Usages et intérêts d’un recueil factice du XVIe siècle: la trajectoire d’un Sammelband de Paris à Utrecht

La Bibliothèque Universitaire d’Utrecht, dont le conservateur Bart Jaski nous a fait découvrir les collections lors d’un entretien accordé au carnet de la SBF, compte parmi ses fonds de nombreux ouvrages du XVIe siècle dont l’histoire est intimement liée à celle de bibliothèques privées et religieuses de la ville. Un certain nombre de volumes fut confisqué aux églises catholiques d’Utrecht quand la ville opta pour le Protestantisme en 1580, et ce qui restait de ces bibliothèques religieuses fut donné à la bibliothèque universitaire par leurs chapitres au XIXe siècle. Mais ce sont surtout deux importants legs autour de 1600 qui contribuèrent à constituer ce qui fut d’abord la bibliothèque municipale (stadsbibliotheek), l’une des premières en son genre aux Pays-Bas. Le fonds de ce qui allait devenir la bibliothèque universitaire reçut ainsi les ouvrages de l’humaniste Evert van de Poll (?-1602) et ceux d’un chanoine, Huybert Edmond van Buchell (1513-1599)1.

Illustration 1: Sint Janskerk, Utrecht

Grâce à cette entrée rapide des ouvrages dans une bibliothèque publique puis universitaire à la mort de leur dernier propriétaire, un nombre important de ces volumes a pu conserver sa reliure d’origine. Ce détail est décisif lorsque l’on veut identifier les recueils factices, ou Sammelbände, produits au XVIe siècle, pour en analyser la constitution et l’histoire. C’est l’un de ces recueils qui m’a intéressée, d’abord pour l’un des ouvrages qui s’y trouvait rassemblé avec d’autres imprimés du XVIe siècle, et dont le contenu entrait dans le cadre de mes recherches sur la culture joyeuse en France à cette période.

Le recueil E. oct. 498 est un petit volume doté d’une reliure qui semble avoir été confectionnée aux Pays-Bas, en parchemin rigide, sans décoration ni inscription ou autre signe distinctif extérieur sur la reliure (hormis une bande de peinture sur la partie supérieure du plat, dont la fonction reste mystérieuse).

Illustration 2: La reliure du recueil E. oct. 498 de la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht

Il comporte une cote ancienne sur la tranche de gouttière, qui ne coïncide pas avec une autre cote inscrite à l’encre sur la garde volante.

Illustration 3: Les cotes du recueil E. oct. 498 de la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht

Il contient six livres, tous de format in-8 et de tailles diverses (variant de 4 à 142 pages), dont voici la liste :

1.        Claude de Ruby, La resurrection de la saincte messe, Paris : Nicolas Chesneau, 1565 (USTC 38154)
2.        Johannes Despruets, Brieve response a certaine epistre de François Perrucelli, Paris : Claude Frémy, 1564 (USTC 26725)
3.        Pax hominibus bonae voluntatis. Le testament et bonne volunté de l’abbé des conars, s.l., s.n., 1562 (USTC 79798)
4.       Le discours comme la saincte larme fut apportée en l’abbaye de Vendosme, Paris : Guillaume Nyverd, [1562] (USTC 88341)
5.       Charles IX, Declaration du roy par laquelle il deffend de ne faire presche, assemblées, ny adminsitrations de sacramentz, Paris : Jean Dallier, 1563 (USTC 3853)
6.       Claude de Sainctes, Discours sur le saccagement des eglises catholiques, Paris : Claude Frémy, 1563 (USTC 9679)

Malgré la diversité apparente des titres et de la nature de ces ouvrages, ils ont en commun de tous porter sur des sujets de controverse religieuse entre catholiques et protestants (1, 2 et 4 portent sur des questions théologiques ou liées aux rites catholiques ; 3, 5 et 6 sont liés à l’actualité du conflit religieux). De plus, sur le plan de la production, ils ont également en commun d’avoir tous été imprimés à Paris dans un laps de temps court (1562 à 1565). Un seul livre, la Pax hominibus (numéro 3 de la liste), ne comporte pas de détails d’impression, mais le contenu du texte permet d’éclaircir la date (1562). La comparaison de ses caractères typographiques avec ceux de l’ouvrage qui le suit dans le volume, Le discours sur la Sainte Larme, permet d’affirmer qu’il a également été produit dans l’atelier de Guillaume II Nyverd.

Illustration 4: Les pages de titre du Pax hominibus bonae voluntatis et du Discours comme la saincte larme fut apportée en l’abbaye de Vendosme.

L’intérêt de ce recueil est de proposer des provenances qui permettent d’éclairer quelque peu son histoire. Les livres ne comportent pas d’annotations, hormis le Discours sur le saccagement des eglises catholiques, qui semble avoir été annoté par deux mains différentes pour ajouter en marge du texte des traductions en latin de certains mots et passages en français. En revanche, des provenances au début du volume, sur la garde volante et sur la page de titre du premier livre du recueil, donnent des indications précieuses sur ses différents possesseurs.

Illustration 5: Les provenances des chanoines d’Utrecht dans le recueil E. oct. 498 .

Trois possesseurs se le sont transmis avant qu’il entre dans les collections de la bibliothèque. Il fut d’abord donné par Theodorus Thibault, dont une mention d’archives précise qu’il était chanoine à Utrecht en 1578, à Lambert van der Burch (1542-1617)2. Van der Burch, originaire de Malines, devint chanoine de l’église Sainte-Marie (Sint Mariakerk) d’Utrecht en 1555, puis diacre de la même église en 15823

Il fit don de ce recueil à Huybert van Buchell (1513-1599) lui-même chanoine de Sainte-Marie jusqu’en 1569. À cette date, ce dernier quitta les Pays-Bas pour s’installer à Cologne jusqu’à sa mort. Dans son testament, il légua ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht (Jacobikerk) ; ses exécuteurs testamentaires acceptèrent que sa bibliothèque soit donnée à la stadsbibliotheek.

Dans la mesure où les livres furent acheminés de Paris à Utrecht en ou après 1565, date de l’imprimé le plus récent, les transmissions entre les trois chanoines se succédèrent donc rapidement, entre 1565 et 1569. On peut se demander si le recueil resta ensuite à Utrecht quand van Buchell quitta la ville pour ne plus y revenir, plutôt que d’imaginer un aller-et-retour de ce volume, avec les quelques 2000 autres (environ 2200 titres) que possédait van Buchell, entre Utrecht et Cologne. Quoi qu’il en soit, le recueil entra définitivement dans les collections de la stadsbibliotheek en 1599.

Aucun indice ne permet en revanche de reconstruire la phase initiale de l’achat des différents livres – sinon le fait qu’ils furent peu ou pas diffusés hors du royaume de France. Mon hypothèse est qu’ils furent tous achetés à Paris en 1565 dans une ou plusieurs librairies par un même acheteur, qu’il s’agisse de Thibault ou d’un premier acheteur inconnu ; qu’ils furent ensuite transportés ensemble dans une reliure d’attente à Utrecht ; puis qu’ils furent reliés sur place pour le bénéfice de Thibault ou d’un possesseur antérieur qui le lui transmit rapidement après achat et reliure. On peut alors synthétiser toutes les données matérielles et les provenances de ce volume dans une matrice de Walsby.

Illustration 6: L’évolution du volume E. oct. 498 (matrice de Walsby).

Étudier ce volume d’après ses caractéristiques de Sammelband est utile à plus d’un titre. Tout d’abord, établir les éléments relatifs à sa composition permet de réfléchir à la manière dont un acheteur a pu rassembler des livres a priori hétérogènes dans un même ensemble. Le livre qui m’intéressait plus spécifiquement au départ de cette enquête, la Pax Hominibus (titre latin recouvrant en fait un poème narratif en français), est en effet un livre produit par une organisation joyeux et festive, L’Abbaye (parodique) des Conards de Rouen. Sa présence dans ce recueil de livres portant sur le fait religieux n’était donc pas évidente. Elle s’explique à condition de comprendre que pour son acheteur, ce livre était non pas un texte de tonalité légère et divertissante, mais une autre illustration des conflits religieux du temps, puisque les Conards de Rouen le composèrent pour défendre leurs activités de carnaval, menacées par les Protestants rouennais en 1562.

Illustration 7: Le char de carnaval des Conards de Rouen (USTC 84170).

De plus, sur le plan patrimonial, les éléments liés à la transmission du recueil que j’ai présenté ici permettent de mieux comprendre les façons dont van Buchell a constitué sa bibliothèque. Dans la mesure où les autres recueils factices de cette même collection sont rassemblés à la bibliothèque universitaire d’Utrecht, il sera possible de proposer une analyse plus complète de ce corpus, à la fois dans ses caractéristiques matérielles et dans sa constitution en tant que collection, au-delà des signes distinctifs de chaque recueil. Cette analyse prendra place dans le nouveau projet de recherche, Sammelband 15-16, que nous présenterons bientôt dans ce carnet4.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. à ne pas confondre avec un autre humaniste d’Utrecht, son neveu, Aernout van Buchell dit Buchelius (1565-1641), dont une partie de la collection de livres et de manuscrits et papiers personnels est également conservée à la BU d’Utrecht. []
  2. J. van der Minne, “Het geslacht van der Minne”, Algemeen Nederlandsch familieblad, 11 (1894), pp. 36-43, p. 43. []
  3. A.J. van der Aa, Biographisch woordenboek der Nederlanden, bevattende levensbeschrijvingen van zoodanige personen, die zich op eenigerlei wijze in ons vaderland hebben vermaard gemaakt; voortgezet door K.J.R. van Harderwijk en G.D.J. Schotel, Haarlem 1852-1878, p. 1567. []
  4. Le projet Sammelband 15-16 est dirigé par Malcolm Walsby (Université de Rennes II, laboratoire Tempora). Il en a exposé les principes lors d’une exposition sur les recueils factices du Centre Culturel Irlandais en octobre 2017. Voir le site du projet: https://sammelband.hypotheses.org []

Les éditions perdues des Bonfons et l’apport de Bibliopol@ au catalogue des éditions parisiennes du XVIe siècle

Les fonds archivistiques sont une ressource précieuse pour l’histoire du livre. Ils nous permettent de revisiter la production des ateliers d’imprimeurs et l’activité des libraires pour entr’apercevoir ce qui est aujourd’hui perdu. Ce billet se propose de faire précisément cela en regardant l’apport d’un nouveau projet, Bibliopol@, dans le cadre des livres publiés par le Parisien Jean Bonfons et sa veuve.

Bibliopol@ : matériaux pour servir à l’histoire du commerce des livres à la Renaissance est un projet qui cherche à améliorer nos connaissances des structures de diffusion du livre, qui constituent le véritable moteur de la révolution de Gutenberg, et leur évolution. Mis en ligne en novembre 2018 sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance à Tours, il ambitionne de proposer en ligne des éditions numériques de documents et un outil de gestion de l’information en relation avec le commerce des livres à la Renaissance. 

Pour son lancement, Bibliopol@ propose l’édition d’archives en provenance de la commission qui a présidé à la confection de l’Index d’Anvers en 1570. Il s’agit de listes de livres établies à la suite de perquisitions effectuées chez les libraires et imprimeurs des anciens Pays-Bas, le même jour, le 16 mars 1569. Des listes des livres orthodoxes et suspects furent dressées sur place par des inquisiteurs, des théologiens et des officiers de justice. Ces documents furent ensuite envoyés à Bruxelles au mois de juin, alimentant le travail de la commission en charge de produire l’Index qui paraîtra au début de l’année 1570 chez Christophe Plantin.

Figure 1 : Philipi II regis catholici edictum de librorum prohibitorum catalogo observando, Anvers : Christophe Plantin, 1570.

En raison de son extrême précision, la liste établie à Mons (comté de Hainaut) a été mise en ligne. Cette ville constitue en outre un casus des plus intéressants, puisqu’elle est située en périphérie des principaux centres d’imprimerie et en dehors des grands pôles intellectuels. La liste montoise mentionne un peu moins de 1600 livres pour lesquels sont précisés non seulement le ou les auteurs et le titre, mais aussi les adresses bibliographiques, donc les lieux et dates d’impression. Grâce au soin et à la rigueur du notaire chargé de rédiger ce document, nous disposons là d’une source de tout premier ordre pour l’étude du marché du livre en Hainaut dans le second tiers du xvie siècle.

La liste montoise a été transcrite in extenso, avec en appel de note des identifications et un renvoi vers la base de données de l’USTC (Universal Short Title Catalogue), des catalogues de bibliothèque en ligne ainsi que plusieurs outils bibliographiques. Les ouvrages sont classés par langues et en fonction de leur orthodoxie. Quelque 750 titres sont rangés dans la catégorie des livres en latin et un nombre identique apparaît dans celle des livres en français, ainsi qu’une centaine sous la rubrique des livres prohibés. Les noms des libraires visités ne sont malheureusement pas mentionnés, ce qui aurait assurément fourni des données très précieuses sur la situation du marché du livre montois. 

Figure 2 : Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 (n.s.), Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 1r [détail].

L’inventaire dressé en 1569 est d’une grande aide pour toute étude sur la diffusion des éditions parisiennes dans le second tiers du xvie siècle. En effet, sur les quelque 1600 éditions listées dans ce document, quelque 700 proviennent d’ateliers établis en bord de Seine, soit près de 45 % de l’ensemble des ouvrages trouvés sur les étals des libraires montois. La répartition linguistique de ces livres montre en outre que les imprimeurs et les libraires parisiens spécialisés dans la production vernaculaire ont trouvé, en Hainaut, de précieux débouchés. On dénombre ainsi un peu plus de 230 éditions en latin pour 470 textes en français. La plus ancienne édition remonte à l’extrême fin du xve siècle ; les plus récentes sont contemporaines de la rédaction de l’inventaire. On note toutefois une majorité d’ouvrages imprimés au cours des décennies 1530-1560.

Il ne s’agit pas ici de proposer une analyse exhaustive de l’ensemble des livres parisiens présents en Hainaut en 1569. Il est plus intéressant de se concentrer sur l’apport de la liste de 1569 au catalogue des imprimeurs parisiens, en se focalisant plus spécifiquement sur la problématique des pertes. En effet, la précision de ce document a permis de pointer 181 entrées qui ne figurent pas dans l’Universal Short Title Catalogue – qui comptabilise pourtant aussi les éditions pour lesquelles nous ne connaissons que par le biais de références archivisitiques ou par d’anciens cataloguesLes recherches sont toujours en cours. Jusqu’à présent, ce travail n’a été effectué de manière exhaustive que pour une seule famille, les Bonfons.

Le nom de 66 libraires-imprimeurs ont été repérés, parmi lesquels on peut citer : Josse Bade, la famille Bonfons, Nicolas Chrestien, Gilles Corrozet, Robert Estienne, Guillaume Guillard, Denis Janot, la famille Le Noir, Alain Lotrian, la famille Regnault, Jean Ruelle ou encore des membres de la famille Wechel. Le taux de pertes est assurément faible pour la plupart d’entre eux, les chiffres allant d’une à cinq unités. Par contre, le chiffre concernant la famille Bonfons est saisissant : 30 éditions pour Jean Bonfons et 14 pour sa veuve. L’écart réside certainement dans la nature de la production de cette famille, spécialisée dans la littérature d’inspiration médiévale en français, genre pour lequel les taux de pertes sont assez élevés.

Avant de revenir sur le « cas » des Bonfons, il importe d’évoquer de manière assez générale la nature des éditions rencontrées dans la liste montoise. La littérature religieuse est la plus représentée avec 67 titres. Du côté de la littérature profane, on relève une soixantaine de titres où le français domine largement. Le domaine historique est illustré par une forte proportion des textes antiques, pour la plupart en traduction française. Des éditions perdues de textes législatifs émis par Henri II circulaient aussi en Hainaut. La pratique criminelle est présente avec des traités de pratiques criminelles contemporains. Aux côtés de ces textes, figurent aussi des éléments des corpus canoniques et civiles. Du côté des sciences, les textes en relation avec la médecine sont les plus nombreux. Ils sont tous en français et concernent non seulement le savoir populaire, mais aussi des traités écrits par des médecins contemporains. Enfin, la liste des éditions parisiennes non identifiées reprises au sein de l’inventaire de 1569 contient des livres que l’on peut ranger dans des domaines aussi variés que l’agriculture, l’astronomie, les traités militaires, la géographie, la cuisine ou encore la musique.

On le voit, les pertes se rencontrent dans tous les domaines. Pour approfondir cette question, penchons-nous sur les Bonfons1. Cette famille d’imprimeurs parisiens des xvie-xviie siècles est très intéressante, car le taux de survie de leurs publications est très faible et le nombre d’éditions perdues est élevé. Les activités du fondateur de la dynastie, Jean Bonfons, sont peu documentées. Il s’installe d’abord comme libraire sur l’île de la Cité en 1543, rue Neuve Notre Dame à l’enseigne de saint Nicolas. Il succède à son beau-père, Pierre Sergent, comme propriétaire de l’entreprise en 1547 et le restera jusqu’à sa mort en 1568. Sa veuve, Catherine Sergent, a ensuite repris l’entreprise jusqu’à son décès quatre ans plus tard. Leur fils Nicolas, marié à Catherine Ruelle – fille du libraire parisien Jean Ruelle –, monte sa propre affaire de livres en 1571 avant de succéder à sa mère un an plus tard. Nicolas était encore en activité en 1618 et mourut en mars 1628 ; sa femme le suivit le 14 juin de la même année. Son fils Pierre l’assiste de 1597 à 1607, jusqu’à l’obtention d’une charge publique à Pontoise.

Figure 3 : François II, Edict sur le faict des prevosts des connestable et mareschaulx de France et de leurs greffiers et archers, Paris : Jean Bonfons, 1560, page de titre (détail).

Le cas de Jean Bonfons et de sa veuve a été retenu pour des raisons chronologiques évidentes. Leurs activités couvrent une période de trente ans. Ils ont publié quelque 160-170 livres. Seulement deux tiers de cette production nous sont parvenus. Spécialisés dans les romans médiévaux, ils ont également publié des livres de chants, de théâtre, de littérature religieuse (principalement des ouvrages de dévotion et d’hagiographie), des ordonnances et des livres de pratique, essentiellement en français.

L’analyse des archives de la commission de l’Index de 1570 a permis de retrouver bon nombre d’éditions encore inconnues. Pour cette recherche, l’enquête a été étendue à l’ensemble des livres présents en Hainaut. Le document contient ainsi quelque 2.200 entrées. Parmi celles-ci, 115 sont liées à la production de Jean Bonfons et de sa veuve. Ce nombre doit être réduit à 87 en raison de la présence de doublons. Le nom de Jean Bonfons est associé à 54 éditions et celui de sa veuve à 33 autres. L’USTC, le mémoire inédit d’Arlette Destot2 consacré à cette famille, les Gothiques français de Guy Bechtel3 ainsi que d’anciens catalogues de vente nous ont permis d’identifier 49 éditions différentes (32 grâce à l’USTC, 17 par l’entremise d’autres outils). Il est important de noter que neuf d’entre elles ne sont pas connues par le biais d’un exemplaire encore conservé. Le Manuel de Brunet4 ou les catalogues de vente aux enchères de livres ont été utilisés pour les identifier. Il reste 38 titres encore non identifiés. Dès lors, le nombre de livres imprimés pour ou par Jean Bonfons et sa veuve devrait être revu à la hausse. Ainsi des 160-170 titres environ déjà recensés, on peut maintenant estimer la production Bonfons à près de 200 titres, avec une perte moyenne d’environ 40 %5. Il s’agit d’un faible taux de survie, un fait qui peut s’expliquer par la nature des livres imprimés par ces éditeurs. Alexander Wilkinson, dans son étude sur les pertes au sein de la production française du xvie siècle, estime que – tous genres confondus – 31 % des ouvrages imprimés avant 1601 ne sont pas parvenus jusqu’à nous6.

La littérature profane d’expression française représente près de la moitié des livres vendus par les Bonfons aux libraires établis dans le Hainaut (45%), avec une majorité de romans médiévaux. Les œuvres religieuses comptent pour environ un tiers du nombre total des exportations des Bonfons reprises dans la liste de 1569 (33%). Le reste des livres distribués en Hainaut par les Bonfons est principalement lié aux sciences populaires en langue vernaculaire, avec ici aussi beaucoup de livres de médecines.

Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 n.s., Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 32r [détail].

La liste de 1569 permet aussi de pointer la vitalité des échanges commerciaux entre la firme Bonfons et les libraires du Hainaut. Plus de 110 titres enregistrés dans ce document – contenant environ 2 200 entrées – portent le nom de leur société, ce qui signifie qu’environ 5% de tous les livres trouvés par les émissaires du duc d’Albe sont liés aux Bonfons. Ces échanges semblent avoir été particulièrement intenses lorsque la veuve Bonfons dirigeait la compagnie. Ainsi, sur les 40 éditions proposées par l’USTC, 24 se retrouvent dans le Hainaut, soit plus de la moitié de sa production enregistrée dans cette base de données.

Enfin, reste à poser une dernière question, celle de l’impact des pertes de livres sur notre connaissance de la production de Bonfons. Tout d’abord, nous avons vu qu’avec l’aide de la liste établie à la demande du duc d’Albe, des lacunes ont pu être comblées, offrant ainsi la possibilité d’avoir une image plus complète du catalogue des livres de Jean Bonfons et de sa veuve. Ensuite, nos recherches pour tenter d’identifier toutes les entrées Bonfons nous ont permis de mieux comprendre leur stratégie éditoriale et de pouvoir pointer l’importance des réimpressions. En effet, nous avons noté qu’au moins 15 éditions perdues attribuées à Jean Bonfons ou à sa veuve ont été réimprimées plus tard soit par leur fils Nicolas Bonfons, soit par lui avec son fils Pierre Bonfons. Paradoxalement, même si toutes les éditions des Bonfons ne sont pas conservées, le contenu des textes reproduits par eux nous est connu grâce aux nombreuses rééditions. Cette constatation nous rend moins pessimistes dans notre compréhension de la transmission de la littérature vernaculaire française.

Le duc d’Albe, lorsqu’il demanda aux inquisiteurs de visiter toutes les librairies installées dans les territoires encore sous autorité, n’imaginait pas qu’un jour son travail de censure aiderait les historiens du livre, cinq siècles plus tard, à reconstruire les catalogues des imprimeries du xvie siècle et à aider les chercheurs à quantifier les pertes potentielles. S’il est certainement impossible d’avoir une vue d’ensemble de ce qui a été perdu au xvie siècle, des documents de l’acabit des inventaires 1569 fournissent une nouvelle base pour la reconstruction des taux de pertes de documents imprimés. Cette enquête nous a notamment permis d’approfondir notre connaissance du catalogue des Bonfons et de mieux évaluer le taux de pertes des impressions parisiennes. Il est incontestable que d’autres recherches pourraient évidemment nous aider à affiner notre vision de la production parisienne du xvie siècle. Enfin, tout historien du livre reconnaîtra que les documents établis à la demande du duc d’Albe constituent des sources de première importance, apportant un témoignage unique sur le marché du livre des anciens Pays-Bas du second tiers du xvie siècle. On pourrait presque en venir à penser que censure et histoire du livre font finalement bon ménage.

Renaud Adam
Université de Liège, Unité de recherche Transitions

  1. Stéphanie Rambaud, « Bonfons, famille », dans Pascal Fouché et alii, Dictionnaire encyclopédique du livre, tome 1, Paris, Cercle de la Librairie, 2002, p. 361. []
  2. Arlette Destot, Un libraire parisien au XVIe siècle : Jean Bonfons. Édition et littérature populaire, Mémoire de licence, Université de Paris I, 1977. []
  3. Guy Bechtel, Catalogue des gothiques français, 1476-1560, 2e éd., Paris, Librairie Giraud-Badin, 2010 []
  4. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865. []
  5. Renaud Adam, « Tracing Lost Editions of Parisian Printers in the Sixteenth Century: The Case of Jean Bonfons and his Widow », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, à paraître. []
  6. Alexander S. Wilkinson, « Lost Books Printed in French before 1601 », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, 7e série, 10 (2009), p. 188-205. []

Entretien avec Alisa van de Haar, conservatrice d’un fonds ancien de la bibliothèque de l’Université de Groningue

Fondée en 1615 – un an après la fondation de l’université elle-même –, la bibliothèque universitaire de Groningue est toujours située au même endroit au centre de la ville nordique. Elle possède actuellement plus de trois millions de livres, qui sont utilisés par les 30 000 étudiants et chercheurs de cette université. Quelque 150 000 de ses documents sont conservés au département des livres rares et peuvent être consultés sur place, au troisième étage du bâtiment moderne, par toute personne en possession d’une carte de bibliothèque ou d’une carte journalière. Il s’agit de papyrus anciens, de manuscrits médiévaux et modernes, de correspondances personnelles, de livres imprimés du XVe au XIXe siècle, de pamphlets, de cartes géographiques et d’annonces publiées par l’université pendant ses plus de 400 ans d’existence.

Depuis juin 2018, Dr Alisa van de Haar est la conservatrice de ce fonds ancien. Elle répond à nos questions.

Illustration 1: L’extérieur de la bibliothèque universitaire de Groningue. Image de Dirk Fennema

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

La collection de livres de cette université a grandi avec l’institution elle-même. Elle sauvegarde ainsi l’histoire et le patrimoine de cette université, reflétant son caractère individuel et les changements qu’elle a subis à travers les siècles (l’introduction de nouveaux champs d’étude, les liens internationaux évolutifs). Le département de livres rares forme un diptyque patrimonial avec le musée universitaire de Groningue, situé juste à côté de la bibliothèque.

Le musée et la bibliothèque viennent de subir des travaux de rénovation et de restauration qui étaient nécessaires pour pouvoir accueillir un nombre croissant d’étudiants et pour garantir les conditions optimales pour les objets qui y sont conservés. Le département de livres rares a maintenant à sa disposition une salle de lecture où il peut recevoir 15 chercheurs et deux salles qui sont utilisées pour des cours ou des colloques pendant lesquels des objets historiques sont présentés.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Dès la fondation de la bibliothèque universitaire, les différents bibliothécaires ont acheté des œuvres de référence sur les sujets enseignés à l’université. Cette politique d’acquisition est démontrée par le premier catalogue de la bibliothèque, qui a été établi en 1619 par le premier bibliothécaire, Nicolas Mulerius, et qui compte déjà 403 volumes. La plupart de ces volumes est toujours en possession de la bibliothèque, et leurs reliures attestent du fait qu’au début, les livres étaient enchaînés.

Illustration 2: Rayonnages des livres mentionnés dans le catalogue de 1619. Image de Hesterliena Wolthuis

La bibliothèque a également reçu de nombreux legs et dons, dont beaucoup proviennent des bibliothèques privées d’anciens professeurs de l’université. De plus, en 1624, la bibliothèque de l’église de Saint Martin, située à Groningue, a été transférée à la bibliothèque universitaire, suite au départ des clercs de cette église, face à la montée du protestantisme dans la ville.

Illustration 3: Plusieurs livres provenant de la bibliothèque de l’église de Saint Martin. Image de Dirk Fennema

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les bibliothèques privées que nous avons reçues à travers les siècles se trouvent plusieurs collections thématiques qui sont particulièrement riches. Les collections qui sont bien représentées au sein de notre fonds sont, entre autres, celles des livres de prix, accordés aux meilleurs élèves des écoles latines et décorés de l’emblème de la ville en question ; des reliures industrielles produites entre 1890 et 1940 dans le style Art nouveau ou Art déco ; des livres ésotériques sur la sorcellerie et les fantômes ; des œuvres juridiques historiques, par exemple des manuscrits médiévaux contenant le Miroir des Saxons ; des alba amicorum, dont un album qui contient une inscription de Théodore de Bèze ; des Robinsonnades (écrites dans le style du fameux Robinson Crusoé) ; et des éditions d’Horace et du poète néerlandais Joost van den Vondel. Notre point fort reste, cependant, le lien entre notre collection et la ville et l’université de Groningue. Nous possédons un fonds riche de livres imprimés à Groningue et de cartes montrant la ville et la province homonyme.

Pouvez-vous nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Ce livre d’heures, notre Hs add 280, a été offert à l’ancien bibliothécaire W. R. H. Koops à l’occasion de sa retraite, qui l’a immédiatement donné à la bibliothèque. Le manuscrit a été produit vers 1500 dans la province de Groningue. Il a été attribué au monastère bénédictin Siloe à Selwerd, fabricateur prolifique de manuscrits, en raison de sa décoration typique du style de Selwerd : ses fleurs rose pâle, bleu foncé et orange vif sont caractéristiques de la décoration groningoise.

Illustration 4: Hs add 280. Image de Dirk Fennema

Nous possédons une collection de quelque 50 alba amicorum, dont la plupart ont appartenu à des étudiants inscrits à l’université de Groningue ou à des jeunes femmes issues des meilleures familles de la ville. Cet exemplaire, Hs add 389, contenant l’image d’un phénix, a été constitué par Johannes Siertsema, étudiant en théologie et en philosophie au milieu du XVIIIe siècle.

Illustration 5: Hs add 389. Image de Hesterliena Wolthuis

L’objet phare de notre collection est notre ‘Bible de Luther’. Il s’agit d’un exemplaire de l’édition de 1527 de la traduction latine du nouveau testament par Erasme, qui a appartenu à Martin Luther. Luther a lu l’œuvre d’Erasme de façon critique, la plume à la main. Il exprime son opinion plutôt négative dans les marges, traitant Erasme de ‘bube’ (petit garçon) et écrivant que l’humaniste néerlandais n’était pas assez pieux. Les fils de Luther ont offert ce livre à l’aristocrate frison Unico Manninga. Plus tard, il a appartenu à l’humaniste groningois Regnerus Praedinius, qui a, lui aussi, annoté le texte, réagissant parfois aux remarques de Luther. Le livre est resté dans des cercles érudits à Groningue pendant plusieurs décennies, avant d’être offert à la bibliothèque universitaire dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. 

Illustration 6: Hs 494. Image de Hesterliena Wolthuis

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Afin d’atteindre les chercheurs, il faut commencer par les étudiants qui, dans certains cas, deviendront des chercheurs (académiques ou non) eux-mêmes. Nous organisons beaucoup de cours pour les étudiants en histoire ou en histoire de la littérature pour les informer sur notre fonds et pour leur apprendre à l’utiliser de façon responsable. Nous sommes également en train de numériser une grande partie de notre collection grâce à des collaborations avec Google Books et le projet néerlandais Metamorfoze. Entretemps, nous continuons à remplir notre propre base de documents numérisés.

Illustration 7: Une sélection de nos alba amicorum. Image de Dirk Fennema

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ouvrons nos portes régulièrement lors d’événements tels que les Journées du Patrimoine. Depuis que la bibliothèque a été rénovée, elle dispose de vitrines qui nous permettent d’organiser des expositions pour montrer nos objets à un public large. Actuellement, nous avons une exposition sur les livres d’artistes modernes, intitulée Dear Reader, Don’t Read. De plus, nous organisons des séminaires sous le titre Les trésors de la bibliothèque universitaire, pendant lesquels les objets discutés sont montrés au public.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Comme toutes les bibliothèques possédant des livres rares, nous faisons de notre mieux pour mettre nos objets à la disposition de tout lecteur ayant accès à internet. La numérisation de notre fonds s’est ajoutée à nos responsabilités ordinaires, ayant pour conséquence que d’autres tâches, telles que la description de nos collections, avancent plus lentement. En outre, la numérisation de ces objets précieux demande une connaissance et une compréhension approfondie des systèmes numériques et de techniques qui permettent de prendre des photos sans endommager le livre. Ces dernières années, nous avons appris ces choses au fur et à mesure que nous avancions. Il nous reste toujours beaucoup à apprendre, mais les moyens financiers manquent souvent.

Outre la question de la numérisation de nos objets, qui est très complexe, nous avons à faire face à une réduction d’espace de stockage, qui est en partie causée par – raison typiquement néerlandaise – l’installation envisagée de stationnements pour vélos dans notre dépôt. Nous recevons beaucoup d’offres de livres rares, mais nous devons être davantage sélectifs quant aux offres que nous pouvons accepter, même si en tant que bibliothèque universitaire, nous nous sentent responsables de tout ce patrimoine. En tant que conservatrice, de tels dilemmes font partie de mes expériences quotidiennes : je fais également toujours de mon mieux pour trouver le bon équilibre entre la préservation des objets pour les générations futures, et leur visibilité et usage actuels.

Illustration 8: Deux livres de prix, offerts aux meilleurs élèves des écoles latines d’Appingedam et de Groningue, dont ils contiennent les armoiries. Image de Dirk Fennema

Les provenances des bibliothèques jésuites européennes

En septembre 2018, le versant numérique du projet sur les provenances des bibliothèques jésuites européennes fut mis en place avec une présence sur les réseaux sociaux développée à travers une page Facebook ainsi qu’un compte Instagram, mais également deux sites Internet – le premier dévoué aux photos des provenances sur la plateforme Flickr, et le second plus général, à l’adresse www.jesuit-libraries.com. Chaque interface offre une approche différente du sujet et cherche ainsi à attirer un lectorat différent. Le dernier nommé est le site principal maintenu par la directrice du projet, Kathleen M. Comerford, professeure d’histoire à Georgia Southern University

–>  Le site Internet du « European Jesuit Libraries Provenance Project »

Le cœur du site est la base de données de provenances jésuites créée par Comerford. Elle contient des informations sur quelques 2 500 exemplaires différents. Chacun d’entre eux a pu être identifié comme appartenant à une bibliothèque jésuite européenne à l’époque moderne entre 1540 et les années 1770. Les utilisateurs peuvent la consulter et y accomplir des recherches sur les auteurs des livres, les détails de leur impression, les sujets traités, la nature de la provenance jésuite et la localisation actuelle des exemplaires. Tous ces résultats peuvent également être triés pour être plus facilement maniables. La base est mise à jour de manière régulière et l’objectif annoncé est de faire au minimum une révision du contenu par mois – des révisions qui impliquent tout autant la correction d’éventuelles erreurs que l’ajout de nouveaux livres récemment identifiés.

Le but général du projet est d’abord d’ordre intellectuel, touchant à l’histoire du livre, de la lecture et de l’éducation, mais également culturel puisqu’il implique des thèmes touchant à l’histoire globale, à celle des missions religieuses ainsi qu’à celle de la culture matérielle et des collections. Grâce à l’aide d’institutions comme la section des livres rares de la bibliothèque universitaire de Princeton, Kathleen Comerford a pu se déplacer pour voir plusieurs centaines de livres avec des ex-libris jésuites. Des photos prises aux bibliothèques de Yale et de la Folger, qui permettent aux chercheurs de se servir librement de leurs propres photos, permettent ainsi de reconstruire une partie de l’histoire de ces bibliothèques perdues.

Le projet ne souhaite cependant pas limiter son impact à ce type de base de données classique. Pour en accroître son utilité, le projet a recruté une étudiante de master de l’université, Rudy Bond. Cette dernière cherche à maximiser la visibilité de la recherche au cours de cette année universitaire en utilisant les réseaux sociaux, mais également en développant un manuel à destination des étudiants pour qu’ils soient plus à mêmes de tirer profit des données. Elle sera rejointe par un autre étudiant au cours du printemps 2019, à qui on confiera la bibliothèque photographique du projet conservée sur le site numérique de l’Université. Au cours de l’été, l’équipe sera renforcée par l’arrivée d’un troisième étudiant dont le rôle sera de transcrire et de traduire les notes marginales. Le travail numérique continuera d’être effectué au cours de l’automne avec un autre recrutement.

Illustration 2 : Encadrement gravé célébrant l’entrée de Louis XIII à Avignon (exemplaire de la Beinecke, Université de Yale).

L’intérêt de cette approche est démontré par trois photos qui soulignent l’envergure de la tâche entreprise par Rudy Bond. La première est l’encadrement gravé d’un exemplaire de l’édition avignonnaise du texte de Thomas de Berton, La voye de laict, ou, Le chemin des heros au Palais de la gloire, publiée en 1623 et qui montre l’entrée du roi Louis XIII dans la ville quelques mois plus tôt, en novembre 1622 (Illustration 2). L’illustration montre le roi entouré d’anges, de soldats, et d’autres symboles de triomphe. En bas de la page, un bibliothécaire depuis longtemps oublié a écrit « Collegii Mussip. Societ Iesu cat. Inscr. CL 112 », indiquant ainsi que l’exemplaire avait été intégré à la collection du collège des Jésuites de Pont-à-Mousson en Lorraine. De telles estampes attirent l’œil et introduisent le projet auprès de nouveaux lecteurs – l’un d’entre eux a même laissé ce commentaire : « simply stunning ».

Illustration 3 : Volvelle d’astrolabe planisphérique imprimée en 1581 (exemplaire de la Beinecke, Université de Yale).

Le second exemple (illustration 3) est celui d’une volvelle tirée de l’édition du manuel maritime de Michel Coignet, Instruction nouvelle des poincts plus excellents et necessaires touchant l’art de naviguer, publié par Hendrick Henricsz à Anvers en 1581 (USTC 30939). La volvelle a été mise en place dans cet exemplaire et permettait d’aider à l’instruction des navigateurs en leur montrant les dernières évolutions en termes d’équipement naval. Comme l’a souligné Kathleen Crowther dans un article récent paru dans The Atlantic, ce type d’ouvrage sur des thèmes comme la navigation, l’anatomie ou l’astronomie était l’équivalent à l’époque de nos livres animés.

Illustration 4 : Manicule et annotation marginale dans un exemplaire de la Beinecke (Université de Yale).

La troisième image est tirée d’une traduction latine des épîtres de Saint Paul publiée à Leipzig par Jakob Thanner en 1512 (USTC 651798). Tout comme le font aujourd’hui les étudiants et les professeurs, les lecteurs de l’époque moderne annotaient leurs livres et souhaitaient marquer les phrases qu’ils trouvaient les plus intéressantes. Une manière très répandue d’indiquer ces lignes étaient l’utilisation de la manicule, une représentation simplifiée d’une main qui dirigeait l’œil du lecteur vers un passage, comme on le voit dans l’illustration. Dans ce cas, on a souligné l’importance avec l’ajout des mots « No[ta] bene ».

Ces photos, et bien d’autres, peuvent être consultées sur le site Flickr du projet où les annotations ont été explicitées par Rudy Bond. Toutes ont été organisées et regroupées au sein d’albums qui permettent de regarder les images par thème, par exemplaire, ou selon d’autres critères jugés utiles. Les albums ainsi créés nous permettent de suivre la progression de la mise en ligne des photos ; ils aussi permettent aux internautes de voir ce que les Jésuites de cette époque possédaient comme ouvrages. Les photos ont aussi été étiquetées avec des mots-clefs pour que l’on puisse identifier des motifs au sein de leurs bibliothèques. Le choix de Flickr était basé sur le fait que cette plateforme était gratuite et en accès libre, et qu’elle nous permettait d’ajouter de nombreuses étiquettes, annotations et catégories différentes. Comme la base de données classique, cet outil nous permet de trier et d’interpréter rapidement les résultats. On espère ainsi que cela rend notre projet utile à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des Jésuites.

Le compte Instagram joue un rôle différent : le but est de montrer au public nos plus belles et plus intéressantes photos et d’attiser ainsi la curiosité du plus grand nombre. Par le biais d’Instagram nous avons des abonnés qui en temps normal n’auraient jamais eu connaissance de ce projet ou des Jésuites. Ainsi, nous espérons développer le projet en attirant les chercheurs et les autres utilisateurs à entrer dans des débats autour de ces questions d’histoire intellectuelle et culturelle. N’hésitez pas à contacter Kathleen Comerford avec des commentaires, des corrections, des critiques ou d’autres contributions pour approfondir encore ce travail.

Kathleen M. Comerford et Rudy Bond,

Georgia Southern University

Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur

L’exposition Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur est consacrée à un corpus inédit d’ouvrages liés à l’Académie réformée fondée dans la cité ligérienne à la toute fin du XVIe siècle par Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623).

Dispersé entre les fonds anciens des villes de Saumur et du Mans, ce corpus réunit plusieurs reliquats de bibliothèques saumuroises du XVIIe siècle : celle de Mornay lui-même, celle de l’Académie (constituée à partir de la bibliothèque de Mornay) et plusieurs bibliothèques personnelles de professeurs. L’identification de ce corpus a pour origine la découverte fortuite d’un livre ayant appartenu à Louis Cappel (professeur d’hébreu entre 1613 et 1657) dans le fonds ancien du Mans1. L’enquête s’est déroulée en plusieurs étapes : d’abord une recherche thématique, rapidement suivie par un dépouillement semi-systématique (les collections mancelles réunissant plus de soixante mille volumes) des marques de provenance qui a permis d’identifier plusieurs reliquats saumurois dont l’un provenant de la bibliothèque académique elle-même ; ensuite une enquête à l’échelle régionale puisque la bibliothèque académique était réputée dispersée ; enfin, un dépouillement systématique du fonds ancien de Saumur où un second ensemble de reliquats issus des mêmes bibliothèques réformées a été localisé2.

In fine, ce sont une cinquantaine d’ouvrages issus assurément de bibliothèques calvinistes saumuroises qui ont pu être retrouvés à Saumur et au Mans, auxquels viennent s’ajouter une quarantaine de livres provenant très probablement de la bibliothèque académique, pour laquelle n’existe pas de marque d’appartenance spécifique3. En outre, l’enquête régionale a permis d’identifier des pièces éparses liées au corpus dans deux fonds angevins4. Enfin, quelques livres ayant appartenu à la figure centrale du corpus saumuro-manceau, Louis Cappel, ont pu être localisés à l’échelle européenne, tant en collections publiques que privées.

Illustration 1: Le protestantisme en France au XVIe siècle. Au premier plan, la bible renseignant la pratique du culte privé.

L’exposition est conçue en six sections. La première, qui fait office d’introduction, est consacrée au protestantisme en France au XVIe siècle. Elle présente d’une part les fondamentaux du calvinisme (avec notamment une Bible qui éclaire sous un jour nouveau la pratique du culte privé réformé) et d’autre part la figure fondatrice de Duplessis-Mornay. Sont mises en lumière ses bibliothèques (sa bibliothèque de travail et sa « petite bibliothèque » – celle où il conservait ses œuvres) et celle de l’une de ses filles, ainsi que son œuvre de controversiste (grâce à la richesse du fonds ancien manceau, rassemblant une large part des chaînes de controverses résultant des deux publications majeures de Mornay que sont le De l’Institution, usage et doctrine du saint sacrement de l’Eucharistie en l’Église ancienne et Le Mystère d’iniquité).

Illustration 2: La vitrine consacrée à la bibliothèque de Philippe Duplessis-Mornay et celle de sa fille Anne

Les quatre sections centrales de l’exposition présentent thématiquement l’Académie réformée de Saumur. La deuxième est une brève histoire de l’institution qui résume les trois grandes périodes de son existence : les origines (1599-1623), l’ère du triumvirat (1623-1664), les crises de la fin de l’institution (1664-1685). Au fil de cette section sont présentées plusieurs pièces éparses issues de bibliothèques de professeurs ou de huguenots saumurois, notamment l’un des deux envois autographes actuellement connus de John Cameron et un envoi adressée à Marc Duncan. Parmi les premiers professeurs de l’institution, un petit groupe d’Écossais eut un rôle central : Duncan est un professeur de premier plan du collège (il a la charge de plusieurs disciplines dont le grec) ; quant à Cameron, professeur de théologie, il est le fondateur de l’École de Saumur, courant théologique novateur qui s’épanouit au sein de l’Académie.

Illustration 3: Mornay et la controverse (premier plan) et la section consacrée à l’histoire de l’Académie (arrière-plan).

La troisième partie est consacrée à la formation des pasteurs, puisque telle était la fonction première d’une académie réformée. Le collège et l’Académie sont présentés séparément. Le collège est notamment mis en lumière au travers de livres de prix offerts par le conseil académique. Deux volumes portant la même reliure et une dédicace du recteur, mais offerts à 12 années d’intervalle, ont été retrouvés à Angers et Saumur. Ils attestent la commande d’une reliure spécifique par le conseil pour les cadeaux destinés aux collégiens. Le collège est également mis en lumière par un important ensemble (dix pièces) issus de la bibliothèque de l’un de ses professeurs de rhétorique, l’Écossais William Doull, qui fut en poste en milieu du XVIIe siècle.

À gauche, les cours donnés à l’Académie, à droite la bibliothèque de William Doull, à l’arrière-plan le portrait de Tanneguy Le Fèvre.

La formation des pasteurs en tant que telle était réalisée au sein de l’Académie. Elle est éclairée par différents dossiers : les cours de philosophie connus sous forme de manuscrits d’étudiants (quatre dont deux inédits sont présentés dans l’exposition) et qui témoignent de la domination de l’aristotélisme dans l’enseignement de la philosophie ; les thèses de théologie soutenues à l’Académie (dont un corpus inédit de 18 exemplaires de thèse au format de soutenance – plaquette d’une vingtaine de pages au format petit in-quarto) ; les cours publiés par certains professeurs, notamment le cours de philosophie de Marc Duncan, réédité cinq fois entre 1612 et 1655. Cette section s’achève par une partie spécifiquement consacrée à la bibliothèque académique, où sont présentés à la fois le catalogue de la bibliothèque (conservé aux Archives Nationales) et une dizaine d’ouvrages issus très certainement de cette bibliothèque (conservés à Saumur et au Mans). Cette partie est également l’occasion d’évoquer Saumur comme foyer éditorial dans la France du XVIIe siècle.

Illustration 5: Quatre livres de la bibliothèque de Mornay passés dans la bibliothèque académique.

Deux sections sont ensuite consacrées à l’École de Saumur. La première évoque les principaux représentants de ce courant théologique novateur qui se développa au sein de l’Académie avant d’essaimer hors ses murs. En effet, tous les membres de l’École de Saumur ne furent pas enseignants de l’Académie : des pasteurs partisans de cette tendance se retrouvent à travers le royaume de France (dans l’exposition sont représentés, par des envois autographes, Samuel Bochart, pasteur de Caen et Jean Daillé, pasteur de Charenton). Au sein de l’Académie elle-même, le triumvirat incarne cette école théologique originale. Dans cette quatrième section de l’exposition, sont présentés Moïse Amyraut (avec un envoi autographe adressé à un pasteur de Saumur) et Josué de La Place (avec un exemplaire de l’édition posthume de son traité sur la non imputation du péché d’Adam ayant été confié à un pasteur du synode provincial d’Anjou-Touraine-Maine pour un examen théologique).

Illustration 6: « Dans le cabinet de Louis Cappel »

Réalisée en collaboration avec Kevin Trehuedic (UPEC-CRHEC), la cinquième section est spécifiquement consacrée au troisième triumvir, le plus célèbre professeur de l’Académie, Louis Cappel, qui révolutionna la critique biblique. Sont exposées trois séries d’ouvrages : ceux provenant de sa bibliothèque puisqu’ils portent son ex-libris et/ou des notes autographes ; une évocation de cette bibliothèque d’hébraïsant dont on ne connaît malheureusement pas l’inventaire ; la réunion de dix livres dont Cappel est l’auteur. Parmi les livres ayant appartenu à Cappel, trois sont particulièrement remarquables : d’une part le dictionnaire d’hébreu de David de Pomis (1587) et le lexique syriaque de Christophe Crinesius (1612) abondamment annotés par Cappel, d’autre part la réunion de deux midrash imprimés à Venise (l’un chez David Bomberg, l’autre chez Marcantonio Giustinian) portant une vingtaine d’annotations de Cappel. Les deux dictionnaires sont conservés au Mans et le volume réunissant les midrash à Saumur.

Illustration 7: Le dictionnaire d’hébreu et les midrash (l’in-folio à droite) ayant appartenu à Louis Cappel.

L’intérêt de la réunion de cet ensemble est la mise en évidence de la relation entre les midrash et le dictionnaire d’hébreu. Dans les midrash, Cappel relève une vingtaine de mots en latin ou grec translittérés en hébreu dont il reporte l’occurrence à chacune de leur entrée dans le dictionnaire de Pomis. En outre, les très nombreuses annotations dans les deux dictionnaires (annotations étymologiques et/ou de localisation comparables à celles illustrées par le midrash) dévoilent la pensée de Cappel en action : on plonge ainsi dans l’élaboration de la méthode critique qu’il systématise dans son grand-œuvre, la Critica sacra parue en 1650. L’exemplaire de l’auteur, portant de nombreuses corrections autographes, a d’ailleurs été retrouvé après l’inauguration de l’exposition.

Enfin, la dernière section explique comment plusieurs bibliothèques saumuroises se trouvent désormais conservées dans les collections publiques mancelles. Fermée en janvier 1685, l’Académie voit sa bibliothèque inventoriée par un libraire catholique de Saumur puis confiée à l’hôtel-Dieu de la ville qui, six mois plus tard, revend la bibliothèque au libraire qui l’avait cataloguée. À partir de l’été 1685, les livres de l’ancienne bibliothèque académique sont donc dispersés au fil des ventes de ce libraire. Cette dissémination est confirmée par la présence d’ouvrages issus de cette bibliothèque mais provenant initialement de celle de Duplessis-Mornay (portant soit des notes autographes soit des envois à lui adressés) dans les fonds anciens saumurois et manceaux, mais passés entre temps par des bibliothèques de congrégations catholiques (Oratoriens et Mauristes à Saumur, Mauristes au Mans).

Illustration 8: « De Saumur au Mans »

La présence d’un corpus saumurois en Sarthe s’explique par une acquisition massive (2500 livres) réalisée en 1717 par dom Maur Audren, alors à la tête de Saint-Vincent du Mans et actif responsable de la bibliothèque de l’abbaye. Un érudit du XIXe siècle donnait cette information sans la sourcer : elle est confirmée par la date d’inscription au catalogue de la bibliothèque de l’abbaye (1718) de la quasi-totalité des livres provenant de bibliothèques saumuroises. Est ainsi dévoilé l’un des lieux d’approvisionnement de l’ambitieux bibliothécaire de Saint-Vincent en 1717. Outre les bibliothèques réformées précédemment évoquées, figurent dans le fonds manceau plusieurs reliquats de bibliothèques catholiques saumuroises, dont celle de Jean Phélippeau, secrétaire de l’abbesse de Fontevraud dans la seconde moitié du XVIIe siècle (ces différentes bibliothèques catholiques sont représentées par plus d’une vingtaine d’ouvrages). Cette présence confirme l’achat massif réalisé à Saumur en 1717, probablement auprès de plusieurs libraires de la ville. Les saisies révolutionnaires sont bien sûr l’étape intermédiaire entre l’abbaye mancelle et le fonds public du Mans.

Inaugurée le 19 octobre 2018, l’exposition est présentée à la Médiathèque Louis Aragon (Le Mans) jusqu’au 19 janvier 2019. Une dernière visite guidée est prévue le samedi 12 janvier. L’exposition, enrichie d’un certain nombre de pièces identifiés depuis octobre 2018, sera présentée une seconde fois au Château de Saumur à l’été 2019.

Thomas Guillemin
Chercheur associé Université d’Angers-TEMOS
Commissaire de l’exposition

  1. Conservatrice du fonds ancien de la Médiathèque Louis Aragon : Sophie Renaudin. []
  2. Responsable du fonds ancien de la Médiathèque de Saumur : Jocelyne Ragou. []
  3. Pour une présentation des ex-libris de professeurs identifiés entre Saumur et Le Mans, voir Thomas Guillemin, « Ex bibliotheca salmuriensi – Avis de recherche », https://cj17.hypotheses.org/108, publié le 7 juin 2018 []
  4. Bibliothèque municipale d’Angers et Archives départementales de Maine-et-Loire []

Collecter la mémoire professionnelle des bibliothèques ? Un exemple à la Bibliothèque municipale de Lyon

En plus d’être une institution en projet, chaque bibliothèque est également un lieu riche de son passé, résultant de multiples prises de décisions, produisant des archives. Les collections font parfois oublier l’aspect institutionnel de la bibliothèque, comme le contenu d’un livre peut faire oublier son aspect matériel. Peut-être cela explique-t-il que les bibliothécaires ne connaissent parfois que peu d’éléments historiques concernant leur institution de rattachement ? Pour garder trace des décisions l’ayant peu à peu façonnée, la Bibliothèque municipale de Lyon a créé en 2011 un groupe « Mémoire de la BmL ».

Comment collecter la mémoire professionnelle des bibliothèques ? En quoi cette collecte relève-t-elle du cœur de métier des bibliothécaires ? Pour les chercheurs comme pour les bibliothécaires, son intérêt est certain.

Bibliothèque de la Part-Dieu – 2011

Collecter la mémoire professionnelle : pourquoi et comment ?

Le groupe Mémoire a pour origine la crainte d’une rupture d’expertise, qui dépasse d’ailleurs les fonds patrimoniaux. Les années 2010 ont marqué le départ en retraite de nombreux collègues ayant exercé longtemps dans les mêmes fonctions, à une époque où la mobilité professionnelle était moindre. Nous souhaitions donc capitaliser l’expérience individuelle pour assurer une continuité de l’expertise collective. Comment la BmL a-t-elle procédé ?

La première étape fut de circonscrire le projet, avec pour axes de travail :

  • l’histoire globale des collections (provenance, traitement, cotation) et des bâtiments (bibliothèque centrale et réseau) ;
  • l’histoire des expositions (bibliothèque centrale et réseau) ;
  • bibliographie relative à l’histoire de la BmL (sources / études publiées et non publiées / iconographie / références en ligne) ;
  • la collecte de témoignages (vidéos, audios, écrits), tous grades et corps de métiers confondus (pratiques et décisions ayant marqué l’évolution du métier).

Le projet Mémoire de la BML est aujourd’hui le fruit de l’engagement d’un nombre important de collègues : responsables de départements, équipes techniques, communications interne et externe, équipe Web, collègues retraités. Les destinataires de ce travail collectif sont divers : toucher le grand public relève d’un enjeu sociétal (« que se passe-t-il dans ma bibliothèque ? »), s’adresser aux étudiants et chercheurs d’un enjeu heuristique (« que nous dit l’histoire de telle bibliothèque ? ») ; il y a enfin un enjeu RH/formation à associer les personnels (« que sais-je de l’institution qui m’emploie ? »). Si tous les témoignages et éléments collectés (et même quelques objets) n’ont pas vocation à être immédiatement mis à disposition des publics, la majorité est aujourd’hui accessible en ligne. Quels sont les enjeux d’un tel travail pour le monde de la recherche ?

Un enjeu pour la recherche

Le travail de mémoire professionnelle réalisé par les bibliothèques permet aux chercheurs d’accéder à des informations sur les collections qui leur seraient autrement hors de portée. Il peut compléter les apports de la bibliographie matérielle et le travail réalisé sur les provenances (informations sur l’ouvrage, registres d’entrées). L’étude de ces dernières (une démarche déjà ancienne à la BmL) permet de reconstruire l’histoire des documents en synchronie (où le document se trouvait-il à telle date ?) et en diachronie (entre quelles mains est-il passé au gré des années, des siècles ?). Or les marques de provenances sont fréquemment apposées par les bibliothécaires : cachets, anciennes cotes manuscrites ou tamponnées, signes incompréhensibles indiquant à l’époque une information comprise de tous (comme « ff » pour « fiche faite dans telle bibliothèque en telle année par telle personne pour tel catalogue »). En ce sens, l’histoire des bibliothèques (« ce cachet correspond à telle bibliothèque ») ou des possesseurs (« Mme et M. … possédaient cette estampe en 1742 ») est nécessaire mais ne suffit pas : l’histoire des pratiques professionnelles au sein des bibliothèques est également requise pour éclairer l’histoire des documents.

Catalogue de la bibliothèque du grand collège à Lyon. Ms 1459, XVIIIe s. Dans la marge de gauche, probablement le classement topographique

L’enjeu est de pouvoir reconstruire une histoire des décisions prises par les professionnels. Cette ambition se concrétise par exemple via l’écriture de l’histoire de la cotation : centrale, souvent méconnue, l’histoire de la cotation de chaque bibliothèque est un sujet complexe, qui a pris à la BmL la forme d’un document d’une quarantaine de pages. Elle permet de comprendre les logiques bibliothéconomiques retenues au fil des siècles, que se soit pour le rangement au sein des locaux ayant abrité ces documents ou pour faire évoluer les systèmes de cotations (pour l’attribution d’une cote à un seul document ou à des ensembles de plusieurs centaines de livres[1]). Pour rédiger l’histoire de la cotation, on peut utiliser des articles rédigés par d’anciens collègues et des archives. On peut également interroger les différentes annotations manuscrites apposées par les bibliothécaires au gré des ouvrages ou des catalogues papiers. S’il s’agit parfois de simples changements de cotes, on peut également trouver des éléments qui, une fois identifiés, datés, voire attribués, aident les chercheurs à retracer l’histoire des documents ou le traitement d’une discipline. Les collègues capables de reconnaître l’écriture de leurs prédécesseurs sont souvent proches de la retraite. Il est important de collecter ces informations sans attendre.

Anciennes indications d’inventaire (18283) et probables localisations antérieures, « G – 12 » pourrait être la cote dans la bibliothèque privée Charvin ; « B. L. (pour Belles Lettres ?) C.(?) 2bis fi(?) 1330 » indiquerait la localisation au sein de l’ancienne bibliothèque du Collège de la Trinité

Les chercheurs nous interrogent régulièrement sur l’histoire des reliures et restaurations de tel ou tel document. Cette question revient souvent concernant les recueils (quand et par qui ont-ils été réalisés ? Avec quelle intention ?) Mais elle nous est aussi fréquemment posée dans le cadre de la comparaison d’exemplaires (tel cahier a-t-il pu être ajouté ultérieurement lors d’un travail de reprise de la reliure ?). La BmL renseigne donc depuis plusieurs années systématiquement les dates et lieux de restauration des ouvrages sur leur notice en ligne ainsi que sur le document lui-même[2].

Chaque bibliothèque est la mieux placée pour entreprendre une histoire de ses pratiques. Si l’aide d’étudiants[3] ou de chercheurs est bienvenue, voire indispensable, le souci d’efficacité commande que les institutions initient ce travail et le rendent possible, ne serait-ce qu’en donnant accès à ces documents qui dorment le plus souvent en archives internes, et dont seul le personnel connaît l’existence : rapports annuels des départements et des structures, correspondance interne/externe, et parfois même carnets de bord tenus par des responsables de service ou de collection.

Exemplaire annoté du catalogue de vente de la collection Coste : les acquisitions par la BmL ont été renseignées directement sur le catalogue

À ce sujet, la question jusqu’ici non résolue de l’archivage des emails se pose : si les archives électroniques (documents, tableaux) sont le plus souvent bien transmises entre collègues, ça n’est pas le cas des échanges de courriels. Sur ce point, la BmL s’est tournée vers les Archives municipales de Lyon. Elles travaillent cette question depuis plusieurs années et sont aujourd’hui en mesure de former les agents de l’ensemble des services aux bonnes pratiques en la matière.

Travail en cours…

La BmL en fait-elle suffisamment pour la collecte de sa mémoire professionnelle ? De nombreux éléments ont été mis en ligne, nous devons toutefois :

  • continuer à collecter des témoignages (écrit, audio, vidéo), si possible au rythme de deux par an, un à défaut ;
  • continuer de documenter l’histoire de chaque bibliothèque (centrale et réseau) ;
  • penser à verser aussi régulièrement que possible nos archives aux Archives municipales ;
  • faire nôtre l’invitation des archives à travailler pleinement la question de l’archivage électronique ;
  • affiner notre travail sur l’histoire de la cotation afin de pouvoir le diffuser ;
  • initier un travail d’identification des différentes « mains », ou écritures manuscrites, disséminées dans nos usuels (catalogues d’expositions, répertoires de publications).

Expositions en lignes

Si les enjeux de la collecte professionnelle dépassent la seule BmL, c’est qu’ils relèvent d’une ambition nationale. Soulignons le travail inspirant de la BnF sur ce sujet :

En dégageant des moyens pour réaliser un travail de cette ampleur, la Bibliothèque nationale joue remarquablement son rôle de tête de réseau. La BmL peut bien sûr faire mieux, plus, différemment peut-être, sans toutefois rougir du travail déjà réalisé. Si la feuille de route est ambitieuse, l’urgence qu’impliquait le collectage des premières années s’est muée en une approche aujourd’hui plus globale. La singularité de la démarche de la BmL réside dans son caractère systématique, à notre connaissance unique pour une bibliothèque municipale. Les retours très positifs reçus du monde de la recherche sur notre base provenances et le travail de collectage nous encouragent à poursuivre ce projet.

Mémoire professionnelle et cœur de métier des bibliothécaires 

Il y a en effet un enjeu d’identité à rassembler, puis rendre accessible, la mémoire professionnelle. Les bibliothèques se retrouvent parfois capables d’indiquer aux lecteurs les emplacements des brocantes d’une région sur un demi-siècle via le dépôt légal, mais incapables de fournir des informations précises sur les décisions ayant guidé leur propre évolution sur la même période. Collecter les dates, faits, réflexions ayant marqué une institution, c’est se donner du souffle. C’est également un enjeu de gestion de ressources humaines : une institution sachant transmettre son histoire est plus à même d’intégrer les collègues nouvellement recrutés ou de former en continu ceux déjà en poste.

Être capable d’expliquer la cohérence de l’action menée par son institution dans le temps est également un levier pour convaincre la hiérarchie politique du bien fondé des orientations prises. Bibliothèques municipales ou universitaires ont tout à gagner à rendre compte de la cohérence de leur travail sur un temps long. Cette dimension de communication externe est importante à une époque où les financements doivent plus que jamais être justifiés auprès des tutelles, voire auprès de mécènes. Elle relève alors d’un enjeu stratégique.

L’enjeu est enfin sociétal et touche notre cœur de métier. Connaître l’histoire de sa bibliothèque en particulier, et des bibliothèques en général, permet à chaque professionnel d’y voir plus clair, qu’il ou elle travaille auprès de publics défavorisés ou privilégiés, dans un service patrimonial, un espace numérique, un département Jeunesse… Les actions contre l’illettrisme touchant la petite enfance comme la présentation de documents manuscrits médiévaux sont les extrémités d’une même chaîne : c’est le bouquet d’actions menées au quotidien qui donne son sens au travail des bibliothèques. Cet impact sur la vie de la cité constitue le point commun et le fondement de notre action. C’est ce qui fait qu’un magasinier ou un cadre, en BU ou BM sont collègues. Collecter et communiquer sur son histoire professionnelle, c’est affirmer la place et le rôle politique des bibliothèques. Étudiants, universitaires, cabinets d’experts peuvent nous aider à réaliser ce travail. Mais s’il n’est pas impulsé par les bibliothécaires eux-mêmes, par qui ?

Salle de lecture de la Bm centrale, Palais Saint-Jean (1911-1972)

L’intérêt de cette démarche pour le monde de la recherche est certain : elle permet aux bibliothécaires de mieux renseigner les chercheurs sur l’histoire des exemplaires comme des collections. Pour les bibliothécaires, la collecte de leur mémoire professionnelle revêt un enjeu d’identité professionnelle : elle leur permet d’identifier les décisions ayant façonné leur institution et donne des jalons pour se projeter. Enfin, à l’image des travaux pluridisciplinaires d’histoire des pratiques[4], collecter la mémoire professionnelle participe d’une question plus large encore : la signification de notre action et son impact sociétal.

Yann Kergunteuil – Bibliothèque municipale de Lyon, fonds ancien

[1] À la fin du XIXe siècle, Desvernay et Molinier ont ainsi modifié l’ensemble des cotes de manuscrits initialement attribuées par Delandine, premier bibliothécaire municipal nommé en 1803.

[2] Sur le document au contreplat supérieur (crayon HB), sur la notice en ligne en zone de catalogage « 318 », comme sur ce document coté SJ AR 5/82.

[3] Voir les travaux de C. Marty (MSD 096), M. Delavenne (MSD 0199), J-F. Lutz (MSD 0416), C. Rollin (MSD 0510), G. Haraux (MSD 0546).

[4] Voir le travail réalisé par le Labex « Les passés dans le présent », Université Paris VIII et X.

Entretien avec… Dominique Bougé-Grandon (Université Rennes 2)

L’Université de Rennes 2 (Région Bretagne, France) compte plus de 20 000 étudiants. Son Service commun de la documentation (SCD) rassemble dans ses 8 bibliothèques 710 000 documents (livres, thèses, cartes, dvd, cd, …) dont environ 12 000 antérieurs à 1810. Les étudiants, les enseignants et les chercheurs ainsi que toute personne sur justification d’une recherche peuvent venir consulter ces ouvrages dans la salle du fonds ancien tous les après-midis du lundi au vendredi.

Dominique Bougé-Grandon, conservateure au sein du SCD, est chargée de mission pour le fonds ancien et pour l’action culturelle. Responsable de la gestion du fonds ancien elle a pour mission de conserver, de signaler et de mettre en valeur ces ouvrages. Elle répond à nos questions.

Rayonnages dans le fonds ancien (Image de Marc Rapilliard)

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Du fait de la présence de ce fonds ancien, il y a toujours eu, sous la responsabilité d’un conservateur, un accueil des chercheurs. Depuis une quinzaine d’années, une vigilance plus grande est apportée aux conditions climatiques et plus largement aux conditions de conservation.

Aujourd’hui où la vulgarisation scientifique et la politique événementielle font partie des axes forts du plan stratégique de la BU, la responsable est chargée d’une double mission de gestion du fonds ancien et de pilotage de l’action culturelle. C’est donc une opportunité pour développer la valorisation du fonds. Cette action s’appuie sur de nécessaires collaborations avec des enseignants et des chercheurs de l’université et des établissements scientifiques partenaires.

Parallèlement le SCD poursuit l’amélioration du signalement des livres du fonds patrimonial. Nous conduisons une campagne de dépoussiérage. Nous envoyons chaque année une vingtaine d’ouvrages à restaurer chez un restaurateur-spécialiste. Nous consacrons un budget régulier pour l’acquisition de livres anciens en lien avec les points forts du fonds. En 2015, nous avons acquis un exemplaire des très célèbres Emblèmes d’Alciat et en 2016 un exemplaire d’une édition de La Sophonisbe du Trissin, première tragédie classique en langue italienne.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Ce fonds ancien est complémentaire de celui des bibliothèques de l’Université de Rennes 1. En effet les deux SCD formaient jusque dans les années 1990 une même bibliothèque inter-universitaire.

Le cœur en est le « fonds des séminaires » formé de livres imprimés provenant de séminaires, couvents et abbayes de Rennes et d’Angers. Ces ouvrages ont rejoint les collections universitaires au début du XXe siècle du fait des confiscations consécutives à la loi de 1905. Le fonds s’étoffa durant tout le XXe siècle de dons ou de legs d’enseignants, érudits et chercheurs.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Il s’agit essentiellement d’imprimés du XVe au XIXe siècle parmi lesquels on distingue cinq corpus intéressants :

  • les livres du XVIe siècle, grands et moyens formats, en nombre important pour une bibliothèque universitaire de taille moyenne (700 volumes)
  • les ouvrages liés à la Bretagne et aux Pays celtiques dont les plus singuliers ont fait l’objet d’une campagne de numérisation et sont accessibles en ligne.
  • les livres de littérature britannique, en lien avec le théâtre élisabéthain et post-élisabéthain (fonds Albert Feuillerat. Voir ici sa nécrologie dans les Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest). La plupart de ces textes ont été numérisés ailleurs mais les éditions sont rares en France.
  • les livres de controverse religieuse et politique, en particulier ceux liés à la querelle janséniste. Rappelons que l’évêque d’Angers entre 1650 et 1692 est Henri Arnauld, frère du Grand Arnauld et de deux abbesses de Port-Royal.
  • les atlas, livres de géographie, livres de voyages réels ou imaginaires.

Dans la Réserve moderne on trouve aussi des manuscrits d’écrivains et éditions contemporaines.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

À tout seigneur tout honneur ! Citons tout d’abord le Mercator. Il s’agit d’un exemplaire de l’Atlas imprimé de l’Atlas sive Cosmographicæ meditationes defabrica mundi et fabricati figura, ouvrage imposant, protégé par une reliure de vélin avec décor de filets dorés et larges fers. Il s’agit d’une édition de 1619. Les cartes coloriées à la main de cet atlas étaient d’abord parues séparément dès 1585. Après le décès de Mercator en 1594, c’est Josse de Hond (Jodocius Hondius) qui racheta à son petit-fils les planches. Ses éditions complétées de l’atlas connurent un très grand succès.

Nova Europae descriptio Auctore Iodoco Hondio. In Atlas sive Cosmographicae meditationes de fabrica mundi… [1619]. Cote : Fonds ancien 937 (Image de Marc Rapilliard)

Pour passer de l’infiniment grand à l’infiniment petit nous citerons ensuite Il pastor fido de Battista Guarini. Cette édition d’un texte poétique, appartenant au genre pastoral, qui connut un immense succès en Italie et à la cour de France est présentée dans un petit format propre à être porté sur soi. Elle a été imprimée à Tours à un moment où la cour et le roi ont dû quitter Paris tenu par la Ligue.

Double page de l’ouvrage Il pastor fido de Battista Guarini, Battista (1538-1612). Tours, 1592. Cote Fonds ancien : 55337 (Image de Marc Rapilliard)

Pour la réserve moderne, dans la perspective des manifestations du 50e anniversaire de l’Université nous avons acheté cette année un album de plans et de photographies du cabinet d’architecture Louis Arretche. Dans les années 1960, ce cabinet proposa différents projets pour la construction des bâtiments de ce qui allait devenir l’université Rennes 2 sur le campus Villejean.

Photographie maquette. Faculté des lettres et sciences humaines : université de Rennes. Pat G 13 (Image de Thomas Gérard)

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Le signalement des fonds anciens dans le catalogue de la BU et dans le SUDOC n’est pas totalement satisfaisant. Il s’agit de notices issues de la rétroconversion des catalogues sur fiches et le travail de nettoyage ou de reprise de ces notices n’est pas achevé. Différentes collaborations aux bases de données en cours, en particulier pour les livres du XVIe siècle, nous permettent d’avancer sur ce chantier : Editef pour les livres en  italien de la première modernité (1450-1630), USTC grâce au programme Preserving the World’s Rarest Books (ouvrages imprimés en Europe jusqu’en 1650) dont l’université Rennes 2 est partenaire. Un premier contact a été pris avec l’équipe de la base BIBALE qui s’intéresse aux marques de provenance des ouvrages anciens.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Depuis mon arrivée comme responsable du fonds ancien en octobre 2014, nous avons essayé de faire chaque année une exposition « patrimoniale ». Grâce au travail des étudiants du Master MAGEMI (Gestion et mise en valeur des œuvres d’art, des objets ethnographiques et techniques) encadrés par des enseignants d’histoire de l’art et d’histoire nous avons pu présenter en 2016 l’exposition Modernes livres anciens. Une autre collaboration avec le département d’italien nous a permis de préparer l’exposition La primavera del libro. Les italiens et les livres imprimés à la Renaissance en 2017. En avril 2018, l’exposition Rareté et livres rares du XVIe au XXIe siècle – encore le travail d’étudiants encadrés par enseignants et chercheurs – était accompagnée d’un colloque international qui s’est déroulé à la BU les 5-6 avril 2018. Des rencontres et ateliers sont aussi organisés. Dans le cadre des ateliers de la BU les ateliers « Livre en main » ont lieu trois fois par an. Ils permettent une initiation aux secrets des livres anciens de la BU en alternance avec les rencontres du groupe « Autour du livre » qui sont, elles, programmées toutes les semaines. Nous participons aussi au blog Millefeuilles de Bretagne qui regroupe les centres de conservation du patrimoine écrit en Bretagne. Le site des trésors des bibliothèques de l’Enseignement supérieur présente aussi quelques-uns de nos ouvrages.

Un atelier Livre en main (Image de Dominique Bougé-Grandon)

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Dans une bibliothèque universitaire les priorités vont nécessairement vers les fonds et les ressources « contemporaines » plus directement au service des enseignements et de la recherche. Pour nous il s’agit donc de pouvoir conduire en parallèle des opérations liées au signalement et à la conservation du fonds et de veiller à sa valorisation dans une bibliothèque universitaire qui n’a pas une vocation principalement patrimoniale.

Les Contes de Perrault dans tous leurs états

Il y a tout juste cinq ans (le 9 décembre 2013) eut lieu une exceptionnelle vente aux enchères entièrement consacrée à un lot unique : un exemplaire de l’édition originale des Histoires ou Contes du temps passé de Charles (et/ou Pierre ?) Perrault. Estimé à 400 000 – 500 000 €, le petit volume in-12 fut vendu 770 000 € (962 500 € frais compris). Selon la Gazette Drouot, il s’agissait là « du plus haut prix obtenu pour un livre imprimé français 1 ». Ce record avait sans doute été favorisé par une importante mise au point bibliographique diffusée dans trois publications de 2010, soulignant qu’il y eut bien deux éditions (et non deux « tirages » ou « états » d’une seule édition) publiées par Claude Barbin en 1697, et que les exemplaires de la véritable première édition sont rarissimes 2 .

Cette distinction entre les deux éditions des Contes avait déjà été établie en 1892 par le baron de Claye, sur la base d’une comparaison entre l’exemplaire de la bibliothèque Victor Cousin et deux exemplaires en mains privées :

Nous avons noté des différences qu’on ne soupçonnait pas et qui nous ont appris qu’il y a eu en 1697 non pas une, mais deux éditions des Contes du Temps passé. […] Il ne s’agit pas seulement de quelques feuillets offrant des variantes : d’un bout à l’autre c’est une autre impression 3

À sa suite, plusieurs spécialistes de Perrault (de Paul Bonnefon et Mary Elizabeth Storer à Gilbert Rouger) avaient rappelé, en termes plus ou moins clairs, l’existence de deux éditions Barbin. Pourtant, celles-ci continuaient à être souvent confondues, même par les experts en livres anciens ; ainsi, lors de la vente Hayoit (Sotheby’s, 2001), un exemplaire de la deuxième édition était décrit avec emphase comme « l’édition originale » et atteignit le prix de deux millions de francs. Les publications de 2010 ont donc apporté des précisions salutaires, tout en ignorant elles-mêmes la préhistoire de cette « révélation exceptionnelle 4 ».

Je voudrais proposer de reprendre le dossier et de pousser plus loin l’analyse matérielle et textuelle de ces deux éditions de 1697 (que je désignerai ici par A et B). La tâche est aujourd’hui grandement facilitée par la numérisation et mise en ligne des trois exemplaires de A conservés dans des collections publiques : la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de la Sorbonne, et la Bayerische Staatsbibliothek à Munich. La Sorbonne a aussi mis en ligne son exemplaire de B (provenant de Victor Cousin) ; cette numérisation est très supérieure au médiocre facsimilé jadis publié par Firmin-Didot, et plus tard par Slatkine, à partir du même exemplaire. Le recours aux versions numériques, si excellentes soient-elles, n’étant évidemment pas suffisant, j’ai en outre examiné personnellement les trois exemplaires de B conservés en Amérique (à New York, Harvard et Princeton). Les observations et interrogations qui suivent sont le résultat de cet exercice de collation, auquel je me suis livré dans le cadre de recherches sur les débuts du conte de fées littéraire en France.

L’exemplaire de Munich, apparemment inconnu des experts et bibliographes français, se distingue par plusieurs particularités – à commencer par la présence d’une variante surprenante qui, à ma connaissance, n’a jamais été notée. Alors que dans les exemplaires de la BnF, de la Sorbonne et de la vente de 2013 le feuillet P3 est un carton, celui de la BSB a gardé le feuillet original, qui révèle la première version d’un passage de « Riquet à la Houppe » :

Figure 1 – Bayerische Staatsbibliothek  (Res/P.o.gall. 1656 mz)

Le carton corrige « me disoit-il » en « me diroit-il » et « seur » en « seure » (ici souligné en jaune) ; mais surtout, il supprime deux phrases quelque peu brutales prononcées par la princesse : « qui me fait voir en vous de nouvelles laideurs que je ne voyois pas », et « puisque cela ne devoit servir qu’à me rendre plus miserable » (souligné en orange). Pour compenser ces suppressions, la version cartonnée allonge artificiellement la réponse de Riquet, de façon à assurer l’enchaînement avec le début de la page 175. C’est ce texte remanié qui est reproduit dans B et toutes les éditions ultérieures. Par contre, la contrefaçon publiée en 1697 à l’adresse (sans doute fausse) de Trévoux, copiée sur un exemplaire non cartonné, donne le texte original.

Autre particularité de l’exemplaire de Munich : alors que neuf des dix feuilles présentent la composition typographique A, une feuille (cahiers L et M) relève de la composition B. On a affaire à un exemplaire hybride, qui ne contient d’ailleurs pas de feuillet d’errata, à la différence des autres exemplaires connus de A.

L’exemplaire de A conservé à la Sorbonne offre lui-même une différence d’état, car la table s’y présente déjà sous la forme légèrement remaniée qui est caractéristique de B :

Figure 2 – à gauche : Bibliothèque nationale de France (RES P-Y2-263) et à droite : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (RRA 6= 348)

Ces trois exemplaires de la véritable première édition ne sont donc point identiques mais illustrent à eux seuls trois états distincts, non décrits par les bibliographes. Et quel est au juste le rapport entre A et B ? Selon Jean-Marc Chatelain, la deuxième édition représenterait « une recomposition complète de l’ouvrage, à la seule exception de l’épître dédicatoire 5. » Il me semble nécessaire de nuancer cette affirmation : seuls 80% du livre ont été réellement composés à nouveau, à savoir les cahiers A-Q (p. 1-192). Pour le reste (cahiers R, S, T et ã), la composition A a été réutilisée, mais avec des retouches plus ou moins importantes qui peuvent parfois faire croire à une composition nouvelle.

Dans les cahiers A-Q, la recomposition est évidente sur chaque page, dès qu’on fait attention à la typographie. Ce qui est plus mystérieux, et plus intéressant sur le plan littéraire, est la présence d’un certain nombre de différences textuelles entre A et B que les éditions critiques des Contes – à l’exception de celle de Roger Zuber – passent complètement sous silence. Dans « La Barbe bleue », par exemple, la seconde composition simplifie la syntaxe de deux phrases : « en lui laissant le choix » est changé en « et lui laissa le choix » (p. 58), et « dans lequel se miroient » en « & que dans ce sang se miroient » (p. 67). Que faut-il penser de ces remaniements stylistiques, et qui en est l’auteur ? Quoi qu’il en soit, l’édition de 1707 revient dans tous ces cas à la version de A, alors que les éditeurs modernes s’en tiennent en général au texte de ce qu’ils appellent, malencontreusement, le « second tirage ».

Pour les cahiers I et K, il faut d’ailleurs signaler l’existence de deux états de B, dont le premier est attesté par l’exemplaire Cousin, et le second par les autres exemplaires consultés. Ainsi, « ellé » est corrigé en « elle » (p. 114), et « vaiselle » en « vaisselle » (p. 119). Ces corrections semblent limitées à la forme intérieure de la feuille ; les pages relevant de la forme extérieure ne présentent pas de variantes.

Figure 3 – à gauche : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (VCR 6= 9677) et à droite : Princeton University Library (Cotsen HSVC 25129)

À partir du cahier R, la relation entre A et B est telle qu’elle requiert une comparaison très serrée, ligne par ligne, avec vérification sur tous les exemplaires accessibles. C’est notamment la présence de caractères déformés ou fracturés au sein des mêmes mots dans les deux éditions qui m’amène à conclure que la composition de chaque page avait été ficelée et conservée, puis retouchée et réimposée sur le marbre. Si on laisse de côté les titres courants (apparemment tous refaits pour la seconde édition), plusieurs pages des cahiers R et S sont strictement identiques dans A et B. C’est le cas de la page 198, où deux fautes flagrantes auraient pourtant nécessité une correction (« mor- de pain », « il passeroient »). À la page 197 je n’ai pu repérer qu’une infime différence, à savoir le redressement de l’i dans « avoit » (ligne 9) :

Figure 4 – à gauche : Bibliothèque nationale de France (RES P-Y2-263) et à droite : New York Public Library (*KB 1697 [Perrault, C. Histoires ou contes du temps passé])

Ailleurs dans « Le Petit Poucet », la plupart des pages de B témoignent de modifications plus substantielles, mais visiblement effectuées à l’intérieur de la première composition. Aux pages 218 et 220, le nombre de lignes, qui était irrégulier dans A, est réduit de 18 à 17, ce qui cause un décalage croissant entre les deux éditions. L’examen des caractères distinctifs montre cependant que, jusqu’à la fin du texte, l’atelier s’est borné à déplacer et remanier les lignes de la première composition :

Figure 5 – à gauche : Bibliothèque nationale de France (RES P-Y2-263) et à droite : New York Public Library (*KB 1697 [Perrault, C. Histoires ou contes du temps passé])

Un semblable constat s’impose pour la table et le privilège (fin du cahier T) ainsi que la page de titre et la dédicace (cahier ã) : B réemploie la composition de A, en y corrigeant quelques détails d’orthographe et de mise en page.

L’analyse matérielle confirme donc qu’il s’agit bien de deux éditions distinctes, car la grande majorité du texte a en effet été recomposée. Mais la seconde édition a dû suivre la première de très près, puisque les caractères utilisés pour les deux dernières feuilles n’avaient pas encore été distribués dans les casses. Une telle recomposition partielle n’est sûrement pas un procédé singulier pour l’époque ; Roger Laufer avait ainsi constaté un cas analogue à propos des rééditions du Diable boiteux de Lesage en 1707 (chez la veuve de Claude Barbin), en proposant l’explication suivante : « Une vogue exceptionnelle peut justifier une recomposition partielle, la décision d’augmenter le tirage étant prise alors qu’une partie de l’ouvrage a déjà été tirée et les formes distribuées 6 ». Dans le cas des Histoires ou Contes du temps passé, ni l’auteur ni le libraire n’avait sans doute prévu la « vogue » qu’allait rencontrer le recueil ; Barbin affrontait d’ailleurs alors des difficultés financières qui devaient le pousser à la prudence 7. On peut supposer que l’ouvrage fut d’abord tiré à un nombre assez peu élevé d’exemplaires, mais que son succès amena rapidement une augmentation du tirage, nécessitant une nouvelle composition pour la plus grande partie du texte.

Comme je l’ai signalé ailleurs 8, le premier volume des Contes des fées de Mme d’Aulnoy, publié par Barbin quelques mois après le livre de Perrault (et devenu encore plus rare que celui-ci), existe lui aussi en deux versions à première vue identiques, dont l’analyse bibliographique reste à faire. L’existence de telles éditions jumelles reflète-t-elle une pratique éditoriale courante et méconnue ? Ou s’agit-il d’un phénomène affectant plus particulièrement les recueils de contes de fées, genre littéraire nouveau dont les libraires avaient du mal à prédire le débit ? Il faudra sans doute poursuivre et élargir l’enquête, en examinant d’autres exemplaires et d’autres éditions, sans se fier aux apparences ni aux catalogues.

 Volker Schröder
Princeton University

  1. Voir l’entrée « Perrault record » dans Bibliophilie 2013  []
  2. Importants livres anciens, livres d’artistes et manuscrits, vente Christie’s, Paris, 21 avril 2010, no. 54 ; Jean-Marc Chatelain, « Du nouveau sur de l’ancien : une précision bibliographique à propos de l’édition originale des Contes de Perrault », dans Il était une fois l’interdisciplinarité, sous la dir. de Claire Badiou-Monferran, Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant, 2010 (actes d’un colloque tenu le 31 mai 2008), p. 235-238 ; Vérène de Diesbach-Soultrait, Six siècles de littérature française : XVIIe siècle (Bibliothèque Jean Bonna), Genève : Droz, 2010, t. II, p. 90-91 (« découverte fondamentale qu’aucun bibliographe n’avait notée jusqu’à présent »). []
  3. D’Eylac (A. de Claye), La Bibliophilie en 1891-1892, Paris : A. Rouquette, 1893, p. 13-14 (première publication dans La Gazette nationale ou Le Moniteur universel, 16 avril 1892, p. 3). []
  4. Vérène de Diesbach-Soultrait, op. cit., p. 91. []
  5. Jean-Marc Chatelain, art. cit., p. 237. []
  6. Roger Laufer, Introduction à la textologie : vérification, établissement, édition des textes, Paris : Larousse, 1972, p. 120-121. []
  7. Voir Gervais Reed, Claude Barbin, libraire de Paris sous le règne de Louis XIV, Genève–Paris : Droz, 1974, p. 50. []
  8. « Les Contes des Fées », Anecdota : rare texts and images from early modern France, avril 2018. https://anecdota.princeton.edu/archives/720 []

Une visibilité réduite : fastes et lacunes d’une exposition sur le théâtre au XVIe siècle

 

Le musée national de la Renaissance au château d’Écouen propose jusqu’au 28 janvier 2019 l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance. Cette exposition présente sans aucun doute la plus grande quantité de livres sur et autour du théâtre et de la culture spectaculaire en français au XVIe siècle jamais rassemblée pour une telle manifestation culturelle. À ce titre, elle offre à qui la visite un saisissant tour d’horizon visuel des supports et des formats proposant à l’époque des textes de théâtre, mais aussi des récits festifs, des images de décors et de spectacles, ainsi que des documents témoignant de la pratique dramatique. Il est d’autant plus dommage qu’elle ne réponde pas aux attentes qu’une telle ambition peut susciter.

Une large place faite aux livres

Pour limiter le propos aux livres qui sont l’objet d’étude de ce blog, je ne commenterai pas les documents d’archives, tableaux, gravures, objets et même tapisseries et tissus présentés aux côtés de ces livres, autrement que pour souligner le grand intérêt de les rassembler ainsi dans un même espace d’exposition. Ils font l’objet d’une présentation riche et éclairante sur différents aspects de la pratique théâtrale comme sur l’impact que le théâtre put avoir sur l’imaginaire collectif à cette époque. Les livres (manuscrits et imprimés) représentent quant à eux presque la moitié des 137 pièces présentées.

L’exposition est divisée en quatre salles : « L’apogée des formes médiévales », « Un théâtre humaniste », « L’émergence de la commedia dell’arte » et « Un théâtre de Cour ? La construction d’un nouveau symbolisme collectif ». La première salle, et aussi la plus grande, est consacrée au théâtre issu de la tradition médiévale encore largement pratiquée au XVIe siècle. Les vitrines centrales de la pièce proposent une impressionnante collection de manuscrits de mystères et pièces à sujets religieux, qui illustrent la diversité de ces supports. 

On peut ainsi voir côte à côte des manuscrits de mystères présentant le texte complet d’une pièce, certains dans une mise en page dépouillée, d’autres richement enluminés ; des imprimés qui soulignent que les textes de ces mystères ne restèrent pas cantonnés au seul support manuscrit ; des registres de comptes ainsi que des contrats documentant l’organisation des représentations de ces mystères. On y trouve aussi d’exceptionnels documents de travail utilisés lors de représentations, tels que l’Abregiet de la Passion jouée à Mons en 1501, qui permettait au metteur en scène (‘meneur de jeu’) d’avoir une vue d’ensemble des répliques abrégées des différents personnages et des actions de jeu (Mons, bibliothèque centrale, Ms 535 (1086) R1/B) ; ou encore de rares rôles d’acteurs, qui ne comportent que les répliques du personnage que l’on joue (Rôle de l’Homme Pécheur, moralité de la fin du XVe siècle, BnF Ms NAF 6514). Tous sont rendus accessibles par de très utiles tablettes en bois que l’on peut prendre en main pour lire une transcription d’extraits de textes manuscrits.

Manuscrits et incunable de mystères de la Passion richement enluminés

La deuxième salle fait la part belle à trois types de livres, dont le propos reflète l’intérêt des humanistes pour le théâtre antique, et l’inspiration qu’ils y trouvent : des éditions, en latin et en français, des œuvres du poète comique latin Térence ; des traités architecturaux italiens qui proposent une réflexion sur la construction de nouveaux théâtres et décors inspirés de l’Antiquité ; et les premières tragédies et comédies en français d’auteurs tels qu’Étienne Jodelle, Robert Garnier ou Pierre de Larivey.

Térence, Comoediae, Johann Grüninger, Strasbourg, 1496 (USTC 749279)

Les troisième et quatrième salles proposent une belle palette d’éditions présentant différents divertissements de cour et entrées urbaines ainsi qu’une sélection intéressante de pièces issues du monde des acteurs italiens à la fin du XVIe siècle. Certains de ces ouvrages éveilleront certainement la curiosité des historiens du livre. Ainsi d’une édition d’une comédie italienne, l’Angelica de Fabrizio de Fornaris, par le parisien Abel Langelier (1585) (USTC 130109), qui attire l’attention sur la petite production dans cette langue d’un imprimeur-libraire majeur, plus connu pour son ample catalogue en français. Ou encore l’expérimentation menée par Gérard Vivre avec sa Comédie de la fidélité nuptiale (Paris, Nicolas Bonfons, 1578) : dans ce livre, l’auteur propose un système inédit de signes typographiques servant à donner des indications scéniques dans le texte de la pièce. A ce titre, l’exposition a pour mérite certain de proposer, aux côtés d’ouvrages incontournables, d’autres livres moins connus mais tout aussi fascinants.

Deux pages de la Comédie de Gérard de Vivre (g. Système de didascalies typographiques; d. Son application dans un dialogue)

Des livres trop peu mis en valeur

Il est donc dommage que ces livres, dont la variété et l’intérêt sont frappants, ne bénéficient pas toujours d’une mise en valeur adéquate. Dans toutes les salles, l’exposition des livres est similaire : la plupart sont présentés en vitrine à l’horizontale, pour s’ouvrir sur la page de titre ou sur deux pages reflétant au mieux le contenu de l’ouvrage. Cette exposition classique est compréhensible, mais les longues rangées de livres ainsi présentées peuvent s’avérer monotones pour les personnes qui visitent l’exposition sans avoir de connaissances préalables en histoire du théâtre ni en histoire du livre.

Elle est de plus inévitablement frustrante, dans le cas de manuscrits et d’imprimés vantés pour leur contenu particulièrement riche en illustrations, ou les particularités de leur contenu. Étant donné le partenariat mis en place avec la Bibliothèque nationale de France, on aurait pu envisager un accès électronique à certains ouvrages dont la numérisation est disponible sur Gallica, via des tablettes au fil de l’exposition, ou tout autre dispositif attirant l’attention des visiteurs sur l’existence de ces objets numériques. Il est en effet dommage de se priver du plaisir de pouvoir feuilleter l’un des manuscrits du Mystère de la Passion de Valenciennes, richement peints, ou encore le Balet comique de la Royne (1582) et ses nombreuses gravures[1], pour se faire une meilleure idée de leur contenu.

De fait, les choix de présentation des ouvrages risquent de faire passer les visiteurs à côté de pièces essentielles. Ainsi, dans la première salle, en parallèle aux livres de mystères, les autres « formes rudimentaires » théâtrales (pour reprendre une expression particulièrement malheureuse du panneau présentant les farces, sotties et moralités) ne bénéficient pas du même traitement de mise en valeur. Il est dommage que, dans la (trop) petite sélection d’imprimés présentée pour cette section, soient mis sur le même plan des éditions intéressantes mais conservées en plusieurs exemplaires, et des ouvrages absolument uniques. Ainsi, on se demandera si un objet exceptionnel comme le Recueil de Florence (coll. privée), l’un des trois grands recueils de théâtre joyeux imprimé, ne pouvait pas mieux être présenté que perdu dans une vitrine foisonnante.

Le recueil de Florence, exposé pour la première fois au public 

Cela ne contribue pas à attirer le regard des visiteurs sur ce témoin majeur de l’histoire du théâtre, ni à souligner qu’est ici exposé pour la première fois au public un livre demeuré dans des collections privées depuis sa découverte dans un grenier en 1927 (et prêté pour l’occasion par son propriétaire) : seuls deux chercheurs, Gustave Cohen et Jelle Koopmans, avaient jusqu’ici eu le privilège d’y avoir accès pour l’étudier.

Cela crée également l’impression fausse que c’est le théâtre religieux qui primait dans la pratique théâtrale du premier XVIe siècle, vu la place donnée à ses témoins dans cette salle, qui réduit le foisonnement des autres formes théâtrales et festives de l’époque à peu de choses, au regard de la masse de livres et de documents qu’elles nous ont pourtant laissée.

Une question laissée sans réponse : qu’est-ce que le théâtre dans la France de la Renaissance ?

Car c’est bien là que le bât blesse. Le problème majeur auquel on est confronté dans cette exposition réside dans un biais qui met en avant la sélection de certains types d’ouvrages, pour occulter d’autres pans de la production de livres de théâtre et de la pratique théâtrale de la même période, sans que cela soit justifié par les sources. Le théâtre religieux qui l’emporte sur les autres formes dramatiques pour la première salle en est un exemple. La mise en avant d’un « théâtre rêvé » des humanistes dans la deuxième salle en est un autre. Les belles éditions illustrées de Térence éclipsent la pratique du théâtre des Collèges, en latin notamment. Le théâtre des Jésuites, autre forme majeure du théâtre pédagogique à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, est quant à lui tout simplement absent de l’exposition. De même, les décors imaginés par les architectes italiens ne trouvent pas de véritable contrepoint dans la présentation de documents permettant de mieux saisir les questions de scénographies réellement à l’œuvre quand se mettent en place les premières structures de jeu pérennes, à Paris notamment. C’est donc un théâtre souvent imaginaire qui est mis en avant, au détriment de la pratique dramatique proposée aux publics de la Renaissance.

Autre angle mort de l’exposition, un seul livre, la « tragédie françoise » Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze (ici présenté dans son édition anversoise de 1580, est chargé d’illustrer toute la richesse du théâtre protestant en français. On sait que ce théâtre fut particulièrement foisonnant en France dans la deuxième moitié du XVIe siècle, dans les registres non seulement tragiques, mais aussi comiques et satiriques, en résonance avec les tensions puis les conflits sanglants des guerres de religion qui marquèrent le royaume.

La Comédie du Pape malade, [Genève], [Conrad Badius], 1561, USTC 209

De nombreuses pièces réformées furent jouées dans des villes françaises, et circulèrent à l’état de manuscrits et d’imprimés : là encore, la documentation existe, et aurait dû être présentée pour donner une vision complète des enjeux sociaux et religieux du théâtre de la première modernité. Ainsi, il était possible de faire le lien avec le manuscrit La Vallière, ou Recueil de Rouen, présenté comme recueil de farces dans la première salle l’exposition, mais qui contient également des pièces d’inspiration protestantes composées et jouées en Normandie. Cela aurait permis de montrer la complexité de tels ouvrages, plutôt que de les réduire à des stéréotypes – le comique de la farce n’excluant pas ici le sérieux de la critique réformée, par exemple.

Le Recueil La Vallière, ou Recueil de Rouen, BnF Ms Français 24341 (photos © Mario Longtin)

On pourrait certes arguer qu’une partie du théâtre protestant, de Bèze et d’autres, fut imprimé à Genève ou Neuchâtel et se trouverait donc à la marge du champ défini par l’exposition, la France de la Renaissance. Mais, outre le fait que ces livres circulèrent largement dans le royaume, il faudrait alors également discuter le statut d’autres objets présentés au fil de l’exposition. Ainsi, les manuscrits des Passions jouées et copiées à Valenciennes et Mons, sont présentés parmi d’autres témoins des mystères joués en France, alors que ces villes faisaient encore partie des Pays-Bas. On regrette donc ici le manque de contextualisation de ces questions de frontières géopolitiques qui ne recoupaient pas celles de la langue au XVIe siècle, et qui posent donc la question de ce qu’est le théâtre français, ou en français à l’époque.

En conclusion, cette exposition mérite le déplacement pour l’introduction d’un sujet encore largement inconnu du grand public, et pour la richesse des œuvres et des livres qu’elle présente, en particulier certaines pièces, exceptionnelles à bien des égards. On déplorera en revanche que des pans de la recherche actuelle soient laissés dans l’ombre ou sous-exploités, ce qui n’aboutit qu’à une vision partielle, et donc incomplète, de la culture théâtrale du temps. Ces manques se retrouvent en particulier dans la présentation des livres imprimés, qui ne permet pas assez de bien en saisir le contexte de production, l’utilisation et la réception dans la société du XVIe siècle, ainsi que la valeur patrimoniale et scientifique.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

[1]  Sur cet ouvrage, je renvoie au billet de Juliette Jestaz, « Les faux pas du Balet comique de la Royne imprimé en 1582 », publié sur notre blog le 4 octobre 2017.

 

À la découverte d’une bibliothèque savante: les collections de l’Académie de Nîmes

Cette semaine, Didier Travier, conservateur au fonds ancien de la bibliothèque municipale de Nîmes, nous emmène à la découverte d’une autre bibliothèque dont il a la charge, celle de l’Académie de Nîmes.

L’Académie de Nîmes créée en 1682 est l’une des plus anciennes académies de province après celles de Caen (1652), Avignon (1658), Arles (1669) et Soissons (1674). Dissoute à la Révolution française, elle est reconstituée en 1802. Elle se réunit depuis 1920 dans un bel hôtel particulier du 16e siècle situé au 16 de la rue Dorée. C’est là, au premier étage, que se trouve sa bibliothèque dont le catalogue informatisé compte un peu plus de 8000 notices.

Une permanence y est assurée les mardis de 14h à 17h et vendredis de 14h à 16h. Les confrères et consœurs ainsi que les chercheurs extérieurs qui en font la demande y sont accueillis par M. Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission de la bibliothèque, et les personnes qui l’épaulent.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Comme ce fut le cas pour beaucoup d’institutions d’Ancien Régime, la bibliothèque de l’Académie de Nîmes, qui s’était considérablement enrichie par la donation des collections de son Secrétaire perpétuel, le botaniste et épigraphiste Jean-François Séguier (1703-1784), a été confisquée au moment de la Révolution française. Le fonds ancien de l’Académie se trouve donc aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Nîmes. La part du livre ancien est en conséquence très faible dans les collections de la bibliothèque reconstituée au 19e siècle : moins de 4% d’ouvrages antérieurs à 1810. Elles se partagent en deux parts égales entre un grand 19e siècle (jusqu’en 1914) et le 20e siècle jusqu’à nos jours (48% chacune). Cela n’empêche pas la présence de quelques pièces anciennes rares comme cet ouvrage de polémique anti protestante, L’Ecriture abandonnée par les ministres de la religion prétendue réformée, publié à Nîmes en 1658 par un magistrat de la ville, Claude de Bane, issu d’une famille protestante mais converti lui-même au catholicisme. Le Catalogue collectif de France n’en recense que deux exemplaires à Avignon et Montpellier.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

L’usage est que les Académiciens remettent à la bibliothèque un exemplaire de chacune des publications auxquelles ils contribuent. C’est là la source régulière d’accroissement des collections. Il n’est pas rare non plus qu’au décès de certains membres, l’Académie reçoive tout ou partie de leur bibliothèque. Ce fut par exemple le cas en 1922 pour celle du commandant Raymond Plantin de Villeperdrix partagée entre l’Académie et le Musée archéologique.

Ex-libris du commandant de Villeperdix sur un exemplaire du Compendio della vita di san Filipo Neri, Forli, 1674, provenant de la bibliothèque familiale.

Enfin, l’une des ressources importantes de la bibliothèque est constituée par les périodiques reçus par échange avec d’autres sociétés savantes. Il y en a actuellement 94.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

A côté de ces publications des sociétés savantes, qui constituent une mine trop peu explorée, et des brochures et ouvrages intéressant l’histoire locale, l’un des points forts de la bibliothèque de l’Académie réside, me semble-t-il, dans ses collections occitanes. Les ouvrages les plus anciens dans ce domaine sont l’édition de 1638 du Ramelet moundi de Pierre Goudelin et Le tableu de la bido del parfet crestia, livre de piété toulousain millésimé 1673, l’édition originale datant de l’année précédente. Mais c’est surtout le mouvement félibréen qui est représenté par plusieurs centaines de titres, provenant notamment de la bibliothèque de Fernand Devize léguée en 1928, elle-même héritière de celle de l’écrivain provençal Baptiste Bonnet (1844-1925), natif de Bellegarde dans le Gard. Parmi les pièces remarquables de cet ensemble, il faut citer les carnets manuscrits du félibre nîmois Louis Roumieux (1829-1894).

Dans le domaine du patrimoine graphique, il convient de signaler, même s’ils n’appartiennent pas à la bibliothèque stricto sensu, la fascinante collection iconographique relative au comte de Chambord réunie par Henry Bauquier, le fondateur du Musée du Vieux-Nîmes, et donnée à l’Académie en 1943, ainsi que le fonds Filleron-Lorin comprenant 44 700 cartes postales anciennes, concernant principalement des édifices religieux.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Voici d’abord un ouvrage emblématique de la culture camarguaise, qui a tant d’importance à Nîmes, ville de la tauromachie

Le Taureau Camargue, publié en 1925 par Jeanne de Flandreysy et Gaston Bouzanquet participe du mouvement d’ « invention » de la Camargue et de promotion des traditions de la « nacioun gardiana » qui s’affirme dans ces années-là autour du marquis de Baroncelli.
Mais pour voir les pièces les plus remarquables, il faut ouvrir les portes de l’armoire de la réserve.

Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission bibliothèque, devant l’armoire de la réserve)

La rarissime pièce ci-dessous (elle n’est connue au Catalogue collectif de France que par les deux exemplaires de la Mazarine) intitulée Histoire admirable d’un faux et supposé mari est une contrefaçon du début du 17e siècle du récit de la fameuse histoire de Martin Guerre.


Parmi les pièces manuscrites, on peut signaler un Cours d’architecture professé entre 1787 et 1792 à l’Ecole des Ponts et Chaussées de Montpellier par Charles Durand, qui, comme ingénieur du département du Gard, jouera un rôle décisif dans les aménagements urbains de Nîmes au début du 19e siècle.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La priorité n°1 est le signalement des collections. Une convention passée en 2001 avec la Ville de Nîmes a permis l’informatisation initiale du fonds. Depuis les nouvelles entrées sont cataloguées par les bibliothécaires de la Ville et intégrées dans un catalogue commun (http://cat-bib.nimes.fr). Dans le même temps, notre archiviste, M. Gabriel Audisio, et son équipe poursuivent un travail important de recensement des archives de l’Académie, qui prend la forme d’un inventaire sous Excel accessible sur le site de l’Académie (https://www.academiedenimes.org). On signalera enfin, dans la même logique d’ouverture, l’opération de numérisation des publications de l’Académie menée avec beaucoup de détermination par le Secrétaire perpétuel, M. Alain Aventurier. Aujourd’hui, l’ensemble des Mémoires est consultable en ligne sur le site de l’Académie. Les Mémoires mais aussi les Bulletins sont par ailleurs accessibles dans Gallica jusqu’en 2006.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Le grand public peut découvrir la bibliothèque à l’occasion des Journées du Patrimoine. L’Académie s’efforce également de s’associer à des opérations de valorisation à l’extérieur de ses murs. Ainsi, l’été dernier, une exposition faisant connaître le fonds de cartes postales a été présentée à la bibliothèque municipale dans le cadre d’un programme plus vaste consacré à la photographie.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Trop peu de places pour stocker les livres, trop peu de public pour les consulter ! Le premier problème est en passe d’être résolu puisque l’aménagement de deux nouvelles pièces va donner à la bibliothèque et aux archives une extension considérable. Le second est plus complexe. Sa résolution suppose, outre l’effort de signalement et de valorisation déjà indiqué, l’établissement de liens plus resserrés avec l’Université, ce qui a commencé à se faire. Des numérisations ciblées, complémentaires de celles de la bibliothèque municipale et conjointes à elles, sont également à programmer pour les fonds les plus spécifiques. Ma position de conservateur du fonds ancien de la bibliothèque municipale et de bibliothécaire de l’Académie facilitera, je l’espère, ces convergences.

Découvrir les collections du «Musée-Bibliothèque» Médard

Lunel, ville moyenne située dans la contrée occitane entre Nîmes et Montpellier, n’est pas un haut lieu de la culture où l’on s’attend à trouver un musée sur le livre et le patrimoine écrit. Le critère premier pour la création de fonds anciens dans les bibliothèques municipales en France est le statut juridique de la ville à l’époque des saisies révolutionnaires et de celles suivant la séparation de l’Église et de l’état en 1905.  Les Préfectures ou Sous-préfectures recevaient les fonds des établissements religieux et des émigrés dans leur circonscription. Or Lunel n’eut jamais ce statut, on lui préféra alors Béziers et Lodève pour la redistribution des collections. Il est d’autant plus surprenant donc d’y découvrir un centre d’interprétation de qualité remarquable, tel que je l’ai trouvé au Musée Médard lorsque j’y ai rencontré son conservateur Claudio Galleri pour la fin de l’exposition « Savantes Lumières – Louis Médard et l’aventure du XVIIIe siècle ».

Depuis la fin 2013, l’ancien hôtel de ville reçoit des visiteurs dans des locaux entièrement rénovés, autour d’expositions mettant en valeur des thématiques transversales à travers la collection jadis léguée par ce Médard. Galleri y a pris la barre en 2015 et a veillé sur le développement du projet pour lui valoir l’attribution du statut « Musée de France » en 2017. Il s’agit là de la confirmation de l’ouverture et du partage patrimonial qui est l’esprit originel et actuel de la collection Médard.

L’entrée du Musée Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Natif de Lunel, Louis Médard (1768-1841) fit fortune comme marchand de tissus, notamment ces tissus imprimés dits indiennes si populaires à l’époque. Bibliophile dès un jeune âge, il amassa avec l’aide d’un réseau de contacts à Paris une collection d’imprimés anciens et contemporains qu’il fit relier par les plus grands noms de son époque. Rassemblés dans son cabinet de lecture à Montpellier, les 3107 œuvres bénéficièrent à sa retraite de l’élaboration d’un catalogue détaillé qui est encore conservé. C’est ce qui nous permet aujourd’hui de visiter au premier étage une reconstitution fidèle de la bibliothèque de Médard, les livres arrangés suivant l’ordre du collectionneur, qui adoptait le système des libraires de Paris. Les tranches maroquines diversement colorées et dorées y brillent et appellent à la consultation à travers les vitres des meubles originaux. On s’imagine que l’effet était voulu par le donataire lorsqu’il légua le tout à la municipalité, précisant que sa collection soit mise à la disposition de tous, notamment des collégiens, pour qu’ils bénéficient d’une bibliothèque comme il ne l’avait pu à cet âge.

La bibliothèque de Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Quelques 800 fiches explicatives calligraphiées par les secrétaires de Médard témoignent du soin avec lequel ces éditions ont été choisies. Inspiré par une formation humaniste, il s’est entouré de monuments littéraires et typographiques, avec une préférence pour les œuvres d’histoire et des belles-lettres. Depuis le transfert de la donation à Lunel en 1858, d’autres collections s’y sont ajoutées. Aujourd’hui les quelques 5000 livres de ce fonds comptent huit manuscrits médiévaux, deux incunables et de nombreux imprimés de chaque siècle du XVIe au XIXe siècle. Il s’agit par ailleurs d’une collection vivante, à laquelle on cherche à ajouter suivant sa logique interne (des titres que Médard souhaitait acquérir, par exemple) et le projet scientifique du musée (notamment ce qui a rapport aux arts et métiers du livre).

Une page du « Grand catalogue » de Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Dans cette logique, le musée a fait l’acquisition il y a quelques années de 96 fers de reliure de l’illustre atelier parisien de René et Alphonse Simier. Comme quelque 400 volumes de la bibliothèque Médard furent jadis reliés par la maison Simier, certaines de ces reliures de luxe peuvent maintenant être associées aux outils précis qui les ont marquées. La provenance des reliures est signalée dans le catalogue en ligne, valorisant à nouveau l’investissement original du collecteur. Car à part 150 volumes dont Médard préféra préserver la reliure d’origine, il fit relier la très grande majorité de ses acquisitions par les grands artisans parisiens et montpelliérains de la première moitié du XIXe siècle. Ces reliures sont parmi les éléments systématiquement numérisés par le musée et mis à la disposition du public à travers le catalogue. Ainsi sont célébrés la matérialité et l’historique des exemplaires, qui font la force particulière de ce fonds.

Suivant cette même philosophie, il est aisé d’identifier quels ouvrages de Médard ont été documentés dans ses différents catalogues, révélant la logique interne de la collection à différentes époques, et évoquant des sous-collections particulières. Dans cette perspective, l’on note la présence d’un « Petit catalogue », qui documente les 143 livres de Médard qui figuraient alors sur l’Index. Physiquement, ces volumes étaient regroupés à l’abri du regard innocent derrière les portes en bois du meuble qui trône encore aujourd’hui dans son cabinet.

Si les ouvrages théologiques sont bien représentés dans cet « enfer », la collection plus large est fortement dominée par l’intérêt de Médard pour les belles-lettres (qui représentent 50% des titres) et l’histoire (environ 30% du total). De grands auteurs du siècle des Lumières y sont représentés, comme les auteurs antiques que cet amateur de Virgile appréciait particulièrement. L’on trouve donc dans cette collection le reflet des loisirs d’un bibliophile nanti et non pas le cabinet de travail d’un négociant. Les intérêts régionaux sont ainsi moins représentés chez Médard que des réflexions philosophiques d’envergure cosmopolite. Les fonds qui se sont rajoutés à la collection de Lunel depuis viennent équilibrer cette répartition. Par ailleurs, les collaborations du Musée Médard avec d’autres institutions font finalement valoir l’apport de ses richesses à la culture de la région et les situent dans le paysage patrimonial plus large.

Avec le programme culturel annoncé pour 2018/2019, nous attendons deux belles expositions à Lunel : à partir du 24 octobre, « Pop-up! Histoires et éclats du livre animé », suivie au mois d’avril par « Feuilles et merveilles. L’univers des papiers décorés ». La consultation sur place des ouvrages et du centre de documentation est possible sur rendez-vous. Le site du musée et son catalogue en ligne, illustré par les nombreuses numérisations effectuées à ce jour, peuvent motiver à prévoir un déplacement prochainement.

La façade du Musée Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

* Pour une explication détaillée de l’historique et de l’avenir du la collection Médard, l’on attendra le texte de Claudio Galleri, « Le fonds Louis Médard à Lunel et sa transmission patrimoniale : de la bibliothèque au musée », dans La fabrique du patrimoine écrit: objets, acteurs, usages sociaux, Presses de l’ENSSIB et Éditions des Cendres, 2018, à paraître.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

Un imprimé perdu : l’Office de Sainte-Cécile d’Abraham Blondet (Paris, 1611)

Je réponds à la dernière contribution de Malcolm Walsby, Les derniers témoins d’éditions perdues,  avec l’exemple d’une édition musicale perdue, connue seulement par un fragment. En 1992, mon attention a été attirée par la reliure d’une édition des Moduli duarum, vel trium vocum d’Orlande de Lassus1 . La reliure en cartonnage de l’exemplaire du Département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France RES VM1-38 laissait apparaître des feuillets contrecollés provenant de diverses éditions musicales, supposées provenir du même atelier.

Une fois décollée par le restaurateur du Département, cette reliure a révélé plusieurs fragments d’intérêt variable :

Ø  quelques feuillets provenant du second livre des Meslanges de Claude Le Jeune de 1612, édition bien connue par ailleurs2 ;

Ø  les feuillets signés Di-Diiij et paginés 25-32 de la partie de Dessus du premier chœur d’une œuvre inconnue, dont on ne connaît toujours pas d’autre source.

Il s’agit de l’Officii Divæ Ceciliæ mis en musique pour deux chœurs par Abraham Blondet, qui était alors maître de chapelle de Notre-Dame de Paris et chanoine en la même église. Après avoir été enfant de chœur à Notre-Dame, il avait reçu un prix pour son motet Tu benigne Dominus es au puy d’Évreux en 1583. Il a peut-être travaillé ensuite pour l’église Saint-Éloi de Longjumeau, avant de revenir à Notre-Dame de Paris. En voici le titre restitué :

Officii Divæ Ceciliæ virg. et mart. Musicorum patronæ musici concentibus expressi Auth. Abraham Blondet Parisior. Insignis Ecclesiæ Parisiensis Canonico et succentore Musici que Præfecto.

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES VM1-38 (défet)

Imprimée en 10 volumes in-4°, l’œuvre est un des premiers exemples de musique sacrée publiée en France pour double chœur. Ces huit pages laissent apparaître des pièces composées pour 4 à 10 voix :

p. 25 un extrait de messe :

Ø     Agnus Dei qui tollis peccata mundi miserere nobis.

Et un extrait du Ps. 119 :

Ø     Confundantur superbi quia injuste iniquitatem fecerunt in me

p. 26-27 deux pièces relatives à sainte Cécile. Comme il ne se retrouvent pas dans son office liturgique propre, célébré le 22 novembre, on peut supposer que ce sont des vers néo-latins :

Ø  Vos ô sacratæ gratissima turba cohorti Quos placuisse Deo iuvat… Cecila musarum modulis celebranda metrisque…

Ø    Dulcis amica chori Cecilia dulce tuorum Præsidium nostri spesque… Casta fave sanctus superis omissus ab oris Spiritus… O fastis recolenda dies…

p. 28 la prière pour le roi :

Ø     Domine salvum fac Regem & exaudi nos in die, qua invocaverimus te.

enfin p. 29-32 des versets de psaumes :

Ø     Dixit Dominus Domino meo : sede à dextris meis. Virgam virtutis tuæ [Ps. 109]

Ø     Lætatus sum in his quæ dicta sunt mihi : In domum Domini ibimus. [Ps. 121]

Ø     Lauda Jerusalem Dominum : lauda Deum tuum Sion. [Ps. 147]

Ø     Credidi propter quod locutus sum : ego autem humiliatus sum nimis. [Ps. 115]

 

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES VM1-38 (défet)

L’œuvre semble être une expansion d’une autre œuvre publiée par Blondet en 1606, les Choeurs de l’histoire tragique Sainte Cécile, à 4 parties ((Paris : Pierre I Ballard, 1606, 8°, cf. Guillo 2003 n° 1606-C.)) , dans lequel Blondet – alors maître des enfants de chœur de Notre-Dame de Paris – avait mis en musique ces mêmes vers latins, ainsi que des vers français de Nicolas Soret, maître de grammaire desdits enfants. L’ouvrage était destiné à célébrer la fête de Sainte-Cécile à la maîtrise.

Paris, Bibliothèque de l’Arsenal : 8° BL 13884 (2)

Les quatre feuillets retrouvés dans cette reliure sont tout ce qui reste d’une publication assez volumineuse (10 volumes d’environ 30 pages chacun), dont le tirage devait se situer autour de 500 exemplaires… L’œuvre est parfaitement identifiée puisqu’on la trouve citée dans de nombreuses sources, dont un inventaire après décès :

« Dix volumes de l’Office de Saincte-Cecille, en musique, prisé…

L’Office de Saincte-Cecille, à cinq parties., prisé…

L’Office de Saincte-Cecille, en cinq volumes, prisé… »

Inventaire après décès de Hugues Yver, seigneur de la Courtille. Paris, Archives Nationales, Minutier Central, étude IV, carton 111 (24 mai 1622).

On la trouve également dans pas moins de quatre catalogues :

« Officio de Santa Cecilia. Contem salmos, & outras cousas. Abrahamo Blondet Parisino. a 2. coros ». Catalogue de la bibliothèque de musique du roi Joào IV du Portugal, 1649.

« Office de Ste Cecile, à 2 chœurs. De Blondel [sic] ». Catalogue général de l’imprimeur Christophe Ballard, 1683.

« Offices en musique de Ste Cecile à 3 p. imprimé en 1611. Abraham Blondet » ; « Officium divæ Cecilia à 4 p. autore Abrahamo Blondet imprimé 1611 ». Inventaire de la bibliothèque des imprimeurs Ballard, 1750, p. 31 et 40.

« Officii Divæ Ceciliæ virg. et mart. Musicorum patronæ musici concentibus expressi Auth. Abraham Blondet Parisior. Insignis Ecclesiæ Parisiensis Canonico et succentore Musici que Præfecto. Paris 1612 ». Catalogue de la bibliothèque des Minimes de Paris, 1776, p. 116 (Bibliothèque Mazarine).

Cette source dernière donne aussi le nom de cinq parties séparées (Superius 2i chori, Tenor, Contra Tenor, Bassus, 5a pars). Il y avait donc deux chœurs de cinq parties ; de même l’édition semble avoir existé sous deux dates : 1611 et 1612.

Accessoirement, on peut en conclure que certains des volumes de musique imprimés dans l’atelier de Pierre I Ballard (actif 1599-1639) étaient vendus avec une couverture d’attente faite avec des défets contrecollés. Nous en avons vu quelques autres exemples (mais on ne va pas tout décoller, n’est-ce pas ?).

On peut toujours espérer retrouver un jour un exemplaire plus ou moins complet. La découverte récente dans une bibliothèque parisienne, la Bibliothèque de Fels de l’Institut catholique de Paris, de seize éditions de messes sorties des presses de Pierre I Ballard autour de 1610-1622 montre bien que les redécouvertes significatives, si elles sont rares, sont toujours possibles… et parfois inespérées (voir le blog du Répertoire International des Sources Musicales).

À défaut de disposer d’un exemplaire complet de l’Officii Divæ Ceciliæ d’Abraham Blondet, on pourra toujours admirer deux reliures en parchemin doré décorées à son nom qui protègent plusieurs éditions de motets d’Orlande de Lassus3 . Elles portent « ABRAHAM » sur le premier plat et « BLONDET » sur le second. Comme elles portent en plus la mention « ex libris St Eligii de Longo jumello », elles peuvent donner un indice sur un épisode de sa carrière de musicien : peut-être Blondet a-t-il travaillé à Longjumeau entre deux périodes à Notre-Dame de Paris. Par ailleurs, sur de la musique, de telles reliures sont assez rares, surtout dans cet état.

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES 604-606

Laurent Guillo
Paris, IReMus


 

  1. Paris : Veuve Robert I Ballard et Pierre III Ballard, 1601, 3 vol. 4° oblong, cf. Laurent Guillo, Pierre I et Robert III Ballard, imprimeurs du roi pour la musique, Liège, Mardaga ; Versailles, CMBV, 2003, n° 1601-C. []
  2. Paris : Pierre I Ballard, 1612, 6 vol. 4° obl., Guillo 2003 n° 1612-F. []
  3. Paris BnF (Mus.) : RES 604-606 et 607-612. []

Entretien avec… Bart Jaski (Bibliothèque universitaire d’Utrecht)

Avec ce billet, le blog de la SbF inaugure une nouvelle série, qui permettra à ses lecteurs et lectrices de découvrir les collections de bibliothèques moins connues que celles des grandes institutions, grâce à des entretiens avec les personnes chargées de leur conservation et de leur ouverture au public.

L’Université d’Utrecht aux Pays-Bas accueille quelque 30 000 étudiants et chercheurs. Sur le campus de l’Uithof, l’imposante Bibliothèque universitaire recèle des trésors. Pour les découvrir, il faut se rendre au sixième étage, dans les « collections spécialisées » (‘bijzondere collecties’), où livres et documents anciens et précieux sont conservés et proposés à la consultation.

Les collections spécialisées de la BU d’Utrecht contiennent un grand nombre de manuscrits et d’imprimés, qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, d’échanges épistolaires, de cartes et de chartes terrestres et maritimes. La section se charge de choisir, d’acquérir, mais surtout de conserver, de cataloguer et de mettre en valeur ces précieux objets. Les étudiants, mais aussi leurs professeurs et chercheurs, ainsi que tout type d’amateur, peuvent y venir à la rencontre du passé à travers des matériaux riches en histoire et dont les caractéristiques matérielles sont parfois frappantes.

Dr Bart Jaski est le conservateur des manuscrits et livres anciens imprimés de cette section. Il répond à nos questions.

 Bart Jaski (© Maartje ter Horst)

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Le cœur de la collection est formé de manuscrits et de livres imprimés provenant de monastères et de chapitres d’églises d’Utrecht, confisqués lorsque que la ville devient une cité protestante en 1584.  Bien que la confiscation n’ait pas toujours été réussie, des centaines de livres furent rassemblés dans l’église de Saint-Jean, au centre de la ville, dans ce qui devint par la suite la nouvelle bibliothèque municipale. Lorsque l’université fut fondée en 1636, la bibliothèque municipale devint également la bibliothèque universitaire. A ce stade, plusieurs milliers de livres touchant à toutes les branches des sciences (et notamment à la théologie et au droit) furent ajoutés à la collection par des dons. Les dons et les acquisitions se sont poursuivis et la collection est donc aujourd’hui plus diverse que jamais.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les manuscrits médiévaux, la majorité ont été produits à Utrecht, notamment au XIVe et au XVe siècles. Nous comptons maintenant environ 750 manuscrits de l’époque médiévale et 900 incunables. Au total, les collections spécialisées contiennent environ 1,5 million de documents : tous les matériaux de la BU produits avant 1900, ainsi que tous les livres, manuscrits, cartes et archives rares ou précieux produits après 1900. Nous n’avons pas de grande collection en hébreux telle qu’il en existe à Amsterdam, ou de collection asiatique comme à Leiden. Nous, nous avons une collection académique liée à l’histoire d’Utrecht.

L’un des joyaux de la collection, le ‘Psautier d’Utrecht‘, un manuscrit du IXe siècle classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO

Pouvez-vous nous présenter quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Je vais prendre mes exemples parmi les documents qui ont été numérisés et publiés sur le site de la bibliothèque.

En ce qui concerne les manuscrits, je prendrai l’exemple du Ms. 5 J 27. C’est un exemple typique du livre d’heures néerlandais (v. 1460-70), écrit et décoré à Utrecht, par un maître qui avait un style bien à lui : un peu cru, mais efficace. Lorsque vous voyez l’original, l’or scintille véritablement : c’est vraiment un livre “enluminé”, ce qu’aucune reproduction ne peut recréer.

Le manuscrit 5 J 27, ff 85v-86r de la BU d’Utrecht

Pour représenter notre collection de livres imprimés, le meilleur exemple est notre exemplaire de Johann Bessler, Das triumphirende perpetuum mobile Orffyreanum (Kassel, 1719). Il fait partie des textes produits par Bessler pour s’attribuer l’invention du mouvement perpétuel et de la discussion scientifique qui entoure ce sujet. C’est un thème qui est encore débattu aujourd’hui, puisque les chercheurs tentent toujours de percer le secret de Bessler, mais c’est aussi un sujet qui touche des problématiques contemporaines telles que le mécénat, la recherche, les droits d’auteurs et de reproduction, etc. Notre exemplaire contient une inscription qui montre qu’il fut donné par Bessler lui-même.

Enfin, notre carte de l’Europe par Willem Blaeu, datant d’environ 1615 est également un document historique impressionnant. Imprimée sur du parchemin, et utilisée sur un navire, elle montre les dernières découvertes néerlandaises dans et autour de la Mer Arctique.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ? Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Sur notre page d’accueil, nous présentons nos derniers objets numérisés, accompagnés de courts essais explicatifs. Les textes sont écrits soit par les conservateurs soit par les chercheurs, et vont au-delà des simples méta-données, pour informer plus en profondeur le public académique mais aussi le grand public. Nous espérons que ces essais contribuent à la visibilité et l’accessibilité des objets.

Néanmoins, on ne trouve là qu’une petite partie des milliers de documents déjà numérisés. Des étudiants en histoire de l’art décrivent également, une sélection de nos manuscrits pour Wikipédia dans le cadre de leur formation. Ceci nous aide également à mettre en valeur nos documents, tout en leur donnant l’occasion de travailler sur des manuscrits anciens et de se former à la pratique d’une rédaction formelle et de qualité. Nos collections et nos archives sont publiées dans notre Repertorium, un répositoire numérique, mais elles sont uniquement accessibles en néerlandais. En ce qui concerne nos livres imprimés, nos cartes et une partie de nos manuscrits, ils sont dorénavant accessibles via WorldCat.

Nous n’avons pas d’espace dédié à l’exposition, mais nous coopérons avec plusieurs musées et institutions qui exposent des documents provenant de nos collections spécialisées. Nous participons également aux manifestations culturelles que proposent l’université et la ville d’Utrecht, telles que l’opération “Meet the Professor” ou encore les “dimanches culturels”. Nos projets de géoréférencement ont eux aussi rencontré un large succès auprès du grand public. Vous pouvez donc constater que nous utilisons une grande variété de stratégies pour la mise en avant des collections spécialisées de la bibliothèque.

La salle des cartes des collections spécialisées de la BU d’Utrecht, lors d’une séance de présentation avec des étudiants (© Ivar Pel)

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

J’en nommerai deux. Tout d’abord, il y a le défi du tout numérique. C’est très difficile de rester à jour : bien que ce soit une option séduisante puisqu’elle offre de nombreuses possibilités, il y a également des pièges à éviter. J’ai pu voir beaucoup d’argent et de temps investis dans des sites qui n’existent plus aujourd’hui. En ce moment, les humanités numériques ont le vent en poupe, et en tant que conservateur, je veux rester à la page concernant ce qui se passe et les manières par lesquelles je peux épauler les chercheurs. Malheureusement, cela vient parfois se heurter à ma mission de mise à disposition de la collection dans des projets plus traditionnels (colloques, expositions…), auxquels on me demande de plus en plus de collaborer et d’apporter mon expertise.

Cela m’amène à mon second défi : le besoin de porter des projets et d’épauler les chercheurs prend beaucoup de temps et cela impacte parfois des missions basiques mais essentielles telle que la mise en œuvre d’inventaires et d’archives numériques de la collection, auxquelles ne sont pas donnés le temps et l’attention requis. Avec deux conservateurs et deux autres personnes aux missions diverses (reproduction, communication, gestion de projets et de subventions), nos moyens sont limités. Pour autant, pour une si petite équipe, nous avons déjà beaucoup accompli et ça reste un plaisir de travailler avec les documents anciens, que ce soit pour les étudiants ou pour une exposition, numérique ou non. Le défi le plus important est certainement de faire en sorte de continuer à aimer mon métier, malgré les pressions qui l’entourent.

Entretien réalisé par Erell Smith (étudiante en master de recherche à Rennes II), en collaboration avec Katell Lavéant (Université d’Utrecht).

Une histoire de nerfs cloués : les découvertes offertes par les interventions de conservation-restauration

Les métiers de la conservation-restauration peuvent parfois sembler ingrats. Les interventions matérielles préalables à la numérisation – absolument indispensables non seulement pour que le document puisse être manipulé, mais aussi pour sa lisibilité – nécessitent la mise en place d’une organisation à long terme et des opérations généralement répétitives et rébarbatives, autant pour le conservateur que pour le restaurateur ou pour le photographe. Ces chantiers de numérisation sont aujourd’hui monnaie courante aux Archives nationales, et peuvent être associés à des projets de grande ampleur, tels que la mise en ligne de modélisations en 3D du château de Versailles sous l’Ancien Régime (projet baptisé VERSPERA1). Pourtant ces opérations de routine peuvent être l’occasion de découvertes surprenantes.

C’est dans le cadre de ces chantiers de préparation à la numérisation que quelques registres de la série Z/1c sont arrivés à l’atelier de reliure et de restauration des Archives nationales. Ce fonds est constitué d’un peu moins de 500 registres. Entré aux Archives en 1847, il regroupe les papiers de la connétablie et de la maréchaussée de France depuis le XIVe siècle jusqu’à la Révolution française2. Seuls quatre registres du fonds, datés de 1528 à 1538, sont actuellement pris en charge par l’atelier de Paris (Z/1c/1 à Z/1c/4). Chacun de ces quatre volumes représente de nombreuses heures de travail, si bien que leur traitement doit être étalé sur une longue période.

Aperçu de l’un des registres du fonds Z/1c à son arrivée à l’atelier : plat supérieur (à gauche) et tranche de queue (à droite) – Archives Nationales Z/1c/4

Conservés dans des boîtes d’archives (un ou deux par boîte), les registres présentent au moment de leur arrivée à l’atelier un état matériel plus que préoccupant. Protégés seulement par une couvrure souple en parchemin (datant très probablement de l’époque de la rédaction), les volumes ont été exposés à une humidité très élevée sur une longue période. Cette humidité couplée à un conditionnement souvent inadéquat a eu pour conséquences d’importantes déformations des feuillets ; ainsi qu’une perte conséquente de la charge en colle du papier, qui a permis le développement de microorganismes et qui a considérablement affaibli le support. L’intervention de conservation-restauration en vue de la numérisation a donc un objectif double : renforcer le support papier d’une part, et lui rendre une certaine planéité d’autre part. 

Aperçu de l’état matériel des feuillets du registre dont j’ai hérité : affaiblissement et déformations – Archives Nationales Z/1c/1

C’est au cours du traitement long et répétitif de ces registres que j’ai fait une découverte inattendue au cœur même de leur structure. Comme de nombreux volumes d’archives, considérés comme peu prestigieux au moment de leur création au regard de leur reliure, les manuscrits de la connétablie comportent une structure souple en parchemin de seconde main, ou parfois de remploi. Le matériau de couvrure, de piètre qualité, remplit néanmoins son rôle de protection des feuillets. La couture est effectuée à chevrons sur doubles lanières fendues et torsadées de cuir mégissé (de couleur blanchâtre), ce qui non seulement dénote une volonté de confectionner un registre solide, mais nécessite aussi un certain savoir-faire dans le domaine de la reliure – d’autant que les cahiers sont parfaitement alignés en tête. Les lanières sont passées dans la couvrure en parchemin, qui est repliée sur elle-même afin de s’adapter au format des cahiers. Aucun feuillet de garde, aucun renfort du dos, ni aucune tranchefile, n’est ajouté.

Passure des lanières de cuir mégissé dans la couvrure de parchemin – Archives Nationales Z/1c/4

Largement utilisée du XVe jusqu’au XIXe siècle, ce type de reliure a souvent été à tort qualifiée de « reliure d’attente »3. En effet, même si ce type de structure – souvent appelée « reliure à la hollandaise » – peut sembler relever du niveau zéro de la reliure, elle présente en réalité une certaine solidité qui a participé à la transmission du volume jusqu’à nous. Mais si aucune information écrite n’a été perdue, on note des déformations importantes du support papier. 

Cette déformation est bien connue des restaurateurs de documents d’archives. Les cahiers de papier qui constituent les registres sont très épais (leur format réel est environ in-16, et peut aller jusqu’à in-24), et la forme du dos est passée de convexe à concave au fil du temps. Ce mouvement est tel qu’il est parfois possible de trouver des volumes dont le premier et le dernier cahier finissent par se rejoindre. Les origines et les mécanismes de ce type de déformation sont aujourd’hui mal connus et rarement étudiés4 , mais l’hypothèse purement mécanique liée à la couture du document semble plausible. Pour comprendre cette hypothèse, il est nécessaire d’évoquer le rôle primordial de la couture dans la mécanique du livre relié.

Déformation ou incurvation du dos, qui est passé de convexe à concave – Archives Nationales Z/1c/1

Véritable pilier du livre, la couture détermine toutes les opérations de reliure, celles qui la précèdent comme celles qui la suivent. Comme souvent dans le monde de l’artisanat, le terme « couture » désigne à la fois une opération et son résultat. Le procédé a deux objectifs : permettre de lier les cahiers les uns aux autres via le point de chaînette ; et attacher chacun de ces cahiers aux supports préalablement préparés5. C’est d’ailleurs l’opération qui consiste à passer – après couture – les supports dans des trous percés dans les plats qui différencie une reliure d’un emboîtage. Le terme reliure désigne l’opération qui consiste à relier les supports de couture aux plats. En résumé, si le livre relié était un corps humain, les supports de la couture seraient les vertèbres constituant ensemble la colonne vertébrale, le fil de couture serait la structure osseuse, et les cahiers seraient les muscles.

Aperçu de la structure de la couture en cours de démontage, évoquant un squelette – Archives Nationales Z/1c/1

La couture à chevrons, observée sur nos registres de la connétablie et sur beaucoup d’autres volumes reliés à la même époque, ajoute un troisième point d’ancrage aux deux premiers. Elle permet de solidariser le cahier au précédent non plus exclusivement par les points de chaînette, mais également par chacun des supports6. Si cette opération apporte indubitablement une solidité supplémentaire, elle présente l’inconvénient de tirer chacun des cahiers en arrière, vers le cahier précédent auquel il est rattaché. Distribué sur l’ensemble du dos, ce mouvement peut provoquer une inversion de la courbure convexe recherchée du dos. Plus les cahiers sont épais, plus cette contrainte est importante, puisque la distance parcourue par le fil pour rejoindre le cahier précédent est plus grande. Une couture à chevrons effectuée sur un volume dont les cahiers sont épais aura donc plus de chances de passer de convexe à concave (ou de plane à concave si le dos était peu ou pas arrondi).

Incurvation du dos sur un registre du XVIe siècle (à gauche), et déjà visible sur le même type de couture effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1

À chaque ouverture d’un volume, le dos passe de convexe à concave, puis de concave à convexe lorsque le livre est refermé7. Maintenir cette forme convexe lorsque l’ouvrage est fermé est l’un des enjeux mécaniques les plus importants de la reliure8. Le rôle primordial joué par la couture est secondé par d’autres opérations. L’endossure dite « à la française », pratiquée du XVIe au XIXe siècle environ9, consiste à tenter de bloquer cette forme convexe en forçant le passage des supports de couture dans les plats10. Le collage de morceaux de papier ou de parchemin – appelés claies ou apprêture – sur le dos vise à le solidifier, tout en maintenant une certaine souplesse permettant l’ouverture.

Quelques exemples de coutures sur doubles nerfs (à gauche), et une couture ancienne sur doubles lanières à chevrons (à droite) – Archives Nationales Z/1c/3

Une couture à chevrons, des cahiers épais, et aucune apprêture : toutes les conditions pour que le dos passe de convexe à concave semblent être réunies sur certains des registres de la connétablie déposés à l’atelier. L’un d’eux, le Z/1c/1 dont j’ai hérité, présentait des déformations si importantes qu’il a été décidé de défaire la couture avant de traiter les feuillets un à un, puis de réaliser une nouvelle couture plus adaptée aux cahiers épais.

Une couture ancienne à chevrons avec renfort du dos par des claies en parchemin (à gauche), et une couture similaire effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales LL//1068

Il peut nous sembler intuitif que cette déformation du dos ait été lente et progressive, et que les relieurs du XVIe siècle ignoraient les conséquences de ce type de structure sur des volumes constitués de cahiers épais. Les documents d’archives ayant une valeur probatoire importante, ils devaient probablement être reliés de façon à pouvoir être conservés le plus longtemps possible.

Cette intuition a été contrée en quelques minutes. Après avoir déboîté la couvrure souple de parchemin du corps d’ouvrage, j’ai constaté une différence nette d’aspects entre les supports de tête et queue d’une part, et les autres supports d’autre part. En y regardant de plus près, il s’est avéré que des clous – probablement en fer au regard de leurs produits d’oxydation rougeâtres – avaient été ajoutés aux supports après couture. Ces clous, disposés à dessein en tête et en queue, avaient très certainement pour objectif d’empêcher le dos de prendre une forme concave.

Le clou du support de tête toujours en place (à gauche) et le clou du support de queue déposé (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1                          

Une rapide vérification sur les autres volumes de la série a permis d’établir que le registre qui m’a été confié n’est pas un cas isolé. Parmi les volumes observés, environ un sur deux – ceux dont les cahiers sont les plus épais – avait ses supports de couture garnis de clous. Il ne s’agit donc pas d’une fantaisie d’un relieur zélé, mais bien d’une habitude transmise dans le temps, et dont l’objectif était probablement de conférer une certaine solidité – donc une certaine longévité – aux archives de la connétablie et de la maréchaussée. L’hypothèse selon laquelle les relieurs du XVIe siècle connaissaient les problèmes liés à la structure de reliure qu’ils réalisaient (et tentaient d’y remédier) est donc tout à fait crédible.

Clou visible dans l’un des supports de couture d’un registre (à gauche) et traces d’oxydation ferreuse dans le support d’un autre – Archives Nationales Z/1c/14 et Z/1c/39

Cette expérience démontre deux choses : premièrement, les interventions de conservation-restauration sont des occasions uniques et précieuses d’étudier la matérialité du patrimoine écrit et l’histoire des techniques11 ; et deuxièmement, il est nécessaire de questionner en permanence nos connaissances et nos intuitions en matière de techniques anciennes de reliure et de restauration12.

Lucie Moruzzis

Archives Nationales


  1. Jugie P., Laforest E. et Paturange M., « Numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime », Support Tracé 17 (2018), pp. 45-54 []
  2. Z/1c. Juridictions spéciales ; Connétablie et Maréchaussée de France, Salle des inventaires virtuelle, Archives nationales, consulté le 23/09/2018 []
  3. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its Potential as a Conservation Type Structure for the Rebinding of Early Printed Books, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  4. À l’exception de l’étude menée par W. K. Gnirrep et J. A. Szirmai en 1989, signalée par Cédric Lelièvre et Lise Marandet : Gnirrep W. K. et Szirmai J. A., « Spines reinforced with metal rods in sixteenth-century limp parchment bindings », Quaerendo, XIX (1989), pp. 117-140 []
  5. La couture sans support, appelée « couture de brochure », est bien moins solide que la couture sur supports, est très peu employée avant le XIXe siècle en Europe, et ne permet que de réaliser un emboîtage. []
  6. Adam C., Restauration des manuscrits et des livres anciens, Paris : Erec, 1984, pp. 36-41 []
  7. Conroy T., « The movement of the book spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987), consulté le 26/09/2018 []
  8. Clarkson C., « Thoughts on sewing frame design for the book conservator », The Paper Conservator 19 (1995), pp. 41-50 []
  9. Elle sera remplacée à partir du XIXe siècle par l’endossure à l’étau, toujours pratiquée de nos jours. []
  10. Devauchelle R., La reliure en France de ses origines à nos jours, Tome II, de 1700 à 1850, Paris : Jean Rousseau-Girard, 1960, pp. 16-20 []
  11. Boudalis G., « Preserving the book as artefact : Conservation as the ideal occasion in which books are both repaired and structurally understood » dans ICOM-CC (éd.), Choices In Conservation Practice Versus Research, Copenhagen, 6-8 octobre 2010, Copenhague : The Royal Library, 2010, pp. 59-62 []
  12. Côte M. et Daniel F., « De Diafoirus aux thérapies de groupe : une petite histoire des techniques de conservation/restauration du livre » dans Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques (éd.), La conservation : une science en évolution, bilans et perspectives, Paris, 1997, Paris : ARSAG, 1997, pp. 94-102 []

Les derniers témoins d’imprimés perdus

De nombreux projets se sont récemment attelés à analyser les éditions dont il ne subsiste aujourd’hui plus aucun exemplaire. En dehors des exemples devenus mythiques de textes détruits à l’état de manuscrits et d’éditions célèbres dont l’existence même est parfois remise en question, la quantité d’ouvrages dont le tirage entier a été perdu fascine. Les estimations varient follement dans l’importance à accorder au phénomène, allant d’un tiers des éditions perdues pour les incunables selon une étude de 2016 1 à plus de 350 000 éditions pour les Pays-Bas du XVIIe siècle – soit 5 fois le nombre d’éditions répertoriées par le STCN 2 .

Une des sources de ce désaccord autour du nombre d’éditions perdues provient de ce que les historiens considèrent comme des critères fiables. Le volume dédié aux livres perdus en 2016, Lost Books. Reconstructing the Print World of Pre-Industrial Europe (disponible en libre accès), souligne la complexité de la question et la variété des points de vue. Peut-on se fier aux mentions faites par des contemporains ? Des registres comme ceux de la Stationers’ Company, peuvent-ils faire foi 3 ? Au moins ce regain d’intérêt pour la question a pu mener à la mise en place d’un projet d’envergure pour identifier les titres les plus à risque de disparaître – Preserving the World’s Rarest Books.

Ce qui constitue des preuves suffisantes pour identifier une édition perdue continuera à diviser les chercheurs, mais nous trouvons régulièrement dans les fonds des collections patrimoniales des vestiges des imprimés dont nous ne connaissons plus d’exemplaires complets.

C’est au sein même des volumes que nous découvrons des traces d’autres impressions dont le contenu ou la forme ne méritait plus qu’on les conservât. Ce manque d’intérêt aurait pu résulter en leur destruction complète. Une fois leur utilité passée, de nombreux ouvrages étaient dépiécés et recyclés, parfois de manière surprenante. Ainsi on retrouve dans les tableaux du peintre néerlandais du XVIIe siècle Willem Claeszoon Heda des feuilles imprimées réemployés en cornets pour contenir les épices qui accompagnaient les huitres… Manipulées par des patoches enduites de jus et d’eau de mer, elles étaient destinées à être jetées après emploi.

Illustration 1: Nature morte à la coupe dorée (détail),  Willem Claesz. Heda, 1635 – 
Rijksmuseum SK-A-4830

Heureusement certains feuillets échappaient à ce triste sort – même lorsque leur contenu n’était plus prisé. Nous avons déjà évoqué dans ce carnet les richesses surprenantes parfois cachées au sein des reliures. Mais, lors de leur confection, on ne se servait pas simplement de papiers recyclés pour servir de cartonnage aux plats. Les relieurs employaient également ces feuilles pour servir de pages de garde ou renforcer la structure interne. Ainsi, on peut trouver dans les reliures de volumes anciens des témoins d’autres imprimés d’époques et de contenus radicalement différents. Lors de mes prospections dans le fonds ancien de la Bibliothèque Universitaire de Rennes 2, j’ai pu ainsi découvrir les dernières preuves de deux éditions disparues.

Le premier exemple de ce phénomène se trouve relié à la fin d’un petit recueil de deux pièces des presses parisiennes de Robert Estienne. Le grand imprimeur-libraire du roi était le maître incontesté des éditions érudites de langue ancienne produites à un prix accessible pour le marché étudiant de la ville. Le volume qui nous intéresse renferme deux éditions destinées à aider l’apprentissage de l’hébreu, clairement reliées ensemble pour leur cohérence de thème. Actif à Paris à son propre compte entre 1526 et 1550, date de sa fuite pour Genève, Estienne était bien loin de Jacques de Heuqueville. Or c’est de l’atelier de ce dernier qu’émana plus de 150 ans plus tard le fragment que l’on trouve inséré dans le même volume.

Illustration 2: Fragment d’un imprimé de Vannes – BU Rennes 2, 58574

Originaire de Nantes où sa famille officiait depuis le XVIe siècle, Jacques de Heuqueville s’installa à Vannes en 1683, ajoutant au rôle de libraire celui d’imprimeur dix ans plus tard. Face aux incertitudes économiques, il cumula les positions officielles qui semblaient garantir des revenus. Imprimeur de l’évêque du diocèse de Vannes, il fut aussi celui du collège de la ville. Cet attachement à l’Église locale se voit dans le fragment conservé à Rennes où nous apercevons les armes de l’évêque François d’Argouges (écartelé d’or et d’azur à trois quintefeuilles de gueules brochantes) au centre de la page de titre.

Sa production était modeste et tournait autour de livres dont il vantait lui-même le « prix médiocre » et qu’on pouvait facilement « porter avec soy »4 . Son succès semble avoir été aussi modeste que sa production : nous ne connaissons qu’une édition de son atelier pour 1702 : une énième édition de l’ouvrage du carme Toussaint de Saint-Luc, Les pensées de la solitude chrestienne sur l’éternité, le mépris du monde et la pénitence

Illustration 3 : Toussaint de Saint-Luc, Les pensées de la solitude chrestienne, Paris : Jacques de Heuqueville, 1702 – Bibliothèques de Saint-Brieuc, P 2906 5

Mais le fragment de Rennes est manifestement différent de la page de titre de cet ouvrage comme le montre l’illustration 3. Il est donc, sous réserve d’autres découvertes, le seul témoin d’une édition aujourd’hui disparue, mais dont le contenu demeure pour l’instant un mystère. Tout au plus pouvons nous spéculer grâce à la présence des armes de l’évêque qu’il s’agissait d’un autre texte religieux.

Le second imprimé identifié dans les pages de garde d’une autre reliure est moins visible que dans le cas de l’imprimé vannetais. Cette fois-ci le fragment est plus difficile à repérer : imprimé uniquement sur le recto, il a été tronqué puis collé à une autre page, cachant ainsi le texte qui ne se devine que par la transparence (voir l’illustration 4).

Illustration 4 : Fragment d’imprimé – BU Rennes 2, 21393

La nature de l’imprimé peut se deviner en retournant la photo et en maximisant le contraste par le biais d’outils de manipulation des images. Le résultat, quelque peu psychédélique, nous permet de donner une date, une origine et d’élucider le texte dont il est question.

Illustration 5 : Photo retouchée du fragment d’imprimé – BU Rennes 2, 21393

L’avant dernière ligne imprimée indique que le texte avait été donné par Claude, évêque d’Angers, et paraphé pour lui par « P. Aucent ». Au-dessus, à la fin d’un paragraphe en italique nous arrivons à déceler que le texte fut signé dans le palais épiscopal de la ville le 9 juin 1635. Il s’agit donc de lettres de Claude de Rueil qui fut évêque d’Angers entre 1628 et 1649 et copiées par son secrétaire maître Pierre Aucent. Cet ecclésiastique, particulièrement actif 6 , convoque par le biais de cet imprimé in-plano les membres du clergé local à Angers pour une procession générale et des services spécifiquement organisés – même si l’occasion qui a suscité ces célébrations n’est pas très claire.

Tout comme le précédent exemple, ce fragment a été utilisé dans un volume qui ne semble avoir ni contenu ni contexte en commun. Le texte principal est une édition des œuvres de Georges de Selve publiée à Paris au milieu du XVIe siècle. Cependant la provenance sur la page de titre de l’ouvrage principal révèle que le livre avait été intégré à la collection de l’oratoire d’Angers en 1680, ce qui corrobore les origines angevines de notre fragment et nous suggère qu’il fut utilisé de manière locale en guise de renforcement au XVIIe siècle.

Ces deux fragments nous montrent combien ces découvertes de feuilles cachées dans la structure d’autres livres peuvent être précieuses. Le premier cas nous révèle l’existence d’une édition inconnue de Vannes et souligne combien nos connaissances de l’activité de ces ateliers provinciaux sont limités. Le second nous parle de l’utilisation ordinaire de l’imprimerie dans des villes comme Angers où l’on n’hésitait pas à faire appel aux presses dans les premières décennies du XVIIe siècle pour promouvoir des événements. Ils soulignent que les vestiges d’innombrables éditions se cachent encore au sein des bibliothèques les mieux cataloguées – et nous offrent la perspective de nombreuses découvertes à venir.

Malcolm Walsby 
Université de Rennes


  1. J. Green et F. McIntyre, « Lost Incunable Editions : Closing in on an Estimate », dans F. Bruni et A. Pettegree, Lost Books. Reconstructing the Print World of Pre-Industrial Europe, Leyde : Brill, 2016, p. 55-72 []
  2. Andrew Pettegree et Arthur der Weduwen, « What was Published in the Seventeenth-Century Dutch Republic? », Livre. Revue historique (2018 | 1)  []
  3. Voir A. Hill, Lost Books and Printing in London, 1557-1640. An Analysis of the Stationers’ Company Register, Leyde : Brill, 2018 []
  4. Les maladies des chevaux avec leurs remèdes faciles et experimentez, Vannes : Jacques de Heuqueville, 1694, ã2v []
  5. Je voudrais remercier Arnaud Flici de la section patrimoine des bibliothèques de Saint-Brieuc pour ce cliché []
  6. Voir la notice que lui consacre Joseph Bergin dans son The Making of the French Episcopate 1589-1661, New Haven : Yale University Press, 1996, p. 695 []