Une exposition sur les coffrets à estampes au Musée de Cluny

L’exposition Mystérieux coffrets. Estampes au temps de la Dame à la licorne, proposée actuellement au Musée de Cluny, invite à découvrir des objets jusqu’ici peu montrés au public, provenant en particulier des collections du musée ainsi que de celles de la Bibliothèque nationale de France. Vingt-cinq précieux coffrets sont présentés pour la première fois au public dans une exposition thématique. Probablement conçus entre le dernier quart du XVe siècle et le premier quart du XVIe siècle (à l’exception de deux coffrets datés du milieu du XVIe siècle), leur particularité est de contenir des estampes utilisées pour décorer l’intérieur du couvercle. Ceci explique qu’une bonne partie des coffrets présentés soient conservés au département des Estampes de la BnF, qui possède une collection de choix, parmi les quelques cent quarante coffrets de ce type répertoriés à ce jour.

Illustration 1: coffrets à estampes (photo Musée de Cluny)

Sur les traces d’un artiste prolifique et très copié

Le choix des objets présentés s’est fait autour de la figure de Jean d’Ypres, peintre et dessinateur actif à la fin du XVe et au début du XVIe siècle à Paris, et mort en 15081 . Les commissaires de l’exposition proposent d’étudier les estampes attribuées à Jean d’Ypres qui furent utilisées dans ces coffrets mais ont pu également survivre séparément, ainsi que d’autres qui s’inspirent directement des productions du dessinateur. Cette figure artistique servant de fil conducteur à l’exposition permet en effet d’étudier des estampes conservées dans les coffrets qui reprennent des scènes d’une gravure centrale, dite Grande Passion (H 50,2 x L 35,7 cm, numéro 10 dans le catalogue). L’enquête est également étendue à une série d’autres objets (manuscrit enluminé, tapisserie, vitrail, ivoires) directement produits par le peintre ou reprenant son style, mais aussi un ensemble de gravures utilisées dans de nombreux livres d’heures produits à Paris dans les années 1490 à 1510.

Illustration 2 : Grande Passion, d’après Jean d’Ypres, Paris, fin du XVe siècle (BnF)

L’exposition permet donc d’admirer à la fois les coffrets et leurs estampes, mais aussi de très beaux livres. Elle met en avant les liens de collaboration entre Jean d’Ypres et plusieurs imprimeurs parisiens, en premier lieu Thielman Kerver2. Philippe Pigouchet pour Simon Vostre3 utilise également des compositions du dessinateur pour les livres d’heures produits par le libraire, de même que Jean Richard à Rouen, ou Antoine Vérard4 qui utilise des matrices copiant ces illustrations. 

Illustration 3: Heures à l’usaige de Rouan, Paris, Thielman Kerver [1499] (exemplaire de la Bibliothèque Sainte-Geneviève).

Pour qui s’intéresse en particulier à la production de ces ateliers, la lecture du catalogue complétera sur ce point utilement la visite de l’exposition. Les articles proposés aident en effet à démêler le détail des attributions des gravures dans ces ouvrages à Jean d’Ypres de celles à un possible atelier du peintre, voire à des ateliers reprenant ensuite ces modèles pour le compte d’autres imprimeurs ou libraires. Reste qu’il est frappant d’observer aussi dans l’exposition d’autres livres, plus tardifs, qui continuent d’utiliser ces gravures, tout en les plaçant graduellement aux côtés d’estampes témoignant de l’émergence de nouveaux courants artistiques. Les Heures de la Vierge à l’usage des Dominicains, imprimées à Paris par Yolande Bonhomme en 1542, montrent le succès prolongé de ces gravures, bien après la disparition de Jean d’Ypres et de la génération d’imprimeurs pour qui il a pu produire ces images.

Illustration 4: une vitrine de l’exposition présentant plusieurs supports (coffret, livres imprimés et manuscrit enluminé).

Les complexités d’une production de masse

Plus généralement, l’exposition soulève de nombreuses questions concernant les liens commerciaux entre dessinateurs et imprimeurs d’estampes à caractères religieux, liens difficiles à démêler tant l’enquête archivistique s’avère complexe. Elle met en tout cas particulièrement bien en valeur l’aspect de production en série dont témoignent ces images, de même que les modalités de leur mise en couleur, pour des clients plus fortunés pouvant s’offrir une estampe rehaussée avec soin, ou pour un usage massif avec colorisation au pochoir, parfois de manière hâtive et approximative. La mise en regard des coffrets, des livres, et des estampes qui nous sont parvenues détachées de tout contexte de conservation, montre également la diversité des usages.

Illustration 5: une xylographie coloriée au pochoir, fin du XVe siècle (BnF, photo Musée de Cluny).

Ces estampes pouvaient être intégrées dans la production de livres de dévotion ou insérées dans ces livres après coup, ou encore utilisées dans d’autres objets comme ces coffrets, voire appliquées sur les murs pour une contemplation quotidienne. Il faut souligner que dans ce dernier cas, la possibilité que les estampes aient survécu est très mince, et que l’on doit s’en remettre à des peintures d’intérieurs de la période pour documenter cet usage. Celles présentées hors support dans le cadre de l’exposition semblent plutôt avoir été ultérieurement détachées de coffrets par des collectionneurs, au vu des traces de clous qui y subsistent.

Illustration 6: Vitrine de l’exposition.

Des témoins d’une nouvelle spiritualité ?

On ignore l’usage exact de ces coffrets – peut-être même faut-il en envisager une multiplicité. Objet travaillé, de métal et de bois, un coffre pouvait-il être mis en scène, dans un intérieur privé, ou au cours d’une cérémonie ? L’utilisait-on dans certaines occasions pour se présenter comme possesseur d’un objet singulier, possiblement précieux ? Ces coffrets disposaient d’un système complexe de fermeture en métal, avec dans plusieurs cas des compartiments secrets dissimulés sous des lamelles de bois. Étaient-ils alors plutôt dissimulés aux regards, et conservés dans des pièces d’accès restreint ? Servaient-ils de protection pour des effets personnels, des livres, des reliques, ce qui indiquerait ainsi que contenant et contenu se répondent et se valorisent mutuellement ?

Illustration 7: Saint Jérémie lisant, avec au-dessus de lui un coffret noir fermé, détail du Triptyque de l’Annonciation d’Aix, milieu du XVe siècle (Musée royal d’art ancien de Bruxelles)

On lira avec profit l’article de Caroline Vrand dans le catalogue, qui propose de répondre positivement à cette dernière question, là où les panneaux de l’exposition restent succincts sur l’interprétation à donner à ces objets. C. Vrand met en avant l’usage votif de ces coffres, au vu des thèmes des gravures : Vierge à l’enfant, Christ en croix, mais aussi Saint Roch ou Sainte Marguerite, intercédant respectivement contre la peste ou la mort en couche ; à la lecture aussi des textes latins ou français en caractères gothiques apposés au bas de plusieurs estampes, qui appellent la personne qui les lit au recueillement et à la contrition.

Illustration 8: Coffret avec saint Roch, fin du XVe siècle (BnF, photo Musée de Cluny).

Ces coffres représenteraient un versant matériel en lien avec la Devotio moderna, spiritualité chrétienne de la fin du XIVe siècle. Ce courant insiste sur la conversion du cœur, la prière en sympathie avec le modèle offert par le Christ, davantage que sur la fusion avec Dieu des mystiques rhénans. Les coffrets peuvent alors être vus comme l’indice d’un rapport plus intime à la foi, en parallèle au développement du livre d’heure à la fin du Moyen Âge, ou ultérieurement de la Réforme, ou des Exercices spirituels prônés par Ignace de Loyola au XVIe siècle.

Le mérite de cette exposition est enfin de recourir à l’histoire de l’art pour offrir de nouvelles perspectives sur le rapport entre ces coffres et leurs estampes, mais également entre la portée d’un style artistique sur d’autres objets manufacturés. En partant d’objets à l’usage incertain, cette exposition suit avec audace le fil de l’impact artistique de Jean d’Ypres, ainsi que sa portée sur le marché du livre et de l’art.   

L’exposition est ouverte jusqu’au 6 janvier 2020 au Musée de Cluny à Paris.

Katell Lavéant – Université d’Utrecht
Yann Kergunteuil – BnF

  1. Nous renvoyons pour les détails biographiques et bibliographiques présentés ici au catalogue de l’exposition : Séverine Lepape, Michel Huynh et Caroline Vrand (dir.), Mystérieux coffrets. Estampes au temps de la Dame à la licorne, Paris, Liénart éditions, 2019. []
  2. Sur Thielman Kerver, voir l’étude de Thierry Claerr : Imprimerie et réussite sociale à Paris à la fin du Moyen-Âge, Thielman Kerver, imprimeur-libraire de 1497 à 1522 (Mémoire d’études DCB, ENSSIB, 2000). []
  3. Voir Jules Renouvier, Des gravures sur bois dans les livres de Simon Vostre libraire d’Heures,  Paris,Aubry, 1862. []
  4. Mary Beth Winn, Antoine Verard, Parisian Publisher, 1485-1512: Prologues, Poems and Presentations, Genève : Droz, 1997. []

Dites-le avec des tutoriels. Comment améliorer l’aide à la recherche bibliographique ?

En salle de lecture du Fonds ancien de la Bibliothèque municipale de Lyon, il n’est pas rare de constater que les chercheurs, novices ou expérimentés, ignorent l’existence de ressources intéressant directement leurs sujets d’études. Côté chercheur, comment être sûr que ses techniques de recherches parcourent l’entièreté des collections et des ressources liées au patrimoine? Côté bibliothécaire, comment informer efficacement des publics aux exigences diverses?

J’aimerais présenter l’apport des tutoriels pour le monde de la recherche comme pour le personnel des bibliothèques. J’entends par ‘tutoriel’ un document permettant de faire le point sur une recherche thématique et/ou par type de support. Mode d’emploi des catalogues, bibliographies, travaux antérieurs… Les tutoriels synthétisent le niveau d’information dont dispose l’institution qui les produit sur un point spécifique. Si réaliser de tels guides n’est pas une idée nouvelle, les enrichir et les démultiplier me semble indispensable à une époque où peu d’étudiant.e.s osent se lancer dans la recherche en sciences humaines, et où même leurs professeurs manquent de temps pour maîtriser les outils documentaires. L’enjeu est d’encore améliorer la qualité du renseignement en bibliothèques, et par ricochet l’expertise des chercheurs.

Illustration 1: La BmL conserve 2,6 millions de documents patrimoniaux, sur tous supports. Comment s’y retrouver alors que tout n’est pas catalogué ?

Les tutoriels s’adressent à tous les chercheurs

L’intérêt des tutoriels est évident pour les jeunes chercheurs. La réussite en premier cycle dépend en partie du délai d’acquisition des compétences en matière de recherche bibliographique et documentaire. Les tutoriels rendent les étudiants de Licence plus rapidement opérationnels, leur permettant de cartographier les bases de la recherche documentaire (diversité et mode d’emploi des différents catalogues) ou les éléments relatifs à une thématique précise (par exemple : Lyon et la Révolution française à la BmL, ou les ressources documentaires jésuites en France).

Illustration 2: Page d’accueil catalogues / tutoriels sur le site de la BmL

On constate aussi l’apport que représentent ces documents pour les étudiants de M1 ou M2 se réorientant vers une nouvelle filière. À titre d’exemple, le Fonds ancien de la BmL accueille souvent des littéraires ou des historiens du Master HCP, débutants en histoire du livre. Ces publics, soucieux de bien faire mais souvent inquiets de leur inexpérience, sont soulagés de recevoir dès septembre des tutoriels leur présentant simultanément les outils de base (usuels de la salle de lecture, recherche dans le catalogue) et ressources expertes (identification des ornements, filigranes…) ; ils se sentent ensuite plus légitimes à endosser le rôle de chercheur s’intéressant aux collections patrimoniales. Quel que soit leur cursus antérieur, les étudiants sont ainsi mis sur un pied d’égalité, en plus de simplement se sentir accueillis. Il n’est pas rare d’entendre « si j’avais découvert plus tôt cette ressource… » lors des présentations du Dictionnaire encyclopédique du livre, de VIAF, et parfois même du Sudoc.

Illustration 3: Le Dictionnaire encyclopédique du livre (2002-2011). Aider les étudiants à s’approprier les usuels en histoire du livre permet de les rendre plus rapidement autonomes

Les chercheurs aguerris nous font également de très bons retours, soit parce que les tutoriels leur permettent de faire le point sur l’ensemble des ressources disponibles sur un sujet (L’histoire du livre et de l’imprimerie : les collections à Lyon), soit parce qu’ils découvrent par leur biais des astuces de recherche (fonctionnement de la troncature dans le catalogue, recherche bibliographique autour d’un manuscrit…). 

Illustration 4: Astuce catalogue permettant d’identifier des références bibliographiques au sujet d’un manuscrit

Nombre d’enseignants du supérieur indiquent être eux aussi intéressés par des tutoriels leur permettant de s’appuyer sur le travail des bibliothécaires. Menant de front enseignement, recherche et charge administrative, les professeurs manquent de temps pour garder un œil sur les nouvelles ressources en ligne, ou rédiger un document synthétique sur une thématique donnée. Partant de ce constat, la BmL a récemment mis en ligne un document relatif aux ressources sur le fait religieux, afin d’offrir un panorama de la littérature de référence, des sources, et des bases en ligne liées à ce sujet. Les enseignants du secondaire étant potentiellement intéressés par des volets comme la recherche iconographique pour illustrer leurs cours, la section « iconographie » de ce document pourrait intéresser le rectorat ou les forums pédagogiques. Il peut d’ailleurs être vu comme un versant patrimonial d’une bibliographie sur le fait religieux et la laïcité en ligne depuis 2017.

Accroître la collaboration au sein des services, et avec le monde de la recherche  

Les bibliothécaires eux-mêmes ne connaissent pas toutes les ressources existantes : plus les collections sont riches et complexes, moins il est possible aux professionnels de tout savoir à leur sujet. Or c’est précisément ce « tout » qui intéresse les chercheurs : que l’on travaille sur la Révolution, la gravure au XVIIe ou les entrées royales, c’est bien l’ensemble des ressources disponibles sur le sujet que l’on cherche, avant de réaliser un tri et de prioriser. La rédaction de tutoriels invite les équipes gérant les fonds patrimoniaux à travailler de concert. Avant d’être validés, de nombreux allers-retours sont requis durant la conception de ces documents par les équipes. Les tutoriels améliorent la qualité et la rapidité du renseignement, donnant de l’air aux responsables de services qui peuvent ainsi se concentrer sur les aspects stratégiques de leur métier (gestion d’ensemble des magasins, numérisation, ou encore l’indispensable contact avec les universités et les enseignants-chercheurs).

Les tutoriels sont également l’occasion de collaborer avec le monde de la recherche. Les universitaires ont le plus souvent une idée précise des outils manquants pour appréhender les fonds patrimoniaux : quelle est l’histoire des fonds ? Comment utiliser les anciens catalogues ? Les marques de provenances sont-elles étudiées ? Quelle est la proportion entre ce qui est catalogué ou non ? Avec quel degré de détail les documents antérieurs à 1800 sont-ils décrits ? Quels sont les pans de collections numérisés ? Une co-construction des tutoriels entre bibliothécaires et universitaires pourrait être plus fréquente, ces documents étant à l’interface de leur expertise respective. Un travail conjoint est d’ailleurs souvent réalisé en fin de rédaction, les chercheurs étant les plus à même d’évaluer ces documents qui leur sont au final destinés.

Illustrations 5 et 6: Les anciens catalogues sont souvent méconnus des chercheurs, voire des bibliothécaires. La mise par écrit de leur mode d’emploi est un enjeu pour la recherche (date de création/d’arrêt d’usage, signification des abréviations, utilisation…)

Ce souhait d’une co-construction d’outils semble partagé, à l’image des discussions de la journée d’étude du GADGES en mai 2019 relatives au travail sur les recueils factices. Une fois produits, les tutoriels peuvent être communiqués via le site internet de chaque institution, mais également de manière systématique lors des sessions de formation à la recherche (en début d’année universitaire notamment), ou lors des accueils personnalisés de chercheurs. Ces documents font donc plus largement partie d’une économie de circulation de l’information relative aux collections et à leur traitement.

Un point difficile peut être de circonscrire le périmètre de ces outils. La BmL dissocie par exemple les tutoriels concernant les ressources internes de ceux relatifs aux ressources extérieures. Ces documents peuvent être complétés par des pages plus simples à rédiger, par exemple de présentation des fonds (sous forme de descriptifs, de Foire Aux Questions ou des schémas de provenance des documents). Permettant de se repérer dans la masse des documents et des outils de recherche disponibles, ils aident in fine les chercheurs à identifier les pistes de recherche fructueuses qui mériteraient d’engager un travail de master, doctorat, ou simplement la rédaction d’un article.

La rédaction de tutoriels est donc un travail collectif devant impliquer les chercheurs. Ses effets sont rapidement visibles sur la maîtrise des ressources documentaires par le monde universitaire. Les tutoriels renversent en fait la charge de la preuve quant à l’intérêt des collections : les bibliothécaires devancent ainsi les questions des chercheurs, souvent débordés par ailleurs. Cette démarche d’aide à la recherche bibliographique est d’autant plus nécessaire avec la montée en puissance du renseignement à distance ; elle met « à égalité » les chercheurs se trouvant sur place ou non, comme ceux qui connaissent personnellement les bibliothécaires ou non. Peut-être même les tutoriels traduits en anglais ou en langue des signes seront-ils un jour une évidence. En plus de leur mise en ligne, les tutoriels peuvent être communiqués aux départements d’universités, aux chercheurs individuels, et systématiquement présentés aux étudiants de premier cycle. On touche ainsi au cœur de métier des bibliothécaires et de leur mission de service public : rendre accessible sans discrimination une information compréhensible et fiable, dont les usagers sont ensuite libres de se saisir.

Quelques pistes de tutoriels :

Yann Kergunteuil
Bibliothèque municipale de Lyon, fonds ancien

 

Collecter la mémoire professionnelle des bibliothèques ? Un exemple à la Bibliothèque municipale de Lyon

En plus d’être une institution en projet, chaque bibliothèque est également un lieu riche de son passé, résultant de multiples prises de décisions, produisant des archives. Les collections font parfois oublier l’aspect institutionnel de la bibliothèque, comme le contenu d’un livre peut faire oublier son aspect matériel. Peut-être cela explique-t-il que les bibliothécaires ne connaissent parfois que peu d’éléments historiques concernant leur institution de rattachement ? Pour garder trace des décisions l’ayant peu à peu façonnée, la Bibliothèque municipale de Lyon a créé en 2011 un groupe « Mémoire de la BmL ».

Comment collecter la mémoire professionnelle des bibliothèques ? En quoi cette collecte relève-t-elle du cœur de métier des bibliothécaires ? Pour les chercheurs comme pour les bibliothécaires, son intérêt est certain.

Bibliothèque de la Part-Dieu – 2011

Collecter la mémoire professionnelle : pourquoi et comment ?

Le groupe Mémoire a pour origine la crainte d’une rupture d’expertise, qui dépasse d’ailleurs les fonds patrimoniaux. Les années 2010 ont marqué le départ en retraite de nombreux collègues ayant exercé longtemps dans les mêmes fonctions, à une époque où la mobilité professionnelle était moindre. Nous souhaitions donc capitaliser l’expérience individuelle pour assurer une continuité de l’expertise collective. Comment la BmL a-t-elle procédé ?

La première étape fut de circonscrire le projet, avec pour axes de travail :

  • l’histoire globale des collections (provenance, traitement, cotation) et des bâtiments (bibliothèque centrale et réseau) ;
  • l’histoire des expositions (bibliothèque centrale et réseau) ;
  • bibliographie relative à l’histoire de la BmL (sources / études publiées et non publiées / iconographie / références en ligne) ;
  • la collecte de témoignages (vidéos, audios, écrits), tous grades et corps de métiers confondus (pratiques et décisions ayant marqué l’évolution du métier).

Le projet Mémoire de la BML est aujourd’hui le fruit de l’engagement d’un nombre important de collègues : responsables de départements, équipes techniques, communications interne et externe, équipe Web, collègues retraités. Les destinataires de ce travail collectif sont divers : toucher le grand public relève d’un enjeu sociétal (« que se passe-t-il dans ma bibliothèque ? »), s’adresser aux étudiants et chercheurs d’un enjeu heuristique (« que nous dit l’histoire de telle bibliothèque ? ») ; il y a enfin un enjeu RH/formation à associer les personnels (« que sais-je de l’institution qui m’emploie ? »). Si tous les témoignages et éléments collectés (et même quelques objets) n’ont pas vocation à être immédiatement mis à disposition des publics, la majorité est aujourd’hui accessible en ligne. Quels sont les enjeux d’un tel travail pour le monde de la recherche ?

Un enjeu pour la recherche

Le travail de mémoire professionnelle réalisé par les bibliothèques permet aux chercheurs d’accéder à des informations sur les collections qui leur seraient autrement hors de portée. Il peut compléter les apports de la bibliographie matérielle et le travail réalisé sur les provenances (informations sur l’ouvrage, registres d’entrées). L’étude de ces dernières (une démarche déjà ancienne à la BmL) permet de reconstruire l’histoire des documents en synchronie (où le document se trouvait-il à telle date ?) et en diachronie (entre quelles mains est-il passé au gré des années, des siècles ?). Or les marques de provenances sont fréquemment apposées par les bibliothécaires : cachets, anciennes cotes manuscrites ou tamponnées, signes incompréhensibles indiquant à l’époque une information comprise de tous (comme « ff » pour « fiche faite dans telle bibliothèque en telle année par telle personne pour tel catalogue »). En ce sens, l’histoire des bibliothèques (« ce cachet correspond à telle bibliothèque ») ou des possesseurs (« Mme et M. … possédaient cette estampe en 1742 ») est nécessaire mais ne suffit pas : l’histoire des pratiques professionnelles au sein des bibliothèques est également requise pour éclairer l’histoire des documents.

Catalogue de la bibliothèque du grand collège à Lyon. Ms 1459, XVIIIe s. Dans la marge de gauche, probablement le classement topographique

L’enjeu est de pouvoir reconstruire une histoire des décisions prises par les professionnels. Cette ambition se concrétise par exemple via l’écriture de l’histoire de la cotation : centrale, souvent méconnue, l’histoire de la cotation de chaque bibliothèque est un sujet complexe, qui a pris à la BmL la forme d’un document d’une quarantaine de pages. Elle permet de comprendre les logiques bibliothéconomiques retenues au fil des siècles, que se soit pour le rangement au sein des locaux ayant abrité ces documents ou pour faire évoluer les systèmes de cotations (pour l’attribution d’une cote à un seul document ou à des ensembles de plusieurs centaines de livres[1]). Pour rédiger l’histoire de la cotation, on peut utiliser des articles rédigés par d’anciens collègues et des archives. On peut également interroger les différentes annotations manuscrites apposées par les bibliothécaires au gré des ouvrages ou des catalogues papiers. S’il s’agit parfois de simples changements de cotes, on peut également trouver des éléments qui, une fois identifiés, datés, voire attribués, aident les chercheurs à retracer l’histoire des documents ou le traitement d’une discipline. Les collègues capables de reconnaître l’écriture de leurs prédécesseurs sont souvent proches de la retraite. Il est important de collecter ces informations sans attendre.

Anciennes indications d’inventaire (18283) et probables localisations antérieures, « G – 12 » pourrait être la cote dans la bibliothèque privée Charvin ; « B. L. (pour Belles Lettres ?) C.(?) 2bis fi(?) 1330 » indiquerait la localisation au sein de l’ancienne bibliothèque du Collège de la Trinité

Les chercheurs nous interrogent régulièrement sur l’histoire des reliures et restaurations de tel ou tel document. Cette question revient souvent concernant les recueils (quand et par qui ont-ils été réalisés ? Avec quelle intention ?) Mais elle nous est aussi fréquemment posée dans le cadre de la comparaison d’exemplaires (tel cahier a-t-il pu être ajouté ultérieurement lors d’un travail de reprise de la reliure ?). La BmL renseigne donc depuis plusieurs années systématiquement les dates et lieux de restauration des ouvrages sur leur notice en ligne ainsi que sur le document lui-même[2].

Chaque bibliothèque est la mieux placée pour entreprendre une histoire de ses pratiques. Si l’aide d’étudiants[3] ou de chercheurs est bienvenue, voire indispensable, le souci d’efficacité commande que les institutions initient ce travail et le rendent possible, ne serait-ce qu’en donnant accès à ces documents qui dorment le plus souvent en archives internes, et dont seul le personnel connaît l’existence : rapports annuels des départements et des structures, correspondance interne/externe, et parfois même carnets de bord tenus par des responsables de service ou de collection.

Exemplaire annoté du catalogue de vente de la collection Coste : les acquisitions par la BmL ont été renseignées directement sur le catalogue

À ce sujet, la question jusqu’ici non résolue de l’archivage des emails se pose : si les archives électroniques (documents, tableaux) sont le plus souvent bien transmises entre collègues, ça n’est pas le cas des échanges de courriels. Sur ce point, la BmL s’est tournée vers les Archives municipales de Lyon. Elles travaillent cette question depuis plusieurs années et sont aujourd’hui en mesure de former les agents de l’ensemble des services aux bonnes pratiques en la matière.

Travail en cours…

La BmL en fait-elle suffisamment pour la collecte de sa mémoire professionnelle ? De nombreux éléments ont été mis en ligne, nous devons toutefois :

  • continuer à collecter des témoignages (écrit, audio, vidéo), si possible au rythme de deux par an, un à défaut ;
  • continuer de documenter l’histoire de chaque bibliothèque (centrale et réseau) ;
  • penser à verser aussi régulièrement que possible nos archives aux Archives municipales ;
  • faire nôtre l’invitation des archives à travailler pleinement la question de l’archivage électronique ;
  • affiner notre travail sur l’histoire de la cotation afin de pouvoir le diffuser ;
  • initier un travail d’identification des différentes « mains », ou écritures manuscrites, disséminées dans nos usuels (catalogues d’expositions, répertoires de publications).

Expositions en lignes

Si les enjeux de la collecte professionnelle dépassent la seule BmL, c’est qu’ils relèvent d’une ambition nationale. Soulignons le travail inspirant de la BnF sur ce sujet :

En dégageant des moyens pour réaliser un travail de cette ampleur, la Bibliothèque nationale joue remarquablement son rôle de tête de réseau. La BmL peut bien sûr faire mieux, plus, différemment peut-être, sans toutefois rougir du travail déjà réalisé. Si la feuille de route est ambitieuse, l’urgence qu’impliquait le collectage des premières années s’est muée en une approche aujourd’hui plus globale. La singularité de la démarche de la BmL réside dans son caractère systématique, à notre connaissance unique pour une bibliothèque municipale. Les retours très positifs reçus du monde de la recherche sur notre base provenances et le travail de collectage nous encouragent à poursuivre ce projet.

Mémoire professionnelle et cœur de métier des bibliothécaires 

Il y a en effet un enjeu d’identité à rassembler, puis rendre accessible, la mémoire professionnelle. Les bibliothèques se retrouvent parfois capables d’indiquer aux lecteurs les emplacements des brocantes d’une région sur un demi-siècle via le dépôt légal, mais incapables de fournir des informations précises sur les décisions ayant guidé leur propre évolution sur la même période. Collecter les dates, faits, réflexions ayant marqué une institution, c’est se donner du souffle. C’est également un enjeu de gestion de ressources humaines : une institution sachant transmettre son histoire est plus à même d’intégrer les collègues nouvellement recrutés ou de former en continu ceux déjà en poste.

Être capable d’expliquer la cohérence de l’action menée par son institution dans le temps est également un levier pour convaincre la hiérarchie politique du bien fondé des orientations prises. Bibliothèques municipales ou universitaires ont tout à gagner à rendre compte de la cohérence de leur travail sur un temps long. Cette dimension de communication externe est importante à une époque où les financements doivent plus que jamais être justifiés auprès des tutelles, voire auprès de mécènes. Elle relève alors d’un enjeu stratégique.

L’enjeu est enfin sociétal et touche notre cœur de métier. Connaître l’histoire de sa bibliothèque en particulier, et des bibliothèques en général, permet à chaque professionnel d’y voir plus clair, qu’il ou elle travaille auprès de publics défavorisés ou privilégiés, dans un service patrimonial, un espace numérique, un département Jeunesse… Les actions contre l’illettrisme touchant la petite enfance comme la présentation de documents manuscrits médiévaux sont les extrémités d’une même chaîne : c’est le bouquet d’actions menées au quotidien qui donne son sens au travail des bibliothèques. Cet impact sur la vie de la cité constitue le point commun et le fondement de notre action. C’est ce qui fait qu’un magasinier ou un cadre, en BU ou BM sont collègues. Collecter et communiquer sur son histoire professionnelle, c’est affirmer la place et le rôle politique des bibliothèques. Étudiants, universitaires, cabinets d’experts peuvent nous aider à réaliser ce travail. Mais s’il n’est pas impulsé par les bibliothécaires eux-mêmes, par qui ?

Salle de lecture de la Bm centrale, Palais Saint-Jean (1911-1972)

L’intérêt de cette démarche pour le monde de la recherche est certain : elle permet aux bibliothécaires de mieux renseigner les chercheurs sur l’histoire des exemplaires comme des collections. Pour les bibliothécaires, la collecte de leur mémoire professionnelle revêt un enjeu d’identité professionnelle : elle leur permet d’identifier les décisions ayant façonné leur institution et donne des jalons pour se projeter. Enfin, à l’image des travaux pluridisciplinaires d’histoire des pratiques[4], collecter la mémoire professionnelle participe d’une question plus large encore : la signification de notre action et son impact sociétal.

Yann Kergunteuil – Bibliothèque municipale de Lyon, fonds ancien

[1] À la fin du XIXe siècle, Desvernay et Molinier ont ainsi modifié l’ensemble des cotes de manuscrits initialement attribuées par Delandine, premier bibliothécaire municipal nommé en 1803.

[2] Sur le document au contreplat supérieur (crayon HB), sur la notice en ligne en zone de catalogage « 318 », comme sur ce document coté SJ AR 5/82.

[3] Voir les travaux de C. Marty (MSD 096), M. Delavenne (MSD 0199), J-F. Lutz (MSD 0416), C. Rollin (MSD 0510), G. Haraux (MSD 0546).

[4] Voir le travail réalisé par le Labex « Les passés dans le présent », Université Paris VIII et X.