Entretien avec… Jean-Marie Gueullette, frère dominicain du couvent du Saint-Nom-de-Jésus

2 novembre 1789. Sur une proposition de Talleyrand, l’Assemblée nationale décrète :

« Que tous les biens ecclésiastiques sont à la disposition de la nation, à la charge de pourvoir, d’une manière convenable, aux frais du culte, à l’entretien de ses ministres, et au soulagement des pauvres, sous la surveillance et d’après les instructions des provinces1 ».

Deux cents ans plus tard, la bibliothèque municipale de Lyon possède une majeure partie des collections patrimoniales du couvent de Lyon, appelé Notre Dame de Confort sous l’Ancien Régime. A l’occasion d’un colloque autour des recueils factices à l’Enssib, les frèresn dominicains du couvent m’ont donné l’opportunité de découvrir la collection de leurs fonds anciens reconstitués. C’est le frère Jean-Marie Gueullette, professeur de théologie morale à l’université catholique de Lyon, qui est en charge de l’administration de la bibliothèque et nous a ouvert les portes de cette collection privée.

Illustration 1 : Le cloître du couvent du Saint-Nom-de-Jésus.

L’histoire du couvent

La communauté dominicaine de Lyon, comme sa bibliothèque, connaît une histoire mouvementée. Les frères se sont installés en ville en 1218 et bâtissent leur premier couvent sur la place des Jacobins, appelée ainsi en référence au couvent Saint-Jacques de Paris, un des plus grands couvents dominicains qui donne son nom à la communauté dominicaine jusqu’au XIXe siècle. Cette place a également été occupée par les ateliers d’imprimeurs libraires avec lesquels les frères dominicains entretenaient des liens étroits, bien qu’aucun livre des fonds anciens du couvent ne puissent en témoigner directement.

Durant les guerres de religion le baron des Adrets, fervent protestant, occupe le couvent et met le feu à la bibliothèque. Il crée en outre un passage entre la place des Jacobins et l’actuelle place Bellecour pour entraîner ses troupes, appelé alors rue Saint-Dominique et rebaptisé aujourd’hui rue Émile Zola. À la révolution le couvent des Jacobins est occupé par les révolutionnaires puis rasé et, en vertu du décret susmentionné, les collections sont déplacées à la bibliothèque municipale de Lyon.

Après que le père Lacordaire fonde à nouveau l’Ordre des Dominicains en 1841, les frères dominicains cherchent un emplacement où construire leur nouveau couvent. Ils fondent le couvent du Saint-Nom-de-Jésus en 1858 et l’achèvent en 1863. Une bibliothèque fournie étant indispensable dans tout couvent dominicain, les frères s’occupent de trouver des livres pour en reconstituer une.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La bibliothèque du couvent et ses collections ont connu une histoire un peu chaotique, d’une part due aux guerres et à la révolution qui ont causé de nombreuses pertes matérielles, et d’autre part à cause d’une certaine négligence envers les livres anciens qui n’a cessé que lorsque je suis arrivé. 

Ainsi, certains livres ont été rachetés à des particuliers ou donnés au couvent du Saint-Nom de Jésus, tandis que d’autres sont issus des collections patrimoniales de la bibliothèque du couvent d’étude de la province dominicaine de Lyon (aujourd’hui la Tourette). Cette dernière en effet ne disposait pas des éléments nécessaires à la conservation de livres anciens.

Illustration 2 : Les rayonnages de la bibliothèque du couvent du Saint-Nom-de-Jésus.

Quelle place accordez-vous au livre ancien au sein de votre couvent ?

Les frères entretiennent un rapport aux livres anciens plus affectif que scientifique au couvent ; c’est avant tout une question de patrimoine. Il s’agit d’honorer une tradition en réunissant la collection que nous avons perdue et en l’enrichissant, notamment pour la formation de nos jeunes frères. Être dominicain, c’est entrer dans une longue tradition de l’étude, de l’écrit et de la lecture.

Il existe donc une part matérielle importante dans l’histoire des dominicains qui fait écho à l’histoire du livre : nous avons eu en effet la chance d’avoir retrouvé un livre qui porte l’ex-libris ante-révolutionnaire de la communauté dominicaine de Lyon. C’est le seul exemplaire qui nous est resté de tous ceux qui furent alors confisqués. Ce fut très émouvant de retrouver un livre qui fait partie de notre héritage spirituel et familial.

Bien sûr, ces livres servent ponctuellement à la formation théologique des frères, mais notre curiosité naturelle nous pousse à les considérer davantage comme étant une expérience du passé matérialisé. Nous nous interrogeons par exemple sur la présence d’une œuvre de saint Irénée traduite par Érasme au sein de ces murs, et qui semble avoir souffert d’une forme de censure puisque le nom de l’humaniste a été rayé. C’est un second exemplaire que nous possédons dans nos fonds qui m’a permis de connaître son identité. Quel usage nos prédécesseurs ont-ils donc bien pu en tirer ? Et pourquoi l’ont-ils conservé si sa publication était désapprouvée par la communauté catholique ? Il est possible pour des chercheurs de se procurer la traduction des œuvres d’Irénée sur internet, mais je crois que le livre en tant qu’objet nous renseigne bien plus sur la pensée des lecteurs modernes.

Illustration 3 : Tranche avec le titre et l’ancienne cote de l’ouvrage de St Irénée Opus eruditissimum in quinque libros digestum, Paris : Oudin Petit, 1563 (USTC 153450).

Quelles sont les particularités qui caractérisent votre fonds ancien ?

La thématique principale de notre fonds est évidemment religieuse, mais nous avons été surpris de constater son hétérogénéité. Comme nos prédécesseurs ont reconstitué les fonds à l’aide de rachats ou de dons, on trouve plus aisément les œuvres de grands auteurs spirituels classiques plutôt qu’une grande variété d’auteurs. Certains d’entre eux semblent d’ailleurs avoir joui d’une popularité importante avant de tomber dans l’oubli.

Dans le domaine spirituel, nous disposons de vingt-cinq étagères d’ouvrages jésuites dont la présence abondante, contre seulement deux étagères d’ouvrages issus de la tradition du Carmel, nous laisse perplexes. Nous sommes en effet davantage proches de la spiritualité carmélite que jésuite. J’ai été également surpris de découvrir les cartulaires de certains ordres religieux parmi nos collections, peut-être acquis ou donnés au couvent.

Il serait donc judicieux d’étudier les ex-libris de chaque ouvrage pour connaître leur possesseur et comprendre leur présence ici, car le couvent du Saint-Nom-de-Jésus n’a jamais été un lieu de recherches érudites.

Enfin, nous disposons d’une importante encyclopédie théologique composée en trois séries de cinquante volumes par Jacques-Paul Migne au XIXe siècle. Ce prêtre catholique, qui combinait également les fonctions de journaliste, imprimeur et éditeur, a amassé sans aucun sens critique tous les sujets étudiés à cette époque. Il les a ensuite réunis dans une encyclopédie où chaque volume correspond à un sujet d’étude. Ainsi les frères du couvent disposaient d’une bibliothèque culturelle qui leur conférait de solides connaissances de culture générale.

La présence de collections aussi précises dans une bibliothèque cléricale continue de nous interroger sur l’utilisation qu’en faisaient nos prédécesseurs. Bien que les fonds anciens soient avant tout un lieu de conservation de notre patrimoine, les frères les visitent fréquemment pour mener leurs recherches.

Appliquez-vous une politique de valorisation pour vos fonds patrimoniaux ?

Lors de certaines fêtes de l’Ordre, j’expose quelques livres anciens afin que les frères découvrent et comprennent leur héritage. C’est aussi un moyen de se faire connaître auprès des Lyonnais durant les journées du patrimoine. À l’occasion du 800e anniversaire de l’arrivée des frères dominicains à Lyon, je m’étais servi des fonds patrimoniaux pour illustrer la vie de la communauté au cours des siècles. Il s’est avéré que les frères ont développé des liens étroits avec les imprimeurs de Lyon, en achetant ou en publiant des livres spirituels.

Néanmoins, considérant tout le travail de classement et de catalogage qu’il me reste à faire, je ne peux malheureusement en dire plus et n’envisagerai pour le moment pas d’autres formes de valorisation. Le fonds ancien a été longtemps négligé et les livres rangés de façon hasardeuse : le temps dont je dispose entre mes différentes obligations est donc dédié à la redécouverte du fonds. À ce jour j’ai recensé et classé un quart des fonds patrimoniaux. Je procéderai ensuite au catalogage des livres dans Koha, en partenariat avec les couvents dominicains de Rennes et de Lille. Nous aimerions, en effet, que nos livres soient des documents d’étude communs, et pourquoi pas qu’un couvent mieux doté que les autres prennent en charge l’achat et l’entretien de certaines collections coûteuses ?

Pouvons-nous terminer la découverte de vos fonds en présentant quelques-uns de ses livres ?

En tant que frère du couvent, nous avons un trésor que j’affectionne particulièrement : il s’agit du seul ex-libris des frères du couvent datant d’avant la Révolution. C’est le seul document qui a été épargné de la politique de confiscation des biens du clergé en 1789, et c’est la raison pour laquelle il est précieux pour les frères : il est le témoin d’une activité intellectuelle intense chez la communauté sous l’Ancien Régime.

Illustration 4 : Ex-libris de l’ancienne bibliothèque du couvent.

Nous avons aussi deux autres livres que je trouve fascinants ! J’ai fait mention tout à l’heure d’une traduction des œuvres de saint Irénée par Érasme, imprimée à Cologne en 1563.

Illustration 5 : St Irenée, Opus eruditissimum in quinque libros digestum, Paris : Oudin Petit, 1563 (USTC 153450).

Sur la page de titre on peut observer que le nom de ce grand humaniste a été barré. Cette rature montre que la figure d’Érasme était très controversée chez les catholiques ; ses travaux étaient certes très appréciés mais ses opinions religieuses et ce qu’elles ont suscité dans le monde chrétien beaucoup moins. C’est donc la matérialité du livre et non son contenu ici qui nous apprend quelque chose sur l’histoire mouvementée de l’Église à cette époque. Je continue de m’interroger sur la raison de sa présence dans nos murs et sur l’utilisation qu’ont pu en faire nos prédécesseurs, puisque ce livre a été l’objet d’une forme de censure évidente.

Enfin, j’ai étudié en détail ce livre imprimé en 1553, les Institutions Spirituelles.

Illustration 6 : Jean Tauler, Piissimae tam de tempore quam de sanctis homiliae, Cologne : héritiers Johann Quentel, 1553 (USTC 626471).

Il a été imprimé à Cologne par Johannes Quentel ainsi qu’en témoigne la page de titre, mais également la tranche peinte en bleue, un artisanat essentiellement germanique. Il s’agit d’une compile de textes de la mystique rhénane attribués à Tauler. Ce dernier était le disciple du dominicain Maître Eckhart qui, en réalité, est le fondateur du mouvement spirituel de la mystique rhénane et a écrit ses Entretiens spirituels en 1290. Le mystique rhénane est un mouvement spirituel issu de l’école de pensée des dominicains de la vallée du Rhin2.

« C’est, de fait, une mystique originale, qui part d’une expérience de Dieu authentique, mais qui évoque peu cette expérience et qui propose un chemin de divinisation, par le concours du détachement et de la grâce. […] Or, ‘le développement de cette mystique spéculative en langue allemande serait issu de l’obligation imposée en 1267 par le pape Clément V à des religieux savants de l’Ordre des prêcheurs, d’exercer auprès des moniales un ministère de direction’. Ainsi étaient-ils amenés à transposer et à adapter leurs thèses. Ils partaient de l’expérience spirituelle des moniales et les amenaient, par une solide réflexion, aux plus hautes réalités de la vie spirituelle3. »

Selon Philippe Dollinger, la diffusion de cette mystique spéculative dans un cadre plus large a pu se faire notamment grâce à l’expansion de l’Ordre au sein des foyers urbains et à « un rapide accroissement de la population » qui y habitait4.

À ce jour les chercheurs sont réservés quant à l’authenticité de ce texte. Il contient en effet énormément d’ajouts sur la pénitence qui n’ont rien à voir avec la doctrine de maître Eckhart. Ils sont en effet tirés des réflexions de lecteurs plus tardifs dans le cadre d’un autre mouvement spirituel qu’est la Devotio Moderna. Paradoxalement, elles contribuèrent à faire connaître et apprécier la mystique rhénane. Ces ajouts sont notifiés dans le livre par de petites mains présentes tout au long de l’ouvrage : elles indiquent discrètement un changement de source.

Le texte est donc jugé comme n’étant pas assez fiable pour en connaître la forme originelle parce qu’il a connu de nombreux remaniements, adaptations et réécritures. Chaque ajout témoigne ainsi de références culturelles et spirituelles qui lui sont propres.

Illustration 7 : Manicules imprimées dans les marges de l’édition de Tauler.

Cet ouvrage a connu une longue diffusion outre Rhin à partir du XVIe siècle : le texte a été traduit du Moyen-Haut allemand au latin par les chartreux de Cologne et a connu trois traductions françaises entre 1587 et 16585. Le livre devait connaître un succès grandissant jusqu’au XIXe siècle et inspirer de nombreux philosophes tel que Hegel. Une carte postale écrite en 1910 et utilisée en tant que marque-page dans le volume montre qu’il était encore activement étudié au début du siècle dernier.

Illustration 8 : Carte postale insérée dans l’exemplaire d’USTC 626471 de la collection de la bibliothèque.

De nombreux trésors dorment dans les fonds de bibliothèques privées. Ceux du couvent du Saint-Nom-de-Jésus nous permettent d’en apprendre davantage sur la ville de Lyon et les liens qu’elle a établi avec la communauté dominicaine pendant 800 ans. Toute aide venant de spécialistes ou d’amateurs de livres pour étudier, classer ou cataloguer ses documents est la bienvenue. 

Propos recueillis par Isabelle Riquet
Ingénieure de recherche à l’ENSSIB

  1. Camus Armand Gaston. Décret du 2 novembre 1789 sur les biens ecclésiastiques. In: Archives Parlementaires de 1787 à 1860 – Première série (1787-1799) Tome IX – Du 16 septembre au 11 novembre 1789, Paris : Librairie Administrative P. Dupont, 1877. p. 649. []
  2. ERMR, Équipes de Recherches sur les Mystiques Rhénans, 2014, [En ligne] http://maitre.eckhart.free.fr/initium/ite.html (consulté le 04 janvier 2020). []
  3. Ibid. []
  4. Jean Séguy, « La mystique rhénane », Archives de sociologie des religions, n°16, 1963. pp. 187-188. []
  5. Jean-Marie Gueullette, Eckhart en France. La lecture des Institutions spirituelles attribuées à Tauler, 1548-1699, Grenoble : J. Millon, 2012. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.