Les Contes de Perrault dans tous leurs états

Il y a tout juste cinq ans (le 9 décembre 2013) eut lieu une exceptionnelle vente aux enchères entièrement consacrée à un lot unique : un exemplaire de l’édition originale des Histoires ou Contes du temps passé de Charles (et/ou Pierre ?) Perrault. Estimé à 400 000 – 500 000 €, le petit volume in-12 fut vendu 770 000 € (962 500 € frais compris). Selon la Gazette Drouot, il s’agissait là « du plus haut prix obtenu pour un livre imprimé français 1 ». Ce record avait sans doute été favorisé par une importante mise au point bibliographique diffusée dans trois publications de 2010, soulignant qu’il y eut bien deux éditions (et non deux « tirages » ou « états » d’une seule édition) publiées par Claude Barbin en 1697, et que les exemplaires de la véritable première édition sont rarissimes 2 .

Cette distinction entre les deux éditions des Contes avait déjà été établie en 1892 par le baron de Claye, sur la base d’une comparaison entre l’exemplaire de la bibliothèque Victor Cousin et deux exemplaires en mains privées :

Nous avons noté des différences qu’on ne soupçonnait pas et qui nous ont appris qu’il y a eu en 1697 non pas une, mais deux éditions des Contes du Temps passé. […] Il ne s’agit pas seulement de quelques feuillets offrant des variantes : d’un bout à l’autre c’est une autre impression 3

À sa suite, plusieurs spécialistes de Perrault (de Paul Bonnefon et Mary Elizabeth Storer à Gilbert Rouger) avaient rappelé, en termes plus ou moins clairs, l’existence de deux éditions Barbin. Pourtant, celles-ci continuaient à être souvent confondues, même par les experts en livres anciens ; ainsi, lors de la vente Hayoit (Sotheby’s, 2001), un exemplaire de la deuxième édition était décrit avec emphase comme « l’édition originale » et atteignit le prix de deux millions de francs. Les publications de 2010 ont donc apporté des précisions salutaires, tout en ignorant elles-mêmes la préhistoire de cette « révélation exceptionnelle 4 ».

Je voudrais proposer de reprendre le dossier et de pousser plus loin l’analyse matérielle et textuelle de ces deux éditions de 1697 (que je désignerai ici par A et B). La tâche est aujourd’hui grandement facilitée par la numérisation et mise en ligne des trois exemplaires de A conservés dans des collections publiques : la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de la Sorbonne, et la Bayerische Staatsbibliothek à Munich. La Sorbonne a aussi mis en ligne son exemplaire de B (provenant de Victor Cousin) ; cette numérisation est très supérieure au médiocre facsimilé jadis publié par Firmin-Didot, et plus tard par Slatkine, à partir du même exemplaire. Le recours aux versions numériques, si excellentes soient-elles, n’étant évidemment pas suffisant, j’ai en outre examiné personnellement les trois exemplaires de B conservés en Amérique (à New York, Harvard et Princeton). Les observations et interrogations qui suivent sont le résultat de cet exercice de collation, auquel je me suis livré dans le cadre de recherches sur les débuts du conte de fées littéraire en France.

L’exemplaire de Munich, apparemment inconnu des experts et bibliographes français, se distingue par plusieurs particularités – à commencer par la présence d’une variante surprenante qui, à ma connaissance, n’a jamais été notée. Alors que dans les exemplaires de la BnF, de la Sorbonne et de la vente de 2013 le feuillet P3 est un carton, celui de la BSB a gardé le feuillet original, qui révèle la première version d’un passage de « Riquet à la Houppe » :

Figure 1 – Bayerische Staatsbibliothek  (Res/P.o.gall. 1656 mz)

Le carton corrige « me disoit-il » en « me diroit-il » et « seur » en « seure » (ici souligné en jaune) ; mais surtout, il supprime deux phrases quelque peu brutales prononcées par la princesse : « qui me fait voir en vous de nouvelles laideurs que je ne voyois pas », et « puisque cela ne devoit servir qu’à me rendre plus miserable » (souligné en orange). Pour compenser ces suppressions, la version cartonnée allonge artificiellement la réponse de Riquet, de façon à assurer l’enchaînement avec le début de la page 175. C’est ce texte remanié qui est reproduit dans B et toutes les éditions ultérieures. Par contre, la contrefaçon publiée en 1697 à l’adresse (sans doute fausse) de Trévoux, copiée sur un exemplaire non cartonné, donne le texte original.

Autre particularité de l’exemplaire de Munich : alors que neuf des dix feuilles présentent la composition typographique A, une feuille (cahiers L et M) relève de la composition B. On a affaire à un exemplaire hybride, qui ne contient d’ailleurs pas de feuillet d’errata, à la différence des autres exemplaires connus de A.

L’exemplaire de A conservé à la Sorbonne offre lui-même une différence d’état, car la table s’y présente déjà sous la forme légèrement remaniée qui est caractéristique de B :

Figure 2 – à gauche : Bibliothèque nationale de France (RES P-Y2-263) et à droite : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (RRA 6= 348)

Ces trois exemplaires de la véritable première édition ne sont donc point identiques mais illustrent à eux seuls trois états distincts, non décrits par les bibliographes. Et quel est au juste le rapport entre A et B ? Selon Jean-Marc Chatelain, la deuxième édition représenterait « une recomposition complète de l’ouvrage, à la seule exception de l’épître dédicatoire 5. » Il me semble nécessaire de nuancer cette affirmation : seuls 80% du livre ont été réellement composés à nouveau, à savoir les cahiers A-Q (p. 1-192). Pour le reste (cahiers R, S, T et ã), la composition A a été réutilisée, mais avec des retouches plus ou moins importantes qui peuvent parfois faire croire à une composition nouvelle.

Dans les cahiers A-Q, la recomposition est évidente sur chaque page, dès qu’on fait attention à la typographie. Ce qui est plus mystérieux, et plus intéressant sur le plan littéraire, est la présence d’un certain nombre de différences textuelles entre A et B que les éditions critiques des Contes – à l’exception de celle de Roger Zuber – passent complètement sous silence. Dans « La Barbe bleue », par exemple, la seconde composition simplifie la syntaxe de deux phrases : « en lui laissant le choix » est changé en « et lui laissa le choix » (p. 58), et « dans lequel se miroient » en « & que dans ce sang se miroient » (p. 67). Que faut-il penser de ces remaniements stylistiques, et qui en est l’auteur ? Quoi qu’il en soit, l’édition de 1707 revient dans tous ces cas à la version de A, alors que les éditeurs modernes s’en tiennent en général au texte de ce qu’ils appellent, malencontreusement, le « second tirage ».

Pour les cahiers I et K, il faut d’ailleurs signaler l’existence de deux états de B, dont le premier est attesté par l’exemplaire Cousin, et le second par les autres exemplaires consultés. Ainsi, « ellé » est corrigé en « elle » (p. 114), et « vaiselle » en « vaisselle » (p. 119). Ces corrections semblent limitées à la forme intérieure de la feuille ; les pages relevant de la forme extérieure ne présentent pas de variantes.

Figure 3 – à gauche : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (VCR 6= 9677) et à droite : Princeton University Library (Cotsen HSVC 25129)

À partir du cahier R, la relation entre A et B est telle qu’elle requiert une comparaison très serrée, ligne par ligne, avec vérification sur tous les exemplaires accessibles. C’est notamment la présence de caractères déformés ou fracturés au sein des mêmes mots dans les deux éditions qui m’amène à conclure que la composition de chaque page avait été ficelée et conservée, puis retouchée et réimposée sur le marbre. Si on laisse de côté les titres courants (apparemment tous refaits pour la seconde édition), plusieurs pages des cahiers R et S sont strictement identiques dans A et B. C’est le cas de la page 198, où deux fautes flagrantes auraient pourtant nécessité une correction (« mor- de pain », « il passeroient »). À la page 197 je n’ai pu repérer qu’une infime différence, à savoir le redressement de l’i dans « avoit » (ligne 9) :

Figure 4 – à gauche : Bibliothèque nationale de France (RES P-Y2-263) et à droite : New York Public Library (*KB 1697 [Perrault, C. Histoires ou contes du temps passé])

Ailleurs dans « Le Petit Poucet », la plupart des pages de B témoignent de modifications plus substantielles, mais visiblement effectuées à l’intérieur de la première composition. Aux pages 218 et 220, le nombre de lignes, qui était irrégulier dans A, est réduit de 18 à 17, ce qui cause un décalage croissant entre les deux éditions. L’examen des caractères distinctifs montre cependant que, jusqu’à la fin du texte, l’atelier s’est borné à déplacer et remanier les lignes de la première composition :

Figure 5 – à gauche : Bibliothèque nationale de France (RES P-Y2-263) et à droite : New York Public Library (*KB 1697 [Perrault, C. Histoires ou contes du temps passé])

Un semblable constat s’impose pour la table et le privilège (fin du cahier T) ainsi que la page de titre et la dédicace (cahier ã) : B réemploie la composition de A, en y corrigeant quelques détails d’orthographe et de mise en page.

L’analyse matérielle confirme donc qu’il s’agit bien de deux éditions distinctes, car la grande majorité du texte a en effet été recomposée. Mais la seconde édition a dû suivre la première de très près, puisque les caractères utilisés pour les deux dernières feuilles n’avaient pas encore été distribués dans les casses. Une telle recomposition partielle n’est sûrement pas un procédé singulier pour l’époque ; Roger Laufer avait ainsi constaté un cas analogue à propos des rééditions du Diable boiteux de Lesage en 1707 (chez la veuve de Claude Barbin), en proposant l’explication suivante : « Une vogue exceptionnelle peut justifier une recomposition partielle, la décision d’augmenter le tirage étant prise alors qu’une partie de l’ouvrage a déjà été tirée et les formes distribuées 6 ». Dans le cas des Histoires ou Contes du temps passé, ni l’auteur ni le libraire n’avait sans doute prévu la « vogue » qu’allait rencontrer le recueil ; Barbin affrontait d’ailleurs alors des difficultés financières qui devaient le pousser à la prudence 7. On peut supposer que l’ouvrage fut d’abord tiré à un nombre assez peu élevé d’exemplaires, mais que son succès amena rapidement une augmentation du tirage, nécessitant une nouvelle composition pour la plus grande partie du texte.

Comme je l’ai signalé ailleurs 8, le premier volume des Contes des fées de Mme d’Aulnoy, publié par Barbin quelques mois après le livre de Perrault (et devenu encore plus rare que celui-ci), existe lui aussi en deux versions à première vue identiques, dont l’analyse bibliographique reste à faire. L’existence de telles éditions jumelles reflète-t-elle une pratique éditoriale courante et méconnue ? Ou s’agit-il d’un phénomène affectant plus particulièrement les recueils de contes de fées, genre littéraire nouveau dont les libraires avaient du mal à prédire le débit ? Il faudra sans doute poursuivre et élargir l’enquête, en examinant d’autres exemplaires et d’autres éditions, sans se fier aux apparences ni aux catalogues.

 Volker Schröder
Princeton University

  1. Voir l’entrée « Perrault record » dans Bibliophilie 2013  []
  2. Importants livres anciens, livres d’artistes et manuscrits, vente Christie’s, Paris, 21 avril 2010, no. 54 ; Jean-Marc Chatelain, « Du nouveau sur de l’ancien : une précision bibliographique à propos de l’édition originale des Contes de Perrault », dans Il était une fois l’interdisciplinarité, sous la dir. de Claire Badiou-Monferran, Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant, 2010 (actes d’un colloque tenu le 31 mai 2008), p. 235-238 ; Vérène de Diesbach-Soultrait, Six siècles de littérature française : XVIIe siècle (Bibliothèque Jean Bonna), Genève : Droz, 2010, t. II, p. 90-91 (« découverte fondamentale qu’aucun bibliographe n’avait notée jusqu’à présent »). []
  3. D’Eylac (A. de Claye), La Bibliophilie en 1891-1892, Paris : A. Rouquette, 1893, p. 13-14 (première publication dans La Gazette nationale ou Le Moniteur universel, 16 avril 1892, p. 3). []
  4. Vérène de Diesbach-Soultrait, op. cit., p. 91. []
  5. Jean-Marc Chatelain, art. cit., p. 237. []
  6. Roger Laufer, Introduction à la textologie : vérification, établissement, édition des textes, Paris : Larousse, 1972, p. 120-121. []
  7. Voir Gervais Reed, Claude Barbin, libraire de Paris sous le règne de Louis XIV, Genève–Paris : Droz, 1974, p. 50. []
  8. « Les Contes des Fées », Anecdota : rare texts and images from early modern France, avril 2018. https://anecdota.princeton.edu/archives/720 []

Un imprimé perdu : l’Office de Sainte-Cécile d’Abraham Blondet (Paris, 1611)

Je réponds à la dernière contribution de Malcolm Walsby, Les derniers témoins d’éditions perdues,  avec l’exemple d’une édition musicale perdue, connue seulement par un fragment. En 1992, mon attention a été attirée par la reliure d’une édition des Moduli duarum, vel trium vocum d’Orlande de Lassus1 . La reliure en cartonnage de l’exemplaire du Département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France RES VM1-38 laissait apparaître des feuillets contrecollés provenant de diverses éditions musicales, supposées provenir du même atelier.

Une fois décollée par le restaurateur du Département, cette reliure a révélé plusieurs fragments d’intérêt variable :

Ø  quelques feuillets provenant du second livre des Meslanges de Claude Le Jeune de 1612, édition bien connue par ailleurs2 ;

Ø  les feuillets signés Di-Diiij et paginés 25-32 de la partie de Dessus du premier chœur d’une œuvre inconnue, dont on ne connaît toujours pas d’autre source.

Il s’agit de l’Officii Divæ Ceciliæ mis en musique pour deux chœurs par Abraham Blondet, qui était alors maître de chapelle de Notre-Dame de Paris et chanoine en la même église. Après avoir été enfant de chœur à Notre-Dame, il avait reçu un prix pour son motet Tu benigne Dominus es au puy d’Évreux en 1583. Il a peut-être travaillé ensuite pour l’église Saint-Éloi de Longjumeau, avant de revenir à Notre-Dame de Paris. En voici le titre restitué :

Officii Divæ Ceciliæ virg. et mart. Musicorum patronæ musici concentibus expressi Auth. Abraham Blondet Parisior. Insignis Ecclesiæ Parisiensis Canonico et succentore Musici que Præfecto.

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES VM1-38 (défet)

Imprimée en 10 volumes in-4°, l’œuvre est un des premiers exemples de musique sacrée publiée en France pour double chœur. Ces huit pages laissent apparaître des pièces composées pour 4 à 10 voix :

p. 25 un extrait de messe :

Ø     Agnus Dei qui tollis peccata mundi miserere nobis.

Et un extrait du Ps. 119 :

Ø     Confundantur superbi quia injuste iniquitatem fecerunt in me

p. 26-27 deux pièces relatives à sainte Cécile. Comme il ne se retrouvent pas dans son office liturgique propre, célébré le 22 novembre, on peut supposer que ce sont des vers néo-latins :

Ø  Vos ô sacratæ gratissima turba cohorti Quos placuisse Deo iuvat… Cecila musarum modulis celebranda metrisque…

Ø    Dulcis amica chori Cecilia dulce tuorum Præsidium nostri spesque… Casta fave sanctus superis omissus ab oris Spiritus… O fastis recolenda dies…

p. 28 la prière pour le roi :

Ø     Domine salvum fac Regem & exaudi nos in die, qua invocaverimus te.

enfin p. 29-32 des versets de psaumes :

Ø     Dixit Dominus Domino meo : sede à dextris meis. Virgam virtutis tuæ [Ps. 109]

Ø     Lætatus sum in his quæ dicta sunt mihi : In domum Domini ibimus. [Ps. 121]

Ø     Lauda Jerusalem Dominum : lauda Deum tuum Sion. [Ps. 147]

Ø     Credidi propter quod locutus sum : ego autem humiliatus sum nimis. [Ps. 115]

 

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES VM1-38 (défet)

L’œuvre semble être une expansion d’une autre œuvre publiée par Blondet en 1606, les Choeurs de l’histoire tragique Sainte Cécile, à 4 parties ((Paris : Pierre I Ballard, 1606, 8°, cf. Guillo 2003 n° 1606-C.)) , dans lequel Blondet – alors maître des enfants de chœur de Notre-Dame de Paris – avait mis en musique ces mêmes vers latins, ainsi que des vers français de Nicolas Soret, maître de grammaire desdits enfants. L’ouvrage était destiné à célébrer la fête de Sainte-Cécile à la maîtrise.

Paris, Bibliothèque de l’Arsenal : 8° BL 13884 (2)

Les quatre feuillets retrouvés dans cette reliure sont tout ce qui reste d’une publication assez volumineuse (10 volumes d’environ 30 pages chacun), dont le tirage devait se situer autour de 500 exemplaires… L’œuvre est parfaitement identifiée puisqu’on la trouve citée dans de nombreuses sources, dont un inventaire après décès :

« Dix volumes de l’Office de Saincte-Cecille, en musique, prisé…

L’Office de Saincte-Cecille, à cinq parties., prisé…

L’Office de Saincte-Cecille, en cinq volumes, prisé… »

Inventaire après décès de Hugues Yver, seigneur de la Courtille. Paris, Archives Nationales, Minutier Central, étude IV, carton 111 (24 mai 1622).

On la trouve également dans pas moins de quatre catalogues :

« Officio de Santa Cecilia. Contem salmos, & outras cousas. Abrahamo Blondet Parisino. a 2. coros ». Catalogue de la bibliothèque de musique du roi Joào IV du Portugal, 1649.

« Office de Ste Cecile, à 2 chœurs. De Blondel [sic] ». Catalogue général de l’imprimeur Christophe Ballard, 1683.

« Offices en musique de Ste Cecile à 3 p. imprimé en 1611. Abraham Blondet » ; « Officium divæ Cecilia à 4 p. autore Abrahamo Blondet imprimé 1611 ». Inventaire de la bibliothèque des imprimeurs Ballard, 1750, p. 31 et 40.

« Officii Divæ Ceciliæ virg. et mart. Musicorum patronæ musici concentibus expressi Auth. Abraham Blondet Parisior. Insignis Ecclesiæ Parisiensis Canonico et succentore Musici que Præfecto. Paris 1612 ». Catalogue de la bibliothèque des Minimes de Paris, 1776, p. 116 (Bibliothèque Mazarine).

Cette source dernière donne aussi le nom de cinq parties séparées (Superius 2i chori, Tenor, Contra Tenor, Bassus, 5a pars). Il y avait donc deux chœurs de cinq parties ; de même l’édition semble avoir existé sous deux dates : 1611 et 1612.

Accessoirement, on peut en conclure que certains des volumes de musique imprimés dans l’atelier de Pierre I Ballard (actif 1599-1639) étaient vendus avec une couverture d’attente faite avec des défets contrecollés. Nous en avons vu quelques autres exemples (mais on ne va pas tout décoller, n’est-ce pas ?).

On peut toujours espérer retrouver un jour un exemplaire plus ou moins complet. La découverte récente dans une bibliothèque parisienne, la Bibliothèque de Fels de l’Institut catholique de Paris, de seize éditions de messes sorties des presses de Pierre I Ballard autour de 1610-1622 montre bien que les redécouvertes significatives, si elles sont rares, sont toujours possibles… et parfois inespérées (voir le blog du Répertoire International des Sources Musicales).

À défaut de disposer d’un exemplaire complet de l’Officii Divæ Ceciliæ d’Abraham Blondet, on pourra toujours admirer deux reliures en parchemin doré décorées à son nom qui protègent plusieurs éditions de motets d’Orlande de Lassus3 . Elles portent « ABRAHAM » sur le premier plat et « BLONDET » sur le second. Comme elles portent en plus la mention « ex libris St Eligii de Longo jumello », elles peuvent donner un indice sur un épisode de sa carrière de musicien : peut-être Blondet a-t-il travaillé à Longjumeau entre deux périodes à Notre-Dame de Paris. Par ailleurs, sur de la musique, de telles reliures sont assez rares, surtout dans cet état.

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES 604-606

Laurent Guillo
Paris, IReMus


 

  1. Paris : Veuve Robert I Ballard et Pierre III Ballard, 1601, 3 vol. 4° oblong, cf. Laurent Guillo, Pierre I et Robert III Ballard, imprimeurs du roi pour la musique, Liège, Mardaga ; Versailles, CMBV, 2003, n° 1601-C. []
  2. Paris : Pierre I Ballard, 1612, 6 vol. 4° obl., Guillo 2003 n° 1612-F. []
  3. Paris BnF (Mus.) : RES 604-606 et 607-612. []

Une histoire de nerfs cloués : les découvertes offertes par les interventions de conservation-restauration

Les métiers de la conservation-restauration peuvent parfois sembler ingrats. Les interventions matérielles préalables à la numérisation – absolument indispensables non seulement pour que le document puisse être manipulé, mais aussi pour sa lisibilité – nécessitent la mise en place d’une organisation à long terme et des opérations généralement répétitives et rébarbatives, autant pour le conservateur que pour le restaurateur ou pour le photographe. Ces chantiers de numérisation sont aujourd’hui monnaie courante aux Archives nationales, et peuvent être associés à des projets de grande ampleur, tels que la mise en ligne de modélisations en 3D du château de Versailles sous l’Ancien Régime (projet baptisé VERSPERA1). Pourtant ces opérations de routine peuvent être l’occasion de découvertes surprenantes.

C’est dans le cadre de ces chantiers de préparation à la numérisation que quelques registres de la série Z/1c sont arrivés à l’atelier de reliure et de restauration des Archives nationales. Ce fonds est constitué d’un peu moins de 500 registres. Entré aux Archives en 1847, il regroupe les papiers de la connétablie et de la maréchaussée de France depuis le XIVe siècle jusqu’à la Révolution française2. Seuls quatre registres du fonds, datés de 1528 à 1538, sont actuellement pris en charge par l’atelier de Paris (Z/1c/1 à Z/1c/4). Chacun de ces quatre volumes représente de nombreuses heures de travail, si bien que leur traitement doit être étalé sur une longue période.

Aperçu de l’un des registres du fonds Z/1c à son arrivée à l’atelier : plat supérieur (à gauche) et tranche de queue (à droite) – Archives Nationales Z/1c/4

Conservés dans des boîtes d’archives (un ou deux par boîte), les registres présentent au moment de leur arrivée à l’atelier un état matériel plus que préoccupant. Protégés seulement par une couvrure souple en parchemin (datant très probablement de l’époque de la rédaction), les volumes ont été exposés à une humidité très élevée sur une longue période. Cette humidité couplée à un conditionnement souvent inadéquat a eu pour conséquences d’importantes déformations des feuillets ; ainsi qu’une perte conséquente de la charge en colle du papier, qui a permis le développement de microorganismes et qui a considérablement affaibli le support. L’intervention de conservation-restauration en vue de la numérisation a donc un objectif double : renforcer le support papier d’une part, et lui rendre une certaine planéité d’autre part. 

Aperçu de l’état matériel des feuillets du registre dont j’ai hérité : affaiblissement et déformations – Archives Nationales Z/1c/1

C’est au cours du traitement long et répétitif de ces registres que j’ai fait une découverte inattendue au cœur même de leur structure. Comme de nombreux volumes d’archives, considérés comme peu prestigieux au moment de leur création au regard de leur reliure, les manuscrits de la connétablie comportent une structure souple en parchemin de seconde main, ou parfois de remploi. Le matériau de couvrure, de piètre qualité, remplit néanmoins son rôle de protection des feuillets. La couture est effectuée à chevrons sur doubles lanières fendues et torsadées de cuir mégissé (de couleur blanchâtre), ce qui non seulement dénote une volonté de confectionner un registre solide, mais nécessite aussi un certain savoir-faire dans le domaine de la reliure – d’autant que les cahiers sont parfaitement alignés en tête. Les lanières sont passées dans la couvrure en parchemin, qui est repliée sur elle-même afin de s’adapter au format des cahiers. Aucun feuillet de garde, aucun renfort du dos, ni aucune tranchefile, n’est ajouté.

Passure des lanières de cuir mégissé dans la couvrure de parchemin – Archives Nationales Z/1c/4

Largement utilisée du XVe jusqu’au XIXe siècle, ce type de reliure a souvent été à tort qualifiée de « reliure d’attente »3. En effet, même si ce type de structure – souvent appelée « reliure à la hollandaise » – peut sembler relever du niveau zéro de la reliure, elle présente en réalité une certaine solidité qui a participé à la transmission du volume jusqu’à nous. Mais si aucune information écrite n’a été perdue, on note des déformations importantes du support papier. 

Cette déformation est bien connue des restaurateurs de documents d’archives. Les cahiers de papier qui constituent les registres sont très épais (leur format réel est environ in-16, et peut aller jusqu’à in-24), et la forme du dos est passée de convexe à concave au fil du temps. Ce mouvement est tel qu’il est parfois possible de trouver des volumes dont le premier et le dernier cahier finissent par se rejoindre. Les origines et les mécanismes de ce type de déformation sont aujourd’hui mal connus et rarement étudiés4 , mais l’hypothèse purement mécanique liée à la couture du document semble plausible. Pour comprendre cette hypothèse, il est nécessaire d’évoquer le rôle primordial de la couture dans la mécanique du livre relié.

Déformation ou incurvation du dos, qui est passé de convexe à concave – Archives Nationales Z/1c/1

Véritable pilier du livre, la couture détermine toutes les opérations de reliure, celles qui la précèdent comme celles qui la suivent. Comme souvent dans le monde de l’artisanat, le terme « couture » désigne à la fois une opération et son résultat. Le procédé a deux objectifs : permettre de lier les cahiers les uns aux autres via le point de chaînette ; et attacher chacun de ces cahiers aux supports préalablement préparés5. C’est d’ailleurs l’opération qui consiste à passer – après couture – les supports dans des trous percés dans les plats qui différencie une reliure d’un emboîtage. Le terme reliure désigne l’opération qui consiste à relier les supports de couture aux plats. En résumé, si le livre relié était un corps humain, les supports de la couture seraient les vertèbres constituant ensemble la colonne vertébrale, le fil de couture serait la structure osseuse, et les cahiers seraient les muscles.

Aperçu de la structure de la couture en cours de démontage, évoquant un squelette – Archives Nationales Z/1c/1

La couture à chevrons, observée sur nos registres de la connétablie et sur beaucoup d’autres volumes reliés à la même époque, ajoute un troisième point d’ancrage aux deux premiers. Elle permet de solidariser le cahier au précédent non plus exclusivement par les points de chaînette, mais également par chacun des supports6. Si cette opération apporte indubitablement une solidité supplémentaire, elle présente l’inconvénient de tirer chacun des cahiers en arrière, vers le cahier précédent auquel il est rattaché. Distribué sur l’ensemble du dos, ce mouvement peut provoquer une inversion de la courbure convexe recherchée du dos. Plus les cahiers sont épais, plus cette contrainte est importante, puisque la distance parcourue par le fil pour rejoindre le cahier précédent est plus grande. Une couture à chevrons effectuée sur un volume dont les cahiers sont épais aura donc plus de chances de passer de convexe à concave (ou de plane à concave si le dos était peu ou pas arrondi).

Incurvation du dos sur un registre du XVIe siècle (à gauche), et déjà visible sur le même type de couture effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1

À chaque ouverture d’un volume, le dos passe de convexe à concave, puis de concave à convexe lorsque le livre est refermé7. Maintenir cette forme convexe lorsque l’ouvrage est fermé est l’un des enjeux mécaniques les plus importants de la reliure8. Le rôle primordial joué par la couture est secondé par d’autres opérations. L’endossure dite « à la française », pratiquée du XVIe au XIXe siècle environ9, consiste à tenter de bloquer cette forme convexe en forçant le passage des supports de couture dans les plats10. Le collage de morceaux de papier ou de parchemin – appelés claies ou apprêture – sur le dos vise à le solidifier, tout en maintenant une certaine souplesse permettant l’ouverture.

Quelques exemples de coutures sur doubles nerfs (à gauche), et une couture ancienne sur doubles lanières à chevrons (à droite) – Archives Nationales Z/1c/3

Une couture à chevrons, des cahiers épais, et aucune apprêture : toutes les conditions pour que le dos passe de convexe à concave semblent être réunies sur certains des registres de la connétablie déposés à l’atelier. L’un d’eux, le Z/1c/1 dont j’ai hérité, présentait des déformations si importantes qu’il a été décidé de défaire la couture avant de traiter les feuillets un à un, puis de réaliser une nouvelle couture plus adaptée aux cahiers épais.

Une couture ancienne à chevrons avec renfort du dos par des claies en parchemin (à gauche), et une couture similaire effectuée de nos jours (à droite) – Archives Nationales LL//1068

Il peut nous sembler intuitif que cette déformation du dos ait été lente et progressive, et que les relieurs du XVIe siècle ignoraient les conséquences de ce type de structure sur des volumes constitués de cahiers épais. Les documents d’archives ayant une valeur probatoire importante, ils devaient probablement être reliés de façon à pouvoir être conservés le plus longtemps possible.

Cette intuition a été contrée en quelques minutes. Après avoir déboîté la couvrure souple de parchemin du corps d’ouvrage, j’ai constaté une différence nette d’aspects entre les supports de tête et queue d’une part, et les autres supports d’autre part. En y regardant de plus près, il s’est avéré que des clous – probablement en fer au regard de leurs produits d’oxydation rougeâtres – avaient été ajoutés aux supports après couture. Ces clous, disposés à dessein en tête et en queue, avaient très certainement pour objectif d’empêcher le dos de prendre une forme concave.

Le clou du support de tête toujours en place (à gauche) et le clou du support de queue déposé (à droite) – Archives Nationales Z/1c/1                          

Une rapide vérification sur les autres volumes de la série a permis d’établir que le registre qui m’a été confié n’est pas un cas isolé. Parmi les volumes observés, environ un sur deux – ceux dont les cahiers sont les plus épais – avait ses supports de couture garnis de clous. Il ne s’agit donc pas d’une fantaisie d’un relieur zélé, mais bien d’une habitude transmise dans le temps, et dont l’objectif était probablement de conférer une certaine solidité – donc une certaine longévité – aux archives de la connétablie et de la maréchaussée. L’hypothèse selon laquelle les relieurs du XVIe siècle connaissaient les problèmes liés à la structure de reliure qu’ils réalisaient (et tentaient d’y remédier) est donc tout à fait crédible.

Clou visible dans l’un des supports de couture d’un registre (à gauche) et traces d’oxydation ferreuse dans le support d’un autre – Archives Nationales Z/1c/14 et Z/1c/39

Cette expérience démontre deux choses : premièrement, les interventions de conservation-restauration sont des occasions uniques et précieuses d’étudier la matérialité du patrimoine écrit et l’histoire des techniques11 ; et deuxièmement, il est nécessaire de questionner en permanence nos connaissances et nos intuitions en matière de techniques anciennes de reliure et de restauration12.

Lucie Moruzzis

Archives Nationales


  1. Jugie P., Laforest E. et Paturange M., « Numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime », Support Tracé 17 (2018), pp. 45-54 []
  2. Z/1c. Juridictions spéciales ; Connétablie et Maréchaussée de France, Salle des inventaires virtuelle, Archives nationales, consulté le 23/09/2018 []
  3. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its Potential as a Conservation Type Structure for the Rebinding of Early Printed Books, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  4. À l’exception de l’étude menée par W. K. Gnirrep et J. A. Szirmai en 1989, signalée par Cédric Lelièvre et Lise Marandet : Gnirrep W. K. et Szirmai J. A., « Spines reinforced with metal rods in sixteenth-century limp parchment bindings », Quaerendo, XIX (1989), pp. 117-140 []
  5. La couture sans support, appelée « couture de brochure », est bien moins solide que la couture sur supports, est très peu employée avant le XIXe siècle en Europe, et ne permet que de réaliser un emboîtage. []
  6. Adam C., Restauration des manuscrits et des livres anciens, Paris : Erec, 1984, pp. 36-41 []
  7. Conroy T., « The movement of the book spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987), consulté le 26/09/2018 []
  8. Clarkson C., « Thoughts on sewing frame design for the book conservator », The Paper Conservator 19 (1995), pp. 41-50 []
  9. Elle sera remplacée à partir du XIXe siècle par l’endossure à l’étau, toujours pratiquée de nos jours. []
  10. Devauchelle R., La reliure en France de ses origines à nos jours, Tome II, de 1700 à 1850, Paris : Jean Rousseau-Girard, 1960, pp. 16-20 []
  11. Boudalis G., « Preserving the book as artefact : Conservation as the ideal occasion in which books are both repaired and structurally understood » dans ICOM-CC (éd.), Choices In Conservation Practice Versus Research, Copenhagen, 6-8 octobre 2010, Copenhague : The Royal Library, 2010, pp. 59-62 []
  12. Côte M. et Daniel F., « De Diafoirus aux thérapies de groupe : une petite histoire des techniques de conservation/restauration du livre » dans Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques (éd.), La conservation : une science en évolution, bilans et perspectives, Paris, 1997, Paris : ARSAG, 1997, pp. 94-102 []

Les derniers témoins d’imprimés perdus

De nombreux projets se sont récemment attelés à analyser les éditions dont il ne subsiste aujourd’hui plus aucun exemplaire. En dehors des exemples devenus mythiques de textes détruits à l’état de manuscrits et d’éditions célèbres dont l’existence même est parfois remise en question, la quantité d’ouvrages dont le tirage entier a été perdu fascine. Les estimations varient follement dans l’importance à accorder au phénomène, allant d’un tiers des éditions perdues pour les incunables selon une étude de 2016 1 à plus de 350 000 éditions pour les Pays-Bas du XVIIe siècle – soit 5 fois le nombre d’éditions répertoriées par le STCN 2 .

Une des sources de ce désaccord autour du nombre d’éditions perdues provient de ce que les historiens considèrent comme des critères fiables. Le volume dédié aux livres perdus en 2016, Lost Books. Reconstructing the Print World of Pre-Industrial Europe (disponible en libre accès), souligne la complexité de la question et la variété des points de vue. Peut-on se fier aux mentions faites par des contemporains ? Des registres comme ceux de la Stationers’ Company, peuvent-ils faire foi 3 ? Au moins ce regain d’intérêt pour la question a pu mener à la mise en place d’un projet d’envergure pour identifier les titres les plus à risque de disparaître – Preserving the World’s Rarest Books.

Ce qui constitue des preuves suffisantes pour identifier une édition perdue continuera à diviser les chercheurs, mais nous trouvons régulièrement dans les fonds des collections patrimoniales des vestiges des imprimés dont nous ne connaissons plus d’exemplaires complets.

C’est au sein même des volumes que nous découvrons des traces d’autres impressions dont le contenu ou la forme ne méritait plus qu’on les conservât. Ce manque d’intérêt aurait pu résulter en leur destruction complète. Une fois leur utilité passée, de nombreux ouvrages étaient dépiécés et recyclés, parfois de manière surprenante. Ainsi on retrouve dans les tableaux du peintre néerlandais du XVIIe siècle Willem Claeszoon Heda des feuilles imprimées réemployés en cornets pour contenir les épices qui accompagnaient les huitres… Manipulées par des patoches enduites de jus et d’eau de mer, elles étaient destinées à être jetées après emploi.

Illustration 1: Nature morte à la coupe dorée (détail),  Willem Claesz. Heda, 1635 – 
Rijksmuseum SK-A-4830

Heureusement certains feuillets échappaient à ce triste sort – même lorsque leur contenu n’était plus prisé. Nous avons déjà évoqué dans ce carnet les richesses surprenantes parfois cachées au sein des reliures. Mais, lors de leur confection, on ne se servait pas simplement de papiers recyclés pour servir de cartonnage aux plats. Les relieurs employaient également ces feuilles pour servir de pages de garde ou renforcer la structure interne. Ainsi, on peut trouver dans les reliures de volumes anciens des témoins d’autres imprimés d’époques et de contenus radicalement différents. Lors de mes prospections dans le fonds ancien de la Bibliothèque Universitaire de Rennes 2, j’ai pu ainsi découvrir les dernières preuves de deux éditions disparues.

Le premier exemple de ce phénomène se trouve relié à la fin d’un petit recueil de deux pièces des presses parisiennes de Robert Estienne. Le grand imprimeur-libraire du roi était le maître incontesté des éditions érudites de langue ancienne produites à un prix accessible pour le marché étudiant de la ville. Le volume qui nous intéresse renferme deux éditions destinées à aider l’apprentissage de l’hébreu, clairement reliées ensemble pour leur cohérence de thème. Actif à Paris à son propre compte entre 1526 et 1550, date de sa fuite pour Genève, Estienne était bien loin de Jacques de Heuqueville. Or c’est de l’atelier de ce dernier qu’émana plus de 150 ans plus tard le fragment que l’on trouve inséré dans le même volume.

Illustration 2: Fragment d’un imprimé de Vannes – BU Rennes 2, 58574

Originaire de Nantes où sa famille officiait depuis le XVIe siècle, Jacques de Heuqueville s’installa à Vannes en 1683, ajoutant au rôle de libraire celui d’imprimeur dix ans plus tard. Face aux incertitudes économiques, il cumula les positions officielles qui semblaient garantir des revenus. Imprimeur de l’évêque du diocèse de Vannes, il fut aussi celui du collège de la ville. Cet attachement à l’Église locale se voit dans le fragment conservé à Rennes où nous apercevons les armes de l’évêque François d’Argouges (écartelé d’or et d’azur à trois quintefeuilles de gueules brochantes) au centre de la page de titre.

Sa production était modeste et tournait autour de livres dont il vantait lui-même le « prix médiocre » et qu’on pouvait facilement « porter avec soy »4 . Son succès semble avoir été aussi modeste que sa production : nous ne connaissons qu’une édition de son atelier pour 1702 : une énième édition de l’ouvrage du carme Toussaint de Saint-Luc, Les pensées de la solitude chrestienne sur l’éternité, le mépris du monde et la pénitence

Illustration 3 : Toussaint de Saint-Luc, Les pensées de la solitude chrestienne, Paris : Jacques de Heuqueville, 1702 – Bibliothèques de Saint-Brieuc, P 2906 5

Mais le fragment de Rennes est manifestement différent de la page de titre de cet ouvrage comme le montre l’illustration 3. Il est donc, sous réserve d’autres découvertes, le seul témoin d’une édition aujourd’hui disparue, mais dont le contenu demeure pour l’instant un mystère. Tout au plus pouvons nous spéculer grâce à la présence des armes de l’évêque qu’il s’agissait d’un autre texte religieux.

Le second imprimé identifié dans les pages de garde d’une autre reliure est moins visible que dans le cas de l’imprimé vannetais. Cette fois-ci le fragment est plus difficile à repérer : imprimé uniquement sur le recto, il a été tronqué puis collé à une autre page, cachant ainsi le texte qui ne se devine que par la transparence (voir l’illustration 4).

Illustration 4 : Fragment d’imprimé – BU Rennes 2, 21393

La nature de l’imprimé peut se deviner en retournant la photo et en maximisant le contraste par le biais d’outils de manipulation des images. Le résultat, quelque peu psychédélique, nous permet de donner une date, une origine et d’élucider le texte dont il est question.

Illustration 5 : Photo retouchée du fragment d’imprimé – BU Rennes 2, 21393

L’avant dernière ligne imprimée indique que le texte avait été donné par Claude, évêque d’Angers, et paraphé pour lui par « P. Aucent ». Au-dessus, à la fin d’un paragraphe en italique nous arrivons à déceler que le texte fut signé dans le palais épiscopal de la ville le 9 juin 1635. Il s’agit donc de lettres de Claude de Rueil qui fut évêque d’Angers entre 1628 et 1649 et copiées par son secrétaire maître Pierre Aucent. Cet ecclésiastique, particulièrement actif 6 , convoque par le biais de cet imprimé in-plano les membres du clergé local à Angers pour une procession générale et des services spécifiquement organisés – même si l’occasion qui a suscité ces célébrations n’est pas très claire.

Tout comme le précédent exemple, ce fragment a été utilisé dans un volume qui ne semble avoir ni contenu ni contexte en commun. Le texte principal est une édition des œuvres de Georges de Selve publiée à Paris au milieu du XVIe siècle. Cependant la provenance sur la page de titre de l’ouvrage principal révèle que le livre avait été intégré à la collection de l’oratoire d’Angers en 1680, ce qui corrobore les origines angevines de notre fragment et nous suggère qu’il fut utilisé de manière locale en guise de renforcement au XVIIe siècle.

Ces deux fragments nous montrent combien ces découvertes de feuilles cachées dans la structure d’autres livres peuvent être précieuses. Le premier cas nous révèle l’existence d’une édition inconnue de Vannes et souligne combien nos connaissances de l’activité de ces ateliers provinciaux sont limités. Le second nous parle de l’utilisation ordinaire de l’imprimerie dans des villes comme Angers où l’on n’hésitait pas à faire appel aux presses dans les premières décennies du XVIIe siècle pour promouvoir des événements. Ils soulignent que les vestiges d’innombrables éditions se cachent encore au sein des bibliothèques les mieux cataloguées – et nous offrent la perspective de nombreuses découvertes à venir.

Malcolm Walsby 
Université de Rennes


  1. J. Green et F. McIntyre, « Lost Incunable Editions : Closing in on an Estimate », dans F. Bruni et A. Pettegree, Lost Books. Reconstructing the Print World of Pre-Industrial Europe, Leyde : Brill, 2016, p. 55-72 []
  2. Andrew Pettegree et Arthur der Weduwen, « What was Published in the Seventeenth-Century Dutch Republic? », Livre. Revue historique (2018 | 1)  []
  3. Voir A. Hill, Lost Books and Printing in London, 1557-1640. An Analysis of the Stationers’ Company Register, Leyde : Brill, 2018 []
  4. Les maladies des chevaux avec leurs remèdes faciles et experimentez, Vannes : Jacques de Heuqueville, 1694, ã2v []
  5. Je voudrais remercier Arnaud Flici de la section patrimoine des bibliothèques de Saint-Brieuc pour ce cliché []
  6. Voir la notice que lui consacre Joseph Bergin dans son The Making of the French Episcopate 1589-1661, New Haven : Yale University Press, 1996, p. 695 []

Les fonds anciens de Saint-Omer: Six ans de découvertes

« Découverte en France d’un First Folio de Shakespeare » titre l’article de Florence Noiville dans Le Monde Livres du 26 octobre 2014, quelques jours après l’annonce qui a marqué l’histoire de la bibliothèque, en donnant à la Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer une visibilité planétaire !

Illustration 1: Shakespeare, Comedies, Histories, & Tragedies, Londres: Isaac Jaggard et Edward Blount, 1623

Mais on aurait tort de croire que c’est la seule découverte qui ait été faite au sein du fonds ancien ces dernières années. Les collections patrimoniales du Pays de Saint-Omer sont d’une telle importance que des trouvailles y sont faites presque chaque mois, pour ne pas dire chaque semaine. Celles-ci sont de diverses natures et concernent tous les types d’ouvrages que nous conservons : manuscrits, incunables, imprimés anciens et documents iconographiques.

Cette rétrospective vous permettra de comprendre que ces trouvailles ne sont pas uniquement le fruit du hasard, même si ce dernier y prend toujours une petite part comme pour toute « découverte ». Elles sont le résultat des nombreux chantiers mis en œuvre au sein du pôle pour assurer ses missions de gestion, de conservation et de mise en valeur des collections. Elles sont également issues des divers partenariats que la BAPSO a avec d’autres institutions (CNRS, Universités) et de l’accueil des chercheurs.

Questions de styles

La collection audomaroise des manuscrits compte plus de 800 volumes, tous intrinsèquement unique, et pour beaucoup médiévaux et richement décorés.

C’est le cas des deux pages d’une grande Bible carolingienne (illustration 2), redécouvertes en 2012-2013. Elles servaient de gardes contrecollées à un manuscrit plus récent et ont été isolées à la suite d’une ancienne restauration. Outre la datation de ces pages dans la seconde moitié du IXe siècle, la qualité de leur décor les rend exceptionnelles. S’ajoute à cela une importance historique, puisque c’est l’un des rares témoins de la production de luxe de l’abbaye de Saint-Bertin pour cette période de l’histoire.

Illustration 2: Initiale B ornée, début des Psaumes, encre d’or sur parchemin Saint-Bertin, 2e moitié du IXe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 1687)

Les recherches sur le style du décor des manuscrits audomarois ont aussi permis de constituer plusieurs ensembles cohérents, qui n’avaient été jusque-là que peu étudiés.

Le plus spectaculaire est un groupe de manuscrits d’origine anglaise, au sein duquel nous avons pu redéfinir deux ensembles baptisés style « tweed », voir par exemple l’illustration 3, (manuscrits 50, 214, 217, 235) et style « aux girandoles »1 , comme le commentaire des psaumes de Johannes de Abbatisvilla de l’illustration 4, auxquels furent ajoutés les manuscrits 185, 234 et 262.

Illustration 3: Initiale A ornée dans le style tweed, encre sur parchemin, Angleterre, XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 217)

Illustration 4: Initiales peintes dans le style des filigranes en girandoles, encre sur parchemin, Angleterre, XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 262)

Un troisième ensemble, lui aussi d’origine anglaise, baptisé le style « aux feuilles dentelées », voir l’illustration 5, (manuscrits 11, 116 et 762), a pu être rapproché d’un manuscrit conservé à Paris (BNF, manuscrit latin 14514), copié et enluminé à Oxford, ce qui donne un élément de localisation pour nos propres manuscrits. Cela n’est d’ailleurs pas surprenant puisque l’abbaye de Saint-Bertin est en contact avec l’école d’Oxford depuis sa création par le roi Alfred le Grand (848-899) : qui nomme Grimbaud de Saint-Bertin à la tête de cette prestigieuse école.

Illustration 5: Initiales ornées dans le style au feuilles dentelées, encre sur parchemin, Angleterre (Oxford ?), XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 762)

A chacun ses attributions !

Au Moyen Âge, la notion d’artiste n’est pas la même que maintenant : les productions mécaniques relèvent de l’artisanat. Cela ne veut pas dire que l’on ne sait pas apprécier un bel objet ou le talent de celui qui l’a réalisé. C’est juste que l’on ne rémunère pas l’artisan pour son art. On paye d’abord les matériaux et le temps d’exécution, considérant que la qualité d’exécution est rétribuée par la renommée et l’afflux des commandes.

Il est donc rare qu’un artisan signe son travail. Pour la première moitié du Moyen Âge (Ve-XIIe siècle), on trouve surtout des mentions d’auteurs ou de copistes, plus rarement d’enlumineurs, de sculpteurs ou d’orfèvres. A partir du XIIe siècle, ceux qui réalisent les décors signent plus couramment leurs travaux. Mais, en se limitant souvent à un simple prénom, parfois accompagné de la mention « a fait ». Il est alors difficile de trancher s’il s’agit de l’exécutant ou du commanditaire.

Identifier les auteurs des œuvres d’art anciennes est une discipline à part entière, qui s’appuie sur l’étude croisée du style et des documents d’archives, et regroupe des œuvres attribuables à un même artisan ou à un atelier.

Plusieurs manuscrits de l’époque gothique (XIIIe-XVe siècle), conservés dans nos collections, ont été récemment attribués à des enlumineurs professionnels de renom. Tels les manuscrits 245 et 458, qui derniers n’avaient pas attiré l’attention car ils ne comprennent chacun qu’une seule miniature. Pourtant, celles-ci sont l’œuvre d’artistes célèbres en leur temps.

Le manuscrit 245 est sorti d’un atelier qu’on appelle le groupe des « Maîtres aux rinceaux d’or »2 , actif à Bruges entre 1420 et 1450. Cette attribution a permis de resserrer la datation du manuscrit et de localiser son lieu de production.

Illustration 6: « La Trinité du Psautier », atelier des Maîtres aux Rinceaux D’or, Bruges, vers 1520-1450 (Saint-Omer, BA, ms. 245, f. 1v)

Illustration 7: Heures dites de Joseph Bonaparte, atelier des Maîtres aux rinceaux d’or, Bruges, 1421-1430 (Paris, BnF, manuscrit lat. 10538)

Maîtres et ateliers

Le manuscrit 458 est plus ancien, il a été copié à Paris dans le deuxième quart du XIVe siècle, et enluminé par le Maître du Procès de Robert d’Artois, un disciple des deux plus grands peintres de manuscrits de l’époque : Jean Pucelle (12..-1334) et Jean Le Noir (actif entre 1331 et 1380). Tous trois ont travaillé pour les plus grands mécènes de leur temps : la duchesse Yolande de Bar, le duc Jean de Berry ou encore le roi Charles V.

Illustration 8: scène de dédicace, enluminure par le Maître du Procès de Robert d’Artois, Paris, début du XIVe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 458)

Le manuscrit 727 est un splendide exemple de la production italienne du XVe siècle, attribué en 2014 à l’atelier de l’enlumineur florentin Francesco d’Antonio del Cherico (1433-1484). Ce dernier est connu pour avoir enluminé un autre exemplaire du même ouvrage pour Piero de’ Medici. Il a aussi travaillé pour le libraire Vespasiano da Bisticci (1422-1498), qui a vendu des livres au cardinal d’Arras Jean Jouffroy et au roi de France Louis XI.

Illustration 9: page ornée a bianchi girari, par l’atelier d’Andrea del Cherico, Venise, milieu du XVe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 727-2)

Signalons encore le manuscrit 343, restauré plusieurs fois d’ancienne date, re-relié au moins une fois au XVIIe siècle, en mélangeant l’ordre des feuillets dont une bonne partie manque. Son mauvais état général a valu à son décor d’être qualifié « d’assez mauvaise exécution » ! Pourtant, malgré toutes ses avanies, l’observateur avisé saura déceler une production de grand luxe, encore perceptible dans le drapé très travaillé du bas de la robe de la Vierge, dans la finesse des rehauts qui animent la carnation du visage de Jean, dans la délicatesse des boucles de ce dernier et la grâce du rendu de son contrapposto3. Le travail d’identification du lieu de production de ce volume est encore en cours. Mais, après avoir proposé un rapprochement avec l’enluminure troyenne du début du XIIIe siècle, nous envisageons désormais de l’attribuer à un atelier des Flandres septentrionales ou de l’Artois.

Illustration 10: Le Christ en croix entouré de la Vierge et de Jean, Flandres septentrionales ou Artois (?), début du XIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 343)

Cote Datation CGM Datation Wilmart
3 XIIe XIe
13 XIe XIIe
15 VIIIe IXe
20 XIIIe XIIe
24 XIIIe 2e ½ XIIe
25 XIIIe 2e ½ XIIe
33bis VIIIe IXe
42 IXe f.16-68 IXe ; reste XIe
78 XIIIe XIIe
56 XIIIe Déb. Xie
57 XIIIe XIIe
60 XIIIe XIIe
65 XIIIe XIIe
75 XIIIe XIIe
77 XIIIe XIIe
79 XIIe XIe
80 XIIIe XIIe
89 XIIIe XIIe
93 XVe XIIIe
97 XIe Fin Xe
114 XIIIe XIIe
116 XVe XIIIe
118 XVe XIIIe
150 X-XIIIe Xe
179 Xe IXe (vers 850)
185 Fin XIIe-XIIIe XIIIe
186 XIIe XI
252 Xe Fin XIe
257 Xe Premiers feuillets VIIIe
268 Xe IXe
269 Xe 1e ½ IXe
277 XIIe & XIIIe XIIe
279 IXe Xe
283 XVe XIVe
304 XIIIe XIIe
312 XIe IXe et XIe
314 XIe Fin IXe
342bis IXe Fin Xe
355 XIIIe XIVe
361 XIVe XVe
363 XIIIe Fin XIIe
366 XVe XIVe
426 XIIIe XIVe
582 XVe XIVe
664 XIIIe XIIe
666 Xe f. 6-63 IXe
678 XIIe XIVe
684 XIIe XIe
698 Xe Fin XIe
700 XIIe XIe
710 Fin XIIIe 1e ½ XIVe
719 XIIe Fin XIIe
770 XIIIe XII et XIVe
775 XIIe XI

« Il vaut mieux dater d’un siècle que d’une saison » Alfred Capus (écrivain 1857- 1922)

Un autre aspect de la recherche en bibliothèque concerne la datation des manuscrits. C’est une tâche d’autant plus importante pour la collection audomaroise que le Catalogue Général des manuscrits de la bibliothèque de Saint-Omer (CGM), rédigé par Henri Victor Michelant (1811-1890) en 1861, comprend beaucoup d’erreurs.

Ce problème de datation a été repéré, en 1923, par le grand érudit André Wilmart (1876 – 1941), bénédictin de la Congrégation de Solesmes à St Michael’s Abbey, à Farnborough (Hampshire, Angleterre), et spécialiste reconnu de la littérature religieuse du Moyen Âge. Ce dernier a profité de son passage à Saint-Omer pour préciser la datation de plusieurs manuscrits. Le fruit de cette enquête est rapporté par le bibliothécaire Georges Delamotte, dans le Registre des délibérations de la Commission d’amélioration de la bibliothèque 1845-1934.

Grâce à cette liste repérée par l’équipe du Pôle archives, cinquante-six manuscrits ont été rendus à leur siècle. Cet inventaire indique que la grande majorité de ces volumes est plus ancienne que ce qui avait été établi, augmentant considérablement leur préciosité et leur intérêt pour la recherche

Des dates, des dates, oui mais des authentiques !

Nous avons corrigé un certain nombre de datations erronées et les sessions de travail bisannuelles de l’Institut de Recherche et d’Histoire des textes (IRHT – CNRS) contribuent également à rétablir l’âge réel de nos vénérables volumes. Signalons un ensemble particulièrement intéressant de manuscrits, longtemps datés du XIIe siècle, mais qui sont en réalité du milieu du XIe, si l’on en juge par le style du décor et de l’écriture. Il s’agit des manuscrits n° 2, 3, 33, 186, 187, 189, 194, 718 et 775.

Illustration 11:  Ancien Testament, fin de l’exode et début du Lévitique, Saint-Bertin (?), milieu du XIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 2)

Parallèlement au travail d’étude des collections, les autres tâches de gestion d’un fonds de livres anciens, sont aussi souvent l’occasion de faire des découvertes. Telle l’entreprise de numérisation de la quasi-totalité des manuscrits de la BAPSO, engagée d’abord sous l’impulsion de la Communauté d’agglomération, puis, dans le cadre d’un partenariat entre la CAPSO et la DRAC puis avec le CNRS.

Or, avant de numériser un manuscrit, il faut réaliser un récolement complet du volume : le livre est feuilleté, page à page, afin de vérifier s’il n’en manque pas et si la numérotation est correcte. Plus de 600 volumes ont été récolés entre 2012 et 2017 par l’équipe de la section patrimoniale !

Cette opération fastidieuse a néanmoins son bon côté, car elle oblige à consacrer un long moment à chaque livre. C’est alors l’occasion d’y faire des trouvailles : ainsi, le manuscrit 678 (illustration 12) s’est avéré contenir plusieurs pages palimpsestes, c’est-à-dire que le parchemin a été gratté puis réemployé. Cela permet aussi d’identifier ou de réattribuer des textes comme pour le manuscrit 172, longtemps attribué à Hildebert de Lavardin, désormais rendu à Pierre Riga. De même, le manuscrit 245 n’était pas le Compendium d’Hugo de Argentina mais celui d’Albert le Grand. Quant au manuscrit 384 (illustration 13), longtemps resté anonyme, il a été identifié en 2013 : il s’agit d’une belle copie du Livre qui enseigne qui est pechié mortel ou veniel du grand théologien Jean Gerson, qui fut chancelier de l’université de Paris.

Illustration 12: Pages copiées sur des feuillets de parchemin de remploi ou « palimpseste » (Saint-Omer, BA, ms. 678)

Illustration 13: Jean Gerson, Livre qui enseigne qui est pechié mortel ou veniel, Pays-Bas septentrionaux du milieu des années 1450 (Saint-Omer, BA, ms. 384)

Rien ne se perd, tout se transforme !

Certains manuscrits, comprennent des documents ajoutés après leur réalisation. Ainsi, dans le manuscrit 417 (illustration 14), nous avons eu la surprise de découvrir une gravure figurant le Christ. Le manuscrit 407 (illustration 15) comprend lui aussi deux petites gravures dévotionnelles, figurant sainte Barbe et Daniel dans la fosse aux lions. Malheureusement, aucune n’est signée, ce qui rend leur attribution impossible à l’heure actuelle. Plus récemment, en 2017, nous avons découvert une quatrième gravure dans notre imprimé n° 3022 où elle servait de marque-page. C’est une jolie copie réalisée dans les années 1630 d’après un original du grand graveur lorrain Jacques Callot (1592-1635).

Illustration 14: Speciosus Forma pare Filiis hominum, gravure sur cuivre, XVIIe siècle (?) (Saint-Omer, BA, ms. 417)

Illustration 15: Sainte Barbe et Daniel dans la fosse aux lions, gravures sur bois, XVIe siècle (?) (Saint-Omer, BA, ms. 407)

L’observation attentive et la description des reliures permettent aussi de faire de belles découvertes. C’est le cas des morceaux de parchemins anciens utilisés dans leur confection, une pratique courante du Moyen Âge jusqu’à l’époque moderne. Les relieurs ne prêtent alors pas attention à la nature de ces « défaits », aussi peut-on parfois trouver des renforts de fond de cahiers ou des gardes contrecollées bien plus anciens que le volume dans lequel ils se trouvent !

C’est le cas pour les manuscrits 121 (XIIIe), 287 (XVe) et 437 (XIVe) qui comprennent des renforts du IXe siècle ! Pour le premier (illustration 16) les renforts ont pu être dégagés lors de la restauration du livre. Il s’agit de fragments d’une copie du commentaire de Bède le Vénérable sur l’évangile selon Jean. Le second (illustration 17) comprend un passage du commentaire du même auteur sur l’évangile selon Luc (Lib. V sur Luc XVI). Le rapprochement des fragments de ces deux manuscrits permet d’avancer l’hypothèse qu’ils proviennent du même volume à l’origine, qui devait rassembler l’ensemble des commentaires de Bède sur les Évangiles. Quant au manuscrit 437, il s’agit d’un extrait du traité de dévotion De cordis compuctione (De la componction) (I, 4, 1-30) de Jean Chrysostome (344-407).

Illustration 16: Renfort de fonds de cahiers en parchemin, commentaire de Bède le Vénérable sur l’évangile selon Jean, Saint-Bertin (?), IXe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 121)

Illustration 17: Renfort de fonds de cahiers en parchemin, commentaire de Bède le Vénérable sur l’évangile selon Luc, Saint-Bertin (?), IXe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 287)

Membra dissjecta

Parfois, on y découvre des textes plus rares, comme cette copie du XVe siècle des Guerre de Jugurtha de Saluste (inv. 2360bis), ou cette autre de la même époque avec les commentaires à l’Ethique d’Aristote par Jean Buridan (1292 – 1363), recteur de l’université de Paris au XIVe siècle (inv. 350). Un fragment du XIIIe siècle, contenant les chapitres 9 à 13 du premier livre des Premiers Analytiques d’Aristote (inv. 3070 – illustration 18) dans la traduction de Boèce (480-524). Une très rare copie du début du XIIIe siècle du Graecismus, un traité de grammaire composé par Evrard de Béthune (11..-1212?) (inv. 1529). Ou encore un traité de médecine du XIVe siècle, non identifié (inv. 1805), et un fragment du chapitre 18 du second livre d’une copie du XIVe siècle du Guide des égarés de Moïse Maimonide (1135-1204) (inv. 3916).

Illustration 18: Garde contrecollée, Premiers Analytiques d’Aristote dans la traduction de Boèce, XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, inv. 350)

Illustration 19: Garde contrecollée, Graecismus, d’Evrard de Béthune, déb. XIIIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 1529)

Le cas des imprimés 959, 960, 962 et 963 est particulièrement intéressant. Leurs gardes contrecollées ont été très vraisemblablement extraites d’un même manuscrit. Il s’agit d’un bréviaire du XIe siècle ! La réparation en deux doubles pages par volume (sauf pour le 959 qui n’en comprend plus qu’une) fait que quatorze pages ont été ainsi conservées. L’étude des textes de ces fragments permettra peut-être d’en préciser l’usage. Toutefois, la mise en page et l’écriture sont très proches de celles que l’on trouve dans d’autres manuscrits conservés de cette époque copiés à Saint-Bertin.

Illustration 20: Garde contrecollée, Bréviaire, XIe siècle (Saint-Omer, BA, ms. 959)

« Ce qui est à toi est aussi à moi »

Lors du catalogage scientifique, nous prenons aussi en compte les notes manuscrites contenues dans le volume, car elles comptent pour beaucoup parmi les caractéristiques d’exemplaire d’un livre.

Il est courant qu’un livre ancien soit annoté par ses divers possesseurs, et qu’ils y aient inscrit leur marque dans leurs livres, sous la forme de mentions manuscrites, d’armoiries ou d’ex-libris imprimé, collé dans le volume. Grace à ces marques de possession, il nous est parfois possible de retracer un pan de l’histoire du livre.

Ainsi, parmi les noms intéressants que nous avons pu identifier ces dernières années, on peut citer:

  • Lucas Fruterius (1541- 1566), poète et philologue du cercle d’humanistes de Bruges (inv. 3074).
  • Antoine Coquelle (15..-1549) d’Aire-sur-la-Lys, humaniste, professeur à Furnes et ami d’Erasme (inv. 1360).
  • Aernout van Buchel (1565-1641), humaniste et directeur de la Compagnie des Indes (inv. n° 2342).
  • Frans de Maulde (1556-1597), chanoine d’Arras puis d’Aire-sur-la-Lys, où il est enterré dans la collégiale.
  • Paul Poupo (1552-1590), grand poète de la Renaissance (inv. 5).

Illustration 21: ex-libris de Lucas Fruterius (1541- 1566) (Saint-Omer, BA, inv. 3074)

Illustration 22: ex-libris d’Antoine Coquelle (14..-1549) (Saint-Omer, BA, inv. 1360)

Illustration 23: ex-libris de Pierre Poupo (1552-1590) (Saint-Omer, BA, inv. 5)

Toutes ces personnalités appartenant à des cercles humanistes du Nord, permet de reconsidérer l’assertion de M. Le Maner dans l’Histoire de Saint-Omer (1981, p. 117) qui prétend « l’absence de véritable substrat humaniste [à Saint-Omer] ».

Enfin, un superbe volume repéré fin 2017 (inv. 2927), porte deux marques prestigieuses : il est relié aux armes du chevalier Pomponne Ier de Bellièvre (1529-1607), seigneur de Grignon, surintendant des finances d’Henri III, puis chancelier d’Henri IV, et porte l’ex-libris manuscrit de Jacques Ribier du Vair-Aléaume (15..-1653), conseiller du roy et commissaire aux requêtes du Palais sous Louis XIII et Louis XIV.

Illustration 24: reliure aux armes de Pomponne Ier, de Bellièvre (1529-1607) (Saint-Omer, BA, inv. 350)

Une collection unique !

Ce qui fait l’intérêt du First Folio c’est qu’il s’agit de LA première édition complète du théâtre de Shakespeare. Ce n’est pas un manuscrit, mais un imprimé. La hiérarchie des valeurs n’est pas la même que pour les manuscrits car les textes imprimés peuvent êtres reproduits à l’infini, alors qu’un manuscrit est, par nature, toujours une pièce unique. Les premières éditions d’une œuvre sont très recherchées car elles nous offrent un premier état littéraire susceptible d’être au plus proche de la pensée originelle de l’auteur.

Pour le bibliophile, la rareté d’une édition, due à de nombreuses pertes ou simplement à la limitation originelle d’un tirage, est un critère. Cela est d’autant plus important en matière de livres imprimés puisque la technique de l’imprimerie permet justement la démultiplication des exemplaires d’une même édition. Il arrive donc, très rarement, que l’on ne conserve plus qu’un seul exemplaire de l’une des éditions imprimées d’une certaine œuvre. Dans ce cas, on parle d’un unicum (« unique » en latin), c’est l’un des moments où l’imprimé possède des critères de rareté équivalents à ceux du manuscrit.

Unicum, unici, unico, unica, unicorum, unicis

La bibliothèque possède une demi-douzaine d’unica ! L’un d’entre eux nous a été signalé en 2015 par Dominique Coq. Il s’agit de l’impression parisienne, par Pierre le Caron en 1502, de la traduction française de la Légende Dorée par Nicolle Delabarre (inv. 3533). Ce volume appartenait à Adrien de Neufville, abbé de Saint-Augustin-lez-Thérouanne de 1571 à 1596. Depuis, plusieurs autres unica ont été identifiés dans le cadre du catalogage scientifique des imprimés du XVIe siècle, entrepris de manière systématique depuis trois ans.

Illustration 25: La légende dorée en françois par maître Nicolle Delabarre, Paris: [Pierre Le Caron], [1502] (Saint-Omer, BA, inv. 3533)

Illustration 26: Les Commentaires de Jules César, Avec les portraicts et de et description des lieux… Translatez par noble homme Etienne de Laigue dit Beauvais ; Translatez par feu de bonne mémoire Robert gaguin général de lordre de la saincte Trinité, Paris: [Jacques Kerver], 1537 (Saint-Omer, BA, inv. 3079)

Nous sommes ainsi actuellement les seuls à posséder la traduction française des Commentaires de Jules César par Etienne de Laigue et Robert Gaguin, imprimé à Paris pour Jacques Kerver en 1537 (inv. 3079). Il n’y a également qu’à Saint-Omer que l’on peut consulter le Preclarus et insignis tractatus docens modum legendi abbreviaturas utriusque (Traité des abréviations), imprimé en 1520, à Paris, par Guillaume Gydoin pour Poncelet le Preux (inv. 6004-2) ; le De linguae latinae elegantia libri sex (grammaire latine) de Lorenzo Valla, dans l’édition Parisienne imprimée par Pierre Gaudoul, en 1534 (inv. 2295). Ou encore la traduction française des Épitres d’Ovide par du Perron, de La Brosse et de Lingendes, imprimée à Paris, par Toussaint Du Bray en 1620 (inv. 4651).Illustration 27: Werner von Schussenried, Preclarus et insignis tractatus docens modum legendi abbreviaturas utriusque censure, Paris: Poncelet le Preux, 1520 (Saint-Omer, BA, inv. 6004-2)

Illustration 28: Laurentii Vallae, De linguae latinae elegantia libri sex, Paris: Pierre Gaudoul, 1534 Saint-Omer, BA, inv. 2295)

Illustration 29: Les epistres d’Ovide, traduites en prose Françoise par les Srs Du Perron, De la Brosse, De Lingendes & Hedelin, Paris: Toussaincts du Bray, 1616 (Saint-Omer, BA, inv. 4651)

Last… but not least !

Cette sélection de trouvailles faites ces dernières années dans les fonds anciens de la BAPSO n’offre néanmoins qu’un petit aperçu de ses richesses connues, et surtout, du potentiel de découvertes passionnantes qui reste encore à y faire.

Les grands chantiers de gestion, de conservation et de mise en valeur des fonds anciens, menés par l’équipe patrimoniale, se poursuivront encore de nombreuses années. Ils permettent de toujours mieux connaître ces collections et de continuer de les faire vivre auprès du public à travers les expositions, régulièrement alimentées par nos trouvailles, mais aussi par l’enrichissement de la Bnum, les articles sur Facebook, les albums Pinterest, ou encore les conférences de nos invités et les journées d’études organisées avec nos différents partenaires.

Les fonds anciens sont souvent plus vivants et dynamiques qu’il n’y paraît ! Nous mettons tout en œuvre pour vous permettre de vous réapproprier une partie de la valeur de ce patrimoine fantastique, et vous invitons d’ores et déjà à nos prochains rendez-vous avec l’histoire et les livres.

Rémy Cordonnier

Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer

  1. Girandole : chandelier à plusieurs branches []
  2. « Maîtres aux rinceaux d’or » : nom de convention donné par F. Winkler en 1925 []
  3. Contrapposto : attitude du corps humain dans les arts visuels, où l’une des deux jambes porte le poids du corps, l’autre étant laissée libre et légèrement fléchie. []

Un exemplaire « sophistiqué » : La Sophonisba del Trissino de la bibliothèque de l’Université Rennes 2

La Sophonisba del Trissino est considérée comme la première tragédie classique italienne. Initialement publié en 1524, ce texte de grande importance littéraire a récemment été acquis dans l’édition de 1529 par la bibliothèque de l’université Rennes 2. Cet ouvrage a été présenté dans l’exposition sur le livre italien de la Renaissance « La primavera del Libro ». Mais après avoir examiné minutieusement ce volume, nous avons découvert que cet exemplaire était bien plus complexe qu’il n’y paraissait ; il dissimule en effet une énigme.

Photo 1: [a 4 v°] et b1
Il s’agit d’un petit volume in-4° de 52 feuillets dans une reliure en parchemin souple avec le titre écrit à l’encre au dos. Le texte nous est connu par des éditions antérieures. Citons en particulier :

  • une édition de juillet 1524 imprimée par Lodovico vicentino scrittore [degli Arrighi] et Lautitio Perugino [probablement Lautizio di Bartolomeo dei Rotelli]
  • une autre de septembre 1524 imprimée par Lodovico degli Arrighi.

Les éditions de La Sophonisba présentent une particularité typographique. On y trouve des caractères grecs mêlés aux caractères latins. L’auteur Gian Giorgio Trissino (Vicence 1478 – Rome 1550), homme fortuné, amoureux des arts et des choses grecques, est connu pour sa réforme orthographique. L’ouvrage que nous décrivons est au cœur d’un débat intellectuel et linguistique qui agita l’Italie autour des années 1520-1530.

Dans une épître adressée à Clément VII et parue à Rome en 1524 (puis dans les Dubbi grammaticali, 1529), Trissino recommande en effet d’ajouter des lettres grecques à l’alphabet latin, en particulier l’epsilon et l’oméga pour marquer la distinction entre les voyelles o et e ouvertes et fermées[1]. Cette réforme ne fit pas l’unanimité et fut très vite critiquée. Trissino, piqué au vif, répondit à cette opposition, en 1529, « par une salve de publications diverses lancée de Vicence dans le débat intellectuel et dans le marché éditorial[2] ».

On citera par ordre de dates :

# Titre Date
1 Dante De la volgare eloquenzia. Giouanni di Boccaccio da Certaldo, ne la vita di Dante. Appresso gia vicino a la sua morte compose un libretto in prosa latina, il quale si intitulò. De vulgari eloque Janvier 1529
2 Epistola del Trissino de le lettere nuouamente aggiunte ne la lingua italiana Février 1529
3 La poetica di m. Giouan GiorgioTrissino Avril 1529
4 La Sophonisba del Trissino Mai 1529
5 La grammatichetta di m. Giovan Giorgio Trissino Juin 1529
6 Rime del Trissino 1529
7 Dialogo del Trissino intitulato il Castellano, nel quale si tratta de la lingua italiana 1529
8 a b c 1529 ?
9 Georgii Trissini Encomion ad Maximilianum Caesarem 1529 ?

L’édition de La Sophonisba que nous décrivons ici prit place au milieu de cette salve. Le colophon précise : « Stampata in Vicenza per Tolomeo Ianiculo, MDXXIX. di maggio[3] ». Ce Gianiculo, actif à Vicence et à Venise, imprima presque toute l’œuvre de Trissino. Il s’agit probablement de l’imprimeur Bartolomeo Zanetti. Selon la notice trouvée dans la base de données EDIT 16, c’est Gian Giorgio Trissino qui aurait donné à Zanetti ce pseudonyme et aussi la marque dont il usa (Z1184). Originaire de Brescia il commença à travailler à Florence pour les Giunta, puis à Camaldoli pour le compte du monastère avant de s’installer à Venise. Il est connu comme imprimeur mais aussi comme copiste de textes grecs. Pour l’impression il utilisa une presse privée que Trissino fit installer chez lui, près de Vicence. C’est dire tout l’intérêt que l’auteur portait à l’impression de ces textes.

Pour l’édition de mai 1529, la base de données EDIT 16 fournit un fac-similé numérique (exemplaire de la bibliothèque de Turin).  En comparant avec l’ouvrage présenté ici, l’ensemble est cohérent sauf le premier cahier comprenant aussi la page de titre. Le titre est composé avec des lettres grecques dans l’exemplaire de l’édition de 1529, pas dans notre exemplaire. Le texte de l’épître à Léon X diffère aussi dans sa graphie et dans sa mise en page.

Photo 2 : Titre dans l’exemplaire composite

Photo 3 : Titre de l’édition de 1529

Photo 4 : page [a 3 r°] dans l’exemplaire composite

Photo 5 : page [a 3 r°] dans l’édition de 1529

 

Il s’agit donc bien d’un premier cahier différent. En consultant les autres fac-similés numériques en ligne, le cahier signé « a » présent ici est semblable à celui de l’édition « Stampata in Roma : per Lodovico de’ gli Arrighi vicentino scrittore, 1524 di settembre[4] ». Il y aurait donc deux parties dans notre ouvrage, une première partie (pièce liminaire) issue de l’édition de 1524 et une seconde partie (texte de la tragédie) qui proviendrait de l’édition de 1529.

D’autres éléments viennent corroborer ces premières conclusions : la note manuscrite sur le feuillet de garde à la fin de l’ouvrage, dans une écriture tardive (XVIIIe ou XIXe siècle). Elle précise :

(Ludovico degli Arrighi) Composta nel 1510, gia ché a quella data doveva esser recitata in Firenze alla presenza di Leone X (Lett di Giov. Ruccellai al Trissino) [à l’encre rouge] 1a ed. Roma, 1524 [encre noire][5]

Le papier utilisé pour imprimer le corps de l’ouvrage tend à renforcer cette analyse. De nature épaisse, on trouve un filigrane représentant une ancre au feuillet « dii » (proche de Briquet 447). En revanche, le cahier « a », lui, est constitué d’un papier plus fin et moins solide. Il présente en filigrane un quadrupède entier, biche ou cerf, non trouvé dans Briquet. Par ailleurs, les feuilles du cahier « a », plus courtes, ont sans doute été complétées pour atteindre la taille ajustée.

À quel moment l’introduction de ce cahier est-elle intervenue ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. La reliure semble avoir été confectionnée dans les décennies qui suivirent la publication de La Sophonisba, ce qui est confirmé par la feuille de garde sur laquelle on trouve un filigrane très visible : une ancre dans un cercle surmontée d’une étoile à 6 branches très proche du Briquet 525. Le papier portant ce type de filigrane fut couramment utilisé par les imprimeurs vénitiens au milieu du XVIe siècle. Sa présence ici suggère la date probable de la reliure actuelle du volume. Cependant, ceci ne nous permet pas de connaître la date d’insertion du cahier supplémentaire : il n’a pas été relié de manière classique avec les cahiers d’origine. Les feuilles semblent, en effet, avoir été posées sur onglet, c’est-à-dire ajoutées de manière artificielle – une fois le reste du livre relié – ce qui apparaît lorsque l’on examine la tranche de queue :

Photo 6 : tranche de queue

L’opération paraît avoir été faite assez tardivement, sans doute quelques siècles après l’impression initiale des deux éditions. Il est difficile d’expliquer la raison de cet assemblage. Il semblait sans doute important au possesseur ou au libraire de parachever un exemplaire incomplet, ce qui lui permettait d’avoir l’intégralité du texte et de donner plus d’intérêt et de valeur au volume. De plus, faire apparaître ce premier cahier comme issu de l’édition originale de 1524, conférait plus de prestige à un ouvrage dont la vaste majorité du texte provenait de l’édition ultérieure de 1529. Cette interprétation est renforcée par la note à la fin du volume qui nous oriente explicitement, et de façon erronée, vers l’édition de 1524. On pourrait donc penser que le cahier a été introduit à l’époque où l’on a apposé cette note, c’est-à-dire au XVIIIe ou XIXe siècle.

Ce livre « complet » composé de deux exemplaires de deux éditions différentes, l’une de 1524, l’autre de 1529, correspond à ce que les Anglais appellent « a sophisticated book », ce que l’on pourrait traduire littéralement par « livre sophistiqué ». L’insertion de la page de titre d’une première édition dans une édition plus tardive pour reconstituer un volume est un cas classique de falsification[6].

Cependant les particularités de constitution de ce volume de La Sophonisba n’ont pas altéré les idées que Gian Giorgio Trissino souhaitait transmettre. Au contraire, cet ouvrage permet à travers la présence de deux éditions de ce texte à la typographie singulière de mettre en exergue les efforts du Trissin pour essayer d’imposer sa réforme orthographique à ses contemporains.

Dominique Bougé-Grandon, Université Rennes 2

[1]La réforme de l’orthographe de Trissino est décrite dans Maurizio Vitale, L’omerida italico : Gian GiorgioTrissino. Appunti sulla lingua dell’ « Italia liberata da’Gotthi ». Venise, 2010, p.4

[2]Mercedes Blanco. « Giangiogio Trissino, poète de l’empereur », in E-Spania, 13, juin 2012, https://e-spania.revues.org/21182

[3] « Imprimé à Vicence par Tolomeo Ianiculo, mai 1529 ».

[4] « Imprimé à Rome par le scribe Lodovico degli Arrighi Vicentino, septembre 1524 ».

[5] « Composé en 1510, à quelle date il avait déjà dû être récité à Florence en présence de Léon X. Première édition de Rome, 1524. »

[6] John Carter, ABC for Book Collectors, Fourth Edition, Londres : Rupert Hart-Davis, 1967, voir aussi Michael F. Suarez and H. R. Woudhuysen (dir.), The Oxford Companion to the Book, Oxford : Oxford University Press, 2010.

Histoire d’un exemplaire : la Chronique de Nuremberg du département des Estampes de la BnF

La « Chronique de Nuremberg », l’un des plus célèbres incunables, ayant connu un immense succès, est très bien connu et décrit1. Le texte consiste en une histoire du monde, de la Création aux temps contemporains, rédigée en latin par Hartmann Schedel (1440-1514) à la demande de deux marchands de Nuremberg, Sebald Schreyer (1446-1520) et Sebastian Kammermeister (1446-1503). L’ouvrage est imprimé dans la même ville, par Anton Koberger, entre mai 1492 et octobre 1493. Une seconde version, en langue allemande, est entreprise en parallèle et imprimée en 1493. Il est surtout connu pour la beauté de sa mise en page et l’importance de son illustration : plus de 640 bois ont été gravés par Michael Wolgemut (v. 1434/37 – 1519) et Wilhelm Pleydenwurff (v. 1450 – 1494), afin d’imprimer les 1804 images qui parsèment l’ouvrage.

Chronique de Nuremberg, fol. 199v-200
Chronique de Nuremberg, fol. 199v-200

La Chronique de Nuremberg n’est pas rare puisqu’on en conserve environ 1240 exemplaires de la version en latin, et plus encore en allemand2. Il demeure toutefois intéressant de faire l’historique de chacun des exemplaires afin de comprendre comment ils sont arrivés jusqu’à nous, quels ont pu en être les propriétaires successifs ; comment et pourquoi l’artefact aujourd’hui conservé possède telles ou telles caractéristiques (notes manuscrites, reliure, manques, etc.). C’est ce que nous nous proposons de faire pour l’exemplaire conservé au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Réserve Qe-55-fol.

L’ouvrage comporte des lettrines enluminées (gouachées), sans doute peintes peu après qu’il est sorti de la presse. Un premier propriétaire, sans doute français, a laissé quelques notes au cours du XVIe siècle : le livre étant anonyme, il a rappelé que l’auteur était « Harmann Schedel Nurembergensis, doctor Patavinus » et renvoie au folio 252 verso, où figure en effet un paragraphe sur lui, dans le cadre d’un passage sur le développement du livre imprimé.

Note marginale sur l'auteur du texte (XVIe s.)
Note marginale sur l’auteur du texte (XVIe s.)

Nous avons la chance de posséder le nom d’un second propriétaire… qui est une propriétaire. La dernière page est en effet signée par Jehannette La Perlée, qui n’est pas autrement connue. Cela montre que, contrairement à ce qui est souvent répété, les femmes ne possédaient pas uniquement des livres pratiques ou de dévotion. Cette Jeannette laisse de nombreuses notes marginales, qui se contentent souvent de relever des passages qu’elle juge intéressants.

Jehanette La Perlée, marque de propriétaire (XVIe s.)
Jehannette La Perlée, marque de propriétaire (XVIe s.)

L’exemplaire part ensuite en Normandie : il est acheté en 1658 par Pierre Mangon. Son élégant paraphe se trouve sur la page de titre : « P. Mangon, conseiller du roy, vicomte et seneschal de Vallognes. 1658. R. F. 27 ». Il ne s’agit pas là d’un inconnu : Pierre Mangon, écuyer, sieur du Houguet (Réville, 1631 ou 1635 ? – Valognes, 1705) rappelle ici ses titres, qui font de lui une personne importante dans la ville de Valognes.

Il est surtout un érudit – « le plus ancien historiographe du Contentin » pour Léopold Delisle – qui laisse de nombreux travaux historiques : un Nobiliaire et armorial de la vicomté de Valognes (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 2037), un « Recueil de titres, privilèges, armoiries, etc… de quelques familles de Normandie » (Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 2033), un Recueil de notes pour l’histoire civile et ecclésiastique de Valognes (Valognes, ms 46) et de nombreuses notes et documents (bibliothèque municipale de Grenoble, ms 1390 à 1402). Léopold Delisle a publié un certain nombre de ses notes – Mangon jouissait d’un accès aisé aux archives des maisons religieuses locales et a recopié de nombreux documents – sous le titre de Mémoires (1891)3. Un mémoire de maîtrise lui a été consacré en 20024.

Paraphe de Pierre Mangon, propriétaire en 1658
Paraphe de Pierre Mangon, propriétaire en 1658

Cet érudit, qui recopie les textes anciens, devait posséder une bibliothèque importante : les manuscrits de sa main, tout comme cet ouvrage (mention « RF27 »), possèdent d’ailleurs une cote permettant de les retrouver aisément sur ses rayonnages. Alors que les manuscrits de Pierre Mangon passent pour une grande part à Nicolas-Joseph Foucault (puis dans les mains de l’abbé de Rothelin et celles de Jean de Caulet, évêque de Grenoble)5, il n’en est pas de même des imprimés. Léopold Delisle a repéré certains ouvrages de sa bibliothèque dans des collections publiques ou privées : un psautier polyglotte (Gênes, 1506) orné d’une reliure de Grolier et ayant jadis appartenu à Séguier (bibliothèque de Caen), un exemplaire imprimé sur vélin du commentaire d’Agacio Guidacero sur les sept psaumes pénitentiaux (In preciosissimos septem Davidicos psalmos…, Paris, apud Collegium Italorum, 1536, in-8°) offert par l’auteur au roi François Ier (BnF, Vélins 2869), un exemplaire des Rerum francicarum… d’Adrien de Valois (Paris, 1646, in-fol.)… Sans doute sa bibliothèque a-t-elle donc été vendue, et la Chronique de Nuremberg s’est trouvée, comme les autres, sur le marché au début du XVIIIe siècle.

L’ouvrage est alors acheté par la Bibliothèque royale, pour le Cabinet des estampes, qui possède une administration indépendante depuis 1720. Il n’est pas mentionné de nom de libraire pour cette opération que l’abbé de Chancey note consciencieusement dans son registre, afin d’en faire ensuite approuver la dépense par l’abbé Bignon, bibliothécaire du roi.

On lit, en effet, dans le Registre des depenses faites dans le département des Estampes et des planches gravées du cabinet du roy6 : « Du 2 septembre 1732. J’ai acheté un livre de chronologie imprimé l’an 1493 à Nuremberg, contenant 199 feuillets. Ce livre imprimé en caractères gotiques contient plus d’estampes que de pages et ces estampes sont gravées avec soin. Comme ce livre est très rare et qu’il n’est point du tout dans la bibliothèque du roy, j’ai cru ne pas l’acheter trop cher en le payant la somme de trente six livres »7. Un successeur de Chancey, Hugues-Adrien Joly, garde du cabinet des Estampes de 1750 à 1792, reporte l’historique sur l’ouvrage lui-même. On lit sur la page de titre : « Des acquisitions du sr de Chancey mentionnées à la 69e vacation du 8 mars 1736 au matin, du Bref état »8. Il porte enfin le n° 2012 dans la numérotation que Joly met en place en 1779.

Note de Hugues-Adrien Joly et cotation
Note de Hugues-Adrien Joly et cotation

Enfin, dernier événement dans la vie de notre volume : la reliure de veau, mentionnée aussi bien dans le Bref état de 1736 que dans le catalogue par numéro de 1779, fait place à une plus riche reliure de maroquin rouge à grains longs, sans doute au tout début du XIXe siècle.

Reliure en maroquin rouge à grains longs (v. 1810 ?), sur Chronique de Nuremberg, BnF, Estampes, Réserve Qe-55-fol.
Reliure en maroquin rouge à grains longs (v. 1810 ?), sur Chronique de Nuremberg, BnF, Estampes, Réserve Qe-55-fol.

L’histoire du volume peut être résumé en une matrice de Walsby :

Notre exemplaire est numérisé et librement consultable dans la bibliothèque numérique Gallica.

Rémi Mathis, BnF

  1. GW M40784, ISTC is00307000, USTC 748763, HC 14508, Pell. 10351-10352, Polain 3469, IGI 8828, Goff. S-307, BS 4941, Sajo-Soltesz 3039, BMC II 437, Schreiber 5203, Schramm XVII, 9 []
  2. BnF, Catalogue des incunables, Tome II, fasc. 4 : S-Z et Hebraica. 1985, p. 557-558, S-161. 10 exemplaires sont signalés à la Réserve des livres rares, et 2 au département des Cartes et Plans, rien que pour l’édition de 1493 en latin. En plus de l’exemplaire dont il est question ici, le département des Estampes et de la Photographie en possède un second, coté Qe-55 (a)-fol., qui possède une reliure moderne et aucune note manuscrite en dehors d’un ex-libris du couvent des Récollets de Paris []
  3. Disponible sur Gallica []
  4. Alexis Douchin, Pierre Mangon du Houguet et ses travaux d’érudition locale dans le Clos du Cotentin sous Louis XIV, Mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris IV-Sorbonne, 2002 []
  5. Pierre Mangon, Les mémoires de Pierre Mangon, vicomte de Valognes, éd. L. Delisle, Saint-Lo, 1891, p. 4 []
  6. BnF, Estampes, Réserve Ye-4a-pet. fol., fol. 29-29v []
  7. Cette affirmation peut sembler surprenante mais elle est crédible. La BnF possède actuellement quatorze exemplaires de l’édition latine de 1493 de la Chronique de Nuremberg. Parmi eux, beaucoup sont entrés dans les collections nationales après la Révolution française ou grâce à des dons récents. Deux exemplaires font parties des collections de la Bibliothèque royale (alors département des Imprimés, désormais Réserve des livres rares) vers le milieu du XVIIIe siècle. G-227 porte une estampille (n° 14) utilisée à partir de 1735 et une reliure aux armes de Lefèvre de Laubrière. La vente de la bibliothèque de ce dernier ayant lieu en 1740, l’ouvrage a dû être acquis par le roi à cette date. En revanche, G-228 porte une estampille n° 4, qui est utilisée de 1700 à 1724 environ… mais parfois jusqu’en 1735. Il n’est donc pas impossible que cet exemplaire ait bien été conservé à la Bibliothèque royale avant l’achat de l’exemplaire du Cabinet des estampes. Notons que cet exemplaire, pourtant, a été considéré comme un « double à vendre » à la fin du XVIIIe, selon une note manuscrite du garde des Imprimés René Desaulnays. Je remercie pour son aide Nathalie Coilly, conservatrice des incunables à la Réserve des livres rares de la BnF []
  8. Il est en effet mentionné sur cet inventaire (« Bref état ») qui est rédigé après que Chancey a été accusé de vol. On l’y trouve comme « Liber Chronicarum, Norimberga, 1493, volume in folio, en veau ». BnF, Estampes, Réserve Ye-15a-pet. fol. []

Un incunable dissimulé du Centre culturel irlandais

L’éparpillement des livres anciens dans plusieurs centaines de bibliothèques patrimoniales à travers la France ainsi que la distribution des livres français à travers le monde permet au chercheur d’espérer encore faire de nombreuses découvertes importantes, malgré la sophistication croissante des catalogues.

Une découverte récente dans la bibliothèque du Centre culturel irlandais à Paris illustre parfaitement le type d’ouvrage qui échappe invariablement aux efforts des bibliothécaires. La bibliothèque contient un fonds ancien bien inventorié avec des notices consultable en ligne. Cependant, en analysant les livres du XVIe siècle du fonds, je suis tombé sur un volume en plutôt mauvais état dont les plats de reliure s’effritaient sur les tranches et dont les pages de garde s’étaient décollés. Cette dégradation naturelle permettait de voir que le cartonnage utilisé comme ais pour les plats était en fait composé de feuilles d’un livre plus ancien qu’on avait choisi de recycler pour renforcer la reliure.

Feuilles réutilisées dans les ais de reliure

Cette technique est loin d’être rare dans les livres de la Renaissance. De cette manière on trouve, par exemple, des fragments d’un des exemplaires de la Bible de Gutenberg dans une reliure d’un incunable plus tardif à la bibliothèque municipale de Colmar.

Un fragment de la Bible de Gutenberg dans une reliure de la bibliothèque de Colmar

Dans ce cas-ci, le livre principal était plus tardif : un exemplaire de l’édition donnée en 1552 à Lyon du Stichostratia epigrammaton centuriae quinque du Dijonnais Jean Girard (cote B 363). En regardant bien, il était possible d’identifier 16 feuilles rognées tirées d’un même ouvrage. L’analyse du texte visible là où les plats de reliure s’étaient décollés permettait de voir qu’il s’agissait d’une édition du célèbre ouvrage de saint Augustin De civitate Dei dans l’édition faite avec les commentaires de Thomas Waleys et de Nicolas Trivet. L’aspect des feuilles, la typographie ainsi que les marques manuscrites concordaient pour indiquer qu’il s’agissait d’un incunable… mais quel incunable ?

Pour identifier l’édition le nom de l’auteur et du titre ne servaient pas à grand-chose : on connaît aujourd’hui plus de cent exemplaires du texte de saint Augustin rien que pour la période incunable. L’aspect général du livre suggérait qu’il avait probablement été imprimé dans le couloir rhénan en 1480 ou environ. Mais pour une identification précise, il a fallu mesurer la typographie et j’ai envoyé le résultat (91 mm pour 20 lignes) avec des images aux meilleurs spécialistes en la matière : le laboratoire du Gesamtkatalog der Wiegendrucke de la bibliothèque d’État de Berlin.

Fragment du De civitate Dei de saint Augustin

Le directeur, Falk Eisermann, a passé la requête à un de leurs chercheurs, Martina Nickel, qui m’a livré une réponse en l’espace de quelques jours. Il s’agit bien d’un incunable : une édition publiée en 1479 à Bâle par Michael Wenssler (GW 2885). Les fragments dont le texte était visible provenaient des feuillets 220 et 222. Si l’édition est loin d’être rare aujourd’hui, il s’agissait néanmoins de l’imprimé le plus ancien de la bibliothèque et seulement trois autres bibliothèques en France possèdent cette édition.

L’intérêt de la découverte ne réside pas simplement dans le fait d’ajouter un incunable de plus aux riches collections parisiennes. Elle nous parle des habitudes des relieurs au XVIe siècle qui faisaient feu de tout bois pour faire tomber les coûts et recycler autant que possible les matériaux. Elle indique également que l’édition d’origine n’était plus prisée 70 ans après sa publication première, sans doute dépassée par des versions plus récentes du texte.

Un regard critique sur une des pages visibles dévoile aussi un autre petit détail intéressant. Comme dans un grand nombre d’incunables, les premières lettres des paragraphes les plus importantes avaient été laissées en blanc pour permettre à l’acheteur ou à un libraire de faire enluminer l’exemplaire avec des initiales plus ou moins somptueuses en fonction de leurs moyens et ambitions. Dans ce cas-ci la lettre ornée reste simple, et ce qui attire surtout l’attention c’est que la lettre utilisée est… erronée ! L’enlumineur ne connaissait clairement pas le texte et a ajouté la lettre I pour former le mot « Iam » plutôt qu’un N pour obtenir « Nam ».

Le 221v de l’exemplaire du Centre culturel irlandais

Les 221v des exemplaires des bibliothèques universitaires de Dusseldorf et de Bâle

Ainsi la découverte démontre que l’intérêt de consulter méthodiquement les livres ne se limite pas juste à la mise au jour d’exemplaires, voire d’éditions, inconnus, mais permet aussi d’illustrer les pratiques des professionnels du livre… et leurs limitations.

Malcolm Walsby, Université Rennes 2