Entretien avec … Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef de la bibliothèque du Grolier Club à New York City

Près de Central Park, dans une rue animée d’un des quartiers les plus chics de la ville de New York, the Upper East Side, il y a un oasis où le visiteur ébloui par les gratte-ciels ultramodernes peut se soustraire temporairement aux bruits de la ville pour admirer en toute tranquillité des expositions inspirées par tout ce que les arts du livre ont à nous offrir : le Grolier Club, au 47 East 60th Street.1

Illustration 1: L’entrée du Grolier Club au 47 East 60th Street

Le Grolier Club, la société bibliophilique la plus ancienne et la plus large de l’Amérique du Nord, a été fondé en 1884 par neuf hommes qui étaient d’avis que les arts de l’imprimerie et de la typographie dans l’Amérique contemporaine avaient besoin d’une réforme. Les membres fondateurs envisageaient un lieu de fraternité, où le livre pourrait être célébré par le biais de publications, d’expositions, d’activités de toutes sortes, ainsi que par la création d’une bibliothèque de recherche. La réunion qui mena à la création du Club fut initiée par Robert Hoe Jr. (1839-1909), collectionneur de livres et fabricant de presses à imprimer à New York. Ce personnage fut également le premier président du Club.

Le Grolier Club porte le nom du grand bibliophile français Jean Grolier (1489/90-1565), connu pour les reliures magnifiques qu’il avait commandées pour sa bibliothèque. Son ex-libris, “Io. Grolieri et Amicorum”, résume bien l’esprit de camaraderie et de générosité qui règne au sein du Club. À l’heure actuelle il y a  plus de 800 membres. Ce sont des hommes et femmes originaires des États-Unis, mais aussi de l’étranger.

Illustration 2: François Flameng, Jean Grolier dans la maison d’Alde Manutius, 1894. Huile sur toile, 73 x 81 pouces. (Collection Grolier Club).

Conformément à l’énoncé de mission qui vise à promouvoir « l’étude, la collection et l’appréciation des livres et des œuvres sur papier, leur art, leur histoire, leur production et leur commerce », la bibliothèque du Grolier Club collectionne, conserve et rend accessibles des documents consacrés à l’histoire et à l’art du livre. Les points forts de la collection comprennent la bibliographie, l’histoire de l’imprimerie et des procédés graphiques, les spécimens typographiques, de fins exemples historiques de l’art de l’imprimerie, la reliure, l’illustration et, en particulier, tout ce qui se rapporte à la collection des livres (rares) et au marché des livres anciens. La collection se compose d’environ 10 000 livres rares, 50 000 monographies, 10 000 estampes, des dessins et des photographies, 1 500 pieds (environ 450 mètres) linéaires d’archives et 200 000 catalogues de libraires et de ventes aux enchères (catégorie en pleine croissance !).2 Il s’agit surtout de livres venant de l’Amérique du Nord et d’Europe de l’Ouest, plus particulièrement la France et la Grande Bretagne. La plupart des  articles se trouvent dans le catalogue en ligne.

La charmante salle de lecture, inspirée de l’architecture des bibliothèques collégiales d’Oxford, a été conçue en 1917 par Bertram Grosvenor Goodhue, concepteur de livres et l’un des principaux architectes nord-américains. Au mois de septembre, j’ai eu le plaisir de travailler dans cette salle dans le cadre du projet MEDIATE (Measuring Englightenment Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe (1665-1830) et de m’y entretenir avec Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef depuis 2011 et membre du Grolier Club depuis 2013. Ses intérêts de recherche personnels comprennent l’histoire des collections privées, la possession de livres par les femmes et les études de provenance.

Illustration 3: Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef.

Quelle est la place du livre rare dans votre institution?

La collection de livres rares est au cœur de notre institution et de sa mission. Le Grolier Club a été fondé sur l’appréciation du livre en tant qu’objet matériel, et la majorité de nos membres sont des collectionneurs, des libraires de livres anciens et rares, des bibliothécaires de fonds anciens, ou des artistes du livre. Une partie importante de notre fonds consiste en livres uniques ou extrêmement rares. Avec l’avènement du livre électronique et des textes numérisés, notre engagement à préserver et à promouvoir le livre physique n’a fait que s’approfondir.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds?

Notre collection de livres rares a été constituée grâce à une série de dons importants de membres du Grolier Club. Elle est régulièrement élargie par le biais d’achats et de dons nouveaux. Plusieurs de nos plus importants spécimens de typographie ancienne, y compris une grande partie de nos quelque 50 incunables, ont été donnés en 1894 par David Wolfe Bruce, le propriétaire d’une fonderie typographique à New York City. Waters S. Davis et Lucius Wilmerding ont fait d’importants dons de catalogues de ventes aux enchères en français et en anglais dans les années 1930, ainsi que Lionel et Philip Robinson, en 1961. En 1957, nous avons reçu un legs monétaire d’un libraire de livres anciens de la ville de New York, Lathrop C. Harper, qui représente aujourd’hui une partie importante de la dotation de la bibliothèque. En 1997, nous avons reçu la collection de Sir Thomas Phillipps, rassemblée par le collectionneur et philanthrope Harrison Horblit. Sir Thomas Phillipps (1792-1872) était un important collectionneur anglais et un bibliomane notoire. Il avait amassé plus de 100 000 livres imprimés et manuscrits de son vivant. La collection Horblit comprend, entre autres, des centaines de catalogues de ventes aux enchères et de catalogues de libraires annotés ayant appartenu à Phillipps, ainsi qu’un exemplaire richement annoté du catalogue des manuscrits de sa bibliothèque privée (Catalogus librorum manuscriptorum in bibliotheca D. Thomae Phillipps, bart. A.D. 1837 [Middle Hill], 1837-[1871]).

Quelle en sont, selon vous, les particularités ?

Depuis le début des années 1920, la bibliothèque du Grolier Club collectionne des livres ayant un intérêt du point de vue de la collection de livres anciens et du marché du livre, y compris les catalogues de livres de tous genres – des inventaires manuscrits et imprimés de bibliothèques privées, des catalogues de libraires de livres anciens et des catalogues de ventes aux enchères. Nos fonds de catalogues de livres, couvrant une période allant du début du XVIIe siècle jusqu’à nos jours, se rangent actuellement parmi les collections les plus riches des États-Unis. Avec notre collection de documents provenant de bibliophiles, de bibliographes et de marchands de livres anciens importants, ils sont reconnus depuis longtemps comme une ressource importante et souvent unique pour les chercheurs. Au sein de la collection, les catalogues de ventes aux enchères français d’avant 1830 sont particulièrement bien représentés.

Illustration 4: Catalogue des livres de feu M. Maigret, capitoul de Toulouse (Paris, R. Davidts, 1752) : supplément manuscrit contenant des livres défendus vendus sous la table.

Nous nous distinguons également par notre engagement à cataloguer et à rendre accessible aux chercheurs nos documents sur l’industrie du livre. Nous sauvegardons et cataloguons tous les catalogues que nous recevons par la poste, en les ajoutant à la collection de référence. Nous faisons également des efforts concertés pour combler les lacunes, de sorte que nous avons des séries complètes ou presque complètes pour de nombreuses maisons importantes en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Bon nombre de nos catalogues de vente anciens sont pourvus d’annotations donnant les prix et les noms des acheteurs, ce qui permet aux chercheurs d’étudier l’histoire du marché du livre et celle des pratiques de collection privée et institutionnelle.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

L’un de nos objets les plus fréquemment demandés est notre série « Lauderdale » composée de 71 catalogues de vente et de catalogues de libraires anglais datant des années 1674 à 1701 et ayant appartenu au comte de Lauderdale. Reliée en six volumes, cette collection contient presque un tiers des catalogues de vente connus de la période antérieure à 1689.  Elle a été assemblée par James Maitland, 8e comte de Lauderdale (1759-1839), collectionneur et homme politique écossais. Récemment, l’un des bénéficiaires de la bourse William H. Helfand a découvert avec plaisir un exemplaire de cette collection sur lequel le commissaire-priseur a marqué les noms des collèges d’Oxford qui ont acheté des articles à la vente, ainsi que les prix rapportés.

Illustration 5: Catalogue de vente annoté de la collection Lauderdale (Photo Yelda Nasifoglu).

L’inventaire manuscrit de la bibliothèque privée de Madame de Pompadour, dressé après sa mort par son bibliothécaire, constitue un autre élément remarquable. Ce catalogue est non seulement intéressant à cause de son contenu et du nom du possesseur de la collection, mais aussi à cause de l’histoire mouvementée du document lui-même. L’une des feuilles de garde porte le cachet de la 2e Division blindée française, et indique que le catalogue faisait partie de la collection personnelle d’Adolf Hitler, trouvée à Berchtesgaden le 4 mai 1945. Jusqu’à l’heure actuelle, nos efforts d’obtenir des informations sur le propriétaire à qui ce document a été volé pendant la guerre sont restés sans résultat.

Illustration 6 : Catalogue manuscrit de la bibliothèque de Madame de Pompadour, avec une estampille indiquant que ce livre a été retrouvé en mai 1945 dans la collection de Hitler à Berchtesgaden.

Les archives institutionnelles du Grolier Club renferment également de merveilleux trésors. L’un de mes objets préférés est le prospectus de la célèbre page titre conçue en 1933 par Bruce Rogers pour une édition d’un traité sur les proportions de Fra Luca de Pacioli (Divina proportione, 1509) qui a été réalisée aux frais du Grolier Club. Le prospectus montre qu’à l’origine, Rogers proposait une combinaison de majuscules et de minuscules pour la page de titre, mais il a finalement décidé de n’utiliser que des majuscules. Cette publication du Grolier Club est reconnue aujourd’hui comme l’un des plus beaux livres du XXe siècle.

Illustration 7: Prospectus et page de titre définitive de l’édition du livre Divina proportione de Fra Luca de Pacoli publiée en 1933 par le Grolier Club.

Enfin, je voudrais mentionner notre collection de fines reliures contemporaines. J’aime particulièrement une reliure sur mesure de Florent Rousseau, ornée d’exemples d’alphabets tirés des archives typographiques de l’Imprimerie Nationale de France. Cette reliure a été réalisée pour un exemplaire du catalogue imprimé à l’occasion d’une exposition consacrée aux trésors des archives de l’Imprimerie Nationale (Grolier Club, 06-12-2011 – 04-02-2012).

Illustration 8: Reliure d’un catalogue d’exposition reálisée par Florent Rousseau.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Nous encourageons fortement l’utilisation active de nos collections. Bien que le Grolier Club soit un club privé, notre bibliothèque est ouverte à tous les chercheurs qualifiés – membres et non-membres – sur un pied d’égalité. Les utilisateurs typiques sont les collectionneurs, les libraires de livres anciens, les universitaires et les étudiants diplômés. La bibliothèque offre en outre deux bourses de recherche par an (bourses William H. Helfand), qui permettent aux chercheurs de profiter de ses collections uniques.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ciblons le grand public de plusieurs façons. J’accueille régulièrement des étudiants et d’autres groupes qui s’intéressent aux arts du livre. Ces groupes viennent à notre bibliothèque pour se familiariser avec l’histoire du livre et les arts graphiques par le biais de présentations et d’un enseignement pratique. J’ai donné des cours sur l’histoire des collections privée, la recherche des provenances et l’histoire de la typographie, pour n’en nommer que quelques-uns.  

Nous avons également réussi à promouvoir nos collections par voie électronique. Nous tenons à jour un blog de la bibliothèque du Grolier Club, où mon équipe et moi publions régulièrement des billets sur des objets intéressants de notre collection. Nous avons également une page Instagram active, qui compte actuellement plus de 2500 followers. La numérisation a été un autre outil précieux. Bien que nous ne disposions pas des ressources nécessaires pour numériser nos collections à grande échelle, nous avons pu numériser une collection de plus de 2000 ex-libris féminins, un petit groupe de cartes d’adresse, ainsi que notre revue, The Grolier Club Gazette, grâce au soutien du Metropolitan New York Library Council (METRO), une organisation régionale sans but lucratif.

Illustration 9: Carte d’adresse de Rapilly, libraire et marchand d’estampes.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

L’équité, la diversité et l’inclusion sont des enjeux majeurs pour notre profession. Les collections de livres rares des bibliothèques institutionnelles ont tendance à représenter de façon disproportionnée les expériences des groupes culturels dominants. Nous devons rester conscients du fait que les documents que nous choisissons de préserver et de collectionner dans nos institutions sont ceux qui sont les plus susceptibles d’alimenter l’historiographie des siècles à venir. Pour obtenir une perspective plus équilibrée, nous avons besoin d’employer un plus grand nombre de personnes venant de groupes historiquement sous-représentés. Il faudrait également diversifier nos collections.

Propos recueillis par Helwi Blom
Université Radboud de Nimègue

  1. je tiens à remercier vivement le Grolier Club de m’avoir accordé une bourse William H. Helfand pour mes recherches sur les catalogues de bibliothèques privées françaises de l’époque moderne. []
  2. La terminologie utilisé pour désigner les différent types de catalogues imprimés circulant aux XVIIe et XVIIIe siècles prête à confusion. Les projets bibliographiques et les études qui décrivent ces catalogues ou en analysent le contenus ont tendance à les ranger sous le nom générique de ‘catalogues de vente’ ou ‘auction catalogues’. En réalité, seulement une partie des catalogues en question a été rédigée à l’occasion d’une vente aux enchères. Encore faut-il distinguer les catalogues de fonds et d’assortiment de libraires des catalogues des bibliothèques institutionnelles et des catalogues de bibliothèques privées. Voir sur ce point Nicole Masson, « Typologie des catalogues de vente », dans Annie Charon et Élisabeth Parinet (dir.), Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle, Paris : Publications de l’École nationale des chartes, 2000, pp. 119-127. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/enc/1411>. Voir également Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Jonathan Rose et Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading 1: Early and Modern Readers, Édimbourgh, University Press, à paraître (avril 2020). []

Entretien avec Fabien Vandermarcq, conservateur à la bibliothèque de Port-Royal

La Bibliothèque de Port-Royal est installée à Paris, au 169 rue Saint-Jacques depuis 1858. Elle est née de la réunion de plusieurs fonds dont les trois principaux sont le fonds « Port-Royal », le fonds « Le Paige » et le fonds « Grégoire ». Il s’agit de fonds patrimoniaux touchant à l’histoire religieuse, culturelle, juridique et politique de la France et de l’Europe.

La bibliothèque compte environ 35 000 volumes, et près de 185 000 pièces. Elle appartient à une association, la Société de Port-Royal. Celle-ci est la lointaine héritière d’une caisse d’entraide clandestine fondée à la fin du XVIIe siècle pour secourir les jansénistes persécutés. Pour cette raison, la bibliothèque a longtemps été clandestine ou semi clandestine et, aujourd’hui encore, rien ne permet de deviner sa présence lorsque l’on passe devant.

Illustration 1: derrière une façade d’immeuble parisien se cache la bibliothèque de Port-Royal

La Société de Port-Royal a abandonné tout militantisme religieux et se consacre désormais à la mise en valeur de son patrimoine. Ceci s’est traduit par l’embauche de deux conservateurs il y a une vingtaine d’années. Aujourd’hui, la bibliothèque dispose d’un catalogue en ligne comptant près de 60 000 notices. La structure et ses conservateurs sont présents dans plusieurs réseaux de bibliothèques (ABCF, ABF, Beth, Bibliopat, CFIBD, IFLA). Parallèlement, l’association a longtemps été propriétaire des ruines de l’abbaye de Port-Royal des Champs mais elle en a fait don à l’État en 2004 et se concentre désormais exclusivement sur la bibliothèque.

Les grands chantiers à venir sont celui du déménagement qui devrait intervenir l’an prochain (la bibliothèque reste rue Saint-Jacques mais descend au rez-de-chaussée par souci de sécurité et d’accessibilité) et la numérisation sur laquelle une réflexion a été engagée depuis plusieurs années.

Les conservateurs, Valérie Guittienne-Mürger et Fabien Vandermarcq, tous deux historiens de formation, sont nés en 1968. Ils ont été formés au livre ancien par Isabelle d’Hoop, ancienne directrice de la Formation continue à l’EBD (Institut catholique de Paris) et membre de la Société de Port-Royal. Depuis qu’ils travaillent à la bibliothèque, Ils ont continué à se former à la bibliothéconomie et ont poursuivi leurs travaux de recherches historiques.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Elle est centrale. Entre la moitié et les deux tiers des documents sont antérieurs au XIXe siècle. Il ne s’agit pas uniquement de livres anciens mais aussi de fonds d’archives ou d’estampes. Au XXe siècle, notre prédécesseur, André Gazier, a considéré que la bibliothèque était pleine (ce qui était vrai) et a refusé tout don pour se consacrer quasi exclusivement à la conservation des livres anciens. Nous avons abandonné cette perspective en considérant qu’une bibliothèque qui ne s’enrichit pas est une bibliothèque qui meurt. Nous ne nous consacrons donc pas exclusivement au livre ancien mais sa place reste centrale.

Illustration 2: vue de la bibliothèque
Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Le fonds Port-Royal a initialement été constitué de copies des archives de l’abbaye, réalisées à l’époque de sa destruction. Deux jeux de copies ont vu le jour. Les manuscrits Joncoux ont été remis à l’abbaye Saint-Germain des Prés et, par le jeu des confiscations révolutionnaires, sont arrivés à la BnF.

  • Les manuscrits Théméricourt sont restés dans des mains privées jusqu’à constituer le premier noyau de notre fonds Port-Royal. Ce fonds s’est ensuite enrichi de toute la production mémorielle publiée au XVIIIe siècle puis de toute publication ultérieure autour des questions de Port-Royal et du jansénisme.
  • Le fonds Le Paige est la bibliothèque de travail d’un avocat érudit, janséniste militant, qui fut une cheville ouvrière de la lutte des parlements contre la monarchie absolue au XVIIIe siècle.
  • Le fonds Grégoire accueille un tiers de la bibliothèque de l’abbé Grégoire, personnage de premier plan de la période révolutionnaire (les deux autres tiers sont à l’Arsenal et dans la famille Carnot) ainsi que les archives de sa correspondance. Le choix a été fait au XIXe siècle de l’enrichir avec toute publication concernant la Révolution et, en particulier, ses aspects religieux.

La Bibliothèque accueille également d’autres fonds, soit constitués autour d’une thématique ou d’un personnage au fil des acquisitions (Biographies, Correspondances, Blaise Pascal…), soit provenant d’une personne, généralement à la suite d’un legs (Fourquevaux, Cognet, Patourel…). Elle accueille également en dépôt les archives de la Société des Amis de Port-Royal (société savante à ne pas confondre avec la Société de Port-Royal) et de l’Église Vieille-catholique de France.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Dans les trois fonds principaux, on trouve bon nombre de recueils factices. Ceux-ci comportent imprimés, manuscrits et parfois estampes. Le plus emblématique, dans ce domaine, est le fonds Le Paige qui compte près de 300 recueils contenant en moyenne 200 pièces chacun (le catalogage pièce par pièce de ces quelque 60 000 documents reste à faire).

Une particularité de la Bibliothèque de Port-Royal est la place donnée au manuscrit et, en particulier, à la copie. De nombreux textes sont copiés, recopiés, parfois même après avoir fait l’objet d’une impression. Dans les milieux jansénistes, la copie était vécue comme un acte de piété (perçu comme s’inscrivant dans la tradition bénédictine) et l’on retrouve cette démarche jusque dans les derniers petits fonds liés à certaines communautés jansénistes tardives dont la bibliothèque a fait l’acquisition au cours des dernières années.

Pouvez-vous nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

  • On peut évoquer l’Augustinus, ouvrage de Cornelius Jansenius qui fut à l’origine de la querelle janséniste. La Bibliothèque de Port-Royal en possède une première édition.
  • Le « Recueil Silvy » est un recueil de pièces manuscrites originales liées à Port-Royal. Constitué au XIXe siècle, les pièces qu’il contient ont été restaurées voilà quelques années et reconditionnées en boites de conservation.
  • La bibliothèque possède, à l’intérieur d’un recueil Le Paige, un jeu complet des premières éditions des Provinciales de Pascal.
  • La Vérité des miracles est un ouvrage écrit par le parlementaire Louis Basile Carré de Montgeron en faveur des convulsionnaires de Saint-Médard, mouvement collectif qui marqua la première moitié du XVIIIe siècle et qui inquiéta beaucoup les autorités. Carré de Montgeron attendit le roi dans les couloirs de Versailles et lui en offrit un exemplaire (ce qui lui valut d’être embastillé). La bibliothèque possède cet exemplaire.

Illustrations 3 et 4: vues des gravures de Restout et Carré de Montgeron aux armes du roi
  • Pour la période révolutionnaire, outre un nombre important de brochures parfois rarissimes, la Bibliothèque de Port-Royal détient les réponses à la grande enquête sur les patois que lança l’abbé Grégoire qui fut à l’origine de la politique de la langue menée par le pouvoir jacobin. C’est un ensemble de réponses manuscrites décrivant la situation linguistique dans les différentes régions de France et parfois accompagnées de pièces imprimées en langues locales. Le tout constitue deux recueils.

Illustration 5: Texte en occitan dans l’enquête de l’abbé Grégoire
Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La typologie de nos lecteurs a changé au cours de ces dernières années. Nous avions autrefois deux grandes filières : les études littéraires autour de Pascal et du XVIIe siècle et les études historiques centrées sur le phénomène janséniste au XVIIIe siècle et sur la période révolutionnaire. Les chercheurs travaillant sur les questions littéraires venaient bien souvent de la Sorbonne et, dans une moindre mesure, d’autres universités françaises comme Clermont-Ferrand ou japonaises. Les historiens venaient d’universités plus diverses (avec toutefois une importante représentation des Anglais pour la période révolutionnaire). Au cours des années 2000, les universités de Nanterre et de Villetaneuse ont joué un rôle moteur en nous envoyant de nombreux étudiants. Généralement, nous avions quelques professeurs habitués de la bibliothèque qui nous envoyaient leurs étudiants.

Au cours des dix dernières années, la situation a considérablement changé : chez les historiens comme chez les littéraires, le flot des étudiants s’est presque totalement tari. Les raisons peuvent être conjoncturelles (départs en retraite de professeurs, baisse du yen) mais aussi plus profondes (crise des vocations chez les modernistes, réticences à se déplacer, “effet Gallica”).

Grâce à une amélioration de notre visibilité (catalogue en ligne, réseaux sociaux, CCFr), nous n’avons pas perdu de lecteurs mais leur profil a changé. Il s’agit d’un public beaucoup plus divers (économistes, historiens de l’art, historiens de la médecine, philosophes, historiens du droit, musicologues, etc.) et volatile qui découvre l’existence de tel ou tel document susceptible d’être intéressant et qui vient le consulter chez nous mais qui revient rarement ensuite. Nous accueillons aussi de plus en plus de lecteurs étudiants souhaitant simplement un lieu d’accueil qui ne soit pas surchargé, offrant un accès facile à la WiFi et aux usuels.

Nous sommes naturellement ouverts aux initiatives de coopération. Un projet de recherche en histoire de la médecine et des mentalités a d’ailleurs été lancé cette année avec l’université de Lausanne, le Fonds national de recherche scientifique (Suisse) et l’EHESS autour du phénomène convulsionnaire. A terme, nous souhaitons développer les études d’anthropologie historique et d’histoire contemporaine autour des communautés jansénistes tardives qui ont fleuri aux XIXe et XXe siècles.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Tout d’abord, nous communiquons via les réseaux sociaux et tentons d’animer une communauté autour de la bibliothèque. Nous sommes présents sur Facebook (depuis 2010) et Twitter (2015). Cela permet d’animer une communauté autour de la bibliothèque et d’entrer en contact avec des chercheurs dont certains ne se sont jamais déplacés à Paris pour nous voir. Avec la numérisation en perspective, nous nous percevons de plus en plus comme le centre d’une communauté n’impliquant pas forcément de présence physique.

Nous travaillons également avec des universités pour attirer un public jeune. Nous avons été associés dès le départ à la mise en place du “séminaire janséniste” organisé conjointement par les universités de Nanterre et de Villetaneuse en 1998. Ensuite, nous avons été actifs sur le séminaire d’histoire moderne de Nanterre et Valérie Guittienne-Mürger a été jury de nombreuses soutenances de master. Ces collaborations sont devenues moins intenses avec le départ en retraite de Monique Cottret et Marie-José Michel. Nous gardons toutefois des liens avec Nanterre, notamment dans le cadre d’un séminaire organisé conjointement avec Paris VIII autour de la notion d’appel comme d’abus. Si nous n’avons plus accueilli de séance de séminaire depuis une dizaine d’années, nous hébergeons régulièrement des réunions préparatoires et, parfois, des soutenances de master. Récemment, nous avons été associés à la réactivation du centre international Blaise Pascal de l’université de Clermont-Ferrand et nous sommes en contact étroit avec l’université de Catane dont le département de philosophie est très spécialisé sur Blaise Pascal. Cette université nous a d’ailleurs envoyé une stagiaire Erasmus pendant 3 mois en 2017.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Nous manquons malheureusement de moyens humains pour travailler dans plusieurs directions en même temps. Pourtant le besoin d’une refonte du site web est criant (elle est en cours mais cela n’avance pas assez vite), de même pour la numérisation de nos documents. Il n’y a pas encore de document numérisé en ligne, hormis notre base Scriptae servant à l’identification des écritures autographes. Nous avons échangé avec plusieurs bibliothèques pour élaborer ce projet. Dans un premier temps, trois axes ont été définis :

  • Les manuscrits du fonds Port-Royal
  • Les estampes (en collaboration avec le musée national de Port-Royal des Champs)
  • Les documents autour de la bulle Unigenitus. C’était initialement un projet de collaboration avec la Bibliothèque Mazarine et le département des fonds anciens de la bibliothèque de la Catholic University of America (Washington DC) qui accueille le fonds Albani mais, suite à une restructuration et au départ de la responsable du département, ce dernier contact s’est perdu.

L’option vers laquelle nous nous tournons est une externalisation des prises de clichés : de toute façon, nous n’avons pas la place pour accueillir un scanner. Pour ce qui est de l’encodage, le débat n’est pas clos. Notre fonds étant très spécialisé, le risque d’erreur est important si nous externalisons l’enrichissement des métadonnées en passant par une structure dont les acteurs ne sont pas forcément familiers avec nos spécificités. Toutefois nous ne pouvons estimer actuellement si nous avons les moyens, en termes de disponibilité, de réaliser l’encodage en interne. Le langage utilisé pour ce dernier devra de toute façon permettre une interopérabilité avec la BnF.

Pour autant, notre plus grand défi à l’heure actuelle est d’ordre matériel : la bibliothèque doit déménager dans moins d’un an. C’est donc le chantier sur lequel nous planchons essentiellement aujourd’hui.

Illustration 6: pièce destinée à accueillir la nouvelle bibliothèque

Entretien avec… Rémi Mathis

“Si l’on veut comprendre le livre que l’on étudie, il faut prendre en compte l’ensemble des éléments signifiants – le texte principal, bien sûr, mais aussi les caractéristiques de l’édition, les pièces liminaires… et les images, qui participent de la construction de cet objet complexe.” C’est ce que défend Rémi Mathis, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, historien spécialiste des estampes anciennes, du jansénisme et plus généralement de l’histoire du XVIIe siècle.

2017 Rémi Mathis 01
Rémi Mathis,  en 2017

Après avoir dirigé la bibliothèque de sciences humaines et sociales de l’université Paris Descartes de 2008 à 2010, Rémi Mathis est, depuis 2010, conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, responsable des collections du XVIIe siècle. Il est également rédacteur en chef de la revue française sur l’image imprimée, les Nouvelles de l’estampe. Président de Wikimédia France de 2011 à 2014, il est aussi chargé de cours à l’Ecole nationale des chartes en histoire et techniques de l’estampe et un des membres fondateurs de la Société bibliographique de France.

Pourquoi, selon vous, devons-nous accorder de l’importance à l’utilisation de l’image dans les livres ? Qu’est-ce que cela apporte à la recherche bibliographique ?

Un livre n’est pas un texte. C’est un objet, qui est produit par des hommes pour d’autres hommes, avec un but précis, à une époque donnée, à l’aide des technologies alors accessibles, selon un modèle économique. C’est donc pour l’historien un artefact témoignant d’une civilisation.

Si l’on veut comprendre le livre que l’on étudie, il faut prendre en compte l’ensemble des éléments signifiants – le texte principal, bien sûr, mais aussi les caractéristiques de l’édition, les pièces liminaires… et les images, qui participent de la construction de cet objet complexe. C’est fondamental pour l’histoire des images – car un grand nombre d’entre elles sont créées pour le livre – mais aussi pour l’histoire du livre lui-même. La présence ou non d’une image, sa qualité… permettent de déterminer pour quels usages, pour quel public le livre est destiné, qui a participé à sa mise en oeuvre, etc. Parfois, l’image participe de manière directe du projet éditorial – comme pour les Hommes illustres de Perrault, livre que j’étudie en ce moment, pour lequel il est difficile de déterminer si les images illustrent les textes, ou si les textes légendent les images…

Une page des Hommes illustres, de Charles Perrault (1697)
Une page des Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel, de Charles Perrault (Paris : Antoine Dezallier, 1697)

Quels sont les outils utiles à l’historien du livre pour l’étude des estampes ?

L’étude de l’estampe manque hélas d’outils de première approche : les historiens du livre ne s’intéressent traditionnellement que peu aux images (car le texte est premier) tandis que les historiens de l’art ont tendance à mépriser l’estampe, considérée comme un medium peu important, peu propice à la création de chefs d’œuvre. C’est, dans un cas comme dans l’autre, bien dommage car l’estampe représentait sous l’Ancien Régime l’immense majorité des images qu’un Européen moyen pouvait posséder, et même voir – c’est par l’estampe que les modèles circulent et que les goûts se diffusent.

L’historien du livre qui veut se mettre à jour sur ses connaissances générales doit lire le récent livre d’Antony Griffiths, somme sur l’estampe rédigée au terme d’une vie de conservateur au British Museum, The Print before Photography.

Les catalogues les plus utiles sont l’Inventaire du fonds français (IFF) de la BnF pour l’estampe française, les séries Hollstein Dutch and Flemish et Hollstein German… et encore des ouvrages très anciens mais non remplacés comme le Bartsch

– Page de titre pour l’Inventaire du Fonds Français, Gravures du dix-huitième siècle par Marcel Roux, BnF, Paris, 1930
– Page de titre pour Le peintre graveur par Adam Bartsch, Chez Pierre Mechetti ci-devant Charles, Vienne, 1819

En tant que conservateur responsable de collections au sein de la BNF, comment vous servez-vous de ces collections ?

Ma tâche de fond première est de rédiger l’Inventaire du fonds français, ce qui constitue un véritable travail de recherche. L’essentiel se passe au département des Estampes, ce qui est déjà complexe car nos collections sont absolument gigantesques et sont, depuis le XVIIIe siècle, organisées par séries, par auteur (avec divers systèmes d’œuvres et de suppléments ; l’auteur pouvant être un graveur ou un autre artiste interprété par la gravure) ou par thème. Chercher l’ensemble des épreuves d’un graveur revient donc à chercher une aiguille dans une botte de foin : il faut déterminer quels types d’estampes il a pu réaliser (quels portraits, quelles scènes mythologiques, quelles planches d’art décoratif…) pour chercher aux bons endroits et reconstituer son œuvre.

Mais cela devient bien pire quand on passe aux livres imprimés, dans les départements du site François-Mitterrand de la BnF. Les notices sont de qualité très variable selon le contexte et la date de rédaction (notice issue de l’ancien catalogue imprimé, récemment rédigée par un spécialiste de l’Inventaire rétrospectif ou de la Réserve etc.), mais, souvent, la présence d’estampes dans le livre n’est mentionnée qu’en passant et avec très peu de précision. Le graveur est très rarement indexé, et nous n’avons qu’une mention de présence d’un frontispice (front.) ou de planches (pl. gr.)… Il faut donc, là encore, avoir une approche biographique de notre graveur, connaître les pratiques éditoriales de l’époque, les réseaux qui existent, etc. afin de faire des sondages et d’essayer de retrouver des éditions auxquelles les artistes auraient participé. Mais le résultat est forcément partiel, et nous demande sans cesse d’arbitrer entre la recherche d’exhaustivité de nos travaux et le temps passé, payé par le contribuable, pour ajouter un malheureux numéro à un catalogue…

Pouvez-vous nous donner un exemple de recherche que vous avez effectuée, ainsi que les problèmes connexes à cette recherche auxquels vous avez été confronté ?

À titre personnel, au-delà de l’IFF, je poursuis une recherche sur une famille de graveurs de Besançon, les Loisy. Certains ont en effet gravé pour le livre. Quand ce sont des livres de Besançon, ce n’est pas très compliqué, car ça a souvent été signalé par des chercheurs ou érudits locaux. On savait par ailleurs que certains de ces quatre graveurs avaient gravé pour des livres publiés à Lyon ou, pour l’un d’entre eux, à Milan.

Mais dans ce qu’on croit savoir, il y a déjà des erreurs : un portrait d’un auteur, Augustin Nicolas est par exemple traditionnellement présenté pour un de ses livres, paru en 1692. C’est après avoir vu plusieurs exemplaires sans aucun portrait qu’on finit par remettre en cause ce qui est dit… et qu’on se rend compte que c’était en fait pour un autre livre, paru 6 ans plus tôt. Cela a des conséquences sur la biographie de l’artiste, qu’il faut écrire en parallèle pour comprendre ce que l’on voit et ce que l’on cherche.

On peut ensuite faire des recherches dans des catalogues de certaines grosses bibliothèques ou dans des méta-catalogues,agrégeant plusieurs catalogues, comme Worldcat. Au hasard de ce qui a été relevé, on fait des découvertes qu’un homme du XIXe siècle n’aurait jamais faites : par exemple un Loisy qui grave pour un livre publié à Venise (ce qui était inconnu), dont je ne connais qu’un unique exemplaire, dans une abbaye du fin fond de l’Oregon. Mais la méthode est profondément insatisfaisante, on a l’impression de s’en remettre au hasard. Ou plutôt, il faut partir du principe que ça ne donne que des pistes et, en l’absence de bons relevés, il faut alors les poursuivre. Découvrant cela, j’ai vu – en vain ! – plusieurs dizaines d’autres livres publiés par le même éditeur vénitien, en espérant trouver une seconde planche… Parfois cela fonctionne, aussi : j’ai également consulté, en ligne ou en salle de lecture, des centaines d’ouvrages lyonnais, en ciblant certains imprimeurs et certaines dates. J’ai fait des découvertes inédites, qui, au-delà du fait d’ajouter des numéros au catalogue, permettent de mieux comprendre certaines pratiques : Jean de Loisy était par exemple systématiquement embauché pour copier et refaire des titres gravés par Léonard Gaultier. Quand on contrefait une édition, et qu’on veut une certaine qualité, il faut un graveur qui contrefasse également les parties visuelles !

La copie de Jean de Loisy et l’estampe originale de Léonard Gaultier

Enfin, si cela vient après une véritable phase de recherche bibliographique et ne la remplace pas, il ne faut pas sous-estimer les pistes qui peuvent émerger d’une recherche plein texte faite, de manière raisonnée et approfondie, sur Internet. Cela peut donner des idées de recherche, des pistes à suivre, voire des trouvailles à part entière : je sais ainsi que Pierre de Loisy a gravé une copie d’une estampe de Claude Mellan… par un vieux livre d’histoire de l’art italien de 1820, dans lequel je n’aurais jamais eu l’idée ni le temps de chercher, mais qui est océrisé au hasard de Google Books ou d’archive.org… Et encore, j’ai la chance que Loisy/Loysi soit un nom assez rare. Dans le même temps, dans le cadre de l’IFF, je travaille sur des graveurs appelés Leroux ou Leroy : leur nom est trop courant pour qu’une telle recherche dans des catalogues non indexés soit possible (et l’indexation impossible tant qu’un travail de fond – le mien – n’a pas été effectué).

Mais travailler sur l’estampe dans le livre est actuellement un mélange de recherche raisonnée traditionnelle, de démarches heuristiques multiformes, et de dépouillements « bourrins » sur des milliers de pièces dès lors qu’une nouvelle piste se présente à nous. C’est forcément un aller-et-retour entre les bibliothèques et soi-même en tant que chercheur : les catalogues ne peuvent être exacts que si des recherches ont été effectuées… et c’est donc moi qui les aiderai à améliorer leurs données – par exemple pour signaler ces estampes pour le livre, ou pour mieux attribuer les estampes à chacun des deux Pierre de Loisy qui gravent à cette époque.

Si le livre n’est pas seulement un texte, mais bien un objet, qui en réalité contient plusieurs œuvres, comment alors apporter une meilleure signalisation des images dans les livres ?

Les normes de catalogage sont en train d’évoluer et permettront d’avoir une bien plus grande finesse. Le modèle FRBR1 est en train d’être implémenté, et surtout adapté aux diverses collections spécialisées que l’on trouve en bibliothèque. Ce modèle de description permet de créer des liens entre des « entités » : on peut ainsi bien plus facilement modéliser que notre « item » (objet) comprend plusieurs « manifestations ». Et que notre frontispice de Jean de Loisy est une copie de celui de Léonard Gaultier dédié à telle autre édition. Si l’ensemble des fonds étaient décrits de cette manière (ce qui prendra/prendrait des dizaines d’années de catalogage), on pourrait ainsi, en un clic ou en rédigeant une requête sur une interface dédiée trouver tous les titres gravés français du XVIIe siècle copiés sur un peintre italien du XVIe ; toutes les illustrations parues à Lyon copiant une édition parisienne, etc, etc. C’est un outil magnifique, mais encore faut-il que le travail de catalogage suive !

Quelles sont les solutions pour un meilleur signalement des images ?

Les progrès de l’intelligence artificielle sont extrêmement prometteurs. On a d’une part des OCR (Reconnaissance optique de caractères) capables de traiter des polices de caractère anciennes, voire des écritures manuscrites. D’autre part, des essais de deep learning qui permettent de reconnaître et de décrire des images – certains essais ont été réalisés en histoire de l’art et nous avons désormais des réseaux de neurones capables de reconnaître, par exemple, une Vierge à l’Enfant.

Le problème principal est que les réseaux doivent s’entraîner sur des corpus très importants – de plusieurs dizaines de milliers de pièces – pour être efficaces et que les entreprises qui proposent de tels corpus aux scientifiques et acteurs privés sont avant tout tournés vers le monde contemporain : on apprend aux intelligences artificielles à reconnaître un feu rouge, une voiture, un chien. Mais l’estampe est, me semble-t-il, une réponse à cet enjeu : nous commençons à avoir, grâce à la rétroconversion des catalogues papier, des dizaines de milliers de notices décrivant précisément les pièces, et qui peuvent être absorbées avec leur image par une IA. Dès lors, si on s’en donne les moyens, un catalogage automatique n’est pas hors de portée.

Restera toutefois aux intelligences humaines le travail d’analyse, de mise en contexte, de recherche en archives etc…

Propos recueillis par Camille Crambes
Université Rennes 2

  1. Détails sur le site de l’ENSSIB : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65520-comprendre-le-modele-frbr-et-ses-extensions.pdf []

Entretien avec Jessica Blackwell, bibliothécaire du fonds ancien à l’Université de Waterloo (Canada)

Située à 100 kilomètres au sud-est de Toronto, la bibliothèque Dana Porter se trouve au cœur du campus de l’Université de Waterloo, fondée en 1957. Le profil de sa réserve des livres rares reflète les axes de recherche et d’enseignement choisis par cette université.

Les fonds des « Special Collections & Archives » sont constitués d’environ 80,000 périodiques et livres rares, et de 2,500 mètres linéaires de documents d’archives. La collection trouve son origine dans l’arrivée en 1967 d’un don important du Conseil National des Femmes du Canada. Depuis, l’on a continué à collectionner dans le domaine des études féminines (maintenant élargi pour comprendre les études sur le genre et sur la sexualité). D’autres spécialisations s’y sont rajoutées : histoire locale, théosophie et spiritisme, urbanisme et architecture, ainsi que l’histoire des mathématiques et de l’informatique. Jessica Blackwell est la bibliothécaire au département des Collections spéciales et archives depuis 2014 ; elle nous reçoit pour partager ses connaissances sur l’historique et l’actualité de ces fonds.

La bibliothèque Dana Porter, Université de Waterloo

Quelle est la place du livre rare dans votre institution ?

Les livres rares sont ce qui différencie une bibliothèque comme la nôtre en tant qu’institution de recherche. Ils sont l’élément qui varie d’une collection à l’autre, particulièrement en ces temps d’achats en consortium et d’accès à des bases de données en ligne. Ils représentent aussi une porte d’entrée à l’histoire pour les étudiantes et étudiants. Travailler avec des matériaux anciens et ainsi tenir l’histoire dans leurs mains leur permet de s’approprier la matière d’une manière qui serait impossible s’ils n’avaient accès qu’aux manuels universitaires.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Nos collections spéciales et archives furent fondées grâce à un don important du Conseil National des Femmes du Canada (CNFC) : la « Lady Aberdeen Memorial Library ». L’inspiration en remontait à 1954, lorsque Beatrice Brigden – alors présidente du Comité des arts et lettres du CNFC – eut l’idée de créer une bibliothèque au Canada qui serait comparable à la bibliothèque Fawcett sur l’histoire des femmes au Royaume-Uni.1 Elizabeth Long reprit le projet en 1958 et il fut décidé que la bibliothèque serait nommée en l’honneur de Lady Aberdeen. La collection inclut des documents sur l’histoire des femmes tout autour du monde, écrits dans différentes langues, et pas uniquement sur les femmes du Canada. En 1964, Doris Lewis, la première bibliothécaire en chef de l’Université de Waterloo entama les discussions avec le CNFC pour accueillir la bibliothèque à l’Université de Waterloo. Le don fut officialisé en juin 1967 et le reste appartient à l’histoire ! Les donateurs qui ont fait grandir la collection depuis comptent des membres de la faculté, des personnes étudiant ou ayant étudié à Waterloo et des membres du public qui comprennent l’importance de rendre les documents rares accessibles pour la recherche. Nous sommes reconnaissants à tous ces donateurs et donatrices pour avoir pensé à nous pour la conservation de leurs collections.

Photo d’un défilé de suffragettes (collection Alice Riggs Hunt)

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Il est certain que nos collections portant sur l’histoire des femmes sont remarquables. Nous hébergeons les archives personnelles de femmes telles qu’Elizabeth Smith Shortt (une des premières femmes à avoir obtenu un diplôme de médecine au Canada), des exemplaires de textes qui comptent parmi les premiers écrits sur les droits de la femme, et notre excellente British Women’s Periodical Collection qui comprend plus de 35.000 numéros de magazines féminines britanniques datant d’entre 1893 et 1977.

Comme notre université est connue pour ses programmes en informatique, un autre domaine clé représenté dans nos collections est l’histoire des mathématiques et de l’informatique. Ceci inclut les archives personnelles de Wes Graham, qui est considéré le père de l’informatique à l’Université de Waterloo. En lien avec ce sujet, nous possédons quelques 45 éditions des Éléments de géométrie d’Euclide imprimées entre 1505 et nos jours, qui donnent à voir non seulement l’histoire des mathématiques mais aussi de l’imprimerie et de la pédagogie. 

Euclide, The elements of geometrie, Londres, John Daye, 1570.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Personnellement, mon livre préféré, et que je considère être le noyau de notre collection euclidienne, est la première traduction anglaise des Éléments, imprimée en 1570 (USTC 507133). C’est un ouvrage magnifique à plusieurs égards, notamment pour les diagrammes géométriques qui se déplient pour donner des modèles en trois dimensions.

Du côté de l’histoire locale, nous hébergeons la collection de l’ancien musée Seagram, qui nous a été confié à sa fermeture en 1997. Cette collection contient plus de 1200 volumes portant sur la viticulture, la distillation, le brassage et d’autres industries associées, et donne à voir l’histoire des avancées technologiques dans ce domaine et l’évolution des attitudes par rapport à l’alcool. Pour nommer quelques ouvrages clés de cette collection, je signalerai la traduction italienne du Vinetum de Charles Estienne (USTC 828448), un ouvrage précoce sur la viniculture. D’autres livres anciens remarquables dans cette collection incluent un exemplaire du De secretis remediis aut potius thesaurus de Konrad Gesner (USTC 631518) et le Livre du vigneron et du fabricant du cidre… et autres vins de fruits de Joseph Mauny de Mornay (Paris, A.-L. Pagnerre, 1838).

Le De secretis remediis de la collection Seagram

Un ajout récent au fonds d’études féminines est la collection d’Irene Hancock, qui était impliquée dans le mouvement pour le suffrage des femmes en Grande Bretagne. Sa collection reflète la lutte pour les droits de la femme et les diverses opinions de l’époque. Parmi les femmes représentées dans ce fonds on trouve Ray Strachey, Emily Wilding Davison et Dame Millicent Garrett Fawcett.

Mon fonds préféré est celui de Alice Riggs Hunt, une suffragette et réformatrice sociale de New York. Elle venait d’une longue lignée de réformateurs sociaux : sa mère avait illégalement appris à conduire pour pouvoir rendre visite à des femmes victimes de violence conjugale chez elles, sans que son chauffeur sache ou elle était. Ces idéaux ont été inculqués à Alice Riggs Hunt et elle a passé sa vie à lutter pour la cause des droits de la femme et celle des droits civils aux États-Unis, et à faire campagne pour les enfants. La matérialité de ce fonds est vraiment merveilleuse. De l’écharpe qu’elle arborait en manifestant, au drapeau qu’elle portait et au journal qu’elle tenait lors de la campagne pour le suffrage universel en Virginie Occidentale, ce fonds est un trésor d’objets qui aident ceux et celles qui l’étudient à créer des liens avec le passé. 

Fonds Irene Hancock GA149 f. 49

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds pour la recherche ?

J’enseigne dans le cadre de cours donnés dans divers départements de notre université (histoire, anglais, beaux-arts, arts dramatiques et communication orale, géographie, études féminines…) et même dans des cours de high school (écoles secondaires). Ces séances permettent au public visé d’apprendre à connaître nos collections dans un contexte rassurant, de sorte que lorsqu’un projet de recherche se présente qui pourrait être en lien avec nos collections, ils et elles savent déjà à quoi s’attendre en y arrivant. Je leur montre d’ailleurs toujours l’arrière-boutique : les rayons fermés auxquels l’accès est normalement limité, pour leur permettre d’explorer les étagères de livres. J’adore le regard d’émerveillement sur leur visage quand ils et elles se rendent compte de la possibilité donnée d’interagir avec un objet qui a 500 ans. Je ne crois pas qu’il y ait de meilleure manière pour encourager l’utilisation de livres anciens qu’inspirer cet étonnement.

Vue sur les rayons fermés

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous participons à des événements dans la communauté de Kitchener-Waterloo comme les foires historiques et les journées du patrimoine et nous organisons des événements de type « portes-ouvertes », lors de la Journée internationale des archives par exemple. Nous nous servons par ailleurs des comptes de la bibliothèque sur les médias sociaux (sur Twitter, Facebook et Instagram) pour afficher des contenus et participer à des hashtags populaires tels #throwbackthursday – certaines choses que nous y publions sont de très grands retours en arrière !

Un exemple de canadiana rare

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Je considère que l’une des plus grandes questions pour les bibliothèques, peu importe où l’on se trouve et quelle sorte de collections on détient, est toujours le financement. Si nous n’avons pas les moyens, nous ne pouvons pas fournir les documents ni le personnel spécialisé nécessaire, ce qui veut dire que nous ne pouvons pas appuyer nos étudiants et étudiantes dans leurs recherches. Je considère que le but de mon travail dans une institution de recherche comme l’Université de Waterloo est de les aider à réussir, quelle que soit leur définition de la réussite. Et j’espère que cela les amène à reconnaître la valeur de travailler avec les documents de recherche rares et anciens !

 

  1. Aujourd’hui renommée The Women’s Library, elle se trouve à la London School of Economics and Political Science. []

Entretien avec Urs Leu, conservateur à la ZentralBibliothek de Zürich

La Zentralbibliothek Zürich (ZB), est la bibliothèque cantonale, municipale et universitaire de Zurich. Elle compte plus de six millions de documents et reçoit un demi-million de visiteurs par an. Comptée parmi les plus grandes bibliothèques du pays, la ZB contient cinq collections spéciales : celles des arts graphiques, des manuscrits, de la cartographie, de la musicologie et enfin celle des ouvrages imprimés. C’est donc un lieu richissime en archives historiques et culturelles. Son histoire remonte au XIIIe siècle, et connaît plusieurs rebonds, notamment à la Renaissance, et au XIXe siècle.

Illustration 1: vue extérieure de la ZB

Le département des livres rares, établi en 1995, accueille les plus anciennes collections de livres imprimés de la Zentralbibliothek, héritées des bibliothèques fondatrices de la ZB. Ces collections comprennent les livres publiés avant 1800. Cette section recueille également des livres rares de l’époque contemporaine, tels que des premières éditions, des œuvres illustrées, des facsimiles etc. En plus des quelques 1600 incunables que possède la bibliothèque, la collection des livres rare inclut également les livres imprimés à Zürich et reliés à son histoire.

Nous avons eu la chance de nous entretenir avec Urs Leu, le conservateur de ce département des livres rares depuis sa création.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Nous avons environ 500 000 ouvrages qui datent d’avant 1900, la plupart font partie du département dont je m’occupe, le département des livres anciens et rares. Je suis employé ici depuis 1990, et ma première mission fut de créer cette collection. C’est une mission complétement différente de celle de création d’une collection bibliophile, où l’on choisit les ouvrages qui répondent à nos intérêts personnels. Pour ma part, les livres parmi lesquels j’avais à choisir étaient déjà ici, et c’était à moi de décider ce qui faisait partie de cette collection et ce qui n’en faisait pas partie. Nous avons créé une liste d’environ vingt à trente critères pour déterminer ce qui est ancien et/ou rare. De manière générale, on peut dire que tous les imprimés avant 1600 font partie des livres anciens, et la plupart de ceux datant d’avant 1800 également. Pour les deux siècles suivants, nous avons choisi des ouvrages singuliers ou représentatifs plutôt que de tout inclure.

Nous sommes le deuxième département de livres rares de Suisse à avoir été créé, il y a de cela trente ans. Les incunables étaient auparavant classés avec les manuscrits ; dans certaines bibliothèques, ils le sont encore.

Illustrations 2 et 3: l’impressionnante réserve des livres rares de la ZB

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

En Suisse, nous n’avons connu que très peu de guerres. Nous avons échappé aux guerres mondiales, par exemple, et les fonds des bibliothèques ont ainsi été préservés. Nos livres remontent jusqu’au Moyen Âge, au XIIIe siècle. Le premier bibliothécaire dont on ait la trace s’appelait Conrad Von Mure. Après l’arrivée de la Réforme, autour de 1525, Zwingli a également créé ici le premier collège théologique de Suisse, dont nous avons conservé les fonds. La bibliothèque connut également une rénovation en 1532, et nous avons aujourd’hui quasiment tous les ouvrages qu’il y avait alors. Plus tard, en 1629, cinq jeunes hommes poussèrent à la création d’une bibliothèque municipale, et celle-ci fut la plus grande de toutes les bibliothèques de la ville, jusqu’en 1917. C’est à ce moment-là que naît la bibliothèque centrale, d’un besoin de rassembler les bibliothèques universitaire et municipale, la bibliothèque des sciences naturelles, celle de la société des physiciens, et d’autres. Tout a donc été centralisé ici, avec de très vieux fonds bien préservés.

Illustration 4: vue de l’intérieur de l’ancienne bibliothèque. Gravure de Johann Melchior Füssli, Neujahrblatt der Burgerbibliothek, 1719.

La particularité de ce département, c’est donc ses origines. La Zentralbibliothek de Zurich possède 1600 incunables, c’est le deuxième plus grand fond après Bâle, qui en possède 3000. Les bibliothèques privées des acteurs de la Réforme ont participé à nourrir ce département, par exemple. Nous possédons également des gravures de plantes, héritées de la Société d’Histoire Naturelle fondée en 1746.

Pouvez-vous nous présenter quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Oui bien sûr ! Voici un très bel incunable. Il s’agit de la Bible de Nicolo Malermi, du nom du traducteur qui en proposa cette version italienne. Elle fut imprimée en 1471 par Wendelin de Speyer ou Vindelinus de Spira, imprimeur allemand installé à Venise. Ce qui frappe en particulier, ce sont les couleurs incroyables et très bien préservées, avec lesquelles l’imprimé a été décoré.

Illustrations 5 et 6 : la Bible de Nicolo Malermi, USTC 999851

Nous avons également cet ouvrage ayant appartenu à Conrad Gessner, un physicien philologue, considéré comme le fondateur suisse de la bibliographie et théologie. Il s’agit de la deuxième édition augmentée des Commentarii in libros sex Pedacii Dioscoridis de Pietro Andrea Matthioli, parue en 1558 à Venise dans l’officine de Vincenzo Valgrisi : c’est un chef-d’œuvre de la botanique, richement illustré. Ce qui rend cet exemplaire unique, ce sont les annotations de Gessner sur de nombreuses pages, mais aussi ses dessins botaniques très précis.

Illustrations 7 à 10 : les Commentarii de Pietro Andrea Matthioli, 1558, USTC 841568

Nous avons aussi une collection du roi de Danemark qui date du XVIIIe siècle, avec des gravures en cuivre, ici un exemplaire des Auserlesne Schnecken Muscheln und andre Schaalthiere de Franz Michael Regenfuss, un artiste, graveur et naturaliste allemand dont ce « Choix de coquillages et de crustacés » fut publié à Copenhague en 1758. L’image des crustacés est ici construite en symétrie, qui représente bien l’état d’esprit des Lumières d’ordonner et classifier la Nature. Cet ouvrage-ci, je l’affectionne particulièrement, parce qu’il fait écho à mes propres passions bio-marines.

Illustrations 11 et 12 : deux planches du Auserlesne Schnecken Muscheln und andre Schaalthiere de Franz Michael Regenfuss

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ? Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Pour les étudiants, en premier lieu, sont organisés des visites guidées, à l’heure ou à la journée, pour découvrir la ZB. Pour le grand public, nous organisons des expositions deux fois par an. En ce moment, nous exposons des ouvrages imprimés, et par la suite nous aurons une exposition reposant sur nos fonds de cartographie, puis plus tard sur les manuscrits. Nous prêtons également certains livres à d’autres bibliothèques ou musées pour de plus grandes expositions. Nous publions également nos bibliographies (excepté pour nos fonds privés). Enfin, avec la plateforme www.e-rara.ch, nous offrons 16000 livres en ligne. Nous mettons en valeur les imprimés zurichois, avec ceux qui datent d’après 1800 et quelques autres ouvrages singuliers.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

C’est évidemment la numérisation, pour laquelle la demande est en augmentation. D’un côté, numériser permet de garder les livres en bon état, puisqu’ils sont moins souvent sortis des étagères qui les abritent. D’un autre côté, nous avons des montagnes de données dont l’espérance de vie est d’environ 20 ans, et pour lequel il n’a pas encore été trouvé de solution à long terme. De plus, avec l’évolution des technologies, sommes-nous certains que toutes nos données seront visibles par des appareils plus récents ? Pour le moment, le canton et la ville nous donnent 10 millions de CHF pour notre entreprise de numérisation sur les 5 prochaines années. Nous avons également des besoins en termes d’employés, la ZB en compte 240. Dans ce département des livres anciens et rares, nous avons quatre employés à plein temps, et quatre personnes embauchées pour des projets spécifiques, tels que le re-catalogage d’imprimés qui n’ont pas été catalogués correctement par le passé. Cette équipe nous permet à la fois de proposer des horaires d’ouverture de la salle de lecture importants (46 heures en tout du lundi au samedi), et de nous consacrer notamment à ces travaux de numérisation importants. L’université propose également des formations ici pour devenir bibliothécaire-scientifique.

Entretien avec Daryl Green, conservateur de Magdalen College Library, Oxford

Illustration 1 : La « Vieille Bibliothèque » de Magdalen College à Oxford.

Le collège de Magdalen, à Oxford, fut fondé par l’évêque William Waynflete en 1458, sur le site du vieil hôpital de Saint-Jean-Baptiste. Ce site accueillit le jeune collège pendant les vingt premières années de son existence en attendant qu’un programme de travaux soit achevé. En 1481, le nouveau collège de Wanyflete était prêt avec une cour quadrangulaire connue sous le nom des « cloîtres » et conçue par William Orchard. Cette structure offrait tout ce dont le collège avait besoin : un lieu où prier, un lieu où diner, un lieu où vivre et un lieu où lire. La bibliothèque institutionnelle date ainsi de l’achèvement des cloîtres quand, en septembre 1481, l’évêque Wanyflete dépêcha des charrettes remplies de livres pour fonder la bibliothèque avant l’arrivée du roi Édouard IV à la fin du mois. Il en profita pour également envoyer des coffres d’actes de propriété qu’il avait préparés pour assurer l’indépendance financière du collège. Les actes et les coffres dans lesquels ils avaient initialement été transportés sont encore conservés dans la tour aux archives, connue sous le nom du « Muniment Tower », qui est resté inchangée depuis le début du seizième siècle.

Illustration 2 : Les coffres des actes envoyés par l’évêque Wanyflete (salle des archives – The Muniment Room).

La collection grandit rapidement grâce aux fonds expressément destinés par Wanyflete à la bibliothèque, en contraste avec ce qui avait été fait pour les autres collèges. L’accent mis sur les livres dès la fondation continua au cours des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles avec de nombreuses donations supplémentaires. Le plus important de ces dons fut la bibliothèque de John Fitzwilliam, un étudiant et membre de Magdalen, puis aumônier de divers membres de la famille royale. Son legs en 1669 vit des milliers de livres prendre place sur les étagères ; un apport dont l’importance fut accrue par une dotation considérable pour accroître la collection.

La bibliothèque, qui demeura enchaînée jusqu’en 1798, fut rénovée au début du XIXe siècle. Ce que l’on appelle aujourd’hui la « Vieille Bibliothèque » conserve encore son mobilier, sa décoration et son cadre de classement de l’ère victorienne. Cette partie de la collection demeura la bibliothèque principale du collège jusqu’en 1930 lorsqu’une ancienne maison d’école fut transformée en bibliothèque moderne. Aujourd’hui, la Vieille Bibliothèque renferme tous les livres imprimés avant 1840 possédés par le Collège, les manuscrits médiévaux, les collections modernes exceptionnelles et bien d’autres choses étonnantes et extraordinaires. La bibliothèque « Longwall » est notre bibliothèque de prêt principal avec 120 places destinées aux membres du collège à laquelle il faut ajouter la bibliothèque juridique « Denning » et une petite bibliothèque de sciences naturelles située dans le vieux laboratoire Daubeny. Les archives du collège sont conservées dans plusieurs tours dispersées à travers le collège ainsi que dans des installations modernes de stockage.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?  

Le collège possède environ 20 000 livres imprimés avant 1840 qui sont conservés dans l’ancienne bibliothèque avec 10 000 livres imprimés depuis cette date qui forment notre réserve moderne. La collection de manuscrits médiévaux est considérable pour un collège avec plus de 250 codex. Tous ces fonds sont préservés pour l’édification et l’éducation des membres de notre collège ainsi que pour la communauté de recherche plus large. Nous accueillons des chercheurs provenant de toutes les parties du globe qui viennent utiliser nos collections. Nous recevons également des groupes pour des séminaires, des tutoriels, et des ateliers organisés par des membres de Magdalen ainsi que par d’autres collèges ou universités qui souhaitent se servir de nos fonds. Notre bibliothèque est peut-être vieille et belle, mais elle est vivante et regorge d’activité.

Illustration 3 : Une collection contenant des livres parfois surprenants… et pas simplement des livres anciens !

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La plupart des livres qui composaient la donation originale de l’évêque Waynflete ont été perdus au cours des siècles, même si quelques vestiges de la présence de l’évêque sont encore conservés (notamment ses bottes et cothurnes !). Le collège possède plus de 150 incunables dont beaucoup se trouvaient déjà ici avant la fin du XVe siècle, comme ce fut le cas pour une bonne partie de nos manuscrits. Mis à part la donation de Fitzwilliam que nous avons évoquée, le collège profita de dons de la part du botaniste John Goodyer, du diplomate Arthur Throckmorton, et de l’évêque John Warner (dont le portrait est accroché au-dessus de l’entrée de la bibliothèque), ainsi que de bien d’autres donateurs. Cependant, comme la bibliothèque fut fondée avec une dotation financière importante de Waynflete, le collège a toujours pris au sérieux le développement de la bibliothèque et une grande partie des livres qui se trouvent sur nos étagères ont été ajoutés au cours des siècles. C’est une collection qui a connu une croissance organique.

Illustration 4 : Ex libris relatant la donation d’un livre par un professeur de théologie en 1595.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Les collections de Magdalen sont particulièrement développées dans les domaines de l’histoire des sciences et de la théologie. Nos fonds scientifiques ont été renforcés par divers dons : celui de Goodyer, évoqué ci-dessus, qui légua des centaines de livres de botanique au milieu du XVIIe siècle ; l’imposante bibliothèque scientifique de Charles Daubeny ; et bien d’autres. Mais, comme la théologie et les sciences furent enseignés à Magdalen depuis la fondation du collège, nous avons collectionné des ouvrages dans ces domaines depuis des siècles.

Récemment, nous avons cherché à développer notre fonds d’auteurs qui avaient étudié ou travaillé à Magdalen. Dans cette catégorie, nous avons mis l’accent sur les ouvrages les plus anciens ainsi que ceux de figures importantes comme Oscar Wilde, qui fut un étudiant à Magdalen entre 1874 et 1878, et T. E. Lawrence, boursier entre 1910 et 1914. Nos archives sont riches avec à la fois des documents et des actes institutionnels ainsi que les papiers personnels d’anciens tuteurs et d’individus célèbres associés au collège.

Illustration 5 : Une volvelle coloriée dans un des livres de la collection scientifique du collège.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

La majorité des manuscrits de la collection de Magdalen furent créés en Angleterre au XVe siècle. Le MS Lat 213, une copie du milieu du quinzième siècle du Confessio amantis de Gower, est un exemple imposant, mais typique, des ouvrages commandités par des mécènes. Bien des manuscrits proviennent également de la Chartreuse de Sheen ou d’autres institutions locales et furent soit donnés directement à la bibliothèque soit récupérés par le collège après la Réforme protestante et la dissolution des monastères au cours du règne d’Henri VIII. Les œuvres botaniques ayant appartenu à Goodyer, tel que le Herball de Gerard, à la rédaction duquel il participa, sont également typiques de nos fonds.

Illustration 6 : John Gerard, The herball or Generall historie of plantes, London : Adam Islip, Joice Norton et Richard Whitakers, 1633 (cote 6-R.18.1).

Le collège, bien sûr, a sa part d’objets extraordinaires. Nous recevons des douzaines de groupes chaque année pour voir le Papyrus de Magdalen, le plus ancien fragment de l’Évangile selon Saint Mathieu, et le second plus ancien fragment du Nouveau Testament (voir la numérisation complète). Le lectionnaire du cardinal Wolsey (accessible en ligne in extenso et numériquement réuni avec son pendant ici) ; le psautier de Worcester, notre exemplaire complet de l’Astronomicum Caesareum d’Appien de 1540, etc, sont autant de trésors que nous conservons sur nos étagères.

Illustration 7 : le Papyrus de Magdalen P64 (cote: MS. Gr. 17).

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Comme nous l’avons rapidement évoqué, nous organisons régulièrement des ateliers, des TD et des sessions de médiation du patrimoine autour de nos collections et de la Vieille Bibliothèque. Nos portes sont ouvertes aux chercheurs de tous horizons, allant des étudiants en début de licence aux professeurs émérites, d’artistes à la recherche d’inspiration et d’idées aux paléographes et bibliophiles. Nous sommes actifs sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. Magdalen a également un programme annuel pour les chercheurs invités pour promouvoir l’utilisation de nos collections patrimoniales.

Illustration 8 : La page Twitter de la bibliothèque (15 février 2019).

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous organisons une série d’expositions temporaires basées sur nos collections dans la Vieille Bibliothèque et la bibliothèque « Longwall », qui sont accessibles au public par le biais du collège. Celle qui est en place en ce moment traite de Lawrence d’Oxford et se tiendra jusqu’au 1 mai 2019. Chaque exposition est accompagnée d’une programmation ouverte au public sur demande qui inclut des conférences traditionnelles, des événements artistiques et des visites guidées.

Illustration 9 : Un atelier en cours avec des livres de la collection du collège.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

La collaboration. Les bibliothèques ont à faire face à des problèmes récurrents dans le domaine financier et doivent régulièrement se battre pour obtenir des moyens. La collaboration entre institutions, entre collections, et entre individus est la clef pour maximiser les ressources à leur disposition. Les bibliothèques sont souvent au cœur de ces systèmes de coopération. Le bibliothécaire moderne, même lorsqu’il travail avec des collections patrimoniales, doit être bien équipé pour participer à la mise en place et au développement de ces collaborations. Les bibliothèques demeurent encore aujourd’hui le lieu où les esprits se rencontrent et les idées se partagent.

Illustration 10 : La bibliothèque : une invitation à la collaboration.

Entretien avec Alisa van de Haar, conservatrice d’un fonds ancien de la bibliothèque de l’Université de Groningue

Fondée en 1615 – un an après la fondation de l’université elle-même –, la bibliothèque universitaire de Groningue est toujours située au même endroit au centre de la ville nordique. Elle possède actuellement plus de trois millions de livres, qui sont utilisés par les 30 000 étudiants et chercheurs de cette université. Quelque 150 000 de ses documents sont conservés au département des livres rares et peuvent être consultés sur place, au troisième étage du bâtiment moderne, par toute personne en possession d’une carte de bibliothèque ou d’une carte journalière. Il s’agit de papyrus anciens, de manuscrits médiévaux et modernes, de correspondances personnelles, de livres imprimés du XVe au XIXe siècle, de pamphlets, de cartes géographiques et d’annonces publiées par l’université pendant ses plus de 400 ans d’existence.

Depuis juin 2018, Dr Alisa van de Haar est la conservatrice de ce fonds ancien. Elle répond à nos questions.

Illustration 1: L’extérieur de la bibliothèque universitaire de Groningue. Image de Dirk Fennema

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

La collection de livres de cette université a grandi avec l’institution elle-même. Elle sauvegarde ainsi l’histoire et le patrimoine de cette université, reflétant son caractère individuel et les changements qu’elle a subis à travers les siècles (l’introduction de nouveaux champs d’étude, les liens internationaux évolutifs). Le département de livres rares forme un diptyque patrimonial avec le musée universitaire de Groningue, situé juste à côté de la bibliothèque.

Le musée et la bibliothèque viennent de subir des travaux de rénovation et de restauration qui étaient nécessaires pour pouvoir accueillir un nombre croissant d’étudiants et pour garantir les conditions optimales pour les objets qui y sont conservés. Le département de livres rares a maintenant à sa disposition une salle de lecture où il peut recevoir 15 chercheurs et deux salles qui sont utilisées pour des cours ou des colloques pendant lesquels des objets historiques sont présentés.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Dès la fondation de la bibliothèque universitaire, les différents bibliothécaires ont acheté des œuvres de référence sur les sujets enseignés à l’université. Cette politique d’acquisition est démontrée par le premier catalogue de la bibliothèque, qui a été établi en 1619 par le premier bibliothécaire, Nicolas Mulerius, et qui compte déjà 403 volumes. La plupart de ces volumes est toujours en possession de la bibliothèque, et leurs reliures attestent du fait qu’au début, les livres étaient enchaînés.

Illustration 2: Rayonnages des livres mentionnés dans le catalogue de 1619. Image de Hesterliena Wolthuis

La bibliothèque a également reçu de nombreux legs et dons, dont beaucoup proviennent des bibliothèques privées d’anciens professeurs de l’université. De plus, en 1624, la bibliothèque de l’église de Saint Martin, située à Groningue, a été transférée à la bibliothèque universitaire, suite au départ des clercs de cette église, face à la montée du protestantisme dans la ville.

Illustration 3: Plusieurs livres provenant de la bibliothèque de l’église de Saint Martin. Image de Dirk Fennema

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les bibliothèques privées que nous avons reçues à travers les siècles se trouvent plusieurs collections thématiques qui sont particulièrement riches. Les collections qui sont bien représentées au sein de notre fonds sont, entre autres, celles des livres de prix, accordés aux meilleurs élèves des écoles latines et décorés de l’emblème de la ville en question ; des reliures industrielles produites entre 1890 et 1940 dans le style Art nouveau ou Art déco ; des livres ésotériques sur la sorcellerie et les fantômes ; des œuvres juridiques historiques, par exemple des manuscrits médiévaux contenant le Miroir des Saxons ; des alba amicorum, dont un album qui contient une inscription de Théodore de Bèze ; des Robinsonnades (écrites dans le style du fameux Robinson Crusoé) ; et des éditions d’Horace et du poète néerlandais Joost van den Vondel. Notre point fort reste, cependant, le lien entre notre collection et la ville et l’université de Groningue. Nous possédons un fonds riche de livres imprimés à Groningue et de cartes montrant la ville et la province homonyme.

Pouvez-vous nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Ce livre d’heures, notre Hs add 280, a été offert à l’ancien bibliothécaire W. R. H. Koops à l’occasion de sa retraite, qui l’a immédiatement donné à la bibliothèque. Le manuscrit a été produit vers 1500 dans la province de Groningue. Il a été attribué au monastère bénédictin Siloe à Selwerd, fabricateur prolifique de manuscrits, en raison de sa décoration typique du style de Selwerd : ses fleurs rose pâle, bleu foncé et orange vif sont caractéristiques de la décoration groningoise.

Illustration 4: Hs add 280. Image de Dirk Fennema

Nous possédons une collection de quelque 50 alba amicorum, dont la plupart ont appartenu à des étudiants inscrits à l’université de Groningue ou à des jeunes femmes issues des meilleures familles de la ville. Cet exemplaire, Hs add 389, contenant l’image d’un phénix, a été constitué par Johannes Siertsema, étudiant en théologie et en philosophie au milieu du XVIIIe siècle.

Illustration 5: Hs add 389. Image de Hesterliena Wolthuis

L’objet phare de notre collection est notre ‘Bible de Luther’. Il s’agit d’un exemplaire de l’édition de 1527 de la traduction latine du nouveau testament par Erasme, qui a appartenu à Martin Luther. Luther a lu l’œuvre d’Erasme de façon critique, la plume à la main. Il exprime son opinion plutôt négative dans les marges, traitant Erasme de ‘bube’ (petit garçon) et écrivant que l’humaniste néerlandais n’était pas assez pieux. Les fils de Luther ont offert ce livre à l’aristocrate frison Unico Manninga. Plus tard, il a appartenu à l’humaniste groningois Regnerus Praedinius, qui a, lui aussi, annoté le texte, réagissant parfois aux remarques de Luther. Le livre est resté dans des cercles érudits à Groningue pendant plusieurs décennies, avant d’être offert à la bibliothèque universitaire dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. 

Illustration 6: Hs 494. Image de Hesterliena Wolthuis

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Afin d’atteindre les chercheurs, il faut commencer par les étudiants qui, dans certains cas, deviendront des chercheurs (académiques ou non) eux-mêmes. Nous organisons beaucoup de cours pour les étudiants en histoire ou en histoire de la littérature pour les informer sur notre fonds et pour leur apprendre à l’utiliser de façon responsable. Nous sommes également en train de numériser une grande partie de notre collection grâce à des collaborations avec Google Books et le projet néerlandais Metamorfoze. Entretemps, nous continuons à remplir notre propre base de documents numérisés.

Illustration 7: Une sélection de nos alba amicorum. Image de Dirk Fennema

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ouvrons nos portes régulièrement lors d’événements tels que les Journées du Patrimoine. Depuis que la bibliothèque a été rénovée, elle dispose de vitrines qui nous permettent d’organiser des expositions pour montrer nos objets à un public large. Actuellement, nous avons une exposition sur les livres d’artistes modernes, intitulée Dear Reader, Don’t Read. De plus, nous organisons des séminaires sous le titre Les trésors de la bibliothèque universitaire, pendant lesquels les objets discutés sont montrés au public.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Comme toutes les bibliothèques possédant des livres rares, nous faisons de notre mieux pour mettre nos objets à la disposition de tout lecteur ayant accès à internet. La numérisation de notre fonds s’est ajoutée à nos responsabilités ordinaires, ayant pour conséquence que d’autres tâches, telles que la description de nos collections, avancent plus lentement. En outre, la numérisation de ces objets précieux demande une connaissance et une compréhension approfondie des systèmes numériques et de techniques qui permettent de prendre des photos sans endommager le livre. Ces dernières années, nous avons appris ces choses au fur et à mesure que nous avancions. Il nous reste toujours beaucoup à apprendre, mais les moyens financiers manquent souvent.

Outre la question de la numérisation de nos objets, qui est très complexe, nous avons à faire face à une réduction d’espace de stockage, qui est en partie causée par – raison typiquement néerlandaise – l’installation envisagée de stationnements pour vélos dans notre dépôt. Nous recevons beaucoup d’offres de livres rares, mais nous devons être davantage sélectifs quant aux offres que nous pouvons accepter, même si en tant que bibliothèque universitaire, nous nous sentent responsables de tout ce patrimoine. En tant que conservatrice, de tels dilemmes font partie de mes expériences quotidiennes : je fais également toujours de mon mieux pour trouver le bon équilibre entre la préservation des objets pour les générations futures, et leur visibilité et usage actuels.

Illustration 8: Deux livres de prix, offerts aux meilleurs élèves des écoles latines d’Appingedam et de Groningue, dont ils contiennent les armoiries. Image de Dirk Fennema

Entretien avec… Dominique Bougé-Grandon (Université Rennes 2)

L’Université de Rennes 2 (Région Bretagne, France) compte plus de 20 000 étudiants. Son Service commun de la documentation (SCD) rassemble dans ses 8 bibliothèques 710 000 documents (livres, thèses, cartes, dvd, cd, …) dont environ 12 000 antérieurs à 1810. Les étudiants, les enseignants et les chercheurs ainsi que toute personne sur justification d’une recherche peuvent venir consulter ces ouvrages dans la salle du fonds ancien tous les après-midis du lundi au vendredi.

Dominique Bougé-Grandon, conservateure au sein du SCD, est chargée de mission pour le fonds ancien et pour l’action culturelle. Responsable de la gestion du fonds ancien elle a pour mission de conserver, de signaler et de mettre en valeur ces ouvrages. Elle répond à nos questions.

Rayonnages dans le fonds ancien (Image de Marc Rapilliard)

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Du fait de la présence de ce fonds ancien, il y a toujours eu, sous la responsabilité d’un conservateur, un accueil des chercheurs. Depuis une quinzaine d’années, une vigilance plus grande est apportée aux conditions climatiques et plus largement aux conditions de conservation.

Aujourd’hui où la vulgarisation scientifique et la politique événementielle font partie des axes forts du plan stratégique de la BU, la responsable est chargée d’une double mission de gestion du fonds ancien et de pilotage de l’action culturelle. C’est donc une opportunité pour développer la valorisation du fonds. Cette action s’appuie sur de nécessaires collaborations avec des enseignants et des chercheurs de l’université et des établissements scientifiques partenaires.

Parallèlement le SCD poursuit l’amélioration du signalement des livres du fonds patrimonial. Nous conduisons une campagne de dépoussiérage. Nous envoyons chaque année une vingtaine d’ouvrages à restaurer chez un restaurateur-spécialiste. Nous consacrons un budget régulier pour l’acquisition de livres anciens en lien avec les points forts du fonds. En 2015, nous avons acquis un exemplaire des très célèbres Emblèmes d’Alciat et en 2016 un exemplaire d’une édition de La Sophonisbe du Trissin, première tragédie classique en langue italienne.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Ce fonds ancien est complémentaire de celui des bibliothèques de l’Université de Rennes 1. En effet les deux SCD formaient jusque dans les années 1990 une même bibliothèque inter-universitaire.

Le cœur en est le « fonds des séminaires » formé de livres imprimés provenant de séminaires, couvents et abbayes de Rennes et d’Angers. Ces ouvrages ont rejoint les collections universitaires au début du XXe siècle du fait des confiscations consécutives à la loi de 1905. Le fonds s’étoffa durant tout le XXe siècle de dons ou de legs d’enseignants, érudits et chercheurs.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Il s’agit essentiellement d’imprimés du XVe au XIXe siècle parmi lesquels on distingue cinq corpus intéressants :

  • les livres du XVIe siècle, grands et moyens formats, en nombre important pour une bibliothèque universitaire de taille moyenne (700 volumes)
  • les ouvrages liés à la Bretagne et aux Pays celtiques dont les plus singuliers ont fait l’objet d’une campagne de numérisation et sont accessibles en ligne.
  • les livres de littérature britannique, en lien avec le théâtre élisabéthain et post-élisabéthain (fonds Albert Feuillerat. Voir ici sa nécrologie dans les Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest). La plupart de ces textes ont été numérisés ailleurs mais les éditions sont rares en France.
  • les livres de controverse religieuse et politique, en particulier ceux liés à la querelle janséniste. Rappelons que l’évêque d’Angers entre 1650 et 1692 est Henri Arnauld, frère du Grand Arnauld et de deux abbesses de Port-Royal.
  • les atlas, livres de géographie, livres de voyages réels ou imaginaires.

Dans la Réserve moderne on trouve aussi des manuscrits d’écrivains et éditions contemporaines.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

À tout seigneur tout honneur ! Citons tout d’abord le Mercator. Il s’agit d’un exemplaire de l’Atlas imprimé de l’Atlas sive Cosmographicæ meditationes defabrica mundi et fabricati figura, ouvrage imposant, protégé par une reliure de vélin avec décor de filets dorés et larges fers. Il s’agit d’une édition de 1619. Les cartes coloriées à la main de cet atlas étaient d’abord parues séparément dès 1585. Après le décès de Mercator en 1594, c’est Josse de Hond (Jodocius Hondius) qui racheta à son petit-fils les planches. Ses éditions complétées de l’atlas connurent un très grand succès.

Nova Europae descriptio Auctore Iodoco Hondio. In Atlas sive Cosmographicae meditationes de fabrica mundi… [1619]. Cote : Fonds ancien 937 (Image de Marc Rapilliard)

Pour passer de l’infiniment grand à l’infiniment petit nous citerons ensuite Il pastor fido de Battista Guarini. Cette édition d’un texte poétique, appartenant au genre pastoral, qui connut un immense succès en Italie et à la cour de France est présentée dans un petit format propre à être porté sur soi. Elle a été imprimée à Tours à un moment où la cour et le roi ont dû quitter Paris tenu par la Ligue.

Double page de l’ouvrage Il pastor fido de Battista Guarini, Battista (1538-1612). Tours, 1592. Cote Fonds ancien : 55337 (Image de Marc Rapilliard)

Pour la réserve moderne, dans la perspective des manifestations du 50e anniversaire de l’Université nous avons acheté cette année un album de plans et de photographies du cabinet d’architecture Louis Arretche. Dans les années 1960, ce cabinet proposa différents projets pour la construction des bâtiments de ce qui allait devenir l’université Rennes 2 sur le campus Villejean.

Photographie maquette. Faculté des lettres et sciences humaines : université de Rennes. Pat G 13 (Image de Thomas Gérard)

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Le signalement des fonds anciens dans le catalogue de la BU et dans le SUDOC n’est pas totalement satisfaisant. Il s’agit de notices issues de la rétroconversion des catalogues sur fiches et le travail de nettoyage ou de reprise de ces notices n’est pas achevé. Différentes collaborations aux bases de données en cours, en particulier pour les livres du XVIe siècle, nous permettent d’avancer sur ce chantier : Editef pour les livres en  italien de la première modernité (1450-1630), USTC grâce au programme Preserving the World’s Rarest Books (ouvrages imprimés en Europe jusqu’en 1650) dont l’université Rennes 2 est partenaire. Un premier contact a été pris avec l’équipe de la base BIBALE qui s’intéresse aux marques de provenance des ouvrages anciens.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Depuis mon arrivée comme responsable du fonds ancien en octobre 2014, nous avons essayé de faire chaque année une exposition « patrimoniale ». Grâce au travail des étudiants du Master MAGEMI (Gestion et mise en valeur des œuvres d’art, des objets ethnographiques et techniques) encadrés par des enseignants d’histoire de l’art et d’histoire nous avons pu présenter en 2016 l’exposition Modernes livres anciens. Une autre collaboration avec le département d’italien nous a permis de préparer l’exposition La primavera del libro. Les italiens et les livres imprimés à la Renaissance en 2017. En avril 2018, l’exposition Rareté et livres rares du XVIe au XXIe siècle – encore le travail d’étudiants encadrés par enseignants et chercheurs – était accompagnée d’un colloque international qui s’est déroulé à la BU les 5-6 avril 2018. Des rencontres et ateliers sont aussi organisés. Dans le cadre des ateliers de la BU les ateliers « Livre en main » ont lieu trois fois par an. Ils permettent une initiation aux secrets des livres anciens de la BU en alternance avec les rencontres du groupe « Autour du livre » qui sont, elles, programmées toutes les semaines. Nous participons aussi au blog Millefeuilles de Bretagne qui regroupe les centres de conservation du patrimoine écrit en Bretagne. Le site des trésors des bibliothèques de l’Enseignement supérieur présente aussi quelques-uns de nos ouvrages.

Un atelier Livre en main (Image de Dominique Bougé-Grandon)

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Dans une bibliothèque universitaire les priorités vont nécessairement vers les fonds et les ressources « contemporaines » plus directement au service des enseignements et de la recherche. Pour nous il s’agit donc de pouvoir conduire en parallèle des opérations liées au signalement et à la conservation du fonds et de veiller à sa valorisation dans une bibliothèque universitaire qui n’a pas une vocation principalement patrimoniale.

À la découverte d’une bibliothèque savante: les collections de l’Académie de Nîmes

Cette semaine, Didier Travier, conservateur au fonds ancien de la bibliothèque municipale de Nîmes, nous emmène à la découverte d’une autre bibliothèque dont il a la charge, celle de l’Académie de Nîmes.

L’Académie de Nîmes créée en 1682 est l’une des plus anciennes académies de province après celles de Caen (1652), Avignon (1658), Arles (1669) et Soissons (1674). Dissoute à la Révolution française, elle est reconstituée en 1802. Elle se réunit depuis 1920 dans un bel hôtel particulier du 16e siècle situé au 16 de la rue Dorée. C’est là, au premier étage, que se trouve sa bibliothèque dont le catalogue informatisé compte un peu plus de 8000 notices.

Une permanence y est assurée les mardis de 14h à 17h et vendredis de 14h à 16h. Les confrères et consœurs ainsi que les chercheurs extérieurs qui en font la demande y sont accueillis par M. Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission de la bibliothèque, et les personnes qui l’épaulent.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Comme ce fut le cas pour beaucoup d’institutions d’Ancien Régime, la bibliothèque de l’Académie de Nîmes, qui s’était considérablement enrichie par la donation des collections de son Secrétaire perpétuel, le botaniste et épigraphiste Jean-François Séguier (1703-1784), a été confisquée au moment de la Révolution française. Le fonds ancien de l’Académie se trouve donc aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Nîmes. La part du livre ancien est en conséquence très faible dans les collections de la bibliothèque reconstituée au 19e siècle : moins de 4% d’ouvrages antérieurs à 1810. Elles se partagent en deux parts égales entre un grand 19e siècle (jusqu’en 1914) et le 20e siècle jusqu’à nos jours (48% chacune). Cela n’empêche pas la présence de quelques pièces anciennes rares comme cet ouvrage de polémique anti protestante, L’Ecriture abandonnée par les ministres de la religion prétendue réformée, publié à Nîmes en 1658 par un magistrat de la ville, Claude de Bane, issu d’une famille protestante mais converti lui-même au catholicisme. Le Catalogue collectif de France n’en recense que deux exemplaires à Avignon et Montpellier.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

L’usage est que les Académiciens remettent à la bibliothèque un exemplaire de chacune des publications auxquelles ils contribuent. C’est là la source régulière d’accroissement des collections. Il n’est pas rare non plus qu’au décès de certains membres, l’Académie reçoive tout ou partie de leur bibliothèque. Ce fut par exemple le cas en 1922 pour celle du commandant Raymond Plantin de Villeperdrix partagée entre l’Académie et le Musée archéologique.

Ex-libris du commandant de Villeperdix sur un exemplaire du Compendio della vita di san Filipo Neri, Forli, 1674, provenant de la bibliothèque familiale.

Enfin, l’une des ressources importantes de la bibliothèque est constituée par les périodiques reçus par échange avec d’autres sociétés savantes. Il y en a actuellement 94.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

A côté de ces publications des sociétés savantes, qui constituent une mine trop peu explorée, et des brochures et ouvrages intéressant l’histoire locale, l’un des points forts de la bibliothèque de l’Académie réside, me semble-t-il, dans ses collections occitanes. Les ouvrages les plus anciens dans ce domaine sont l’édition de 1638 du Ramelet moundi de Pierre Goudelin et Le tableu de la bido del parfet crestia, livre de piété toulousain millésimé 1673, l’édition originale datant de l’année précédente. Mais c’est surtout le mouvement félibréen qui est représenté par plusieurs centaines de titres, provenant notamment de la bibliothèque de Fernand Devize léguée en 1928, elle-même héritière de celle de l’écrivain provençal Baptiste Bonnet (1844-1925), natif de Bellegarde dans le Gard. Parmi les pièces remarquables de cet ensemble, il faut citer les carnets manuscrits du félibre nîmois Louis Roumieux (1829-1894).

Dans le domaine du patrimoine graphique, il convient de signaler, même s’ils n’appartiennent pas à la bibliothèque stricto sensu, la fascinante collection iconographique relative au comte de Chambord réunie par Henry Bauquier, le fondateur du Musée du Vieux-Nîmes, et donnée à l’Académie en 1943, ainsi que le fonds Filleron-Lorin comprenant 44 700 cartes postales anciennes, concernant principalement des édifices religieux.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Voici d’abord un ouvrage emblématique de la culture camarguaise, qui a tant d’importance à Nîmes, ville de la tauromachie

Le Taureau Camargue, publié en 1925 par Jeanne de Flandreysy et Gaston Bouzanquet participe du mouvement d’ « invention » de la Camargue et de promotion des traditions de la « nacioun gardiana » qui s’affirme dans ces années-là autour du marquis de Baroncelli.
Mais pour voir les pièces les plus remarquables, il faut ouvrir les portes de l’armoire de la réserve.

Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission bibliothèque, devant l’armoire de la réserve)

La rarissime pièce ci-dessous (elle n’est connue au Catalogue collectif de France que par les deux exemplaires de la Mazarine) intitulée Histoire admirable d’un faux et supposé mari est une contrefaçon du début du 17e siècle du récit de la fameuse histoire de Martin Guerre.


Parmi les pièces manuscrites, on peut signaler un Cours d’architecture professé entre 1787 et 1792 à l’Ecole des Ponts et Chaussées de Montpellier par Charles Durand, qui, comme ingénieur du département du Gard, jouera un rôle décisif dans les aménagements urbains de Nîmes au début du 19e siècle.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La priorité n°1 est le signalement des collections. Une convention passée en 2001 avec la Ville de Nîmes a permis l’informatisation initiale du fonds. Depuis les nouvelles entrées sont cataloguées par les bibliothécaires de la Ville et intégrées dans un catalogue commun (http://cat-bib.nimes.fr). Dans le même temps, notre archiviste, M. Gabriel Audisio, et son équipe poursuivent un travail important de recensement des archives de l’Académie, qui prend la forme d’un inventaire sous Excel accessible sur le site de l’Académie (https://www.academiedenimes.org). On signalera enfin, dans la même logique d’ouverture, l’opération de numérisation des publications de l’Académie menée avec beaucoup de détermination par le Secrétaire perpétuel, M. Alain Aventurier. Aujourd’hui, l’ensemble des Mémoires est consultable en ligne sur le site de l’Académie. Les Mémoires mais aussi les Bulletins sont par ailleurs accessibles dans Gallica jusqu’en 2006.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Le grand public peut découvrir la bibliothèque à l’occasion des Journées du Patrimoine. L’Académie s’efforce également de s’associer à des opérations de valorisation à l’extérieur de ses murs. Ainsi, l’été dernier, une exposition faisant connaître le fonds de cartes postales a été présentée à la bibliothèque municipale dans le cadre d’un programme plus vaste consacré à la photographie.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Trop peu de places pour stocker les livres, trop peu de public pour les consulter ! Le premier problème est en passe d’être résolu puisque l’aménagement de deux nouvelles pièces va donner à la bibliothèque et aux archives une extension considérable. Le second est plus complexe. Sa résolution suppose, outre l’effort de signalement et de valorisation déjà indiqué, l’établissement de liens plus resserrés avec l’Université, ce qui a commencé à se faire. Des numérisations ciblées, complémentaires de celles de la bibliothèque municipale et conjointes à elles, sont également à programmer pour les fonds les plus spécifiques. Ma position de conservateur du fonds ancien de la bibliothèque municipale et de bibliothécaire de l’Académie facilitera, je l’espère, ces convergences.

Découvrir les collections du «Musée-Bibliothèque» Médard

Lunel, ville moyenne située dans la contrée occitane entre Nîmes et Montpellier, n’est pas un haut lieu de la culture où l’on s’attend à trouver un musée sur le livre et le patrimoine écrit. Le critère premier pour la création de fonds anciens dans les bibliothèques municipales en France est le statut juridique de la ville à l’époque des saisies révolutionnaires et de celles suivant la séparation de l’Église et de l’état en 1905.  Les Préfectures ou Sous-préfectures recevaient les fonds des établissements religieux et des émigrés dans leur circonscription. Or Lunel n’eut jamais ce statut, on lui préféra alors Béziers et Lodève pour la redistribution des collections. Il est d’autant plus surprenant donc d’y découvrir un centre d’interprétation de qualité remarquable, tel que je l’ai trouvé au Musée Médard lorsque j’y ai rencontré son conservateur Claudio Galleri pour la fin de l’exposition « Savantes Lumières – Louis Médard et l’aventure du XVIIIe siècle ».

Depuis la fin 2013, l’ancien hôtel de ville reçoit des visiteurs dans des locaux entièrement rénovés, autour d’expositions mettant en valeur des thématiques transversales à travers la collection jadis léguée par ce Médard. Galleri y a pris la barre en 2015 et a veillé sur le développement du projet pour lui valoir l’attribution du statut « Musée de France » en 2017. Il s’agit là de la confirmation de l’ouverture et du partage patrimonial qui est l’esprit originel et actuel de la collection Médard.

L’entrée du Musée Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Natif de Lunel, Louis Médard (1768-1841) fit fortune comme marchand de tissus, notamment ces tissus imprimés dits indiennes si populaires à l’époque. Bibliophile dès un jeune âge, il amassa avec l’aide d’un réseau de contacts à Paris une collection d’imprimés anciens et contemporains qu’il fit relier par les plus grands noms de son époque. Rassemblés dans son cabinet de lecture à Montpellier, les 3107 œuvres bénéficièrent à sa retraite de l’élaboration d’un catalogue détaillé qui est encore conservé. C’est ce qui nous permet aujourd’hui de visiter au premier étage une reconstitution fidèle de la bibliothèque de Médard, les livres arrangés suivant l’ordre du collectionneur, qui adoptait le système des libraires de Paris. Les tranches maroquines diversement colorées et dorées y brillent et appellent à la consultation à travers les vitres des meubles originaux. On s’imagine que l’effet était voulu par le donataire lorsqu’il légua le tout à la municipalité, précisant que sa collection soit mise à la disposition de tous, notamment des collégiens, pour qu’ils bénéficient d’une bibliothèque comme il ne l’avait pu à cet âge.

La bibliothèque de Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Quelques 800 fiches explicatives calligraphiées par les secrétaires de Médard témoignent du soin avec lequel ces éditions ont été choisies. Inspiré par une formation humaniste, il s’est entouré de monuments littéraires et typographiques, avec une préférence pour les œuvres d’histoire et des belles-lettres. Depuis le transfert de la donation à Lunel en 1858, d’autres collections s’y sont ajoutées. Aujourd’hui les quelques 5000 livres de ce fonds comptent huit manuscrits médiévaux, deux incunables et de nombreux imprimés de chaque siècle du XVIe au XIXe siècle. Il s’agit par ailleurs d’une collection vivante, à laquelle on cherche à ajouter suivant sa logique interne (des titres que Médard souhaitait acquérir, par exemple) et le projet scientifique du musée (notamment ce qui a rapport aux arts et métiers du livre).

Une page du “Grand catalogue” de Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Dans cette logique, le musée a fait l’acquisition il y a quelques années de 96 fers de reliure de l’illustre atelier parisien de René et Alphonse Simier. Comme quelque 400 volumes de la bibliothèque Médard furent jadis reliés par la maison Simier, certaines de ces reliures de luxe peuvent maintenant être associées aux outils précis qui les ont marquées. La provenance des reliures est signalée dans le catalogue en ligne, valorisant à nouveau l’investissement original du collecteur. Car à part 150 volumes dont Médard préféra préserver la reliure d’origine, il fit relier la très grande majorité de ses acquisitions par les grands artisans parisiens et montpelliérains de la première moitié du XIXe siècle. Ces reliures sont parmi les éléments systématiquement numérisés par le musée et mis à la disposition du public à travers le catalogue. Ainsi sont célébrés la matérialité et l’historique des exemplaires, qui font la force particulière de ce fonds.

Suivant cette même philosophie, il est aisé d’identifier quels ouvrages de Médard ont été documentés dans ses différents catalogues, révélant la logique interne de la collection à différentes époques, et évoquant des sous-collections particulières. Dans cette perspective, l’on note la présence d’un « Petit catalogue », qui documente les 143 livres de Médard qui figuraient alors sur l’Index. Physiquement, ces volumes étaient regroupés à l’abri du regard innocent derrière les portes en bois du meuble qui trône encore aujourd’hui dans son cabinet.

Si les ouvrages théologiques sont bien représentés dans cet « enfer », la collection plus large est fortement dominée par l’intérêt de Médard pour les belles-lettres (qui représentent 50% des titres) et l’histoire (environ 30% du total). De grands auteurs du siècle des Lumières y sont représentés, comme les auteurs antiques que cet amateur de Virgile appréciait particulièrement. L’on trouve donc dans cette collection le reflet des loisirs d’un bibliophile nanti et non pas le cabinet de travail d’un négociant. Les intérêts régionaux sont ainsi moins représentés chez Médard que des réflexions philosophiques d’envergure cosmopolite. Les fonds qui se sont rajoutés à la collection de Lunel depuis viennent équilibrer cette répartition. Par ailleurs, les collaborations du Musée Médard avec d’autres institutions font finalement valoir l’apport de ses richesses à la culture de la région et les situent dans le paysage patrimonial plus large.

Avec le programme culturel annoncé pour 2018/2019, nous attendons deux belles expositions à Lunel : à partir du 24 octobre, « Pop-up! Histoires et éclats du livre animé », suivie au mois d’avril par « Feuilles et merveilles. L’univers des papiers décorés ». La consultation sur place des ouvrages et du centre de documentation est possible sur rendez-vous. Le site du musée et son catalogue en ligne, illustré par les nombreuses numérisations effectuées à ce jour, peuvent motiver à prévoir un déplacement prochainement.

La façade du Musée Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

* Pour une explication détaillée de l’historique et de l’avenir du la collection Médard, l’on attendra le texte de Claudio Galleri, « Le fonds Louis Médard à Lunel et sa transmission patrimoniale : de la bibliothèque au musée », dans La fabrique du patrimoine écrit: objets, acteurs, usages sociaux, Presses de l’ENSSIB et Éditions des Cendres, 2018, à paraître.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

Entretien avec… Bart Jaski (Bibliothèque universitaire d’Utrecht)

Avec ce billet, le blog de la SbF inaugure une nouvelle série, qui permettra à ses lecteurs et lectrices de découvrir les collections de bibliothèques moins connues que celles des grandes institutions, grâce à des entretiens avec les personnes chargées de leur conservation et de leur ouverture au public.

L’Université d’Utrecht aux Pays-Bas accueille quelque 30 000 étudiants et chercheurs. Sur le campus de l’Uithof, l’imposante Bibliothèque universitaire recèle des trésors. Pour les découvrir, il faut se rendre au sixième étage, dans les « collections spécialisées » (‘bijzondere collecties’), où livres et documents anciens et précieux sont conservés et proposés à la consultation.

Les collections spécialisées de la BU d’Utrecht contiennent un grand nombre de manuscrits et d’imprimés, qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, d’échanges épistolaires, de cartes et de chartes terrestres et maritimes. La section se charge de choisir, d’acquérir, mais surtout de conserver, de cataloguer et de mettre en valeur ces précieux objets. Les étudiants, mais aussi leurs professeurs et chercheurs, ainsi que tout type d’amateur, peuvent y venir à la rencontre du passé à travers des matériaux riches en histoire et dont les caractéristiques matérielles sont parfois frappantes.

Dr Bart Jaski est le conservateur des manuscrits et livres anciens imprimés de cette section. Il répond à nos questions.

 Bart Jaski (© Maartje ter Horst)

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Le cœur de la collection est formé de manuscrits et de livres imprimés provenant de monastères et de chapitres d’églises d’Utrecht, confisqués lorsque que la ville devient une cité protestante en 1584.  Bien que la confiscation n’ait pas toujours été réussie, des centaines de livres furent rassemblés dans l’église de Saint-Jean, au centre de la ville, dans ce qui devint par la suite la nouvelle bibliothèque municipale. Lorsque l’université fut fondée en 1636, la bibliothèque municipale devint également la bibliothèque universitaire. A ce stade, plusieurs milliers de livres touchant à toutes les branches des sciences (et notamment à la théologie et au droit) furent ajoutés à la collection par des dons. Les dons et les acquisitions se sont poursuivis et la collection est donc aujourd’hui plus diverse que jamais.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les manuscrits médiévaux, la majorité ont été produits à Utrecht, notamment au XIVe et au XVe siècles. Nous comptons maintenant environ 750 manuscrits de l’époque médiévale et 900 incunables. Au total, les collections spécialisées contiennent environ 1,5 million de documents : tous les matériaux de la BU produits avant 1900, ainsi que tous les livres, manuscrits, cartes et archives rares ou précieux produits après 1900. Nous n’avons pas de grande collection en hébreux telle qu’il en existe à Amsterdam, ou de collection asiatique comme à Leiden. Nous, nous avons une collection académique liée à l’histoire d’Utrecht.

L’un des joyaux de la collection, le ‘Psautier d’Utrecht‘, un manuscrit du IXe siècle classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO

Pouvez-vous nous présenter quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Je vais prendre mes exemples parmi les documents qui ont été numérisés et publiés sur le site de la bibliothèque.

En ce qui concerne les manuscrits, je prendrai l’exemple du Ms. 5 J 27. C’est un exemple typique du livre d’heures néerlandais (v. 1460-70), écrit et décoré à Utrecht, par un maître qui avait un style bien à lui : un peu cru, mais efficace. Lorsque vous voyez l’original, l’or scintille véritablement : c’est vraiment un livre “enluminé”, ce qu’aucune reproduction ne peut recréer.

Le manuscrit 5 J 27, ff 85v-86r de la BU d’Utrecht

Pour représenter notre collection de livres imprimés, le meilleur exemple est notre exemplaire de Johann Bessler, Das triumphirende perpetuum mobile Orffyreanum (Kassel, 1719). Il fait partie des textes produits par Bessler pour s’attribuer l’invention du mouvement perpétuel et de la discussion scientifique qui entoure ce sujet. C’est un thème qui est encore débattu aujourd’hui, puisque les chercheurs tentent toujours de percer le secret de Bessler, mais c’est aussi un sujet qui touche des problématiques contemporaines telles que le mécénat, la recherche, les droits d’auteurs et de reproduction, etc. Notre exemplaire contient une inscription qui montre qu’il fut donné par Bessler lui-même.

Enfin, notre carte de l’Europe par Willem Blaeu, datant d’environ 1615 est également un document historique impressionnant. Imprimée sur du parchemin, et utilisée sur un navire, elle montre les dernières découvertes néerlandaises dans et autour de la Mer Arctique.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ? Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Sur notre page d’accueil, nous présentons nos derniers objets numérisés, accompagnés de courts essais explicatifs. Les textes sont écrits soit par les conservateurs soit par les chercheurs, et vont au-delà des simples méta-données, pour informer plus en profondeur le public académique mais aussi le grand public. Nous espérons que ces essais contribuent à la visibilité et l’accessibilité des objets.

Néanmoins, on ne trouve là qu’une petite partie des milliers de documents déjà numérisés. Des étudiants en histoire de l’art décrivent également, une sélection de nos manuscrits pour Wikipédia dans le cadre de leur formation. Ceci nous aide également à mettre en valeur nos documents, tout en leur donnant l’occasion de travailler sur des manuscrits anciens et de se former à la pratique d’une rédaction formelle et de qualité. Nos collections et nos archives sont publiées dans notre Repertorium, un répositoire numérique, mais elles sont uniquement accessibles en néerlandais. En ce qui concerne nos livres imprimés, nos cartes et une partie de nos manuscrits, ils sont dorénavant accessibles via WorldCat.

Nous n’avons pas d’espace dédié à l’exposition, mais nous coopérons avec plusieurs musées et institutions qui exposent des documents provenant de nos collections spécialisées. Nous participons également aux manifestations culturelles que proposent l’université et la ville d’Utrecht, telles que l’opération “Meet the Professor” ou encore les “dimanches culturels”. Nos projets de géoréférencement ont eux aussi rencontré un large succès auprès du grand public. Vous pouvez donc constater que nous utilisons une grande variété de stratégies pour la mise en avant des collections spécialisées de la bibliothèque.

La salle des cartes des collections spécialisées de la BU d’Utrecht, lors d’une séance de présentation avec des étudiants (© Ivar Pel)

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

J’en nommerai deux. Tout d’abord, il y a le défi du tout numérique. C’est très difficile de rester à jour : bien que ce soit une option séduisante puisqu’elle offre de nombreuses possibilités, il y a également des pièges à éviter. J’ai pu voir beaucoup d’argent et de temps investis dans des sites qui n’existent plus aujourd’hui. En ce moment, les humanités numériques ont le vent en poupe, et en tant que conservateur, je veux rester à la page concernant ce qui se passe et les manières par lesquelles je peux épauler les chercheurs. Malheureusement, cela vient parfois se heurter à ma mission de mise à disposition de la collection dans des projets plus traditionnels (colloques, expositions…), auxquels on me demande de plus en plus de collaborer et d’apporter mon expertise.

Cela m’amène à mon second défi : le besoin de porter des projets et d’épauler les chercheurs prend beaucoup de temps et cela impacte parfois des missions basiques mais essentielles telle que la mise en œuvre d’inventaires et d’archives numériques de la collection, auxquelles ne sont pas donnés le temps et l’attention requis. Avec deux conservateurs et deux autres personnes aux missions diverses (reproduction, communication, gestion de projets et de subventions), nos moyens sont limités. Pour autant, pour une si petite équipe, nous avons déjà beaucoup accompli et ça reste un plaisir de travailler avec les documents anciens, que ce soit pour les étudiants ou pour une exposition, numérique ou non. Le défi le plus important est certainement de faire en sorte de continuer à aimer mon métier, malgré les pressions qui l’entourent.

Entretien réalisé par Erell Smith (étudiante en master de recherche à Rennes II), en collaboration avec Katell Lavéant (Université d’Utrecht).