Un incunable dissimulé du Centre culturel irlandais

L’éparpillement des livres anciens dans plusieurs centaines de bibliothèques patrimoniales à travers la France ainsi que la distribution des livres français à travers le monde permet au chercheur d’espérer encore faire de nombreuses découvertes importantes, malgré la sophistication croissante des catalogues.

Une découverte récente dans la bibliothèque du Centre culturel irlandais à Paris illustre parfaitement le type d’ouvrage qui échappe invariablement aux efforts des bibliothécaires. La bibliothèque contient un fonds ancien bien inventorié avec des notices consultable en ligne. Cependant, en analysant les livres du XVIe siècle du fonds, je suis tombé sur un volume en plutôt mauvais état dont les plats de reliure s’effritaient sur les tranches et dont les pages de garde s’étaient décollés. Cette dégradation naturelle permettait de voir que le cartonnage utilisé comme ais pour les plats était en fait composé de feuilles d’un livre plus ancien qu’on avait choisi de recycler pour renforcer la reliure.

Feuilles réutilisées dans les ais de reliure

Cette technique est loin d’être rare dans les livres de la Renaissance. De cette manière on trouve, par exemple, des fragments d’un des exemplaires de la Bible de Gutenberg dans une reliure d’un incunable plus tardif à la bibliothèque municipale de Colmar.

Un fragment de la Bible de Gutenberg dans une reliure de la bibliothèque de Colmar

Dans ce cas-ci, le livre principal était plus tardif : un exemplaire de l’édition donnée en 1552 à Lyon du Stichostratia epigrammaton centuriae quinque du Dijonnais Jean Girard (cote B 363). En regardant bien, il était possible d’identifier 16 feuilles rognées tirées d’un même ouvrage. L’analyse du texte visible là où les plats de reliure s’étaient décollés permettait de voir qu’il s’agissait d’une édition du célèbre ouvrage de saint Augustin De civitate Dei dans l’édition faite avec les commentaires de Thomas Waleys et de Nicolas Trivet. L’aspect des feuilles, la typographie ainsi que les marques manuscrites concordaient pour indiquer qu’il s’agissait d’un incunable… mais quel incunable ?

Pour identifier l’édition le nom de l’auteur et du titre ne servaient pas à grand-chose : on connaît aujourd’hui plus de cent exemplaires du texte de saint Augustin rien que pour la période incunable. L’aspect général du livre suggérait qu’il avait probablement été imprimé dans le couloir rhénan en 1480 ou environ. Mais pour une identification précise, il a fallu mesurer la typographie et j’ai envoyé le résultat (91 mm pour 20 lignes) avec des images aux meilleurs spécialistes en la matière : le laboratoire du Gesamtkatalog der Wiegendrucke de la bibliothèque d’État de Berlin.

Fragment du De civitate Dei de saint Augustin

Le directeur, Falk Eisermann, a passé la requête à un de leurs chercheurs, Martina Nickel, qui m’a livré une réponse en l’espace de quelques jours. Il s’agit bien d’un incunable : une édition publiée en 1479 à Bâle par Michael Wenssler (GW 2885). Les fragments dont le texte était visible provenaient des feuillets 220 et 222. Si l’édition est loin d’être rare aujourd’hui, il s’agissait néanmoins de l’imprimé le plus ancien de la bibliothèque et seulement trois autres bibliothèques en France possèdent cette édition.

L’intérêt de la découverte ne réside pas simplement dans le fait d’ajouter un incunable de plus aux riches collections parisiennes. Elle nous parle des habitudes des relieurs au XVIe siècle qui faisaient feu de tout bois pour faire tomber les coûts et recycler autant que possible les matériaux. Elle indique également que l’édition d’origine n’était plus prisée 70 ans après sa publication première, sans doute dépassée par des versions plus récentes du texte.

Un regard critique sur une des pages visibles dévoile aussi un autre petit détail intéressant. Comme dans un grand nombre d’incunables, les premières lettres des paragraphes les plus importantes avaient été laissées en blanc pour permettre à l’acheteur ou à un libraire de faire enluminer l’exemplaire avec des initiales plus ou moins somptueuses en fonction de leurs moyens et ambitions. Dans ce cas-ci la lettre ornée reste simple, et ce qui attire surtout l’attention c’est que la lettre utilisée est… erronée ! L’enlumineur ne connaissait clairement pas le texte et a ajouté la lettre I pour former le mot « Iam » plutôt qu’un N pour obtenir « Nam ».

Le 221v de l’exemplaire du Centre culturel irlandais
Les 221v des exemplaires des bibliothèques universitaires de Dusseldorf et de Bâle

Ainsi la découverte démontre que l’intérêt de consulter méthodiquement les livres ne se limite pas juste à la mise au jour d’exemplaires, voire d’éditions, inconnus, mais permet aussi d’illustrer les pratiques des professionnels du livre… et leurs limitations.

Le printemps du livre italien à Rennes

L’exposition « La Primavera del libro. Les Italiens et le livre imprimé à la Renaissance » organisée du 14 mars au 28 avril 2017 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 cherche à valoriser les livres italiens du XVIe siècle de la collection de l’université en démontrant comment ils permettent de comprendre les caractéristiques principales de la Renaissance italienne.

La présence d’ouvrages italiens en France font l’objet de recherches intensives, notamment depuis que Chiara Lastraioli, directrice de la Maison des sciences de l’homme Val-de-Loire à Tours, a lancé son projet sur le livre italien dans l’espace francophone à la première modernité (elle a, par ailleurs, donné une des deux conférences qui ont précédé le lancement de l’exposition). Ici, sous la direction de Claire Lesage, les étudiants du département d’Italien ont mis au point une exposition qui met en valeur la culture italienne à travers l’imprimé, des textes de Pétrarque jusqu’aux éditions du début du XVIIe siècle.

Au cours de l’exposition est invité à découvrir l’influence de la Renaissance italienne en France, le rôle central joué par la traduction tant des langues anciennes que des modernes dans la transmission du savoir, avant de plonger dans d’autres thématiques humanistes comme la poésie ou l’histoire.

Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592
Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592

On peut ainsi voir une édition des œuvres complètes de Machiavel ou encore l’édition italienne donnée à Tours en 1592 d’Il Pastor fido de Battista Guarini qui était destinée aux membres de la cour d’Henri IV. On notera également la présence d’une acquisition récente de la bibliothèque : un exemplaire de La Sophonisba, imprimé à Vicenza per Tolomeo Ianiculo en 1529.

Le livret de 20 pages qui accompagne l’exposition est librement consultable et téléchargeable depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Le livret de l’exposition

Nouvelle interface du STCV

Lancé en 2000 par le Vlaamse Erfgoed Bibliotheek (groupement des bibliothèques patrimoniales flamandes), le Short Title Catalogue Vlaanderen (STCV) décrit finement, livre en main, 23 000 éditions flamandes, des origines à 1801. Il s’agit de la bibliographie nationale rétrospective flamande.

Il constitue en cela le projet frère du STCN (Short Title Catalogue Netherlands), qui prend en compte les éditions publiées sur le sol des Pays-Bas actuels, et celles en langue néerlandaise dans le monde… à l’exception de la Belgique actuelle. Le flamand étant un dialecte néerlandais, le STCN ne pouvait se permettre de prendre en charge la bibliographie nationale flamande, et c’est pourquoi le STCV a été créé.

Logo du STCV
Logo du STCV

Depuis son lancement, l’interface du STCV n’avait jamais évolué – tout juste quelques modifications esthétiques avaient-elles été effectuées en 2009 : le résultat était austère.

Le site a aujourd’hui été entièrement repensé, en vue d’un usage aisé par les utilisateurs. Une page d’accueil ergonomique est désormais proposée, menant elle-même aux différents outils nécessaires à une bonne navigation et un usage intelligent de la base de données. La recherche avancée a été revue.

Dans les résultats eux-mêmes, on trouve également quelques nouveautés : la qualité de la notice (travail en cours, vérifié…) est indiquée, le nombre de pages de papier nécessaires à l’impression du livre est désormais donné, des informations supplémentaires ajoutées pour certains types d’ouvrages (almanachs, catalogues de vente…). Des liens ont été créés vers les autres bases bibliographiques chaque fois que cela était possible.

La liste complète des nouveautés fait elle-même l’objet d’une liste, dans une démarche qualité de transparence vis-à-vis de l’utilisateur qu’on ne peut que saluer.

Tout est donc fait pour rendre l’usage du STCV ergonomique et efficace.

Le projet est désormais disponible à l’adresse stcv.be.

Lancement de l’interface beta de l’USTC

Lors du colloque annuel organisé par l’université de St Andrews sur l’histoire du livre à l’époque moderne, l’équipe du Universal Short Title Catalogue a présenté une nouvelle interface de recherche (encore en cours de développement) pour interroger leur base de données. Désormais l’inventaire inclut non seulement les éditions du XVe et du XVIe siècle mais également celles publiées entre 1601 et 1650.

Site de l'USTC
Site de l’USTC

Le résultat du travail récent de l’équipe permet ainsi d’effectuer des recherches sur le corpus imprimé conséquent de la première moitié du XVIIe siècle, soit près de 350 000 notices supplémentaires. En tout, la base regroupe désormais les détails de plus de 720 000 éditions représentant quelques 2,5 million d’exemplaires éparpillés à travers le monde.

On notera l’importance statistique des éditions françaises dans cet ensemble nouvellement accessible, environ 50 000 notices dont 30 000 pour Paris, 6 000 pour Lyon et plus de 4 000 pour Rouen. On soulignera également la présence de nombreuses brochures puisque plus de 10 000 de ces notices sont consacrées à des actes émanant des autorités civiles (typiquement des édits ou des ordonnances) ou à des tracts politiques.

Ces données nouvelles demandent inévitablement d’être complétées (et corrigées) au fil du temps, un travail de longue haleine rendu d’autant plus difficile qu’il est nécessaire d’analyser d’un œil critique les informations fournies par les catalogues pour éviter la création de fantômes bibliographiques. La volonté d’améliorer la qualité des données est démontrée par l’ajout récent d’un grand nombre de placards allemands (notamment ceux identifiés dans le cadre de la thèse de Saskia Limbach) et d’impressions italiennes (en particulier grâce à Dr Flavia Bruni).

Le manager du projet, Dr Graeme Kemp, a souligné le succès du site, notant que plus de 33 millions de recherches avaient été effectuées depuis la mise en ligne de la première mouture de la base il y a près de 5 ans ! Par ailleurs, l’équipe travaille à la mise au point d’une version interactive du site qui permettrait aux usagers de se connecter à l’USTC pour pouvoir ajouter un exemplaire et, le cas échéant, d’enrichir la notice avec des données supplémentaires.

Exposition « Modernes livres anciens » à Rennes

L’exposition « Modernes livres anciens » organisée du 8 avril au 30 juin 2016 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 offre pour la première fois un aperçu des richesses de la collection Renaissance du fonds patrimonial de l’université. La bibliothèque conserve, en effet, plus de 600 titres du XVIe siècle dont des ouvrages phares comme la Bible polyglotte imprimée par Christophe Plantin.

Mis en place par les étudiants du programme de Master 2 MAGEMI (MAster GEstion et MIse en valeur des œuvres d’art, des objets ethnographiques et techniques) avec le conseil scientifique de Malcolm Walsby, l’exposition propose une sélection d’ouvrages qui permettent de comprendre les caractéristiques principales des livres de cette période. Ainsi le visiteur est encouragé à découvrir les matériaux (papiers et cuirs différents) avec des échantillons qui permettent de les toucher et d’en mieux apprécier les spécificités.

Suit alors un parcours qui explique la naissance de l’imprimerie, son développement au cours de la Renaissance et la technique de fabrication des livres (avec notamment une vidéo effectuée avec la relieuse Céline Lafite). Des sections sont également consacrées à l’impact des déchirements religieux, la censure, l’illustration et la décoration des exemplaires. On découvre ainsi des ouvrages surprenants comme cette édition parisienne d’une œuvre antiprotestante de Johannes Cochlaeus dont la page de titre est ornée d’une gravure sur bois représentant un Martin Luther à sept têtes… (USTC 153595)

Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.
Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.

L’exposition est accompagnée d’une feuille d’orientation qui comporte des définitions des termes techniques les plus complexes et d’un catalogue de 70 pages qui offre quelques explications générales ainsi qu’une sélection de notices sur les ouvrages exposés dont les textes furent rédigés par les étudiants.

Ce catalogue peut être librement consulté et téléchargé en ligne depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Catalogue de l’exposition

Histoire du livre

Ce carnet constitue le blog de la Société bibliographique de France, une association visant à promouvoir l’étude de l’histoire du livre et de la bibliographie matérielle tant au niveau universitaire que pour un public plus large. Il proposera une sélection d’articles et de courts textes de recherche sur des cas particuliers (analyse d’exemplaires ou de phénomènes précis…). On y publiera aussi des textes de synthèse sur l’histoire du livre, de la bibliophilie et de la bibliographie.

Le blog accueillera des contributions d’auteurs variés : des universitaires, des étudiants en cursus de recherche, que des conservateurs des bibliothèques et autres spécialistes. Les auteurs, membres de la Société bibliographique, viendront de l’ensemble des pays du monde, mais les textes seront rédigés en langue française.

Pour soumettre un billet, nous vous saurons gré de prendre contact à publications@societebibliographique.fr, en précisant qu’il s’agit de textes destinés au blog. Toute publication devra être accompagnée d’images (l’auteur s’engagera à disposer de leurs droits de publication). Le comité de rédaction statuera sur la publication des textes soumis et sur leur date de publication.