Des pois, des rossignols et des livres : à la découverte des archives de la BnF

Anne Leblay-Kinoshita est conservatrice du patrimoine en archives, et depuis 2016 responsable de la mission Archives de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Son billet nous propose de découvrir un service essentiel pour la mémoire de la BnF ainsi que pour l’aide aux recherches sur l’histoire de cette bibliothèque.

La mission pour la gestion de la production documentaire et des archives est créée sous cette forme en 2004, sur la volonté du président Jean-Noël Jeanneney, historien de formation, et de la directrice générale Agnès Saal, administratrice. Le titre se veut pédagogique, pour souligner les deux axes de la mission, le records management et le traitement des archives historiques.

Cette mission s’appuie sur une petite équipe composée de deux archivistes et de deux magasiniers. Catherine Dhérent, conservatrice du patrimoine recrutée en 2004, est la première professionnelle des archives nommée à la Bibliothèque. Elle pilote notamment, en lien avec les services informatiques, la mise en place d’un outil de gestion électronique des documents. Son successeur en 2009, Aurélien Conraux, met en œuvre un ambitieux programme de classement et de numérisation des archives de l’agence des travaux d’architecture de la Bibliothèque, en particulier des plans d’architecture du quadrilatère Richelieu, indispensables dans le cadre de la rénovation du site.

Les archives de la BnF sont le reflet d’une histoire ancienne et mouvante. Le premier inventaire des livres, daté de 1518, est conservé à la Bibliothèque nationale d’Autriche. Le suivant, daté de 1544, est conservé au département des Manuscrits. D’autres documents sont conservés aux Archives nationales. Les archives de l’Ancien Régime ainsi que la plupart des archives couvrant la fin du XVIIIe siècle et le XIXe siècle, dites « Archives modernes », sont conservées par le département des Manuscrits. Les outils de travail des bibliothécaires du XVIIe siècle au début du XXe siècle (catalogues anciens, registres de dons et d’acquisitions, registres d’emprunteurs…) sont conservés par le département Littérature et art.

La mission archives, située sur le site François-Mitterrand, conserve des fonds et collections divers représentant environ 7 km linéaires, remontant pour l’essentiel à la fin du XIXe siècle. Elle a hérité des archives de plusieurs structures selon une chronologie différente. Elle conserve ainsi les archives de l’administration centrale (secrétariat général, administration générale puis direction générale) et les archives administratives (dossiers de personnel, archives comptables, etc.) de la Bibliothèque nationale puis de la BnF.

Illustration 1 : En écho au billet sur les livres licencieux de la semaine précédente, une note adressée au secrétaire général de la Bibliothèque nationale en 1951 signale une descente de police dans une librairie vendant des ouvrages érotiques (cote : BnF, archives institutionnelles, E 191b10).

Elle conserve également des archives de l’association pour une Bibliothèque de France puis de l’EPBF (établissement public pour une bibliothèque de France) chargés du projet de définition et de construction de la « nouvelle bibliothèque ».

La mission accueille également une partie des archives des départements des collections. C’est le cas des archives du département des Monnaies, médailles et antiques, qui remontent au XVIIe siècle, très consultées, ou des archives du département des Cartes et plans qui remontent au début du XIXe siècle. Le versement des archives du département de la Musique est également envisagé à l’occasion de son départ du site Louvois. En revanche, le département des Manuscrits n’a pas versé ses archives à la mission, car il a sa propre tradition archivistique, de même que le département des Estampes et photographies pour sa partie la plus ancienne (jusqu’au milieu du XXe siècle). Dans les deux cas, ces fonds ont déjà été décrits, cotés et les notices figurent dans les catalogues de la BnF.

Sans être exhaustif, on peut également citer les fonds suivants conservés à la mission archives, tous n’étant toutefois pas inventoriés : registres et déclarations de dépôt légal, dossiers d’exposition depuis 1924, demandes d’autorisation d’accès à la Bibliothèque nationale (1868-1924), archives de l’agence des travaux de la Bibliothèque nationale (XIXe-XXe siècles), reportages photographiques (fin XIXe siècle-2005) (non classés), archives de l’association La Joie par les livres (1962-2008)…

Illustration 2 : Extrait du registre du dépôt légal indochinois de 1926 (cote : BnF, archives institutionnelles, 2005/019/003).

Au quotidien le travail des archivistes est d’accompagner les services pour sélectionner les documents à verser, s’assurer des conditions de conservation des archives, signaler et décrire les fonds conservés, répondre aux demandes de communication (environ 700 dossiers ou boîtes par an), aux demandes de recherches internes et externes (en moyenne 150 par an) et de reproduction (un peu plus de 1000 vues par an). Les recherches portent par exemple sur la provenance ou les restaurations d’un manuscrit, l’histoire des expositions ou du public. Elles peuvent également avoir un caractère administratif : recherches d’anciens certificats d’exportation, de contrats…

Le défi est de parvenir à mener de front toutes ces tâches en répondant rapidement et de façon pertinente aux collègues comme au public, tout en veillant au respect de la loi. La communicabilité des archives est en effet définie par le Code du patrimoine qui prévoit par exemple un délai de cinquante ans avant de communiquer une pièce ou un dossier susceptible de porter atteinte à la protection de la vie privée ou de vingt-cinq ans pour protéger le secret des affaires. Avant toute communication, les archivistes doivent donc analyser demandes et dossiers afin de respecter ces modalités de communication. Il n’est pas rare par exemple de trouver dans les dossiers d’expositions des mentions relatives aux prêteurs et à leurs collections, qui constituent évidemment des informations protégées.

Le travail sur les instruments de recherche d’archives a beaucoup évolué depuis les années 2010. Les archivistes rétroconvertissent ou mettent désormais en ligne les inventaires dans le catalogue BnF archives et manuscrits qui est relayé depuis 2019 par le portail national des archives francearchives.fr et le portail européen des archives. Une fois les fonds inventoriés, ils peuvent faire l’objet d’une numérisation s’ils sont librement communicables. Toutefois, la priorité reste actuellement le classement et la conservation des archives pour assurer la pérennité des collections et améliorer le signalement encore très limité. On estime en effet qu’à peine 10% du volume des fonds conservés en magasin est actuellement signalé au catalogue.

Dans les actualités récentes de la mission, on peut évoquer des chantiers de nature différente. La mission a par exemple commencé à collecter des messageries électroniques en 2018 mais un gros travail d’instruction doit encore être mené pour trouver la solution de préservation la plus adéquate. À l’heure de la dématérialisation, la mission continue également à accueillir des versements d’archives papier « traditionnels » dont certains révèlent des pans méconnus de l’activité de la Bibliothèque. Au début de l’année 2020 est ainsi entré un versement des archives du secteur polonais, créé en 1951, en pleine Guerre froide, qui évoque les modalités de définition et de catalogage des collections polonaises et des « Polonia » – en lien avec la diaspora polonaise – ainsi que la mise en place d’une politique d’échange avec les bibliothèques d’Europe centrale et de l’Est grâce aux exemplaires supplémentaires du dépôt légal.

Illustration 3 : Extrait du rapport d’activité du service polonais de la Bibliothèque nationale de 1954 (cote : BnF, archives institutionnelles, 2019/038/002).

À l’autre bout de la chaîne archivistique, la mission archives a achevé en début d’année le classement et l’inventaire des archives du secrétariat général de la Bibliothèque concernant la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle dit fonds Mortreuil (cote : 2005/028). Le fonds avait connu quelques vicissitudes avec plusieurs phases de traitement depuis la Seconde guerre mondiale, sans respect des principes archivistiques tels que le principe de provenance, ainsi que des déménagements successifs. L’inventaire récemment mis en ligne sur le catalogue BnF archives et manuscrits est donc en partie inédit. Ce fonds est d’une grande richesse et parmi les multiples éclairages qu’il apporte sur l’histoire de la bibliothèque on peut notamment évoquer l’évolution du rôle des bibliothèques elles-mêmes. Comme l’a rappelé Emmanuelle Bermès dans la thèse qu’elle vient de soutenir1, les bibliothèques avaient jusqu’à la fin du XXe siècle la maîtrise de l’espace physique et technique où le document était accessible. Elles étaient identifiées comme le lieu où l’on venait chercher une information de référence – on songe à ces films américains où le héros se rend à la bibliothèque pour retrouver une information – mais également, comme le montre ce fonds, un service que l’on n’hésitait pas à solliciter par correspondance pour des demandes de toute nature. La mission conserve par exemple une lettre de 1906 contenant « en pièce jointe » une fève et un pois chiche…

Illustration 4 : Courrier de 1906 dans lequel le demandeur qui projette d’écrire un ouvrage sur la cuisine orientale souhaite en savoir davantage sur la bibliographie existante autour des fèves et des pois chiches. La lettre est accompagnée de deux enveloppes, l’une contenant un pois chiche et l’autre une fève (cote : BnF, archives institutionnelles, 2005/028/241).

Les publics étaient alors très variés, comme on s’en aperçoit également en consultant les registres d’accréditation ou les cartes de lecteurs. Outre les professions intellectuelles auxquelles on songe plus volontiers, on rencontre ainsi des artisans qui consultent de la littérature technique, des couturières qui viennent chercher des patrons…

Illustration 5 : double d’une carte de lecteur des années 1950 (BnF, archives institutionnelles).

En plus du travail courant, les archivistes de la mission s’engagent dans des projets de recherche qui permettent à la fois de traiter les fonds et d’améliorer la connaissance de l’institution. Dans le cadre du plan quadriennal de recherche 2020-2023, la mission a ainsi démarré avec le département des Cartes et plans un projet intitulé « la Bibliothèque nationale sous l’Occupation », avec le soutien des Archives nationales et de l’Institut national d’histoire de l’art. Dans ce cadre, la mission lancera d’ici quelques semaines une procédure de recrutement d’un assistant de recherche.

Le projet s’appuie sur la situation décrite par Martine Poulain2 qui évoque l’histoire des bibliothèques sous l’Occupation et le rôle particulier joué par la Bibliothèque nationale, notamment avec la figure de son administrateur d’alors, Bernard Faÿ. Cette histoire rencontre de multiples problématiques telles que l’histoire des provenances et des spoliations, mais elle constitue plus globalement un point de rencontre entre l’histoire des collections, l’histoire institutionnelle et l’histoire des archives elles-mêmes… En effet jusqu’en 1943 les documents jugés précieux étaient conservés au département des Manuscrits, le reste, qualifié de « rossignols », étant voué à la destruction ou destiné aux Archives nationales.

Illustration 6 : Note du 27 juillet 1929 relative au traitement des « rossignols » (cote : BnF, archives institutionnelles, A 39).

Thérèse Kleindienst, bibliothécaire, est alors recrutée sur un poste d’archiviste auprès du secrétariat général. Elle marque de son empreinte la bibliothèque tant par son parcours au sein de l’institution – elle devient la première femme secrétaire générale en 1963 jusqu’à son départ à la retraite en 1984 – que par les méthodes de classement qu’elle met en œuvre. Elle crée en effet un immense fichier alphabétique où les fiches renvoient à des rubriques d’un vaste plan de classement. Ce classement par entrées thématiques, sans inventaire, oblige, aujourd’hui encore, à aller voir chaque document ou dossier physique pour comprendre ce qu’il contient réellement. Ce système semble aussi occulter certains aspects sensibles de l’histoire de la bibliothèque, à l’instar de l’existence du centre d’histoire contemporaine, créé en 1941 et liquidé en 1947.

Illustration 7 : inventaire des « documents » et livres de l’Association républicaine des anciens combattants saisis dans le cadre de la dissolution des organisations communistes en 1939 et remis au centre d’histoire contemporaine de la Bibliothèque nationale en 1943 (ancienne cote : BnF, archives institutionnelles, A 48/f7/39, en cours de reclassement).

Le projet est donc d’inventorier selon les principes archivistiques actuels tout ce qui concerne la période de la Seconde Guerre mondiale, tout en respectant les choix archivistiques de l’époque, et de faire dialoguer ces archives institutionnelles avec les instruments de travail des bibliothécaires, à l’instar des registres d’entrées. L’histoire des archives de la bibliothèque rejoint donc l’histoire d’une institution culturelle sous l’Occupation, interroge le rôle intellectuel de la bibliothèque par rapport au monde de l’édition et s’inscrit dans une histoire des spoliations et des provenances très actuelle.

Ce rapport à la mémoire est d’ailleurs interrogé dans le projet « ProMéTEUS » pour « Protéger la mémoire de la Nation » du temps de l’Occupation, études et usages « (1940-1994), sélectionné par le Labex Les Passés dans le Présent dans le cadre de son appel à préfiguration pour 2020. Ce projet a pour objet d’interroger dans une perspective comparative et complémentaire l’histoire et le fonctionnement des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale ainsi que d’examiner comment les enjeux mémoriels de l’après-guerre ont pu dicter les pratiques des professionnels du patrimoine écrit.

Illustration 8 : implantation des collections évacués dans le donjon du château d’Ussé (Indre-et-Loire) en 1939. La documentation des mouvements de collections, la tenue de journaux « sanitaires » des collections constituent encore aujourd’hui des informations précieuses pour l’histoire de la conservation (cote : BnF, archives institutionnelles, 2006/086/001).

À travers ces exemples, on voit comment des problèmes qu’on pourrait qualifier de techniques, puisqu’il est d’abord question de description archivistique, s’inscrivent dans des enjeux institutionnels beaucoup plus larges.

Anne Leblay-Kinoshita
Bibliothèque nationale de France

  1. Emmanuelle Bermès, Le numérique en bibliothèque : naissance d’un patrimoine. L’exemple de la Bibliothèque nationale de France (1997-2019), École nationale des chartes, 2020, vol. 1, p.15. []
  2. Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.