Journée sur la collection Van Buchell et ses recueils

L’Utrecht Centre for Medieval Studies (UCMS) proposait le 11 octobre 2019 une journée d’étude sur le thème ‘Premodern Reading Cultures’, qui fut consacré aux recueils factices, en collaboration avec le projet Sammelband 15-16. Cette journée, qui attira un public nombreux d’étudiants et de chercheurs, était en particulier consacrée à une collection unique conservée à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht. On y trouve en effet le fonds Van Buchell, un ensemble de plus de 500 Sammelbände recueillant plus de 2500 livres du XVIe siècle, soit l’une des plus riches collections de Sammelbände de la Renaissance conservées jusqu’à nos jours.

Les fondements d’une collection de Sammelbände et les principes pour l’étudier

Bart Jaski (conservateur à Utrecht1) inaugura la journée en présentant Huybert van Buchell (1513-1599) et la façon dont son ample bibliothèque est entrée dans les collections de la BU.

Illustration 1: Portrait d’Hubert van Buchell conservé à la BU d’Utrecht.

Ce chanoine légua en effet ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht pour qu’une bibliothèque y soit créée. Cependant, après la création de la première bibliothèque municipale d’Utrecht (stadsbibliotheek), le conseil municipal décida d’intégrer ces livres à ses collections encore restreintes, qui furent ensuite utilisées pour fonder la BU d’Utrecht. Il faut en effet rappeler qu’aux Pays-Bas, c’est le plus souvent dans les bibliothèques universitaires que l’on trouve aujourd’hui les collections patrimoniales. On peut donc considérer van Buchell comme l’un des fondateurs de la BU d’Utrecht.

Malcolm Walsby (ENSSIB) présenta ensuite les principes essentiels de la constitution de Sammelbände au XVIe siècle. Il rappela un point essentiel : l’analyse des Sammelbände permet de comprendre comment différents types d’utilisateurs de livres à la Renaissance assemblaient leurs connaissances dans ces volumes – des lecteurs qui n’étaient pas nécessairement les grands intellectuels de la période, tels Érasme, dont le profil est certes intéressant à étudier, mais pas nécessairement représentatif des lecteurs de leur temps. Étudier les particularités des Sammelbände permet donc d’avoir accès à une large part du lectorat de la Renaissance. Ceci n’est pas anodin, car les Sammelbände étaient un objet omniprésent dans la première modernité. On a pu l’oublier car de nombreux recueils furent démembrés ensuite pour que les titres qu’ils contenaient puissent être achetés séparément par des collectionneurs (en particulier au XIXe siècle). Cependant, on en trouve encore en grand nombre dans les bibliothèques publiques. Comme l’indiqua Malcolm Walsby, à Rennes, 28% de la collection des quelques 2500 livres du XVIe siècle conservés à la Bibliothèque des Champs libres, soit environ 700, se trouvent dans des Sammelbände. Par comparaison, presque 90% de la collection van Buchell sont conservés dans des Sammelbände. Ils furent pour la plupart créés au moment où Van Buchell acheta ses livres, en particulier pendant la longue période qu’il passa à Cologne en tant qu’étudiant, puis dans les trente dernières années de sa vie, comme en témoignent les belles reliures allemandes dont de nombreux volumes sont pourvus.

Illustration 2: Quelques-uns des Sammelbände de van Buchell, avec sa provenance autographe

La collection restant à analyser, Malcolm Walsby proposa des pistes d’étude future. On peut notamment envisager de reconstruire la bibliothèque de Van Buchell en analysant les reliures, mais aussi les cotes inscrites sur les tranches afin de comprendre comment il organisait sa bibliothèque. On peut également analyser comment la collection a été conservée (et transformée) au fil du temps, dans les collections de la bibliothèque universitaire, ce qui offre une fenêtre sur les développements de la BU au fil du temps, et pas seulement à ses débuts. On peut encore analyser les nombreux défaits de reliure imprimés comme manuscrits, que contient la collection, et repérer des unica, préservés uniquement dans la collection Van Buchell, grâce à leur intégration dans les Sammelbände dès leur publication.

De la reliure à l’utilisateur

Bart Jaski revint ensuite dans son intervention sur les défaits de reliure offrant de très nombreux fragments de manuscrits. On a en effet retrouvé dans ces reliures environ 1000 fragments de manuscrits plus ou moins étendus. C’est l’une des plus grandes collections au monde de fragments de manuscrits retrouvés dans des livres possédés par un seul individu. Bart Jaski présenta la collection de manuscrits possédée par l’église Sainte-Marie, à laquelle appartenait Van Buchell, qui fut dispersée pour une grande part : seuls 37 manuscrits de Sainte-Marie (essentiellement des ouvrages religieux) furent transférés ou acquis plus tard par la BU. Bart Jaski analysa le cas spécifique d’un manuscrit, Ms 709, contenant un De natura rerum probablement fait à Paris vers 1300. Sur les 200 folios du manuscrit, environ 50 furent arrachés du manuscrit. Certains de ces folios furent ensuite retrouvés individuellement lors de ventes, mais une partie d’entre eux fut utilisée pour renforcer des reliures de Sammelbände de van Buchell.

Illustration 3 : des fragments du manuscrit Ms 709 de la BU d’Utrecht.

Dans ce cas précis, il semble qu’un seul relieur utilisa ces feuillets à Cologne pour relier une série de livres dans les années 1570 : il est donc probable que van Buchell donna ces feuillets au relieur pour réduire les coûts de reliure, parce qu’il avait emporté tout ou partie du manuscrit à Cologne après son départ d’Utrecht en 1569. Tracer ainsi ces feuillets dans les différentes reliures de la collection van Buchell pourrait permettre de reconstruire de manière virtuelle le manuscrit, comme le billet publié la semaine dernière sur notre blog en proposait les principes .

Katell Lavéant et Ann-Marie Hansen (Université d’Utrecht) centrèrent quant à elles leur approche sur les traces d’usages laissées par des lecteurs successifs dans une série de recueils de la collection Van Buchell. Katell Lavéant se pencha en particulier sur les provenances de plusieurs volumes2. Si l’on observe attentivement les différentes marques laissées dans les volumes, on note différentes cotes de bibliothèques qui marquent le passage d’un volume des étagères de van Buchell à celles des différentes bibliothèques qui l’ont accueilli.

Illustration 4 : différents niveaux de cotations dans un Sammelband de la collection van Buchell.

On note par ailleurs d’autres provenances indiquant que certains des volumes ont appartenu à un ou plusieurs possesseurs antérieurs avant qu’ils ne parviennent à van Buchell, ce qui dénote une circulation des livres particulièrement active dans le milieu des chanoines d’Utrecht, au milieu du XVIe siècle. Au-delà de l’individu, c’est donc tout un milieu d’érudits que l’on peut reconstituer à partir de ces marques de possession. Ann-Marie Hansen approfondit cette question en analysant comment on peut découvrir un véritable écosystème de marques de lecteurs, intentionnelles (annotations, corrections…) comme non intentionnelles (saleté et taches d’encre), qui aident à comprendre la manière dont un ou plusieurs lecteurs ont pu lire un texte, plume en main3. Ce faisceau de marques peut mener à reconstituer un profil de lecteur, qui montre à la fois comment cet utilisateur de livre s’inscrit dans son époque en reprenant des systèmes de notation courants, et comment il peut se démarquer de ses contemporains en créant son propre système d’annotations spécifiques. Les nombreuses annotations laissées par van Buchell dans ses livres ouvrent un large champ à une enquête d’ampleur dans ce domaine.

Illustration 5 : un système d’annotations dans un livre de van Buchell encore à comprendre (USTC 12632)

John Tholen (Université d’Utrecht) élargit ensuite le propos en étudiant un cas de Sammelband du XVIIe siècle, qui montrait bien comment les problématiques abordées via la collection van Buchell peuvent être appliquées à d’autres volumes contemporains ou postérieurs. Son analyse portait sur un Sammelband contenant une traduction en néerlandais par Pieter Cornelisz Hooft des Métamorphoses d’Ovide et un poème de Hooft réécrivant un épisode de la légende troyenne (Amsterdam, Jan van Hilten, 1643). Ce livre fut scindé en deux parties, et on intercala entre la traduction d’Ovide et le poème de Hooft un autre ouvrage, également publié à Amsterdam en 1643 par Jan van Hilten et Jan Barentsz Smient), contenant une réévaluation de la pratique médiévale consistant à christianiser Ovide, et de nombreux repères sur la mythologie grecque. Relativement peu de temps après ces deux publications séparées, un lecteur ou une lectrice souhaita rassembler ces livres en recueil, mais en recomposant l’ordre des différents textes, pour mettre ensemble le texte d’Ovide et ses commentaires, avant la réécriture poétique de Hooft.

Autrement dit, le processus de création d’un Sammelband permettait au lecteur ou à la lectrice de créer son propre livre de lecture et d’analyse, en ajoutant, à la suite du text d’Ovide un apparat critique, absent de la traduction en néerlandais, grâce à l’ajout d’autres titres dans le volume. Ce cas est unique, car on ne trouve pas d’autre Sammelbände qui propose d’une telle manière un texte en néerlandais d’Ovide avec des commentaires. Bien que ce volume ne contienne pas de provenance qui permette d’éclairer l’identité de la personne ayant fait faire ce Sammelband, il apparaît donc clairement que l’on a là affaire à une pratique de mise en recueil visant à faciliter la lecture et à créer un ouvrage plus complexe et permettant une lecture critique à partir d’éditions séparées.

Illustration 6 : page de titre de la traduction néerlandaise de 1643 des Métamorphoses.

Perspectives d’avenir pour la numérisation et la recherche

Arja Firet (chargée de collections à la BU d’Utrecht) présenta enfin le travail de l’équipe de numérisation de la bibliothèque, notamment à partir des premiers essais à partir d’un volume de la collection van Buchell, pour réfléchir au potentiel des nouvelles techniques de numérisation mais aussi des défis posés par les objets de cette collection. Pour la bibliothèque, il s’agit de pouvoir donner un large accès aux collections tout en protégeant les matériaux fragiles qui ne peuvent pas toujours être communiqués au public, et de faciliter la recherche dans le domaine des humanités numériques, notamment grâce à de nouvelles fonctions de ‘text mining’ (en permettant la recherche de mots et phrases spécifiques dans les images numériques du texte). Pour le projet Sammelband 15-16, il s’agit, grâce à cette collaboration avec la BU d’Utrecht, de trouver les meilleurs moyens de montrer l’état physique complet du volume. Il faut pouvoir rendre compte de l’état et de l’aspect de la reliure, des annotations et autres traces d’utilisation, ce qui ne va pas sans poser des problèmes techniques spécifiques : comment par exemple scanner les fragments médiévaux dans les reliures ? Faut-il les détacher pour les scanner, puis les recoller ensuite, ou respecter l’intégrité du volume, au risque de perdre la lisibilité de ces fragments ? Autant de défis qui occuperont les deux équipes dans les mois et années à venir, dans le cadre d’un projet ambitieux de numérisation du plus grand nombre possible de Sammelbände de la collection van Buchell.

Illustration 7 : un premier essai de numérisation d’un Sammelband de van Buchell par la BU d’Utrecht.

La journée comprenait également une présentation d’une sélection de livres présentant les caractéristiques des Sammelbände de la collection van Buchell discutées pendant les présentations : décors et caractéristiques de reliures allemandes, défaits de reliure manuscrits et imprimés, annotations et provenances firent l’objet d’une analyse livre en main, qui permit également aux participants de mieux se rendre compte des détails matériels de ces ouvrages.

Illustrations 8 et 9 : la présentation de volumes de la collection aux participants.

Toutes ces interventions ont souligné l’importance, tant quantitative que qualitative, des Sammelbände conservés à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht et l’ampleur du travail de recherche qui s’ouvre sur la collection van Buchell, ainsi que la nécessité d’une entreprise d’analyse globale et innovante des Sammelbände de la première modernité.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. Le blog de la SBF a publié un entretien avec Bart Jaski sur les collections spéciales de la Bibliothèque universitaire d’Utrecht en octobre 2018. []
  2. Elle avait analysé sur ce blog le cas d’un Sammelband spécifique. []
  3. Voir également le billet qu’elle a consacré à ce sujet sur notre blog . []

Faire feu de tout bois : imprimeurs et illustrations de livres joyeux au XVIe siècle

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les activités carnavalesques et joyeuses au XVIe siècle n’étaient pas destinées à rester uniquement orales1. Comme je l’ai montré dans un autre billet pour ce blog, les groupes joyeux générèrent à cette époque une production écrite qui a laissé des traces imprimées. Les livres reproduisant ces écrits joyeux méritent d’être étudiés pour de nombreuses raisons, notamment bibliographiques, ce qui fait l’objet de mon projet de recherche en cours à l’Université d’Utrecht.

Les livres de la Coquille lyonnaise

L’un des cas auxquels je reviens régulièrement est celui de la Coquille lyonnaise et ses imprimés, produits dans la deuxième moitié du XVIe siècle et le tout début du XVIIe siècle.

Illustration 1: Les imprimeurs mis en avant sur la page de titre des Plaisants devis de la Coquille parus en 1589 (USTC 56600).

Ce groupe joyeux était d’autant plus à même de veiller à la publication des textes relatant ses fêtes et des pièces de théâtre, ou sotties, jouées lors de ces occasions, qu’il était en fait une organisation d’imprimeurs2. La Coquille organisa des spectacles dans les rues de Lyon au moins de 1566 à 1610, bien que leur premier imprimé retrouvé, le Recueil faict au vray de la chevauchee de l’asne faicte en la ville de Lyon, imprimé par Guillaume Testefort en 1566, mentionne des activités faites comme à l’accoutumée, et qui devaient donc être plus anciennes3.

Illustration 2 : page de titre de la Chevauchee de 1566 (USTC 10727).

Au total, au cours de ce demi-siècle, on a retrouvé des éditions pour quatorze années, produites par plusieurs imprimeurs-libraires.

Des imprimeurs encore à étudier

Il ne semble pas que la Coquille ait compté dans ses rangs les noms les plus prestigieux ni les plus prolifiques d’une ville elle-même particulièrement riche en ateliers d’imprimerie. Ainsi, Guillaume Testefort, responsable du recueil de 1566 et d’un autre Recueil de la chevauchee imprimé en 1578 en collaboration avec Pierre Ferdelat et Claude Bouilland (USTC 11435), n’est guère connu par ailleurs que pour un ouvrage d’histoire locale de dimensions modestes, le Discours de l’antiquité, origine et noblesse de la cité de Lyon de Symphorien Champier, imprimé en 1579 (USTC 27710).

Il est possible que ce soit encore lui qui ait participé à la production d’un livre de la Coquille en 1580, imprimé sous l’adresse « les trois supposts » déjà utilisée par Testfort, Ferdelat et Bouilland pour la Chevauchee de 1578, mais cette fois sans qu’ils s’identifient clairement dans l’ouvrage. La mention des « trois supposts » ne suffit pas à elle seule à affirmer qu’il s’agit de ces trois hommes plutôt que d’autres. En effet, les pièces de la Coquille étaient traditionnellement un dialogue de trois « supposts » ou membres de la Coquille, sans que l’on sache qui jouait ces rôles qui devaient donner lieu à un roulement d’acteurs selon les années. À partir de 1581, les imprimeurs ou libraires ne sont d’ailleurs plus identifiés sur les pages de titre autrement que par la mention « le Seigneur de la Coquille ». L’enquête pour identifier le ou les imprimeur(s)-libraire(s) ayant produit ces volumes est en cours.   

Un autre imprimeur de sotties lyonnaises, Nicolas Guérin, est mieux identifié. Après ses Dictons satyriques jouez en la ville de Lyon par les trois supposts de l’Imprimerie publiés en 1574 (USTC 29025), il a encore produit au moins onze autres livres : d’abord des récits sur les nouvelles du temps en français, puis des ouvrages de théologie, d’histoire et de droit en latin dans l’officine Giunta. Faut-il en conclure que ses Dictons satyriques sont une production de jeunesse, la compagnie de la Coquille jouant alors un rôle d’apprentissage pour de jeunes compagnons, en parallèle à l’organisation de divertissements joyeux ?4

Illustration 3 : Les Dictons satyriques, Lyon, Nicolas Guérin, 1574, (USTC 29025).

Illustrer la page de titre d’une sottie

Il est certain que la production de ces petits livrets ne nécessitait pas de grand savoir-faire technique ni d’investissement particulièrement important de la part de l’atelier qui s’en chargeait. La majorité des livres de ce corpus joyeux fut imprimée au format in-octavo et compte de 8 à 16 pages. Elle constituait donc un travail pour lequel on n’avait pas besoin de mobiliser une presse plus d’une journée. Ces ouvrages présentent par ailleurs les caractéristiques que l’on attend d’une production bon marché, concernant tant la simplicité de la mise en page que la réutilisation d’éléments de décoration.

J’aimerais m’arrêter ici sur la façon dont leurs pages de titre étaient illustrées. À partir de 1580, les livres de la Coquille utilisent presque tous sur leur page de titre une même gravure représentant la déesse ou muse Imprimerie qui est aussi célébrée dans les sotties, qu’on peut envisager avoir été conçue spécifiquement pour les livres de la Coquille.

Illustration 4 : Les plaisants devis, Lyon, Seigneur de la Coquille, 1585 (USTC 56600).

Pour les éditions précédentes, les illustrations ou éléments de décor sont plus simples et témoignent d’un processus de réutilisation de bois gravés qu’a décrit Andrea van Leerdam sur ce blog. Ceux utilisés pour une édition en particulier d’un discours dramatique de la Coquille m’ont longtemps intriguée. Il s’agit du Discours du temps passé et du present, imprimé à Lyon en 1568 par Pierre Brotot (USTC 12750).

Illustration 5 : Le Discours du temps passé et du present, Lyon, Pierre Brotot, 1568.

Les deux figures montrées en illustration renvoient au contenu de la pièce, dans laquelle les trois suppôts de la Coquille déplorent que le temps passé, heureux car gage de paix et d’opulence, ait fait place au temps présent, marqué par la guerre et la discorde. Les deux personnages qui représentent le temps présent sont montrés sur cette page de titre : Mars, dieu de la guerre (à gauche) et Chronos ou Saturne (à droite), symbole du temps qui passe5. Les trois suppôts proposent, sous forme théâtrale, une forme de pronostication ou une prophétie sur le temps à venir, qu’on espère plus clément.

Illustration 6 : détail des gravures sur la page de titre du Discours.

« Il porte un joli nom, Saturne, mais c’est un dieu fort inquiétant »

Je me suis demandé un temps si les bois gravés utilisés ici ne provenaient pas d’un jeu de cartes, éventuellement de tarot, dans la mesure où Lyon était un grand centre de production de tels jeux au XVIe siècle. Cependant, leurs dimensions restreintes (31 x 53 mm par vignette) ainsi que l’absence de telles figures dans les jeux de tarot français du XVIe siècle ne m’ont pas semblé permettre d’avancer une telle origine6.

En revanche, j’ai trouvé des représentations semblables dans un autre type d’ouvrage, les Calendriers des bergers, ces compilations de savoirs moraux mais aussi naturels et astrologiques qui fleurirent dès le XVe siècle, puis tout au long du XVIe siècle, et dont la popularité fut encore prolongée par les ouvrages populaires de type Bibliothèque bleue aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Illustration 7a : deux représentations de Mars et Saturne dans un calendrier des bergers : Paris, Guy Marchant, 1496-1497, k ii verso (USTC 70067).

 

Illustration 7b : deux représentations de Mars et Saturne dans un calendrier des bergers : Paris, Gaspard Philippe, s.d. (vers 1506), Mi recto (Bibliothèque Sainte-Geneviève).

Si l’on se concentre sur les représentations de Saturne, les ressemblances sont frappantes : on y retrouve la faux ou faucille et les béquilles ou la jambe mutilée, ainsi que la mise en relation avec les deux signes du zodiaque, Verseau et Capricorne. Seul manque l’enfant dévoré, par ailleurs souvent présent dans d’autres gravures représentant la divinité7. Il faudra confirmer par des mesures précises, mais d’après la réglure sur la reproduction du Calendrier de Gaspard Philippe, les dimensions de l’image paraissent assez similaires à celles que l’on retrouve en page de titre du Discours du temps passé et du present.

Illustration 8 : Saturne dans le Compost et kalendrier des bergers, Paris, Guy Marchant, 1496-1497, k iiii recto.

 

Illustration 9 : détail de Saturne dans le Compost et kalendrier des bergers, Paris, Guy Marchant, 1496-1497, k iiii recto.

On note une grande stabilité de la représentation tout au long du siècle, comme en témoigne par exemple encore la gravure très sommaire employée dans Le grand calendrier et compost des bergers imprimé à Rouen par Richard Aubert vers 1592.

Illustration 10 : Saturne, dans le Calendrier des bergers de Richard Aubert (Bibliothèque de l’Université Complutense de Madrid)

Je n’ai pas encore eu la possibilité d’étudier de Calendriers des bergers parus à Lyon à l’époque du Discours du temps passé et du present pour tenter d’en rapprocher cette représentation de Saturne : il faudra encore consulter toutes les éditions existantes pour voir dans quelle mesure on peut y retrouver des illustrations semblables pour ce personnage, comme pour Mars.

Le peu de renseignements que l’on possède sur l’imprimeur-libraire du Discours, Pierre Brotot, oriente bien en tout cas vers le monde des almanachs et autres ouvrages astrologiques, puisque l’on sait qu’il a également produit deux livres de Michel Nostradamus, un Almanach pour l’an 1566 en 1565 (USTC 56932) et une Pronostication nouvelle pour l’an 1562 de Michel Nostradamus en 1561 (USTC 57145), tous deux en collaboration avec Antoine Vollant8. Au vu de son nom, on peut envisager qu’il soit un parent de Jean Brotot, voire qu’il ait repris son atelier en prolongeant la collaboration de celui-ci avec Antoine Vollant, puisque Jean Brotot ne semble plus avoir produit de livres après 1560.

Illustration 11 : L’Almanach de 1566 produit par Pierre Brotot.

Almanachs et pronostications joyeuses

Les Calendriers des bergers ne sont pas une tradition uniquement française : on les retrouve aussi, avec des illustrations similaires, en Angleterre, en Allemagne ou encore aux Pays-Bas9. Plus généralement, les livres d’astrologie dans ces différentes aires géographiques tendent à reproduire le même type de gravures, comme on peut le voir avec la représentation de Mars figurant dans le Tscep vol wonders imprimé à Bruxelles par Thomas van der Noot en 1514 (USTC 407305).

Or on trouve également des exemples de livres joyeux illustrés avec des gravures astrologiques produits aux Pays-Bas, comme le Rijmalmanach ende Ghenerale prognosticatie imprimé à Amsterdam en 1595.

Illustration 12 : Rijmalmanach ende Ghenerale prognosticatie, Amsterdam, s.n., 1595 (collection privée ; image fournie par Rozanne Versendaal).

Comme le montre Rozanne Versendaal, qui étudie ce livre ainsi que d’autres similaires dans le cadre de sa thèse sur les mandements joyeux en France et aux Pays-Bas, cet almanach contient uniquement des textes joyeux, dont des mandements et des pronostications parodiques. On a fait la même utilisation de ces vignettes astrologiques pour illustrer sa page de titre que pour le Discours lyonnais de Pierre Brotot, au risque de quelques confusions.

Illustration 13 : détail du Rijmalmanach.

Le lien entre les trois illustrations et les textes est indiqué par la phrase Mars, Mercurius, en Venus hoort mijn verclaeren | zijn Heeren over dese toecomende jaeren (« Mars, Mercure et Vénus, entendez mon affirmation, président aux années à venir »). Or la première vignette représente bien Saturne et non Mars. Cette fois, le signe du Verseau a disparu, mais les autres éléments décrits plus haut pour Saturne sont encore présents, ainsi que l’enfant dévoré qui faisait aussi partie de l’illustration du Discours.

Manquait-il à l’imprimeur le bois représentant Mars, et a-t-il jugé que Saturne ferait aussi bien l’affaire ? Ou a-t-il sciemment choisi la figure inquiétante et cannibale de Saturne pour accentuer les aspects négatifs de Mars, dans un temps particulièrement troublé par les conflits armés déchirant les Pays-Bas ? Cet exemple permet en tout cas d’envisager que l’utilisation de ces gravures à caractère astrologique dans des livres portant sur des sujets connexes, mais avec un contenu théâtral ou parodique, ait été sinon fréquente, du moins régulière.

Il permet aussi, me semble-t-il, d’aller plus loin que la simple constatation habituelle que les livres dits « populaires » faisaient un usage fréquent et aléatoire de bois gravés, sans rapport avec leur contenu, pour rendre une page de titre plus attractive. C’est certainement le cas dans de nombreux livres joyeux, en particulier à la fin du XVe siècle et dans la première moitié du XVIe siècle. J’aimerais cependant ici proposer l’hypothèse, que je suis en train de développer dans mes recherches, que les livres joyeux, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, bénéficièrent d’une réflexion plus poussée de la part des imprimeurs-libraires pour lier les textes avec l’illustration de page de titre.

Quand on ne réalisait pas un bois gravé spécialement pour l’édition, on pouvait penser le lien entre illustration et contenu non seulement sur le plan thématique, mais aussi pour indiquer la nature joyeuse du livre proposé. Ici, les vignettes astrologiques attirent tout de suite l’œil de l’acheteur, peut-être de l’habitué de tels livres, tandis que le titre lui confirme qu’il aura droit à des prophéties joyeuses sous forme de sotties ou de pronostications parodiques. Le choix de l’illustration, qui pouvait paraître quelque peu aléatoire à première vue, est en fait intimement lié au contenu du livre.

Katell Lavéant
Projet Uncovering Joyful Culture – Université d’Utrecht

  1. Je remercie pour leur aide et pour les données qu’ils ont partagées avec moi Andrea van Leerdam (Université d’Utrecht), Rozanne Versendaal (Université d’Utrecht) et Yann Kergunteuil (BM de Lyon). Concernant les ouvrages présentés et décrits dans ce billet, je donne la cote USTC pour renvoyer aux éditions utilisées, et je ne signale la bibliothèque où un ouvrage est conservé que quand l’édition ou l’exemplaire n’apparaît pas dans l’USTC []
  2. Une édition et une première approche de ce corpus théâtral sont disponibles dans M. Bouhaïk-Gironès, J. Koopmans et K. Lavéant, Recueil des sotties françaises, tome 1, Paris, Classiques Garnier, 2014. []
  3. Natalie Zemon Davis en a étudié le cas dans Society and Culture in Early Modern France, Stanford, Stanford University Press, 1975, notamment dans l’essai « The Reasons of Misrule ». []
  4. C’est une hypothèse que j’ai formulée concernant d’autres groupes joyeux francophones, dans Un théâtre des frontières. La culture dramatique dans les provinces du Nord aux XVe et XVIe siècles, Orléans, Paradigme, 2011. []
  5. J’ai analysé ces personnifications dans un article sur cette pièce de théâtre : Katell Lavéant, « From the Parade to the Stage: Evolution and Significance of Personifications in Lyon’s Sotties (1566-1610) », W. Melion et B. Ramakers, (eds.), Personification, Brill, Leiden, 2016, pp. 211-233 []
  6. Sur l’histoire du tarot, voir André François, Histoire de la carte à jouer, Paris, Fréal, 1974 ; sur les cartes à jouer : J. Talbot (dir.), Fabuleuses cartes à jouer. Le monde en miniature, Paris, BnF éditions / Gallimard, 2018 []
  7. Sur les représentations traditionnelles de Saturne, voir R. Klibansky, E. Panofsky et F. Saxl, Saturn and Melancholy: Studies in the History of Natural Philosophy, Religion and Art, London, Nelson, 1964, traduit en français en 1989 sous le titre de Saturne et la mélancolie. []
  8. Pierre Brotot n’apparaît pas dans la Bibliographie lyonnaise de Baudrier ; les ouvrages mentionnés ici sont listés dans le Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au seizième siècle de Sybille von Gültlingen. []
  9. Comme l’a montré Andrea van Leerdam lors de l’International Medieval Congress à Leeds le 2 juillet dernier : Andrea van Leerdam, « Calendars of Shepherds in Transnational Perspective: The Many Guises of a Religious/Astrological Miscellany », communication du 2 juillet 2019 []

De la musique sans notes au XVIe siècle : chansonnier, parolier, recueil de poèmes

Dans les premiers temps de l’imprimerie, un grand nombre de recueils de chansons sans musique notée fut publié par des éditeurs comme Alain Lotrian, Nicolas Bonfons et Benoît Rigaud au XVIe siècle. Ces livres n’ont que peu attiré l’attention des chercheurs et chercheuses : les musicologues généralement ne s’y intéressent pas à cause du manque de musique notée, les chercheurs en littérature les considèrent comme des recueils de poèmes de pauvre qualité. De plus, la majorité des textes est anonyme, sans auteur ou compositeur. Pourtant, ces livres nous offrent un précieux champ d’étude sur la culture française populaire chantée. Pour autant, afin de poursuivre mes recherches dans cette direction, il m’a fallu traiter un problème bibliographique qui nous est présenté par les sources mêmes : Comment peut-on caractériser ce type de livre, et faut-il mieux considérer les textes qu’il contient comme des chansons à chanter ou comme des poèmes à lire?

Illustration 1 : Le Recueil de plusieurs chansons nouvelles (Lyon, s.n., 1571), page de titre, Paris, BnF RES P-YE-2742.

Le contraste est saisissant : un chansonnier sans musique, qui ne contient que des textes. Comment appeler alors ce type de livre ? Plusieurs solutions ont été proposées par le passé. L’éditeur moderne le plus important, Brian Jeffery, a choisi un terme hautement problématique : ils seraient des recueils de « chanson verse »1. Pour lui, il s’agit de poèmes à lire de médiocre qualité littéraire.

De même, dans son livre Materialities: Books, Readers, and the Chanson in 16th-c. Europe, la musicologue Kate van Orden parle de « lyric anthologies » ou « recueils de poésie »2. En même temps, elle souligne que ces recueils de poésie contenaient parfois le titre des mélodies sur lesquelles ces poèmes pouvaient être chantés, et qu’ils portaient des titres comme Printemps des chansons nouvelles, Rosier des chansons nouvelles, Joyeux bouquet des belles chansons nouvelles et autres variations sur le thème de la reverdie, à côté de titres plus standards tels que Beau recueil de chansons. Malgré ces indications qui amènent à considérer ces imprimés comme des chansonniers, elle décrit leur contenu comme des poèmes en français faciles à lire pour des lecteurs peu lettrés, du fait de leur forme épigrammatique brève3. C’est ce qui l’amène à laisser de côté ces recueils lyriques plutôt que de les traiter dans son ouvrage, par ailleurs réputé dans son domaine.

Heureusement, dans son habilitation récente non encore publiée, la musicologue Alice Tacaille nous a proposé un terme francophone élégant pour ce type du livre, celui de « parolier », pour indiquer que ces livres non notés contiennent effectivement des textes à chanter4. Pour autant, ces livres présentent des indications tellement nombreuses et signifiantes que je propose de les caractériser comme chansonniers à part entière.

Avant de considérer quelles sont ces indications, il faut étudier les caractéristiques de ce type de livre. Il s’agit d’in-8 pour les livres de la première moitié du XVIe siècle ou d’in-16 pour les livres de la deuxième moitié du XVIe siècle. Pour les livres de musique et les chansonniers en français, on observe qu’ils sont reliés de manière classique quand les textes ne sont pas accompagnés de notations musicales, ou bien reliés à l’italienne (format oblong) quand les livres reproduisent des partitions.

Certains d’entre eux sont des petits livrets de quatre ou huit feuilles, contenant une à cinq chansons environ. D’autres sont des recueils volumineux de 200 ou même 400 pages, contenant une centaine des chansons. En général, les recueils de la fin du XVIe siècle sont plus volumineux que ceux du début. Sauf quelques exceptions très tardives, ces ouvrages ont été reliés de nouveau, souvent au XIXe siècle, et ils ne se trouvent donc plus dans leur reliure d’origine. Certains ouvrages – soit les petits livrets, soit les recueils plus volumineux – sont aujourd’hui conservés indépendamment. D’autres sont reliés dans des recueils factices (« Sammelbände »), très souvent avec des ouvrages qui sont très similaires quant à leur contenu et leur forme bibliographique. Ces recueils factices résultent probablement de choix thématiques de bibliophiles du XIXe siècle.

Ces sont des ouvrages simples, avec peu de décoration. Sauf sur la page de titre, ils ne contiennent généralement pas d’images en dehors des lettrines qui indiquent le début de chaque texte. De même, l’encre rouge n’est généralement pas utilisée, excepté pour les pages de titre de certains ouvrages imprimés au milieu du XVIe siècle. Pendant la première moitié du XVIe siècle on les imprimait en lettres gothiques, dans la deuxième moitié du siècle on a de plus en plus utilisé la typographie romaine.

Illustration 2: S’ensuyvent XII chansons nouvelles (s.l., s.n., ca. 1515-1520), page de titre. Paris, BnF RES YE 2092.

Les pages de titres contiennent des titres plutôt généraux, qui annoncent le contenu du livre, tel que Sensuyvent plusieurs belles chansons nouvelles (s.n., s.l., ca. 1515-1530). Parfois, les titres indiquent le nombre de chansons incluses, comme Les Chansons nouvelles que on chante de présent et son en nombre quatre vingtz et dix (s. l., n. d.) ou S’ensuyvent XII chansons nouvelles (s.l., s.n., ca. 1515-1520) (voir illustration 2). Pourtant, ce nombre ne correspond pas toujours au contenu du livre : Les grans chansons nouvelles qui sont en nombre cent et dix (s.l., s.n., 1530), par exemple, ne contient que 48 chansons, bien que le livre soit complet. Parmi les ouvrages plus tardifs on retrouve des titres qui précisent le contenu de l’ouvrage, comme le Recueil de plusieurs chansons, divisé en trois parties : en la première sont les chansons musicales, en la seconde les chansons amoureuses et rustiques et en la tierce les chansons de la guerre (Paris, Nicolas Bonfons, 1556) ou Le cabinet des plus belles chansons nouvelles, tant de l’amour que de la guerre. Recueillies des plus excellens poëtes françois de ce temps et autres. Avec leurs chants fort plaisans et recreatifs (Lyon [Pierre Chastaing ?], 1592).  

Les pages de titre soulignent la nouveauté des matériaux. Même si les chansons ont effectivement été déjà imprimées, elles sont vantées comme ‘nouvelles’, comme pour le Recueil de chansons tant musicales que rurales anciennes et modernes. Plus, adjousté, et augmenté de plusieurs chansons nouvelles (Paris : Pour la veuve Jean Bonfons, 1572). Par ailleurs, les imprimeurs cherchaient activement à suivre les modes et l’actualité, par exemple en incluant de titres comme La fleur des chansons nouvelles. Traittans partie de l’amour, partie de la guerre, selon les occurences du temps présent. Composée sur chants modernes fort recreatifs (Lyon : Benoist Rigaud, 1586) ou Chansons joyeuses et recreatifves. Avec ceux de la guerre qu’on chante à présent. Imprimé nouvellement (Lyon [Benoist Rigaud ?], sans date). Les pages de titres de certains livres contiennent des gravures sur bois, qui sont pour la plupart des éléments ornementaux, comme le montre l’illustration 3 (voir plus loin pour deux exemples des gravures sur bois figuratives).

Illustration 3 : Le recueil des chansons amoureuses de divers poëtes françois non encores imprimees (Paris, Nicolas et Pierre Bonfons, 1597). Paris, BnF RES YE 4656 et RES YE 4657.

Les recueils contiennent plusieurs instruments pour aider les utilisateurs du livre, comme une foliotation ou une pagination et une table des matières. Dans les recueils anciens, la table est imprimée sur la page de titre ou au début du livre (voir Illustration 2). Dans les recueils plus tardifs, la table est insérée à la fin du livre. D’habitude, les tables listent les incipits des textes des chansons dans l’ordre alphabétique, avec les numéros de folio ou de page correspondant.

De plus, l’utilisateur est guidé par la mise en page. Le titre du recueil est répété en en-tête de chaque page. Le début de chaque texte est indiqué par une lettre majuscule, souvent une lettrine décorative, et par un titre, le plus souvent simplifié en Chanson nouvelle ou Aultre chanson nouvelle. Parfois, ces titres indiquent les thèmes des chansons ou présentent une mélodie correspondante, par exemple « Chanson nouvelle, faicte sur la mort et trespas de Monsieur de Guise, sur le chant de ‘Noël pour l’amour de Marie’ ». Dans quelques recueils, les chansons sont numérotées. Les textes sont divisés en strophes.

Pour décider s’il s’agit de recueils des chansons à chanter ou des poèmes à lire, je propose d’utiliser les résultats de recherches sur les chansonniers néerlandais de la première modernité. Les Pays-Bas ont connu une tradition riche de recherches sur ce type de livres, dont on a conservé plusieurs éditions en néerlandais pour le XVIe siècle. Malgré une différence importante et remarquable – les chansonniers sans musique notée des Pays-Bas sont pour la plupart de format oblong – nous verrons qu’il existe de nombreux points communs entre les traditions des deux pays. Avant de répertorier toutes les chansons néerlandaises avant l’année 1600, une équipe pluridisciplinaire des chercheurs en musique et littérature à Gand et à Amsterdam a formulé des critères qui permettent de faire la distinction entre un poème et une chanson5. Ces critères ont initialement été formulés pour la détermination de textes individuels. Cependant, ils sont très utiles pour notre enquête sur ces livres, puisqu’on peut ainsi considérer un recueil qui ne contient que des chansons comme chansonnier.

Illustration 4 : Een schoon liedekensboeck, ou le “Antwerps liedboek” (chansonnier d’Anvers), (Anvers : Jan Roulans, ca. 1544). Wolfenbüttel, HAB A: 236.5 Poet.

Ce projet de recherche a défini une chanson comme la combinaison d’un texte strophique et une mélodie monodique. Huit types d’indications servent à indiquer s’il s’agit d’une chanson. Un texte n’a pas besoin de contenir ces huit types d’indications pour être désigné comme « chanson ». En revanche, certains de ces critères ont plus de poids que d’autres pour prouver le statut de chanson du texte étudié. Généralement, on peut décider qu’un texte est une chanson par suite de la présence de plusieurs des critères forts suivants.

Pour commencer, l’indication considérée la plus signifiante est la présence de la musique notée ou des portées vides, qui ne s’applique évidemment pas à nos recueils. Deuxièmement on accorde une importance similaire à la présence de timbres. Ces références aux mélodies, telles que « Sur l’air de ‘Tant que vivrai’ », renvoient à un système oral de transmission musicale. On est supposé connaître la mélodie de « Tant que vivrai » et placer le nouveau texte sur les notes de cette mélodie en exerçant sa mémoire. Cette pratique est également une méthode de composition, qu’on appelle le « contrafactum »6. en Latin, qui était connue depuis l’époque classique : on compose de nouvelles chansons sur des mélodies familières. De même, le troisième critère s’applique à la constatation qu’un texte est un « contrafactum » d’une chanson ou qu’une chanson est un « contrafactum » d’un texte (qui est par conséquent également une chanson)7.

Certaines indications textuelles sont aussi importantes : les titres qui désignent les textes comme « chanson », « chant », « cantique », « hymnes » ou « à chanter » et les phrases dans les textes mêmes, comme l’ouverture d’un texte avec la phrase « Qui veult ouir chanter une chanson ? »8. De même, les aspects formels sont importants, notamment la présence de répétitions et de refrains, surtout les répétitions de deux vers ou plus, et l’alternance de vers courts et longs, souvent caractéristiques de chansons.

Illustration 5 : Nieu Amstelredams lied-boeck, vol amoreuse nieu jaren, mey lieden, tafel lieden, en veelderhande vrolijcke ghesangen (Amsterdam : Barendt Adriaensz., 1591), p. 68-69. Gand, UB BL 7099 (2).

Les deux derniers critères concernent la tradition du texte : si un texte est transmis comme chanson (selon plusieurs des critères formulés ci-dessus) dans une autre source, ou si un texte strophique est inclus dans un recueil qui est évidemment un recueil des chansons, on pourra également les considérer comme des chansons.

Dans les recueils français que je considère, on trouve de nombreux indices parmi ceux que je viens d’exposer. Je me limiterai ici à la présentation de quelques exemples particulièrement parlants. L’ouvrage imprimé le plus ancien que j’ai trouvé est Sensuit cinq belles chansons nouvelles (s.l., s.n., 1512). Sur sa page de titre, une gravure sur bois représente un homme et une femme sans connexion musicale évidente. Par contre, l’ouvrage désigne les textes strophiques comme « chansons », dont la première commence avec « Chantons ioyeusement ». Dans la deuxième chanson, la répétition du septième vers de chaque strophe est indiquée par le mot « bis ».

Illustrations 6 et 7 : Sensuit cinq belles chansons nouvelles dont les noms sensuyvent (1512), page de titre + f.1v. Paris BnF, RES P-YE-2177. 

Un autre exemple encore plus clair est Le Recueil de plusieurs chansons nouvelles (Lyon, s.n., 1571). Dans cet ouvrage, les textes strophiques ne sont pas seulement désignés comme des « chansons », on a également inclus des timbres pour la plupart d’entre eux. De plus, ces textes contiennent beaucoup de refrains et de répétitions, indiquées par le mot « bis », et de nombreuses indications textuelles qu’il s’agit effectivement de textes à chanter. Je cite comme exemple la chanson de f. 12r, qui porte le titre « Autre chanson nouvelle qui se chante à plaisir », qui a comme timbre « Sur le chant « Te rogamus audi nos » » et qui commence avec les deux vers répétés suivants : « Voulez ouyr chanson chanter de ces apostats reniez. Bis »

Illustration 8 : Le Recueil de plusieurs chansons nouvelles (Lyon, s.n., 1571), f. 12r. Paris BnF, RES P-YE-2742.

Il faut admettre que les chansons dans cet ouvrage furent, selon sa page de titre, « composées par divers autheurs », et on retrouve d’autres exemples de recueils de chansons « recueillies des poètes ». Par contre, il semble que la distinction entre compositeur musical et auteur littéraire ou poète au XVIe siècle n’était pas aussi stricte qu’aujourd’hui. Ceci nous apparaît dans des titres tels que La fleur de poesie francoyse: recueil joyeulx contenant plusieurs huictains, dixains, quatrains, chansons et aultres dictez de diverses matieres mis en nottes musicalles par plusieurs autheurs et reduictz en ce petit livre (Paris, Alain Lotrian, 1543), La Fleur des chansons amoureuses, où sont comprins tous les airs de court recueillis aux cabinets des plus rares poëtes de ce temps (Rouen, 1600) et La fleur de toutes les plus belles chansons qui se chantent maintenant en France: tout nouvellement faites et recueillies (Paris, 1614). Selon ces titres, des poètes composaient effectivement des chansons musicales.

Illustration 9 : La fleur de poesie francoyse: recueil joyeulx contenant plusieurs huictains, dixains, quatrains, chansons et aultres dictez de diverses matieres mis en nottes musicalles par plusieurs autheurs et reduictz en ce petit livre (Paris, Alain Lotrian, 1543), page de titre. Paris BnF, RES-YE-2718. 
Illustration 10 : La Fleur des chansons amoureuses, où sont comprins tous les airs de court recueillis aux cabinets des plus rares poëtes de ce temps (Rouen, 1600), page de titre, Paris BnF, 8-YE-3880.

 


Illustration 11 : La fleur de toutes les plus belles chansons qui se chantent maintenant en France : tout nouvellement faites et recueillies (Paris, 1614). Paris BNF, Tolbiac RES-YE-2627. 

 

Pour terminer cette enquête, je souhaite montrer un exemple de page de titre qui n’est pas liée aux critères pour les chansonniers que j’ai résumés plus haut. Il s’agit des recueils de chansons pour lesquels figure, sur la page de titre, une gravure sur bois qui représente des personnes qui chantent. Nous en trouverons un bel exemple dans les Chansons nouvelles fort amoureuses, plaisantes et recreatives sur plusieurs beaux et divers chants (Lyon, Benoist Rigaud, 1588).

Illustration 12 : Chansons nouvelles fort amoureuses, plaisantes et recreatives sur plusieurs beaux et divers chants (Lyon, Benoist Rigaud, 1588), page de titre. Paris, BnF, Arsenal Res 8-BL-11436.

 

Illustration 13 : Chansons nouvelles fort amoureuses, plaisantes et recreatives sur plusieurs beaux et divers chants (Lyon, Benoist Rigaud [entre 1555 et 1597]), page de titre. Paris, BnF, Arsenal Rés 8-BL-11342 (6). 

 

Cette gravure sur bois représente un groupe de quatre hommes, deux femmes et deux enfants. La personne au milieu de du groupe pointe le doigt vers un chansonnier, les pages dépliées sur une table. Les autres personnes regardent ce chansonnier, sauf la personne à gauche, qui semble regarder sa propre copie de la chanson. À voir leurs bouches ouvertes, il est évident qu’ils sont représentés en train de chanter ensemble.

Pourtant, il est remarquable que le chansonnier représenté dans cette gravure ne ressemble pas au recueil qui la contient. Le chansonnier dans la gravure est de format oblong, contenant de la musique notée. De plus, bien que cet ouvrage soit imprimé en 1588, la gravure est une copie (directe ou indirecte) d’une gravure ancienne : on retrouve des gravures très similaires dans quelques recueils plus anciens chez d’autres imprimeurs et même dans une autre édition du même ouvrage (à comparer : illustrations 12 et 13). Il s’agit donc d’une image qui n’a pas été réalisée pour cette édition de Rigaud, mais qui s’inscrit dans la tradition des chansonniers imprimés9.  

Pour conclure, cette enquête révèle que beaucoup des recueils de chansons imprimés du XVIe siècle sans musique notée contiennent de nombreux indices qui nous permettent de confirmer que les textes qu’ils contiennent étaient effectivement destinés à être chanté. Cela n’empêchait certainement pas les utilisateurs de ces livres de lire les textes comme des poèmes, comme fonction secondaire à celle du chant. Pour autant, ces livres contiennent suffisamment d’indications de chant pour justifier de les considérer d’abord comme des chansonniers.

Ces chansonniers ne contenaient généralement pas de musique notée parce qu’ils transmettaient les mélodies par voie orale, en incluant des timbres qui renvoyaient à la mémoire sonore collective. Cette dépendance forte de la transmission orale explique également la supposée « mauvaise qualité » des textes signalée par des chercheurs antérieurs. Dans le processus de diffusion oral, il arrive que les chansons soient modifiées ou même mutilées, par hasard ou délibérément10. Une certaine incohérence textuelle résulte de la transmission orale mais elle est, elle aussi, un indicateur du chant.

Les chansonniers sans musique notée sont largement restés inconnus à cause de leur caractère bibliographique hybride, mais c’est précisément cette hybridité qui fait qu’ils méritent l’attention des chercheurs et chercheuses. Dans cet article, j’ai proposé une direction utile à poursuivre : la réunion des traditions et des paradigmes académiques français et néerlandais, qui nous amènera à des résultats de recherche plus avancés sur ces chansonniers fascinants.

Cécile de Morrée
Université d’Utrecht

  1. Brian Jeffery, Chanson Verse of the Early Renaissance, 2 tomes, Londres, Tecla editions, 1971-1976. []
  2. Kate van Orden, Materialities: Books, Readers, and the Chanson in 16th-c. Europe, Oxford et New York, Oxford University Press, 2015 []
  3. Idem p. 108-110. Pourtant, dans son article antérieur sur l’imprimerie de Benoist Rigaud, Van Orden parle de recueils de chansons : Kate van Orden, “Cheap Print and Street Song following the Saint Batholomew’s Massacres of 1572”, Music and the Cultures of Print, Kate van Orden (éd.), New York et Londres, Garland Publishing, 2000, pp. 271-323 []
  4. Alice Tacaille, L’air et la chanson : les paroliers sans musique au temps de François Ier, Habilitation à diriger des recherches, Université de Paris-Sorbonne, 2015. []
  5. Repertory of Dutch songs until 1600, compilé par Martine de Bruin et Johan Oosterman, Gand / Amsterdam, 2001, tome I, p. 25-26 []
  6. ‘Contrafactum’ in Oxford Music Online: Grove music online, the Oxford dictionary of music, the Oxford companion of music (Oxford University Press), http://www.oxfordmusiconline.com [consulté le 14-06-2019]. []
  7. Louis Peter Grijp, Het Nederlandse lied in de gouden eeuw: Het mechanisme van de contrafactuur, Amsterdam, P. J. Meertens-Instituut, 1991, https://www.dbnl.org/tekst/grij001nede01_01/grij001nede01_01_0005.php [consulté le 14-06-2019]. []
  8. Kate van Orden a interprété ces formules standardisées comme des traces des colporteurs chantants, qui cherchaient à attirer l’attention sur leur marchandise : Kate van Orden, “Cheap Print and Street Song following the Saint Batholomew’s Massacres of 1572”, Music and the Cultures of Print, Kate van Orden (éd.), New York et Londres, Garland Publishing, 2000, pp. 271-323, p. 284. []
  9. Andrea van Leerdam, « Le réemploi des gravures sur bois : nouvelles perspectives sur une pratique culturelle ancienne », https://histoirelivre.hypotheses.org/4122. []
  10. Sur la transmission orale et ses effets sur la chanson populaire, voir : Louis Peter Grijp, “Onder de altijdgroene linde. Over orale principes in Middelnederlandse liederen”, L. P. Grijp et F. Willaert (éd.), De fiere nachtegaal. Het Nederlandse lied in de middeleeuwen, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2008, pp. 311-330 ; D. van der Poel, Geirnaert, D., Joldersma, H., Oosterman, J., et Grijp, L. P. (ed.), Het Antwerps liedboek. 2 tomes, Tielt, Uitgeverij Lannoo, 2004, tome 2, pp. 14-18; W.P. Gerritsen, “Jan en Jenneken en de mondelinge overlevering van balladen”, F. Willaert (éd.), Een zoet akkoord. Middeleeuwse lyriek in de Lage Landen, Amsterdam, Prometheus, 1992, pp. 287-302. []

« L’odyssée des livres sauvés », une exposition au Musée de l’Imprimerie à Lyon

L’histoire du livre comme celle de la littérature ne manquent pas d’exemples iconiques de livres voués à la destruction et pourtant sauvés, pour être offerts, parfois des décennies après leur écriture ou leur production, aux lecteurs et lectrices – à l’instar de la Suite française d’Irène Némirovsky, dont l’image des carnets ouvre l’exposition L’Odyssée des livres sauvés qui se tient actuellement au Musée de l’Imprimerie à Lyon. Le parti-pris de l’exposition est d’offrir une déambulation méditative, voire poétique, parmi des livres sauvés des nombreux dangers qui guettent ces objets pérennes et pourtant fragiles. Elle se décompose en quatre axes : « Foudre – Les livres frappés » ; « Index – Les livres défendus » ; « Exil – Les livres dispersés » ; « Talismans – Les livres qui sauvent ».

Illustration 1: le parcours de l’exposition symbolisé par une carte de Yann Damezin.

Foudre met en avant quelques cas de livres menacés par les catastrophes naturelles autant que par les conflits humains, voire parfois simplement par le passage du temps. Plutôt que de faire un inventaire fastidieux de destructions de livres que l’on pourrait au moins faire remonter à l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie, les commissaires de l’exposition ont choisi d’en éclairer quelques exemples à travers des sauvetages qui frappent l’imagination, telle la reconstruction de l’Hortus deliciarum. Le manuscrit de ce Jardin des délices composé au XIIe siècle par Herrade de Landsberg, abbesse de Hohenburg, pour l’édification de ses moniales, fut en effet détruit lors de l’incendie de la bibliothèque de Strasbourg en 1870, suite à un bombardement de l’armée prussienne. Cependant, la qualité des enluminures de cet épais manuscrit avait attiré l’attention de divers érudits du XIXe siècle, qui en firent des copies en couleur. Au terme d’un travail de rassemblement et de recoupement de ces copies éparses, c’est finalement plus de 80% de l’Hortus dont on a gardé des reproductions qui permettent, malgré la perte de l’original, de se faire une idée précise du raffinement de ses miniatures.

Illustration 2: Une illustration de l’Hortus deliciarum reproduite par Christian Maurice Engelhardt en 1818.

La salle Index met quant à elle l’accent sur des livres interdits, mais aussi mutilés pour leur contenu jugé scandaleux. On observe ainsi le caviardage d’une édition du XVIIIe siècle du Britannicus de Racine, sans doute jugé trop sensuel par un censeur du siècle suivant ; on peut aussi examiner un exemplaire aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon des Épîtres familiaires de Cicéron imprimé en 1542 par Étienne Dolet et à moitié mangé par les flammes, sans que l’on sache précisément dans quelles circonstances on a voulu faire subir à ce livre le même sort que son imprimeur.

L’interdit frappe autant des romans de mœurs que des essais politiques, et tente de faire disparaître des revues militantes, tel ce numéro 12 de la revue Recherche, intitulé Trois milliards de pervers et paru en 1973. Ses articles consacrés aux pratiques homosexuelles valurent une condamnation au directeur de publication au terme d’un procès pour outrage aux bonnes mœurs, et la mise au pilon des exemplaires du numéro incriminé. Si une nouvelle version, allégée d’une centaine de pages, fut bien publiée, quelques exemplaires de la première version échappèrent à la destruction, nous permettant ainsi de lire aujourd’hui les articles originaux. C’est au fond la leçon que l’on tire des différents ouvrages présentés dans cette salle : il est plus difficile que l’on croit de faire disparaître tous les exemplaires de textes scandaleux, et d’en faire taire les auteurs.

Illustration 3: Couverture du numéro non censuré de Recherches 12, 1973.

Si Foudre et Index portent dans l’ensemble davantage sur des institutions et des communautés, Exil et Talismans s’attachent à des destins individuels d’auteurs et autrices, de collectionneurs et collectionneuses, de lecteurs et lectrices. L’accent y est mis sur des œuvres qui pourraient souvent aussi bien se retrouver dans la section Index, comme le roman historique Vie et destin de Vassili Grossman, publié bien après la mort de son auteur en butte à la censure soviétique. Mais il s’agit là davantage d’éclairer comment les livres, et les bibliothèques, peuvent prendre une dimension rédemptrice pour des hommes et des femmes qui y consacrèrent leur vie, du grand collectionneur Aby Warburg dont la collection fut à l’origine de l’institut de recherche et de la bibliothèque éponymes, au lien intime qu’entretiennent écrivains et lecteurs avec leurs livres préférés.   

Dans chaque salle, c’est aussi un parcours artistique qui rythme la découverte des livres exposés. L’exposition a en effet été conçue en collaboration avec Yann Damezin, un illustrateur lyonnais qui a produit une série de portraits de ‘sauveurs’ ainsi qu’une carte de l’exposition dont le paysage ne peut manquer d’évoquer la carte de Tendre.

Illustration 4: série des portraits de sauveurs par Yann Damezin

Mais d’autres œuvres accompagnent aussi les livres pour refléter en images leur sauvetage ou leur action salvatrice, telles les photographies de Gabriel Hill, sur lesquelles des réfugiés posent avec des livres particulièrement importants pour eux, parfois seuls objets de leur vie d’avant à avoir pu les accompagner dans leurs déplacements.

Illustration 5: Gabriel Hill, projet « imPortraits », 2016

Cette alternance d’objets à voir et de médiation artistique permet évidemment d’éviter une exposition monotone de livres dans des vitrines. Cependant, il ne s’agit pas d’une simple astuce d’exposition. Les photos proposées ajoutent surtout une mise en perspective bienvenue, en enrichissant l’exposition par des émotions de lecteurs et lectrices – non seulement ceux représentés dans ces portraits, mais aussi les artistes eux-mêmes, qui se mettent ainsi en scène en lecteurs engagés, à l’instar de la plasticienne Marta Minujín, qui, en 2017, a réalisé un Parthenon of books avec des livres censurés, sur les lieux mêmes d’autodafés nazis dans la ville de Kassel.

Illustration 6: Marta Minujín, The Parthenon of books, 2017

Il est certain que cette exposition s’adresse à ceux et celles qui aiment les livres, déjà, encore et toujours. C’est là que l’on pourra voir aussi ses limites. Les longs textes des cartels obligent à une lecture attentive pour saisir l’intérêt de chaque objet présenté. Le choix de l’éclectisme dans la présentation oblige à une attention soutenue pour passer des particularités matérielles d’un livre ancien à la mise en contexte d’un livre moderne ou à la prise de position conceptuelle d’un artiste autour d’un livre-objet d’art.

Cette volonté de proposer un pêle-mêle qui libère l’imagination se fait alors parfois au risque de faire passer inaperçus des documents particulièrement émouvants ou de mettre sur le même plan des disparitions et des sauvetages qui nous semblent d’ordre radicalement différent. C’est par exemple le cas quand sont placés côte-à-côte, dans la salle Index, des livres manuscrits et imprimés évoquant l’écriture clandestine dans les camps de concentration et la spoliation des bibliothèques de possesseurs juifs, et un écran sur lequel sont projetées des données de la CIA divulguées par John Snowden en 2013. Sa présence même dans l’exposition interroge la notion même de « livre » – ici une clé USB rassemblant des fichiers de données brutes.

La dimension de cet écran et le défilement des données écrase quelque peu les vitrines voisines. Dans celles-ci sont pourtant présentés des documents saisissants, comme le manuscrit du Verfügbar aux Enfers, opérette revue en 3 actes, écrit clandestinement par la résistante Germaine Tillion à Ravensbrük en 1944, ainsi que des livres qui rappellent le sort de nombreuses bibliothèques de collectionneurs juifs qui furent confisquées par les nazis, et dont le sauvetage a justement été évoqué récemment sur ce blog avec un billet consacré aux collections de la Bibliothèque publique juive de Montréal.

Illustration 7: Germaine Tillion, manuscrit du Verfügbar aux Enfers

Par les sauts intellectuels auxquels elle soumet parfois ses visiteurs, et par la diversité assumée des périodes et des sujets brassés ensemble, l’exposition s’adresse donc à des lecteurs et lectrices confirmés, voire érudits, qui retrouveront dans les thématiques proposées des échos de leur propre expérience de lecture et de réflexion sur le livre et la littérature. Si l’on passe cet écueil, on est récompensé par le désir de lire et relire les livres évoqués à travers ce parcours, et bien d’autres encore. En cela, cette exposition est une ode à la lecture autant qu’à ses supports, ces objets fragiles et puissants que sont les livres qui accompagnent nos vies.

L’exposition est proposée par le Musée de l’Imprimerie de Lyon jusqu’au 22 septembre. Elle est accompagnée par un livre Bibliodyssées. 50 histoires de livres sauvés (Imprimerie Nationale, 2019), qui décrit les ouvrages présentés dans l’exposition et leurs histoires individuelles.

Katell Lavéant

Université d’Utrecht

Une journée d’études sur les recueils factices à Lyon

Le 3 mai 2019 a eu lieu à l’École normale supérieure de Lyon une journée sur les recueils factices organisée par les membres du Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles (XVIIe-XVIIIe s.) (GADGES, Lyon 3).

Cette journée, « Recueils factices : de la pratique de collection à la catégorie bibliographique », explorait les problèmes posés pour le repérage et l’étude de ces objets dans les collections des bibliothèques, aussi bien pour les conservateurs que pour les chercheurs. La première intervention, de Claire Giordanengo (conservatrice du fonds patrimonial, Bibl. Diderot) et Isabelle Vouilloux (conservatrice du fonds ancien, Bibl. de l’Université Catholique de Lyon), visait à présenter les difficultés rencontrées par les bibliothécaires pour repérer, cataloguer et rendre visibles ces recueils se trouvant dans leurs fonds, notamment dans le cadre de l’usage d’un catalogue commun tel que le SUDOC. En effet, il y a une tension fondamentale entre cataloguer le recueil en tant qu’objet, et décrire chaque pièce contenue dans ce recueil individuellement. Du fait de cette difficulté à cataloguer les recueils en tant qu’objet, il est souvent difficile pour le personnel des bibliothèques de les repérer et de les donner à consulter aux lecteurs : souvent, les conservateurs doivent aller en magasin pour repérer ces objets physiquement, sur les étagères, faute d’avoir les indications suffisantes dans leurs outils informatiques pour les trouver par une simple recherche via l’ordinateur. En prenant l’exemple d’un recueil de pamphlets de la fin du XVIe siècle conservé à l’UCLy, elles ont montré qu’il était complexe de faire apparaître ce recueil en tant que tel dans le catalogue du SUDOC.

Illustration 2: Recueil de controverses protestantes du XVIe siècle, UCLyon

Ce recueil a justement été montré ensuite aux participants lors d’une séance de présentation de volumes, qui a permis de discuter à la fois les questions de composition thématique et de caractéristiques matérielles de plusieurs recueils du XVIe au XVIIIe siècle. Dans le cas de ce recueil, la question se pose des buts de sa constitution. En effet, Michèle Clément (Université Lyon 2) a souligné l’unité thématique de ses 42 pièces de controverse protestantes imprimées entre 1557 et 15621. La reliure et les annotations indiquent qu’elles ont été réunies dans le recueil actuel à la fin du XVIe siècle en tant que livres prohibés, par un lecteur catholique, probablement à des fins de conservation pour un usage dans une institution religieuse catholique (comme en témoigne l’ex-libris du séminaire de Lyon collé sur la garde). Cependant, Katell Lavéant (Université d’Utrecht) a également mis en avant, lors de cette présentation conjointe, l’importance de noter la numérotation d’une main du XVIe qui ne suit pas l’ordre actuel des pièces dans le recueil, et qui indique que ces livres se trouvaient probablement d’abord dans un ou plusieurs recueil(s) antérieur(s), démantelé(s) pour constituer le recueil dans son état actuel. Il faut donc tenir compte de la possibilité que ces pamphlets furent d’abord acquis par des lecteurs favorables à leur contenu protestant, avant qu’ils ne prennent le statut de livres interdits au moment de leur mise en recueil actuelle.

Illustration 3: détail du recueil de controverses, avec renumérotation des pages

D’autres volumes ont été présentés, notamment par Hélène Lannier (Université Lyon 2). Elle a choisi de mettre en lumière un recueil de la bibliothèque Diderot (ENS) du XVIe siècle, contenant des livres en latin imprimés par le lyonnais Sébastien Gryphe. La composition du recueil, l’analyse des ouvrages choisis et l’étude de ses provenances permettent ainsi d’établir qu’il fut sans doute composé à des fins d’apprentissage pour un étudiant.

D’autres présentations, sur des ouvrages du XVIIe au XXe siècle, ont également mis en avant des aspects discutés à plusieurs reprises lors de cette journée : Edwige Keller-Rahbé (Université Lyon 2) a présenté un volume de la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence qui souligne la question de la (re)mise en recueil par les collectionneurs au XVIIIe siècle ; Michèle Rosellini (ENS Lyon) a posé la question de la mise en recueil par les acheteurs également avec l’exemple d’un recueil de textes de théâtre du XVIIIe siècle : ces fascicules de “nouveautés” dramatiques, imprimés au plus près de l’événement théâtral, et de provenances diverses, n’ont pu être rassemblés que par un collectionneur privé. Claire Giordanengo a montré un recueil de prix remis par le lycée Louis Le Grand dans les dernières années du XVIIIe siècle et les premières du XIXe siècle, dont la décoration des tranches correspond à un ingénieux système de classement des pièces dans le volume. Ambre Bonte et Céline Poughon (Université Lyon 3), ont étudié les modalités de mise en recueil des notes manuscrites et des documents rassemblés par un philologue lyonnais, Léon Clédat, sur les patois du Rhône. Elles ont montré que l’ordre choisi diffère de celui indiqué par Clédat: ceci souligne l’évolution entre la structure pensée par l’érudit au cours de ses enquêtes scientifiques, et le résultat en recueil, qui ne donne hélas plus accès au cheminement de la pensée du chercheur. Enfin, Isabelle Vouilloux a clos cette présentation par un recueil d’imprimés des éditions Fayard de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, pour montrer comment les couvertures de fascicules de textes littéraires pouvaient être supprimées pour homogénéiser la présentation des pièces à l’intérieur du volume, perdant ainsi l’intérêt spécifique de chaque couverture illustrée, et soulignant la frontière parfois fine entre recueil et anthologie.

Le versant bibliographique a ensuite été abordé par Malcolm Walsby (Université Rennes 2) dans son intervention sur « Le texte dans son contexte. Les recueils factices et l’utilisation des imprimés à la Renaissance ». À travers l’évocation du projet qu’il dirige, Sammelband 15-16, il a d’abord rappelé que la terminologie même pose problème pour désigner les recueils factices, d’où le choix du terme allemand Sammelband par ce projet pour définir clairement l’objet conçu comme une collection d’éditions imprimées dans une seule reliure. Les conditions de création de ces recueils chez les libraires à la Renaissance, comme leur utilisation par les lecteurs les ayant fait faire chez ces libraires et relieurs, sont en effet déterminantes pour comprendre leurs caractéristiques matérielles.

Illustration 4: L’atelier du relieur selon Jost Amman (dans Schopper, Hartmann. Panoplia omnium illiberalium mechanicarum, Frankfurt: Sigmund Feyerabend, 1568).

Il a ainsi mis en contraste deux exemples. Le premier, celui de deux volumes aujourd’hui conservés à la bibliothèque du Centre Culturel Irlandais à Paris, montre comment un libraire a rassemblé des éditions des Chronici Saxoniae dans l’ordre de production chronologique, pour les vendre ensemble. Le deuxième exemple, en revanche, illustre comment quatre ouvrages de controverse catholique sont souvent mis en recueil ensemble du fait de leur forte unité thématique. Comme en témoignent les différents recueils du XVIe siècle les conservant, ces ouvrages furent rassemblés dans des ordres différents et avec des systèmes de classement et d’organisation dans le recueil propres à chaque individu qui les avait achetés et fait relier ensemble. Il a aussi insisté sur le statut qu’acquiert ainsi au fil du temps le recueil comme ouvrage unique, et non plus comme une collection de titres séparés, pour le lecteur qui, souvent, l’annote et le numérote en ce sens. Malcolm Walsby a enfin insisté sur tous les détails matériels qu’il est essentiel d’analyser pour comprendre la manière dont le recueil a été constitué, des éléments bibliographiques tels que les titres inscrits sur les tranches, à la présence de détails apparemment aussi infimes que les tâches d’encre, mouillures et trous.2

Illustration 5: Recueil de controverse religieuse (à droite), Centre culturel iralandais à Paris.

Les interventions de Katell Lavéant et Hélène Lannier ont présenté les bibliothèques de deux érudits du XVIe siècle, celle d’Huybert van Buchell, aujourd’hui conservée à la bibliothèque universitaire d’Utrecht, et celle de Benoît Court, dispersée après sa mort mais pour partie reconstituée par Hélène Lannier dans les fonds de différentes bibliothèques publiques. Là où la bibliothèque d’Huybert van Buchell, léguée à la bibliothèque municipale (devenue universitaire) d’Utrecht, permet de reconstituer sans peine la collection de ce possesseur puisqu’elle est répertoriée dans un catalogue dès 1608, celle de Benoît Court a dû être reconstituée à partir de sources secondaires, notamment grâce aux mentions de provenances dans les catalogues de bibliothèques publiques, à des catalogues de libraires anciens, ainsi que d’autres ouvrages divers (en particulier sur la reliure, puisque Court faisait apposer ses armes sur la reliure de ses livres). À partir de l’analyse des provenances, mais aussi des reliures, il est possible de mieux comprendre la logique de constitution des recueils.

Illustration 6: des reliures de la bibliothèque de Benoît Court. Photo BM Lyon

La réflexion croisée des deux chercheuses a entre autres porté sur les raisons qui poussaient les érudits à rassembler des titres par thèmes (par exemple une série d’ouvrages de polémique protestante et de théologie dans le cas de van Buchell), par auteurs (tel un volume d’œuvres d’Érasme dans la collection de Benoît Court) ou par langues (les recueils étant dans les deux cas toujours monolingues). Il est aussi frappant de noter que, dans les deux cas, les volumes fabriqués pour ces possesseurs proposent souvent une indication sur le prix de la reliure, ouvrant les perspectives de réflexion sur les aspects économiques de la mise en recueil, qui permettait de limiter le coût supplémentaire que représentait la reliure. Ces précieuses indications donnent une idée des coûts de fabrication de ces volumes.

Illustration 7: une indication de prix de reliure dans un des volumes de Huybert van Buchell, BU Utrecht

La journée s’est achevée sur une session sur les recueils de mazarinades. Laura Bordes (Université Aix-Marseille) a ainsi pris l’exemple du fonds de plus de 80 de ces volumes, conservé à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence. Du fait de la fragilité matérielle des pamphlets en question, objets imprimés appelés à disparaître rapidement s’ils n’avaient pas été mis en recueil, c’est la question de la préservation qui a été évoquée, comme à plusieurs reprises pendant la journée, pour des éditions aujourd’hui particulièrement rares, voire uniques. Malgré le manque d’informations sur l’origine de cette collection, l’étude des recueils et, dans certains cas, de l’ajout d’illustrations et de portraits de personnages cités dans les textes, angle peu étudié jusqu’ici et pourtant présent de manière massive dans le corpus, permet de s’interroger sur le but de la constitution d’une telle série de recueils.

Illustration 8: une image classique, le portrait de Mazarin en page de titre d’une mazarinade

L’une des organisatrices de la journée d’études, Mathilde Bombart (Université Lyon 3), est revenue sur les enjeux des illustrations dans ces recueils pour aborder une série d’éditions de la main d’un mystérieux sieur de Sandricourt, composées avec une logique polémique mais aussi commerciale, pour inciter les lecteurs à acheter ces éditions les unes après les autres. Là encore, ces pièces ont fait l’objet d’une mise en recueil, dans un certain nombre de cas avec une page de titre imprimée, qui met en scène la fin de la crise en 1652, et qui constitue donc en elle-même une mazarinade. L’ajout de cette page de titre, comme celle de portraits produits par le graveur et marchand d’estampes par Balthazar Montcornet (1598-1668), compose donc un recueil factice dont il convient d’étudier la logique de production spécifique : la page de titre a pu être produite pour être utilisée par un libraire qui s’en serve comme page générique ouvrant un recueil composé pour un acheteur selon ses souhaits et selon les mazarinades en stock. Il est également envisageable que l’on ait dans un certain nombre de cas des recueils produits par des libraires pour attirer un lectorat séduit par l’ajout d’illustrations, sans pourtant exclure la possibilité que d’autres recueils aient été constitués sur la demande des lecteurs individuels désireux d’enrichir les textes rassemblés par des illustrations complémentaires choisies personnellement. Mathilde Bombart entreprend actuellement une recherche plus étendue sur ce sujet, qu’elle a abordé dans son habilitation à diriger des recherches (à paraître).

illustration 9: un recueil de mazarinades illustré, conservé à la BM de Châlons-en-Champagne

Au terme de cette journée riche d’exemples et de questions autour des recueils factices aux XVIe et XVIIe siècles, il est apparu dans la réflexion des différents participants l’importance de la collaboration entre chercheurs et professionnels des bibliothèques pour mieux mettre au jour et décrire ces recueils. Est également réaffirmée la nécessité d’étudier ces objets sous un angle bibliographique, comme sous l’angle de leur constitution pour et par des lecteurs souvent identifiables ou pour des logiques de lecture qu’il nous faut aujourd’hui reconstruire. C’est ce à quoi s’emploient le séminaire du GADGES dédié à ces questions, comme le projet Sammelband 15-16 et le projet Mazarinades, dont on ne manquera pas de suivre les résultats des enquêtes à venir sur ces objets fascinants.

  1. Michèle Clément a décrit ce recueil et son contenu dans son article « Mettre en vers français une poétesse latine. Proba Falconia à Lyon en 1557 », Martine Furno et Raphaële Mouren (éd.) Auteur, Traducteur, collaborateur, imprimeur.. qui écrit?, Paris, Classiques Garnier, 2012, pp.165-202, 2012. []
  2. Malcolm Walsby a ainsi étudié cette problématique dans ‘Cheap print and the academic market : the printing of dissertations in sixteenth-century Louvain’, dans Andrew Pettegree (ed.) Broadsheets : Single-sheet Publishing in the First Age of Print, Leiden : Brill, 2017, pp. 355-375, et ‘Les enjeux de la conservation-restauration des livres : le cas des receuils factices’, à venir. []

« Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 » : précieuses diversités d’une collection universitaire

Pour célébrer les cinquante ans de la fondation de l’Université Rennes 2, de nombreuses activités sont organisées sur le campus des sciences humaines de la ville bretonne. Parmi elles, une exposition, « Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 », vient d’ouvrir dans le hall de la bibliothèque universitaire, pour mettre en avant certains trésors qui se cachent dans ses collections.

Le fonds contient en effet des ouvrages vieux de plus de cinq cents ans dont certains sont considérés comme des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’imprimerie, comme l’Atlas de Gerard Mercator, réalisé à Amsterdam par Jodocus Hondius en 1619.

La partie la plus ancienne du fonds provient des confiscations qui suivirent la séparation de l’État et l’Église en 1905. Les bibliothèques des séminaires de Rennes et d’Angers forment ainsi le cœur de la collection ancienne. Celle-ci a depuis également profité des dons d’anciens professeurs de l’université tels qu’Albert Feuillerat, spécialiste de littérature anglaise et collectionneur d’imprimés de théâtre dans cette langue, ainsi que de quelques achats stratégiques récents, notamment ceux des plans du campus réalisés par l’architecte Louis Arretche, présentés dans l’exposition.

Illustration 2: Vitrine présentant les papiers légués à la bibliothèque du chercheur Emmanuel Philipot, professeur à l’Université Rennes 2 de 1903 à 1939 et spécialiste du théâtre médiéval.

La plupart des documents montrés dans l’exposition sont aujourd’hui préservés parmi les milliers de livres qui constituent les réserves anciennes et modernes… souvent un peu oubliés par les étudiants et enseignants. L’exposition a donc pour but de donner plus de visibilité à ces objets pour les usagers de la bibliothèque, ainsi que pour un large public. Organisée par cinq étudiants encadrés par trois enseignants-chercheurs, elle oriente les visiteurs dans la diversité de ces fonds, enrichis par ces héritages multiples et exceptionnels.

Le regard féminin d’autrices majeures est d’emblée mis en contraste avec celui, d’habitude plus proéminent, d’auteurs tels que Ronsard et Machiavel. Au sein de l’exposition nous est ainsi montré le quatrième volume, édité et imprimé en 1836, du Journal des jeunes personnes, seul présent à la Bibliothèque Universitaire de Rennes 2 présentées ici [1]. La revue a bien circulé puisque l’on en retrouve des exemplaires à Paris, Lyon, Toulouse ainsi que dans le Nord. Si l’Institut de France en possède presque toute la collection, les exemplaires sont néanmoins très éparpillés et le volume de 1842 n’apparaît nulle part. Le Journal des Jeunes Personnes, par ses contenus scientifiques et littéraires de qualité, est aussi la traduction de la difficile acceptation de la femme savante et de la femme autrice sous la Monarchie de Juillet. On y retrouve en effet des articles rédigés par Antoinette Dupin sur la condition des femmes dans d’autres pays comme la Chine par exemple, mais aussi par Louise Colet, en plus de ceux écrits par de grands auteurs du monde littéraire, entre autres Victor Hugo et Chateaubriand. Si on étudie plus particulièrement ce quatrième volume, on retrouve, comme on peut s’y attendre dans ce type de revue destinée principalement aux adolescentes, des pages dédiées à la mode, à la broderie et à l’art de vivre. L’aspect plus innovant tient en la présence centrale de l’actualité littéraire et scientifique, jugée tout de même « convenable » pour les jeunes filles.    

Illustration 3: Vitrine présentant les « Regards de femmes », dont le Journal des jeunes personnes en bas.

La revue s’inscrit dans un monde qui se prête à la polémique de la presse, qu’elle soit littéraire ou politique, pour alimenter les conversations des dames. Mentionnons ici un débat littéraire de 1833 relaté dans le volume où la question est de savoir si la littérature russe est déjà engagée dans le romantisme, question soutenue par plusieurs articles comme ceux de Louis Viardot (écrivain et spécialiste de la Russie). La littérature étrangère trouve en effet sa place dans la revue, ici avec les écrits allemands de Friedrich von Schiller. Ce qui est très original pour l’époque, c’est la présence de contes populaires et fantastiques ainsi que de la littérature sociale et morale. Avec cette volonté, au-delà de la lecture de grands classiques, de faire connaître les artistes du temps présent, on peut par exemple lire un passage sur un certain Beethoven… D’ailleurs des partitions complètent l’ouvrage, avec des thèmes venant de la littérature. Certaines partitions contiennent des arrangements pour guitares, comme ceux de Ferdinando Carulli (ses morceaux célèbres étant beaucoup joués dans les Salons), alors que des journaux équivalents ne contiennent que des partitions pour piano. Enfin, les articles de la revue sont illustrés par plusieurs planches. Il y a une véritable mise en scène du texte avec des propositions harmonieuses, la composition annonçant déjà l’illustration des ouvrages de vulgarisation scientifique pour la deuxième moitié du XIXe siècle. Sans le format du schéma scientifique, les planches permettent d’apprendre à regarder et à observer. C’est donc un bel ouvrage à venir admirer pour ses illustrations délicates et précises, mais aussi à feuilleter pour se plonger dans le monde littéraire, politique et scientifique foisonnant du XIXe siècle.

L’exposition ne prétend pas seulement s’intéresser aux livres de prestige dans leur forme matérielle, mais également dans le contenu qu’ils véhiculent. As Mulheres Do Meu Pais, écrit par la journaliste militante Maria Lamas, fait partie de ces ouvrages que les conservateurs de la bibliothèque se réjouissent de posséder[2]. Très connue au Portugal, Maria Lamas s’impliqua activement dans la reconnaissance du rôle méconnu joué par les femmes au sein de la société portugaise. Dès les années 1930, la militante féministe prit à contresens la propagande de l’humble femme au foyer sous le régime de Salazar. Elle organisa notamment une exposition sur les travaux artisanaux des femmes incarcérées dont le succès inquiéta le gouvernement qui la fit fermer prématurément. La journaliste continua néanmoins de militer pour la reconnaissance de rôle social et économique des portugaises au cours d’une expédition dans le pays. Au fil des entretiens et des régions visitées, la journaliste put ainsi dresser un portrait de la condition féminine au Portugal beaucoup plus complexe et contraire aux idées reçues. Elle remarqua également que les femmes du sud du Portugal étaient beaucoup plus émancipées puisqu’elles tenaient entre autres les comptes domestiques de main de maître, dont la paie de leur mari. À l’inverse, leurs consœurs au nord étaient beaucoup plus sujettes à l’autorité patriarcale et sortaient peu du foyer. Maria Lamas accompagnait enfin ses témoignages et ses commentaires de photographies des femmes interrogées destinées à prouver leur implication directe dans l’économie du pays.

Illustration 4: As Mulheres Do Meu Pais, de Maria Lamas

On peut les voir en effet en plein effort en train de pêcher, labourer ou pousser de lourds wagons de charbon. Ces photographies sont donc également là pour démentir le topos de la fragilité trop souvent liée au sexe dit « faible ». Ce regard féminin sur la condition féminine au Portugal adresse ainsi message clair : les portugaises ne sont pas seulement des mères et des épouses, mais surtout de robustes travailleuses. Et naturellement aux yeux de Lamas, issue de la première génération de féministes, il était essentiel qu’elles soient reconnues en tant que tel.  

Ce travail documentaire précis réalisé par la journaliste fut régulièrement publié dans une série de petits fascicules qui circulèrent dans tout le pays et connurent un grand succès entre 1947 et 1950. Le livre exposé à la bibliothèque de Rennes est le témoignage de ce succès et de l’importance accordée à ces fascicules puisqu’il les réunit tous dans une publication reliée en cuir. La qualité de sa couverture ainsi que la présence d’éléments de couleurs indiquent par ailleurs que cet ouvrage était jugé suffisamment intéressant pour lui attribuer une édition de qualité qui séduirait les acquéreurs. Tant d’engouement pour le travail de Maria Lamas et son implication pour la cause des femmes ne la protégèrent pas néanmoins de la pression du gouvernement. Décidément trop en désaccord avec la propagande du régime, elle choisit en effet de s’exiler à Paris en 1962. Sa présence fut remarquée alors et il n’est pas impossible que le livre exposé dans nos fonds aujourd’hui soit l’acquisition d’un ancien chercheur de la faculté de Rennes admiratif du travail acharné de cette journaliste féministe qui s’éteignit à l’âge vénérable de quatre-vingt-dix ans (1983).

Illustration 5: Vue d’ensemble de l’exposition.

Dans une région à l’identité culturelle forte, il était logique de mettre également en avant dans l’exposition les origines et les thématiques locales d’un certain nombre d’imprimés, notamment avec des livres illustrés par des peintres bretons, tels Mathurin Méheut, artiste lamballais du XXe siècle. L’exposition propose ainsi une vitrine consacrée aux ouvrages remarquables dont la particularité est d’avoir été produit ou imprimé à Rennes et ses environs. En effet, la réserve moderne de la Bibliothèque Universitaire Rennes II conserve une trentaine de beaux ouvrages des Éditions Folle Avoine acquis par la bibliothèque et mis à la disposition des étudiants et enseignants de l’université. C’est dans la région rennaise, à Bédée, qu’ont été inaugurées les Éditions Folle Avoine par le poète Yves Prié en 1980. Outre son talent de poète, Prié a su se montrer polyvalent afin de mener à bien son projet. En se formant aux différentes pratiques de la fabrication du livre, il devint tour à tour imprimeur, typographe et metteur en page, ainsi son amour des livres transparaît dans chaque livre proposé.

Le catalogue présente des livres à tirage limité sur du grand papier, alliant la poésie et l’illustration. En effet, Yves Prié a conçu de magnifiques ouvrages dont la beauté réside dans la conception artistique. L’esthétique plutôt sobre des couvertures tout papier aiguise la curiosité des lecteurs et permet à l’imagination de se déployer loin de toute fioriture. Parus sous forme de livres d’artistes de différents formats, ces ouvrages sont le fruit d’une profonde réflexion sensible entre plusieurs personnalités littéraires et artistiques contemporaines. Au-delà de la publication de ses propres poèmes « La nuit des pierres », « Passages des amers », « Frontières » et « Granit », Prié révèle des écrivains et poètes tels que Heather Dohollau ou Alain Kervern qui ont, pour la grande majorité, des attachements à la Bretagne. Il accorde cependant une importance particulière à mettre en lumière des textes oubliés d’auteurs classiques, comme par exemple l’édition d’Ubu intime d’Alfred Jarry.

Il présente aussi une collection de littératures étrangères, invitant les lecteurs aux voyages imaginaires. Plutôt que de les présenter comme des livres d’artistes, Prié préfère la formulation de « livre pour artistes »[3], faisant de l’objet-livre un lieu de partage et de collaboration. En effet, les poèmes et écrits des auteurs sont magnifiés par des illustrations aux styles variés de Nicolas Fédorenko ou encore de François Dilasser. Grâce à des lignes minimalistes, des formes cézaniennes et des couleurs épurées, les illustrations proches de l’abstraction informelle habillent les différents textes ; la diversité est le maître-mot de ces collections inédites et originales, tant par le fond que par la forme. À contre-courant des maisons d’édition plus imposantes, les Éditions Folle Avoine se différencient par leur dimension esthétique et poétique dans lesquelles le visible et le sensible s’entremêlent. Les livres d’artistes de ces éditions s’élèvent au rang des beaux livres grâce à la qualité de leur fabrication, leur assurant de durer dans le temps, ainsi qu’à une esthétique aérienne et à une proposition bibliographique hétéroclite et variée. Cette petite maison d’édition bretonne continue de se développer et d’étoffer son catalogue au fil des ans, permettant de faire vivre et découvrir divers auteurs et artistes méconnus.

Illustration 7: La BU de Rennes 2 a consacré une exposition aux ouvrages des éditions Folle Avoine en 2011.

La section de l’exposition sur les diversités régionales s’arrête aussi sur une pratique du livre qui, à bien des égards, fait du Nouveau Tristan écrit en 1554 par Jean Maugin, plus connu sous le nom du « Petit Angevin », et réédité par Benoît Rigaud à Lyon en 1577, un trésor à part. L’un de ses propriétaires s’est appliqué, au XVIIIe siècle, à diviser cet épais in-16 en deux parties distinctes, et a fait pourvoir les deux tomes ainsi créés d’une nouvelle reliure luxueuse. De petit livre bon marché produit pour une lecture récréative au XVIe siècle, l’ouvrage acquiert ainsi le statut d’objet de collection précieux quand ce type d’imprimés devient l’objet des convoitises des collectionneurs deux siècles plus tard. Les deux figures iconiques de Probé et de Tacite sont mises en avant sur la page de titre. La sagesse d’une légende celtique retravaillée par la généalogie de l’Histoire entre ainsi en résonance au fil du parcours de cette section avec une rare première édition d’une grammaire de la langue galloise de John Davies, publiée par John Bill à Londres en 1621, et avec celle de la Grammaire françoise-celtique ou françoise-bretonne de Grégoire de Rostrenen, parue à Rennes chez Julien Vatar en 1738.

Illustrations 8 et 9: le Nouveau Tristan, USTC 27470, et les grammaires galloise et bretonne

Dans ce prolongement, une autre section de l’exposition est dédiée aux « diversités linguistiques » présentes dans les collections de l’Université de Rennes 2. L’intérêt en est double : représenter cette diversité des langues, mais aussi celle des sources. Si l’on y trouve évidemment la présence de dictionnaires, la volonté était aussi de mettre en avant d’autres types de livres en langues étrangères. Il apparaissait alors tout naturel d’exposer un recueil factice de pièces écrites (ou co-écrites) par le célèbre dramaturge anglais John Fletcher, que la postérité a relégué dans l’ombre de son aîné William Shakespeare, avec lequel il eut parfois l’occasion de collaborer. À cet égard, la présence de la Colección de canciones patrióticas de Mariano de Cabrerizo y Bascuas, parue à Valencia en 1822, permet de mettre en lumière un héritage fondateur de l’Espagne moderne.  Ce petit ouvrage atypique regroupe en effet les partitions et paroles de chants patriotiques écrits lors de l’insurrection contre le roi Ferdinand VII, dont certains étaient encore chantés au XXe siècle, par les républicains pendant la guerre d’Espagne.

Une mention particulière doit être faite du dictionnaire sino-latin d’Étienne Frumont publié en 1742, qui surprend autant par son histoire que par le savoir-faire qu’a nécessité son impression. En effet celle-ci exigea la création sur mesure quelques années auparavant de caractères typographiques gravés sur bois, les Buis du Régent. De réalisation certes encore imparfaite, ils représentent cependant la première entreprise d’envergure dans l’impression de caractères orientaux en Europe, puisqu’on en réalisa plusieurs milliers. Ce livre se retrouva au centre d’une polémique concernant sa paternité, puisqu’un élève de Huang Jialuë, enseignant chinois installé à Paris à l’époque, accusa publiquement l’auteur (lui-même élève dudit Jialuë) d’avoir subtilisé les notes du défunt maître pour se les approprier.

Illustration 10: Vue de l’exposition avec le dictionnaire sino-latin de Frumont au premier plan.

Si le grec ou l’hébreu ne sont pas présents en tant que tels dans cette vitrine, le visiteur pourra en admirer les caractères et peut-être même reconnaître ceux de l’araméen et du syriaque, grâce à la présence voisine d’une prouesse typographique : la Bible polyglotte imprimée à Anvers par Christophe Plantin en 1568-1573.

Les vitrines de cette exposition illustrent ainsi la diversité des collections, proposant une sélection de livres et documents exceptionnels. Mais elles ne dévoilent en réalité qu’une fraction des richesses de la bibliothèque, qui restent en grande partie encore à découvrir.

L’exposition « Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 » est visible jusqu’au 3 mai 2019 ; des visites guidées seront organisées en avril, dont les dates seront indiquées sur le site web de la BU. Les livres et objets présentés dans l’exposition seront également mis en valeur dans un livre de prestige co-écrit par de nombreux chercheurs de Rennes 2.

Camille Crambes
Alex Delusier
Joanne Le Guen
Nicolas Lemaire
Isabelle Riquet
Commissaires de l’exposition, étudiant.e.s à Rennes 2

[1] Cette revue a fait l’objet d’une présentation de Catherine Sablonnière lors d’une séance du séminaire Autour du Livre à Rennes, dont sont tirées les informations présentées ici.

[2] Cet ouvrage a fait l’objet d’une intervention d’André Bélo dans les rencontres Autour du livre à Rennes.

[3] Jacques Brélivet, Préface de Folle Avoine : 30 ans d’éditions, Rennes : Service culturel de l’université de Rennes 2, 2011, p. 4.

 

Une enquête bibliographique: retrouver et identifier un livre joyeux de 1542 supposé perdu

La source imprimée la plus utilisée pour décrire et analyser les festivités de la compagnie joyeuse des Conards de Rouen, très active au XVIe siècle, a longtemps été les Triomphes de l’abbaye des Conards, une édition partagée chez Nicolas Du Gord et Louis Petit imprimée à Rouen en 1587 (USTC 84170 et 45420).

Illustration 1: Page de titre des Triomphes de l’abbaye des Conards, Rouen, Nicolas Du Gord et Louis Petit, 1587

Tous les chercheurs qui se sont penchés sur ce sujet se réfèrent en effet à cet imprimé, souvent via son édition au XIXe siècle par Marc de Montifaud[1]. Or ces Triomphes reproduisent un texte produit lors d’une parade joyeuse organisée pendant les jours gras de 1540, selon l’ancien calendrier – texte supposé perdu par les chercheurs. Si d’autres festivités de moindre ampleur des Conards ont été documentées par des sources d’archives[2], cet important carnaval de 1541, en revanche, ne nous est connu que par ce récit. Mais quel statut accorder au texte des Triomphes, alors que cette édition fut produite quarante-cinq ans après les faits ? Comment s’en servir pour étudier ces festivités avec fiabilité, vu l’écart de temps important entre ces dernières et le moment de production de cet imprimé ?

Or, le récit originel de cette parade joyeuse, que tous considéraient comme perdu, ne l’était nullement. Il se trouvait en fait conservé sous un autre titre dans le fonds Méjanes de la bibliothèque éponyme, à Aix-en-Provence. C’est grâce à la mise en ligne d’outils bibliographiques, notamment l’Universal Short Title Catalogue, que j’ai pu l’identifier et le consulter. Le titre complet en est le suivant :

Le recueil des Actes | & depesches faictes aux haultz iours de Conardie, tenus a | Rouen depuis la derniere sepmaine de Ianuier jusques au | mardi gras ensuyuãt penultime iour de Feburier mil cinq | centz quarante, auec le triumphe de la monstre et ostẽta- | tion du magnifique & tresglorieux Abbe des Conardz | Monarche de Conardie. Imprime audict lieu de Rouen | auec priuilege de iustice, & defense a tous aultres imprimeurs et libraires en imprimer ne vẽdre aultres que ceulx | cy, cachetees auec le porte crosse de l’Abbe, sur peine de la | confiscation diceulx, de prison, & amende arbitraire.

Illustration 2: Page de titre des Actes et depesches (Rouen, s.n., 1542)

Ce livre fut donc imprimé à Rouen début 1542, comme on peut le déduire par l’autorisation reproduite au début de l’imprimé. Elle est donnée par le lieutenant du bailli, Jacques Aubert, en date du 18 janvier 1541 ancien style, et répond à la requête des Conards de pouvoir faire publier ce récit de leurs festivités de l’année passée alors que leurs « hauts jours » (fêtes de carnaval) approchent de nouveau[3]. On peut donc dater assez précisément cette impression entre le 18 janvier et le 2 mars 1542 (date du dimanche gras cette année-là, Pâques tombant alors le 19 avril). Le texte, à quelques variantes orthographiques près, est identique à celui de 1587, auquel il a visiblement servi de modèle pour la réédition.

Il s’agit d’un in-quarto, probablement de 40 pages, car malheureusement le dernier feuillet du cahier E manque (état actuel des signatures : A-D4 E3, soit 38 pages). Les Triomphes de 1587 nous donnent la fin du texte, dont la longueur doit effectivement correspondre à ce qui devait occuper ce dernier feuillet E4. Si l’édition de 1542 présentait un colophon sur la dernière page, il a donc disparu dans cet exemplaire. Si elles existaient, les informations commerciales permettant de connaître le nom de l’imprimeur ou du libraire ont été perdues.

Cette édition des Actes et depesches est soignée. Elle propose une mise en page attractive et aérée, qui vise notamment à différencier clairement les différentes parties du texte, dans une typographie romaine.

Illustration 3: Double page dans les Actes et depesches (A2v-A3r)

Les paragraphes narratifs relatant la préparation et le déroulement des jours gras sont proposés dans une police typographique de taille plus réduite que les poèmes et autres textes récités et montrés pendant les festivités jusqu’au cahier C inclus. Ensuite, sans doute pour économiser du papier, l’imprimeur n’a plus utilisé que la plus petite des deux polices, mais il a présenté les textes utilisés dans le défilé en deux colonnes pour les distinguer des paragraphes narratifs.

Illustration 4: Double page des Actes et depesches (D4v-E1)

De plus, des lettrines agrémentent le texte dans le cahier A. Enfin, une gravure sur bois a été réalisée spécialement pour ce livre, puisqu’elle présente, en illustration sur la page de titre, le char de l’abbé des Conards, aisément reconnaissable à sa mitre et aux bois de cerf (symbole de fertilité) qu’il porte en guise de crosse. Il est notable que les Triomphes de 1587 présentent la même gravure, cette fois sur le dernier feuillet du livre. Cependant, une comparaison des deux gravures montre qu’il ne s’agit pas du même bois gravé : on en a retaillé un spécialement pour la réédition quarante-cinq ans après celle des Actes et depesches.

Illustration 5: Gravure du char des Conards dans les Actes et depesches de 1542
Illustration 6: Gravure du char des Conards dans les Triomphes de 1587

Tous ces éléments soulignent l’investissement important que le libraire mit dans la production de ce livre. En cela, ce livre se distingue des livres joyeux produits à la période. Sermons joyeux, pronostications parodiques et autres formes littéraires légères et courtes étaient le plus souvent publiés dans des petits ouvrages bon marché. Ces imprimés étaient le plus souvent des in-octavo ne dépassant en général pas les 4 feuillets, encore régulièrement avec une typographie bâtarde, souvent de facture hâtive, et réutilisant des bois gravés assez génériques pour illustrer de loin le sujet de l’œuvre. C’est par exemple le cas de la Pronostication des cons sauvages, elle aussi produite sous le patronage de l’abbé des Conards à Rouen à la même période par Yves Gomont, vers 1550 (USTC 40807).

Illustration 7: La grande et veritable pronostication des cons sauvaiges, Rouen, Yves Gomont, [1550]

La facture des Actes et depesches se différencie nettement de tels imprimés, et pose la question du lectorat auquel l’ouvrage était destiné, dont les moyens financiers devaient être plus importants que ceux des acheteurs de la pronostication joyeuse et d’autres petits livres joyeux. Cette facture, de même que le format in-quarto qui ne fut guère utilisé pour les livres joyeux, le rapprochent davantage du format de récits d’entrées royales tel que celle d’Henri II à Rouen en 1550 (dans les spectacles de laquelle les Conards firent d’ailleurs bonne figure). La Deduction du sumptueux ordre plaisantz spectacles et magnifiques theatres dressés et exhibés par les citoiens de Rouen, imprimée pour Robert Le Hoy, Robert du Gort et Jean du Gort à Rouen en 1551 (USTC 54006 et 10205), est certes plus ample et agrémentée de davantage de gravures représentant les théâtres temporaires, mais elle présente un certain nombre de similarités dans la mise en page et l’emploi des lettrines notamment.

Illustrations 8 et 9: Deduction du sumptueux ordre (B1r-B1v)

Le travail d’identification possible d’un imprimeur est encore en cours. Je n’ai pour l’instant pas été en mesure de rapprocher le matériel typographique utilisé pour les Actes et depesches de ceux d’autres ouvrages imprimés à Rouen à la même période. De même, les filigranes bien repérables dans l’ouvrage restent un mystère : il a été impossible de les retrouver dans les répertoires habituels[4]. En revanche, j’ai pu identifier une lettrine, utilisée également dans l’édition d’un édit royal imprimé pour Claude Le Roy et Nicolas Nystel à Rouen en 1541. Cependant, je n’ai pas encore pu établir de lien avec un matériel d’imprimerie utilisé également par Le Roy dans d’autres de ses éditions.

Illustrations 10 et 11: Lettrines dans les Actes et depesches, A2v, et dans l’Edict du Roy sur le faict de son demaine forain (1541)

Illustrations 12 et 13: Filigranes, Actes et depesches A1v et A4v

Hors de la piste Le Roy, on peut encore proposer quelques hypothèses sur de possibles candidats parmi les imprimeurs et libraires rouennais actifs dans les années 1540, à partir du répertoire des imprimeurs et libraires français de Malcolm Walsby, Booksellers and Printers in Provincial France 1470-1600, à paraître prochainement (et que je remercie de m’avoir ouvert l’accès à ses données)[5]. Parmi les libraires ayant produit également d’autres livres joyeux et des ouvrages courts similaires à la même période, on peut en effet citer Jean Lhomme, Yves Gomont et Cardin I Hamillon. Cependant, ils produisirent des livres joyeux de facture plus rudimentaire, de type plaquettes gothiques. Les candidats les plus probables à l’édition des Actes et depesches me semblent plutôt être les frères Robert et Jean du Gort, qui, au même moment, produisirent des livres joyeux (notamment des imitations des romans de Rabelais) ainsi que d’autres œuvres littéraires et de circonstance, notamment la description de l’entrée d’Henri II à Rouen citée plus haut. Mon travail sur ces pistes se poursuit donc.

Pour l’histoire des festivités de la Renaissance, la redécouverte de cet exemplaire des Actes et depesches de 1542 est importante. Alors que l’on se basait jusqu’ici sur un imprimé publié quarante-cinq ans après les festivités sur lesquelles il portait, et en l’absence de documents d’archives, il est capital de pouvoir vérifier l’état du récit produit lors de ces fêtes, et d’avoir accès à un témoin imprimé juste après les faits.

Pour l’histoire du livre également, il s’agit d’une redécouverte non négligeable. Elle permet en effet d’abord d’analyser plus spécifiquement le corpus des livres joyeux produits au XVIe siècle, sur le plan bibliographique. L’exemplaire de la bibliothèque Méjanes est en effet un unicum, comme c’est bien souvent le cas des exemplaires de livres joyeux que l’on a conservés. Dans un paysage éditorial où chacun de ces unica revêt donc un caractère décisif, l’étude des Actes et depesches permet de nuancer la vision des livres joyeux qui émerge. Alors que l’on serait tenté de croire que l’on ne produisait ces livres que dans des petites plaquettes bon marché, puisque ce sont elles qui constituent l’essentiel de ce qui nous est resté, on voit avec cette édition que des compagnies joyeuses, en collaboration avec des imprimeurs-libraires capables de soutenir une telle entreprise, pouvaient également produire des imprimés plus ambitieux.

En ce sens, cet imprimé est un livre majeur pour étudier à la fois l’histoire de la vie théâtrale et les liens entre milieux du théâtre et monde du livre dans la ville qui devint le troisième centre d’imprimerie français au XVIe siècle – une ville qui était appelée à devenir le premier centre de production du livre joyeux à la fin du siècle. La redécouverte d’un tel exemplaire est essentielle : elle nous fournit une source importante pour réfléchir à ces liens, et pour tenter de dessiner une cartographie des imprimeurs de livres joyeux au XVIe siècle. L’ampleur des découvertes à faire dans un tel cadre, qui est celui de mes actuelles recherches d’habilitation à diriger des recherches sur la culture joyeuse en France et ses productions imprimées, contribue à en faire un fascinant et ludique terrain d’enquête.

Katell Lavéant

Projet Uncovering Joyful Culture – Université d’Utrecht


[1] Marc de Montifaud, Les triomphes de l’Abbaye des conards : avec une notice sur la fête des fous, Paris, Librairie des bibliophiles, première édition, 1874. L’auteur est en fait Marie-Amélie Quivogne de Montifaud.

[2] Michel Rousse, Le théâtre des farces en France au Moyen Âge, Thèse de doctorat d’État, Université Rennes II, 1983, 5 vols, tome 5 : « La confrérie des conards de Rouen. Textes de farces, documents d’archives ».

[3] Sur le statut problématique de ces documents placés en tête de la publication, voir K. Lavéant, « Usages et statuts de la parodie un défilé joyeux des Conards de Rouen et ses publications (1542 et 1587) », Les organisations joyeuses (XVe-XIXe siècles), éd. J.-Y. Champeley, Chambéry : Éditions de l’Université Savoie Mont Blanc, à paraître en 2019.

[4] Travail effectué à partir de la méta-base de données Bernstein, The Memory of Paper.

[5] Malcolm Walsby, Booksellers and Printers in Provincial France 1470-1600, Leyde : Brill, à paraître.

Un projet typographique d’envergure: une analyse de William Kemp

Quelles conditions fallait-il réunir dans l’Italie du XVIe siècle pour produire une édition de qualité d’un texte médiéval important ? Des humanistes illustres, capables de produire une édition de qualité ; un imprimeur de renom, aux épaules suffisamment solides pour prendre en charge la production d’un ouvrage de taille conséquente ; un matériel typographique adéquat et élégant ; et l’accord du possesseur illustre de ce manuscrit.

C’est cet écheveau que William Kemp dénoue avec finesse dans un article en anglais qui vient de paraître dans Livre | Revue Historique : « Where and How to Print the Florentine Pandects: Paris, Basle, Lyons, Venice or Florence? ».

Le texte dont il s’agit est le Corpus juris civilis ou Pandects, un texte juridique préservé dans un manuscrit du VIe siècle qui se trouvait dans la bibliothèque des Médicis à Florence et fit l’objet d’une étude attentive par plusieurs humanistes italiens dans la première moitié du XVIe siècle : Lelio Torelli, jurisconsulte et secrétaire du duc Cosimo I, et Antonio Agustín, juriste et philologue. Après en avoir publié des extraits et leurs notes sur le texte en 1542 (Lucantonio Giunta, Venise) et 1543 (Johann Oporin, Bâle) – éditions republiées par Gryphe à Lyon en 1544 et 1545 –, Torelli et Agustín souhaitaient proposer une édition intégrale du texte.

Grâce aux échanges de lettres des deux hommes avec leur cercle d’humanistes, Kemp reconstitue leurs délibérations quant au choix d’un imprimeur adéquat, capable d’une telle entreprise : y sont ainsi cités Robert Estienne à Paris, Johann Froben à Bâle, et particulièrement Sébastien Gryphe à Lyon, à côté de noms d’imprimeurs de diverses villes italiennes. Mais les éditeurs devaient également composer avec les volontés du duc Cosimo, qui souhaitait que l’on emploie un imprimeur de Florence pour cette tâche – ce qui posait problème car aucun imprimeur florentin ne pouvait prendre en charge cette édition. Le choix se porta finalement sur Lorenzo Torrentino, basé à Bologne.

La marque de Lorenzo Torrentino aux armes des Médécis

C’était un choix audacieux, car Torrentino, italien originaire des Pays-Bas, n’était jusque-là connu que comme libraire – un libraire aux épaules solides, certes, mais qui n’avait jamais imprimé un seul ouvrage. Or il accomplit admirablement son travail, et publia en 1553 une impressionnante édition in-folio de 1666 pages (accompagnées de nombreux préliminaires), des Digestorum seu Pandectarum libri quinquaginta ex Florentinis Pandectis repraesentati. Cette édition était imprimée en Gros romain (ou Testo en italien), et pourvue de bois gravés soignés pour les lettrines.

Lettrine comportant les armes des Médécis

Dans son article, Kemp analyse précisément les caractères typographiques employés, et les compare avec ceux utilisés par Gryphe pour son impression de la Bibia Sacra en 1550, un ouvrage comparable par sa taille et la complexité technique de sa production au Pandects florentin. Il explore ainsi les pistes qui auraient pu mener à la production d’un Pandects lyonnais, si Gryphe en avait été chargé, comme cela avait été envisagé au départ.

Cet article nous propose ainsi une analyse passionnante des processus de décision autour de la naissance des grands ouvrages imprimés au milieu du XVIe siècle entre l’Italie, la Suisse et la France. Il nous offre aussi, grâce notamment à la richesse des documents épistolaires entourant le projet d’édition du Pandects, une vue d’ensemble du paysage des grands imprimeurs d’ouvrages en latin et des rivalités entre ateliers pour obtenir de telles commandes.

Une enquête typographique de Dominique Varry…

En 1760, l’imprimeur-libraire lyonnais Jean-Marie I Bruyset, objet de tracasseries des autorités dans une affaire de livres prohibés, révèle avoir acheté l’année précédente un manuscrit intitulé Esprit des loix de la tactique, contenant des poèmes du roi de Prusse et interdit à la publication en France. Or, un ouvrage en deux volumes in-quarto paraît en 1762 sous ce titre à l’adresse de Pierre Gosse junior à la Haye. Une recherche bibliographique révèle l’existence de deux autres publications similaires, la même année, sous des adresses à Leipzig et Francfort.

Illustration: Page de titre de la publication de Leipzig

L’article de Dominique Varry, Quatre villes pour une adresse typographique : enquête autour de l’impression de l’Esprit des loix de la tactique (1762), propose une enquête bibliographique complète et passionnante. Par l’étude des indices matériels de ces éditions (collations, empreintes et signatures, mais aussi bois gravés et vignettes typographiques), elle permet de démontrer qu’il s’agit en fait d’une seule édition, une édition partagée, imprimée à Lyon par Bruyset. Trois émissions furent produites à l’adresse de confrères européens partenaires, l’un ayant « prêté » son nom et son adresse à une publication française faite sous permission tacite, les deux autres exerçant dans des villes célèbres pour leurs foires du livre. Mais cette édition partagée fut bien imprimée en totalité à Lyon, sur les presses de Jean-Marie I Bruyset. L’article démêle avec brio cet écheveau, en montrant la façon dont des imprimeurs français et européens pouvaient collaborer pour produire ensemble des livres afin d’échapper à la censure, et ainsi partager les produits de la vente de livres fort recherchés du public.

L’article de Dominique Varry est désormais téléchargeable en intégralité en PDF sur l’archive ouverte HAL.

Cet article est paru en 2018 dans Livre. Revue historiquela publication scientifique à comité de lecture de la Société Bibliographique de France, à parution en continu. La revue propose des articles sur l’histoire du livre sous tous ses aspects (bibliographie matérielle, histoire littéraire, histoire de la reliure, de la typographie, histoire économique et sociale, etc.). Les articles, en français ou en anglais, sont publiés sous forme numérique, au fur et à mesure de leur acceptation par le comité de lecture; une version PDF est ensuite disponible sur HAL.

Usages et intérêts d’un recueil factice du XVIe siècle: la trajectoire d’un Sammelband de Paris à Utrecht

La Bibliothèque Universitaire d’Utrecht, dont le conservateur Bart Jaski nous a fait découvrir les collections lors d’un entretien accordé au carnet de la SBF, compte parmi ses fonds de nombreux ouvrages du XVIe siècle dont l’histoire est intimement liée à celle de bibliothèques privées et religieuses de la ville. Un certain nombre de volumes fut confisqué aux églises catholiques d’Utrecht quand la ville opta pour le Protestantisme en 1580, et ce qui restait de ces bibliothèques religieuses fut donné à la bibliothèque universitaire par leurs chapitres au XIXe siècle. Mais ce sont surtout deux importants legs autour de 1600 qui contribuèrent à constituer ce qui fut d’abord la bibliothèque municipale (stadsbibliotheek), l’une des premières en son genre aux Pays-Bas. Le fonds de ce qui allait devenir la bibliothèque universitaire reçut ainsi les ouvrages de l’humaniste Evert van de Poll (?-1602) et ceux d’un chanoine, Huybert Edmond van Buchell (1513-1599)1.

Illustration 1: Sint Janskerk, Utrecht

Grâce à cette entrée rapide des ouvrages dans une bibliothèque publique puis universitaire à la mort de leur dernier propriétaire, un nombre important de ces volumes a pu conserver sa reliure d’origine. Ce détail est décisif lorsque l’on veut identifier les recueils factices, ou Sammelbände, produits au XVIe siècle, pour en analyser la constitution et l’histoire. C’est l’un de ces recueils qui m’a intéressée, d’abord pour l’un des ouvrages qui s’y trouvait rassemblé avec d’autres imprimés du XVIe siècle, et dont le contenu entrait dans le cadre de mes recherches sur la culture joyeuse en France à cette période.

Le recueil E. oct. 498 est un petit volume doté d’une reliure qui semble avoir été confectionnée aux Pays-Bas, en parchemin rigide, sans décoration ni inscription ou autre signe distinctif extérieur sur la reliure (hormis une bande de peinture sur la partie supérieure du plat, dont la fonction reste mystérieuse).

Illustration 2: La reliure du recueil E. oct. 498 de la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht

Il comporte une cote ancienne sur la tranche de gouttière, qui ne coïncide pas avec une autre cote inscrite à l’encre sur la garde volante.

Illustration 3: Les cotes du recueil E. oct. 498 de la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht

Il contient six livres, tous de format in-8 et de tailles diverses (variant de 4 à 142 pages), dont voici la liste :

1.        Claude de Ruby, La resurrection de la saincte messe, Paris : Nicolas Chesneau, 1565 (USTC 38154)
2.        Johannes Despruets, Brieve response a certaine epistre de François Perrucelli, Paris : Claude Frémy, 1564 (USTC 26725)
3.        Pax hominibus bonae voluntatis. Le testament et bonne volunté de l’abbé des conars, s.l., s.n., 1562 (USTC 79798)
4.       Le discours comme la saincte larme fut apportée en l’abbaye de Vendosme, Paris : Guillaume Nyverd, [1562] (USTC 88341)
5.       Charles IX, Declaration du roy par laquelle il deffend de ne faire presche, assemblées, ny adminsitrations de sacramentz, Paris : Jean Dallier, 1563 (USTC 3853)
6.       Claude de Sainctes, Discours sur le saccagement des eglises catholiques, Paris : Claude Frémy, 1563 (USTC 9679)

Malgré la diversité apparente des titres et de la nature de ces ouvrages, ils ont en commun de tous porter sur des sujets de controverse religieuse entre catholiques et protestants (1, 2 et 4 portent sur des questions théologiques ou liées aux rites catholiques ; 3, 5 et 6 sont liés à l’actualité du conflit religieux). De plus, sur le plan de la production, ils ont également en commun d’avoir tous été imprimés à Paris dans un laps de temps court (1562 à 1565). Un seul livre, la Pax hominibus (numéro 3 de la liste), ne comporte pas de détails d’impression, mais le contenu du texte permet d’éclaircir la date (1562). La comparaison de ses caractères typographiques avec ceux de l’ouvrage qui le suit dans le volume, Le discours sur la Sainte Larme, permet d’affirmer qu’il a également été produit dans l’atelier de Guillaume II Nyverd.

Illustration 4: Les pages de titre du Pax hominibus bonae voluntatis et du Discours comme la saincte larme fut apportée en l’abbaye de Vendosme.

L’intérêt de ce recueil est de proposer des provenances qui permettent d’éclairer quelque peu son histoire. Les livres ne comportent pas d’annotations, hormis le Discours sur le saccagement des eglises catholiques, qui semble avoir été annoté par deux mains différentes pour ajouter en marge du texte des traductions en latin de certains mots et passages en français. En revanche, des provenances au début du volume, sur la garde volante et sur la page de titre du premier livre du recueil, donnent des indications précieuses sur ses différents possesseurs.

Illustration 5: Les provenances des chanoines d’Utrecht dans le recueil E. oct. 498 .

Trois possesseurs se le sont transmis avant qu’il entre dans les collections de la bibliothèque. Il fut d’abord donné par Theodorus Thibault, dont une mention d’archives précise qu’il était chanoine à Utrecht en 1578, à Lambert van der Burch (1542-1617)2. Van der Burch, originaire de Malines, devint chanoine de l’église Sainte-Marie (Sint Mariakerk) d’Utrecht en 1555, puis diacre de la même église en 15823

Il fit don de ce recueil à Huybert van Buchell (1513-1599) lui-même chanoine de Sainte-Marie jusqu’en 1569. À cette date, ce dernier quitta les Pays-Bas pour s’installer à Cologne jusqu’à sa mort. Dans son testament, il légua ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht (Jacobikerk) ; ses exécuteurs testamentaires acceptèrent que sa bibliothèque soit donnée à la stadsbibliotheek.

Dans la mesure où les livres furent acheminés de Paris à Utrecht en ou après 1565, date de l’imprimé le plus récent, les transmissions entre les trois chanoines se succédèrent donc rapidement, entre 1565 et 1569. On peut se demander si le recueil resta ensuite à Utrecht quand van Buchell quitta la ville pour ne plus y revenir, plutôt que d’imaginer un aller-et-retour de ce volume, avec les quelques 2000 autres (environ 2200 titres) que possédait van Buchell, entre Utrecht et Cologne. Quoi qu’il en soit, le recueil entra définitivement dans les collections de la stadsbibliotheek en 1599.

Aucun indice ne permet en revanche de reconstruire la phase initiale de l’achat des différents livres – sinon le fait qu’ils furent peu ou pas diffusés hors du royaume de France. Mon hypothèse est qu’ils furent tous achetés à Paris en 1565 dans une ou plusieurs librairies par un même acheteur, qu’il s’agisse de Thibault ou d’un premier acheteur inconnu ; qu’ils furent ensuite transportés ensemble dans une reliure d’attente à Utrecht ; puis qu’ils furent reliés sur place pour le bénéfice de Thibault ou d’un possesseur antérieur qui le lui transmit rapidement après achat et reliure. On peut alors synthétiser toutes les données matérielles et les provenances de ce volume dans une matrice de Walsby.

Illustration 6: L’évolution du volume E. oct. 498 (matrice de Walsby).

Étudier ce volume d’après ses caractéristiques de Sammelband est utile à plus d’un titre. Tout d’abord, établir les éléments relatifs à sa composition permet de réfléchir à la manière dont un acheteur a pu rassembler des livres a priori hétérogènes dans un même ensemble. Le livre qui m’intéressait plus spécifiquement au départ de cette enquête, la Pax Hominibus (titre latin recouvrant en fait un poème narratif en français), est en effet un livre produit par une organisation joyeux et festive, L’Abbaye (parodique) des Conards de Rouen. Sa présence dans ce recueil de livres portant sur le fait religieux n’était donc pas évidente. Elle s’explique à condition de comprendre que pour son acheteur, ce livre était non pas un texte de tonalité légère et divertissante, mais une autre illustration des conflits religieux du temps, puisque les Conards de Rouen le composèrent pour défendre leurs activités de carnaval, menacées par les Protestants rouennais en 1562.

Illustration 7: Le char de carnaval des Conards de Rouen (USTC 84170).

De plus, sur le plan patrimonial, les éléments liés à la transmission du recueil que j’ai présenté ici permettent de mieux comprendre les façons dont van Buchell a constitué sa bibliothèque. Dans la mesure où les autres recueils factices de cette même collection sont rassemblés à la bibliothèque universitaire d’Utrecht, il sera possible de proposer une analyse plus complète de ce corpus, à la fois dans ses caractéristiques matérielles et dans sa constitution en tant que collection, au-delà des signes distinctifs de chaque recueil. Cette analyse prendra place dans le nouveau projet de recherche, Sammelband 15-16, que nous présenterons bientôt dans ce carnet4.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. à ne pas confondre avec un autre humaniste d’Utrecht, son neveu, Aernout van Buchell dit Buchelius (1565-1641), dont une partie de la collection de livres et de manuscrits et papiers personnels est également conservée à la BU d’Utrecht. []
  2. J. van der Minne, “Het geslacht van der Minne”, Algemeen Nederlandsch familieblad, 11 (1894), pp. 36-43, p. 43. []
  3. A.J. van der Aa, Biographisch woordenboek der Nederlanden, bevattende levensbeschrijvingen van zoodanige personen, die zich op eenigerlei wijze in ons vaderland hebben vermaard gemaakt; voortgezet door K.J.R. van Harderwijk en G.D.J. Schotel, Haarlem 1852-1878, p. 1567. []
  4. Le projet Sammelband 15-16 est dirigé par Malcolm Walsby (Université de Rennes II, laboratoire Tempora). Il en a exposé les principes lors d’une exposition sur les recueils factices du Centre Culturel Irlandais en octobre 2017. Voir le site du projet: https://sammelband.hypotheses.org []

Entretien avec Alisa van de Haar, conservatrice d’un fonds ancien de la bibliothèque de l’Université de Groningue

Fondée en 1615 – un an après la fondation de l’université elle-même –, la bibliothèque universitaire de Groningue est toujours située au même endroit au centre de la ville nordique. Elle possède actuellement plus de trois millions de livres, qui sont utilisés par les 30 000 étudiants et chercheurs de cette université. Quelque 150 000 de ses documents sont conservés au département des livres rares et peuvent être consultés sur place, au troisième étage du bâtiment moderne, par toute personne en possession d’une carte de bibliothèque ou d’une carte journalière. Il s’agit de papyrus anciens, de manuscrits médiévaux et modernes, de correspondances personnelles, de livres imprimés du XVe au XIXe siècle, de pamphlets, de cartes géographiques et d’annonces publiées par l’université pendant ses plus de 400 ans d’existence.

Depuis juin 2018, Dr Alisa van de Haar est la conservatrice de ce fonds ancien. Elle répond à nos questions.

Illustration 1: L’extérieur de la bibliothèque universitaire de Groningue. Image de Dirk Fennema

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

La collection de livres de cette université a grandi avec l’institution elle-même. Elle sauvegarde ainsi l’histoire et le patrimoine de cette université, reflétant son caractère individuel et les changements qu’elle a subis à travers les siècles (l’introduction de nouveaux champs d’étude, les liens internationaux évolutifs). Le département de livres rares forme un diptyque patrimonial avec le musée universitaire de Groningue, situé juste à côté de la bibliothèque.

Le musée et la bibliothèque viennent de subir des travaux de rénovation et de restauration qui étaient nécessaires pour pouvoir accueillir un nombre croissant d’étudiants et pour garantir les conditions optimales pour les objets qui y sont conservés. Le département de livres rares a maintenant à sa disposition une salle de lecture où il peut recevoir 15 chercheurs et deux salles qui sont utilisées pour des cours ou des colloques pendant lesquels des objets historiques sont présentés.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Dès la fondation de la bibliothèque universitaire, les différents bibliothécaires ont acheté des œuvres de référence sur les sujets enseignés à l’université. Cette politique d’acquisition est démontrée par le premier catalogue de la bibliothèque, qui a été établi en 1619 par le premier bibliothécaire, Nicolas Mulerius, et qui compte déjà 403 volumes. La plupart de ces volumes est toujours en possession de la bibliothèque, et leurs reliures attestent du fait qu’au début, les livres étaient enchaînés.

Illustration 2: Rayonnages des livres mentionnés dans le catalogue de 1619. Image de Hesterliena Wolthuis

La bibliothèque a également reçu de nombreux legs et dons, dont beaucoup proviennent des bibliothèques privées d’anciens professeurs de l’université. De plus, en 1624, la bibliothèque de l’église de Saint Martin, située à Groningue, a été transférée à la bibliothèque universitaire, suite au départ des clercs de cette église, face à la montée du protestantisme dans la ville.

Illustration 3: Plusieurs livres provenant de la bibliothèque de l’église de Saint Martin. Image de Dirk Fennema

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les bibliothèques privées que nous avons reçues à travers les siècles se trouvent plusieurs collections thématiques qui sont particulièrement riches. Les collections qui sont bien représentées au sein de notre fonds sont, entre autres, celles des livres de prix, accordés aux meilleurs élèves des écoles latines et décorés de l’emblème de la ville en question ; des reliures industrielles produites entre 1890 et 1940 dans le style Art nouveau ou Art déco ; des livres ésotériques sur la sorcellerie et les fantômes ; des œuvres juridiques historiques, par exemple des manuscrits médiévaux contenant le Miroir des Saxons ; des alba amicorum, dont un album qui contient une inscription de Théodore de Bèze ; des Robinsonnades (écrites dans le style du fameux Robinson Crusoé) ; et des éditions d’Horace et du poète néerlandais Joost van den Vondel. Notre point fort reste, cependant, le lien entre notre collection et la ville et l’université de Groningue. Nous possédons un fonds riche de livres imprimés à Groningue et de cartes montrant la ville et la province homonyme.

Pouvez-vous nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Ce livre d’heures, notre Hs add 280, a été offert à l’ancien bibliothécaire W. R. H. Koops à l’occasion de sa retraite, qui l’a immédiatement donné à la bibliothèque. Le manuscrit a été produit vers 1500 dans la province de Groningue. Il a été attribué au monastère bénédictin Siloe à Selwerd, fabricateur prolifique de manuscrits, en raison de sa décoration typique du style de Selwerd : ses fleurs rose pâle, bleu foncé et orange vif sont caractéristiques de la décoration groningoise.

Illustration 4: Hs add 280. Image de Dirk Fennema

Nous possédons une collection de quelque 50 alba amicorum, dont la plupart ont appartenu à des étudiants inscrits à l’université de Groningue ou à des jeunes femmes issues des meilleures familles de la ville. Cet exemplaire, Hs add 389, contenant l’image d’un phénix, a été constitué par Johannes Siertsema, étudiant en théologie et en philosophie au milieu du XVIIIe siècle.

Illustration 5: Hs add 389. Image de Hesterliena Wolthuis

L’objet phare de notre collection est notre ‘Bible de Luther’. Il s’agit d’un exemplaire de l’édition de 1527 de la traduction latine du nouveau testament par Erasme, qui a appartenu à Martin Luther. Luther a lu l’œuvre d’Erasme de façon critique, la plume à la main. Il exprime son opinion plutôt négative dans les marges, traitant Erasme de ‘bube’ (petit garçon) et écrivant que l’humaniste néerlandais n’était pas assez pieux. Les fils de Luther ont offert ce livre à l’aristocrate frison Unico Manninga. Plus tard, il a appartenu à l’humaniste groningois Regnerus Praedinius, qui a, lui aussi, annoté le texte, réagissant parfois aux remarques de Luther. Le livre est resté dans des cercles érudits à Groningue pendant plusieurs décennies, avant d’être offert à la bibliothèque universitaire dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. 

Illustration 6: Hs 494. Image de Hesterliena Wolthuis

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Afin d’atteindre les chercheurs, il faut commencer par les étudiants qui, dans certains cas, deviendront des chercheurs (académiques ou non) eux-mêmes. Nous organisons beaucoup de cours pour les étudiants en histoire ou en histoire de la littérature pour les informer sur notre fonds et pour leur apprendre à l’utiliser de façon responsable. Nous sommes également en train de numériser une grande partie de notre collection grâce à des collaborations avec Google Books et le projet néerlandais Metamorfoze. Entretemps, nous continuons à remplir notre propre base de documents numérisés.

Illustration 7: Une sélection de nos alba amicorum. Image de Dirk Fennema

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ouvrons nos portes régulièrement lors d’événements tels que les Journées du Patrimoine. Depuis que la bibliothèque a été rénovée, elle dispose de vitrines qui nous permettent d’organiser des expositions pour montrer nos objets à un public large. Actuellement, nous avons une exposition sur les livres d’artistes modernes, intitulée Dear Reader, Don’t Read. De plus, nous organisons des séminaires sous le titre Les trésors de la bibliothèque universitaire, pendant lesquels les objets discutés sont montrés au public.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Comme toutes les bibliothèques possédant des livres rares, nous faisons de notre mieux pour mettre nos objets à la disposition de tout lecteur ayant accès à internet. La numérisation de notre fonds s’est ajoutée à nos responsabilités ordinaires, ayant pour conséquence que d’autres tâches, telles que la description de nos collections, avancent plus lentement. En outre, la numérisation de ces objets précieux demande une connaissance et une compréhension approfondie des systèmes numériques et de techniques qui permettent de prendre des photos sans endommager le livre. Ces dernières années, nous avons appris ces choses au fur et à mesure que nous avancions. Il nous reste toujours beaucoup à apprendre, mais les moyens financiers manquent souvent.

Outre la question de la numérisation de nos objets, qui est très complexe, nous avons à faire face à une réduction d’espace de stockage, qui est en partie causée par – raison typiquement néerlandaise – l’installation envisagée de stationnements pour vélos dans notre dépôt. Nous recevons beaucoup d’offres de livres rares, mais nous devons être davantage sélectifs quant aux offres que nous pouvons accepter, même si en tant que bibliothèque universitaire, nous nous sentent responsables de tout ce patrimoine. En tant que conservatrice, de tels dilemmes font partie de mes expériences quotidiennes : je fais également toujours de mon mieux pour trouver le bon équilibre entre la préservation des objets pour les générations futures, et leur visibilité et usage actuels.

Illustration 8: Deux livres de prix, offerts aux meilleurs élèves des écoles latines d’Appingedam et de Groningue, dont ils contiennent les armoiries. Image de Dirk Fennema

Une visibilité réduite : fastes et lacunes d’une exposition sur le théâtre au XVIe siècle

 

Le musée national de la Renaissance au château d’Écouen propose jusqu’au 28 janvier 2019 l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance. Cette exposition présente sans aucun doute la plus grande quantité de livres sur et autour du théâtre et de la culture spectaculaire en français au XVIe siècle jamais rassemblée pour une telle manifestation culturelle. À ce titre, elle offre à qui la visite un saisissant tour d’horizon visuel des supports et des formats proposant à l’époque des textes de théâtre, mais aussi des récits festifs, des images de décors et de spectacles, ainsi que des documents témoignant de la pratique dramatique. Il est d’autant plus dommage qu’elle ne réponde pas aux attentes qu’une telle ambition peut susciter.

Une large place faite aux livres

Pour limiter le propos aux livres qui sont l’objet d’étude de ce blog, je ne commenterai pas les documents d’archives, tableaux, gravures, objets et même tapisseries et tissus présentés aux côtés de ces livres, autrement que pour souligner le grand intérêt de les rassembler ainsi dans un même espace d’exposition. Ils font l’objet d’une présentation riche et éclairante sur différents aspects de la pratique théâtrale comme sur l’impact que le théâtre put avoir sur l’imaginaire collectif à cette époque. Les livres (manuscrits et imprimés) représentent quant à eux presque la moitié des 137 pièces présentées.

L’exposition est divisée en quatre salles : « L’apogée des formes médiévales », « Un théâtre humaniste », « L’émergence de la commedia dell’arte » et « Un théâtre de Cour ? La construction d’un nouveau symbolisme collectif ». La première salle, et aussi la plus grande, est consacrée au théâtre issu de la tradition médiévale encore largement pratiquée au XVIe siècle. Les vitrines centrales de la pièce proposent une impressionnante collection de manuscrits de mystères et pièces à sujets religieux, qui illustrent la diversité de ces supports. 

On peut ainsi voir côte à côte des manuscrits de mystères présentant le texte complet d’une pièce, certains dans une mise en page dépouillée, d’autres richement enluminés ; des imprimés qui soulignent que les textes de ces mystères ne restèrent pas cantonnés au seul support manuscrit ; des registres de comptes ainsi que des contrats documentant l’organisation des représentations de ces mystères. On y trouve aussi d’exceptionnels documents de travail utilisés lors de représentations, tels que l’Abregiet de la Passion jouée à Mons en 1501, qui permettait au metteur en scène (‘meneur de jeu’) d’avoir une vue d’ensemble des répliques abrégées des différents personnages et des actions de jeu (Mons, bibliothèque centrale, Ms 535 (1086) R1/B) ; ou encore de rares rôles d’acteurs, qui ne comportent que les répliques du personnage que l’on joue (Rôle de l’Homme Pécheur, moralité de la fin du XVe siècle, BnF Ms NAF 6514). Tous sont rendus accessibles par de très utiles tablettes en bois que l’on peut prendre en main pour lire une transcription d’extraits de textes manuscrits.

Manuscrits et incunable de mystères de la Passion richement enluminés

La deuxième salle fait la part belle à trois types de livres, dont le propos reflète l’intérêt des humanistes pour le théâtre antique, et l’inspiration qu’ils y trouvent : des éditions, en latin et en français, des œuvres du poète comique latin Térence ; des traités architecturaux italiens qui proposent une réflexion sur la construction de nouveaux théâtres et décors inspirés de l’Antiquité ; et les premières tragédies et comédies en français d’auteurs tels qu’Étienne Jodelle, Robert Garnier ou Pierre de Larivey.

Térence, Comoediae, Johann Grüninger, Strasbourg, 1496 (USTC 749279)

Les troisième et quatrième salles proposent une belle palette d’éditions présentant différents divertissements de cour et entrées urbaines ainsi qu’une sélection intéressante de pièces issues du monde des acteurs italiens à la fin du XVIe siècle. Certains de ces ouvrages éveilleront certainement la curiosité des historiens du livre. Ainsi d’une édition d’une comédie italienne, l’Angelica de Fabrizio de Fornaris, par le parisien Abel Langelier (1585) (USTC 130109), qui attire l’attention sur la petite production dans cette langue d’un imprimeur-libraire majeur, plus connu pour son ample catalogue en français. Ou encore l’expérimentation menée par Gérard Vivre avec sa Comédie de la fidélité nuptiale (Paris, Nicolas Bonfons, 1578) : dans ce livre, l’auteur propose un système inédit de signes typographiques servant à donner des indications scéniques dans le texte de la pièce. A ce titre, l’exposition a pour mérite certain de proposer, aux côtés d’ouvrages incontournables, d’autres livres moins connus mais tout aussi fascinants.

Deux pages de la Comédie de Gérard de Vivre (g. Système de didascalies typographiques; d. Son application dans un dialogue)

Des livres trop peu mis en valeur

Il est donc dommage que ces livres, dont la variété et l’intérêt sont frappants, ne bénéficient pas toujours d’une mise en valeur adéquate. Dans toutes les salles, l’exposition des livres est similaire : la plupart sont présentés en vitrine à l’horizontale, pour s’ouvrir sur la page de titre ou sur deux pages reflétant au mieux le contenu de l’ouvrage. Cette exposition classique est compréhensible, mais les longues rangées de livres ainsi présentées peuvent s’avérer monotones pour les personnes qui visitent l’exposition sans avoir de connaissances préalables en histoire du théâtre ni en histoire du livre.

Elle est de plus inévitablement frustrante, dans le cas de manuscrits et d’imprimés vantés pour leur contenu particulièrement riche en illustrations, ou les particularités de leur contenu. Étant donné le partenariat mis en place avec la Bibliothèque nationale de France, on aurait pu envisager un accès électronique à certains ouvrages dont la numérisation est disponible sur Gallica, via des tablettes au fil de l’exposition, ou tout autre dispositif attirant l’attention des visiteurs sur l’existence de ces objets numériques. Il est en effet dommage de se priver du plaisir de pouvoir feuilleter l’un des manuscrits du Mystère de la Passion de Valenciennes, richement peints, ou encore le Balet comique de la Royne (1582) et ses nombreuses gravures[1], pour se faire une meilleure idée de leur contenu.

De fait, les choix de présentation des ouvrages risquent de faire passer les visiteurs à côté de pièces essentielles. Ainsi, dans la première salle, en parallèle aux livres de mystères, les autres « formes rudimentaires » théâtrales (pour reprendre une expression particulièrement malheureuse du panneau présentant les farces, sotties et moralités) ne bénéficient pas du même traitement de mise en valeur. Il est dommage que, dans la (trop) petite sélection d’imprimés présentée pour cette section, soient mis sur le même plan des éditions intéressantes mais conservées en plusieurs exemplaires, et des ouvrages absolument uniques. Ainsi, on se demandera si un objet exceptionnel comme le Recueil de Florence (coll. privée), l’un des trois grands recueils de théâtre joyeux imprimé, ne pouvait pas mieux être présenté que perdu dans une vitrine foisonnante.

Le recueil de Florence, exposé pour la première fois au public 

Cela ne contribue pas à attirer le regard des visiteurs sur ce témoin majeur de l’histoire du théâtre, ni à souligner qu’est ici exposé pour la première fois au public un livre demeuré dans des collections privées depuis sa découverte dans un grenier en 1927 (et prêté pour l’occasion par son propriétaire) : seuls deux chercheurs, Gustave Cohen et Jelle Koopmans, avaient jusqu’ici eu le privilège d’y avoir accès pour l’étudier.

Cela crée également l’impression fausse que c’est le théâtre religieux qui primait dans la pratique théâtrale du premier XVIe siècle, vu la place donnée à ses témoins dans cette salle, qui réduit le foisonnement des autres formes théâtrales et festives de l’époque à peu de choses, au regard de la masse de livres et de documents qu’elles nous ont pourtant laissée.

Une question laissée sans réponse : qu’est-ce que le théâtre dans la France de la Renaissance ?

Car c’est bien là que le bât blesse. Le problème majeur auquel on est confronté dans cette exposition réside dans un biais qui met en avant la sélection de certains types d’ouvrages, pour occulter d’autres pans de la production de livres de théâtre et de la pratique théâtrale de la même période, sans que cela soit justifié par les sources. Le théâtre religieux qui l’emporte sur les autres formes dramatiques pour la première salle en est un exemple. La mise en avant d’un « théâtre rêvé » des humanistes dans la deuxième salle en est un autre. Les belles éditions illustrées de Térence éclipsent la pratique du théâtre des Collèges, en latin notamment. Le théâtre des Jésuites, autre forme majeure du théâtre pédagogique à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, est quant à lui tout simplement absent de l’exposition. De même, les décors imaginés par les architectes italiens ne trouvent pas de véritable contrepoint dans la présentation de documents permettant de mieux saisir les questions de scénographies réellement à l’œuvre quand se mettent en place les premières structures de jeu pérennes, à Paris notamment. C’est donc un théâtre souvent imaginaire qui est mis en avant, au détriment de la pratique dramatique proposée aux publics de la Renaissance.

Autre angle mort de l’exposition, un seul livre, la « tragédie françoise » Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze (ici présenté dans son édition anversoise de 1580, est chargé d’illustrer toute la richesse du théâtre protestant en français. On sait que ce théâtre fut particulièrement foisonnant en France dans la deuxième moitié du XVIe siècle, dans les registres non seulement tragiques, mais aussi comiques et satiriques, en résonance avec les tensions puis les conflits sanglants des guerres de religion qui marquèrent le royaume.

La Comédie du Pape malade, [Genève], [Conrad Badius], 1561, USTC 209

De nombreuses pièces réformées furent jouées dans des villes françaises, et circulèrent à l’état de manuscrits et d’imprimés : là encore, la documentation existe, et aurait dû être présentée pour donner une vision complète des enjeux sociaux et religieux du théâtre de la première modernité. Ainsi, il était possible de faire le lien avec le manuscrit La Vallière, ou Recueil de Rouen, présenté comme recueil de farces dans la première salle l’exposition, mais qui contient également des pièces d’inspiration protestantes composées et jouées en Normandie. Cela aurait permis de montrer la complexité de tels ouvrages, plutôt que de les réduire à des stéréotypes – le comique de la farce n’excluant pas ici le sérieux de la critique réformée, par exemple.

Le Recueil La Vallière, ou Recueil de Rouen, BnF Ms Français 24341 (photos © Mario Longtin)

On pourrait certes arguer qu’une partie du théâtre protestant, de Bèze et d’autres, fut imprimé à Genève ou Neuchâtel et se trouverait donc à la marge du champ défini par l’exposition, la France de la Renaissance. Mais, outre le fait que ces livres circulèrent largement dans le royaume, il faudrait alors également discuter le statut d’autres objets présentés au fil de l’exposition. Ainsi, les manuscrits des Passions jouées et copiées à Valenciennes et Mons, sont présentés parmi d’autres témoins des mystères joués en France, alors que ces villes faisaient encore partie des Pays-Bas. On regrette donc ici le manque de contextualisation de ces questions de frontières géopolitiques qui ne recoupaient pas celles de la langue au XVIe siècle, et qui posent donc la question de ce qu’est le théâtre français, ou en français à l’époque.

En conclusion, cette exposition mérite le déplacement pour l’introduction d’un sujet encore largement inconnu du grand public, et pour la richesse des œuvres et des livres qu’elle présente, en particulier certaines pièces, exceptionnelles à bien des égards. On déplorera en revanche que des pans de la recherche actuelle soient laissés dans l’ombre ou sous-exploités, ce qui n’aboutit qu’à une vision partielle, et donc incomplète, de la culture théâtrale du temps. Ces manques se retrouvent en particulier dans la présentation des livres imprimés, qui ne permet pas assez de bien en saisir le contexte de production, l’utilisation et la réception dans la société du XVIe siècle, ainsi que la valeur patrimoniale et scientifique.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

[1]  Sur cet ouvrage, je renvoie au billet de Juliette Jestaz, « Les faux pas du Balet comique de la Royne imprimé en 1582 », publié sur notre blog le 4 octobre 2017.

 

Entretien avec… Bart Jaski (Bibliothèque universitaire d’Utrecht)

Avec ce billet, le blog de la SbF inaugure une nouvelle série, qui permettra à ses lecteurs et lectrices de découvrir les collections de bibliothèques moins connues que celles des grandes institutions, grâce à des entretiens avec les personnes chargées de leur conservation et de leur ouverture au public.

L’Université d’Utrecht aux Pays-Bas accueille quelque 30 000 étudiants et chercheurs. Sur le campus de l’Uithof, l’imposante Bibliothèque universitaire recèle des trésors. Pour les découvrir, il faut se rendre au sixième étage, dans les « collections spécialisées » (‘bijzondere collecties’), où livres et documents anciens et précieux sont conservés et proposés à la consultation.

Les collections spécialisées de la BU d’Utrecht contiennent un grand nombre de manuscrits et d’imprimés, qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, d’échanges épistolaires, de cartes et de chartes terrestres et maritimes. La section se charge de choisir, d’acquérir, mais surtout de conserver, de cataloguer et de mettre en valeur ces précieux objets. Les étudiants, mais aussi leurs professeurs et chercheurs, ainsi que tout type d’amateur, peuvent y venir à la rencontre du passé à travers des matériaux riches en histoire et dont les caractéristiques matérielles sont parfois frappantes.

Dr Bart Jaski est le conservateur des manuscrits et livres anciens imprimés de cette section. Il répond à nos questions.

 Bart Jaski (© Maartje ter Horst)

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Le cœur de la collection est formé de manuscrits et de livres imprimés provenant de monastères et de chapitres d’églises d’Utrecht, confisqués lorsque que la ville devient une cité protestante en 1584.  Bien que la confiscation n’ait pas toujours été réussie, des centaines de livres furent rassemblés dans l’église de Saint-Jean, au centre de la ville, dans ce qui devint par la suite la nouvelle bibliothèque municipale. Lorsque l’université fut fondée en 1636, la bibliothèque municipale devint également la bibliothèque universitaire. A ce stade, plusieurs milliers de livres touchant à toutes les branches des sciences (et notamment à la théologie et au droit) furent ajoutés à la collection par des dons. Les dons et les acquisitions se sont poursuivis et la collection est donc aujourd’hui plus diverse que jamais.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les manuscrits médiévaux, la majorité ont été produits à Utrecht, notamment au XIVe et au XVe siècles. Nous comptons maintenant environ 750 manuscrits de l’époque médiévale et 900 incunables. Au total, les collections spécialisées contiennent environ 1,5 million de documents : tous les matériaux de la BU produits avant 1900, ainsi que tous les livres, manuscrits, cartes et archives rares ou précieux produits après 1900. Nous n’avons pas de grande collection en hébreux telle qu’il en existe à Amsterdam, ou de collection asiatique comme à Leiden. Nous, nous avons une collection académique liée à l’histoire d’Utrecht.

L’un des joyaux de la collection, le ‘Psautier d’Utrecht‘, un manuscrit du IXe siècle classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO

Pouvez-vous nous présenter quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Je vais prendre mes exemples parmi les documents qui ont été numérisés et publiés sur le site de la bibliothèque.

En ce qui concerne les manuscrits, je prendrai l’exemple du Ms. 5 J 27. C’est un exemple typique du livre d’heures néerlandais (v. 1460-70), écrit et décoré à Utrecht, par un maître qui avait un style bien à lui : un peu cru, mais efficace. Lorsque vous voyez l’original, l’or scintille véritablement : c’est vraiment un livre “enluminé”, ce qu’aucune reproduction ne peut recréer.

Le manuscrit 5 J 27, ff 85v-86r de la BU d’Utrecht

Pour représenter notre collection de livres imprimés, le meilleur exemple est notre exemplaire de Johann Bessler, Das triumphirende perpetuum mobile Orffyreanum (Kassel, 1719). Il fait partie des textes produits par Bessler pour s’attribuer l’invention du mouvement perpétuel et de la discussion scientifique qui entoure ce sujet. C’est un thème qui est encore débattu aujourd’hui, puisque les chercheurs tentent toujours de percer le secret de Bessler, mais c’est aussi un sujet qui touche des problématiques contemporaines telles que le mécénat, la recherche, les droits d’auteurs et de reproduction, etc. Notre exemplaire contient une inscription qui montre qu’il fut donné par Bessler lui-même.

Enfin, notre carte de l’Europe par Willem Blaeu, datant d’environ 1615 est également un document historique impressionnant. Imprimée sur du parchemin, et utilisée sur un navire, elle montre les dernières découvertes néerlandaises dans et autour de la Mer Arctique.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ? Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Sur notre page d’accueil, nous présentons nos derniers objets numérisés, accompagnés de courts essais explicatifs. Les textes sont écrits soit par les conservateurs soit par les chercheurs, et vont au-delà des simples méta-données, pour informer plus en profondeur le public académique mais aussi le grand public. Nous espérons que ces essais contribuent à la visibilité et l’accessibilité des objets.

Néanmoins, on ne trouve là qu’une petite partie des milliers de documents déjà numérisés. Des étudiants en histoire de l’art décrivent également, une sélection de nos manuscrits pour Wikipédia dans le cadre de leur formation. Ceci nous aide également à mettre en valeur nos documents, tout en leur donnant l’occasion de travailler sur des manuscrits anciens et de se former à la pratique d’une rédaction formelle et de qualité. Nos collections et nos archives sont publiées dans notre Repertorium, un répositoire numérique, mais elles sont uniquement accessibles en néerlandais. En ce qui concerne nos livres imprimés, nos cartes et une partie de nos manuscrits, ils sont dorénavant accessibles via WorldCat.

Nous n’avons pas d’espace dédié à l’exposition, mais nous coopérons avec plusieurs musées et institutions qui exposent des documents provenant de nos collections spécialisées. Nous participons également aux manifestations culturelles que proposent l’université et la ville d’Utrecht, telles que l’opération “Meet the Professor” ou encore les “dimanches culturels”. Nos projets de géoréférencement ont eux aussi rencontré un large succès auprès du grand public. Vous pouvez donc constater que nous utilisons une grande variété de stratégies pour la mise en avant des collections spécialisées de la bibliothèque.

La salle des cartes des collections spécialisées de la BU d’Utrecht, lors d’une séance de présentation avec des étudiants (© Ivar Pel)

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

J’en nommerai deux. Tout d’abord, il y a le défi du tout numérique. C’est très difficile de rester à jour : bien que ce soit une option séduisante puisqu’elle offre de nombreuses possibilités, il y a également des pièges à éviter. J’ai pu voir beaucoup d’argent et de temps investis dans des sites qui n’existent plus aujourd’hui. En ce moment, les humanités numériques ont le vent en poupe, et en tant que conservateur, je veux rester à la page concernant ce qui se passe et les manières par lesquelles je peux épauler les chercheurs. Malheureusement, cela vient parfois se heurter à ma mission de mise à disposition de la collection dans des projets plus traditionnels (colloques, expositions…), auxquels on me demande de plus en plus de collaborer et d’apporter mon expertise.

Cela m’amène à mon second défi : le besoin de porter des projets et d’épauler les chercheurs prend beaucoup de temps et cela impacte parfois des missions basiques mais essentielles telle que la mise en œuvre d’inventaires et d’archives numériques de la collection, auxquelles ne sont pas donnés le temps et l’attention requis. Avec deux conservateurs et deux autres personnes aux missions diverses (reproduction, communication, gestion de projets et de subventions), nos moyens sont limités. Pour autant, pour une si petite équipe, nous avons déjà beaucoup accompli et ça reste un plaisir de travailler avec les documents anciens, que ce soit pour les étudiants ou pour une exposition, numérique ou non. Le défi le plus important est certainement de faire en sorte de continuer à aimer mon métier, malgré les pressions qui l’entourent.

Entretien réalisé par Erell Smith (étudiante en master de recherche à Rennes II), en collaboration avec Katell Lavéant (Université d’Utrecht).

Imprimeur, libraire, éditeur, traducteur, auteur : Hendrik van den Keere, polymathe du livre à la Renaissance

Hendrik van den Keere est une figure incontournable des milieux des imprimeurs du sud des Pays-Bas du XVIe siècle. Il fut à tour de rôle imprimeur, libraire, éditeur, traducteur et auteur multilingue : un véritable polymathe du livre qui surgit fréquemment au gré des recherches. Il est principalement connu pour sa production imprimée conséquente à Gand dans les années 1560, et pour trois ouvrages de sa main : une pièce de théâtre en français (sous le nom francisé d’Henry du Tour), un poème en néerlandais, ainsi qu’un Dictionaire flamen-françois. Pourtant, malgré son importance, une certaine confusion règne autour de son rôle précis et il est donc nécessaire de faire le point sur la carrière de cet acteur du monde du livre flamand.

Il faut commencer en mettant fin à une confusion tentante. La proximité des dates et la similitude des noms ont mené à une erreur commune : un amalgame entre Hendrik van den Keere/Henry du Tour, imprimeur et auteur actif entre 1555 et 1567 (et dont le nom surgit encore dans des rééditions dans les deux décennies suivantes), et son fils, également connu sous le nom d’Hendrik van den Keere/Henry du Tour qui fut, lui, un graveur et fondeur de caractères qui réalisa du matériel typographique de grande qualité pour l’officine Plantinienne à Anvers entre 1568 et 1580[1]. C’est au père que j’aimerais ici m’intéresser, car son parcours d’imprimeur-libraire est exemplaire de celui d’un réseau de professionnels du livre flamands en contact étroit avec les milieux littéraires des auteurs rhétoriciens de cette région, dans la deuxième moitié du XVIe siècle.

Van den Keere semble avoir accompli sa carrière uniquement à Gand, sa ville natale, d’abord comme maître d’école française, puis comme imprimeur – tout en menant en parallèle des activités de traducteur de poésie, de dramaturge et de lexicographe. Bien qu’une étude plus poussée reste à effectuer dans les archives gantoises pour préciser ce parcours, on peut au moins présenter les éléments suivants. Son père, Pieter van den Keere, acheta l’atelier et le matériel typographique de Joos Lambrecht (Josse Lambert), lui aussi homme de lettres, maître d’école et imprimeur (actif de 1536 à 1553)[2]. On doit notamment à Lambrecht l’édition de pièces de théâtre restées célèbres pour le scandale causé par leur contenu évangélique et protestant en 1539 (USTC 402999)[3]. Cet atelier fut ensuite exploité par Jan Cauweel entre 1554 et 1556, qui y produisit notamment la première édition imprimée (1555) du premier art de rhétorique en néerlandais, le Const van rhetoriken de Matthijs de Castelein (USTC 400939). C’est en prologue à cette œuvre que l’on trouve un poème en néerlandais d’Hendrik van den Keere (traduction-adaptation d’un poème de Thomas Sébillet)[4] visant à souligner la valeur de ce texte, première trace de son activité d’auteur et d’éditeur de textes littéraires.

Hendrik van den Keere reprit ensuite cet atelier en 1556, et produisit des livres pendant une décennie, a priori jusqu’en 1567. À la variété des titres qu’il publia répond aussi une grande variété de ses marques de libraire, au dessin souvent assez sophistiqué.

Trois marques d’imprimeur-libraire employées par van den Keere en 1556, 1557 et 1558.

L’étude des livres publiés sous son nom dans l’Universal Short Title Catalogue donne une idée assez précise des étapes qu’il dût suivre pour trouver un type de production rentable financièrement. Il commença en effet par imprimer une série de courts ouvrages en latin (‘apud Henricum Chaerium’). Une recherche via l’USTC donne trois titres de Plutarque publiés en 1556 (USTC 403262, 403263 et 403264)[5]. Cependant, un autre titre ne figurant pas dans l’USTC apparaît dans le catalogue de la bibliothèque universitaire de Santiago de Compostella. Le volume est intitulé Epistola illustrissimi Ferdinandi Alvarii […] ad Paulum Quartum Pontif. Maxi., Gaudavi [Gand], Excud. Henricus Chaerius, 1556 (in-4, ff. 4). Il était fréquent à cette période de publier ainsi de telles lettres, considérées comme utiles à l’information du public, avant l’apparition des premiers journaux modernes au XVIIe siècle – d’autant que le duc d’Albe était un personnage connu aux Pays-Bas (il allait y prendre la fonction de régent quelques années plus tard, en 1567)[6].

Cette micro-production en latin, limitée à sa première année d’activité, montre un imprimeur-libraire nouveau dans le métier, probablement en train de lancer sa production, et qui, en tant que maître d’école, chercha d’abord à se constituer un fonds en latin – peut-être pour fournir des ouvrages scolaires à ses élèves, pour répondre à une demande de collègues lettrés ou, dans le cas de la lettre du duc d’Albe, pour tester le marché des éphémères d’information ?

L’existence de cet opuscule dans le fonds de la BU de Santiago non encore répertorié dans les bases de données internationales illustre aussi la difficulté de constituer une liste exacte des livres imprimés par van den Keere à partir de recherche dans des bases de données en ligne, du fait de son trilinguisme néerlandais-latin-français. On retrouve la même difficulté à suivre ses traces pour les ouvrages en néerlandais, du fait de la particulière souplesse de l’orthographe de cette langue du XVIe siècle.

Sans préjuger donc de l’existence éventuelle d’autres ouvrages en latin qui pourraient ressurgir de fonds encore peu explorés, il semble cependant que van den Keere se soit ensuite tourné vers une production en néerlandais, ponctuée de plusieurs ouvrages en français. L’essentiel de cette production souligne que van den Keere s’orienta vers l’impression de textes officiels, une source de revenus certainement plus rentable et régulière. Un privilège de Philippe II en date du 22 mai 1557 l’autorisa en effet à reprendre le titre d’imprimeur juré de la monnaie du Roi détenu avant lui par Joos Lambrecht[7]. Ce sont bien ces éditions de textes officiels, équivalences monétaires et autres ordonnances impériales, qui constituent la vaste majorité de la quarantaine d’ouvrages qu’il produisit entre 1557 et 1567. Il faut y ajouter la production d’éphémères en néerlandais dont l’importance dans le corpus de van den Keere est difficile à évaluer, puisqu’on n’a conservé que deux exemples d’‘Almanachs et pronostications’ imprimés sous forme de placards en 1563 (USTC 409413) et 1564 (USTC 409529). Vu le taux important de destruction de ce type d’imprimés au fil du temps, en particulier dans un tel format, on ne peut pas exclure que van den Keere en ait produit davantage.

L’utilisation de son titre d’imprimeur officiel sur la page de titre d’autres types d’ouvrages, tels deux sermons de Saint-Jean Chrysostome imprimés en 1559 et 1560 (USTC 403183 et USTC 403195), laisse à penser que van den Keere voulait mettre en avant ce titre comme gage de qualité des livres d’autre nature qu’il publia. On peut ainsi citer des ouvrages religieux et d’autres littéraires, dont le point commun est de montrer à la fois l’orientation plurilingue de van den Keere et son rôle non pas uniquement d’imprimeur-libraire mais aussi d’éditeur de texte. C’est ce double rôle qu’il souligne d’ailleurs souvent dans un prologue explicatif, en ouverture d’ouvrage, et qu’on peut illustrer par quelques exemples.

Son Oraison de Maistre Patrice Cock-Burne Escossois, de l’utilité et excellence du verbe divin (1558) (USTC 13054), est ainsi une traduction de l’Oratio en latin de Patrick Cockburn (première édition : Paris, Michel Fezandat et Robert Granjon, 1551). Tvoyage van mher Joos van Ghistele est un récit de voyage dans le pourtour méditerranéen d’un gentilhomme flamand, dont van den Keere produisit deux éditions en 1557 et 1563 (USTC 403042 et USTC 409493). Il souligne dans son prologue l’importance de proposer une version imprimée d’un ouvrage jusque-là uniquement disponible dans des manuscrits (à l’instar de l’Art de rhétorique de Matthijs de Castelein cité plus haut)[8]. Le privilège obtenu pour cet ouvrage en 1556 signale également ceux obtenus pour les trois ouvrages de Plutarque cités plus haut, ainsi qu’un autre pour la publication d’une traduction néerlandaise de pièces de Térence – ouvrage qui n’a cependant jamais été retrouvé.

Les deux éditions du Tvoyage 1557 et 1563 (BU Gand)

En 1559, il imprima un ouvrage de Robert du Triez, les Chantz funebres sur la mort et trespas de feu excellent prince et illustre seigneur messire Maximilien d’Egmont (USTC 13530). La production de ce livre, fruit d’un auteur lillois, peut être lue comme un indice de la réputation croissante de van den Keere en tant qu’imprimeur de livres en français dans cet espace régional, ou bien comme le témoin de ses échanges avec d’autres auteurs francophones qu’il pouvait convaincre de lui confier leurs textes à imprimer.

La lexicographie intéressait au plus haut point van den Keere, puisqu’il proposa encore une édition du Naembouck de Joos Lambrecht (1562, USTC 78221), un dictionnaire flamand-français, et qu’il composa lui-même un Dictionaire flamen-francois. Or il est intéressant de constater qu’au lieu de se charger lui-même de son impression, il le fit publier en 1563 chez un autre imprimeur gantois, Jean de Salenson (USTC 91016) – Dictionnaire qui fut réédité, probablement en 1582 et après la mort de van den Keere, de nouveau chez Salenson (USTC 80790). Le colophon indique pourtant que le privilège pour imprimer et vendre l’ouvrage fut bien donné à van den Keere, et on peut donc envisager une association entre les deux imprimeurs gantois pour des raisons pratiques et financières.

C’est la même logique qui dut présider aux deux éditions successives d’une pièce de théâtre composée par Hendrik van den Keere sous le nom d’Henri du Tour. La Comédie de Paix et Guerre fut publiée par Jean de Salenson en 1557 (USTC 13053) mais là encore, la permission fut bien donnée à « Henry van den Keere (imprimeur juré de la monnoye du roy nostre sire) de pouvoir tant imprimer que vendre et distribuer par tout ou bon luy semblera la presente Comedie de Paix et de Guerre » (9 août et 14 octobre 1557). L’année suivante, c’est de l’atelier de van den Keere que sortit une deuxième édition de la pièce, cette fois intitulée Moralité de Paix et Guerre, datée de 1558, et pourvue de la mention du même privilège (USTC 51705).

Les deux éditions de la moralité ou comédie d’Henry du Tour (1557, BU Gand et 1558, BnF)

La seule différence notable entre les deux livres, sur le plan du texte, est que l’édition de van den Keere est augmentée d’une épître « De l’imprimeur » à Jean-François Roffier, secrétaire du duc de Savoie. Il avait apparemment des liens avec l’auteur, puisque ce dernier lui dédia la pièce avec ces mots : « car dès l’heure premiere Mon seigneur, qu’il vous pleust venir chez nous pour veoir nostre Imprimerie et visiter quant et quand les livres de mon estude, je me suis persuadé que V. S. nous monstra je ne sçay tel quel petit signe d’amour et amitié » (Aiiv, p. 4). Peut-on envisager qu’en se plaçant sous un tel patronage, van den Keere souhaitait diffuser son édition auprès d’un cercle noble plus large et plus international, en parallèle à un public plus local et bourgeois ou marchand, auquel pouvait s’adresser l’édition de Salenson ?

Ce tour d’horizon de la production d’Hendrik van den Keere, à la fois comme imprimeur, libraire et auteur, n’épuise pas les pistes d’interprétation à tirer de ce que lui-même décrit de son activité dans les préfaces des ouvrages qu’il produisit à ces divers titres. Dans ces textes, ainsi que dans sa petite production poétique, il livre sa vision du métier d’éditeur de textes littéraires, en contact avec des auteurs, voire des commanditaires. L’analyse de ses imprimés et des privilèges, comme celle de la production d’autres imprimeurs-libraires également lettrés, à l’instar de Joos Lambrecht, livre également des indices supplémentaires pour comprendre les stratégies de publication d’un groupe professionnel bien localisé. Dans le cas de ces imprimeurs-libraires gantois, devait s’ajouter, à l’inévitable obligation d’équilibre financier, et ce dans l’ombre du plus grand centre de production de livres qu’était Anvers, le souhait de participer à la culture du savoir des rhétoriciens qui fleurissait à cette époque dans cette région, et qui orienta une partie de leur production imprimée[9].

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

[1] Sur cette désambiguïsation et sur la courte mais brillante carrière de typographe d’Hendrik van den Keere fils, voir H. D. L. Vervliet, Sixteenth-Century Printing Types of the Low Countries, Menno Hertzberger & Co, Amsterdam, 1968, pp.30-32. Sur van den Keere père, la notice la plus détaillée reste celle contenue dans Ferdinand vanderhaegen (vander Haegen), Bibliographie gantoise, 1e partie, XVe-XVIe siècles, Gand, Eug. Vanderhaegen, 1858, pp. 158-175.
[2] W. Waterschoot, “Marot ou Ronsard? New French Poetics Among Dutch Rhetoricians in the Second Half of the 16th Century”, J. Koopmans e.a. (éd.), Rhetoric – Rhétoriqueurs – Rederijkers, Amsterdam, Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences, 1995, pp. 141-156 http://www.dbnl.org/tekst/wate013maro01_01/wate013maro01_01_0001.php
[3] Anne-Laure Van Bruaene, “Printing Plays: The Publication of the Ghent Plays of 1539 and the Reaction of the Authorities”, Dutch Crossing-journal of Low Countries Studies 24,2 (2000), pp. 265–284.
[4] Waterschoot, “Marot or Ronsard?”, p. 146.
[5] Il s’agit de trois exemplaires uniques conservés à la bibliothèque universitaire de Gand, reliés ensemble à une époque indéterminée (reliure moderne) et provenant de la bibliothèque de Ferdinand vander Haeghen, bibliographe belge du XIXe siècle connu pour avoir dirigé les monumentales Bibliotheca Belgica et Bibliographie gantoise (voir la note 1).
[6] Voir Andrew Pettegree, The Invention of News: How the World Came to Know About Itself, New Haven, Yale University Press, 2014.
[7] Cité notamment en néerlandais dans USTC 409118 [Biiiv-Biv]. Auguste Voisin en cite également une version française : « Receu avons l’humble supplication et resqueste de notre bien amé Henri Vanden Keere, libraire et imprimeur juré, demourant en nostre ville de Gand, contenant comme luy avyant à gros fraiz et dépens recouvert et achetté les formes, figures et patrons de plusieurs espèces d’or et d’argent de divers coings : ensemble aultres ustensiles et instrumens dont feu maistre Joos Lambert (en son vivant imprimeur) souloit servir les généraulx de nostre monnaye de par-deçà, à imprimer les ordonnances, permissions, modérations et évaluations, sur le faict des monnoyes, quand ilz occuroyent, etc. » (Auguste Voisin, Josse Lambert, imprimeur, graveur, poète et grammairien gantois du XVIe siècle, Gand, L. Hebbelynck, 1842 (2e édition), p. 46).
[8] Point souligné par Alisa van de Haar dans sa thèse The Golden Mean of Languages. Forging Dutch and French in the Early Modern Low Countries (1540-1620) (Université de Groningue, soumise à soutenance le 26 avril 2018), p. 214. Je la remercie de m’avoir permis de consulter son travail inédit et des références bibliographiques qu’elle m’a fournies pour cette enquête sur van den Keere.
[9] Sur cette culture littéraire, voir le numéro spécial de la revue Renaissance Studies 32,1 (2018) : The Knowledge Culture of the Netherlandish Rhetoricians.