Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur

L’exposition Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur est consacrée à un corpus inédit d’ouvrages liés à l’Académie réformée fondée dans la cité ligérienne à la toute fin du XVIe siècle par Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623).

Dispersé entre les fonds anciens des villes de Saumur et du Mans, ce corpus réunit plusieurs reliquats de bibliothèques saumuroises du XVIIe siècle : celle de Mornay lui-même, celle de l’Académie (constituée à partir de la bibliothèque de Mornay) et plusieurs bibliothèques personnelles de professeurs. L’identification de ce corpus a pour origine la découverte fortuite d’un livre ayant appartenu à Louis Cappel (professeur d’hébreu entre 1613 et 1657) dans le fonds ancien du Mans1. L’enquête s’est déroulée en plusieurs étapes : d’abord une recherche thématique, rapidement suivie par un dépouillement semi-systématique (les collections mancelles réunissant plus de soixante mille volumes) des marques de provenance qui a permis d’identifier plusieurs reliquats saumurois dont l’un provenant de la bibliothèque académique elle-même ; ensuite une enquête à l’échelle régionale puisque la bibliothèque académique était réputée dispersée ; enfin, un dépouillement systématique du fonds ancien de Saumur où un second ensemble de reliquats issus des mêmes bibliothèques réformées a été localisé2.

In fine, ce sont une cinquantaine d’ouvrages issus assurément de bibliothèques calvinistes saumuroises qui ont pu être retrouvés à Saumur et au Mans, auxquels viennent s’ajouter une quarantaine de livres provenant très probablement de la bibliothèque académique, pour laquelle n’existe pas de marque d’appartenance spécifique3. En outre, l’enquête régionale a permis d’identifier des pièces éparses liées au corpus dans deux fonds angevins4. Enfin, quelques livres ayant appartenu à la figure centrale du corpus saumuro-manceau, Louis Cappel, ont pu être localisés à l’échelle européenne, tant en collections publiques que privées.

Illustration 1: Le protestantisme en France au XVIe siècle. Au premier plan, la bible renseignant la pratique du culte privé.

L’exposition est conçue en six sections. La première, qui fait office d’introduction, est consacrée au protestantisme en France au XVIe siècle. Elle présente d’une part les fondamentaux du calvinisme (avec notamment une Bible qui éclaire sous un jour nouveau la pratique du culte privé réformé) et d’autre part la figure fondatrice de Duplessis-Mornay. Sont mises en lumière ses bibliothèques (sa bibliothèque de travail et sa « petite bibliothèque » – celle où il conservait ses œuvres) et celle de l’une de ses filles, ainsi que son œuvre de controversiste (grâce à la richesse du fonds ancien manceau, rassemblant une large part des chaînes de controverses résultant des deux publications majeures de Mornay que sont le De l’Institution, usage et doctrine du saint sacrement de l’Eucharistie en l’Église ancienne et Le Mystère d’iniquité).

Illustration 2: La vitrine consacrée à la bibliothèque de Philippe Duplessis-Mornay et celle de sa fille Anne

Les quatre sections centrales de l’exposition présentent thématiquement l’Académie réformée de Saumur. La deuxième est une brève histoire de l’institution qui résume les trois grandes périodes de son existence : les origines (1599-1623), l’ère du triumvirat (1623-1664), les crises de la fin de l’institution (1664-1685). Au fil de cette section sont présentées plusieurs pièces éparses issues de bibliothèques de professeurs ou de huguenots saumurois, notamment l’un des deux envois autographes actuellement connus de John Cameron et un envoi adressée à Marc Duncan. Parmi les premiers professeurs de l’institution, un petit groupe d’Écossais eut un rôle central : Duncan est un professeur de premier plan du collège (il a la charge de plusieurs disciplines dont le grec) ; quant à Cameron, professeur de théologie, il est le fondateur de l’École de Saumur, courant théologique novateur qui s’épanouit au sein de l’Académie.

Illustration 3: Mornay et la controverse (premier plan) et la section consacrée à l’histoire de l’Académie (arrière-plan).

La troisième partie est consacrée à la formation des pasteurs, puisque telle était la fonction première d’une académie réformée. Le collège et l’Académie sont présentés séparément. Le collège est notamment mis en lumière au travers de livres de prix offerts par le conseil académique. Deux volumes portant la même reliure et une dédicace du recteur, mais offerts à 12 années d’intervalle, ont été retrouvés à Angers et Saumur. Ils attestent la commande d’une reliure spécifique par le conseil pour les cadeaux destinés aux collégiens. Le collège est également mis en lumière par un important ensemble (dix pièces) issus de la bibliothèque de l’un de ses professeurs de rhétorique, l’Écossais William Doull, qui fut en poste en milieu du XVIIe siècle.

À gauche, les cours donnés à l’Académie, à droite la bibliothèque de William Doull, à l’arrière-plan le portrait de Tanneguy Le Fèvre.

La formation des pasteurs en tant que telle était réalisée au sein de l’Académie. Elle est éclairée par différents dossiers : les cours de philosophie connus sous forme de manuscrits d’étudiants (quatre dont deux inédits sont présentés dans l’exposition) et qui témoignent de la domination de l’aristotélisme dans l’enseignement de la philosophie ; les thèses de théologie soutenues à l’Académie (dont un corpus inédit de 18 exemplaires de thèse au format de soutenance – plaquette d’une vingtaine de pages au format petit in-quarto) ; les cours publiés par certains professeurs, notamment le cours de philosophie de Marc Duncan, réédité cinq fois entre 1612 et 1655. Cette section s’achève par une partie spécifiquement consacrée à la bibliothèque académique, où sont présentés à la fois le catalogue de la bibliothèque (conservé aux Archives Nationales) et une dizaine d’ouvrages issus très certainement de cette bibliothèque (conservés à Saumur et au Mans). Cette partie est également l’occasion d’évoquer Saumur comme foyer éditorial dans la France du XVIIe siècle.

Illustration 5: Quatre livres de la bibliothèque de Mornay passés dans la bibliothèque académique.

Deux sections sont ensuite consacrées à l’École de Saumur. La première évoque les principaux représentants de ce courant théologique novateur qui se développa au sein de l’Académie avant d’essaimer hors ses murs. En effet, tous les membres de l’École de Saumur ne furent pas enseignants de l’Académie : des pasteurs partisans de cette tendance se retrouvent à travers le royaume de France (dans l’exposition sont représentés, par des envois autographes, Samuel Bochart, pasteur de Caen et Jean Daillé, pasteur de Charenton). Au sein de l’Académie elle-même, le triumvirat incarne cette école théologique originale. Dans cette quatrième section de l’exposition, sont présentés Moïse Amyraut (avec un envoi autographe adressé à un pasteur de Saumur) et Josué de La Place (avec un exemplaire de l’édition posthume de son traité sur la non imputation du péché d’Adam ayant été confié à un pasteur du synode provincial d’Anjou-Touraine-Maine pour un examen théologique).

Illustration 6: « Dans le cabinet de Louis Cappel »

Réalisée en collaboration avec Kevin Trehuedic (UPEC-CRHEC), la cinquième section est spécifiquement consacrée au troisième triumvir, le plus célèbre professeur de l’Académie, Louis Cappel, qui révolutionna la critique biblique. Sont exposées trois séries d’ouvrages : ceux provenant de sa bibliothèque puisqu’ils portent son ex-libris et/ou des notes autographes ; une évocation de cette bibliothèque d’hébraïsant dont on ne connaît malheureusement pas l’inventaire ; la réunion de dix livres dont Cappel est l’auteur. Parmi les livres ayant appartenu à Cappel, trois sont particulièrement remarquables : d’une part le dictionnaire d’hébreu de David de Pomis (1587) et le lexique syriaque de Christophe Crinesius (1612) abondamment annotés par Cappel, d’autre part la réunion de deux midrash imprimés à Venise (l’un chez David Bomberg, l’autre chez Marcantonio Giustinian) portant une vingtaine d’annotations de Cappel. Les deux dictionnaires sont conservés au Mans et le volume réunissant les midrash à Saumur.

Illustration 7: Le dictionnaire d’hébreu et les midrash (l’in-folio à droite) ayant appartenu à Louis Cappel.

L’intérêt de la réunion de cet ensemble est la mise en évidence de la relation entre les midrash et le dictionnaire d’hébreu. Dans les midrash, Cappel relève une vingtaine de mots en latin ou grec translittérés en hébreu dont il reporte l’occurrence à chacune de leur entrée dans le dictionnaire de Pomis. En outre, les très nombreuses annotations dans les deux dictionnaires (annotations étymologiques et/ou de localisation comparables à celles illustrées par le midrash) dévoilent la pensée de Cappel en action : on plonge ainsi dans l’élaboration de la méthode critique qu’il systématise dans son grand-œuvre, la Critica sacra parue en 1650. L’exemplaire de l’auteur, portant de nombreuses corrections autographes, a d’ailleurs été retrouvé après l’inauguration de l’exposition.

Enfin, la dernière section explique comment plusieurs bibliothèques saumuroises se trouvent désormais conservées dans les collections publiques mancelles. Fermée en janvier 1685, l’Académie voit sa bibliothèque inventoriée par un libraire catholique de Saumur puis confiée à l’hôtel-Dieu de la ville qui, six mois plus tard, revend la bibliothèque au libraire qui l’avait cataloguée. À partir de l’été 1685, les livres de l’ancienne bibliothèque académique sont donc dispersés au fil des ventes de ce libraire. Cette dissémination est confirmée par la présence d’ouvrages issus de cette bibliothèque mais provenant initialement de celle de Duplessis-Mornay (portant soit des notes autographes soit des envois à lui adressés) dans les fonds anciens saumurois et manceaux, mais passés entre temps par des bibliothèques de congrégations catholiques (Oratoriens et Mauristes à Saumur, Mauristes au Mans).

Illustration 8: « De Saumur au Mans »

La présence d’un corpus saumurois en Sarthe s’explique par une acquisition massive (2500 livres) réalisée en 1717 par dom Maur Audren, alors à la tête de Saint-Vincent du Mans et actif responsable de la bibliothèque de l’abbaye. Un érudit du XIXe siècle donnait cette information sans la sourcer : elle est confirmée par la date d’inscription au catalogue de la bibliothèque de l’abbaye (1718) de la quasi-totalité des livres provenant de bibliothèques saumuroises. Est ainsi dévoilé l’un des lieux d’approvisionnement de l’ambitieux bibliothécaire de Saint-Vincent en 1717. Outre les bibliothèques réformées précédemment évoquées, figurent dans le fonds manceau plusieurs reliquats de bibliothèques catholiques saumuroises, dont celle de Jean Phélippeau, secrétaire de l’abbesse de Fontevraud dans la seconde moitié du XVIIe siècle (ces différentes bibliothèques catholiques sont représentées par plus d’une vingtaine d’ouvrages). Cette présence confirme l’achat massif réalisé à Saumur en 1717, probablement auprès de plusieurs libraires de la ville. Les saisies révolutionnaires sont bien sûr l’étape intermédiaire entre l’abbaye mancelle et le fonds public du Mans.

Inaugurée le 19 octobre 2018, l’exposition est présentée à la Médiathèque Louis Aragon (Le Mans) jusqu’au 19 janvier 2019. Une dernière visite guidée est prévue le samedi 12 janvier. L’exposition, enrichie d’un certain nombre de pièces identifiés depuis octobre 2018, sera présentée une seconde fois au Château de Saumur à l’été 2019.

Thomas Guillemin
Chercheur associé Université d’Angers-TEMOS
Commissaire de l’exposition

  1. Conservatrice du fonds ancien de la Médiathèque Louis Aragon : Sophie Renaudin. []
  2. Responsable du fonds ancien de la Médiathèque de Saumur : Jocelyne Ragou. []
  3. Pour une présentation des ex-libris de professeurs identifiés entre Saumur et Le Mans, voir Thomas Guillemin, « Ex bibliotheca salmuriensi – Avis de recherche », https://cj17.hypotheses.org/108, publié le 7 juin 2018 []
  4. Bibliothèque municipale d’Angers et Archives départementales de Maine-et-Loire []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.