Que sont les farces imprimées devenues ?

Même si le « gothique français », qui envahit le marché du livre au début du XVIe siècle nous a laissé une production qui reste incommensurable, nous n’en avons conservé qu’une infime partie. Surtout la conservation d’éditions de format réduit et de quelques feuillets a dû être problématique, partiellement à cause de leur fragilité, partiellement parce qu’il ne s’agissait simplement pas une « littérature de garde ». Cela vaut spécialement pour les facéties, les monologues et les pièces profanes et occasionnelles, mais même des textes qui ne cessent d’être republiés n’ont souvent été conservés qu’en quelques exemplaires, voire en exemplaire unique, alors que les tirages ont dû être assez importants (600 ou 700 exemplaires). Si on n’en a conservé qu’un seul, que sont les autres devenus ? Et si, de tant d’éditions tirées à des centaines d’exemplaires, il ne subsiste qu’un exemplaire unique, on peut se demander quel pourra bien être le nombre de publications dont aucun exemplaire n’a été retrouvé. De là, on arrive tout naturellement aussi à la question de savoir ce que, par exemple, les quelque deux cents farces conservées représentent, en tant que nombre et quant à leur représentativité par rapport à ce qui a pu exister, ce qui a pu être imprimé. Et celles qui ont été conservées, pourquoi sont-elles parvenues jusqu’à nous ? Celles qu’on n’a pas pu conserver, pourquoi les a-t-on perdues ?

Le réemploi de pièces gothiques dans des reliures

Une bonne étude d’ensemble de ce « gothique français » manque encore cruellement, même si la publication de la thèse de Marion Pouspin1 marque une pas en avant. Il s’agit toutefois de textes qui ont fortement marqué le climat culturel2.

Dans cet article, nous présentons des exemples d’éditions devenues apparemment désuètes au point de ne plus servir qu’à la fabrication de reliures. Ce phénomène a bien été étudié pour le domaine manuscrit, où la question de la fragmentation et des membra disjecta est depuis longtemps à l’ordre du jour.

Illustration 1 : Fragment de sermon ou de commentaire biblique (Collection de l’auteur, photo © Jelle Koopmans).

Pour le domaine des (post-)incunables, le réemploi, notamment dans les reliures, est un phénomène beaucoup moins étudié. Cela se comprend facilement, étant donné qu’une recherche systématique est impossible, et que l’unicité d’un feuillet imprimé ne saute pas nécessairement aux yeux. On dépend en fait de trouvailles de chercheurs et d’archivistes qui y prêtent attention et qui les communiquent. En même temps, on pourrait avoir le sentiment qu’un tel réemploi a dû être extrêmement répandu.

Un premier exemple nous vient des archives de Roanne (Belgique), où l’on a pu identifier des fragments d’une édition du Testament de Villon. Détail curieux : le relieur a eu l’extrême gentillesse d’utiliser le bois gravé des pendus, ce qui rend l’identification bien aisée3.

L’édition a pu être identifiée : il s’agit de l’édition imprimée à Paris par Germain Bineaut en 1490, l’une des toutes premières sinon la première édition imprimée de Villon, dont un exemplaire complet a été conservé à la Bibliothèque de l’Institut à Chantilly (IV.E.069).

Illustration 2 : fragment de l’édition du Testament de Villon [Paris, Germain Bineaut, 1490, USTC 766134] (photo © Bibliothèque universitaire de Liège).
Précédentes découvertes de fragments de textes de théâtre

Pour le monde des farces, Paul Aebischer a fait une découverte importante dans les Archives de l’État de Fribourg (Suisse), où toute une collection de fragments de farces et d’autres textes de théâtre a été utilisée pour fabriquer des reliures. Il s’agit de fragments de rôles et de pièces, manuscrits et imprimés (aujourd’hui : Littérature 1-115 ; les numéros 1-20 sont ceux décrits par Aebischer ; les numéros 26-115 – poèmes, chansons, hommages, pièces de théâtre – ont été classés par les archives)4. Aebischer a consacré un article aux farces en patois5 et donné une édition de trois farces6. La première de ces pièces, Jehan qui de tout se mesle, est un imprimé en format agenda ; la seconde – rééditée depuis par Gérard-Zai et de Reyff7 – est manuscrite mis adopte également le format agenda ; la troisième pièce, enfin, est un dialogue imprimé qui met en scène Gautier et Martin, également en format agenda. Ce qui est en somme bien spécial, c’est qu’il y a ici des fragments de toute une collection de rôles et de pièces de théâtre tant imprimées que manuscrites, qui ont servi à la confection de reliures, ce qui prouve d’une part que quelqu’un dut voir un certain intérêt de rassembler ces textes et que, d’autre part, ils ne constituaient pour notre relieur que de vieux papiers sans intérêt.

Cet hiver encore, on a découvert à la bibliothèque Henri Conscience à Anvers des feuillets provenant d’une édition inconnue du jeu flamand de Lanseloet van Denemarken, l’un des quatre « jeux d’art » du début du XVe siècle qui constituent le premier théâtre sérieux non religieux en vernaculaire8.

Illustration 3 : deux fragments du Lanseloet van Denemarken, édition non identifiée (photo © Bibliothèque Henri Conscience).

Un fragment récemment retrouvé: une nouvelle édition de Martin de Cambrari

Nous pouvons y ajouter deux autres fragments. C’est que Dominique Coq a bien voulu nous communiquer une belle trouvaille : dans les archives départementales de la Côte-d’Or, il a trouvé deux fragments imprimés au dos d’un registre coté B 1133, qu’il a identifiés comme provenant d’une édition complètement inconnue de la farce de Martin de Cambrai.

Illustration 4 : fragment de Martin de Cambrai, archives départementales de la Côte-d’Or (photo © Dominique Coq).

Le dernier document daté dans le registre est de 1507 – soit huit ans avant que la veuve Trepperel publie la farce9 – mais nous ne savons pas la date de sa reliure, même si, en toute logique, on n’aura pas attendu plus d’une décennie pour relier ensemble ces documents. Quelques remarques formelles peuvent toutefois être formulées : nous n’avons pas, ici, la gothique bâtarde traditionnelle pour l’édition de ce type de textes, mais une lettre de forme assez générique qu’il n’est guère possible d’attribuer à un imprimeur précis. Son emploi pour un texte de farce, par contre, est assez étonnant (ce type de textes est presque systématiquement publié en bâtarde) et indique peut-être un autre public.

Illustration 5 : fragment de Martin de Cambrai, archives départementales dela Côte-d’Or (photo © Dominique Coq).

On peut constater que le texte est à peu près identique à celle de la veuve Trepperel, dont il doit être proche aussi dans le temps. La diffusion de cette farce (un exemplaire conservé sur 600 ou 700) devient, par cette découverte, plus importante (un exemplaire et deux fragments sur un tirage de 1200 ou 1400). De la manière, on comprend aussi mieux comment et pourquoi tout une série de vers de cette pièce (et l’intrigue de la première partie) se retrouveront dans la Farce du savetier Audin, imprimée entre 1532 et 1550 par Jehan Cantarel à Lyon et conservée dans le Recueil du British Museum (C 20 e.13 pièce 32)10.

Finalement, pour complaire aux philologues-bibliographes, nous donnons ici une sorte d’édition de ces fragments replacés dans le texte de la veuve Trepperel.

Premier fragment

Guillemette
Dieu [….] audire

{Le cure}
Faicte estes comme de cire
Qua[nt] je vous tien je suis bien aise

(Guillemette)
Acollés-moy que je vous [baise]

{le curé}
Vous este faicte a devis

Second fragment

Martin
Je prie a monseigneur sai[nt Denis]
{Et de paradis le Dieu
A saint Jehan et a saint Mathieu}
Et a mon parrain [saint Mart]in                            424
Saint Hubert e[t saint Mathelin]
Sai[nt Pierre, saint Pol, Nostre Dame]
Que [ on me ramaine ma femme]
Et c[hascun d’eux ara demain
Une [ chandelle de ma main]
Par ma foy je n’y [fauldray mie]

[Le curé]
Brou [hou]

[Martin]
Ha vierge [Marie]
Comment vo[us portés vous, ma femme

Mar[tin]
Vous soye la tres[bien venue]
Mais quelz gens [sont-ce qui y sont ?]

Guillomet[e]
Ce sont gens de [toutes fassons]
De cousturiers : de [boulengiers]
De chaussetiers de [cordouenniers]
Principalement sa[vetiers]                                        444

Martin
Savatiers ?

Guillemet[e]
Voir[e vr]ayement
[Je c]uide et croy cer[tainement]
Par ma foy qu’ilz y se[ront tous]
[Et] ci a tant de faulx [jaloux]
Qu’on ne les scet plu[s bouter]

Terminons par une perspective d’avenir. On a beau avoir découvert deux fragments substantiels en quelques mois (le Lancelot néerlandais et Martin de Cambray) début 2020, de telles découvertes sont rares. Elles ne devraient pourtant pas l’être. La vigilance des chercheurs, leur culture générale, et les moyens de communication modernes peuvent à l’avenir donner lieu à bien d’autres exemples de ce type, car le phénomène est sans doute bien moins isolé que l’on ne le croirait à partir de ces quelques exemples. En cela, cette note est aussi un appel à tous ceux qui travaillent dans les archives anciennes, sur les fontaines à Rennes ou le salaire de la main d’œuvre, sur le commerce des vins de Bourgogne et les horloges publiques : essayez de comprendre – au-delà de la pure documentation – ce que vous avez en main. Tout petit bout de papier risque de faire la joie d’autres chercheurs : pourquoi ne pas le leur communiquer ?

Jelle Koopmans
Université d’Amsterdam

  1. Marion Pouspin, Publier la nouvelle. Les pièces gothiques, histoire d’un nouveau média (XVe-XVIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016 []
  2. Jelle Koopmans, « L’inspiration livresque et l’inspiration théâtrale, le texte et le livre à l’époque de Rabelais », Études rabelaisiennes LVI (2017) p. 97-99. []
  3. Ferdinand Desonay, « Note sur des fragments d’une édition ancienne de Villon », Studi in onore di I Siciliano, Florence, Olschki, 1966, p. 4022-406 ; voir aussi Louis Remacle, Documents lexicaux extraits des archives scabinales de Roanne (La Gleize), 1492-1794, Paris, Belles Lettres, 1976, p. 12, 429. []
  4. Voir la description que donne Graham Runnalls, « The Medieval Actors’ Roles found in the Fribourg Archives », Pluteus 4-5 (1986-7) p. 5-67. []
  5. Paul Aebischer, « Quelques textes en patois fribourgeois », Archivum romanicum 4 (1920) p. 288-336. []
  6. Paul Aebischer, Trois farces françaises inédites trouvées à Fribourg, Paris, Champion, 1924. []
  7. Marie-Claire Gérard-Zai & Simone de Reyff, Farce de Janot dans le sac, Genève, Droz, 1990. []
  8. Une traduction française de ces pièces est en préparation et paraîtra prochainement aux Presses universitaires de Grenoble. []
  9. Jelle Koopmans, Le recueil de Florence. 53 farces imprimées à Paris vers 1515, Orléans, Paradigme, 2011, p. 563-579. []
  10. Voir l’édition donnée par André Tissier, Recueil de farces (1450-1550), tome XII, Genève, Droz, 1998, p. 109-204. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.