Une journée d’études sur les recueils factices à Lyon

Le 3 mai 2019 a eu lieu à l’École normale supérieure de Lyon une journée sur les recueils factices organisée par les membres du Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles (XVIIe-XVIIIe s.) (GADGES, Lyon 3).

Cette journée, « Recueils factices : de la pratique de collection à la catégorie bibliographique », explorait les problèmes posés pour le repérage et l’étude de ces objets dans les collections des bibliothèques, aussi bien pour les conservateurs que pour les chercheurs. La première intervention, de Claire Giordanengo (conservatrice du fonds patrimonial, Bibl. Diderot) et Isabelle Vouilloux (conservatrice du fonds ancien, Bibl. de l’Université Catholique de Lyon), visait à présenter les difficultés rencontrées par les bibliothécaires pour repérer, cataloguer et rendre visibles ces recueils se trouvant dans leurs fonds, notamment dans le cadre de l’usage d’un catalogue commun tel que le SUDOC. En effet, il y a une tension fondamentale entre cataloguer le recueil en tant qu’objet, et décrire chaque pièce contenue dans ce recueil individuellement. Du fait de cette difficulté à cataloguer les recueils en tant qu’objet, il est souvent difficile pour le personnel des bibliothèques de les repérer et de les donner à consulter aux lecteurs : souvent, les conservateurs doivent aller en magasin pour repérer ces objets physiquement, sur les étagères, faute d’avoir les indications suffisantes dans leurs outils informatiques pour les trouver par une simple recherche via l’ordinateur. En prenant l’exemple d’un recueil de pamphlets de la fin du XVIe siècle conservé à l’UCLy, elles ont montré qu’il était complexe de faire apparaître ce recueil en tant que tel dans le catalogue du SUDOC.

Illustration 2: Recueil de controverses protestantes du XVIe siècle, UCLyon

Ce recueil a justement été montré ensuite aux participants lors d’une séance de présentation de volumes, qui a permis de discuter à la fois les questions de composition thématique et de caractéristiques matérielles de plusieurs recueils du XVIe au XVIIIe siècle. Dans le cas de ce recueil, la question se pose des buts de sa constitution. En effet, Michèle Clément (Université Lyon 2) a souligné l’unité thématique de ses 42 pièces de controverse protestantes imprimées entre 1557 et 15621. La reliure et les annotations indiquent qu’elles ont été réunies dans le recueil actuel à la fin du XVIe siècle en tant que livres prohibés, par un lecteur catholique, probablement à des fins de conservation pour un usage dans une institution religieuse catholique (comme en témoigne l’ex-libris du séminaire de Lyon collé sur la garde). Cependant, Katell Lavéant (Université d’Utrecht) a également mis en avant, lors de cette présentation conjointe, l’importance de noter la numérotation d’une main du XVIe qui ne suit pas l’ordre actuel des pièces dans le recueil, et qui indique que ces livres se trouvaient probablement d’abord dans un ou plusieurs recueil(s) antérieur(s), démantelé(s) pour constituer le recueil dans son état actuel. Il faut donc tenir compte de la possibilité que ces pamphlets furent d’abord acquis par des lecteurs favorables à leur contenu protestant, avant qu’ils ne prennent le statut de livres interdits au moment de leur mise en recueil actuelle.

Illustration 3: détail du recueil de controverses, avec renumérotation des pages

D’autres volumes ont été présentés, notamment par Hélène Lannier (Université Lyon 2). Elle a choisi de mettre en lumière un recueil de la bibliothèque Diderot (ENS) du XVIe siècle, contenant des livres en latin imprimés par le lyonnais Sébastien Gryphe. La composition du recueil, l’analyse des ouvrages choisis et l’étude de ses provenances permettent ainsi d’établir qu’il fut sans doute composé à des fins d’apprentissage pour un étudiant.

D’autres présentations, sur des ouvrages du XVIIe au XXe siècle, ont également mis en avant des aspects discutés à plusieurs reprises lors de cette journée : Edwige Keller-Rahbé (Université Lyon 2) a présenté un volume de la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence qui souligne la question de la (re)mise en recueil par les collectionneurs au XVIIIe siècle ; Michèle Rosellini (ENS Lyon) a posé la question de la mise en recueil par les acheteurs également avec l’exemple d’un recueil de textes de théâtre du XVIIIe siècle : ces fascicules de “nouveautés” dramatiques, imprimés au plus près de l’événement théâtral, et de provenances diverses, n’ont pu être rassemblés que par un collectionneur privé. Claire Giordanengo a montré un recueil de prix remis par le lycée Louis Le Grand dans les dernières années du XVIIIe siècle et les premières du XIXe siècle, dont la décoration des tranches correspond à un ingénieux système de classement des pièces dans le volume. Ambre Bonte et Céline Poughon (Université Lyon 3), ont étudié les modalités de mise en recueil des notes manuscrites et des documents rassemblés par un philologue lyonnais, Léon Clédat, sur les patois du Rhône. Elles ont montré que l’ordre choisi diffère de celui indiqué par Clédat: ceci souligne l’évolution entre la structure pensée par l’érudit au cours de ses enquêtes scientifiques, et le résultat en recueil, qui ne donne hélas plus accès au cheminement de la pensée du chercheur. Enfin, Isabelle Vouilloux a clos cette présentation par un recueil d’imprimés des éditions Fayard de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, pour montrer comment les couvertures de fascicules de textes littéraires pouvaient être supprimées pour homogénéiser la présentation des pièces à l’intérieur du volume, perdant ainsi l’intérêt spécifique de chaque couverture illustrée, et soulignant la frontière parfois fine entre recueil et anthologie.

Le versant bibliographique a ensuite été abordé par Malcolm Walsby (Université Rennes 2) dans son intervention sur « Le texte dans son contexte. Les recueils factices et l’utilisation des imprimés à la Renaissance ». À travers l’évocation du projet qu’il dirige, Sammelband 15-16, il a d’abord rappelé que la terminologie même pose problème pour désigner les recueils factices, d’où le choix du terme allemand Sammelband par ce projet pour définir clairement l’objet conçu comme une collection d’éditions imprimées dans une seule reliure. Les conditions de création de ces recueils chez les libraires à la Renaissance, comme leur utilisation par les lecteurs les ayant fait faire chez ces libraires et relieurs, sont en effet déterminantes pour comprendre leurs caractéristiques matérielles.

Illustration 4: L’atelier du relieur selon Jost Amman (dans Schopper, Hartmann. Panoplia omnium illiberalium mechanicarum, Frankfurt: Sigmund Feyerabend, 1568).

Il a ainsi mis en contraste deux exemples. Le premier, celui de deux volumes aujourd’hui conservés à la bibliothèque du Centre Culturel Irlandais à Paris, montre comment un libraire a rassemblé des éditions des Chronici Saxoniae dans l’ordre de production chronologique, pour les vendre ensemble. Le deuxième exemple, en revanche, illustre comment quatre ouvrages de controverse catholique sont souvent mis en recueil ensemble du fait de leur forte unité thématique. Comme en témoignent les différents recueils du XVIe siècle les conservant, ces ouvrages furent rassemblés dans des ordres différents et avec des systèmes de classement et d’organisation dans le recueil propres à chaque individu qui les avait achetés et fait relier ensemble. Il a aussi insisté sur le statut qu’acquiert ainsi au fil du temps le recueil comme ouvrage unique, et non plus comme une collection de titres séparés, pour le lecteur qui, souvent, l’annote et le numérote en ce sens. Malcolm Walsby a enfin insisté sur tous les détails matériels qu’il est essentiel d’analyser pour comprendre la manière dont le recueil a été constitué, des éléments bibliographiques tels que les titres inscrits sur les tranches, à la présence de détails apparemment aussi infimes que les tâches d’encre, mouillures et trous.2

Illustration 5: Recueil de controverse religieuse (à droite), Centre culturel iralandais à Paris.

Les interventions de Katell Lavéant et Hélène Lannier ont présenté les bibliothèques de deux érudits du XVIe siècle, celle d’Huybert van Buchell, aujourd’hui conservée à la bibliothèque universitaire d’Utrecht, et celle de Benoît Court, dispersée après sa mort mais pour partie reconstituée par Hélène Lannier dans les fonds de différentes bibliothèques publiques. Là où la bibliothèque d’Huybert van Buchell, léguée à la bibliothèque municipale (devenue universitaire) d’Utrecht, permet de reconstituer sans peine la collection de ce possesseur puisqu’elle est répertoriée dans un catalogue dès 1608, celle de Benoît Court a dû être reconstituée à partir de sources secondaires, notamment grâce aux mentions de provenances dans les catalogues de bibliothèques publiques, à des catalogues de libraires anciens, ainsi que d’autres ouvrages divers (en particulier sur la reliure, puisque Court faisait apposer ses armes sur la reliure de ses livres). À partir de l’analyse des provenances, mais aussi des reliures, il est possible de mieux comprendre la logique de constitution des recueils.

Illustration 6: des reliures de la bibliothèque de Benoît Court. Photo BM Lyon

La réflexion croisée des deux chercheuses a entre autres porté sur les raisons qui poussaient les érudits à rassembler des titres par thèmes (par exemple une série d’ouvrages de polémique protestante et de théologie dans le cas de van Buchell), par auteurs (tel un volume d’œuvres d’Érasme dans la collection de Benoît Court) ou par langues (les recueils étant dans les deux cas toujours monolingues). Il est aussi frappant de noter que, dans les deux cas, les volumes fabriqués pour ces possesseurs proposent souvent une indication sur le prix de la reliure, ouvrant les perspectives de réflexion sur les aspects économiques de la mise en recueil, qui permettait de limiter le coût supplémentaire que représentait la reliure. Ces précieuses indications donnent une idée des coûts de fabrication de ces volumes.

Illustration 7: une indication de prix de reliure dans un des volumes de Huybert van Buchell, BU Utrecht

La journée s’est achevée sur une session sur les recueils de mazarinades. Laura Bordes (Université Aix-Marseille) a ainsi pris l’exemple du fonds de plus de 80 de ces volumes, conservé à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence. Du fait de la fragilité matérielle des pamphlets en question, objets imprimés appelés à disparaître rapidement s’ils n’avaient pas été mis en recueil, c’est la question de la préservation qui a été évoquée, comme à plusieurs reprises pendant la journée, pour des éditions aujourd’hui particulièrement rares, voire uniques. Malgré le manque d’informations sur l’origine de cette collection, l’étude des recueils et, dans certains cas, de l’ajout d’illustrations et de portraits de personnages cités dans les textes, angle peu étudié jusqu’ici et pourtant présent de manière massive dans le corpus, permet de s’interroger sur le but de la constitution d’une telle série de recueils.

Illustration 8: une image classique, le portrait de Mazarin en page de titre d’une mazarinade

L’une des organisatrices de la journée d’études, Mathilde Bombart (Université Lyon 3), est revenue sur les enjeux des illustrations dans ces recueils pour aborder une série d’éditions de la main d’un mystérieux sieur de Sandricourt, composées avec une logique polémique mais aussi commerciale, pour inciter les lecteurs à acheter ces éditions les unes après les autres. Là encore, ces pièces ont fait l’objet d’une mise en recueil, dans un certain nombre de cas avec une page de titre imprimée, qui met en scène la fin de la crise en 1652, et qui constitue donc en elle-même une mazarinade. L’ajout de cette page de titre, comme celle de portraits produits par le graveur et marchand d’estampes par Balthazar Montcornet (1598-1668), compose donc un recueil factice dont il convient d’étudier la logique de production spécifique : la page de titre a pu être produite pour être utilisée par un libraire qui s’en serve comme page générique ouvrant un recueil composé pour un acheteur selon ses souhaits et selon les mazarinades en stock. Il est également envisageable que l’on ait dans un certain nombre de cas des recueils produits par des libraires pour attirer un lectorat séduit par l’ajout d’illustrations, sans pourtant exclure la possibilité que d’autres recueils aient été constitués sur la demande des lecteurs individuels désireux d’enrichir les textes rassemblés par des illustrations complémentaires choisies personnellement. Mathilde Bombart entreprend actuellement une recherche plus étendue sur ce sujet, qu’elle a abordé dans son habilitation à diriger des recherches (à paraître).

illustration 9: un recueil de mazarinades illustré, conservé à la BM de Châlons-en-Champagne

Au terme de cette journée riche d’exemples et de questions autour des recueils factices aux XVIe et XVIIe siècles, il est apparu dans la réflexion des différents participants l’importance de la collaboration entre chercheurs et professionnels des bibliothèques pour mieux mettre au jour et décrire ces recueils. Est également réaffirmée la nécessité d’étudier ces objets sous un angle bibliographique, comme sous l’angle de leur constitution pour et par des lecteurs souvent identifiables ou pour des logiques de lecture qu’il nous faut aujourd’hui reconstruire. C’est ce à quoi s’emploient le séminaire du GADGES dédié à ces questions, comme le projet Sammelband 15-16 et le projet Mazarinades, dont on ne manquera pas de suivre les résultats des enquêtes à venir sur ces objets fascinants.

  1. Michèle Clément a décrit ce recueil et son contenu dans son article « Mettre en vers français une poétesse latine. Proba Falconia à Lyon en 1557 », Martine Furno et Raphaële Mouren (éd.) Auteur, Traducteur, collaborateur, imprimeur.. qui écrit?, Paris, Classiques Garnier, 2012, pp.165-202, 2012. []
  2. Malcolm Walsby a ainsi étudié cette problématique dans ‘Cheap print and the academic market : the printing of dissertations in sixteenth-century Louvain’, dans Andrew Pettegree (ed.) Broadsheets : Single-sheet Publishing in the First Age of Print, Leiden : Brill, 2017, pp. 355-375, et ‘Les enjeux de la conservation-restauration des livres : le cas des receuils factices’, à venir. []

Une réflexion sur « Une journée d’études sur les recueils factices à Lyon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.