‘Crisis or Enlightenment’, compte-rendu d’un colloque sur l’histoire du livre à St Andrews

Pour une douzième année de suite, le mois de juin a vu des historiens du livre se rassembler dans la petite ville universitaire de St Andrews en Écosse. Du 20 au 22 juin, une cinquantaine de chercheurs couronnés et débutants se sont réunis sous l’égide du Universal Short Title Catalogue pour écouter vingt-quatre communications sur la thématique de « Crisis or Enlightenment ? Developments in the Book Trade, 1650-1750 ». L’événement a attiré des participants d’horizons aussi divers que la Colombie et le Danemark, et 16 pays ont été représentés en tout.

Co-organisé par Arthur der Weduwen (St Andrews) et Ann-Marie Hansen (Rennes 2), le colloque fut l’occasion d’esquisser l’état des développements dans le commerce de l’imprimé entre 1650 et 1750, et notamment d’interroger les liens entre les mouvements intellectuels et le marché de l’époque. Les présentateurs firent valoir des évolutions dans la distribution des livres et dans leur collection, dans les modes de censure et les goûts de lecteurs. Furent présentés aussi bien des histoires de banqueroute et de crise comme d’autres d’innovation et de résilience. Ensemble, les différents discours contribuèrent à évoquer la constance de modes établis dans l’édition et la collection et la popularité continue de certains genres d’imprimés. Bien que le monde européen du livre fût marqué par des procédés commerciaux et d’érudition changeants, le marché de l’imprimé autour de 1700 était d’une force suffisante pour surmonter les crises environnantes. En fait, les libraires, imprimeurs et lecteurs maintenaient un goût pour les vieux textes tout autant sinon plus que pour les nouveaux.  

Conférence plénière de Dominique Varry (ENSSIB). (Photo de Nora Epstein)

Deux conférenciers présentèrent les fruits de longues années de recherche : les professeurs Ian Maclean (Oxford) et Dominique Varry (ENSSIB). Ce premier détailla l’effet de l’avènement des journaux savants sur le commerce international via les foires de livres en Allemagne, et ce dernier présenta ses travaux sur l’identification de fausses adresses dans la production lyonnaise du XVIIIe siècle. Pour agrémenter le colloque, une exposition fut montée par des collègues du fonds Special Collections de la bibliothèque universitaire de St Andrews. Répondant aux communications des intervenants, l’exposition fut l’occasion pour tous de consulter le plus ancien imprimé mexicain de la bibliothèque par exemple, ainsi que divers catalogues de ventes aux enchères datant du XVIIe siècle.

Les participants au colloque eurent droit à une exposition privée des Special Collections de la bibliothèque universitaire de Saint Andrews. (Photo de Nora Epstein)
Pour nouer avec les années précédentes, le colloque fut l’occasion de lancer le volume d’actes édité par Shanti Graheli, Buying and Selling: The Business of Books in Early Modern Europe (Brill, 2019) réunissant 24 articles développés à partir du colloque qu’elle organisa en 2015. Les actes de 2016 viennent de paraître dans la même collection sous le titre de Negotiating Conflict and Controversy in the Early Modern Book World, et ceux de cette année sont maintenant en préparation. L’année 2020 sera l’occasion d’un nouveau colloque portant le titre Gender and the Book Trades qui se penchera sur les questions autour du genre dans le commerce du livre et sur l’apport des études de genre pour l’histoire du livre. Pour plus d’informations, l’appel à contributions est dorénavant disponible en ligne.

Les organisateurs tiennent à signaler leur reconnaissance pour l’appui financier de la School of History de l’Université de St Andrews, et du comité Transnational Affairs de la Society for the History of Authorship, Reading and Publishing.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

Entretien avec Jessica Blackwell, bibliothécaire du fonds ancien à l’Université de Waterloo (Canada)

Située à 100 kilomètres au sud-est de Toronto, la bibliothèque Dana Porter se trouve au cœur du campus de l’Université de Waterloo, fondée en 1957. Le profil de sa réserve des livres rares reflète les axes de recherche et d’enseignement choisis par cette université.

Les fonds des « Special Collections & Archives » sont constitués d’environ 80,000 périodiques et livres rares, et de 2,500 mètres linéaires de documents d’archives. La collection trouve son origine dans l’arrivée en 1967 d’un don important du Conseil National des Femmes du Canada. Depuis, l’on a continué à collectionner dans le domaine des études féminines (maintenant élargi pour comprendre les études sur le genre et sur la sexualité). D’autres spécialisations s’y sont rajoutées : histoire locale, théosophie et spiritisme, urbanisme et architecture, ainsi que l’histoire des mathématiques et de l’informatique. Jessica Blackwell est la bibliothécaire au département des Collections spéciales et archives depuis 2014 ; elle nous reçoit pour partager ses connaissances sur l’historique et l’actualité de ces fonds.

La bibliothèque Dana Porter, Université de Waterloo

Quelle est la place du livre rare dans votre institution ?

Les livres rares sont ce qui différencie une bibliothèque comme la nôtre en tant qu’institution de recherche. Ils sont l’élément qui varie d’une collection à l’autre, particulièrement en ces temps d’achats en consortium et d’accès à des bases de données en ligne. Ils représentent aussi une porte d’entrée à l’histoire pour les étudiantes et étudiants. Travailler avec des matériaux anciens et ainsi tenir l’histoire dans leurs mains leur permet de s’approprier la matière d’une manière qui serait impossible s’ils n’avaient accès qu’aux manuels universitaires.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Nos collections spéciales et archives furent fondées grâce à un don important du Conseil National des Femmes du Canada (CNFC) : la « Lady Aberdeen Memorial Library ». L’inspiration en remontait à 1954, lorsque Beatrice Brigden – alors présidente du Comité des arts et lettres du CNFC – eut l’idée de créer une bibliothèque au Canada qui serait comparable à la bibliothèque Fawcett sur l’histoire des femmes au Royaume-Uni.1 Elizabeth Long reprit le projet en 1958 et il fut décidé que la bibliothèque serait nommée en l’honneur de Lady Aberdeen. La collection inclut des documents sur l’histoire des femmes tout autour du monde, écrits dans différentes langues, et pas uniquement sur les femmes du Canada. En 1964, Doris Lewis, la première bibliothécaire en chef de l’Université de Waterloo entama les discussions avec le CNFC pour accueillir la bibliothèque à l’Université de Waterloo. Le don fut officialisé en juin 1967 et le reste appartient à l’histoire ! Les donateurs qui ont fait grandir la collection depuis comptent des membres de la faculté, des personnes étudiant ou ayant étudié à Waterloo et des membres du public qui comprennent l’importance de rendre les documents rares accessibles pour la recherche. Nous sommes reconnaissants à tous ces donateurs et donatrices pour avoir pensé à nous pour la conservation de leurs collections.

Photo d’un défilé de suffragettes (collection Alice Riggs Hunt)

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Il est certain que nos collections portant sur l’histoire des femmes sont remarquables. Nous hébergeons les archives personnelles de femmes telles qu’Elizabeth Smith Shortt (une des premières femmes à avoir obtenu un diplôme de médecine au Canada), des exemplaires de textes qui comptent parmi les premiers écrits sur les droits de la femme, et notre excellente British Women’s Periodical Collection qui comprend plus de 35.000 numéros de magazines féminines britanniques datant d’entre 1893 et 1977.

Comme notre université est connue pour ses programmes en informatique, un autre domaine clé représenté dans nos collections est l’histoire des mathématiques et de l’informatique. Ceci inclut les archives personnelles de Wes Graham, qui est considéré le père de l’informatique à l’Université de Waterloo. En lien avec ce sujet, nous possédons quelques 45 éditions des Éléments de géométrie d’Euclide imprimées entre 1505 et nos jours, qui donnent à voir non seulement l’histoire des mathématiques mais aussi de l’imprimerie et de la pédagogie. 

Euclide, The elements of geometrie, Londres, John Daye, 1570.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Personnellement, mon livre préféré, et que je considère être le noyau de notre collection euclidienne, est la première traduction anglaise des Éléments, imprimée en 1570 (USTC 507133). C’est un ouvrage magnifique à plusieurs égards, notamment pour les diagrammes géométriques qui se déplient pour donner des modèles en trois dimensions.

Du côté de l’histoire locale, nous hébergeons la collection de l’ancien musée Seagram, qui nous a été confié à sa fermeture en 1997. Cette collection contient plus de 1200 volumes portant sur la viticulture, la distillation, le brassage et d’autres industries associées, et donne à voir l’histoire des avancées technologiques dans ce domaine et l’évolution des attitudes par rapport à l’alcool. Pour nommer quelques ouvrages clés de cette collection, je signalerai la traduction italienne du Vinetum de Charles Estienne (USTC 828448), un ouvrage précoce sur la viniculture. D’autres livres anciens remarquables dans cette collection incluent un exemplaire du De secretis remediis aut potius thesaurus de Konrad Gesner (USTC 631518) et le Livre du vigneron et du fabricant du cidre… et autres vins de fruits de Joseph Mauny de Mornay (Paris, A.-L. Pagnerre, 1838).

Le De secretis remediis de la collection Seagram

Un ajout récent au fonds d’études féminines est la collection d’Irene Hancock, qui était impliquée dans le mouvement pour le suffrage des femmes en Grande Bretagne. Sa collection reflète la lutte pour les droits de la femme et les diverses opinions de l’époque. Parmi les femmes représentées dans ce fonds on trouve Ray Strachey, Emily Wilding Davison et Dame Millicent Garrett Fawcett.

Mon fonds préféré est celui de Alice Riggs Hunt, une suffragette et réformatrice sociale de New York. Elle venait d’une longue lignée de réformateurs sociaux : sa mère avait illégalement appris à conduire pour pouvoir rendre visite à des femmes victimes de violence conjugale chez elles, sans que son chauffeur sache ou elle était. Ces idéaux ont été inculqués à Alice Riggs Hunt et elle a passé sa vie à lutter pour la cause des droits de la femme et celle des droits civils aux États-Unis, et à faire campagne pour les enfants. La matérialité de ce fonds est vraiment merveilleuse. De l’écharpe qu’elle arborait en manifestant, au drapeau qu’elle portait et au journal qu’elle tenait lors de la campagne pour le suffrage universel en Virginie Occidentale, ce fonds est un trésor d’objets qui aident ceux et celles qui l’étudient à créer des liens avec le passé. 

Fonds Irene Hancock GA149 f. 49

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds pour la recherche ?

J’enseigne dans le cadre de cours donnés dans divers départements de notre université (histoire, anglais, beaux-arts, arts dramatiques et communication orale, géographie, études féminines…) et même dans des cours de high school (écoles secondaires). Ces séances permettent au public visé d’apprendre à connaître nos collections dans un contexte rassurant, de sorte que lorsqu’un projet de recherche se présente qui pourrait être en lien avec nos collections, ils et elles savent déjà à quoi s’attendre en y arrivant. Je leur montre d’ailleurs toujours l’arrière-boutique : les rayons fermés auxquels l’accès est normalement limité, pour leur permettre d’explorer les étagères de livres. J’adore le regard d’émerveillement sur leur visage quand ils et elles se rendent compte de la possibilité donnée d’interagir avec un objet qui a 500 ans. Je ne crois pas qu’il y ait de meilleure manière pour encourager l’utilisation de livres anciens qu’inspirer cet étonnement.

Vue sur les rayons fermés

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous participons à des événements dans la communauté de Kitchener-Waterloo comme les foires historiques et les journées du patrimoine et nous organisons des événements de type « portes-ouvertes », lors de la Journée internationale des archives par exemple. Nous nous servons par ailleurs des comptes de la bibliothèque sur les médias sociaux (sur Twitter, Facebook et Instagram) pour afficher des contenus et participer à des hashtags populaires tels #throwbackthursday – certaines choses que nous y publions sont de très grands retours en arrière !

Un exemple de canadiana rare

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Je considère que l’une des plus grandes questions pour les bibliothèques, peu importe où l’on se trouve et quelle sorte de collections on détient, est toujours le financement. Si nous n’avons pas les moyens, nous ne pouvons pas fournir les documents ni le personnel spécialisé nécessaire, ce qui veut dire que nous ne pouvons pas appuyer nos étudiants et étudiantes dans leurs recherches. Je considère que le but de mon travail dans une institution de recherche comme l’Université de Waterloo est de les aider à réussir, quelle que soit leur définition de la réussite. Et j’espère que cela les amène à reconnaître la valeur de travailler avec les documents de recherche rares et anciens !

 

  1. Aujourd’hui renommée The Women’s Library, elle se trouve à la London School of Economics and Political Science. []

Corriger, souligner, griffonner: comment mieux comprendre les lectures dans les livres anciens?

Comment lancer une discussion animée dans un groupe de lecteurs avides ? Posez-leur cette question : annotent-ils, annotent-elles leurs livres papier ? Pour avoir fait cette expérience à plusieurs reprises, je vous assure que la question suscitera de vives réactions auprès de vos interlocuteurs et révélera des camps de lecteurs passionnés, de ceux qui sont pour à ceux pour qui il s’agit d’un acte impensable. 

Les nombreuses analyses de livres anciens excessivement annotés qui ont été publiés ces dernières années donnent l’impression qu’un tel débat sur les pratiques de lecture est particulier à notre époque. Elles pourraient faire croire que l’annotation directe était le mode de lecture le plus répandu aux XVIe et XVIIe siècles. Cette interprétation accorde cependant une représentativité trop importante à quelques exemples devenus célèbres de volumes recouverts de commentaires manuscrits écrits dans les marges, entre les lignes, sur les pages de garde… alors qu’il s’agit de cas exceptionnels !

Illustration 1: Un exemple d’imprimé particulièrement annoté

Ces cas sont extraordinaires, du fait de l’identité des lecteurs particuliers qui ont rédigé ces marginalias, des types de lecture qu’ils analysent, ou de l’imprimé spécifique qui sert de support à ces marques. Aussi frappantes qu’elles soient, les lectures aussi enthousiastes que l’étude érudite que Gabriel Harvey fit de son Tite-Live ne sont point communes.1 Elles représentent plutôt un extrême dans la gamme des interactions possibles entre les lecteurs et leurs livres.

L’échelle des interactions de lecteurs s’étend en effet du volume présentant un manque tel d’indications qu’on peut douter qu’il ait jamais été consulté à celui entièrement recouvert de notes. Cela dit, un livre dont les pages n’ont pas encore été coupées est une extrémité de cette gamme d’interactions aussi rare que le volume noirci de notes. La grande majorité des exemplaires de livres de l’époque moderne se retrouve donc quelque part entre les deux bouts de l’échelle. Ma recherche propose de commencer à peupler l’entre-deux avec des cas moins exceptionnels qu’ordinaires, pour que l’historiographie de la lecture vienne refléter la diversité des lectures historiques possibles.2

Lire-interagir-manipuler  

Lire avec une plume à la main pouvait bien être une pratique courante, mais tout livre ainsi lu n’en ressortait pas avec un complément de commentaires manuscrits. L’exemplaire des Sermons de M. Jean Calvin sur le livre de Job imprimé à Genève en 1563 et qui se trouve à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 montre bien que les types d’interactions variaient, autant en fonction de la matière de lecture que de l’individu qui l’abordait.3

L’analyse des traces de lecteurs sur ses pages révèle qu’une personne en a fait une lecture suivie et attentive. Plutôt que des annotations substantives, ce sont des corrections que l’on décèle sur la majorité des pages. Une analyse plus précise du volume et de l’encre révèle que ces corrections n’ont pas été faites sur épreuves d’imprimerie, mais ont été apportées dans l’édition définitive par l’un de ses possesseurs. Les mots amendés sont biffés d’un trait, corrigés dans la marge ; ailleurs, une lettre est superposée à celle erronée ou intercalée à la position nécessaire. Il s’agit globalement de corrections d’erreurs survenues lors de la composition et ayant entraîné des erreurs orthographiques (« subitement » là où on devait lire « subtilement » par exemple, p. 114). Certaines de ces corrections manuscrites correspondent aux erreurs signalées dans la liste d’errata à la fin de l’ouvrage, mais bien d’autres n’avaient pas été relevées dans ce paratexte. Qu’un lecteur les repère nécessitait donc une lecture particulièrement attentive. Par ailleurs, la liste d’errata n’a pas été systématiquement corrigée par le lecteur dans le texte du livre. Les corrections manuscrites ne découlent donc pas d’une simple volonté de perfectionnement du texte sur la base des corrections proposées par l’imprimeur. 

Illustration 3: les annotations sur la p.79 des Sermons

En plus de ces amendements correctifs, l’on repère dans ce même volume des passages qui ont été signalés par traits verticaux, parfois bouclés, dans la marge de la colonne, ou dans la marge extérieure. Non seulement ces passages ont été marqués dans ce qui semble être la même encre que les corrections à proximité, mais le style de ces différentes interactions suggère qu’elles proviennent d’une main du XVIe siècle. Ces traces dateraient donc d’une lecture dans les décennies qui ont suivi sa parution. Qui plus est, cette main se rapproche de celle ayant laissé quatre différentes inscriptions ex libris : une sur la page de titre, deux sur le plat intérieur et une sur le plat avant. D’après ce faisceau de preuves, on peut en conclure que notre lecteur est en fait une lectrice : une dénommée Marguerite Mothey, « veuve de l’esleu [l’élu] Sagnier ».

Illustration 4: détail de la page de titre des Sermons comportant la provenance de Marguerite Mothey

Avec la plume et l’encrier à portée de main, sa lecture se serait faite de manière statique : assise, avec un support mobilier pour stabiliser le poids considérable du volume. D’après les indices qu’elle a laissés dans ce grand in-folio, la lecture que Marguerite Mothey fit des Sermons de Calvin était attentive et réflexive, sans pour autant être une étude érudite.

Des marques de lecture non verbales

Ailleurs dans le même fonds se trouve, relié en parchemin et estampé à chaud, un exemplaire de l’Histoire de Berry publié par Antoine Gryphius à Lyon en 1566.4 Avec des tranches dorées et des lacets en soie verte, ce livre a fait l’objet d’un investissement certain à l’époque de sa parution. Les choix décoratifs qui se lisent au niveau de sa reliure correspondent à la création d’un objet de luxe. Un livre luxueux qui fut néanmoins très utilisé. Bien qu’aucune de ses pages ne porte d’annotation écrite, il est frappant de constater à quel point le livre a fait l’objet d’une lecture intensive. Sur les 200 pages porteuses de texte (excluant donc celles où figurent principalement des images, listes, chronologies ou tables) les trois-quarts portent des marques intentionnelles de lecture. Un niveau d’interaction aussi fort est rarement rencontré dans le corpus étudié. Le style des marques est uniforme du début à la fin et il n’y a pas ici de changement évident de matériaux (encre, plume…). Cela suggère que les marques viennent d’une seule main et que ces interactions datent d’une période de temps limitée.

Illustration 5: un texte particulièrement souligné dans l’Histoire de Berry

Dans le cas de cet exemplaire, les marques de lecture ne servent ni à corriger ou censurer le texte, ni à y ajouter. Le système d’annotation employé sert plutôt à signaler des éléments textuels imprimés, vraisemblablement ceux qui retenaient l’attention du lecteur, ou ceux sur lesquels il pensait vouloir revenir. Le mode principal par lequel le signalement est achevé ici est le soulignement par un simple trait d’encre. Un mot, une phrase ou un passage est ainsi relevé et ressort visuellement de la page. En revanche, à certains moments le niveau de soulignement est tel que l’effet inverse est achevé. Sur quelques pages, chaque ligne a été soigneusement marquée. La régularité est telle que l’aspect manuscrit des ajouts s’estompe et renforce simplement la mise en page de l’imprimé. Devant un soulignement excessif, l’utilisation de codes supplémentaires s’impose alors pour attirer le regard sur certains passages. Ainsi, on trouve à l’occasion dans les marges extérieures des petits « + » marqués dans la même encre. Un niveau de signalement supplémentaire est achevé par des manicules, dont certaines ont été rajoutées au-dessus du « + » qui se trouvait déjà à cet emplacement.

Devant un signalement aussi enthousiaste que régulier, nous ne saurons dire ce que le lecteur anonyme a pu retirer de sa lecture de ce volume. Les traces symboliques qu’ont laissées les lecteurs d’antan ne permettent pas d’interprétation explicite. Devant l’absence de graphèmes manuscrits dans cet exemplaire, les manicules sont la trace de lecteur la plus identifiable et datable à vue d’œil. Il ressort donc de ce cas que le commentaire écrit est loin d’être l’unique signe d’une lecture intensive.

Des livres non annotés et pourtant utilisés

Nombreux sont les exemplaires meublant les rayons de fonds patrimoniaux qui ne portent aucune marque de lecture intentionnelle, même symbolique. Dans les collections de l’Université Rennes 2 par exemple, les volumes non marqués représentent près de 40% des ouvrages du XVIe siècle en langue française que j’ai étudiés. L’absence d’annotations et d’autres traces volontaires d’interactions de lecteurs n’implique cependant pas qu’un livre n’a pas été lu. Dès que l’on tient compte des marques accidentelles – les traces qui s’impriment, s’incrustent, brûlent, ou coulent sur les pages d’un livre au cours de la consultation – il est évident que la lecture historique peut être documentée sans qu’il y ait nécessairement présence de commentaires ou de symboles à l’encre ou à la mine.

Pour rester avec un exemple comparable au précédent – un in-folio sur un sujet historique en langue vernaculaire, également imprimé à Lyon quatre ans plus tôt – on trouve dans la même collection un livre quasiment sans marques intentionnelles. Et pourtant, l’analyse de l’Histoire de Flavius Josèphe traduite par François Bourgoing qui se trouve sous la cote 21433 révèle que le volume a été lu et soumis à une usure non négligeable dans les cent premières années de son existence.5 Une série d’ex libris manuscrits documente trois étapes dans sa vie avant que ne soit inscrit sur la feuille A2r (la page de titre ayant déjà disparu) : « Ce p[rese]nt livre est de la Biblioteq[u]e des Augustins d’Angers et a été donné par Mr. de la Chapelle Cronier le 1.r jour de Decembre 1662 ». De toute évidence, certains ou tous ces possesseurs ont lu le texte, en partie au moins, laissant derrière eux les marques de leurs doigts, que ceux-ci provoquent la souillure ou l’usure. À tel point d’ailleurs que la page de titre ait pu se détacher du reste du livre avant d’arriver dans la collection angevine.

Illustration 7: le début de l’Histoire de Flavius Josèphe avec la page de titre manquante

Les marques accidentelles servent donc à documenter une lecture pour différentes sortes d’imprimés et de lectures. Un ouvrage de référence comme le dictionnaire multilingue de Calepino, qui n’était pas fait pour être lu de manière continue, porte tout de même les indications d’une utilisation grâce aux taches d’encre qui y ont été laissées par différents lectores.6

Ailleurs, la souillure, l’usure de la reliure, des pages pliées ou déchirées, tous ces signes d’utilisation, bien qu’indices partiels, nous parlent de lectures passées et peuvent être croisés avec différents indices matériels pour documenter plus pleinement une histoire de la lecture au XVIe siècle. L’idée que l’annotation serait la seule ou même la meilleure manière de documenter l’histoire de la lecture est dorénavant insuffisante. Afin d’apprécier une diversité de lectures, il est donc nécessaire de tenir compte d’autres modes d’interactions ainsi que la variété des niveaux auxquels elles ont eu lieu.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

  1. Anthony Grafton and Lisa Jardine, “Studied for Action: how Gabriel Harvey read his Livy”, Past and Present 129, (nov. 1990), p. 30-78. []
  2. Cette recherche a été financée par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. []
  3. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 1771, USTC 7071. []
  4. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 20633, USTC 7242 []
  5. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 21433, USTC 19586 []
  6. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 1393, USTC 65617 []

Entretien avec… Dominique Bougé-Grandon (Université Rennes 2)

L’Université de Rennes 2 (Région Bretagne, France) compte plus de 20 000 étudiants. Son Service commun de la documentation (SCD) rassemble dans ses 8 bibliothèques 710 000 documents (livres, thèses, cartes, dvd, cd, …) dont environ 12 000 antérieurs à 1810. Les étudiants, les enseignants et les chercheurs ainsi que toute personne sur justification d’une recherche peuvent venir consulter ces ouvrages dans la salle du fonds ancien tous les après-midis du lundi au vendredi.

Dominique Bougé-Grandon, conservateure au sein du SCD, est chargée de mission pour le fonds ancien et pour l’action culturelle. Responsable de la gestion du fonds ancien elle a pour mission de conserver, de signaler et de mettre en valeur ces ouvrages. Elle répond à nos questions.

Rayonnages dans le fonds ancien (Image de Marc Rapilliard)

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Du fait de la présence de ce fonds ancien, il y a toujours eu, sous la responsabilité d’un conservateur, un accueil des chercheurs. Depuis une quinzaine d’années, une vigilance plus grande est apportée aux conditions climatiques et plus largement aux conditions de conservation.

Aujourd’hui où la vulgarisation scientifique et la politique événementielle font partie des axes forts du plan stratégique de la BU, la responsable est chargée d’une double mission de gestion du fonds ancien et de pilotage de l’action culturelle. C’est donc une opportunité pour développer la valorisation du fonds. Cette action s’appuie sur de nécessaires collaborations avec des enseignants et des chercheurs de l’université et des établissements scientifiques partenaires.

Parallèlement le SCD poursuit l’amélioration du signalement des livres du fonds patrimonial. Nous conduisons une campagne de dépoussiérage. Nous envoyons chaque année une vingtaine d’ouvrages à restaurer chez un restaurateur-spécialiste. Nous consacrons un budget régulier pour l’acquisition de livres anciens en lien avec les points forts du fonds. En 2015, nous avons acquis un exemplaire des très célèbres Emblèmes d’Alciat et en 2016 un exemplaire d’une édition de La Sophonisbe du Trissin, première tragédie classique en langue italienne.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Ce fonds ancien est complémentaire de celui des bibliothèques de l’Université de Rennes 1. En effet les deux SCD formaient jusque dans les années 1990 une même bibliothèque inter-universitaire.

Le cœur en est le « fonds des séminaires » formé de livres imprimés provenant de séminaires, couvents et abbayes de Rennes et d’Angers. Ces ouvrages ont rejoint les collections universitaires au début du XXe siècle du fait des confiscations consécutives à la loi de 1905. Le fonds s’étoffa durant tout le XXe siècle de dons ou de legs d’enseignants, érudits et chercheurs.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Il s’agit essentiellement d’imprimés du XVe au XIXe siècle parmi lesquels on distingue cinq corpus intéressants :

  • les livres du XVIe siècle, grands et moyens formats, en nombre important pour une bibliothèque universitaire de taille moyenne (700 volumes)
  • les ouvrages liés à la Bretagne et aux Pays celtiques dont les plus singuliers ont fait l’objet d’une campagne de numérisation et sont accessibles en ligne.
  • les livres de littérature britannique, en lien avec le théâtre élisabéthain et post-élisabéthain (fonds Albert Feuillerat. Voir ici sa nécrologie dans les Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest). La plupart de ces textes ont été numérisés ailleurs mais les éditions sont rares en France.
  • les livres de controverse religieuse et politique, en particulier ceux liés à la querelle janséniste. Rappelons que l’évêque d’Angers entre 1650 et 1692 est Henri Arnauld, frère du Grand Arnauld et de deux abbesses de Port-Royal.
  • les atlas, livres de géographie, livres de voyages réels ou imaginaires.

Dans la Réserve moderne on trouve aussi des manuscrits d’écrivains et éditions contemporaines.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

À tout seigneur tout honneur ! Citons tout d’abord le Mercator. Il s’agit d’un exemplaire de l’Atlas imprimé de l’Atlas sive Cosmographicæ meditationes defabrica mundi et fabricati figura, ouvrage imposant, protégé par une reliure de vélin avec décor de filets dorés et larges fers. Il s’agit d’une édition de 1619. Les cartes coloriées à la main de cet atlas étaient d’abord parues séparément dès 1585. Après le décès de Mercator en 1594, c’est Josse de Hond (Jodocius Hondius) qui racheta à son petit-fils les planches. Ses éditions complétées de l’atlas connurent un très grand succès.

Nova Europae descriptio Auctore Iodoco Hondio. In Atlas sive Cosmographicae meditationes de fabrica mundi… [1619]. Cote : Fonds ancien 937 (Image de Marc Rapilliard)

Pour passer de l’infiniment grand à l’infiniment petit nous citerons ensuite Il pastor fido de Battista Guarini. Cette édition d’un texte poétique, appartenant au genre pastoral, qui connut un immense succès en Italie et à la cour de France est présentée dans un petit format propre à être porté sur soi. Elle a été imprimée à Tours à un moment où la cour et le roi ont dû quitter Paris tenu par la Ligue.

Double page de l’ouvrage Il pastor fido de Battista Guarini, Battista (1538-1612). Tours, 1592. Cote Fonds ancien : 55337 (Image de Marc Rapilliard)

Pour la réserve moderne, dans la perspective des manifestations du 50e anniversaire de l’Université nous avons acheté cette année un album de plans et de photographies du cabinet d’architecture Louis Arretche. Dans les années 1960, ce cabinet proposa différents projets pour la construction des bâtiments de ce qui allait devenir l’université Rennes 2 sur le campus Villejean.

Photographie maquette. Faculté des lettres et sciences humaines : université de Rennes. Pat G 13 (Image de Thomas Gérard)

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Le signalement des fonds anciens dans le catalogue de la BU et dans le SUDOC n’est pas totalement satisfaisant. Il s’agit de notices issues de la rétroconversion des catalogues sur fiches et le travail de nettoyage ou de reprise de ces notices n’est pas achevé. Différentes collaborations aux bases de données en cours, en particulier pour les livres du XVIe siècle, nous permettent d’avancer sur ce chantier : Editef pour les livres en  italien de la première modernité (1450-1630), USTC grâce au programme Preserving the World’s Rarest Books (ouvrages imprimés en Europe jusqu’en 1650) dont l’université Rennes 2 est partenaire. Un premier contact a été pris avec l’équipe de la base BIBALE qui s’intéresse aux marques de provenance des ouvrages anciens.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Depuis mon arrivée comme responsable du fonds ancien en octobre 2014, nous avons essayé de faire chaque année une exposition « patrimoniale ». Grâce au travail des étudiants du Master MAGEMI (Gestion et mise en valeur des œuvres d’art, des objets ethnographiques et techniques) encadrés par des enseignants d’histoire de l’art et d’histoire nous avons pu présenter en 2016 l’exposition Modernes livres anciens. Une autre collaboration avec le département d’italien nous a permis de préparer l’exposition La primavera del libro. Les italiens et les livres imprimés à la Renaissance en 2017. En avril 2018, l’exposition Rareté et livres rares du XVIe au XXIe siècle – encore le travail d’étudiants encadrés par enseignants et chercheurs – était accompagnée d’un colloque international qui s’est déroulé à la BU les 5-6 avril 2018. Des rencontres et ateliers sont aussi organisés. Dans le cadre des ateliers de la BU les ateliers « Livre en main » ont lieu trois fois par an. Ils permettent une initiation aux secrets des livres anciens de la BU en alternance avec les rencontres du groupe « Autour du livre » qui sont, elles, programmées toutes les semaines. Nous participons aussi au blog Millefeuilles de Bretagne qui regroupe les centres de conservation du patrimoine écrit en Bretagne. Le site des trésors des bibliothèques de l’Enseignement supérieur présente aussi quelques-uns de nos ouvrages.

Un atelier Livre en main (Image de Dominique Bougé-Grandon)

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Dans une bibliothèque universitaire les priorités vont nécessairement vers les fonds et les ressources « contemporaines » plus directement au service des enseignements et de la recherche. Pour nous il s’agit donc de pouvoir conduire en parallèle des opérations liées au signalement et à la conservation du fonds et de veiller à sa valorisation dans une bibliothèque universitaire qui n’a pas une vocation principalement patrimoniale.

À la découverte d’une bibliothèque savante: les collections de l’Académie de Nîmes

Cette semaine, Didier Travier, conservateur au fonds ancien de la bibliothèque municipale de Nîmes, nous emmène à la découverte d’une autre bibliothèque dont il a la charge, celle de l’Académie de Nîmes.

L’Académie de Nîmes créée en 1682 est l’une des plus anciennes académies de province après celles de Caen (1652), Avignon (1658), Arles (1669) et Soissons (1674). Dissoute à la Révolution française, elle est reconstituée en 1802. Elle se réunit depuis 1920 dans un bel hôtel particulier du 16e siècle situé au 16 de la rue Dorée. C’est là, au premier étage, que se trouve sa bibliothèque dont le catalogue informatisé compte un peu plus de 8000 notices.

Une permanence y est assurée les mardis de 14h à 17h et vendredis de 14h à 16h. Les confrères et consœurs ainsi que les chercheurs extérieurs qui en font la demande y sont accueillis par M. Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission de la bibliothèque, et les personnes qui l’épaulent.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Comme ce fut le cas pour beaucoup d’institutions d’Ancien Régime, la bibliothèque de l’Académie de Nîmes, qui s’était considérablement enrichie par la donation des collections de son Secrétaire perpétuel, le botaniste et épigraphiste Jean-François Séguier (1703-1784), a été confisquée au moment de la Révolution française. Le fonds ancien de l’Académie se trouve donc aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Nîmes. La part du livre ancien est en conséquence très faible dans les collections de la bibliothèque reconstituée au 19e siècle : moins de 4% d’ouvrages antérieurs à 1810. Elles se partagent en deux parts égales entre un grand 19e siècle (jusqu’en 1914) et le 20e siècle jusqu’à nos jours (48% chacune). Cela n’empêche pas la présence de quelques pièces anciennes rares comme cet ouvrage de polémique anti protestante, L’Ecriture abandonnée par les ministres de la religion prétendue réformée, publié à Nîmes en 1658 par un magistrat de la ville, Claude de Bane, issu d’une famille protestante mais converti lui-même au catholicisme. Le Catalogue collectif de France n’en recense que deux exemplaires à Avignon et Montpellier.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

L’usage est que les Académiciens remettent à la bibliothèque un exemplaire de chacune des publications auxquelles ils contribuent. C’est là la source régulière d’accroissement des collections. Il n’est pas rare non plus qu’au décès de certains membres, l’Académie reçoive tout ou partie de leur bibliothèque. Ce fut par exemple le cas en 1922 pour celle du commandant Raymond Plantin de Villeperdrix partagée entre l’Académie et le Musée archéologique.

Ex-libris du commandant de Villeperdix sur un exemplaire du Compendio della vita di san Filipo Neri, Forli, 1674, provenant de la bibliothèque familiale.

Enfin, l’une des ressources importantes de la bibliothèque est constituée par les périodiques reçus par échange avec d’autres sociétés savantes. Il y en a actuellement 94.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

A côté de ces publications des sociétés savantes, qui constituent une mine trop peu explorée, et des brochures et ouvrages intéressant l’histoire locale, l’un des points forts de la bibliothèque de l’Académie réside, me semble-t-il, dans ses collections occitanes. Les ouvrages les plus anciens dans ce domaine sont l’édition de 1638 du Ramelet moundi de Pierre Goudelin et Le tableu de la bido del parfet crestia, livre de piété toulousain millésimé 1673, l’édition originale datant de l’année précédente. Mais c’est surtout le mouvement félibréen qui est représenté par plusieurs centaines de titres, provenant notamment de la bibliothèque de Fernand Devize léguée en 1928, elle-même héritière de celle de l’écrivain provençal Baptiste Bonnet (1844-1925), natif de Bellegarde dans le Gard. Parmi les pièces remarquables de cet ensemble, il faut citer les carnets manuscrits du félibre nîmois Louis Roumieux (1829-1894).

Dans le domaine du patrimoine graphique, il convient de signaler, même s’ils n’appartiennent pas à la bibliothèque stricto sensu, la fascinante collection iconographique relative au comte de Chambord réunie par Henry Bauquier, le fondateur du Musée du Vieux-Nîmes, et donnée à l’Académie en 1943, ainsi que le fonds Filleron-Lorin comprenant 44 700 cartes postales anciennes, concernant principalement des édifices religieux.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Voici d’abord un ouvrage emblématique de la culture camarguaise, qui a tant d’importance à Nîmes, ville de la tauromachie

Le Taureau Camargue, publié en 1925 par Jeanne de Flandreysy et Gaston Bouzanquet participe du mouvement d’ « invention » de la Camargue et de promotion des traditions de la « nacioun gardiana » qui s’affirme dans ces années-là autour du marquis de Baroncelli.
Mais pour voir les pièces les plus remarquables, il faut ouvrir les portes de l’armoire de la réserve.

Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission bibliothèque, devant l’armoire de la réserve)

La rarissime pièce ci-dessous (elle n’est connue au Catalogue collectif de France que par les deux exemplaires de la Mazarine) intitulée Histoire admirable d’un faux et supposé mari est une contrefaçon du début du 17e siècle du récit de la fameuse histoire de Martin Guerre.


Parmi les pièces manuscrites, on peut signaler un Cours d’architecture professé entre 1787 et 1792 à l’Ecole des Ponts et Chaussées de Montpellier par Charles Durand, qui, comme ingénieur du département du Gard, jouera un rôle décisif dans les aménagements urbains de Nîmes au début du 19e siècle.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La priorité n°1 est le signalement des collections. Une convention passée en 2001 avec la Ville de Nîmes a permis l’informatisation initiale du fonds. Depuis les nouvelles entrées sont cataloguées par les bibliothécaires de la Ville et intégrées dans un catalogue commun (http://cat-bib.nimes.fr). Dans le même temps, notre archiviste, M. Gabriel Audisio, et son équipe poursuivent un travail important de recensement des archives de l’Académie, qui prend la forme d’un inventaire sous Excel accessible sur le site de l’Académie (https://www.academiedenimes.org). On signalera enfin, dans la même logique d’ouverture, l’opération de numérisation des publications de l’Académie menée avec beaucoup de détermination par le Secrétaire perpétuel, M. Alain Aventurier. Aujourd’hui, l’ensemble des Mémoires est consultable en ligne sur le site de l’Académie. Les Mémoires mais aussi les Bulletins sont par ailleurs accessibles dans Gallica jusqu’en 2006.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Le grand public peut découvrir la bibliothèque à l’occasion des Journées du Patrimoine. L’Académie s’efforce également de s’associer à des opérations de valorisation à l’extérieur de ses murs. Ainsi, l’été dernier, une exposition faisant connaître le fonds de cartes postales a été présentée à la bibliothèque municipale dans le cadre d’un programme plus vaste consacré à la photographie.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Trop peu de places pour stocker les livres, trop peu de public pour les consulter ! Le premier problème est en passe d’être résolu puisque l’aménagement de deux nouvelles pièces va donner à la bibliothèque et aux archives une extension considérable. Le second est plus complexe. Sa résolution suppose, outre l’effort de signalement et de valorisation déjà indiqué, l’établissement de liens plus resserrés avec l’Université, ce qui a commencé à se faire. Des numérisations ciblées, complémentaires de celles de la bibliothèque municipale et conjointes à elles, sont également à programmer pour les fonds les plus spécifiques. Ma position de conservateur du fonds ancien de la bibliothèque municipale et de bibliothécaire de l’Académie facilitera, je l’espère, ces convergences.

Découvrir les collections du «Musée-Bibliothèque» Médard

Lunel, ville moyenne située dans la contrée occitane entre Nîmes et Montpellier, n’est pas un haut lieu de la culture où l’on s’attend à trouver un musée sur le livre et le patrimoine écrit. Le critère premier pour la création de fonds anciens dans les bibliothèques municipales en France est le statut juridique de la ville à l’époque des saisies révolutionnaires et de celles suivant la séparation de l’Église et de l’état en 1905.  Les Préfectures ou Sous-préfectures recevaient les fonds des établissements religieux et des émigrés dans leur circonscription. Or Lunel n’eut jamais ce statut, on lui préféra alors Béziers et Lodève pour la redistribution des collections. Il est d’autant plus surprenant donc d’y découvrir un centre d’interprétation de qualité remarquable, tel que je l’ai trouvé au Musée Médard lorsque j’y ai rencontré son conservateur Claudio Galleri pour la fin de l’exposition « Savantes Lumières – Louis Médard et l’aventure du XVIIIe siècle ».

Depuis la fin 2013, l’ancien hôtel de ville reçoit des visiteurs dans des locaux entièrement rénovés, autour d’expositions mettant en valeur des thématiques transversales à travers la collection jadis léguée par ce Médard. Galleri y a pris la barre en 2015 et a veillé sur le développement du projet pour lui valoir l’attribution du statut « Musée de France » en 2017. Il s’agit là de la confirmation de l’ouverture et du partage patrimonial qui est l’esprit originel et actuel de la collection Médard.

L’entrée du Musée Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Natif de Lunel, Louis Médard (1768-1841) fit fortune comme marchand de tissus, notamment ces tissus imprimés dits indiennes si populaires à l’époque. Bibliophile dès un jeune âge, il amassa avec l’aide d’un réseau de contacts à Paris une collection d’imprimés anciens et contemporains qu’il fit relier par les plus grands noms de son époque. Rassemblés dans son cabinet de lecture à Montpellier, les 3107 œuvres bénéficièrent à sa retraite de l’élaboration d’un catalogue détaillé qui est encore conservé. C’est ce qui nous permet aujourd’hui de visiter au premier étage une reconstitution fidèle de la bibliothèque de Médard, les livres arrangés suivant l’ordre du collectionneur, qui adoptait le système des libraires de Paris. Les tranches maroquines diversement colorées et dorées y brillent et appellent à la consultation à travers les vitres des meubles originaux. On s’imagine que l’effet était voulu par le donataire lorsqu’il légua le tout à la municipalité, précisant que sa collection soit mise à la disposition de tous, notamment des collégiens, pour qu’ils bénéficient d’une bibliothèque comme il ne l’avait pu à cet âge.

La bibliothèque de Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Quelques 800 fiches explicatives calligraphiées par les secrétaires de Médard témoignent du soin avec lequel ces éditions ont été choisies. Inspiré par une formation humaniste, il s’est entouré de monuments littéraires et typographiques, avec une préférence pour les œuvres d’histoire et des belles-lettres. Depuis le transfert de la donation à Lunel en 1858, d’autres collections s’y sont ajoutées. Aujourd’hui les quelques 5000 livres de ce fonds comptent huit manuscrits médiévaux, deux incunables et de nombreux imprimés de chaque siècle du XVIe au XIXe siècle. Il s’agit par ailleurs d’une collection vivante, à laquelle on cherche à ajouter suivant sa logique interne (des titres que Médard souhaitait acquérir, par exemple) et le projet scientifique du musée (notamment ce qui a rapport aux arts et métiers du livre).

Une page du “Grand catalogue” de Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Dans cette logique, le musée a fait l’acquisition il y a quelques années de 96 fers de reliure de l’illustre atelier parisien de René et Alphonse Simier. Comme quelque 400 volumes de la bibliothèque Médard furent jadis reliés par la maison Simier, certaines de ces reliures de luxe peuvent maintenant être associées aux outils précis qui les ont marquées. La provenance des reliures est signalée dans le catalogue en ligne, valorisant à nouveau l’investissement original du collecteur. Car à part 150 volumes dont Médard préféra préserver la reliure d’origine, il fit relier la très grande majorité de ses acquisitions par les grands artisans parisiens et montpelliérains de la première moitié du XIXe siècle. Ces reliures sont parmi les éléments systématiquement numérisés par le musée et mis à la disposition du public à travers le catalogue. Ainsi sont célébrés la matérialité et l’historique des exemplaires, qui font la force particulière de ce fonds.

Suivant cette même philosophie, il est aisé d’identifier quels ouvrages de Médard ont été documentés dans ses différents catalogues, révélant la logique interne de la collection à différentes époques, et évoquant des sous-collections particulières. Dans cette perspective, l’on note la présence d’un « Petit catalogue », qui documente les 143 livres de Médard qui figuraient alors sur l’Index. Physiquement, ces volumes étaient regroupés à l’abri du regard innocent derrière les portes en bois du meuble qui trône encore aujourd’hui dans son cabinet.

Si les ouvrages théologiques sont bien représentés dans cet « enfer », la collection plus large est fortement dominée par l’intérêt de Médard pour les belles-lettres (qui représentent 50% des titres) et l’histoire (environ 30% du total). De grands auteurs du siècle des Lumières y sont représentés, comme les auteurs antiques que cet amateur de Virgile appréciait particulièrement. L’on trouve donc dans cette collection le reflet des loisirs d’un bibliophile nanti et non pas le cabinet de travail d’un négociant. Les intérêts régionaux sont ainsi moins représentés chez Médard que des réflexions philosophiques d’envergure cosmopolite. Les fonds qui se sont rajoutés à la collection de Lunel depuis viennent équilibrer cette répartition. Par ailleurs, les collaborations du Musée Médard avec d’autres institutions font finalement valoir l’apport de ses richesses à la culture de la région et les situent dans le paysage patrimonial plus large.

Avec le programme culturel annoncé pour 2018/2019, nous attendons deux belles expositions à Lunel : à partir du 24 octobre, « Pop-up! Histoires et éclats du livre animé », suivie au mois d’avril par « Feuilles et merveilles. L’univers des papiers décorés ». La consultation sur place des ouvrages et du centre de documentation est possible sur rendez-vous. Le site du musée et son catalogue en ligne, illustré par les nombreuses numérisations effectuées à ce jour, peuvent motiver à prévoir un déplacement prochainement.

La façade du Musée Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

* Pour une explication détaillée de l’historique et de l’avenir du la collection Médard, l’on attendra le texte de Claudio Galleri, « Le fonds Louis Médard à Lunel et sa transmission patrimoniale : de la bibliothèque au musée », dans La fabrique du patrimoine écrit: objets, acteurs, usages sociaux, Presses de l’ENSSIB et Éditions des Cendres, 2018, à paraître.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2