Un exemplaire « sophistiqué » : La Sophonisba del Trissino de la bibliothèque de l’Université Rennes 2

La Sophonisba del Trissino est considérée comme la première tragédie classique italienne. Initialement publié en 1524, ce texte de grande importance littéraire a récemment été acquis dans l’édition de 1529 par la bibliothèque de l’université Rennes 2. Cet ouvrage a été présenté dans l’exposition sur le livre italien de la Renaissance « La primavera del Libro ». Mais après avoir examiné minutieusement ce volume, nous avons découvert que cet exemplaire était bien plus complexe qu’il n’y paraissait ; il dissimule en effet une énigme.

Photo 1: [a 4 v°] et b1
Il s’agit d’un petit volume in-4° de 52 feuillets dans une reliure en parchemin souple avec le titre écrit à l’encre au dos. Le texte nous est connu par des éditions antérieures. Citons en particulier :

  • une édition de juillet 1524 imprimée par Lodovico vicentino scrittore [degli Arrighi] et Lautitio Perugino [probablement Lautizio di Bartolomeo dei Rotelli]
  • une autre de septembre 1524 imprimée par Lodovico degli Arrighi.

Les éditions de La Sophonisba présentent une particularité typographique. On y trouve des caractères grecs mêlés aux caractères latins. L’auteur Gian Giorgio Trissino (Vicence 1478 – Rome 1550), homme fortuné, amoureux des arts et des choses grecques, est connu pour sa réforme orthographique. L’ouvrage que nous décrivons est au cœur d’un débat intellectuel et linguistique qui agita l’Italie autour des années 1520-1530.

Dans une épître adressée à Clément VII et parue à Rome en 1524 (puis dans les Dubbi grammaticali, 1529), Trissino recommande en effet d’ajouter des lettres grecques à l’alphabet latin, en particulier l’epsilon et l’oméga pour marquer la distinction entre les voyelles o et e ouvertes et fermées[1]. Cette réforme ne fit pas l’unanimité et fut très vite critiquée. Trissino, piqué au vif, répondit à cette opposition, en 1529, « par une salve de publications diverses lancée de Vicence dans le débat intellectuel et dans le marché éditorial[2] ».

On citera par ordre de dates :

# Titre Date
1 Dante De la volgare eloquenzia. Giouanni di Boccaccio da Certaldo, ne la vita di Dante. Appresso gia vicino a la sua morte compose un libretto in prosa latina, il quale si intitulò. De vulgari eloque Janvier 1529
2 Epistola del Trissino de le lettere nuouamente aggiunte ne la lingua italiana Février 1529
3 La poetica di m. Giouan GiorgioTrissino Avril 1529
4 La Sophonisba del Trissino Mai 1529
5 La grammatichetta di m. Giovan Giorgio Trissino Juin 1529
6 Rime del Trissino 1529
7 Dialogo del Trissino intitulato il Castellano, nel quale si tratta de la lingua italiana 1529
8 a b c 1529 ?
9 Georgii Trissini Encomion ad Maximilianum Caesarem 1529 ?

L’édition de La Sophonisba que nous décrivons ici prit place au milieu de cette salve. Le colophon précise : « Stampata in Vicenza per Tolomeo Ianiculo, MDXXIX. di maggio[3] ». Ce Gianiculo, actif à Vicence et à Venise, imprima presque toute l’œuvre de Trissino. Il s’agit probablement de l’imprimeur Bartolomeo Zanetti. Selon la notice trouvée dans la base de données EDIT 16, c’est Gian Giorgio Trissino qui aurait donné à Zanetti ce pseudonyme et aussi la marque dont il usa (Z1184). Originaire de Brescia il commença à travailler à Florence pour les Giunta, puis à Camaldoli pour le compte du monastère avant de s’installer à Venise. Il est connu comme imprimeur mais aussi comme copiste de textes grecs. Pour l’impression il utilisa une presse privée que Trissino fit installer chez lui, près de Vicence. C’est dire tout l’intérêt que l’auteur portait à l’impression de ces textes.

Pour l’édition de mai 1529, la base de données EDIT 16 fournit un fac-similé numérique (exemplaire de la bibliothèque de Turin).  En comparant avec l’ouvrage présenté ici, l’ensemble est cohérent sauf le premier cahier comprenant aussi la page de titre. Le titre est composé avec des lettres grecques dans l’exemplaire de l’édition de 1529, pas dans notre exemplaire. Le texte de l’épître à Léon X diffère aussi dans sa graphie et dans sa mise en page.

Photo 2 : Titre dans l’exemplaire composite
Photo 3 : Titre de l’édition de 1529
Photo 4 : page [a 3 r°] dans l’exemplaire composite

Photo 5 : page [a 3 r°] dans l’édition de 1529

 

Il s’agit donc bien d’un premier cahier différent. En consultant les autres fac-similés numériques en ligne, le cahier signé « a » présent ici est semblable à celui de l’édition « Stampata in Roma : per Lodovico de’ gli Arrighi vicentino scrittore, 1524 di settembre[4] ». Il y aurait donc deux parties dans notre ouvrage, une première partie (pièce liminaire) issue de l’édition de 1524 et une seconde partie (texte de la tragédie) qui proviendrait de l’édition de 1529.

D’autres éléments viennent corroborer ces premières conclusions : la note manuscrite sur le feuillet de garde à la fin de l’ouvrage, dans une écriture tardive (XVIIIe ou XIXe siècle). Elle précise :

(Ludovico degli Arrighi) Composta nel 1510, gia ché a quella data doveva esser recitata in Firenze alla presenza di Leone X (Lett di Giov. Ruccellai al Trissino) [à l’encre rouge] 1a ed. Roma, 1524 [encre noire][5]

Le papier utilisé pour imprimer le corps de l’ouvrage tend à renforcer cette analyse. De nature épaisse, on trouve un filigrane représentant une ancre au feuillet « dii » (proche de Briquet 447). En revanche, le cahier « a », lui, est constitué d’un papier plus fin et moins solide. Il présente en filigrane un quadrupède entier, biche ou cerf, non trouvé dans Briquet. Par ailleurs, les feuilles du cahier « a », plus courtes, ont sans doute été complétées pour atteindre la taille ajustée.

À quel moment l’introduction de ce cahier est-elle intervenue ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. La reliure semble avoir été confectionnée dans les décennies qui suivirent la publication de La Sophonisba, ce qui est confirmé par la feuille de garde sur laquelle on trouve un filigrane très visible : une ancre dans un cercle surmontée d’une étoile à 6 branches très proche du Briquet 525. Le papier portant ce type de filigrane fut couramment utilisé par les imprimeurs vénitiens au milieu du XVIe siècle. Sa présence ici suggère la date probable de la reliure actuelle du volume. Cependant, ceci ne nous permet pas de connaître la date d’insertion du cahier supplémentaire : il n’a pas été relié de manière classique avec les cahiers d’origine. Les feuilles semblent, en effet, avoir été posées sur onglet, c’est-à-dire ajoutées de manière artificielle – une fois le reste du livre relié – ce qui apparaît lorsque l’on examine la tranche de queue :

Photo 6 : tranche de queue

L’opération paraît avoir été faite assez tardivement, sans doute quelques siècles après l’impression initiale des deux éditions. Il est difficile d’expliquer la raison de cet assemblage. Il semblait sans doute important au possesseur ou au libraire de parachever un exemplaire incomplet, ce qui lui permettait d’avoir l’intégralité du texte et de donner plus d’intérêt et de valeur au volume. De plus, faire apparaître ce premier cahier comme issu de l’édition originale de 1524, conférait plus de prestige à un ouvrage dont la vaste majorité du texte provenait de l’édition ultérieure de 1529. Cette interprétation est renforcée par la note à la fin du volume qui nous oriente explicitement, et de façon erronée, vers l’édition de 1524. On pourrait donc penser que le cahier a été introduit à l’époque où l’on a apposé cette note, c’est-à-dire au XVIIIe ou XIXe siècle.

Ce livre « complet » composé de deux exemplaires de deux éditions différentes, l’une de 1524, l’autre de 1529, correspond à ce que les Anglais appellent « a sophisticated book », ce que l’on pourrait traduire littéralement par « livre sophistiqué ». L’insertion de la page de titre d’une première édition dans une édition plus tardive pour reconstituer un volume est un cas classique de falsification[6].

Cependant les particularités de constitution de ce volume de La Sophonisba n’ont pas altéré les idées que Gian Giorgio Trissino souhaitait transmettre. Au contraire, cet ouvrage permet à travers la présence de deux éditions de ce texte à la typographie singulière de mettre en exergue les efforts du Trissin pour essayer d’imposer sa réforme orthographique à ses contemporains.

Dominique Bougé-Grandon, Université Rennes 2

[1]La réforme de l’orthographe de Trissino est décrite dans Maurizio Vitale, L’omerida italico : Gian GiorgioTrissino. Appunti sulla lingua dell’ « Italia liberata da’Gotthi ». Venise, 2010, p.4

[2]Mercedes Blanco. « Giangiogio Trissino, poète de l’empereur », in E-Spania, 13, juin 2012, https://e-spania.revues.org/21182

[3] « Imprimé à Vicence par Tolomeo Ianiculo, mai 1529 ».

[4] « Imprimé à Rome par le scribe Lodovico degli Arrighi Vicentino, septembre 1524 ».

[5] « Composé en 1510, à quelle date il avait déjà dû être récité à Florence en présence de Léon X. Première édition de Rome, 1524. »

[6] John Carter, ABC for Book Collectors, Fourth Edition, Londres : Rupert Hart-Davis, 1967, voir aussi Michael F. Suarez and H. R. Woudhuysen (dir.), The Oxford Companion to the Book, Oxford : Oxford University Press, 2010.

Histoire d’un exemplaire : la Chronique de Nuremberg du département des Estampes de la BnF

La « Chronique de Nuremberg », l’un des plus célèbres incunables, ayant connu un immense succès, est très bien connu et décrit1. Le texte consiste en une histoire du monde, de la Création aux temps contemporains, rédigée en latin par Hartmann Schedel (1440-1514) à la demande de deux marchands de Nuremberg, Sebald Schreyer (1446-1520) et Sebastian Kammermeister (1446-1503). L’ouvrage est imprimé dans la même ville, par Anton Koberger, entre mai 1492 et octobre 1493. Une seconde version, en langue allemande, est entreprise en parallèle et imprimée en 1493. Il est surtout connu pour la beauté de sa mise en page et l’importance de son illustration : plus de 640 bois ont été gravés par Michael Wolgemut (v. 1434/37 – 1519) et Wilhelm Pleydenwurff (v. 1450 – 1494), afin d’imprimer les 1804 images qui parsèment l’ouvrage.

Chronique de Nuremberg, fol. 199v-200
Chronique de Nuremberg, fol. 199v-200

La Chronique de Nuremberg n’est pas rare puisqu’on en conserve environ 1240 exemplaires de la version en latin, et plus encore en allemand2. Il demeure toutefois intéressant de faire l’historique de chacun des exemplaires afin de comprendre comment ils sont arrivés jusqu’à nous, quels ont pu en être les propriétaires successifs ; comment et pourquoi l’artefact aujourd’hui conservé possède telles ou telles caractéristiques (notes manuscrites, reliure, manques, etc.). C’est ce que nous nous proposons de faire pour l’exemplaire conservé au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Réserve Qe-55-fol.

L’ouvrage comporte des lettrines enluminées (gouachées), sans doute peintes peu après qu’il est sorti de la presse. Un premier propriétaire, sans doute français, a laissé quelques notes au cours du XVIe siècle : le livre étant anonyme, il a rappelé que l’auteur était « Harmann Schedel Nurembergensis, doctor Patavinus » et renvoie au folio 252 verso, où figure en effet un paragraphe sur lui, dans le cadre d’un passage sur le développement du livre imprimé.

Note marginale sur l'auteur du texte (XVIe s.)
Note marginale sur l’auteur du texte (XVIe s.)

Nous avons la chance de posséder le nom d’un second propriétaire… qui est une propriétaire. La dernière page est en effet signée par Jehannette La Perlée, qui n’est pas autrement connue. Cela montre que, contrairement à ce qui est souvent répété, les femmes ne possédaient pas uniquement des livres pratiques ou de dévotion. Cette Jeannette laisse de nombreuses notes marginales, qui se contentent souvent de relever des passages qu’elle juge intéressants.

Jehanette La Perlée, marque de propriétaire (XVIe s.)
Jehannette La Perlée, marque de propriétaire (XVIe s.)

L’exemplaire part ensuite en Normandie : il est acheté en 1658 par Pierre Mangon. Son élégant paraphe se trouve sur la page de titre : « P. Mangon, conseiller du roy, vicomte et seneschal de Vallognes. 1658. R. F. 27 ». Il ne s’agit pas là d’un inconnu : Pierre Mangon, écuyer, sieur du Houguet (Réville, 1631 ou 1635 ? – Valognes, 1705) rappelle ici ses titres, qui font de lui une personne importante dans la ville de Valognes.

Il est surtout un érudit – « le plus ancien historiographe du Contentin » pour Léopold Delisle – qui laisse de nombreux travaux historiques : un Nobiliaire et armorial de la vicomté de Valognes (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 2037), un « Recueil de titres, privilèges, armoiries, etc… de quelques familles de Normandie » (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 2033), un Recueil de notes pour l’histoire civile et ecclésiastique de Valognes (Valognes, ms 46) et de nombreuses notes et documents (bibliothèque municipale de Grenoble, ms 1390 à 1402). Léopold Delisle a publié un certain nombre de ses notes – Mangon jouissait d’un accès aisé aux archives des maisons religieuses locales et a recopié de nombreux documents – sous le titre de Mémoires (1891)3. Un mémoire de maîtrise lui a été consacré en 20024.

Paraphe de Pierre Mangon, propriétaire en 1658
Paraphe de Pierre Mangon, propriétaire en 1658

Cet érudit, qui recopie les textes anciens, devait posséder une bibliothèque importante : les manuscrits de sa main, tout comme cet ouvrage (mention « RF27 »), possèdent d’ailleurs une cote permettant de les retrouver aisément sur ses rayonnages. Alors que les manuscrits de Pierre Mangon passent pour une grande part à Nicolas-Joseph Foucault (puis dans les mains de l’abbé de Rothelin et celles de Jean de Caulet, évêque de Grenoble)5, il n’en est pas de même des imprimés. Léopold Delisle a repéré certains ouvrages de sa bibliothèque dans des collections publiques ou privées : un psautier polyglotte (Gênes, 1506) orné d’une reliure de Grolier et ayant jadis appartenu à Séguier (bibliothèque de Caen), un exemplaire imprimé sur vélin du commentaire d’Agacio Guidacero sur les sept psaumes pénitentiaux (In preciosissimos septem Davidicos psalmos…, Paris, apud Collegium Italorum, 1536, in-8°) offert par l’auteur au roi François Ier (BnF, Vélins 2869), un exemplaire des Rerum francicarum… d’Adrien de Valois (Paris, 1646, in-fol.)… Sans doute sa bibliothèque a-t-elle donc été vendue, et la Chronique de Nuremberg s’est trouvée, comme les autres, sur le marché au début du XVIIIe siècle.

L’ouvrage est alors acheté par la Bibliothèque royale, pour le Cabinet des estampes, qui possède une administration indépendante depuis 1720. Il n’est pas mentionné de nom de libraire pour cette opération que l’abbé de Chancey note consciencieusement dans son registre, afin d’en faire ensuite approuver la dépense par l’abbé Bignon, bibliothécaire du roi.

On lit, en effet, dans le Registre des depenses faites dans le département des Estampes et des planches gravées du cabinet du roy6 : « Du 2 septembre 1732. J’ai acheté un livre de chronologie imprimé l’an 1493 à Nuremberg, contenant 199 feuillets. Ce livre imprimé en caractères gotiques contient plus d’estampes que de pages et ces estampes sont gravées avec soin. Comme ce livre est très rare et qu’il n’est point du tout dans la bibliothèque du roy, j’ai cru ne pas l’acheter trop cher en le payant la somme de trente six livres »7. Un successeur de Chancey, Hugues-Adrien Joly, garde du cabinet des Estampes de 1750 à 1792, reporte l’historique sur l’ouvrage lui-même. On lit sur la page de titre : « Des acquisitions du sr de Chancey mentionnées à la 69e vacation du 8 mars 1736 au matin, du Bref état »8. Il porte enfin le n° 2012 dans la numérotation que Joly met en place en 1779.

Note de Hugues-Adrien Joly et cotation
Note de Hugues-Adrien Joly et cotation

Enfin, dernier événement dans la vie de notre volume : la reliure de veau, mentionnée aussi bien dans le Bref état de 1736 que dans le catalogue par numéro de 1779, fait place à une plus riche reliure de maroquin rouge à grains longs, sans doute au tout début du XIXe siècle.

Reliure en maroquin rouge à grains longs (v. 1810 ?), sur Chronique de Nuremberg, BnF, Estampes, Réserve Qe-55-fol.
Reliure en maroquin rouge à grains longs (v. 1810 ?), sur Chronique de Nuremberg, BnF, Estampes, Réserve Qe-55-fol.

L’histoire du volume peut être résumé en une matrice de Walsby :

Notre exemplaire est numérisé et librement consultable dans la bibliothèque numérique Gallica.

Rémi Mathis, BnF

  1. GW M40784, ISTC is00307000, USTC 748763, HC 14508, Pell. 10351-10352, Polain 3469, IGI 8828, Goff. S-307, BS 4941, Sajo-Soltesz 3039, BMC II 437, Schreiber 5203, Schramm XVII, 9 []
  2. BnF, Catalogue des incunables, Tome II, fasc. 4 : S-Z et Hebraica. 1985, p. 557-558, S-161. 10 exemplaires sont signalés à la Réserve des livres rares, et 2 au département des Cartes et Plans, rien que pour l’édition de 1493 en latin. En plus de l’exemplaire dont il est question ici, le département des Estampes et de la Photographie en possède un second, coté Qe-55 (a)-fol., qui possède une reliure moderne et aucune note manuscrite en dehors d’un ex-libris du couvent des Récollets de Paris []
  3. Disponible sur Gallica []
  4. Alexis Douchin, Pierre Mangon du Houguet et ses travaux d’érudition locale dans le Clos du Cotentin sous Louis XIV, Mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris IV-Sorbonne, 2002 []
  5. Pierre Mangon, Les mémoires de Pierre Mangon, vicomte de Valognes, éd. L. Delisle, Saint-Lo, 1891, p. 4 []
  6. BnF, Estampes, Réserve Ye-4a-pet. fol., fol. 29-29v []
  7. Cette affirmation peut sembler surprenante mais elle est crédible. La BnF possède actuellement quatorze exemplaires de l’édition latine de 1493 de la Chronique de Nuremberg. Parmi eux, beaucoup sont entrés dans les collections nationales après la Révolution française ou grâce à des dons récents. Deux exemplaires font parties des collections de la Bibliothèque royale (alors département des Imprimés, désormais Réserve des livres rares) vers le milieu du XVIIIe siècle. G-227 porte une estampille (n° 14) utilisée à partir de 1735 et une reliure aux armes de Lefèvre de Laubrière. La vente de la bibliothèque de ce dernier ayant lieu en 1740, l’ouvrage a dû être acquis par le roi à cette date. En revanche, G-228 porte une estampille n° 4, qui est utilisée de 1700 à 1724 environ… mais parfois jusqu’en 1735. Il n’est donc pas impossible que cet exemplaire ait bien été conservé à la Bibliothèque royale avant l’achat de l’exemplaire du Cabinet des estampes. Notons que cet exemplaire, pourtant, a été considéré comme un « double à vendre » à la fin du XVIIIe, selon une note manuscrite du garde des Imprimés René Desaulnays. Je remercie pour son aide Nathalie Coilly, conservatrice des incunables à la Réserve des livres rares de la BnF []
  8. Il est en effet mentionné sur cet inventaire (« Bref état ») qui est rédigé après que Chancey a été accusé de vol. On l’y trouve comme « Liber Chronicarum, Norimberga, 1493, volume in folio, en veau ». BnF, Estampes, Réserve Ye-15a-pet. fol. []

Un incunable dissimulé du Centre culturel irlandais

L’éparpillement des livres anciens dans plusieurs centaines de bibliothèques patrimoniales à travers la France ainsi que la distribution des livres français à travers le monde permet au chercheur d’espérer encore faire de nombreuses découvertes importantes, malgré la sophistication croissante des catalogues.

Une découverte récente dans la bibliothèque du Centre culturel irlandais à Paris illustre parfaitement le type d’ouvrage qui échappe invariablement aux efforts des bibliothécaires. La bibliothèque contient un fonds ancien bien inventorié avec des notices consultable en ligne. Cependant, en analysant les livres du XVIe siècle du fonds, je suis tombé sur un volume en plutôt mauvais état dont les plats de reliure s’effritaient sur les tranches et dont les pages de garde s’étaient décollés. Cette dégradation naturelle permettait de voir que le cartonnage utilisé comme ais pour les plats était en fait composé de feuilles d’un livre plus ancien qu’on avait choisi de recycler pour renforcer la reliure.

Feuilles réutilisées dans les ais de reliure

Cette technique est loin d’être rare dans les livres de la Renaissance. De cette manière on trouve, par exemple, des fragments d’un des exemplaires de la Bible de Gutenberg dans une reliure d’un incunable plus tardif à la bibliothèque municipale de Colmar.

Un fragment de la Bible de Gutenberg dans une reliure de la bibliothèque de Colmar

Dans ce cas-ci, le livre principal était plus tardif : un exemplaire de l’édition donnée en 1552 à Lyon du Stichostratia epigrammaton centuriae quinque du Dijonnais Jean Girard (cote B 363). En regardant bien, il était possible d’identifier 16 feuilles rognées tirées d’un même ouvrage. L’analyse du texte visible là où les plats de reliure s’étaient décollés permettait de voir qu’il s’agissait d’une édition du célèbre ouvrage de saint Augustin De civitate Dei dans l’édition faite avec les commentaires de Thomas Waleys et de Nicolas Trivet. L’aspect des feuilles, la typographie ainsi que les marques manuscrites concordaient pour indiquer qu’il s’agissait d’un incunable… mais quel incunable ?

Pour identifier l’édition le nom de l’auteur et du titre ne servaient pas à grand-chose : on connaît aujourd’hui plus de cent exemplaires du texte de saint Augustin rien que pour la période incunable. L’aspect général du livre suggérait qu’il avait probablement été imprimé dans le couloir rhénan en 1480 ou environ. Mais pour une identification précise, il a fallu mesurer la typographie et j’ai envoyé le résultat (91 mm pour 20 lignes) avec des images aux meilleurs spécialistes en la matière : le laboratoire du Gesamtkatalog der Wiegendrucke de la bibliothèque d’État de Berlin.

Fragment du De civitate Dei de saint Augustin

Le directeur, Falk Eisermann, a passé la requête à un de leurs chercheurs, Martina Nickel, qui m’a livré une réponse en l’espace de quelques jours. Il s’agit bien d’un incunable : une édition publiée en 1479 à Bâle par Michael Wenssler (GW 2885). Les fragments dont le texte était visible provenaient des feuillets 220 et 222. Si l’édition est loin d’être rare aujourd’hui, il s’agissait néanmoins de l’imprimé le plus ancien de la bibliothèque et seulement trois autres bibliothèques en France possèdent cette édition.

L’intérêt de la découverte ne réside pas simplement dans le fait d’ajouter un incunable de plus aux riches collections parisiennes. Elle nous parle des habitudes des relieurs au XVIe siècle qui faisaient feu de tout bois pour faire tomber les coûts et recycler autant que possible les matériaux. Elle indique également que l’édition d’origine n’était plus prisée 70 ans après sa publication première, sans doute dépassée par des versions plus récentes du texte.

Un regard critique sur une des pages visibles dévoile aussi un autre petit détail intéressant. Comme dans un grand nombre d’incunables, les premières lettres des paragraphes les plus importantes avaient été laissées en blanc pour permettre à l’acheteur ou à un libraire de faire enluminer l’exemplaire avec des initiales plus ou moins somptueuses en fonction de leurs moyens et ambitions. Dans ce cas-ci la lettre ornée reste simple, et ce qui attire surtout l’attention c’est que la lettre utilisée est… erronée ! L’enlumineur ne connaissait clairement pas le texte et a ajouté la lettre I pour former le mot « Iam » plutôt qu’un N pour obtenir « Nam ».

Le 221v de l’exemplaire du Centre culturel irlandais
Les 221v des exemplaires des bibliothèques universitaires de Dusseldorf et de Bâle

Ainsi la découverte démontre que l’intérêt de consulter méthodiquement les livres ne se limite pas juste à la mise au jour d’exemplaires, voire d’éditions, inconnus, mais permet aussi d’illustrer les pratiques des professionnels du livre… et leurs limitations.

Malcolm Walsby, Université Rennes 2