Usages et intérêts d’un recueil factice du XVIe siècle: la trajectoire d’un Sammelband de Paris à Utrecht

La Bibliothèque Universitaire d’Utrecht, dont le conservateur Bart Jaski nous a fait découvrir les collections lors d’un entretien accordé au carnet de la SBF, compte parmi ses fonds de nombreux ouvrages du XVIe siècle dont l’histoire est intimement liée à celle de bibliothèques privées et religieuses de la ville. Un certain nombre de volumes fut confisqué aux églises catholiques d’Utrecht quand la ville opta pour le Protestantisme en 1580, et ce qui restait de ces bibliothèques religieuses fut donné à la bibliothèque universitaire par leurs chapitres au XIXe siècle. Mais ce sont surtout deux importants legs autour de 1600 qui contribuèrent à constituer ce qui fut d’abord la bibliothèque municipale (stadsbibliotheek), l’une des premières en son genre aux Pays-Bas. Le fonds de ce qui allait devenir la bibliothèque universitaire reçut ainsi les ouvrages de l’humaniste Evert van de Poll (?-1602) et ceux d’un chanoine, Huybert Edmond van Buchell (1513-1599)1.

Illustration 1: Sint Janskerk, Utrecht

Grâce à cette entrée rapide des ouvrages dans une bibliothèque publique puis universitaire à la mort de leur dernier propriétaire, un nombre important de ces volumes a pu conserver sa reliure d’origine. Ce détail est décisif lorsque l’on veut identifier les recueils factices, ou Sammelbände, produits au XVIe siècle, pour en analyser la constitution et l’histoire. C’est l’un de ces recueils qui m’a intéressée, d’abord pour l’un des ouvrages qui s’y trouvait rassemblé avec d’autres imprimés du XVIe siècle, et dont le contenu entrait dans le cadre de mes recherches sur la culture joyeuse en France à cette période.

Le recueil E. oct. 498 est un petit volume doté d’une reliure qui semble avoir été confectionnée aux Pays-Bas, en parchemin rigide, sans décoration ni inscription ou autre signe distinctif extérieur sur la reliure (hormis une bande de peinture sur la partie supérieure du plat, dont la fonction reste mystérieuse).

Illustration 2: La reliure du recueil E. oct. 498 de la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht

Il comporte une cote ancienne sur la tranche de gouttière, qui ne coïncide pas avec une autre cote inscrite à l’encre sur la garde volante.

Illustration 3: Les cotes du recueil E. oct. 498 de la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht

Il contient six livres, tous de format in-8 et de tailles diverses (variant de 4 à 142 pages), dont voici la liste :

1.        Claude de Ruby, La resurrection de la saincte messe, Paris : Nicolas Chesneau, 1565 (USTC 38154)
2.        Johannes Despruets, Brieve response a certaine epistre de François Perrucelli, Paris : Claude Frémy, 1564 (USTC 26725)
3.        Pax hominibus bonae voluntatis. Le testament et bonne volunté de l’abbé des conars, s.l., s.n., 1562 (USTC 79798)
4.       Le discours comme la saincte larme fut apportée en l’abbaye de Vendosme, Paris : Guillaume Nyverd, [1562] (USTC 88341)
5.       Charles IX, Declaration du roy par laquelle il deffend de ne faire presche, assemblées, ny adminsitrations de sacramentz, Paris : Jean Dallier, 1563 (USTC 3853)
6.       Claude de Sainctes, Discours sur le saccagement des eglises catholiques, Paris : Claude Frémy, 1563 (USTC 9679)

Malgré la diversité apparente des titres et de la nature de ces ouvrages, ils ont en commun de tous porter sur des sujets de controverse religieuse entre catholiques et protestants (1, 2 et 4 portent sur des questions théologiques ou liées aux rites catholiques ; 3, 5 et 6 sont liés à l’actualité du conflit religieux). De plus, sur le plan de la production, ils ont également en commun d’avoir tous été imprimés à Paris dans un laps de temps court (1562 à 1565). Un seul livre, la Pax hominibus (numéro 3 de la liste), ne comporte pas de détails d’impression, mais le contenu du texte permet d’éclaircir la date (1562). La comparaison de ses caractères typographiques avec ceux de l’ouvrage qui le suit dans le volume, Le discours sur la Sainte Larme, permet d’affirmer qu’il a également été produit dans l’atelier de Guillaume II Nyverd.

Illustration 4: Les pages de titre du Pax hominibus bonae voluntatis et du Discours comme la saincte larme fut apportée en l’abbaye de Vendosme.

L’intérêt de ce recueil est de proposer des provenances qui permettent d’éclairer quelque peu son histoire. Les livres ne comportent pas d’annotations, hormis le Discours sur le saccagement des eglises catholiques, qui semble avoir été annoté par deux mains différentes pour ajouter en marge du texte des traductions en latin de certains mots et passages en français. En revanche, des provenances au début du volume, sur la garde volante et sur la page de titre du premier livre du recueil, donnent des indications précieuses sur ses différents possesseurs.

Illustration 5: Les provenances des chanoines d’Utrecht dans le recueil E. oct. 498 .

Trois possesseurs se le sont transmis avant qu’il entre dans les collections de la bibliothèque. Il fut d’abord donné par Theodorus Thibault, dont une mention d’archives précise qu’il était chanoine à Utrecht en 1578, à Lambert van der Burch (1542-1617)2. Van der Burch, originaire de Malines, devint chanoine de l’église Sainte-Marie (Sint Mariakerk) d’Utrecht en 1555, puis diacre de la même église en 15823

Il fit don de ce recueil à Huybert van Buchell (1513-1599) lui-même chanoine de Sainte-Marie jusqu’en 1569. À cette date, ce dernier quitta les Pays-Bas pour s’installer à Cologne jusqu’à sa mort. Dans son testament, il légua ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht (Jacobikerk) ; ses exécuteurs testamentaires acceptèrent que sa bibliothèque soit donnée à la stadsbibliotheek.

Dans la mesure où les livres furent acheminés de Paris à Utrecht en ou après 1565, date de l’imprimé le plus récent, les transmissions entre les trois chanoines se succédèrent donc rapidement, entre 1565 et 1569. On peut se demander si le recueil resta ensuite à Utrecht quand van Buchell quitta la ville pour ne plus y revenir, plutôt que d’imaginer un aller-et-retour de ce volume, avec les quelques 2000 autres (environ 2200 titres) que possédait van Buchell, entre Utrecht et Cologne. Quoi qu’il en soit, le recueil entra définitivement dans les collections de la stadsbibliotheek en 1599.

Aucun indice ne permet en revanche de reconstruire la phase initiale de l’achat des différents livres – sinon le fait qu’ils furent peu ou pas diffusés hors du royaume de France. Mon hypothèse est qu’ils furent tous achetés à Paris en 1565 dans une ou plusieurs librairies par un même acheteur, qu’il s’agisse de Thibault ou d’un premier acheteur inconnu ; qu’ils furent ensuite transportés ensemble dans une reliure d’attente à Utrecht ; puis qu’ils furent reliés sur place pour le bénéfice de Thibault ou d’un possesseur antérieur qui le lui transmit rapidement après achat et reliure. On peut alors synthétiser toutes les données matérielles et les provenances de ce volume dans une matrice de Walsby.

Illustration 6: L’évolution du volume E. oct. 498 (matrice de Walsby).

Étudier ce volume d’après ses caractéristiques de Sammelband est utile à plus d’un titre. Tout d’abord, établir les éléments relatifs à sa composition permet de réfléchir à la manière dont un acheteur a pu rassembler des livres a priori hétérogènes dans un même ensemble. Le livre qui m’intéressait plus spécifiquement au départ de cette enquête, la Pax Hominibus (titre latin recouvrant en fait un poème narratif en français), est en effet un livre produit par une organisation joyeux et festive, L’Abbaye (parodique) des Conards de Rouen. Sa présence dans ce recueil de livres portant sur le fait religieux n’était donc pas évidente. Elle s’explique à condition de comprendre que pour son acheteur, ce livre était non pas un texte de tonalité légère et divertissante, mais une autre illustration des conflits religieux du temps, puisque les Conards de Rouen le composèrent pour défendre leurs activités de carnaval, menacées par les Protestants rouennais en 1562.

Illustration 7: Le char de carnaval des Conards de Rouen (USTC 84170).

De plus, sur le plan patrimonial, les éléments liés à la transmission du recueil que j’ai présenté ici permettent de mieux comprendre les façons dont van Buchell a constitué sa bibliothèque. Dans la mesure où les autres recueils factices de cette même collection sont rassemblés à la bibliothèque universitaire d’Utrecht, il sera possible de proposer une analyse plus complète de ce corpus, à la fois dans ses caractéristiques matérielles et dans sa constitution en tant que collection, au-delà des signes distinctifs de chaque recueil. Cette analyse prendra place dans le nouveau projet de recherche, Sammelband 15-16, que nous présenterons bientôt dans ce carnet4.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. à ne pas confondre avec un autre humaniste d’Utrecht, son neveu, Aernout van Buchell dit Buchelius (1565-1641), dont une partie de la collection de livres et de manuscrits et papiers personnels est également conservée à la BU d’Utrecht. []
  2. J. van der Minne, “Het geslacht van der Minne”, Algemeen Nederlandsch familieblad, 11 (1894), pp. 36-43, p. 43. []
  3. A.J. van der Aa, Biographisch woordenboek der Nederlanden, bevattende levensbeschrijvingen van zoodanige personen, die zich op eenigerlei wijze in ons vaderland hebben vermaard gemaakt; voortgezet door K.J.R. van Harderwijk en G.D.J. Schotel, Haarlem 1852-1878, p. 1567. []
  4. Le projet Sammelband 15-16 est dirigé par Malcolm Walsby (Université de Rennes II, laboratoire Tempora). Il en a exposé les principes lors d’une exposition sur les recueils factices du Centre Culturel Irlandais en octobre 2017. Voir le site du projet: https://sammelband.hypotheses.org []

Entretien avec Alisa van de Haar, conservatrice d’un fonds ancien de la bibliothèque de l’Université de Groningue

Fondée en 1615 – un an après la fondation de l’université elle-même –, la bibliothèque universitaire de Groningue est toujours située au même endroit au centre de la ville nordique. Elle possède actuellement plus de trois millions de livres, qui sont utilisés par les 30 000 étudiants et chercheurs de cette université. Quelque 150 000 de ses documents sont conservés au département des livres rares et peuvent être consultés sur place, au troisième étage du bâtiment moderne, par toute personne en possession d’une carte de bibliothèque ou d’une carte journalière. Il s’agit de papyrus anciens, de manuscrits médiévaux et modernes, de correspondances personnelles, de livres imprimés du XVe au XIXe siècle, de pamphlets, de cartes géographiques et d’annonces publiées par l’université pendant ses plus de 400 ans d’existence.

Depuis juin 2018, Dr Alisa van de Haar est la conservatrice de ce fonds ancien. Elle répond à nos questions.

Illustration 1: L’extérieur de la bibliothèque universitaire de Groningue. Image de Dirk Fennema

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

La collection de livres de cette université a grandi avec l’institution elle-même. Elle sauvegarde ainsi l’histoire et le patrimoine de cette université, reflétant son caractère individuel et les changements qu’elle a subis à travers les siècles (l’introduction de nouveaux champs d’étude, les liens internationaux évolutifs). Le département de livres rares forme un diptyque patrimonial avec le musée universitaire de Groningue, situé juste à côté de la bibliothèque.

Le musée et la bibliothèque viennent de subir des travaux de rénovation et de restauration qui étaient nécessaires pour pouvoir accueillir un nombre croissant d’étudiants et pour garantir les conditions optimales pour les objets qui y sont conservés. Le département de livres rares a maintenant à sa disposition une salle de lecture où il peut recevoir 15 chercheurs et deux salles qui sont utilisées pour des cours ou des colloques pendant lesquels des objets historiques sont présentés.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Dès la fondation de la bibliothèque universitaire, les différents bibliothécaires ont acheté des œuvres de référence sur les sujets enseignés à l’université. Cette politique d’acquisition est démontrée par le premier catalogue de la bibliothèque, qui a été établi en 1619 par le premier bibliothécaire, Nicolas Mulerius, et qui compte déjà 403 volumes. La plupart de ces volumes est toujours en possession de la bibliothèque, et leurs reliures attestent du fait qu’au début, les livres étaient enchaînés.

Illustration 2: Rayonnages des livres mentionnés dans le catalogue de 1619. Image de Hesterliena Wolthuis

La bibliothèque a également reçu de nombreux legs et dons, dont beaucoup proviennent des bibliothèques privées d’anciens professeurs de l’université. De plus, en 1624, la bibliothèque de l’église de Saint Martin, située à Groningue, a été transférée à la bibliothèque universitaire, suite au départ des clercs de cette église, face à la montée du protestantisme dans la ville.

Illustration 3: Plusieurs livres provenant de la bibliothèque de l’église de Saint Martin. Image de Dirk Fennema

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les bibliothèques privées que nous avons reçues à travers les siècles se trouvent plusieurs collections thématiques qui sont particulièrement riches. Les collections qui sont bien représentées au sein de notre fonds sont, entre autres, celles des livres de prix, accordés aux meilleurs élèves des écoles latines et décorés de l’emblème de la ville en question ; des reliures industrielles produites entre 1890 et 1940 dans le style Art nouveau ou Art déco ; des livres ésotériques sur la sorcellerie et les fantômes ; des œuvres juridiques historiques, par exemple des manuscrits médiévaux contenant le Miroir des Saxons ; des alba amicorum, dont un album qui contient une inscription de Théodore de Bèze ; des Robinsonnades (écrites dans le style du fameux Robinson Crusoé) ; et des éditions d’Horace et du poète néerlandais Joost van den Vondel. Notre point fort reste, cependant, le lien entre notre collection et la ville et l’université de Groningue. Nous possédons un fonds riche de livres imprimés à Groningue et de cartes montrant la ville et la province homonyme.

Pouvez-vous nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Ce livre d’heures, notre Hs add 280, a été offert à l’ancien bibliothécaire W. R. H. Koops à l’occasion de sa retraite, qui l’a immédiatement donné à la bibliothèque. Le manuscrit a été produit vers 1500 dans la province de Groningue. Il a été attribué au monastère bénédictin Siloe à Selwerd, fabricateur prolifique de manuscrits, en raison de sa décoration typique du style de Selwerd : ses fleurs rose pâle, bleu foncé et orange vif sont caractéristiques de la décoration groningoise.

Illustration 4: Hs add 280. Image de Dirk Fennema

Nous possédons une collection de quelque 50 alba amicorum, dont la plupart ont appartenu à des étudiants inscrits à l’université de Groningue ou à des jeunes femmes issues des meilleures familles de la ville. Cet exemplaire, Hs add 389, contenant l’image d’un phénix, a été constitué par Johannes Siertsema, étudiant en théologie et en philosophie au milieu du XVIIIe siècle.

Illustration 5: Hs add 389. Image de Hesterliena Wolthuis

L’objet phare de notre collection est notre ‘Bible de Luther’. Il s’agit d’un exemplaire de l’édition de 1527 de la traduction latine du nouveau testament par Erasme, qui a appartenu à Martin Luther. Luther a lu l’œuvre d’Erasme de façon critique, la plume à la main. Il exprime son opinion plutôt négative dans les marges, traitant Erasme de ‘bube’ (petit garçon) et écrivant que l’humaniste néerlandais n’était pas assez pieux. Les fils de Luther ont offert ce livre à l’aristocrate frison Unico Manninga. Plus tard, il a appartenu à l’humaniste groningois Regnerus Praedinius, qui a, lui aussi, annoté le texte, réagissant parfois aux remarques de Luther. Le livre est resté dans des cercles érudits à Groningue pendant plusieurs décennies, avant d’être offert à la bibliothèque universitaire dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. 

Illustration 6: Hs 494. Image de Hesterliena Wolthuis

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Afin d’atteindre les chercheurs, il faut commencer par les étudiants qui, dans certains cas, deviendront des chercheurs (académiques ou non) eux-mêmes. Nous organisons beaucoup de cours pour les étudiants en histoire ou en histoire de la littérature pour les informer sur notre fonds et pour leur apprendre à l’utiliser de façon responsable. Nous sommes également en train de numériser une grande partie de notre collection grâce à des collaborations avec Google Books et le projet néerlandais Metamorfoze. Entretemps, nous continuons à remplir notre propre base de documents numérisés.

Illustration 7: Une sélection de nos alba amicorum. Image de Dirk Fennema

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ouvrons nos portes régulièrement lors d’événements tels que les Journées du Patrimoine. Depuis que la bibliothèque a été rénovée, elle dispose de vitrines qui nous permettent d’organiser des expositions pour montrer nos objets à un public large. Actuellement, nous avons une exposition sur les livres d’artistes modernes, intitulée Dear Reader, Don’t Read. De plus, nous organisons des séminaires sous le titre Les trésors de la bibliothèque universitaire, pendant lesquels les objets discutés sont montrés au public.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Comme toutes les bibliothèques possédant des livres rares, nous faisons de notre mieux pour mettre nos objets à la disposition de tout lecteur ayant accès à internet. La numérisation de notre fonds s’est ajoutée à nos responsabilités ordinaires, ayant pour conséquence que d’autres tâches, telles que la description de nos collections, avancent plus lentement. En outre, la numérisation de ces objets précieux demande une connaissance et une compréhension approfondie des systèmes numériques et de techniques qui permettent de prendre des photos sans endommager le livre. Ces dernières années, nous avons appris ces choses au fur et à mesure que nous avancions. Il nous reste toujours beaucoup à apprendre, mais les moyens financiers manquent souvent.

Outre la question de la numérisation de nos objets, qui est très complexe, nous avons à faire face à une réduction d’espace de stockage, qui est en partie causée par – raison typiquement néerlandaise – l’installation envisagée de stationnements pour vélos dans notre dépôt. Nous recevons beaucoup d’offres de livres rares, mais nous devons être davantage sélectifs quant aux offres que nous pouvons accepter, même si en tant que bibliothèque universitaire, nous nous sentent responsables de tout ce patrimoine. En tant que conservatrice, de tels dilemmes font partie de mes expériences quotidiennes : je fais également toujours de mon mieux pour trouver le bon équilibre entre la préservation des objets pour les générations futures, et leur visibilité et usage actuels.

Illustration 8: Deux livres de prix, offerts aux meilleurs élèves des écoles latines d’Appingedam et de Groningue, dont ils contiennent les armoiries. Image de Dirk Fennema

Une visibilité réduite : fastes et lacunes d’une exposition sur le théâtre au XVIe siècle

 

Le musée national de la Renaissance au château d’Écouen propose jusqu’au 28 janvier 2019 l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance. Cette exposition présente sans aucun doute la plus grande quantité de livres sur et autour du théâtre et de la culture spectaculaire en français au XVIe siècle jamais rassemblée pour une telle manifestation culturelle. À ce titre, elle offre à qui la visite un saisissant tour d’horizon visuel des supports et des formats proposant à l’époque des textes de théâtre, mais aussi des récits festifs, des images de décors et de spectacles, ainsi que des documents témoignant de la pratique dramatique. Il est d’autant plus dommage qu’elle ne réponde pas aux attentes qu’une telle ambition peut susciter.

Une large place faite aux livres

Pour limiter le propos aux livres qui sont l’objet d’étude de ce blog, je ne commenterai pas les documents d’archives, tableaux, gravures, objets et même tapisseries et tissus présentés aux côtés de ces livres, autrement que pour souligner le grand intérêt de les rassembler ainsi dans un même espace d’exposition. Ils font l’objet d’une présentation riche et éclairante sur différents aspects de la pratique théâtrale comme sur l’impact que le théâtre put avoir sur l’imaginaire collectif à cette époque. Les livres (manuscrits et imprimés) représentent quant à eux presque la moitié des 137 pièces présentées.

L’exposition est divisée en quatre salles : « L’apogée des formes médiévales », « Un théâtre humaniste », « L’émergence de la commedia dell’arte » et « Un théâtre de Cour ? La construction d’un nouveau symbolisme collectif ». La première salle, et aussi la plus grande, est consacrée au théâtre issu de la tradition médiévale encore largement pratiquée au XVIe siècle. Les vitrines centrales de la pièce proposent une impressionnante collection de manuscrits de mystères et pièces à sujets religieux, qui illustrent la diversité de ces supports. 

On peut ainsi voir côte à côte des manuscrits de mystères présentant le texte complet d’une pièce, certains dans une mise en page dépouillée, d’autres richement enluminés ; des imprimés qui soulignent que les textes de ces mystères ne restèrent pas cantonnés au seul support manuscrit ; des registres de comptes ainsi que des contrats documentant l’organisation des représentations de ces mystères. On y trouve aussi d’exceptionnels documents de travail utilisés lors de représentations, tels que l’Abregiet de la Passion jouée à Mons en 1501, qui permettait au metteur en scène (‘meneur de jeu’) d’avoir une vue d’ensemble des répliques abrégées des différents personnages et des actions de jeu (Mons, bibliothèque centrale, Ms 535 (1086) R1/B) ; ou encore de rares rôles d’acteurs, qui ne comportent que les répliques du personnage que l’on joue (Rôle de l’Homme Pécheur, moralité de la fin du XVe siècle, BnF Ms NAF 6514). Tous sont rendus accessibles par de très utiles tablettes en bois que l’on peut prendre en main pour lire une transcription d’extraits de textes manuscrits.

Manuscrits et incunable de mystères de la Passion richement enluminés

La deuxième salle fait la part belle à trois types de livres, dont le propos reflète l’intérêt des humanistes pour le théâtre antique, et l’inspiration qu’ils y trouvent : des éditions, en latin et en français, des œuvres du poète comique latin Térence ; des traités architecturaux italiens qui proposent une réflexion sur la construction de nouveaux théâtres et décors inspirés de l’Antiquité ; et les premières tragédies et comédies en français d’auteurs tels qu’Étienne Jodelle, Robert Garnier ou Pierre de Larivey.

Térence, Comoediae, Johann Grüninger, Strasbourg, 1496 (USTC 749279)

Les troisième et quatrième salles proposent une belle palette d’éditions présentant différents divertissements de cour et entrées urbaines ainsi qu’une sélection intéressante de pièces issues du monde des acteurs italiens à la fin du XVIe siècle. Certains de ces ouvrages éveilleront certainement la curiosité des historiens du livre. Ainsi d’une édition d’une comédie italienne, l’Angelica de Fabrizio de Fornaris, par le parisien Abel Langelier (1585) (USTC 130109), qui attire l’attention sur la petite production dans cette langue d’un imprimeur-libraire majeur, plus connu pour son ample catalogue en français. Ou encore l’expérimentation menée par Gérard Vivre avec sa Comédie de la fidélité nuptiale (Paris, Nicolas Bonfons, 1578) : dans ce livre, l’auteur propose un système inédit de signes typographiques servant à donner des indications scéniques dans le texte de la pièce. A ce titre, l’exposition a pour mérite certain de proposer, aux côtés d’ouvrages incontournables, d’autres livres moins connus mais tout aussi fascinants.

Deux pages de la Comédie de Gérard de Vivre (g. Système de didascalies typographiques; d. Son application dans un dialogue)

Des livres trop peu mis en valeur

Il est donc dommage que ces livres, dont la variété et l’intérêt sont frappants, ne bénéficient pas toujours d’une mise en valeur adéquate. Dans toutes les salles, l’exposition des livres est similaire : la plupart sont présentés en vitrine à l’horizontale, pour s’ouvrir sur la page de titre ou sur deux pages reflétant au mieux le contenu de l’ouvrage. Cette exposition classique est compréhensible, mais les longues rangées de livres ainsi présentées peuvent s’avérer monotones pour les personnes qui visitent l’exposition sans avoir de connaissances préalables en histoire du théâtre ni en histoire du livre.

Elle est de plus inévitablement frustrante, dans le cas de manuscrits et d’imprimés vantés pour leur contenu particulièrement riche en illustrations, ou les particularités de leur contenu. Étant donné le partenariat mis en place avec la Bibliothèque nationale de France, on aurait pu envisager un accès électronique à certains ouvrages dont la numérisation est disponible sur Gallica, via des tablettes au fil de l’exposition, ou tout autre dispositif attirant l’attention des visiteurs sur l’existence de ces objets numériques. Il est en effet dommage de se priver du plaisir de pouvoir feuilleter l’un des manuscrits du Mystère de la Passion de Valenciennes, richement peints, ou encore le Balet comique de la Royne (1582) et ses nombreuses gravures[1], pour se faire une meilleure idée de leur contenu.

De fait, les choix de présentation des ouvrages risquent de faire passer les visiteurs à côté de pièces essentielles. Ainsi, dans la première salle, en parallèle aux livres de mystères, les autres « formes rudimentaires » théâtrales (pour reprendre une expression particulièrement malheureuse du panneau présentant les farces, sotties et moralités) ne bénéficient pas du même traitement de mise en valeur. Il est dommage que, dans la (trop) petite sélection d’imprimés présentée pour cette section, soient mis sur le même plan des éditions intéressantes mais conservées en plusieurs exemplaires, et des ouvrages absolument uniques. Ainsi, on se demandera si un objet exceptionnel comme le Recueil de Florence (coll. privée), l’un des trois grands recueils de théâtre joyeux imprimé, ne pouvait pas mieux être présenté que perdu dans une vitrine foisonnante.

Le recueil de Florence, exposé pour la première fois au public 

Cela ne contribue pas à attirer le regard des visiteurs sur ce témoin majeur de l’histoire du théâtre, ni à souligner qu’est ici exposé pour la première fois au public un livre demeuré dans des collections privées depuis sa découverte dans un grenier en 1927 (et prêté pour l’occasion par son propriétaire) : seuls deux chercheurs, Gustave Cohen et Jelle Koopmans, avaient jusqu’ici eu le privilège d’y avoir accès pour l’étudier.

Cela crée également l’impression fausse que c’est le théâtre religieux qui primait dans la pratique théâtrale du premier XVIe siècle, vu la place donnée à ses témoins dans cette salle, qui réduit le foisonnement des autres formes théâtrales et festives de l’époque à peu de choses, au regard de la masse de livres et de documents qu’elles nous ont pourtant laissée.

Une question laissée sans réponse : qu’est-ce que le théâtre dans la France de la Renaissance ?

Car c’est bien là que le bât blesse. Le problème majeur auquel on est confronté dans cette exposition réside dans un biais qui met en avant la sélection de certains types d’ouvrages, pour occulter d’autres pans de la production de livres de théâtre et de la pratique théâtrale de la même période, sans que cela soit justifié par les sources. Le théâtre religieux qui l’emporte sur les autres formes dramatiques pour la première salle en est un exemple. La mise en avant d’un « théâtre rêvé » des humanistes dans la deuxième salle en est un autre. Les belles éditions illustrées de Térence éclipsent la pratique du théâtre des Collèges, en latin notamment. Le théâtre des Jésuites, autre forme majeure du théâtre pédagogique à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, est quant à lui tout simplement absent de l’exposition. De même, les décors imaginés par les architectes italiens ne trouvent pas de véritable contrepoint dans la présentation de documents permettant de mieux saisir les questions de scénographies réellement à l’œuvre quand se mettent en place les premières structures de jeu pérennes, à Paris notamment. C’est donc un théâtre souvent imaginaire qui est mis en avant, au détriment de la pratique dramatique proposée aux publics de la Renaissance.

Autre angle mort de l’exposition, un seul livre, la « tragédie françoise » Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze (ici présenté dans son édition anversoise de 1580, est chargé d’illustrer toute la richesse du théâtre protestant en français. On sait que ce théâtre fut particulièrement foisonnant en France dans la deuxième moitié du XVIe siècle, dans les registres non seulement tragiques, mais aussi comiques et satiriques, en résonance avec les tensions puis les conflits sanglants des guerres de religion qui marquèrent le royaume.

La Comédie du Pape malade, [Genève], [Conrad Badius], 1561, USTC 209

De nombreuses pièces réformées furent jouées dans des villes françaises, et circulèrent à l’état de manuscrits et d’imprimés : là encore, la documentation existe, et aurait dû être présentée pour donner une vision complète des enjeux sociaux et religieux du théâtre de la première modernité. Ainsi, il était possible de faire le lien avec le manuscrit La Vallière, ou Recueil de Rouen, présenté comme recueil de farces dans la première salle l’exposition, mais qui contient également des pièces d’inspiration protestantes composées et jouées en Normandie. Cela aurait permis de montrer la complexité de tels ouvrages, plutôt que de les réduire à des stéréotypes – le comique de la farce n’excluant pas ici le sérieux de la critique réformée, par exemple.

Le Recueil La Vallière, ou Recueil de Rouen, BnF Ms Français 24341 (photos © Mario Longtin)

On pourrait certes arguer qu’une partie du théâtre protestant, de Bèze et d’autres, fut imprimé à Genève ou Neuchâtel et se trouverait donc à la marge du champ défini par l’exposition, la France de la Renaissance. Mais, outre le fait que ces livres circulèrent largement dans le royaume, il faudrait alors également discuter le statut d’autres objets présentés au fil de l’exposition. Ainsi, les manuscrits des Passions jouées et copiées à Valenciennes et Mons, sont présentés parmi d’autres témoins des mystères joués en France, alors que ces villes faisaient encore partie des Pays-Bas. On regrette donc ici le manque de contextualisation de ces questions de frontières géopolitiques qui ne recoupaient pas celles de la langue au XVIe siècle, et qui posent donc la question de ce qu’est le théâtre français, ou en français à l’époque.

En conclusion, cette exposition mérite le déplacement pour l’introduction d’un sujet encore largement inconnu du grand public, et pour la richesse des œuvres et des livres qu’elle présente, en particulier certaines pièces, exceptionnelles à bien des égards. On déplorera en revanche que des pans de la recherche actuelle soient laissés dans l’ombre ou sous-exploités, ce qui n’aboutit qu’à une vision partielle, et donc incomplète, de la culture théâtrale du temps. Ces manques se retrouvent en particulier dans la présentation des livres imprimés, qui ne permet pas assez de bien en saisir le contexte de production, l’utilisation et la réception dans la société du XVIe siècle, ainsi que la valeur patrimoniale et scientifique.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

[1]  Sur cet ouvrage, je renvoie au billet de Juliette Jestaz, « Les faux pas du Balet comique de la Royne imprimé en 1582 », publié sur notre blog le 4 octobre 2017.

 

À la découverte d’une bibliothèque savante: les collections de l’Académie de Nîmes

Cette semaine, Didier Travier, conservateur au fonds ancien de la bibliothèque municipale de Nîmes, nous emmène à la découverte d’une autre bibliothèque dont il a la charge, celle de l’Académie de Nîmes.

L’Académie de Nîmes créée en 1682 est l’une des plus anciennes académies de province après celles de Caen (1652), Avignon (1658), Arles (1669) et Soissons (1674). Dissoute à la Révolution française, elle est reconstituée en 1802. Elle se réunit depuis 1920 dans un bel hôtel particulier du 16e siècle situé au 16 de la rue Dorée. C’est là, au premier étage, que se trouve sa bibliothèque dont le catalogue informatisé compte un peu plus de 8000 notices.

Une permanence y est assurée les mardis de 14h à 17h et vendredis de 14h à 16h. Les confrères et consœurs ainsi que les chercheurs extérieurs qui en font la demande y sont accueillis par M. Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission de la bibliothèque, et les personnes qui l’épaulent.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Comme ce fut le cas pour beaucoup d’institutions d’Ancien Régime, la bibliothèque de l’Académie de Nîmes, qui s’était considérablement enrichie par la donation des collections de son Secrétaire perpétuel, le botaniste et épigraphiste Jean-François Séguier (1703-1784), a été confisquée au moment de la Révolution française. Le fonds ancien de l’Académie se trouve donc aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Nîmes. La part du livre ancien est en conséquence très faible dans les collections de la bibliothèque reconstituée au 19e siècle : moins de 4% d’ouvrages antérieurs à 1810. Elles se partagent en deux parts égales entre un grand 19e siècle (jusqu’en 1914) et le 20e siècle jusqu’à nos jours (48% chacune). Cela n’empêche pas la présence de quelques pièces anciennes rares comme cet ouvrage de polémique anti protestante, L’Ecriture abandonnée par les ministres de la religion prétendue réformée, publié à Nîmes en 1658 par un magistrat de la ville, Claude de Bane, issu d’une famille protestante mais converti lui-même au catholicisme. Le Catalogue collectif de France n’en recense que deux exemplaires à Avignon et Montpellier.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

L’usage est que les Académiciens remettent à la bibliothèque un exemplaire de chacune des publications auxquelles ils contribuent. C’est là la source régulière d’accroissement des collections. Il n’est pas rare non plus qu’au décès de certains membres, l’Académie reçoive tout ou partie de leur bibliothèque. Ce fut par exemple le cas en 1922 pour celle du commandant Raymond Plantin de Villeperdrix partagée entre l’Académie et le Musée archéologique.

Ex-libris du commandant de Villeperdix sur un exemplaire du Compendio della vita di san Filipo Neri, Forli, 1674, provenant de la bibliothèque familiale.

Enfin, l’une des ressources importantes de la bibliothèque est constituée par les périodiques reçus par échange avec d’autres sociétés savantes. Il y en a actuellement 94.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

A côté de ces publications des sociétés savantes, qui constituent une mine trop peu explorée, et des brochures et ouvrages intéressant l’histoire locale, l’un des points forts de la bibliothèque de l’Académie réside, me semble-t-il, dans ses collections occitanes. Les ouvrages les plus anciens dans ce domaine sont l’édition de 1638 du Ramelet moundi de Pierre Goudelin et Le tableu de la bido del parfet crestia, livre de piété toulousain millésimé 1673, l’édition originale datant de l’année précédente. Mais c’est surtout le mouvement félibréen qui est représenté par plusieurs centaines de titres, provenant notamment de la bibliothèque de Fernand Devize léguée en 1928, elle-même héritière de celle de l’écrivain provençal Baptiste Bonnet (1844-1925), natif de Bellegarde dans le Gard. Parmi les pièces remarquables de cet ensemble, il faut citer les carnets manuscrits du félibre nîmois Louis Roumieux (1829-1894).

Dans le domaine du patrimoine graphique, il convient de signaler, même s’ils n’appartiennent pas à la bibliothèque stricto sensu, la fascinante collection iconographique relative au comte de Chambord réunie par Henry Bauquier, le fondateur du Musée du Vieux-Nîmes, et donnée à l’Académie en 1943, ainsi que le fonds Filleron-Lorin comprenant 44 700 cartes postales anciennes, concernant principalement des édifices religieux.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Voici d’abord un ouvrage emblématique de la culture camarguaise, qui a tant d’importance à Nîmes, ville de la tauromachie

Le Taureau Camargue, publié en 1925 par Jeanne de Flandreysy et Gaston Bouzanquet participe du mouvement d’ « invention » de la Camargue et de promotion des traditions de la « nacioun gardiana » qui s’affirme dans ces années-là autour du marquis de Baroncelli.
Mais pour voir les pièces les plus remarquables, il faut ouvrir les portes de l’armoire de la réserve.

Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission bibliothèque, devant l’armoire de la réserve)

La rarissime pièce ci-dessous (elle n’est connue au Catalogue collectif de France que par les deux exemplaires de la Mazarine) intitulée Histoire admirable d’un faux et supposé mari est une contrefaçon du début du 17e siècle du récit de la fameuse histoire de Martin Guerre.


Parmi les pièces manuscrites, on peut signaler un Cours d’architecture professé entre 1787 et 1792 à l’Ecole des Ponts et Chaussées de Montpellier par Charles Durand, qui, comme ingénieur du département du Gard, jouera un rôle décisif dans les aménagements urbains de Nîmes au début du 19e siècle.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La priorité n°1 est le signalement des collections. Une convention passée en 2001 avec la Ville de Nîmes a permis l’informatisation initiale du fonds. Depuis les nouvelles entrées sont cataloguées par les bibliothécaires de la Ville et intégrées dans un catalogue commun (http://cat-bib.nimes.fr). Dans le même temps, notre archiviste, M. Gabriel Audisio, et son équipe poursuivent un travail important de recensement des archives de l’Académie, qui prend la forme d’un inventaire sous Excel accessible sur le site de l’Académie (https://www.academiedenimes.org). On signalera enfin, dans la même logique d’ouverture, l’opération de numérisation des publications de l’Académie menée avec beaucoup de détermination par le Secrétaire perpétuel, M. Alain Aventurier. Aujourd’hui, l’ensemble des Mémoires est consultable en ligne sur le site de l’Académie. Les Mémoires mais aussi les Bulletins sont par ailleurs accessibles dans Gallica jusqu’en 2006.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Le grand public peut découvrir la bibliothèque à l’occasion des Journées du Patrimoine. L’Académie s’efforce également de s’associer à des opérations de valorisation à l’extérieur de ses murs. Ainsi, l’été dernier, une exposition faisant connaître le fonds de cartes postales a été présentée à la bibliothèque municipale dans le cadre d’un programme plus vaste consacré à la photographie.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Trop peu de places pour stocker les livres, trop peu de public pour les consulter ! Le premier problème est en passe d’être résolu puisque l’aménagement de deux nouvelles pièces va donner à la bibliothèque et aux archives une extension considérable. Le second est plus complexe. Sa résolution suppose, outre l’effort de signalement et de valorisation déjà indiqué, l’établissement de liens plus resserrés avec l’Université, ce qui a commencé à se faire. Des numérisations ciblées, complémentaires de celles de la bibliothèque municipale et conjointes à elles, sont également à programmer pour les fonds les plus spécifiques. Ma position de conservateur du fonds ancien de la bibliothèque municipale et de bibliothécaire de l’Académie facilitera, je l’espère, ces convergences.

Entretien avec… Bart Jaski (Bibliothèque universitaire d’Utrecht)

Avec ce billet, le blog de la SbF inaugure une nouvelle série, qui permettra à ses lecteurs et lectrices de découvrir les collections de bibliothèques moins connues que celles des grandes institutions, grâce à des entretiens avec les personnes chargées de leur conservation et de leur ouverture au public.

L’Université d’Utrecht aux Pays-Bas accueille quelque 30 000 étudiants et chercheurs. Sur le campus de l’Uithof, l’imposante Bibliothèque universitaire recèle des trésors. Pour les découvrir, il faut se rendre au sixième étage, dans les « collections spécialisées » (‘bijzondere collecties’), où livres et documents anciens et précieux sont conservés et proposés à la consultation.

Les collections spécialisées de la BU d’Utrecht contiennent un grand nombre de manuscrits et d’imprimés, qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, d’échanges épistolaires, de cartes et de chartes terrestres et maritimes. La section se charge de choisir, d’acquérir, mais surtout de conserver, de cataloguer et de mettre en valeur ces précieux objets. Les étudiants, mais aussi leurs professeurs et chercheurs, ainsi que tout type d’amateur, peuvent y venir à la rencontre du passé à travers des matériaux riches en histoire et dont les caractéristiques matérielles sont parfois frappantes.

Dr Bart Jaski est le conservateur des manuscrits et livres anciens imprimés de cette section. Il répond à nos questions.

 Bart Jaski (© Maartje ter Horst)

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Le cœur de la collection est formé de manuscrits et de livres imprimés provenant de monastères et de chapitres d’églises d’Utrecht, confisqués lorsque que la ville devient une cité protestante en 1584.  Bien que la confiscation n’ait pas toujours été réussie, des centaines de livres furent rassemblés dans l’église de Saint-Jean, au centre de la ville, dans ce qui devint par la suite la nouvelle bibliothèque municipale. Lorsque l’université fut fondée en 1636, la bibliothèque municipale devint également la bibliothèque universitaire. A ce stade, plusieurs milliers de livres touchant à toutes les branches des sciences (et notamment à la théologie et au droit) furent ajoutés à la collection par des dons. Les dons et les acquisitions se sont poursuivis et la collection est donc aujourd’hui plus diverse que jamais.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les manuscrits médiévaux, la majorité ont été produits à Utrecht, notamment au XIVe et au XVe siècles. Nous comptons maintenant environ 750 manuscrits de l’époque médiévale et 900 incunables. Au total, les collections spécialisées contiennent environ 1,5 million de documents : tous les matériaux de la BU produits avant 1900, ainsi que tous les livres, manuscrits, cartes et archives rares ou précieux produits après 1900. Nous n’avons pas de grande collection en hébreux telle qu’il en existe à Amsterdam, ou de collection asiatique comme à Leiden. Nous, nous avons une collection académique liée à l’histoire d’Utrecht.

L’un des joyaux de la collection, le ‘Psautier d’Utrecht‘, un manuscrit du IXe siècle classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO

Pouvez-vous nous présenter quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Je vais prendre mes exemples parmi les documents qui ont été numérisés et publiés sur le site de la bibliothèque.

En ce qui concerne les manuscrits, je prendrai l’exemple du Ms. 5 J 27. C’est un exemple typique du livre d’heures néerlandais (v. 1460-70), écrit et décoré à Utrecht, par un maître qui avait un style bien à lui : un peu cru, mais efficace. Lorsque vous voyez l’original, l’or scintille véritablement : c’est vraiment un livre “enluminé”, ce qu’aucune reproduction ne peut recréer.

Le manuscrit 5 J 27, ff 85v-86r de la BU d’Utrecht

Pour représenter notre collection de livres imprimés, le meilleur exemple est notre exemplaire de Johann Bessler, Das triumphirende perpetuum mobile Orffyreanum (Kassel, 1719). Il fait partie des textes produits par Bessler pour s’attribuer l’invention du mouvement perpétuel et de la discussion scientifique qui entoure ce sujet. C’est un thème qui est encore débattu aujourd’hui, puisque les chercheurs tentent toujours de percer le secret de Bessler, mais c’est aussi un sujet qui touche des problématiques contemporaines telles que le mécénat, la recherche, les droits d’auteurs et de reproduction, etc. Notre exemplaire contient une inscription qui montre qu’il fut donné par Bessler lui-même.

Enfin, notre carte de l’Europe par Willem Blaeu, datant d’environ 1615 est également un document historique impressionnant. Imprimée sur du parchemin, et utilisée sur un navire, elle montre les dernières découvertes néerlandaises dans et autour de la Mer Arctique.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ? Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Sur notre page d’accueil, nous présentons nos derniers objets numérisés, accompagnés de courts essais explicatifs. Les textes sont écrits soit par les conservateurs soit par les chercheurs, et vont au-delà des simples méta-données, pour informer plus en profondeur le public académique mais aussi le grand public. Nous espérons que ces essais contribuent à la visibilité et l’accessibilité des objets.

Néanmoins, on ne trouve là qu’une petite partie des milliers de documents déjà numérisés. Des étudiants en histoire de l’art décrivent également, une sélection de nos manuscrits pour Wikipédia dans le cadre de leur formation. Ceci nous aide également à mettre en valeur nos documents, tout en leur donnant l’occasion de travailler sur des manuscrits anciens et de se former à la pratique d’une rédaction formelle et de qualité. Nos collections et nos archives sont publiées dans notre Repertorium, un répositoire numérique, mais elles sont uniquement accessibles en néerlandais. En ce qui concerne nos livres imprimés, nos cartes et une partie de nos manuscrits, ils sont dorénavant accessibles via WorldCat.

Nous n’avons pas d’espace dédié à l’exposition, mais nous coopérons avec plusieurs musées et institutions qui exposent des documents provenant de nos collections spécialisées. Nous participons également aux manifestations culturelles que proposent l’université et la ville d’Utrecht, telles que l’opération “Meet the Professor” ou encore les “dimanches culturels”. Nos projets de géoréférencement ont eux aussi rencontré un large succès auprès du grand public. Vous pouvez donc constater que nous utilisons une grande variété de stratégies pour la mise en avant des collections spécialisées de la bibliothèque.

La salle des cartes des collections spécialisées de la BU d’Utrecht, lors d’une séance de présentation avec des étudiants (© Ivar Pel)

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

J’en nommerai deux. Tout d’abord, il y a le défi du tout numérique. C’est très difficile de rester à jour : bien que ce soit une option séduisante puisqu’elle offre de nombreuses possibilités, il y a également des pièges à éviter. J’ai pu voir beaucoup d’argent et de temps investis dans des sites qui n’existent plus aujourd’hui. En ce moment, les humanités numériques ont le vent en poupe, et en tant que conservateur, je veux rester à la page concernant ce qui se passe et les manières par lesquelles je peux épauler les chercheurs. Malheureusement, cela vient parfois se heurter à ma mission de mise à disposition de la collection dans des projets plus traditionnels (colloques, expositions…), auxquels on me demande de plus en plus de collaborer et d’apporter mon expertise.

Cela m’amène à mon second défi : le besoin de porter des projets et d’épauler les chercheurs prend beaucoup de temps et cela impacte parfois des missions basiques mais essentielles telle que la mise en œuvre d’inventaires et d’archives numériques de la collection, auxquelles ne sont pas donnés le temps et l’attention requis. Avec deux conservateurs et deux autres personnes aux missions diverses (reproduction, communication, gestion de projets et de subventions), nos moyens sont limités. Pour autant, pour une si petite équipe, nous avons déjà beaucoup accompli et ça reste un plaisir de travailler avec les documents anciens, que ce soit pour les étudiants ou pour une exposition, numérique ou non. Le défi le plus important est certainement de faire en sorte de continuer à aimer mon métier, malgré les pressions qui l’entourent.

Entretien réalisé par Erell Smith (étudiante en master de recherche à Rennes II), en collaboration avec Katell Lavéant (Université d’Utrecht).

Imprimeur, libraire, éditeur, traducteur, auteur : Hendrik van den Keere, polymathe du livre à la Renaissance

Hendrik van den Keere est une figure incontournable des milieux des imprimeurs du sud des Pays-Bas du XVIe siècle. Il fut à tour de rôle imprimeur, libraire, éditeur, traducteur et auteur multilingue : un véritable polymathe du livre qui surgit fréquemment au gré des recherches. Il est principalement connu pour sa production imprimée conséquente à Gand dans les années 1560, et pour trois ouvrages de sa main : une pièce de théâtre en français (sous le nom francisé d’Henry du Tour), un poème en néerlandais, ainsi qu’un Dictionaire flamen-françois. Pourtant, malgré son importance, une certaine confusion règne autour de son rôle précis et il est donc nécessaire de faire le point sur la carrière de cet acteur du monde du livre flamand.

Il faut commencer en mettant fin à une confusion tentante. La proximité des dates et la similitude des noms ont mené à une erreur commune : un amalgame entre Hendrik van den Keere/Henry du Tour, imprimeur et auteur actif entre 1555 et 1567 (et dont le nom surgit encore dans des rééditions dans les deux décennies suivantes), et son fils, également connu sous le nom d’Hendrik van den Keere/Henry du Tour qui fut, lui, un graveur et fondeur de caractères qui réalisa du matériel typographique de grande qualité pour l’officine Plantinienne à Anvers entre 1568 et 1580[1]. C’est au père que j’aimerais ici m’intéresser, car son parcours d’imprimeur-libraire est exemplaire de celui d’un réseau de professionnels du livre flamands en contact étroit avec les milieux littéraires des auteurs rhétoriciens de cette région, dans la deuxième moitié du XVIe siècle.

Van den Keere semble avoir accompli sa carrière uniquement à Gand, sa ville natale, d’abord comme maître d’école française, puis comme imprimeur – tout en menant en parallèle des activités de traducteur de poésie, de dramaturge et de lexicographe. Bien qu’une étude plus poussée reste à effectuer dans les archives gantoises pour préciser ce parcours, on peut au moins présenter les éléments suivants. Son père, Pieter van den Keere, acheta l’atelier et le matériel typographique de Joos Lambrecht (Josse Lambert), lui aussi homme de lettres, maître d’école et imprimeur (actif de 1536 à 1553)[2]. On doit notamment à Lambrecht l’édition de pièces de théâtre restées célèbres pour le scandale causé par leur contenu évangélique et protestant en 1539 (USTC 402999)[3]. Cet atelier fut ensuite exploité par Jan Cauweel entre 1554 et 1556, qui y produisit notamment la première édition imprimée (1555) du premier art de rhétorique en néerlandais, le Const van rhetoriken de Matthijs de Castelein (USTC 400939). C’est en prologue à cette œuvre que l’on trouve un poème en néerlandais d’Hendrik van den Keere (traduction-adaptation d’un poème de Thomas Sébillet)[4] visant à souligner la valeur de ce texte, première trace de son activité d’auteur et d’éditeur de textes littéraires.

Hendrik van den Keere reprit ensuite cet atelier en 1556, et produisit des livres pendant une décennie, a priori jusqu’en 1567. À la variété des titres qu’il publia répond aussi une grande variété de ses marques de libraire, au dessin souvent assez sophistiqué.

Trois marques d’imprimeur-libraire employées par van den Keere en 1556, 1557 et 1558.

L’étude des livres publiés sous son nom dans l’Universal Short Title Catalogue donne une idée assez précise des étapes qu’il dût suivre pour trouver un type de production rentable financièrement. Il commença en effet par imprimer une série de courts ouvrages en latin (‘apud Henricum Chaerium’). Une recherche via l’USTC donne trois titres de Plutarque publiés en 1556 (USTC 403262, 403263 et 403264)[5]. Cependant, un autre titre ne figurant pas dans l’USTC apparaît dans le catalogue de la bibliothèque universitaire de Santiago de Compostella. Le volume est intitulé Epistola illustrissimi Ferdinandi Alvarii […] ad Paulum Quartum Pontif. Maxi., Gaudavi [Gand], Excud. Henricus Chaerius, 1556 (in-4, ff. 4). Il était fréquent à cette période de publier ainsi de telles lettres, considérées comme utiles à l’information du public, avant l’apparition des premiers journaux modernes au XVIIe siècle – d’autant que le duc d’Albe était un personnage connu aux Pays-Bas (il allait y prendre la fonction de régent quelques années plus tard, en 1567)[6].

Cette micro-production en latin, limitée à sa première année d’activité, montre un imprimeur-libraire nouveau dans le métier, probablement en train de lancer sa production, et qui, en tant que maître d’école, chercha d’abord à se constituer un fonds en latin – peut-être pour fournir des ouvrages scolaires à ses élèves, pour répondre à une demande de collègues lettrés ou, dans le cas de la lettre du duc d’Albe, pour tester le marché des éphémères d’information ?

L’existence de cet opuscule dans le fonds de la BU de Santiago non encore répertorié dans les bases de données internationales illustre aussi la difficulté de constituer une liste exacte des livres imprimés par van den Keere à partir de recherche dans des bases de données en ligne, du fait de son trilinguisme néerlandais-latin-français. On retrouve la même difficulté à suivre ses traces pour les ouvrages en néerlandais, du fait de la particulière souplesse de l’orthographe de cette langue du XVIe siècle.

Sans préjuger donc de l’existence éventuelle d’autres ouvrages en latin qui pourraient ressurgir de fonds encore peu explorés, il semble cependant que van den Keere se soit ensuite tourné vers une production en néerlandais, ponctuée de plusieurs ouvrages en français. L’essentiel de cette production souligne que van den Keere s’orienta vers l’impression de textes officiels, une source de revenus certainement plus rentable et régulière. Un privilège de Philippe II en date du 22 mai 1557 l’autorisa en effet à reprendre le titre d’imprimeur juré de la monnaie du Roi détenu avant lui par Joos Lambrecht[7]. Ce sont bien ces éditions de textes officiels, équivalences monétaires et autres ordonnances impériales, qui constituent la vaste majorité de la quarantaine d’ouvrages qu’il produisit entre 1557 et 1567. Il faut y ajouter la production d’éphémères en néerlandais dont l’importance dans le corpus de van den Keere est difficile à évaluer, puisqu’on n’a conservé que deux exemples d’‘Almanachs et pronostications’ imprimés sous forme de placards en 1563 (USTC 409413) et 1564 (USTC 409529). Vu le taux important de destruction de ce type d’imprimés au fil du temps, en particulier dans un tel format, on ne peut pas exclure que van den Keere en ait produit davantage.

L’utilisation de son titre d’imprimeur officiel sur la page de titre d’autres types d’ouvrages, tels deux sermons de Saint-Jean Chrysostome imprimés en 1559 et 1560 (USTC 403183 et USTC 403195), laisse à penser que van den Keere voulait mettre en avant ce titre comme gage de qualité des livres d’autre nature qu’il publia. On peut ainsi citer des ouvrages religieux et d’autres littéraires, dont le point commun est de montrer à la fois l’orientation plurilingue de van den Keere et son rôle non pas uniquement d’imprimeur-libraire mais aussi d’éditeur de texte. C’est ce double rôle qu’il souligne d’ailleurs souvent dans un prologue explicatif, en ouverture d’ouvrage, et qu’on peut illustrer par quelques exemples.

Son Oraison de Maistre Patrice Cock-Burne Escossois, de l’utilité et excellence du verbe divin (1558) (USTC 13054), est ainsi une traduction de l’Oratio en latin de Patrick Cockburn (première édition : Paris, Michel Fezandat et Robert Granjon, 1551). Tvoyage van mher Joos van Ghistele est un récit de voyage dans le pourtour méditerranéen d’un gentilhomme flamand, dont van den Keere produisit deux éditions en 1557 et 1563 (USTC 403042 et USTC 409493). Il souligne dans son prologue l’importance de proposer une version imprimée d’un ouvrage jusque-là uniquement disponible dans des manuscrits (à l’instar de l’Art de rhétorique de Matthijs de Castelein cité plus haut)[8]. Le privilège obtenu pour cet ouvrage en 1556 signale également ceux obtenus pour les trois ouvrages de Plutarque cités plus haut, ainsi qu’un autre pour la publication d’une traduction néerlandaise de pièces de Térence – ouvrage qui n’a cependant jamais été retrouvé.

Les deux éditions du Tvoyage 1557 et 1563 (BU Gand)

En 1559, il imprima un ouvrage de Robert du Triez, les Chantz funebres sur la mort et trespas de feu excellent prince et illustre seigneur messire Maximilien d’Egmont (USTC 13530). La production de ce livre, fruit d’un auteur lillois, peut être lue comme un indice de la réputation croissante de van den Keere en tant qu’imprimeur de livres en français dans cet espace régional, ou bien comme le témoin de ses échanges avec d’autres auteurs francophones qu’il pouvait convaincre de lui confier leurs textes à imprimer.

La lexicographie intéressait au plus haut point van den Keere, puisqu’il proposa encore une édition du Naembouck de Joos Lambrecht (1562, USTC 78221), un dictionnaire flamand-français, et qu’il composa lui-même un Dictionaire flamen-francois. Or il est intéressant de constater qu’au lieu de se charger lui-même de son impression, il le fit publier en 1563 chez un autre imprimeur gantois, Jean de Salenson (USTC 91016) – Dictionnaire qui fut réédité, probablement en 1582 et après la mort de van den Keere, de nouveau chez Salenson (USTC 80790). Le colophon indique pourtant que le privilège pour imprimer et vendre l’ouvrage fut bien donné à van den Keere, et on peut donc envisager une association entre les deux imprimeurs gantois pour des raisons pratiques et financières.

C’est la même logique qui dut présider aux deux éditions successives d’une pièce de théâtre composée par Hendrik van den Keere sous le nom d’Henri du Tour. La Comédie de Paix et Guerre fut publiée par Jean de Salenson en 1557 (USTC 13053) mais là encore, la permission fut bien donnée à « Henry van den Keere (imprimeur juré de la monnoye du roy nostre sire) de pouvoir tant imprimer que vendre et distribuer par tout ou bon luy semblera la presente Comedie de Paix et de Guerre » (9 août et 14 octobre 1557). L’année suivante, c’est de l’atelier de van den Keere que sortit une deuxième édition de la pièce, cette fois intitulée Moralité de Paix et Guerre, datée de 1558, et pourvue de la mention du même privilège (USTC 51705).

Les deux éditions de la moralité ou comédie d’Henry du Tour (1557, BU Gand et 1558, BnF)

La seule différence notable entre les deux livres, sur le plan du texte, est que l’édition de van den Keere est augmentée d’une épître « De l’imprimeur » à Jean-François Roffier, secrétaire du duc de Savoie. Il avait apparemment des liens avec l’auteur, puisque ce dernier lui dédia la pièce avec ces mots : « car dès l’heure premiere Mon seigneur, qu’il vous pleust venir chez nous pour veoir nostre Imprimerie et visiter quant et quand les livres de mon estude, je me suis persuadé que V. S. nous monstra je ne sçay tel quel petit signe d’amour et amitié » (Aiiv, p. 4). Peut-on envisager qu’en se plaçant sous un tel patronage, van den Keere souhaitait diffuser son édition auprès d’un cercle noble plus large et plus international, en parallèle à un public plus local et bourgeois ou marchand, auquel pouvait s’adresser l’édition de Salenson ?

Ce tour d’horizon de la production d’Hendrik van den Keere, à la fois comme imprimeur, libraire et auteur, n’épuise pas les pistes d’interprétation à tirer de ce que lui-même décrit de son activité dans les préfaces des ouvrages qu’il produisit à ces divers titres. Dans ces textes, ainsi que dans sa petite production poétique, il livre sa vision du métier d’éditeur de textes littéraires, en contact avec des auteurs, voire des commanditaires. L’analyse de ses imprimés et des privilèges, comme celle de la production d’autres imprimeurs-libraires également lettrés, à l’instar de Joos Lambrecht, livre également des indices supplémentaires pour comprendre les stratégies de publication d’un groupe professionnel bien localisé. Dans le cas de ces imprimeurs-libraires gantois, devait s’ajouter, à l’inévitable obligation d’équilibre financier, et ce dans l’ombre du plus grand centre de production de livres qu’était Anvers, le souhait de participer à la culture du savoir des rhétoriciens qui fleurissait à cette époque dans cette région, et qui orienta une partie de leur production imprimée[9].

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

[1] Sur cette désambiguïsation et sur la courte mais brillante carrière de typographe d’Hendrik van den Keere fils, voir H. D. L. Vervliet, Sixteenth-Century Printing Types of the Low Countries, Menno Hertzberger & Co, Amsterdam, 1968, pp.30-32. Sur van den Keere père, la notice la plus détaillée reste celle contenue dans Ferdinand vanderhaegen (vander Haegen), Bibliographie gantoise, 1e partie, XVe-XVIe siècles, Gand, Eug. Vanderhaegen, 1858, pp. 158-175.
[2] W. Waterschoot, “Marot ou Ronsard? New French Poetics Among Dutch Rhetoricians in the Second Half of the 16th Century”, J. Koopmans e.a. (éd.), Rhetoric – Rhétoriqueurs – Rederijkers, Amsterdam, Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences, 1995, pp. 141-156 http://www.dbnl.org/tekst/wate013maro01_01/wate013maro01_01_0001.php
[3] Anne-Laure Van Bruaene, “Printing Plays: The Publication of the Ghent Plays of 1539 and the Reaction of the Authorities”, Dutch Crossing-journal of Low Countries Studies 24,2 (2000), pp. 265–284.
[4] Waterschoot, “Marot or Ronsard?”, p. 146.
[5] Il s’agit de trois exemplaires uniques conservés à la bibliothèque universitaire de Gand, reliés ensemble à une époque indéterminée (reliure moderne) et provenant de la bibliothèque de Ferdinand vander Haeghen, bibliographe belge du XIXe siècle connu pour avoir dirigé les monumentales Bibliotheca Belgica et Bibliographie gantoise (voir la note 1).
[6] Voir Andrew Pettegree, The Invention of News: How the World Came to Know About Itself, New Haven, Yale University Press, 2014.
[7] Cité notamment en néerlandais dans USTC 409118 [Biiiv-Biv]. Auguste Voisin en cite également une version française : « Receu avons l’humble supplication et resqueste de notre bien amé Henri Vanden Keere, libraire et imprimeur juré, demourant en nostre ville de Gand, contenant comme luy avyant à gros fraiz et dépens recouvert et achetté les formes, figures et patrons de plusieurs espèces d’or et d’argent de divers coings : ensemble aultres ustensiles et instrumens dont feu maistre Joos Lambert (en son vivant imprimeur) souloit servir les généraulx de nostre monnaye de par-deçà, à imprimer les ordonnances, permissions, modérations et évaluations, sur le faict des monnoyes, quand ilz occuroyent, etc. » (Auguste Voisin, Josse Lambert, imprimeur, graveur, poète et grammairien gantois du XVIe siècle, Gand, L. Hebbelynck, 1842 (2e édition), p. 46).
[8] Point souligné par Alisa van de Haar dans sa thèse The Golden Mean of Languages. Forging Dutch and French in the Early Modern Low Countries (1540-1620) (Université de Groningue, soumise à soutenance le 26 avril 2018), p. 214. Je la remercie de m’avoir permis de consulter son travail inédit et des références bibliographiques qu’elle m’a fournies pour cette enquête sur van den Keere.
[9] Sur cette culture littéraire, voir le numéro spécial de la revue Renaissance Studies 32,1 (2018) : The Knowledge Culture of the Netherlandish Rhetoricians.