Les éditions perdues des Bonfons et l’apport de Bibliopol@ au catalogue des éditions parisiennes du XVIe siècle

Les fonds archivistiques sont une ressource précieuse pour l’histoire du livre. Ils nous permettent de revisiter la production des ateliers d’imprimeurs et l’activité des libraires pour entr’apercevoir ce qui est aujourd’hui perdu. Ce billet se propose de faire précisément cela en regardant l’apport d’un nouveau projet, Bibliopol@, dans le cadre des livres publiés par le Parisien Jean Bonfons et sa veuve.

Bibliopol@ : matériaux pour servir à l’histoire du commerce des livres à la Renaissance est un projet qui cherche à améliorer nos connaissances des structures de diffusion du livre, qui constituent le véritable moteur de la révolution de Gutenberg, et leur évolution. Mis en ligne en novembre 2018 sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance à Tours, il ambitionne de proposer en ligne des éditions numériques de documents et un outil de gestion de l’information en relation avec le commerce des livres à la Renaissance. 

Pour son lancement, Bibliopol@ propose l’édition d’archives en provenance de la commission qui a présidé à la confection de l’Index d’Anvers en 1570. Il s’agit de listes de livres établies à la suite de perquisitions effectuées chez les libraires et imprimeurs des anciens Pays-Bas, le même jour, le 16 mars 1569. Des listes des livres orthodoxes et suspects furent dressées sur place par des inquisiteurs, des théologiens et des officiers de justice. Ces documents furent ensuite envoyés à Bruxelles au mois de juin, alimentant le travail de la commission en charge de produire l’Index qui paraîtra au début de l’année 1570 chez Christophe Plantin.

Figure 1 : Philipi II regis catholici edictum de librorum prohibitorum catalogo observando, Anvers : Christophe Plantin, 1570.

En raison de son extrême précision, la liste établie à Mons (comté de Hainaut) a été mise en ligne. Cette ville constitue en outre un casus des plus intéressants, puisqu’elle est située en périphérie des principaux centres d’imprimerie et en dehors des grands pôles intellectuels. La liste montoise mentionne un peu moins de 1600 livres pour lesquels sont précisés non seulement le ou les auteurs et le titre, mais aussi les adresses bibliographiques, donc les lieux et dates d’impression. Grâce au soin et à la rigueur du notaire chargé de rédiger ce document, nous disposons là d’une source de tout premier ordre pour l’étude du marché du livre en Hainaut dans le second tiers du xvie siècle.

La liste montoise a été transcrite in extenso, avec en appel de note des identifications et un renvoi vers la base de données de l’USTC (Universal Short Title Catalogue), des catalogues de bibliothèque en ligne ainsi que plusieurs outils bibliographiques. Les ouvrages sont classés par langues et en fonction de leur orthodoxie. Quelque 750 titres sont rangés dans la catégorie des livres en latin et un nombre identique apparaît dans celle des livres en français, ainsi qu’une centaine sous la rubrique des livres prohibés. Les noms des libraires visités ne sont malheureusement pas mentionnés, ce qui aurait assurément fourni des données très précieuses sur la situation du marché du livre montois. 

Figure 2 : Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 (n.s.), Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 1r [détail].

L’inventaire dressé en 1569 est d’une grande aide pour toute étude sur la diffusion des éditions parisiennes dans le second tiers du xvie siècle. En effet, sur les quelque 1600 éditions listées dans ce document, quelque 700 proviennent d’ateliers établis en bord de Seine, soit près de 45 % de l’ensemble des ouvrages trouvés sur les étals des libraires montois. La répartition linguistique de ces livres montre en outre que les imprimeurs et les libraires parisiens spécialisés dans la production vernaculaire ont trouvé, en Hainaut, de précieux débouchés. On dénombre ainsi un peu plus de 230 éditions en latin pour 470 textes en français. La plus ancienne édition remonte à l’extrême fin du xve siècle ; les plus récentes sont contemporaines de la rédaction de l’inventaire. On note toutefois une majorité d’ouvrages imprimés au cours des décennies 1530-1560.

Il ne s’agit pas ici de proposer une analyse exhaustive de l’ensemble des livres parisiens présents en Hainaut en 1569. Il est plus intéressant de se concentrer sur l’apport de la liste de 1569 au catalogue des imprimeurs parisiens, en se focalisant plus spécifiquement sur la problématique des pertes. En effet, la précision de ce document a permis de pointer 181 entrées qui ne figurent pas dans l’Universal Short Title Catalogue – qui comptabilise pourtant aussi les éditions pour lesquelles nous ne connaissons que par le biais de références archivisitiques ou par d’anciens cataloguesLes recherches sont toujours en cours. Jusqu’à présent, ce travail n’a été effectué de manière exhaustive que pour une seule famille, les Bonfons.

Le nom de 66 libraires-imprimeurs ont été repérés, parmi lesquels on peut citer : Josse Bade, la famille Bonfons, Nicolas Chrestien, Gilles Corrozet, Robert Estienne, Guillaume Guillard, Denis Janot, la famille Le Noir, Alain Lotrian, la famille Regnault, Jean Ruelle ou encore des membres de la famille Wechel. Le taux de pertes est assurément faible pour la plupart d’entre eux, les chiffres allant d’une à cinq unités. Par contre, le chiffre concernant la famille Bonfons est saisissant : 30 éditions pour Jean Bonfons et 14 pour sa veuve. L’écart réside certainement dans la nature de la production de cette famille, spécialisée dans la littérature d’inspiration médiévale en français, genre pour lequel les taux de pertes sont assez élevés.

Avant de revenir sur le « cas » des Bonfons, il importe d’évoquer de manière assez générale la nature des éditions rencontrées dans la liste montoise. La littérature religieuse est la plus représentée avec 67 titres. Du côté de la littérature profane, on relève une soixantaine de titres où le français domine largement. Le domaine historique est illustré par une forte proportion des textes antiques, pour la plupart en traduction française. Des éditions perdues de textes législatifs émis par Henri II circulaient aussi en Hainaut. La pratique criminelle est présente avec des traités de pratiques criminelles contemporains. Aux côtés de ces textes, figurent aussi des éléments des corpus canoniques et civiles. Du côté des sciences, les textes en relation avec la médecine sont les plus nombreux. Ils sont tous en français et concernent non seulement le savoir populaire, mais aussi des traités écrits par des médecins contemporains. Enfin, la liste des éditions parisiennes non identifiées reprises au sein de l’inventaire de 1569 contient des livres que l’on peut ranger dans des domaines aussi variés que l’agriculture, l’astronomie, les traités militaires, la géographie, la cuisine ou encore la musique.

On le voit, les pertes se rencontrent dans tous les domaines. Pour approfondir cette question, penchons-nous sur les Bonfons1. Cette famille d’imprimeurs parisiens des xvie-xviie siècles est très intéressante, car le taux de survie de leurs publications est très faible et le nombre d’éditions perdues est élevé. Les activités du fondateur de la dynastie, Jean Bonfons, sont peu documentées. Il s’installe d’abord comme libraire sur l’île de la Cité en 1543, rue Neuve Notre Dame à l’enseigne de saint Nicolas. Il succède à son beau-père, Pierre Sergent, comme propriétaire de l’entreprise en 1547 et le restera jusqu’à sa mort en 1568. Sa veuve, Catherine Sergent, a ensuite repris l’entreprise jusqu’à son décès quatre ans plus tard. Leur fils Nicolas, marié à Catherine Ruelle – fille du libraire parisien Jean Ruelle –, monte sa propre affaire de livres en 1571 avant de succéder à sa mère un an plus tard. Nicolas était encore en activité en 1618 et mourut en mars 1628 ; sa femme le suivit le 14 juin de la même année. Son fils Pierre l’assiste de 1597 à 1607, jusqu’à l’obtention d’une charge publique à Pontoise.

Figure 3 : François II, Edict sur le faict des prevosts des connestable et mareschaulx de France et de leurs greffiers et archers, Paris : Jean Bonfons, 1560, page de titre (détail).

Le cas de Jean Bonfons et de sa veuve a été retenu pour des raisons chronologiques évidentes. Leurs activités couvrent une période de trente ans. Ils ont publié quelque 160-170 livres. Seulement deux tiers de cette production nous sont parvenus. Spécialisés dans les romans médiévaux, ils ont également publié des livres de chants, de théâtre, de littérature religieuse (principalement des ouvrages de dévotion et d’hagiographie), des ordonnances et des livres de pratique, essentiellement en français.

L’analyse des archives de la commission de l’Index de 1570 a permis de retrouver bon nombre d’éditions encore inconnues. Pour cette recherche, l’enquête a été étendue à l’ensemble des livres présents en Hainaut. Le document contient ainsi quelque 2.200 entrées. Parmi celles-ci, 115 sont liées à la production de Jean Bonfons et de sa veuve. Ce nombre doit être réduit à 87 en raison de la présence de doublons. Le nom de Jean Bonfons est associé à 54 éditions et celui de sa veuve à 33 autres. L’USTC, le mémoire inédit d’Arlette Destot2 consacré à cette famille, les Gothiques français de Guy Bechtel3 ainsi que d’anciens catalogues de vente nous ont permis d’identifier 49 éditions différentes (32 grâce à l’USTC, 17 par l’entremise d’autres outils). Il est important de noter que neuf d’entre elles ne sont pas connues par le biais d’un exemplaire encore conservé. Le Manuel de Brunet4 ou les catalogues de vente aux enchères de livres ont été utilisés pour les identifier. Il reste 38 titres encore non identifiés. Dès lors, le nombre de livres imprimés pour ou par Jean Bonfons et sa veuve devrait être revu à la hausse. Ainsi des 160-170 titres environ déjà recensés, on peut maintenant estimer la production Bonfons à près de 200 titres, avec une perte moyenne d’environ 40 %5. Il s’agit d’un faible taux de survie, un fait qui peut s’expliquer par la nature des livres imprimés par ces éditeurs. Alexander Wilkinson, dans son étude sur les pertes au sein de la production française du xvie siècle, estime que – tous genres confondus – 31 % des ouvrages imprimés avant 1601 ne sont pas parvenus jusqu’à nous6.

La littérature profane d’expression française représente près de la moitié des livres vendus par les Bonfons aux libraires établis dans le Hainaut (45%), avec une majorité de romans médiévaux. Les œuvres religieuses comptent pour environ un tiers du nombre total des exportations des Bonfons reprises dans la liste de 1569 (33%). Le reste des livres distribués en Hainaut par les Bonfons est principalement lié aux sciences populaires en langue vernaculaire, avec ici aussi beaucoup de livres de médecines.

Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 n.s., Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 32r [détail].

La liste de 1569 permet aussi de pointer la vitalité des échanges commerciaux entre la firme Bonfons et les libraires du Hainaut. Plus de 110 titres enregistrés dans ce document – contenant environ 2 200 entrées – portent le nom de leur société, ce qui signifie qu’environ 5% de tous les livres trouvés par les émissaires du duc d’Albe sont liés aux Bonfons. Ces échanges semblent avoir été particulièrement intenses lorsque la veuve Bonfons dirigeait la compagnie. Ainsi, sur les 40 éditions proposées par l’USTC, 24 se retrouvent dans le Hainaut, soit plus de la moitié de sa production enregistrée dans cette base de données.

Enfin, reste à poser une dernière question, celle de l’impact des pertes de livres sur notre connaissance de la production de Bonfons. Tout d’abord, nous avons vu qu’avec l’aide de la liste établie à la demande du duc d’Albe, des lacunes ont pu être comblées, offrant ainsi la possibilité d’avoir une image plus complète du catalogue des livres de Jean Bonfons et de sa veuve. Ensuite, nos recherches pour tenter d’identifier toutes les entrées Bonfons nous ont permis de mieux comprendre leur stratégie éditoriale et de pouvoir pointer l’importance des réimpressions. En effet, nous avons noté qu’au moins 15 éditions perdues attribuées à Jean Bonfons ou à sa veuve ont été réimprimées plus tard soit par leur fils Nicolas Bonfons, soit par lui avec son fils Pierre Bonfons. Paradoxalement, même si toutes les éditions des Bonfons ne sont pas conservées, le contenu des textes reproduits par eux nous est connu grâce aux nombreuses rééditions. Cette constatation nous rend moins pessimistes dans notre compréhension de la transmission de la littérature vernaculaire française.

Le duc d’Albe, lorsqu’il demanda aux inquisiteurs de visiter toutes les librairies installées dans les territoires encore sous autorité, n’imaginait pas qu’un jour son travail de censure aiderait les historiens du livre, cinq siècles plus tard, à reconstruire les catalogues des imprimeries du xvie siècle et à aider les chercheurs à quantifier les pertes potentielles. S’il est certainement impossible d’avoir une vue d’ensemble de ce qui a été perdu au xvie siècle, des documents de l’acabit des inventaires 1569 fournissent une nouvelle base pour la reconstruction des taux de pertes de documents imprimés. Cette enquête nous a notamment permis d’approfondir notre connaissance du catalogue des Bonfons et de mieux évaluer le taux de pertes des impressions parisiennes. Il est incontestable que d’autres recherches pourraient évidemment nous aider à affiner notre vision de la production parisienne du xvie siècle. Enfin, tout historien du livre reconnaîtra que les documents établis à la demande du duc d’Albe constituent des sources de première importance, apportant un témoignage unique sur le marché du livre des anciens Pays-Bas du second tiers du xvie siècle. On pourrait presque en venir à penser que censure et histoire du livre font finalement bon ménage.

Renaud Adam
Université de Liège, Unité de recherche Transitions

  1. Stéphanie Rambaud, « Bonfons, famille », dans Pascal Fouché et alii, Dictionnaire encyclopédique du livre, tome 1, Paris, Cercle de la Librairie, 2002, p. 361. []
  2. Arlette Destot, Un libraire parisien au XVIe siècle : Jean Bonfons. Édition et littérature populaire, Mémoire de licence, Université de Paris I, 1977. []
  3. Guy Bechtel, Catalogue des gothiques français, 1476-1560, 2e éd., Paris, Librairie Giraud-Badin, 2010 []
  4. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865. []
  5. Renaud Adam, « Tracing Lost Editions of Parisian Printers in the Sixteenth Century: The Case of Jean Bonfons and his Widow », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, à paraître. []
  6. Alexander S. Wilkinson, « Lost Books Printed in French before 1601 », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, 7e série, 10 (2009), p. 188-205. []

L’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Bibliothèque numérique du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège

Depuis de nombreuses années, l’Université de Liège (ULg) s’est investie avec force dans le domaine de l’Open Access, non seulement par le biais de la diffusion des recherches menées par ses chercheurs via un dépôt institutionnel baptisé ORBi, mais également dans le domaine du patrimoine numérique. Ainsi, en 2009, elle lançait sa bibliothèque virtuelle accessible via le portail DONum, l’acronyme de Dépôt d’Objets Numérisés, afin de permettre à chacun d’accéder aux collections numérisées des œuvres conservées par le Réseau des Bibliothèques et au sein des Collections artistiques. Jusqu’à présent, plus de 840 documents (livres, gravures et peintures) des xve-xviie siècles ont déjà fait l’objet d’une campagne de numérisation, les rendant ainsi accessibles gratuitement au public.

Page d’accueil de DONum

 Profitant d’une nouvelle fonctionnalité créée par le Réseau des Bibliothèques (la possibilité d’associer aux objets numérisés un contenu scientifique), l’Unité de recherches sur le Moyen et la première Modernité Transitions a décidé de s’associer à ce projet par la mise en ligne, en avril 2017, de l’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Il s’agit d’un outil numérique qui vise à accompagner la diffusion, en Open Access, des collections patrimoniales et artistiques de l’Université de Liège.

Exemple de fiche descriptive dans DONum

La genèse de ce projet remonte à l’année académique 2015-2016. Elle fait suite à une première expérience numérique en relation avec les collections de l’ULg, à savoir une exposition virtuelle réalisée par les étudiants de Master 1 et 2 en Histoire et Histoire de l’art et archéologie dans le cadre du cours d’Histoire du livre à la Renaissance. Cette exposition virtuelle, intitulée Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège, s’intègre plus largement dans un projet de recherches menées dans le cadre du projet EDITEF – L’édition italienne dans l’espace francophone, piloté depuis le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours par Chiara Lastraioli.

Page d’accueil de l’exposition virtuelle Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège

Les étagères virtuelles de la nouvelle bibliothèque Arm@rium offriront la possibilité de consulter une sélection de témoins de la culture écrite, imprimée et graphique de la période couverte par les recherches menées au sein de Transitions, celle du Moyen Âge à la première Modernité.

L’ULg, avec notamment quelque 6.000 manuscrits, 500 incunables et près de 5.000 livres imprimés au xvie siècle, possède la troisième collection patrimoniale la plus riche de Belgique, juste derrière celles de la Bibliothèque royale de Belgique et de la bibliothèque de l’Université de Gand. À ce titre, elle détient le fonds ancien le plus important de la partie francophone du pays.

À sa fondation en 1817, l’ULg se voit dotée d’un fonds ancien constitué à partir des reliquats de bibliothèques religieuses supprimées dans la tourmente de la révolution en 1796. Il s’agit principalement de livres en provenance des couvents des croisiers de Liège et de Huy auxquels sont venus s’adjoindre des ouvrages de l’ancienne bibliothèque des jésuites liégeois ainsi que des livres de celle de l’abbaye norbertine d’Averbode, située à 60 km au nord-ouest de Bruxelles, et de celle de Saint-Trond, à 40 km au nord-est de Liège. Au début du xxe siècle, en 1903, la bibliothèque de l’université s’agrandit considérablement grâce à la générosité du baron Adrien Wittert qui légua son incroyable collection riche de plus de 20.000 volumes dont de nombreux livres anciens, mais aussi plus de 25.000 dessins, des gravures et même une cinquantaine de tableaux.

Ex-libris du baron Adrien Wittert

Le baron ne s’est pas simplement contenté de céder ses livres à l’université. Il a de surcroît constitué une rente annuelle et perpétuelle destinée non seulement à assurer l’entretien de son fonds, mais également pour procéder à des acquisitions ultérieures. L’Université de Liège a aussi profité de plusieurs libéralités dont la dernière la plus notable est celle de l’un de ses anciens recteurs, le Prof. Constantin Le Paige décédé en 1929 et qui a légué à son Alma Mater plus de 3.500 volumes et manuscrits relatifs aux sciences mathématiques et physiques.

Avec l’Arm@rium Universitatis Leodiensis, l’UR Transitions se propose non seulement de participer à la valorisation de ce riche trésor, mais aussi d’apporter sa contribution aux nombreux défis que la « grande conversion numérique » a imposés depuis plusieurs décennies à la conservation et à la diffusion du patrimoine ancien, dont le principal est sans conteste l’accès à un savoir de qualité.

Les premières publications peuvent être consultées sur le site de l’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Six pièces ont déjà fait l’objet d’une notice : deux incunables, une édition du xvie siècle ainsi qu’une gravure de la même époque et deux ouvrages du xviie siècle.

Le plus ancien livre présenté est une édition lyonnaise du premier roman médiéval jamais imprimé, le Fierabras, sorti des presses de Guillaume Leroy vers 1484-1487.

Jean Bagnyon, Fierabras, Lyon, Guillaume Le Roy, 16 novembre [1484-1487], in-2°, ff. [a1v]-a2r (Liège, Bibliothèque Alpha, XV.B119)
Rappelons à ce propos que cet imprimeur vient de Liège et qu’il est à l’origine de l’entrée de Lyon dans l’ère typographique, le 17 septembre 1473. Cette date n’est pas aussi anodine qu’il n’y paraît puisqu’elle coïncide avec la date de la commémoration du martyre de saint Lambert, saint patron de la Liège. L’imprimeur aurait ainsi choisi de placer son entreprise sous la protection du saint protecteur de sa patrie natale. L’autre édition du xve siècle est une version française d’une célèbre encyclopédie médiévale, le Liber de proprietatibus rerum, rédigé en 1240 par le franciscain Barthélemy l’Anglais. Ce remaniement de la première traduction française est dû au frère Jean Corbechon, lecteur à la Faculté de théologie de Paris puis maître en théologie et chapelain du roi Charles V de France, qui la composa au cours du xive siècle. L’ouvrage provient également d’un atelier de Lyon, non pas celui de Guillaume Leroy, mais bien de celui de son collègue Mathias Huss, qui le reproduisit en 1487.

Le siècle suivant est notamment représenté par une gravure de l’artiste hollandais Cornelis Cort, La Sainte Famille (Madone au chat), l’une des deux estampes qu’il réalisa pendant son second séjour romain (1573-1578), d’après les tableaux du peintre originaire d’Urbino Federico Barocci.

Cornelis Cort, La Sainte Famille (Madone au chat) d’après Federico Barocci, 1577, Burin, 311 × 238 mm (Liège, Collections artistiques, Inv. 1661).

Figure également une impression datant de 1592 d’un édit du prince-évêque de Liège, Ernest de Bavière, dont l’objectif était de réglementer la pratique de la justice sur l’ensemble du territoire de la principauté. Son auteur est Wouter Morberius, à l’origine de l’installation durable de presses à Liège. Cet exemplaire présente en outre la particularité de contenir de nombreuses notes manuscrites marginales, qui sont en réalité des corrections des multiples coquilles typographiques que recèle l’ouvrage. L’Université de Liège possède également un autre exemplaire de ce livre dans lequel les erreurs furent directement corrigées, signe que cette édition présente au moins deux états.

Jusqu’à présent, l’Arm@rium Universitatis Leodiensis accueille enfin deux ouvrages du xviie siècle, tous deux en relation directe avec l’histoire de Liège, que ce soit du point de vue littéraire ou spirituel. Citons en premier lieu le Pétrarque en rime françoise, la seule traduction française réalisée à Liège d’une œuvre de Pétrarque. Elle y fut composée par le Brugeois Philippe de Maldeghem en 1600. L’Université de Liège conserve les deux seules éditions de cette traduction, mais pour des raisons de conservation, il fut décidé de numériser la seconde parue à Douai chez François Fabry en 1606 plutôt que la princeps publiée à Bruxelles par Rutger Velpius en 1600. Nous terminerons cette présentation avec l’un des grands best-sellers de la littérature dévote, L’Ange conducteur dans la dévotion chrétienne, né sous la plume de Jacques Coret, recteur du collège jésuite de Valenciennes, et imprimé pour la première fois à Liège, en 1683, chez Gérard Grison.

Jacques Coret, L’ange conducteur dans la dévotion chrétienne réduite en pratique en faveur des âmes dévotes, avec l’instruction des riches indulgences, dont jouissent les personnes congrégées dans la confrérie de l’Ange Gardien, érigée en la chapelle des religieuses de S. Ursule, Liège, Gérard Grison, [1683], 12°, page de titre (Liège, Bibliothèque Alpha, R2686A)
Le succès de cette œuvre a traversé les siècles puisque l’on dénombre, à ce jour, près de 740 rééditions, reproduites de manières variables, sous des titres et des formats parfois fort différents. Un colloque, organisé par des membres de Transitions, l’unité de recherches sur le Moyen Âge et la première Modernité de Liège, lui a été consacré en octobre 2016.

Prévue avec une périodicité bimestrielle, la publication des prochaines notices sera annoncée dans la newsletter de l’UR Transitions

Renaud AdamUniversité de Liège