Entretien avec… Jean-Marie Gueullette, frère dominicain du couvent du Saint-Nom-de-Jésus

2 novembre 1789. Sur une proposition de Talleyrand, l’Assemblée nationale décrète :

« Que tous les biens ecclésiastiques sont à la disposition de la nation, à la charge de pourvoir, d’une manière convenable, aux frais du culte, à l’entretien de ses ministres, et au soulagement des pauvres, sous la surveillance et d’après les instructions des provinces1 ».

Deux cents ans plus tard, la bibliothèque municipale de Lyon possède une majeure partie des collections patrimoniales du couvent de Lyon, appelé Notre Dame de Confort sous l’Ancien Régime. A l’occasion d’un colloque autour des recueils factices à l’Enssib, les frèresn dominicains du couvent m’ont donné l’opportunité de découvrir la collection de leurs fonds anciens reconstitués. C’est le frère Jean-Marie Gueullette, professeur de théologie morale à l’université catholique de Lyon, qui est en charge de l’administration de la bibliothèque et nous a ouvert les portes de cette collection privée.

Illustration 1 : Le cloître du couvent du Saint-Nom-de-Jésus.

L’histoire du couvent

La communauté dominicaine de Lyon, comme sa bibliothèque, connaît une histoire mouvementée. Les frères se sont installés en ville en 1218 et bâtissent leur premier couvent sur la place des Jacobins, appelée ainsi en référence au couvent Saint-Jacques de Paris, un des plus grands couvents dominicains qui donne son nom à la communauté dominicaine jusqu’au XIXe siècle. Cette place a également été occupée par les ateliers d’imprimeurs libraires avec lesquels les frères dominicains entretenaient des liens étroits, bien qu’aucun livre des fonds anciens du couvent ne puissent en témoigner directement.

Durant les guerres de religion le baron des Adrets, fervent protestant, occupe le couvent et met le feu à la bibliothèque. Il crée en outre un passage entre la place des Jacobins et l’actuelle place Bellecour pour entraîner ses troupes, appelé alors rue Saint-Dominique et rebaptisé aujourd’hui rue Émile Zola. À la révolution le couvent des Jacobins est occupé par les révolutionnaires puis rasé et, en vertu du décret susmentionné, les collections sont déplacées à la bibliothèque municipale de Lyon.

Après que le père Lacordaire fonde à nouveau l’Ordre des Dominicains en 1841, les frères dominicains cherchent un emplacement où construire leur nouveau couvent. Ils fondent le couvent du Saint-Nom-de-Jésus en 1858 et l’achèvent en 1863. Une bibliothèque fournie étant indispensable dans tout couvent dominicain, les frères s’occupent de trouver des livres pour en reconstituer une.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La bibliothèque du couvent et ses collections ont connu une histoire un peu chaotique, d’une part due aux guerres et à la révolution qui ont causé de nombreuses pertes matérielles, et d’autre part à cause d’une certaine négligence envers les livres anciens qui n’a cessé que lorsque je suis arrivé. 

Ainsi, certains livres ont été rachetés à des particuliers ou donnés au couvent du Saint-Nom de Jésus, tandis que d’autres sont issus des collections patrimoniales de la bibliothèque du couvent d’étude de la province dominicaine de Lyon (aujourd’hui la Tourette). Cette dernière en effet ne disposait pas des éléments nécessaires à la conservation de livres anciens.

Illustration 2 : Les rayonnages de la bibliothèque du couvent du Saint-Nom-de-Jésus.

Quelle place accordez-vous au livre ancien au sein de votre couvent ?

Les frères entretiennent un rapport aux livres anciens plus affectif que scientifique au couvent ; c’est avant tout une question de patrimoine. Il s’agit d’honorer une tradition en réunissant la collection que nous avons perdue et en l’enrichissant, notamment pour la formation de nos jeunes frères. Être dominicain, c’est entrer dans une longue tradition de l’étude, de l’écrit et de la lecture.

Il existe donc une part matérielle importante dans l’histoire des dominicains qui fait écho à l’histoire du livre : nous avons eu en effet la chance d’avoir retrouvé un livre qui porte l’ex-libris ante-révolutionnaire de la communauté dominicaine de Lyon. C’est le seul exemplaire qui nous est resté de tous ceux qui furent alors confisqués. Ce fut très émouvant de retrouver un livre qui fait partie de notre héritage spirituel et familial.

Bien sûr, ces livres servent ponctuellement à la formation théologique des frères, mais notre curiosité naturelle nous pousse à les considérer davantage comme étant une expérience du passé matérialisé. Nous nous interrogeons par exemple sur la présence d’une œuvre de saint Irénée traduite par Érasme au sein de ces murs, et qui semble avoir souffert d’une forme de censure puisque le nom de l’humaniste a été rayé. C’est un second exemplaire que nous possédons dans nos fonds qui m’a permis de connaître son identité. Quel usage nos prédécesseurs ont-ils donc bien pu en tirer ? Et pourquoi l’ont-ils conservé si sa publication était désapprouvée par la communauté catholique ? Il est possible pour des chercheurs de se procurer la traduction des œuvres d’Irénée sur internet, mais je crois que le livre en tant qu’objet nous renseigne bien plus sur la pensée des lecteurs modernes.

Illustration 3 : Tranche avec le titre et l’ancienne cote de l’ouvrage de St Irénée Opus eruditissimum in quinque libros digestum, Paris : Oudin Petit, 1563 (USTC 153450).

Quelles sont les particularités qui caractérisent votre fonds ancien ?

La thématique principale de notre fonds est évidemment religieuse, mais nous avons été surpris de constater son hétérogénéité. Comme nos prédécesseurs ont reconstitué les fonds à l’aide de rachats ou de dons, on trouve plus aisément les œuvres de grands auteurs spirituels classiques plutôt qu’une grande variété d’auteurs. Certains d’entre eux semblent d’ailleurs avoir joui d’une popularité importante avant de tomber dans l’oubli.

Dans le domaine spirituel, nous disposons de vingt-cinq étagères d’ouvrages jésuites dont la présence abondante, contre seulement deux étagères d’ouvrages issus de la tradition du Carmel, nous laisse perplexes. Nous sommes en effet davantage proches de la spiritualité carmélite que jésuite. J’ai été également surpris de découvrir les cartulaires de certains ordres religieux parmi nos collections, peut-être acquis ou donnés au couvent.

Il serait donc judicieux d’étudier les ex-libris de chaque ouvrage pour connaître leur possesseur et comprendre leur présence ici, car le couvent du Saint-Nom-de-Jésus n’a jamais été un lieu de recherches érudites.

Enfin, nous disposons d’une importante encyclopédie théologique composée en trois séries de cinquante volumes par Jacques-Paul Migne au XIXe siècle. Ce prêtre catholique, qui combinait également les fonctions de journaliste, imprimeur et éditeur, a amassé sans aucun sens critique tous les sujets étudiés à cette époque. Il les a ensuite réunis dans une encyclopédie où chaque volume correspond à un sujet d’étude. Ainsi les frères du couvent disposaient d’une bibliothèque culturelle qui leur conférait de solides connaissances de culture générale.

La présence de collections aussi précises dans une bibliothèque cléricale continue de nous interroger sur l’utilisation qu’en faisaient nos prédécesseurs. Bien que les fonds anciens soient avant tout un lieu de conservation de notre patrimoine, les frères les visitent fréquemment pour mener leurs recherches.

Appliquez-vous une politique de valorisation pour vos fonds patrimoniaux ?

Lors de certaines fêtes de l’Ordre, j’expose quelques livres anciens afin que les frères découvrent et comprennent leur héritage. C’est aussi un moyen de se faire connaître auprès des Lyonnais durant les journées du patrimoine. À l’occasion du 800e anniversaire de l’arrivée des frères dominicains à Lyon, je m’étais servi des fonds patrimoniaux pour illustrer la vie de la communauté au cours des siècles. Il s’est avéré que les frères ont développé des liens étroits avec les imprimeurs de Lyon, en achetant ou en publiant des livres spirituels.

Néanmoins, considérant tout le travail de classement et de catalogage qu’il me reste à faire, je ne peux malheureusement en dire plus et n’envisagerai pour le moment pas d’autres formes de valorisation. Le fonds ancien a été longtemps négligé et les livres rangés de façon hasardeuse : le temps dont je dispose entre mes différentes obligations est donc dédié à la redécouverte du fonds. À ce jour j’ai recensé et classé un quart des fonds patrimoniaux. Je procéderai ensuite au catalogage des livres dans Koha, en partenariat avec les couvents dominicains de Rennes et de Lille. Nous aimerions, en effet, que nos livres soient des documents d’étude communs, et pourquoi pas qu’un couvent mieux doté que les autres prennent en charge l’achat et l’entretien de certaines collections coûteuses ?

Pouvons-nous terminer la découverte de vos fonds en présentant quelques-uns de ses livres ?

En tant que frère du couvent, nous avons un trésor que j’affectionne particulièrement : il s’agit du seul ex-libris des frères du couvent datant d’avant la Révolution. C’est le seul document qui a été épargné de la politique de confiscation des biens du clergé en 1789, et c’est la raison pour laquelle il est précieux pour les frères : il est le témoin d’une activité intellectuelle intense chez la communauté sous l’Ancien Régime.

Illustration 4 : Ex-libris de l’ancienne bibliothèque du couvent.

Nous avons aussi deux autres livres que je trouve fascinants ! J’ai fait mention tout à l’heure d’une traduction des œuvres de saint Irénée par Érasme, imprimée à Cologne en 1563.

Illustration 5 : St Irenée, Opus eruditissimum in quinque libros digestum, Paris : Oudin Petit, 1563 (USTC 153450).

Sur la page de titre on peut observer que le nom de ce grand humaniste a été barré. Cette rature montre que la figure d’Érasme était très controversée chez les catholiques ; ses travaux étaient certes très appréciés mais ses opinions religieuses et ce qu’elles ont suscité dans le monde chrétien beaucoup moins. C’est donc la matérialité du livre et non son contenu ici qui nous apprend quelque chose sur l’histoire mouvementée de l’Église à cette époque. Je continue de m’interroger sur la raison de sa présence dans nos murs et sur l’utilisation qu’ont pu en faire nos prédécesseurs, puisque ce livre a été l’objet d’une forme de censure évidente.

Enfin, j’ai étudié en détail ce livre imprimé en 1553, les Institutions Spirituelles.

Illustration 6 : Jean Tauler, Piissimae tam de tempore quam de sanctis homiliae, Cologne : héritiers Johann Quentel, 1553 (USTC 626471).

Il a été imprimé à Cologne par Johannes Quentel ainsi qu’en témoigne la page de titre, mais également la tranche peinte en bleue, un artisanat essentiellement germanique. Il s’agit d’une compile de textes de la mystique rhénane attribués à Tauler. Ce dernier était le disciple du dominicain Maître Eckhart qui, en réalité, est le fondateur du mouvement spirituel de la mystique rhénane et a écrit ses Entretiens spirituels en 1290. Le mystique rhénane est un mouvement spirituel issu de l’école de pensée des dominicains de la vallée du Rhin2.

« C’est, de fait, une mystique originale, qui part d’une expérience de Dieu authentique, mais qui évoque peu cette expérience et qui propose un chemin de divinisation, par le concours du détachement et de la grâce. […] Or, ‘le développement de cette mystique spéculative en langue allemande serait issu de l’obligation imposée en 1267 par le pape Clément V à des religieux savants de l’Ordre des prêcheurs, d’exercer auprès des moniales un ministère de direction’. Ainsi étaient-ils amenés à transposer et à adapter leurs thèses. Ils partaient de l’expérience spirituelle des moniales et les amenaient, par une solide réflexion, aux plus hautes réalités de la vie spirituelle3. »

Selon Philippe Dollinger, la diffusion de cette mystique spéculative dans un cadre plus large a pu se faire notamment grâce à l’expansion de l’Ordre au sein des foyers urbains et à « un rapide accroissement de la population » qui y habitait4.

À ce jour les chercheurs sont réservés quant à l’authenticité de ce texte. Il contient en effet énormément d’ajouts sur la pénitence qui n’ont rien à voir avec la doctrine de maître Eckhart. Ils sont en effet tirés des réflexions de lecteurs plus tardifs dans le cadre d’un autre mouvement spirituel qu’est la Devotio Moderna. Paradoxalement, elles contribuèrent à faire connaître et apprécier la mystique rhénane. Ces ajouts sont notifiés dans le livre par de petites mains présentes tout au long de l’ouvrage : elles indiquent discrètement un changement de source.

Le texte est donc jugé comme n’étant pas assez fiable pour en connaître la forme originelle parce qu’il a connu de nombreux remaniements, adaptations et réécritures. Chaque ajout témoigne ainsi de références culturelles et spirituelles qui lui sont propres.

Illustration 7 : Manicules imprimées dans les marges de l’édition de Tauler.

Cet ouvrage a connu une longue diffusion outre Rhin à partir du XVIe siècle : le texte a été traduit du Moyen-Haut allemand au latin par les chartreux de Cologne et a connu trois traductions françaises entre 1587 et 16585. Le livre devait connaître un succès grandissant jusqu’au XIXe siècle et inspirer de nombreux philosophes tel que Hegel. Une carte postale écrite en 1910 et utilisée en tant que marque-page dans le volume montre qu’il était encore activement étudié au début du siècle dernier.

Illustration 8 : Carte postale insérée dans l’exemplaire d’USTC 626471 de la collection de la bibliothèque.

De nombreux trésors dorment dans les fonds de bibliothèques privées. Ceux du couvent du Saint-Nom-de-Jésus nous permettent d’en apprendre davantage sur la ville de Lyon et les liens qu’elle a établi avec la communauté dominicaine pendant 800 ans. Toute aide venant de spécialistes ou d’amateurs de livres pour étudier, classer ou cataloguer ses documents est la bienvenue. 

Propos recueillis par Isabelle Riquet
Ingénieure de recherche à l’ENSSIB

  1. Camus Armand Gaston. Décret du 2 novembre 1789 sur les biens ecclésiastiques. In: Archives Parlementaires de 1787 à 1860 – Première série (1787-1799) Tome IX – Du 16 septembre au 11 novembre 1789, Paris : Librairie Administrative P. Dupont, 1877. p. 649. []
  2. ERMR, Équipes de Recherches sur les Mystiques Rhénans, 2014, [En ligne] http://maitre.eckhart.free.fr/initium/ite.html (consulté le 04 janvier 2020). []
  3. Ibid. []
  4. Jean Séguy, « La mystique rhénane », Archives de sociologie des religions, n°16, 1963. pp. 187-188. []
  5. Jean-Marie Gueullette, Eckhart en France. La lecture des Institutions spirituelles attribuées à Tauler, 1548-1699, Grenoble : J. Millon, 2012. []

Une winter school à l’ENSSIB autour des recueils factices de la Renaissance

Une école d’hiver s’est déroulée à l’ENSSIB de Lyon les 12 et 13 décembre derniers, organisée par les membres de l’équipe de recherche du projet Sammelband 15-16.

Cette conférence était dédiée à l’étude des recueils factices, des questions et des apports que soulèvent ces livres atypiques, en particulier ceux qui ont été produits au XVIe siècle.

 Les Sammelbände ont en effet la particularité de regrouper plusieurs imprimés reliés en un seul volume, dont l’assemblage est choisi par le possesseur ou par le libraire. La logique de production et de préservation des Sammelbände ont notamment amené les intervenants à en étudier la matérialité, par le biais du papier, de la reliure et des matériaux utilisés pour la renforcer, du texte imprimé mais aussi des interactions entre le lecteur et le livre.

Illustration 1: un Sammelband conservé à la bibliothèque du Centre Culturel des Irlandais (Paris).

Définition des Sammelbände et analyse de leur papier

Le séminaire a débuté sur une définition précise de ce qu’était un sammelband. Malcolm Walsby, professeur d’histoire à l’ENSSIB de Lyon, suggère l’utilisation du terme allemand qui souligne mieux la spécificité du recueil factice. Ce dernier est en effet composé de livres qui n’ont pas été forcément imprimés et reliés ensemble dès la conception du volume, mais qui ont pu être produits et utilisés à une époque ultérieure. C’est la raison pour laquelle Malcolm Walsby souligne l’importance de préserver l’unité des recueils, qui ont été bien souvent victimes de démantèlement dès le XVIIIe siècle par les vendeurs et les bibliothécaires, soit pour en tirer un maximum de bénéfices en vendant les livres au détail, soit pour faciliter l’identification et l’accès aux ouvrages. Il est donc particulièrement important d’étudier les reliures originelles que nous avons conservées. De plus, une base de données librement accessible en ligne, destinée à faciliter le recensement et l’étude des Sammelbände, est actuellement en cours de création pour le projet Sammelband 15-16. Parmi d’autres, l’importante collection des Sammelbände d’Huybert van Buchell, conservés par la bibliothèque universitaire d’Utrecht, sera valorisée par le biais de ce projet numérique.

Illustration 2: un Sammelband du Centre Culturel Irlandais, composé de deux livres aux reliures jointes pour faire recueil.

Neil Patrick Harris, professeur à l’université d’Udine, a poursuivi la première partie de cette étude en s’intéressant à la construction physique d’un sammelband, par le biais de cette question : comment reconnaître un recueil original en se fiant entre autres au papier imprimé et aux filigranes ? Il a pu constater qu’il existe peu de Sammelbände dont la reliure est d’origine, et s’est penché sur l’état matériel du livre pour retracer son histoire. Neil Harris a notamment observé de nombreuses disparités entre les différents éléments du livre en tant que support : une différence de format entre les livres reliés, mais aussi une différence chronologique quand un incunable est relié avec des pamphlets du XIXe siècle. Neil Harris considère que ces ajouts postérieurs, mais également l’absence des éléments originaux d’un recueil factice, sont autant d’informations sur la vie du livre qu’il ne faut pas négliger.

Son analyse pousse le détail en s’intéressant aux filigranes détectables dans le papier. Grâce à lui on peut en effet retracer le processus de production du livre imprimé et le relier éventuellement à un imprimeur dont on sait qu’il l’utilisait, ainsi qu’à une date et un lieu de production. L’index créé par Charles Briquet est un outil très utile pour identifier les filigranes, actuellement mis à jour dans un projet numérique intitulé “Briquet Reloaded” auquel Neil Harris participe1 .

Illustration 3: deux filigranes jumeaux dans du papier italien.

Ce que révèlent les reliures

La seconde partie de notre première journée de conférences a été inaugurée par Nicholas Pickwoad, professeur à l’université de Londres spécialisé dans l’étude des reliures.

Il suggère en effet que l’étude des reliures permet de savoir quand, où et comment les livres reliés dans un Sammelband ont été assemblés. De nombreux exemples de reliures ont été montrés au public pour démontrer que les reliures d’ouvrages du XVIe siècle avaient des particularités propres à leur lieu de fabrication, en présentant notamment les différents matériaux utilisés pour ce faire. Ainsi, en Angleterre on utilisait les défaits de reliure d’anciens livres pour créer un nouveau volume, tandis que les reliures italiennes et espagnoles sont très similaires avec leurs points de couture placés seulement en haut et en bas du dos du volume. L’étude minutieuse de Nicholas Pickwoad révèle que la plupart des reliures étaient de basse qualité, compte tenu de la bourse de l’acheteur ou de l’usage auquel le Sammelband était destiné, et souligne l’importance d’étudier aussi ces reliures de moindre prestige, pour en apprendre davantage sur leur utilisation.

Illustration 4: reliure d’un exemplaire de Marcus Marulus, Bene vivendi instituta, Bâle, Petrus de Langendorff for Lucas Leonardus, 1513 (BU d’Utrecht).

Bart Jaski, conservateur spécialisé dans l’étude des textes médiévaux à l’université d’Utrecht, a ensuite présenté l’usage de défaits de reliure manuscrits présents dans les Sammelbände. L’objectif de sa présentation était de démontrer que les Sammelbände ne sont pas seulement des outils de consultation, mais aussi des outils de conservation. En effet, une grande partie de partitions musicales et de textes médiévaux que l’on croyait perdus ont été redécouverts parce qu’ils servaient d’éléments de reliure à ce type de livre. À l’aide d’un exemple tiré des fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire d’Utrecht, Bart Jaski nous a défini ce qu’était un défait de reliure manuscrit : généralement il s’agit d’un parchemin ou d’un vellum dont le possesseur ou le libraire trouve une nouvelle utilité pour ses livres. Les maculatures et les feuilles volantes dans les livres sont également des éléments importants pour comprendre la constitution du Sammelband.

Illustration 5: une partition musicale médiévale réutilisée comme enveloppe (BU d’Utrecht).

Ces supports peuvent devenir des éléments de la reliure, mais aussi des copeaux pour protéger les livres dans les caisses de transport, ou encore des enveloppes réutilisables. En Allemagne, jusqu’au XVIIe siècle, on allait jusqu’à peindre les manuscrits pour décorer la reliure du livre, obscurcissant malheureusement le texte d’origine. Dans le cas où l’on a encore accès au texte, il existe un logiciel qui permet de rassembler les différents morceaux de texte et de le reconstituer dans son état d’origine aussi précisément que possible.

Le site web du projet Fragmentarium recense ce type de fragments manuscrits, et en propose une analyse détaillée. Des propositions de projets voient actuellement le jour pour les doctorants et chercheurs qui travaillent autour de la question des manuscrits et des fragments de manuscrits.

Pratiques de lecture

Ann-Marie Hansen, enseignante post-doctorante à l’université d’Utrecht, a présenté des pistes de recherche pour comprendre l’utilisation des Sammelbände par le(s) lecteur(s). Y en a-t-il plusieurs ? Si oui, qui peuvent-ils être et que peuvent nous dire leurs interactions avec le livre ? Deux formes d’interactions ont été observées à l’issue d’une longue étude des pratiques de lecture dans les Sammelbände : l’interaction intentionnelle, basée sur les annotations du lecteur ou les marques qu’il laisse (tels que les ex-libris), et l’interaction accidentelle comme les taches d’encre et les moisissures. La constitution du sammelband peut aussi indiquer si certains livres ont d’abord appartenu à un autre lecteur que celui qui a commandé le sammelband : Ann-Marie Hansen a remarqué en effet que l’absence de notes sur un livre en particulier dans un sammelband par ailleurs très annoté pouvait régulièrement signifier que ledit livre avait eu une vie antérieure avant qu’il soit adjoint à d’autres titres dans un volume. L’absence de notes, mais aussi des marques répétitives de la même main, sont autant de pistes qui permettent de distinguer un lecteur du Sammelband d’un autre.

Illustration 6: annotations en marge d’un ouvrage historique de la main de Huybert van Buchell (BU d’Utrecht).

Ce procédé d’identification des lecteurs couplé à l’utilisation de la Matrice de Walsby, outil de visualisation qui retrace les provenances d’un livre, sont autant d’outils utiles pour déterminer la vie d’un sammelband au cours des siècles.

Pour clore cette journée, Neil Harris a proposé une conférence donnant un aperçu de la conservation des livres à l’époque moderne à l’aide d’illustrations d’époque. Sa présentation riche en illustrations (enluminures, gravures et peintures) a permis de montrer une évolution dans la pratique de conservation du livre entre la fin du XVe siècle et du XVIIe siècle. C’est en effet à la Renaissance que le livre, longtemps resté posé à l’horizontale sur les étagères, est progressivement représenté à la verticale, la tranche peinte et intitulée du côté de présentation de l’étagère : les représentations esthétiques semblent sur ce point avoir suivi, parfois avec quelque retard, les pratiques. Ce bel aperçu des plus grandes bibliothèques modernes et de leur logique de conservation a ainsi clôturé la première journée d’étude.

Illustrations 7 a et b: Passage de la conservation des livres couchés à la conservation debout.

Réflexions matérielles et thématiques autour d’imprimés français

Trois autres interventions se sont succédé le lendemain. La première a été proposée par Malcolm Walsby sur l’importance du matériel d’imprimerie pour comprendre la composition et le rôle d’un Sammelband. Il est revenu sur leur rôle dans la sauvegarde des exemplaires d’imprimés qu’on croyait à jamais perdus, bien qu’il ait insisté sur le fait cela ne soit pas entièrement dû à la chance mais aussi à une question de contexte. Malcolm Walsby en a fait la démonstration avec un deux imprimés consécutifs dans un même Sammelband, l’un comportant le nom de l’imprimeur, l’autre non. Du fait de leur proximité dans un recueil thématique de livres tous imprimés à Paris dans les années 1560, la comparaison de la typographie des deux ouvrages est facilitée et permet de montrer qu’ils proviennent tous deux de l’atelier de Guillaume Nyverd. L’analyse du matériel d’imprimerie utilisé sur un texte est donc un excellent moyen de se faire une idée de la période de production d’un livre mais également d’établir une corrélation entre les copies survivantes.

Illustration 7: typographie employée par Guillaume Nyverd.

Katell Lavéant, professeure de littérature française à l’université d’Utrecht, proposait une réflexion autour de la question des thématiques de constitution de recueils, en s’inspirant d’abord de son sujet d’étude sur les livres joyeux et de leur présence dans des Sammelbände. Le problème que soulève ce type de littérature est que les Sammelbände du XVIe siècle ont rarement été conservés en tant que tels, et que les lecteurs n’interagissent que dans de rares cas avec le texte, contrairement par exemple avec des livres souvent annotés tels que ceux contenant textes scolaires et d’étude. Katell Lavéant a observé, dans cette dernière catégorie, des exemples dans lesquels le livre pouvait être un support d’exercice pour une langue telle que le latin ou le grec. Les annotations présentes dans les marges sont en effet des réflexions sur la grammaire ou une traduction linéaire du texte. Mais on peut aussi étudier d’autres traces laissées dans les volumes pour comprendre leur organisation thématique. Dans un autre volume, des croix inscrites à la main ont été retrouvées sur les différentes pages de titre du Sammelband indiquant sans doute l’ordre dans lequel les titres devaient être placés dans le recueil factice lors de la reliure.

Illustration 8: des croix marquant les mots importants du titre et un nombre destiné au relieur laissé sur une marge non coupée, dans un exemplaire conservé à la BU d’Utrecht (USTC 39672)

Ce n’est pas une question d’assemblage mais une question de pertinence, puisque chaque titre du volume a une place signifiante selon les souhaits du lecteur. Enfin Katell Lavéant a illustré son intervention avec le cas d’un livre joyeux de l’abbé des conards inclus dans une reliure de pamphlets catholiques2 . Son analyse des textes et la présence de ce livre dans un recueil factice à la thématique polémique lui a permis de conclure que la littérature joyeuse au XVIe siècle est également un moyen d’expression politique et pas seulement de divertissement.

Le professeur Jelle Koopmans, venu de l’université d’Amsterdam, a terminé le cycle de conférence en poursuivant les investigations de Katell Lavéant sur la question des sermons joyeux et du théâtre comique dans la France (post-)médiévale. Son intervention a confirmé que les Sammelbände était responsable de la sauvegarde de nombreux textes de théâtre médiévaux : tous les textes de théâtre médiévaux imprimés en France et parvenus jusqu’à nous ont été conservés dans un Sammelband ! Par ailleurs le format particulier de ces livres étaient caractéristiques des ouvrages dédiés au théâtre. Le format in-folio souvent dit « agenda » (correspondant à la taille d’une feuille A4 pliée dans le sens de la longueur) laissait juste assez de place pour imprimer un texte en octosyllabes avec les didascalies. Il devait être utile pour les acteurs qui avaient besoin de déclamer le texte et de le lire sur scène au besoin. Enfin, sa particularité n‘est pas seulement dans son format mais aussi dans le matériel d’imprimerie utilisé pour les textes ; la gothique bâtarde est en effet la typographie spécifique à ces courts textes dont la littérature était jugée comme populaire.

Illustration 9: Une des pièces du Recueil Trepperel.

Ainsi le professeur Koopmans a-t-il pu clore son étude en présentant le cas de deux Sammelbände partageant probablement la même reliure, le recueil Trepperel et le recueil de Florence. Le professeur fait le triste constat que, si le recueil de Florence est encore aujourd’hui conservé dans sa reliure d’origine, le Recueil Trepperel a quant à lui malheureusement été démantelé au XIXe siècle. Aujourd’hui, l’importance de ces recueils factices poussent les bibliothèques à réfléchir aux meilleurs moyens de les conserver et de les mettre en valeur dans leur collection.

Les interventions de ce cycle de conférence nous ont démontré que les recueils factices sont des trésors de renseignements sur les pratiques de lectures et sur la logique de consultation et de préservation des livres à l’époque moderne. Les humanités numériques sont d’un prompt renfort pour présenter au plus grand nombre les perles que recèle ce patrimoine particulier, tant sur le fond des documents que sur leur forme. Cette école d’hiver était l’occasion de présenter un premier état des recherches sur la question, mais aussi d’évoquer la possibilité de recherches futures, notamment via des appels à candidature consacrés à ces projets.

Isabelle Riquet
Ingénieure de recherche à l’ENSSIB


 

  1. Neil Harris et Ilaria Pastrolin, Briquet Reloaded, Lyon, Institut d’Histoire du Livre 2018. []
  2. Voir sur ce cas son billet “Usages et intérêts d’un recueil factice du XVIe siècle: la trajectoire d’un Sammelband de Paris à Utrecht“, publié sur le blog Histoire du Livre le 18 janvier 2019. []