Une winter school à l’ENSSIB autour des recueils factices de la Renaissance

Une école d’hiver s’est déroulée à l’ENSSIB de Lyon les 12 et 13 décembre derniers, organisée par les membres de l’équipe de recherche du projet Sammelband 15-16.

Cette conférence était dédiée à l’étude des recueils factices, des questions et des apports que soulèvent ces livres atypiques, en particulier ceux qui ont été produits au XVIe siècle.

 Les Sammelbände ont en effet la particularité de regrouper plusieurs imprimés reliés en un seul volume, dont l’assemblage est choisi par le possesseur ou par le libraire. La logique de production et de préservation des Sammelbände ont notamment amené les intervenants à en étudier la matérialité, par le biais du papier, de la reliure et des matériaux utilisés pour la renforcer, du texte imprimé mais aussi des interactions entre le lecteur et le livre.

Illustration 1: un Sammelband conservé à la bibliothèque du Centre Culturel des Irlandais (Paris).

Définition des Sammelbände et analyse de leur papier

Le séminaire a débuté sur une définition précise de ce qu’était un sammelband. Malcolm Walsby, professeur d’histoire à l’ENSSIB de Lyon, suggère l’utilisation du terme allemand qui souligne mieux la spécificité du recueil factice. Ce dernier est en effet composé de livres qui n’ont pas été forcément imprimés et reliés ensemble dès la conception du volume, mais qui ont pu être produits et utilisés à une époque ultérieure. C’est la raison pour laquelle Malcolm Walsby souligne l’importance de préserver l’unité des recueils, qui ont été bien souvent victimes de démantèlement dès le XVIIIe siècle par les vendeurs et les bibliothécaires, soit pour en tirer un maximum de bénéfices en vendant les livres au détail, soit pour faciliter l’identification et l’accès aux ouvrages. Il est donc particulièrement important d’étudier les reliures originelles que nous avons conservées. De plus, une base de données librement accessible en ligne, destinée à faciliter le recensement et l’étude des Sammelbände, est actuellement en cours de création pour le projet Sammelband 15-16. Parmi d’autres, l’importante collection des Sammelbände d’Huybert van Buchell, conservés par la bibliothèque universitaire d’Utrecht, sera valorisée par le biais de ce projet numérique.

Illustration 2: un Sammelband du Centre Culturel Irlandais, composé de deux livres aux reliures jointes pour faire recueil.

Neil Patrick Harris, professeur à l’université d’Udine, a poursuivi la première partie de cette étude en s’intéressant à la construction physique d’un sammelband, par le biais de cette question : comment reconnaître un recueil original en se fiant entre autres au papier imprimé et aux filigranes ? Il a pu constater qu’il existe peu de Sammelbände dont la reliure est d’origine, et s’est penché sur l’état matériel du livre pour retracer son histoire. Neil Harris a notamment observé de nombreuses disparités entre les différents éléments du livre en tant que support : une différence de format entre les livres reliés, mais aussi une différence chronologique quand un incunable est relié avec des pamphlets du XIXe siècle. Neil Harris considère que ces ajouts postérieurs, mais également l’absence des éléments originaux d’un recueil factice, sont autant d’informations sur la vie du livre qu’il ne faut pas négliger.

Son analyse pousse le détail en s’intéressant aux filigranes détectables dans le papier. Grâce à lui on peut en effet retracer le processus de production du livre imprimé et le relier éventuellement à un imprimeur dont on sait qu’il l’utilisait, ainsi qu’à une date et un lieu de production. L’index créé par Charles Briquet est un outil très utile pour identifier les filigranes, actuellement mis à jour dans un projet numérique intitulé “Briquet Reloaded” auquel Neil Harris participe1 .

Illustration 3: deux filigranes jumeaux dans du papier italien.

Ce que révèlent les reliures

La seconde partie de notre première journée de conférences a été inaugurée par Nicholas Pickwoad, professeur à l’université de Londres spécialisé dans l’étude des reliures.

Il suggère en effet que l’étude des reliures permet de savoir quand, où et comment les livres reliés dans un Sammelband ont été assemblés. De nombreux exemples de reliures ont été montrés au public pour démontrer que les reliures d’ouvrages du XVIe siècle avaient des particularités propres à leur lieu de fabrication, en présentant notamment les différents matériaux utilisés pour ce faire. Ainsi, en Angleterre on utilisait les défaits de reliure d’anciens livres pour créer un nouveau volume, tandis que les reliures italiennes et espagnoles sont très similaires avec leurs points de couture placés seulement en haut et en bas du dos du volume. L’étude minutieuse de Nicholas Pickwoad révèle que la plupart des reliures étaient de basse qualité, compte tenu de la bourse de l’acheteur ou de l’usage auquel le Sammelband était destiné, et souligne l’importance d’étudier aussi ces reliures de moindre prestige, pour en apprendre davantage sur leur utilisation.

Illustration 4: reliure d’un exemplaire de Marcus Marulus, Bene vivendi instituta, Bâle, Petrus de Langendorff for Lucas Leonardus, 1513 (BU d’Utrecht).

Bart Jaski, conservateur spécialisé dans l’étude des textes médiévaux à l’université d’Utrecht, a ensuite présenté l’usage de défaits de reliure manuscrits présents dans les Sammelbände. L’objectif de sa présentation était de démontrer que les Sammelbände ne sont pas seulement des outils de consultation, mais aussi des outils de conservation. En effet, une grande partie de partitions musicales et de textes médiévaux que l’on croyait perdus ont été redécouverts parce qu’ils servaient d’éléments de reliure à ce type de livre. À l’aide d’un exemple tiré des fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire d’Utrecht, Bart Jaski nous a défini ce qu’était un défait de reliure manuscrit : généralement il s’agit d’un parchemin ou d’un vellum dont le possesseur ou le libraire trouve une nouvelle utilité pour ses livres. Les maculatures et les feuilles volantes dans les livres sont également des éléments importants pour comprendre la constitution du Sammelband.

Illustration 5: une partition musicale médiévale réutilisée comme enveloppe (BU d’Utrecht).

Ces supports peuvent devenir des éléments de la reliure, mais aussi des copeaux pour protéger les livres dans les caisses de transport, ou encore des enveloppes réutilisables. En Allemagne, jusqu’au XVIIe siècle, on allait jusqu’à peindre les manuscrits pour décorer la reliure du livre, obscurcissant malheureusement le texte d’origine. Dans le cas où l’on a encore accès au texte, il existe un logiciel qui permet de rassembler les différents morceaux de texte et de le reconstituer dans son état d’origine aussi précisément que possible.

Le site web du projet Fragmentarium recense ce type de fragments manuscrits, et en propose une analyse détaillée. Des propositions de projets voient actuellement le jour pour les doctorants et chercheurs qui travaillent autour de la question des manuscrits et des fragments de manuscrits.

Pratiques de lecture

Ann-Marie Hansen, enseignante post-doctorante à l’université d’Utrecht, a présenté des pistes de recherche pour comprendre l’utilisation des Sammelbände par le(s) lecteur(s). Y en a-t-il plusieurs ? Si oui, qui peuvent-ils être et que peuvent nous dire leurs interactions avec le livre ? Deux formes d’interactions ont été observées à l’issue d’une longue étude des pratiques de lecture dans les Sammelbände : l’interaction intentionnelle, basée sur les annotations du lecteur ou les marques qu’il laisse (tels que les ex-libris), et l’interaction accidentelle comme les taches d’encre et les moisissures. La constitution du sammelband peut aussi indiquer si certains livres ont d’abord appartenu à un autre lecteur que celui qui a commandé le sammelband : Ann-Marie Hansen a remarqué en effet que l’absence de notes sur un livre en particulier dans un sammelband par ailleurs très annoté pouvait régulièrement signifier que ledit livre avait eu une vie antérieure avant qu’il soit adjoint à d’autres titres dans un volume. L’absence de notes, mais aussi des marques répétitives de la même main, sont autant de pistes qui permettent de distinguer un lecteur du Sammelband d’un autre.

Illustration 6: annotations en marge d’un ouvrage historique de la main de Huybert van Buchell (BU d’Utrecht).

Ce procédé d’identification des lecteurs couplé à l’utilisation de la Matrice de Walsby, outil de visualisation qui retrace les provenances d’un livre, sont autant d’outils utiles pour déterminer la vie d’un sammelband au cours des siècles.

Pour clore cette journée, Neil Harris a proposé une conférence donnant un aperçu de la conservation des livres à l’époque moderne à l’aide d’illustrations d’époque. Sa présentation riche en illustrations (enluminures, gravures et peintures) a permis de montrer une évolution dans la pratique de conservation du livre entre la fin du XVe siècle et du XVIIe siècle. C’est en effet à la Renaissance que le livre, longtemps resté posé à l’horizontale sur les étagères, est progressivement représenté à la verticale, la tranche peinte et intitulée du côté de présentation de l’étagère : les représentations esthétiques semblent sur ce point avoir suivi, parfois avec quelque retard, les pratiques. Ce bel aperçu des plus grandes bibliothèques modernes et de leur logique de conservation a ainsi clôturé la première journée d’étude.

Illustrations 7 a et b: Passage de la conservation des livres couchés à la conservation debout.

Réflexions matérielles et thématiques autour d’imprimés français

Trois autres interventions se sont succédé le lendemain. La première a été proposée par Malcolm Walsby sur l’importance du matériel d’imprimerie pour comprendre la composition et le rôle d’un Sammelband. Il est revenu sur leur rôle dans la sauvegarde des exemplaires d’imprimés qu’on croyait à jamais perdus, bien qu’il ait insisté sur le fait cela ne soit pas entièrement dû à la chance mais aussi à une question de contexte. Malcolm Walsby en a fait la démonstration avec un deux imprimés consécutifs dans un même Sammelband, l’un comportant le nom de l’imprimeur, l’autre non. Du fait de leur proximité dans un recueil thématique de livres tous imprimés à Paris dans les années 1560, la comparaison de la typographie des deux ouvrages est facilitée et permet de montrer qu’ils proviennent tous deux de l’atelier de Guillaume Nyverd. L’analyse du matériel d’imprimerie utilisé sur un texte est donc un excellent moyen de se faire une idée de la période de production d’un livre mais également d’établir une corrélation entre les copies survivantes.

Illustration 7: typographie employée par Guillaume Nyverd.

Katell Lavéant, professeure de littérature française à l’université d’Utrecht, proposait une réflexion autour de la question des thématiques de constitution de recueils, en s’inspirant d’abord de son sujet d’étude sur les livres joyeux et de leur présence dans des Sammelbände. Le problème que soulève ce type de littérature est que les Sammelbände du XVIe siècle ont rarement été conservés en tant que tels, et que les lecteurs n’interagissent que dans de rares cas avec le texte, contrairement par exemple avec des livres souvent annotés tels que ceux contenant textes scolaires et d’étude. Katell Lavéant a observé, dans cette dernière catégorie, des exemples dans lesquels le livre pouvait être un support d’exercice pour une langue telle que le latin ou le grec. Les annotations présentes dans les marges sont en effet des réflexions sur la grammaire ou une traduction linéaire du texte. Mais on peut aussi étudier d’autres traces laissées dans les volumes pour comprendre leur organisation thématique. Dans un autre volume, des croix inscrites à la main ont été retrouvées sur les différentes pages de titre du Sammelband indiquant sans doute l’ordre dans lequel les titres devaient être placés dans le recueil factice lors de la reliure.

Illustration 8: des croix marquant les mots importants du titre et un nombre destiné au relieur laissé sur une marge non coupée, dans un exemplaire conservé à la BU d’Utrecht (USTC 39672)

Ce n’est pas une question d’assemblage mais une question de pertinence, puisque chaque titre du volume a une place signifiante selon les souhaits du lecteur. Enfin Katell Lavéant a illustré son intervention avec le cas d’un livre joyeux de l’abbé des conards inclus dans une reliure de pamphlets catholiques2 . Son analyse des textes et la présence de ce livre dans un recueil factice à la thématique polémique lui a permis de conclure que la littérature joyeuse au XVIe siècle est également un moyen d’expression politique et pas seulement de divertissement.

Le professeur Jelle Koopmans, venu de l’université d’Amsterdam, a terminé le cycle de conférence en poursuivant les investigations de Katell Lavéant sur la question des sermons joyeux et du théâtre comique dans la France (post-)médiévale. Son intervention a confirmé que les Sammelbände était responsable de la sauvegarde de nombreux textes de théâtre médiévaux : tous les textes de théâtre médiévaux imprimés en France et parvenus jusqu’à nous ont été conservés dans un Sammelband ! Par ailleurs le format particulier de ces livres étaient caractéristiques des ouvrages dédiés au théâtre. Le format in-folio souvent dit « agenda » (correspondant à la taille d’une feuille A4 pliée dans le sens de la longueur) laissait juste assez de place pour imprimer un texte en octosyllabes avec les didascalies. Il devait être utile pour les acteurs qui avaient besoin de déclamer le texte et de le lire sur scène au besoin. Enfin, sa particularité n‘est pas seulement dans son format mais aussi dans le matériel d’imprimerie utilisé pour les textes ; la gothique bâtarde est en effet la typographie spécifique à ces courts textes dont la littérature était jugée comme populaire.

Illustration 9: Une des pièces du Recueil Trepperel.

Ainsi le professeur Koopmans a-t-il pu clore son étude en présentant le cas de deux Sammelbände partageant probablement la même reliure, le recueil Trepperel et le recueil de Florence. Le professeur fait le triste constat que, si le recueil de Florence est encore aujourd’hui conservé dans sa reliure d’origine, le Recueil Trepperel a quant à lui malheureusement été démantelé au XIXe siècle. Aujourd’hui, l’importance de ces recueils factices poussent les bibliothèques à réfléchir aux meilleurs moyens de les conserver et de les mettre en valeur dans leur collection.

Les interventions de ce cycle de conférence nous ont démontré que les recueils factices sont des trésors de renseignements sur les pratiques de lectures et sur la logique de consultation et de préservation des livres à l’époque moderne. Les humanités numériques sont d’un prompt renfort pour présenter au plus grand nombre les perles que recèle ce patrimoine particulier, tant sur le fond des documents que sur leur forme. Cette école d’hiver était l’occasion de présenter un premier état des recherches sur la question, mais aussi d’évoquer la possibilité de recherches futures, notamment via des appels à candidature consacrés à ces projets.

Isabelle Riquet
Ingénieure de recherche à l’ENSSIB


 

  1. Neil Harris et Ilaria Pastrolin, Briquet Reloaded, Lyon, Institut d’Histoire du Livre 2018. []
  2. Voir sur ce cas son billet “Usages et intérêts d’un recueil factice du XVIe siècle: la trajectoire d’un Sammelband de Paris à Utrecht“, publié sur le blog Histoire du Livre le 18 janvier 2019. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.