Un exemplaire de présentation à Louis XV d’un atlas néerlandais, ou l’art d’accommoder les restes

Au-delà de la complexe question de la présence de l’image dans le livre, il est, dès l’Ancien régime, des ouvrages qui sont essentiellement composés de matériaux visuels. Si cela vient brouiller les traditionnelles catégories éditoriales et auctoriales (qui est l’auteur ?…), cela ne signifie pas qu’ils manquent d’un propos – les images, surtout mises en série, peuvent dire quelque chose, même si la part d’interprétation laissée au lecteur est plus grande.

Produire des images est, par ailleurs, plus compliqué en pratique qu’aligner ou imprimer des mots. Une image coûte cher à créer, ce qui vient poser la question du modèle économique d’une telle entreprise. Chaque entreprise éditoriale va ainsi pratiquement être un cas particulier, organisé en fonction de contraintes et d’opportunités toujours différentes. Certaines de ces opérations sont pourtant particulièrement originales, à la fois par rapport à la logique interne de l’ouvrage et dans l’usage qui est fait de l’image… à tel point que, en face d’un exemplaire particulier, le lecteur n’est pas toujours sûr de bien comprendre ce qu’il a sous les yeux.

Nous nous proposons ici de présenter un tel ouvrage, particulièrement complexe dans son usage de l’image et son statut éditorial : Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces, dans un exemplaire remarquable, conservé à la BnF (Estampes, Ve-7-fol.) : celui offert par l’imprimeur-libraire au roi Louis XV. 

Remise en contexte : La Galerie agréable du monde

La Galerie agréable du monde est une entreprise qui a marqué l’histoire du livre géographique et le rapport aux autres pays.

Le libraire néerlandais Pieter/Pierre Van Der Aa (1659-1733), décide de regrouper par lieu un grand nombre d’estampes dont il possède les plaques ou des tirages, afin de proposer une sorte d’état du monde en 66 volumes, et plus de 3000 images. Il y inclut à la fois des cartes géographiques, permettant de prendre acte des espaces, et des vues de paysages et de villes afin de faire voir les principaux bâtiments et les curiosités des lieux en question.

Le titre complet est à cet égard intéressant, car il résume à lui tout seul toute l’ambition de ce gigantesque projet : La Galerie agreable du Monde, où l’on voit en un grand nombre de cartes tres exactes et de belles tailles-douces, les principaux empires, roïaumes, republiques, provinces, villes, bourgs et forteresses : avec leur situation, et ce qu’elles ont de plus remarqueable ; les iles, côtes, riviéres, ports de mer, et autres lieux considerables de l’ancienne et nouvelle géographie ; les antiquités, les abbaies, églises, academies, colléges, bibliotheques, palais, et autres édifices tant publics que particuliers, comme aussi les maisons de campagne, les habillemens et mœurs des peuples, leur religion, les jeux, les fêtes, les ceremonies, les pompes et les magnificences ; item, les animaux, arbres, plantes, fleurs, quelques temples et idoles des paiens et autres raretez dignes d’être vues.

Illustration 1: La Galerie agréable du monde, page de titre. BnF, Estampes, Vx-51-Pet. Fol.

Ce projet a été mené à la fin de la vie de l’imprimeur, dans la décennie 1720. Il paraît donc à peu près en même temps que le célèbre Traité des cérémonies religieuses de toutes les nations, avec les estampes de Bernard Picart, ouvrage qui contribue à faire évoluer les esprits en mettant sur le même plan, sans les juger, toutes les religions du monde. Sans être aussi important pour l’histoire des idées, le recueil de Van Der Aa contribue à proposer une vision renouvelée du monde, moins centrée sur l’Europe, plus diverse, et donc à valoriser un certain relativisme culturel.

De ces soixante-six volumes, six sont dédiés à la France (vol. 4 à 9 de la Galerie agréable du monde). Ils sont extrêmement difficiles à appréhender quant à leur contenu, car ce dernier est d’une immense variété : ils comprennent grosso modo tout ce que Van Der Aa a pu rassembler de planches pouvant rentrer dans un cadre de classement géographique.

Ce cadre est classique – on retrouve d’ailleurs une approche très similaire dans le classement des fonds du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale mis en place par Joly à la fin du XVIIIe siècle (série Va). Il est fondé sur les provinces, proposant d’abord des cartes pour situer les lieux, puis des vues qui permettent de zoomer sur des éléments remarquables.

Après des cartes générales du royaume de France, on trouvera donc des cartes et des vues de Paris, puis de l’Île de France (Versailles, Fontainebleau…), l’Orléanais, le Nivernais, le Berry, le Poitou, le Lyonnais, le Bourbonnais, la Bretagne, la Normandie, la Picardie, la Guyenne et Gascogne, le Languedoc, la Provence, le Dauphiné, la Bourgogne, la Champagne et la Lorraine. Le nombre d’images varie du simple au décuple selon les provinces – et Paris, Versailles ou Fontainebleau sont déjà représentés par plus d’estampes que plusieurs provinces importantes.

Illustration 2: La Galerie agréable du monde, une vue de Versailles, avec passe-partout de Pieter Van Der Aa. BnF, Estampes, Vx-51-Pet. Fol.

On y trouve des plaques issues des pays représentés (de nombreuses vues d’Israël Silvestre ou de Pérelle pour la France, par exemple… bien qu’elles aient alors près d’un siècle) et d’autres rachetées lors de la vente de fonds néerlandais. Parmi ces travaux antérieurs, ceux de Carel Allard (1648-1709) sont particulièrement bien représentés. En fait, son Orbis habitabilis oppida et vestitus, qui avait déjà une ambition semblable à celle de Van Der Aa à la fin du siècle précédent, est complètement intégré dans ce nouveau projet. On ne cherche pas de cohérence stylistique ni intellectuelle, et on place côte à côte des représentations récentes et d’autres largement dépassées ou obsolètes.

Une cohérence formelle est toutefois donnée par une mise en page unifiée, notamment pour les planches de petit format. La plupart des planches sont en effet tirées incluses dans un passe-partout gravé, pour des raisons purement esthétiques. Ce passe-partout a été commandé spécialement par Pierre Van Der Aa, qui indique son nom, celui de la ville de Leyde, et le privilège, réel ou supposé, dont il jouit. Tout est ainsi prévu pour agréablement mettre en page une unique grande estampe, ou plusieurs petites, avec des passe-partout conçus pour deux, trois ou quatre pièces. Cela signifie aussi que ces tirages ne constituent – dans la plupart des cas – pas un état supplémentaire des estampes, mais uniquement une émission particulière qui les joint à un cadre gravé et leur donne donc une forme originale.

Illustration 3: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 2 estampes. BnF, Estampes, Vx-56-Pet. Fol.
Illustration 4: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 3 estampes. BnF, Estampes, Vx-52-Pet. Fol.

Sur la page de titre de notre exemplaire, Van Der Aa dit avoir « recueilli et mis en forme cet ouvrage, lequel il donne au public dans une forme commode ». C’est tout-à-fait le cas : le travail est réel mais se rapproche de celui d’un éditeur scientifique ou du directeur d’une publication collective, qui compose son ouvrage à partir de fragments préexistants. Il crée de l’originalité par le nombre, les choix, les rapprochements. Le contexte, les liens, la mise en série viennent proposer un discours nouveau qui n’existait pas forcément dans chacune des pièces prises individuellement.

Illustration 5: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 4 estampes. BnF, Estampes, Vx-55-Pet. Fol.

Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces

Ce n’est cependant pas de la Galerie agréable du monde qu’il est ici question, mais bien d’un ouvrage en deux volumes intitulé Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces où on voit les principales villes, à plain ou de profil, leur situation et ce qu’elles ont de plus remarquable.

Qu’avons-nous donc sous les yeux et de quoi s’agit-il ? Sont en fait rassemblées en deux volumes de nombreuses planches qui constituent les six volumes de la Galerie. Toutes n’y sont pas, mais l’essentiel est bien présent et les planches sont présentées dans le même ordre (toutes les planches dont nous montrons ici une reproduction sont présentes dans l’ouvrage). Les tirages sont en tous points semblables : même la page de titre, tirée en rouge, apparaît déjà dans la Galerie. Le Roiaume de France est un best of de la Galerie.

L’exemplaire du département des Estampes de la BnF (Ve-7-Fol et Ve-7 (a)-Fol) dont il est ici question constitue l’exemplaire de présentation au roi Louis XV – nous pouvons donc savoir comment l’imprimeur-libraire considérait lui-même ce travail. Une lettre autographe de Pierre Van der Aa accompagne en effet l’exemplaire, afin de supplier le souverain de bien vouloir accepter le présent, présenté comme « des vues de France ». On y apprend au passage que l’imprimeur-libraire a joint au cadeau deux volumes de portraits des hommes illustres, apparemment dédiés au Régent Philippe d’Orléans. Ces deux volumes ont d’abord été conservés à Versailles puis réintégrés dans la Bibliothèque royale, passant alors au Cabinet des estampes, le 27 août 1746.

Illustration 6: Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces : lettre de présentation autographe de Pieter Van Der Aa à Louis XV. BnF, Estampes, Ve-7- Fol.

À quoi sert cet extrait ? On aurait pu penser qu’il ne s’agisse QUE d’un exemplaire de présentation, destiné à acheter les bonnes grâces du roi de France (et dont on aurait pu trouver l’équivalent pour d’autres pays dans leurs bibliothèques respectives). Il ne semble toutefois pas que ce soit le cas. J’ai en tout cas pu en localiser deux autres exemplaires aux États-Unis (University of Virginia Library (DC20 .A11 1720) et University of Texas at Austin Library (Harry Ransom Center Book Collection -Q- 912.44 Aa11r)). On sait aussi par son catalogue de vente (1766) que Charles de Saint-Albin (1698-1764), bâtard du Régent et archevêque de Cambrai, en possédait les deux volumes.

Il semble donc que soit déjà prévue, dès l’origine du projet, la possibilité de proposer à la vente des extraits de cette énorme collection de soixante-six volumes, afin de les vendre à un public qui a des intérêts plus réduits, ou du moins plus centrés sur un espace géographique précis. La distinction entre les deux ouvrages n’est pas tant formelle que liée à un modèle économique : Van Der Aa pense qu’il existe une clientèle intéressée par ces deux forts volumes, qui n’aurait pas acheté l’ensemble des volumes sur le monde, et auraient trouvé trop chers ou mal pratiques les six fins volumes sur la France qui se trouvent parmi les soixante-six.

Le tout est bien mis en ordre aux Provinces-Unies : les pages de garde possèdent un filigrane aux armes de la ville d’Amsterdam surmontant les initiales LVG (= L. Van Gerrevink) et, en face, le nom I. VILLEDARY – famille de papetiers du Sud-Ouest de la France dont certains membres sont attestés aux Provinces-Unies (Gueldre…) depuis la fin du XVIIe siècle. C’est certainement aussi Van Der Aa qui fait relier les volumes – le veau écaillé à décor doré étant original, et se retrouvant au moins sur l’exemplaire BnF et sur celui de Saint-Albin.

Illustration 7: reliure de l’exemplaire de la BnF.

L’étude de cet exemplaire permet de confirmer que cette « réduction » de la Galerie n’est pas le fait d’un collectionneur qui aurait constitué son propre exemplaire, relié selon ses intérêts et ses goûts mais une véritable stratégie commerciale de Pieter Van Der Aa lui-même.

Ayant compris de quoi il s’agit, reste encore à savoir comment décrire un ouvrage tel que ce Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces. Il est uniquement constitué d’estampes de remploi – on n’y trouve rien d’original. Pourtant, c’est la mise en forme, l’ordre, les choix effectués qui en font une œuvre originale… qui est alors autant celle de son éditeur (scientifique ?) que des graveurs, qui, eux, n’auront jamais su que leurs estampes seraient utilisées de la sorte. Une seconde couche de complexité vient de son caractère de digeste : est-ce un ouvrage à part entière ou un extrait de la Galerie du monde ? Comment faut-il le lire, le considérer, le cataloguer ? Questions sans réponses définitives, qui viennent montrer toute la difficulté d’emploi de mots tels que « livres », « recueils », « albums », « atlas ». La réalité de la pratique bannit la croyance en une simplicité bibliographique et vient complexifier notre désir d’évidences.

Rémi Mathis, BnF


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.