À la découverte d’une bibliothèque savante: les collections de l’Académie de Nîmes

Cette semaine, Didier Travier, conservateur au fonds ancien de la bibliothèque municipale de Nîmes, nous emmène à la découverte d’une autre bibliothèque dont il a la charge, celle de l’Académie de Nîmes.

L’Académie de Nîmes créée en 1682 est l’une des plus anciennes académies de province après celles de Caen (1652), Avignon (1658), Arles (1669) et Soissons (1674). Dissoute à la Révolution française, elle est reconstituée en 1802. Elle se réunit depuis 1920 dans un bel hôtel particulier du 16e siècle situé au 16 de la rue Dorée. C’est là, au premier étage, que se trouve sa bibliothèque dont le catalogue informatisé compte un peu plus de 8000 notices.

Une permanence y est assurée les mardis de 14h à 17h et vendredis de 14h à 16h. Les confrères et consœurs ainsi que les chercheurs extérieurs qui en font la demande y sont accueillis par M. Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission de la bibliothèque, et les personnes qui l’épaulent.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Comme ce fut le cas pour beaucoup d’institutions d’Ancien Régime, la bibliothèque de l’Académie de Nîmes, qui s’était considérablement enrichie par la donation des collections de son Secrétaire perpétuel, le botaniste et épigraphiste Jean-François Séguier (1703-1784), a été confisquée au moment de la Révolution française. Le fonds ancien de l’Académie se trouve donc aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Nîmes. La part du livre ancien est en conséquence très faible dans les collections de la bibliothèque reconstituée au 19e siècle : moins de 4% d’ouvrages antérieurs à 1810. Elles se partagent en deux parts égales entre un grand 19e siècle (jusqu’en 1914) et le 20e siècle jusqu’à nos jours (48% chacune). Cela n’empêche pas la présence de quelques pièces anciennes rares comme cet ouvrage de polémique anti protestante, L’Ecriture abandonnée par les ministres de la religion prétendue réformée, publié à Nîmes en 1658 par un magistrat de la ville, Claude de Bane, issu d’une famille protestante mais converti lui-même au catholicisme. Le Catalogue collectif de France n’en recense que deux exemplaires à Avignon et Montpellier.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

L’usage est que les Académiciens remettent à la bibliothèque un exemplaire de chacune des publications auxquelles ils contribuent. C’est là la source régulière d’accroissement des collections. Il n’est pas rare non plus qu’au décès de certains membres, l’Académie reçoive tout ou partie de leur bibliothèque. Ce fut par exemple le cas en 1922 pour celle du commandant Raymond Plantin de Villeperdrix partagée entre l’Académie et le Musée archéologique.

Ex-libris du commandant de Villeperdix sur un exemplaire du Compendio della vita di san Filipo Neri, Forli, 1674, provenant de la bibliothèque familiale.

Enfin, l’une des ressources importantes de la bibliothèque est constituée par les périodiques reçus par échange avec d’autres sociétés savantes. Il y en a actuellement 94.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

A côté de ces publications des sociétés savantes, qui constituent une mine trop peu explorée, et des brochures et ouvrages intéressant l’histoire locale, l’un des points forts de la bibliothèque de l’Académie réside, me semble-t-il, dans ses collections occitanes. Les ouvrages les plus anciens dans ce domaine sont l’édition de 1638 du Ramelet moundi de Pierre Goudelin et Le tableu de la bido del parfet crestia, livre de piété toulousain millésimé 1673, l’édition originale datant de l’année précédente. Mais c’est surtout le mouvement félibréen qui est représenté par plusieurs centaines de titres, provenant notamment de la bibliothèque de Fernand Devize léguée en 1928, elle-même héritière de celle de l’écrivain provençal Baptiste Bonnet (1844-1925), natif de Bellegarde dans le Gard. Parmi les pièces remarquables de cet ensemble, il faut citer les carnets manuscrits du félibre nîmois Louis Roumieux (1829-1894).

Dans le domaine du patrimoine graphique, il convient de signaler, même s’ils n’appartiennent pas à la bibliothèque stricto sensu, la fascinante collection iconographique relative au comte de Chambord réunie par Henry Bauquier, le fondateur du Musée du Vieux-Nîmes, et donnée à l’Académie en 1943, ainsi que le fonds Filleron-Lorin comprenant 44 700 cartes postales anciennes, concernant principalement des édifices religieux.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Voici d’abord un ouvrage emblématique de la culture camarguaise, qui a tant d’importance à Nîmes, ville de la tauromachie

Le Taureau Camargue, publié en 1925 par Jeanne de Flandreysy et Gaston Bouzanquet participe du mouvement d’ « invention » de la Camargue et de promotion des traditions de la « nacioun gardiana » qui s’affirme dans ces années-là autour du marquis de Baroncelli.
Mais pour voir les pièces les plus remarquables, il faut ouvrir les portes de l’armoire de la réserve.

Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission bibliothèque, devant l’armoire de la réserve)

La rarissime pièce ci-dessous (elle n’est connue au Catalogue collectif de France que par les deux exemplaires de la Mazarine) intitulée Histoire admirable d’un faux et supposé mari est une contrefaçon du début du 17e siècle du récit de la fameuse histoire de Martin Guerre.


Parmi les pièces manuscrites, on peut signaler un Cours d’architecture professé entre 1787 et 1792 à l’Ecole des Ponts et Chaussées de Montpellier par Charles Durand, qui, comme ingénieur du département du Gard, jouera un rôle décisif dans les aménagements urbains de Nîmes au début du 19e siècle.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La priorité n°1 est le signalement des collections. Une convention passée en 2001 avec la Ville de Nîmes a permis l’informatisation initiale du fonds. Depuis les nouvelles entrées sont cataloguées par les bibliothécaires de la Ville et intégrées dans un catalogue commun (http://cat-bib.nimes.fr). Dans le même temps, notre archiviste, M. Gabriel Audisio, et son équipe poursuivent un travail important de recensement des archives de l’Académie, qui prend la forme d’un inventaire sous Excel accessible sur le site de l’Académie (https://www.academiedenimes.org). On signalera enfin, dans la même logique d’ouverture, l’opération de numérisation des publications de l’Académie menée avec beaucoup de détermination par le Secrétaire perpétuel, M. Alain Aventurier. Aujourd’hui, l’ensemble des Mémoires est consultable en ligne sur le site de l’Académie. Les Mémoires mais aussi les Bulletins sont par ailleurs accessibles dans Gallica jusqu’en 2006.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Le grand public peut découvrir la bibliothèque à l’occasion des Journées du Patrimoine. L’Académie s’efforce également de s’associer à des opérations de valorisation à l’extérieur de ses murs. Ainsi, l’été dernier, une exposition faisant connaître le fonds de cartes postales a été présentée à la bibliothèque municipale dans le cadre d’un programme plus vaste consacré à la photographie.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Trop peu de places pour stocker les livres, trop peu de public pour les consulter ! Le premier problème est en passe d’être résolu puisque l’aménagement de deux nouvelles pièces va donner à la bibliothèque et aux archives une extension considérable. Le second est plus complexe. Sa résolution suppose, outre l’effort de signalement et de valorisation déjà indiqué, l’établissement de liens plus resserrés avec l’Université, ce qui a commencé à se faire. Des numérisations ciblées, complémentaires de celles de la bibliothèque municipale et conjointes à elles, sont également à programmer pour les fonds les plus spécifiques. Ma position de conservateur du fonds ancien de la bibliothèque municipale et de bibliothécaire de l’Académie facilitera, je l’espère, ces convergences.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.