Un trésor caché à Toul: deux volumes des œuvres de Jean Raulin

Cette semaine nous inaugurons une nouveau type de billet qui se propose de présenter et d’analyser un cas particulier en utilisant les divers apports de l’archéologie du livre et de la bibliographie matérielle.

La bibliothèque municipale de Toul conserve une modeste collection d’un peu plus de cent livres des XVe et XVIe siècles. Mais une des leçons les plus importantes que je tire des nombreuses prospections effectuées dans des fonds patrimoniaux européens, est qu’il n’est pas nécessaire de détenir une grande collection pour avoir des livres remarquables. Les deux volumes des œuvres de Jean Raulin de cette bibliothèque, imprimés au début du XVIe siècle, illustrent parfaitement cette constatation.

Illustration 1 : La première page de titre des volumes de la BM de Toul.

Jean Raulin était un des grands prédicateurs français de la seconde moitié du XVe et du début du XVIe siècle. Né vers 1443, sa vie fut marquée par l’apparition et le développement de l’imprimerie qui diffusa son œuvre latine à travers l’Europe. Théologien de l’université de Paris, il avait intégré le Collège de Navarre, un des fleurons de l’enseignement religieux où s’étaient d’abord propagées les idées de l’humanisme en France1. Le collège était un centre intellectuel important avec des auteurs très actifs dont la production occupa les presses parisiennes et notamment, au XVIe siècle, celles de l’atelier du Soleil d’Or de Claude Chevallon et de Charlotte Guillard2. Dans ce cadre foisonnant, Raulin fut un personnage de premier plan des réformes des institutions ecclésiastiques s’impliquant tant à Cluny, où il se « retira » en 1497, qu’à Paris où il continua à agir en fervent défenseur de la méritocratie3.

Illustration 2 : Jean Raulin, Collatio de perfecta religionis plantatione, Paris : Guy Marchant pour les frères Marnef, 1499, a1v-a2r.

Malgré cette forte implication et des prêches réformistes confirmant son action, il ne commença à publier que relativement tard. Son premier livre imprimé fut publié en 1498 à Bâle, puis l’année suivante à Paris4. Mais le succès fut alors au rendez-vous et ses écrits connurent une belle diffusion avec une vingtaine d’éditions rien qu’à Paris dans le premier quart du XVIe siècle. Cette réussite est le cadre dans lequel deux volumes aujourd’hui conservés à la bibliothèque municipale de Toul furent formés.

Comme Jean Raulin était natif de Toul, il n’est peut-être pas surprenant de trouver des œuvres d’un enfant du pays dans la bibliothèque locale. Pourtant leur présence n’était pas une évidence : la collection de la bibliothèque de la ville qui fut créée en 1832 provenait, surtout, des quelques 12 000 volumes confisqués à la Révolution à quatorze établissements religieux locaux. Ce fonds aurait donc dû être richement pourvu de livres patrimoniaux. Or il n’en est rien : à cette date il ne restait plus que 1500 volumes5. C’est-à-dire qu’entre la période des confiscations et la mise en place de la bibliothèque près de quarante ans plus tard, le fonds avait été réduit à bien peu de choses, sans doute le résultat de ventes, mais également d’avoir été copieusement dépouillé par des bibliophiles et des opportunistes. L’envergure des pertes est telle que la bibliothèque de Toul n’a pas attiré les chercheurs, et ses volumes ont été omis de la plupart des ouvrages célébrant le patrimoine écrit lorrain.

Pourtant, dans le cas qui nous intéresse, les exemplaires semblent être arrivés dans la région relativement tôt. Sur une page de garde de fin du premier volume se trouve une mention manuscrite du seizième siècle indiquant que le livre devait servir au couvent de Nancy (« Pro convētu Nanceyano »). De là les volumes passèrent dans des mains privées : les deux possèdent des ex-libris imprimés sur lesquels figurent le blason de la famille de Rarécourt de la Vallée, dont les membres furent également marquis de Pimodan6.

Illustration 3 : Page de garde du second volume avec l’ex-libris héraldique, BM Toul.

Cette possession privée renvoie indubitablement à une période postérieure aux saisies révolutionnaires : sur une des pages de garde du second volume, une main du XIXe siècle a ajouté la mention « Second volume des Sermons de // Jean Raulin. // [filet] » pour palier à l’absence d’une page de titre. Cette indication est amputée de la fin de la première ligne qui se trouve sous l’ex-libris apposé donc plus tardivement. Les volumes ont ainsi intégré la collection bien après la période la plus trouble de la bibliothèque et évité ainsi le triste sort réservé aux autres ouvrages.

Cette longue vie hors des collections patrimoniales ne semble pas avoir résulté dans des altérations profondes des deux volumes qui ont gardé à bien des égards l’apparence qu’ils devaient avoir dès leur reliure première au début du XVIe siècle. Cette dernière semble de prime abord relativement simple : la peau de la couvrure a été travaillée à froid sur les deux volumes avec des motifs modestes. Cependant un examen plus approfondi révèle des caractéristiques plus singulières. Les plats du premier volume ont chacun leur propre motif, l’un dominé par une série de ligne verticale, l’autre par des losanges. Le second volume offre une cohérence visuelle entre les deux plats, mais selon un autre type avec huit médaillons. Ces motifs sont schématisés ci-dessous – avec l’ajout de numéros de référence supplémentaires pour compléter la liste des décors identifiés et dessinés par Denise Gid7.

Illustration 4 : Motifs des plats de reliure estampés à froid.

Cette variété pourrait faire penser à des réemplois de plats, surtout dans la mesure où les dos des reliures ont souffert de restaurations relativement brutales. Cependant, au-delà d’une certaine harmonie dans le décor, certains détails laissent penser qu’il s’agit bien de reliures d’origine qui furent confectionnés ensemble. Le premier élément est l’utilisation du même fragment de manuscrit collé sur l’intérieur des ais en bois. Ces feuillets proviennent d’un exemplaire du Speculum doctrinale de saint Vincent de Beauvais (du chapitre 86 « De casibus in quibus appellare prohibetur » du livre huit « De actionibus, sive de illa parte juris, quae pertinet ad actiones »). Ce texte ayant rapidement été imprimé, nous connaissons quatre éditions incunables8. Avec deux imprimés produits non loin à Strasbourg, le manuscrit devait sembler superflu. Il provenait par ailleurs peut-être d’une bibliothèque locale, voire de la bibliothèque dans laquelle l’imprimé fut intégré9.

Illustration 5 : Intérieur du plat du premier volume.

Notons, également un autre détail : sur cette photo (et encore mieux ci-dessous) on remarque les restes d’attaches servant à accueillir une chaîne sur le second volume. Il en découle que le livre était alors dans une bibliothèque publique, ce qui renforce l’idée que le couvent de Nancy était peut-être le possesseur pour qui la reliure avait été initialement faite. En enchaînant le livre on permettait sa consultation sans avoir à s’inquiéter des possibilités de vol ou d’un « emprunt » d’un des membres de la congrégation.

Illustration 6 : Les restes de la structure métallique attachant la chaîne au ais en bois.

Pour être cohérent, le premier volume devrait également avoir ces restes, ce qui n’est pas le cas. Cependant, on remarque que, sur cette première partie, la restauration de la reliure a été encore plus lourde. Si l’on regarde le plat, on différencie aisément entre la peau qui a servi à confectionner la couvrure d’origine et celle employée lors de la restauration (illustration 7). Or, on note que cette seconde peau fait une entaille pour couvrir précisément la zone où se seraient trouvées les attaches pour la chaîne. Si on compare avec l’extérieur du plat du second tome, on voit clairement comment ces attaches pouvaient abîmer la peau et la pression exercée par la chaîne nécessiter une restauration (illustration 8).

Illustration 7 : Plat du premier volume avec une restauration (à droite).

Notons également une autre ressemblance importante entre les deux volumes : la forme des fermoirs. Denise Gid dans son étude des reliures françaises estampées à froid de cette période aujourd’hui conservées à la Bibliothèque Mazarine identifie et schématise 17 types différents de fermoirs, montrant la variété possible10. La présence des mêmes fermoirs (le modèle numéro 6) représente un argument supplémentaire pour considérer que les deux reliures furent confectionnées au même moment et dans le même atelier et ce malgré leur apparence différente.  

Illustration 8 : Plat du second volume avec le fermoir et le cuir endommagé.

Enfin, sur cette question, notons la marque dans le cuir des deux reliures de deux éléments désormais absents. L’illustration 8 laisse voir que dans les deux cas il y avait eu à l’origine deux bouillons en forme de losange qui protégeaient les plats des livres qui ne possédaient pas les attaches et la chaîne. Ces quatre bouillons ont logiquement été enlevés des reliures lorsque les livres ont cessé d’être attachés de cette manière et ont intégré des étagères normales, où leur rangement aux côtés d’autres volumes nécessitait des surfaces lisses pour ne pas abîmer les plats des livres voisins.

Illustration 9 : les marques de bouillons aujourd’hui disparus (volume 1 et 2).

Ces changements dans le rangement des volumes sont également confirmés par la présence sur le second volume d’une étiquette apposée sur le plat juste au-dessus du bouillon supérieur. Cela suggère que le livre était posé avec le plat visible pour permettre au lecteur potentiel d’en identifier le contenu sans ouvrir le volume. Elle est malheureusement désormais trop usée pour être aisément déchiffrée. Tous ces traits sont caractéristiques des reliures des premières décennies de l’arrivée du livre imprimé en France et suggèrent qu’elles furent façonnées presque immédiatement après la fabrication et l’achat des livres. Pour la datation des reliures, les détails des éditions qui constituent le contenu des volumes fournissent, bien évidemment, un terminus post quem utile.

Illustration 10 : L’étiquette du plat du second volume.

Les volumes de Toul sont des recueils qui contiennent des exemplaires de trois éditions d’œuvres de Raulin du début du XVIe siècle. La partie principale est formée des sermons du prédicateur et intitulée Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia. L’édition fut imprimée en 1512 pour le puissant libraire parisien Jean Petit avec le matériel des ateliers des imprimeurs André Bocard et Berthold Rembolt qui semblent s’être partagé la tâche11 . C’était une stratégie  courante à Paris qui permettait d’imprimer un livre plus rapidement en divisant le texte entre deux ateliers qui utilisaient un matériel typographique similaire12 .

Le deuxième ouvrage inclus dans ces volumes est une autre série de sermons, Itinerarium paradisi, complectens sermones de penitentia, également publiée par Jean Petit, mais cette fois en 151413 . Le dernier texte est son Opus sermonum de Adventu issu de le même presse et pour le même libraire que le précédent et imprimé en 151614 . Dans les trois cas, les exemplaires sont oubliés de toutes les grandes bibliographies comme l’USTC ou BP16, la bibliographie des éditions parisiennes du XVIe siècle de la Bibliothèque nationale de France15 – et ne sont, par ailleurs, pas encore signalés sur le catalogue en ligne de la bibliothèque.

L’ensemble semble ainsi très cohérent, mais deux éléments attirent l’attention. Le premier est l’ordre et l’organisation des pièces. Dans le premier volume, la première partie du premier ouvrage est suivie par la deuxième édition. Suit alors dans le deuxième volume la deuxième partie du premier ouvrage puis la troisième édition. En d’autres termes, la deuxième édition fut insérée entre la première et la deuxième partie du Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia. La raison pour cette inversion semble être l’équilibre physique des volumes. La première et la deuxième partie étant trop grosses pour être mises ensemble, on aurait pu faire simplement un troisième volume comprenant les deux autres œuvres, mais ici l’argument économique semble avoir joué et on a préféré un enchaînement illogique mais moins coûteux.  

Une seconde particularité de ces volumes est plus difficile à expliquer. Immédiatement après la première page de titre, on trouve collé en page volante la page de titre d’une autre œuvre de Jean Raulin qui n’est pas incluse dans ces volumes.

Illustration 11 : Page de titre insérée plus tardivement dans le premier volume.

La page annonce une édition de sermons légèrement postérieure aux trois autres, publiée en 1520, toujours à Paris, mais cette fois pour les Marnefs16. Quel était l’intérêt ou le but d’insérer ce feuillet dans le volume ? Il semble s’agir d’une indication de l’existence d’une autre œuvre qui aurait pu être ajoutée à ce volume. La première édition du Doctrinale mortis date en effet de 1518, soit deux ans après la dernière pièce incluse dans ce recueil17 et on peut spéculer que les volumes étaient déjà constitués à cette date. Il se peut également que cette édition ne fut pas ajoutée parce que, contrairement aux autres, elle est en format in-octavo et non in-quarto et donc ne pouvait être aisément reliée aux éditions de Jean Petit. Cependant ces solutions ne résolvent pas le problème de savoir pourquoi le feuillet fut détaché de son édition d’origine. On serait tenté d’y voir une feuille promotionnelle mais comme le verso est également imprimé cela semble peu probable.

Peut-être s’agissait-il simplement de la page de titre d’un exemplaire incomplet, un défet qui trouvait là une raison d’être et évitait ainsi le terrible sort que Gabriel de Rarécourt de la Vallée, marquis de Pimodan, celui-là même dont les armes furent ajoutées aux volumes, prédisait à son propre livre de poésies : « De la boutique du libraire, // Tu t’en iras chez l’épicier18 ». Conservée au sein d’un recueil d’œuvres du même auteur, la page de titre, au moins, fut préservée.

Malcolm Walsby
Enssib, Université de Lyon


 

  1. Gilbert Ouy, « Le Collège de Navarre, berceau de l’humanisme français », Actes du 95e congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970, Paris : Bibliothèque nationale, 1974, I, 276-299. []
  2. Rémi Jimenes, Charlotte Guillard : une femme imprimeur à la Renaissance, Tours : Presses universitaires François Rabelais de Tours, 2017, p. 85-87. []
  3. Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des réformes : France, 1480-1560, Seyssel : Champ Vallon, 2001. []
  4. Jean Raulin, Collatio de perfecta religionis plantatione, d’abord à Bâle par Johann Bergmann, le 22 juin 1498, GW M37139, et à Paris par Guy Marchant pour les frères Marnef, le 16 novembre 1499, GW M37142 []
  5. Fabienne Didier, « Toul, médiathèque municipale » dans Patrimoine des bibliothèques de France. 3. Champagne-Ardenne, Lorraine, Paris : Payot, 1995, p. 124-125. []
  6. Victor Bouton, Nouveau traité de blason ou science des armoiries mise à la portée des gens du monde et des artistes, Paris : Garnier frères, 1863, p. 440. []
  7. Denise Gid, Catalogue des reliures françaises estampées à froid (XVe-XVIe siècles) de la Bibliothèque Mazarine, Paris : Centre national de la recherche scientifique, 1984, Tome 2. []
  8. Dans l’ordre chronologique, ces éditions furent imprimées à Strasbourg vers 1478 (GW M50558 et M50560), à Nuremberg en 1486 (GW M50555) et à Venise en 1494 (GW M50566). []
  9. Sur ce type de pratiques voir Bart Jaski, « Collecties handschrift-fragmenten in de Universiteitsbibliotheek Utrecht » dans Bart Jaski, Marco Mostert, et Kaj van Vliet (dir.), Perkament in stukken: Teruggevonden middeleeuwse handschriftfragmenten, Hilversum : Uitgeverij Verloren, 2018, p. 23-32. []
  10. Denise Gid, op. cit., Tome 2. []
  11. Jean Raulin, Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia, Paris : [André Bocard et Berthold Rembolt] pour Jean Petit, 1512 (nouveau style), USTC 183253. []
  12. Voir le cas analogue des textes publiés par l’imprimeur contemporain Pierre Vidoué : David J. Shaw, « Book Trade Practices in Early Sixteenth-Century Paris: Pierre Vidoue (1516–1543) », dans Malcolm Walsby et Graeme Kemp (dir.), The Book Triumphant. Print in Transition in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Leyde : Brill, 2012, p. 334–346. []
  13. Jean Raulin, Itinerarium paradisi, complectens sermones de penitentia, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 14 octobre 1514, USTC 144306. []
  14. Jean Raulin, Opus sermonum de Adventu, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 8 novembre 1516, USTC 144618. []
  15. Voir, pour cette dernière, les notices 102096102616 et 103131 respectivement. []
  16. Jean Raulin, Doctrinale mortis sacrarum litterarum, Paris : Jean de Marnef, 1520, USTC 184088. []
  17. Jean Raulin, Doctrinale mortis sacrarum litterarum, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 1518, USTC 181848. []
  18. Gabriel de Rarécourt de la Vallée, marquis de Pimodan, Poésies. Lyres et clairons. Le Coffret de perles noires, Paris : Léon Vanier, 1899, p. 208. La réutilisation des imprimés a été évoquée dans le billet « Les derniers témoins d’imprimés perdus », Histoire du livre, billet du 21 septembre 2018. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.