Journée sur la collection Van Buchell et ses recueils

L’Utrecht Centre for Medieval Studies (UCMS) proposait le 11 octobre 2019 une journée d’étude sur le thème ‘Premodern Reading Cultures’, qui fut consacré aux recueils factices, en collaboration avec le projet Sammelband 15-16. Cette journée, qui attira un public nombreux d’étudiants et de chercheurs, était en particulier consacrée à une collection unique conservée à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht. On y trouve en effet le fonds Van Buchell, un ensemble de plus de 500 Sammelbände recueillant plus de 2500 livres du XVIe siècle, soit l’une des plus riches collections de Sammelbände de la Renaissance conservées jusqu’à nos jours.

Les fondements d’une collection de Sammelbände et les principes pour l’étudier

Bart Jaski (conservateur à Utrecht1) inaugura la journée en présentant Huybert van Buchell (1513-1599) et la façon dont son ample bibliothèque est entrée dans les collections de la BU.

Illustration 1: Portrait d’Hubert van Buchell conservé à la BU d’Utrecht.

Ce chanoine légua en effet ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht pour qu’une bibliothèque y soit créée. Cependant, après la création de la première bibliothèque municipale d’Utrecht (stadsbibliotheek), le conseil municipal décida d’intégrer ces livres à ses collections encore restreintes, qui furent ensuite utilisées pour fonder la BU d’Utrecht. Il faut en effet rappeler qu’aux Pays-Bas, c’est le plus souvent dans les bibliothèques universitaires que l’on trouve aujourd’hui les collections patrimoniales. On peut donc considérer van Buchell comme l’un des fondateurs de la BU d’Utrecht.

Malcolm Walsby (ENSSIB) présenta ensuite les principes essentiels de la constitution de Sammelbände au XVIe siècle. Il rappela un point essentiel : l’analyse des Sammelbände permet de comprendre comment différents types d’utilisateurs de livres à la Renaissance assemblaient leurs connaissances dans ces volumes – des lecteurs qui n’étaient pas nécessairement les grands intellectuels de la période, tels Érasme, dont le profil est certes intéressant à étudier, mais pas nécessairement représentatif des lecteurs de leur temps. Étudier les particularités des Sammelbände permet donc d’avoir accès à une large part du lectorat de la Renaissance. Ceci n’est pas anodin, car les Sammelbände étaient un objet omniprésent dans la première modernité. On a pu l’oublier car de nombreux recueils furent démembrés ensuite pour que les titres qu’ils contenaient puissent être achetés séparément par des collectionneurs (en particulier au XIXe siècle). Cependant, on en trouve encore en grand nombre dans les bibliothèques publiques. Comme l’indiqua Malcolm Walsby, à Rennes, 28% de la collection des quelques 2500 livres du XVIe siècle conservés à la Bibliothèque des Champs libres, soit environ 700, se trouvent dans des Sammelbände. Par comparaison, presque 90% de la collection van Buchell sont conservés dans des Sammelbände. Ils furent pour la plupart créés au moment où Van Buchell acheta ses livres, en particulier pendant la longue période qu’il passa à Cologne en tant qu’étudiant, puis dans les trente dernières années de sa vie, comme en témoignent les belles reliures allemandes dont de nombreux volumes sont pourvus.

Illustration 2: Quelques-uns des Sammelbände de van Buchell, avec sa provenance autographe

La collection restant à analyser, Malcolm Walsby proposa des pistes d’étude future. On peut notamment envisager de reconstruire la bibliothèque de Van Buchell en analysant les reliures, mais aussi les cotes inscrites sur les tranches afin de comprendre comment il organisait sa bibliothèque. On peut également analyser comment la collection a été conservée (et transformée) au fil du temps, dans les collections de la bibliothèque universitaire, ce qui offre une fenêtre sur les développements de la BU au fil du temps, et pas seulement à ses débuts. On peut encore analyser les nombreux défaits de reliure imprimés comme manuscrits, que contient la collection, et repérer des unica, préservés uniquement dans la collection Van Buchell, grâce à leur intégration dans les Sammelbände dès leur publication.

De la reliure à l’utilisateur

Bart Jaski revint ensuite dans son intervention sur les défaits de reliure offrant de très nombreux fragments de manuscrits. On a en effet retrouvé dans ces reliures environ 1000 fragments de manuscrits plus ou moins étendus. C’est l’une des plus grandes collections au monde de fragments de manuscrits retrouvés dans des livres possédés par un seul individu. Bart Jaski présenta la collection de manuscrits possédée par l’église Sainte-Marie, à laquelle appartenait Van Buchell, qui fut dispersée pour une grande part : seuls 37 manuscrits de Sainte-Marie (essentiellement des ouvrages religieux) furent transférés ou acquis plus tard par la BU. Bart Jaski analysa le cas spécifique d’un manuscrit, Ms 709, contenant un De natura rerum probablement fait à Paris vers 1300. Sur les 200 folios du manuscrit, environ 50 furent arrachés du manuscrit. Certains de ces folios furent ensuite retrouvés individuellement lors de ventes, mais une partie d’entre eux fut utilisée pour renforcer des reliures de Sammelbände de van Buchell.

Illustration 3 : des fragments du manuscrit Ms 709 de la BU d’Utrecht.

Dans ce cas précis, il semble qu’un seul relieur utilisa ces feuillets à Cologne pour relier une série de livres dans les années 1570 : il est donc probable que van Buchell donna ces feuillets au relieur pour réduire les coûts de reliure, parce qu’il avait emporté tout ou partie du manuscrit à Cologne après son départ d’Utrecht en 1569. Tracer ainsi ces feuillets dans les différentes reliures de la collection van Buchell pourrait permettre de reconstruire de manière virtuelle le manuscrit, comme le billet publié la semaine dernière sur notre blog en proposait les principes .

Katell Lavéant et Ann-Marie Hansen (Université d’Utrecht) centrèrent quant à elles leur approche sur les traces d’usages laissées par des lecteurs successifs dans une série de recueils de la collection Van Buchell. Katell Lavéant se pencha en particulier sur les provenances de plusieurs volumes2. Si l’on observe attentivement les différentes marques laissées dans les volumes, on note différentes cotes de bibliothèques qui marquent le passage d’un volume des étagères de van Buchell à celles des différentes bibliothèques qui l’ont accueilli.

Illustration 4 : différents niveaux de cotations dans un Sammelband de la collection van Buchell.

On note par ailleurs d’autres provenances indiquant que certains des volumes ont appartenu à un ou plusieurs possesseurs antérieurs avant qu’ils ne parviennent à van Buchell, ce qui dénote une circulation des livres particulièrement active dans le milieu des chanoines d’Utrecht, au milieu du XVIe siècle. Au-delà de l’individu, c’est donc tout un milieu d’érudits que l’on peut reconstituer à partir de ces marques de possession. Ann-Marie Hansen approfondit cette question en analysant comment on peut découvrir un véritable écosystème de marques de lecteurs, intentionnelles (annotations, corrections…) comme non intentionnelles (saleté et taches d’encre), qui aident à comprendre la manière dont un ou plusieurs lecteurs ont pu lire un texte, plume en main3. Ce faisceau de marques peut mener à reconstituer un profil de lecteur, qui montre à la fois comment cet utilisateur de livre s’inscrit dans son époque en reprenant des systèmes de notation courants, et comment il peut se démarquer de ses contemporains en créant son propre système d’annotations spécifiques. Les nombreuses annotations laissées par van Buchell dans ses livres ouvrent un large champ à une enquête d’ampleur dans ce domaine.

Illustration 5 : un système d’annotations dans un livre de van Buchell encore à comprendre (USTC 12632)

John Tholen (Université d’Utrecht) élargit ensuite le propos en étudiant un cas de Sammelband du XVIIe siècle, qui montrait bien comment les problématiques abordées via la collection van Buchell peuvent être appliquées à d’autres volumes contemporains ou postérieurs. Son analyse portait sur un Sammelband contenant une traduction en néerlandais par Pieter Cornelisz Hooft des Métamorphoses d’Ovide et un poème de Hooft réécrivant un épisode de la légende troyenne (Amsterdam, Jan van Hilten, 1643). Ce livre fut scindé en deux parties, et on intercala entre la traduction d’Ovide et le poème de Hooft un autre ouvrage, également publié à Amsterdam en 1643 par Jan van Hilten et Jan Barentsz Smient), contenant une réévaluation de la pratique médiévale consistant à christianiser Ovide, et de nombreux repères sur la mythologie grecque. Relativement peu de temps après ces deux publications séparées, un lecteur ou une lectrice souhaita rassembler ces livres en recueil, mais en recomposant l’ordre des différents textes, pour mettre ensemble le texte d’Ovide et ses commentaires, avant la réécriture poétique de Hooft.

Autrement dit, le processus de création d’un Sammelband permettait au lecteur ou à la lectrice de créer son propre livre de lecture et d’analyse, en ajoutant, à la suite du text d’Ovide un apparat critique, absent de la traduction en néerlandais, grâce à l’ajout d’autres titres dans le volume. Ce cas est unique, car on ne trouve pas d’autre Sammelbände qui propose d’une telle manière un texte en néerlandais d’Ovide avec des commentaires. Bien que ce volume ne contienne pas de provenance qui permette d’éclairer l’identité de la personne ayant fait faire ce Sammelband, il apparaît donc clairement que l’on a là affaire à une pratique de mise en recueil visant à faciliter la lecture et à créer un ouvrage plus complexe et permettant une lecture critique à partir d’éditions séparées.

Illustration 6 : page de titre de la traduction néerlandaise de 1643 des Métamorphoses.

Perspectives d’avenir pour la numérisation et la recherche

Arja Firet (chargée de collections à la BU d’Utrecht) présenta enfin le travail de l’équipe de numérisation de la bibliothèque, notamment à partir des premiers essais à partir d’un volume de la collection van Buchell, pour réfléchir au potentiel des nouvelles techniques de numérisation mais aussi des défis posés par les objets de cette collection. Pour la bibliothèque, il s’agit de pouvoir donner un large accès aux collections tout en protégeant les matériaux fragiles qui ne peuvent pas toujours être communiqués au public, et de faciliter la recherche dans le domaine des humanités numériques, notamment grâce à de nouvelles fonctions de ‘text mining’ (en permettant la recherche de mots et phrases spécifiques dans les images numériques du texte). Pour le projet Sammelband 15-16, il s’agit, grâce à cette collaboration avec la BU d’Utrecht, de trouver les meilleurs moyens de montrer l’état physique complet du volume. Il faut pouvoir rendre compte de l’état et de l’aspect de la reliure, des annotations et autres traces d’utilisation, ce qui ne va pas sans poser des problèmes techniques spécifiques : comment par exemple scanner les fragments médiévaux dans les reliures ? Faut-il les détacher pour les scanner, puis les recoller ensuite, ou respecter l’intégrité du volume, au risque de perdre la lisibilité de ces fragments ? Autant de défis qui occuperont les deux équipes dans les mois et années à venir, dans le cadre d’un projet ambitieux de numérisation du plus grand nombre possible de Sammelbände de la collection van Buchell.

Illustration 7 : un premier essai de numérisation d’un Sammelband de van Buchell par la BU d’Utrecht.

La journée comprenait également une présentation d’une sélection de livres présentant les caractéristiques des Sammelbände de la collection van Buchell discutées pendant les présentations : décors et caractéristiques de reliures allemandes, défaits de reliure manuscrits et imprimés, annotations et provenances firent l’objet d’une analyse livre en main, qui permit également aux participants de mieux se rendre compte des détails matériels de ces ouvrages.

Illustrations 8 et 9 : la présentation de volumes de la collection aux participants.

Toutes ces interventions ont souligné l’importance, tant quantitative que qualitative, des Sammelbände conservés à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht et l’ampleur du travail de recherche qui s’ouvre sur la collection van Buchell, ainsi que la nécessité d’une entreprise d’analyse globale et innovante des Sammelbände de la première modernité.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. Le blog de la SBF a publié un entretien avec Bart Jaski sur les collections spéciales de la Bibliothèque universitaire d’Utrecht en octobre 2018. []
  2. Elle avait analysé sur ce blog le cas d’un Sammelband spécifique. []
  3. Voir également le billet qu’elle a consacré à ce sujet sur notre blog . []

‘Crisis or Enlightenment’, compte-rendu d’un colloque sur l’histoire du livre à St Andrews

Pour une douzième année de suite, le mois de juin a vu des historiens du livre se rassembler dans la petite ville universitaire de St Andrews en Écosse. Du 20 au 22 juin, une cinquantaine de chercheurs couronnés et débutants se sont réunis sous l’égide du Universal Short Title Catalogue pour écouter vingt-quatre communications sur la thématique de « Crisis or Enlightenment ? Developments in the Book Trade, 1650-1750 ». L’événement a attiré des participants d’horizons aussi divers que la Colombie et le Danemark, et 16 pays ont été représentés en tout.

Co-organisé par Arthur der Weduwen (St Andrews) et Ann-Marie Hansen (Rennes 2), le colloque fut l’occasion d’esquisser l’état des développements dans le commerce de l’imprimé entre 1650 et 1750, et notamment d’interroger les liens entre les mouvements intellectuels et le marché de l’époque. Les présentateurs firent valoir des évolutions dans la distribution des livres et dans leur collection, dans les modes de censure et les goûts de lecteurs. Furent présentés aussi bien des histoires de banqueroute et de crise comme d’autres d’innovation et de résilience. Ensemble, les différents discours contribuèrent à évoquer la constance de modes établis dans l’édition et la collection et la popularité continue de certains genres d’imprimés. Bien que le monde européen du livre fût marqué par des procédés commerciaux et d’érudition changeants, le marché de l’imprimé autour de 1700 était d’une force suffisante pour surmonter les crises environnantes. En fait, les libraires, imprimeurs et lecteurs maintenaient un goût pour les vieux textes tout autant sinon plus que pour les nouveaux.  

Conférence plénière de Dominique Varry (ENSSIB). (Photo de Nora Epstein)

Deux conférenciers présentèrent les fruits de longues années de recherche : les professeurs Ian Maclean (Oxford) et Dominique Varry (ENSSIB). Ce premier détailla l’effet de l’avènement des journaux savants sur le commerce international via les foires de livres en Allemagne, et ce dernier présenta ses travaux sur l’identification de fausses adresses dans la production lyonnaise du XVIIIe siècle. Pour agrémenter le colloque, une exposition fut montée par des collègues du fonds Special Collections de la bibliothèque universitaire de St Andrews. Répondant aux communications des intervenants, l’exposition fut l’occasion pour tous de consulter le plus ancien imprimé mexicain de la bibliothèque par exemple, ainsi que divers catalogues de ventes aux enchères datant du XVIIe siècle.

Les participants au colloque eurent droit à une exposition privée des Special Collections de la bibliothèque universitaire de Saint Andrews. (Photo de Nora Epstein)
Pour nouer avec les années précédentes, le colloque fut l’occasion de lancer le volume d’actes édité par Shanti Graheli, Buying and Selling: The Business of Books in Early Modern Europe (Brill, 2019) réunissant 24 articles développés à partir du colloque qu’elle organisa en 2015. Les actes de 2016 viennent de paraître dans la même collection sous le titre de Negotiating Conflict and Controversy in the Early Modern Book World, et ceux de cette année sont maintenant en préparation. L’année 2020 sera l’occasion d’un nouveau colloque portant le titre Gender and the Book Trades qui se penchera sur les questions autour du genre dans le commerce du livre et sur l’apport des études de genre pour l’histoire du livre. Pour plus d’informations, l’appel à contributions est dorénavant disponible en ligne.

Les organisateurs tiennent à signaler leur reconnaissance pour l’appui financier de la School of History de l’Université de St Andrews, et du comité Transnational Affairs de la Society for the History of Authorship, Reading and Publishing.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

Stratégies auctoriales et éditoriales de destination large : de la fiction narrative aux XVe et XVIe siècles à la Bibliothèque bleue de Normandie (XVIIe-XIXe siècles)

Le début du mois de juin 2019 a été une période particulièrement riche en événements pour la ville de Caen. Dans le cadre des commémorations du 75e anniversaire du Débarquement et de la Libération de la Normandie, de nombreuses cérémonies et manifestations culturelles se sont déroulées dans la ville normande.

D’autres événements se sont pourtant rapportés à un passé un peu plus lointain : du 5 au 7 juin a eu lieu à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH) un colloque international consacré aux stratégies de destination large de la fiction narrative aux XVe et XVIe siècles, organisé par Pascale Mounier et Hélène Rabaey, suivi par une série de conférences autour de l’exposition Dans les pas du colporteur ; la Bibliothèque bleue de Normandie (Bibliothèque Alexis de Tocqueville, du 7 juin au 22 septembre 2019), mise en place par Pascale Mounier et Sophie Biard (conservatrice responsable du patrimoine, Bibl. de Caen). Conçus à l’origine comme deux projets indépendants, liés presque uniquement par la personne de Pascale Mounier, co-initiatrice et co-organisatrice de l’une et de l’autre de ces manifestations, le colloque et la série de conférences autour de la Bibliothèque bleue normande se sont en fait enchaînés de façon tout à fait naturelle : les stratégies des éditeurs de la Bibliothèque bleue de Normandie présentent pas mal de parallèles avec celles des éditeurs du XVIe siècle mises en lumière pendant le colloque. En outre, la question du public visé était au cœur de chacune des deux rencontres.

Quelques changements de programme de la dernière minute : Christine de Buzon, Magalin Jeannin et Nancy Oddo n’ont pu venir. Hélène Rabaey a donné une communication intitulée Les presses lyonnaises à la conquête d’un lectorat large : les éditions de Jean Louveau et Georges de la Bouthière de l’Âne d’or d’Apulée.

 

Publics ciblés et lecteurs réels

Au-delà de l’usage de l’imprimé (par opposition au manuscrit) et du choix de la langue vulgaire (par opposition au latin), quelles sont les modalités de préparation de textes et de livres employées aux XVe et XVIe siècles par des auteurs et des éditeurs d’œuvres de fiction narrative aspirant à atteindre un public élargi ? Telle est la question sous-tendant les communications et les échanges qui ont animé le colloque Les stratégies de destination large de la fiction narrative. Il s’agissait d’adopter une approche relevant de la littérature et de l’histoire du livre plutôt que de celui de l’histoire de la lecture et des collectionneurs, c’est-à-dire que l’on s’est intéressé à l’étude de la réception programmée et du « lecteur implicite » ou « lecteur idéal » et non pas à celle de la réception effective par des lecteurs réels. Les éléments mis au profit pour trouver des indices sur le lectorat ciblé et les projets de destination large étaient de plusieurs ordres :

  1. Le métadiscours produit par l’auteur, traducteur, adaptateur ou éditeur qui peut fournir des indices sur le lectorat ciblé et révéler des projets de destination large.

  2. Les marques génériques ou sous-génériques des textes.

  3. Les particularités linguistiques des œuvres.

  4. La matérialité des livres : mise en page, découpage du texte en chapitres, format bibliographique, qualité du papier, illustrations etc.

Ellen Delvallée a fourni un exemple de signaux métadiscursifs qui indiquent un projet auctorial d’élargissement de public, dans sa communication sur les Épîtres de l’amant vert du poète médiéval Jean Lemaire de Belges. Ces deux poèmes, composés en 1505, mettent en scène le perroquet favori de Marguerite d’Autriche, la protectrice du poète. Dans le premier, le perroquet, qui avait été dévoré par un chien, raconte que l’indifférence de sa maîtresse à son égard l’avait poussé à se suicider en se jetant entre les mâchoires du chien. La deuxième épître contient une relation amusante de l’entrée du perroquet dans l’autre monde.

Si le premier poème, plein de de références biographiques précises, circulait sous forme manuscrite dans un cercle restreint de lecteurs initiés, le deuxième, né du succès du premier, contenait peu d’allusions spécifiques et visait déjà un public un peu plus large. C’est cependant la version imprimée de ces poèmes, publiée en 1511, qui témoigne le plus manifestement d’une stratégie d’atteindre un public élargi. Intégrés dans un ouvrage destiné à un public d’amateurs d’histoire, Les illustrations de Gaule et singularités de Troye […], à un moment où l’auteur avait quitté son ancienne protectrice pour passer à la cour de France, leur lien direct avec l’entourage de Marguerite d’Autriche n’y est plus évident. Les épîtres sont toujours adressées à « Madame Marguerite Auguste » et leur premier sens reste intact, mais en les faisant précéder par une lettre à Jean Perréal, peintre du Roi qui pouvait recommander l’œuvre à l’attention de la reine Anne de Bretagne et en opérant de légères changements textuels, Lemaire de Belges les a dotés d’un sens nouveau et plus général : Anne de Bretagne se superpose à Marguerite d’Autriche. Cette union de dames appartenant l’une à la cour de Bourgogne et l’autre à la cour de France se conjuguait en outre parfaitement avec le message politique conciliateur des Illustrations.

Jean Lemaire de Belges, Les illustrations de Gaule et singularitez de Troye […] Paris, Geoffroy de Marnef, 1512. (BnF ES4-LA2-4 (ALPHA,1))

Les « dames » et « demoiselles » nobles sont régulièrement évoquées comme destinataires dans les paratextes d’œuvres de fiction d’auteurs et éditeurs désirant atteindre un large public (communications d’entre autres Véronique Duché et Helwi Blom). Comme l’a rappelé à juste titre Jean-Claude Arnould, il y a lieu de se méfier de ce genre de remarques, surtout quand elles ne sont pas spécifiées. Elles peuvent bien être le résultat d’une sorte de jeu de codes littéraires qui cachent le fait que l’on visait bien (toujours) un lectorat masculin. Un décalage similaire entre différents types de lecteurs et de lectures programmés et visés apparaît parfois dans les éditions des romans issus des chansons de gestes et romans médiévaux (communications de Maria Colombo-Timelli, Fanny Maillet et Gaëlle Burg). Si les références aux « nobles » et « princes » dans certains prologues d’éditions présentant les caractéristiques d’une large diffusion semblent trahir un choix délibéré de masquer le fait qu’il s’agit d’un projet de vulgarisation, elles semblent dans d’autres cas relever plutôt d’une négligence de la part d’éditeurs peu soucieux d’adapter les éléments paratextuels des versions médiévales aux réalités du public qu’ils visaient eux-mêmes. La voix de l’auteur médiéval se dédouble alors de celle de l’éditeur de livres destinés au plus grand nombre du XVIe siècle.

Adresses aux dames dans Diego de San Pedro, Petit traité, de Arnalte et Lucenda, traduit par Nicolas de Herberay. Lyon, Veuve Gabriel Cotier, 1570 (Lyon, B.M., FC042) et dans Le quatriesme livre de Primaleon de Grece, filz de Palmerin d’Olive, empereur de Constantinople […]. Lyon, Benoît Rigaud, 1583 (Gallica).

Ce phénomène de l’inscription de publics et de modes de lecture différents dans un seul et même ouvrage s’est avéré bien répandu au XVIe siècle. Pascale Mounier a par exemple démontré que bien que la lecture en apparence préconisée par l’auteur du curieux roman d’Alector soit une lecture humaniste et poussée, le roman met également en place des dispositifs d’une lecture partielle (excuse de l’étrangeté de l’œuvre par l’auteur, structure décousue, variété) permettant au lecteur moins cultivé de ne s’arrêter qu’aux éléments qui lui plaisent. « Mobilité et tensions entre lectorats idéaux différents », « facilitation de modes de lecture divers », « malléabilité de la persona de l’auteur », « stratégies de destination d’attrape-tout » : autant d’expressions que l’on peut utiliser pour résumer les conclusions de plusieurs autres intervenants à propos de textes relevant de genres narratifs de différentes natures (Scott Francis, Bernd Renner, Nora Viet, Thibault Catel, Grégoire Holz).

 

Le rôle des éditeurs commerciaux

À partir du cas de l’Âne d’or d’Apulée Hélène Rabaey a par contre mis en évidence un procédé selon lequel traducteurs et éditeurs de textes créaient des versions bien distinctes en vue de lectorats et modes de réception variés. Les traductions de Jean Louveau et de George de la Bouthière, publiées toutes les deux en 1553, diffèrent sensiblement, tant au niveau du texte qu’au niveau de leur mise en livre. Celle de la Bouthière reproduit par exemple la division habituelle du texte en 11 livres tout en l’illustrant d’un ensemble de 64 bois gravés de qualité soignée, tandis que Louveau offre un texte divisé en 83 chapitres et pourvu d’une table de matières, qui aide le lecteur à s’orienter dans le texte et à sélectionner des morceaux qu’il aimerait lire. L’édition de la traduction de Louveau ne compte cependant que 48 gravures de peu de qualité. C’est bien cette édition, moins chère et plus accessible au lecteur, qui a connu le plus de réimpressions.

Luc. Apulée de Lasne doré : contenant onze livres, trad. en françois par Jean Louveau d’Orléans. Lyon, Jean Temporal, 1553 (Lyon, B.M., Rés. 801453) et Metamorphose, autrement L’Asne d’or de L. Apulee […]. Traduite […] par George de la Bouthiere Autunois. Lyon, Jean de Tournes & Guillaume Gazeau, 1553. (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Res/A.lat.b. 41).

Dans sa communication sur la reprise de contes boccaciens dans des recueils de nouvelles français publiés au XVIe siècle, Anne Boutet a également insisté sur les différences entre des éditions qui jouent sur la complicité entre le compilateur et un public qui a déjà lu ces nouvelles dans d’autres recueils, et celles qui visent un lectorat renouvelé auquel on offre une trame narrative simplifiée et de points de repère précis. Quant aux éditeurs de « vieux romans »1, Sergio Cappello a évoqué les pratiques de Michel Le Noir, qui, lui aussi, menait une politique de diversification éditoriale en constituant des séries différentes.

Malgré la riche variété des œuvres et des approches choisies, les conclusions des participants au colloque ont presque toutes convergé sur l’idée que, tout au long de la période étudiée, de la première édition d’Olivier de Castille chez Garbin à Genève (Ana Pairet) aux imitations et réimpressions des « vieux romans » par Nicolas & Pierre Bonfons à Paris et Benoît Rigaud à Lyon (Francesco Montorsi et Helwi Blom), auteurs, traducteurs et éditeurs d’œuvres de fiction ont fait preuve d’une remarquable créativité sur le plan de l’invention de stratégies de destination (plus) large, tout en restant attentifs aux goûts de lectorats ciblés.

 

Une demi-journée d’étude sur la Bibliothèque Bleue normande

La dernière séance du colloque, composée entièrement sur des textes appartenant au corpus des « vieux romans » vulgarisés par des éditeurs soucieux de produire des livrets bon marché accessibles au plus grand nombre, a en quelque sorte préludé à la demi-journée d’étude sur la Bibliothèque bleue de Normandie qui a eu lieu par la suite. La série de conférences du vendredi après-midi a permis de reprendre certaines des questions sur les pratiques de vulgarisation des éditeurs du XVIe siècle finissant ainsi que sur la matérialité et les modes de diffusion de leurs éditions soulevées lors du colloque.

Malcolm Walsby

Sans entrer de façon explicite dans la discussion sur la question de la définition du phénomène de la Bibliothèque bleue, problématique qui est intimement liée à celle de ses origines et de son évolution2, le premier intervenant, Malcolm Walsby (Université de Rennes), a présenté au public une analyse de la composition et de l’évolution du marché du livre français du XVIe siècle très éclairante à cet égard. Si avant les dernières décennies du XVIe siècle, les gens du livre normands se sont surtout occupés de la vente de livres imprimés ailleurs et de quelques impressions d’intérêt local (livres religieux, livres scolaires, actes et ordonnances), c’est qu’ils devaient faire face à la concurrence des éditeurs parisiens qui dominaient la production imprimée française. Ce sont les guerres de la Ligue à l’extrême fin du XVIe siècle qui ont provoqué un changement radical dans le paysage éditorial : elles ont causé des problèmes de transport de papier et de livres qui ont gravement affecté le marché du livre et notamment le marché parisien. Les éditeurs provinciaux ont su tirer profit de la situation. Faisant de nécessité vertu, ils ont commencé à imprimer au plus bas coût des textes que l’on faisait autrefois venir d’ailleurs et auxquels on n’avait maintenant plus accès. D’après Malcolm Walsby, ces livrets imprimés avec peu de soin (caractères usés, papier de mauvaise qualité, bois gravés rudimentaires) – mais avec beaucoup de succès – pour le compte des éditeurs provinciaux, ont constitué les fondements de la Bibliothèque bleue.

Les archives extrêmement riches et variées de la maison Chalopin à Caen conservées aux Archives du Calvados et à la Bibliothèque de Caen (entre autres un livre de copie-lettres tenu entre 1774 et 1789) présentées par Mathilde Le Roc’h Morgère (Archives départementales de l’Isère) ont ensuite servi de base à une discussion stimulante de la politique éditoriale des Chalopin.3 Procédant de façon très prudente afin d’éviter des problèmes d’écoulement, ceux-ci ont réussi à bien développer leur commerce de « livres bleus » pendant les dernières décennies du XVIIIe siècle. La suggestion de Mathilde Roc’h Morgère que le dernier représentant de la Maison, Pierre Théodore Chalopin (mort en 1832), aurait eu l’ambition de transformer le fonds en y insérant des œuvres plus prestigieuses était particulièrement intéressante, vu le fait qu’un trajet pareil nous rappelle ceux des Bonfons à Paris, des Rigaud à Lyon et des Costé à Rouen.

État des stocks de la Maison Chalopin 1788-1825 (Caen, B.M., Ms. in-fol. 386)

Les pièces d’archives sur le Chalopin ne sont pas seulement une mine d’or pour ceux qui s’intéressent à la politique éditoriale et les relations commerciales des Chalopin, elles mettent également en lumière le caractère fragmentaire de nos connaissances bibliographiques dans le domaine des impressions « populaires » de l’époque moderne. Qui dit « livres à destination large » et « Bibliothèque bleue », dit en effet « livres perdus » et « pénurie bibliographique ». C’est ce que les trois derniers intervenants n’ont pas manqué de souligner à plusieurs reprises.

Marie-Dominique Leclerc (Université de Reims-Champagne) a évoqué ce problème dans le contexte d’une étude comparative des pratiques des éditeurs de la Bibliothèque bleue de Troyes d’un côté et de celles des éditeurs normands de « livres bleus » de l’autre. S’appuyant surtout sur des catalogues de fonds, elle a tracé des lignes de convergence et de séparation entre la production « bleue » des deux centres pour s’arrêter ensuite au fait que les relations entre les éditeurs troyens et leurs confrères normands n’ont apparemment pas uniquement été marquées une volonté de concurrence, mais aussi par des initiatives de collaboration.

Éditions rouennaise et troyenne du Purgatoire de S. Patrice (Troyes, B.M., Bbl 1325 et Bbl 456)

Il s’agit ici d’un travail pionnier qui ouvre des perspectives nouvelles pour la recherche dans ce domaine et qui montre en même temps qu’il nous reste bon nombre « zones d’ombre » et de vieilles énigmes, comme par exemple celle des fausses adresses/adresses fantaisistes employées aussi bien à Troyes qu’en Normandie. Le travail reste encore à faire pour identifier les imprimeurs de ces livrets, voire à comprendre pourquoi ils ont eu recours à des stratégies pareilles pour produire des livres tout à fait innocents et faisant partie du domaine public.

Exemplaire (Troyes, B.M., Bbl 1940) d’une édition du conte de Mme d’Aulnoy attribuée par Alfred Morin aux Garnier de Troyes, mais que René Hélot identifie comme pouvant venir des presses des Chalopin de Caen.4

C’est précisément le défi bibliographique que posent les « livres bleus » et notamment la Bibliothèque bleue normande, moins connue et moins étudiée que celle de Troyes, qu’ont voulu relever les deux dernières intervenantes, Pascale Mounier (Université de Caen) et Helwi Blom (Université Radboud de Nimègue). En prenant le relais des collectionneurs et érudits des XIXe et XXe siècles qui se sont intéressés aux « livrets bleus » normands, elles ont entrepris d’établir un inventaire analytique des œuvres de fiction narrative publiées par les éditeurs de la Bibliothèque bleue normande entre 1680 et 1830 environ. Pascale Mounier s’est concentrée sur la production romanesque, Helwi Blom sur le reste du répertoire narratif.

L’étude du corpus narratif a grandement été facilitée par les préparations de l’exposition et de la demi-journée d’étude qu’ont menées Pascale Mounier et Sophie Biard, conservatrice responsable du patrimoine de la Bibliothèque de Caen. Dans ce cadre, elles ont fait l’inventaire des « livres bleus » conservés à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville ; les ouvrages en question ont par la suite été numérisés et rendus accessibles sur le site Web de la bibliothèque de Caen. Bien qu’il s’agisse d’un travail de longue haleine qui est loin d’être complété – si tant est qu’une telle idée soit envisageable – quelques grandes lignes se dégagent déjà des résultats présentés. Par exemple, concernant les romans, la majeure partie du corpus normand inventorié (21 titres, 118 éditions, 4 lieux d’édition différentes : Rouen, Caen, Falaise, Évreux) consiste en « vieux romans » qui circulaient depuis des siècles déjà. Cependant, de temps en temps, on voit apparaître aussi des titres plus modernes et parfois d’origine étrangère (Robinson Crusoe, Fortunatus, Les Aventures de Monsieur Têtu et de Miss Patience), dont certains ne faisaient pas partie de la Bibliothèque bleue troyenne. Si la partie non romanesque du corpus narratif (109 titres en 260 éditions publiées dans les mêmes 4 centres éditoriaux) comprend également quelques succès de longue date, elle semble se caractériser plutôt par une prédilection pour des textes brefs et relativement récents, choisis de préférence dans des recueils collectifs de contes et nouvelles. Pour cette partie du corpus, le poids de l’apport « local » dans la constitution d’un ensemble de textes édités sous couverture bleu s’avère avoir été plus important que pour la partie romanesque.

Cliché présentation Helwi Blom

L’exploration du fonds de la Bibliothèque bleue de Normandie et l’étude des pratiques de ses éditeurs sera poursuivie lors d’une deuxième journée d’étude qui aura lieu le 22 novembre à Rouen. On prévoit aussi de publier des articles issus des communications présentées à l’occasion de ces deux rencontres.

 

Une exposition ludique et immersive

La demi-journée s’est terminée par une visite guidée de l’exposition Dans les pas du colporteur ; la Bibliothèque bleue normande (Bibl. Alexis de Tocqueville, jusqu’au 22 novembre 2019) dont elle formait en quelque sorte une inauguration inofficielle. Sophie Biard, conservatrice responsable du patrimoine de la Bibliothèque Alexis de Tocqueville en a assuré le commissariat de l’exposition avec l’aide de bon nombre de collègues de son équipe ainsi que de différents services de la Bibliothèque.

Il s’agit d’une nouvelle conception de l’originale exposition La Bibliothèque bleue dans la Cité ; un réseau nom@de entre le 17e et le 19e siècle, dont on a repris l’idée centrale de présenter livres et objets dans le contexte d’une rue de ville où s’alignent boutiques, ateliers, maisons et autres espaces (église, école etc.).

Les structures et la plupart des panneaux de fond proviennent de l’exposition réalisée à la médiathèque de Troyes en 2017, mais on a revu l’ordre et la disposition des cellules, refait tous les côtés et deux fonds (le pèlerinage et le colporteur avec la carte de France) en utilisant des visuels issus principalement des fonds de la Bibliothèque de Caen et concernant la Normandie : manuscrits, livres imprimés, feuilles volantes, cartes, objets etc.

L’exposition offre au visiteur un panorama très riche des activités des gens de livres normands qui s’occupaient de la production et de la distribution des « livrets bleus », ainsi que des sujets traités dans ces livrets et de leurs usages potentiels. On note bien la présence non négligeable de titres ayant un lien direct avec la région : la Vie de Guillaume le Conquérant, la Vie de Jeanne d’Arc, le Voyage de La Bouille.

Parmi les nombreux trésors à admirer se trouve un exemplaire d’une rare et très belle édition caennaise du roman de Fierabras que la Bibliothèque a acquis tout récemment. On ne connaît qu’un seul autre exemplaire de cette édition illustrée (Paris, BnF, RES P-Y2-323). Elle a vu le jour par les soins de Gabriel Granderye ou Granderie, qui a été en activité entre 1636 et 1667 environ. À l’époque de la publication du roman de Fierabras, il demeurait « en la deuxième maison du carrefour de Froide rue, à l’enseigne de l’Imprimerie ».

La Conqueste du grand roy Charlemagne, des Espagnes (le roman de Fierabras). Caen, Gabriel Granderye, s.d. (Caen, B.M., Rés. A3063)

Dans les prochaines semaines seront développés des opérations de médiation en direction des enfants avec des livrets-jeux pour les 3-6 ans, 6-8 ans et ados-adultes, des séances de jeux pendant l’été, des visites commentées et ateliers de fabrication de livres à la mode de la Bibliothèque bleue en septembre pendant les journées du patrimoine (21-22 septembre).

Il existe une page dédiée à l’exposition où l’on retrouvera facilement les information pratiques nécessaires ainsi que les actualités du programme.

 

Helwi Blom

Université Radboud de Nimègue

1 Sur les problèmes génériques et terminologiques concernant l’évocation des avatars de la littérature médiévale « d’armes et d’amours », voir Françoise Vielliard, « Qu’est-ce que le roman de chevalerie ? Préhistoire et histoire d’une formule », dans Isabelle Diu, Élisabeth Parinet et François Vielliard (dir.), Mémoire des chevaliers. Édition, diffusion et réception des romans de chevalerie du XVIIe au XXe siècle, Paris, École des chartes, 2007, p. 11-33, et Helwi Blom, « Roman de Chevalerie », Dictionnaire encyclopédique du livre, sous la direction de Pascal Fouché, Daniel Péchoin, et Philippe Schuwer, t. III, Paris, Editions du Cercle de la librairie, 2011.

2 La Bibliothèque bleue est généralement définie comme une formule éditoriale visant à réimprimer à peu de frais des titres à succès. Les « livres bleus », destinés à une large diffusion, se seraient distingués du reste de la production imprimée par leur médiocre qualité, leur couverture de papier bleu et leur bas prix. On fait remonter les débuts du phénomène au début du XVIIe siècle, plus précisément à l’activité de l’éditeur troyen Nicolas [I] Oudot (c. 1600-1636). Cf. Roger Chartier, « Bibliothèque bleue », Dictionnaire encyclopédique du livre, sous la direction de Pascal Fouché, Daniel Péchoin, et Philippe Schuwer, t. I, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2002.

3 Mathilde Le Roc’h Morgère a consacré une thèse aux stratégies éditoriales des Chalopin : Devenir imprimeur-libraire en Basse-Normandie au XVIIIe siècle ; Les stratégies de la maison Chalopin (École des chartes, 2013). Cf. http://theses.enc.sorbonne.fr/2013/le-roch-morgere.

4 Cf. Alfred Morin, Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes (almanachs exclus), Genève, Droz, 1974, no 790, et René Hélot, La Bibliothèque Bleue en Normandie, Rouen, Lainé, 1928, no 164.

Une journée d’études sur les recueils factices à Lyon

Le 3 mai 2019 a eu lieu à l’École normale supérieure de Lyon une journée sur les recueils factices organisée par les membres du Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles (XVIIe-XVIIIe s.) (GADGES, Lyon 3).

Cette journée, « Recueils factices : de la pratique de collection à la catégorie bibliographique », explorait les problèmes posés pour le repérage et l’étude de ces objets dans les collections des bibliothèques, aussi bien pour les conservateurs que pour les chercheurs. La première intervention, de Claire Giordanengo (conservatrice du fonds patrimonial, Bibl. Diderot) et Isabelle Vouilloux (conservatrice du fonds ancien, Bibl. de l’Université Catholique de Lyon), visait à présenter les difficultés rencontrées par les bibliothécaires pour repérer, cataloguer et rendre visibles ces recueils se trouvant dans leurs fonds, notamment dans le cadre de l’usage d’un catalogue commun tel que le SUDOC. En effet, il y a une tension fondamentale entre cataloguer le recueil en tant qu’objet, et décrire chaque pièce contenue dans ce recueil individuellement. Du fait de cette difficulté à cataloguer les recueils en tant qu’objet, il est souvent difficile pour le personnel des bibliothèques de les repérer et de les donner à consulter aux lecteurs : souvent, les conservateurs doivent aller en magasin pour repérer ces objets physiquement, sur les étagères, faute d’avoir les indications suffisantes dans leurs outils informatiques pour les trouver par une simple recherche via l’ordinateur. En prenant l’exemple d’un recueil de pamphlets de la fin du XVIe siècle conservé à l’UCLy, elles ont montré qu’il était complexe de faire apparaître ce recueil en tant que tel dans le catalogue du SUDOC.

Illustration 2: Recueil de controverses protestantes du XVIe siècle, UCLyon

Ce recueil a justement été montré ensuite aux participants lors d’une séance de présentation de volumes, qui a permis de discuter à la fois les questions de composition thématique et de caractéristiques matérielles de plusieurs recueils du XVIe au XVIIIe siècle. Dans le cas de ce recueil, la question se pose des buts de sa constitution. En effet, Michèle Clément (Université Lyon 2) a souligné l’unité thématique de ses 42 pièces de controverse protestantes imprimées entre 1557 et 15621. La reliure et les annotations indiquent qu’elles ont été réunies dans le recueil actuel à la fin du XVIe siècle en tant que livres prohibés, par un lecteur catholique, probablement à des fins de conservation pour un usage dans une institution religieuse catholique (comme en témoigne l’ex-libris du séminaire de Lyon collé sur la garde). Cependant, Katell Lavéant (Université d’Utrecht) a également mis en avant, lors de cette présentation conjointe, l’importance de noter la numérotation d’une main du XVIe qui ne suit pas l’ordre actuel des pièces dans le recueil, et qui indique que ces livres se trouvaient probablement d’abord dans un ou plusieurs recueil(s) antérieur(s), démantelé(s) pour constituer le recueil dans son état actuel. Il faut donc tenir compte de la possibilité que ces pamphlets furent d’abord acquis par des lecteurs favorables à leur contenu protestant, avant qu’ils ne prennent le statut de livres interdits au moment de leur mise en recueil actuelle.

Illustration 3: détail du recueil de controverses, avec renumérotation des pages

D’autres volumes ont été présentés, notamment par Hélène Lannier (Université Lyon 2). Elle a choisi de mettre en lumière un recueil de la bibliothèque Diderot (ENS) du XVIe siècle, contenant des livres en latin imprimés par le lyonnais Sébastien Gryphe. La composition du recueil, l’analyse des ouvrages choisis et l’étude de ses provenances permettent ainsi d’établir qu’il fut sans doute composé à des fins d’apprentissage pour un étudiant.

D’autres présentations, sur des ouvrages du XVIIe au XXe siècle, ont également mis en avant des aspects discutés à plusieurs reprises lors de cette journée : Edwige Keller-Rahbé (Université Lyon 2) a présenté un volume de la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence qui souligne la question de la (re)mise en recueil par les collectionneurs au XVIIIe siècle ; Michèle Rosellini (ENS Lyon) a posé la question de la mise en recueil par les acheteurs également avec l’exemple d’un recueil de textes de théâtre du XVIIIe siècle : ces fascicules de “nouveautés” dramatiques, imprimés au plus près de l’événement théâtral, et de provenances diverses, n’ont pu être rassemblés que par un collectionneur privé. Claire Giordanengo a montré un recueil de prix remis par le lycée Louis Le Grand dans les dernières années du XVIIIe siècle et les premières du XIXe siècle, dont la décoration des tranches correspond à un ingénieux système de classement des pièces dans le volume. Ambre Bonte et Céline Poughon (Université Lyon 3), ont étudié les modalités de mise en recueil des notes manuscrites et des documents rassemblés par un philologue lyonnais, Léon Clédat, sur les patois du Rhône. Elles ont montré que l’ordre choisi diffère de celui indiqué par Clédat: ceci souligne l’évolution entre la structure pensée par l’érudit au cours de ses enquêtes scientifiques, et le résultat en recueil, qui ne donne hélas plus accès au cheminement de la pensée du chercheur. Enfin, Isabelle Vouilloux a clos cette présentation par un recueil d’imprimés des éditions Fayard de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, pour montrer comment les couvertures de fascicules de textes littéraires pouvaient être supprimées pour homogénéiser la présentation des pièces à l’intérieur du volume, perdant ainsi l’intérêt spécifique de chaque couverture illustrée, et soulignant la frontière parfois fine entre recueil et anthologie.

Le versant bibliographique a ensuite été abordé par Malcolm Walsby (Université Rennes 2) dans son intervention sur « Le texte dans son contexte. Les recueils factices et l’utilisation des imprimés à la Renaissance ». À travers l’évocation du projet qu’il dirige, Sammelband 15-16, il a d’abord rappelé que la terminologie même pose problème pour désigner les recueils factices, d’où le choix du terme allemand Sammelband par ce projet pour définir clairement l’objet conçu comme une collection d’éditions imprimées dans une seule reliure. Les conditions de création de ces recueils chez les libraires à la Renaissance, comme leur utilisation par les lecteurs les ayant fait faire chez ces libraires et relieurs, sont en effet déterminantes pour comprendre leurs caractéristiques matérielles.

Illustration 4: L’atelier du relieur selon Jost Amman (dans Schopper, Hartmann. Panoplia omnium illiberalium mechanicarum, Frankfurt: Sigmund Feyerabend, 1568).

Il a ainsi mis en contraste deux exemples. Le premier, celui de deux volumes aujourd’hui conservés à la bibliothèque du Centre Culturel Irlandais à Paris, montre comment un libraire a rassemblé des éditions des Chronici Saxoniae dans l’ordre de production chronologique, pour les vendre ensemble. Le deuxième exemple, en revanche, illustre comment quatre ouvrages de controverse catholique sont souvent mis en recueil ensemble du fait de leur forte unité thématique. Comme en témoignent les différents recueils du XVIe siècle les conservant, ces ouvrages furent rassemblés dans des ordres différents et avec des systèmes de classement et d’organisation dans le recueil propres à chaque individu qui les avait achetés et fait relier ensemble. Il a aussi insisté sur le statut qu’acquiert ainsi au fil du temps le recueil comme ouvrage unique, et non plus comme une collection de titres séparés, pour le lecteur qui, souvent, l’annote et le numérote en ce sens. Malcolm Walsby a enfin insisté sur tous les détails matériels qu’il est essentiel d’analyser pour comprendre la manière dont le recueil a été constitué, des éléments bibliographiques tels que les titres inscrits sur les tranches, à la présence de détails apparemment aussi infimes que les tâches d’encre, mouillures et trous.2

Illustration 5: Recueil de controverse religieuse (à droite), Centre culturel iralandais à Paris.

Les interventions de Katell Lavéant et Hélène Lannier ont présenté les bibliothèques de deux érudits du XVIe siècle, celle d’Huybert van Buchell, aujourd’hui conservée à la bibliothèque universitaire d’Utrecht, et celle de Benoît Court, dispersée après sa mort mais pour partie reconstituée par Hélène Lannier dans les fonds de différentes bibliothèques publiques. Là où la bibliothèque d’Huybert van Buchell, léguée à la bibliothèque municipale (devenue universitaire) d’Utrecht, permet de reconstituer sans peine la collection de ce possesseur puisqu’elle est répertoriée dans un catalogue dès 1608, celle de Benoît Court a dû être reconstituée à partir de sources secondaires, notamment grâce aux mentions de provenances dans les catalogues de bibliothèques publiques, à des catalogues de libraires anciens, ainsi que d’autres ouvrages divers (en particulier sur la reliure, puisque Court faisait apposer ses armes sur la reliure de ses livres). À partir de l’analyse des provenances, mais aussi des reliures, il est possible de mieux comprendre la logique de constitution des recueils.

Illustration 6: des reliures de la bibliothèque de Benoît Court. Photo BM Lyon

La réflexion croisée des deux chercheuses a entre autres porté sur les raisons qui poussaient les érudits à rassembler des titres par thèmes (par exemple une série d’ouvrages de polémique protestante et de théologie dans le cas de van Buchell), par auteurs (tel un volume d’œuvres d’Érasme dans la collection de Benoît Court) ou par langues (les recueils étant dans les deux cas toujours monolingues). Il est aussi frappant de noter que, dans les deux cas, les volumes fabriqués pour ces possesseurs proposent souvent une indication sur le prix de la reliure, ouvrant les perspectives de réflexion sur les aspects économiques de la mise en recueil, qui permettait de limiter le coût supplémentaire que représentait la reliure. Ces précieuses indications donnent une idée des coûts de fabrication de ces volumes.

Illustration 7: une indication de prix de reliure dans un des volumes de Huybert van Buchell, BU Utrecht

La journée s’est achevée sur une session sur les recueils de mazarinades. Laura Bordes (Université Aix-Marseille) a ainsi pris l’exemple du fonds de plus de 80 de ces volumes, conservé à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence. Du fait de la fragilité matérielle des pamphlets en question, objets imprimés appelés à disparaître rapidement s’ils n’avaient pas été mis en recueil, c’est la question de la préservation qui a été évoquée, comme à plusieurs reprises pendant la journée, pour des éditions aujourd’hui particulièrement rares, voire uniques. Malgré le manque d’informations sur l’origine de cette collection, l’étude des recueils et, dans certains cas, de l’ajout d’illustrations et de portraits de personnages cités dans les textes, angle peu étudié jusqu’ici et pourtant présent de manière massive dans le corpus, permet de s’interroger sur le but de la constitution d’une telle série de recueils.

Illustration 8: une image classique, le portrait de Mazarin en page de titre d’une mazarinade

L’une des organisatrices de la journée d’études, Mathilde Bombart (Université Lyon 3), est revenue sur les enjeux des illustrations dans ces recueils pour aborder une série d’éditions de la main d’un mystérieux sieur de Sandricourt, composées avec une logique polémique mais aussi commerciale, pour inciter les lecteurs à acheter ces éditions les unes après les autres. Là encore, ces pièces ont fait l’objet d’une mise en recueil, dans un certain nombre de cas avec une page de titre imprimée, qui met en scène la fin de la crise en 1652, et qui constitue donc en elle-même une mazarinade. L’ajout de cette page de titre, comme celle de portraits produits par le graveur et marchand d’estampes par Balthazar Montcornet (1598-1668), compose donc un recueil factice dont il convient d’étudier la logique de production spécifique : la page de titre a pu être produite pour être utilisée par un libraire qui s’en serve comme page générique ouvrant un recueil composé pour un acheteur selon ses souhaits et selon les mazarinades en stock. Il est également envisageable que l’on ait dans un certain nombre de cas des recueils produits par des libraires pour attirer un lectorat séduit par l’ajout d’illustrations, sans pourtant exclure la possibilité que d’autres recueils aient été constitués sur la demande des lecteurs individuels désireux d’enrichir les textes rassemblés par des illustrations complémentaires choisies personnellement. Mathilde Bombart entreprend actuellement une recherche plus étendue sur ce sujet, qu’elle a abordé dans son habilitation à diriger des recherches (à paraître).

illustration 9: un recueil de mazarinades illustré, conservé à la BM de Châlons-en-Champagne

Au terme de cette journée riche d’exemples et de questions autour des recueils factices aux XVIe et XVIIe siècles, il est apparu dans la réflexion des différents participants l’importance de la collaboration entre chercheurs et professionnels des bibliothèques pour mieux mettre au jour et décrire ces recueils. Est également réaffirmée la nécessité d’étudier ces objets sous un angle bibliographique, comme sous l’angle de leur constitution pour et par des lecteurs souvent identifiables ou pour des logiques de lecture qu’il nous faut aujourd’hui reconstruire. C’est ce à quoi s’emploient le séminaire du GADGES dédié à ces questions, comme le projet Sammelband 15-16 et le projet Mazarinades, dont on ne manquera pas de suivre les résultats des enquêtes à venir sur ces objets fascinants.

  1. Michèle Clément a décrit ce recueil et son contenu dans son article « Mettre en vers français une poétesse latine. Proba Falconia à Lyon en 1557 », Martine Furno et Raphaële Mouren (éd.) Auteur, Traducteur, collaborateur, imprimeur.. qui écrit?, Paris, Classiques Garnier, 2012, pp.165-202, 2012. []
  2. Malcolm Walsby a ainsi étudié cette problématique dans ‘Cheap print and the academic market : the printing of dissertations in sixteenth-century Louvain’, dans Andrew Pettegree (ed.) Broadsheets : Single-sheet Publishing in the First Age of Print, Leiden : Brill, 2017, pp. 355-375, et ‘Les enjeux de la conservation-restauration des livres : le cas des receuils factices’, à venir. []

Rareté et Livres rares du XVe au XXIe siècle

Alors que l’exposition sur la rareté et les livres rares mise en place à la bibliothèque universitaire de Rennes II est de nouveau visible pendant quelques jours pour les journées du patrimoine, nous revenons sur le colloque qui précéda le vernissage.

Le colloque « Rareté et Livres rares du XVème au XXIème », organisé les 5 et 6 avril derniers à l’occasion de l’ouverture de l’exposition éponyme, rassemblait chercheur.euse.s et étudiant.e.s, bibliothécaires, restauratrices de livres anciens, ainsi qu’un éditeur et un collectionneur. La notion de rareté fut examinée à travers des études de cas, mais également au travers d’analyses plus globales. Brassant le temps large, le colloque mit en évidence une rareté qui ne désigne pas les mêmes catégories de livres selon les lieux et selon les époques. Elle fut traitée en tant que notion appartenant à un imaginaire collectif, mais également en termes de réalité matérielle. Plongeons un moment dans ce débat.

L’idée de rareté a influencé (et influence toujours!) notre vision. Elle influence également la préservation des livres, et est donc intervenue dans le tri entre les livres qui nous sont parvenus et ceux qui sont aujourd’hui perdus. Pour autant, la rareté est une notion qui semble résonner différemment en chacun.e. Y a-t-il forcément une part de subjectivité attachée à cette idée ? Certains auteurs définissent la rareté d’un livre par rapport à sa rareté dès le moment de sa production. Ils choisissent donc de désigner des livres produits ou distribués en peu de quantité. Pour d‘autres auteurs, la définition se place par rapport à l’acquisition du livre : s’il est aisé de se le procurer, s’il est facilement échangeable. Les avancés dans la bibliographie matérielle, quant à elles, nous informent sur de nouveaux types de rareté : un livre peut être rare non pas par son texte mais par sa forme, par ses matériaux.

La rareté change également de lieu en lieu : l’exemple de l’Espagne par rapport à ses voisins est très parlant. Pedro Rueda Ramirez, de l’Université de Barcelone, présentait le marché du livre ancien en Espagne entre 1750 et 1840. L’étude des catalogues de vente de livres et d’inventaires de bibliothèques amène à voir qu’aux XVIe et XVIIe siècles la rareté n’est pas décrite dans les catalogues, mais est pour autant bien reconnue par les utilisateurs des livres. Les catalogues eux-mêmes entrent dans la catégorie des livres rares, puisqu’entre le XVIe et le XVIIe dix catalogues seulement de vente de livres furent publiés à Madrid et à Séville. Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle que l’on note une prolifération et une spécialisation des catalogues. Une autre singularité du marché du livre espagnol est la distribution vers les Amériques, afin d’y trouver une clientèle spécifique. La multiplication des catalogues venus de l’étranger montre la diversification du marché du livre, mais aussi de la variété des collections.

Rare, très rare, et très très rare!

La spécificité des livres rares peut donc se trouver dans l’insolite de la fabrication, et dans leur appartenance à une collection. D’autres professionnels s’intéressent quant à eux à l’insolite lié à la fréquentation. C’est le cas de Dominique Bougé-Grandon, chargée de mission aux Fonds Patrimoniaux de la Bibliothèque universitaire de Rennes 2. Elle explique son métier autour de quatre missions : repérer, conserver, signaler, et analyser.

En effet, l’insolite fait sens et informe le chercheur. Un accident d’imprimerie, par exemple, laisse une marque et informe sur le processus de production. Les variations entre copies sont connues des bibliographes, et les aident à reconnaître et à classer les éditions et exemplaires. L’insolite lié à la fréquentation porte les stigmates du temps qui passe, abîmant parfois les exemplaires. Cependant ces traces d’usages permettent également de s’informer sur les pratiques, liées à la possession. Une carte à jouer pour marquer un page, une trace de bougie, ou même des grains de blé… Il y a des objets bien identifiés, mais il y a également des témoins insolites et moins formels.

Lucie Moruzzis, relieure-restauratrice aux Archives Nationales, est elle aussi témoin de la richesse de la bibliographie matérielle, et actrice de la mise en valeur de celle-ci. Son but premier est la préservation, et, parfois, les raretés matérielles ne sont pas toujours là où l’on les attend. Ainsi, le relieur-restaurateur se trouve parfois confronté au choix de préserver une partie d’un livre qui implique de restaurer l’ensemble de manière différente. Il s’agit par exemple de prélever un élément de la reliure, tel qu’une page manuscrite servant de renforcement, qui peut en lui-même informer des us et coutumes de l’époque, afin de le rendre visible. Lucie Moruzzis a ainsi pu nous faire découvrir la relation privilégiée qu’a le restaurateur avec l’ouvrage, notamment au travers du métier artisanal qu’est la reliure. Elle est revenue par ailleurs sur l’amalgame entre la rareté objective et l’attractivité que la rareté a sur les êtres humains.

Ann-Marie Hansen présentait quant à elle une bibliographie matérielle qui se concentrait non pas sur l’insolite de la fréquentation, mais plutôt sur les marques souvent délibérées témoignant de la consultation des livres de l’époque moderne. Qu’il s’agisse de reliures ou d’annotations, Ann-Marie Hansen démontrait ainsi que chaque livre peut être considéré comme un unicum, un exemplaire unique. A travers des images de livres comportant des matériaux différents, des notes marginales ou parfois même des annotations incorporées dans le texte même, Hansen montre les indices révélant des pratiques de lectures, et donc de cognition. Le lecteur pouvait par exemple ajouter du texte sur la page, soit par l’écriture, soit en collant une feuille additionnelle, ou bien encore en notant une référence à un autre ouvrage, lançant ainsi une invitation à la lecture complémentaire. Il pouvait également tenter de censurer un passage par la rature, ou encore commenter allègrement le texte par des exclamations marginales. La bibliographie matérielle informe donc l’histoire du livre, mais également des idées.

Malcolm Walsby, enseignant-chercheur à l’Université de Rennes 2, travaille également dans ce domaine. C’est le recueil factice, permettant de relier des œuvres différentes en un seul volume, qui est le sujet de ses recherches actuelles. Le déplacement ou la destruction d’une bibliothèque, ou encore de mauvaises pratiques de restauration ont parfois eu pour effet une restructuration, et la séparation de volumes combinés dans des recueils factices. Or, les recueils factices, qui comportent parfois les mêmes titres et œuvres, varient quasiment toujours dans leur disposition et composition, selon le goût et l’organisation du propriétaire. La constitution des recueils factices se fait au cours du temps et est donc également modifiable. On est donc face à un témoin d’une création d’objet unique, et donc rare, avec sa propre cohérence intellectuelle. Cette forme de livre nous a également permis de sauver des copies uniques qui auraient sans doute disparu si elles avaient été conservées seules. Les ouvrages qui ont survécu grâce à la forme du recueil factices nous apportent donc des informations rarissimes. Combien d’unica ont ainsi été conservés dans des recueils factices ? S’il est difficile d’identifier ces unica en tant que tel, les chercheurs de l’Université de St Andrews, en Écosse, travaillent sur la définition et l’identification de livres rares. Le Programme “Preserving the World’s rarest books” a pour but d’aider les bibliothèques à déterminer les livres les plus rares de leur collection afin qu’une attention particulière puisse leur être portée.

Un cas exemplaire du lien entre recueils et unica: les thèses de Louvain

Dominique Varry, professeur à l’ENSSIB, soulignait également combien le contexte de production de certains types de livres la recherche peut contribuer à la création de la rareté, en exposant le cas des livres recherchés par les acheteurs contemporains, puis par les collectionneurs, pour leur statut de curiosa, avec l’exemple d’éditions interdites au XVIIIe siècle. Les livres tombant sous le coup de la censure, ou connaissant un tel succès que l’édition protégée par un privilège était « piratée », étaient fabriqués de manière clandestine et vendus sous le manteau. Les circonstances même de leur impression, sous des fausses adresses ou à l’étranger, nécessitent aujourd’hui un véritable travail de détective de la part des bibliographes. C’est le cas de nombre d’ouvrages érotiques et licencieux, mais également d’une série d’éditions du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, dont onze parurent à Amsterdam en 1762 à l’enseigne de Marc-Michel Rey et dont on sait à présent qu’un certain nombre étaient des contrefaçons.

Andrew Pettegree est le fondateur du “Universal Short Title Catalogue” et de l’Institut d’études de la Réformation de St Andrews. Il propose de répondre à la rareté et à la perte de sources dans le monde du livre au début de l’époque moderne en proposant rien de moins qu’une révolution bibliographique. Pour Andrew Pettegree, le monde scientifique fait encore place à une austérité méthodologique qui se traduit par de la négligence vis-à-vis de certains types d’imprimés, tels que les pamphlets qui ne sont pas comptés dans toutes les analyses statistiques. Or, non seulement ces pratiques modifient les données numériques du monde de l’impression de manière globale, mais elles faussent encore plus les statistiques des genres imprimés et rendent notre connaissance de la production et de la consommation de ceux-ci tout aussi floue. En termes économiques, les placards, poèmes, et autres petits travaux étaient essentiels pour qu’un imprimeur ait les moyens de conduire des impressions plus importantes par ailleurs. Pettegree propose donc de croiser les données avec des outils tels que les catalogues de vente, et notamment de vente aux enchères. La méthodologie qui ne permet de compter qu’un volume lorsque celui-ci indique faire partie d’une série pose problème dans nos études : il nous faut donc changer de perspective. Andrew Pettegree met également en lumière la pratique de distribution gratuite d’ouvrages, qui, selon les estimations, concernait au moins la moitié de la production imprimée. Cette connaissance de l’accès gratuit à la littérature est essentielle à notre compréhension des fonctions et des usages des livres à l’époque moderne.

Un placard de 1643 d’Alkmaar tiré de l’article: What was published in the seventeenth-century Dutch Republic?

Katell Lavéant, de l’Université d’Utrecht, proposait justement une étude de cas permettant de voir l’application de la notion de rareté dans le corpus joyeux. Les textes joyeux sont des œuvres littéraires inspirées de la culture festive parodique telle qu’elle apparaissait notamment à l’époque du carnaval. Ils circulaient dans des livres populaires de petit format et destinés à un usage de lecture intensive. Ces éditions furent donc logiquement détruites avec le temps, à moins d’être conservées dans des recueils factices. Rares sont les éditions joyeuses conservées à plus de deux exemplaires. Dans certains cas, au processus de raréfaction s’ajoute celui de création d’une rareté nouvelle. La survie de ces textes dans des rééditions en petit nombre d’exemplaires, ou même dans des copies manuscrites, nous apporte également de nouveaux unica. L’étude de cas présentée durant le colloque amenait aussi à élargir la réflexion du statut du livre joyeux dans le contexte plus large des productions de livre, à cette époque.

Un exemple de livre joyeux imprimé à Lyon au XVIe siècle, et sa copie manuscrite du XVIIIe siècle

Pour Christine Rivalan-Guégo, de l’Université Rennes, le XIXe et le début du XXe siècle ont formés le moment charnière durant lequel le processus de raréfaction s’est accéléré. C’est l’époque de la grande diffusion. Si on a un nombre important d’exemplaire qui circulent, le rapport au livre en est impacté. Dans la chronologie de la matérialité du livre, on voit que, brusquement, de nombreux éléments permettant de définir le livre et le rapport que l’on a avec lui sont modifiés. Les méthodes de production sont revues à la baisse (on choisit l’assemblage plutôt que la reliure), et les matériaux tels que le papier et les encres connaissent aussi une dégradation de leur qualité. Le livre en lui-même s’avère plus sensible à la détérioration physique avec, par exemple, une plus grande sensibilité à l’humidité.

Leur conservation est également portée de manière différente. Pour autant, certains lecteurs en ont décidé autrement : leurs choix de collection est une « patrimonialisation domestique » qui permit de sauver des objets et des textes qui n’auraient pas survécu autrement. Le livre est un vestige d’un temps, et un témoin du rapport des lecteurs.

Penser la rareté nous oblige à repenser nos objets de recherches et nos méthodologies. A la fin du XXe siècle, les formes du livre, vues notamment à travers le prisme de la bibliographie matérielle, ont été remises au centre de la réflexion. Le rare pour le chercheur n’est pas le même que pour le lecteur ou le collectionneur.

C’est aussi ce que confirme le collectionneur Bernard Huchet, qui présentait sa passion pour les objets issus de la collection du Livre de Poche. Bernard Huchet mène depuis des années une véritable recherche, par l’observation de détails notamment matériels, pour déterminer l’histoire des éditions successives de ces petits romans. Il présentait pendant le colloque le rapport à l’illustration du cinéma des couvertures faites à la gouache. Les exemplaires originaux étaient tirés en grands nombres, mais ils n’ont pas pour autant été forcément conservés, souvent plutôt perdus, usés, jetés. La rareté ici est peut-être aussi celle de cette recherche bibliophilique en soit, puisque contrairement aux livres anciens, peu de collectionneurs s’y intéressent, la valeur pécunière des petits livres étant quasi-nulle.

Les collectionneurs ne sont pas les seuls à rechercher la rareté. C’est également le cas des libraires et des bibliothécaires. Sarah Toulouse, de la Bibliothèque municipale de Rennes, revenait sur l’utilisation souvent abusive de la notion de rareté. Dans le langage courant, le « rare » est une notion de plus en plus relative, et ne faisant pas toujours références aux mêmes caractéristiques, ce qui aboutit à un usage démesuré de ce mot dans les descriptions de livres anciens pour les catalogues de vente actuels. Sarah Toulouse constate trois raisons pouvant pousser les libraires à user et abuser du terme : la tendance à se baser sur d’anciennes bibliographies papiers, l’augmentation du prix et donc du profit, mais aussi tout simplement la différence entre ce que la rareté signifie pour un marchant et pour un bibliothécaire. Sarah Toulouse nous invite également à poursuivre une réflexion autour du choix que nous avons à faire par rapport aux livres à transmettre, à conserver. Faut-il forcément favoriser l’objet rare ? L’objet banal risque pourtant de devenir rare lui aussi, parce que moins précieusement conservé par les contemporains.

Louise Amazan, de la Bibliothèque nationale de France, répondait justement à la question de la conservation. Exposant l’histoire et le système de classement de la BnF, par type de matériaux, de typographie, puis par format, en encore par ville et par  imprimeur, elle proposait également d’explorer la conservation comme relevant de la sensibilité d’un individu ou d’un groupe et d’un contexte. Dire d’un livre qu’il est rare à des conséquences aux yeux de la BnF. Cela signifie une exclusion du prêt, et l’imposition de conditions de lecture (pas d’usage de stylos à encre, pas le droit de prendre de calque sur le livre…), sous surveillance, afin de préserver les ouvrages de mésusages aux conséquences parfois funestes. Pour Louise Amazan, l’art de la collection du livre rare n’est en rien une science exacte. Toute bibliothèque a sa politique d’acquisition, car aucune bibliothèque ne peut tout conserver, mais aussi parce que les bibliothèques forment dorénavant un groupe, un réseau. Le sujet de la participation des bibliothèques au marché du livres fut également abordé. En contact donc avec le monde des collectionneurs, Louise Amazan témoigne de la volonté des bibliothécaires de garder une distance. Pour elle, il faut pressentir l’évolution du goût et de la sensibilité et tenter d’acheter avant que le prix augmente.

Qu’en est-il de la conservation numérique de livres rares ? Pour certains intervenants les nouveaux outils numériques rendent visible le livre mais ne diminuent pas la rareté de l’exemplaire. Yves Picard, des Presses universitaires de Rennes, était présent pour présenter un sujet peu souvent débattu : la rareté du livre électronique.

Créer un livre… l’intervention d’Yves Picard est accessible en ligne.

Cette notion peut ne pas être évidente au premier abord. Il faut avoir en tête la fragilité du livre électronique, qui n’a qu’une longévité moyenne de dix ans. Le fichier ne demande qu’à être copié pour freiner sa raréfaction, mais dans le monde électronique chaque copie devient un original à nouveau. Les verrous numériques que sont les DRM permettent à une copie de devenir unique, grâce à un filigrane (par ex : « acquis par Yves Picard ».). On est là face à une création de rareté, par l’acquisition individualisée, qu’on a l’obligation juridique de garder rare. Un autre type de copie unique peut être créé grâce à la personnalisation de l’affichage d’un livre. Au-delà de l’individualisation de copies, c’est aussi par la diffusion, ou plutôt par son absence, qu’est provoquée la raréfaction. Et Yves Picard d’interpeller le public du colloque avec le sourire : « Si vous en trouvez un jour un livre électronique rare, parce que non-téléchargé, n’y touchez pas : laissez-le rester rare ! ». En parallèle à la raréfaction, la notion de bien commun émerge avec des communautés qui cherchent à préserver et à défendre l’intérêt de ce bien commun. La communauté de Wikipédia est un exemple de co-création de contenus, rares parce que modifiables, avec un usage massif et documenté. En effet, six mois après sa création, une page donnée pourra être différente. La plate-forme offre la possibilité de créer un livre de son choix à ses utilisateurs. Dans ce monde informatique, la problématique de l’ouverture d’un abîme de conservation, dû au manque de critères de sélection, est au cœur des débats actuels. Comment accéder à une œuvre parmi les milliers de dossiers ? Yves Picard répond : tout reste à inventer.

Finalement, Chloé Favriou et Isabelle Riquet, étudiantes en Master de recherche d’Histoire moderne présentaient l’objectif de l’exposition Rareté et livres rares. Elles exposaient l’évolution de la méthodologie et les contraintes que le contenu des fonds ont imposés dans le travail de montage de l’exposition. Elles témoignaient alors de l’élargissement de leur réflexion scientifique, en tant qu’étudiantes en master. Le travail sur le fond ancien permet de comprendre le caractère multiforme du livre. Si la première question fut celle des caractéristiques de la rareté du livre, le nombre d’exemplaires produits, conservés, leur prix…, la notion de rareté fut rapidement élargie par rapport à l’angle habituel. Dans l’exposition, la rareté choisie n’est pas celle prisée des collectionneurs ; la réflexion a davantage porté sur le medium du livre, et ses pratiques. Le livre, étudié par le prisme de l’objet rare, permet de remettre en question l‘idée que l’on se fait de la rareté.

Par leur ouverture, le colloque et l’exposition Rareté et Livres rares du XVe au XXIe siècle nous invitent à poursuivre la réflexion sur les méthodes de recherches, de préservation et de valorisation des objets non seulement précieux, mais aussi communs. Ce qui ressort ici, c’est l’importance des pratiques, qu’elles soient celles de la production, du classement, ou encore de la lecture et de la réception. Le livre-objet et le texte-idée sont à manipuler avec précaution et attention. Le colloque et l’exposition nous ont permis également d’évaluer combien il nous reste à découvrir dans le domaine de la bibliographie matérielle, dans les possibilités offertes par le numérique, et dans nos propres pratiques de transmission du livre.

Erell Smith

Étudiante en master de recherche à Rennes II


Le catalogue de l’exposition peut être librement consulté en ligne depuis le site Issuu de la Société bibliographique :Catalogue de l’exposition Rareté et livres rares du XVIe au XXIe siècle.

Première journée Renouard (31 mars 2017)

Le 15 avril 2016, se tenait à l’École nationale des chartes une journée intitulée « Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle » en hommage à Annie Charon, professeur d’histoire du livre à l’époque moderne de 1990 à 2015. À cette occasion, une place particulière avait été réservée aux papiers « Renouard » sur les imprimés parisiens du XVIe siècle, dont l’histoire rappelée par Geneviève Guilleminot est emblématique de la longue chaîne de transmission, de la longue « pré-histoire » qui a conduit aux approches renouvelées par l’Apparition du livre. Philippe Renouard, lui-même issu d’une remarquable lignée de bibliographes, avait laissé des travaux restés pour une large part à l’état de documents préparatoires. Or, comme le rappelait Henri-Jean Martin, « la connaissance de notre patrimoine écrit a nécessité de tout temps […] [des] travaux qui exigent la passion de vies entières et requéraient souvent la continuité de plusieurs générations d’érudits. Qu’on ne s’étonne donc pas si l’histoire du livre est jalonnée du souvenir de collections dispersées et de répertoires laissés inachevés ou disparus, voire détruits après la mort de leur auteur. De ce point de vue, l’histoire des ‘papiers Renouard’ est exemplaire » en ce qu’ils ont, à l’inverse, pu être préservés. Ces papiers ont été repris par les équipes de la Réserve de la BnF, d’abord sous forme papier puis, grâce à la persévérance de Magali Vène aujourd’hui relayée par Estelle Bœuf-Belilita, sous forme numérique dans BP16. Ils servent aujourd’hui de base aux nouveaux outils et aux nouvelles recherches qui s’élaborent.

Mais cette journée était aussi conçue comme le prélude à un cycle de rencontres annuel, sorte de petit frère parisien des rencontres Biblyon qu’organisent depuis 2011 Michèle Clément et Raphaële Mouren à Lyon, afin de permettre à des spécialistes aguerris et à de jeunes chercheurs, à des historiens, à des historiens d’art et à des littéraires, à des spécialistes du manuscrit et de l’imprimé, à des historiens du Moyen Age et des temps modernes de se rencontrer et de dialoguer ensemble sur le livre et sur la recherche en train de se faire (pour un bilan datant de 2015). C’est pourquoi, après les allocutions d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, et d’Olivier Poncet, directeur du Centre Jean-Mabillon, Michèle Clément, professeure de littérature française à l’université Lyon-2 a ouvert, la première des « Rencontres Renouard » : elle a présenté un bilan des sept premières années des rencontres lyonnaises, caractérisées par leur souplesse et leur convivialité et grâce auxquelles s’est créée une véritable dynamique de recherche, puis a évoqué les perspectives d’avenir, qui incluent des échanges entre les rencontres lyonnaises et parisiennes, et l’organisation d’un colloque commun sur les privilèges, probablement en 2019.

Alors que la journée d’avril 2016 insistait davantage sur le contexte de production des livres, la journée du 31 mars 2017 entendait s’ouvrir à des approches plus littéraires, mais nourries des apports de la bibliographie matérielle et de l’histoire du livre : en témoignent les études consacrées à la mise en livre de deux œuvres majeures, le Roman de la rose, dont Nathalie Coilly a finement analysé les différentes solutions adoptées, dans les manuscrits et les imprimés, pour mettre en page un court échange entre Raison et l’Amant, et la Nef des fous, qui devait faire l’objet de la communication, hélas reportée, de Jonas Kurscheidt. Le dialogue noué avec l’histoire de l’art, que représentaient l’année précédente Séverine Lepape et Anna Baydova, s’est avéré tout aussi fructueux : la contribution de Guy-Michel Leproux, dont les travaux sur les maîtres vitriers et les enlumineurs sous François Ier sont bien connus, a fait connaître des éléments choisis d’un livre à paraître sur le théâtre à Paris au XVIe siècle. Des archives notariales, redoutables sur le plan paléographique, révèlent des circulations inattendues et des liens étroits entre le monde du théâtre et celui du livre à la Renaissance, les comédiens pouvant devenir libraires ou colporteurs et inversement. Louis-Gabriel Bonicoli a quant à lui présenté les principaux enseignements d’une thèse soutenue en 2015 et consacrée à Antoine Vérard, et en particulier à ses bois gravés, dont il a dressé le répertoire. Cette enquête a permis d’identifier, outre le Maître du cardinal de Bourbon, du Maître des Grandes heures royales et de Jean d’Ypres, au moins trois autres peintres qui fournirent les dessins utilisés par les graveurs. M. Bonicoli a par ailleurs proposé, à partir d’une analyse attentive aux contraintes techniques, une autre façon de réfléchir aux rapports entre texte et image dans la production de Vérard.

La part belle a été faite aux incunables, présents dans les communications de Nathalie Coilly, désormais en charge des incunables à la Réserve de la BnF, Louis-Gabriel Bonicoli, Jonas Kurscheidt (dont la communication est reportée à l’année 2018) et Ezio Ornato, inventeur bien connu de la codicologie quantitative, qui en a montré de remarquables applications sur le corpus des sermonnaires et leur circulation à travers l’Europe. Martine Furno a, quant à elle, présenté un véritable « fairy tale », celui de sa découverte, à la bibliothèque de Blickling Hall (Aylsham, Norfolk), d’un exemplaire exceptionnel du Thesaurus d’Estienne couvert d’annotations manuscrites et de ce qu’elle a baptisé des « post it » (fragments, imprimés recto verso ou seulement au recto, issus des addenda à l’édition précédente et replacés à l’endroit où ils auraient dû se trouver), et sans doute destiné à préparer une nouvelle édition qui n’a jamais vu le jour.

Dictionarium, seu Latinae linguae thesaurus, Paris: Robert Estienne, 1543 (USTC 140870 – exemplaire de l’Österreichische Nationalbibliothek, Vienne)

Enfin, Christine Bénévent a présenté quelques-unes des découvertes faites dans le cadre d’un projet collectif conduit par Gilbert Fournier sur la bibliothèque du collège de Sorbonne au XVIe s., dont Gilbert Fournier a découvert un catalogue imprimé datant probablement de 1549.

Il y avait véritablement sens à intituler, sur la suggestion d’Olivier Poncet, ce cycle annuel « Rencontres Renouard ». Si les notes laissées par Philippe Renouard peuvent aujourd’hui nourrir ces recherches entrecroisées, c’est « grâce à la générosité et à l’esprit de continuité des descendants d’Antoine-Augustin et de Philippe Renouard » (Henri-Jean Martin), représentés en ce 31 mars 2017 par la veuve, Marie-Constance, et la sœur, Geneviève, de Dominique Renouard, petit-fils de Philippe. Bien qu’ayant suivi d’autres voies que celle de la bibliographie, Dominique Renouard suivait avec beaucoup d’attention les recherches sur les imprimeurs parisiens. C’est à lui que nous devons la découverte des épreuves inédites d’un Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires et fondeurs de caractères en exercice à Paris au XVIIe s., probablement rédigé en 1907. Il aurait été heureux, a dit Marie-Constance Renouard, d’assister à ces échanges. Que ceux-ci restent, comme ils l’ont été le 31 mars 2017, placés sous le signe de cet idéal de transmission généreuse.

Après la pause déjeuner, les participants aux Rencontres Renouard ont pu découvrir avec sa directrice, Camille Dégez-Selves, la nouvelle bibliothèque de l’École, qui a ouvert le 6 mars 2017 dans des locaux rénovés sur le site Richelieu (entrée au 12 rue des Petits Champs)

Les prochaines Rencontres Renouard se tiendront le vendredi 13 avril 2017. Plus d’informations sur cette journée sont disponibles sur la page qui lui est dédiée sur le site de l’École des chartes

Christine Bénévent, École nationale des chartes