Vers la numérisation des catalogues de vente des bibliothèques privées : le projet MEDIATE

Le projet MEDIATE (Measuring Englightenment. Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe, 1665-1830) a pour but d’étudier la circulation européenne des livres à l’époque des Lumières. Prenant appui sur un corpus numérisé de plusieurs centaines de catalogues de vente de bibliothèques privées, il vise à développer une base de données qui permette de cartographier le monde des collectionneurs dans l’Europe de l’époque moderne et d’analyser leurs goûts intellectuels, ainsi que leurs pratiques bibliophiles et commerciales.

Illustration 1 : capture du site web du projet.

Étudier le champ littéraire du long XVIIIe siècle

Financé entre 2016 et 2021 par le Conseil européen de la Recherche (ERC), le projet est mené par une équipe de chercheurs de l’Université Radboud aux Pays-Bas sous la direction d’Alicia C. Montoya.1 Le projet a pour objectif d’étudier la circulation des livres en Europe au XVIIIe siècle, avec un intérêt particulier pour ces livres qui ont été associés avec le mouvement des Lumières. À cette fin, nous sommes actuellement en train de développer une base de données qui hébergera des données extraites d’un corpus de plusieurs centaines de catalogues de bibliothèques privées imprimés aux Provinces-Unies, en France, au Royaume-Uni et en Italie entre 1665 et 1830 (et un petit nombre de catalogues et d’inventaires supplémentaires provenant d’autres pays, dont la Belgique actuelle, Espagne et les pays scandinaves).
Notre hypothèse est que si l’on veut saisir la diffusion des livres et des auteurs associés au mouvement des Lumières, il est essentiel de comprendre leur positionnement dans le champ culturel plus large. Car ces livres et auteurs jouent un rôle non pas de façon isolée, mais en tant que participants à des réseaux plus vastes reliant les œuvres et auteurs chevronnés à leurs collègues oubliés aujourd’hui, et constituant ensemble un véritable système littéraire. Pour comprendre l’impact culturel de chaque auteur, nous devons considérer ses textes comme faisant partie d’un réseau de relations entre des textes de prestige supérieur et inférieur, des régions géographiques et des langues, et entre des auteurs plus proches et plus éloignés des centres d’autorité culturelle. Or, un champ si large ne peut pas être compris que par le biais d’une approche numérique, capable de digérer des données concernant les centaines de milliers de textes publiés et consommés au cours de cette époque historique.

Sur les traces de Daniel Mornet : les catalogues de bibliothèques privées comme source pour l’histoire intellectuelle européenne

Notre projet renoue avec l’approche de Daniel Mornet dans son article pionnier sur « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », dans lequel il a cherché à identifier, sur la base d’un corpus de catalogues de vente de bibliothèques privées françaises conservé à la Bibliothèque Municipale de Toulouse, les best-sellers du XVIIIe siècle.2 La simple question que Mornet a posée, à savoir : Qu’est-ce que les Français ont lu pendant cette période ? s’inscrivait dans un projet plus vaste portant sur les questions de changement historique. Comment les idées qui auraient jeté les bases intellectuelles de la Révolution française ont-elles pu être largement connues et acceptées ? Est-ce que ces idées peuvent être liées à des livres et à des réseaux d’écrivains et de lecteurs spécifiques ?
Malgré l’existence de nouveaux outils numériques puissants qui permettraient de refaire l’étude de Mornet avec plus de précision, à une échelle plus large, il n’y a eu jusqu’à présent aucune tentative d’exploiter systématiquement les possibilités offertes par l’énorme corpus des catalogues de vente de bibliothèques privées conservés en France et ailleurs, et d’identifier la masse des livres effectivement achetés au siècle des Lumières.

Illustration 2 : première page de l’article fondateur de Daniel Mornet.

Relevant ce défi, le projet MEDIATE est actuellement en train de créer un corpus numérique de plusieurs centaines de catalogues de bibliothèque privées publiés entre 1665 et 1830. Nos recherches couvrent quatre zones géographiques – les Provinces-Unies, le Royaume-Uni, la France et l’Italie – choisies en fonction de leur apport au mouvement des Lumières, et du rôle de ces régions dans les réseaux intellectuels et dans le commerce du livre au XVIIIe siècle. Nos sources comprennent notamment les catalogues de vente néerlandais répertoriés et photographiés par Bert van Selm et ses collaborateurs, actuellement numérisés dans la collection Book Sales Catalogues Online (BSCO), ainsi que les catalogues de bibliothèques privées décrits dans d’autres répertoires tels que ceux de Françoise Bléchet pour la France, et Alan Munby et Lenore Coral pour le Royaume-Uni.3 

Nous axons notre travail de récolte sur les bibliothèques de taille « petite » ou « moyenne », c’est-à-dire celles dont le catalogue cite moins de 1 000 lots, car celles-ci devraient nous permettre de cibler non pas les plus grandes collections, mais au contraire les collections de la sous-élite, ou le public « moyen » destinataire de la littérature qui nous intéresse. Le caractère supposément privé de ces collections, en effet, nous permet d’étudier la circulation des idées du point de vue de la réception plutôt que de la production des livres, en nous fournissant des indications sur leurs lecteurs possibles. Tout en restant conscients des dangers d’une approche axée sur la seule possession des livres – un livre en bibliothèque n’équivaut évidemment pas un livre réellement lu4  – nous posons que la possession d’un livre nous fournit des indications précieuses sur les aspirations intellectuelles du collectionneur, sur l’association de certains groupes sociaux ou professionnels avec certains types de lecture, ainsi que sur le prestige accordé à certains livres comme forme de capital culturel.

Une base de données en cours de constitution

Nous sommes actuellement en train de transcrire le corpus des catalogues sélectionnés par une combinaison de technologie de reconnaissance optique de caractères (OCR) et de post-correction manuelle. Les transcriptions de ces catalogues et les données que nous en aurons extraites – comprenant à ce jour déjà quelque 300 000 notices sur des livres individuels recensés dans les catalogues – seront mises à la disposition des chercheurs dans une base de données en libre accès dès 2021.

 

Illustration 3 : transcription de la première page du Catalogue des livres de M. Deschamps.

Ces données ont été enrichies par des métadonnées sur les catalogues, les possesseurs et autres personnages mentionnés dans les catalogues, ainsi que sur plusieurs autres entités, comme les lieux de publications. Les noms d’auteurs sont en outre liés au fichier d’autorité international virtuel (VIAF), et celles sur les éditeurs et les lieux au Thesaurus du CERL (Consortium of European Research Libraries).

Illustration 4 : métadonnées sur le possesseur de la bibliothèque décrite dans le Catalogue Deschamps 1748.

La base de données permet d’interroger cette masse de données et de métadonnées sous divers angles. Le schéma de base comprend actuellement huit entités : Persons (personnes), Places (lieux), Collections, Catalogues, Categories (catégories attribuées par le rédacteur du catalogue), Items (livres ou autres objets décrits dans le catalogue), Editions et Works (œuvres, pris au sens général).5  Ces entités contiennent à leur tour plusieurs propriétés en fonction desquelles on peut évaluer les données. Par exemple, si on s’intéresse à la matérialité des livres, on peut filtrer les résultats de recherche sous « item » pour trouver ceux dont la description contient des remarques sur la qualité du papier, sur la reliure ou sur la présence de notes manuscrites ou d’illustrations. Il y a également la possibilité d’appliquer plusieurs filtres en même temps.

Illustration 5 : capture d’écran d’une sélection de « items » obtenus après l’application de deux filtres : « Jean de La Fontaine » dans « People » + « binding » (reliure) dans « Material details ».

Quant à des questions plus générales concernant les caractéristiques et le développement des catalogues des bibliothèques privées, l’étude comparative des pages de titre, des paratextes et des classifications des livres dans les catalogues met en lumière d’intéressants parallèles, mais aussi des différences nationales importantes entre les pratiques des rédacteurs et libraires-éditeurs dans nos quatre régions et même entre les différents centres d’impression à l’intérieur d’un seul pays.

 

Illustration 6 : Page de titre et première page du Catalogue de Tronchin père et fils 1784. Catalogue de vente publié à Paris et organisé selon le système dit des libraires de Paris. La page de titre contient les informations essentielles sans être très chargée.
Illustration 7a : première page du Catalogue de M. Lambert 1784. Le catalogue a sans doute été imprimé à Saint-Omer et ne comportait probablement pas de page de titre séparée. Les livres sont rangés selon les formats.
Illustration 7b : Page de titre du Catalogue de la bibliothèque d’Ysbrand ‘t Hoen, publié à La Haye en 1790. On remarque le caractère bien rempli de cette page. Les variations typographiques servent à mettre en évidence les différents éléments d’informations. Les livres sont classés à la fois selon les matières et selon les formats.
Illustration 8 : Page de tire et première page du Catalogue de la bibliothèque de Michael Lort, imprimé à Londres en 1790. Comme celle du catalogue néerlandais de ‘t Hoen, sa page de titre contient beaucoup d’informations, entre autres le prix du catalogue. Le catalogue suit l’ordre de la vente et range les livres par formats.

Pour ce qui regarde notre intérêt porté aux « best-sellers » des Lumières, la fonction « rank » (classer) sous « Persons » permet de créer des classements de noms d’auteurs, traducteurs, éditeurs etc. associés à des « items » selon le nombre d’occurrences dans les catalogues.

Illustration 9 : les 15 auteurs dont on trouve le plus de livres (« items ») dans a. l’ensemble des catalogues (à gauche) b. les catalogues français (à droite).

La base fournit en outre des possibilités de visualisation des données, comme par exemple une représentation graphique de la composition des collections du point de vue de la date de publication des livres ou bien une carte de lieux (de publication, de naissance etc.) cités dans l’ensemble des catalogues ou dans une sélection du corpus.

Illlustration 10 : les dates de publication des livres contenus dans le Catalogue des livres de M. Deschamps.
Illustration 11 : les lieux de publication (connus) des livres répertoriés dans les catalogues de la décade 1680-1690.

En concevant ainsi une base qui fournit des moyens pour exploiter l’extrême richesse des données contenues dans les catalogues de bibliothèques privées à plusieurs niveaux et selon diverses modalités, nous avons créé un instrument de recherche susceptible à être utilisé avec fruit par une large communauté de chercheurs, d’étudiants et d’autres personnes qui s’intéressent à l’histoire culturelle du XVIIIe siècle européen. Des champs de recherches aussi diverses que celui des provenances, des prix sur le marché du livre de seconde main, de la géographie du livre, des formats et des langues privilégiés, de la composition des bibliothèques, de l’organisation des savoirs, des réseaux sociaux à l’époque moderne et des pratiques de collection et de commerce pourraient effectivement en profiter, de sorte que l’intérêt de la base dépasse largement celui de la question qui est à l’origine de sa création.

Vers un écosystème de bases de données

La richesse des informations récoltées ainsi que notre constat que les instruments bibliographiques existants sont loin de fournir un répertoire exhaustif des catalogues publiés nous a porté à créer une deuxième base de données, qui servira à la fois à compléter les bibliographies publiées jusqu’ici et à contextualiser les données contenues dans la base MEDIATE. Cette deuxième base, intitulée BIBLIO (Bibliography of Individually-owned Book and Library Inventories Online), contiendra des informations bibliographiques sur tous les catalogues de bibliothèques privées britanniques, français, néerlandais et italiens imprimés dans la période 1665 – 1830, dont nous avons conservé la trace.6 

             Nous nous rendons bien compte  du fait que les catalogues (de vente) de bibliothèques privées ne représentent qu’une seule source – particulièrement riche, certes – sur le marché du livre au XVIIIe siècle, et que les données qu’ils nous livrent comportent des parti pris spécifiques et demandent d’être maniées avec caution. Pour bien mesurer l’impact des ouvrages et des auteurs dans le champ littéraire, il est nécessaire de les étudier à travers une gamme de sources diverses, touchant non seulement à la réception, mais aussi à la production et la mise en circulation du livre. C’est pourquoi notre projet MEDIATE consolidera les collaborations déjà existantes avec un certain nombre d’autres projets numériques en histoire du livre, sur d’autres types de source, afin de créer un écosystème de bases de données interopérables. Cette collaboration implique actuellement les projets bibliométriques de Simon Burrows à l’Université de Western Sydney, FBTEE (French Book Trade in Enlightenment Europe, 1769-1794) et MPCE (Mapping Print Charting Enlightenment), le CERL Thesaurus  du Consortium of European Research Libraries, les bibliographies nationales comme le Short-Title Catalogue Netherlands à la Bibliothèque Royale à La Haye, le projet Universal Short-Title Catalogue, à l’Université de St Andrews, le projet Footprints: Jewish Books Through Time and Place aux États-Unis, et bien d’autres. L’interopérabilité que nous visons à établir entre ces différents projets numériques nous permettra de créer un vaste réseau de données portant sur les différents aspects de l’histoire du livre et de pouvoir cartographier la circulation des livres en Europe à l’époque des Lumières.

Visitez notre blog THE MEDIATOR
& Suivez-nous sur Twitter : @mediate18c

Texte établi par Helwi Blom et Alicia Montoya
Université de Nimègue

  1. Ce projet a bénéficié d’une subvention du Conseil européen de la recherche (ERC) dans le cadre du programme de recherche et innovation de l’Union Européenne Horizon 2020 sous la convention no. 682022. Voir pour de plus amples informations le site web du projet, www.mediate18.nl, qui contient entre autres les noms des membres de l’équipe ainsi que des détails sur leurs sous-projets individuels. []
  2. Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », Revue d’histoire littéraire de la France 17 (1910), p. 449-96. []
  3. Voir Bert van Selm, Hans Gruys, et Henk de Kooker, continue par Karel Bostoen, Otto Lankhorst, Alicia C. Montoya et Marieke van Delft (dir.), Book Sales Catalogues Online ; Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France, 1630–1750: répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque Nationale. Oxford, Voltaire Foundation, 1991 ; Alan N. L Munby et Lenore Coral, British Book Sale Catalogues 1676–1800: A Union List. []
  4. Sur les précautions à prendre en utilisant comme source les catalogues de vente des bibliothèques privées, voir Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading I : Early readers. Edinburgh, Edinburgh University Press. À paraître en avril 2020. []
  5. En distinguant trois niveaux pour identifier nos livres – Work, Manifestation (ou édition), Item – nous reprenons le modèle FRBR (Functional Requirements for Bibliographical Records). Nous laissons de côté, pour des raisons pratiques, le niveau « Expression ». []
  6. Les catalogues français feront également l’objet d’une étude plus développée en deux volumes sous le titre  Printed catalogues of private libraries published in France during the hand-press era, a bibliographical survey (par Helwi Blom, sous contrat chez Brill à Leiden). []

Entretien avec… Jean-Marie Gueullette, frère dominicain du couvent du Saint-Nom-de-Jésus

2 novembre 1789. Sur une proposition de Talleyrand, l’Assemblée nationale décrète :

« Que tous les biens ecclésiastiques sont à la disposition de la nation, à la charge de pourvoir, d’une manière convenable, aux frais du culte, à l’entretien de ses ministres, et au soulagement des pauvres, sous la surveillance et d’après les instructions des provinces1 ».

Deux cents ans plus tard, la bibliothèque municipale de Lyon possède une majeure partie des collections patrimoniales du couvent de Lyon, appelé Notre Dame de Confort sous l’Ancien Régime. A l’occasion d’un colloque autour des recueils factices à l’Enssib, les frèresn dominicains du couvent m’ont donné l’opportunité de découvrir la collection de leurs fonds anciens reconstitués. C’est le frère Jean-Marie Gueullette, professeur de théologie morale à l’université catholique de Lyon, qui est en charge de l’administration de la bibliothèque et nous a ouvert les portes de cette collection privée.

Illustration 1 : Le cloître du couvent du Saint-Nom-de-Jésus.

L’histoire du couvent

La communauté dominicaine de Lyon, comme sa bibliothèque, connaît une histoire mouvementée. Les frères se sont installés en ville en 1218 et bâtissent leur premier couvent sur la place des Jacobins, appelée ainsi en référence au couvent Saint-Jacques de Paris, un des plus grands couvents dominicains qui donne son nom à la communauté dominicaine jusqu’au XIXe siècle. Cette place a également été occupée par les ateliers d’imprimeurs libraires avec lesquels les frères dominicains entretenaient des liens étroits, bien qu’aucun livre des fonds anciens du couvent ne puissent en témoigner directement.

Durant les guerres de religion le baron des Adrets, fervent protestant, occupe le couvent et met le feu à la bibliothèque. Il crée en outre un passage entre la place des Jacobins et l’actuelle place Bellecour pour entraîner ses troupes, appelé alors rue Saint-Dominique et rebaptisé aujourd’hui rue Émile Zola. À la révolution le couvent des Jacobins est occupé par les révolutionnaires puis rasé et, en vertu du décret susmentionné, les collections sont déplacées à la bibliothèque municipale de Lyon.

Après que le père Lacordaire fonde à nouveau l’Ordre des Dominicains en 1841, les frères dominicains cherchent un emplacement où construire leur nouveau couvent. Ils fondent le couvent du Saint-Nom-de-Jésus en 1858 et l’achèvent en 1863. Une bibliothèque fournie étant indispensable dans tout couvent dominicain, les frères s’occupent de trouver des livres pour en reconstituer une.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La bibliothèque du couvent et ses collections ont connu une histoire un peu chaotique, d’une part due aux guerres et à la révolution qui ont causé de nombreuses pertes matérielles, et d’autre part à cause d’une certaine négligence envers les livres anciens qui n’a cessé que lorsque je suis arrivé. 

Ainsi, certains livres ont été rachetés à des particuliers ou donnés au couvent du Saint-Nom de Jésus, tandis que d’autres sont issus des collections patrimoniales de la bibliothèque du couvent d’étude de la province dominicaine de Lyon (aujourd’hui la Tourette). Cette dernière en effet ne disposait pas des éléments nécessaires à la conservation de livres anciens.

Illustration 2 : Les rayonnages de la bibliothèque du couvent du Saint-Nom-de-Jésus.

Quelle place accordez-vous au livre ancien au sein de votre couvent ?

Les frères entretiennent un rapport aux livres anciens plus affectif que scientifique au couvent ; c’est avant tout une question de patrimoine. Il s’agit d’honorer une tradition en réunissant la collection que nous avons perdue et en l’enrichissant, notamment pour la formation de nos jeunes frères. Être dominicain, c’est entrer dans une longue tradition de l’étude, de l’écrit et de la lecture.

Il existe donc une part matérielle importante dans l’histoire des dominicains qui fait écho à l’histoire du livre : nous avons eu en effet la chance d’avoir retrouvé un livre qui porte l’ex-libris ante-révolutionnaire de la communauté dominicaine de Lyon. C’est le seul exemplaire qui nous est resté de tous ceux qui furent alors confisqués. Ce fut très émouvant de retrouver un livre qui fait partie de notre héritage spirituel et familial.

Bien sûr, ces livres servent ponctuellement à la formation théologique des frères, mais notre curiosité naturelle nous pousse à les considérer davantage comme étant une expérience du passé matérialisé. Nous nous interrogeons par exemple sur la présence d’une œuvre de saint Irénée traduite par Érasme au sein de ces murs, et qui semble avoir souffert d’une forme de censure puisque le nom de l’humaniste a été rayé. C’est un second exemplaire que nous possédons dans nos fonds qui m’a permis de connaître son identité. Quel usage nos prédécesseurs ont-ils donc bien pu en tirer ? Et pourquoi l’ont-ils conservé si sa publication était désapprouvée par la communauté catholique ? Il est possible pour des chercheurs de se procurer la traduction des œuvres d’Irénée sur internet, mais je crois que le livre en tant qu’objet nous renseigne bien plus sur la pensée des lecteurs modernes.

Illustration 3 : Tranche avec le titre et l’ancienne cote de l’ouvrage de St Irénée Opus eruditissimum in quinque libros digestum, Paris : Oudin Petit, 1563 (USTC 153450).

Quelles sont les particularités qui caractérisent votre fonds ancien ?

La thématique principale de notre fonds est évidemment religieuse, mais nous avons été surpris de constater son hétérogénéité. Comme nos prédécesseurs ont reconstitué les fonds à l’aide de rachats ou de dons, on trouve plus aisément les œuvres de grands auteurs spirituels classiques plutôt qu’une grande variété d’auteurs. Certains d’entre eux semblent d’ailleurs avoir joui d’une popularité importante avant de tomber dans l’oubli.

Dans le domaine spirituel, nous disposons de vingt-cinq étagères d’ouvrages jésuites dont la présence abondante, contre seulement deux étagères d’ouvrages issus de la tradition du Carmel, nous laisse perplexes. Nous sommes en effet davantage proches de la spiritualité carmélite que jésuite. J’ai été également surpris de découvrir les cartulaires de certains ordres religieux parmi nos collections, peut-être acquis ou donnés au couvent.

Il serait donc judicieux d’étudier les ex-libris de chaque ouvrage pour connaître leur possesseur et comprendre leur présence ici, car le couvent du Saint-Nom-de-Jésus n’a jamais été un lieu de recherches érudites.

Enfin, nous disposons d’une importante encyclopédie théologique composée en trois séries de cinquante volumes par Jacques-Paul Migne au XIXe siècle. Ce prêtre catholique, qui combinait également les fonctions de journaliste, imprimeur et éditeur, a amassé sans aucun sens critique tous les sujets étudiés à cette époque. Il les a ensuite réunis dans une encyclopédie où chaque volume correspond à un sujet d’étude. Ainsi les frères du couvent disposaient d’une bibliothèque culturelle qui leur conférait de solides connaissances de culture générale.

La présence de collections aussi précises dans une bibliothèque cléricale continue de nous interroger sur l’utilisation qu’en faisaient nos prédécesseurs. Bien que les fonds anciens soient avant tout un lieu de conservation de notre patrimoine, les frères les visitent fréquemment pour mener leurs recherches.

Appliquez-vous une politique de valorisation pour vos fonds patrimoniaux ?

Lors de certaines fêtes de l’Ordre, j’expose quelques livres anciens afin que les frères découvrent et comprennent leur héritage. C’est aussi un moyen de se faire connaître auprès des Lyonnais durant les journées du patrimoine. À l’occasion du 800e anniversaire de l’arrivée des frères dominicains à Lyon, je m’étais servi des fonds patrimoniaux pour illustrer la vie de la communauté au cours des siècles. Il s’est avéré que les frères ont développé des liens étroits avec les imprimeurs de Lyon, en achetant ou en publiant des livres spirituels.

Néanmoins, considérant tout le travail de classement et de catalogage qu’il me reste à faire, je ne peux malheureusement en dire plus et n’envisagerai pour le moment pas d’autres formes de valorisation. Le fonds ancien a été longtemps négligé et les livres rangés de façon hasardeuse : le temps dont je dispose entre mes différentes obligations est donc dédié à la redécouverte du fonds. À ce jour j’ai recensé et classé un quart des fonds patrimoniaux. Je procéderai ensuite au catalogage des livres dans Koha, en partenariat avec les couvents dominicains de Rennes et de Lille. Nous aimerions, en effet, que nos livres soient des documents d’étude communs, et pourquoi pas qu’un couvent mieux doté que les autres prennent en charge l’achat et l’entretien de certaines collections coûteuses ?

Pouvons-nous terminer la découverte de vos fonds en présentant quelques-uns de ses livres ?

En tant que frère du couvent, nous avons un trésor que j’affectionne particulièrement : il s’agit du seul ex-libris des frères du couvent datant d’avant la Révolution. C’est le seul document qui a été épargné de la politique de confiscation des biens du clergé en 1789, et c’est la raison pour laquelle il est précieux pour les frères : il est le témoin d’une activité intellectuelle intense chez la communauté sous l’Ancien Régime.

Illustration 4 : Ex-libris de l’ancienne bibliothèque du couvent.

Nous avons aussi deux autres livres que je trouve fascinants ! J’ai fait mention tout à l’heure d’une traduction des œuvres de saint Irénée par Érasme, imprimée à Cologne en 1563.

Illustration 5 : St Irenée, Opus eruditissimum in quinque libros digestum, Paris : Oudin Petit, 1563 (USTC 153450).

Sur la page de titre on peut observer que le nom de ce grand humaniste a été barré. Cette rature montre que la figure d’Érasme était très controversée chez les catholiques ; ses travaux étaient certes très appréciés mais ses opinions religieuses et ce qu’elles ont suscité dans le monde chrétien beaucoup moins. C’est donc la matérialité du livre et non son contenu ici qui nous apprend quelque chose sur l’histoire mouvementée de l’Église à cette époque. Je continue de m’interroger sur la raison de sa présence dans nos murs et sur l’utilisation qu’ont pu en faire nos prédécesseurs, puisque ce livre a été l’objet d’une forme de censure évidente.

Enfin, j’ai étudié en détail ce livre imprimé en 1553, les Institutions Spirituelles.

Illustration 6 : Jean Tauler, Piissimae tam de tempore quam de sanctis homiliae, Cologne : héritiers Johann Quentel, 1553 (USTC 626471).

Il a été imprimé à Cologne par Johannes Quentel ainsi qu’en témoigne la page de titre, mais également la tranche peinte en bleue, un artisanat essentiellement germanique. Il s’agit d’une compile de textes de la mystique rhénane attribués à Tauler. Ce dernier était le disciple du dominicain Maître Eckhart qui, en réalité, est le fondateur du mouvement spirituel de la mystique rhénane et a écrit ses Entretiens spirituels en 1290. Le mystique rhénane est un mouvement spirituel issu de l’école de pensée des dominicains de la vallée du Rhin2.

« C’est, de fait, une mystique originale, qui part d’une expérience de Dieu authentique, mais qui évoque peu cette expérience et qui propose un chemin de divinisation, par le concours du détachement et de la grâce. […] Or, ‘le développement de cette mystique spéculative en langue allemande serait issu de l’obligation imposée en 1267 par le pape Clément V à des religieux savants de l’Ordre des prêcheurs, d’exercer auprès des moniales un ministère de direction’. Ainsi étaient-ils amenés à transposer et à adapter leurs thèses. Ils partaient de l’expérience spirituelle des moniales et les amenaient, par une solide réflexion, aux plus hautes réalités de la vie spirituelle3. »

Selon Philippe Dollinger, la diffusion de cette mystique spéculative dans un cadre plus large a pu se faire notamment grâce à l’expansion de l’Ordre au sein des foyers urbains et à « un rapide accroissement de la population » qui y habitait4.

À ce jour les chercheurs sont réservés quant à l’authenticité de ce texte. Il contient en effet énormément d’ajouts sur la pénitence qui n’ont rien à voir avec la doctrine de maître Eckhart. Ils sont en effet tirés des réflexions de lecteurs plus tardifs dans le cadre d’un autre mouvement spirituel qu’est la Devotio Moderna. Paradoxalement, elles contribuèrent à faire connaître et apprécier la mystique rhénane. Ces ajouts sont notifiés dans le livre par de petites mains présentes tout au long de l’ouvrage : elles indiquent discrètement un changement de source.

Le texte est donc jugé comme n’étant pas assez fiable pour en connaître la forme originelle parce qu’il a connu de nombreux remaniements, adaptations et réécritures. Chaque ajout témoigne ainsi de références culturelles et spirituelles qui lui sont propres.

Illustration 7 : Manicules imprimées dans les marges de l’édition de Tauler.

Cet ouvrage a connu une longue diffusion outre Rhin à partir du XVIe siècle : le texte a été traduit du Moyen-Haut allemand au latin par les chartreux de Cologne et a connu trois traductions françaises entre 1587 et 16585. Le livre devait connaître un succès grandissant jusqu’au XIXe siècle et inspirer de nombreux philosophes tel que Hegel. Une carte postale écrite en 1910 et utilisée en tant que marque-page dans le volume montre qu’il était encore activement étudié au début du siècle dernier.

Illustration 8 : Carte postale insérée dans l’exemplaire d’USTC 626471 de la collection de la bibliothèque.

De nombreux trésors dorment dans les fonds de bibliothèques privées. Ceux du couvent du Saint-Nom-de-Jésus nous permettent d’en apprendre davantage sur la ville de Lyon et les liens qu’elle a établi avec la communauté dominicaine pendant 800 ans. Toute aide venant de spécialistes ou d’amateurs de livres pour étudier, classer ou cataloguer ses documents est la bienvenue. 

Propos recueillis par Isabelle Riquet
Ingénieure de recherche à l’ENSSIB

  1. Camus Armand Gaston. Décret du 2 novembre 1789 sur les biens ecclésiastiques. In: Archives Parlementaires de 1787 à 1860 – Première série (1787-1799) Tome IX – Du 16 septembre au 11 novembre 1789, Paris : Librairie Administrative P. Dupont, 1877. p. 649. []
  2. ERMR, Équipes de Recherches sur les Mystiques Rhénans, 2014, [En ligne] http://maitre.eckhart.free.fr/initium/ite.html (consulté le 04 janvier 2020). []
  3. Ibid. []
  4. Jean Séguy, « La mystique rhénane », Archives de sociologie des religions, n°16, 1963. pp. 187-188. []
  5. Jean-Marie Gueullette, Eckhart en France. La lecture des Institutions spirituelles attribuées à Tauler, 1548-1699, Grenoble : J. Millon, 2012. []

L’imprimeur Jean Clément et le verlan au XVIe siècle. Suite et dénouement

Dans le billet publié sur ce site il y a quelques mois, « Un cas de verlan au XVIe siècle. Ou comment déjouer les jeux de pseudonyme d’un imprimeur-libraire de la Renaissance », j’avais évoqué le cas d’un étrange imprimeur du nom de Jean Mentcle, alias Vatan, qui n’était connu que par le biais d’un imprimé dont l’adresse l’identifiait comme ayant son atelier à Bordeaux. Je l’avais lié à un personnage qui n’était, cette fois, connu que par des documents d’archives : Jean Clément, actif à Bordeaux puis à Toulouse entre 1544 et 1550. Le partage du même alias venait confirmer qu’il s’agissait d’un usage de verlan, une simple inversion de la première et de la seconde syllabe. Ce rapprochement nous permettait de mieux comprendre l’activité de celui qui avait publié une édition des Epitaphes des Roys de France1 , ainsi que de préciser le contexte et la chronologie de la publication sans date de l’œuvre.

Illustration 1 : Les deux colophons mentionnant un Jean Mentcle à Bordeaux et à Lyon.

À la toute fin du billet, j’avais évoqué une étrange coïncidence : l’existence d’un autre Jean Mentcle, cette fois actif à Lyon, et signalé de manière laconique par Baudrier sous la forme « Jean Mentcle de Sonlu »2. Ce Mentcle avait publié un petit in-quarto en 1535 dans la ville mais n’avait, lui non plus, pas laissé de traces archivistiques3. S’agissait-il de la même personne ? La nature péripatétique de la carrière de Jean Clément nous permettait de le suggérer. Mais deux différences posaient problème. Tout d’abord les matériels typographiques utilisés à Lyon et Bordeaux ne se ressemblaient aucunement. L’édition lyonnaise employait des caractères gothiques typiques de la production vernaculaire française de l’époque, ce qui tranchait avec les fines lettres italiques et romaines utilisées dans l’imprimé bordelais. Plus gênant encore, dans les deux cas l’imprimeur signait avec un alias, mais celui-ci n’était pas le même. Le premier se réclamait de Sonlu, le second de Vatan.

L’identification de Vatan ne posait guère de problème : seul un village de l’Indre portait ce nom et semblait convenir – sauf si notre imprimeur jouait encore une fois avec les mots, un Vatan qui devait se lire « Va-t-en ». Cependant la présence de cet alias dans le testament de Jean Clément semblait proscrire cette éventualité. Mais que faire de Sonlu ? Ce Mentcle n’était attesté dans aucune pièce d’archive, ni sous cette forme, ni sous la forme de Clément. Était-ce cette fois un jeu, une manière de suggérer que ses livres « sont lus » ? Au contraire de Vatan, Sonlu semble peu probable comme nom de lieu. Ayant recours au verlan, une fois de plus, la forme Luson (ou Luçon / Lusson pour préserver le son) semblait plus prometteuse.

S’ouvraient alors, selon les répertoires et les index géographiques, de nombreuses possibilités : Lusson dans les Pyrénées-Atlantiques, Luson près de Bolzano en Italie et, bien sûr, Luçon en Vendée. En consultant le Géoportail de l’IGN, une liste de lieux-dits et de villages est proposée pour la forme Lusson :

Illustration 2 : Lieux et adresses répondant au mot « Lusson » dans le Géoportail de l’IGN.

Mais toutes ces solutions nous éloignaient de Jean Clément de Vatan : il semblait peu probable que quelqu’un se réclame en l’espace de dix ans de lieux aussi éloignées que ces villages et villes dont la plus probable, Luçon, se situe à plus de 200 km à vol d’oiseau de Vatan. Je décidai donc de revisiter la seule source qui pouvait donner un indice : le testament rédigé à Bordeaux en 1550.

Ce texte avait été publié par Paul Roudié, mais avec quelques coupes4. Il était probable que ces excisions ne concernaient que des formules conventionnelles et peu porteuses d’intérêt, comme il est relativement habituel de faire, mais consciencieusement je retournai ad fontes pour vérifier dans les archives bordelaises.

Illustration 3 : La « liasse » 3 E 848 des Archives Départementales de la Gironde.

La référence de Roudié ne donnait qu’une cote sans foliotation et il s’avérait que le volume n’était en effet ni paginé ni folioté ni dans un ordre chronologique strict… et qu’il était plutôt imposant. Le texte lui-même, une fois trouvé, était confus, avec des insertions, corrections et suppressions, mais contenait des informations complémentaires importantes, notamment pour élucider la question qui nous préoccupe.

Illustration 4 : Le « Memoire des articles que Jean Clement dict de Vatan a ordonné en ses derniers jours et veult qu’il soit observés » 3 E 848, AD Gironde.

La dernière partie du texte, reliée quelques feuillets plus loin après d’autres minutes d’actes5, révèle en effet que Jean Clément possédait des « biens immeubles situez en la paroisse Chapelle Sainct Laurian au lieu appellé à Lucon au diocese de Bourges ». La Chapelle-Saint-Laurian est facile à localiser à deux kilomètres au sud-ouest de Vatan.

Illustration 5 : La Chapelle-Saint-Laurian sur le Géoportail de l’IGN.

Cependant sur les cartes modernes de l’IGN point de trace d’un lieu nommé Lucon/ Luçon/ Lusson. La consultation de la carte de Cassini (ou carte de l’Académie) du XVIIIe siècle, en revanche, est probante. Tout près de la Chapelle-Saint-Laurian apparaît un lieu nommé « Lucon » qui est gratifié de sa propre petite icone.

Illustration 6 : Lucon sur la carte de Cassini.

La carte de l’état-major (1820-1866) montre que le lieu existait encore au XIXe siècle sous le nom de Lusson. En 1950 si les bâtiments étaient encore présents lors de la confection de la carte, le nom avait disparu et aujourd’hui la carte IGN et la photographie aérienne montrent que plus rien ne reste du lieu d’origine de Jean Clément.

Illustration 7 : Lusson sur la carte de l’état major, puis son emplacement en 1950, sa disparition sur la carte actuelle et la photo aérienne.

On peut donc précisément placer les origines de Jean Clément et confirmer que l’imprimeur bordelais et lyonnais était bien la même personne qui se servait du verlan non seulement pour son propre nom, mais également pour le hameau où il habitait avant de se lancer dans une carrière typographique.

Malcolm Walsby
Enssib, Université de Lyon


 

  1. Barthélemy de Chasseneux, Epitaphes des Roys de France, qui ont regné depuis le Roy Pharamond, jusques au Roy Francoys premier de ce nom, Bordeaux : Jean Mentcle : [circa 1545], USTC 13301. []
  2. Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, Lyon : Librairie ancienne d’Auguste Brun, 1895-1921, I 274-275. []
  3. La description de la quarte galicane, Lyon : Jean Mentcle, 1535, USTC 53113. Notons qu’un des exemplaires de la bibliothèque Mazarine, celui côté Inc. 621, avait appartenu au diplomate, auteur, et voyageur Jean Nicot. []
  4. Paul Roudié, « Documents sur la vie intellectuelle à Bordeaux au XVIe siècle. Textes divers », Bulletin et mémoires de la Société archéologique de Bordeaux, LXI (1957-1959) n° 15. []
  5. Les cahiers du registre in-folio sont reliés sans égard pour les documents eux-mêmes par lot de 10 à 20 bifolia qui avaient pourtant été créés séparément. Ceci a pour résultat de séparer le texte copié sur les feuillets impairs de ce qui se trouve sur les feuillets pairs, rendant une lecture linéaire de l’ensemble particulièrement ardue. []

Une winter school à l’ENSSIB autour des recueils factices de la Renaissance

Une école d’hiver s’est déroulée à l’ENSSIB de Lyon les 12 et 13 décembre derniers, organisée par les membres de l’équipe de recherche du projet Sammelband 15-16.

Cette conférence était dédiée à l’étude des recueils factices, des questions et des apports que soulèvent ces livres atypiques, en particulier ceux qui ont été produits au XVIe siècle.

 Les Sammelbände ont en effet la particularité de regrouper plusieurs imprimés reliés en un seul volume, dont l’assemblage est choisi par le possesseur ou par le libraire. La logique de production et de préservation des Sammelbände ont notamment amené les intervenants à en étudier la matérialité, par le biais du papier, de la reliure et des matériaux utilisés pour la renforcer, du texte imprimé mais aussi des interactions entre le lecteur et le livre.

Illustration 1: un Sammelband conservé à la bibliothèque du Centre Culturel des Irlandais (Paris).

Définition des Sammelbände et analyse de leur papier

Le séminaire a débuté sur une définition précise de ce qu’était un sammelband. Malcolm Walsby, professeur d’histoire à l’ENSSIB de Lyon, suggère l’utilisation du terme allemand qui souligne mieux la spécificité du recueil factice. Ce dernier est en effet composé de livres qui n’ont pas été forcément imprimés et reliés ensemble dès la conception du volume, mais qui ont pu être produits et utilisés à une époque ultérieure. C’est la raison pour laquelle Malcolm Walsby souligne l’importance de préserver l’unité des recueils, qui ont été bien souvent victimes de démantèlement dès le XVIIIe siècle par les vendeurs et les bibliothécaires, soit pour en tirer un maximum de bénéfices en vendant les livres au détail, soit pour faciliter l’identification et l’accès aux ouvrages. Il est donc particulièrement important d’étudier les reliures originelles que nous avons conservées. De plus, une base de données librement accessible en ligne, destinée à faciliter le recensement et l’étude des Sammelbände, est actuellement en cours de création pour le projet Sammelband 15-16. Parmi d’autres, l’importante collection des Sammelbände d’Huybert van Buchell, conservés par la bibliothèque universitaire d’Utrecht, sera valorisée par le biais de ce projet numérique.

Illustration 2: un Sammelband du Centre Culturel Irlandais, composé de deux livres aux reliures jointes pour faire recueil.

Neil Patrick Harris, professeur à l’université d’Udine, a poursuivi la première partie de cette étude en s’intéressant à la construction physique d’un sammelband, par le biais de cette question : comment reconnaître un recueil original en se fiant entre autres au papier imprimé et aux filigranes ? Il a pu constater qu’il existe peu de Sammelbände dont la reliure est d’origine, et s’est penché sur l’état matériel du livre pour retracer son histoire. Neil Harris a notamment observé de nombreuses disparités entre les différents éléments du livre en tant que support : une différence de format entre les livres reliés, mais aussi une différence chronologique quand un incunable est relié avec des pamphlets du XIXe siècle. Neil Harris considère que ces ajouts postérieurs, mais également l’absence des éléments originaux d’un recueil factice, sont autant d’informations sur la vie du livre qu’il ne faut pas négliger.

Son analyse pousse le détail en s’intéressant aux filigranes détectables dans le papier. Grâce à lui on peut en effet retracer le processus de production du livre imprimé et le relier éventuellement à un imprimeur dont on sait qu’il l’utilisait, ainsi qu’à une date et un lieu de production. L’index créé par Charles Briquet est un outil très utile pour identifier les filigranes, actuellement mis à jour dans un projet numérique intitulé “Briquet Reloaded” auquel Neil Harris participe1 .

Illustration 3: deux filigranes jumeaux dans du papier italien.

Ce que révèlent les reliures

La seconde partie de notre première journée de conférences a été inaugurée par Nicholas Pickwoad, professeur à l’université de Londres spécialisé dans l’étude des reliures.

Il suggère en effet que l’étude des reliures permet de savoir quand, où et comment les livres reliés dans un Sammelband ont été assemblés. De nombreux exemples de reliures ont été montrés au public pour démontrer que les reliures d’ouvrages du XVIe siècle avaient des particularités propres à leur lieu de fabrication, en présentant notamment les différents matériaux utilisés pour ce faire. Ainsi, en Angleterre on utilisait les défaits de reliure d’anciens livres pour créer un nouveau volume, tandis que les reliures italiennes et espagnoles sont très similaires avec leurs points de couture placés seulement en haut et en bas du dos du volume. L’étude minutieuse de Nicholas Pickwoad révèle que la plupart des reliures étaient de basse qualité, compte tenu de la bourse de l’acheteur ou de l’usage auquel le Sammelband était destiné, et souligne l’importance d’étudier aussi ces reliures de moindre prestige, pour en apprendre davantage sur leur utilisation.

Illustration 4: reliure d’un exemplaire de Marcus Marulus, Bene vivendi instituta, Bâle, Petrus de Langendorff for Lucas Leonardus, 1513 (BU d’Utrecht).

Bart Jaski, conservateur spécialisé dans l’étude des textes médiévaux à l’université d’Utrecht, a ensuite présenté l’usage de défaits de reliure manuscrits présents dans les Sammelbände. L’objectif de sa présentation était de démontrer que les Sammelbände ne sont pas seulement des outils de consultation, mais aussi des outils de conservation. En effet, une grande partie de partitions musicales et de textes médiévaux que l’on croyait perdus ont été redécouverts parce qu’ils servaient d’éléments de reliure à ce type de livre. À l’aide d’un exemple tiré des fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire d’Utrecht, Bart Jaski nous a défini ce qu’était un défait de reliure manuscrit : généralement il s’agit d’un parchemin ou d’un vellum dont le possesseur ou le libraire trouve une nouvelle utilité pour ses livres. Les maculatures et les feuilles volantes dans les livres sont également des éléments importants pour comprendre la constitution du Sammelband.

Illustration 5: une partition musicale médiévale réutilisée comme enveloppe (BU d’Utrecht).

Ces supports peuvent devenir des éléments de la reliure, mais aussi des copeaux pour protéger les livres dans les caisses de transport, ou encore des enveloppes réutilisables. En Allemagne, jusqu’au XVIIe siècle, on allait jusqu’à peindre les manuscrits pour décorer la reliure du livre, obscurcissant malheureusement le texte d’origine. Dans le cas où l’on a encore accès au texte, il existe un logiciel qui permet de rassembler les différents morceaux de texte et de le reconstituer dans son état d’origine aussi précisément que possible.

Le site web du projet Fragmentarium recense ce type de fragments manuscrits, et en propose une analyse détaillée. Des propositions de projets voient actuellement le jour pour les doctorants et chercheurs qui travaillent autour de la question des manuscrits et des fragments de manuscrits.

Pratiques de lecture

Ann-Marie Hansen, enseignante post-doctorante à l’université d’Utrecht, a présenté des pistes de recherche pour comprendre l’utilisation des Sammelbände par le(s) lecteur(s). Y en a-t-il plusieurs ? Si oui, qui peuvent-ils être et que peuvent nous dire leurs interactions avec le livre ? Deux formes d’interactions ont été observées à l’issue d’une longue étude des pratiques de lecture dans les Sammelbände : l’interaction intentionnelle, basée sur les annotations du lecteur ou les marques qu’il laisse (tels que les ex-libris), et l’interaction accidentelle comme les taches d’encre et les moisissures. La constitution du sammelband peut aussi indiquer si certains livres ont d’abord appartenu à un autre lecteur que celui qui a commandé le sammelband : Ann-Marie Hansen a remarqué en effet que l’absence de notes sur un livre en particulier dans un sammelband par ailleurs très annoté pouvait régulièrement signifier que ledit livre avait eu une vie antérieure avant qu’il soit adjoint à d’autres titres dans un volume. L’absence de notes, mais aussi des marques répétitives de la même main, sont autant de pistes qui permettent de distinguer un lecteur du Sammelband d’un autre.

Illustration 6: annotations en marge d’un ouvrage historique de la main de Huybert van Buchell (BU d’Utrecht).

Ce procédé d’identification des lecteurs couplé à l’utilisation de la Matrice de Walsby, outil de visualisation qui retrace les provenances d’un livre, sont autant d’outils utiles pour déterminer la vie d’un sammelband au cours des siècles.

Pour clore cette journée, Neil Harris a proposé une conférence donnant un aperçu de la conservation des livres à l’époque moderne à l’aide d’illustrations d’époque. Sa présentation riche en illustrations (enluminures, gravures et peintures) a permis de montrer une évolution dans la pratique de conservation du livre entre la fin du XVe siècle et du XVIIe siècle. C’est en effet à la Renaissance que le livre, longtemps resté posé à l’horizontale sur les étagères, est progressivement représenté à la verticale, la tranche peinte et intitulée du côté de présentation de l’étagère : les représentations esthétiques semblent sur ce point avoir suivi, parfois avec quelque retard, les pratiques. Ce bel aperçu des plus grandes bibliothèques modernes et de leur logique de conservation a ainsi clôturé la première journée d’étude.

Illustrations 7 a et b: Passage de la conservation des livres couchés à la conservation debout.

Réflexions matérielles et thématiques autour d’imprimés français

Trois autres interventions se sont succédé le lendemain. La première a été proposée par Malcolm Walsby sur l’importance du matériel d’imprimerie pour comprendre la composition et le rôle d’un Sammelband. Il est revenu sur leur rôle dans la sauvegarde des exemplaires d’imprimés qu’on croyait à jamais perdus, bien qu’il ait insisté sur le fait cela ne soit pas entièrement dû à la chance mais aussi à une question de contexte. Malcolm Walsby en a fait la démonstration avec un deux imprimés consécutifs dans un même Sammelband, l’un comportant le nom de l’imprimeur, l’autre non. Du fait de leur proximité dans un recueil thématique de livres tous imprimés à Paris dans les années 1560, la comparaison de la typographie des deux ouvrages est facilitée et permet de montrer qu’ils proviennent tous deux de l’atelier de Guillaume Nyverd. L’analyse du matériel d’imprimerie utilisé sur un texte est donc un excellent moyen de se faire une idée de la période de production d’un livre mais également d’établir une corrélation entre les copies survivantes.

Illustration 7: typographie employée par Guillaume Nyverd.

Katell Lavéant, professeure de littérature française à l’université d’Utrecht, proposait une réflexion autour de la question des thématiques de constitution de recueils, en s’inspirant d’abord de son sujet d’étude sur les livres joyeux et de leur présence dans des Sammelbände. Le problème que soulève ce type de littérature est que les Sammelbände du XVIe siècle ont rarement été conservés en tant que tels, et que les lecteurs n’interagissent que dans de rares cas avec le texte, contrairement par exemple avec des livres souvent annotés tels que ceux contenant textes scolaires et d’étude. Katell Lavéant a observé, dans cette dernière catégorie, des exemples dans lesquels le livre pouvait être un support d’exercice pour une langue telle que le latin ou le grec. Les annotations présentes dans les marges sont en effet des réflexions sur la grammaire ou une traduction linéaire du texte. Mais on peut aussi étudier d’autres traces laissées dans les volumes pour comprendre leur organisation thématique. Dans un autre volume, des croix inscrites à la main ont été retrouvées sur les différentes pages de titre du Sammelband indiquant sans doute l’ordre dans lequel les titres devaient être placés dans le recueil factice lors de la reliure.

Illustration 8: des croix marquant les mots importants du titre et un nombre destiné au relieur laissé sur une marge non coupée, dans un exemplaire conservé à la BU d’Utrecht (USTC 39672)

Ce n’est pas une question d’assemblage mais une question de pertinence, puisque chaque titre du volume a une place signifiante selon les souhaits du lecteur. Enfin Katell Lavéant a illustré son intervention avec le cas d’un livre joyeux de l’abbé des conards inclus dans une reliure de pamphlets catholiques2 . Son analyse des textes et la présence de ce livre dans un recueil factice à la thématique polémique lui a permis de conclure que la littérature joyeuse au XVIe siècle est également un moyen d’expression politique et pas seulement de divertissement.

Le professeur Jelle Koopmans, venu de l’université d’Amsterdam, a terminé le cycle de conférence en poursuivant les investigations de Katell Lavéant sur la question des sermons joyeux et du théâtre comique dans la France (post-)médiévale. Son intervention a confirmé que les Sammelbände était responsable de la sauvegarde de nombreux textes de théâtre médiévaux : tous les textes de théâtre médiévaux imprimés en France et parvenus jusqu’à nous ont été conservés dans un Sammelband ! Par ailleurs le format particulier de ces livres étaient caractéristiques des ouvrages dédiés au théâtre. Le format in-folio souvent dit « agenda » (correspondant à la taille d’une feuille A4 pliée dans le sens de la longueur) laissait juste assez de place pour imprimer un texte en octosyllabes avec les didascalies. Il devait être utile pour les acteurs qui avaient besoin de déclamer le texte et de le lire sur scène au besoin. Enfin, sa particularité n‘est pas seulement dans son format mais aussi dans le matériel d’imprimerie utilisé pour les textes ; la gothique bâtarde est en effet la typographie spécifique à ces courts textes dont la littérature était jugée comme populaire.

Illustration 9: Une des pièces du Recueil Trepperel.

Ainsi le professeur Koopmans a-t-il pu clore son étude en présentant le cas de deux Sammelbände partageant probablement la même reliure, le recueil Trepperel et le recueil de Florence. Le professeur fait le triste constat que, si le recueil de Florence est encore aujourd’hui conservé dans sa reliure d’origine, le Recueil Trepperel a quant à lui malheureusement été démantelé au XIXe siècle. Aujourd’hui, l’importance de ces recueils factices poussent les bibliothèques à réfléchir aux meilleurs moyens de les conserver et de les mettre en valeur dans leur collection.

Les interventions de ce cycle de conférence nous ont démontré que les recueils factices sont des trésors de renseignements sur les pratiques de lectures et sur la logique de consultation et de préservation des livres à l’époque moderne. Les humanités numériques sont d’un prompt renfort pour présenter au plus grand nombre les perles que recèle ce patrimoine particulier, tant sur le fond des documents que sur leur forme. Cette école d’hiver était l’occasion de présenter un premier état des recherches sur la question, mais aussi d’évoquer la possibilité de recherches futures, notamment via des appels à candidature consacrés à ces projets.

Isabelle Riquet
Ingénieure de recherche à l’ENSSIB


 

  1. Neil Harris et Ilaria Pastrolin, Briquet Reloaded, Lyon, Institut d’Histoire du Livre 2018. []
  2. Voir sur ce cas son billet “Usages et intérêts d’un recueil factice du XVIe siècle: la trajectoire d’un Sammelband de Paris à Utrecht“, publié sur le blog Histoire du Livre le 18 janvier 2019. []

Traces de controverses

La valorisation d’un fonds lyonnais de controverses religieuses de la bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon (BU Henri de Lubac)

Le fonds Monseigneur Lavallée

Fleury Lavallée (1870-1961) fut une des grandes figures de l’enseignement catholique à Lyon dans la première moitié du XXe siècle. Ayant en partie fait ses études aux grands séminaires de Lyon, il fut nommé prêtre dans ce diocèse avant de devenir professeur de latin en 1900 puis recteur des Facultés Catholiques de Lyon de 1910 à 1945. On suppose que sa bibliothèque, composée en particulier d’ouvrages sur les controverses religieuses des XVIe et XVIIe siècles, fut naturellement intégrée dans celle de l’Université Catholique.

L’histoire de cette collection (provenances, traitement, cotation) reste à faire. Dans le prolongement du projet « Mémoire et Usages des récits et images du Mal », consacré à la fabrique du scandale de 1562 aux lendemains de la Révocation de l’Édit de Nantes et en vue du développement d’un projet de recherche consacré à la transmission confessionnalisée1, une équipe de chercheurs2 s’est attelée à l’analyse et à la valorisation numérique de ce fonds de controverses méconnu.

À ce stade de nos recherches, il est difficile, de savoir précisément où, quand et comment le fonds a été constitué, même s’il existe bien évidemment des indices :

Illustration 1: Coupures de journaux et reçus de vente (Université Catholique de Lyon).

Le travail de « mémoire professionnelle » initié par Isabelle Vouilloux, Responsable des fonds anciens et patrimoniaux à la bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon, devrait permettre à terme  de mieux comprendre la logique qui a présidé au rassemblement de ce fonds riche de quelques 130 ouvrages, parmi lesquels une douzaine de recueils factices parfois volumineux (soit plus de 200 pièces).

Ces derniers participent indéniablement de l’attraction du fonds. Notre projet rencontre à ce titre l’intérêt renouvelé porté sur cet objet par la recherche en histoire du livre3. Les recueils factices posent, en effet, des problèmes spécifiques de repérage et de catalogage. L’objectif de notre projet vise à tester la pertinence d’une bibliothèque numérique virtuelle pour accroître la visibilité de ces recueils et, plus largement, de la collection dans laquelle ils prennent place. Nous avons ainsi opté pour un double système de catalogage afin de décrire à la fois le recueil en tant qu’objet, et chacune des pièces qui le constituent.

Un recueil typique

L’hétérogénéité même des pièces rassemblées constitue un défi pour la construction intellectuelle de la bibliothèque virtuelle, et soulève des problèmes méthodologiques spécifiques qu’il nous paraît important de relever.

Certains de ces recueils sont à peine reliés : 

Illustration 2: Recueil de pièces non reliées (Université Catholique de Lyon).

Dans ce cas, un ensemble de 11 pièces est rassemblé par une reliure trop petite en parchemin abîmé, indépendante des exemplaires. Sur le dos, on peut lire « anticoton » et « MDCXI ». Si la thématique est claire, l’ordre des pièces, en revanche, ne peut qu’être sujet à caution.

D’autres recueils présentent des reliures de meilleure facture, quoique d’époques différentes. Mais alors que certains constituent des ensembles relativement homogènes, parce qu’ils rassemblent les écrits par « affaire » (ainsi autour de l’« Anticoton ») ou encore par auteurs4, d’autres n’ont pas le même caractère d’évidence.

Le recueil que je présente ici, relié plus tardivement que les précédents, contient 15 pièces, toutes de format in-4°, dont voici la liste :

1 Mestrezat, Jean, Le Hibou des Jésuites, s. l., M. DC. XXIIII. (1624), 3-30 p.
2 Véron, François, Response au Hibou de Charenton ou Mestrezat, convaincu d’estre nouvel hérésiarque, larron des escrits du Spalatin De Dominis ; Faulsaire ; & destitué de toute preuve ; En son livre de la communion à Jésus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, contre les Cardinaux Bellarmin & du Perron, Paris, J. Mestais, s. d. [paru en 1624 d’après Desgraves (7147)], 24 p.
3 Véron, (François), La Corneille de Charenton despouillée des plumes des oyseaux de Genève & Sedan ; et deffy au Sr Mestrezat, et à ses collègues Ministres, sur son livre intitulé, De la Communion à Jesus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, contre les Cardinaux Bellarmin & du Perron; desrobé et transcript du livre de Turetin Ministre de Genève, intitulé de la Communion à Jésus Christ, où est respondu à ce qu’a dit contre icelle le Cardinal du Perron ; Et du Bouclier de du Moulin ; mis au pieds du Roy…, Paris, Jean Mestais, M. D. C. XXIV (1624), 40 p.
4 Véron, (François), Tous les ministres de France convaincus d’estre Faussaires de l’Escriture saincte, sur tous les principaux Articles de leur Confession de foy, Par un nouveau moyen, Et excommuniez par S. Jean & par S. Paul pour ce crime, Paris, Jean Mestais, M. DC. XXIII. (1623), 28 p.
5 Véron, (François), Les Justes Motifs de la conversion de monsieur le baron de Sainct-Angel, & de Madame sa femme ; Et sommation faicte aux Ministres Durand & Mestrezat de se rendre Catholiques selon leur promesse ; Et leur fuitte, Paris, J. Mestais, M. DC. XXIII. (1623), 40 p. 
6 Gateau, Nicolas, Les ruses et finesses des huguenots. Descouverte par M. Nicolas Gateau, Curé de Se Marguerite de la Rochelle envoyée à son amy Pierre Theophile de la noble lignée de S. Roch en Languedoc sur sa conversion, A Bourdeaux, Jouxte la coppie imprimée à Sainctes par Pierre Bichon, M. DC. XXIII. (1623), 16 p.
7 Harangue faite au roy par les deputez generaux des Eglises Reformees de France, M. DC. XXIII. (1623), 3-13 p. 
8 Le Testament & Sepulchre des Huguenots, Rebelles au roy. Par un Francois zelé de la gloire de Dieu, & du service de son Roy, A la France, A Paris, Chez Jean Martin, au mont S. Hilaire, s. d., 23 p.
9 Meynier, (Honorat de), Le scandale des ministres. Nouvellement recogneu Par le Sieur Du Moulin jadis Ministre de Charantonneau, & de present Ministre de Sedan. Par H. DE M., A Paris, Chez Julian Jacquin, 1623. Avec Approbation, 23 p.
10 L’avant-courrier du Guidon Francois. Avec le Quas-tu veu de la cour, s. n. s. l., M. DC. XX. (1620), 8 p.
 11 Le guidon francois, Ensemble Radamante, armée de vengeance, s. n. s. l., M. DC. XX. (1620), 23 p.
 12 Prince de Condé [Henri II de Bourbon], Lettre de Monseigneur le Prince de Condé. Au Roy, A Tolose, Par la Vesve I. Colomiez, & Raym. Colomiez, Imprimeurs ordinaires de sa Majesté, 1625. Jouxte la Coppie imprimée à Paris, 3-14 p.
 13 Consultation de trois fameux Advocats, sur les affaires publiques, s. n. s. l., M. DC. XXIII. (1623), 16 p. 
 14 Recit veritable des conferences que les pasteurs de l’Eglise de Paris ont eu avec le Sieur Veron. Et particulierement, celle qui a esté tenuë au sujet de Madame la Mareschalle de Themines, s. l., M. DC. XXIIII. (1624), 23 p.
 15 Véron, (François), Relation du voyage au Languedoc du P. Veron, envoyé du Roy pour la reduction des Desvoyez. ou Combats victorieux pour la Religion Catholique contre les Ministres de Nismes, Montpelier, Beziers, Alés, & de tout le bas Languedoc, & des Sevenes ; Avec les Conversions qui s’en sont ensuivies : Mouvements generaux des principaux de Montpelier, Nismes, &c. à abjurer l’heresie ; Et establissement de la Congregation des Missionnaires fondée par les Estats generaux du Languedoc convoquez à Beziers, Paris, François Targa, M. DC. XXV. (1625), 32 p. 
Illustration 3: Pages de titre des pièces 6 et 13 du recueil (Université Catholique de Lyon).

Malgré la diversité relative des pièces rassemblées, elles ont en commun d’avoir été publiées entre 1620 et 1625. On peut distinguer deux ensembles, le premier consacré aux conséquences sur les villes de sûreté protestantes de la première guerre menée par Louis XIII en Béarn ; le second dominé par la personnalité haute en couleur du controversiste François Véron.

1. Regards sur la reprise des tensions de part et d’autre de la fracture confessionnelle 

Les pièces 10 et 11 relèvent de la catégorie du libelle politique. Datées de 1620, anonymes, elles relaient la voix de l’opposition (parti de la reine mère) et s’en prennent au favori Luynes.

La pièce n° 6, de Nicolas Gateau, s’en prend plus particulièrement à La Rochelle, présentée comme une nouvelle Babylone. On notera, au passage, l’explication humorale de l’entêtement diabolique des Huguenots Rochelais : ils « resvent, radotent, sont malades de melancholie asinine, & par l’adustion de la cholere qui n’ont peu vomir depuis sept ou huict ans que le mal de cœur les tient, sont devenus furieux & enragez ».

Les députés Réformés de la pièce n° 7, tout en se distinguant des boutefeux de Montpellier dont la députation sent « par trop la poudre & la mesche de la garnison », supplient le roi de retirer ses troupes de la ville de Montpellier et de démanteler le fort de La Rochelle, cet « espouventail aux navires marchans ». Nous sommes alors en 1623. Deux ans plus tard, Montpellier fera partie des villes où Véron mènera tambour battant sa mission de reconquête des âmes (voir la relation de son voyage en Languedoc).

La pièce n° 13 (Consultation de trois fameux Advocats, sur les affaires publiques) prend le contre-pied de la pièce n° 7 et souligne la nécessité d’une politique belliqueuse à l’égard des villes fortes : « Vous sçavez (Messieurs) qu’il n’y a rien de plus important à la conservation, tant de ceste Monarchie, que de l’authorité du Roy, & à l’establissement d’une ferme paix (choses inséparables) que la destruction & ruine totale des Républiques huguenotes, qui subsistent encore en plusieurs villes de ce Royaume, & particulierement à la Rochelle ».

Quant à la pièce 8, que l’on propose de dater de 1621, c’est une pièce d’éloquence bien singulière saturée d’allusions aux troubles en Béarn, qui en appelle également à la destruction de La Rochelle5.

La pièce n° 12 propose enfin l’éclairage d’un Grand sur la politique du roi, tant à propos de la Valteline qu’à l’égard de La Rochelle.

2. François Véron (1575-1649)

Cet ensemble rassemble les pièces 1-5 et 14-15. Les pièces 1, 2 et 3, où l’on se donne aimablement des noms d’oiseaux, forment une suite autonome. La pièce n° 1 connaît par ailleurs un doublon isolé dans le fonds. C’est toutefois par la pièce 3 (La Corneille de Charenton despouillée des plumes des oyseaux de Geneve & Sedan) qu’il faut commencer la lecture. François Véron s’en prend ici violemment au traité de Mestrezat intitulé De la Communion à Jesus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, et accuse son auteur de plagiat : « Je despouille ceste miserable Corneille des plumes d’autruy ». Ainsi l’origine du titre est à chercher dans l’apologue horatien de la corneille qui se part de plumes étrangères. Dans son adresse liminaire au roi, Véron en profite pour suggérer la création d’un « petit fond » pour financer les missions de « quarante ou cinquante hommes », et ce, afin de contraindre « tous ces oyseaux de prendre leur vol hors de l’air de la France ». L’attaque proprement dite à l’égard de Mestrezat emprunte ses codes au duel :

Illustration 4: Cartel de défi de François Véron (détail).

Le gant est relevé par Mestrezat dans la pièce n° 1 (Le Hibou des Jesuites) qui file la métaphore ornithologique : Véron est un « Hibou » dont les « dix plumes principales » sont « l’ignorance, l’impertinence, l’insolence, l’imposture, l’impudence, le mensonge, la jactance, les injures, la bouffonnerie & l’impiété ». Mestrezat est sans pitié à l’égard d’un fou dont les écrits « sont des choux recuits qui font mal au cœur », d’un charlatan qui croit faire le nouvel apôtre mais n’est qu’un « enfant perdu » que « les enfans […] montrent au doigt », et dont la méthode est « tellement ridicule, qu’il n’y a crocheteur, ny chambriere qui dedans un quart d’heure ne la puisse sçavoir aussi bien que Veron ».

La réplique de Véron ne se fait pas attendre (pièce n° 2). Sa Response au hibou de Charenton est précédée d’une épître au roi où Véron requiert de nouveau les fonds nécessaires aux missions qui doivent permettre de chasser de France tous ces oiseaux de nuit.

La pièce n° 14 est également une réplique à la pièce n° 3 de Véron, et propose une copie des actes de la conférence entre les sieurs Mestrezat et Véron, en présence de la Maréchale de Thémines. Elle contient également, à partir de la page 22 une section intitulée « Des conferences que les Sieurs Durant & Drelincourt ont eu avec le Sieur Veron », qui porte sur la visite de Véron, déguisé en solliciteur de procès, au logis de Monsieur Durand, en compagnie de madame de S. Angel. La séquence est à l’évidence une réplique à la pièce n° 5 (avec des variantes significatives). On voit ici comment les pièces d’un même recueil entrent en écho les unes avec les autres.

La pièce n° 15 – récit publié en 1625 d’une mission de Véron en terres languedociennes – fait le lien avec le premier ensemble et notamment la pièce n’° 7, tout en illustrant la politique de mission menée par le Prédicateur du Roi.

Illustration 5: Les noms des Ministres combattus par François Véron (verso de la page de titre).
« Je les ay attaqué mesmes au milieu de leurs Presches, leur offrant des Theses ou cartels de deffy, pour entrer en conferences avec toutes les conditions qu’ils voudroient, à la veuë de tous ceux qui les suivent, dressant des Theatres aux portes de leurs Temples, y conviant le peuple… »

Reste la pièce n° 9 datée de 1623, qui présente le récit d’une de ces confrontations entre prédicateurs catholiques et ministres réformés, dont Véron se fait une spécialité.

On voit ici la nécessité d’une cartographie des textes qui se répondent et fonctionnent en réseau. La constitution d’une bibliothèque virtuelle de ce fonds devrait permettre d’en mesurer l’intérêt et la richesse.

Isabelle Moreau
IHRIM – ENS de Lyon


 

  1. Projet TRACES, dirigé par Isabelle Moreau, IHRIM, ENS de Lyon []
  2. L’équipe comprend les chercheurs suivants : Mathilde Bernard, MCF, Université Paris Nanterre ; Thibault Catel, MCF, Université de Limoges ; Mathieu de La Gorce, MCF, Université Paris Nanterre ; Julien Léonard, MCF, Université de Lorraine ; Isabelle Moreau, MCF HDR, ENS de Lyon ; Blandine Perona, MCF, UPHF (Valenciennes) ; Fabienne Vial-Bonacci, Assistante d’ingénieure, IRHIM, ENS de Lyon ; Isabelle Vouilloux, responsable des livres anciens et des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque Henri de Lubac de l’Université Catholique de Lyon. []
  3. Le projet Sammelband 15-16 piloté par Malcolm Walsby (ENSSIB, Lyon) témoigne de l’extraordinaire dynamisme de la recherche en ce domaine. Ce projet a notamment été présenté le 3 mai 2019, à l’École normale supérieure de Lyon, lors d’une journée sur les recueils factices organisée par les membres du Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles (GADGES, Lyon 3). []
  4. Le fonds possède ainsi un recueil de 25 pièces toutes de François Véron ; un autre recueil rassemble les écrits de Gontery et du Perron. []
  5. Il est en effet fait allusion à une comète chevelue parue trois ans auparavant : il s’agit sans doute de la grande comète de novembre 1618, ce qui donne 1621 comme date probable de publication. []

(Re)relier les registres du Trésor des chartes : entre fossilisation et évolution

Une légende tenace voudrait que la constitution du Trésor des chartes – c’est-à-dire du fonds d’archives des rois de France – soit consécutive aux destructions documentaires subies par Philippe Auguste lors de la bataille de Fréteval en 11941 . Mais l’établissement d’un dépôt d’archives stable et fixe dans le palais royal de l’Île de la Cité, si l’on peut penser qu’il s’est fait à la faveur des travaux de restructuration du bâtiment initiés au tout début du XIIIe siècle et au moment où Paris commence à faire figure de « capitale »2, n’est attesté par des mentions fiables qu’au début des années 12303 . Placé par Louis IX dans un bâtiment annexe – aujourd’hui disparu – de la Sainte Chapelle, le précieux fonds d’archives demeure abrité dans ce sanctuaire jusqu’à la période révolutionnaire4 . C’est au milieu du XIVe siècle que le fonds prend le nom de Trésor. Ce terme, qui renvoie étymologiquement à l’idée d’accumuler des biens ayant une utilité singulière – en l’occurrence ici, les archives, instrument essentiel de gouvernement – devient aussi par métaphore un lieu de conservation prestigieux. Après avoir erré de dépôts provisoires en salles annexes à la fin du XVIIIe siècle, le Trésor des chartes trouve sa place au sein de l’Hôtel de Soubise, acquis par Napoléon en 1808 pour abriter les Archives impériales. Ce n’est qu’à la fin des années 1860 que le Trésor des chartes intègre son emplacement auprès de la célèbre armoire de fer, dans la salle centrale du premier étage des grands dépôts des Archives nationales, baptisée du même nom que le fonds qu’elle abritait (fig. 1). Aujourd’hui, une partie du Trésor des chartes se trouve dans la salle adjacente.

Figure 1 : L’armoire de fer (en orange) et les registres du Trésor des chartes (en vert) dans les grands dépôts des Archives nationales, Paris. Photo : Archives nationales (France), atelier de photographie.

Le fonds du Trésor des chartes est divisé en deux sous-séries : les cartons ou layettes (cotés J), et les registres (cotés JJ). On compte aujourd’hui près de 1100 cartons et 390 registres. Un premier coup d’œil sur les volumes reliés donne la sensation d’une étonnante uniformité (fig. 2). Pourtant, une observation plus avant révèle un ensemble dont l’hétérogénéité est à la mesure de la première illusion de cohérence. Grâce à un travail de conservation-restauration mené sur quelques-uns de ces registres dans le cadre d’un vaste chantier de numérisation, l’atelier des Archives nationales a eu l’occasion de mener un passionnant travail historique et technique autour de ces reliures. Ce billet va tenter de le résumer.

Figure 2 : Les registres du Trésor des chartes dans la salle de l’armoire de fer. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

De nouvelles reliures ?

Depuis 2015, les Archives nationales sont engagées dans un projet de recherche baptisé Himanis et piloté par l’IRHT. Bien plus qu’une simple numérisation des registres originaux, ce projet ambitionne d’offrir aux chercheurs la possibilité d’effectuer des recherches plein texte directement dans le contenu des registres de chancellerie du XIIIe au XVe siècle grâce à une technologie de reconnaissance des écritures manuscrites médiévales. Une interface de consultation des données couplée à un accès aux images est d’ores et déjà disponible, et recense près de 200 registres entièrement numérisés.

La mise en ligne de cette interface a nécessité un long et minutieux travail préliminaire visant à rendre possibles la manipulation et la prise de vue. Si certains volumes pouvaient être numérisés tels quels, d’autres – dont la structure très serrée et l’apprêture bloquée empêchaient l’accès à certaines parties du texte près des fonds de cahiers (fig. 3) – ont dû être démontés de leurs reliures. L’apprêture a été nettoyée et la couture défaite pour libérer les cahiers de leurs contraintes.

Figure 3 : Exemple de texte très proche du pli de fond de cahier sur le registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Après avoir été numérisés, certains volumes ont été recousus et réintégrés dans leur reliure antérieure (parler de reliure d’origine serait ici un non-sens, nous verrons pourquoi). Dans d’autres cas, les cahiers de parchemin, libérés des fortes contraintes subies depuis plusieurs dizaines d’années, puis manipulés par les restaurateurs et par les photographes, ont vu leurs dimensions se modifier en raison du caractère hygroscopique du matériau. L’épaisseur de certains volumes excédait désormais de plusieurs millimètres – voire de plusieurs centimètres – la taille du dos de leur ancienne reliure. Décider de remonter ces reliures malgré tout nous aurait obligés à recréer une structure très serrée et rigide. Les discussions avec le conservateur du fonds5 ont mis en lumière deux éléments importants : remettre ces registres dans leur reliure aurait engendré de nouvelles complications de consultation et aurait été néfaste en termes de conservation. Une alternative était donc souhaitable.

Des origines chaotiques

Afin de proposer un projet de reliure au plus près des exigences de chaque objet singulier comme de l’ensemble de la série, nous nous sommes penchés sur le passé matériel de ces documents complexes. La sous-série baptisée « registres du Trésor des chartes » est en fait constituée de deux ensembles : d’une part, les registres des chancelleries royales proprement dits, produits à partir du règne de Philippe Auguste (1204) et jusqu’à celui de Charles IX (1568) ; et d’autre part, un ensemble d’inventaires et de copies des archives royales, rédigés au Moyen Âge et à l’époque moderne6 . Le plus ancien travail de classement (le registre de Pierre d’Etampes) date de 1318, mais ce sont les inventaires menés à bien par Gérard de Montaigu dans les années 1370 qui sont les plus célèbres.

Les registres des chancelleries (Grande chancellerie et chancellerie du Palais) contiennent les enregistrements des actes royaux, où prédominent très rapidement les lettres ayant une valeur perpétuelle (scellées de cire verte) et les décisions à portée individuelle. Ils sont à la fois un outil de gestion, un garant des preuves des possessions rattachées au domaine royal, et la mémoire d’un ensemble de grâces accordées par le roi – rémissions de peines, absolutions, chartes de privilèges, donations, amortissements, anoblissements, légitimations, naturalisations, etc.7 . De l’avis général, les contenus de ces registres peuvent être qualifiés de désordonnés. Moins soignés que les actes eux-mêmes dans la mesure où les registres étaient destinés à l’administration interne, la tenue des volumes manque globalement de rigueur (fig. 4). Certains actes ne sont que partiellement copiés, d’autres sont mélangés, intervertis chronologiquement, ou encore erronés, et certains cahiers ont été ajoutés ou soustraits au cours du temps. On peut y trouver des inscriptions malicieuses dans les marges, et les clercs chargés de rédiger ces registres, probablement payés au nombre de feuillets, ont parfois laissé des indications de comptage8 .  

Figure 4 : Deux feuillets du registre JJ 189 constituées de parchemins de qualité très inégales. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Il est très probable qu’au moment de leur rédaction, les registres n’étaient pas reliés, mais en cahiers séparés, qui étaient d’abord entre les mains des différents clercs rédacteurs des actes, avant d’être regroupés dans un deuxième temps, parfois sans grand souci de cohérence chronologique. Pour Robert-Henri Bautier9 , Gérard de Montaigu a trouvé les volumes à l’état de « tas de cahiers de parchemin maintenus par des ficelles ». L’état actuel des registres nous permet de penser qu’une reliure souple et peu coûteuse en parchemin de remploi a été effectuée à la fin du Moyen Âge. De cette ancienne campagne de reliure, nous conservons seulement les plats supérieurs et parfois inférieurs, intégrés dans les reliures contemporaines par un montage sur onglet (fig.5). Une inscription laissée par un relieur au premier folio de l’un des registres témoigne de la difficulté de travailler avec des cahiers de tailles différentes10 .

Figure 5 : L’ancien plat supérieur en parchemin de remploi remonté dans la reliure moderne du registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Un fonds figé par la reliure ?

Ce système d’enregistrement est peu à peu abandonné dans la seconde moitié du XVIe siècle, les différents organes administratifs du royaume tenant eux-mêmes leurs propres registres. Les volumes sont alors conservés à la Sainte Chapelle, dans le bâtiment du Trésor qui lui donnera son nom. Après les saisies révolutionnaires, le fonds échoit à la jeune institution des Archives impériales puis nationales. Il est placé dans la salle des gardes de l’Hôtel de Soubise, où leur état matériel préoccupe Jean Antoine Letronne, Garde général des Archives de 1840 à 1848. Il décide de confier les précieux volumes à un relieur de la rue Saint-Jacques nommé Hirou. L’artisan, qui travaille également sur des ouvrages de la bibliothèque, facture les reliures des registres du Trésor des chartes à 40 francs l’unité, c’est-à-dire environ quatre fois plus qu’une reliure in-folio plein cuir classique. Un rapport de 1845 nous apprend que Hirou a effectué les reliures des 277 registres de la collection (il s’agit probablement des registres de chancellerie précédemment évoqués, cotés JJ 7 à JJ 266). Ces reliures sont des pleins maroquins brun orangé avec titrage à l’or.

À partir de la fin des années 1850, un atelier de reliure et de restauration est créé au sein même de l’institution des Archives. Le premier ouvrier relieur de des Archives est un dénommé Rose, successeur de Hirou à l’atelier de la rue Saint-Jacques. Il est très vite rejoint par d’autres ouvriers, et les relieurs sont environ six dans l’atelier tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle11 . Les documents de demande de travaux de reliure adressés à l’atelier par les différents chefs de section nous apprennent que depuis la moitié du XIXe siècle, les registres de la série du Trésor des chartes n’ont cessé de passer par l’atelier pour des « raccommodages », des « réparations » ou encore des « réfections de la reliure ». Dans les années 1960, une nouvelle et vaste campagne de reliure concerne une partie des registres.

Malgré l’uniformité apparente de l’ensemble, tous les cas de figure existent : certaines reliures sont celles effectuées par Hirou au début des années 1840, d’autre ont été réparées ou refaites à une ou plusieurs reprises (fig. 6). L’aspect et la structure des registres du Trésor des chartes peut être comparé à un bateau de Thésée, dont la fossilisation, amorcée au milieu du XIXe siècle, a partiellement échoué. Si l’esthétique choisie par Letronne en 1840 est respectée par toutes les générations de conservateurs, relieurs et restaurateurs, la réalité matérielle est stratigraphiquement bien plus complexe. 

Figure 6 : De subtiles différences sont visibles dans les factures des reliures : nature et couleur du cuir, arrondi du dos, qualité du titrage. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Les impératifs structurels et esthétiques

Dans notre cas, la nouvelle reliure à mettre au point devait répondre à deux impératifs principaux : d’une part trouver un compromis entre solidité de la structure et ouvrabilité maximale ; et d’autre part s’insérer harmonieusement dans l’esthétique d’ensemble des reliures du Trésor des chartes. Récemment, quelques volumes de la série ont été reliés de nouveau selon les techniques mises au point par Christopher Clarkson12 et Robert Espinosa13 . Il s’agit de structures adaptées à la conservation à long terme, mettant en œuvre très peu d’adhésif, utilisant des matériaux dont la longévité a été éprouvée14 , et permettant une excellente ouverture des volumes (fig. 7).

Figure 7 : Reliure de conservation type Clarkson réalisée récemment sur le registre JJ 7. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Néanmoins, malgré leurs nombreuses qualités, l’adaptabilité de ce type de reliure diminue à mesure que la taille et le poids du volume augmentent. La majorité des registres de chancellerie du Trésor des chartes sont de très grands ouvrages, parfois très épais, et presque entièrement constitués de parchemin. En outre, l’identité esthétique très marquée de la série nous impose d’obtenir un résultat visuel proche de celui mis en place dans les années 1840. La future reliure devra donc présenter un dos en maroquin brun orangé, des nerfs (vrais, faux ou simulés par des filets au froid naturel), et un titrage à l’or. La qualité des maroquins produits aujourd’hui ne correspond pas aux principes de conservation les plus élémentaires15 le cuir devra donc être isolé du document original.

Une structure sur mesure

La couture est la colonne vertébrale du livre relié, elle détermine en grande partie la solidité et l’ouvrabilité du volume. Ces deux variables sont inversement proportionnelles : plus un livre relié s’ouvre à plat et moins sa structure est solide. Avant le XIXe siècle, presque tous les livres sont cousus sur des supports externes, c’est-à-dire saillants sur le dos. Ces supports assurent un certain maintien du volume à l’ouverture et à la fermeture. A partir du XIXe siècle, on cherche à obtenir des dos longs (sans nerfs), et les premières coutures sur rubans et sur ficelles grecquées apparaissent (fig. 8). La perte de solidité engendrée par ces coutures est souvent compensée par une apprêture16 très importante qui peut parfois aller jusqu’à bloquer complètement le dos et réduire drastiquement les possibilités d’ouverture.

Figure 8 : De gauche à droite : couture à chevrons sur double lanière de cuir fendu torsadé, couture droite sur lanière de cuir plate fendue, couture droite sur double nerf (septain de chanvre), couture à chevrons sur doubles nerfs (septains de chanvre), couture compensée ou bordée sur nerf simple (septain de chanvre), couture simple sur nerf simple (septain de chanvre), couture sur ficelle grecquée, couture sur rubans. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Dans une perspective de conservation à long terme, l’enjeu principal de la couture est d’accompagner les mouvements engendrés par l’ouverture et par la fermeture, et d’amoindrir les contraintes mécaniques. Le dos d’un livre, de forme concave lorsque celui-ci est fermé, devient progressivement convexe à l’ouverture17 . Si aucun support n’est présent ou s’il est insuffisant, l’arrondi formé par les cahiers lorsque le volume est ouvert risque de rompre, formant un angle caractéristique (fig. 9). Cette cassure est bien souvent à l’origine d’une série d’altérations pouvant parfois mener à une fragmentation de l’objet. Il est donc fondamental de répartir les tensions mécaniques exercées à l’ouverture sur un support approprié.

Figure 9 : Exemple de cassure de l’arrondi concave du dos. Photo : Lucie Moruzzis.

Il nous a semblé qu’une couture sur nerfs serait la plus adaptée à notre cas. Le registre coté JJ 189 (chancelleries de Paris et de la Cour, 1454-1461) mesure 365 mm de hauteur, 365 mm de largeur et 90 mm d’épaisseur, il est composé exclusivement de cahiers de parchemins. Relié au début des années 1960 et démonté pour être numérisé, il a été choisi pour réaliser un prototype. Afin de maintenir le poids des feuillets lors des manipulations, la couture a été effectuée sur quatre supports doubles faits de septains de chanvre. Nous avions envisagé de renforcer cette couture par un gainage supplémentaire, afin de créer un effet ressort (fig. 10).

Figure 10 : Première solution envisagée de gauche à droite : couture droite sur doubles nerf (septain de chanvre), la même couture renforcée par un fil mis en évidence par une teinture verte, la même couture renforcée par un fil blanc. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Lors de la rencontre thématique organisée par l’ARSAG (Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques) en 2019 autour du thème de la préservation du livre, Paulina Muñoz Del Campo, conservatrice-restauratrice d’arts graphiques et livres (atelier Art&.), a présenté une technique de renfort de couture mise au point par ses soins18 . Adapté d’un galon de passementerie (symétrique à nœuds plats), ce procédé consiste à effectuer des nœuds alternés de chaque côté du support après couture (fig. 11). La plasticité du résultat est parfaitement adaptée aux exigences de maintien du dos, et les essais effectués en atelier ont fini de nous convaincre.

Figure 11 : Schéma du point de renfort mis au point par Paulina Muñoz Del Campo. Schéma : Paulina Muñoz Del Campo.

Nous avons donc réalisé avec succès ce point de renfort sur la couture de JJ 189 (fig. 12). La réalisation de tranchefiles à point arrière (technique mise au point par Christopher Clarkson) a complété le maintien mécanique du dos.

Figure 12 : Le point de renfort effectué sur la couture du registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Pour parfaire la solidité de l’ensemble, les supports de couture ainsi que les âmes de tranchefiles ont été passés dans des plats en carton de conservation, et des claies en toile de coton ont été appliquées sur le dos et sur les contreplats (fig. 13).

Figure 13 : La reliure du registre JJ 189 après passure en cartons. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

À ce stade, la structure se suffit à elle-même et répond efficacement aux exigences mécaniques liées aux dimensions importantes des volumes. Une coque en papier japonais moulée sur le dos permettra par la suite de réaliser un habillage amovible constitué de maroquin brun orangé pour le dos et de parchemin pour les plats (fig. 14). Le cuir du dos pourra alors être doré de la même manière que les autres volumes de la série. Cette jaquette sera maintenue sur le registre par un simple jeu de pliage, il sera donc extrêmement aisé de la remplacer si besoin. 

Figure 14 : La couvrure amovible effectuée sur une coque en papier japonais (maquette de travail). Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Conclusion

L’intervention de remplacement d’une reliure ancienne n’est jamais anodine. Elle nécessite de trouver un équilibre, nécessairement basé sur des compromis et des renoncements, qui respecte le plus possible les exigences de maintien mécanique, de conservation à long terme, et d’insertion esthétique dans un ensemble dont la cohérence apparente est souvent toute relative. Entre passé matériel complexe d’un objet et avenir d’une discipline en perpétuel questionnement, les interventions de conservation-restauration menant à la confection d’une nouvelle reliure sur des documents anciens sont un riche et passionnant champ d’exploration pluridisciplinaire.

Figure 15 : L’efficacité du maintien apporté par la couture, le point de renfort adapté de la passementerie, et le bâti permettent au registre JJ 189 de conjuguer ouverture optimale et structure solide et durable. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Lucie Moruzzis
Archives nationales de France

  1. Voir l’Introduction à l’histoire du fonds dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales. Voir également, pour une mise en perspective plus récente de l’histoire du Trésor des chartes, Potin Y., La mise en archives du Trésor des chartes, thèse de l’École des chartes, 2007 : positions. []
  2. Bautier R.-H., « Quand et comment Paris devint capitale », Bulletin de la Société d’Histoire de Paris 105 (1978), pp. 17-46. []
  3. Voir par exemple le mandement de décembre 1231 adressé depuis Vernon par Louis IX à Adam, son concierge du palais de Paris, pour qu’il permette à un clerc de la cour de venir copier des lettres du comte de Flandres qui sont conservées dans le dépôt (Arch. nat., J 1022, n° 3). []
  4. Potin Y., « Archives en sacristie. Le trésor est-il un bâtiment d’archives ? Le cas du « Trésor des chartes » des rois de France (XIIIe-XIXe siècle) », Livraisons d’histoire de l’architecture 10, n°1 (2005), pp. 65-85 : https://www.persee.fr/doc/lha_1627-4970_2005_num_10_1_1016 . []
  5. M. Jean-François Moufflet, que nous remercions pour sa collaboration et son aide bienveillantes. []
  6. Scheurer R., « L’enregistrement à la chancellerie de France au cours du XVe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes 120, no 1 (1962), pp. 104‑129 : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1962_num_120_1_449637. []
  7. Portugal E., « Le miroir et la plume, Registres, notaires-secrétaires et chancellerie royale au cœur du XIVe siècle », Circé. Histoire, Savoirs, Sociétés, no 3 (2013) : http://www.revue-circe.uvsq.fr/le-miroir-et-la-plume-registres-notaires-secretaires-et-chancellerie-royale-au-coeur-du-xive-siecle/. []
  8. Bautier R.-H., « Recherches sur la chancellerie royale au temps de Philippe VI (deuxième article) », Bibliothèque de l’École des chartes 123, no 2 (1965), pp. 313‑459 : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1965_num_123_2_449700. []
  9. Cité par Emmanuelle Portugal, Ibid. []
  10. Cité par Rémy Scheurer, Ibid., Archives nationales JJ 68 (1331-1349) f°1 R° : (« non inveni principuum hujus quaterni et erat iste liber totus diffusus et dispersus per folia et quaternos et ipsos coadunavi et hoc modo consui ». []
  11. Ces événements sont documentés par les « archives des Archives » (série AB des Archives nationales), notamment aux cotes AB XLIV et AB XXIV. []
  12. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its potential as a conservation type structure for the rebinding of early printed book, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  13. Espinosa R., « The limp velum binding : a modification », The new bookbinder 13 (1993), pp. 27-38. []
  14. Le cuir mégissé pour les supports de couture, le lin pour le fil de couture, le papier japonais pour l’apprêture, et le parchemin pour la couvrure. []
  15. Aubry T. et al., « Sélection d’un cuir de veau de tannage végétal destiné à la restauration de livres anciens, Premiers résultats », Actualités de la conservation 25 (2006) : https://multimedia-ext.bnf.fr/lettres/conservation/html/cn_act_num25_art2.htm. []
  16. Ce terme désigne l’ensemble des matériaux (papier, parchemin ou textile) collés sur le dos des cahiers cousus afin de le renforcer. []
  17. Conroy T., « The movement of the Book Spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987) : https://cool.conservation-us.org/coolaic/sg/bpg/annual/v06/bp06-01.html. []
  18. Un article à paraître dans le prochain numéro de la revue Support tracé présentera les multiples possibilités offertes par cette technique : http://arsag.fr/support-trace.html. []

Exposition « Incu…quoi !? » : les incunables à Saint-Omer

La bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer conserve plus de 200 éditions d’incunables, imprimées par près d’une centaine d’ateliers des Pays-Bas, de la vallée du Rhin, de l’Italie du Nord et de France. Récemment, ces livres ont fait l’objet d’un récolement par l’équipe patrimoniale à partir des notices préliminaires du Catalogue régional des incunables conservés en France, en vue de la finalisation du volume de cette collection, consacré à la région Nord-Pas-de-Calais.

Ce vaste projet catalographique est initié dans la seconde moitié du XIXe siècle, par Marie Pellechet, qui s’attèle au Catalogue général des incunables des bibliothèques de France. Elle commence à en publier des volumes dès les années 1870, mais elle ne peut achever son répertoire. C’est à partir de ce travail que l’on reprend le catalogage des incunables conservés en France, sous la forme des catalogues régionaux (CRI).

La campagne de rédaction de ces catalogues est lancée en 1979 par la Direction du Livre et de la Lecture : le premier CRI réalisé est celui de Champagne-Ardenne, par Jean-Marie Arnoult. Tous les incunables conservés dans des collections publiques ou privées sont concernés, quel que soit le statut de l’établissement, à condition que l’accès aux collections soit possible. En 2012, près de la moitié des CRI est réalisée. Leur conversion rétrospective est en cours d’étude par le Service du Livre et de la Lecture (SLL) et le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance de Tours.

L’ancienne région Nord-Pas-de-Calais est une très riche en incunables (env. 1500 exemplaires), dont la plupart sont restés dans leurs lieux d’origine. C’est dans ce cadre que le CRI IX a été entamé et bien avancé dans les années 1980, par Frédéric Barbier alors conservateur à la bibliothèque municipale de Valenciennes. Le travail a été commencé à une époque où les standards de description étaient moins détaillés qu’aujourd’hui, notamment en ce qui concerne les données d’exemplaires. Un fascicule préliminaire, décrivant les collections d’Arras, de Bergues, de Lille et de Valenciennes, est publié par l’Association des Bibliothécaires de France en 1982.

A la fin des années 1990, Pierre Aquilon, du Centre d’Etudes Supérieur de la Renaissance de Tours, reprend le travail de F. Barbier et complète les notices selon les nouveaux standards de description. En janvier 2012, le SLL, en accord avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles pour le Nord-Pas-de-Calais, a décidé de relancer un chantier, en y associant les responsables des fonds anciens des bibliothèques concernées en région, avec la collaboration de P. Aquilon. Ils en confient la coordination au Centre Régional du Livre, qui la délègue à son tour à Marie-Claude Pasquet (bibliothécaire indépendante), afin de procéder à la remise à niveau des notices du CRI IX et de publier le volume.

Celui-ci est désormais sous presse, c’est l’occasion pour la BAPSO de contribuer à la valorisation de cette collection à travers une nouvelle exposition patrimoniale, qui vous permettra de découvrir quelques-uns de ses fameux incunables.

Illustration 1: affiche de l’exposition

Constitution de la collection d’incunables de Saint-Omer

La bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer est dépositaire d’une collection de livres et de documents anciens qui témoigne par son contenu de la richesse culturelle de l’Audomarois depuis le Haut Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine. La majorité des livres anciens proviennent des bibliothèques des grandes maisons religieuses de la région rassemblées dans le dépôt littéraire de Saint-Omer constitué en Ventôse de l’an II de la République. On y conserve actuellement 211 éditions incunables réparties en 133 volumes dont 39 recueils. Les provenances institutionnelles nous sont connues pour 131 volumes.

La collection d’incunables la plus importante est celle de la Chartreuse du Val de Sainte-Aldegonde à Longuenesse, dont la fondation remonte à 1298. Cet ensemble comprend 18 volumes avec des ex-libris presque tous du XVe siècle. Le contenu de la bibliothèque des Chartreux de Longuenesse attend encore d’être étudié. Il est intéressant de constater qu’il ne nous reste qu’une vingtaine de manuscrits dont la provenance est attestée, soit à peine plus que d’incunables. Par ailleurs, la plupart des manuscrits des Chartreux sont des livres de dévotions, tandis que leurs incunables présentent une plus grande diversité de contenu. Le mode de fonctionnement des couvents de Chartreux, où les religieux vivent isolés dans leurs cellules, n’a probablement pas facilité la constitution d’une vaste bibliothèque commune dès les premières années de l’existence de cette maison. Il semble néanmoins que le développement de l’imprimerie a facilité l’achat de livres pour la communauté qui a pu ainsi enrichir sa bibliothèque à l’époque moderne.

Puis vient l’abbaye de Saint-Bertin, fondée au milieu du VIIe siècle, dont le scriptorium fut l’un des plus importants et des plus actifs de la région. Il ne faut donc pas s’étonner que, parmi les provenances connues des incunables audomarois, Saint-Bertin n’arrive qu’en seconde position avec 13 volumes – sous réserve d’identifier la provenance des autres volumes. La richesse en manuscrits de sa bibliothèque a probablement rendu inutile l’acquisition de versions imprimées à la fin du Moyen Âge. D’ailleurs, la plupart des ouvrages du XVe siècle semblent n’avoir rejoint la bibliothèque de l’abbaye que bien plus tard, peut-être au titre d’objets de collection plus que pour leur utilité réelle. La plupart des autres incunables de Saint-Bertin portent des mentions datées du XVIIe siècle.

Ainsi le fameux exemplaire de la Bible à 42 lignes porte l’ex-libris de Mommelin le Riche, abbé entre 1706 et 1723, alors que Saint-Bertin possédait déjà un grand nombre d’éditions bibliques à cette époque.

Illustration 2 : ex-libris de Mommelin le Riche

L’ex-libris de Mommelin se trouve également dans le volume des épitres de Jérôme, imprimé à Strasbourg par Johann Mentelin après 1469, où l’on retrouve également les mêmes signes paratextuels de lecture. La description du contenu du volume des épîtres hiéronimiennes est de la même main que la liste des livres vétérotestamentaires portée au premier feuillet de la B42 audoamroise. Il nous faut cependant relativiser l’hypothèse de l’acquisition par Mommelin le Riche des incunables portant son ex-libris car il peut s’agir aussi d’un simple témoignage du financement d’un train de reliure sur les fonds propres de l’abbé ou encore d’une sélection parmi les livres de l’abbaye faite par ce dernier pour se constituer une bibliothèque personnelle. La troisième provenance la plus importante est celle du séminaire épiscopal, créé en 1604 par l’évêque Jacques Blase. Cet ensemble compte 12 incunables, donc 5 ont été offerts par François-Joseph De Lannoÿ, chanoine de Notre-Dame de Saint-Omer. Le patronyme de Lannoy étant assez répandu dans la région, on ne peut affirmer que ce chanoine appartienne à l’illustre famille des comtes de Lannoy.

De la bibliothèque de l’abbaye Notre-Dame de Clairmarais, fondée à la fin du XIIe siècle, proviennent 10 incunables. 7 autres incunables appartenaient aux Jésuites anglais, 5 aux Capucins de Saint-Omer, 4 à l’évêque Jacques Blase, 4 aux Dominicains, 3 aux Franciscains, 3 au chapitre, 1aux Jésuites français et 1 aux Carmélites.

La Bible de Gutenberg de Saint-Omer

Le plus célèbre de nos incunables, et probablement aussi de tous nos livres anciens, est sans conteste la Bible, imprimée sur papier, avant août 1456, par Johannes Gutenberg à Mayence. La bibliothèque possède en effet le seul exemplaire conservé en province des cinq possédés par la France (les quatre autres sont à la Bibliothèque Nationale et à la Mazarine), sur les 49 repérés à ce jour dans le monde. C’est à Marie Pellechet que l’on doit la « redécouverte » de cette Bible en 1892, dont l’annonce fut publiée l’année suivante dans le Journal des Savants. Mais, en réalité, le volume avait déjà été identifié vers 1807 par J.-C.-J. Aubin, premier bibliothécaire de Saint-Omer, dans son catalogue, repris par Hector Piers dans ses Variétés historiques sur la ville de Saint-Omer (1832, p. 199-201).

Illustration 3 : extrait du catalogue manuscrit d’Aubin signalant la présence de la Bible de Gutenberg 

 L’exemplaire audomarois est toutefois incomplet puisqu’il ne comprend que le premier tome, contenant l’Ancien Testament, dont le détail des livres est inscrit à la main dans la marge supérieure du premier feuillet.

Illustration 4 : le premier feuillet de la Bible

C’est une impression très sobre, qui ne comprend qu’une seule initiale filigranée au début des Psaumes. Elle est imprimée sur papier et en excellent état.

Illustration 5 : feuillet avec initiale filigranée

Elle a fait l’objet d’une première restauration au XVIIe siècle. On lui a remplacé le feuillet 241 par une page de parchemin, dont l’écriture semble chercher à imiter la typographie du volume. Et une seconde restauration, « drastique » est réalisée par les ateliers de la BnF en 1953, qui n’a malheureusement pas conservé les défaits de la reliure moderne, mais a quand même pris soin de conserver l’ex-libris armorié de l’abbé Mommelin le Riche qui se trouvait sur le contreplat supérieur.

Illustration 6 : la première restauration du XVIIe siècle, avec feuillet manuscrit imitant l’imprimé (g.) en regard du feuillet imprimé suivant (d.)

Les « rarissimes » de Saint-Omer

Outre la bible de Gutenberg, la collection audomaroise compte quelques éditions rares ou célèbres dans le monde des bibliophiles. La BASPO conserve ainsi l’un des 11 exemplaires actuellement recensés dans le monde, du Sermo super psalmum L : Miserere mei Deus de Jean Chrysostome, imprimé par Ulrich Zell à Cologne en 1466.

Elle a aussi un unicum: la confirmation de la nomination de Jean le Vasseur, prieur des Dominicains de Saint-Omer, comme inquisiteur dans les diocèses de Thérouanne, Cambrai, Arras et Tournai, imprimée à Audenarde chez Arend de Keysere, ou à Louvain, chez Herman van Nassau et R. Loeff, le 15 juin 1480.

Plus récemment encore, nous avons trouvé, dans l’une de nos reliures du XVIe siècle, deux rares placards anopisthographes (qui ne sont pas imprimés au verso) sur parchemin imprimés à Lübeck par Steffen Arndes, vers 1490. Il s’agit d’indulgences, promulguées au nom de Raymond Perraud, commissaire pontifical, pour inciter les Chrétiens à prendre part à l’expédition contre les Turcs.

Illustration 7 : indulgence imprimée par Steffen Arndes (Lübeck, vers 1490)

En 2013, un nouvel incunable a été identifié. Il s’agit du Circa materiam statutorum de Baldus de Ubladis, imprimé à Milan, par Uldericus Scinzenzeler en juillet 1497. Et, en 2015, c’est un fragment du feuillet signé s2 de l’édition vénitienne de la Somme Théologique de Thomas d’Aquin (Part 2, qu. 90, art. 1), imprimée par Johannes de Colonia et Johann Manthen le 20 juin 1480, qui est découvert parmi les gardes d’un petit Psautier hébreu, du XVIe siècle, imprimé par Froben en 1563 et provenant du collège des Jésuites anglais de Saint-Omer (inv. 4703 bis).

Illustration 8 : fragment de la Somme théologique imprimée en 1480 retrouvé dans les gardes du Psautier de Froben

Enfin, durant l’été 2018, un autre incunable est retrouvé dans un de nos recueil. Il s’agit du Fasciculum temporum de Werner Rolevinck, imprimé à Venise par Erhard Ratold le 8 septembre 1485.

Une découverte de dernière minute

Le mardi 17 septembre 2019, en rédigeant la notice du manuscrit 510, pour l’intégrer à la Bibliothèque Numérique de la BAPSO, nous avons « re »-découvert le 211e incunable de notre catalogue. Ce volume est un recueil factice qui a été composé au XVIIe siècle à partir de deux documents. Au début du volume, feuillets 1 à 158v., on trouve une copie manuscrite des Perles du Décret et des Décrétales, une sorte d’index composé par le juriste et dominicain, et archevêque de Gnesen Martin de Troppau, réalisée probablement au début du XVe siècle. Ce volume a donc été rangé parmi le fonds manuscrit dont c’est le n° 510. Mais la seconde partie de ce recueil (f. 160-217) est constitué par un exemplaire du traité de procédures judiciaires de Johannes Auerbach, imprimé à Louvain par Johann von Paderborn, le 28 mai 1475. C’est donc bien un incunable, mais il n’avait jamais été signalé comme tel dans nos inventaires.

Illustration 9 : dernières pages de l’imprimé de Louvain, 1475

Il existait pourtant un signalement de cet incunable, fait par Micheland dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements. Publié sous les auspices du Ministre d’État — Tome III. (Paris, Imprimerie impériale, 1861), p. 229 : « A la suite on a relié le Judiciarius ordo, sive processus, de Nicolas de Tudesco, connu sous le nom de Panormitanus, exemplaire imprimé à Paderborn, en 1475 ». Mais l’absence du terme « incunable », et surtout l’inversion qui est faite entre le nom de l’imprimeur et la ville d’impression, ont certainement contribué à l’anonymat de cette mention. En effet, Jean de Paderborn (ou Jean de Westphalie) est le nom du premier imprimeur de Louvain, mais il n’y a jamais eu de presses à Paderborn – en tout cas pas au XVe siècle…

Rémy Cordonnier
Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer

L’exposition “Incu…quoi!? Les Incunables audomarois, au berceau de l’imprimerie” est ouverte aux visiteurs jusqu’au 18 décembre 2019.

Un trésor caché à Toul: deux volumes des œuvres de Jean Raulin

Cette semaine nous inaugurons une nouveau type de billet qui se propose de présenter et d’analyser un cas particulier en utilisant les divers apports de l’archéologie du livre et de la bibliographie matérielle.

La bibliothèque municipale de Toul conserve une modeste collection d’un peu plus de cent livres des XVe et XVIe siècles. Mais une des leçons les plus importantes que je tire des nombreuses prospections effectuées dans des fonds patrimoniaux européens, est qu’il n’est pas nécessaire de détenir une grande collection pour avoir des livres remarquables. Les deux volumes des œuvres de Jean Raulin de cette bibliothèque, imprimés au début du XVIe siècle, illustrent parfaitement cette constatation.

Illustration 1 : La première page de titre des volumes de la BM de Toul.

Jean Raulin était un des grands prédicateurs français de la seconde moitié du XVe et du début du XVIe siècle. Né vers 1443, sa vie fut marquée par l’apparition et le développement de l’imprimerie qui diffusa son œuvre latine à travers l’Europe. Théologien de l’université de Paris, il avait intégré le Collège de Navarre, un des fleurons de l’enseignement religieux où s’étaient d’abord propagées les idées de l’humanisme en France1. Le collège était un centre intellectuel important avec des auteurs très actifs dont la production occupa les presses parisiennes et notamment, au XVIe siècle, celles de l’atelier du Soleil d’Or de Claude Chevallon et de Charlotte Guillard2. Dans ce cadre foisonnant, Raulin fut un personnage de premier plan des réformes des institutions ecclésiastiques s’impliquant tant à Cluny, où il se « retira » en 1497, qu’à Paris où il continua à agir en fervent défenseur de la méritocratie3.

Illustration 2 : Jean Raulin, Collatio de perfecta religionis plantatione, Paris : Guy Marchant pour les frères Marnef, 1499, a1v-a2r.

Malgré cette forte implication et des prêches réformistes confirmant son action, il ne commença à publier que relativement tard. Son premier livre imprimé fut publié en 1498 à Bâle, puis l’année suivante à Paris4. Mais le succès fut alors au rendez-vous et ses écrits connurent une belle diffusion avec une vingtaine d’éditions rien qu’à Paris dans le premier quart du XVIe siècle. Cette réussite est le cadre dans lequel deux volumes aujourd’hui conservés à la bibliothèque municipale de Toul furent formés.

Comme Jean Raulin était natif de Toul, il n’est peut-être pas surprenant de trouver des œuvres d’un enfant du pays dans la bibliothèque locale. Pourtant leur présence n’était pas une évidence : la collection de la bibliothèque de la ville qui fut créée en 1832 provenait, surtout, des quelques 12 000 volumes confisqués à la Révolution à quatorze établissements religieux locaux. Ce fonds aurait donc dû être richement pourvu de livres patrimoniaux. Or il n’en est rien : à cette date il ne restait plus que 1500 volumes5. C’est-à-dire qu’entre la période des confiscations et la mise en place de la bibliothèque près de quarante ans plus tard, le fonds avait été réduit à bien peu de choses, sans doute le résultat de ventes, mais également d’avoir été copieusement dépouillé par des bibliophiles et des opportunistes. L’envergure des pertes est telle que la bibliothèque de Toul n’a pas attiré les chercheurs, et ses volumes ont été omis de la plupart des ouvrages célébrant le patrimoine écrit lorrain.

Pourtant, dans le cas qui nous intéresse, les exemplaires semblent être arrivés dans la région relativement tôt. Sur une page de garde de fin du premier volume se trouve une mention manuscrite du seizième siècle indiquant que le livre devait servir au couvent de Nancy (« Pro convētu Nanceyano »). De là les volumes passèrent dans des mains privées : les deux possèdent des ex-libris imprimés sur lesquels figurent le blason de la famille de Rarécourt de la Vallée, dont les membres furent également marquis de Pimodan6.

Illustration 3 : Page de garde du second volume avec l’ex-libris héraldique, BM Toul.

Cette possession privée renvoie indubitablement à une période postérieure aux saisies révolutionnaires : sur une des pages de garde du second volume, une main du XIXe siècle a ajouté la mention « Second volume des Sermons de // Jean Raulin. // [filet] » pour palier à l’absence d’une page de titre. Cette indication est amputée de la fin de la première ligne qui se trouve sous l’ex-libris apposé donc plus tardivement. Les volumes ont ainsi intégré la collection bien après la période la plus trouble de la bibliothèque et évité ainsi le triste sort réservé aux autres ouvrages.

Cette longue vie hors des collections patrimoniales ne semble pas avoir résulté dans des altérations profondes des deux volumes qui ont gardé à bien des égards l’apparence qu’ils devaient avoir dès leur reliure première au début du XVIe siècle. Cette dernière semble de prime abord relativement simple : la peau de la couvrure a été travaillée à froid sur les deux volumes avec des motifs modestes. Cependant un examen plus approfondi révèle des caractéristiques plus singulières. Les plats du premier volume ont chacun leur propre motif, l’un dominé par une série de ligne verticale, l’autre par des losanges. Le second volume offre une cohérence visuelle entre les deux plats, mais selon un autre type avec huit médaillons. Ces motifs sont schématisés ci-dessous – avec l’ajout de numéros de référence supplémentaires pour compléter la liste des décors identifiés et dessinés par Denise Gid7.

Illustration 4 : Motifs des plats de reliure estampés à froid.

Cette variété pourrait faire penser à des réemplois de plats, surtout dans la mesure où les dos des reliures ont souffert de restaurations relativement brutales. Cependant, au-delà d’une certaine harmonie dans le décor, certains détails laissent penser qu’il s’agit bien de reliures d’origine qui furent confectionnés ensemble. Le premier élément est l’utilisation du même fragment de manuscrit collé sur l’intérieur des ais en bois. Ces feuillets proviennent d’un exemplaire du Speculum doctrinale de saint Vincent de Beauvais (du chapitre 86 « De casibus in quibus appellare prohibetur » du livre huit « De actionibus, sive de illa parte juris, quae pertinet ad actiones »). Ce texte ayant rapidement été imprimé, nous connaissons quatre éditions incunables8. Avec deux imprimés produits non loin à Strasbourg, le manuscrit devait sembler superflu. Il provenait par ailleurs peut-être d’une bibliothèque locale, voire de la bibliothèque dans laquelle l’imprimé fut intégré9.

Illustration 5 : Intérieur du plat du premier volume.

Notons, également un autre détail : sur cette photo (et encore mieux ci-dessous) on remarque les restes d’attaches servant à accueillir une chaîne sur le second volume. Il en découle que le livre était alors dans une bibliothèque publique, ce qui renforce l’idée que le couvent de Nancy était peut-être le possesseur pour qui la reliure avait été initialement faite. En enchaînant le livre on permettait sa consultation sans avoir à s’inquiéter des possibilités de vol ou d’un « emprunt » d’un des membres de la congrégation.

Illustration 6 : Les restes de la structure métallique attachant la chaîne au ais en bois.

Pour être cohérent, le premier volume devrait également avoir ces restes, ce qui n’est pas le cas. Cependant, on remarque que, sur cette première partie, la restauration de la reliure a été encore plus lourde. Si l’on regarde le plat, on différencie aisément entre la peau qui a servi à confectionner la couvrure d’origine et celle employée lors de la restauration (illustration 7). Or, on note que cette seconde peau fait une entaille pour couvrir précisément la zone où se seraient trouvées les attaches pour la chaîne. Si on compare avec l’extérieur du plat du second tome, on voit clairement comment ces attaches pouvaient abîmer la peau et la pression exercée par la chaîne nécessiter une restauration (illustration 8).

Illustration 7 : Plat du premier volume avec une restauration (à droite).

Notons également une autre ressemblance importante entre les deux volumes : la forme des fermoirs. Denise Gid dans son étude des reliures françaises estampées à froid de cette période aujourd’hui conservées à la Bibliothèque Mazarine identifie et schématise 17 types différents de fermoirs, montrant la variété possible10. La présence des mêmes fermoirs (le modèle numéro 6) représente un argument supplémentaire pour considérer que les deux reliures furent confectionnées au même moment et dans le même atelier et ce malgré leur apparence différente.  

Illustration 8 : Plat du second volume avec le fermoir et le cuir endommagé.

Enfin, sur cette question, notons la marque dans le cuir des deux reliures de deux éléments désormais absents. L’illustration 8 laisse voir que dans les deux cas il y avait eu à l’origine deux bouillons en forme de losange qui protégeaient les plats des livres qui ne possédaient pas les attaches et la chaîne. Ces quatre bouillons ont logiquement été enlevés des reliures lorsque les livres ont cessé d’être attachés de cette manière et ont intégré des étagères normales, où leur rangement aux côtés d’autres volumes nécessitait des surfaces lisses pour ne pas abîmer les plats des livres voisins.

Illustration 9 : les marques de bouillons aujourd’hui disparus (volume 1 et 2).

Ces changements dans le rangement des volumes sont également confirmés par la présence sur le second volume d’une étiquette apposée sur le plat juste au-dessus du bouillon supérieur. Cela suggère que le livre était posé avec le plat visible pour permettre au lecteur potentiel d’en identifier le contenu sans ouvrir le volume. Elle est malheureusement désormais trop usée pour être aisément déchiffrée. Tous ces traits sont caractéristiques des reliures des premières décennies de l’arrivée du livre imprimé en France et suggèrent qu’elles furent façonnées presque immédiatement après la fabrication et l’achat des livres. Pour la datation des reliures, les détails des éditions qui constituent le contenu des volumes fournissent, bien évidemment, un terminus post quem utile.

Illustration 10 : L’étiquette du plat du second volume.

Les volumes de Toul sont des recueils qui contiennent des exemplaires de trois éditions d’œuvres de Raulin du début du XVIe siècle. La partie principale est formée des sermons du prédicateur et intitulée Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia. L’édition fut imprimée en 1512 pour le puissant libraire parisien Jean Petit avec le matériel des ateliers des imprimeurs André Bocard et Berthold Rembolt qui semblent s’être partagé la tâche11 . C’était une stratégie  courante à Paris qui permettait d’imprimer un livre plus rapidement en divisant le texte entre deux ateliers qui utilisaient un matériel typographique similaire12 .

Le deuxième ouvrage inclus dans ces volumes est une autre série de sermons, Itinerarium paradisi, complectens sermones de penitentia, également publiée par Jean Petit, mais cette fois en 151413 . Le dernier texte est son Opus sermonum de Adventu issu de le même presse et pour le même libraire que le précédent et imprimé en 151614 . Dans les trois cas, les exemplaires sont oubliés de toutes les grandes bibliographies comme l’USTC ou BP16, la bibliographie des éditions parisiennes du XVIe siècle de la Bibliothèque nationale de France15 – et ne sont, par ailleurs, pas encore signalés sur le catalogue en ligne de la bibliothèque.

L’ensemble semble ainsi très cohérent, mais deux éléments attirent l’attention. Le premier est l’ordre et l’organisation des pièces. Dans le premier volume, la première partie du premier ouvrage est suivie par la deuxième édition. Suit alors dans le deuxième volume la deuxième partie du premier ouvrage puis la troisième édition. En d’autres termes, la deuxième édition fut insérée entre la première et la deuxième partie du Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia. La raison pour cette inversion semble être l’équilibre physique des volumes. La première et la deuxième partie étant trop grosses pour être mises ensemble, on aurait pu faire simplement un troisième volume comprenant les deux autres œuvres, mais ici l’argument économique semble avoir joué et on a préféré un enchaînement illogique mais moins coûteux.  

Une seconde particularité de ces volumes est plus difficile à expliquer. Immédiatement après la première page de titre, on trouve collé en page volante la page de titre d’une autre œuvre de Jean Raulin qui n’est pas incluse dans ces volumes.

Illustration 11 : Page de titre insérée plus tardivement dans le premier volume.

La page annonce une édition de sermons légèrement postérieure aux trois autres, publiée en 1520, toujours à Paris, mais cette fois pour les Marnefs16. Quel était l’intérêt ou le but d’insérer ce feuillet dans le volume ? Il semble s’agir d’une indication de l’existence d’une autre œuvre qui aurait pu être ajoutée à ce volume. La première édition du Doctrinale mortis date en effet de 1518, soit deux ans après la dernière pièce incluse dans ce recueil17 et on peut spéculer que les volumes étaient déjà constitués à cette date. Il se peut également que cette édition ne fut pas ajoutée parce que, contrairement aux autres, elle est en format in-octavo et non in-quarto et donc ne pouvait être aisément reliée aux éditions de Jean Petit. Cependant ces solutions ne résolvent pas le problème de savoir pourquoi le feuillet fut détaché de son édition d’origine. On serait tenté d’y voir une feuille promotionnelle mais comme le verso est également imprimé cela semble peu probable.

Peut-être s’agissait-il simplement de la page de titre d’un exemplaire incomplet, un défet qui trouvait là une raison d’être et évitait ainsi le terrible sort que Gabriel de Rarécourt de la Vallée, marquis de Pimodan, celui-là même dont les armes furent ajoutées aux volumes, prédisait à son propre livre de poésies : « De la boutique du libraire, // Tu t’en iras chez l’épicier18 ». Conservée au sein d’un recueil d’œuvres du même auteur, la page de titre, au moins, fut préservée.

Malcolm Walsby
Enssib, Université de Lyon


 

  1. Gilbert Ouy, « Le Collège de Navarre, berceau de l’humanisme français », Actes du 95e congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970, Paris : Bibliothèque nationale, 1974, I, 276-299. []
  2. Rémi Jimenes, Charlotte Guillard : une femme imprimeur à la Renaissance, Tours : Presses universitaires François Rabelais de Tours, 2017, p. 85-87. []
  3. Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des réformes : France, 1480-1560, Seyssel : Champ Vallon, 2001. []
  4. Jean Raulin, Collatio de perfecta religionis plantatione, d’abord à Bâle par Johann Bergmann, le 22 juin 1498, GW M37139, et à Paris par Guy Marchant pour les frères Marnef, le 16 novembre 1499, GW M37142 []
  5. Fabienne Didier, « Toul, médiathèque municipale » dans Patrimoine des bibliothèques de France. 3. Champagne-Ardenne, Lorraine, Paris : Payot, 1995, p. 124-125. []
  6. Victor Bouton, Nouveau traité de blason ou science des armoiries mise à la portée des gens du monde et des artistes, Paris : Garnier frères, 1863, p. 440. []
  7. Denise Gid, Catalogue des reliures françaises estampées à froid (XVe-XVIe siècles) de la Bibliothèque Mazarine, Paris : Centre national de la recherche scientifique, 1984, Tome 2. []
  8. Dans l’ordre chronologique, ces éditions furent imprimées à Strasbourg vers 1478 (GW M50558 et M50560), à Nuremberg en 1486 (GW M50555) et à Venise en 1494 (GW M50566). []
  9. Sur ce type de pratiques voir Bart Jaski, « Collecties handschrift-fragmenten in de Universiteitsbibliotheek Utrecht » dans Bart Jaski, Marco Mostert, et Kaj van Vliet (dir.), Perkament in stukken: Teruggevonden middeleeuwse handschriftfragmenten, Hilversum : Uitgeverij Verloren, 2018, p. 23-32. []
  10. Denise Gid, op. cit., Tome 2. []
  11. Jean Raulin, Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia, Paris : [André Bocard et Berthold Rembolt] pour Jean Petit, 1512 (nouveau style), USTC 183253. []
  12. Voir le cas analogue des textes publiés par l’imprimeur contemporain Pierre Vidoué : David J. Shaw, « Book Trade Practices in Early Sixteenth-Century Paris: Pierre Vidoue (1516–1543) », dans Malcolm Walsby et Graeme Kemp (dir.), The Book Triumphant. Print in Transition in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Leyde : Brill, 2012, p. 334–346. []
  13. Jean Raulin, Itinerarium paradisi, complectens sermones de penitentia, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 14 octobre 1514, USTC 144306. []
  14. Jean Raulin, Opus sermonum de Adventu, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 8 novembre 1516, USTC 144618. []
  15. Voir, pour cette dernière, les notices 102096102616 et 103131 respectivement. []
  16. Jean Raulin, Doctrinale mortis sacrarum litterarum, Paris : Jean de Marnef, 1520, USTC 184088. []
  17. Jean Raulin, Doctrinale mortis sacrarum litterarum, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 1518, USTC 181848. []
  18. Gabriel de Rarécourt de la Vallée, marquis de Pimodan, Poésies. Lyres et clairons. Le Coffret de perles noires, Paris : Léon Vanier, 1899, p. 208. La réutilisation des imprimés a été évoquée dans le billet « Les derniers témoins d’imprimés perdus », Histoire du livre, billet du 21 septembre 2018. []

Geoffroy Tory de Bourges : retour au pays natal

Pour commémorer le cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci à Amboise, la Région Centre-Val de Loire a célébré la Renaissance tout au long de l’année 2019. Dans ce contexte, la Bibliothèque municipale de Bourges a souhaité mettre en avant la figure de l’humaniste Geoffroy Tory, enfant du pays devenu imprimeur-libraire à Paris, qui fait actuellement l’objet d’une importante exposition dont j’ai eu le plaisir d’assurer le commissariat scientifique au côté de Robert Tranchida.

« Geoffroy Tory de Bourges : libraire et imprimeur humaniste », Bourges, Bibliothèque des Quatre Piliers, du 20 septembre 2019 au 18 janvier 2020.

Les grandes lignes de la carrière de Tory sont bien connues. Né à Bourges vers 1480 au sein d’une famille relativement modeste, Tory a la chance d’accéder aux études. C’est sur les bancs de la toute jeune université de Bourges (fondée en 1467) qu’il se lie d’amitié avec quelques rejetons de l’élite locale, notamment Philibert Babou et Jean Lallemant le jeune, tous deux appelés à devenir d’importants conseillers à la cour, et dont la protection s’avèrera décisive pour le jeune humaniste.

À l’issue d’un cursus entamé à Bourges et peut-être prolongé à Paris, Tory voyage en Italie dans les toutes premières années du XVIe siècle. Il y découvre les innovations de la philologie humaniste et y observe avec attentions les pratiques artistiques et culturelles des Italiens, qui constitueront pour lui une grande source d’inspiration et de motivation. C’est chargé de ce bagage qu’il rentre en France.

De 1507 à 1512, Tory est un universitaire en vue. Recruté au collège du Plessis, il y enseigne la grammaire et la philosophie pendant cinq ans. Parallèlement à ses activités pédagogiques, il collabore avec les meilleurs imprimeurs humanistes de Paris (Gilles de Gourmont, Josse Bade, les Marnef, Berthold Rembolt, Henri Estienne), pour lesquels il prépare les éditions d’une douzaine de textes antiques ou néolatins notamment le célèbre De Re Aedificatoria de Leon Battista Alberti (Paris, Rembolt, 1512).

Figure 1:  Leon Battista Alberti, De re aedificatoria, éd. G. Tory, Paris : Berthold Rembolt, 1512, in-folio, USTC 143989 (Bibliothèque municipale de Tours, Rés. 3608).

À compter d’août 1512, Tory disparaît. On sait qu’il se trouve à Rome entre 1517 et 1521, mais on ne retrouve la trace de son activité qu’à compter de 1523 : rentré à Paris, il est désormais libraire, puis imprimeur, à l’enseigne du Pot Cassé. Pendant une dizaine d’années, il œuvre au renouvellement du livre, tâchant de mettre en œuvre les enseignements qu’il a retenu de ses voyages en Italie. La publication de livres d’heures, qui l’occupe de 1523 à 1529, lui permet ainsi d’innover dans le domaine de la mise en page : ornements, caractères, illustrations –  Tory introduit dans le livre français des formes venues d’outre-Monts, qui rencontrent un vif succès. Mais il ne s’agit pas tant pour lui d’imiter servilement les modèles italiens : il s’agit de défendre de la culture française en allant rivaliser avec les Italiens sur leur propre terrain.

En 1529, la publication du célèbre Champ fleury marque un tournant : cet ouvrage rédigé en français, qui se présente comme un traité de dessin des capitales romaines, qu’il s’agit de favoriser dans le royaume de France. Mais, au fil du texte, Geoffroy Tory s’y livre à une vive apologie de la langue vulgaire, le français, qu’il s’agit de cultiver et à laquelle il cherche à conférer ses lettres de noblesses. Le libraire, qui suit en réalité une politique culturelle initiée au plus haut niveau, par François Ier lui-même, propose ainsi d’introduire de nombreuses innovations linguistiques (les accents, la cédille, l’apostrophe) qui rencontrent dans les années suivantes un vif succès. À compter de cette date, Tory réoriente sa production pour ne publier que des œuvres en langue française, qui lui vallent d’être nommé « imprimeur du Roi », office créé à son attention en 1531. Il n’en jouit que pendant une courte période : Tory meurt en effet à la fin de l’année 1533.

Figure 2 : Geoffroy Tory, Champ fleury, Paris : Geoffroy Tory et Gilles de Gourmont, 1529, in-folio, USTC 24232 (Bibliothèque municipal du Mans, Rés. SA 4° 4008).

L’exposition qui se tient à Bourges à la bibliothèque des Quatre Piliers jusqu’au 18 janvier 2020 entend mettre en valeur le parcours et l’héritage de Geoffroy Tory, figure bien connue des graphistes et des spécialistes du design, mais quelque peu oubliée du grand public local. Une soixantaine de pièces – parmi lesquelles cinq exemplaires du Champ fleury ! –  permettent ainsi de présenter son activité et d’évoquer le contexte culturel dans lequel notre humaniste a évolué.

Les collections municipales de Bourges fournissent à elles seules la moitié des pièces exposées ; les autres documents sont, dans leur grande majorité, issus de la région Centre Val de Loire ou des départements limitrophes. Les bibliothèques de Tours, Blois, Orléans, Le Mans, Poitiers et Moulins, ainsi que les archives départementales du Cher, ont fourni quelques-uns des fleurons de leurs collections. Trois établissements parisiens (la Bibliothèque Sainte Geneviève, l’École nationale supérieure des Beaux Arts et le Musée de la Renaissance-Château d’Ecouen) ont également accepté de contribuer à l’exposition.

On relèvera, parmi les pièces exposées, un superbe manuscrit enluminé par Jean Colombe (Bourges, Musée du Berry), un magnifique livre d’heures ayant appartenu à Jean Lallemant le jeune (École nationale supérieure des beaux-arts de Paris), le manuscrit autographe de l’Itinéraire d’Antonin préparé par Geoffroy Tory pour Philibert Babou (Bibliothèque municipale d’Orléans), l’exemplaire d’une édition aldine des Adages d’Erasme sur lequel Jean Grolier, trésorier de François Ier et protecteur de Tory, a dessiné à la plume la marque d’Alde Manuce (Bibliothèque municipale de Tours), ainsi qu’une splendide collection de livres d’heures imprimés par Tory, dont l’un fut mis en couleurs au lavis au sein même de son atelier (Bibliothèque municipale de Poitiers).

Figure 3 : Geoffroy Tory, manuscrit autographe, Augustus Antoninus, Itinerarium provinciarum, circa 1512, (Bibliothèque municipale d’Orléans, Ms. 312)

La réception des idées de Tory en Berry est illustrée par deux importants manuscrits issus de la bibliothèque de Jacques Thiboust, dont une copie de la Briefve doctrine pour deuement escrire selon la propriete du langage francoys (Bibliothèque municipale de Bourges). L’exposition accueille également deux importants manuscrits illustrant, chacun à sa manière, la pénétration de l’écriture romaine à la cour. Le premier, découvert à l’occasion de la préparation de l’exposition dans les collections berruyères, est une institution du prince latine, offerte par Louis XII à François d’Angoulême à l’occasion de son mariage ; ce beau manuscrit enluminé s’ouvre notamment sur un poème adressé par Louis XII au futur François Ier. Le second est un large feuillet de parchemin regroupant différentes épitaphes rédigées à l’occasion de la mort de Charlotte de France et comportant un beau dessin à la plume représentant le lit funèbre de la princesse et de sa mère (Bibliothèque municipale de Blois). L’étude de ce document a permis de l’attribuer à Estienne Clavier, serviteur de Marguerite de Navarre et poète proche de Marot, dont le monogramme « E.C. » se lit au pied du dessin.  

Figure 4 : Geoffroy Tory, Champ fleury, Paris : Geoffroy Tory et Gilles de Gourmont, 1529, in-folio, USTC 24232 (Bibliothèque municipale du Mans, Rés. SA 4° 4008), O5v-O6r.
Figure 5 : « Utopiensium alphabetum » dans Thomas More, De optimo reipublicae Statu deque nova insula utopia libellus vere aureus, Bâle : Johann Froben, 1518, in-quarto, USTC 630792 (Bibliothèque municipale de Bourges, B 1356 in-8), b2v-b3r.

Le parcours de l’exposition, qui reconstitue le fil chronologique de la carrière de Geoffroy Tory, offre ainsi, au-delà de la seule carrière de Tory, un aperçu de l’histoire culturelle française dans la première moitié du XVIe siècle. Il permet de mieux situer la carrière de Tory dans son époque, et même au-delà, puisque l’exposition s’achève sur des créations contemporaines qui font elles-mêmes écho à l’œuvres de Tory. La réimpression des Epitaphes d’Amour imprimée par Raymond Gid pour le compte de la librairie Paul Jammes en 1959 y figure au côté des créations de François Rigghi. Deux vitrines présentent également le résultat des travaux conduits par les étudiants de l’École nationale supérieure d’Arts de Bourges au cours d’un séminaire dirigé par Ferenc Grof.

Figure 6 : Geoffroy Tory, VII épitaphes d’amour et emblèmes, Montanthiaume : Raymond Gid pour André Jammes, 1959 (Bibliothèque municipale de Bourges, By 18356 res).

Cette exposition s’accompagne de la publication d’un bel ouvrage collectif qui regroupe, à côté des notices des pièces exposées, vingt-six articles de référence sur divers aspects de la carrière de Tory. Ils sont l’œuvre d’une équipe d’une quinzaine d’auteurs regroupant les meilleurs spécialistes de la période considérée. Cette approche collective permet de jeter des regards complémentaires sur l’œuvre et la carrière de Geoffroy Tory et de renouveler ainsi notre connaissance du sujet. Ce beau livre de grand format (24 x 32 cm), copieusement illustré et entièrement imprimé en couleurs, est servi par une très belle maquette, œuvre de Frédéric Terrier typographe des éditions des Mille Univers.

Figure 7 : Geoffroy Tory de Bourges : humanisme et arts du livre à la Renaissance, sous la direction de Rémi Jimenes, 160 pages – 24 x   32 cm – 125 illustrations couleurs.

L’exposition « Geoffroy Tory de Bourges : libraire et imprimeur humaniste » est à voir à la Bibliothèque des Quatre Piliers de Bourges, du 20 septembre 2019 au 18 janvier 2020. Le catalogue est disponible : Geoffroy Tory de Bourges : humanisme et arts du livre à la Renaissance.

Rémi Jimenes
CESR, Université de Tours

Entretien avec … Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef de la bibliothèque du Grolier Club à New York City

Près de Central Park, dans une rue animée d’un des quartiers les plus chics de la ville de New York, the Upper East Side, il y a un oasis où le visiteur ébloui par les gratte-ciels ultramodernes peut se soustraire temporairement aux bruits de la ville pour admirer en toute tranquillité des expositions inspirées par tout ce que les arts du livre ont à nous offrir : le Grolier Club, au 47 East 60th Street.1

Illustration 1: L’entrée du Grolier Club au 47 East 60th Street

Le Grolier Club, la société bibliophilique la plus ancienne et la plus large de l’Amérique du Nord, a été fondé en 1884 par neuf hommes qui étaient d’avis que les arts de l’imprimerie et de la typographie dans l’Amérique contemporaine avaient besoin d’une réforme. Les membres fondateurs envisageaient un lieu de fraternité, où le livre pourrait être célébré par le biais de publications, d’expositions, d’activités de toutes sortes, ainsi que par la création d’une bibliothèque de recherche. La réunion qui mena à la création du Club fut initiée par Robert Hoe Jr. (1839-1909), collectionneur de livres et fabricant de presses à imprimer à New York. Ce personnage fut également le premier président du Club.

Le Grolier Club porte le nom du grand bibliophile français Jean Grolier (1489/90-1565), connu pour les reliures magnifiques qu’il avait commandées pour sa bibliothèque. Son ex-libris, “Io. Grolieri et Amicorum”, résume bien l’esprit de camaraderie et de générosité qui règne au sein du Club. À l’heure actuelle il y a  plus de 800 membres. Ce sont des hommes et femmes originaires des États-Unis, mais aussi de l’étranger.

Illustration 2: François Flameng, Jean Grolier dans la maison d’Alde Manutius, 1894. Huile sur toile, 73 x 81 pouces. (Collection Grolier Club).

Conformément à l’énoncé de mission qui vise à promouvoir « l’étude, la collection et l’appréciation des livres et des œuvres sur papier, leur art, leur histoire, leur production et leur commerce », la bibliothèque du Grolier Club collectionne, conserve et rend accessibles des documents consacrés à l’histoire et à l’art du livre. Les points forts de la collection comprennent la bibliographie, l’histoire de l’imprimerie et des procédés graphiques, les spécimens typographiques, de fins exemples historiques de l’art de l’imprimerie, la reliure, l’illustration et, en particulier, tout ce qui se rapporte à la collection des livres (rares) et au marché des livres anciens. La collection se compose d’environ 10 000 livres rares, 50 000 monographies, 10 000 estampes, des dessins et des photographies, 1 500 pieds (environ 450 mètres) linéaires d’archives et 200 000 catalogues de libraires et de ventes aux enchères (catégorie en pleine croissance !).2 Il s’agit surtout de livres venant de l’Amérique du Nord et d’Europe de l’Ouest, plus particulièrement la France et la Grande Bretagne. La plupart des  articles se trouvent dans le catalogue en ligne.

La charmante salle de lecture, inspirée de l’architecture des bibliothèques collégiales d’Oxford, a été conçue en 1917 par Bertram Grosvenor Goodhue, concepteur de livres et l’un des principaux architectes nord-américains. Au mois de septembre, j’ai eu le plaisir de travailler dans cette salle dans le cadre du projet MEDIATE (Measuring Englightenment Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe (1665-1830) et de m’y entretenir avec Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef depuis 2011 et membre du Grolier Club depuis 2013. Ses intérêts de recherche personnels comprennent l’histoire des collections privées, la possession de livres par les femmes et les études de provenance.

Illustration 3: Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef.

Quelle est la place du livre rare dans votre institution?

La collection de livres rares est au cœur de notre institution et de sa mission. Le Grolier Club a été fondé sur l’appréciation du livre en tant qu’objet matériel, et la majorité de nos membres sont des collectionneurs, des libraires de livres anciens et rares, des bibliothécaires de fonds anciens, ou des artistes du livre. Une partie importante de notre fonds consiste en livres uniques ou extrêmement rares. Avec l’avènement du livre électronique et des textes numérisés, notre engagement à préserver et à promouvoir le livre physique n’a fait que s’approfondir.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds?

Notre collection de livres rares a été constituée grâce à une série de dons importants de membres du Grolier Club. Elle est régulièrement élargie par le biais d’achats et de dons nouveaux. Plusieurs de nos plus importants spécimens de typographie ancienne, y compris une grande partie de nos quelque 50 incunables, ont été donnés en 1894 par David Wolfe Bruce, le propriétaire d’une fonderie typographique à New York City. Waters S. Davis et Lucius Wilmerding ont fait d’importants dons de catalogues de ventes aux enchères en français et en anglais dans les années 1930, ainsi que Lionel et Philip Robinson, en 1961. En 1957, nous avons reçu un legs monétaire d’un libraire de livres anciens de la ville de New York, Lathrop C. Harper, qui représente aujourd’hui une partie importante de la dotation de la bibliothèque. En 1997, nous avons reçu la collection de Sir Thomas Phillipps, rassemblée par le collectionneur et philanthrope Harrison Horblit. Sir Thomas Phillipps (1792-1872) était un important collectionneur anglais et un bibliomane notoire. Il avait amassé plus de 100 000 livres imprimés et manuscrits de son vivant. La collection Horblit comprend, entre autres, des centaines de catalogues de ventes aux enchères et de catalogues de libraires annotés ayant appartenu à Phillipps, ainsi qu’un exemplaire richement annoté du catalogue des manuscrits de sa bibliothèque privée (Catalogus librorum manuscriptorum in bibliotheca D. Thomae Phillipps, bart. A.D. 1837 [Middle Hill], 1837-[1871]).

Quelle en sont, selon vous, les particularités ?

Depuis le début des années 1920, la bibliothèque du Grolier Club collectionne des livres ayant un intérêt du point de vue de la collection de livres anciens et du marché du livre, y compris les catalogues de livres de tous genres – des inventaires manuscrits et imprimés de bibliothèques privées, des catalogues de libraires de livres anciens et des catalogues de ventes aux enchères. Nos fonds de catalogues de livres, couvrant une période allant du début du XVIIe siècle jusqu’à nos jours, se rangent actuellement parmi les collections les plus riches des États-Unis. Avec notre collection de documents provenant de bibliophiles, de bibliographes et de marchands de livres anciens importants, ils sont reconnus depuis longtemps comme une ressource importante et souvent unique pour les chercheurs. Au sein de la collection, les catalogues de ventes aux enchères français d’avant 1830 sont particulièrement bien représentés.

Illustration 4: Catalogue des livres de feu M. Maigret, capitoul de Toulouse (Paris, R. Davidts, 1752) : supplément manuscrit contenant des livres défendus vendus sous la table.

Nous nous distinguons également par notre engagement à cataloguer et à rendre accessible aux chercheurs nos documents sur l’industrie du livre. Nous sauvegardons et cataloguons tous les catalogues que nous recevons par la poste, en les ajoutant à la collection de référence. Nous faisons également des efforts concertés pour combler les lacunes, de sorte que nous avons des séries complètes ou presque complètes pour de nombreuses maisons importantes en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Bon nombre de nos catalogues de vente anciens sont pourvus d’annotations donnant les prix et les noms des acheteurs, ce qui permet aux chercheurs d’étudier l’histoire du marché du livre et celle des pratiques de collection privée et institutionnelle.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

L’un de nos objets les plus fréquemment demandés est notre série « Lauderdale » composée de 71 catalogues de vente et de catalogues de libraires anglais datant des années 1674 à 1701 et ayant appartenu au comte de Lauderdale. Reliée en six volumes, cette collection contient presque un tiers des catalogues de vente connus de la période antérieure à 1689.  Elle a été assemblée par James Maitland, 8e comte de Lauderdale (1759-1839), collectionneur et homme politique écossais. Récemment, l’un des bénéficiaires de la bourse William H. Helfand a découvert avec plaisir un exemplaire de cette collection sur lequel le commissaire-priseur a marqué les noms des collèges d’Oxford qui ont acheté des articles à la vente, ainsi que les prix rapportés.

Illustration 5: Catalogue de vente annoté de la collection Lauderdale (Photo Yelda Nasifoglu).

L’inventaire manuscrit de la bibliothèque privée de Madame de Pompadour, dressé après sa mort par son bibliothécaire, constitue un autre élément remarquable. Ce catalogue est non seulement intéressant à cause de son contenu et du nom du possesseur de la collection, mais aussi à cause de l’histoire mouvementée du document lui-même. L’une des feuilles de garde porte le cachet de la 2e Division blindée française, et indique que le catalogue faisait partie de la collection personnelle d’Adolf Hitler, trouvée à Berchtesgaden le 4 mai 1945. Jusqu’à l’heure actuelle, nos efforts d’obtenir des informations sur le propriétaire à qui ce document a été volé pendant la guerre sont restés sans résultat.

Illustration 6 : Catalogue manuscrit de la bibliothèque de Madame de Pompadour, avec une estampille indiquant que ce livre a été retrouvé en mai 1945 dans la collection de Hitler à Berchtesgaden.

Les archives institutionnelles du Grolier Club renferment également de merveilleux trésors. L’un de mes objets préférés est le prospectus de la célèbre page titre conçue en 1933 par Bruce Rogers pour une édition d’un traité sur les proportions de Fra Luca de Pacioli (Divina proportione, 1509) qui a été réalisée aux frais du Grolier Club. Le prospectus montre qu’à l’origine, Rogers proposait une combinaison de majuscules et de minuscules pour la page de titre, mais il a finalement décidé de n’utiliser que des majuscules. Cette publication du Grolier Club est reconnue aujourd’hui comme l’un des plus beaux livres du XXe siècle.

Illustration 7: Prospectus et page de titre définitive de l’édition du livre Divina proportione de Fra Luca de Pacoli publiée en 1933 par le Grolier Club.

Enfin, je voudrais mentionner notre collection de fines reliures contemporaines. J’aime particulièrement une reliure sur mesure de Florent Rousseau, ornée d’exemples d’alphabets tirés des archives typographiques de l’Imprimerie Nationale de France. Cette reliure a été réalisée pour un exemplaire du catalogue imprimé à l’occasion d’une exposition consacrée aux trésors des archives de l’Imprimerie Nationale (Grolier Club, 06-12-2011 – 04-02-2012).

Illustration 8: Reliure d’un catalogue d’exposition reálisée par Florent Rousseau.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Nous encourageons fortement l’utilisation active de nos collections. Bien que le Grolier Club soit un club privé, notre bibliothèque est ouverte à tous les chercheurs qualifiés – membres et non-membres – sur un pied d’égalité. Les utilisateurs typiques sont les collectionneurs, les libraires de livres anciens, les universitaires et les étudiants diplômés. La bibliothèque offre en outre deux bourses de recherche par an (bourses William H. Helfand), qui permettent aux chercheurs de profiter de ses collections uniques.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ciblons le grand public de plusieurs façons. J’accueille régulièrement des étudiants et d’autres groupes qui s’intéressent aux arts du livre. Ces groupes viennent à notre bibliothèque pour se familiariser avec l’histoire du livre et les arts graphiques par le biais de présentations et d’un enseignement pratique. J’ai donné des cours sur l’histoire des collections privée, la recherche des provenances et l’histoire de la typographie, pour n’en nommer que quelques-uns.  

Nous avons également réussi à promouvoir nos collections par voie électronique. Nous tenons à jour un blog de la bibliothèque du Grolier Club, où mon équipe et moi publions régulièrement des billets sur des objets intéressants de notre collection. Nous avons également une page Instagram active, qui compte actuellement plus de 2500 followers. La numérisation a été un autre outil précieux. Bien que nous ne disposions pas des ressources nécessaires pour numériser nos collections à grande échelle, nous avons pu numériser une collection de plus de 2000 ex-libris féminins, un petit groupe de cartes d’adresse, ainsi que notre revue, The Grolier Club Gazette, grâce au soutien du Metropolitan New York Library Council (METRO), une organisation régionale sans but lucratif.

Illustration 9: Carte d’adresse de Rapilly, libraire et marchand d’estampes.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

L’équité, la diversité et l’inclusion sont des enjeux majeurs pour notre profession. Les collections de livres rares des bibliothèques institutionnelles ont tendance à représenter de façon disproportionnée les expériences des groupes culturels dominants. Nous devons rester conscients du fait que les documents que nous choisissons de préserver et de collectionner dans nos institutions sont ceux qui sont les plus susceptibles d’alimenter l’historiographie des siècles à venir. Pour obtenir une perspective plus équilibrée, nous avons besoin d’employer un plus grand nombre de personnes venant de groupes historiquement sous-représentés. Il faudrait également diversifier nos collections.

Propos recueillis par Helwi Blom
Université Radboud de Nimègue

  1. je tiens à remercier vivement le Grolier Club de m’avoir accordé une bourse William H. Helfand pour mes recherches sur les catalogues de bibliothèques privées françaises de l’époque moderne. []
  2. La terminologie utilisé pour désigner les différent types de catalogues imprimés circulant aux XVIIe et XVIIIe siècles prête à confusion. Les projets bibliographiques et les études qui décrivent ces catalogues ou en analysent le contenus ont tendance à les ranger sous le nom générique de ‘catalogues de vente’ ou ‘auction catalogues’. En réalité, seulement une partie des catalogues en question a été rédigée à l’occasion d’une vente aux enchères. Encore faut-il distinguer les catalogues de fonds et d’assortiment de libraires des catalogues des bibliothèques institutionnelles et des catalogues de bibliothèques privées. Voir sur ce point Nicole Masson, « Typologie des catalogues de vente », dans Annie Charon et Élisabeth Parinet (dir.), Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle, Paris : Publications de l’École nationale des chartes, 2000, pp. 119-127. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/enc/1411>. Voir également Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Jonathan Rose et Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading 1: Early and Modern Readers, Édimbourgh, University Press, à paraître (avril 2020). []

Une exposition sur les coffrets à estampes au Musée de Cluny

L’exposition Mystérieux coffrets. Estampes au temps de la Dame à la licorne, proposée actuellement au Musée de Cluny, invite à découvrir des objets jusqu’ici peu montrés au public, provenant en particulier des collections du musée ainsi que de celles de la Bibliothèque nationale de France. Vingt-cinq précieux coffrets sont présentés pour la première fois au public dans une exposition thématique. Probablement conçus entre le dernier quart du XVe siècle et le premier quart du XVIe siècle (à l’exception de deux coffrets datés du milieu du XVIe siècle), leur particularité est de contenir des estampes utilisées pour décorer l’intérieur du couvercle. Ceci explique qu’une bonne partie des coffrets présentés soient conservés au département des Estampes de la BnF, qui possède une collection de choix, parmi les quelques cent quarante coffrets de ce type répertoriés à ce jour.

Illustration 1: coffrets à estampes (photo Musée de Cluny)

Sur les traces d’un artiste prolifique et très copié

Le choix des objets présentés s’est fait autour de la figure de Jean d’Ypres, peintre et dessinateur actif à la fin du XVe et au début du XVIe siècle à Paris, et mort en 15081 . Les commissaires de l’exposition proposent d’étudier les estampes attribuées à Jean d’Ypres qui furent utilisées dans ces coffrets mais ont pu également survivre séparément, ainsi que d’autres qui s’inspirent directement des productions du dessinateur. Cette figure artistique servant de fil conducteur à l’exposition permet en effet d’étudier des estampes conservées dans les coffrets qui reprennent des scènes d’une gravure centrale, dite Grande Passion (H 50,2 x L 35,7 cm, numéro 10 dans le catalogue). L’enquête est également étendue à une série d’autres objets (manuscrit enluminé, tapisserie, vitrail, ivoires) directement produits par le peintre ou reprenant son style, mais aussi un ensemble de gravures utilisées dans de nombreux livres d’heures produits à Paris dans les années 1490 à 1510.

Illustration 2 : Grande Passion, d’après Jean d’Ypres, Paris, fin du XVe siècle (BnF)

L’exposition permet donc d’admirer à la fois les coffrets et leurs estampes, mais aussi de très beaux livres. Elle met en avant les liens de collaboration entre Jean d’Ypres et plusieurs imprimeurs parisiens, en premier lieu Thielman Kerver2. Philippe Pigouchet pour Simon Vostre3 utilise également des compositions du dessinateur pour les livres d’heures produits par le libraire, de même que Jean Richard à Rouen, ou Antoine Vérard4 qui utilise des matrices copiant ces illustrations. 

Illustration 3: Heures à l’usaige de Rouan, Paris, Thielman Kerver [1499] (exemplaire de la Bibliothèque Sainte-Geneviève).

Pour qui s’intéresse en particulier à la production de ces ateliers, la lecture du catalogue complétera sur ce point utilement la visite de l’exposition. Les articles proposés aident en effet à démêler le détail des attributions des gravures dans ces ouvrages à Jean d’Ypres de celles à un possible atelier du peintre, voire à des ateliers reprenant ensuite ces modèles pour le compte d’autres imprimeurs ou libraires. Reste qu’il est frappant d’observer aussi dans l’exposition d’autres livres, plus tardifs, qui continuent d’utiliser ces gravures, tout en les plaçant graduellement aux côtés d’estampes témoignant de l’émergence de nouveaux courants artistiques. Les Heures de la Vierge à l’usage des Dominicains, imprimées à Paris par Yolande Bonhomme en 1542, montrent le succès prolongé de ces gravures, bien après la disparition de Jean d’Ypres et de la génération d’imprimeurs pour qui il a pu produire ces images.

Illustration 4: une vitrine de l’exposition présentant plusieurs supports (coffret, livres imprimés et manuscrit enluminé).

Les complexités d’une production de masse

Plus généralement, l’exposition soulève de nombreuses questions concernant les liens commerciaux entre dessinateurs et imprimeurs d’estampes à caractères religieux, liens difficiles à démêler tant l’enquête archivistique s’avère complexe. Elle met en tout cas particulièrement bien en valeur l’aspect de production en série dont témoignent ces images, de même que les modalités de leur mise en couleur, pour des clients plus fortunés pouvant s’offrir une estampe rehaussée avec soin, ou pour un usage massif avec colorisation au pochoir, parfois de manière hâtive et approximative. La mise en regard des coffrets, des livres, et des estampes qui nous sont parvenues détachées de tout contexte de conservation, montre également la diversité des usages.

Illustration 5: une xylographie coloriée au pochoir, fin du XVe siècle (BnF, photo Musée de Cluny).

Ces estampes pouvaient être intégrées dans la production de livres de dévotion ou insérées dans ces livres après coup, ou encore utilisées dans d’autres objets comme ces coffrets, voire appliquées sur les murs pour une contemplation quotidienne. Il faut souligner que dans ce dernier cas, la possibilité que les estampes aient survécu est très mince, et que l’on doit s’en remettre à des peintures d’intérieurs de la période pour documenter cet usage. Celles présentées hors support dans le cadre de l’exposition semblent plutôt avoir été ultérieurement détachées de coffrets par des collectionneurs, au vu des traces de clous qui y subsistent.

Illustration 6: Vitrine de l’exposition.

Des témoins d’une nouvelle spiritualité ?

On ignore l’usage exact de ces coffrets – peut-être même faut-il en envisager une multiplicité. Objet travaillé, de métal et de bois, un coffre pouvait-il être mis en scène, dans un intérieur privé, ou au cours d’une cérémonie ? L’utilisait-on dans certaines occasions pour se présenter comme possesseur d’un objet singulier, possiblement précieux ? Ces coffrets disposaient d’un système complexe de fermeture en métal, avec dans plusieurs cas des compartiments secrets dissimulés sous des lamelles de bois. Étaient-ils alors plutôt dissimulés aux regards, et conservés dans des pièces d’accès restreint ? Servaient-ils de protection pour des effets personnels, des livres, des reliques, ce qui indiquerait ainsi que contenant et contenu se répondent et se valorisent mutuellement ?

Illustration 7: Saint Jérémie lisant, avec au-dessus de lui un coffret noir fermé, détail du Triptyque de l’Annonciation d’Aix, milieu du XVe siècle (Musée royal d’art ancien de Bruxelles)

On lira avec profit l’article de Caroline Vrand dans le catalogue, qui propose de répondre positivement à cette dernière question, là où les panneaux de l’exposition restent succincts sur l’interprétation à donner à ces objets. C. Vrand met en avant l’usage votif de ces coffres, au vu des thèmes des gravures : Vierge à l’enfant, Christ en croix, mais aussi Saint Roch ou Sainte Marguerite, intercédant respectivement contre la peste ou la mort en couche ; à la lecture aussi des textes latins ou français en caractères gothiques apposés au bas de plusieurs estampes, qui appellent la personne qui les lit au recueillement et à la contrition.

Illustration 8: Coffret avec saint Roch, fin du XVe siècle (BnF, photo Musée de Cluny).

Ces coffres représenteraient un versant matériel en lien avec la Devotio moderna, spiritualité chrétienne de la fin du XIVe siècle. Ce courant insiste sur la conversion du cœur, la prière en sympathie avec le modèle offert par le Christ, davantage que sur la fusion avec Dieu des mystiques rhénans. Les coffrets peuvent alors être vus comme l’indice d’un rapport plus intime à la foi, en parallèle au développement du livre d’heure à la fin du Moyen Âge, ou ultérieurement de la Réforme, ou des Exercices spirituels prônés par Ignace de Loyola au XVIe siècle.

Le mérite de cette exposition est enfin de recourir à l’histoire de l’art pour offrir de nouvelles perspectives sur le rapport entre ces coffres et leurs estampes, mais également entre la portée d’un style artistique sur d’autres objets manufacturés. En partant d’objets à l’usage incertain, cette exposition suit avec audace le fil de l’impact artistique de Jean d’Ypres, ainsi que sa portée sur le marché du livre et de l’art.   

L’exposition est ouverte jusqu’au 6 janvier 2020 au Musée de Cluny à Paris.

Katell Lavéant – Université d’Utrecht
Yann Kergunteuil – BnF

  1. Nous renvoyons pour les détails biographiques et bibliographiques présentés ici au catalogue de l’exposition : Séverine Lepape, Michel Huynh et Caroline Vrand (dir.), Mystérieux coffrets. Estampes au temps de la Dame à la licorne, Paris, Liénart éditions, 2019. []
  2. Sur Thielman Kerver, voir l’étude de Thierry Claerr : Imprimerie et réussite sociale à Paris à la fin du Moyen-Âge, Thielman Kerver, imprimeur-libraire de 1497 à 1522 (Mémoire d’études DCB, ENSSIB, 2000). []
  3. Voir Jules Renouvier, Des gravures sur bois dans les livres de Simon Vostre libraire d’Heures,  Paris,Aubry, 1862. []
  4. Mary Beth Winn, Antoine Verard, Parisian Publisher, 1485-1512: Prologues, Poems and Presentations, Genève : Droz, 1997. []

Fourrer son nez partout : pratiques éditoriales et pratiques festives autour du nez dans les anciens Pays-Bas

 

Les « neusboekjes » ou livres des nez constituent une branche particulière de la tradition des mandements joyeux en néerlandais1. Tandis que la plupart des mandements joyeux que j’étudie ont été composés aux XVe et XVIe siècles, la majorité des livres des nez qui nous ont été transmis datent de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècles. Ces textes comiques, accompagnés d’images caricaturales de nez, discutent la somme d’argent que les possesseurs de différents types de nez (les soi-disant membres de la « guilde des nez ») doivent payer pour pouvoir séjourner dans le royaume imaginaire du roi des nez. Les montants pour chaque type de nez sont détaillés sous forme de mandements joyeux. Étant donné leur statut particulier dans la tradition des mandements joyeux, les livres des nez méritent d’être étudiés pour de nombreuses raisons. Je propose d’esquisser certaines d’entre elles dans ce billet2.

 

Les livres des nez dans les almanachs-recueils

Les cinq livres des nez que j’ai pu identifier jusqu’à maintenant ont été reliés avec des almanachs. Pour ce billet, je me concentre sur l’un de ces almanachs-recueils, conservé à l’Athenaeumbibliotheek de Deventer (illustrations 1 et 2). L’analyse de la typographie de ce livre des nez laisse à penser que le livre fut, comme l’almanach lui-même (illustration 1), publié à Deventer par la famille d’imprimeurs De Lange.

Page de titre du Deventer almanach pour l’année 1787, dans lequel figure un livre des nez (Deventer, Athenaeumbibliotheek, Dv V.302:1787).
Page de titre du livre des nez intitulé Placcaat en Ordonnantie Van het Neuze-Geld (Deventer, Athenaeumbibliotheek, Dv V.302:1787:11)

Dès le XVIe siècle, les almanachs néerlandais étaient assemblés et finalisés lors de la vente du livre. L’acheteur donnait en effet à l’imprimeur des instructions sur les livres qu’il souhaitait acheter avec son almanach (souvent des textes amusants), et il indiquait à un relieur la forme et la nature de la reliure qu’il souhaitait – dans le cas des almanachs-recueils, il s’agit souvent d’une reliure d’attente. Le lecteur achetait simultanément plusieurs titres et organisait son livre selon ses préférences3.

Cette pratique nous permet de considérer les almanachs néerlandais comme des recueils de plusieurs livres ou Sammelbände. Les livres vendus comme almanachs sont donc en réalité des almanachs-recueils4 . Les livres des nez figurent parmi d’autres livres, dont des chroniques narrant des événements historiques, des chansons religieuses, des farces et d’autres textes amusants qui avaient souvent pour but de passer le temps, ou de le « raccourcir » comme on disait en néerlandais (tijd te korten). Par conséquent, les chercheurs ont longtemps affirmé qu’on doit considérer les livres des nez comme des textes purement amusants5 .

Illusatrations 3 et 4 : Extraits du livre des nez conservé à l’Athenaeumbibliotheek de Deventer.

On rencontre souvent les mêmes livres des nez, publiés par différents imprimeurs, dans différents almanachs-recueils, dans différentes villes à travers les Pays-Bas. Cela indique certes une certaine popularité de ces livres des nez, mais cela démontre également l’habitude des imprimeurs de (re)publier tout le temps les mêmes textes. Il s’agit ici d’une stratégie commerciale : les livres reliés avec les almanachs n’étaient pratiquement jamais des textes nouveaux, bien au contraire. Même s’il est souvent compliqué de retracer de quelle période datent les textes reliés dans des almanachs-recueils, je suis encline à croire qu’il s’agit de textes datant de plusieurs décennies, voire de plusieurs centaines d’années6 .

Le nombre relativement important de livres des nez qui ont été préservés, environ cinq textes dans dix éditions différentes7 , suggère que les livres des nez se vendaient bien au XVIIIe siècle. Cette idée est renforcée par le fait que certains imprimeurs vendaient à la même période des broadsheets présentant exactement le même texte et les mêmes images que les livres des nez. Dans ce cadre, une comparaison entre l’exemple du livre des nez de l’Athenaeumbibliotheek (illustrations ci-dessus) et un broadsheet ou placard conservé au Rijksmuseum à Amsterdam est particulièrement éclairante :

Le broadsheet intitulé ‘Hier heb je twaalf Neusen, als Reusen’ (Ici, vouz avez douze nez énormes) (© Rijksstudio).

Le broadsheet a été publié par les De Lange à Deventer et vendu par le libraire Kannewet à Amsterdam8 . Comme on peut le voir, ce sont exactement les mêmes gravures sur bois qui ont été utilisées par les De Lange pour illustrer tant le livre des nez que le broadsheet :

Détails du broadsheet

Les gravures sur bois du broadsheet correspondent aux gravures du livre des nez (illustrations 3 et 4). Les textes accompagnant les gravures sont également les mêmes que les textes du livre des nez. Cependant, les broadsheets ne gardent qu’une partie du texte (c’est-à-dire, la présentation des différents membres du guilde des nez), ils ne présentent pas les ordonnances joyeuses.

Ces pratiques éditoriales sur les nez soulèvent deux questions : Premièrement Pourquoi les livres des nez et les broadsheets constituaient-ils une option commerciale intéressante pour les imprimeurs du XVIIIe siècle, et deuxièmement les livres sur les nez sont-ils en effet des textes plus anciens, datant du XVIe, voire du XVe siècle ?

 

Les livres des nez et la physionomie

Pour répondre à la première question sur le succès commercial des livres des nez, il faut se concentrer tout d’abord sur l’effet parodique de ces textes. Ces ordonnances joyeuses sont en effet une réaction aux livres physionomiques, dont la majorité datent de la même période. La physionomie c’est-à-dire l’observation de l’apparence physique d’une personne, et principalement les traits de son visage, existait déjà à l’Antiquité en tant que science mais elle connut un nouvel essor à la Renaissance. Selon cette science, considérée aujourd’hui plutôt comme une pseudo-science, l’observation du visage est cruciale pour mieux connaître le caractère et la personnalité de quelqu’un, et ainsi mieux évaluer sa fiabilité ou son amabilité9 .

Page de titre du livre physionomique La Physionomie humaine de Jean Baptiste Porta, publié en 1665 (Deventer, Athenaeumbibliotheek, SAB Deventer, Klooster 12 Magazijn 1 55 C 69).

La physionomie portait une attention particulière au nez (« Le Nez n’est pas une des moindres parties qui soient en la face ; puisque c’est elle, qui par-dessus toutes les autres parties rend l’homme ou difforme, ou beau »10 . Comme le montrent les illustrations 8 et 9, les pages des livres physionomiques se caractérisent par des descriptions de différents types de nez. Le nez révèle beaucoup sur le caractère d’une personne (exemple : « Du grand Nez. C’est signe que l’homme est grandement bon »). Ces descriptions vont de pair avec des images qui illustrent le texte :

Illustrations 8 et 9 : Quelques pages de La physionomie humaine.

Les livres des nez constituent une parodie de ces livres scientifiques ((Sur la parodie au Moyen Âge, voir : Martha Bayless, Parody in the Middle Ages. Ann Arbor : The University of Michigan Press, 1996, introduction.)) . L’effet parodique des livres des nez et des broadsheets est visible à travers le fait que ces textes et images attribuent une grande appréciation aux nez étranges, tandis que la physionomie scientifique propage plutôt les implications négatives de certaines formes de nez. Il en va de même pour les livres moins scientifiques, destinés au grand public, attribuant une valeur importante au nez. Par exemple, on affirme dans des Raadselboekjen (petits livres d’énigmes) que le nez doit être considéré comme la partie la plus importante, voire comme un joyau du visage humain. Notons que ces livres d’énigmes furent publiés par les De Lange, à la même période que les livres des nez et les broadsheets sur les nez. Les De Lange produisaient donc des livres et des placards parodiant la physionomie, mais dans le même temps ils publiaient aussi des ouvrages sérieux de physionomistes.

Page de titre d’un Raadselboekjen, publié par les De Lange à Deventer en 1759 (Deventer, Athenaeumbibliotheek, SAB Deventer, Klooster 12 Magazijn 2 DI XVIII 123).

On pourrait donc avancer l’idée que le succès des livres des nez et les broadsheets tient à leur effet parodique : ils constituaient sans doute une réaction comique aux livres physionomiques. On a affirmé la même chose pour les pronostications joyeuses imprimées à l’époque prémoderne. L’action de pronostiquer ou de prévoir l’avenir était, à cette période, considérée comme une science, mais cette science était de plus en plus remise en question. Dans ce contexte, la pronostication joyeuse constituait une contribution comique au débat sur la fiabilité des pronostications officielles11 .

 

Les livres des nez : un produit de la culture joyeuse ?

Cependant, l’histoire ne s’arrête là. Le cas des livres des nez permet aussi, me semble-t-il, d’aller plus loin que la simple constatation que les livres des nez sont une réaction amusante à leur contrepartie « officielle » (les livres physionomiques). Comme je le démontre dans ma thèse, les livres des almanachs-recueils contiennent souvent des textes beaucoup plus anciens. Il vaut donc la peine de se demander si les textes et les images des nez sont eux aussi des réutilisations de matériaux plus anciens.

Il faut placer les livres des nez et les broadsheets dans le cadre plus large de la culture joyeuse, pour laquelle nous savons qu’elle occupait une place prépondérante la société médiévale (XVe-XVIe siècles). Des liens manifestes se dessinent alors entre les livres et broadsheets des nez et la culture festive de la fin du XVIe siècle. Les images des nez, ainsi que leurs descriptions, apparaissent aussi sur des pièces de monnaie conservées au Rijksmuseum :

Illustrations 11 et 12 : Pièces de monnaie conservées dans le Rijksmuseum.

Les mots écrits sur les pièces correspondent à la terminologie utilisée dans les livres des nez et sur les broadsheets « Nazarius » et « Neusen gilde ». La première pièce date de 1576, comme l’indique le texte écrit sur la pièce (« Leyf hebber der Nuesen 1576 »). La deuxième pièce date de 1637. Toutes deux ont sans doute été produites à Anvers12 . On rencontre des pièces similaires avec des écrits en deux langues : le français et le néerlandais. Les numismatistes ont par exemple identifié cet exemplaire :

Pièce datant de 1608, avec les descriptions « Dit is den gulden van Nazaret » et « Chacun pour la syen 1608 » (voir note 13).

Les numismatistes ont affirmé que les pièces ont été produites en hiver, « pendant lequel un grand nombre de nez ont été gelés en Europe et particulièrement en Hollande »13 . Je pense que ces pièces appartenaient plutôt à la culture joyeuse : elles furent sans aucun doute frappées à l’occasion des nombreuses fêtes organisées en hiver. Les pièces fonctionnaient ainsi en tant que souvenir ou objet de commémoration et permettaient de se souvenir des festivités14 .

Il existe encore un autre lien entre les livres des nez, les broadsheets des nez et la culture joyeuse de la fin du Moyen Âge. La première image du broadsheet de l’illustration 5 révèle notamment un détail très particulier :

Détail du broadsheet des nez.

L’image montre, au premier plan, le secrétaire de la guilde des nez « de knegt van ‘t Gilde-geld », reconnaissable à la plume qu’il tient dans la main. Mais nous discernons, au fond, un placard affiché sur le mur (intitulé « Placat[e] »), qui représente le fruit du travail du secrétaire. Étant donné qu’il s’agit d’une guilde joyeuse et parodique, ce placard affiché présente probablement les ordonnances joyeuses sur les nez telles que nous les retrouvons dans certains livres des nez imprimées en format de broadsheet. J’ai identifié un tel placard, présentant des ordonnances joyeuses sur les nez, à la BU de Erlangen-Nürnberg en Allemagne :

Broadsheet avec des ordonnances joyeuses, promulguées par le roi des nez (début du XVIIe siècle) (Erlangen-Nürnberg, Universitätsbibliothek Erlangen-Nürnberg, A X 1, Kasten I.8 ; Fl.88).

Même s’il s’agit dans ce cas d’un texte allemand (et d’un placard illustré), ce broadsheet présente les mêmes ordonnances joyeuses que les livres des nez néerlandais. Dans le même temps, il s’inscrit bien dans les pratiques festives autour du nez dans les anciens Pays-Bas décrite ici. D’après le texte, le broadsheet a été imprimé « nit lang Nach Fastnacht », donc peu après les festivités de Carnaval, probablement pour commémorer les festivités. Le broadsheet avait ainsi une fonction semblable aux pièces de monnaie.

 

L’exemple des livres des nez démontre la longue vie des textes et des motifs de la culture joyeuse de la fin du Moyen Âge et, dans le même temps, notre analyse préliminaire révèle de nouvelles stratégies des imprimeurs aux XVIIe et XVIIIe siècles pour générer du profit en réutilisant ces matériaux plus anciens. Il s’agit ici d’une reprise des éléments de la culture joyeuse (parodie du mandement, motif du grand nez) afin de réaliser des livres des nez et broadsheets pour un grand public. Les livres des nez peuvent ainsi être considérés comme un produit de la culture joyeuse et comme un nouveau type d’interaction (intentionnelle ou non) avec cette culture, de la part d’imprimeurs qui proposent à leurs acheteurs des contreparties comiques aux livres de physionomie, et réutilisent ainsi habilement un matériau plus ancien et librement accessible.

 

Rozanne Versendaal

Project Uncovering Joyful Culture – Université d’Utrecht

  1. Les mandements joyeux français et néerlandais sont l’objet d’étude de notre thèse (prévue pour 2020) [lien : https://www.uu.nl/staff/RMVersendaal/Onderzoek]. []
  2. Les « neusboekjes » font partie de mon futur projet de recherche dédié à la réception de la littérature parodique à l’époque prémoderne et moderne. Ce projet a pour objectif de démontrer la longue vie des textes parodiques tels que les mandements joyeux, ainsi que de révéler les nouvelles gestions de la culture joyeuse et de ses produits à cette période, et par-dessus tout, l’accès des publics très variés à cette littérature et culture []
  3. Pour une explication de la stratégie de vente de l’almanach aux Pays-Bas, voir : Jeroen Salman, « ‘Van sodanige Almanacken, die gevult zijn met ergerlijcke bijvoegselen en oncuyse en onstigtelijcke grillen’. Populaire leesstof in zeventiende-eeuwse almanakken », dans : Literatuur, 10, 1993, p. 76. []
  4. Pour une analyse plus détaillée de l’almanach-recueil en tant que Sammelband, voir  : Rozanne Versendaal, « Livres à la fois sérieux et joyeux. Stratégies de vente des livres populaires de l’imprimeur utrechtois Jacob van Poolsum (1701-1762) », dans : Livre. Revue historique, à paraître. []
  5. Salman, « ‘Van sodanige Almanacken’ », p. 77 ; A. J. Schuur, « Wat moet ik voor mijn neus betalen ? Over twee achttiende-eeuwse ‘neusboekjes’ », dans : Spektator, 8, 1978-1979, p. 107. []
  6. Il est par exemple intéressant de mentionner l’Ordonnantie van de Bedelarye (Ordonnance de la mendicité). Ce texte fut publié pour la première fois à la fin du XVIe siècle, dans un roman picaresque de Mateo Alemán. Nous rencontrons exactement le même texte dans un almanach-recueil datant de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. []
  7. Ces éditions sont listées dans : A. J. Schuur, , « Wat moet ik voor mijn neus betalen ? », p. 106. []
  8. Suzan Folkerts et Garrelt Verhoeven, Deventer Boekenstad. Twaalf eeuwen boekcultuur aan de IJssel. Zutphen : Walburg Pers, 2018, p. 190. []
  9. J. P. Guépin, De beschaving. Amsterdam : Bert Bakker, 1983, pp. 129-130. []
  10. Citation empruntée de Jean Baptiste Porta, La physionomie humaine. Rouen : Jean et David Berthelin, 1665, p. 154. []
  11. Sur la pronostication joyeuse, voir : Herman Pleij et al., Het zal koud zijn in ‘t water als ’t vriest. La Haye : Martinus Nijhoff, 1980. []
  12. Maria Goverdina Antonia de Man, ‘Het Neuzengilde of dat van Nazarius of Nazareth’, in : Jaarboek van het Koninklijk Nederlandsch Genootschap voor Munt- en Penningkunde. Amsterdam, 1915, p. 109. []
  13. Ibidem []
  14. Katell Lavéant, ‘Medieval Joy’, dans : B. Papenburg (éd.), Gender: Laughter. Farmington Hills, MI : Macmillan, 2017, pp. 136-138. []

Journée sur la collection Van Buchell et ses recueils

L’Utrecht Centre for Medieval Studies (UCMS) proposait le 11 octobre 2019 une journée d’étude sur le thème ‘Premodern Reading Cultures’, qui fut consacré aux recueils factices, en collaboration avec le projet Sammelband 15-16. Cette journée, qui attira un public nombreux d’étudiants et de chercheurs, était en particulier consacrée à une collection unique conservée à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht. On y trouve en effet le fonds Van Buchell, un ensemble de plus de 500 Sammelbände recueillant plus de 2500 livres du XVIe siècle, soit l’une des plus riches collections de Sammelbände de la Renaissance conservées jusqu’à nos jours.

Les fondements d’une collection de Sammelbände et les principes pour l’étudier

Bart Jaski (conservateur à Utrecht1) inaugura la journée en présentant Huybert van Buchell (1513-1599) et la façon dont son ample bibliothèque est entrée dans les collections de la BU.

Illustration 1: Portrait d’Hubert van Buchell conservé à la BU d’Utrecht.

Ce chanoine légua en effet ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht pour qu’une bibliothèque y soit créée. Cependant, après la création de la première bibliothèque municipale d’Utrecht (stadsbibliotheek), le conseil municipal décida d’intégrer ces livres à ses collections encore restreintes, qui furent ensuite utilisées pour fonder la BU d’Utrecht. Il faut en effet rappeler qu’aux Pays-Bas, c’est le plus souvent dans les bibliothèques universitaires que l’on trouve aujourd’hui les collections patrimoniales. On peut donc considérer van Buchell comme l’un des fondateurs de la BU d’Utrecht.

Malcolm Walsby (ENSSIB) présenta ensuite les principes essentiels de la constitution de Sammelbände au XVIe siècle. Il rappela un point essentiel : l’analyse des Sammelbände permet de comprendre comment différents types d’utilisateurs de livres à la Renaissance assemblaient leurs connaissances dans ces volumes – des lecteurs qui n’étaient pas nécessairement les grands intellectuels de la période, tels Érasme, dont le profil est certes intéressant à étudier, mais pas nécessairement représentatif des lecteurs de leur temps. Étudier les particularités des Sammelbände permet donc d’avoir accès à une large part du lectorat de la Renaissance. Ceci n’est pas anodin, car les Sammelbände étaient un objet omniprésent dans la première modernité. On a pu l’oublier car de nombreux recueils furent démembrés ensuite pour que les titres qu’ils contenaient puissent être achetés séparément par des collectionneurs (en particulier au XIXe siècle). Cependant, on en trouve encore en grand nombre dans les bibliothèques publiques. Comme l’indiqua Malcolm Walsby, à Rennes, 28% de la collection des quelques 2500 livres du XVIe siècle conservés à la Bibliothèque des Champs libres, soit environ 700, se trouvent dans des Sammelbände. Par comparaison, presque 90% de la collection van Buchell sont conservés dans des Sammelbände. Ils furent pour la plupart créés au moment où Van Buchell acheta ses livres, en particulier pendant la longue période qu’il passa à Cologne en tant qu’étudiant, puis dans les trente dernières années de sa vie, comme en témoignent les belles reliures allemandes dont de nombreux volumes sont pourvus.

Illustration 2: Quelques-uns des Sammelbände de van Buchell, avec sa provenance autographe

La collection restant à analyser, Malcolm Walsby proposa des pistes d’étude future. On peut notamment envisager de reconstruire la bibliothèque de Van Buchell en analysant les reliures, mais aussi les cotes inscrites sur les tranches afin de comprendre comment il organisait sa bibliothèque. On peut également analyser comment la collection a été conservée (et transformée) au fil du temps, dans les collections de la bibliothèque universitaire, ce qui offre une fenêtre sur les développements de la BU au fil du temps, et pas seulement à ses débuts. On peut encore analyser les nombreux défaits de reliure imprimés comme manuscrits, que contient la collection, et repérer des unica, préservés uniquement dans la collection Van Buchell, grâce à leur intégration dans les Sammelbände dès leur publication.

De la reliure à l’utilisateur

Bart Jaski revint ensuite dans son intervention sur les défaits de reliure offrant de très nombreux fragments de manuscrits. On a en effet retrouvé dans ces reliures environ 1000 fragments de manuscrits plus ou moins étendus. C’est l’une des plus grandes collections au monde de fragments de manuscrits retrouvés dans des livres possédés par un seul individu. Bart Jaski présenta la collection de manuscrits possédée par l’église Sainte-Marie, à laquelle appartenait Van Buchell, qui fut dispersée pour une grande part : seuls 37 manuscrits de Sainte-Marie (essentiellement des ouvrages religieux) furent transférés ou acquis plus tard par la BU. Bart Jaski analysa le cas spécifique d’un manuscrit, Ms 709, contenant un De natura rerum probablement fait à Paris vers 1300. Sur les 200 folios du manuscrit, environ 50 furent arrachés du manuscrit. Certains de ces folios furent ensuite retrouvés individuellement lors de ventes, mais une partie d’entre eux fut utilisée pour renforcer des reliures de Sammelbände de van Buchell.

Illustration 3 : des fragments du manuscrit Ms 709 de la BU d’Utrecht.

Dans ce cas précis, il semble qu’un seul relieur utilisa ces feuillets à Cologne pour relier une série de livres dans les années 1570 : il est donc probable que van Buchell donna ces feuillets au relieur pour réduire les coûts de reliure, parce qu’il avait emporté tout ou partie du manuscrit à Cologne après son départ d’Utrecht en 1569. Tracer ainsi ces feuillets dans les différentes reliures de la collection van Buchell pourrait permettre de reconstruire de manière virtuelle le manuscrit, comme le billet publié la semaine dernière sur notre blog en proposait les principes .

Katell Lavéant et Ann-Marie Hansen (Université d’Utrecht) centrèrent quant à elles leur approche sur les traces d’usages laissées par des lecteurs successifs dans une série de recueils de la collection Van Buchell. Katell Lavéant se pencha en particulier sur les provenances de plusieurs volumes2. Si l’on observe attentivement les différentes marques laissées dans les volumes, on note différentes cotes de bibliothèques qui marquent le passage d’un volume des étagères de van Buchell à celles des différentes bibliothèques qui l’ont accueilli.

Illustration 4 : différents niveaux de cotations dans un Sammelband de la collection van Buchell.

On note par ailleurs d’autres provenances indiquant que certains des volumes ont appartenu à un ou plusieurs possesseurs antérieurs avant qu’ils ne parviennent à van Buchell, ce qui dénote une circulation des livres particulièrement active dans le milieu des chanoines d’Utrecht, au milieu du XVIe siècle. Au-delà de l’individu, c’est donc tout un milieu d’érudits que l’on peut reconstituer à partir de ces marques de possession. Ann-Marie Hansen approfondit cette question en analysant comment on peut découvrir un véritable écosystème de marques de lecteurs, intentionnelles (annotations, corrections…) comme non intentionnelles (saleté et taches d’encre), qui aident à comprendre la manière dont un ou plusieurs lecteurs ont pu lire un texte, plume en main3. Ce faisceau de marques peut mener à reconstituer un profil de lecteur, qui montre à la fois comment cet utilisateur de livre s’inscrit dans son époque en reprenant des systèmes de notation courants, et comment il peut se démarquer de ses contemporains en créant son propre système d’annotations spécifiques. Les nombreuses annotations laissées par van Buchell dans ses livres ouvrent un large champ à une enquête d’ampleur dans ce domaine.

Illustration 5 : un système d’annotations dans un livre de van Buchell encore à comprendre (USTC 12632)

John Tholen (Université d’Utrecht) élargit ensuite le propos en étudiant un cas de Sammelband du XVIIe siècle, qui montrait bien comment les problématiques abordées via la collection van Buchell peuvent être appliquées à d’autres volumes contemporains ou postérieurs. Son analyse portait sur un Sammelband contenant une traduction en néerlandais par Pieter Cornelisz Hooft des Métamorphoses d’Ovide et un poème de Hooft réécrivant un épisode de la légende troyenne (Amsterdam, Jan van Hilten, 1643). Ce livre fut scindé en deux parties, et on intercala entre la traduction d’Ovide et le poème de Hooft un autre ouvrage, également publié à Amsterdam en 1643 par Jan van Hilten et Jan Barentsz Smient), contenant une réévaluation de la pratique médiévale consistant à christianiser Ovide, et de nombreux repères sur la mythologie grecque. Relativement peu de temps après ces deux publications séparées, un lecteur ou une lectrice souhaita rassembler ces livres en recueil, mais en recomposant l’ordre des différents textes, pour mettre ensemble le texte d’Ovide et ses commentaires, avant la réécriture poétique de Hooft.

Autrement dit, le processus de création d’un Sammelband permettait au lecteur ou à la lectrice de créer son propre livre de lecture et d’analyse, en ajoutant, à la suite du text d’Ovide un apparat critique, absent de la traduction en néerlandais, grâce à l’ajout d’autres titres dans le volume. Ce cas est unique, car on ne trouve pas d’autre Sammelbände qui propose d’une telle manière un texte en néerlandais d’Ovide avec des commentaires. Bien que ce volume ne contienne pas de provenance qui permette d’éclairer l’identité de la personne ayant fait faire ce Sammelband, il apparaît donc clairement que l’on a là affaire à une pratique de mise en recueil visant à faciliter la lecture et à créer un ouvrage plus complexe et permettant une lecture critique à partir d’éditions séparées.

Illustration 6 : page de titre de la traduction néerlandaise de 1643 des Métamorphoses.

Perspectives d’avenir pour la numérisation et la recherche

Arja Firet (chargée de collections à la BU d’Utrecht) présenta enfin le travail de l’équipe de numérisation de la bibliothèque, notamment à partir des premiers essais à partir d’un volume de la collection van Buchell, pour réfléchir au potentiel des nouvelles techniques de numérisation mais aussi des défis posés par les objets de cette collection. Pour la bibliothèque, il s’agit de pouvoir donner un large accès aux collections tout en protégeant les matériaux fragiles qui ne peuvent pas toujours être communiqués au public, et de faciliter la recherche dans le domaine des humanités numériques, notamment grâce à de nouvelles fonctions de ‘text mining’ (en permettant la recherche de mots et phrases spécifiques dans les images numériques du texte). Pour le projet Sammelband 15-16, il s’agit, grâce à cette collaboration avec la BU d’Utrecht, de trouver les meilleurs moyens de montrer l’état physique complet du volume. Il faut pouvoir rendre compte de l’état et de l’aspect de la reliure, des annotations et autres traces d’utilisation, ce qui ne va pas sans poser des problèmes techniques spécifiques : comment par exemple scanner les fragments médiévaux dans les reliures ? Faut-il les détacher pour les scanner, puis les recoller ensuite, ou respecter l’intégrité du volume, au risque de perdre la lisibilité de ces fragments ? Autant de défis qui occuperont les deux équipes dans les mois et années à venir, dans le cadre d’un projet ambitieux de numérisation du plus grand nombre possible de Sammelbände de la collection van Buchell.

Illustration 7 : un premier essai de numérisation d’un Sammelband de van Buchell par la BU d’Utrecht.

La journée comprenait également une présentation d’une sélection de livres présentant les caractéristiques des Sammelbände de la collection van Buchell discutées pendant les présentations : décors et caractéristiques de reliures allemandes, défaits de reliure manuscrits et imprimés, annotations et provenances firent l’objet d’une analyse livre en main, qui permit également aux participants de mieux se rendre compte des détails matériels de ces ouvrages.

Illustrations 8 et 9 : la présentation de volumes de la collection aux participants.

Toutes ces interventions ont souligné l’importance, tant quantitative que qualitative, des Sammelbände conservés à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht et l’ampleur du travail de recherche qui s’ouvre sur la collection van Buchell, ainsi que la nécessité d’une entreprise d’analyse globale et innovante des Sammelbände de la première modernité.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. Le blog de la SBF a publié un entretien avec Bart Jaski sur les collections spéciales de la Bibliothèque universitaire d’Utrecht en octobre 2018. []
  2. Elle avait analysé sur ce blog le cas d’un Sammelband spécifique. []
  3. Voir également le billet qu’elle a consacré à ce sujet sur notre blog . []

La reconstruction numérique de manuscrits démembrés : le missel de Beauvais

Les collections européennes de fragments de manuscrits médiévaux, pour la plupart constituées aux XVIIIe et XIXe siècles, sont principalement formées de collections de défaits de reliure ex situ ou d’albums de fragments enluminés découpés. En Amérique du Nord, il était plus courant, à partir du début du XXe siècle, que les bouquinistes démembrent les livres et les vendent page par page, sachant que leurs profits seraient beaucoup plus élevés s’ils vendaient 250 feuilles à 250 acheteurs plutôt que de proposer les pages sous la forme d’un codex entier à un seul acheteur. Les feuilles des livres d’heures gothiques, des bibles de poche du XIIIe siècle et des livres de chorales italiens étaient particulièrement prisées, et il existe aujourd’hui des dizaines de milliers de feuilles uniques éparpillées dans plusieurs centaines de collections nord-américaines. Un grand nombre de ces feuilles proviennent de manuscrits démembrés par une seule personne : Otto F. Ege, un enseignant, collectionneur et vendeur de livres de Cleveland.

Illustration 1: Otto F. Ege (Photo : Denison Library)

Otto Ege a passé la majeure partie de sa carrière en tant que professeur de ce que l’on qualifiait d’ « Arts industriels », et en particulier, de l’histoire et la pratique du graphisme et de l’art d’imprimer, au Cleveland Institute of Art. Il était certes collectionneur de manuscrits, mais il était surtout un libraire de livres anciens, connu pour avoir démantelé de nombreux manuscrits ainsi que des livres imprimés dans les années 1930 et 1940. Une fois démembrés, il vendait les feuilles une par une, ce qui lui permettait, vraisemblablement, de réaliser des profits considérables. Ege a défendu ce que pourrait appeler ce « biblioclasme » dans un article paru en 1938 dans une revue spécialisée intitulée Avocations :

« Les déchireurs de livres ont été maudits et condamnés, mais ont-ils déjà été loués ou justifiés ? Permettre à un millier de personnes « d’avoir et de tenir » une feuille manuscrite originale, et d’obtenir le frisson et la compréhension qui ne viennent que d’un contact réel et fréquent avec ces héritages artistiques, est certainement une justification suffisante pour la dispersion des fragments. Peu de gens peuvent espérer posséder un livre manuscrit complet, mais des centaines d’entre eux possèdent peut-être une feuille1. »

Ses actions destructrices et irréparables ont peut-être été malavisées, quoique conformes aux pratiques de l’époque, mais il avait raison sur un point important : de petites collections partout en Amérique du Nord qui n’auraient jamais pu se permettre d’acheter des codex entiers sont aujourd’hui les propriétaires d’importantes collections pédagogiques de feuilles manuscrites médiévales.

À la fin des années 1940, Ege a commencé à planifier et à mettre en œuvre un projet ambitieux, qui a atteint son apogée sous la direction de son épouse, Louise, après la mort d’Otto en 1951. Ils ont utilisé les feuilles de douzaines de manuscrits différents et d’anciens livres imprimés pour créer des « portfolios » thématiques, dont beaucoup sont encore conservés dans diverses collections. Les Ege ont pris une feuille dans un volume, puis une feuille d’un autre volume, puis encore une feuille d’un troisième volume, et ainsi de suite, et les ont rassemblés dans un jeu de feuilles dont chacune provenait à l’origine d’un codex différent.

Les trois portfolios de ce type les plus courants s’intitulent Fifty Original Leaves from Medieval Manuscripts, Original Leaves from Famous Bibles, et Original Leaves from Famous Books ((Aucun exemplaire de ces livres ne semble aujourd’hui être conservé dans une bibliothèque publique française.)). Les feuilles étaient articulées dans des cartons mats personnalisés avec une bordure de filet rouge distinctive (« vermillon » dans le jargon employé par Ege) et des notes manuscrites d’Otto (ou de Louise) en dessous, identifiées par l’étiquette typographique d’Ege, et logées dans des boîtes personnalisées doublées de bougran. À de très rares exceptions près, les feuilles de ces portefeuilles sont toujours ordonnées dans le même ordre, de sorte que, par exemple, le numéro 15 d’un portefeuille provient du même manuscrit que le numéro 15 de tous les autres portefeuilles de la même série.

Illustration 2 : Feuille issue d’un des « portfolios » d’Ege (collection de l’autrice).

L’une des victimes les plus connues du biblioclasme d’Ege est un manuscrit de la fin du XIIIe siècle connu sous le nom de « Missel de Beauvais ». Dans sa forme originelle, le manuscrit fut vendu par Sotheby’s à Londres le 4 mai 1926 (lot n° 161) dans la vente de la collection d’Henri Auguste Brölemann. Selon le catalogue, le manuscrit était le troisième volume d’un missel à l’usage de Beauvais, avec 309 feuilles et quatre initiales historiques habilement peintes, dont deux sur la feuille reproduite dans le catalogue. Le manuscrit comportait trente-cinq grandes initiales en « or et couleurs », dotées d’extensions marginales en forme de barre sur toute la longueur de la page. Il était relié en cuir de Russie avec des fermoirs en laiton et des boulons métalliques le long des bords de la planche. Les tranches des feuilles étaient dorées à l’or fin, avec « Missel de Bauvais » au pointillé sur le bord inférieur du corps d’ouvrage. L’entrée dans le catalogue de Sotheby’s retranscrit également une inscription ancienne écrite sur le premier recto originellement vierge, attestant que le manuscrit avait été donné à la cathédrale de Beauvais par un chanoine. En raison de l’association avec la cathédrale, le manuscrit est communément connu sous le nom de Missel de Beauvais.

Illustration 3 : Feuille du missel de Beauvais (collection du Cleveland Museum of Art, Ohio, 1982.141).

L’inscription n’est connue que parce qu’elle a été enregistrée par Sotheby’s en 1926. Le Missel de Beauvais a été victime du biblioclasme du milieu du XXe siècle et, dans les années 1940, des feuilles uniques ont commencé à apparaître sur le marché2. Beaucoup de feuilles du Missel de Beauvais ont été intégrées à un des portfolios d’Ege et portent le n° 15 dans la série des Fifty Leaves of Medieval Manuscripts. Sur les 309 feuilles originales du manuscrit, 107 ont désormais été identifiées ; elles sont largement dispersées dans vingt-cinq états américains, dans le district de Columbia et dans deux provinces canadiennes, et d’autres se trouve en Angleterre, en France, en Norvège, en Australie et même au Japon. Soixante-neuf d’entre elles se trouvent dans des collections publiques, et vingt et une dans des collections privées. Le décompte comprend également quinze feuilles connues aujourd’hui intraçables et qui sont identifiables uniquement sur la base de catalogues de libraires. Avec l’aide de l’internet et d’une interface récemment développée, le Missel de Beauvais peut être, et a été, en partie reconstruit numériquement3.

Au fil des années, plusieurs chercheurs ont publié des listes qui énumèrent brièvement les feuilles connues tout en déplorant la perte de ce beau monument à la production de livres gothiques et à l’enluminure dans le nord de la France. Ces feuilles sont trop dispersées pour être réunies physiquement, mais d’autres possibilités commencent à émerger. Dans une étude de 2003 sur le biblioclasme d’Ege, Barbara Shailor a écrit :

« Bien qu’il soit impossible à jamais de recréer un volume d’Otto Ege dans son intégralité – avec le poids du volume (…), l’impression veloutée d’un parchemin bien préparé, ou les impressions sur une reliure estampée – l’arrivée de la technologie électronique semble remarquablement prometteuse dans l’optique de réassembler les fragments4 ».

Quinze ans se sont écoulés depuis que Shailor a publié cet appel aux armes, et plusieurs projets numériques naissants se sont succédés, succombant aux limites de la technologie, à la perte d’élan ou au manque de durabilité qui affectent souvent les initiatives numériques en sciences humaines. Les développements récents de l’imagerie numérique et l’adoption croissante de modèles interopérables en libre accès ont cependant permis, plus de soixante-quinze ans après son démembrement, non seulement de reconstruire numériquement le Missel de Beauvais, mais de le faire dans un format durable qui respecte les meilleures pratiques numériques.

Illustration 4 : Collage de feuilles du Missel de Beauvais.

Le projet Broken Books, entrepris à Saint Louis University, a permis une reconstruction numérique de ce magnifique et important manuscrit. Le modèle Broken Books combine l’interopérabilité et la durabilité d’un environnement open-source du type canevas partagé ou « shared canvas5 » (dans ce cas, Mirador) avec un modèle de données soigneusement conçu qui facilite le catalogage détaillé de chaque feuille tout en permettant une repérabilité sophistiquée. Les images conformes à la norme IIIF (International Image Interoperability Framework) restent stockées sur le serveur de l’institution détentrice (sinon, les images sont conservées sur un serveur IIIF privé) pour être dupliquées dans le canevas partagé dans l’ordre lorsque cela est nécessaire. Simultanément, le modèle de données d’arrière-plan a été conçu en tenant compte des feuilles individuelles : certains champs s’appliquant au manuscrit reconstruit et d’autres à la feuille individuelle ou même aux côtés individuels de chaque feuille. La reconstruction, les métadonnées et une liste complète des feuilles est continuellement mise à jour sur le site de l’auteur, « Reconstructing the Beauvais Missal ».

Illustration 5 : Page d’accueil du site « Reconstructing the Beauvais Missal »

Le site du Missel de Beauvais permet aux lecteurs d’étudier chaque feuille identifiée et d’explorer les découvertes initiales et les reconstructions de chaque cahier. Il invite également les utilisateurs à créer un lien vers la visionneuse Mirador des livres démembrés, où ils peuvent « feuilleter », rechercher et parcourir la reconstruction. Ainsi, en mode « Défiler », les utilisateurs peuvent voir un véritable substitut numérique du manuscrit : on peut le lire tel qu’il devait être lu, avec les versos face aux rectos comme dans l’original, plutôt que de dérouler simplement les images les unes à la suite des autres. Le lecteur peut de cette manière se rapprocher un peu plus de l’objet en trois dimensions. En regardant les feuilles dans leur contexte, le lecteur peut apprécier l’impact visuel de chaque ouverture. Au fur et à mesure que des images de meilleure qualité deviennent disponibles, elles peuvent facilement être insérées pour remplacer celles de moindre qualité, et le modèle en ligne garantit que les données peuvent être continuellement mises à jour et développées.

Il reste beaucoup à apprendre sur le Missel de Beauvais, et de nombreuses feuilles doivent encore être intégrées. Plus de deux cents feuilles ne sont toujours pas identifiées. Cependant, le modèle en ligne permet de faire facilement des ajouts et Mirador permet de réorganiser les feuilles si nécessaire. Le Missel de Beauvais est un témoignage de ce qui fut perdu lorsqu’un manuscrit est démembré et que ses feuilles sont dispersées, mais il fournit aussi une étude de cas prometteuse de ce que peut apporter la « fragmentologie numérique ».

Lisa Fagin Davis
Medieval Academy of America

  1. Otto F. Ege, « I am a Biblioclast », Avocations: A Magazine of Hobbies and Leisure, I (1938), p. 516–20. []
  2. Pour plus d’informations sur ce manuscrit et son histoire, voir Lisa Fagin Davis, « The Beauvais Missal: Otto Ege’s Scattered Leaves and Digital Surrogacy », Florilegium, XXXIII (2016), p. 143-166. []
  3. Voir le site que j’ai développé : « Reconstructing the Beauvais Missal » []
  4. Barbara Shailor, « Otto Ege: His Manuscript Fragment Collection and the Opportunities Presented by Electronic Technology », The Journal of the Rutgers University Library, LX (2003). []
  5. Pour mieux comprendre ce concept, voir l’article de Régis Robineau, « Comprendre IIIF et l’interopérabilité des bibliothèques numériques », billet publié dans Insula, 8 novembre 2016, NDT. []

Entretien avec Fabien Vandermarcq, conservateur à la bibliothèque de Port-Royal

La Bibliothèque de Port-Royal est installée à Paris, au 169 rue Saint-Jacques depuis 1858. Elle est née de la réunion de plusieurs fonds dont les trois principaux sont le fonds « Port-Royal », le fonds « Le Paige » et le fonds « Grégoire ». Il s’agit de fonds patrimoniaux touchant à l’histoire religieuse, culturelle, juridique et politique de la France et de l’Europe.

La bibliothèque compte environ 35 000 volumes, et près de 185 000 pièces. Elle appartient à une association, la Société de Port-Royal. Celle-ci est la lointaine héritière d’une caisse d’entraide clandestine fondée à la fin du XVIIe siècle pour secourir les jansénistes persécutés. Pour cette raison, la bibliothèque a longtemps été clandestine ou semi clandestine et, aujourd’hui encore, rien ne permet de deviner sa présence lorsque l’on passe devant.

Illustration 1: derrière une façade d’immeuble parisien se cache la bibliothèque de Port-Royal

La Société de Port-Royal a abandonné tout militantisme religieux et se consacre désormais à la mise en valeur de son patrimoine. Ceci s’est traduit par l’embauche de deux conservateurs il y a une vingtaine d’années. Aujourd’hui, la bibliothèque dispose d’un catalogue en ligne comptant près de 60 000 notices. La structure et ses conservateurs sont présents dans plusieurs réseaux de bibliothèques (ABCF, ABF, Beth, Bibliopat, CFIBD, IFLA). Parallèlement, l’association a longtemps été propriétaire des ruines de l’abbaye de Port-Royal des Champs mais elle en a fait don à l’État en 2004 et se concentre désormais exclusivement sur la bibliothèque.

Les grands chantiers à venir sont celui du déménagement qui devrait intervenir l’an prochain (la bibliothèque reste rue Saint-Jacques mais descend au rez-de-chaussée par souci de sécurité et d’accessibilité) et la numérisation sur laquelle une réflexion a été engagée depuis plusieurs années.

Les conservateurs, Valérie Guittienne-Mürger et Fabien Vandermarcq, tous deux historiens de formation, sont nés en 1968. Ils ont été formés au livre ancien par Isabelle d’Hoop, ancienne directrice de la Formation continue à l’EBD (Institut catholique de Paris) et membre de la Société de Port-Royal. Depuis qu’ils travaillent à la bibliothèque, Ils ont continué à se former à la bibliothéconomie et ont poursuivi leurs travaux de recherches historiques.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Elle est centrale. Entre la moitié et les deux tiers des documents sont antérieurs au XIXe siècle. Il ne s’agit pas uniquement de livres anciens mais aussi de fonds d’archives ou d’estampes. Au XXe siècle, notre prédécesseur, André Gazier, a considéré que la bibliothèque était pleine (ce qui était vrai) et a refusé tout don pour se consacrer quasi exclusivement à la conservation des livres anciens. Nous avons abandonné cette perspective en considérant qu’une bibliothèque qui ne s’enrichit pas est une bibliothèque qui meurt. Nous ne nous consacrons donc pas exclusivement au livre ancien mais sa place reste centrale.

Illustration 2: vue de la bibliothèque
Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Le fonds Port-Royal a initialement été constitué de copies des archives de l’abbaye, réalisées à l’époque de sa destruction. Deux jeux de copies ont vu le jour. Les manuscrits Joncoux ont été remis à l’abbaye Saint-Germain des Prés et, par le jeu des confiscations révolutionnaires, sont arrivés à la BnF.

  • Les manuscrits Théméricourt sont restés dans des mains privées jusqu’à constituer le premier noyau de notre fonds Port-Royal. Ce fonds s’est ensuite enrichi de toute la production mémorielle publiée au XVIIIe siècle puis de toute publication ultérieure autour des questions de Port-Royal et du jansénisme.
  • Le fonds Le Paige est la bibliothèque de travail d’un avocat érudit, janséniste militant, qui fut une cheville ouvrière de la lutte des parlements contre la monarchie absolue au XVIIIe siècle.
  • Le fonds Grégoire accueille un tiers de la bibliothèque de l’abbé Grégoire, personnage de premier plan de la période révolutionnaire (les deux autres tiers sont à l’Arsenal et dans la famille Carnot) ainsi que les archives de sa correspondance. Le choix a été fait au XIXe siècle de l’enrichir avec toute publication concernant la Révolution et, en particulier, ses aspects religieux.

La Bibliothèque accueille également d’autres fonds, soit constitués autour d’une thématique ou d’un personnage au fil des acquisitions (Biographies, Correspondances, Blaise Pascal…), soit provenant d’une personne, généralement à la suite d’un legs (Fourquevaux, Cognet, Patourel…). Elle accueille également en dépôt les archives de la Société des Amis de Port-Royal (société savante à ne pas confondre avec la Société de Port-Royal) et de l’Église Vieille-catholique de France.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Dans les trois fonds principaux, on trouve bon nombre de recueils factices. Ceux-ci comportent imprimés, manuscrits et parfois estampes. Le plus emblématique, dans ce domaine, est le fonds Le Paige qui compte près de 300 recueils contenant en moyenne 200 pièces chacun (le catalogage pièce par pièce de ces quelque 60 000 documents reste à faire).

Une particularité de la Bibliothèque de Port-Royal est la place donnée au manuscrit et, en particulier, à la copie. De nombreux textes sont copiés, recopiés, parfois même après avoir fait l’objet d’une impression. Dans les milieux jansénistes, la copie était vécue comme un acte de piété (perçu comme s’inscrivant dans la tradition bénédictine) et l’on retrouve cette démarche jusque dans les derniers petits fonds liés à certaines communautés jansénistes tardives dont la bibliothèque a fait l’acquisition au cours des dernières années.

Pouvez-vous nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

  • On peut évoquer l’Augustinus, ouvrage de Cornelius Jansenius qui fut à l’origine de la querelle janséniste. La Bibliothèque de Port-Royal en possède une première édition.
  • Le « Recueil Silvy » est un recueil de pièces manuscrites originales liées à Port-Royal. Constitué au XIXe siècle, les pièces qu’il contient ont été restaurées voilà quelques années et reconditionnées en boites de conservation.
  • La bibliothèque possède, à l’intérieur d’un recueil Le Paige, un jeu complet des premières éditions des Provinciales de Pascal.
  • La Vérité des miracles est un ouvrage écrit par le parlementaire Louis Basile Carré de Montgeron en faveur des convulsionnaires de Saint-Médard, mouvement collectif qui marqua la première moitié du XVIIIe siècle et qui inquiéta beaucoup les autorités. Carré de Montgeron attendit le roi dans les couloirs de Versailles et lui en offrit un exemplaire (ce qui lui valut d’être embastillé). La bibliothèque possède cet exemplaire.

Illustrations 3 et 4: vues des gravures de Restout et Carré de Montgeron aux armes du roi
  • Pour la période révolutionnaire, outre un nombre important de brochures parfois rarissimes, la Bibliothèque de Port-Royal détient les réponses à la grande enquête sur les patois que lança l’abbé Grégoire qui fut à l’origine de la politique de la langue menée par le pouvoir jacobin. C’est un ensemble de réponses manuscrites décrivant la situation linguistique dans les différentes régions de France et parfois accompagnées de pièces imprimées en langues locales. Le tout constitue deux recueils.

Illustration 5: Texte en occitan dans l’enquête de l’abbé Grégoire
Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La typologie de nos lecteurs a changé au cours de ces dernières années. Nous avions autrefois deux grandes filières : les études littéraires autour de Pascal et du XVIIe siècle et les études historiques centrées sur le phénomène janséniste au XVIIIe siècle et sur la période révolutionnaire. Les chercheurs travaillant sur les questions littéraires venaient bien souvent de la Sorbonne et, dans une moindre mesure, d’autres universités françaises comme Clermont-Ferrand ou japonaises. Les historiens venaient d’universités plus diverses (avec toutefois une importante représentation des Anglais pour la période révolutionnaire). Au cours des années 2000, les universités de Nanterre et de Villetaneuse ont joué un rôle moteur en nous envoyant de nombreux étudiants. Généralement, nous avions quelques professeurs habitués de la bibliothèque qui nous envoyaient leurs étudiants.

Au cours des dix dernières années, la situation a considérablement changé : chez les historiens comme chez les littéraires, le flot des étudiants s’est presque totalement tari. Les raisons peuvent être conjoncturelles (départs en retraite de professeurs, baisse du yen) mais aussi plus profondes (crise des vocations chez les modernistes, réticences à se déplacer, “effet Gallica”).

Grâce à une amélioration de notre visibilité (catalogue en ligne, réseaux sociaux, CCFr), nous n’avons pas perdu de lecteurs mais leur profil a changé. Il s’agit d’un public beaucoup plus divers (économistes, historiens de l’art, historiens de la médecine, philosophes, historiens du droit, musicologues, etc.) et volatile qui découvre l’existence de tel ou tel document susceptible d’être intéressant et qui vient le consulter chez nous mais qui revient rarement ensuite. Nous accueillons aussi de plus en plus de lecteurs étudiants souhaitant simplement un lieu d’accueil qui ne soit pas surchargé, offrant un accès facile à la WiFi et aux usuels.

Nous sommes naturellement ouverts aux initiatives de coopération. Un projet de recherche en histoire de la médecine et des mentalités a d’ailleurs été lancé cette année avec l’université de Lausanne, le Fonds national de recherche scientifique (Suisse) et l’EHESS autour du phénomène convulsionnaire. A terme, nous souhaitons développer les études d’anthropologie historique et d’histoire contemporaine autour des communautés jansénistes tardives qui ont fleuri aux XIXe et XXe siècles.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Tout d’abord, nous communiquons via les réseaux sociaux et tentons d’animer une communauté autour de la bibliothèque. Nous sommes présents sur Facebook (depuis 2010) et Twitter (2015). Cela permet d’animer une communauté autour de la bibliothèque et d’entrer en contact avec des chercheurs dont certains ne se sont jamais déplacés à Paris pour nous voir. Avec la numérisation en perspective, nous nous percevons de plus en plus comme le centre d’une communauté n’impliquant pas forcément de présence physique.

Nous travaillons également avec des universités pour attirer un public jeune. Nous avons été associés dès le départ à la mise en place du “séminaire janséniste” organisé conjointement par les universités de Nanterre et de Villetaneuse en 1998. Ensuite, nous avons été actifs sur le séminaire d’histoire moderne de Nanterre et Valérie Guittienne-Mürger a été jury de nombreuses soutenances de master. Ces collaborations sont devenues moins intenses avec le départ en retraite de Monique Cottret et Marie-José Michel. Nous gardons toutefois des liens avec Nanterre, notamment dans le cadre d’un séminaire organisé conjointement avec Paris VIII autour de la notion d’appel comme d’abus. Si nous n’avons plus accueilli de séance de séminaire depuis une dizaine d’années, nous hébergeons régulièrement des réunions préparatoires et, parfois, des soutenances de master. Récemment, nous avons été associés à la réactivation du centre international Blaise Pascal de l’université de Clermont-Ferrand et nous sommes en contact étroit avec l’université de Catane dont le département de philosophie est très spécialisé sur Blaise Pascal. Cette université nous a d’ailleurs envoyé une stagiaire Erasmus pendant 3 mois en 2017.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Nous manquons malheureusement de moyens humains pour travailler dans plusieurs directions en même temps. Pourtant le besoin d’une refonte du site web est criant (elle est en cours mais cela n’avance pas assez vite), de même pour la numérisation de nos documents. Il n’y a pas encore de document numérisé en ligne, hormis notre base Scriptae servant à l’identification des écritures autographes. Nous avons échangé avec plusieurs bibliothèques pour élaborer ce projet. Dans un premier temps, trois axes ont été définis :

  • Les manuscrits du fonds Port-Royal
  • Les estampes (en collaboration avec le musée national de Port-Royal des Champs)
  • Les documents autour de la bulle Unigenitus. C’était initialement un projet de collaboration avec la Bibliothèque Mazarine et le département des fonds anciens de la bibliothèque de la Catholic University of America (Washington DC) qui accueille le fonds Albani mais, suite à une restructuration et au départ de la responsable du département, ce dernier contact s’est perdu.

L’option vers laquelle nous nous tournons est une externalisation des prises de clichés : de toute façon, nous n’avons pas la place pour accueillir un scanner. Pour ce qui est de l’encodage, le débat n’est pas clos. Notre fonds étant très spécialisé, le risque d’erreur est important si nous externalisons l’enrichissement des métadonnées en passant par une structure dont les acteurs ne sont pas forcément familiers avec nos spécificités. Toutefois nous ne pouvons estimer actuellement si nous avons les moyens, en termes de disponibilité, de réaliser l’encodage en interne. Le langage utilisé pour ce dernier devra de toute façon permettre une interopérabilité avec la BnF.

Pour autant, notre plus grand défi à l’heure actuelle est d’ordre matériel : la bibliothèque doit déménager dans moins d’un an. C’est donc le chantier sur lequel nous planchons essentiellement aujourd’hui.

Illustration 6: pièce destinée à accueillir la nouvelle bibliothèque