institution qui m’emploie ? »). Si tous les témoignages et éléments collectés (et même quelques objets) n’ont pas vocation à être immédiatement mis à disposition des publics, la majorité est aujourd’hui accessible en ligne. Quels sont les enjeux d’un tel travail pour le monde de la recherche ?

Un enjeu pour la recherche

Le travail de mémoire professionnelle réalisé par les bibliothèques permet aux chercheurs d’accéder à des informations sur les collections qui leur seraient autrement hors de portée. Il peut compléter les apports de la bibliographie matérielle et le travail réalisé sur les provenances (informations sur l’ouvrage, registres d’entrées). L’étude de ces dernières (une démarche déjà ancienne à la BmL) permet de reconstruire l’histoire des documents en synchronie (où le document se trouvait-il à telle date ?) et en diachronie (entre quelles mains est-il passé au gré des années, des siècles ?). Or les marques de provenances sont fréquemment apposées par les bibliothécaires : cachets, anciennes cotes manuscrites ou tamponnées, signes incompréhensibles indiquant à l’époque une information comprise de tous (comme « ff » pour « fiche faite dans telle bibliothèque en telle année par telle personne pour tel catalogue »). En ce sens, l’histoire des bibliothèques (« ce cachet correspond à telle bibliothèque ») ou des possesseurs (« Mme et M. … possédaient cette estampe en 1742 ») est nécessaire mais ne suffit pas : l’histoire des pratiques professionnelles au sein des bibliothèques est également requise pour éclairer l’histoire des documents.

Catalogue de la bibliothèque du grand collège à Lyon. Ms 1459, XVIIIe s. Dans la marge de gauche, probablement le classement topographique

L’enjeu est de pouvoir reconstruire une histoire des décisions prises par les professionnels. Cette ambition se concrétise par exemple via l’écriture de l’histoire de la cotation : centrale, souvent méconnue, l’histoire de la cotation de chaque bibliothèque est un sujet complexe, qui a pris à la BmL la forme d’un document d’une quarantaine de pages. Elle permet de comprendre les logiques bibliothéconomiques retenues au fil des siècles, que se soit pour le rangement au sein des locaux ayant abrité ces documents ou pour faire évoluer les systèmes de cotations (pour l’attribution d’une cote à un seul document ou à des ensembles de plusieurs centaines de livres[1]). Pour rédiger l’histoire de la cotation, on peut utiliser des articles rédigés par d’anciens collègues et des archives. On peut également interroger les différentes annotations manuscrites apposées par les bibliothécaires au gré des ouvrages ou des catalogues papiers. S’il s’agit parfois de simples changements de cotes, on peut également trouver des éléments qui, une fois identifiés, datés, voire attribués, aident les chercheurs à retracer l’histoire des documents ou le traitement d’une discipline. Les collègues capables de reconnaître l’écriture de leurs prédécesseurs sont souvent proches de la retraite. Il est important de collecter ces informations sans attendre.

Anciennes indications d’inventaire (18283) et probables localisations antérieures, « G – 12 » pourrait être la cote dans la bibliothèque privée Charvin ; « B. L. (pour Belles Lettres ?) C.(?) 2bis fi(?) 1330 » indiquerait la localisation au sein de l’ancienne bibliothèque du Collège de la Trinité

Les chercheurs nous interrogent régulièrement sur l’histoire des reliures et restaurations de tel ou tel document. Cette question revient souvent concernant les recueils (quand et par qui ont-ils été réalisés ? Avec quelle intention ?) Mais elle nous est aussi fréquemment posée dans le cadre de la comparaison d’exemplaires (tel cahier a-t-il pu être ajouté ultérieurement lors d’un travail de reprise de la reliure ?). La BmL renseigne donc depuis plusieurs années systématiquement les dates et lieux de restauration des ouvrages sur leur notice en ligne ainsi que sur le document lui-même[2].

Chaque bibliothèque est la mieux placée pour entreprendre une histoire de ses pratiques. Si l’aide d’étudiants[3] ou de chercheurs est bienvenue, voire indispensable, le souci d’efficacité commande que les institutions initient ce travail et le rendent possible, ne serait-ce qu’en donnant accès à ces documents qui dorment le plus souvent en archives internes, et dont seul le personnel connaît l’existence : rapports annuels des départements et des structures, correspondance interne/externe, et parfois même carnets de bord tenus par des responsables de service ou de collection.

Exemplaire annoté du catalogue de vente de la collection Coste : les acquisitions par la BmL ont été renseignées directement sur le catalogue

À ce sujet, la question jusqu’ici non résolue de l’archivage des emails se pose : si les archives électroniques (documents, tableaux) sont le plus souvent bien transmises entre collègues, ça n’est pas le cas des échanges de courriels. Sur ce point, la BmL s’est tournée vers les Archives municipales de Lyon. Elles travaillent cette question depuis plusieurs années et sont aujourd’hui en mesure de former les agents de l’ensemble des services aux bonnes pratiques en la matière.

Travail en cours…

La BmL en fait-elle suffisamment pour la collecte de sa mémoire professionnelle ? De nombreux éléments ont été mis en ligne, nous devons toutefois :

  • continuer à collecter des témoignages (écrit, audio, vidéo), si possible au rythme de deux par an, un à défaut ;
  • continuer de documenter l’histoire de chaque bibliothèque (centrale et réseau) ;
  • penser à verser aussi régulièrement que possible nos archives aux Archives municipales ;
  • faire nôtre l’invitation des archives à travailler pleinement la question de l’archivage électronique ;
  • affiner notre travail sur l’histoire de la cotation afin de pouvoir le diffuser ;
  • initier un travail d’identification des différentes « mains », ou écritures manuscrites, disséminées dans nos usuels (catalogues d’expositions, répertoires de publications).

Expositions en lignes

Si les enjeux de la collecte professionnelle dépassent la seule BmL, c’est qu’ils relèvent d’une ambition nationale. Soulignons le travail inspirant de la BnF sur ce sujet :

En dégageant des moyens pour réaliser un travail de cette ampleur, la Bibliothèque nationale joue remarquablement son rôle de tête de réseau. La BmL peut bien sûr faire mieux, plus, différemment peut-être, sans toutefois rougir du travail déjà réalisé. Si la feuille de route est ambitieuse, l’urgence qu’impliquait le collectage des premières années s’est muée en une approche aujourd’hui plus globale. La singularité de la démarche de la BmL réside dans son caractère systématique, à notre connaissance unique pour une bibliothèque municipale. Les retours très positifs reçus du monde de la recherche sur notre base provenances et le travail de collectage nous encouragent à poursuivre ce projet.

Mémoire professionnelle et cœur de métier des bibliothécaires 

Il y a en effet un enjeu d’identité à rassembler, puis rendre accessible, la mémoire professionnelle. Les bibliothèques se retrouvent parfois capables d’indiquer aux lecteurs les emplacements des brocantes d’une région sur un demi-siècle via le dépôt légal, mais incapables de fournir des informations précises sur les décisions ayant guidé leur propre évolution sur la même période. Collecter les dates, faits, réflexions ayant marqué une institution, c’est se donner du souffle. C’est également un enjeu de gestion de ressources humaines : une institution sachant transmettre son histoire est plus à même d’intégrer les collègues nouvellement recrutés ou de former en continu ceux déjà en poste.

Être capable d’expliquer la cohérence de l’action menée par son institution dans le temps est également un levier pour convaincre la hiérarchie politique du bien fondé des orientations prises. Bibliothèques municipales ou universitaires ont tout à gagner à rendre compte de la cohérence de leur travail sur un temps long. Cette dimension de communication externe est importante à une époque où les financements doivent plus que jamais être justifiés auprès des tutelles, voire auprès de mécènes. Elle relève alors d’un enjeu stratégique.

L’enjeu est enfin sociétal et touche notre cœur de métier. Connaître l’histoire de sa bibliothèque en particulier, et des bibliothèques en général, permet à chaque professionnel d’y voir plus clair, qu’il ou elle travaille auprès de publics défavorisés ou privilégiés, dans un service patrimonial, un espace numérique, un département Jeunesse… Les actions contre l’illettrisme touchant la petite enfance comme la présentation de documents manuscrits médiévaux sont les extrémités d’une même chaîne : c’est le bouquet d’actions menées au quotidien qui donne son sens au travail des bibliothèques. Cet impact sur la vie de la cité constitue le point commun et le fondement de notre action. C’est ce qui fait qu’un magasinier ou un cadre, en BU ou BM sont collègues. Collecter et communiquer sur son histoire professionnelle, c’est affirmer la place et le rôle politique des bibliothèques. Étudiants, universitaires, cabinets d’experts peuvent nous aider à réaliser ce travail. Mais s’il n’est pas impulsé par les bibliothécaires eux-mêmes, par qui ?

Salle de lecture de la Bm centrale, Palais Saint-Jean (1911-1972)

L’intérêt de cette démarche pour le monde de la recherche est certain : elle permet aux bibliothécaires de mieux renseigner les chercheurs sur l’histoire des exemplaires comme des collections. Pour les bibliothécaires, la collecte de leur mémoire professionnelle revêt un enjeu d’identité professionnelle : elle leur permet d’identifier les décisions ayant façonné leur institution et donne des jalons pour se projeter. Enfin, à l’image des travaux pluridisciplinaires d’histoire des pratiques[4], collecter la mémoire professionnelle participe d’une question plus large encore : la signification de notre action et son impact sociétal.

Yann Kergunteuil – Bibliothèque municipale de Lyon, fonds ancien

[1] À la fin du XIXe siècle, Desvernay et Molinier ont ainsi modifié l’ensemble des cotes de manuscrits initialement attribuées par Delandine, premier bibliothécaire municipal nommé en 1803.

[2] Sur le document au contreplat supérieur (crayon HB), sur la notice en ligne en zone de catalogage « 318 », comme sur ce document coté SJ AR 5/82.

[3] Voir les travaux de C. Marty (MSD 096), M. Delavenne (MSD 0199), J-F. Lutz (MSD 0416), C. Rollin (MSD 0510), G. Haraux (MSD 0546).

[4] Voir le travail réalisé par le Labex « Les passés dans le présent », Université Paris VIII et X.

L’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Bibliothèque numérique du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège

Depuis de nombreuses années, l’Université de Liège (ULg) s’est investie avec force dans le domaine de l’Open Access, non seulement par le biais de la diffusion des recherches menées par ses chercheurs via un dépôt institutionnel baptisé ORBi, mais également dans le domaine du patrimoine numérique. Ainsi, en 2009, elle lançait sa bibliothèque virtuelle accessible via le portail DONum, l’acronyme de Dépôt d’Objets Numérisés, afin de permettre à chacun d’accéder aux collections numérisées des œuvres conservées par le Réseau des Bibliothèques et au sein des Collections artistiques. Jusqu’à présent, plus de 840 documents (livres, gravures et peintures) des xve-xviie siècles ont déjà fait l’objet d’une campagne de numérisation, les rendant ainsi accessibles gratuitement au public.

Page d’accueil de DONum

 Profitant d’une nouvelle fonctionnalité créée par le Réseau des Bibliothèques (la possibilité d’associer aux objets numérisés un contenu scientifique), l’Unité de recherches sur le Moyen et la première Modernité Transitions a décidé de s’associer à ce projet par la mise en ligne, en avril 2017, de l’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Il s’agit d’un outil numérique qui vise à accompagner la diffusion, en Open Access, des collections patrimoniales et artistiques de l’Université de Liège.

Exemple de fiche descriptive dans DONum

La genèse de ce projet remonte à l’année académique 2015-2016. Elle fait suite à une première expérience numérique en relation avec les collections de l’ULg, à savoir une exposition virtuelle réalisée par les étudiants de Master 1 et 2 en Histoire et Histoire de l’art et archéologie dans le cadre du cours d’Histoire du livre à la Renaissance. Cette exposition virtuelle, intitulée Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège, s’intègre plus largement dans un projet de recherches menées dans le cadre du projet EDITEF – L’édition italienne dans l’espace francophone, piloté depuis le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours par Chiara Lastraioli.

Page d’accueil de l’exposition virtuelle Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège

Les étagères virtuelles de la nouvelle bibliothèque Arm@rium offriront la possibilité de consulter une sélection de témoins de la culture écrite, imprimée et graphique de la période couverte par les recherches menées au sein de Transitions, celle du Moyen Âge à la première Modernité.

L’ULg, avec notamment quelque 6.000 manuscrits, 500 incunables et près de 5.000 livres imprimés au xvie siècle, possède la troisième collection patrimoniale la plus riche de Belgique, juste derrière celles de la Bibliothèque royale de Belgique et de la bibliothèque de l’Université de Gand. À ce titre, elle détient le fonds ancien le plus important de la partie francophone du pays.

À sa fondation en 1817, l’ULg se voit dotée d’un fonds ancien constitué à partir des reliquats de bibliothèques religieuses supprimées dans la tourmente de la révolution en 1796. Il s’agit principalement de livres en provenance des couvents des croisiers de Liège et de Huy auxquels sont venus s’adjoindre des ouvrages de l’ancienne bibliothèque des jésuites liégeois ainsi que des livres de celle de l’abbaye norbertine d’Averbode, située à 60 km au nord-ouest de Bruxelles, et de celle de Saint-Trond, à 40 km au nord-est de Liège. Au début du xxe siècle, en 1903, la bibliothèque de l’université s’agrandit considérablement grâce à la générosité du baron Adrien Wittert qui légua son incroyable collection riche de plus de 20.000 volumes dont de nombreux livres anciens, mais aussi plus de 25.000 dessins, des gravures et même une cinquantaine de tableaux.

Ex-libris du baron Adrien Wittert

Le baron ne s’est pas simplement contenté de céder ses livres à l’université. Il a de surcroît constitué une rente annuelle et perpétuelle destinée non seulement à assurer l’entretien de son fonds, mais également pour procéder à des acquisitions ultérieures. L’Université de Liège a aussi profité de plusieurs libéralités dont la dernière la plus notable est celle de l’un de ses anciens recteurs, le Prof. Constantin Le Paige décédé en 1929 et qui a légué à son Alma Mater plus de 3.500 volumes et manuscrits relatifs aux sciences mathématiques et physiques.

Avec l’Arm@rium Universitatis Leodiensis, l’UR Transitions se propose non seulement de participer à la valorisation de ce riche trésor, mais aussi d’apporter sa contribution aux nombreux défis que la « grande conversion numérique » a imposés depuis plusieurs décennies à la conservation et à la diffusion du patrimoine ancien, dont le principal est sans conteste l’accès à un savoir de qualité.

Les premières publications peuvent être consultées sur le site de l’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Six pièces ont déjà fait l’objet d’une notice : deux incunables, une édition du xvie siècle ainsi qu’une gravure de la même époque et deux ouvrages du xviie siècle.

Le plus ancien livre présenté est une édition lyonnaise du premier roman médiéval jamais imprimé, le Fierabras, sorti des presses de Guillaume Leroy vers 1484-1487.

Jean Bagnyon, Fierabras, Lyon, Guillaume Le Roy, 16 novembre [1484-1487], in-2°, ff. [a1v]-a2r (Liège, Bibliothèque Alpha, XV.B119)
Rappelons à ce propos que cet imprimeur vient de Liège et qu’il est à l’origine de l’entrée de Lyon dans l’ère typographique, le 17 septembre 1473. Cette date n’est pas aussi anodine qu’il n’y paraît puisqu’elle coïncide avec la date de la commémoration du martyre de saint Lambert, saint patron de la Liège. L’imprimeur aurait ainsi choisi de placer son entreprise sous la protection du saint protecteur de sa patrie natale. L’autre édition du xve siècle est une version française d’une célèbre encyclopédie médiévale, le Liber de proprietatibus rerum, rédigé en 1240 par le franciscain Barthélemy l’Anglais. Ce remaniement de la première traduction française est dû au frère Jean Corbechon, lecteur à la Faculté de théologie de Paris puis maître en théologie et chapelain du roi Charles V de France, qui la composa au cours du xive siècle. L’ouvrage provient également d’un atelier de Lyon, non pas celui de Guillaume Leroy, mais bien de celui de son collègue Mathias Huss, qui le reproduisit en 1487.

Le siècle suivant est notamment représenté par une gravure de l’artiste hollandais Cornelis Cort, La Sainte Famille (Madone au chat), l’une des deux estampes qu’il réalisa pendant son second séjour romain (1573-1578), d’après les tableaux du peintre originaire d’Urbino Federico Barocci.

Cornelis Cort, La Sainte Famille (Madone au chat) d’après Federico Barocci, 1577, Burin, 311 × 238 mm (Liège, Collections artistiques, Inv. 1661).

Figure également une impression datant de 1592 d’un édit du prince-évêque de Liège, Ernest de Bavière, dont l’objectif était de réglementer la pratique de la justice sur l’ensemble du territoire de la principauté. Son auteur est Wouter Morberius, à l’origine de l’installation durable de presses à Liège. Cet exemplaire présente en outre la particularité de contenir de nombreuses notes manuscrites marginales, qui sont en réalité des corrections des multiples coquilles typographiques que recèle l’ouvrage. L’Université de Liège possède également un autre exemplaire de ce livre dans lequel les erreurs furent directement corrigées, signe que cette édition présente au moins deux états.

Jusqu’à présent, l’Arm@rium Universitatis Leodiensis accueille enfin deux ouvrages du xviie siècle, tous deux en relation directe avec l’histoire de Liège, que ce soit du point de vue littéraire ou spirituel. Citons en premier lieu le Pétrarque en rime françoise, la seule traduction française réalisée à Liège d’une œuvre de Pétrarque. Elle y fut composée par le Brugeois Philippe de Maldeghem en 1600. L’Université de Liège conserve les deux seules éditions de cette traduction, mais pour des raisons de conservation, il fut décidé de numériser la seconde parue à Douai chez François Fabry en 1606 plutôt que la princeps publiée à Bruxelles par Rutger Velpius en 1600. Nous terminerons cette présentation avec l’un des grands best-sellers de la littérature dévote, L’Ange conducteur dans la dévotion chrétienne, né sous la plume de Jacques Coret, recteur du collège jésuite de Valenciennes, et imprimé pour la première fois à Liège, en 1683, chez Gérard Grison.

Jacques Coret, L’ange conducteur dans la dévotion chrétienne réduite en pratique en faveur des âmes dévotes, avec l’instruction des riches indulgences, dont jouissent les personnes congrégées dans la confrérie de l’Ange Gardien, érigée en la chapelle des religieuses de S. Ursule, Liège, Gérard Grison, [1683], 12°, page de titre (Liège, Bibliothèque Alpha, R2686A)
Le succès de cette œuvre a traversé les siècles puisque l’on dénombre, à ce jour, près de 740 rééditions, reproduites de manières variables, sous des titres et des formats parfois fort différents. Un colloque, organisé par des membres de Transitions, l’unité de recherches sur le Moyen Âge et la première Modernité de Liège, lui a été consacré en octobre 2016.

Prévue avec une périodicité bimestrielle, la publication des prochaines notices sera annoncée dans la newsletter de l’UR Transitions

Renaud AdamUniversité de Liège