Que sont les farces imprimées devenues ?

Même si le « gothique français », qui envahit le marché du livre au début du XVIe siècle nous a laissé une production qui reste incommensurable, nous n’en avons conservé qu’une infime partie. Surtout la conservation d’éditions de format réduit et de quelques feuillets a dû être problématique, partiellement à cause de leur fragilité, partiellement parce qu’il ne s’agissait simplement pas une « littérature de garde ». Cela vaut spécialement pour les facéties, les monologues et les pièces profanes et occasionnelles, mais même des textes qui ne cessent d’être republiés n’ont souvent été conservés qu’en quelques exemplaires, voire en exemplaire unique, alors que les tirages ont dû être assez importants (600 ou 700 exemplaires). Si on n’en a conservé qu’un seul, que sont les autres devenus ? Et si, de tant d’éditions tirées à des centaines d’exemplaires, il ne subsiste qu’un exemplaire unique, on peut se demander quel pourra bien être le nombre de publications dont aucun exemplaire n’a été retrouvé. De là, on arrive tout naturellement aussi à la question de savoir ce que, par exemple, les quelque deux cents farces conservées représentent, en tant que nombre et quant à leur représentativité par rapport à ce qui a pu exister, ce qui a pu être imprimé. Et celles qui ont été conservées, pourquoi sont-elles parvenues jusqu’à nous ? Celles qu’on n’a pas pu conserver, pourquoi les a-t-on perdues ?

Le réemploi de pièces gothiques dans des reliures

Une bonne étude d’ensemble de ce « gothique français » manque encore cruellement, même si la publication de la thèse de Marion Pouspin1 marque une pas en avant. Il s’agit toutefois de textes qui ont fortement marqué le climat culturel2.

Dans cet article, nous présentons des exemples d’éditions devenues apparemment désuètes au point de ne plus servir qu’à la fabrication de reliures. Ce phénomène a bien été étudié pour le domaine manuscrit, où la question de la fragmentation et des membra disjecta est depuis longtemps à l’ordre du jour.

Illustration 1 : Fragment de sermon ou de commentaire biblique (Collection de l’auteur, photo © Jelle Koopmans).

Pour le domaine des (post-)incunables, le réemploi, notamment dans les reliures, est un phénomène beaucoup moins étudié. Cela se comprend facilement, étant donné qu’une recherche systématique est impossible, et que l’unicité d’un feuillet imprimé ne saute pas nécessairement aux yeux. On dépend en fait de trouvailles de chercheurs et d’archivistes qui y prêtent attention et qui les communiquent. En même temps, on pourrait avoir le sentiment qu’un tel réemploi a dû être extrêmement répandu.

Un premier exemple nous vient des archives de Roanne (Belgique), où l’on a pu identifier des fragments d’une édition du Testament de Villon. Détail curieux : le relieur a eu l’extrême gentillesse d’utiliser le bois gravé des pendus, ce qui rend l’identification bien aisée3.

L’édition a pu être identifiée : il s’agit de l’édition imprimée à Paris par Germain Bineaut en 1490, l’une des toutes premières sinon la première édition imprimée de Villon, dont un exemplaire complet a été conservé à la Bibliothèque de l’Institut à Chantilly (IV.E.069).

Illustration 2 : fragment de l’édition du Testament de Villon [Paris, Germain Bineaut, 1490, USTC 766134] (photo © Bibliothèque universitaire de Liège).
Précédentes découvertes de fragments de textes de théâtre

Pour le monde des farces, Paul Aebischer a fait une découverte importante dans les Archives de l’État de Fribourg (Suisse), où toute une collection de fragments de farces et d’autres textes de théâtre a été utilisée pour fabriquer des reliures. Il s’agit de fragments de rôles et de pièces, manuscrits et imprimés (aujourd’hui : Littérature 1-115 ; les numéros 1-20 sont ceux décrits par Aebischer ; les numéros 26-115 – poèmes, chansons, hommages, pièces de théâtre – ont été classés par les archives)4. Aebischer a consacré un article aux farces en patois5 et donné une édition de trois farces6. La première de ces pièces, Jehan qui de tout se mesle, est un imprimé en format agenda ; la seconde – rééditée depuis par Gérard-Zai et de Reyff7 – est manuscrite mis adopte également le format agenda ; la troisième pièce, enfin, est un dialogue imprimé qui met en scène Gautier et Martin, également en format agenda. Ce qui est en somme bien spécial, c’est qu’il y a ici des fragments de toute une collection de rôles et de pièces de théâtre tant imprimées que manuscrites, qui ont servi à la confection de reliures, ce qui prouve d’une part que quelqu’un dut voir un certain intérêt de rassembler ces textes et que, d’autre part, ils ne constituaient pour notre relieur que de vieux papiers sans intérêt.

Cet hiver encore, on a découvert à la bibliothèque Henri Conscience à Anvers des feuillets provenant d’une édition inconnue du jeu flamand de Lanseloet van Denemarken, l’un des quatre « jeux d’art » du début du XVe siècle qui constituent le premier théâtre sérieux non religieux en vernaculaire8.

Illustration 3 : deux fragments du Lanseloet van Denemarken, édition non identifiée (photo © Bibliothèque Henri Conscience).

Un fragment récemment retrouvé: une nouvelle édition de Martin de Cambrari

Nous pouvons y ajouter deux autres fragments. C’est que Dominique Coq a bien voulu nous communiquer une belle trouvaille : dans les archives départementales de la Côte-d’Or, il a trouvé deux fragments imprimés au dos d’un registre coté B 1133, qu’il a identifiés comme provenant d’une édition complètement inconnue de la farce de Martin de Cambrai.

Illustration 4 : fragment de Martin de Cambrai, archives départementales de la Côte-d’Or (photo © Dominique Coq).

Le dernier document daté dans le registre est de 1507 – soit huit ans avant que la veuve Trepperel publie la farce9 – mais nous ne savons pas la date de sa reliure, même si, en toute logique, on n’aura pas attendu plus d’une décennie pour relier ensemble ces documents. Quelques remarques formelles peuvent toutefois être formulées : nous n’avons pas, ici, la gothique bâtarde traditionnelle pour l’édition de ce type de textes, mais une lettre de forme assez générique qu’il n’est guère possible d’attribuer à un imprimeur précis. Son emploi pour un texte de farce, par contre, est assez étonnant (ce type de textes est presque systématiquement publié en bâtarde) et indique peut-être un autre public.

Illustration 5 : fragment de Martin de Cambrai, archives départementales dela Côte-d’Or (photo © Dominique Coq).

On peut constater que le texte est à peu près identique à celle de la veuve Trepperel, dont il doit être proche aussi dans le temps. La diffusion de cette farce (un exemplaire conservé sur 600 ou 700) devient, par cette découverte, plus importante (un exemplaire et deux fragments sur un tirage de 1200 ou 1400). De la manière, on comprend aussi mieux comment et pourquoi tout une série de vers de cette pièce (et l’intrigue de la première partie) se retrouveront dans la Farce du savetier Audin, imprimée entre 1532 et 1550 par Jehan Cantarel à Lyon et conservée dans le Recueil du British Museum (C 20 e.13 pièce 32)10.

Finalement, pour complaire aux philologues-bibliographes, nous donnons ici une sorte d’édition de ces fragments replacés dans le texte de la veuve Trepperel.

Premier fragment

Guillemette
Dieu [….] audire

{Le cure}
Faicte estes comme de cire
Qua[nt] je vous tien je suis bien aise

(Guillemette)
Acollés-moy que je vous [baise]

{le curé}
Vous este faicte a devis

Second fragment

Martin
Je prie a monseigneur sai[nt Denis]
{Et de paradis le Dieu
A saint Jehan et a saint Mathieu}
Et a mon parrain [saint Mart]in                            424
Saint Hubert e[t saint Mathelin]
Sai[nt Pierre, saint Pol, Nostre Dame]
Que [ on me ramaine ma femme]
Et c[hascun d’eux ara demain
Une [ chandelle de ma main]
Par ma foy je n’y [fauldray mie]

[Le curé]
Brou [hou]

[Martin]
Ha vierge [Marie]
Comment vo[us portés vous, ma femme

Mar[tin]
Vous soye la tres[bien venue]
Mais quelz gens [sont-ce qui y sont ?]

Guillomet[e]
Ce sont gens de [toutes fassons]
De cousturiers : de [boulengiers]
De chaussetiers de [cordouenniers]
Principalement sa[vetiers]                                        444

Martin
Savatiers ?

Guillemet[e]
Voir[e vr]ayement
[Je c]uide et croy cer[tainement]
Par ma foy qu’ilz y se[ront tous]
[Et] ci a tant de faulx [jaloux]
Qu’on ne les scet plu[s bouter]

Terminons par une perspective d’avenir. On a beau avoir découvert deux fragments substantiels en quelques mois (le Lancelot néerlandais et Martin de Cambray) début 2020, de telles découvertes sont rares. Elles ne devraient pourtant pas l’être. La vigilance des chercheurs, leur culture générale, et les moyens de communication modernes peuvent à l’avenir donner lieu à bien d’autres exemples de ce type, car le phénomène est sans doute bien moins isolé que l’on ne le croirait à partir de ces quelques exemples. En cela, cette note est aussi un appel à tous ceux qui travaillent dans les archives anciennes, sur les fontaines à Rennes ou le salaire de la main d’œuvre, sur le commerce des vins de Bourgogne et les horloges publiques : essayez de comprendre – au-delà de la pure documentation – ce que vous avez en main. Tout petit bout de papier risque de faire la joie d’autres chercheurs : pourquoi ne pas le leur communiquer ?

Jelle Koopmans
Université d’Amsterdam

  1. Marion Pouspin, Publier la nouvelle. Les pièces gothiques, histoire d’un nouveau média (XVe-XVIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016 []
  2. Jelle Koopmans, « L’inspiration livresque et l’inspiration théâtrale, le texte et le livre à l’époque de Rabelais », Études rabelaisiennes LVI (2017) p. 97-99. []
  3. Ferdinand Desonay, « Note sur des fragments d’une édition ancienne de Villon », Studi in onore di I Siciliano, Florence, Olschki, 1966, p. 4022-406 ; voir aussi Louis Remacle, Documents lexicaux extraits des archives scabinales de Roanne (La Gleize), 1492-1794, Paris, Belles Lettres, 1976, p. 12, 429. []
  4. Voir la description que donne Graham Runnalls, « The Medieval Actors’ Roles found in the Fribourg Archives », Pluteus 4-5 (1986-7) p. 5-67. []
  5. Paul Aebischer, « Quelques textes en patois fribourgeois », Archivum romanicum 4 (1920) p. 288-336. []
  6. Paul Aebischer, Trois farces françaises inédites trouvées à Fribourg, Paris, Champion, 1924. []
  7. Marie-Claire Gérard-Zai & Simone de Reyff, Farce de Janot dans le sac, Genève, Droz, 1990. []
  8. Une traduction française de ces pièces est en préparation et paraîtra prochainement aux Presses universitaires de Grenoble. []
  9. Jelle Koopmans, Le recueil de Florence. 53 farces imprimées à Paris vers 1515, Orléans, Paradigme, 2011, p. 563-579. []
  10. Voir l’édition donnée par André Tissier, Recueil de farces (1450-1550), tome XII, Genève, Droz, 1998, p. 109-204. []

Les « recueils » de musique : entre polysémie et éparpillement…

En écho aux contributions parues ici autour des recueils factices1 et aux travaux du projet Sammelband 15-16, je souhaite illustrer ici les divers concepts de « recueil » tels qu’ils sont utilisés dans la bibliographie musicale ancienne. En effet, ces termes sont utilisés dans des sens différents, et parfois dans le même sens mais dans des contextes différents.

Le « recueil » au sens du RISM (Répertoire international des sources musicales)

La musique partage, avec la poésie, la particularité d’avoir été éditée dans des volumes imprimés qui regroupent des œuvres de plusieurs compositeurs ou auteurs. La raison en est simple : elle utilise essentiellement des formes courtes (la chanson, le motet, l’air ou le madrigal) qui à elles seules ne suffisent pas à remplir un volume ; il est donc nécessaire d’en imprimer plusieurs à la suite (quinze, vingt, trente pièces, parfois beaucoup plus pour la poésie) pour justifier la mise en œuvre d’un volume. Quitte à les regrouper, rien n’empêche de mêler des pièces de divers compositeurs, pour deux raisons essentiellement : seuls les compositeurs les plus en vue pouvaient fournir suffisamment de pièces pour remplir un volume à eux seuls, et la variété du contenu est toujours un bon argument commercial ; elle permet à l’éditeur de poser des formules ronflantes sur ses pages de titre : de diversi autori eccellentissimi… a praestantissimis italiae musicis nuperrime concinnatae… collected together out of the best authors…

Ce type d’édition musicale est à la fois précoce et commun puisqu’on compte environ 3000 recueils parus entre 1500 et 1700, qui forment une part importante de la production (chez certains imprimeurs ce fut même le type d’édition majoritaire). À titre d’exemple, la première édition musicale recensée, le Harmonice Musices Odhecaton A de 1501, est un recueil de 96 pièces écrites par 24 compositeurs, sans parler des anonymes.

Illustration 1 : Harmonice musices Odhecaton A (Fossombrone, O. Petrucci, 1501). Bologne MIBM.

C’est le Répertoire international des sources musicales, outil indispensable aux bibliographes et bibliothécaires musicaux, qui a imposé pour ces publications le terme de recueil, ou de recueil collectif2 (on les trouve aussi nommés anthologies ou éditions de plusieurs auteurs, mais très accessoirement). La publication du premier recensement moderne de ces éditions3 a consacré ce terme ; les Allemands s’y réfèrent avec le mot Sammelwerke, les Anglais avec Collections (tous mots repris de l’introduction dudit volume). Pour les éditions d’un seul auteur, le RISM a utilisé Einzeldrücke, Monographie4 ou Individual prints pour sa série parue en 14 volumes (1971-2003).

Les recueils factices de musique

La musique a ceci de particulier que, pour être chantée ou interprétée, elle doit être lue par plusieurs personnes simultanément. Cette contrainte s’est traduite par l’usage de livres de chœur (choirbook, Chorbuch), de grands volumes in-folio devant lesquels jusqu’à six ou huit chanteurs pouvaient se tenir, ou par l’impression de parties séparées (partbook, Stimmbuch), des fascicules qui ne contiennent la musique que d’une seule partie. Dans ce cas, un livre de musique à quatre voix était donc imprimé sous forme de quatre parties séparées, et son impression requérait quatre éditions successives, mais la composition typographique était partiellement réutilisée d’une partie séparée à l’autre (le titre, les pièces liminaires, le texte sous la musique et les couplets supplémentaires sans musique changeaient peu d’un fascicule à l’autre). Si elle a un avantage évident pour les musiciens, cette pratique a plusieurs désavantages. Elle a suscité l’éparpillement des parties séparées et la perte de beaucoup d’entre elles. Hélas, il est courant de voir une édition dont le Superius est conservé à Paris, l’Altus à Madrid, le Tenor à Munich et le Bassus… nulle part. À titre d’exemple, cette notice du RISM Recueils XVIe-XVIIe siècle recense les localisations des exemplaires retrouvés d’un recueil collectif vénitien de 1569, avec le détail des parties correspondantes (S/A/T/B/5). En fait, la bibliographie musicale n’est qu’une forme sublimée du puzzle…

Pour le musicologue qui veut reconstituer cette musique et la publier, il faut disposer de toutes les parties séparées. On verra sur le site du Münchener Digitalisierungszentrum (MDZ) une ingénieuse visionneuse qui permet de consulter simultanément les quatre parties séparées d’une même édition

Cette fragmentation du livre de musique en plusieurs parties séparées fait que celles-ci sont de peu d’épaisseur et sont plus faciles à conserver lorsqu’elles sont reliées. L’habitude a été prise, dès le XVIe siècle, de relier diverses éditions (de la même partie vocale) ensemble : toutes les parties de Superius ensemble, toutes celles d’Altus ensemble, etc. C’est très souvent sous cette forme que les livres de musique sont consultables en bibliothèque ; il s’agit bien de recueils factices ou Sammelbände au sens consacré du terme (c’est-à-dire d’éditions différentes reliées ensemble), mais chaque volume ne contient qu’une partie de la musique. Le nom de la partie est souvent inscrit sur la couverture.

Le « recueil factice » de musique comme collection d’un imprimeur

Les imprimeurs-libraires en musique ont très vite édité leurs livres comme des collections numérotées (que ce soient des monographies ou des recueils). On trouve beaucoup de collections de madrigaux ainsi numérotées :

  • Il primo libro de madrigali a sei voci… di Luca Marenzio (1581)
  • Il secondo libro de madrigali a sei voci… di Luca Marenzio (1584)
  • Il terzo libro de madrigali a sei voci … di Luca Marenzio (1585)

Ces volumes sortent en général des presses du même imprimeur, peuvent y être réédités, ce qui n’empêche pas que d’autres imprimeurs les copient ou les contrefassent.

Il en est de même pour les recueils collectifs, avec par exemple les fameux Livres de chansons à quatre [et cinq] parties publiés par l’officine parisienne de Le Roy et Ballard, dont vingt-cinq volumes paraissent entre 1559 et 1585, avec de nombreuses réimpressions. La plupart des exemplaires retrouvés sont insérés dans des recueils factices de ce type. Un des plus beaux exemples que je connaisse dans ce genre est passé récemment en vente (pour 25.000 €, tout de même…), et regroupe la partie de Contratenor de ­vingt-quatre éditions de cet imprimeur, à savoir trois monographies (La Grotte, Renvoisy et Le Roy) et vingt-et-un recueils collectifs :

  • de La Grotte, Chansons de P. de Ronsard, Ph. Desportes, et autres… – Paris : Adrien Le Roy, Robert Ballard, 1575.
  •  Second [Tiers, Quatrieme, Cinqieme, Sixiesme, Setieme, Huitieme, Neufiesme, Dizieme, Unzieme, Dousieme, Tresieme, Quatorzieme, Quinzieme, Sesieme, Dixsetieme, Dixhuictieme, Dixneufieme, Vingtieme, Vinguniesme] livre de chansons composé à quatre parties de plusieurs autheurs. – Idem, 1577 [1573, 1573, 1573, 1559, 1573, 1575, 1578, 1575, 1578, 1575, 1578, 1575, 1578, 1575, 1577, 1576, 1577, 1578, 1577].
  •  Premier recueil des recueils à quatre parties, de plusieurs autheurs. – Idem,
  •  Renvoisy, Les Odes d’Anacréon mises en musique à quatre parties. – Idem, 1573.
  •  Le Roy, Premier livre de chansons en forme de vau de ville composé à quatre partie. – Idem, 1573.
Illustration 2. Vente Osenat, Paris-Fontainebleau, 29-30 juin 2019.

Voici la page de titre de la première édition :

Illustration 3. Chansons de P. de Ronsard, Ph. Desportes et autres… (Paris, Adrian
Le Roy et Robert Ballard, 1575. Vente Osenat, Paris-Fontainebleau, 29-30 juin 2019.

Encore ne s’agit-il ici que du quart de la musique, puisque les trois autres recueils pour les trois autres voix n’étaient pas proposés à la vente (mais c’eut été miraculeux). De tels recueils factices sortent donc du même atelier ; l’analyse comparée des dates de parution de chaque édition du recueil et des dates de réédition de chaque livre montre qu’ils étaient bien constitués dans la boutique avant l’achat (et qu’il ne s’agit donc pas de collections constituées par le même possesseur au fur et à mesure des parutions) ; elle permet aussi d’estimer la date de l’achat à l’année près.

Le « recueil factice » de musique comme témoin de la librairie musicale locale

Qu’on se rassure, il existe aussi des recueils factices de musique constitués avec des achats faits dans diverses officines. Un des plus riches qui existe provient d’Adriaan Scholiers [Adrianus Scholasticus], un humaniste anversois qui a fait relier sous une reliure ornementée des éditions de diverses provenances, de format in-8° oblong.

Illustration 4. Second plat de reliure du recueil de Londres, British Library, K.8.i.4. © Wikimedia commons.

Ce recueil est conservé à Londres, British Library, K.8.i.4. Il contient les parties de Bassus de :

  1.  Premier [- Second] recueil de chansons… à quatre parties. – Paris, Le Roy & Ballard, 1554 et 1555.
  2.  Premier [- Second] livre de chansonsà quatre parties. – Paris, M. Fezandat, 1556 et 1556.
  3.  Premier [- Second] livre de chansons… par bons et excellens autheurs. – Paris, N. du Chemin, 1557 et 1557.
  4.  Cl. Janequin, Verger de musique contenant… labeurs. – Paris, Le Roy & Ballard, 1559.
  5.  Le premier trophée de musique. – Lyon, R. Granjon, 1559.
  6.  B. Beaulaigue, Chansons nouvelles. – Lyon, R. Granjon, 1559
  7.  La Fleur de chansons et premier livre à quatre parties. – Anvers, T. Susato, 1552.
  8.  La Fleur de chansons et second livre à quatre parties. – Anvers, T. Susato, 1550 ?
  9.  Tiers livre contenant xxx nouvelles chansons. – Anvers, T. Susato, 1550 ?
  10.  La Fleur de chansons et quatriesme livre à quatre parties. – Anvers, T. Susato, 1550 ?
  11.  La Fleur de chansons et cincquiesme livre à trois parties. – Anvers, T. Susato, 1552.
  12.  La Fleur de chansons et sixiesme livre à trois parties. – Anvers, T. Susato, 1552 ?
  13.  Selectissimorum triciniorum… – Nuremberg, J. von Berg & U. Neuber, [1560].
  14.  P. Cler’eau, Premier livre de chansons… à trois parties. – Paris, Le Roy & Ballard, 1559.
  15.  A. Cartier, Vingt et une chansons à trois parties. – Paris, Le Roy & Ballard, 1557.
  16.  L. Bourgeois, Pseaulmes LXXXIII de David. – Lyon, G. Beringen 1554.
  17.  Cl. Janequin, Proverbes de Salomon : mis en cantiques & rime françoise… – Paris, Le Roy & Ballard, 1558.
  18.  M. Le Maistre, Catechesis numeris musicis inclusa… – Nuremberg, J. von Berg & U. Neuber, 1559.
  19.  B. Beaulaigue, Mottetz nouvellement mis en musique. – Lyon, R. Granjon, 1559

Il regroupe donc des éditions parues à Anvers, Paris, Lyon et Nuremberg, ce qui donne une idée de la vivacité de la librairie musicale anversoise dans les années 1550. De certaines de ces éditions, les autres parties sont parfois perdues, telles celles des Pseaulmes LXXXIII de Loys Bourgeois, inconnues par ailleurs.

Illustration 5. Loys Bourgeois, Pseaulmes LXXXIII de David… Lyon, G. Beringen, 1559. Londres BL : K.8.i.4 (16). Seule partie connue.

Un autre exemple de recueil factice de musique, riche et diversifié, est constitué par les recueils dits de Zuoz-Washington. Repérés à Zuoz (Grisons) depuis 1907, ces deux recueils de musique ont probablement été constitués à Utrecht par le libraire Jan Evertsen van Doorn, qui publie en 1639 un catalogue qui contient toutes les éditions contenues5 . Ils sont ensuite achetés à Amsterdam en 1707 par Balthasar Planta, qui les ramène dans son pays natal en Engadine. Du recueil Zuoz 1, seuls deux parties séparées sont encore conservées à Zuoz ; cinq autres ont été achetées en 1920 par la Library of Congress à Washington, où j’ai eu le plaisir en 1992 de les identifier comme le complément des volumes de Zuoz6 . Toutefois, il manque encore une partie (le Septimus) pour reconstituer le recueil complet. Le tableau ci-dessous résume le contenu du recueil Zuoz 1 :

Illustration 6. Constitution du recueil Zuoz 1 conservé à Zuoz, Gemeinde Archiv, et Washington, Library of Congress, M1490.L 55 Case.

Là encore, le recueil reflète toute la diversité du commerce de la musique dans les Anciens Pays-Bas au début du XVIIe siècle, où voisinaient des éditions de Paris, La Rochelle, Genève, Haarlem ou Leyde, à forte connotation protestante. Le recueil Zuoz 2 ajoute encore Anvers à cette liste.

Illustration 7. Table des matières manuscrite ajoutée dans le recueil Zuoz 1.

Le recueil Zuoz 1 contient des ajouts manuscrits d’une très belle graphie, notamment des traductions de textes français, des tables des matières et la résolution par Jan Pieterzoon Sweelinck (1562-1621), d’un canon proposé par Claude Le Jeune dans son Dodécacorde de 1598 (présent dans le recueil). À l’occasion d’une prochaine exposition consacrée au quatrième centenaire de la mort de cet organiste et compositeur, programmée à Amsterdam en 2021, les parties conservées à Zuoz et Washington seront temporairement réunies sous la même vitrine.

Illustration 8. Résolution inédite du canon de Claude Le Jeune par Jan Pieterzoon Sweelinck, dans le recueil Zuoz 1.

Laurent Guillo
(Versailles CMBV / Paris IReMus)

  1. Une winter school à l’ENSSIB autour des recueils factices de la Renaissance par Isabelle Riquet (ENSSIB). []
  2. Pour la poésie, c’est sans doute Frédéric Lachèvre qui a consacré le terme de « recueils collectifs » avec ses volumineux dépouillements, desquels sa Bibliographie des recueils collectifs de poésies publiés de 1597 à 1700 (Paris, 1901-1905, 4 vol.) n’est pas le moindre. []
  3. Recueils imprimés XVI-XVII- siècles, ouvrage publié sous la direction de François Lesure. München-Duisburg : Henle Verlag, 1960. []
  4. Ici la polysémie tourne à plein : Monographie désigne aussi un des quatre niveaux bibliographiques (m) du catalogage, ou un ouvrage qui décrit une œuvre particulière… []
  5. The Catalogus librorum musicorum of Jan Evertsen Van Doorn (Utrecht 1639), a facsimile edition with an introduction by Henri Vanhulst. – Tuurdijk, HES Publishers, 1996 (Catalogi redivivi, 9). []
  6. Voir le détail dans Laurent Guillo, « Les deux recueils de musique de Zuoz/Washington (1580-1643) : sur deux témoins de la librairie musicale néerlandaise au XVIIe siècle », Tijdschrift van de Koninklijke Vereniging voor Nederlandse Muziekgeschiedenis 46/2, 1996, p. 137-152. []

Médiéval et moderne : spiritualité et littérature entre manuscrit et imprimé dans les Pays-Bas du XVe siècle

Gerard Leeu (actif de 1477 à 1492) ne fut peut-être pas l’imprimeur le plus productif de l’époque des incunables dans les Pays-Bas, mais sa contribution au monde du livre et au paysage de la littérature spirituelle néerlandaise n’en fut pas moins importante.   Un des  premiers imprimeurs des Pays-Bas, il commença son entreprise d’imprimerie avec une édition d’un texte néerlandais du domaine religieux : un livre d’épîtres et d’évangiles (1477).1

Illustration 1: Début des Epistelen ende evangelien (Gerard Leeu, 24 mai 1477). f°. Utrecht, Bibliothèque Universitaire, THO: RAR 11-41 qu. Photo: BU Utrecht.

Même s’il se consacra de plus en plus à la production de livres en latin pour un marché international, la part de la littérature spirituelle en langue vernaculaire resta toujours importante dans son fonds. Leeu commença sa carrière à Gouda (Hollande) et s’installa à Anvers en 1484 – un choix qui nous semble aujourd’hui logique d’après ce que nous savons de l’évolution du marché du livre anversois, mais qui implique sur le moment une vision particulièrement pertinente des développements économiques futurs.2 Il est donc un imprimeur intéressant pour la recherche sur le développement des livres religieux dans le dernier quart du XVe siècle. 

La période traditionnellement considérée comme la période de transition entre le manuscrit et l’impression est en fait une époque où la production traditionnelle de livres et les nouvelles technologies coexistèrent fraternellement. Neil Rhodes et Jonathan Sawday ont effectivement qualifié le livre imprimé Au XVIe siècle de « tête de Janus », qui regarde en avant et en arrière en même temps.3 Cette caractéristique se retrouve également dans les éditions de littérature religieuse publiées par Gérard Leeu. Elles sont toutes ancrées dans la spiritualité et la littérature spirituelle médiévales, et au début certainement aussi dans la production de livres manuscrits en ce qui concerne leur apparence. Au cours de la carrière de Leeu, le développement et le raffinement de la technologie conduisirent à une distance croissante entre le manuscrit et l’imprimé.

Dans le cadre du projet « Leaving a Lasting Impression. The Impact of Incunabula on Late Medieval Spirituality, Religious Practice and Visual Culture in the Low Countries »4, j’étudie le large éventail de la littérature spirituelle que Leeu a produite entre ses premières années à Gouda et sa mort prématurée à Anvers en 1492. Leeu fut tué dans un « accident industriel » dans l’atelier. Un de ses employés, le graveur de lettres Hendrik van Symmen, voulait créer sa propre entreprise, ce que Leeu ne souhaitait pas. Ils en vinrent aux mains et Leeu mourut deux ou trois jours plus tard d’une blessure à la tête.5 Entre 1477 et 1492, Leeu publia des ouvrages connus tels que la Legenda Aurea (Passionael), mais aussi des textes qui n’avaient pas circulé dans des manuscrits auparavant et qui furent écrits ou compilés spécialement pour l’imprimerie, comme les Devote getijden van het leven Ons Heren (Heures dévotes de la vie de Notre Seigneur).6

Illustration 2: Devote getijden van het leven Ons Heren (Gerard Leeu, 1483, avant le 10 décembre). 8°. Anvers, Ruusbroecgenootschap, L.P. 20/m1099E4, fols a7v-a8r. Photo: Bibliothèque de la Ruusbroecgenootschap.

En tant qu’imprimeur, Leeu participa également à la propagation de nouvelles dévotions telles que le Rosaire et les Sept Douleurs de Marie. En étudiant la production de Leeu en relation avec la dévotion du Rosaire et en la replaçant dans son contexte historique et culturel, nous pouvons mieux apprécier le travail religieux des imprimeurs d’incunables et leur possible influence sur la culture dévotionnelle.7  Puisque peu de documents d’archives ont été conservés, ce sont les livres eux-mêmes qui doivent servir de point de départ à la recherche sur le rôle de Leeu dans la promotion et la formation des dévotions du XVe siècle.

Le rosaire du point de vue d’un imprimeur

Le 9 mars 1484, le premier livre en langue néerlandaise avec une page de titre illustrée fut publié dans l’atelier de Leeu à Gouda : Van Marien rosencransken een suuerlic boexken.8

Illustration 3: Gerard Leeu, Van Marien rosen cransken een suuerlic boexken, titelpagina (9 Mar. 1484). 8°. Leyde, Bibliothèque Universitaire, 1370 G 35, fol. [a]1r. Image: BU Leyde.

Il s’agit d’un recueil de textes relatifs à la dévotion du Rosaire qui vit le jour avec une traduction en moyen néerlandais de la dispute académique de Michel Francisci ab Insulis (1435-1502), en défense de la Fraternité du Rosaire (Quodlibet de veritate fraternitatis Rosarii). Leeu publia également une édition parallèle du texte latin.9

Illustration 4: Geertgen tot Sint-Jans, Glorification de la Vierge (1480-1490). Huile sur panneau, 27 × 21 cm (detail). Rotterdam, Musée Boijmans Van Beuningen. Image: Wikipedia Commons.

Publier le même texte en latin et en vernaculaire est l’une des caractéristiques de la stratégie éditoriale de Leeu : ce qui était intéressant pour les lettrés l’était apparemment aussi pour ceux qui ne lisaient pas le latin.10 Cependant, les éditions en vernaculaire et en latin ne se recoupent pas complètement. Leeu était conscient que les deux groupes cibles avaient des souhaits et des besoins différents. La traduction en néerlandais moyen, faite ‘op dat die leke luden die gheen Latijn en verstaen – die men veel vint – oec mogen geinformeert ende volmatelic gheleert worden in die doechden ende sonderlinghe verdienste des rosen crans’ (‘pour que les laïcs qui ne comprennent pas le latin – on en trouve beaucoup – soient également informés et entièrement éduqués sur les vertus et mérites exceptionnels des rosaires’)11 , a été imprimée dans un format plus petit (octavo au lieu de quarto) et,comme dans l’édition latine, combinée avec toutes sortes d’autres textes relatifs à la dévotion, dont les Exempla d’Alanus de Rupe. Outre la page de titre illustrée, le livret en néerlandais présente une autre innovation : il s’agit d’une des premières œuvres à paraître en format octavo. Ce format pratique devint rapidement extrêmement populaire pour les textes dévotionnels imprimés.12

L’édition néerlandaise du texte de Michael Francisci peut être considérée comme unique au niveau européen : le texte n’a été imprimé dans aucune autre langue vernaculaire.13 L’édition pourrait être liée à la Fraternité du Rosaire de Haarlem, fondée en 1478 par le prieur des Dominicains de l’époque, Jacobus Weyts (décédé en 1498). Il était une connaissance d’Alanus de Rupe et il l’aurait aidé pendant ses campagnes de sermons pour propager la dévotion du Rosaire. On ne peut pas non plus exclure une certaine ingérence de Michael Francisci lui-même dans la réalisation de l’imprimé de Leeu. Au moment de la publication du livre, il venait à peine d’être nommé vicaire général de la Congregatio Hollandiae lors d’une réunion capitulaire au monastère de Haarlem en 1483.14 Le choix de Leeu comme imprimeur est peut-être lié au fait qu’il était connu pour être un imprimeur fiable – Michael Francisci avait déjà eu des expériences négatives avec des imprimeurs qui avaient ajusté son texte sans l’en avertir. À la lumière des événements ultérieurs, le choix d’un imprimeur de Gouda n’est pas non plus surprenant : en 1494 ou plus tard, les Dominicains de Haarlem firent appel aux frères de la Vie Commune à Gouda, les Collatiebroeders, pour imprimer leurs livres de prières et de pardon.15

Illustration 5: Quodlibet de veritate fraternitatis Rosarii (Gerard Leeu, entre 1483 et le 11 juin 1484). La Haye, Bibliothèque Royale, 150 B 36. 4°. Image: Bibliothèque nationale des Pays-Bas.

Haarlem est également un contexte intéressant pour la naissance de la traduction vernaculaire unique du Quodlibet de veritate fraternitatis Rosarii. La ville est également le berceau du peintre Geertgen tot Sint-Jans (vers 1460/5-1490/5 ou 1517) qui a produit un certain nombre de tableaux faisant largement référence à la dévotion du Rosaire : l’Arbre de Jessé, la Glorification de Marie et l’Institution de la dévotion du Rosaire. Tout comme l’édition de Leeu en moyen néerlandais proposait une traduction en ‘bon néerlandais’ (‘gued Duytsch’) pour que les laïcs soient ‘parfaitement’ instruits de la doctrine du Rosaire et de la fraternité, Geertgen traduisit cette même dévotion en images.16 Les livres de Leeu et les peintures de Geertgen sont l’expression, sur différents supports, de la nature multiforme de la dévotion au Rosaire.

Texte et image

Bien que les textes dans le Van Marien rosen cransken de Leeu ne soient pas illustrés – la gravure sur bois de la page de titre est la seule image du livre – les images jouèrent un rôle important dans la pratique de la prière et de la méditation de la dévotion du Rosaire. Les lecteurs pouvaient, bien sûr, utiliser des images « externes » au livre, telles que des estampes ou des peintures. Dans cette dernière catégorie, la Glorification de Marie de Geertgens serait appropriée.17 Cependant, à la fin de l’édition de Leeu, nous trouvons une autre suggestion.  

Le livre se termine par un exemple qui raconte la vision d’un moine chartreux à Trèves (peut-être Dominique de Prusse, l’inventeur autoproclamé du Rosaire). Pendant la prière du Rosaire, il a vu plusieurs fois par jour comment Marie chantait le Rosaire avec tous les anges et les saints au moyen de méditations passionnelles, chaque fois précédées d’un joyeux « Alléluia ». En mentionnant les noms de Marie, l’assemblée baissait la tête et la mention du nom de Jésus était accompagnée d’un agenouillement. Afin de prier de la même manière que celle révélée dans la vision – qui, soit dit en passant, rappelle beaucoup la peinture de Geertgen (ill. 4) – un paragraphe séparé à la fin du Livre du Rosaire de Leeu recommande l’utilisation d’un livret spécialement imprimé à cet effet (ill. 6). Dans le livret, chaque article de la prière est accompagné d’une image : ‘so is gheprint een boexken, ende tot elke artikel is gheset een figuerken, ende dat om meerre devocie te verwecken inden ghenen diet lesen’ (‘ainsi un petit livre est imprimé, et à chaque article une petite illustration est ajoutée, afin de créer une plus grande dévotion chez ceux qui le lisent’). L’utilisation fréquente d’images rendait ce livre également utile pour ceux qui ne savaient pas lire. Il leur est conseillé ‘de dire un Ave Maria pour chaque illustration’ (‘tot elcken figuerken een Ave Maria segghen’).18

Illustration 6: Gerard Leeu, Van Marien rosen cransken een suuerlic boexken, début du texte publicitaire (9 Mar. 1484). 8°. Leyde, Bibliothèque Universitaire, 1370 G 35, fols t10r-v. Image: BU Leyde.

Cette instruction à la fin du livre de Leeu était une véritable publicité pour l’une de ses autres éditions. Il semble que ce soit un exemple précoce d’une stratégie commerciale qui fut ensuite largement adoptée par les imprimeurs au XVIIe siècle : vendre d’autres livres au moyen de publicités insérées à la fin de leurs publications.19 Leeu n’était certainement pas insensible aux stratégies de vente innovantes. De son atelier, on connaît le plus ancien prospectus illustré connu, dans lequel une nouvelle édition – bien sûr illustrée – de Melusine est annoncée.20

Le texte publicitaire à la fin du Van Marien rosen cransken montre le sens des affaires de Leeu. Les lecteurs intéressés par l’histoire et le contexte de la dévotion devaient certainement aussi être intéressés par un livre de prières avec lequel ils pourraient façonner et stimuler leur propre pratique dévotionnelle – et peut-être aussi celle de membres de leur maisonnée analphabètes. La « publicité » fait sans doute référence à une édition du Rosarium Beatae Virginis Mariae, l’un des best-sellers de Leeu. Leeu imprima ces livrets, richement gravés sur bois, au format in-16, encore plus petit – de nouveau un format de livre que Leeu introduisit aux Pays-Bas dans les années 1480.21

Illustration 7: Gerard Leeu, Rosarium Beatae Virginis Mariae, Nativité et Madonna lactans ([avant le 25 juillet] 1487). 16°. La Haye, Bibliothèque Royale, 150 F 9, fols. a7v-a8r. Image: Bibliothèque nationale des Pays-Bas.

Avant le corps du texte proprement dit, le lecteur trouvait le texte ‘Modus legendi hoc rosarium’ (‘Comment lire ce Rosaire’), avec une indication qui attribue le même rôle aux gravures sur bois que le texte publicitaire mentionné ci-dessus : ‘Habet autem quisque articulus suam propriam figuram ante oculos depictam, ut ipsa nouam semper atque nouam figuram uidenti et articulum legenti afferat deuotionem’ (‘Chaque article a ses propres images, représentées devant les yeux de sorte qu’il génère toujours une nouvelle dévotion chez quiconque regarde l’image et lit l’article’).22

Bien que l’on n’ait conservé que des éditions du Rosarium en latin, il est évident, surtout au vu du texte publicitaire placé à la fin d’une édition en moyen néerlandais, que Leeu a également commercialisé les mêmes livrets en néerlandais. Le taux de survie de ce type de brochures est très faible, ce qui rend plausible la perte d’exemplaires d’une (ou plusieurs) édition(s) néerlandophone(s) supposée(s) au fil des siècles. En outre, on connaît un exemplaire d’une édition néerlandaise ultérieure, imprimée par Willem Vorsterman à Anvers (1515).23  La publicité à la fin duVan Marien rosen cransken de Leeu suggère même que les éditions en néerlandais du Rosarium néerlandais existaient déjà à cette époque. Peut-être Leeu vit-il dans la publication du Van Marien rosen cransken un moyen de vendre encore plus de ces livrets.    

Les sept douleurs de la Vierge

Leeu mit sans doute à profit son expérience de la dévotion du Rosaire dans ses publications relatives à la dévotion aux Sept Douleurs de Marie. Celle-ci était directement inspirée et fortement influencée par la dévotion du Rosaire. L’entreprise de Leeu relie les deux dévotions et leur diffusion aux Pays-Bas. Un livret publié par Leeu en 1492, qui contient des textes et des images des Sept Douleurs, réfléchit sur le rôle des gravures sur bois d’une manière similaire à celle présentée dans les recueils autour du Rosaire :

Ende tot elc van den seuen weeden so is ghestelt een figuer bi personagen die materie daer af bewisende, op dat die deuocie te stercker ende te meerder in den menschen verwect mach warden. Ende oec op dat die leeke liden die niet lesen en konnen, die personagien aensiende, hem daer inne oec sullen mogen oefenen, want die beelden sijn der leecker luden boecken.24

[Et à chacune des sept douleurs est fixé une représentation par personnages du sujet, afin que la dévotion des gens soit toujours plus forte et plus grande. Et aussi pour que les laïcs qui ne savent pas lire – en regardant les personnages [dans les images] – puissent aussi s’y exercer, car les images sont les livres des laïcs.]

Illustration 8: Gerard Leeu, Van de seven droefheden ofte weeden O.L.V., deuxième douleur (14 juillet 1492). 8°. La Haye, Bibliothèque Royale, 150 F 21, fols. a8v-b1r. Image: Bibliothèque nationale des Pays-Bas.

Susie Speakman-Sutch et Anne-Laure Van Bruaene voient « le rôle de la presse à imprimer » en particulier dans la diffusion de la dévotion des Sept Douleurs et dans la création d’une communauté émotionnelle à orientation politique (‘emotional community’) pour soutenir la maison des Bourgogne-Habsbourg.25 Je pense cependant que le rôle proactif d’imprimeurs comme Leeu ne doit pas être sous-estimé. L’objectif politique que la dévotion atteignit par la suite n’était pas clair dès le départ et cette dévotion semble plutôt être née d’une initiative indépendante et d’une collaboration créative entre le clergé et les membres de la guilde anversoise de Saint-Luc, dans laquelle Leeu joua un rôle de premier plan.26

L’approche indépendante et commerciale de Leeu fut un facteur important dans le développement de ces deux dévotions. Ses livres ne promurent pas seulement ces dévotions, ils façonnèrent aussi la pratique de la prière et de la méditation, le rôle que les images jouaient dans cette pratique, et les images elles-mêmes – on trouve plusieurs iconographies innovantes dans les gravures sur bois de Leeu. Les productions de Leeu offraient aux personnes alphabétisées et analphabètes des « outils » pour façonner leur expérience religieuse : des textes et des images, ainsi que des conseils pour utiliser les deux. Dans la pratique religieuse, ces livres auront également interagi avec la production créative d’autres imprimeurs, ainsi qu’avec des peintres tels que Geertgen tot Sint-Jans. À son tour, Leeu utilisa les besoins des dévotionnistes pour innover et développer davantage le livre imprimé et son apparence : dans sa production de livres portant sur les dévotions mariales du quinzième siècle, on trouve la première page de titre illustrée d’une édition en néerlandais, des livres imprimés dans les « nouveaux » formats octavo et in-16, et une de premières publicités dans un livre pour d’autres livres.

Anna Dlabacova
Université de Leyde

  1. Epistolae et Evangelia [Dutch], [Gouda : Gerard Leeu], 24 mai 1477, f°. ISTC nr. ie00064700. []
  2. Koen Goudriaan, ‘Een drukker en zijn markt. Gheraert Leeu (Gouda 1477 – Antwerpen 1492/3)’, Madoc 6 (1992), 194-206. []
  3. Neil Rhodes et Jonathan Sawday, The Renaissance Computer: Knowledge Technology in the First Age of Print (Londen-New York: Routledge, 2000), 10. []
  4. Organisation pour la recherche néerlandaise NWO, Veni, projet 275-30-036, 2018-2022. []
  5. Goudriaan, ‘Een drukker en zijn markt’, 194. []
  6. Sur le dernier texte, voir Anna Dlabačová, ‘Religious Practice and Experimental Book Production: Text and Image in an Alternative Layman’s “Book of Hours” in Print and Manuscript,’ Journal of Historians of Netherlandish Art 9:2 (Summer 2017). DOI: 10.5092/jhna.2017.9.2.2. []
  7. Ce billet reprend pour partie les éléments que j’apporte dans un article à paraître en 2020: ‘Marian Devotions from a Printer’s Perspective. The Rosary, the Seven Sorrows, and Gerard Leeu (d. 1492)’, in Marian Images in Context: Doctrines, Devotions, and Cults, éd. James Clifton, Barbara Haeger, Elliott Wise. Leiden: Brill, à paraître. []
  8. Ursula Rautenberg, ‚Die Entstehung und Entwicklung des Buchtitelblatts in der Inkunabelzeit in Deutschland, den Niederlanden und Venedig – Quantitative und qualitative Studie,’ in Archiv für Geschichte des Buchwesens 62 (2008), 58, 61-3. []
  9. Michael Francisci ab Insulis, Quodlibet de veritate fraternitatis Rosarii. Add: Alanus de Rupe: Compendium psalterii Trinitatis. Epilogus psalterii. De Psalterio B.M.V. exempla, [Gouda : Gerard Leeu, entre 1483 et le 11 juin 1484], 4°. ISTC no. if00297500. Sur l’histoire éditoriale du texte, voir Henri Saffrey, ‘La fondation de la Confrérie du Rosaire à Cologne en 1475. Histoire et iconographie,’ Gutenberg-Jahrbuch 76 (2001), 143-64. []
  10. Goudriaan, ‘Een drukker en zijn markt’, 203-4. []
  11. Van Marien rosencransken, La Haye, Bibliothèque Royale, 150 E 30, fols a2v-a3v. []
  12. Rautenberg, ‘Die Entstehung,’ 61. []
  13. Bertilo de Boer, “De Souter van Alanus de Rupe,” Ons Geestelijk Erf  31 (1957), 187-204, p. 190. []
  14. Sur Michael Francisci et son rôle comme vicaire général, voir Albert de Meyer, La Congrégation de Hollande ou la Réforme Dominicaine en Territoire Bourguignon, 1465-1515 (Liège: Soledi, 1946), 326-327. []
  15. Koen Goudriaan, ‘Apostolate and Printing: The Collaciebroeders of Gouda and their Press,’ in Between Lay Piety and Academic Theology: Studies Presented to Christoph Burger on the Occasion of His 65th Birthday, éd. A.A. den Hollander, Wim Janse, Ulrike Hascher-Burger (Leiden-Boston: Brill, 2010), 442-3. []
  16. Brett Rothstein parle à propos de l’Arbre de Jessé d’un ‘exemplar of proper rosary devotion’: Bret L. Rothstein, ‘Empathy as a Type of Early Netherlandish Visual Wit,’ in Imago Exegetica. Visual Images as Exegetical Instruments, 1400-1700, éd. Walter S. Melion, James Clifton, and Michel Weemans, 189-209. (Leiden – Boston: Brill, 2014), 189-209, p. 206. []
  17. Voir Bernhard Ridderbos, ‘The Rotterdam-Edinburgh Diptych: Maria in Sole and the Devotion of the Rosary,’ in The Art of Devotion in the late Middle Ages in Europe, 1300-1500, éd. Henk van Os (Princeton: Princeton University Press, 1994), p. 155 à propos de la peinture comme ‘visual accompaniment’ pour les prières avec un rosaire. []
  18. Van Marien rosencransken, La Haye, Bibliothèque Royale, 150 E 30, fols t10r-v. []
  19. Andrew Pettegree et Arthur der Weduwen, The Bookshop of the World. Making and Trading Books in the Dutch Golden Age (New Haven – Londen: Yale University Press, 2019), 82-83. []
  20. G.J. Boekenoogen, ‘Een boekverkoopers-prospectus van Geeraert Leeu te Antwerpen (1491),’ Tijdschrift voor Boek- en Bibliotheekwezen, 3 (1905), 190-192. []
  21. Pour les gravures, voir Ina Kok, Woodcuts in Incunabula I, 183-208 (serie 76). []
  22. Rosarium Beatae Virginis Mariae, La Haye, Bibliothèque Royale, 150 F 9, fols a5v-a6r. Je remercie Rijcklof Hofman (Titus Brandsma Instituut, Radboud Universiteit Nijmegen) pour son aide à la traduction. []
  23. Maniere om te lesen Marienrosencrans [Antwerp: Willem Vorsterman, about 1515], 16°, ISTC no. im00198500. []
  24. Van de seven droefheden ofte weeden O.L.V., The Hague, Royal Library, 150 F 21, fol. a1r. []
  25. Susie Speakman Sutch et Anne-Laure van Bruaene, ‘The Seven Sorrows of the Virgin Mary: Devotional Communication and Politics in the Burgundian-Habsburg Low Countries, c. 1490-1520,’ Journal of Ecclesiastic History 61 (2010), 252-278, par exemple p. 257. []
  26. Sur le rôle des imprimeurs dans la guilde, voir par exemple Jan Van der Stock, ‘De Antwerpse Sint-Lucasgilde en de drukkers-uitgevers: ‘middeleeuws’ achterhoedegevecht of paradigma van cultureel-politieke machtsverschuivingen?’, in Boeken in de late middeleeuwen. Verslag van de Groningse Codicologendagen 1992, éd. J.M.M. Hermans and K. van der Hoek (Groningen: Egbert Forsten, 1994), 155-165. []

Libri Graeci: Les livres grecs à Paris au XVIe siècle

Les débuts de l’imprimerie grecque en France n’ont pas été faciles. François Tissard encouragea dans sa préface au Alphabetum Graecum (le premier livre en Grec à être publié en France en 1507) « tous ceux qui sont le plus disposés, studieux et désireux d’apprendre le grec » d’étudier la langue et de débarrasser la France de sa réputation de nation barbare auprès des intellectuels italiens. Cependant, ce ne fut qu’en 1530, plus de deux décennies après la lamentation de Tissard, et après l’intervention de personnages importants tels que Girolamo Aleandro et Guillaume Budé – et même, en coulisses, d’Érasme – que François Ier créa le Collège Royal. Cette décision, accompagnée par l’établissement du rôle d’imprimeur royal pour le grec en 1538, donna une base institutionnelle à la demande pour des ouvrages en grec, tant pour des textes issus de l’Antiquité que dans le domaine religieux, et confirma le soutien royal apporté à l’entreprise, donnant ainsi l’impulsion pour que Paris devienne le centre le plus important de l’imprimerie grecque au XVIe siècle.

Depuis un certain temps, j’étudie la question de l’édition et de la commercialisation des livres grecs à Paris au XVIe siècle, afin de mieux comprendre la réception de la tradition grecque (classique et non classique) en France. J’explore des questions telles que la raison d’être de la publication de ces textes, les utilisations qui en ont été faites, les personnes impliquées dans le processus et leurs programmes, la distribution et la popularité des livres, ainsi que le développement de ces tendances tout au long du XVIe siècle. Je souhaite également établir et expliquer les changements de perception des classiques grecs, les liens entre l’érudition classique et la patristique grecque, ainsi que les différents contextes dans lesquels ces classiques ont prospéré – ou ont été rejetés.

L’impression du grec était le résultat de l’intérêt humaniste pour la langue et la tradition du monde classique ; au-delà des Alpes, la diffusion de l’apprentissage et de la tradition grecque était inextricablement liée à l’impression de livres en grec. Entre 1507 et 1600, les ateliers parisiens ont publié plus de mille éditions grecques, destinées à un public français et international. Ces livres étaient soit des textes classiques, soit des textes de l’Antiquité tardive et des premiers Pères de l’Église, ou des textes religieux comme les livres de la Bible. Nombre d’entre eux ont été publiés entièrement en grec (bien que les ouvrages savants comportaient souvent une préface et/ou un commentaire en latin), ou dans des éditions bilingues grecque-latine. Les manuels utilisés dans l’enseignement étaient beaucoup plus simples, sans aucun matériel paratextuel. Certains étaient imprimés en même temps que la traduction latine, ce qui permettait aux clients d’acheter les deux ou l’un ou l’autre. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les éditions bilingues devinrent beaucoup plus courantes ; dans celles-ci, le texte grec et le texte latin étaient imprimés sur la même page, en colonnes. L’impression en grec comprenait également des aides à l’enseignement et à l’étude, notamment des « alphabets », des grammaires, des dictionnaires, etc.

La prédominance de Paris dans cette activité peut s’expliquer par son rôle central dans la publication et la vente de livres dans un marché déjà bien établi et dynamique, ainsi que par l’importance que cette ville prit en tant que centre d’apprentissage, attirant un certain nombre de chercheurs qui enseignèrent la langue, éditèrent des textes grecs et, de manière générale, promurent la culture grecque ancienne. L’impression du grec à Paris atteignit son point culminant dans les années 1536-44, un sommet clairement associé à François Ier et à son parrainage de l’apprentissage du grec. Outre la création du Collège royal et le rôle de l’imprimeur royal pour le grec, François fut également responsable de la commande des célèbres caractères grecs du roi, taillés par Claude Garamond en 1543.

Cependant, au-delà de ce parrainage spécifique, de nombreux autres imprimeurs et éditeurs furent impliqués dans le commerce des livres grecs tout au long du XVIe siècle ; cela témoigne du dynamisme du marché parisien ainsi que du lien entre la production grecque et la diffusion du savoir grec, et de la manière dont cela créa, à son tour, une demande accrue pour les livres. Nous examinerons ci-dessous deux cas d’imprimeurs/éditeurs de grec, qui mettront en évidence différents aspects relatifs au raisonnement et aux objectifs des personnes impliquées dans cette activité, à leurs réseaux, et aux contextes et caractéristiques différents de l’humanisme grec en France. L’analyse de l’activité de l’imprimeur Chrestien Wechel (c. 1495-1554) et l’activité éditoriale d’Adrien de Turnèbe (1512-1565) révélera également l’étendue des liens entre l’édition grecque et le Collège Royal. Le premier fut l’un des plus importants imprimeurs de grec dans le Paris du XVIe siècle, fournissant au collège des manuels scolaires pendant plus d’une décennie ; le second fut professeur royal de grec, et fut pendant une courte période nommé imprimeur royal de grec (1551-55).

Illustration 1: La marque de Chrétien Wechel et une lettrine utilisée par Adrien Turnèbe – BaTyR n° 2941 et 16638.

Chrétien Wechel (1495–1554)

Originaire de Herentals, près d’Anvers, Chrétien Wechel fonda son entreprise d’édition et d’impression à Paris en 1526, après avoir travaillé pour Conrad Resch (mort après 1552), dont il finit par acheter l’atelier. Wechel se spécialisa dans l’impression d’ouvrages érudits, publiant environ 500 éditions latines et plus de 150 grecques au cours de sa carrière. En revanche, il n’imprima que très peu de livres en français, environ 60 éditions, ainsi qu’une dizaine d’éditions en hébreu. La plupart de ses éditions grecques étaient destinées au marché étudiant, car environ un tiers d’entre elles étaient des livres de grammaire, de syntaxe et d’autres aides à l’apprentissage du grec. De même, nombre de ses autres éditions grecques présentent toutes les caractéristiques des manuels scolaires : elles sont entièrement imprimées en grec et ne contiennent généralement pas de matériel paratextuel ni de commentaires.

Wechel imprima de nombreuses grammaires de Nicolas Clenardus (environ 22 émissions) et de Théodore Gaza (environ 12 éditions, en entier ou en partie). Il imprima également la Syntaxis linguae Graecae de Johannes Varennius, ainsi que son travail sur les accents. Parmi les autres éditions de grammaires et d’outils pédagogiques, on peut citer la Summa Linguae Graecae d’Arnoldus Oridryus, l’Erotemata de Manuel Chrysoloras, le De quorundam verborum constructione de Constantinus Lascaris, ainsi qu’au moins sept éditions de l’Alphabeta et le traité d’Adrien Amerot sur les dialectes grecs. Parmi les autres textes utilisés pour l’enseignement, les auteurs les plus populaires publiés dans l’original parmi les publications de Wechel sont Lucian (23 éditions d’ouvrages pour la plupart individuels), Aristote (14 éditions, représentant 9 titres), Isocrate (8 éditions, dont trois de son oraison Ad Demonicum), Démosthène (6) et Homère (de nombreuses éditions de l’Iliade en partie, une partie de l’Odyssée, ainsi que la pseudo-Homérique Batrachomyomachie). Wechel imprima également les traités rhétoriques d’Hermogène, Thucydide (2), Aristophane (4), Plutarque et pseudo-Plutarque (5), Xénophon, une sélection des œuvres de Platon, dont le Timée, la Symposion, ainsi que les Épîtres pseudo-platoniciennes et Axiochus, Hippocrate et Galien (3). Il ressort assez clairement de cette liste que les publications de Wechel comprenaient les textes-clés pour l’enseignement du grec, ainsi qu’un certain nombre d’autres sujets.

Illustration 2 : Le catalogue de Wechel de 1542-43; reproduit dans Conrad Gessner, Pandectarum sive partitionum universalium, libri XXI, Zürich : Christoph Froschauer, 1548, USTC 682395; Zentralbibliothek Zürich 5.13,2.

Des informations supplémentaires concernant les publications de Wechel et le public auquel il s’adresse figurent dans ses catalogues de vente, qui indiquent que Wechel fournit des livres pour un certain nombre de facultés. Ainsi, les trois premières sections de ses catalogues correspondent au trivium médiéval avec des livres sur la grammaire, la logique et la rhétorique, tandis que nous trouvons également des livres grecs dans les catégories Historica, Poetica, Moralia, Physica et Mathematica, Theologica, Legalia et Medica. Outre les titres évidents, la section sur la grammaire comprend les dialogues de Lucien, ce qui montre que les œuvres de Lucien étaient utilisées comme manuels pour l’enseignement des langues et de la grammaire. Dans la catégorie Orationes, et Similis Argumenti, qui suit la catégorie « rhétorique », on trouve, parmi les textes d’orateurs anciens, une édition des oraisons du premier livre d’histoire de Thucydide, ainsi que – peut-être moins attendu – le sermon de Grégoire de Nazianze contre l’empereur Julien, une édition des lettres de Guillaume Budé, ainsi que l’Exhortatio ad Bonas Artes de Galien. Le De liberis instituendis de Plutarque, la Tabula de pseudo-Cebes ainsi que la collection Aurea Pythagorae Carmina sont répertoriés sous Moralia, tandis que le catalogue de Wechel de 1544 comprend également la traduction de Gaza du De Senectute de Cicéron. Sous la rubrique théologie, Wechel commercialise des ouvrages tels que la Missa Graecolatina de Jean Chrysostome, un livre d’heures, l’Épître de Saint-Paul aux Romains, ainsi que le petit (mais très populaire) traité de Chrysostome, De orando Deum, et le De Resurrectione mortuorum d’Athénagoras.

Illustration 3 : Index Librorum Omniumquos suis typis excudit Christianus Wechelus imprimé à Paris en 1544; Edinburgh University Library, De.10.1 (6)
Illustration 4 : la section Legalia du catalogue.

D’après les titres publiés, les trois années les plus productives pour Wechel (également pour ses publications grecques) furent 1538, 1536 et 1531, dates qui coïncident avec les premières années de fonctionnement du Collège royal. Nous pouvons identifier certains des liens entre Wechel et le Collège grâce aux annotations contemporaines faites sur les exemplaires des éditions de Wechel. Celles-ci nous permettent d’établir que pendant une dizaine d’années, jusqu’en 1540 environ, il imprima un certain nombre d’ouvrages sur lesquels le professeur de grec, Jacques Toussaint, enseignait. Ainsi, les annotations témoignent de l’ordre dans lequel Toussaint donna des conférences sur certains auteurs et textes. Par exemple, en 1537, il donna des conférences sur l’Ad Glauconem de Galien, en 1538 sur De Hero et Leandro et Sententiae de Μusaeus, puis le premier livre d’Histoires d’Hérodote, et les premiers livres de la Cyropédie de Xénophon. Ces livres furent tous imprimés dans le même ordre et la même année par Wechel. Ce lien jette une lumière différente sur les publications de Wechel, car il devient évident que sa production était spécifiquement adaptée aux besoins de l’institution d’enseignement, et nous donne des indications utiles sur le programme d’études du Collège et sur l’éventail des textes grecs auxquels les étudiants étaient exposés.

L’activité d’imprimerie grecque de Wechel et ses liens avec le Collège Royal suscitèrent également une certaine méfiance. Deux baisses importantes de sa production grecque (1533/1534 et 1545) peuvent être liées à l’enquête ordonnée par la Faculté de théologie de Paris concernant l’enseignement des langues anciennes, et à la publication des Articles de foi, ainsi que du catalogue des livres interdits de la Faculté. Ces deux baisses reflètent les circonstances contemporaines et la réaction de Wechel face à l’inquiétude que suscitaient les œuvres grecques et l’enseignement de cette langue. Il est permis de se demander si Wechel lui-même était attiré par l’une des doctrines ou tendances que la Sorbonne tentait de réprimer – son intérêt pour le grec n’était peut-être pas purement dû à ses affaires avec le Collège et il est bien possible qu’il ait été attiré par les idées réformistes.

Adrien de Turnèbe (1512-1565)

Nous pouvons apprécier différents aspects de l’impression et de l’apprentissage du grec à travers la deuxième étude de cas à examiner, celle d’Adrien de Turnèbe. Turnèbe incarne le lien entre la production grecque à Paris et le Collège à travers le double titre de « professeur » et d’« imprimeur » qu’il détenait (même si la responsabilité de l’impression des ouvrages sous son nom revenait à Guillaume Morel, son successeur en tant qu’imprimeur royal). Ce double rôle exceptionnel lui permit non seulement de publier les textes pédagogiques qu’il enseignait, mais aussi de mettre en avant son agenda intellectuel spécifique. Ses publications révèlent l’intérêt que Turnèbe portait à l’aspect philosophique de l’humanisme grec, et en particulier à un courant de syncrétisme et/ou de néoplatonisme.

Au cours des années 1551-55, il fut responsable d’une vingtaine d’éditions grecques, dont deux folios. Il s’attacha à publier des documents qui n’étaient pas encore parus (certains provenant de manuscrits de la bibliothèque royale) et à proposer des versions améliorées des éditions précédentes. Il publia également un certain nombre de livres qui peuvent être liés à l’enseignement, tels que l’Enchiridion de Metris et Poemate de Hephaestion Alexandrinus, une édition des Sententiae, les tragédies de Sophocle, l’Iliade d’Homère, De piscatu et De Venatione d’Oppianus, ainsi que l’Éthique à Nicomaque d’Aristote (deux fois, la deuxième fois avec une traduction latine).

Illustration 5 : Aristote, Ἠθικῶν Νικομαχείων Βιβλία Ι’. De moribus ad Nicomachum libri decem, Paris : Guillaume Morel pour Adrien Turnèbe, 1555, USTC 151695; Christ Church College, Oxford, AD 2-15.

Un récit contemporain révèle cependant de manière désobligeante que Turnèbe avait « moins prêté attention à l’enseignement du grec », proposant « d’expliquer plutôt le Timée de Platon »1 . En effet, de nombreux textes publiés sous le nom de Turnèbe révèlent que son intention était de souligner la compatibilité et la continuité entre la philosophie païenne et le christianisme. La clef de ce lien était Platon, qui, selon Turnèbe, était supérieur à Aristote, puisque c’était Platon qui s’était lancé dans une véritable enquête métaphysique. Turnèbe souligna la signification spécifique du philosophe en se concentrant sur les deux dialogues qui « attestent » la croyance de Platon en la création et l’immortalité de l’âme : le Timée (sur lequel il écrivit une introduction, publiée à titre posthume) et le Phèdre (qu’il publia avec la traduction de Ficino, USTC 151368). Dans la préface de son édition du Phèdre, il affirme que la philosophie doit toujours servir de support à la religion2 .

Trois autres ouvrages qu’il imprima ou édita faisaient également référence au Timée : De Procreatione animi in Timaeo Platonis de Plutarque, qu’il imprima en traduction latine en 1552 (USTC 199459) et dont il prépara le texte original grec pour Morel la même année (USTC 160460). Les deux autres sont la traduction par Turnèbe du De Fato de Plutarque (qui fut plus tard inclus dans son Opera Omnia), ainsi que l’édition et la traduction du De primo frigido de Plutarque (USTC 151181, se référant aux deux éditions). De plus, Turnèbe enseigna et publia des ouvrages et des auteurs faisant le lien entre les courants philosophiques considérés comme antérieurs à Platon (par exemple Hermès Trismégiste) et les premiers apologistes chrétiens ainsi que les Pères de l’Église orientale, selon les grandes lignes de la notion de « théologie ancienne » de Ficino.

Illustration 6 : Hermes Trismegistus, Ποιμάνδρης. Ἀσκληπιοῦ Ὅροι πρὸς Ἄμμωνα βασιλέα. Poemander, seu De potestate ac sapientia divina. Aesculapii definitiones ad Ammonem regem, Paris : Guillaume Morel pour Adrien Turnèbe, 1554, USTC 151542; Leiden University Library, 180 D 19.

Ainsi, Turnèbe publia l’editio princeps des Poimadres en grec (l’ une des deux seules publiées au cours du siècle), parallèlement à la traduction de Ficino (USTC 151542). La lettre préparatoire de l’édition soulignait les similitudes entre les textes hermétiques et le christianisme en se référant à la prédication d’Hermès sur l’existence d’un Dieu unique, le Père, qui était aussi le Créateur, et sur la grandeur de sa sagesse et de sa providence. Cette ligne de pensée continua avec la vaste et belle édition des œuvres de Philon d’Alexandrie (USTC 151178), un auteur que Ficino avait identifié comme un commentateur important du Timée de Platon.  Selon Turnèbe, Philon avait réussi à réconcilier la théologie et la philosophie, qui étaient plus des sœurs que des parentes3 . En participant à la fois à la culture hellénique et juive, Philo réussit à fusionner la théologie et la philosophie4 . Turnèbe souligna les liens entre Philon et Platon en citant un dicton grec qui dit que « Platon a philonisé et Philon a platonisé »5 . L’édition folio des œuvres de Synesius de Cyrène (USTC 151391) peut être placée dans un contexte similaire. Synesius, un théologien grec avec de fortes connotations néoplatoniciennes qui incarnait le syncrétisme de l’Antiquité tardive, fut inclus par Joachim Périon dans son édition des œuvres de l’apologiste chrétien Justin Martyr comme l’un des théologiens grecs dont on pensait qu’ils servaient dans la « préparation et la démonstration évangéliques », aux côtés de Philon et Justin Martyr6 .

Ainsi, le cas de Turnèbe met en lumière d’autres aspects de l’apprentissage du grec et son lien avec l’imprimerie. Grâce à l’ensemble des ouvrages qu’il avait choisi de publier et sur lesquels il donna des cours, il diffusa une approche spécifique de l’apprentissage du grec et influença une génération d’étudiants assistant à ses cours, qui à leur tour influencèrent le marché du livre. La popularité des œuvres de Platon (en grec, en latin et en français) à Paris pendant les décennies où il a enseigné ainsi que juste après, est révélatrice à cet égard. Dans sa préface aux œuvres de Philon, Turnèbe montrait qu’il était conscient que « cette œuvre » bénéficierait au « monde entier », puisque Paris était un centre cosmopolite de connaissances et d’enseignements. Wechel et lui jouèrent tous deux un rôle important dans l’apprentissage et l’impression du grec, ainsi que dans les opinions (plus ou moins spécifiques) sur l’utilité de la langue et de la culture grecques. Comme le montrent ces deux cas, l’examen de l’impression des livres grecs dans le Paris du XVIe siècle révèle les liens étroits avec les institutions éducatives qui stimulèrent la demande de ces livres. Il donne un aperçu de la diffusion de l’humanisme grec en France et révèle les diverses finalités qu’il servit, qu’elles soient linguistiques, religieuses ou philosophiques. 

Natasha Constantinidou 
Université de Chypre


 

  1. Petrus Ramus et Omer Talon, Collectaneae praefationes, epistolae, orationes, Paris : Denis Duval, 1577, cité dans John Lewis, Adrien Turnèbe (1512–1565): A Humanist Observed, Genève : Droz, 1998, p. 57, n. 36. []
  2. Adrien Turnèbe, In Phaedonem Platonis De animorum immortalitate praefatio nunc primum luce donata, Paris: Fédéric Morel, 1595 (USTC 199119); reprinted in Adrien Turnèbe, Opera, Strasbourg: Lazarus Zetzner, 1600, (USTC 701371) III, p. 49. []
  3. Philo Judaeus, Εἰς τὰ τοῦ Μωσέως κοσμοποιητικά, ἱστορικά, νομοθετικά, τοῦ αὐτοῦ μονόβιβλα. … In libros Mosis De Mundi opificio, historicos, De legibus, eiusdem libri singulares, Ex Bibliotheca Regia, Regiis Typis. Ex privilegio Regis, Paris: ex Officina Adriani Turnebi typographi Regii, 1552; USTC 151178, α iiv: ‘τήν τε θεολογίαν καί τήν φιλοσοφίαν, ἀλλά συγγενεις ἤ μάλλον εἰπεῖν ἀδελφάς οὔσας…’. []
  4. Φίλωνος Ἰουδαίου εἰς τά τοῦ Μωσέως, sig. α iiv : ‘…ἑλληνἰζων ἅμα καί ἰουδαΐζων, φιλοσοφῶντε καί θεολογῶν’. []
  5. Φίλωνος Ἰουδαίου εἰς τά τοῦ Μωσέως, sig. α iiv: ‘ὥστε παροιμιασθήναι ἤ Πλάτωνα Φιλωνίζειν ἤ Φίλωνα Πλατωνίζειν’; Jérôme (De vir. ill. 11) et plusieurs autres Pères grecs citèrent cet adage. []
  6. Joachim Périon dans l’édition des Opera Omnia du philosophe et apologiste chrétien Justin Martyr. Justinus Martyr, Opera Omnia, Paris: Jacques du Puys, 1554, USTC 151619, cité dans La France des Humanistes. Hellénistes I, p. 413. []

Des pois, des rossignols et des livres : à la découverte des archives de la BnF

Anne Leblay-Kinoshita est conservatrice du patrimoine en archives, et depuis 2016 responsable de la mission Archives de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Son billet nous propose de découvrir un service essentiel pour la mémoire de la BnF ainsi que pour l’aide aux recherches sur l’histoire de cette bibliothèque.

La mission pour la gestion de la production documentaire et des archives est créée sous cette forme en 2004, sur la volonté du président Jean-Noël Jeanneney, historien de formation, et de la directrice générale Agnès Saal, administratrice. Le titre se veut pédagogique, pour souligner les deux axes de la mission, le records management et le traitement des archives historiques.

Cette mission s’appuie sur une petite équipe composée de deux archivistes et de deux magasiniers. Catherine Dhérent, conservatrice du patrimoine recrutée en 2004, est la première professionnelle des archives nommée à la Bibliothèque. Elle pilote notamment, en lien avec les services informatiques, la mise en place d’un outil de gestion électronique des documents. Son successeur en 2009, Aurélien Conraux, met en œuvre un ambitieux programme de classement et de numérisation des archives de l’agence des travaux d’architecture de la Bibliothèque, en particulier des plans d’architecture du quadrilatère Richelieu, indispensables dans le cadre de la rénovation du site.

Les archives de la BnF sont le reflet d’une histoire ancienne et mouvante. Le premier inventaire des livres, daté de 1518, est conservé à la Bibliothèque nationale d’Autriche. Le suivant, daté de 1544, est conservé au département des Manuscrits. D’autres documents sont conservés aux Archives nationales. Les archives de l’Ancien Régime ainsi que la plupart des archives couvrant la fin du XVIIIe siècle et le XIXe siècle, dites « Archives modernes », sont conservées par le département des Manuscrits. Les outils de travail des bibliothécaires du XVIIe siècle au début du XXe siècle (catalogues anciens, registres de dons et d’acquisitions, registres d’emprunteurs…) sont conservés par le département Littérature et art.

La mission archives, située sur le site François-Mitterrand, conserve des fonds et collections divers représentant environ 7 km linéaires, remontant pour l’essentiel à la fin du XIXe siècle. Elle a hérité des archives de plusieurs structures selon une chronologie différente. Elle conserve ainsi les archives de l’administration centrale (secrétariat général, administration générale puis direction générale) et les archives administratives (dossiers de personnel, archives comptables, etc.) de la Bibliothèque nationale puis de la BnF.

Illustration 1 : En écho au billet sur les livres licencieux de la semaine précédente, une note adressée au secrétaire général de la Bibliothèque nationale en 1951 signale une descente de police dans une librairie vendant des ouvrages érotiques (cote : BnF, archives institutionnelles, E 191b10).

Elle conserve également des archives de l’association pour une Bibliothèque de France puis de l’EPBF (établissement public pour une bibliothèque de France) chargés du projet de définition et de construction de la « nouvelle bibliothèque ».

La mission accueille également une partie des archives des départements des collections. C’est le cas des archives du département des Monnaies, médailles et antiques, qui remontent au XVIIe siècle, très consultées, ou des archives du département des Cartes et plans qui remontent au début du XIXe siècle. Le versement des archives du département de la Musique est également envisagé à l’occasion de son départ du site Louvois. En revanche, le département des Manuscrits n’a pas versé ses archives à la mission, car il a sa propre tradition archivistique, de même que le département des Estampes et photographies pour sa partie la plus ancienne (jusqu’au milieu du XXe siècle). Dans les deux cas, ces fonds ont déjà été décrits, cotés et les notices figurent dans les catalogues de la BnF.

Sans être exhaustif, on peut également citer les fonds suivants conservés à la mission archives, tous n’étant toutefois pas inventoriés : registres et déclarations de dépôt légal, dossiers d’exposition depuis 1924, demandes d’autorisation d’accès à la Bibliothèque nationale (1868-1924), archives de l’agence des travaux de la Bibliothèque nationale (XIXe-XXe siècles), reportages photographiques (fin XIXe siècle-2005) (non classés), archives de l’association La Joie par les livres (1962-2008)…

Illustration 2 : Extrait du registre du dépôt légal indochinois de 1926 (cote : BnF, archives institutionnelles, 2005/019/003).

Au quotidien le travail des archivistes est d’accompagner les services pour sélectionner les documents à verser, s’assurer des conditions de conservation des archives, signaler et décrire les fonds conservés, répondre aux demandes de communication (environ 700 dossiers ou boîtes par an), aux demandes de recherches internes et externes (en moyenne 150 par an) et de reproduction (un peu plus de 1000 vues par an). Les recherches portent par exemple sur la provenance ou les restaurations d’un manuscrit, l’histoire des expositions ou du public. Elles peuvent également avoir un caractère administratif : recherches d’anciens certificats d’exportation, de contrats…

Le défi est de parvenir à mener de front toutes ces tâches en répondant rapidement et de façon pertinente aux collègues comme au public, tout en veillant au respect de la loi. La communicabilité des archives est en effet définie par le Code du patrimoine qui prévoit par exemple un délai de cinquante ans avant de communiquer une pièce ou un dossier susceptible de porter atteinte à la protection de la vie privée ou de vingt-cinq ans pour protéger le secret des affaires. Avant toute communication, les archivistes doivent donc analyser demandes et dossiers afin de respecter ces modalités de communication. Il n’est pas rare par exemple de trouver dans les dossiers d’expositions des mentions relatives aux prêteurs et à leurs collections, qui constituent évidemment des informations protégées.

Le travail sur les instruments de recherche d’archives a beaucoup évolué depuis les années 2010. Les archivistes rétroconvertissent ou mettent désormais en ligne les inventaires dans le catalogue BnF archives et manuscrits qui est relayé depuis 2019 par le portail national des archives francearchives.fr et le portail européen des archives. Une fois les fonds inventoriés, ils peuvent faire l’objet d’une numérisation s’ils sont librement communicables. Toutefois, la priorité reste actuellement le classement et la conservation des archives pour assurer la pérennité des collections et améliorer le signalement encore très limité. On estime en effet qu’à peine 10% du volume des fonds conservés en magasin est actuellement signalé au catalogue.

Dans les actualités récentes de la mission, on peut évoquer des chantiers de nature différente. La mission a par exemple commencé à collecter des messageries électroniques en 2018 mais un gros travail d’instruction doit encore être mené pour trouver la solution de préservation la plus adéquate. À l’heure de la dématérialisation, la mission continue également à accueillir des versements d’archives papier « traditionnels » dont certains révèlent des pans méconnus de l’activité de la Bibliothèque. Au début de l’année 2020 est ainsi entré un versement des archives du secteur polonais, créé en 1951, en pleine Guerre froide, qui évoque les modalités de définition et de catalogage des collections polonaises et des « Polonia » – en lien avec la diaspora polonaise – ainsi que la mise en place d’une politique d’échange avec les bibliothèques d’Europe centrale et de l’Est grâce aux exemplaires supplémentaires du dépôt légal.

Illustration 3 : Extrait du rapport d’activité du service polonais de la Bibliothèque nationale de 1954 (cote : BnF, archives institutionnelles, 2019/038/002).

À l’autre bout de la chaîne archivistique, la mission archives a achevé en début d’année le classement et l’inventaire des archives du secrétariat général de la Bibliothèque concernant la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle dit fonds Mortreuil (cote : 2005/028). Le fonds avait connu quelques vicissitudes avec plusieurs phases de traitement depuis la Seconde guerre mondiale, sans respect des principes archivistiques tels que le principe de provenance, ainsi que des déménagements successifs. L’inventaire récemment mis en ligne sur le catalogue BnF archives et manuscrits est donc en partie inédit. Ce fonds est d’une grande richesse et parmi les multiples éclairages qu’il apporte sur l’histoire de la bibliothèque on peut notamment évoquer l’évolution du rôle des bibliothèques elles-mêmes. Comme l’a rappelé Emmanuelle Bermès dans la thèse qu’elle vient de soutenir1, les bibliothèques avaient jusqu’à la fin du XXe siècle la maîtrise de l’espace physique et technique où le document était accessible. Elles étaient identifiées comme le lieu où l’on venait chercher une information de référence – on songe à ces films américains où le héros se rend à la bibliothèque pour retrouver une information – mais également, comme le montre ce fonds, un service que l’on n’hésitait pas à solliciter par correspondance pour des demandes de toute nature. La mission conserve par exemple une lettre de 1906 contenant « en pièce jointe » une fève et un pois chiche…

Illustration 4 : Courrier de 1906 dans lequel le demandeur qui projette d’écrire un ouvrage sur la cuisine orientale souhaite en savoir davantage sur la bibliographie existante autour des fèves et des pois chiches. La lettre est accompagnée de deux enveloppes, l’une contenant un pois chiche et l’autre une fève (cote : BnF, archives institutionnelles, 2005/028/241).

Les publics étaient alors très variés, comme on s’en aperçoit également en consultant les registres d’accréditation ou les cartes de lecteurs. Outre les professions intellectuelles auxquelles on songe plus volontiers, on rencontre ainsi des artisans qui consultent de la littérature technique, des couturières qui viennent chercher des patrons…

Illustration 5 : double d’une carte de lecteur des années 1950 (BnF, archives institutionnelles).

En plus du travail courant, les archivistes de la mission s’engagent dans des projets de recherche qui permettent à la fois de traiter les fonds et d’améliorer la connaissance de l’institution. Dans le cadre du plan quadriennal de recherche 2020-2023, la mission a ainsi démarré avec le département des Cartes et plans un projet intitulé « la Bibliothèque nationale sous l’Occupation », avec le soutien des Archives nationales et de l’Institut national d’histoire de l’art. Dans ce cadre, la mission lancera d’ici quelques semaines une procédure de recrutement d’un assistant de recherche.

Le projet s’appuie sur la situation décrite par Martine Poulain2 qui évoque l’histoire des bibliothèques sous l’Occupation et le rôle particulier joué par la Bibliothèque nationale, notamment avec la figure de son administrateur d’alors, Bernard Faÿ. Cette histoire rencontre de multiples problématiques telles que l’histoire des provenances et des spoliations, mais elle constitue plus globalement un point de rencontre entre l’histoire des collections, l’histoire institutionnelle et l’histoire des archives elles-mêmes… En effet jusqu’en 1943 les documents jugés précieux étaient conservés au département des Manuscrits, le reste, qualifié de « rossignols », étant voué à la destruction ou destiné aux Archives nationales.

Illustration 6 : Note du 27 juillet 1929 relative au traitement des « rossignols » (cote : BnF, archives institutionnelles, A 39).

Thérèse Kleindienst, bibliothécaire, est alors recrutée sur un poste d’archiviste auprès du secrétariat général. Elle marque de son empreinte la bibliothèque tant par son parcours au sein de l’institution – elle devient la première femme secrétaire générale en 1963 jusqu’à son départ à la retraite en 1984 – que par les méthodes de classement qu’elle met en œuvre. Elle crée en effet un immense fichier alphabétique où les fiches renvoient à des rubriques d’un vaste plan de classement. Ce classement par entrées thématiques, sans inventaire, oblige, aujourd’hui encore, à aller voir chaque document ou dossier physique pour comprendre ce qu’il contient réellement. Ce système semble aussi occulter certains aspects sensibles de l’histoire de la bibliothèque, à l’instar de l’existence du centre d’histoire contemporaine, créé en 1941 et liquidé en 1947.

Illustration 7 : inventaire des « documents » et livres de l’Association républicaine des anciens combattants saisis dans le cadre de la dissolution des organisations communistes en 1939 et remis au centre d’histoire contemporaine de la Bibliothèque nationale en 1943 (ancienne cote : BnF, archives institutionnelles, A 48/f7/39, en cours de reclassement).

Le projet est donc d’inventorier selon les principes archivistiques actuels tout ce qui concerne la période de la Seconde Guerre mondiale, tout en respectant les choix archivistiques de l’époque, et de faire dialoguer ces archives institutionnelles avec les instruments de travail des bibliothécaires, à l’instar des registres d’entrées. L’histoire des archives de la bibliothèque rejoint donc l’histoire d’une institution culturelle sous l’Occupation, interroge le rôle intellectuel de la bibliothèque par rapport au monde de l’édition et s’inscrit dans une histoire des spoliations et des provenances très actuelle.

Ce rapport à la mémoire est d’ailleurs interrogé dans le projet « ProMéTEUS » pour « Protéger la mémoire de la Nation » du temps de l’Occupation, études et usages « (1940-1994), sélectionné par le Labex Les Passés dans le Présent dans le cadre de son appel à préfiguration pour 2020. Ce projet a pour objet d’interroger dans une perspective comparative et complémentaire l’histoire et le fonctionnement des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale ainsi que d’examiner comment les enjeux mémoriels de l’après-guerre ont pu dicter les pratiques des professionnels du patrimoine écrit.

Illustration 8 : implantation des collections évacués dans le donjon du château d’Ussé (Indre-et-Loire) en 1939. La documentation des mouvements de collections, la tenue de journaux « sanitaires » des collections constituent encore aujourd’hui des informations précieuses pour l’histoire de la conservation (cote : BnF, archives institutionnelles, 2006/086/001).

À travers ces exemples, on voit comment des problèmes qu’on pourrait qualifier de techniques, puisqu’il est d’abord question de description archivistique, s’inscrivent dans des enjeux institutionnels beaucoup plus larges.

Anne Leblay-Kinoshita
Bibliothèque nationale de France

  1. Emmanuelle Bermès, Le numérique en bibliothèque : naissance d’un patrimoine. L’exemple de la Bibliothèque nationale de France (1997-2019), École nationale des chartes, 2020, vol. 1, p.15. []
  2. Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008. []

Curieux mélanges : les fausses pistes chronologiques d’éditions de livres licencieux

Les livres joyeux qui connurent une production importante au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, parodies de textes sérieux tels que sermons, ordonnances ou pronostications, font partie de ces livres souvent voués à la destruction assez rapidement après avoir été imprimés, du fait de leur petit format, de la forte manipulation à laquelle ils devaient être soumis, et du peu de prestige des textes qu’ils contenaient, destinés à une lecture de loisir. Lorsqu’on travaille sur ce corpus, on trouve rarement plus d’un exemplaire d’une édition joyeuse, et plus souvent encore on doit se contenter de mentions frustrantes, qui évoquent l’existence ancienne d’éditions désormais perdues ou en tout cas introuvables dans les bibliothèques publiques. Or, en suivant la trace de rééditions de textes obscènes tels que la Pronostication des cons sauvages (première édition répertoriée : s.n., s.l. [Lyon], vers 1520, USTC 79223) ou la Source du gros fessier des nourrices (première édition répertoriée : Rouen : Jean L’Homme pour Yves Gomont, vers 1550, USTC 89764), je me trouvai face à un problème inattendu: la mise au jour d’une profusion d’exemplaires d’éditions du début du XVIIe siècle.

Illustration 1 : page de titre de la Source du gros fessier, édition Gomont.

C’est du moins ce qui ressortait d’une recherche avec les outils bibliographiques les plus usuels, qu’il s’agisse des catalogues de bibliothèques ou des méta-bases de données comme le Universal Short Title Catalogue (USTC). Brunet, dans son Manuel du libraire, dit ainsi d’un Procez et amples examinations sur la vie de Caresme-Prenant… traduit de l’italien, s.n., Paris, 1605 :

Cette édition originale est fort rare ; mais il y a une réimpression sous la même date, laquelle est ordinairement accompagnée des pièces suivantes aussi réimprimées : Traicte de mariage entre Julian Peoger, Lyon, 1611 – La copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame…, Paris, 1609 – La raison pourquoy les femmes ne portent barbe au mention, Paris, 1601 – La source du gros fessier des nourrices… avec la complainte de monsieur le cul contre les inventeurs de vertugalles, Rouen – la source et origine des c… sauvaiges…, Lyon, 1610 – La grande et veritable prognostication des c… sauvaiges…Sermon joyeux d’un depucelleur de nourrices, in-8. Ces huit pièces ainsi réunies sont recherchées à cause de la singularité de leurs titres1.

Brunet mentionne encore qu’il existe une réimpression datant d’une quinzaine d’années avant l’impression de son Manuel, qui entre bien dans la lignée des éditions de littérature joyeuse du XVIe siècle qui fleurirent au début du XIXe siècle. Il ne donne aucune précision concernant la date de la première réimpression citée, mais c’est bien là un détail qui met la puce à l’oreille. Vu la rareté aujourd’hui, et dès le XIXe siècle (et même avant), des exemplaires des éditions de texte joyeux du début du XVIIe siècle, il est impossible d’envisager l’existence de plusieurs volumes qui rassembleraient un exemplaire du Procez produit à cette époque et mis en recueil avec des exemplaires d’une série d’autres éditions de la même période.  

Illustration 2 : le signalement des éditions dans le catalogue de la BnF, pour la recherche des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

C’est en allant consulter ces éditions, présentes notamment à la Bibliothèque nationale de France en nombreux exemplaires, souvent dans des volumes disparates assemblant certains mais pas nécessairement tous ces titres ensemble, et dans un ordre variable, que l’on comprend ce que Brunet omit de signaler à propos de ces réimpressions. L’aspect du papier, de la typographie, de l’impression des caractères, les lettrines, bandeaux et culs de lampe utilisés ne laissent pas place au doute : toutes ces éditions datées du début du XVIIe siècle sont en fait des éditions de la fin du XVIIIe siècle.

Illustration 3 : page de titre d’une des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

Non datées ni signées, sans introduction ni aucun autre paratexte qui pourrait indiquer qu’elles sont des éditions postérieures aux premières années du XVIIe siècle, elles proposent parfois une tentative de mise en page qui imite bien les pages de titre de ces années – mais ce n’est même pas toujours le cas, comme en témoigne la page de titre du Procez de Caresme-Prenant ci-dessus, caractéristique du XVIIIe siècle, ainsi que, ici ou là, l’ajout de gravures licencieuses typiques des parutions libertines des Lumières.

Illustration 4 : Page de titre interne de la Source du gros fessier des nourrices, pourvue d’une gravure obscène, à la suite du texte de la Pronostication des cons sauvages.

C’est pourtant le plus souvent la date affichée sur l’édition qui est celle reprise par les catalogues des bibliothèques, ce qui crée la confusion pour les chercheurs travaillant sur ces textes, en créant un corpus fantôme de multiples éditions qui semblent avoir été produites dans les premières années du XVIIe siècle.

Dater précisément ces éditions, au-delà d’une estimation générale vers la fin du XVIIIe siècle, reste cependant difficile, en l’état de tout indice bibliographique précis. Vu la foison d’exemplaires que l’on trouve au gré de la recherche, il est probable d’ailleurs qu’il existe plusieurs éditions d’un même titre, concurrentes peut-être, ou au contraire rééditions par le même libraire face au succès probable de la vente sous le manteau de ces textes scabreux, qui ont valu à un certain nombre de ces livres de se retrouver classés sous la cote ENFER de la BnF2. Il faudrait procéder à une enquête approfondie sur certains bandeaux et culs-de-lampe pour les associer à des imprimeurs répertoriés pour la période.

Dans un cas que j’ai pu étudier, un élément matériel permet cependant de dater une série un peu plus précisément. Le volume de la BnF coté 16-Z-4406 a visiblement bénéficié d’une restauration lui donnant une nouvelle relire moderne, mais dans laquelle a été conservé un défet d’une reliure plus ancienne, un fragment provenant d’une édition des Œuvres posthumes de Frédéric II, roi de Prusse, Berlin : chez Voss & fils et Decker & fils, 1788. On voit clairement comme une feuille non coupée des pages 329 et 336 a été utilisée pour renforcer la reliure d’origine. On pourrait donc dater la production de cette édition des Procez de Caresme-Prenant en 1788 ou dans les années suivantes, si l’on admet que ce fragment des Œuvres de Frédéric II fut utilisé pour sa première reliure, dès le moment de son impression.

Illustration 5 : défet de reliure des Œuvres posthumes de Frédéric II, conservé dans un volume restauré du Procez de Caresme-Prenant et d’autres fausses éditions.

Pour autant, si l’on voit bien l’intérêt de dater ces de fausses éditions du début du XVIIe siècle pour les imprimeurs et les libraires du dernier tiers du XVIIIe siècle, autant par souci de se protéger lorsqu’ils se risquaient à cette production osée que, sans doute, par interaction ludique avec leurs acheteurs, un certain nombre de questions subsiste autour des sources imprimées qui ont pu inspirer ces éditions.

En effet, on peut bien identifier les sources de plusieurs des textes repris dans ce florilège, tels que la Pronostication des cons sauvages et la Source du gros fessier des nourrices cités au début de ce billet. Dans le cas de la Source du gros fessier, les éditions annoncent souvent qu’il s’agit d’une réédition de celle faite par Yves Gomont à Rouen vers 1550, en faisant une légère erreur de lecture : Gomont devient Bomont (voir l’illustration 4). Le texte correspond effectivement à l’édition originale de Gomont, qui semble bien avoir servi de modèle à la réédition du XVIIIe siècle, sans que l’on sache cependant quelle fut la chaîne exacte de transmission du texte sur plus de deux cents ans. On trouve cependant aussi des fausses adresses. Ainsi, deux éditions de la Pronostication des cons sauvages indiquent qu’elles ont été imprimées par ou pour un Jean de la Montagne à Lyon, tantôt en 1610, tantôt avec une datation sans doute plus conforme à la vérité la situant en 1797. C’est d’ailleurs cette édition qui est citée en regard de cette fausse adresse répertoriée dans le répertoire des imprimeurs imaginaires de Brunet3.

Illustration 6 : les deux éditions comportant la fausse adresse de Jean de la Montagne.

Enfin, certains textes, comme la savoureuse Copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame de son con pour six ans, sont tout simplement intraçables dans la littérature du XVIe et du début du XVIIe siècle. L’édition du XVIIIe siècle indique que le texte original aurait été imprimé par ou pour un Pierre Viart à Paris en 1609. Or un seul libraire-relieur répondant au nom de Pierre Viart semble avoir exercé à Paris, bien avant l’impression possible de cette édition, puisqu’il fut actif de 1518 à 15234. On n’a pas retrouvé d’édition du XVIe ou du début du XVIIe siècle qui pourrait avoir servi de modèle à sa copie du XVIIIe siècle, dont le premier état du texte ne surgit donc qu’à ce moment.

Illustration 7 : page de titre de la Copie d’un bail

Sur un plan littéraire, le texte semble authentique : il reprend les graphies, la syntaxe et les traits de langage observables dans le corpus joyeux du XVIe siècle, de même que la propension des auteurs de la culture joyeuse à livrer des versions parodiques d’actes juridiques et notariés. Cependant, en l’absence de toute trace d’une édition effectivement produite en 1609 et dont on aurait au moins conservé une mention dans les premières bibliographies, et vu l’ajout d’adresses d’imprimeurs-libraires fantaisistes dans ce corpus à des titres bien identifiés au XVIe siècle, on peut hésiter à admettre sans aucun doute qu’il y ait eu un modèle avéré à cette édition de la fin du XVIIIe siècle. De là à douter de l’authenticité du texte, il n’y a qu’un pas. Il ne faut en effet pas exclure la possibilité d’un pastiche postérieur, surtout quand on connaît le goût des érudits, qui commencent à s’intéresser à cette littérature à la fin du XVIIIe siècle puis s’en emparent dans les premières décennies du XIXe siècle, pour l’écriture de tels textes imitant la littérature (post-)médiévale. Ces impressions ludiques offrent donc de multiples pistes de recherche aussi bien pour la réflexion sur la transmission des textes joyeux du XVIe au XIXe siècle, que pour le travail sur les fausses adresses d’imprimeurs de littérature licencieuse au XVIIIe siècle.

Katell Lavéant
Université
 d’Utrecht


 

  1. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, volumes 2-3, Paris : Silvestre, 1843, p. 842 []
  2. Sur l’Enfer des imprimés de la BnF, voir le catalogue de l’exposition qui lui fut consacré en 2007 : Marie-Françoise Quignard & Raymond-Josué Seckel (dir.), L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret, catalogue d’exposition (BnF, 4 décembre 2007-2 mars 2008), Paris: BnF, 2007. []
  3. Pierre-Gustave Brunet, Imprimeurs imaginaires et libraires supposés : étude bibliographique, Paris : Librairie Tross, 1866, p. 89. []
  4. Voir la notice d’autorité de la BnF. []

À la recherche de l’édition de Clamadés attribuée à Jean Bonfons

À l’occasion de recherches de longue date sur le roman en vers de Cleomadés rédigé par Adenet le Roi à la fin du XIIIe siècle et plus précisément sur le thème du cheval de bois volant qu’il met à l’honneur, nous avions été amenée à découvrir que ce roman avait fait l’objet non d’une mais de deux mises en prose. Deux compositions indépendantes l’une de l’autre, dont seule la seconde a bénéficié d’une diffusion imprimée, quand la première semble ne pas s’être émancipée de la cour de Bourgogne. À la faveur d’une édition critique de ces deux proses, nous avions successivement été amenée à étudier la fortune éditoriale du Clamadés – nom sous lequel circule le roman après son passage sous les presses –, d’abord d’un œil distrait, puis avec un intérêt accru à mesure que progressaient nos connaissances et que se dessinait dans le même temps la spécificité de cette diffusion, plus importante que ne le laissaient présager les mentions discrètes dans les études tant médiévistes que seiziémistes1.

Illustration 1 : Cy commence le livre de Clamades filz du roy d’Eſpaigne et de la belle Clermonde fille du roy Carnuant, [Lyon : Guillaume le Roy, circa 1479-1480], GW 12489.

Le Clamadés en effet a connu une diffusion honorable (si on la compare par exemple à celle d’un Pierre de Provence ou d’une Belle Hélène de Constantinople), propulsée de bonne heure par l’imprimerie lyonnaise (à partir de l’année 1480 environ – voir illustration 1)2 et perpétuée au XVIe siècle par les presses parisiennes, notamment celles des Trepperel3. Or cette transmission révèle aussi des intermittences, du fait de la perte d’un certain nombre d’attestations. C’est le cas de trois éditions parisiennes dont l’existence est actée par des mentions bibliographiques mais dont aucun exemplaire ne nous est parvenu : une édition de Jean Janot, une édition de Jacques Guichard et une édition de Jean Bonfons. Concernant cette dernière, nous avons pu néanmoins récolter quelques indices qui en rendent l’existence sinon tangible au moins plus probable4. En voici le détail.

La description la plus récente, donnée par Arlette Destot5, ne semble être qu’une reprise composite d’éléments trouvés dans le répertoire de Brunet6, auquel elle renvoie à propos : « lhystoire et cronicq du noble et vaillāt clamades… filz du roy despagne et de la belle clermonde fille du roy Carnuant. Paris, Jean, Bonfons, in-4o goth à 2 colonnes ». Le détail du titre est suspect et peut être emprunté à une autre édition du Clamadés recensée par Brunet. Celui-ci est le premier à décrire la mise en page sur deux colonnes (caractéristique de la production romanesque de Jean Bonfons, de même que le format in-quarto7).

Les mentions de cette édition sont rares et il faut remonter au XVIIIe siècle pour en trouver trace dans les collections et les catalogues correspondants. Voici, dans l’ordre chronologique, les pistes que nous avons levées, susceptibles de nous informer sur l’existence et la consistance de cette édition, et plus spécifiquement sur la fortune d’un exemplaire particulier :

Le catalogue de Colbert (1728, illustration 2) comporte une mention succincte : « Histoire de Clamades et de Cleremonde. Paris, Gothique », sans mention d’imprimeur-libraire, mais dont l’intérêt réside dans la spécificité de l’exemplaire, indiqué comme étant relié avec « Les Proësses et Vaillances d’Hercules. Paris ».

Illustration 2 : Bibliotheca Colbertina, seu, Catalogus librorum bibliothecae : quae fuit primum ill. v. d. J.B. Colbert […], Paris : G. Martin, 1728. Le Clamadés y figure sous le no 11733.
Le catalogue de la collection de Hoym (1738, illustration 3) comporte lui aussi un imprimé dans lequel se trouvent reliés à la suite les deux textes (no 2765). Il s’agit, pour le premier, d’une édition de  « Bonfons », et pour le second, d’une production de « Lotrian », soit Alain Lotrian, dont au moins deux éditions de l’Hercule sont effectivement attestées8. Le catalogue précise en outre que l’exemplaire est relié dans un veau fauve.

Illustration 3 : Catalogus librorum Bibliothecae Illustrissimi Viri Caroli Henrici Comitis de Hoym, Paris : Gabriele et Claude Martin, 1738. Le Clamadés y figure sous le no 2765.

Plus tard, on trouve une mention explicite, mais sans doute erronée, dans le catalogue posthume (1765) de la marquise de Pompadour sous le n° 1487 : « Histoire et Chronique de Clamadès, fils du Roi d’Espagne & de la belle Clermonde, trad. de l’espagnol par Philippe Camus. Paris, J. Bonfons, 1504, in-4°. goth. m. r. ». La date est incompatible avec la période d’activité de Jean Bonfons et de sa femme, qui s’étend en gros entre l’année 1543 et l’année 1573.

À la fin du XVIIIe siècle, le catalogue manuscrit de la bibliothèque du marquis de Paulmy (ms. Arsenal 6290) présente sous le n° 4133 une entrée « Clamadès » assortie de la mention « Paris, Bonfons », biffée puis remplacée par « Lyon, Jean de la Fontaine, in-4° ». Par ailleurs, le rédacteur de l’extrait du Clamadés paru dans le volume d’avril 1777 de la Bibliothèque universelle des romans9, ouvrage de vulgarisation littéraire alors dirigé par Paulmy, réfère à « l’ancienne édition françoise [du] commencement du XVIe siècle, sans date, imprimée en caractères gothiques, et fort rare ». Quelques années plus tard, les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque, autre ouvrage de vulgarisation porté par le fondateur de la bibliothèque de l’Arsenal, font état d’une : « Histoire et Chronique du vaillant chevalier Cléomadès et de la belle Clarémonde (Paris, in-4o sans date)10. »

Illustration 4 : Les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque fournissent un témoignage précieux sur la collection du marquis de Paulmy.

Les descriptifs étant laconiques,  il est difficile de dire s’il est fait allusion à une édition alors conservée dans la bibliothèque de Paulmy, ce qui serait possible – la bibliothèque de Paulmy sert de première source aux extraits de la Bibliothèque universelle des romans et au recensement des Mélanges –, mais pas certain. La description peut ainsi faire songer à l’édition parisienne de Michel Lenoir produite au début du siècle, qui ne figurait pas dans la collection de Paulmy mais dont il avait pu avoir connaissance. En outre, il faut exclure l’hypothèse qu’il s’agisse de l’un ou l’autre des Clamadés conservés encore aujourd’hui à l’Arsenal, s’agissant de deux éditions lyonnaises, l’une de Jean de la Fontaine (1488) et l’autre de Chastelard (1620), cette dernière étant d’ailleurs entrée tardivement dans la collection de Paulmy. En revanche, l’Arsenal conserve une reliure dépecée portant, au dos, la mémoire d’un Clamadés non identifié, dans lequel il est tentant de reconnaître l’édition « Bonfons » mentionnée par Paulmy dans son catalogue, que ce soit ou non celle qui est mentionnée dans la BUR et dans les Mélanges. Cette peau de chagrin n’en forme pas moins un exemplaire consistant, aujourd’hui conservé sous la cote Ars. Rés 4-BL-4310, et porte au dos deux titres : « Clamades » et « Hercule11 » (illustration 5).

Illustrations 5 et 6 : Arsenal, Rés. 4-BL-4310, dos et couture révélant une extraction.

Si elle ne contient plus aujourd’hui que les Proesses et vaillances du preux et vaillant Hercules, par Alain Lotrian, la reliure présente au début les signes d’une extraction (illustration 6). C’est sans aucun doute l’exemplaire qui figurait chez Colbert puis chez le comte de Hoym, dont Paulmy aura conservé la reliure en veau fauve. Quant à l’extraction, on ne peut dire à quel moment elle a eu lieu : le livre était-il déjà amputé du Clamadés avant son entrée dans la bibliothèque de Paulmy ? Est-ce cette édition, et à plus forte raison cet exemplaire du Clamadés qui a transité chez la Pompadour12 ?

Si l’on regarde l’exemplaire de l’Arsenal, on distingue sur les gardes, outre l’ancien renvoi au catalogue de Paulmy, remplacé par le numéro plus récent, une inscription rasurée désormais illisible, qui devait probablement contenir un renvoi de nature bibliographique, ainsi qu’une note, sur la garde finale, de la main d’un secrétaire de Paulmy. Or le renvoi au catalogue comme la note ne réfère qu’à l’Hercule, dont le secrétaire prend soin de distinguer les deux éditions de Lotrian, avant de donner de brèves indications sur le contenu (illustration 7). En revanche, il n’est fait aucune mention de l’édition de Clamadés et on n’y renvoie pas davantage, ce qui laisse croire qu’elle ne s’y trouvait déjà plus lorsque l’ouvrage a été annoté.

Illustration 7 : Arsenal, Rés. 4-BL-4310, garde annotée par un secrétaire de Paulmy, à propos de l’édition d’Hercule.

Après son séjour – peut-être fugace, peut-être même fantôme – dans la collection de Paulmy, on ne trouve plus trace de l’édition du Clamadés attribuée à Jean Bonfons jusqu’au répertoire de Brunet. Pour autant, ces témoignages permettent d’esquisser l’historique d’une édition dont on a aujourd’hui perdu la trace, au moins dans les fonds de bibliothèques publiques, mais dont l’existence prend corps en recoupant les attestations que constituent ces informations bibliographiques incomplètes et ces reliques matérielles13. Suffisent-elles à assurer l’attribution à Jean Bonfons ? La réponse reste à la discrétion des spécialistes et sous réserve de nouvelles découvertes.

Fanny Maillet
Université de Zurich


 

  1. Pour le texte d’Adenet le Roi, voir Albert Henry, Les œuvres d’Adenet le Roi, t. 5 : Cleomadès [repr. de l’éd. de Bruxelles, Presses Universitaires de Bruxelles / Paris, Presses Universitaires de France, 1971], Genève, Slatkine Reprints, 1996, 2 vol. Pour les deux mises en prose, voir Le cheval volant en bois. Édition des deux mises en prose du Cleomadès d’après le manuscrit Paris, BnF fr. 12561 et l’imprimé de Guillaume Leroy (Lyon, ca. 1480), éd. par Fanny Maillet et Richard Trachsler, Paris, Classiques Garnier, 2010 (Textes Littéraires du Moyen Âge 14 / Mises en prose 2). []
  2. Lyon, Guillaume Leroy, s. d., in-folio. Un seul exemplaire connu : Paris, BnF, Rés-Y2-151, numérisé sur Gallica https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600053p. []
  3. Voir notre article, « Du roman au titre de librairie : étude des procédés paratextuels des éditeurs du Clamadès pour faciliter l’accès à l’œuvre », Stratégies d’élargissement du lectorat dans la fiction narrative (XVe et XVIe siècles), sous la dir. de Pascale Mounier et Hélène Rabaey, Paris, Classiques Garnier, à paraître. []
  4. Voir sur ce même blog le billet de Renaud Adam https://histoirelivre.hypotheses.org/tag/jean-bonfons []
  5. Un Libraire parisien au XVIe siècle : Jean Bonfons : édition et littérature populaires, s. l. n. d., 1977, no 15. []
  6. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865, t. II, col. 77. []
  7. Sur les caractéristiques matérielles des éditions de romans par Jean Bonfons, voir Destot, Ibid., p. 45-66 ; Annie Charon-Parent, « Jean Bonfons, libraire parisien, et l’illustration des romans de chevalerie », in Le livre et l’image en France au XVIe siècle, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1989 (Cahiers V. L. Saulnier, 6), p. 57-74, en particulier p. 58. []
  8. Notre édition en 92 feuillets signés A8 B-T4 V6 ne correspond à aucune des deux descriptions données par l’USTC : voir no 55139 (recense l’exemplaire de Chantilly IV E 65) et no 88340 (exemplaire d’Utrecht, Universiteitsbibliotheek, MAG: B QU 126 RARIORA). []
  9. Bibliothèque universelle des romans, avril 1777, I, p. 169. Nous préparons la publication (prochaine, c’est promis) de notre thèse sur la collection de Paulmy et son importance pour l’élaboration des extraits de la Bibliothèque universelle. Sur le « Cleomadès » du comte de Tressan, voir en attendant l’étude ancienne de Henri Jacoubet, Comment le XVIIIe siècle lisait les romans de chevalerie, Grenoble, Xavier Drevet, 1932, p. 32-39. []
  10. Mélanges tirés d’une grande bibliothèque. De la lecture des livres françois, cinquième partie : Romans du seizième siècle, Paris, Moutard, 1780, t. 8 (= vol. H), p. 206 (avec une coquille sur le numéro de page). Paulmy ne dit rien en tout cas sur un éventuel « exemplaire en vers espagnols », dont Tressan avançait l’existence. []
  11. L’exemplaire est désormais numérisé sur Gallica https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39334977s. []
  12. Le catalogue de la Pompadour ne comporte pas, en tout cas, les Prouesses d’Hercule. Si l’édition du Clamadés que nous recherchons correspond à celle qui se trouve inscrite dans la bibliothèque de la Pompadour, elle y figurait alors seule, sans doute sous une reliure propre. []
  13. C’est peut-être aussi l’édition signalée par Osmont, en 1768, dans son Dictionnaire typographique, historique et critique des livres rares, qu’il élabore sur l’observation des plus grandes collections, dont celles de Colbert et du comte d’Hoym. Notons que son ouvrage est dédicacé au marquis de Paulmy, alors ambassadeur à Venise, avec lequel il partageait un goût commun pour ce que l’on pourrait nommer la bibliophilie matérielle. Voir aussi Duclos, Dictionnaire bibliographique, historique et critique des livres rares, précieux, singuliers, curieux, estimés et recherchés, 4 vol., Paris, Cailleau et fils [puis Delalain], 1790-1802, t. III, p. 329. []

L’imprimeur Jean Clément et le verlan au XVIe siècle. Suite et dénouement

Dans le billet publié sur ce site il y a quelques mois, « Un cas de verlan au XVIe siècle. Ou comment déjouer les jeux de pseudonyme d’un imprimeur de la Renaissance », j’avais évoqué le cas d’un étrange imprimeur du nom de Jean Mentcle, alias Vatan, qui n’était connu que par le biais d’un imprimé dont l’adresse l’identifiait comme ayant son atelier à Bordeaux. Je l’avais lié à un personnage qui n’était, cette fois, connu que par des documents d’archives : Jean Clément, actif à Bordeaux puis à Toulouse entre 1544 et 1550. Le partage du même alias venait confirmer qu’il s’agissait d’un usage de verlan, une simple inversion de la première et de la seconde syllabe. Ce rapprochement nous permettait de mieux comprendre l’activité de celui qui avait publié une édition des Epitaphes des Roys de France1 , ainsi que de préciser le contexte et la chronologie de la publication sans date de l’œuvre.

Illustration 1 : Les deux colophons mentionnant un Jean Mentcle à Bordeaux et à Lyon.

À la toute fin du billet, j’avais évoqué une étrange coïncidence : l’existence d’un autre Jean Mentcle, cette fois actif à Lyon, et signalé de manière laconique par Baudrier sous la forme « Jean Mentcle de Sonlu »2. Ce Mentcle avait publié un petit in-quarto en 1535 dans la ville mais n’avait, lui non plus, pas laissé de traces archivistiques3. S’agissait-il de la même personne ? La nature péripatétique de la carrière de Jean Clément nous permettait de le suggérer. Mais deux différences posaient problème. Tout d’abord les matériels typographiques utilisés à Lyon et Bordeaux ne se ressemblaient aucunement. L’édition lyonnaise employait des caractères gothiques typiques de la production vernaculaire française de l’époque, ce qui tranchait avec les fines lettres italiques et romaines utilisées dans l’imprimé bordelais. Plus gênant encore, dans les deux cas l’imprimeur signait avec un alias, mais celui-ci n’était pas le même. Le premier se réclamait de Sonlu, le second de Vatan.

L’identification de Vatan ne posait guère de problème : seul un village de l’Indre portait ce nom et semblait convenir – sauf si notre imprimeur jouait encore une fois avec les mots, un Vatan qui devait se lire « Va-t-en ». Cependant la présence de cet alias dans le testament de Jean Clément semblait proscrire cette éventualité. Mais que faire de Sonlu ? Ce Mentcle n’était attesté dans aucune pièce d’archive, ni sous cette forme, ni sous la forme de Clément. Était-ce cette fois un jeu, une manière de suggérer que ses livres « sont lus » ? Au contraire de Vatan, Sonlu semble peu probable comme nom de lieu. Ayant recours au verlan, une fois de plus, la forme Luson (ou Luçon / Lusson pour préserver le son) semblait plus prometteuse.

S’ouvraient alors, selon les répertoires et les index géographiques, de nombreuses possibilités : Lusson dans les Pyrénées-Atlantiques, Luson près de Bolzano en Italie et, bien sûr, Luçon en Vendée. En consultant le Géoportail de l’IGN, une liste de lieux-dits et de villages est proposée pour la forme Lusson :

Illustration 2 : Lieux et adresses répondant au mot « Lusson » dans le Géoportail de l’IGN.

Mais toutes ces solutions nous éloignaient de Jean Clément de Vatan : il semblait peu probable que quelqu’un se réclame en l’espace de dix ans de lieux aussi éloignées que ces villages et villes dont la plus probable, Luçon, se situe à plus de 200 km à vol d’oiseau de Vatan. Je décidai donc de revisiter la seule source qui pouvait donner un indice : le testament rédigé à Bordeaux en 1550.

Ce texte avait été publié par Paul Roudié, mais avec quelques coupes4. Il était probable que ces excisions ne concernaient que des formules conventionnelles et peu porteuses d’intérêt, comme il est relativement habituel de faire, mais consciencieusement je retournai ad fontes pour vérifier dans les archives bordelaises.

Illustration 3 : La « liasse » 3 E 848 des Archives Départementales de la Gironde.

La référence de Roudié ne donnait qu’une cote sans foliotation et il s’avérait que le volume n’était en effet ni paginé ni folioté ni dans un ordre chronologique strict… et qu’il était plutôt imposant. Le texte lui-même, une fois trouvé, était confus, avec des insertions, corrections et suppressions, mais contenait des informations complémentaires importantes, notamment pour élucider la question qui nous préoccupe.

Illustration 4 : Le « Memoire des articles que Jean Clement dict de Vatan a ordonné en ses derniers jours et veult qu’il soit observés » 3 E 848, AD Gironde.

La dernière partie du texte, reliée quelques feuillets plus loin après d’autres minutes d’actes5, révèle en effet que Jean Clément possédait des « biens immeubles situez en la paroisse Chapelle Sainct Laurian au lieu appellé à Lucon au diocese de Bourges ». La Chapelle-Saint-Laurian est facile à localiser à deux kilomètres au sud-ouest de Vatan.

Illustration 5 : La Chapelle-Saint-Laurian sur le Géoportail de l’IGN.

Cependant sur les cartes modernes de l’IGN point de trace d’un lieu nommé Lucon/ Luçon/ Lusson. La consultation de la carte de Cassini (ou carte de l’Académie) du XVIIIe siècle, en revanche, est probante. Tout près de la Chapelle-Saint-Laurian apparaît un lieu nommé « Lucon » qui est gratifié de sa propre petite icone.

Illustration 6 : Lucon sur la carte de Cassini.

La carte de l’état-major (1820-1866) montre que le lieu existait encore au XIXe siècle sous le nom de Lusson. En 1950 si les bâtiments étaient encore présents lors de la confection de la carte, le nom avait disparu et aujourd’hui la carte IGN et la photographie aérienne montrent que plus rien ne reste du lieu d’origine de Jean Clément.

Illustration 7 : Lusson sur la carte de l’état major, puis son emplacement en 1950, sa disparition sur la carte actuelle et la photo aérienne.

On peut donc précisément placer les origines de Jean Clément et confirmer que l’imprimeur bordelais et lyonnais était bien la même personne qui se servait du verlan non seulement pour son propre nom, mais également pour le hameau où il habitait avant de se lancer dans une carrière typographique.

Malcolm Walsby
Enssib, Université de Lyon


 

  1. Barthélemy de Chasseneux, Epitaphes des Roys de France, qui ont regné depuis le Roy Pharamond, jusques au Roy Francoys premier de ce nom, Bordeaux : Jean Mentcle : [circa 1545], USTC 13301. []
  2. Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, Lyon : Librairie ancienne d’Auguste Brun, 1895-1921, I 274-275. []
  3. La description de la quarte galicane, Lyon : Jean Mentcle, 1535, USTC 53113. Notons qu’un des exemplaires de la bibliothèque Mazarine, celui côté Inc. 621, avait appartenu au diplomate, auteur, et voyageur Jean Nicot. []
  4. Paul Roudié, « Documents sur la vie intellectuelle à Bordeaux au XVIe siècle. Textes divers », Bulletin et mémoires de la Société archéologique de Bordeaux, LXI (1957-1959) n° 15. []
  5. Les cahiers du registre in-folio sont reliés sans égard pour les documents eux-mêmes par lot de 10 à 20 bifolia qui avaient pourtant été créés séparément. Ceci a pour résultat de séparer le texte copié sur les feuillets impairs de ce qui se trouve sur les feuillets pairs, rendant une lecture linéaire de l’ensemble particulièrement ardue. []

(Re)relier les registres du Trésor des chartes : entre fossilisation et évolution

Une légende tenace voudrait que la constitution du Trésor des chartes – c’est-à-dire du fonds d’archives des rois de France – soit consécutive aux destructions documentaires subies par Philippe Auguste lors de la bataille de Fréteval en 11941 . Mais l’établissement d’un dépôt d’archives stable et fixe dans le palais royal de l’Île de la Cité, si l’on peut penser qu’il s’est fait à la faveur des travaux de restructuration du bâtiment initiés au tout début du XIIIe siècle et au moment où Paris commence à faire figure de « capitale »2, n’est attesté par des mentions fiables qu’au début des années 12303 . Placé par Louis IX dans un bâtiment annexe – aujourd’hui disparu – de la Sainte Chapelle, le précieux fonds d’archives demeure abrité dans ce sanctuaire jusqu’à la période révolutionnaire4 . C’est au milieu du XIVe siècle que le fonds prend le nom de Trésor. Ce terme, qui renvoie étymologiquement à l’idée d’accumuler des biens ayant une utilité singulière – en l’occurrence ici, les archives, instrument essentiel de gouvernement – devient aussi par métaphore un lieu de conservation prestigieux. Après avoir erré de dépôts provisoires en salles annexes à la fin du XVIIIe siècle, le Trésor des chartes trouve sa place au sein de l’Hôtel de Soubise, acquis par Napoléon en 1808 pour abriter les Archives impériales. Ce n’est qu’à la fin des années 1860 que le Trésor des chartes intègre son emplacement auprès de la célèbre armoire de fer, dans la salle centrale du premier étage des grands dépôts des Archives nationales, baptisée du même nom que le fonds qu’elle abritait (fig. 1). Aujourd’hui, une partie du Trésor des chartes se trouve dans la salle adjacente.

Figure 1 : L’armoire de fer (en orange) et les registres du Trésor des chartes (en vert) dans les grands dépôts des Archives nationales, Paris. Photo : Archives nationales (France), atelier de photographie.

Le fonds du Trésor des chartes est divisé en deux sous-séries : les cartons ou layettes (cotés J), et les registres (cotés JJ). On compte aujourd’hui près de 1100 cartons et 390 registres. Un premier coup d’œil sur les volumes reliés donne la sensation d’une étonnante uniformité (fig. 2). Pourtant, une observation plus avant révèle un ensemble dont l’hétérogénéité est à la mesure de la première illusion de cohérence. Grâce à un travail de conservation-restauration mené sur quelques-uns de ces registres dans le cadre d’un vaste chantier de numérisation, l’atelier des Archives nationales a eu l’occasion de mener un passionnant travail historique et technique autour de ces reliures. Ce billet va tenter de le résumer.

Figure 2 : Les registres du Trésor des chartes dans la salle de l’armoire de fer. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

De nouvelles reliures ?

Depuis 2015, les Archives nationales sont engagées dans un projet de recherche baptisé Himanis et piloté par l’IRHT. Bien plus qu’une simple numérisation des registres originaux, ce projet ambitionne d’offrir aux chercheurs la possibilité d’effectuer des recherches plein texte directement dans le contenu des registres de chancellerie du XIIIe au XVe siècle grâce à une technologie de reconnaissance des écritures manuscrites médiévales. Une interface de consultation des données couplée à un accès aux images est d’ores et déjà disponible, et recense près de 200 registres entièrement numérisés.

La mise en ligne de cette interface a nécessité un long et minutieux travail préliminaire visant à rendre possibles la manipulation et la prise de vue. Si certains volumes pouvaient être numérisés tels quels, d’autres – dont la structure très serrée et l’apprêture bloquée empêchaient l’accès à certaines parties du texte près des fonds de cahiers (fig. 3) – ont dû être démontés de leurs reliures. L’apprêture a été nettoyée et la couture défaite pour libérer les cahiers de leurs contraintes.

Figure 3 : Exemple de texte très proche du pli de fond de cahier sur le registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Après avoir été numérisés, certains volumes ont été recousus et réintégrés dans leur reliure antérieure (parler de reliure d’origine serait ici un non-sens, nous verrons pourquoi). Dans d’autres cas, les cahiers de parchemin, libérés des fortes contraintes subies depuis plusieurs dizaines d’années, puis manipulés par les restaurateurs et par les photographes, ont vu leurs dimensions se modifier en raison du caractère hygroscopique du matériau. L’épaisseur de certains volumes excédait désormais de plusieurs millimètres – voire de plusieurs centimètres – la taille du dos de leur ancienne reliure. Décider de remonter ces reliures malgré tout nous aurait obligés à recréer une structure très serrée et rigide. Les discussions avec le conservateur du fonds5 ont mis en lumière deux éléments importants : remettre ces registres dans leur reliure aurait engendré de nouvelles complications de consultation et aurait été néfaste en termes de conservation. Une alternative était donc souhaitable.

Des origines chaotiques

Afin de proposer un projet de reliure au plus près des exigences de chaque objet singulier comme de l’ensemble de la série, nous nous sommes penchés sur le passé matériel de ces documents complexes. La sous-série baptisée « registres du Trésor des chartes » est en fait constituée de deux ensembles : d’une part, les registres des chancelleries royales proprement dits, produits à partir du règne de Philippe Auguste (1204) et jusqu’à celui de Charles IX (1568) ; et d’autre part, un ensemble d’inventaires et de copies des archives royales, rédigés au Moyen Âge et à l’époque moderne6 . Le plus ancien travail de classement (le registre de Pierre d’Etampes) date de 1318, mais ce sont les inventaires menés à bien par Gérard de Montaigu dans les années 1370 qui sont les plus célèbres.

Les registres des chancelleries (Grande chancellerie et chancellerie du Palais) contiennent les enregistrements des actes royaux, où prédominent très rapidement les lettres ayant une valeur perpétuelle (scellées de cire verte) et les décisions à portée individuelle. Ils sont à la fois un outil de gestion, un garant des preuves des possessions rattachées au domaine royal, et la mémoire d’un ensemble de grâces accordées par le roi – rémissions de peines, absolutions, chartes de privilèges, donations, amortissements, anoblissements, légitimations, naturalisations, etc.7 . De l’avis général, les contenus de ces registres peuvent être qualifiés de désordonnés. Moins soignés que les actes eux-mêmes dans la mesure où les registres étaient destinés à l’administration interne, la tenue des volumes manque globalement de rigueur (fig. 4). Certains actes ne sont que partiellement copiés, d’autres sont mélangés, intervertis chronologiquement, ou encore erronés, et certains cahiers ont été ajoutés ou soustraits au cours du temps. On peut y trouver des inscriptions malicieuses dans les marges, et les clercs chargés de rédiger ces registres, probablement payés au nombre de feuillets, ont parfois laissé des indications de comptage8 .  

Figure 4 : Deux feuillets du registre JJ 189 constituées de parchemins de qualité très inégales. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Il est très probable qu’au moment de leur rédaction, les registres n’étaient pas reliés, mais en cahiers séparés, qui étaient d’abord entre les mains des différents clercs rédacteurs des actes, avant d’être regroupés dans un deuxième temps, parfois sans grand souci de cohérence chronologique. Pour Robert-Henri Bautier9 , Gérard de Montaigu a trouvé les volumes à l’état de « tas de cahiers de parchemin maintenus par des ficelles ». L’état actuel des registres nous permet de penser qu’une reliure souple et peu coûteuse en parchemin de remploi a été effectuée à la fin du Moyen Âge. De cette ancienne campagne de reliure, nous conservons seulement les plats supérieurs et parfois inférieurs, intégrés dans les reliures contemporaines par un montage sur onglet (fig.5). Une inscription laissée par un relieur au premier folio de l’un des registres témoigne de la difficulté de travailler avec des cahiers de tailles différentes10 .

Figure 5 : L’ancien plat supérieur en parchemin de remploi remonté dans la reliure moderne du registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Un fonds figé par la reliure ?

Ce système d’enregistrement est peu à peu abandonné dans la seconde moitié du XVIe siècle, les différents organes administratifs du royaume tenant eux-mêmes leurs propres registres. Les volumes sont alors conservés à la Sainte Chapelle, dans le bâtiment du Trésor qui lui donnera son nom. Après les saisies révolutionnaires, le fonds échoit à la jeune institution des Archives impériales puis nationales. Il est placé dans la salle des gardes de l’Hôtel de Soubise, où leur état matériel préoccupe Jean Antoine Letronne, Garde général des Archives de 1840 à 1848. Il décide de confier les précieux volumes à un relieur de la rue Saint-Jacques nommé Hirou. L’artisan, qui travaille également sur des ouvrages de la bibliothèque, facture les reliures des registres du Trésor des chartes à 40 francs l’unité, c’est-à-dire environ quatre fois plus qu’une reliure in-folio plein cuir classique. Un rapport de 1845 nous apprend que Hirou a effectué les reliures des 277 registres de la collection (il s’agit probablement des registres de chancellerie précédemment évoqués, cotés JJ 7 à JJ 266). Ces reliures sont des pleins maroquins brun orangé avec titrage à l’or.

À partir de la fin des années 1850, un atelier de reliure et de restauration est créé au sein même de l’institution des Archives. Le premier ouvrier relieur de des Archives est un dénommé Rose, successeur de Hirou à l’atelier de la rue Saint-Jacques. Il est très vite rejoint par d’autres ouvriers, et les relieurs sont environ six dans l’atelier tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle11 . Les documents de demande de travaux de reliure adressés à l’atelier par les différents chefs de section nous apprennent que depuis la moitié du XIXe siècle, les registres de la série du Trésor des chartes n’ont cessé de passer par l’atelier pour des « raccommodages », des « réparations » ou encore des « réfections de la reliure ». Dans les années 1960, une nouvelle et vaste campagne de reliure concerne une partie des registres.

Malgré l’uniformité apparente de l’ensemble, tous les cas de figure existent : certaines reliures sont celles effectuées par Hirou au début des années 1840, d’autre ont été réparées ou refaites à une ou plusieurs reprises (fig. 6). L’aspect et la structure des registres du Trésor des chartes peut être comparé à un bateau de Thésée, dont la fossilisation, amorcée au milieu du XIXe siècle, a partiellement échoué. Si l’esthétique choisie par Letronne en 1840 est respectée par toutes les générations de conservateurs, relieurs et restaurateurs, la réalité matérielle est stratigraphiquement bien plus complexe. 

Figure 6 : De subtiles différences sont visibles dans les factures des reliures : nature et couleur du cuir, arrondi du dos, qualité du titrage. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Les impératifs structurels et esthétiques

Dans notre cas, la nouvelle reliure à mettre au point devait répondre à deux impératifs principaux : d’une part trouver un compromis entre solidité de la structure et ouvrabilité maximale ; et d’autre part s’insérer harmonieusement dans l’esthétique d’ensemble des reliures du Trésor des chartes. Récemment, quelques volumes de la série ont été reliés de nouveau selon les techniques mises au point par Christopher Clarkson12 et Robert Espinosa13 . Il s’agit de structures adaptées à la conservation à long terme, mettant en œuvre très peu d’adhésif, utilisant des matériaux dont la longévité a été éprouvée14 , et permettant une excellente ouverture des volumes (fig. 7).

Figure 7 : Reliure de conservation type Clarkson réalisée récemment sur le registre JJ 7. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Néanmoins, malgré leurs nombreuses qualités, l’adaptabilité de ce type de reliure diminue à mesure que la taille et le poids du volume augmentent. La majorité des registres de chancellerie du Trésor des chartes sont de très grands ouvrages, parfois très épais, et presque entièrement constitués de parchemin. En outre, l’identité esthétique très marquée de la série nous impose d’obtenir un résultat visuel proche de celui mis en place dans les années 1840. La future reliure devra donc présenter un dos en maroquin brun orangé, des nerfs (vrais, faux ou simulés par des filets au froid naturel), et un titrage à l’or. La qualité des maroquins produits aujourd’hui ne correspond pas aux principes de conservation les plus élémentaires15 le cuir devra donc être isolé du document original.

Une structure sur mesure

La couture est la colonne vertébrale du livre relié, elle détermine en grande partie la solidité et l’ouvrabilité du volume. Ces deux variables sont inversement proportionnelles : plus un livre relié s’ouvre à plat et moins sa structure est solide. Avant le XIXe siècle, presque tous les livres sont cousus sur des supports externes, c’est-à-dire saillants sur le dos. Ces supports assurent un certain maintien du volume à l’ouverture et à la fermeture. A partir du XIXe siècle, on cherche à obtenir des dos longs (sans nerfs), et les premières coutures sur rubans et sur ficelles grecquées apparaissent (fig. 8). La perte de solidité engendrée par ces coutures est souvent compensée par une apprêture16 très importante qui peut parfois aller jusqu’à bloquer complètement le dos et réduire drastiquement les possibilités d’ouverture.

Figure 8 : De gauche à droite : couture à chevrons sur double lanière de cuir fendu torsadé, couture droite sur lanière de cuir plate fendue, couture droite sur double nerf (septain de chanvre), couture à chevrons sur doubles nerfs (septains de chanvre), couture compensée ou bordée sur nerf simple (septain de chanvre), couture simple sur nerf simple (septain de chanvre), couture sur ficelle grecquée, couture sur rubans. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Dans une perspective de conservation à long terme, l’enjeu principal de la couture est d’accompagner les mouvements engendrés par l’ouverture et par la fermeture, et d’amoindrir les contraintes mécaniques. Le dos d’un livre, de forme concave lorsque celui-ci est fermé, devient progressivement convexe à l’ouverture17 . Si aucun support n’est présent ou s’il est insuffisant, l’arrondi formé par les cahiers lorsque le volume est ouvert risque de rompre, formant un angle caractéristique (fig. 9). Cette cassure est bien souvent à l’origine d’une série d’altérations pouvant parfois mener à une fragmentation de l’objet. Il est donc fondamental de répartir les tensions mécaniques exercées à l’ouverture sur un support approprié.

Figure 9 : Exemple de cassure de l’arrondi concave du dos. Photo : Lucie Moruzzis.

Il nous a semblé qu’une couture sur nerfs serait la plus adaptée à notre cas. Le registre coté JJ 189 (chancelleries de Paris et de la Cour, 1454-1461) mesure 365 mm de hauteur, 365 mm de largeur et 90 mm d’épaisseur, il est composé exclusivement de cahiers de parchemins. Relié au début des années 1960 et démonté pour être numérisé, il a été choisi pour réaliser un prototype. Afin de maintenir le poids des feuillets lors des manipulations, la couture a été effectuée sur quatre supports doubles faits de septains de chanvre. Nous avions envisagé de renforcer cette couture par un gainage supplémentaire, afin de créer un effet ressort (fig. 10).

Figure 10 : Première solution envisagée de gauche à droite : couture droite sur doubles nerf (septain de chanvre), la même couture renforcée par un fil mis en évidence par une teinture verte, la même couture renforcée par un fil blanc. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Lors de la rencontre thématique organisée par l’ARSAG (Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques) en 2019 autour du thème de la préservation du livre, Paulina Muñoz Del Campo, conservatrice-restauratrice d’arts graphiques et livres (atelier Art&.), a présenté une technique de renfort de couture mise au point par ses soins18 . Adapté d’un galon de passementerie (symétrique à nœuds plats), ce procédé consiste à effectuer des nœuds alternés de chaque côté du support après couture (fig. 11). La plasticité du résultat est parfaitement adaptée aux exigences de maintien du dos, et les essais effectués en atelier ont fini de nous convaincre.

Figure 11 : Schéma du point de renfort mis au point par Paulina Muñoz Del Campo. Schéma : Paulina Muñoz Del Campo.

Nous avons donc réalisé avec succès ce point de renfort sur la couture de JJ 189 (fig. 12). La réalisation de tranchefiles à point arrière (technique mise au point par Christopher Clarkson) a complété le maintien mécanique du dos.

Figure 12 : Le point de renfort effectué sur la couture du registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Pour parfaire la solidité de l’ensemble, les supports de couture ainsi que les âmes de tranchefiles ont été passés dans des plats en carton de conservation, et des claies en toile de coton ont été appliquées sur le dos et sur les contreplats (fig. 13).

Figure 13 : La reliure du registre JJ 189 après passure en cartons. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

À ce stade, la structure se suffit à elle-même et répond efficacement aux exigences mécaniques liées aux dimensions importantes des volumes. Une coque en papier japonais moulée sur le dos permettra par la suite de réaliser un habillage amovible constitué de maroquin brun orangé pour le dos et de parchemin pour les plats (fig. 14). Le cuir du dos pourra alors être doré de la même manière que les autres volumes de la série. Cette jaquette sera maintenue sur le registre par un simple jeu de pliage, il sera donc extrêmement aisé de la remplacer si besoin. 

Figure 14 : La couvrure amovible effectuée sur une coque en papier japonais (maquette de travail). Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Conclusion

L’intervention de remplacement d’une reliure ancienne n’est jamais anodine. Elle nécessite de trouver un équilibre, nécessairement basé sur des compromis et des renoncements, qui respecte le plus possible les exigences de maintien mécanique, de conservation à long terme, et d’insertion esthétique dans un ensemble dont la cohérence apparente est souvent toute relative. Entre passé matériel complexe d’un objet et avenir d’une discipline en perpétuel questionnement, les interventions de conservation-restauration menant à la confection d’une nouvelle reliure sur des documents anciens sont un riche et passionnant champ d’exploration pluridisciplinaire.

Figure 15 : L’efficacité du maintien apporté par la couture, le point de renfort adapté de la passementerie, et le bâti permettent au registre JJ 189 de conjuguer ouverture optimale et structure solide et durable. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Lucie Moruzzis
Archives nationales de France

  1. Voir l’Introduction à l’histoire du fonds dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales. Voir également, pour une mise en perspective plus récente de l’histoire du Trésor des chartes, Potin Y., La mise en archives du Trésor des chartes, thèse de l’École des chartes, 2007 : positions. []
  2. Bautier R.-H., « Quand et comment Paris devint capitale », Bulletin de la Société d’Histoire de Paris 105 (1978), pp. 17-46. []
  3. Voir par exemple le mandement de décembre 1231 adressé depuis Vernon par Louis IX à Adam, son concierge du palais de Paris, pour qu’il permette à un clerc de la cour de venir copier des lettres du comte de Flandres qui sont conservées dans le dépôt (Arch. nat., J 1022, n° 3). []
  4. Potin Y., « Archives en sacristie. Le trésor est-il un bâtiment d’archives ? Le cas du « Trésor des chartes » des rois de France (XIIIe-XIXe siècle) », Livraisons d’histoire de l’architecture 10, n°1 (2005), pp. 65-85 : https://www.persee.fr/doc/lha_1627-4970_2005_num_10_1_1016 . []
  5. M. Jean-François Moufflet, que nous remercions pour sa collaboration et son aide bienveillantes. []
  6. Scheurer R., « L’enregistrement à la chancellerie de France au cours du XVe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes 120, no 1 (1962), pp. 104‑129 : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1962_num_120_1_449637. []
  7. Portugal E., « Le miroir et la plume, Registres, notaires-secrétaires et chancellerie royale au cœur du XIVe siècle », Circé. Histoire, Savoirs, Sociétés, no 3 (2013) : http://www.revue-circe.uvsq.fr/le-miroir-et-la-plume-registres-notaires-secretaires-et-chancellerie-royale-au-coeur-du-xive-siecle/. []
  8. Bautier R.-H., « Recherches sur la chancellerie royale au temps de Philippe VI (deuxième article) », Bibliothèque de l’École des chartes 123, no 2 (1965), pp. 313‑459 : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1965_num_123_2_449700. []
  9. Cité par Emmanuelle Portugal, Ibid. []
  10. Cité par Rémy Scheurer, Ibid., Archives nationales JJ 68 (1331-1349) f°1 R° : (« non inveni principuum hujus quaterni et erat iste liber totus diffusus et dispersus per folia et quaternos et ipsos coadunavi et hoc modo consui ». []
  11. Ces événements sont documentés par les « archives des Archives » (série AB des Archives nationales), notamment aux cotes AB XLIV et AB XXIV. []
  12. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its potential as a conservation type structure for the rebinding of early printed book, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  13. Espinosa R., « The limp velum binding : a modification », The new bookbinder 13 (1993), pp. 27-38. []
  14. Le cuir mégissé pour les supports de couture, le lin pour le fil de couture, le papier japonais pour l’apprêture, et le parchemin pour la couvrure. []
  15. Aubry T. et al., « Sélection d’un cuir de veau de tannage végétal destiné à la restauration de livres anciens, Premiers résultats », Actualités de la conservation 25 (2006) : https://multimedia-ext.bnf.fr/lettres/conservation/html/cn_act_num25_art2.htm. []
  16. Ce terme désigne l’ensemble des matériaux (papier, parchemin ou textile) collés sur le dos des cahiers cousus afin de le renforcer. []
  17. Conroy T., « The movement of the Book Spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987) : https://cool.conservation-us.org/coolaic/sg/bpg/annual/v06/bp06-01.html. []
  18. Un article à paraître dans le prochain numéro de la revue Support tracé présentera les multiples possibilités offertes par cette technique : http://arsag.fr/support-trace.html. []

Fourrer son nez partout : pratiques éditoriales et pratiques festives autour du nez dans les anciens Pays-Bas

 

Les « neusboekjes » ou livres des nez constituent une branche particulière de la tradition des mandements joyeux en néerlandais1. Tandis que la plupart des mandements joyeux que j’étudie ont été composés aux XVe et XVIe siècles, la majorité des livres des nez qui nous ont été transmis datent de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècles. Ces textes comiques, accompagnés d’images caricaturales de nez, discutent la somme d’argent que les possesseurs de différents types de nez (les soi-disant membres de la « guilde des nez ») doivent payer pour pouvoir séjourner dans le royaume imaginaire du roi des nez. Les montants pour chaque type de nez sont détaillés sous forme de mandements joyeux. Étant donné leur statut particulier dans la tradition des mandements joyeux, les livres des nez méritent d’être étudiés pour de nombreuses raisons. Je propose d’esquisser certaines d’entre elles dans ce billet2.

 

Les livres des nez dans les almanachs-recueils

Les cinq livres des nez que j’ai pu identifier jusqu’à maintenant ont été reliés avec des almanachs. Pour ce billet, je me concentre sur l’un de ces almanachs-recueils, conservé à l’Athenaeumbibliotheek de Deventer (illustrations 1 et 2). L’analyse de la typographie de ce livre des nez laisse à penser que le livre fut, comme l’almanach lui-même (illustration 1), publié à Deventer par la famille d’imprimeurs De Lange.

Page de titre du Deventer almanach pour l’année 1787, dans lequel figure un livre des nez (Deventer, Athenaeumbibliotheek, Dv V.302:1787).
Page de titre du livre des nez intitulé Placcaat en Ordonnantie Van het Neuze-Geld (Deventer, Athenaeumbibliotheek, Dv V.302:1787:11)

Dès le XVIe siècle, les almanachs néerlandais étaient assemblés et finalisés lors de la vente du livre. L’acheteur donnait en effet à l’imprimeur des instructions sur les livres qu’il souhaitait acheter avec son almanach (souvent des textes amusants), et il indiquait à un relieur la forme et la nature de la reliure qu’il souhaitait – dans le cas des almanachs-recueils, il s’agit souvent d’une reliure d’attente. Le lecteur achetait simultanément plusieurs titres et organisait son livre selon ses préférences3.

Cette pratique nous permet de considérer les almanachs néerlandais comme des recueils de plusieurs livres ou Sammelbände. Les livres vendus comme almanachs sont donc en réalité des almanachs-recueils4 . Les livres des nez figurent parmi d’autres livres, dont des chroniques narrant des événements historiques, des chansons religieuses, des farces et d’autres textes amusants qui avaient souvent pour but de passer le temps, ou de le « raccourcir » comme on disait en néerlandais (tijd te korten). Par conséquent, les chercheurs ont longtemps affirmé qu’on doit considérer les livres des nez comme des textes purement amusants5 .

Illusatrations 3 et 4 : Extraits du livre des nez conservé à l’Athenaeumbibliotheek de Deventer.

On rencontre souvent les mêmes livres des nez, publiés par différents imprimeurs, dans différents almanachs-recueils, dans différentes villes à travers les Pays-Bas. Cela indique certes une certaine popularité de ces livres des nez, mais cela démontre également l’habitude des imprimeurs de (re)publier tout le temps les mêmes textes. Il s’agit ici d’une stratégie commerciale : les livres reliés avec les almanachs n’étaient pratiquement jamais des textes nouveaux, bien au contraire. Même s’il est souvent compliqué de retracer de quelle période datent les textes reliés dans des almanachs-recueils, je suis encline à croire qu’il s’agit de textes datant de plusieurs décennies, voire de plusieurs centaines d’années6 .

Le nombre relativement important de livres des nez qui ont été préservés, environ cinq textes dans dix éditions différentes7 , suggère que les livres des nez se vendaient bien au XVIIIe siècle. Cette idée est renforcée par le fait que certains imprimeurs vendaient à la même période des broadsheets présentant exactement le même texte et les mêmes images que les livres des nez. Dans ce cadre, une comparaison entre l’exemple du livre des nez de l’Athenaeumbibliotheek (illustrations ci-dessus) et un broadsheet ou placard conservé au Rijksmuseum à Amsterdam est particulièrement éclairante :

Le broadsheet intitulé ‘Hier heb je twaalf Neusen, als Reusen’ (Ici, vouz avez douze nez énormes) (© Rijksstudio).

Le broadsheet a été publié par les De Lange à Deventer et vendu par le libraire Kannewet à Amsterdam8 . Comme on peut le voir, ce sont exactement les mêmes gravures sur bois qui ont été utilisées par les De Lange pour illustrer tant le livre des nez que le broadsheet :

Détails du broadsheet

Les gravures sur bois du broadsheet correspondent aux gravures du livre des nez (illustrations 3 et 4). Les textes accompagnant les gravures sont également les mêmes que les textes du livre des nez. Cependant, les broadsheets ne gardent qu’une partie du texte (c’est-à-dire, la présentation des différents membres du guilde des nez), ils ne présentent pas les ordonnances joyeuses.

Ces pratiques éditoriales sur les nez soulèvent deux questions : Premièrement Pourquoi les livres des nez et les broadsheets constituaient-ils une option commerciale intéressante pour les imprimeurs du XVIIIe siècle, et deuxièmement les livres sur les nez sont-ils en effet des textes plus anciens, datant du XVIe, voire du XVe siècle ?

 

Les livres des nez et la physionomie

Pour répondre à la première question sur le succès commercial des livres des nez, il faut se concentrer tout d’abord sur l’effet parodique de ces textes. Ces ordonnances joyeuses sont en effet une réaction aux livres physionomiques, dont la majorité datent de la même période. La physionomie c’est-à-dire l’observation de l’apparence physique d’une personne, et principalement les traits de son visage, existait déjà à l’Antiquité en tant que science mais elle connut un nouvel essor à la Renaissance. Selon cette science, considérée aujourd’hui plutôt comme une pseudo-science, l’observation du visage est cruciale pour mieux connaître le caractère et la personnalité de quelqu’un, et ainsi mieux évaluer sa fiabilité ou son amabilité9 .

Page de titre du livre physionomique La Physionomie humaine de Jean Baptiste Porta, publié en 1665 (Deventer, Athenaeumbibliotheek, SAB Deventer, Klooster 12 Magazijn 1 55 C 69).

La physionomie portait une attention particulière au nez (« Le Nez n’est pas une des moindres parties qui soient en la face ; puisque c’est elle, qui par-dessus toutes les autres parties rend l’homme ou difforme, ou beau »10 . Comme le montrent les illustrations 8 et 9, les pages des livres physionomiques se caractérisent par des descriptions de différents types de nez. Le nez révèle beaucoup sur le caractère d’une personne (exemple : « Du grand Nez. C’est signe que l’homme est grandement bon »). Ces descriptions vont de pair avec des images qui illustrent le texte :

Illustrations 8 et 9 : Quelques pages de La physionomie humaine.

Les livres des nez constituent une parodie de ces livres scientifiques ((Sur la parodie au Moyen Âge, voir : Martha Bayless, Parody in the Middle Ages. Ann Arbor : The University of Michigan Press, 1996, introduction.)) . L’effet parodique des livres des nez et des broadsheets est visible à travers le fait que ces textes et images attribuent une grande appréciation aux nez étranges, tandis que la physionomie scientifique propage plutôt les implications négatives de certaines formes de nez. Il en va de même pour les livres moins scientifiques, destinés au grand public, attribuant une valeur importante au nez. Par exemple, on affirme dans des Raadselboekjen (petits livres d’énigmes) que le nez doit être considéré comme la partie la plus importante, voire comme un joyau du visage humain. Notons que ces livres d’énigmes furent publiés par les De Lange, à la même période que les livres des nez et les broadsheets sur les nez. Les De Lange produisaient donc des livres et des placards parodiant la physionomie, mais dans le même temps ils publiaient aussi des ouvrages sérieux de physionomistes.

Page de titre d’un Raadselboekjen, publié par les De Lange à Deventer en 1759 (Deventer, Athenaeumbibliotheek, SAB Deventer, Klooster 12 Magazijn 2 DI XVIII 123).

On pourrait donc avancer l’idée que le succès des livres des nez et les broadsheets tient à leur effet parodique : ils constituaient sans doute une réaction comique aux livres physionomiques. On a affirmé la même chose pour les pronostications joyeuses imprimées à l’époque prémoderne. L’action de pronostiquer ou de prévoir l’avenir était, à cette période, considérée comme une science, mais cette science était de plus en plus remise en question. Dans ce contexte, la pronostication joyeuse constituait une contribution comique au débat sur la fiabilité des pronostications officielles11 .

 

Les livres des nez : un produit de la culture joyeuse ?

Cependant, l’histoire ne s’arrête là. Le cas des livres des nez permet aussi, me semble-t-il, d’aller plus loin que la simple constatation que les livres des nez sont une réaction amusante à leur contrepartie « officielle » (les livres physionomiques). Comme je le démontre dans ma thèse, les livres des almanachs-recueils contiennent souvent des textes beaucoup plus anciens. Il vaut donc la peine de se demander si les textes et les images des nez sont eux aussi des réutilisations de matériaux plus anciens.

Il faut placer les livres des nez et les broadsheets dans le cadre plus large de la culture joyeuse, pour laquelle nous savons qu’elle occupait une place prépondérante la société médiévale (XVe-XVIe siècles). Des liens manifestes se dessinent alors entre les livres et broadsheets des nez et la culture festive de la fin du XVIe siècle. Les images des nez, ainsi que leurs descriptions, apparaissent aussi sur des pièces de monnaie conservées au Rijksmuseum :

Illustrations 11 et 12 : Pièces de monnaie conservées dans le Rijksmuseum.

Les mots écrits sur les pièces correspondent à la terminologie utilisée dans les livres des nez et sur les broadsheets « Nazarius » et « Neusen gilde ». La première pièce date de 1576, comme l’indique le texte écrit sur la pièce (« Leyf hebber der Nuesen 1576 »). La deuxième pièce date de 1637. Toutes deux ont sans doute été produites à Anvers12 . On rencontre des pièces similaires avec des écrits en deux langues : le français et le néerlandais. Les numismatistes ont par exemple identifié cet exemplaire :

Pièce datant de 1608, avec les descriptions « Dit is den gulden van Nazaret » et « Chacun pour la syen 1608 » (voir note 13).

Les numismatistes ont affirmé que les pièces ont été produites en hiver, « pendant lequel un grand nombre de nez ont été gelés en Europe et particulièrement en Hollande »13 . Je pense que ces pièces appartenaient plutôt à la culture joyeuse : elles furent sans aucun doute frappées à l’occasion des nombreuses fêtes organisées en hiver. Les pièces fonctionnaient ainsi en tant que souvenir ou objet de commémoration et permettaient de se souvenir des festivités14 .

Il existe encore un autre lien entre les livres des nez, les broadsheets des nez et la culture joyeuse de la fin du Moyen Âge. La première image du broadsheet de l’illustration 5 révèle notamment un détail très particulier :

Détail du broadsheet des nez.

L’image montre, au premier plan, le secrétaire de la guilde des nez « de knegt van ‘t Gilde-geld », reconnaissable à la plume qu’il tient dans la main. Mais nous discernons, au fond, un placard affiché sur le mur (intitulé « Placat[e] »), qui représente le fruit du travail du secrétaire. Étant donné qu’il s’agit d’une guilde joyeuse et parodique, ce placard affiché présente probablement les ordonnances joyeuses sur les nez telles que nous les retrouvons dans certains livres des nez imprimées en format de broadsheet. J’ai identifié un tel placard, présentant des ordonnances joyeuses sur les nez, à la BU de Erlangen-Nürnberg en Allemagne :

Broadsheet avec des ordonnances joyeuses, promulguées par le roi des nez (début du XVIIe siècle) (Erlangen-Nürnberg, Universitätsbibliothek Erlangen-Nürnberg, A X 1, Kasten I.8 ; Fl.88).

Même s’il s’agit dans ce cas d’un texte allemand (et d’un placard illustré), ce broadsheet présente les mêmes ordonnances joyeuses que les livres des nez néerlandais. Dans le même temps, il s’inscrit bien dans les pratiques festives autour du nez dans les anciens Pays-Bas décrite ici. D’après le texte, le broadsheet a été imprimé « nit lang Nach Fastnacht », donc peu après les festivités de Carnaval, probablement pour commémorer les festivités. Le broadsheet avait ainsi une fonction semblable aux pièces de monnaie.

 

L’exemple des livres des nez démontre la longue vie des textes et des motifs de la culture joyeuse de la fin du Moyen Âge et, dans le même temps, notre analyse préliminaire révèle de nouvelles stratégies des imprimeurs aux XVIIe et XVIIIe siècles pour générer du profit en réutilisant ces matériaux plus anciens. Il s’agit ici d’une reprise des éléments de la culture joyeuse (parodie du mandement, motif du grand nez) afin de réaliser des livres des nez et broadsheets pour un grand public. Les livres des nez peuvent ainsi être considérés comme un produit de la culture joyeuse et comme un nouveau type d’interaction (intentionnelle ou non) avec cette culture, de la part d’imprimeurs qui proposent à leurs acheteurs des contreparties comiques aux livres de physionomie, et réutilisent ainsi habilement un matériau plus ancien et librement accessible.

 

Rozanne Versendaal

Project Uncovering Joyful Culture – Université d’Utrecht

  1. Les mandements joyeux français et néerlandais sont l’objet d’étude de notre thèse (prévue pour 2020) [lien : https://www.uu.nl/staff/RMVersendaal/Onderzoek]. []
  2. Les « neusboekjes » font partie de mon futur projet de recherche dédié à la réception de la littérature parodique à l’époque prémoderne et moderne. Ce projet a pour objectif de démontrer la longue vie des textes parodiques tels que les mandements joyeux, ainsi que de révéler les nouvelles gestions de la culture joyeuse et de ses produits à cette période, et par-dessus tout, l’accès des publics très variés à cette littérature et culture []
  3. Pour une explication de la stratégie de vente de l’almanach aux Pays-Bas, voir : Jeroen Salman, « ‘Van sodanige Almanacken, die gevult zijn met ergerlijcke bijvoegselen en oncuyse en onstigtelijcke grillen’. Populaire leesstof in zeventiende-eeuwse almanakken », dans : Literatuur, 10, 1993, p. 76. []
  4. Pour une analyse plus détaillée de l’almanach-recueil en tant que Sammelband, voir  : Rozanne Versendaal, « Livres à la fois sérieux et joyeux. Stratégies de vente des livres populaires de l’imprimeur utrechtois Jacob van Poolsum (1701-1762) », dans : Livre. Revue historique, à paraître. []
  5. Salman, « ‘Van sodanige Almanacken’ », p. 77 ; A. J. Schuur, « Wat moet ik voor mijn neus betalen ? Over twee achttiende-eeuwse ‘neusboekjes’ », dans : Spektator, 8, 1978-1979, p. 107. []
  6. Il est par exemple intéressant de mentionner l’Ordonnantie van de Bedelarye (Ordonnance de la mendicité). Ce texte fut publié pour la première fois à la fin du XVIe siècle, dans un roman picaresque de Mateo Alemán. Nous rencontrons exactement le même texte dans un almanach-recueil datant de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. []
  7. Ces éditions sont listées dans : A. J. Schuur, , « Wat moet ik voor mijn neus betalen ? », p. 106. []
  8. Suzan Folkerts et Garrelt Verhoeven, Deventer Boekenstad. Twaalf eeuwen boekcultuur aan de IJssel. Zutphen : Walburg Pers, 2018, p. 190. []
  9. J. P. Guépin, De beschaving. Amsterdam : Bert Bakker, 1983, pp. 129-130. []
  10. Citation empruntée de Jean Baptiste Porta, La physionomie humaine. Rouen : Jean et David Berthelin, 1665, p. 154. []
  11. Sur la pronostication joyeuse, voir : Herman Pleij et al., Het zal koud zijn in ‘t water als ’t vriest. La Haye : Martinus Nijhoff, 1980. []
  12. Maria Goverdina Antonia de Man, ‘Het Neuzengilde of dat van Nazarius of Nazareth’, in : Jaarboek van het Koninklijk Nederlandsch Genootschap voor Munt- en Penningkunde. Amsterdam, 1915, p. 109. []
  13. Ibidem []
  14. Katell Lavéant, ‘Medieval Joy’, dans : B. Papenburg (éd.), Gender: Laughter. Farmington Hills, MI : Macmillan, 2017, pp. 136-138. []

La reconstruction numérique de manuscrits démembrés : le missel de Beauvais

Les collections européennes de fragments de manuscrits médiévaux, pour la plupart constituées aux XVIIIe et XIXe siècles, sont principalement formées de collections de défaits de reliure ex situ ou d’albums de fragments enluminés découpés. En Amérique du Nord, il était plus courant, à partir du début du XXe siècle, que les bouquinistes démembrent les livres et les vendent page par page, sachant que leurs profits seraient beaucoup plus élevés s’ils vendaient 250 feuilles à 250 acheteurs plutôt que de proposer les pages sous la forme d’un codex entier à un seul acheteur. Les feuilles des livres d’heures gothiques, des bibles de poche du XIIIe siècle et des livres de chorales italiens étaient particulièrement prisées, et il existe aujourd’hui des dizaines de milliers de feuilles uniques éparpillées dans plusieurs centaines de collections nord-américaines. Un grand nombre de ces feuilles proviennent de manuscrits démembrés par une seule personne : Otto F. Ege, un enseignant, collectionneur et vendeur de livres de Cleveland.

Illustration 1: Otto F. Ege (Photo : Denison Library)

Otto Ege a passé la majeure partie de sa carrière en tant que professeur de ce que l’on qualifiait d’ « Arts industriels », et en particulier, de l’histoire et la pratique du graphisme et de l’art d’imprimer, au Cleveland Institute of Art. Il était certes collectionneur de manuscrits, mais il était surtout un libraire de livres anciens, connu pour avoir démantelé de nombreux manuscrits ainsi que des livres imprimés dans les années 1930 et 1940. Une fois démembrés, il vendait les feuilles une par une, ce qui lui permettait, vraisemblablement, de réaliser des profits considérables. Ege a défendu ce que pourrait appeler ce « biblioclasme » dans un article paru en 1938 dans une revue spécialisée intitulée Avocations :

« Les déchireurs de livres ont été maudits et condamnés, mais ont-ils déjà été loués ou justifiés ? Permettre à un millier de personnes « d’avoir et de tenir » une feuille manuscrite originale, et d’obtenir le frisson et la compréhension qui ne viennent que d’un contact réel et fréquent avec ces héritages artistiques, est certainement une justification suffisante pour la dispersion des fragments. Peu de gens peuvent espérer posséder un livre manuscrit complet, mais des centaines d’entre eux possèdent peut-être une feuille1. »

Ses actions destructrices et irréparables ont peut-être été malavisées, quoique conformes aux pratiques de l’époque, mais il avait raison sur un point important : de petites collections partout en Amérique du Nord qui n’auraient jamais pu se permettre d’acheter des codex entiers sont aujourd’hui les propriétaires d’importantes collections pédagogiques de feuilles manuscrites médiévales.

À la fin des années 1940, Ege a commencé à planifier et à mettre en œuvre un projet ambitieux, qui a atteint son apogée sous la direction de son épouse, Louise, après la mort d’Otto en 1951. Ils ont utilisé les feuilles de douzaines de manuscrits différents et d’anciens livres imprimés pour créer des « portfolios » thématiques, dont beaucoup sont encore conservés dans diverses collections. Les Ege ont pris une feuille dans un volume, puis une feuille d’un autre volume, puis encore une feuille d’un troisième volume, et ainsi de suite, et les ont rassemblés dans un jeu de feuilles dont chacune provenait à l’origine d’un codex différent.

Les trois portfolios de ce type les plus courants s’intitulent Fifty Original Leaves from Medieval Manuscripts, Original Leaves from Famous Bibles, et Original Leaves from Famous Books ((Aucun exemplaire de ces livres ne semble aujourd’hui être conservé dans une bibliothèque publique française.)). Les feuilles étaient articulées dans des cartons mats personnalisés avec une bordure de filet rouge distinctive (« vermillon » dans le jargon employé par Ege) et des notes manuscrites d’Otto (ou de Louise) en dessous, identifiées par l’étiquette typographique d’Ege, et logées dans des boîtes personnalisées doublées de bougran. À de très rares exceptions près, les feuilles de ces portefeuilles sont toujours ordonnées dans le même ordre, de sorte que, par exemple, le numéro 15 d’un portefeuille provient du même manuscrit que le numéro 15 de tous les autres portefeuilles de la même série.

Illustration 2 : Feuille issue d’un des « portfolios » d’Ege (collection de l’autrice).

L’une des victimes les plus connues du biblioclasme d’Ege est un manuscrit de la fin du XIIIe siècle connu sous le nom de « Missel de Beauvais ». Dans sa forme originelle, le manuscrit fut vendu par Sotheby’s à Londres le 4 mai 1926 (lot n° 161) dans la vente de la collection d’Henri Auguste Brölemann. Selon le catalogue, le manuscrit était le troisième volume d’un missel à l’usage de Beauvais, avec 309 feuilles et quatre initiales historiques habilement peintes, dont deux sur la feuille reproduite dans le catalogue. Le manuscrit comportait trente-cinq grandes initiales en « or et couleurs », dotées d’extensions marginales en forme de barre sur toute la longueur de la page. Il était relié en cuir de Russie avec des fermoirs en laiton et des boulons métalliques le long des bords de la planche. Les tranches des feuilles étaient dorées à l’or fin, avec « Missel de Bauvais » au pointillé sur le bord inférieur du corps d’ouvrage. L’entrée dans le catalogue de Sotheby’s retranscrit également une inscription ancienne écrite sur le premier recto originellement vierge, attestant que le manuscrit avait été donné à la cathédrale de Beauvais par un chanoine. En raison de l’association avec la cathédrale, le manuscrit est communément connu sous le nom de Missel de Beauvais.

Illustration 3 : Feuille du missel de Beauvais (collection du Cleveland Museum of Art, Ohio, 1982.141).

L’inscription n’est connue que parce qu’elle a été enregistrée par Sotheby’s en 1926. Le Missel de Beauvais a été victime du biblioclasme du milieu du XXe siècle et, dans les années 1940, des feuilles uniques ont commencé à apparaître sur le marché2. Beaucoup de feuilles du Missel de Beauvais ont été intégrées à un des portfolios d’Ege et portent le n° 15 dans la série des Fifty Leaves of Medieval Manuscripts. Sur les 309 feuilles originales du manuscrit, 107 ont désormais été identifiées ; elles sont largement dispersées dans vingt-cinq états américains, dans le district de Columbia et dans deux provinces canadiennes, et d’autres se trouve en Angleterre, en France, en Norvège, en Australie et même au Japon. Soixante-neuf d’entre elles se trouvent dans des collections publiques, et vingt et une dans des collections privées. Le décompte comprend également quinze feuilles connues aujourd’hui intraçables et qui sont identifiables uniquement sur la base de catalogues de libraires. Avec l’aide de l’internet et d’une interface récemment développée, le Missel de Beauvais peut être, et a été, en partie reconstruit numériquement3.

Au fil des années, plusieurs chercheurs ont publié des listes qui énumèrent brièvement les feuilles connues tout en déplorant la perte de ce beau monument à la production de livres gothiques et à l’enluminure dans le nord de la France. Ces feuilles sont trop dispersées pour être réunies physiquement, mais d’autres possibilités commencent à émerger. Dans une étude de 2003 sur le biblioclasme d’Ege, Barbara Shailor a écrit :

« Bien qu’il soit impossible à jamais de recréer un volume d’Otto Ege dans son intégralité – avec le poids du volume (…), l’impression veloutée d’un parchemin bien préparé, ou les impressions sur une reliure estampée – l’arrivée de la technologie électronique semble remarquablement prometteuse dans l’optique de réassembler les fragments4 ».

Quinze ans se sont écoulés depuis que Shailor a publié cet appel aux armes, et plusieurs projets numériques naissants se sont succédés, succombant aux limites de la technologie, à la perte d’élan ou au manque de durabilité qui affectent souvent les initiatives numériques en sciences humaines. Les développements récents de l’imagerie numérique et l’adoption croissante de modèles interopérables en libre accès ont cependant permis, plus de soixante-quinze ans après son démembrement, non seulement de reconstruire numériquement le Missel de Beauvais, mais de le faire dans un format durable qui respecte les meilleures pratiques numériques.

Illustration 4 : Collage de feuilles du Missel de Beauvais.

Le projet Broken Books, entrepris à Saint Louis University, a permis une reconstruction numérique de ce magnifique et important manuscrit. Le modèle Broken Books combine l’interopérabilité et la durabilité d’un environnement open-source du type canevas partagé ou « shared canvas5 » (dans ce cas, Mirador) avec un modèle de données soigneusement conçu qui facilite le catalogage détaillé de chaque feuille tout en permettant une repérabilité sophistiquée. Les images conformes à la norme IIIF (International Image Interoperability Framework) restent stockées sur le serveur de l’institution détentrice (sinon, les images sont conservées sur un serveur IIIF privé) pour être dupliquées dans le canevas partagé dans l’ordre lorsque cela est nécessaire. Simultanément, le modèle de données d’arrière-plan a été conçu en tenant compte des feuilles individuelles : certains champs s’appliquant au manuscrit reconstruit et d’autres à la feuille individuelle ou même aux côtés individuels de chaque feuille. La reconstruction, les métadonnées et une liste complète des feuilles est continuellement mise à jour sur le site de l’auteur, « Reconstructing the Beauvais Missal ».

Illustration 5 : Page d’accueil du site « Reconstructing the Beauvais Missal »

Le site du Missel de Beauvais permet aux lecteurs d’étudier chaque feuille identifiée et d’explorer les découvertes initiales et les reconstructions de chaque cahier. Il invite également les utilisateurs à créer un lien vers la visionneuse Mirador des livres démembrés, où ils peuvent « feuilleter », rechercher et parcourir la reconstruction. Ainsi, en mode « Défiler », les utilisateurs peuvent voir un véritable substitut numérique du manuscrit : on peut le lire tel qu’il devait être lu, avec les versos face aux rectos comme dans l’original, plutôt que de dérouler simplement les images les unes à la suite des autres. Le lecteur peut de cette manière se rapprocher un peu plus de l’objet en trois dimensions. En regardant les feuilles dans leur contexte, le lecteur peut apprécier l’impact visuel de chaque ouverture. Au fur et à mesure que des images de meilleure qualité deviennent disponibles, elles peuvent facilement être insérées pour remplacer celles de moindre qualité, et le modèle en ligne garantit que les données peuvent être continuellement mises à jour et développées.

Il reste beaucoup à apprendre sur le Missel de Beauvais, et de nombreuses feuilles doivent encore être intégrées. Plus de deux cents feuilles ne sont toujours pas identifiées. Cependant, le modèle en ligne permet de faire facilement des ajouts et Mirador permet de réorganiser les feuilles si nécessaire. Le Missel de Beauvais est un témoignage de ce qui fut perdu lorsqu’un manuscrit est démembré et que ses feuilles sont dispersées, mais il fournit aussi une étude de cas prometteuse de ce que peut apporter la « fragmentologie numérique ».

Lisa Fagin Davis
Medieval Academy of America

  1. Otto F. Ege, « I am a Biblioclast », Avocations: A Magazine of Hobbies and Leisure, I (1938), p. 516–20. []
  2. Pour plus d’informations sur ce manuscrit et son histoire, voir Lisa Fagin Davis, « The Beauvais Missal: Otto Ege’s Scattered Leaves and Digital Surrogacy », Florilegium, XXXIII (2016), p. 143-166. []
  3. Voir le site que j’ai développé : « Reconstructing the Beauvais Missal » []
  4. Barbara Shailor, « Otto Ege: His Manuscript Fragment Collection and the Opportunities Presented by Electronic Technology », The Journal of the Rutgers University Library, LX (2003). []
  5. Pour mieux comprendre ce concept, voir l’article de Régis Robineau, « Comprendre IIIF et l’interopérabilité des bibliothèques numériques », billet publié dans Insula, 8 novembre 2016, NDT. []

Des livres de fleurs peintes sur papier et parchemin : repenser le florilège

La Bibliothèque nationale de France possède un codex de 54 gouaches sur parchemin habituellement appelé Florilège de Nassau-Idstein (Inv.-Nr. Manuscrit. Rés. Ja-25-Fol) et connu à l’étranger sous le nom de ‘Nassau Florilegium’. Peint par Johan Jakob Walther (ou Johann Walter) entre 1652 et 1665, il inclut des representations du Comte de Nassau, du château et du  jardin d’Idstein, et des fleurs et fruits de ce jardin1. Deux autres institutions européennes comptent des volumes similaires du Florilège de Nassau-Idstein dans leurs collections. Le Victoria and Albert Museum à Londres possède 133 études de fleurs ainsi que plusieurs vues du jardin peintes sur papier et reliées en deux volumes (Inv.-Nr. 9174 & 9175) (illustration 1)2. Le Städel Museum à Francfort a récemment fait connaître ses deux volumes du Florilège (Inv.-Nr. Bibl. 1596), contenant 130 gouaches de fleurs sur parchemin3.

Illustration 1: Une étude de fleur tirée du volume 1 du Florilège de Nassau-Idstein conservé au Victoria and Albert Museum (H 600 mm x L 462 mm). Image: © Victoria and Albert Museum, Londres.

Le florilège : une catégorie de livre

Les différents volumes du Florilège de Nassau-Idstein sont le produit d’un art du jardin et d’une horticulture florissants dans la première modernité, en particulier au XVIIe siècle. Au sens le plus général, un florilegium – littéralement : un ‘livre de fleurs’ – est une collection d’images de fleurs. Les florilèges sont essentiellement des livres d’images. La gravure sur cuivre (parfois coloriée à la main) et la peinture à la main à la gouache ou à l’aquarelle sont les deux techniques majeures pour produire un florilège. Le texte n’apparaît souvent que dans les sections d’introduction pour indiquer la possession des plantes, ainsi que dans les légendes des illustrations. Les florilèges du XVIIe siècle ont tendance à montrer la floraison des plus précieuses variétés cultivées, et proposent souvent plusieurs variations de couleurs de la même fleur. Beaucoup de florilèges, dont le Florilège de Nassau-Idstein, sont liés à des sites spécifiques dans lesquels ces fleurs existaient, ce qui en fait une sorte de catalogue visuel des collections de plantes d’un jardin4

Cependant, le florilège en tant que catégorie de livre n’est pas aussi homogène que décrit ci-dessus. Ce billet de blog vise donc à problématiser certaines questions connexes que j’ai rencontrées après une année de recherche doctorale. Mon projet examine le Florilège de Nassau-Idstein et les florilèges manuscrits similaires en tant qu’objets matériels. En étudiant de près le contenu, les matériaux et les techniques d’une sélection de florilèges du XVIIe siècle, je cherche à mieux comprendre la production artistique et intellectuelle de ce genre de livre. Ainsi, que nous apprend l’application de l’aquarelle et de la gouache sur les fleurs dans ces études concernant la science  des couleurs dans la première modernité ? En plus de leur valeur artistique, les florilèges présentent-ils une valeur épistémique dans la promotion ou la production des connaissances visuelles sur les plantes à la Renaissance et au XVIIe siècle ?

Fonctionnalité et contexte de production

Un premier pas vers la réponse à ces questions est de saisir l’ampleur et la diversité des florilèges du XVIIe siècle. Le Florilegium (vers 1589) du graveur Adriaen Collaert (illustration 2) est le premier à avoir utilisé ce mot pour désigner une collection d’images de fleurs5.

Illustration 2: Une planche du Florilegium d’Adriaen Collaert’s florilegium (H 177 mm x L 126 mm). Image: Rijksmuseum, Amsterdam.

Le livret fonctionne davantage comme un livre de patrons pour les textiles et autres objets d’artisanat6. Ainsi, même s’il s’agit d’un florilège en tant que livre de fleurs du jardin, il a une fonction primaire différente de celle du Florilège de Nassau-Idstein. En 1608, le graveur Pierre Vallet publie Le Jardin du Roy tres Chrestien Henry IV (illustration 3)7.

Illustration 3: Une planche du florilège de Pierre Vallet (H 361 mm x L 252 mm). Image: BnF, Paris.

Le florilège représente des fleurs du jardin d’Henri IV, mais il sert aussi de livre de modèles, Vallet l’ayant intentionnellement conçu pour et dédié à Marie de Médicis et à son cercle de broderie8. L’un des florilèges les plus célèbres est l’Hortus Eystettensis (1613) de Basilius Besler (illustration 4)9. Les plantes de ce florilège somptueux furent dessinées à partir de spécimens récoltés dans le jardin de l’évêque Johann Konrad von Gemmingen à Eichstätt, en Bavière10. La fonction du florilège comme catalogue d’images d’un jardin est donc beaucoup plus enracinée dans le livre de Besler.

Illustration 4: Une planche du florilège de Basilius Besler (H 55cm). Image: Jardins botaniques royaux, Madrid.

Les trois florilèges imprimés montrent le caractère fluide et souple du genre. En un sens, le Florilège de Nassau-Idstein est un exemple sans ambiguïté, malgré le fait que de nombreux détails historiques restent inconnus et que les questions relatives aux volumes qui nous sont parvenus demeurent sans réponse. Le Florilège de Nassau-Idstein fonctionne comme l’Hortus Eystettensis de Besler, mais avec des pages peintes à la main au lieu de planches gravées. Il catalogue les plantes cultivées dans le jardin du comte de Nassau à Idstein. La correspondance entre le comte de Nassau et Johann Jakob Walther nous indique que le peintre se rendit au moins huit fois de son domicile à Strasbourg au domaine du comte à Idstein pour son travail sur les études florales11. Le Florilège de Nassau-Idstein, dans son ensemble, présente une attribution relativement claire concernant son peintre, son mécène et son jardin. En comparaison, de nombreux florilèges manuscrits ne disposent pas d’une documentation aussi complète ; il est donc plus difficile d’en apprendre davantage sur leurs fonctions et leurs contextes de production envisagés.

Problèmes de titre, de description et de contenu

Le Florilège de Nassau-Idstein est considéré comme l’une des meilleures œuvres du genre, ce qui inscrit ses volumes parmi les plus prisés à inclure et à présenter dans les expositions. Il existe un certain nombre de florilèges manuscrits du XVIIe siècle tout aussi remarquables, dont le Codex Gottorfer (Inv.-Nr. KKSgb2947-KKSgb2950) conservé au Musée des Beaux-Arts du Danemark (Statens Museum for Kunst) à Copenhague (figure 5)12.

Des fac-similés magnifiquement imprimés de ces florilèges et des reproductions dans des catalogues d’exposition ont permis aux chercheurs et au public de les admirer et de les étudier assez facilement. Les florilèges avec des mécènes et des peintres moins connus ou de moindre qualité ne partageaient pas la même accessibilité dans le passé. Heureusement, grâce aux notices de plus en plus complètes des catalogues en ligne et à la récente vague de numérisation des collections de livres rares, de nombreuses institutions ont fait revivre pour le lecteur moderne des florilèges auparavant moins connus.

Illustration 5: Une étude de fleur du Gottorfer Codex (H 505 mm x L 385 mm). Image: Musée des Beaux-Arts du Danemark, Copenhague.

Néanmoins, identifier un florilège potentiel dans une bibliothèque ou une collection de musée n’est pas une tâche aisée. Les florilèges imprimés incluent habituellement les mots florilegium ou hortus (ou bien leurs traductions vernaculaires) dans leurs titres. Les florilèges manuscrits, en revanche, sont souvent sans titre et l’on doit donc se fier aux descriptions pour les identifier. Dans de nombreux cas, au lieu d’utiliser le terme de florilège, un volume pouvait être simplement décrit comme une collection d’aquarelles ou de gouaches de plantes. Parfois, la description d’un volume pourrait laisser penser que l’on se rapproche d’un florilège, mais elle peut se rapporter à un contenu très différent. Par exemple, un codex de la Dumbarton Oaks Research Library and Collection à Washington, D.C., est aujourd’hui décrit comme une « Collection de 78 planches de plantes en aquarelle (N° Inv.014234313) » (illustration 6)13. En ouvrant le livre (numérisé), cependant, il m’est apparu clairement que le volume est un herbier, qui décrit les propriétés médicinales d’un certain nombre de plantes illustrées.

Illustration 6: Exemple de deux descriptions et de deux illustrations de plantes de la « Collection de soixante-dix-huit planches d’aquarelles de plantes » (H 200 mm). Image: Dumbarton Oaks Research Library and Collection, Washington, D.C.

Pourtant, ce type de description neutre est, à mon avis, une bonne pratique pour les codex sans titre. Souvent, un codex contenant des images de plantes échappe à toute catégorisation stricte. Par exemple, l’Herbarium Danicum sempervivum (Inv.-Nr. GKS 722 folio) de la Bibliothèque royale du Danemark (Det Kongelige Bibliotek) à Copenhague comprend deux parties distinctes (illustration 7)14. La première moitié appartient plus typiquement à la tradition européenne renaissante des herbiers, avec des plantes médicinales ou utilitaires dont la plupart des parties (racines, feuilles et fleurs) sont représentées. La seconde moitié, cependant, ressemble au contenu et à l’esthétique d’un florilège, présentant des tulipes, des oeillets, des jacinthes et autres fleurs de jardin écloses, dans des variations de couleurs différentes. Ce livre est à la fois une plante et un florilège, et le classer comme l’un ou l’autre limiterait notre compréhension du codex.

Illustration 7: Une étude de plantes de la première moitié (à gauche) et une étude de fleurs de la seconde moitié (à droite) de l’Herbarium Danicum sempervivum (H 420 mm x L 280 mm). Image : Bibliothèque royale du Danemark, Copenhague.

Les limites du florilège en tant que catégorie de livre

Les questions mentionnées ci-dessus peuvent être à la fois trop généralisantes et trop tatillonnes. Cependant, au fur et à mesure que j’étudie d’autres codex contenant des fleurs et des plantes peintes, je me rends compte de la nécessité de repenser la définition du florilège, et je me demande si le concept de catégorie de livre est utile pour comprendre ces collections de gouaches et d’aquarelles végétales. Malgré le nombre croissant de volumes que j’ai pu consulter, il est devenu évident que je ne vois pas un panorama complet de l’étendue et de la diversité des œuvres qui nous sont parvenues. Il n’est même pas possible de se rendre dans les grandes bibliothèques de toutes les villes européennes pour examiner en personne les codex d’aquarelles et des gouaches végétales ; de nombreuses collections moins connues attendent peut-être encore d’être numérisées, ou même d’être aussi inscrites et décrites dans des catalogues.

L’un des objectifs de mes recherches de doctorat est de commencer à dresser une liste des collections d’aquarelles et de gouaches de plantes dans la première modernité, afin d’encourager des recherches futures sur ces matériaux pour toutes les personnes intéressées. Je lance donc aussi un appel aux conservateurs, aux bibliothécaires, aux archivistes, aux chercheurs ou à toute personne qui connaît l’existence de collections similaires d’images botaniques pour me faire parvenir certaines informations (description, créateur, date, numéro de catalogue, institution institution de conservation, image, etc.) Un ouvrage de haut niveau et bien documenté comme le Florilège de Nassau-Idstein est un excellent point de départ pour mieux comprendre les florilèges manuscrits de la première modernité. Mais pour obtenir une perspective encore plus complète et holistique sur ces collections d’aquarelles/gouaches de plantes, il nous faudra un effort collectif.

Jessie Wei-Hsuan Chen
Université d‘Utrecht

  1. Pour une introduction générale sur ce florilège, voir Laure Beaumont-Maillet, Le Florilège de Nassau-Idstein: Johann Walter (Paris: Bibliothèque nationale de France, 2010). []
  2. Pour une introduction générale sur ce florilège, voir Gill Saunders, Picturing Plants: An Analytical History of Botanical Illustration (Londres: Zwemmer / Victoria and Albert Museum, 1995), 41; Jenny De Gex, ed., So Many Sweet Flowers: A Seventeenth-Century Florilegium, Paintings by Johann Watther 1654 (Londres: Pavilion Books, 1997). []
  3. Pour une introduction générale sur ce florilège, voir Jenny Graser & Martin Sonnabend, “Johann Walter der Ältere und das Florilegium des Grafen Johannes von Nassau-ldstein”, Maria Sibylla Merian und die Tradition des Blumenbildes von der Renaissance bis zur Romantik, éd. Magdalena Bushart, Catalina Heroven, Michael Roth & Martin Sonnabend (Frankfurt am Main & Münich: Staatliche Museen zu Berlin – Preußische Kulturbesitz, Städel Museum / Hirmer Verlag, 2017), 101–115. []
  4. Sur le genre du florilège, voir Saunders, Chapitre 2: Florilegia and Pattern Books, 41–64; Claus Nissen, Die botanische Buchillustration: Ihre Geschichte und Bibliographie (Stuttgart: Hiersemann Verlags-Gesellschaft m.b.H., 1951), 66–80; Wilfrid Blunt & William T. Stearn, The Art of Botanical Illustration, réédition (Suffolk: ACC Art Books, 2015), 13–14. []
  5. Adriaen Collaert, Florilegium (Antwerp: Philips Galle, c. 1589). Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  6. Nissen, 68–69. []
  7. Pierre Vallet, Le jardin du roy très chrestien Henry IV, Roy de France et de Navarre. Dédié à la Royne (Paris: Pierre Vallet, 1608). Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  8. Blunt & Stearn, 99–100. []
  9. Basilius Besler, Hortus Eystettensis (Nüremberg: [s.n.], 1613). Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  10. Nissen, 71–73; Blunt & Stearn, 104–106. []
  11. Graser & Sonnabend, 105. []
  12. Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  13. Voir la version numérisée (consultée le 27 août 2019). []
  14. Voir la version numérisée (consultee le 27 août 2019). []

Les apports d’une charnière sur la librairie parisienne du début du XVIe siècle

Plusieurs billets de ce blog ont été consacrés à la manière dont les défets imprimés conservés dans des reliures pouvaient cacher les reliquats d’éditions perdues et pouvaient ainsi servir pour mieux comprendre le monde du livre1. Ces éléments, rarement signalés ou répertoriés, sont une des richesses cachées des bibliothèques et qui promettent encore de belles découvertes. Mais ces feuilles insérées pour renforcer les plats ne sont pas les seules parties des reliures à pouvoir être exploitées par les chercheurs. Encore plus obscurs et moins analysés et pris en considération que les défets trouvés dans les plats, les renforts de la structure mécanique du volume comme les claies et les charnières peuvent également apporter de précieuses informations nouvelles.

Illustration 1 : la position de la charnière dans un livre

La charnière est le renforcement qui se situe dans le mors intérieur du volume. Dans les livres du XVIe siècle elle est, le plus souvent, fabriquée à partir d’une bande de parchemin tout comme les claies. La distinction avec cette dernière est que la charnière ne couvre pas le dos : elle est donc plus fine que la claie et ne réapparaît pas de l’autre côté du bloc texte. Une seconde charnière peut être placée à la fin, parfois pris du même parchemin que le premier. Comme avec les claies, ces bandes sont en général des réemplois : on réutilisait d’anciens parchemins que l’on ne souhaitait plus conserver.

Parfois, il s’agissait de manuscrits médiévaux que l’on dépiécait et découpait : leur contenu semblait dépassé et sans réel intérêt dans l’ère de la Renaissance et de l’imprimé. Dans certains cas les plus extrêmes, des possesseurs pillaient les bibliothèques religieuses locales pour fournir aux relieurs le parchemin et réduire ainsi les coûts de la nouvelle reliure2. Plus prosaïquement, on utilisait des actes et des copies d’actes légaux dont la durée de vie utile semblait révolue. C’est un de ces cas-ci que nous allons étudier.

Illustration 2 : Ibn-al-Haiṯam, al-Ḥasan Ibn-al-Ḥasan, Opticae thesaurus Alhazeni Arabis libri septem, Bâle : Eusebius Episcopius et les héritiers de Nikolaus II Episcopius, 1572, USTC 603289.

Le livre qui nous intéresse est un traité d’optique publié sur les presses bâloises d’Eusebius Episcopius en 1572 conservée à l’Enssib. L’édition en elle-même est loin d’être rare puisqu’on en recense aujourd’hui plus de 70 exemplaires dans l’ Universal Short Title Catalogue3. L’exemplaire en question ne présente pas de particularités notoires : une provenance d’institution religieuse inscrite sur la page de titre (« Ex biblioth. Fulientina Paris. S. Bernardi ») et répétée par l’apposition d’une marque sur les plats de la reliure indique qu’il s’agit d’un livre qui avait appartenu à la bibliothèque des Feuillants de la rue Saint-Honoré à Paris dont le monastère fut établi en 15874. Le volume fut confisqué à la Révolution française avant d’être déposé dans la bibliothèque où il se trouve aujourd’hui.

Illustration 3 : La marque de la bibliothèque des Feuillants de Paris.

Ce qui rend le volume remarquable est la première charnière en parchemin reliée devant les premières gardes qui précédent la page de titre. Il s’agit d’un acte dont il ne subsiste, malheureusement, que les premières lignes du texte mais dont l’intérêt est qu’il traite de divers libraires actifs à Paris au XVIe siècle. Les quatre lignes sont écrites d’une main particulièrement lisible dont nous retranscrivons le contenu ci-dessous :

« Honnorables hommes Simon Tribalet et Guillaume Hochart libraires demourans Paris ont dit en ceste court et pour verité asseuré qu’ilz ont bonne congnoissance de Pierre Deaust aussi libraire demourans à Paris et et scevent que ledit Deaust ou mois de septembre derrain passé du jour ne sont records fut esposé en nom de mariage avec Claude de Brie, fille Jehan de Brie et en furent les esposalles… »

Illustration 4 : La charnière et son texte.

Quatre libraires sont donc nommés dans ce texte. L’acteur central est Pierre Deau ou Deaue, ici orthographié Deaust. Un libraire attesté en 1524 et 1525, il travaillait rue Saint Jacques à l’image Notre Dame5. Sans édition qui le nomme explicitement sur la page de titre, il est surtout connu à travers son inventaire après décès, dont la rédaction commença le 3 mai 1525, mais qui ne fut remis que le 19 mars 15376. Cet inventaire, conservé aux Archives Nationales et publié par Ernest Coyecque il y a plus d’un siècle7, dévoile une spécialisation dans le domaine des livres d’heures, un marché important au sein des livres religieux qui dominaient la librairie parisienne de cette époque8.

Le texte ne nous donne que peu de clefs quant à son activité, mis à part qu’il était déjà un libraire au moment de la rédaction du texte. Le document tourne autour de son mariage à Claude de Brie, la fille de Jean de Brie, également un libraire. Décrit par ailleurs comme un doreur, il était actif entre 1509 et 1522 en la rue saint Jacques devant Saint Yves à l’enseigne de la limace. Sa mort est datée entre le 6 juillet 1522 et le 17 janvier 15239 et comme le document ne le décrit pas comme « feu Jehan », on peut le présumer en vie, ce qui offre un premier terminus ante quem : l’acte fut rédigé avant la fin 1522. C’est-à-dire que le document montre que le début de l’activité de Pierre Deau en tant que libraire peut être repoussé en amont des dates précédemment données. 

Illustration 5 : Descendance de Jean de Brie selon Coyecque (op. cit.)
Illustration 5 : Descendance de Jean de Brie selon Coyecque (op. cit.)

Mais on peut aller plus loin. Le document évoque le mariage de Pierre Deau et de Claude de Brie comme ayant eu lieu l’année précédente au mois de septembre (même si les deux témoins ne pouvaient pas se mettre d’accord sur la date précise). Or nous savons, par ailleurs que comme l’indique Coyecque dans son tableau (illustration 5), ils eurent une fille prénommée Jeanne née en mai 1515. Le mariage devait donc avoir eu lieu au plus tard en septembre 1514 – le nouveau terminus ante quem du document est donc septembre 1515 soit neuf années avant la date première d’activité suggéré par Renouard et huit avant celle suggérée par la notice autorité de la BnF.

Le fait que Deau ait été en dispute au sujet de son mariage est également intéressant. Bien plus tard, en janvier 1523, il fut à son tour témoin dans un autre cas touchant cette fois la demi-sœur cadette de sa femme, Geneviève de Brie. Orpheline et encore mineure, elle avait contracté un mariage à l’insu de ses tuteurs à Noël Sucevin qui n’était autre que le frère d’Agnès, la dernière épouse de Jean de Brie10. Mis devant le fait accompli, les tuteurs ne pouvaient qu’entériner le mariage qui devait immanquablement renforcer la position d’Agnès Sucevin en tant que gestionnaire de l’officine de son défunt mari. Elle continua par ailleurs à publier sous le nom de Jean de Brie et contracta elle-même un autre mariage dès janvier 1524, épousant le libraire Jean Royer qui acheta à Noël sa part de l’héritage trois ans plus tard11. Ces tractations démontrent la complexité et l’importance des enjeux des choix matrimoniaux dans le monde de la librairie parisienne de cette période, d’autant que l’incertitude et la nécessité d’attester du mariage de Pierre Deau et de Catherine de Brie suggèrent là aussi une union contractée en dehors des pratiques habituelles.

Les témoins du fragment de document préservé comme charnière sont moins connus que les protagonistes principaux et leur seule présence est intéressante. Guillaume Hochart n’est attesté comme libraire qu’en 154612. À cette date il signait un accord pour occuper une maison et le jardin attenant rue de Versailles sur le coin de la rue Traversine13. Simon Triballe ou Triballet, quant à lui, n’est connu que par une sentence qui reconnaît une dette qui lui était due pour la vente d’une jaquette en 1528.14. Ces deux libraires ne publièrent pas d’éditions, se contentant de vivre de la vente de livres, mais avec une carrière dont ce texte transforme la compréhension puisqu’elle démontre qu’ils étaient à l’œuvre au moins dès 1515, soit respectivement 31 et 13 années plus tôt que les mentions précédentes nous permettaient de savoir.

Enfin, si on retourne à l’exemplaire de l’Opticae thesaurus libri septem, la charnière n’est pas sans enseignement pour l’histoire du volume. La reliure en parchemin souple est probablement la première et seule reliure que cet exemplaire ait eue. Il est improbable qu’on ait voulu remplacer une reliure précédente ainsi que ses gardes pour mettre une couvrure aussi basique à sa place. Ainsi, le contenu de la charnière nous permet de spéculer que le livre fut relié à Paris et qu’il vint de Bâle sous la forme de feuilles. La différence de date entre la rédaction du fragment manuscrit (avant septembre 1515) et l’arrivée des feuilles à Paris en 1572 au plus tôt nous montre aussi que le document avait été préservé pendant au moins une cinquantaine d’années avant d’être considéré superflu. Ces détails pris de manière isolée n’apportent que des enseignements limités mais, additionnés ensemble, ils nous apportent des renseignements précieux sur des personnes et des pratiques commerciales par ailleurs peu documentées. Une bonne raison pour porter plus d’attention aux bribes de texte et de sens que peuvent fournir les charnières et les claies.

Malcolm Walsby
Enssib, Université de Lyon

  1. Malcolm Walsby, Les derniers témoins d’imprimés perdus, billet du 21 septembre 2018, et Laurent Guillo, Un imprimé perdu : l’Office de Sainte-Cécile d’Abraham Blondet (Paris, 1611) billet du 12 octobre 2018 []
  2. Voir le cas des bibliothèques religieuses d’Utrecht : Bart Jaski, « Collecties handschrift-fragmenten in de Universiteitsbibliotheek Utrecht » dans Bart Jaski, Marco Mostert, et Kaj van Vliet (dir.), Perkament in stukken: Teruggevonden middeleeuwse handschriftfragmenten, Hilversum : Uitgeverij Verloren, 2018, p. 23-32. []
  3. Au moins trois exemplaires sont numérisés et accessibles sur les plateformes de Gallica, de E-rara et de Archive.org. []
  4. Alfred Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris : églises, monastères, collèges, etc., Paris : Imprimerie impériale, 1867-1873, II, 281-286. La marque est la même que la première identifiée par Franklin à la page 284. []
  5. Philippe Renouard, Imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d’imprimerie, puis l’introduction de l’imprimerie à Paris, 1470) jusqu’à la fin du XVIe siècle, Paris : A. Claudin, 1898, édition remaniée par Jeanne Veyrin-Forrer et Brigitte Moreau, Minard : 1965, p. 108 []
  6. On lui attribue néanmoins une édition, le Viatorium seu instructorium clericorum ad sacros ordines promoventium ac omnibus viris ecclesiasticis utile sur la base chancelante que la marque utilisée porte ses initiales. Philippe Renouard et Brigitte Moreau, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, III, 1521-1530, Abbeville : F. Paillart, 1985, n°757. []
  7. « Cinq librairies parisiennes sous François Ier, 1521-1529 », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, XXI (1894) 53-136 aux pages 89 à 96. L’original est dans le Minutier central des Archives Nationales, étude XXXIII, carton 10, f. 252-269. []
  8. voir Paul Nelles « Three Audiences for Religious Books in Sixteenth-Century France » dans Andrew Pettegree, Paul Nelles et Philip Conner (dir.), The Sixteenth-Century French Religious Book, Aldershot; Ashgate, 2001, p. 256-285 à la page 265. []
  9. Renouard, Imprimeurs parisiens, libraires… p. 56 []
  10. Voir les accords passés le 29 janvier 1523 devant notaire et conservées au Minutier central des Archives Nationales, étude XXXIII, carton 7, f. 357-358. []
  11. Coyecque, op. cit., p. 88. []
  12. Renouard, Imprimeurs parisiens, libraires… p. 206. []
  13. Philippe Renouard Documents sur les imprimeurs, libraires, cartiers, graveurs, fondeurs de lettres, relieurs, doreurs de livres, faiseurs de fermoirs, enlumineurs, parcheminiers et papetiers ayant exercé à Paris de 1450 à 1600, Paris : Honoré Champion, 1901. p. 130 []
  14. Renouard, Imprimeurs parisiens, libraires… p. 415 et Renouard Documents sur les imprimeurs, libraires… p. 268. Jacquette ici ne fait sans doute pas référence à son utilisation aujourd’hui courante dans le domaine du livre, mais en tant que « vêtement de dessus descendant jusqu’aux genoux, porté par les hommes (parfois les archers) », voir le Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500). []

Dites-le avec des tutoriels. Comment améliorer l’aide à la recherche bibliographique ?

En salle de lecture du Fonds ancien de la Bibliothèque municipale de Lyon, il n’est pas rare de constater que les chercheurs, novices ou expérimentés, ignorent l’existence de ressources intéressant directement leurs sujets d’études. Côté chercheur, comment être sûr que ses techniques de recherches parcourent l’entièreté des collections et des ressources liées au patrimoine? Côté bibliothécaire, comment informer efficacement des publics aux exigences diverses?

J’aimerais présenter l’apport des tutoriels pour le monde de la recherche comme pour le personnel des bibliothèques. J’entends par ‘tutoriel’ un document permettant de faire le point sur une recherche thématique et/ou par type de support. Mode d’emploi des catalogues, bibliographies, travaux antérieurs… Les tutoriels synthétisent le niveau d’information dont dispose l’institution qui les produit sur un point spécifique. Si réaliser de tels guides n’est pas une idée nouvelle, les enrichir et les démultiplier me semble indispensable à une époque où peu d’étudiant.e.s osent se lancer dans la recherche en sciences humaines, et où même leurs professeurs manquent de temps pour maîtriser les outils documentaires. L’enjeu est d’encore améliorer la qualité du renseignement en bibliothèques, et par ricochet l’expertise des chercheurs.

Illustration 1: La BmL conserve 2,6 millions de documents patrimoniaux, sur tous supports. Comment s’y retrouver alors que tout n’est pas catalogué ?

Les tutoriels s’adressent à tous les chercheurs

L’intérêt des tutoriels est évident pour les jeunes chercheurs. La réussite en premier cycle dépend en partie du délai d’acquisition des compétences en matière de recherche bibliographique et documentaire. Les tutoriels rendent les étudiants de Licence plus rapidement opérationnels, leur permettant de cartographier les bases de la recherche documentaire (diversité et mode d’emploi des différents catalogues) ou les éléments relatifs à une thématique précise (par exemple : Lyon et la Révolution française à la BmL, ou les ressources documentaires jésuites en France).

Illustration 2: Page d’accueil catalogues / tutoriels sur le site de la BmL

On constate aussi l’apport que représentent ces documents pour les étudiants de M1 ou M2 se réorientant vers une nouvelle filière. À titre d’exemple, le Fonds ancien de la BmL accueille souvent des littéraires ou des historiens du Master HCP, débutants en histoire du livre. Ces publics, soucieux de bien faire mais souvent inquiets de leur inexpérience, sont soulagés de recevoir dès septembre des tutoriels leur présentant simultanément les outils de base (usuels de la salle de lecture, recherche dans le catalogue) et ressources expertes (identification des ornements, filigranes…) ; ils se sentent ensuite plus légitimes à endosser le rôle de chercheur s’intéressant aux collections patrimoniales. Quel que soit leur cursus antérieur, les étudiants sont ainsi mis sur un pied d’égalité, en plus de simplement se sentir accueillis. Il n’est pas rare d’entendre « si j’avais découvert plus tôt cette ressource… » lors des présentations du Dictionnaire encyclopédique du livre, de VIAF, et parfois même du Sudoc.

Illustration 3: Le Dictionnaire encyclopédique du livre (2002-2011). Aider les étudiants à s’approprier les usuels en histoire du livre permet de les rendre plus rapidement autonomes

Les chercheurs aguerris nous font également de très bons retours, soit parce que les tutoriels leur permettent de faire le point sur l’ensemble des ressources disponibles sur un sujet (L’histoire du livre et de l’imprimerie : les collections à Lyon), soit parce qu’ils découvrent par leur biais des astuces de recherche (fonctionnement de la troncature dans le catalogue, recherche bibliographique autour d’un manuscrit…). 

Illustration 4: Astuce catalogue permettant d’identifier des références bibliographiques au sujet d’un manuscrit

Nombre d’enseignants du supérieur indiquent être eux aussi intéressés par des tutoriels leur permettant de s’appuyer sur le travail des bibliothécaires. Menant de front enseignement, recherche et charge administrative, les professeurs manquent de temps pour garder un œil sur les nouvelles ressources en ligne, ou rédiger un document synthétique sur une thématique donnée. Partant de ce constat, la BmL a récemment mis en ligne un document relatif aux ressources sur le fait religieux, afin d’offrir un panorama de la littérature de référence, des sources, et des bases en ligne liées à ce sujet. Les enseignants du secondaire étant potentiellement intéressés par des volets comme la recherche iconographique pour illustrer leurs cours, la section « iconographie » de ce document pourrait intéresser le rectorat ou les forums pédagogiques. Il peut d’ailleurs être vu comme un versant patrimonial d’une bibliographie sur le fait religieux et la laïcité en ligne depuis 2017.

Accroître la collaboration au sein des services, et avec le monde de la recherche  

Les bibliothécaires eux-mêmes ne connaissent pas toutes les ressources existantes : plus les collections sont riches et complexes, moins il est possible aux professionnels de tout savoir à leur sujet. Or c’est précisément ce « tout » qui intéresse les chercheurs : que l’on travaille sur la Révolution, la gravure au XVIIe ou les entrées royales, c’est bien l’ensemble des ressources disponibles sur le sujet que l’on cherche, avant de réaliser un tri et de prioriser. La rédaction de tutoriels invite les équipes gérant les fonds patrimoniaux à travailler de concert. Avant d’être validés, de nombreux allers-retours sont requis durant la conception de ces documents par les équipes. Les tutoriels améliorent la qualité et la rapidité du renseignement, donnant de l’air aux responsables de services qui peuvent ainsi se concentrer sur les aspects stratégiques de leur métier (gestion d’ensemble des magasins, numérisation, ou encore l’indispensable contact avec les universités et les enseignants-chercheurs).

Les tutoriels sont également l’occasion de collaborer avec le monde de la recherche. Les universitaires ont le plus souvent une idée précise des outils manquants pour appréhender les fonds patrimoniaux : quelle est l’histoire des fonds ? Comment utiliser les anciens catalogues ? Les marques de provenances sont-elles étudiées ? Quelle est la proportion entre ce qui est catalogué ou non ? Avec quel degré de détail les documents antérieurs à 1800 sont-ils décrits ? Quels sont les pans de collections numérisés ? Une co-construction des tutoriels entre bibliothécaires et universitaires pourrait être plus fréquente, ces documents étant à l’interface de leur expertise respective. Un travail conjoint est d’ailleurs souvent réalisé en fin de rédaction, les chercheurs étant les plus à même d’évaluer ces documents qui leur sont au final destinés.

Illustrations 5 et 6: Les anciens catalogues sont souvent méconnus des chercheurs, voire des bibliothécaires. La mise par écrit de leur mode d’emploi est un enjeu pour la recherche (date de création/d’arrêt d’usage, signification des abréviations, utilisation…)

Ce souhait d’une co-construction d’outils semble partagé, à l’image des discussions de la journée d’étude du GADGES en mai 2019 relatives au travail sur les recueils factices. Une fois produits, les tutoriels peuvent être communiqués via le site internet de chaque institution, mais également de manière systématique lors des sessions de formation à la recherche (en début d’année universitaire notamment), ou lors des accueils personnalisés de chercheurs. Ces documents font donc plus largement partie d’une économie de circulation de l’information relative aux collections et à leur traitement.

Un point difficile peut être de circonscrire le périmètre de ces outils. La BmL dissocie par exemple les tutoriels concernant les ressources internes de ceux relatifs aux ressources extérieures. Ces documents peuvent être complétés par des pages plus simples à rédiger, par exemple de présentation des fonds (sous forme de descriptifs, de Foire Aux Questions ou des schémas de provenance des documents). Permettant de se repérer dans la masse des documents et des outils de recherche disponibles, ils aident in fine les chercheurs à identifier les pistes de recherche fructueuses qui mériteraient d’engager un travail de master, doctorat, ou simplement la rédaction d’un article.

La rédaction de tutoriels est donc un travail collectif devant impliquer les chercheurs. Ses effets sont rapidement visibles sur la maîtrise des ressources documentaires par le monde universitaire. Les tutoriels renversent en fait la charge de la preuve quant à l’intérêt des collections : les bibliothécaires devancent ainsi les questions des chercheurs, souvent débordés par ailleurs. Cette démarche d’aide à la recherche bibliographique est d’autant plus nécessaire avec la montée en puissance du renseignement à distance ; elle met « à égalité » les chercheurs se trouvant sur place ou non, comme ceux qui connaissent personnellement les bibliothécaires ou non. Peut-être même les tutoriels traduits en anglais ou en langue des signes seront-ils un jour une évidence. En plus de leur mise en ligne, les tutoriels peuvent être communiqués aux départements d’universités, aux chercheurs individuels, et systématiquement présentés aux étudiants de premier cycle. On touche ainsi au cœur de métier des bibliothécaires et de leur mission de service public : rendre accessible sans discrimination une information compréhensible et fiable, dont les usagers sont ensuite libres de se saisir.

Quelques pistes de tutoriels :

Yann Kergunteuil
Bibliothèque municipale de Lyon, fonds ancien

 

Le corps des livres (I) : une allégorie de l’anatomie féminine, (Jacopo Berengario da Carpi, Commentarii… 1521)

Voir et faire voir

Dans la première moitié du XVIe siècle, les anatomistes « sensibles » –qui veulent baser la connaissance sur l’observation et non sur la seule tradition–, affirment reformer –et réformer– la science médicale par le regard direct qu’ils portent sur le corps et fondent une nouvelle épistémologie basée sur le regard1. Présentée comme un retour aux sources du savoir, cette renaissance scientifique s’accompagne de la production de traités somptueusement illustrés, en grand format dès les années 15402, célébrés par les historiens de la médecine comme des chefs-d’œuvre de l’art3.

L’histoire des sciences a reconnu en ces ouvrages l’utilisation d’une technologie, le livre imprimé, au service d’une épistémologie, l’autopsie —l’observation directe de l’objet du savoir par celui qui le décrit. Cependant, ce récit établit parfois, dans sa chronologie fictive, une hiérarchie entre discours scientifique (l’esprit) et la technologie (la matière) et il reproduit, de fait, une distinction entre arts libéraux (la médecine) et arts mécaniques (l’imprimerie) : les presses auraient fourni le moyen d’exprimer et faire connaître une révolution de la pensée.

Mettre en lumière

Or ce modèle historiographique, qui partage les rôles entre auteurs et acteurs du livre, ignore le retentissement intellectuel de ces nouveaux objets du savoir que sont les livres : la « mise en lumière » du corps humain est en soi un nouveau regard. Tout autant qu’il la sert, le livre imprimé change la manière de dire et faire la science.

En effet, la volonté de voir et faire voir des auteurs de cette nouvelle anatomie s’appuie sur la technologie des bois gravés et des caractères mobiles tout autant qu’elle la met à contribution. Tandis que la publication se nommait « mise en lumière », le partage des séances d’anatomie par le livre illustré, devenu théâtre fictif de la dissection4, départage très concrètement la lumière des savoirs de l’obscurité de l’ignorance : l’impossibilité de représenter par une gravure les points aveugles ou muets de la tradition anatomique met en lumière le défaut des connaissances. Ce qui n’est ni vu ni représentable échappe, dans cette épistémologie moderne, au savoir5.

Illustration 1 : Portrait de Berengario da Carpi par « F.E » Anno 1495, Musée « Palazzo dei Pio », Carpi (Italie). Le tableau est centré sur le regard, éclairé, de l’anatomiste.

Naissance de l’anatomie féminine

Le premier de ces atlas modernes, illustrés, sur le corps humain est publié à Bologne par Jacopo Berengario da Carpi (1460-1530) dans ses Commentaires sur l’anatomie de Mundino6: dès le titre, il promet de ramener le texte de Mundino, alors d’autorité, à son « éclat » (nitorem) originel et tout au long du texte, il fait insérer en pleine page des gravures représentant le corps humain ou ses parties. Il reprendra ces illustrations et ses remarques en 1523, dans sa Courte introduction à l’anatomie7, ouvrage in-quarto réédité et salué jusqu’aux années 1540 lorsque les grands in-folios dictent le nouveau format des ouvrages d’anatomie. Le premier anatomiste qui fasse représenter, en pleine page, le corps humain dans les postures maniéristes de la vie et par la fiction d’une auto-dissection –le sujet représenté, souvent debout, ouvre son propre corps pour en faire voir la structure—, Berengario s’attache dès la première édition, sans illustration, de ses Commentaires à Mundino en 1514 à mesurer l’ignorance de la tradition médicale sur le corps féminin8. Il consacre plus d’un cinquième de cette œuvre au seul appareil génital de la femme et fait graver, sur des modèle artistiques –la Naissance de Venus de Botticelli et une figure féminine de la Chapelle Sixtine de Michel-Ange—, les premières représentations d’une femme nue, vivante, dévoilant son sexe dans l’espace « public » du livre.

Illustration 2a : Commentaires de l’Anatomie de Mundino, CCXXVI v°
Naissance de l’anatomie féminine. Cette première image décrit le discours anatomique sur la femme comme un dévoilement : suspendu derrière le personnage, le drap évoque le voile de Vénus dans le tableau de Botticelli La Naissance de Vénus mais il symbolise également l’opacité de l’ignorance. Plus impudique que l’Aphrodite de Cnide –célèbre statue de Praxitèle, caractérisée par l’absence de vêtement, la Vénus de Berengario ne cache pas son sexe. Elle foule au pied le livre d’Hippocrate sur les Maladies des femmes et montre du doigt l’utérus d’une femme enceinte, posé sur une stèle.
Illustration 2b : Sandro Botticelli, La Naissance de Vénus, 1484-1485, Musée des Offices. Image Wikipedia. 
Illustration 3a : Commentaires de l’Anatomie de Mundino, CCCCV v°-CCCCVI : Une Vénus anatomique, déjà ? Cette représentation de la femme sur une double page, « montre » l’emplacement de la « matrice », ainsi que l’on appelait l’utérus ainsi que l’ensemble de l’appareil génital. Les images, centrales, sont encadrées par leur légende : littéralement, le guide de lecture de l’image et, ici, le commentaire marginal qui évoque une simultanéité entre le spectacle du corps et la parole de l’anatomiste, qui le décrit. Berengario invite le lecteur à « regarder » et « voir » l’utérus, ses cornes —que nous appelons maintenant, depuis leur description par Fallope en 1564 les « trompes »— et les « testicules » ou « vases séminaires » –que nous nommons « ovaires » depuis la fin du XVIIIe siècle, lorsque le rôle de la nidation fut éclairé– ce que la « figure » représente.
Illustration 3b : Michel-Ange, Nue, Plafond de la Chapelle Sixtine, Coin supérieur droit de la Création d’Ève, 1509-1510. 

Le nouvel objet de l’anatomie

Or ces images, qu’accompagnent des gravures des diverses formes de l’utérus, constituent un manifeste scientifique tout autant qu’une dénonciation des erreurs, approximations ou silences de la tradition au sujet de l’anatomie féminine. Nouvel objet du savoir à venir, l’anatomie féminine symbolise la « Renaissance » de la science anatomique. La difficulté d’observation et de procédure est longuement commentée par Berengario da Carpi, mais aussi par ses émules, Estienne, Vésale, Columbo, qui en font un exploit de dissecteurs et un trophée d’anatomistes. La Courte Introduction consacre à l’anatomie féminine les pages les plus engagées et personnelles de l’ouvrage où Berengario, qui se plaint de l’ignorance de ses confrères9, tire une légitimité scientifique de son expérience quant à la dissection de corps féminins. De fait, il appelle étudiants et médecins à explorer le corps de la femme comme un « Nouveau Monde », encore inconnu.

Illustration 4 : Isagogae, 1530, F4 : les différentes manières d’utérus que Berengario affirme avoir vues de ses yeux.

La toute première image d’une femme nue, debout semble saisir le « moment » de son dévoilement, par le livre : le doigt tendu comme un démonstrateur, elle fait voler derrière elle le voile de la pudeur, tandis que de son pied, elle fait oublier les ouvrages qui l’ignoraient. Symbolique, l’image est l’allégorie d’une naissance : le ventre vide de la femme répond à l’organe qu’elle désigne, l’utérus, posé sur une stèle. Elle fait voir non pas le fruit de ses entrailles, mais la nature même de celles-ci et, ce faisant, donne vie au savoir de la génération humaine. Triomphante, autoritaire, animée du mouvement du drap comme de celui de son corps, l’allégorie convoque le regard des anatomistes et de leurs lecteurs vers un nouvel horizon scientifique : nouvel objet de l’exploration anatomique, le corps féminin représente, par le secret de son intériorité mais aussi par son rôle dans la génération, l’anatomie entière, c’est-à-dire le dévoilement du corps caché, l’illumination de l’obscurité.

Illustration 5 : Berengario da Carpi, page de titre des Isagogae breves, 1523. Dans le panneau inférieur, l’anatomiste, de sa chaire, commente le corps en commentant le livre de Mundino tandis que le dissecteur le découvre de ses chairs et que le démonstrateur en fait voir les parties. Ces acteurs de la scène de dissection disparaissent dans la médiation du livre illustré où texte et image se côtoient.

La lumière du regard

En « donnant à la lumière », c’est-à-dire éditant et publiant ses Commentaires puis son Introduction à l’anatomie –dont le titre se termine justement par cette expression — tout comme en alliant images et textes, Berengario da Carpi affirme ainsi que la vue n’est pas un accessoire du savoir mais son moyen. Tout comme le corps est donné à voir dans l’image, le livre d’anatomie donne à voir le savoir du corps. Dans le partage de la connaissance, l’illustration n’est pas seconde, non plus que le livre lui-même : la médiation du regard est au contraire première dans l’épistémologie moderne de son anatomie. De fait, lumière et regard se continuent et complètent pour faire naître la connaissance et pour l’acquérir. L’exergue de la Courte Introduction rend ainsi grâce au créateur de l’« illumination » de la vérité qui lui permet de témoigner de l’œuvre divine : Illumina me domine spiritu ueritatis et manifestabo opera manuum tuarum (Illumine-moi, Seigneur, de l’esprit de vérité et je ferai voir les œuvres de tes mains).

Illustration 6 : Exergue des Isagogae de Berengario da Carpi (Bologne, 1523) : la lumière divine devient la clarté d’une image.

Le regard de Berengario fut éloquent : les grands livres d’anatomie illustrée des années 1540 semblent répondre à son programme scientifique, fournir les images d’une exploration du corps.

Hélène Cazes
University of Victoria (Canada)

Illustration 7a : Isagogae, 1530, F3 : une autre pose, appelée à une longue postérité dans les représentations anatomiques de l’appareil génital féminin, la femme assise de face. Cette image ne figurait pas avant l’édition de 1530.
Illustration 7b : Charles Estienne, La Dissection des parties du corps humain, 1546, p. 290 : la gravure est une des trois reprises, dans l’ouvrage, de l’image ajoutée aux Isagogae dans l’édition de 1530. Elle évoque à la fois une scène de toilette, souvenir de l’Aphrodite anadyomène antique, et une provocation érotique. C’est la pose que l’artiste Deborah de Robertis a choisie pour s’asseoir, nue, devant la « Joconde » en 2017 pour son installation « Mona Lisa, ma chatte, mon copyright » (voir ici).
  1. Voir Rafael Mandressi, Le Regard de l’anatomiste : dissections et invention du corps en Occident (Paris : Seuil, 2003.) []
  2. Notamment, Charles Estienne (1504-1564), De Dissectione partium Corporis Humani Libri Tres (Paris : Simon de Colines, 1545) et sa traduction en français, La Dissection des parties du corps humain (Paris : Simon de Colines, 1546) ; André Vésale (1514-1564), Tabulae Anatomicae Sex (Venise, B. Vitalis Venetus, 1538) et De Fabrica Humani Corporis Libri Septem (Bâle, Iohann Oporinus, 1543 et 1555). []
  3. Entre autres, plus particulièrement sur la Fabrique du corps humain, voir les éloges au superlatifs de William Osler dans The Evolution of Medecine (New Haven : Yale University Press, 1913) : «  The worth of a book, as of a man, must be judged by results, and, so judged, the « Fabrica » is one of the great books of the world, and would come in any century of volumes which embraced the richest harvest of the human mind. In medicine, it represents the full flower of the Renaissance. As a book it is a sumptuous tome—a worthy setting of his jewel—paper, type and illustration to match…the chef d’œuvre of any medical library. » ;  Jackie Pigeaud et Nino Aragno, De Humani Corporis Fabrica (Paris : Belles Lettres, 2001), p. vii: « C’est en effet un des plus beaux livres du monde. Un des plus achevés, pensés, médités. Un de ceux où l’on peut rêver, dans le texte comme dans les images. » et la notice sur la Fabrique du corps humain de la bibliothèque Claude Moore Health Sciences Library (Vaulted Treasures: Historical Medical Books at the Claude Moore Health Sciences Library) « Andreas Vesalius’s Fabrica is not only the most famous anatomical book ever published and the foundation of modern anatomy, but a work of extraordinary beauty as well. » []
  4. Voir Hélène Cazes, « Démonstrer à l’œil l’ombre d’une dissection. L’illusion théâtrale du corps humain selon Charles Estienne (1545, 1546) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 2015-1, n° 29, p. 305-349. []
  5. En amont de notre connaissance du corps par l’imagerie médicale, se trouvent ainsi les illustrations de ces livres d’anatomie, qui font exister ce qui, sans la dissection, demeurerait dans l’obscurité de l’invisible intériorité. Voir Casey M. Calkins, James P. Franciosi et Gary L. Kolesari, « Human anatomical science and illustration: the origin of two inseparable disciplines », Clinical anatomy 12.2 (1999), p. 120-129. []
  6. Jacopo Berengario da Carpi, Carpi Commentaria, cum amplissimis additionibus super anatomia Mundini, una cum textu ejusdem in pristinum et verum nitorem redacto, Bologne, Hieronymus de Benedictis, 1521. []
  7. Isagogae breves perlucidae ac uberrimae in anatomiam humani corporis a communi medicorum academia usitatam, a Carpo, in almo Bononiensi Gymnasio ordinariam chirurgiae docente, ad suorum scholasticorum preces in lucem datae (Bologne : Benedict Hector, 1523 et Strasbourg, sn sd [1530]). []
  8. Voir Katharine Park, Secrets of Women: Gender, Generation, and the Origins of Human Dissection (New York : Zone Books, 2006) et Helen King, The One-Sex Body on Trial: The Classical and Early Modern Evidence (New York : Routlege, 2016). []
  9. Isagogae, préface : Et cum ego plurima centena cadauerum secuerim: quam pauci ætatis nostræ Medici hanc artem nouerint: intellexi. (Moi, qui ai disséqué plus de cent cadavres, moi, je compris alors l’étendue de l’ignorance des médecins de notre temps en cet art). []