Un exemplaire de présentation à Louis XV d’un atlas néerlandais, ou l’art d’accommoder les restes

Au-delà de la complexe question de la présence de l’image dans le livre, il est, dès l’Ancien régime, des ouvrages qui sont essentiellement composés de matériaux visuels. Si cela vient brouiller les traditionnelles catégories éditoriales et auctoriales (qui est l’auteur ?…), cela ne signifie pas qu’ils manquent d’un propos – les images, surtout mises en série, peuvent dire quelque chose, même si la part d’interprétation laissée au lecteur est plus grande.

Produire des images est, par ailleurs, plus compliqué en pratique qu’aligner ou imprimer des mots. Une image coûte cher à créer, ce qui vient poser la question du modèle économique d’une telle entreprise. Chaque entreprise éditoriale va ainsi pratiquement être un cas particulier, organisé en fonction de contraintes et d’opportunités toujours différentes. Certaines de ces opérations sont pourtant particulièrement originales, à la fois par rapport à la logique interne de l’ouvrage et dans l’usage qui est fait de l’image… à tel point que, en face d’un exemplaire particulier, le lecteur n’est pas toujours sûr de bien comprendre ce qu’il a sous les yeux.

Nous nous proposons ici de présenter un tel ouvrage, particulièrement complexe dans son usage de l’image et son statut éditorial : Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces, dans un exemplaire remarquable, conservé à la BnF (Estampes, Ve-7-fol.) : celui offert par l’imprimeur-libraire au roi Louis XV. 

Remise en contexte : La Galerie agréable du monde

La Galerie agréable du monde est une entreprise qui a marqué l’histoire du livre géographique et le rapport aux autres pays.

Le libraire néerlandais Pieter/Pierre Van Der Aa (1659-1733), décide de regrouper par lieu un grand nombre d’estampes dont il possède les plaques ou des tirages, afin de proposer une sorte d’état du monde en 66 volumes, et plus de 3000 images. Il y inclut à la fois des cartes géographiques, permettant de prendre acte des espaces, et des vues de paysages et de villes afin de faire voir les principaux bâtiments et les curiosités des lieux en question.

Le titre complet est à cet égard intéressant, car il résume à lui tout seul toute l’ambition de ce gigantesque projet : La Galerie agreable du Monde, où l’on voit en un grand nombre de cartes tres exactes et de belles tailles-douces, les principaux empires, roïaumes, republiques, provinces, villes, bourgs et forteresses : avec leur situation, et ce qu’elles ont de plus remarqueable ; les iles, côtes, riviéres, ports de mer, et autres lieux considerables de l’ancienne et nouvelle géographie ; les antiquités, les abbaies, églises, academies, colléges, bibliotheques, palais, et autres édifices tant publics que particuliers, comme aussi les maisons de campagne, les habillemens et mœurs des peuples, leur religion, les jeux, les fêtes, les ceremonies, les pompes et les magnificences ; item, les animaux, arbres, plantes, fleurs, quelques temples et idoles des paiens et autres raretez dignes d’être vues.

Illustration 1: La Galerie agréable du monde, page de titre. BnF, Estampes, Vx-51-Pet. Fol.

Ce projet a été mené à la fin de la vie de l’imprimeur, dans la décennie 1720. Il paraît donc à peu près en même temps que le célèbre Traité des cérémonies religieuses de toutes les nations, avec les estampes de Bernard Picart, ouvrage qui contribue à faire évoluer les esprits en mettant sur le même plan, sans les juger, toutes les religions du monde. Sans être aussi important pour l’histoire des idées, le recueil de Van Der Aa contribue à proposer une vision renouvelée du monde, moins centrée sur l’Europe, plus diverse, et donc à valoriser un certain relativisme culturel.

De ces soixante-six volumes, six sont dédiés à la France (vol. 4 à 9 de la Galerie agréable du monde). Ils sont extrêmement difficiles à appréhender quant à leur contenu, car ce dernier est d’une immense variété : ils comprennent grosso modo tout ce que Van Der Aa a pu rassembler de planches pouvant rentrer dans un cadre de classement géographique.

Ce cadre est classique – on retrouve d’ailleurs une approche très similaire dans le classement des fonds du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale mis en place par Joly à la fin du XVIIIe siècle (série Va). Il est fondé sur les provinces, proposant d’abord des cartes pour situer les lieux, puis des vues qui permettent de zoomer sur des éléments remarquables.

Après des cartes générales du royaume de France, on trouvera donc des cartes et des vues de Paris, puis de l’Île de France (Versailles, Fontainebleau…), l’Orléanais, le Nivernais, le Berry, le Poitou, le Lyonnais, le Bourbonnais, la Bretagne, la Normandie, la Picardie, la Guyenne et Gascogne, le Languedoc, la Provence, le Dauphiné, la Bourgogne, la Champagne et la Lorraine. Le nombre d’images varie du simple au décuple selon les provinces – et Paris, Versailles ou Fontainebleau sont déjà représentés par plus d’estampes que plusieurs provinces importantes.

Illustration 2: La Galerie agréable du monde, une vue de Versailles, avec passe-partout de Pieter Van Der Aa. BnF, Estampes, Vx-51-Pet. Fol.

On y trouve des plaques issues des pays représentés (de nombreuses vues d’Israël Silvestre ou de Pérelle pour la France, par exemple… bien qu’elles aient alors près d’un siècle) et d’autres rachetées lors de la vente de fonds néerlandais. Parmi ces travaux antérieurs, ceux de Carel Allard (1648-1709) sont particulièrement bien représentés. En fait, son Orbis habitabilis oppida et vestitus, qui avait déjà une ambition semblable à celle de Van Der Aa à la fin du siècle précédent, est complètement intégré dans ce nouveau projet. On ne cherche pas de cohérence stylistique ni intellectuelle, et on place côte à côte des représentations récentes et d’autres largement dépassées ou obsolètes.

Une cohérence formelle est toutefois donnée par une mise en page unifiée, notamment pour les planches de petit format. La plupart des planches sont en effet tirées incluses dans un passe-partout gravé, pour des raisons purement esthétiques. Ce passe-partout a été commandé spécialement par Pierre Van Der Aa, qui indique son nom, celui de la ville de Leyde, et le privilège, réel ou supposé, dont il jouit. Tout est ainsi prévu pour agréablement mettre en page une unique grande estampe, ou plusieurs petites, avec des passe-partout conçus pour deux, trois ou quatre pièces. Cela signifie aussi que ces tirages ne constituent – dans la plupart des cas – pas un état supplémentaire des estampes, mais uniquement une émission particulière qui les joint à un cadre gravé et leur donne donc une forme originale.

Illustration 3: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 2 estampes. BnF, Estampes, Vx-56-Pet. Fol.
Illustration 4: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 3 estampes. BnF, Estampes, Vx-52-Pet. Fol.

Sur la page de titre de notre exemplaire, Van Der Aa dit avoir « recueilli et mis en forme cet ouvrage, lequel il donne au public dans une forme commode ». C’est tout-à-fait le cas : le travail est réel mais se rapproche de celui d’un éditeur scientifique ou du directeur d’une publication collective, qui compose son ouvrage à partir de fragments préexistants. Il crée de l’originalité par le nombre, les choix, les rapprochements. Le contexte, les liens, la mise en série viennent proposer un discours nouveau qui n’existait pas forcément dans chacune des pièces prises individuellement.

Illustration 5: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 4 estampes. BnF, Estampes, Vx-55-Pet. Fol.

Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces

Ce n’est cependant pas de la Galerie agréable du monde qu’il est ici question, mais bien d’un ouvrage en deux volumes intitulé Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces où on voit les principales villes, à plain ou de profil, leur situation et ce qu’elles ont de plus remarquable.

Qu’avons-nous donc sous les yeux et de quoi s’agit-il ? Sont en fait rassemblées en deux volumes de nombreuses planches qui constituent les six volumes de la Galerie. Toutes n’y sont pas, mais l’essentiel est bien présent et les planches sont présentées dans le même ordre (toutes les planches dont nous montrons ici une reproduction sont présentes dans l’ouvrage). Les tirages sont en tous points semblables : même la page de titre, tirée en rouge, apparaît déjà dans la Galerie. Le Roiaume de France est un best of de la Galerie.

L’exemplaire du département des Estampes de la BnF (Ve-7-Fol et Ve-7 (a)-Fol) dont il est ici question constitue l’exemplaire de présentation au roi Louis XV – nous pouvons donc savoir comment l’imprimeur-libraire considérait lui-même ce travail. Une lettre autographe de Pierre Van der Aa accompagne en effet l’exemplaire, afin de supplier le souverain de bien vouloir accepter le présent, présenté comme « des vues de France ». On y apprend au passage que l’imprimeur-libraire a joint au cadeau deux volumes de portraits des hommes illustres, apparemment dédiés au Régent Philippe d’Orléans. Ces deux volumes ont d’abord été conservés à Versailles puis réintégrés dans la Bibliothèque royale, passant alors au Cabinet des estampes, le 27 août 1746.

Illustration 6: Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces : lettre de présentation autographe de Pieter Van Der Aa à Louis XV. BnF, Estampes, Ve-7- Fol.

À quoi sert cet extrait ? On aurait pu penser qu’il ne s’agisse QUE d’un exemplaire de présentation, destiné à acheter les bonnes grâces du roi de France (et dont on aurait pu trouver l’équivalent pour d’autres pays dans leurs bibliothèques respectives). Il ne semble toutefois pas que ce soit le cas. J’ai en tout cas pu en localiser deux autres exemplaires aux États-Unis (University of Virginia Library (DC20 .A11 1720) et University of Texas at Austin Library (Harry Ransom Center Book Collection -Q- 912.44 Aa11r)). On sait aussi par son catalogue de vente (1766) que Charles de Saint-Albin (1698-1764), bâtard du Régent et archevêque de Cambrai, en possédait les deux volumes.

Il semble donc que soit déjà prévue, dès l’origine du projet, la possibilité de proposer à la vente des extraits de cette énorme collection de soixante-six volumes, afin de les vendre à un public qui a des intérêts plus réduits, ou du moins plus centrés sur un espace géographique précis. La distinction entre les deux ouvrages n’est pas tant formelle que liée à un modèle économique : Van Der Aa pense qu’il existe une clientèle intéressée par ces deux forts volumes, qui n’aurait pas acheté l’ensemble des volumes sur le monde, et auraient trouvé trop chers ou mal pratiques les six fins volumes sur la France qui se trouvent parmi les soixante-six.

Le tout est bien mis en ordre aux Provinces-Unies : les pages de garde possèdent un filigrane aux armes de la ville d’Amsterdam surmontant les initiales LVG (= L. Van Gerrevink) et, en face, le nom I. VILLEDARY – famille de papetiers du Sud-Ouest de la France dont certains membres sont attestés aux Provinces-Unies (Gueldre…) depuis la fin du XVIIe siècle. C’est certainement aussi Van Der Aa qui fait relier les volumes – le veau écaillé à décor doré étant original, et se retrouvant au moins sur l’exemplaire BnF et sur celui de Saint-Albin.

Illustration 7: reliure de l’exemplaire de la BnF.

L’étude de cet exemplaire permet de confirmer que cette « réduction » de la Galerie n’est pas le fait d’un collectionneur qui aurait constitué son propre exemplaire, relié selon ses intérêts et ses goûts mais une véritable stratégie commerciale de Pieter Van Der Aa lui-même.

Ayant compris de quoi il s’agit, reste encore à savoir comment décrire un ouvrage tel que ce Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces. Il est uniquement constitué d’estampes de remploi – on n’y trouve rien d’original. Pourtant, c’est la mise en forme, l’ordre, les choix effectués qui en font une œuvre originale… qui est alors autant celle de son éditeur (scientifique ?) que des graveurs, qui, eux, n’auront jamais su que leurs estampes seraient utilisées de la sorte. Une seconde couche de complexité vient de son caractère de digeste : est-ce un ouvrage à part entière ou un extrait de la Galerie du monde ? Comment faut-il le lire, le considérer, le cataloguer ? Questions sans réponses définitives, qui viennent montrer toute la difficulté d’emploi de mots tels que « livres », « recueils », « albums », « atlas ». La réalité de la pratique bannit la croyance en une simplicité bibliographique et vient complexifier notre désir d’évidences.

Rémi Mathis, BnF

Entretien avec Fabien Vandermarcq, conservateur à la bibliothèque de Port-Royal

La Bibliothèque de Port-Royal est installée à Paris, au 169 rue Saint-Jacques depuis 1858. Elle est née de la réunion de plusieurs fonds dont les trois principaux sont le fonds « Port-Royal », le fonds « Le Paige » et le fonds « Grégoire ». Il s’agit de fonds patrimoniaux touchant à l’histoire religieuse, culturelle, juridique et politique de la France et de l’Europe.

La bibliothèque compte environ 35 000 volumes, et près de 185 000 pièces. Elle appartient à une association, la Société de Port-Royal. Celle-ci est la lointaine héritière d’une caisse d’entraide clandestine fondée à la fin du XVIIe siècle pour secourir les jansénistes persécutés. Pour cette raison, la bibliothèque a longtemps été clandestine ou semi clandestine et, aujourd’hui encore, rien ne permet de deviner sa présence lorsque l’on passe devant.

Illustration 1: derrière une façade d’immeuble parisien se cache la bibliothèque de Port-Royal

La Société de Port-Royal a abandonné tout militantisme religieux et se consacre désormais à la mise en valeur de son patrimoine. Ceci s’est traduit par l’embauche de deux conservateurs il y a une vingtaine d’années. Aujourd’hui, la bibliothèque dispose d’un catalogue en ligne comptant près de 60 000 notices. La structure et ses conservateurs sont présents dans plusieurs réseaux de bibliothèques (ABCF, ABF, Beth, Bibliopat, CFIBD, IFLA). Parallèlement, l’association a longtemps été propriétaire des ruines de l’abbaye de Port-Royal des Champs mais elle en a fait don à l’État en 2004 et se concentre désormais exclusivement sur la bibliothèque.

Les grands chantiers à venir sont celui du déménagement qui devrait intervenir l’an prochain (la bibliothèque reste rue Saint-Jacques mais descend au rez-de-chaussée par souci de sécurité et d’accessibilité) et la numérisation sur laquelle une réflexion a été engagée depuis plusieurs années.

Les conservateurs, Valérie Guittienne-Mürger et Fabien Vandermarcq, tous deux historiens de formation, sont nés en 1968. Ils ont été formés au livre ancien par Isabelle d’Hoop, ancienne directrice de la Formation continue à l’EBD (Institut catholique de Paris) et membre de la Société de Port-Royal. Depuis qu’ils travaillent à la bibliothèque, Ils ont continué à se former à la bibliothéconomie et ont poursuivi leurs travaux de recherches historiques.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Elle est centrale. Entre la moitié et les deux tiers des documents sont antérieurs au XIXe siècle. Il ne s’agit pas uniquement de livres anciens mais aussi de fonds d’archives ou d’estampes. Au XXe siècle, notre prédécesseur, André Gazier, a considéré que la bibliothèque était pleine (ce qui était vrai) et a refusé tout don pour se consacrer quasi exclusivement à la conservation des livres anciens. Nous avons abandonné cette perspective en considérant qu’une bibliothèque qui ne s’enrichit pas est une bibliothèque qui meurt. Nous ne nous consacrons donc pas exclusivement au livre ancien mais sa place reste centrale.

Illustration 2: vue de la bibliothèque
Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Le fonds Port-Royal a initialement été constitué de copies des archives de l’abbaye, réalisées à l’époque de sa destruction. Deux jeux de copies ont vu le jour. Les manuscrits Joncoux ont été remis à l’abbaye Saint-Germain des Prés et, par le jeu des confiscations révolutionnaires, sont arrivés à la BnF.

  • Les manuscrits Théméricourt sont restés dans des mains privées jusqu’à constituer le premier noyau de notre fonds Port-Royal. Ce fonds s’est ensuite enrichi de toute la production mémorielle publiée au XVIIIe siècle puis de toute publication ultérieure autour des questions de Port-Royal et du jansénisme.
  • Le fonds Le Paige est la bibliothèque de travail d’un avocat érudit, janséniste militant, qui fut une cheville ouvrière de la lutte des parlements contre la monarchie absolue au XVIIIe siècle.
  • Le fonds Grégoire accueille un tiers de la bibliothèque de l’abbé Grégoire, personnage de premier plan de la période révolutionnaire (les deux autres tiers sont à l’Arsenal et dans la famille Carnot) ainsi que les archives de sa correspondance. Le choix a été fait au XIXe siècle de l’enrichir avec toute publication concernant la Révolution et, en particulier, ses aspects religieux.

La Bibliothèque accueille également d’autres fonds, soit constitués autour d’une thématique ou d’un personnage au fil des acquisitions (Biographies, Correspondances, Blaise Pascal…), soit provenant d’une personne, généralement à la suite d’un legs (Fourquevaux, Cognet, Patourel…). Elle accueille également en dépôt les archives de la Société des Amis de Port-Royal (société savante à ne pas confondre avec la Société de Port-Royal) et de l’Église Vieille-catholique de France.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Dans les trois fonds principaux, on trouve bon nombre de recueils factices. Ceux-ci comportent imprimés, manuscrits et parfois estampes. Le plus emblématique, dans ce domaine, est le fonds Le Paige qui compte près de 300 recueils contenant en moyenne 200 pièces chacun (le catalogage pièce par pièce de ces quelque 60 000 documents reste à faire).

Une particularité de la Bibliothèque de Port-Royal est la place donnée au manuscrit et, en particulier, à la copie. De nombreux textes sont copiés, recopiés, parfois même après avoir fait l’objet d’une impression. Dans les milieux jansénistes, la copie était vécue comme un acte de piété (perçu comme s’inscrivant dans la tradition bénédictine) et l’on retrouve cette démarche jusque dans les derniers petits fonds liés à certaines communautés jansénistes tardives dont la bibliothèque a fait l’acquisition au cours des dernières années.

Pouvez-vous nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

  • On peut évoquer l’Augustinus, ouvrage de Cornelius Jansenius qui fut à l’origine de la querelle janséniste. La Bibliothèque de Port-Royal en possède une première édition.
  • Le « Recueil Silvy » est un recueil de pièces manuscrites originales liées à Port-Royal. Constitué au XIXe siècle, les pièces qu’il contient ont été restaurées voilà quelques années et reconditionnées en boites de conservation.
  • La bibliothèque possède, à l’intérieur d’un recueil Le Paige, un jeu complet des premières éditions des Provinciales de Pascal.
  • La Vérité des miracles est un ouvrage écrit par le parlementaire Louis Basile Carré de Montgeron en faveur des convulsionnaires de Saint-Médard, mouvement collectif qui marqua la première moitié du XVIIIe siècle et qui inquiéta beaucoup les autorités. Carré de Montgeron attendit le roi dans les couloirs de Versailles et lui en offrit un exemplaire (ce qui lui valut d’être embastillé). La bibliothèque possède cet exemplaire.

Illustrations 3 et 4: vues des gravures de Restout et Carré de Montgeron aux armes du roi
  • Pour la période révolutionnaire, outre un nombre important de brochures parfois rarissimes, la Bibliothèque de Port-Royal détient les réponses à la grande enquête sur les patois que lança l’abbé Grégoire qui fut à l’origine de la politique de la langue menée par le pouvoir jacobin. C’est un ensemble de réponses manuscrites décrivant la situation linguistique dans les différentes régions de France et parfois accompagnées de pièces imprimées en langues locales. Le tout constitue deux recueils.

Illustration 5: Texte en occitan dans l’enquête de l’abbé Grégoire
Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La typologie de nos lecteurs a changé au cours de ces dernières années. Nous avions autrefois deux grandes filières : les études littéraires autour de Pascal et du XVIIe siècle et les études historiques centrées sur le phénomène janséniste au XVIIIe siècle et sur la période révolutionnaire. Les chercheurs travaillant sur les questions littéraires venaient bien souvent de la Sorbonne et, dans une moindre mesure, d’autres universités françaises comme Clermont-Ferrand ou japonaises. Les historiens venaient d’universités plus diverses (avec toutefois une importante représentation des Anglais pour la période révolutionnaire). Au cours des années 2000, les universités de Nanterre et de Villetaneuse ont joué un rôle moteur en nous envoyant de nombreux étudiants. Généralement, nous avions quelques professeurs habitués de la bibliothèque qui nous envoyaient leurs étudiants.

Au cours des dix dernières années, la situation a considérablement changé : chez les historiens comme chez les littéraires, le flot des étudiants s’est presque totalement tari. Les raisons peuvent être conjoncturelles (départs en retraite de professeurs, baisse du yen) mais aussi plus profondes (crise des vocations chez les modernistes, réticences à se déplacer, “effet Gallica”).

Grâce à une amélioration de notre visibilité (catalogue en ligne, réseaux sociaux, CCFr), nous n’avons pas perdu de lecteurs mais leur profil a changé. Il s’agit d’un public beaucoup plus divers (économistes, historiens de l’art, historiens de la médecine, philosophes, historiens du droit, musicologues, etc.) et volatile qui découvre l’existence de tel ou tel document susceptible d’être intéressant et qui vient le consulter chez nous mais qui revient rarement ensuite. Nous accueillons aussi de plus en plus de lecteurs étudiants souhaitant simplement un lieu d’accueil qui ne soit pas surchargé, offrant un accès facile à la WiFi et aux usuels.

Nous sommes naturellement ouverts aux initiatives de coopération. Un projet de recherche en histoire de la médecine et des mentalités a d’ailleurs été lancé cette année avec l’université de Lausanne, le Fonds national de recherche scientifique (Suisse) et l’EHESS autour du phénomène convulsionnaire. A terme, nous souhaitons développer les études d’anthropologie historique et d’histoire contemporaine autour des communautés jansénistes tardives qui ont fleuri aux XIXe et XXe siècles.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Tout d’abord, nous communiquons via les réseaux sociaux et tentons d’animer une communauté autour de la bibliothèque. Nous sommes présents sur Facebook (depuis 2010) et Twitter (2015). Cela permet d’animer une communauté autour de la bibliothèque et d’entrer en contact avec des chercheurs dont certains ne se sont jamais déplacés à Paris pour nous voir. Avec la numérisation en perspective, nous nous percevons de plus en plus comme le centre d’une communauté n’impliquant pas forcément de présence physique.

Nous travaillons également avec des universités pour attirer un public jeune. Nous avons été associés dès le départ à la mise en place du “séminaire janséniste” organisé conjointement par les universités de Nanterre et de Villetaneuse en 1998. Ensuite, nous avons été actifs sur le séminaire d’histoire moderne de Nanterre et Valérie Guittienne-Mürger a été jury de nombreuses soutenances de master. Ces collaborations sont devenues moins intenses avec le départ en retraite de Monique Cottret et Marie-José Michel. Nous gardons toutefois des liens avec Nanterre, notamment dans le cadre d’un séminaire organisé conjointement avec Paris VIII autour de la notion d’appel comme d’abus. Si nous n’avons plus accueilli de séance de séminaire depuis une dizaine d’années, nous hébergeons régulièrement des réunions préparatoires et, parfois, des soutenances de master. Récemment, nous avons été associés à la réactivation du centre international Blaise Pascal de l’université de Clermont-Ferrand et nous sommes en contact étroit avec l’université de Catane dont le département de philosophie est très spécialisé sur Blaise Pascal. Cette université nous a d’ailleurs envoyé une stagiaire Erasmus pendant 3 mois en 2017.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Nous manquons malheureusement de moyens humains pour travailler dans plusieurs directions en même temps. Pourtant le besoin d’une refonte du site web est criant (elle est en cours mais cela n’avance pas assez vite), de même pour la numérisation de nos documents. Il n’y a pas encore de document numérisé en ligne, hormis notre base Scriptae servant à l’identification des écritures autographes. Nous avons échangé avec plusieurs bibliothèques pour élaborer ce projet. Dans un premier temps, trois axes ont été définis :

  • Les manuscrits du fonds Port-Royal
  • Les estampes (en collaboration avec le musée national de Port-Royal des Champs)
  • Les documents autour de la bulle Unigenitus. C’était initialement un projet de collaboration avec la Bibliothèque Mazarine et le département des fonds anciens de la bibliothèque de la Catholic University of America (Washington DC) qui accueille le fonds Albani mais, suite à une restructuration et au départ de la responsable du département, ce dernier contact s’est perdu.

L’option vers laquelle nous nous tournons est une externalisation des prises de clichés : de toute façon, nous n’avons pas la place pour accueillir un scanner. Pour ce qui est de l’encodage, le débat n’est pas clos. Notre fonds étant très spécialisé, le risque d’erreur est important si nous externalisons l’enrichissement des métadonnées en passant par une structure dont les acteurs ne sont pas forcément familiers avec nos spécificités. Toutefois nous ne pouvons estimer actuellement si nous avons les moyens, en termes de disponibilité, de réaliser l’encodage en interne. Le langage utilisé pour ce dernier devra de toute façon permettre une interopérabilité avec la BnF.

Pour autant, notre plus grand défi à l’heure actuelle est d’ordre matériel : la bibliothèque doit déménager dans moins d’un an. C’est donc le chantier sur lequel nous planchons essentiellement aujourd’hui.

Illustration 6: pièce destinée à accueillir la nouvelle bibliothèque

Imprimer des images, diffuser son image. Les collections de la Chalcographie du Louvre avant la fondation du Louvre

Il est difficile de travailler sur le livre sans s’intéresser à l’estampe. L’impression des textes et celle des images ont suivi des chemins parallèles, et leurs voies se croisent sans cesse : l’image est partout dans le livre, imposant des contraintes techniques plus ou moins fortes selon les techniques utilisées. Les acteurs sont, eux aussi, proches. Si la vaste majorité des éditeurs sont des artisans privés, le pouvoir de diffusion de ces nouveaux médias est tel que le pouvoir royal va rapidement s’y intéresser : si l’Imprimerie royale est créée dès François Ier puis transformée en véritable manufacture par Louis XIII, le Cabinet du roi – son équivalent, mutatis mutandis, pour l’estampe – est fondé vers 1670 par Louis XIV et Colbert.

Couverture du catalogue de l'exposition (dir. J.-G. Castex)
Couverture du catalogue de l’exposition (dir. J.-G. Castex)

Quand le pouvoir royal se fait éditeur d’estampes

L’exposition  « Graver pour le roi » qui est actuellement présentée au musée du Louvre, revient sur ce lien fort entre pouvoir royal et estampe, à travers des collections conservées au département des Arts graphiques1. Car cette « manufacture nationale d’estampes » existe encore, sous le nom de « Chalcographie du Louvre », et possède des ateliers à Saint-Denis – Jean-Gérald Castex, conservateur au musée du Louvre et commissaire de cette exposition, en est le responsable. Il présente dans cette exposition le patrimoine sur lequel a pu s’appuyer la « Chalco » depuis sa (re)fondation en 1797 – toutes ces planches de l’Ancien Régime que l’institution conserve et qu’elle vient seulement de décider de cesser de tirer pour les patrimonialiser – issues de trois origines proches mais distinctes.

Dans trois espaces différenciés par leur scénographie sont ainsi présentées :

  • les estampes du Cabinet du roi

  • celles des Menus plaisirs (et de la Ville de Paris)

  • celles de l’Académie royale de peinture et de sculpture

La présence des estampes du Cabinet du roi au Louvre n’est pas évidente : c’est bien à la Bibliothèque royale, où s’est toujours trouvé le Cabinet des estampes français des origines à nos jours, qu’est créé cet atelier. Sa création doit être remise dans le contexte de « politique culturelle » du début du règne personnel de Louis XIV : création des Académies (Petite Académie 1663, des Sciences 1667…), établissements de manufactures… mais n’est pas intégrée à une stratégie globale : des planches ou des livres illustrés (livres de fête…) sont commandés au fil de l’eau – ce n’est qu’en 1670 qu’un programme général est établi, reposant sur des commandes planifiées aux meilleurs graveurs du temps. Certains des chefs d’œuvre de l’art du Grand Siècle en sortent, mais ces estampes sont avant tout destinées à un usage privé – cadeaux diplomatiques ou de Cour. Louis XIV est fier du résultat, il visite la Bibliothèque royale en 1681 et s’essaie à l’impression d’une estampe ; on achète aussi pour les réunir aux planches commandées certaines suites et séries réalisées par des privés (les Conquêtes de Beaulieu, par exemple) qui, par leur thématique, s’intègrent à la stratégie globale. Mais cela coûte très cher – l’histoire du Cabinet du roi est très vite celle d’une succession de projets pour rentabiliser le processus : on pense à l’affermer, on échange des épreuves avec des marchands étrangers, on vend finalement sous forme de recueils les estampes, et on retire même certaines pièces choisies avec soin jusqu’en 1743 avec la publication d’un catalogue des planches offertes.

Le garde du Cabinet des estampes, Hugues-Adrien Joly, aurait bien voulu que les diverses instances publiques qui commandaient des estampes lui versassent leurs plaques, mais l’histoire a bouleversé ses plans. La Révolution française reprend son idée, mais au profit du nouveau musée créé dans le palais du Louvre : la Chalcographie naît en 1797. Le garde des Estampes s’oppose de toutes ses forces à ce qu’on lui retire une partie de ses collections… ce qui finit pourtant par arriver : en 1812, les planches du Cabinet du roi rejoignent à leur tour la Chalcographie.

Au-delà du Cabinet du roi

Estampes et matrices des Menus Plaisirs
Estampes et matrices des Menus Plaisirs

Car parallèlement au Cabinet du roi, d’autres structures royales se sont faites éditrices d’estampes, en particulier les Menus Plaisirs. Dépendant de la Maison du roi, cette administration se lance dans la production d’estampes à partir du couronnement de Louis XV. Échaudés par l’expérience passée, leur but n’est pas de faire paraître des albums, recueils ou livres constitués, mais seulement des estampes en feuille dépeignant les grands événements du règne, et particulièrement les festivités éphémères – mariages, bals, funérailles… Inutile de souligner qu’il s’agit là encore de sources visuelles de première importance, au-delà de leur intérêt artistique. Si les modalités sont différentes, l’idée est toujours celle de Colbert : diffuser à une élite les beautés du règne et les proposer en modèle à la France et l’Europe, en faisant travailler certains des meilleurs artisans et artistes (les Cochin…).

Enfin, l’Académie royale de peinture et de sculpture conserve aussi un certain nombre de matrices. Des graveurs en sont en effet membres dès la seconde moitié du xviie siècle et doivent proposer un « morceau de réception » pour intégrer la compagnie. Parallèlement, l’Académie achète des plaques issues de fonds d’atelier, françaises (Edelinck, L. Cars…) ou étrangères (d’après Rubens…). Les plaques étaient tirées, et vendues par le concierge de l’Académie, de même que les livrets des Salons. Cela rapporte largement moins que les pièces d’art contemporains (300 l./an environ pour les pièces anciennes, à comparer aux 3700 l. de la seule Suzanne au bain de Porporati (1772)), mais l’idée de vendre conjointement patrimoine ancien et création contemporaine restera la base du fonctionnement de la Chalcographie, qui diffuse au cours des XIXe et XXe siècle l’image des chefs d’œuvre de la Nation.

Ces trois fonds sont présentés dans les nouveaux espaces d’exposition du département des Arts graphiques (où ils succèdent à l’exposition de Séverine Lepape sur les estampes en clairs-obscurs). Environ soixante-dix matrices, exclusivement en cuivre, datant des XVIIe et XVIIIe siècles, sont exposées. On y trouve certains des chefs d’œuvres de l’art français : les Batailles d’Alexandre d’Audran, la Colonnade du Louvre de Sébastien Leclerc, les livres de fêtes par Lepautre ou Israël Silvestre, les fêtes de Cochin, le Lycurgue de Demarteau, etc. Il est rarissime d’avoir accès à ces matrices et l’exposition est, ne serait-ce qu’en cela, un événement culturel majeur.

Faire une exposition d’un fonds pléthorique

Sélectionner seulement soixante-dix pièces parmi les chefs d’œuvre à disposition est forcément un arrache-cœur. J.-G. Castex s’y emploie avec brio, jonglant entre passages obligés et découvertes pour aboutir à un résultat qui se veut représentatif des fonds conservés. Quoi qu’il en soit, le sujet est suffisamment peu connu du grand public pour que les visiteurs y trouvent leur compte. L’exposition est également l’occasion de présenter quelques mystères qui n’ont pu être résolus ! Certaines matrices sont présentées recto-verso… car le cuivre coûte cher et qu’il n’était pas rare que les plaques fussent réutilisées.

Portrait sur le revers d'une plaque
Portrait sur le revers d’une plaque (cat. 48c)

Un portrait de la Vierge (?) est ainsi présenté au revers d’une plaque de l’Académie, dont les spécialistes ne trouvent pas d’épreuves, ni l’auteur (cat. 48c). Plus étrange encore, une ébauche (?) au trait sur le verso d’une des Batailles d’Alexandre (cat. 10), abandonnée et gravée en miroir par rapport au recto – une très rare épreuve issue de la collection Bégon en est conservée à la BnF.

La scénographie est très simple : la plupart des pièces sont présentées à la verticale sur les murs peints de très belles couleurs sombres (un aubergine pour les deux premières parties, un bleu très foncé pour la troisième) qui font ressortir les papiers et les métaux. L’estampe n’aime finalement pas être présentée sur un mur blanc.

Scénographie de l'exposition : la partie sur l'Académie
Scénographie de l’exposition : la partie sur l’Académie

On aurait aimé, peut-être, que la grande salle tout en longueur soit rythmée par des cimaises perpendiculaires aux murs, afin de créer des espaces thématiques mieux définis et rendre le tout plus intime. Mais le principal regret vient du fait que l’immense majorité des planches n’ont pas été désaciérées pour être présentées ! L’aciérage consiste, comme son nom l’indique, à déposer une très fine couche d’acier sur le cuivre, afin qu’il résiste à des milliers de passages sous la presse sans s’abîmer. Mais ce procédé date du milieu du XIXe siècle – on se trouve ainsi avec des plaques peu lisibles, de couleur argentée, bien loin de ce à quoi ressemble une matrice de cuivre normale. Le public étant peu familier de ces questions risque de repartir avec une fausse idée de ce qu’est une matrice et de la chronologie des techniques et pratiques. Il est fort surprenant que la Chalcographie n’ait pas été capable de désaciérer quelques dizaines de plaques pour une exposition de tout premier rang qui devrait faire sa fierté. Et ce d’autant que, pour être lisible, une plaque doit être « encrée » (de l’encre insérée dans les creux, comme si on allait l’imprimer) et, pour la protéger, vernie. Là encore, le travail a été trop vite fait et le vernis blanchit – le commissaire n’est évidemment pas à blâmer mais on s’interroge sur les moyens accordés à une telle exposition pour que la tradition d’excellence du Louvre dans la présentation des pièces ait ainsi dû être abandonnée.

Le Louvre, lieu d’exposition de l’estampe ?

Une telle exposition aurait bien sûr eu toute sa place à la Bibliothèque nationale de France, sur le site Richelieu, où les presses du roi ont roulé, où on a relié et distribué les épreuves aux grands personnages qui en obtenaient un exemplaire à force de supplications, où sont encore conservées les archives et où Colbert voulait que fussent conservées les épreuves en fondant le Cabinet des estampes. Mais sa présence au Louvre a un grand avantage – en dehors d’obtenir une visibilité supérieure auprès du grand public et des touristes étrangers – celui de faciliter le prêt d’œuvres d’autres départements de ce musée. Car s’il n’est pas rare de voir des dessins préparatoires à côté d’estampes, il l’est beaucoup plus de voir côte à côté un tableau étranger ayant appartenu à Louis XIV, la matrice qui l’interprète par la gravure et une épreuve qui en est tirée.

De Carrache à Chasteau (tableau, matrice, estampe)
De Carrache à Chasteau (tableau, matrice, estampe)

C’est qui est proposé ici avec la Lapidation de saint Étienne, d’Annibal Carrache (v. 1600-1610), interprétée par Guillaume Chasteau (1670). Plus exceptionnel encore, la présentation d’une statue antique des collections royale, avec la matrice et l’estampe (Claude Mellan). De tels rapprochements entre médias apportent toujours beaucoup puisque c’est en travaillant sur le modèle d’une estampe de Baudet (cat. 8) qu’un buste antique de Versailles, que l’on pensait de la collection Campana, a pu retrouver son historique royal.

D'un antique à Claude Mellan (sculpture, matrice, estampe)
D’un antique à Claude Mellan (sculpture, matrice, estampe)

De nombreuses découvertes sont publiées dans le catalogue. Elles viennent s’ajouter aux travaux académiques qui avaient été régulièrement publiés sur le sujet, et qui avaient largement progressé à la fin du siècle dernier et au début du nôtre par la consultation plus systématique des archives (du Cabinet du roi au département des Estampes de la BnF, des Menus plaisirs aux Archives nationales…). Mais le catalogue est surtout bienvenu car nous manquions d’une bonne synthèse sur le sujet, particulièrement pour tous ceux (historiens de l’art, historiens du livre…) qui doivent connaître ce phénomène et ces pratiques sans en être spécialistes. Au cours de ses deux siècles d’existence – 350 ans si l’on compte le Cabinet du roi – la Chalcographie aura été un fascinant exemple de commande publique nourrissant la création contemporaine, mais aussi de capacité à rendre patrimoniales ces œuvres contemporaines en les incluant dans un plus large catalogue, à l’importante profondeur historique et en perpétuel enrichissement.

L’exposition est ouverte jusqu’au 20 mai 2019.

  1. l’auteur de ce billet a participé à l’exposition par des notices dans le catalogue et en contribuant aux prêts accordés par la BnF, où il travaille professionnellement []

Histoire d’un exemplaire : la Chronique de Nuremberg du département des Estampes de la BnF

La « Chronique de Nuremberg », l’un des plus célèbres incunables, ayant connu un immense succès, est très bien connu et décrit1. Le texte consiste en une histoire du monde, de la Création aux temps contemporains, rédigée en latin par Hartmann Schedel (1440-1514) à la demande de deux marchands de Nuremberg, Sebald Schreyer (1446-1520) et Sebastian Kammermeister (1446-1503). L’ouvrage est imprimé dans la même ville, par Anton Koberger, entre mai 1492 et octobre 1493. Une seconde version, en langue allemande, est entreprise en parallèle et imprimée en 1493. Il est surtout connu pour la beauté de sa mise en page et l’importance de son illustration : plus de 640 bois ont été gravés par Michael Wolgemut (v. 1434/37 – 1519) et Wilhelm Pleydenwurff (v. 1450 – 1494), afin d’imprimer les 1804 images qui parsèment l’ouvrage.

Chronique de Nuremberg, fol. 199v-200
Chronique de Nuremberg, fol. 199v-200

La Chronique de Nuremberg n’est pas rare puisqu’on en conserve environ 1240 exemplaires de la version en latin, et plus encore en allemand2. Il demeure toutefois intéressant de faire l’historique de chacun des exemplaires afin de comprendre comment ils sont arrivés jusqu’à nous, quels ont pu en être les propriétaires successifs ; comment et pourquoi l’artefact aujourd’hui conservé possède telles ou telles caractéristiques (notes manuscrites, reliure, manques, etc.). C’est ce que nous nous proposons de faire pour l’exemplaire conservé au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Réserve Qe-55-fol.

L’ouvrage comporte des lettrines enluminées (gouachées), sans doute peintes peu après qu’il est sorti de la presse. Un premier propriétaire, sans doute français, a laissé quelques notes au cours du XVIe siècle : le livre étant anonyme, il a rappelé que l’auteur était « Harmann Schedel Nurembergensis, doctor Patavinus » et renvoie au folio 252 verso, où figure en effet un paragraphe sur lui, dans le cadre d’un passage sur le développement du livre imprimé.

Note marginale sur l'auteur du texte (XVIe s.)
Note marginale sur l’auteur du texte (XVIe s.)

Nous avons la chance de posséder le nom d’un second propriétaire… qui est une propriétaire. La dernière page est en effet signée par Jehannette La Perlée, qui n’est pas autrement connue. Cela montre que, contrairement à ce qui est souvent répété, les femmes ne possédaient pas uniquement des livres pratiques ou de dévotion. Cette Jeannette laisse de nombreuses notes marginales, qui se contentent souvent de relever des passages qu’elle juge intéressants.

Jehanette La Perlée, marque de propriétaire (XVIe s.)
Jehannette La Perlée, marque de propriétaire (XVIe s.)

L’exemplaire part ensuite en Normandie : il est acheté en 1658 par Pierre Mangon. Son élégant paraphe se trouve sur la page de titre : « P. Mangon, conseiller du roy, vicomte et seneschal de Vallognes. 1658. R. F. 27 ». Il ne s’agit pas là d’un inconnu : Pierre Mangon, écuyer, sieur du Houguet (Réville, 1631 ou 1635 ? – Valognes, 1705) rappelle ici ses titres, qui font de lui une personne importante dans la ville de Valognes.

Il est surtout un érudit – « le plus ancien historiographe du Contentin » pour Léopold Delisle – qui laisse de nombreux travaux historiques : un Nobiliaire et armorial de la vicomté de Valognes (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 2037), un « Recueil de titres, privilèges, armoiries, etc… de quelques familles de Normandie » (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 2033), un Recueil de notes pour l’histoire civile et ecclésiastique de Valognes (Valognes, ms 46) et de nombreuses notes et documents (bibliothèque municipale de Grenoble, ms 1390 à 1402). Léopold Delisle a publié un certain nombre de ses notes – Mangon jouissait d’un accès aisé aux archives des maisons religieuses locales et a recopié de nombreux documents – sous le titre de Mémoires (1891)3. Un mémoire de maîtrise lui a été consacré en 20024.

Paraphe de Pierre Mangon, propriétaire en 1658
Paraphe de Pierre Mangon, propriétaire en 1658

Cet érudit, qui recopie les textes anciens, devait posséder une bibliothèque importante : les manuscrits de sa main, tout comme cet ouvrage (mention « RF27 »), possèdent d’ailleurs une cote permettant de les retrouver aisément sur ses rayonnages. Alors que les manuscrits de Pierre Mangon passent pour une grande part à Nicolas-Joseph Foucault (puis dans les mains de l’abbé de Rothelin et celles de Jean de Caulet, évêque de Grenoble)5, il n’en est pas de même des imprimés. Léopold Delisle a repéré certains ouvrages de sa bibliothèque dans des collections publiques ou privées : un psautier polyglotte (Gênes, 1506) orné d’une reliure de Grolier et ayant jadis appartenu à Séguier (bibliothèque de Caen), un exemplaire imprimé sur vélin du commentaire d’Agacio Guidacero sur les sept psaumes pénitentiaux (In preciosissimos septem Davidicos psalmos…, Paris, apud Collegium Italorum, 1536, in-8°) offert par l’auteur au roi François Ier (BnF, Vélins 2869), un exemplaire des Rerum francicarum… d’Adrien de Valois (Paris, 1646, in-fol.)… Sans doute sa bibliothèque a-t-elle donc été vendue, et la Chronique de Nuremberg s’est trouvée, comme les autres, sur le marché au début du XVIIIe siècle.

L’ouvrage est alors acheté par la Bibliothèque royale, pour le Cabinet des estampes, qui possède une administration indépendante depuis 1720. Il n’est pas mentionné de nom de libraire pour cette opération que l’abbé de Chancey note consciencieusement dans son registre, afin d’en faire ensuite approuver la dépense par l’abbé Bignon, bibliothécaire du roi.

On lit, en effet, dans le Registre des depenses faites dans le département des Estampes et des planches gravées du cabinet du roy6 : « Du 2 septembre 1732. J’ai acheté un livre de chronologie imprimé l’an 1493 à Nuremberg, contenant 199 feuillets. Ce livre imprimé en caractères gotiques contient plus d’estampes que de pages et ces estampes sont gravées avec soin. Comme ce livre est très rare et qu’il n’est point du tout dans la bibliothèque du roy, j’ai cru ne pas l’acheter trop cher en le payant la somme de trente six livres »7. Un successeur de Chancey, Hugues-Adrien Joly, garde du cabinet des Estampes de 1750 à 1792, reporte l’historique sur l’ouvrage lui-même. On lit sur la page de titre : « Des acquisitions du sr de Chancey mentionnées à la 69e vacation du 8 mars 1736 au matin, du Bref état »8. Il porte enfin le n° 2012 dans la numérotation que Joly met en place en 1779.

Note de Hugues-Adrien Joly et cotation
Note de Hugues-Adrien Joly et cotation

Enfin, dernier événement dans la vie de notre volume : la reliure de veau, mentionnée aussi bien dans le Bref état de 1736 que dans le catalogue par numéro de 1779, fait place à une plus riche reliure de maroquin rouge à grains longs, sans doute au tout début du XIXe siècle.

Reliure en maroquin rouge à grains longs (v. 1810 ?), sur Chronique de Nuremberg, BnF, Estampes, Réserve Qe-55-fol.
Reliure en maroquin rouge à grains longs (v. 1810 ?), sur Chronique de Nuremberg, BnF, Estampes, Réserve Qe-55-fol.

L’histoire du volume peut être résumé en une matrice de Walsby :

Notre exemplaire est numérisé et librement consultable dans la bibliothèque numérique Gallica.

Rémi Mathis, BnF

  1. GW M40784, ISTC is00307000, USTC 748763, HC 14508, Pell. 10351-10352, Polain 3469, IGI 8828, Goff. S-307, BS 4941, Sajo-Soltesz 3039, BMC II 437, Schreiber 5203, Schramm XVII, 9 []
  2. BnF, Catalogue des incunables, Tome II, fasc. 4 : S-Z et Hebraica. 1985, p. 557-558, S-161. 10 exemplaires sont signalés à la Réserve des livres rares, et 2 au département des Cartes et Plans, rien que pour l’édition de 1493 en latin. En plus de l’exemplaire dont il est question ici, le département des Estampes et de la Photographie en possède un second, coté Qe-55 (a)-fol., qui possède une reliure moderne et aucune note manuscrite en dehors d’un ex-libris du couvent des Récollets de Paris []
  3. Disponible sur Gallica []
  4. Alexis Douchin, Pierre Mangon du Houguet et ses travaux d’érudition locale dans le Clos du Cotentin sous Louis XIV, Mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris IV-Sorbonne, 2002 []
  5. Pierre Mangon, Les mémoires de Pierre Mangon, vicomte de Valognes, éd. L. Delisle, Saint-Lo, 1891, p. 4 []
  6. BnF, Estampes, Réserve Ye-4a-pet. fol., fol. 29-29v []
  7. Cette affirmation peut sembler surprenante mais elle est crédible. La BnF possède actuellement quatorze exemplaires de l’édition latine de 1493 de la Chronique de Nuremberg. Parmi eux, beaucoup sont entrés dans les collections nationales après la Révolution française ou grâce à des dons récents. Deux exemplaires font parties des collections de la Bibliothèque royale (alors département des Imprimés, désormais Réserve des livres rares) vers le milieu du XVIIIe siècle. G-227 porte une estampille (n° 14) utilisée à partir de 1735 et une reliure aux armes de Lefèvre de Laubrière. La vente de la bibliothèque de ce dernier ayant lieu en 1740, l’ouvrage a dû être acquis par le roi à cette date. En revanche, G-228 porte une estampille n° 4, qui est utilisée de 1700 à 1724 environ… mais parfois jusqu’en 1735. Il n’est donc pas impossible que cet exemplaire ait bien été conservé à la Bibliothèque royale avant l’achat de l’exemplaire du Cabinet des estampes. Notons que cet exemplaire, pourtant, a été considéré comme un “double à vendre” à la fin du XVIIIe, selon une note manuscrite du garde des Imprimés René Desaulnays. Je remercie pour son aide Nathalie Coilly, conservatrice des incunables à la Réserve des livres rares de la BnF []
  8. Il est en effet mentionné sur cet inventaire (« Bref état ») qui est rédigé après que Chancey a été accusé de vol. On l’y trouve comme « Liber Chronicarum, Norimberga, 1493, volume in folio, en veau ». BnF, Estampes, Réserve Ye-15a-pet. fol. []

Nouvelle interface du STCV

Lancé en 2000 par le Vlaamse Erfgoed Bibliotheek (groupement des bibliothèques patrimoniales flamandes), le Short Title Catalogue Vlaanderen (STCV) décrit finement, livre en main, 23 000 éditions flamandes, des origines à 1801. Il s’agit de la bibliographie nationale rétrospective flamande.

Il constitue en cela le projet frère du STCN (Short Title Catalogue Netherlands), qui prend en compte les éditions publiées sur le sol des Pays-Bas actuels, et celles en langue néerlandaise dans le monde… à l’exception de la Belgique actuelle. Le flamand étant un dialecte néerlandais, le STCN ne pouvait se permettre de prendre en charge la bibliographie nationale flamande, et c’est pourquoi le STCV a été créé.

Logo du STCV
Logo du STCV

Depuis son lancement, l’interface du STCV n’avait jamais évolué – tout juste quelques modifications esthétiques avaient-elles été effectuées en 2009 : le résultat était austère.

Le site a aujourd’hui été entièrement repensé, en vue d’un usage aisé par les utilisateurs. Une page d’accueil ergonomique est désormais proposée, menant elle-même aux différents outils nécessaires à une bonne navigation et un usage intelligent de la base de données. La recherche avancée a été revue.

Dans les résultats eux-mêmes, on trouve également quelques nouveautés : la qualité de la notice (travail en cours, vérifié…) est indiquée, le nombre de pages de papier nécessaires à l’impression du livre est désormais donné, des informations supplémentaires ajoutées pour certains types d’ouvrages (almanachs, catalogues de vente…). Des liens ont été créés vers les autres bases bibliographiques chaque fois que cela était possible.

La liste complète des nouveautés fait elle-même l’objet d’une liste, dans une démarche qualité de transparence vis-à-vis de l’utilisateur qu’on ne peut que saluer.

Tout est donc fait pour rendre l’usage du STCV ergonomique et efficace.

Le projet est désormais disponible à l’adresse stcv.be.