Entretien avec… Peter Sjökvist, conservateur au fonds patrimonial de l’université d’Uppsala

Peter Sjökvist est conservateur à la section « livres anciens et collections spécialisées » de la bibliothèque de l’université d’Uppsala (Suède). Spécialiste du néo-latin et professeur associé dans ce domaine, il a publié plusieurs livres et de nombreux articles.

Quelle est l’histoire de votre bibliothèque et de ses fonds patrimoniaux ?

Bien que l’université d’Uppsala ait été fondée dès 1477, ce qui en fait la première université de Suède, sa bibliothèque n’a pas été officiellement créée avant 1620. Cela signifie que cette année est pour nous un anniversaire, et ces 400 ans d’histoire de la bibliothèque seront célébrés toute l’année dans notre institution, de cet été à l’été prochain grâce à des expositions, des séminaires, des publications et d’autres événements.

La façade de Carolina Rediviva, le bâtiment principal de la bibliothèque universitaire d’Uppsala. Photo : Magnus Hjalmarsson.
Illustration 1: La façade de Carolina Rediviva, le bâtiment principal de la bibliothèque universitaire d’Uppsala. Photo : Magnus Hjalmarsson.

La bibliothèque universitaire d’Uppsala a réussi, au cours de ces 400 ans, à rassembler de merveilleuses collections, très appréciées et valorisées dans notre université. Pendant longtemps, les accroissements étaient généralement dus à la bonne volonté des rois suédois. Gustave II Adolphe (règne : 1611-1632) a fait don du dépôt de livres de la Couronne à la bibliothèque dès son ouverture, ainsi que d’une somme destinée à être utilisée pour les achats annuels de livres. Au cours des décennies suivantes, il a donné plusieurs collections prises comme butin de guerre sur le continent. Parmi celles-ci, on peut citer les bibliothèques des collèges jésuites de Riga (Lettonie) et de Braniewo (Pologne), la bibliothèque du chapitre de Frombork (Pologne) et la bibliothèque du prince-évêque de Würzburg (Allemagne), Julius Echter von Mespelbrunn (1545-1617). Plus tard au cours du même siècle, des collections de livres provenant de plusieurs nobles se sont retrouvées à Uppsala, dont celles de Magnus Gabriel De La Gardie (1622-1686) et de Klas Rålamb (1622-1698), entre autres. Avec les livres de Rålamb, obtenus grâce à Charles XI (règne : 1675-1697), sont aussi arrivés une grande partie des livres pris au collège des Jésuites de Poznań (Pologne) dans les années 1650.

Illustration 2: Le Gustavianum. Construit dans les années 1620 grâce à une donation de Gustave II Adolphe. Photo : Magnus Hjalmarsson

Après les années 1690, lorsque les collections ont été transférées dans de nouvelles salles aux étages supérieurs du principal bâtiment universitaire de l’époque, le Gustavianum, la bibliothèque a également commencé à recevoir le dépôt légal, grâce aux décrets royaux de 1692 et 1707 stipulant qu’un exemplaire de tous les livres imprimés en Suède devait y être envoyé. En pratique, le système n’a pas fonctionné efficacement avant le milieu du XVIIIe siècle, mais sur le long terme, cela a permis une augmentation régulière et progressive des collections. Au début du XVIIIe siècle, la bibliothèque a reçu plusieurs dons importants de livres et de manuscrits, par exemple du linguiste et diplomate Johan Gabriel Sparfwenfeld (1655-1727), mais elle a également acheté en 1724 les collections de l’archiviste Elias Palmskiöld (1667-1719), qui contiennent des informations inestimables sur l’histoire de la Suède. Huit ans plus tard, la bibliothèque a reçu en donation la collection Düben, composée de partitions musicales de la famille Düben, dont les membres ont occupé le poste de musicien de la cour royale entre 1640 et 1718. À la fin du XVIIIe siècle, le grand bienfaiteur de la bibliothèque était Gustave III (règne : 1771-1792), qui a entre autres fait don de l’importante collection de livres suédois du collectionneur Jacob Cronstedt (1668-1751), et a déclaré par testament que ses archives privées, y compris la correspondance avec d’autres princes européens, devraient être données à la bibliothèque universitaire d’Uppsala après sa mort.

Lithographie représentant Charles XIV Jean (Jean Baptiste Bernadotte), 1824 [?]. Bibliothèque universitaire d’Uppsala, cote : Sv.portr.saml.Vanl. f.
Illustration 3: Lithographie représentant Charles XIV Jean (Jean Baptiste Bernadotte), 1824 [?]. Bibliothèque universitaire d’Uppsala, cote : Sv.portr.saml.Vanl. f.

Au début du XIXe siècle, il était évident que les salles de la bibliothèque du Gustavianum étaient devenues trop petites et qu’un nouveau bâtiment se révélait nécessaire. L’emplacement du magnifique bâtiment actuel de la bibliothèque universitaire d’Uppsala fut, selon la légende, indiqué par Charles XIV Jean (règne  : 1818-1844), alors qu’il était encore prince héritier. Jean-Baptiste Bernadotte, de son vrai nom, était né à Pau et donc d’origine française. Il avait même reçu de Napoléon le titre de maréchal d’Empire avant d’arriver en Suède en 1810. Le bâtiment principal de la bibliothèque universitaire d’Uppsala s’appelle encore aujourd’hui Carolina Rediviva (« la Caroline renaissante »). Son nom fait référence à un bâtiment universitaire antérieur, l’Academia Carolina, qui a été démoli au XVIIIe siècle, mais a aussi été choisi par courtoisie envers Charles XIV Jean, qui était roi lorsque le bâtiment a été terminé et ouvert en 1841.

La salle des livres à la Carolina Rediviva. Elle a été restaurée à son aspect d’origine lorsque la bibliothèque a célébré son 350e anniversaire en 1970. Photo : Magnus Hjalmarsson
Illustration 4: La salle des livres à la Carolina Rediviva. Elle a été restaurée à son aspect d’origine lorsque la bibliothèque a célébré son 350e anniversaire en 1970. Photo : Magnus Hjalmarsson.

Les collections spécialisées de la bibliothèque ont continué à s’accroître considérablement au cours des XIXe et XXe siècles, principalement grâce aux dons de collectionneurs privés, mais aussi à des achats ponctuels importants et aux activités propres de l’université. Parmi les exemples de ces dons, citons la bibliothèque Wahlund, qui contient environ 6 500 livres imprimés et manuscrits sur la philologie, la littérature et les langues romanes françaises anciennes, offerts par le professeur Carl Wahlund (1846-1913) au début du XIXe siècle ; la collection de livres imprimés par Giambattista Bodoni – sans doute la plus grande collection au monde en dehors de Parme – rassemblée par l’industriel Erik Kempe (1898–1959) au début du XIXe siècle ; ainsi que les collections (manuscrits et imprimés) du médecin Erik Waller (1875-1955), en particulier les ouvrages et les autographes sur l’histoire des sciences et de la médecine, donnés à peu près à la même époque. Une acquisition des plus remarquables a ensuite été faite en 1986, lorsque la bibliothèque de Leufstabruk, créée au XVIIIe siècle dans un village vivant de la sidérurgie a été donnée ici, à condition qu’elle soit toujours conservée à son emplacement originel. Cette bibliothèque a été en grande partie rassemblée par l’industriel et entomologiste Charles De Geer (1720-1778), et est restée plus ou moins intacte depuis le début du XIXe siècle. Nous y reviendrons un peu plus tard.

Le bâtiment de la bibliothèque du domaine de Leufstabruk, conçu par l’architecte suédois Jean Eric Rehn, construit à la fin des années 1750. Photo : Magnus Hjalmarsson.
Illustration 5: Le bâtiment de la bibliothèque du domaine de Leufstabruk, conçu par l’architecte suédois Jean Eric Rehn, construit à la fin des années 1750. Photo : Magnus Hjalmarsson.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Lorsque l’on entre dans les détails des collections mentionnées ici, en passant à une perspective plus fine, certains documents ou fonds spécifiques attirent immédiatement notre attention. Le plus célèbre est probablement le Codex Argenteus (la « Bible d’argent »), qui a été écrit en langue gothique à Ravenne sur du vélin de couleur violette avec de l’encre d’argent au VIe siècle. À la fin de la guerre de Trente Ans, en 1648, ce livre se trouvait à Prague, lorsque les Suédois ont pillé la ville et se sont emparés du butin de guerre. La reine Christine (règne : 1644-1654) le donna ensuite comme récompense à son bibliothécaire privé, le Néerlandais Isaac Vossius (1618-1689), qui ramena le livre avec lui aux Pays-Bas lorsqu’il eut fini son service à Stockholm. Le comte Magnus Gabriel De la Gardie l’a ensuite racheté et en a fait don à la bibliothèque universitaire d’Uppsala en 1669. Il y est resté depuis lors, à l’exception d’un mois en 1995 où des voleurs ont réussi à le voler, pour le rendre 30 jours plus tard, lorsqu’ils se sont rendu compte qu’un objet aussi célèbre ne pouvait pas être vendu !

Le Codex Argenteus ("la Bible d’argent"). Photo : Magnus Hjalmarsson.
Illustration 6: Le Codex Argenteus (« la Bible d’argent »). Photo : Magnus Hjalmarsson.

Un autre trésor d’une importance particulière est l’ensemble de livres issus du butin de guerre de Frombork en Pologne, et qui avaient autrefois appartenu au célèbre astronome polonais Nicolas Copernic (1473-1543). Il avait été doyen de Frombork, et sa bibliothèque privée s’est retrouvée dans la bibliothèque du chapitre de Frombork après sa mort. Lorsque les Suédois sont arrivés en 1626, elle figurait évidemment parmi les livres pillés. À Uppsala, ils constituent aujourd’hui une collection propre, la Copernicana, qui comprend 45 volumes. Parmi eux se trouve le « Uppsala Notebook », dans lequel Copernic a fait des calculs astronomiques de sa propre main.

Le Carnet d’Uppsala, avec des calculs astronomiques de la main même de Nicolas Copernic. Bibliothèque universitaire d’Uppsala, cote : Copernicana 4 (3).
Illustration 7: Le Carnet d’Uppsala, avec des calculs astronomiques de la main même de Nicolas Copernic. Bibliothèque universitaire d’Uppsala, cote : Copernicana 4 (3).

Certaines collections sont-elles particulièrement intéressantes pour des Français ?

Compte tenu des liens étroits entre la Suède et la France au début des temps modernes et de la grande estime dans laquelle est tenue la culture française depuis longtemps en Suède, il y a plusieurs collections et objets à Uppsala qui sont très spectaculaires et d’un intérêt particulier du point de vue français. Certains d’entre eux ont déjà été mentionnés.

Il est évident, d’après ce qu’on a dit, que la Bibliothèque Wahlund est d’une grande richesse à cet égard. Parmi nos manuscrits médiévaux d’origine française, au nombre d’une centaine, nous trouvons par exemple le Livre d’heures merveilleusement enluminé réalisé à Paris pour la dame Johannete Ravenelle à la fin du XIVe siècle. Des miniatures et des lettrines dorés embellissent ce livre, qui a été acquis par la bibliothèque en 1953.

Image tirée du Livre d’heures de Johannete Ravenelle. Paris, XIVe siècle. Bibliothèque de l’université d’Uppsala, cote C517e.
Illustration 8: Image tirée du Livre d’heures de Johannete Ravenelle. Paris, XIVe siècle. Bibliothèque de l’université d’Uppsala, cote C517e.

Il convient également de mentionner, par exemple, que les archives privées de Gustave III comprennent une riche correspondance avec la famille royale française à la fin du XVIIIe siècle, comprenant près de 200 pages de lettres entre Gustave III et Louis XV, Louis XVI et Marie-Antoinette. On y trouve de nombreux témoignages contemporains de cette période dramatique de l’histoire de France, de certains de ses personnages les plus importants. Voir par exemple les mots de Marie-Antoinette de février 1790 [cote : F 490] :

Il faut espérer que le temps et surtout la conviction ramèneront l’esprit et le cœur des français à sentir qu’ils ne peuvent être heureux qu’en se ralliant sous les ordres et le gouvernement d’un roi juste et bon, et quel autre trouveront-ils jamais, j’ose le dire, qui sache plus sacrifier ses intérêts personnels pour la tranquillité et le bonheur de son peuple

Les lettres sont toutes disponibles en ligne dans Alvin. Un projet est actuellement en cours d’élaboration, afin d’améliorer l’accès aux archives de Gustave III.

Sur les quelques 38 000 manuscrits de la collection Waller susmentionnée, une bonne partie est en fait d’origine française. On y trouve, représentée par des documents autographes, une grande partie de l’élite des chercheurs français en sciences naturelles. On y trouve des noms tels que Buffon, Descartes, Lavoisier, les Geoffroy Saint-Hillaire père et fils, mais aussi d’autres personnalités connues comme Marat, Rousseau, Voltaire, Guillotin ou La Fontaine. Notre portail permet d’en savoir plus et d’effectuer des recherches.

La collection Düben, mentionnée précédemment, qui contient le répertoire musical de la cour de Suède du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle, contient une grande partie de la musique sacrée de Buxtehude et de nombreux autres musiciens d’église d’Allemagne du Nord. Le répertoire sacré comprend également un certain nombre de pièces du compositeur français Henry Dumont. La partie profane la plus importante de la collection contient des pièces d’opéra français et des extraits de ballets de la cour de Louis XIV, de Jean-Baptiste Lully et de ses disciples. Ce répertoire français a été utilisé dans les années 1680-1725, lors de divertissements et de représentations théâtrales à la cour royale de Stockholm. La collection Düben a été entièrement numérisée dans le cadre d’un récent projet à notre bibliothèque, et est disponible gratuitement en ligne.

Un projet en cours à la bibliothèque universitaire d’Uppsala concerne la bibliothèque susmentionnée de Charles De Geer au domaine de Leufstabruk. La majorité des quelque 8800 livres de cette bibliothèque sont en fait en langue française, bien que la plupart d’entre eux aient été imprimés et vendus aux Pays-Bas. Étant donné que la bibliothèque a été conservée intacte dans la même famille, que les livres sont toujours à leur emplacement d’origine et que la documentation relative à la création de la bibliothèque est très riche, comprenant à la fois des catalogues contemporains avec les prix, les dates d’achat, les reçus des vendeurs de livres, etc. splendide est l’opportunité d’étudier le contenu de la bibliothèque  d’un noble du XVIIIe siècle, et son développement. Charles De Geer était lui-même un entomologiste dévoué et éminent, et il a écrit son propre magnum opus en français sous le titre Mémoires pour servir à l’histoire des insectes, inspiré comme il l’était par les travaux de René-Antoine Ferchault de Réaumur. De Geer était également membre de l’Académie des sciences suédoise et membre correspondant de l’Académie des sciences française. La première édition de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert se trouvait bien sûr sur ses étagères. Lorsque Charles De Geer le jeune (1747-1805), homme politique, hérita de la bibliothèque, de la littérature clandestine française fut achetée et ajoutée aux collections. Sur les 800 titres cités par Robert Darnton dans son étude sur ce sujet1, 120 se trouvent à Leufsta. Cette littérature française politiquement et sexuellement provocante était vendue en secret sur le continent, mais a sans problème trouvé son chemin jusqu’à la bibliothèque d’un noble à une heure au nord d’Uppsala, en Suède, au XVIIIe siècle. Notre site Internet, là aussi, permet d’avoir plus d’informations sur le projet en cours.

Intérieur de la bibliothèque de Leufstabruk, conçue par Jean Eric Rehn à la fin des années 1750. Photo : Magnus Hjalmarsson.
Illustration 9: Intérieur de la bibliothèque de Leufstabruk, conçue par Jean Eric Rehn à la fin des années 1750. Photo : Magnus Hjalmarsson.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Travailler avec des collections spécialisées de ce type au XXIe siècle exige bien sûr non seulement de les cataloguer et de les présenter dans des expositions traditionnelles, mais aussi de rechercher de nouveaux moyens de donner accès à nos collections et à notre bibliothèque et de les faire connaître à de nouveaux types d’utilisateurs. Puisque nous sommes une bibliothèque universitaire, les étudiants constituent toujours une de nos premières cibles. Ceux-ci sont régulièrement invités à la bibliothèque pour des cours et des séances au cours desquelles nous sortons des livres, et ils sont constamment encouragés à découvrir et à utiliser ces collections dans leurs travaux. Comme désormais la plupart des bibliothèques, nous communiquons également via les médias sociaux, comme Instagram, et les blogs. Parmi nos projets récemment achevés, un blog a connu un succès particulier : le 400-blog. Nous y avons égrainé un compte à rebours jusqu’au début des célébrations du 400e anniversaire de notre bibliothèque à la mi-avril de cette année : pendant plusieurs années, 400 objets de nos collections ont été sélectionnés et mis en valeur dans un billet particulier. Malheureusement, ce blog n’est disponible qu’en suédois, mais tous les articles ont été illustrés par des images. Tout comme dans d’autres bibliothèques, la crise actuelle du coronavirus a conduit à une attention accrue et à une réflexion nouvelle sur la manière d’utiliser les moyens numériques pour communiquer avec nos usagers. Les initiatives présentes auront probablement à cet égard un impact durable sur la façon dont les bibliothèques en général et particulièrement celles qui ont une section patrimoniale communiquent et interagissent avec le grand public.

  1. Robert Darnton, Édition et sédition. L’univers de la littérature clandestine au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1991. []

Une réflexion sur « Entretien avec… Peter Sjökvist, conservateur au fonds patrimonial de l’université d’Uppsala »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.