Entretien avec… Dominique Bougé-Grandon (Université Rennes 2)

L’Université de Rennes 2 (Région Bretagne, France) compte plus de 20 000 étudiants. Son Service commun de la documentation (SCD) rassemble dans ses 8 bibliothèques 710 000 documents (livres, thèses, cartes, dvd, cd, …) dont environ 12 000 antérieurs à 1810. Les étudiants, les enseignants et les chercheurs ainsi que toute personne sur justification d’une recherche peuvent venir consulter ces ouvrages dans la salle du fonds ancien tous les après-midis du lundi au vendredi.

Dominique Bougé-Grandon, conservateure au sein du SCD, est chargée de mission pour le fonds ancien et pour l’action culturelle. Responsable de la gestion du fonds ancien elle a pour mission de conserver, de signaler et de mettre en valeur ces ouvrages. Elle répond à nos questions.

Rayonnages dans le fonds ancien (Image de Marc Rapilliard)

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Du fait de la présence de ce fonds ancien, il y a toujours eu, sous la responsabilité d’un conservateur, un accueil des chercheurs. Depuis une quinzaine d’années, une vigilance plus grande est apportée aux conditions climatiques et plus largement aux conditions de conservation.

Aujourd’hui où la vulgarisation scientifique et la politique événementielle font partie des axes forts du plan stratégique de la BU, la responsable est chargée d’une double mission de gestion du fonds ancien et de pilotage de l’action culturelle. C’est donc une opportunité pour développer la valorisation du fonds. Cette action s’appuie sur de nécessaires collaborations avec des enseignants et des chercheurs de l’université et des établissements scientifiques partenaires.

Parallèlement le SCD poursuit l’amélioration du signalement des livres du fonds patrimonial. Nous conduisons une campagne de dépoussiérage. Nous envoyons chaque année une vingtaine d’ouvrages à restaurer chez un restaurateur-spécialiste. Nous consacrons un budget régulier pour l’acquisition de livres anciens en lien avec les points forts du fonds. En 2015, nous avons acquis un exemplaire des très célèbres Emblèmes d’Alciat et en 2016 un exemplaire d’une édition de La Sophonisbe du Trissin, première tragédie classique en langue italienne.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Ce fonds ancien est complémentaire de celui des bibliothèques de l’Université de Rennes 1. En effet les deux SCD formaient jusque dans les années 1990 une même bibliothèque inter-universitaire.

Le cœur en est le « fonds des séminaires » formé de livres imprimés provenant de séminaires, couvents et abbayes de Rennes et d’Angers. Ces ouvrages ont rejoint les collections universitaires au début du XXe siècle du fait des confiscations consécutives à la loi de 1905. Le fonds s’étoffa durant tout le XXe siècle de dons ou de legs d’enseignants, érudits et chercheurs.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Il s’agit essentiellement d’imprimés du XVe au XIXe siècle parmi lesquels on distingue cinq corpus intéressants :

  • les livres du XVIe siècle, grands et moyens formats, en nombre important pour une bibliothèque universitaire de taille moyenne (700 volumes)
  • les ouvrages liés à la Bretagne et aux Pays celtiques dont les plus singuliers ont fait l’objet d’une campagne de numérisation et sont accessibles en ligne.
  • les livres de littérature britannique, en lien avec le théâtre élisabéthain et post-élisabéthain (fonds Albert Feuillerat. Voir ici sa nécrologie dans les Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest). La plupart de ces textes ont été numérisés ailleurs mais les éditions sont rares en France.
  • les livres de controverse religieuse et politique, en particulier ceux liés à la querelle janséniste. Rappelons que l’évêque d’Angers entre 1650 et 1692 est Henri Arnauld, frère du Grand Arnauld et de deux abbesses de Port-Royal.
  • les atlas, livres de géographie, livres de voyages réels ou imaginaires.

Dans la Réserve moderne on trouve aussi des manuscrits d’écrivains et éditions contemporaines.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

À tout seigneur tout honneur ! Citons tout d’abord le Mercator. Il s’agit d’un exemplaire de l’Atlas imprimé de l’Atlas sive Cosmographicæ meditationes defabrica mundi et fabricati figura, ouvrage imposant, protégé par une reliure de vélin avec décor de filets dorés et larges fers. Il s’agit d’une édition de 1619. Les cartes coloriées à la main de cet atlas étaient d’abord parues séparément dès 1585. Après le décès de Mercator en 1594, c’est Josse de Hond (Jodocius Hondius) qui racheta à son petit-fils les planches. Ses éditions complétées de l’atlas connurent un très grand succès.

Nova Europae descriptio Auctore Iodoco Hondio. In Atlas sive Cosmographicae meditationes de fabrica mundi… [1619]. Cote : Fonds ancien 937 (Image de Marc Rapilliard)

Pour passer de l’infiniment grand à l’infiniment petit nous citerons ensuite Il pastor fido de Battista Guarini. Cette édition d’un texte poétique, appartenant au genre pastoral, qui connut un immense succès en Italie et à la cour de France est présentée dans un petit format propre à être porté sur soi. Elle a été imprimée à Tours à un moment où la cour et le roi ont dû quitter Paris tenu par la Ligue.

Double page de l’ouvrage Il pastor fido de Battista Guarini, Battista (1538-1612). Tours, 1592. Cote Fonds ancien : 55337 (Image de Marc Rapilliard)

Pour la réserve moderne, dans la perspective des manifestations du 50e anniversaire de l’Université nous avons acheté cette année un album de plans et de photographies du cabinet d’architecture Louis Arretche. Dans les années 1960, ce cabinet proposa différents projets pour la construction des bâtiments de ce qui allait devenir l’université Rennes 2 sur le campus Villejean.

Photographie maquette. Faculté des lettres et sciences humaines : université de Rennes. Pat G 13 (Image de Thomas Gérard)

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Le signalement des fonds anciens dans le catalogue de la BU et dans le SUDOC n’est pas totalement satisfaisant. Il s’agit de notices issues de la rétroconversion des catalogues sur fiches et le travail de nettoyage ou de reprise de ces notices n’est pas achevé. Différentes collaborations aux bases de données en cours, en particulier pour les livres du XVIe siècle, nous permettent d’avancer sur ce chantier : Editef pour les livres en  italien de la première modernité (1450-1630), USTC grâce au programme Preserving the World’s Rarest Books (ouvrages imprimés en Europe jusqu’en 1650) dont l’université Rennes 2 est partenaire. Un premier contact a été pris avec l’équipe de la base BIBALE qui s’intéresse aux marques de provenance des ouvrages anciens.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Depuis mon arrivée comme responsable du fonds ancien en octobre 2014, nous avons essayé de faire chaque année une exposition « patrimoniale ». Grâce au travail des étudiants du Master MAGEMI (Gestion et mise en valeur des œuvres d’art, des objets ethnographiques et techniques) encadrés par des enseignants d’histoire de l’art et d’histoire nous avons pu présenter en 2016 l’exposition Modernes livres anciens. Une autre collaboration avec le département d’italien nous a permis de préparer l’exposition La primavera del libro. Les italiens et les livres imprimés à la Renaissance en 2017. En avril 2018, l’exposition Rareté et livres rares du XVIe au XXIe siècle – encore le travail d’étudiants encadrés par enseignants et chercheurs – était accompagnée d’un colloque international qui s’est déroulé à la BU les 5-6 avril 2018. Des rencontres et ateliers sont aussi organisés. Dans le cadre des ateliers de la BU les ateliers « Livre en main » ont lieu trois fois par an. Ils permettent une initiation aux secrets des livres anciens de la BU en alternance avec les rencontres du groupe « Autour du livre » qui sont, elles, programmées toutes les semaines. Nous participons aussi au blog Millefeuilles de Bretagne qui regroupe les centres de conservation du patrimoine écrit en Bretagne. Le site des trésors des bibliothèques de l’Enseignement supérieur présente aussi quelques-uns de nos ouvrages.

Un atelier Livre en main (Image de Dominique Bougé-Grandon)

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Dans une bibliothèque universitaire les priorités vont nécessairement vers les fonds et les ressources « contemporaines » plus directement au service des enseignements et de la recherche. Pour nous il s’agit donc de pouvoir conduire en parallèle des opérations liées au signalement et à la conservation du fonds et de veiller à sa valorisation dans une bibliothèque universitaire qui n’a pas une vocation principalement patrimoniale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.