Entretien avec… Alex Alsemgeest, conservateur de la bibliothèque du Parlement néerlandais

Alex Alsemgeest est historien du livre et conservateur indépendant. Il a, ces dernières années, mené plusieurs projets pour des bibliothèques aux Pays-Bas, telles que la Bibliothèque Royale à La Haye, celle du Museum d’Histoire naturelle à Leyde et celle du Palais de la Paix à La Haye. Il a également effectué des missions à l’étranger, notamment pour la Bibliothèque universitaire d’Uppsala, et combine actuellement plusieurs projets, dont un pour la bibliothèque du Rijksmuseum à Amsterdam.

La bibliothèque qu’il nous présente aujourd’hui doit son accessibilité actuelle à un projet similaire qu’il a mené ces trois dernières années pour le Parlement néerlandais, afin de valoriser sa bibliothèque historique, qui avait été un peu oubliée au cours du temps.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

La Chambre des représentants des États-Généraux (Tweede Kamer der Staten-Generaal), appelée plus couramment la Chambre des représentants, forme avec le Sénat les États généraux des Pays-Bas le parlement national des Pays-Bas. Le processus parlementaire est bien sûr au cœur de son organisation ; tous les autres services sont destinés, dans une certaine mesure, à soutenir les travaux du parlement. L’un de ces services est la bibliothèque ou le service d’information ; elle est appelée le Service Information et Archives (Dienst Informatie en Archief, DIA). Elle est chargée de fournir des informations aux députés, aux groupes politiques, aux commissions, aux services officiels et, dans une certaine mesure, à des parties extérieures. L’une des tâches supplémentaires de la DIA est la gestion de la salle appelée ‘Handelingenkamer’ et de la collection de livres historiques.

La collection historique est une collection de trente mille livres dans le domaine du droit constitutionnel et de la politique. C’est la bibliothèque telle qu’elle s’est constituée depuis les débuts de la Chambre des représentants en 1815. La collection se trouve dans la Salle des Actes (Handelingenkamer) qui date de la fin du XIXe siècle et qui est en fait l’ancienne bibliothèque du ministère de la Justice. Lorsque le ministère a déménagé dans un nouveau bâtiment dans les années 1970, l’ancienne bibliothèque est devenue vacante. La Chambre des représentants a commencé à l’utiliser en 1992, dans un premier temps pour stocker les « Actes ». Ces Actes sont un compte-rendu textuel de tout ce qui s’est dit à la Chambre des représentants depuis 1815. Ces dernières années, de plus en plus d’éléments de la collection historique ont été transférés dans la Salle des Actes.

La Salle des Actes est un espace de bibliothèque historique, achevé en 1883 par l’architecte du royaume, Cornelis Hendrik Peters. Ce Peters était un élève de Pierre Cuypers, qui conçut, entre autres, le Rijksmuseum. Les visiteurs de la Salle des Actes qui connaissent également le Rijksmuseum peuvent rapidement constater les similitudes. L’étroite bibliothèque de quatre étages, aux finitions vertes et cramoisies, avec des balustrades en fer forgé, un escalier en colimaçon et un dôme en vitraux, constitue bien sûr une belle toile de fond pour la collection de livres historiques. Pour de nombreux visiteurs, la Salle des Actes est le point culminant d’une visite guidée de la Chambre des représentants. De nos jours, la collection a donc surtout une fonction représentative. Il y a une grande valeur symbolique au fait que chaque mot jamais prononcé dans l’hémicycle soit conservé ici, ce qui est aussi souligné par la présence d’une étagère laissée vide à l’endroit où les Actes de la période 1940-1945 seraient censés se trouver.

Illustration 2: Astrid Knijnenburg et Wilma Zeldenrust mettant en place la collection dans la Salle des Actes.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La bibliothèque de la Chambre des représentants a toujours été une bibliothèque de travail, une collection de référence, créée au XIXe siècle pour soutenir les membres de la Chambre des représentants dans l’exercice de leurs fonctions. Ce que nous considérons aujourd’hui comme la collection historique a été à l’époque en grande partie acheté par les membres du Parlement et les fonctionnaires eux-mêmes, et utilisé comme matériel de travail. Divers exemplaires du début du XIXe siècle étaient visiblement déjà utilisés au greffe à l’époque de la République Batave1. Par exemple, nous conservons des exemplaires des Constitutions de 1798 et 1801 auxquels des feuillets en blanc avait été ajoutés pour la prise de notes et qui sont ainsi pourvues d’annotations. En outre, la bibliothèque contient des centaines de publications uniques dans le domaine des finances publiques et des impôts de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Ce ne sont pas les livres qui font l’enthousiasme d’un bibliophile, mais ces publications sont très importantes pour les recherches sur la phase de transition de la République des Pays-Bas vers la nouvelle démocratie parlementaire après 1815, via l’épisode de la République batave.

Illustration 3: Rapporten en memoriën over de finantiën van Holland, In den Haag, tot ‘sLands Drukkery,1798.

Le cœur de la collection se situe dans la seconde moitié du XIXe siècle. À l’origine, la bibliothèque était gérée par le greffier de la Chambre des représentants. Après la nomination d’un bibliothécaire en 1854, la collection connut une croissance exponentielle. De nombreux livres contemporains furent acquis quand ils étaient considérés comme importants pour le débat politique, mais, dans le même temps, divers volumes et séries plus anciens vinrent compléter la collection. Le bibliothécaire tenta par exemple de rassembler tous les rapports des organes législatifs néerlandais à partir du XVIe siècle, c’est-à-dire les prédécesseurs historiques de la Chambre des représentants. Grâce à l’intervention du ministre de l’Intérieur et de l’archiviste du Royaume, 767 volumes folio contenant des résolutions des États Généraux et des États de Hollande antérieures à 1795 furent ajoutées à la collection. Ceux-ci sont originaires de la famille des Fagel, dont les membres ont occupé de manière ininterrompue pendant cinq générations le poste de greffier des États Généraux, entre 1670 et 1795.

Ces grandes séries de résolutions ont été rendues aux Archives nationales en 1982. Néanmoins, la collection contient encore quelque 2 500 titres datant d’avant 1800, allant de collections de publications gouvernementales à l’histoire nationale, en passant par la philosophie, l’économie, le droit étatique, les journaux et les brochures politiques. L’origine de ces œuvres varie, mais dans de nombreux cas, une provenance indique un lien clair avec le passé parlementaire. Au XIXe siècle, un certain nombre de députés ont ainsi fait don de livres à la bibliothèque. Dans le cas du député quelque peu oublié A.J.W. Farncombe Sanders, c’est même une bibliothèque complète de 800 titres qui a été léguée. En outre, au XIXe siècle, le bibliothécaire achetait régulièrement des livres aux enchères, qui se sont révélées provenir de bibliothèques de politiciens ou de juristes d’État. Bien que cela n’ait jamais été un objectif spécifique de cette politique d’acquisitions, la bibliothèque a de cette manière pris un caractère très lié au monde politique de La Haye.

Illustration 4: Documents des services d’impôts de la deuxième moitié du XVIIIe siècle: Vijfjaarlijkse staten van collectieve middelen over het Zuyder en Noorder Quartier (1750-1806).

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Le livre le plus célèbre de la collection est une première édition de l’ouvrage d’Adam Smith, La richesse des nations (An inquiry into the nature and causes of the wealth of nations, 1776). Il s’agit d’un bel exemplaire en deux volumes pourvus d’une reliure en veau contemporaine, typique du style appelé ‘Cambridge panel binding’. L’exemplaire en soi n’est pas rare mais il a une grande valeur pécuniaire sur le marché des livres anciens. La présence dans l’hémicycle d’un livre extrêmement « cher » d’un auteur célèbre, sans que personne n’en sache rien, a déclenché tout un spectacle médiatique, jusqu’à faire la une des médias néerlandais. Il m’a immédiatement fait comprendre que la valeur symbolique d’un livre au cœur de la démocratie parlementaire néerlandaise est bien plus importante que sa possible valeur scientifique ou historique.

Illustration 5: l’exemplaire de la Richesse des nations conservés dans la bibliothèque.

Je trouve personnellement que d’autres livres de la collection sont bien plus intéressants. Par exemple, les centaines de livres offerts à la Chambre des représentants, avec des dédicaces gracieusement rédigées sur les pages de garde. Prenez ce pamphlet anonyme de 1829, avec la dédicace : « Preuve respectueuse de l’hommage rendu par l’écrivain aux parlementaires néerlandais » (‘Eerbiedig bewijs van hulde aan Nederlandsch volksvertegenwoordigers door den schrijver’). Le petit ouvrage intitulé Een woord tot allen die het wel menen (« Un mot pour tous les hommes de bonne intention ») propose un commentaire sur un article constitutionnel. Nous ne savons toujours pas qui en est l’auteur, mais celui-ci a manifestement fait de son mieux pour offrir son œuvre à la Chambre des représentants avec le plus grand honneur, comme en témoigne la belle reliure de maroquin rouge doré dans laquelle il l’a fait relier.

Illustration 6: Dédicace dans l’ouvrage en woord tot allen die het wel menen.

Un de mes livres préférés est le pamphlet « L’anarchiste pratique » (De practische anarchist, 1909). C’est l’une des milliers de brochures modernes de la collection que l’on s’attendrait à trouver encore dans de nombreuses bibliothèques. Or une telle quête est souvent décevante, car seuls quelques exemplaires de ce pamphlet ont survécu. C’est un curieux ouvrage, écrit et imprimé anonymement bien sûr, et qui était distribué dans la rue. Le contenu est effroyablement radical, avec des instructions détaillées sur la façon de fabriquer des explosifs et un appel à commettre des attentats sur les hommes politiques. On ne sait pas comment le pamphlet s’est retrouvé dans la collection de la Chambre des représentants, mais il donne une très belle image d’une époque où des anarchistes se retrouvaient même élus à la Chambre.

La partie la plus importante de la collection reste bien sûr les Actes. Il existe à présent quelque quatre mille volumes contenant le compte rendu in extenso de tout ce qui a été dit dans les deux Chambres depuis 1815. Il faut ajouter que les volumes de 1815 à 1847 n’ont été reconstitués que plus tard au XIXe siècle sur la base des notes, procès-verbaux et rapports dans le Staatscourant (journal officiel du gouvernement). Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, un tel compte rendu d’une année tenait généralement encore en un ou quelques volumes. Aujourd’hui, une année, y compris toutes les pièces jointes, couvre environ 150 volumes, soit environ six à sept mètres.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Aujourd’hui encore, la bibliothèque de la Chambre des représentants n’est accessible aux chercheurs que de manière limitée. En principe, ils sont censés consulter les collections de la Bibliothèque Royale et les bibliothèques universitaires2 avant de se présenter à la Chambre des représentants. Bien sûr, il est toujours possible de faire des recherches sur demande.

La collection a clairement une empreinte néerlandaise et les estampes anciennes sont entièrement accessibles dans le Short-Title Catalogue, Netherlands (STCN), c’est-à-dire la bibliographie nationale pour les livres « néerlandais » jusqu’en 1801. Grâce au caractère analytique et bibliographique du STCN et aux possibilités qu’il offre pour l’analyse statistique, nous avons pu nous faire une idée de ce que sont, au sens bibliographique, les livres uniques de la collection. Il s’avère qu’environ deux cents titres datant d’avant 1801 ne sont disponibles dans aucune autre bibliothèque néerlandaise. Il s’agit principalement de publications gouvernementales, de règlements, de déclarations fiscales et d’autres documents similaires, mais pour un chercheur, il peut s’agir précisément des documents qui peuvent l’aider dans son projet de recherche.

Bien qu’il n’y ait pas de politique active pour y attirer un public universitaire plus large, la bibliothèque de la Chambre des représentants a la responsabilité d’attirer l’attention des publics potentiellement intéressés sur les collections et les copies spécifiques qui y sont disponibles. Cela ne se limite pas aux estampes anciennes. Il existe également des collections de brochures, d’estampes politiques et de dossiers de coupures de presse sur, par exemple, la Seconde Guerre mondiale et l’indépendance de l’Indonésie.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Il y a encore quelques années, on ne savait guère, en dehors des murs de la Chambre des représentants, que la collection contenait des livres anciens et rares. En raison du changement d’orientation de la bibliothèque, qui est passée du papier au numérique, et d’une rénovation majeure de la Chambre des représentants dans les années 1980, les livres historiques s’étaient retrouvés dispersés dans différentes parties du bâtiment. Des imprimés anciens se trouvaient dans le grenier, dans les archives situées dans les sous-sols et dans les bureaux de divers membres du personnel. L’attention du Service Information et Archives restait centrée sur le soutien du processus parlementaire, et il n’y avait guère de place pour les initiatives dans le domaine de la fonction historique, muséale et éducative du patrimoine.

Cela a beaucoup changé ces dernières années. En 2018, un projet a été lancé pour faire l’inventaire de la collection patrimoniale, la conserver, la cataloguer et, surtout, lui donner un visage. Il a été décidé de transférer les livres rares dans la Salle des Actes, et de rendre visible la collection et la manière dont elle s’inscrit dans l’histoire de la Chambre des représentants. Au premier étage, un mur a été rempli avec les plus belles reliures de cuir et de parchemin des XVIIe et XVIIIe siècles. L’effet visuel d’un tel « mur de prestige » attire à coup sûr l’attention des visiteurs – on peut alors leur expliquer que de nombreux livres s’y trouvant renvoient au premier plan historique de la Chambre : les rapports des organes législatifs de l’époque, les lois proto-constitutionnelles, et bien sûr la philosophie, le droit constitutionnel et l’histoire.

Illustration 8: Le mur de prestige mis en place pour les visites de la bibliothèque.

Dans d’autres endroits de la bibliothèque, nous avons de même mis en place des sous-collections reconnaissables. On y trouve une collection de 4 000 brochures, des boîtes de 6 000 gravures politiques, un mur complet réservé à la collection léguée par un député du XIXe siècle, tandis qu’à un autre endroit, on trouve tous les journaux officiels des anciens territoires d’outre-mer. Toutes ces parties de la collection sont un repère visuel auquel une histoire de la collection, et dans un sens plus large, du passé politique, peut être directement liée.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Dans un environnement où tout est politique ou rendu politique, on doit constamment réfléchir à l’impact et aux différentes dimensions de son travail. Si l’on veut faire restaurer un livre, la question se pose aussitôt de savoir pourquoi il s’est dégradé. Le désherbage de certaines parties de la collection est totalement accepté dans presque toutes les bibliothèques professionnelles, mais dans un contexte politique, le retrait d’un livre « sensible » peut être considéré comme une déclaration politique. Il en va en fait ainsi pour tous les aspects du travail de conservateur : écrire un article, donner une interview, monter une exposition, tout peut être prendre une dimension médiatique démesurée.

Le défi pour un conservateur de la Chambre des représentants est donc de continuer à attirer l’attention du public sur l’importance culturelle d’une collection de livres historiques, tout en gardant à l’esprit d’éventuelles sensibilités politiques. Et bien faire comprendre qu’il ne s’agit pas simplement d’une accumulation de vieux livres, mais d’une collection qui s’est développée au fil du temps, et qui est le miroir de deux siècles d’histoire parlementaire aux Pays-Bas. La collection a reçu une place de choix dans la bibliothèque du XIXe siècle, les anciennes éditions ont été cataloguées, il existe un récit rétrospectif sur l’histoire de la bibliothèque et les médias ont accordé une grande attention à cette dernière.

Dans les années à venir, le bâtiment de la Chambre des représentants va être rénové et l’ensemble de la collection va peut-être devoir être temporairement installé ailleurs. Ce sera un défi de continuer à parler de l’importance de la collection à ce moment-là. Ce défi incombera principalement à mon successeur, car après trois ans, le projet en cours s’achève et je commence un autre projet, dans une autre bibliothèque. C’est à Trinity College, à Dublin, que j’entame la direction d’un projet sur deux ans autour de la bibliothèque de la famille Fagel, un prédécesseur historique de la bibliothèque de la Chambre des représentants. Ainsi, en tant qu’historien du livre et conservateur itinérant, j’ai un grand avantage sur mes collègues qui travaillent en permanence dans une seule bibliothèque : j’ai l’énorme privilège d’apprendre à bien connaître d’autres collections, de les relier entre elles et de les considérer dans un contexte plus large.

  1. Ce régime fut fondé en 1795 et fut en place jusqu’en 1806 ; en théorie indépendant, il était en réalité sous tutelle française []
  2. Ce sont d’abord les bibliothèques universitaires qui détiennent aux Pays-Bas les collections patrimoniales, et non les bibliothèques municipales []

Une réflexion sur « Entretien avec… Alex Alsemgeest, conservateur de la bibliothèque du Parlement néerlandais »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.