Geoffroy Tory de Bourges : retour au pays natal

Pour commémorer le cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci à Amboise, la Région Centre-Val de Loire a célébré la Renaissance tout au long de l’année 2019. Dans ce contexte, la Bibliothèque municipale de Bourges a souhaité mettre en avant la figure de l’humaniste Geoffroy Tory, enfant du pays devenu imprimeur-libraire à Paris, qui fait actuellement l’objet d’une importante exposition dont j’ai eu le plaisir d’assurer le commissariat scientifique au côté de Robert Tranchida.

« Geoffroy Tory de Bourges : libraire et imprimeur humaniste », Bourges, Bibliothèque des Quatre Piliers, du 20 septembre 2019 au 18 janvier 2020.

Les grandes lignes de la carrière de Tory sont bien connues. Né à Bourges vers 1480 au sein d’une famille relativement modeste, Tory a la chance d’accéder aux études. C’est sur les bancs de la toute jeune université de Bourges (fondée en 1467) qu’il se lie d’amitié avec quelques rejetons de l’élite locale, notamment Philibert Babou et Jean Lallemant le jeune, tous deux appelés à devenir d’importants conseillers à la cour, et dont la protection s’avèrera décisive pour le jeune humaniste.

À l’issue d’un cursus entamé à Bourges et peut-être prolongé à Paris, Tory voyage en Italie dans les toutes premières années du XVIe siècle. Il y découvre les innovations de la philologie humaniste et y observe avec attentions les pratiques artistiques et culturelles des Italiens, qui constitueront pour lui une grande source d’inspiration et de motivation. C’est chargé de ce bagage qu’il rentre en France.

De 1507 à 1512, Tory est un universitaire en vue. Recruté au collège du Plessis, il y enseigne la grammaire et la philosophie pendant cinq ans. Parallèlement à ses activités pédagogiques, il collabore avec les meilleurs imprimeurs humanistes de Paris (Gilles de Gourmont, Josse Bade, les Marnef, Berthold Rembolt, Henri Estienne), pour lesquels il prépare les éditions d’une douzaine de textes antiques ou néolatins notamment le célèbre De Re Aedificatoria de Leon Battista Alberti (Paris, Rembolt, 1512).

Figure 1:  Leon Battista Alberti, De re aedificatoria, éd. G. Tory, Paris : Berthold Rembolt, 1512, in-folio, USTC 143989 (Bibliothèque municipale de Tours, Rés. 3608).

À compter d’août 1512, Tory disparaît. On sait qu’il se trouve à Rome entre 1517 et 1521, mais on ne retrouve la trace de son activité qu’à compter de 1523 : rentré à Paris, il est désormais libraire, puis imprimeur, à l’enseigne du Pot Cassé. Pendant une dizaine d’années, il œuvre au renouvellement du livre, tâchant de mettre en œuvre les enseignements qu’il a retenu de ses voyages en Italie. La publication de livres d’heures, qui l’occupe de 1523 à 1529, lui permet ainsi d’innover dans le domaine de la mise en page : ornements, caractères, illustrations –  Tory introduit dans le livre français des formes venues d’outre-Monts, qui rencontrent un vif succès. Mais il ne s’agit pas tant pour lui d’imiter servilement les modèles italiens : il s’agit de défendre de la culture française en allant rivaliser avec les Italiens sur leur propre terrain.

En 1529, la publication du célèbre Champ fleury marque un tournant : cet ouvrage rédigé en français, qui se présente comme un traité de dessin des capitales romaines, qu’il s’agit de favoriser dans le royaume de France. Mais, au fil du texte, Geoffroy Tory s’y livre à une vive apologie de la langue vulgaire, le français, qu’il s’agit de cultiver et à laquelle il cherche à conférer ses lettres de noblesses. Le libraire, qui suit en réalité une politique culturelle initiée au plus haut niveau, par François Ier lui-même, propose ainsi d’introduire de nombreuses innovations linguistiques (les accents, la cédille, l’apostrophe) qui rencontrent dans les années suivantes un vif succès. À compter de cette date, Tory réoriente sa production pour ne publier que des œuvres en langue française, qui lui vallent d’être nommé « imprimeur du Roi », office créé à son attention en 1531. Il n’en jouit que pendant une courte période : Tory meurt en effet à la fin de l’année 1533.

Figure 2 : Geoffroy Tory, Champ fleury, Paris : Geoffroy Tory et Gilles de Gourmont, 1529, in-folio, USTC 24232 (Bibliothèque municipal du Mans, Rés. SA 4° 4008).

L’exposition qui se tient à Bourges à la bibliothèque des Quatre Piliers jusqu’au 18 janvier 2020 entend mettre en valeur le parcours et l’héritage de Geoffroy Tory, figure bien connue des graphistes et des spécialistes du design, mais quelque peu oubliée du grand public local. Une soixantaine de pièces – parmi lesquelles cinq exemplaires du Champ fleury ! –  permettent ainsi de présenter son activité et d’évoquer le contexte culturel dans lequel notre humaniste a évolué.

Les collections municipales de Bourges fournissent à elles seules la moitié des pièces exposées ; les autres documents sont, dans leur grande majorité, issus de la région Centre Val de Loire ou des départements limitrophes. Les bibliothèques de Tours, Blois, Orléans, Le Mans, Poitiers et Moulins, ainsi que les archives départementales du Cher, ont fourni quelques-uns des fleurons de leurs collections. Trois établissements parisiens (la Bibliothèque Sainte Geneviève, l’École nationale supérieure des Beaux Arts et le Musée de la Renaissance-Château d’Ecouen) ont également accepté de contribuer à l’exposition.

On relèvera, parmi les pièces exposées, un superbe manuscrit enluminé par Jean Colombe (Bourges, Musée du Berry), un magnifique livre d’heures ayant appartenu à Jean Lallemant le jeune (École nationale supérieure des beaux-arts de Paris), le manuscrit autographe de l’Itinéraire d’Antonin préparé par Geoffroy Tory pour Philibert Babou (Bibliothèque municipale d’Orléans), l’exemplaire d’une édition aldine des Adages d’Erasme sur lequel Jean Grolier, trésorier de François Ier et protecteur de Tory, a dessiné à la plume la marque d’Alde Manuce (Bibliothèque municipale de Tours), ainsi qu’une splendide collection de livres d’heures imprimés par Tory, dont l’un fut mis en couleurs au lavis au sein même de son atelier (Bibliothèque municipale de Poitiers).

Figure 3 : Geoffroy Tory, manuscrit autographe, Augustus Antoninus, Itinerarium provinciarum, circa 1512, (Bibliothèque municipale d’Orléans, Ms. 312)

La réception des idées de Tory en Berry est illustrée par deux importants manuscrits issus de la bibliothèque de Jacques Thiboust, dont une copie de la Briefve doctrine pour deuement escrire selon la propriete du langage francoys (Bibliothèque municipale de Bourges). L’exposition accueille également deux importants manuscrits illustrant, chacun à sa manière, la pénétration de l’écriture romaine à la cour. Le premier, découvert à l’occasion de la préparation de l’exposition dans les collections berruyères, est une institution du prince latine, offerte par Louis XII à François d’Angoulême à l’occasion de son mariage ; ce beau manuscrit enluminé s’ouvre notamment sur un poème adressé par Louis XII au futur François Ier. Le second est un large feuillet de parchemin regroupant différentes épitaphes rédigées à l’occasion de la mort de Charlotte de France et comportant un beau dessin à la plume représentant le lit funèbre de la princesse et de sa mère (Bibliothèque municipale de Blois). L’étude de ce document a permis de l’attribuer à Estienne Clavier, serviteur de Marguerite de Navarre et poète proche de Marot, dont le monogramme « E.C. » se lit au pied du dessin.  

Figure 4 : Geoffroy Tory, Champ fleury, Paris : Geoffroy Tory et Gilles de Gourmont, 1529, in-folio, USTC 24232 (Bibliothèque municipale du Mans, Rés. SA 4° 4008), O5v-O6r.
Figure 5 : « Utopiensium alphabetum » dans Thomas More, De optimo reipublicae Statu deque nova insula utopia libellus vere aureus, Bâle : Johann Froben, 1518, in-quarto, USTC 630792 (Bibliothèque municipale de Bourges, B 1356 in-8), b2v-b3r.

Le parcours de l’exposition, qui reconstitue le fil chronologique de la carrière de Geoffroy Tory, offre ainsi, au-delà de la seule carrière de Tory, un aperçu de l’histoire culturelle française dans la première moitié du XVIe siècle. Il permet de mieux situer la carrière de Tory dans son époque, et même au-delà, puisque l’exposition s’achève sur des créations contemporaines qui font elles-mêmes écho à l’œuvres de Tory. La réimpression des Epitaphes d’Amour imprimée par Raymond Gid pour le compte de la librairie Paul Jammes en 1959 y figure au côté des créations de François Rigghi. Deux vitrines présentent également le résultat des travaux conduits par les étudiants de l’École nationale supérieure d’Arts de Bourges au cours d’un séminaire dirigé par Ferenc Grof.

Figure 6 : Geoffroy Tory, VII épitaphes d’amour et emblèmes, Montanthiaume : Raymond Gid pour André Jammes, 1959 (Bibliothèque municipale de Bourges, By 18356 res).

Cette exposition s’accompagne de la publication d’un bel ouvrage collectif qui regroupe, à côté des notices des pièces exposées, vingt-six articles de référence sur divers aspects de la carrière de Tory. Ils sont l’œuvre d’une équipe d’une quinzaine d’auteurs regroupant les meilleurs spécialistes de la période considérée. Cette approche collective permet de jeter des regards complémentaires sur l’œuvre et la carrière de Geoffroy Tory et de renouveler ainsi notre connaissance du sujet. Ce beau livre de grand format (24 x 32 cm), copieusement illustré et entièrement imprimé en couleurs, est servi par une très belle maquette, œuvre de Frédéric Terrier typographe des éditions des Mille Univers.

Figure 7 : Geoffroy Tory de Bourges : humanisme et arts du livre à la Renaissance, sous la direction de Rémi Jimenes, 160 pages – 24 x   32 cm – 125 illustrations couleurs.

L’exposition « Geoffroy Tory de Bourges : libraire et imprimeur humaniste » est à voir à la Bibliothèque des Quatre Piliers de Bourges, du 20 septembre 2019 au 18 janvier 2020. Le catalogue est disponible : Geoffroy Tory de Bourges : humanisme et arts du livre à la Renaissance.

Rémi Jimenes
CESR, Université de Tours


Publié par

Rémi Jimenes

Maitre de conférences en histoire du livre et des bibliothèques (CESR - Université de Tours)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.