Entretien avec… Pascale Moulier, archiviste diocésain à Saint-Flour

Pascale Moulier, archiviste diocésain à Saint-Flour, est en charge de la bibliothèque de l’ancien Grand Séminaire. Elle nous présente les collections de ce lieu chargé d’histoire. 

L’histoire de la Grande bibliothèque et des ouvrages qui la constituent est très étroitement liée à celle du Grand Séminaire de Saint-Flour, fondé par l’évêque Jacques de Montrouge en 1651. La petite ville médiévale de Saint-Flour, située dans l’actuel département du Cantal, a été érigée en évêché en 1317. Sur la question de la formation, l’Auvergne était à l’avant-garde avec la création par Guillaume Duprat, évêque de Clermont, des deux premiers collèges Jésuites de France, à Billom (Puy-de-Dôme) en 1556, puis à Mauriac (Cantal) en 1560. Celui de Saint-Flour sera créé en 1649, assurant désormais une solide formation aux futurs candidats à la prêtrise. Quelques années plus tard, l’évêque Jacques de Montrouge met en place le « séminaire Royal de l’Hermitage de Notre-Dame » qui voit le jour à la fin de l’année 16501 . À son décès, en 1664, il lègue une importante somme d’argent et sa bibliothèque personnelle composée de plus de cinq cents ouvrages. Son successeur, Mgr de La Motte Houdancourt, décide en 1674 de confier la direction du séminaire aux Lazaristes, particulièrement qualifiés pour diriger ce type d’établissement. C’est à Mgr de Ribeyre que l’on doit la construction de l’édifice actuel, qui est achevé en 17572 .

Illustration 1: Saint-Flour, sa cathédrale et son Grand Séminaire.

Trente ans plus tard, la tourmente révolutionnaire va donner un premier coup d’arrêt à cette entreprise de longue haleine et déjà porter atteinte à la bibliothèque constituée sur la base du legs de Mgr de Montrouge. Les Lazaristes qui refuseront de prêter serment seront expulsés, et le séminaire sera transformé en École Normale, de 1800 à 1802. Lorsqu’en 1805 le bâtiment est restitué à l’Église, Mgr de Belmont va immédiatement remettre en service le séminaire et reconstituer une bibliothèque correcte. Pour cela, il va racheter les livres des ordres dissous pendant la Révolution : Bénédictins de La Chaise-Dieu, Jésuites du Puy, Dominicains, Cordeliers et Jésuites de Saint-Flour.

Illustration 2: Plans d’Arveuf, BnF.

En 1840, Mgr de Marguerye décide de construire une aile qui abritera la nouvelle « grande bibliothèque », celle-là même qui nous est parvenue. Ce jeune et dynamique évêque, passionné d’architecture, souhaitait ainsi parachever l’œuvre de ses prédécesseurs en dotant le Grand Séminaire d’une bibliothèque digne d’elle. Sur le plan architectural, cette aile allait enfin conférer une symétrie parfaite à la bâtisse. Les travaux furent réalisés à partir de 1842 selon les plans de Jean-Jacques Arveuf, architecte à Paris. La Grande bibliothèque occuperait le premier et le second étage de l’aile est, l’accès aux rayonnages supérieurs se faisant par une galerie, le rez-de-chaussée étant prévu pour recevoir des communs. Jean-Jacques Arveuf, architecte diocésain en poste à Paris, est intervenu en Auvergne à plusieurs reprises. Au Grand Séminaire de Saint-Flour, les livres étaient très certainement répartis entre les bibliothèques des professeurs, du supérieur et les salles d’études. Le père Barandes en était le bibliothécaire de 1810 à 18203 . En 1842, le projet ambitieux de Frédéric de Marguerye a permis de centraliser (et de sauver) les ouvrages, mais les a également rendus moins accessibles. Le volume d’une bibliothèque à galerie est inchauffable et par ailleurs, les séminaristes n’étaient pas autorisés à s’y rendre, et ce jusqu’à la fermeture du séminaire en 1959. Comme l’a relevé Pierre-Jean Trabon4 dans son étude préalable, la bibliothèque de l’ancien Grand Séminaire de Toulouse est la construction qui se rapproche le plus de celle de Saint-Flour. Elle fut reconstruite en 1823 et occupait également une aile du séminaire. Les points communs sont nombreux : plan rectangulaire, grande salle de lecture, coursive à laquelle on accède par un escalier extérieur.

Illustration 3: La bibliothèque de l’ancien Grand Séminaire après restauration.

La loi de Séparation des Églises et de l’État va porter un dernier coup, qui faillit être fatal, à la Grande bibliothèque. En décembre 1906, les Lazaristes et les séminaristes sont expulsés du séminaire. Quelques jours avant, professeurs et élèves se sont attelés à déménager la précieuse bibliothèque, et un certain nombre de livres sont entreposés dans l’asile des Filles de la charité. La bâtisse et ses dépendances seront confiées à l’administration des Domaines et resteront à l’abandon quelque temps. Cependant, les autorités municipales auront à cœur de protéger les ouvrages de la Grande bibliothèque et vont charger Léon Bélard, bibliothécaire municipal, de l’opération de sauvetage. Une partie du fonds est transférée à Aurillac, mais Léon Bélard a pris soin de faire transporter à la bibliothèque municipale de Saint-Flour un nombre important d’ouvrages. Finalement, six à sept mille livres seront mis en vente aux enchères sur la place publique, au prix de 4 francs le quintal. M. Pouderoux, curé-archiprêtre agissant pour le compte de l’évêque, va enlever le tout pour la somme de 10 francs le quintal. Les livres seront transportés dans l’asile des Filles de la charité5 . La municipalité finira par mettre en vente le séminaire, et c’est l’abbé Fleuret, un prêtre fortuné, qui rachètera le bâtiment et le restituera à Mgr Lecœur en 1913. Le Grand Séminaire retrouve donc sa fonction première jusqu’en 1959, date de la fermeture définitive. Les locaux seront reconvertis progressivement en maison d’accueil puis en hôtellerie et la bibliothèque fermée au public. De 1979 à 1986, un prêtre du diocèse, l’abbé Robert Benoît, remplira l’office de bibliothécaire et dressera un inventaire de ses fonds : les 20 000 ouvrages ont été catalogués par ses soins. En 2009, je suis embauchée par le diocèse comme archiviste-bibliothécaire. Historienne de l’art, auteur de plusieurs ouvrages sur le patrimoine  religieux cantalien, j’ai supervisé le chantier de restauration de la bibliothèque qui s’est achevé en avril 2015 et je suis chargée d’en assurer la valorisation.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Elle est largement dominante puisque nos fonds s’étagent du XVIe au XXe siècle avec une large majorité d’ouvrages pour la période XVIe-XIXe siècles.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ? Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Le premier fonds, dont il reste quelques exemplaires, a été constitué par le fondateur du séminaire, Mgr de Montrouge qui lègue en 1664 sa bibliothèque riche de cinq cents titres. Les fonds vont s’enrichir progressivement des ouvrages légués par les évêques successifs et par les prêtres. Entre 1521 et 1543, Jean Chastel, un prêtre de Saint-Flour, chorier du chapitre cathédral, acquiert une cinquantaine d’ouvrages issus des grandes imprimeries de son époque6 .

Illustration 4: Annotation de Jean Chastel, prêtre-chorier du chapitre cathédral sur un ouvrage du théologien Thomas de Vio, imprimé par Josse Bade en 1532.

Nous pensons que le collège municipal, dont les Jésuites vont prendre la direction en 1606, a hérité de ces livres, qui finiront par rejoindre les fonds de la bibliothèque du Grand Séminaire. La Révolution va frapper durement la ville et plusieurs institutions religieuses ne s’en relèveront pas ; un certain nombre de leurs ouvrages se retrouvent aussi à la Grande bibliothèque, y compris ceux de monastères plus éloignés comme La Chaise-Dieu. Après la Révolution, la bibliothèque va bénéficier du fait que Jacques-Paul Migne était natif de Saint-Flour et recevoir des collections issues des ateliers Migne, par le biais de dons et de récupérations dans les sacristies pour la période récente. À l’heure actuelle, nous faisons encore entrer des ouvrages anciens dans cette collection, collectés dans des presbytères inutilisés, des institutions religieuses ou scolaires qui ferment ou offerts par des particuliers.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Ce qui caractérise ce fonds est assez classique, c’est le contenu d’une bibliothèque de séminaire comprenant toutes les disciplines ecclésiastiques habituelles : théologie, droit canonique, hagiographie, etc. Le fonds XVIe, constitué en partie par Jean Chastel, est particulièrement riche. On y trouve les noms des grands théologiens et pères de l’Église, ce qui peut surprendre pour un simple prêtre communaliste dans un petit évêché de montagne. La plupart des livres sont annotés et documentés en dernière page par la date d’achat, son montant et les conditions de l’acquisition. Certains ouvrages ont conservé les ais de bois d’origine. On sait par les mentions manuscrites que Jean Chastel se procurait livres et reliures auprès de colporteurs qui s’approvisionnaient dans les librairies lyonnaises.

Nous présentons en vitrine quelques ouvrages spécifiques ou rares : un livre d’heure du XIVe siècle enluminé, la Vita Christi de Ludolphe le Chartreux imprimée en 1489 par Mathias Huss à Lyon (le seul incunable que nous possédions), un ouvrage de botanique de Jean Ruel imprimé par Froben à Bâle en 1537 et illustré de quelques dessins de plantes de façon manuscrite au XVIIIe siècle, les chroniques d’Enguerrand de Monstrellet imprimé par François Régnault à Paris en 1518, encore équipé de ses ais de bois d’origine.

Illustration 5: Illustration manuscrite sur le De natura stirpium de Jean Ruel, imprimé par Froben en 1537.

Nous montrons aussi plusieurs titres représentatifs de l’évolution des techniques d’illustration (gravure sur cuivre) : les « Lettres édifiantes » des Jésuites, un manuel d’arpentage, d’architecture, une rare bible latin-arabe du XVIIe siècle ainsi qu’un atlas imprimé à la charnière des XVIIIe et XIXe siècle constitué de grandes planches gravées à l’eau-forte.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ? Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous sommes très rarement en contact avec des chercheurs susceptibles d’être intéressés par nos fonds anciens, étant une petite ville de 7000 habitants dans un département dépourvu de faculté de lettres. Nous avons donc axé la valorisation de ce fonds auprès du grand public et ponctuellement en partenariat avec les musées et le pays d’art et d’histoire. Des visites sont régulièrement organisées ; la bibliothèque ayant bénéficié d’une restauration ambitieuse, l’accueil du public peut se faire dans de bonnes conditions. Des vitrines ont été placées au centre de la bibliothèque dans lesquelles j’ai rassemblé quelques pièces remarquables. Un livre d’heure du XIVe siècle me permet de présenter un ouvrage médiéval avec ses spécificités : parchemin, enluminures, graphie à la plume, etc. Divers ouvrages du début du XVIe siècle montrent l’extraordinaire essor impulsé par l’invention de l’imprimerie, la xylogravure, les marques d’imprimeurs et l’apparition de la « mise en page » moderne. L’évolution de la mise en page et des supports de l’écrit interpelle particulièrement le public en ces temps de dématérialisation du support écrit. La vitrine consacrée aux XVIIe et XVIIIe siècles rassemble des ouvrages moins rares mais qui permettent de présenter les différentes techniques d’illustration (passage de la gravure sur bois à l’eau-forte), ainsi que diverses curiosités : une bible latin-arabe, les Lettres édifiantes avec leurs planches gravées, divers ouvrages techniques (architecture et arpentage), quelques livres de très petit format. Nous recevons tout type de public et avons pu constater sa vive curiosité à l’égard du livre ancien, des matériaux qui le composent et de sa conservation, et l’émotion est presque toujours au rendez-vous lorsque les personnes pénètrent dans cette « grande bibliothèque », tapissée de plus de 20 000 livres du sol au plafond.

  1. Pierre Chassang, Le Grand Séminaire de Saint-Flour, La Dépêche, Saint-Flour, 1994, p. 16. []
  2. Ibid, p. 31. []
  3. Notes de l’abbé Benoît sur la Grande bibliothèque. []
  4. Architecte du patrimoine en charge de la restauration de la Grande bibliothèque. []
  5. Pierre Chassang, p. 123. []
  6. La première identification a été faite par Dominique Frasson-Cochet en 2006 dans Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, volume XVI, Auvergne, Droz, 2006, p. 209. Sur cette base, nous avons fait un inventaire systématique des ouvrages ayant appartenu à Jean Chastel et des mentions manuscrites. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.