Le Livre et la Mort, une exposition conjointe des bibliothèques Mazarine et Sainte-Geneviève à Paris

Inaugurée dans le cadre du 18e congrès international de l’association Danses macabres d’Europe (19-23 mars 2019), l’exposition en cours à la Bibliothèque Mazarine et à la Bibliothèque Sainte-Geneviève explore les liens qui unissent la mort et l’écrit. Les pièces exposées, issues principalement des collections des deux établissements, mais aussi de la Bibliothèque nationale de France – département de la Réserve des Livres rares ainsi que de collections particulières, illustrent la diversité des apparitions de la Mort dans le livre européen, du Moyen Âge au 18e siècle.

Fléaux de tous ordres et angoisse de la fin des Temps favorisent une expansion du macabre à la fin du Moyen Âge. « Incarnations » de la Mort et représentations des morts investissent alors le livre, bien au-delà des répertoires privilégiés que sont les arts de mourir, les livres d’heures et les danses macabres. La Mort elle-même, comme figure et comme sujet, fait son entrée en littérature au 14e siècle, suscitant une appréhension moins abstraite du trépas. On dit et on représente désormais la déchéance des corps, souvent associée aux fins dernières que sont le Jugement, l’Enfer et le Ciel. Le corpus des images évolue, infléchi par l’Humanisme, la Réforme et la reconquête catholique, touché par l’évolution du cérémonial funéraire, s’adaptant aux nouvelles pratiques sociales d’encadrement de la mort. L’épigraphie, le manuscrit puis l’imprimé ont été mobilisés pour préserver le souvenir des disparus, et le rapport d’intimité qui lie le livre au lecteur a fait du premier le miroir privilégié des interrogations du second sur sa propre finitude.

À travers l’illustration peinte et gravée, l’ornement typographique, la reliure ou l’héraldique, se déploie une iconographie funèbre ou macabre fascinante, avec ses scénographies et sa gestuelle (la Mort qui frappe, fauche, entraîne, moque, désigne, triomphe…), ses attributs et symboles (faux, dard, crâne, tibia, larmes, torchères, chauve-souris, outils du fossoyeur…), dont il importe de comprendre le sens et les évolutions.

Illustration 2 : La mort frappant, dans un Livre d’heures imprimé à Paris par Gilles et Germain Hardouyn, Paris, 1518 (Bibliothèque Mazarine, 8° 34966 Rés.)

Memento mori

La première partie de l’exposition illustre le développement d’une sensibilité macabre à la fin du Moyen Âge, qui s’explique par la conjonction de différents facteurs : les fléaux du temps, la peste et la guerre ; les changements d’une société désormais plus complexe, où l’individu émerge du groupe ; la prédication des ordres mendiants qui, incitant les populations à faire leur salut, martèle l’inéluctabilité de la mort. Le cadavre en décomposition revêt à cette fin une puissance émotionnelle et pédagogique incontestable. Il investit les sermons, mais également les peintures murales, la statuaire, les livres de prières, la littérature de dévotion comme profane, en se confrontant au vivant en un memento mori insistant ; c’est la lamentation du Vado mori, la Danse macabre, le « dit » des trois morts et des trois vifs.

Illustration 3 : Danse macabre, Paris, 1490 (Bibliothèque Mazarine, Inc. 593)

Les fins dernières se matérialisent également dans le livre et son illustration : les livre d’heures, les manuels de confession, le calendrier des bergers donnent ainsi à voir le Jugement, la dispute de l’âme, et tout particulièrement l’enfer et ses peines. Le devoir de chacun est alors de se préparer à la mort, et à une bonne mort. L’Ars moriendi met en scène le mourant, particulièrement vulnérable aux assauts du diable qui lui souffle le désespoir et l’incroyance ; il énonce les inspirations angéliques à suivre ; il met l’accent sur l’agonie, tournant où se joue le devenir de l’âme, entre salut et damnation. La pensée humaniste relativisera cette alternative terrible en plaçant la vie au centre des conceptions des fins dernières et en faisant du bien vivre la condition majeure du bien mourir.

 

Illustration 4 : Ars moriendi, Paris, 1496 (Bibliothèque Sainte-Geneviève OEXV 671 Rés.)

Illustration 5: Manuel de confession, Paris, vers 1488 (Bibliothèque Mazarine, Inc. 1254)

Figures de la Mort

Le cadavre en décomposition ou le squelette, alter ego grimaçant de chaque personnage de la Danse macabre, devient finalement, à partir du début du 14e siècle, le symbole de celle des fins dernières, la Mort, qui est le plus souvent racontée et imagée. Elle s’insère dans les formes littéraires les plus variées, des poèmes de la fin du Moyen Âge où elle tient le premier rôle (comme le Pas de la Mort d’Amé de Montgesoie) aux Fables de La Fontaine où elle dialogue avec le bûcheron ou le vieillard, en passant par le livre d’emblèmes qui par l’association d’une sentence, d’une image et d’un court commentaire, régénère le discours ancien sur les fins dernières et annonce le thème de la vanité. Munie d’attributs sanglants (dard, flèche, faux), funèbres (pelle, cercueil), moralisateurs (sabliers, miroirs), la figure grimaçante se codifie jusqu’au stéréotype tout en suscitant toujours l’inventivité des enlumineurs et des graveurs.

Illustration 6 : La mort et le bucheron, gravure d’après Jean-Baptiste Oudry dans Jean de La Fontaine, Fables, Paris, 1755 (Bibliothèque Sainte-Geneviève, FOL W 327-330 inv. 465-468 Rés.)

Le processus de stylisation aboutit à la mise en œuvre d’un registre ornemental que le papier, le cuir et le parchemin partagent avec bien d’autres supports. Larmes d’argent sur fond noir, crânes et tibias entrecroisés investissent les bandeaux et culs-de-lampes des éloges et oraisons funèbres mais aussi leurs reliures ; le deuil de Catherine de Médicis et l’intense religiosité de Henri III, fondateur de plusieurs confréries pénitentes, marquent les débuts de la reliure funèbre et macabre.

Illustration 7: Reliure à décor macabre, Paris, vers 1586 (Bibliothèque Mazarine, 4° 18890 Rés.)

Célébration des morts

La célébration des morts, de chaque défunt dans son individualité, s’inscrit d’abord dans le temps court de la destinée terrestre et de son immédiat après. La représentation de l’office funèbre et de l’enterrement est fréquente dans le livre d’heures. Elle montre le faste des funérailles princières, chapelles ardentes, « poêles » ou draps funéraires chatoyants ornés de symboles héraldiques, nombreux deuillants ou pleurants ; elle montre aussi le dépouillement du corps cousu dans son linceul et ainsi placé dans la fosse, en un temps où la terre des cimetières est sans cesse remuée pour laisser place aux nouvelles sépultures et alimenter le charnier attenant.

Illustration 8 : Pompe funèbre de Charles-Quint, Anvers, 1559 (Bibliothèque Sainte-Geneviève, FOL W 348 inv. 501 Rés. (P.1).)

La célébration des morts s’inscrit aussi dans le temps long de la destinée de l’âme et des fins dernières. Le Concile de Trente valide le Purgatoire (que les protestants rejettent), troisième lieu de la géographie de l’au-delà où les âmes finissent d’expier leurs péchés ; la Contre-Réforme encourage la solidarité des vivants envers les morts. Le livre témoigne de la prégnance de la prière pour les défunts, à travers les écrits d’un Sainte-Marthe (De la piété envers les morts) et les livrets des nombreuses confréries des fins dernières. « Aere perennius », le livre et son illustration prolongent l’écho des éloges et oraisons prononcés en l’honneur des morts, le spectacle des cortèges funèbres et des éphémères catafalques baroques. La fonction de ces monuments de papier est ambiguë ; tout en célébrant les défunts, ils glorifient les vivants.

Illustration 9 : Billet d’enterrement, 1738 (Bibliothèque Mazarine, 2o 2652 U-34/50)

L’exposition se visite du 21 mars au 21 juin à la Bibliothèque Mazarine du lundi au vendredi, 10h-18h, et à la Bibliothèque Sainte-Geneviève du lundi au samedi, 10h-22h.

Florine Lévecque-Stankiewicz
Bibliothèque Mazarine

 

« L’odyssée des livres sauvés », une exposition au Musée de l’Imprimerie à Lyon

L’histoire du livre comme celle de la littérature ne manquent pas d’exemples iconiques de livres voués à la destruction et pourtant sauvés, pour être offerts, parfois des décennies après leur écriture ou leur production, aux lecteurs et lectrices – à l’instar de la Suite française d’Irène Némirovsky, dont l’image des carnets ouvre l’exposition L’Odyssée des livres sauvés qui se tient actuellement au Musée de l’Imprimerie à Lyon. Le parti-pris de l’exposition est d’offrir une déambulation méditative, voire poétique, parmi des livres sauvés des nombreux dangers qui guettent ces objets pérennes et pourtant fragiles. Elle se décompose en quatre axes : « Foudre – Les livres frappés » ; « Index – Les livres défendus » ; « Exil – Les livres dispersés » ; « Talismans – Les livres qui sauvent ».

Illustration 1: le parcours de l’exposition symbolisé par une carte de Yann Damezin.

Foudre met en avant quelques cas de livres menacés par les catastrophes naturelles autant que par les conflits humains, voire parfois simplement par le passage du temps. Plutôt que de faire un inventaire fastidieux de destructions de livres que l’on pourrait au moins faire remonter à l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie, les commissaires de l’exposition ont choisi d’en éclairer quelques exemples à travers des sauvetages qui frappent l’imagination, telle la reconstruction de l’Hortus deliciarum. Le manuscrit de ce Jardin des délices composé au XIIe siècle par Herrade de Landsberg, abbesse de Hohenburg, pour l’édification de ses moniales, fut en effet détruit lors de l’incendie de la bibliothèque de Strasbourg en 1870, suite à un bombardement de l’armée prussienne. Cependant, la qualité des enluminures de cet épais manuscrit avait attiré l’attention de divers érudits du XIXe siècle, qui en firent des copies en couleur. Au terme d’un travail de rassemblement et de recoupement de ces copies éparses, c’est finalement plus de 80% de l’Hortus dont on a gardé des reproductions qui permettent, malgré la perte de l’original, de se faire une idée précise du raffinement de ses miniatures.

Illustration 2: Une illustration de l’Hortus deliciarum reproduite par Christian Maurice Engelhardt en 1818.

La salle Index met quant à elle l’accent sur des livres interdits, mais aussi mutilés pour leur contenu jugé scandaleux. On observe ainsi le caviardage d’une édition du XVIIIe siècle du Britannicus de Racine, sans doute jugé trop sensuel par un censeur du siècle suivant ; on peut aussi examiner un exemplaire aujourd’hui conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon des Épîtres familiaires de Cicéron imprimé en 1542 par Étienne Dolet et à moitié mangé par les flammes, sans que l’on sache précisément dans quelles circonstances on a voulu faire subir à ce livre le même sort que son imprimeur.

L’interdit frappe autant des romans de mœurs que des essais politiques, et tente de faire disparaître des revues militantes, tel ce numéro 12 de la revue Recherche, intitulé Trois milliards de pervers et paru en 1973. Ses articles consacrés aux pratiques homosexuelles valurent une condamnation au directeur de publication au terme d’un procès pour outrage aux bonnes mœurs, et la mise au pilon des exemplaires du numéro incriminé. Si une nouvelle version, allégée d’une centaine de pages, fut bien publiée, quelques exemplaires de la première version échappèrent à la destruction, nous permettant ainsi de lire aujourd’hui les articles originaux. C’est au fond la leçon que l’on tire des différents ouvrages présentés dans cette salle : il est plus difficile que l’on croit de faire disparaître tous les exemplaires de textes scandaleux, et d’en faire taire les auteurs.

Illustration 3: Couverture du numéro non censuré de Recherches 12, 1973.

Si Foudre et Index portent dans l’ensemble davantage sur des institutions et des communautés, Exil et Talismans s’attachent à des destins individuels d’auteurs et autrices, de collectionneurs et collectionneuses, de lecteurs et lectrices. L’accent y est mis sur des œuvres qui pourraient souvent aussi bien se retrouver dans la section Index, comme le roman historique Vie et destin de Vassili Grossman, publié bien après la mort de son auteur en butte à la censure soviétique. Mais il s’agit là davantage d’éclairer comment les livres, et les bibliothèques, peuvent prendre une dimension rédemptrice pour des hommes et des femmes qui y consacrèrent leur vie, du grand collectionneur Aby Warburg dont la collection fut à l’origine de l’institut de recherche et de la bibliothèque éponymes, au lien intime qu’entretiennent écrivains et lecteurs avec leurs livres préférés.   

Dans chaque salle, c’est aussi un parcours artistique qui rythme la découverte des livres exposés. L’exposition a en effet été conçue en collaboration avec Yann Damezin, un illustrateur lyonnais qui a produit une série de portraits de ‘sauveurs’ ainsi qu’une carte de l’exposition dont le paysage ne peut manquer d’évoquer la carte de Tendre.

Illustration 4: série des portraits de sauveurs par Yann Damezin

Mais d’autres œuvres accompagnent aussi les livres pour refléter en images leur sauvetage ou leur action salvatrice, telles les photographies de Gabriel Hill, sur lesquelles des réfugiés posent avec des livres particulièrement importants pour eux, parfois seuls objets de leur vie d’avant à avoir pu les accompagner dans leurs déplacements.

Illustration 5: Gabriel Hill, projet « imPortraits », 2016

Cette alternance d’objets à voir et de médiation artistique permet évidemment d’éviter une exposition monotone de livres dans des vitrines. Cependant, il ne s’agit pas d’une simple astuce d’exposition. Les photos proposées ajoutent surtout une mise en perspective bienvenue, en enrichissant l’exposition par des émotions de lecteurs et lectrices – non seulement ceux représentés dans ces portraits, mais aussi les artistes eux-mêmes, qui se mettent ainsi en scène en lecteurs engagés, à l’instar de la plasticienne Marta Minujín, qui, en 2017, a réalisé un Parthenon of books avec des livres censurés, sur les lieux mêmes d’autodafés nazis dans la ville de Kassel.

Illustration 6: Marta Minujín, The Parthenon of books, 2017

Il est certain que cette exposition s’adresse à ceux et celles qui aiment les livres, déjà, encore et toujours. C’est là que l’on pourra voir aussi ses limites. Les longs textes des cartels obligent à une lecture attentive pour saisir l’intérêt de chaque objet présenté. Le choix de l’éclectisme dans la présentation oblige à une attention soutenue pour passer des particularités matérielles d’un livre ancien à la mise en contexte d’un livre moderne ou à la prise de position conceptuelle d’un artiste autour d’un livre-objet d’art.

Cette volonté de proposer un pêle-mêle qui libère l’imagination se fait alors parfois au risque de faire passer inaperçus des documents particulièrement émouvants ou de mettre sur le même plan des disparitions et des sauvetages qui nous semblent d’ordre radicalement différent. C’est par exemple le cas quand sont placés côte-à-côte, dans la salle Index, des livres manuscrits et imprimés évoquant l’écriture clandestine dans les camps de concentration et la spoliation des bibliothèques de possesseurs juifs, et un écran sur lequel sont projetées des données de la CIA divulguées par John Snowden en 2013. Sa présence même dans l’exposition interroge la notion même de « livre » – ici une clé USB rassemblant des fichiers de données brutes.

La dimension de cet écran et le défilement des données écrase quelque peu les vitrines voisines. Dans celles-ci sont pourtant présentés des documents saisissants, comme le manuscrit du Verfügbar aux Enfers, opérette revue en 3 actes, écrit clandestinement par la résistante Germaine Tillion à Ravensbrük en 1944, ainsi que des livres qui rappellent le sort de nombreuses bibliothèques de collectionneurs juifs qui furent confisquées par les nazis, et dont le sauvetage a justement été évoqué récemment sur ce blog avec un billet consacré aux collections de la Bibliothèque publique juive de Montréal.

Illustration 7: Germaine Tillion, manuscrit du Verfügbar aux Enfers

Par les sauts intellectuels auxquels elle soumet parfois ses visiteurs, et par la diversité assumée des périodes et des sujets brassés ensemble, l’exposition s’adresse donc à des lecteurs et lectrices confirmés, voire érudits, qui retrouveront dans les thématiques proposées des échos de leur propre expérience de lecture et de réflexion sur le livre et la littérature. Si l’on passe cet écueil, on est récompensé par le désir de lire et relire les livres évoqués à travers ce parcours, et bien d’autres encore. En cela, cette exposition est une ode à la lecture autant qu’à ses supports, ces objets fragiles et puissants que sont les livres qui accompagnent nos vies.

L’exposition est proposée par le Musée de l’Imprimerie de Lyon jusqu’au 22 septembre. Elle est accompagnée par un livre Bibliodyssées. 50 histoires de livres sauvés (Imprimerie Nationale, 2019), qui décrit les ouvrages présentés dans l’exposition et leurs histoires individuelles.

Katell Lavéant

Université d’Utrecht

« Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 » : précieuses diversités d’une collection universitaire

Pour célébrer les cinquante ans de la fondation de l’Université Rennes 2, de nombreuses activités sont organisées sur le campus des sciences humaines de la ville bretonne. Parmi elles, une exposition, « Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 », vient d’ouvrir dans le hall de la bibliothèque universitaire, pour mettre en avant certains trésors qui se cachent dans ses collections.

Le fonds contient en effet des ouvrages vieux de plus de cinq cents ans dont certains sont considérés comme des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’imprimerie, comme l’Atlas de Gerard Mercator, réalisé à Amsterdam par Jodocus Hondius en 1619.

La partie la plus ancienne du fonds provient des confiscations qui suivirent la séparation de l’État et l’Église en 1905. Les bibliothèques des séminaires de Rennes et d’Angers forment ainsi le cœur de la collection ancienne. Celle-ci a depuis également profité des dons d’anciens professeurs de l’université tels qu’Albert Feuillerat, spécialiste de littérature anglaise et collectionneur d’imprimés de théâtre dans cette langue, ainsi que de quelques achats stratégiques récents, notamment ceux des plans du campus réalisés par l’architecte Louis Arretche, présentés dans l’exposition.

Illustration 2: Vitrine présentant les papiers légués à la bibliothèque du chercheur Emmanuel Philipot, professeur à l’Université Rennes 2 de 1903 à 1939 et spécialiste du théâtre médiéval.

La plupart des documents montrés dans l’exposition sont aujourd’hui préservés parmi les milliers de livres qui constituent les réserves anciennes et modernes… souvent un peu oubliés par les étudiants et enseignants. L’exposition a donc pour but de donner plus de visibilité à ces objets pour les usagers de la bibliothèque, ainsi que pour un large public. Organisée par cinq étudiants encadrés par trois enseignants-chercheurs, elle oriente les visiteurs dans la diversité de ces fonds, enrichis par ces héritages multiples et exceptionnels.

Le regard féminin d’autrices majeures est d’emblée mis en contraste avec celui, d’habitude plus proéminent, d’auteurs tels que Ronsard et Machiavel. Au sein de l’exposition nous est ainsi montré le quatrième volume, édité et imprimé en 1836, du Journal des jeunes personnes, seul présent à la Bibliothèque Universitaire de Rennes 2 présentées ici [1]. La revue a bien circulé puisque l’on en retrouve des exemplaires à Paris, Lyon, Toulouse ainsi que dans le Nord. Si l’Institut de France en possède presque toute la collection, les exemplaires sont néanmoins très éparpillés et le volume de 1842 n’apparaît nulle part. Le Journal des Jeunes Personnes, par ses contenus scientifiques et littéraires de qualité, est aussi la traduction de la difficile acceptation de la femme savante et de la femme autrice sous la Monarchie de Juillet. On y retrouve en effet des articles rédigés par Antoinette Dupin sur la condition des femmes dans d’autres pays comme la Chine par exemple, mais aussi par Louise Colet, en plus de ceux écrits par de grands auteurs du monde littéraire, entre autres Victor Hugo et Chateaubriand. Si on étudie plus particulièrement ce quatrième volume, on retrouve, comme on peut s’y attendre dans ce type de revue destinée principalement aux adolescentes, des pages dédiées à la mode, à la broderie et à l’art de vivre. L’aspect plus innovant tient en la présence centrale de l’actualité littéraire et scientifique, jugée tout de même « convenable » pour les jeunes filles.    

Illustration 3: Vitrine présentant les « Regards de femmes », dont le Journal des jeunes personnes en bas.

La revue s’inscrit dans un monde qui se prête à la polémique de la presse, qu’elle soit littéraire ou politique, pour alimenter les conversations des dames. Mentionnons ici un débat littéraire de 1833 relaté dans le volume où la question est de savoir si la littérature russe est déjà engagée dans le romantisme, question soutenue par plusieurs articles comme ceux de Louis Viardot (écrivain et spécialiste de la Russie). La littérature étrangère trouve en effet sa place dans la revue, ici avec les écrits allemands de Friedrich von Schiller. Ce qui est très original pour l’époque, c’est la présence de contes populaires et fantastiques ainsi que de la littérature sociale et morale. Avec cette volonté, au-delà de la lecture de grands classiques, de faire connaître les artistes du temps présent, on peut par exemple lire un passage sur un certain Beethoven… D’ailleurs des partitions complètent l’ouvrage, avec des thèmes venant de la littérature. Certaines partitions contiennent des arrangements pour guitares, comme ceux de Ferdinando Carulli (ses morceaux célèbres étant beaucoup joués dans les Salons), alors que des journaux équivalents ne contiennent que des partitions pour piano. Enfin, les articles de la revue sont illustrés par plusieurs planches. Il y a une véritable mise en scène du texte avec des propositions harmonieuses, la composition annonçant déjà l’illustration des ouvrages de vulgarisation scientifique pour la deuxième moitié du XIXe siècle. Sans le format du schéma scientifique, les planches permettent d’apprendre à regarder et à observer. C’est donc un bel ouvrage à venir admirer pour ses illustrations délicates et précises, mais aussi à feuilleter pour se plonger dans le monde littéraire, politique et scientifique foisonnant du XIXe siècle.

L’exposition ne prétend pas seulement s’intéresser aux livres de prestige dans leur forme matérielle, mais également dans le contenu qu’ils véhiculent. As Mulheres Do Meu Pais, écrit par la journaliste militante Maria Lamas, fait partie de ces ouvrages que les conservateurs de la bibliothèque se réjouissent de posséder[2]. Très connue au Portugal, Maria Lamas s’impliqua activement dans la reconnaissance du rôle méconnu joué par les femmes au sein de la société portugaise. Dès les années 1930, la militante féministe prit à contresens la propagande de l’humble femme au foyer sous le régime de Salazar. Elle organisa notamment une exposition sur les travaux artisanaux des femmes incarcérées dont le succès inquiéta le gouvernement qui la fit fermer prématurément. La journaliste continua néanmoins de militer pour la reconnaissance de rôle social et économique des portugaises au cours d’une expédition dans le pays. Au fil des entretiens et des régions visitées, la journaliste put ainsi dresser un portrait de la condition féminine au Portugal beaucoup plus complexe et contraire aux idées reçues. Elle remarqua également que les femmes du sud du Portugal étaient beaucoup plus émancipées puisqu’elles tenaient entre autres les comptes domestiques de main de maître, dont la paie de leur mari. À l’inverse, leurs consœurs au nord étaient beaucoup plus sujettes à l’autorité patriarcale et sortaient peu du foyer. Maria Lamas accompagnait enfin ses témoignages et ses commentaires de photographies des femmes interrogées destinées à prouver leur implication directe dans l’économie du pays.

Illustration 4: As Mulheres Do Meu Pais, de Maria Lamas

On peut les voir en effet en plein effort en train de pêcher, labourer ou pousser de lourds wagons de charbon. Ces photographies sont donc également là pour démentir le topos de la fragilité trop souvent liée au sexe dit « faible ». Ce regard féminin sur la condition féminine au Portugal adresse ainsi message clair : les portugaises ne sont pas seulement des mères et des épouses, mais surtout de robustes travailleuses. Et naturellement aux yeux de Lamas, issue de la première génération de féministes, il était essentiel qu’elles soient reconnues en tant que tel.  

Ce travail documentaire précis réalisé par la journaliste fut régulièrement publié dans une série de petits fascicules qui circulèrent dans tout le pays et connurent un grand succès entre 1947 et 1950. Le livre exposé à la bibliothèque de Rennes est le témoignage de ce succès et de l’importance accordée à ces fascicules puisqu’il les réunit tous dans une publication reliée en cuir. La qualité de sa couverture ainsi que la présence d’éléments de couleurs indiquent par ailleurs que cet ouvrage était jugé suffisamment intéressant pour lui attribuer une édition de qualité qui séduirait les acquéreurs. Tant d’engouement pour le travail de Maria Lamas et son implication pour la cause des femmes ne la protégèrent pas néanmoins de la pression du gouvernement. Décidément trop en désaccord avec la propagande du régime, elle choisit en effet de s’exiler à Paris en 1962. Sa présence fut remarquée alors et il n’est pas impossible que le livre exposé dans nos fonds aujourd’hui soit l’acquisition d’un ancien chercheur de la faculté de Rennes admiratif du travail acharné de cette journaliste féministe qui s’éteignit à l’âge vénérable de quatre-vingt-dix ans (1983).

Illustration 5: Vue d’ensemble de l’exposition.

Dans une région à l’identité culturelle forte, il était logique de mettre également en avant dans l’exposition les origines et les thématiques locales d’un certain nombre d’imprimés, notamment avec des livres illustrés par des peintres bretons, tels Mathurin Méheut, artiste lamballais du XXe siècle. L’exposition propose ainsi une vitrine consacrée aux ouvrages remarquables dont la particularité est d’avoir été produit ou imprimé à Rennes et ses environs. En effet, la réserve moderne de la Bibliothèque Universitaire Rennes II conserve une trentaine de beaux ouvrages des Éditions Folle Avoine acquis par la bibliothèque et mis à la disposition des étudiants et enseignants de l’université. C’est dans la région rennaise, à Bédée, qu’ont été inaugurées les Éditions Folle Avoine par le poète Yves Prié en 1980. Outre son talent de poète, Prié a su se montrer polyvalent afin de mener à bien son projet. En se formant aux différentes pratiques de la fabrication du livre, il devint tour à tour imprimeur, typographe et metteur en page, ainsi son amour des livres transparaît dans chaque livre proposé.

Le catalogue présente des livres à tirage limité sur du grand papier, alliant la poésie et l’illustration. En effet, Yves Prié a conçu de magnifiques ouvrages dont la beauté réside dans la conception artistique. L’esthétique plutôt sobre des couvertures tout papier aiguise la curiosité des lecteurs et permet à l’imagination de se déployer loin de toute fioriture. Parus sous forme de livres d’artistes de différents formats, ces ouvrages sont le fruit d’une profonde réflexion sensible entre plusieurs personnalités littéraires et artistiques contemporaines. Au-delà de la publication de ses propres poèmes « La nuit des pierres », « Passages des amers », « Frontières » et « Granit », Prié révèle des écrivains et poètes tels que Heather Dohollau ou Alain Kervern qui ont, pour la grande majorité, des attachements à la Bretagne. Il accorde cependant une importance particulière à mettre en lumière des textes oubliés d’auteurs classiques, comme par exemple l’édition d’Ubu intime d’Alfred Jarry.

Il présente aussi une collection de littératures étrangères, invitant les lecteurs aux voyages imaginaires. Plutôt que de les présenter comme des livres d’artistes, Prié préfère la formulation de « livre pour artistes »[3], faisant de l’objet-livre un lieu de partage et de collaboration. En effet, les poèmes et écrits des auteurs sont magnifiés par des illustrations aux styles variés de Nicolas Fédorenko ou encore de François Dilasser. Grâce à des lignes minimalistes, des formes cézaniennes et des couleurs épurées, les illustrations proches de l’abstraction informelle habillent les différents textes ; la diversité est le maître-mot de ces collections inédites et originales, tant par le fond que par la forme. À contre-courant des maisons d’édition plus imposantes, les Éditions Folle Avoine se différencient par leur dimension esthétique et poétique dans lesquelles le visible et le sensible s’entremêlent. Les livres d’artistes de ces éditions s’élèvent au rang des beaux livres grâce à la qualité de leur fabrication, leur assurant de durer dans le temps, ainsi qu’à une esthétique aérienne et à une proposition bibliographique hétéroclite et variée. Cette petite maison d’édition bretonne continue de se développer et d’étoffer son catalogue au fil des ans, permettant de faire vivre et découvrir divers auteurs et artistes méconnus.

Illustration 7: La BU de Rennes 2 a consacré une exposition aux ouvrages des éditions Folle Avoine en 2011.

La section de l’exposition sur les diversités régionales s’arrête aussi sur une pratique du livre qui, à bien des égards, fait du Nouveau Tristan écrit en 1554 par Jean Maugin, plus connu sous le nom du « Petit Angevin », et réédité par Benoît Rigaud à Lyon en 1577, un trésor à part. L’un de ses propriétaires s’est appliqué, au XVIIIe siècle, à diviser cet épais in-16 en deux parties distinctes, et a fait pourvoir les deux tomes ainsi créés d’une nouvelle reliure luxueuse. De petit livre bon marché produit pour une lecture récréative au XVIe siècle, l’ouvrage acquiert ainsi le statut d’objet de collection précieux quand ce type d’imprimés devient l’objet des convoitises des collectionneurs deux siècles plus tard. Les deux figures iconiques de Probé et de Tacite sont mises en avant sur la page de titre. La sagesse d’une légende celtique retravaillée par la généalogie de l’Histoire entre ainsi en résonance au fil du parcours de cette section avec une rare première édition d’une grammaire de la langue galloise de John Davies, publiée par John Bill à Londres en 1621, et avec celle de la Grammaire françoise-celtique ou françoise-bretonne de Grégoire de Rostrenen, parue à Rennes chez Julien Vatar en 1738.

Illustrations 8 et 9: le Nouveau Tristan, USTC 27470, et les grammaires galloise et bretonne

Dans ce prolongement, une autre section de l’exposition est dédiée aux « diversités linguistiques » présentes dans les collections de l’Université de Rennes 2. L’intérêt en est double : représenter cette diversité des langues, mais aussi celle des sources. Si l’on y trouve évidemment la présence de dictionnaires, la volonté était aussi de mettre en avant d’autres types de livres en langues étrangères. Il apparaissait alors tout naturel d’exposer un recueil factice de pièces écrites (ou co-écrites) par le célèbre dramaturge anglais John Fletcher, que la postérité a relégué dans l’ombre de son aîné William Shakespeare, avec lequel il eut parfois l’occasion de collaborer. À cet égard, la présence de la Colección de canciones patrióticas de Mariano de Cabrerizo y Bascuas, parue à Valencia en 1822, permet de mettre en lumière un héritage fondateur de l’Espagne moderne.  Ce petit ouvrage atypique regroupe en effet les partitions et paroles de chants patriotiques écrits lors de l’insurrection contre le roi Ferdinand VII, dont certains étaient encore chantés au XXe siècle, par les républicains pendant la guerre d’Espagne.

Une mention particulière doit être faite du dictionnaire sino-latin d’Étienne Frumont publié en 1742, qui surprend autant par son histoire que par le savoir-faire qu’a nécessité son impression. En effet celle-ci exigea la création sur mesure quelques années auparavant de caractères typographiques gravés sur bois, les Buis du Régent. De réalisation certes encore imparfaite, ils représentent cependant la première entreprise d’envergure dans l’impression de caractères orientaux en Europe, puisqu’on en réalisa plusieurs milliers. Ce livre se retrouva au centre d’une polémique concernant sa paternité, puisqu’un élève de Huang Jialuë, enseignant chinois installé à Paris à l’époque, accusa publiquement l’auteur (lui-même élève dudit Jialuë) d’avoir subtilisé les notes du défunt maître pour se les approprier.

Illustration 10: Vue de l’exposition avec le dictionnaire sino-latin de Frumont au premier plan.

Si le grec ou l’hébreu ne sont pas présents en tant que tels dans cette vitrine, le visiteur pourra en admirer les caractères et peut-être même reconnaître ceux de l’araméen et du syriaque, grâce à la présence voisine d’une prouesse typographique : la Bible polyglotte imprimée à Anvers par Christophe Plantin en 1568-1573.

Les vitrines de cette exposition illustrent ainsi la diversité des collections, proposant une sélection de livres et documents exceptionnels. Mais elles ne dévoilent en réalité qu’une fraction des richesses de la bibliothèque, qui restent en grande partie encore à découvrir.

L’exposition « Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 » est visible jusqu’au 3 mai 2019 ; des visites guidées seront organisées en avril, dont les dates seront indiquées sur le site web de la BU. Les livres et objets présentés dans l’exposition seront également mis en valeur dans un livre de prestige co-écrit par de nombreux chercheurs de Rennes 2.

Camille Crambes
Alex Delusier
Joanne Le Guen
Nicolas Lemaire
Isabelle Riquet
Commissaires de l’exposition, étudiant.e.s à Rennes 2

[1] Cette revue a fait l’objet d’une présentation de Catherine Sablonnière lors d’une séance du séminaire Autour du Livre à Rennes, dont sont tirées les informations présentées ici.

[2] Cet ouvrage a fait l’objet d’une intervention d’André Bélo dans les rencontres Autour du livre à Rennes.

[3] Jacques Brélivet, Préface de Folle Avoine : 30 ans d’éditions, Rennes : Service culturel de l’université de Rennes 2, 2011, p. 4.

 

Imprimer des images, diffuser son image. Les collections de la Chalcographie du Louvre avant la fondation du Louvre

Il est difficile de travailler sur le livre sans s’intéresser à l’estampe. L’impression des textes et celle des images ont suivi des chemins parallèles, et leurs voies se croisent sans cesse : l’image est partout dans le livre, imposant des contraintes techniques plus ou moins fortes selon les techniques utilisées. Les acteurs sont, eux aussi, proches. Si la vaste majorité des éditeurs sont des artisans privés, le pouvoir de diffusion de ces nouveaux médias est tel que le pouvoir royal va rapidement s’y intéresser : si l’Imprimerie royale est créée dès François Ier puis transformée en véritable manufacture par Louis XIII, le Cabinet du roi – son équivalent, mutatis mutandis, pour l’estampe – est fondé vers 1670 par Louis XIV et Colbert.

Couverture du catalogue de l'exposition (dir. J.-G. Castex)
Couverture du catalogue de l’exposition (dir. J.-G. Castex)

Quand le pouvoir royal se fait éditeur d’estampes

L’exposition  « Graver pour le roi » qui est actuellement présentée au musée du Louvre, revient sur ce lien fort entre pouvoir royal et estampe, à travers des collections conservées au département des Arts graphiques1. Car cette « manufacture nationale d’estampes » existe encore, sous le nom de « Chalcographie du Louvre », et possède des ateliers à Saint-Denis – Jean-Gérald Castex, conservateur au musée du Louvre et commissaire de cette exposition, en est le responsable. Il présente dans cette exposition le patrimoine sur lequel a pu s’appuyer la « Chalco » depuis sa (re)fondation en 1797 – toutes ces planches de l’Ancien Régime que l’institution conserve et qu’elle vient seulement de décider de cesser de tirer pour les patrimonialiser – issues de trois origines proches mais distinctes.

Dans trois espaces différenciés par leur scénographie sont ainsi présentées :

  • les estampes du Cabinet du roi

  • celles des Menus plaisirs (et de la Ville de Paris)

  • celles de l’Académie royale de peinture et de sculpture

La présence des estampes du Cabinet du roi au Louvre n’est pas évidente : c’est bien à la Bibliothèque royale, où s’est toujours trouvé le Cabinet des estampes français des origines à nos jours, qu’est créé cet atelier. Sa création doit être remise dans le contexte de « politique culturelle » du début du règne personnel de Louis XIV : création des Académies (Petite Académie 1663, des Sciences 1667…), établissements de manufactures… mais n’est pas intégrée à une stratégie globale : des planches ou des livres illustrés (livres de fête…) sont commandés au fil de l’eau – ce n’est qu’en 1670 qu’un programme général est établi, reposant sur des commandes planifiées aux meilleurs graveurs du temps. Certains des chefs d’œuvre de l’art du Grand Siècle en sortent, mais ces estampes sont avant tout destinées à un usage privé – cadeaux diplomatiques ou de Cour. Louis XIV est fier du résultat, il visite la Bibliothèque royale en 1681 et s’essaie à l’impression d’une estampe ; on achète aussi pour les réunir aux planches commandées certaines suites et séries réalisées par des privés (les Conquêtes de Beaulieu, par exemple) qui, par leur thématique, s’intègrent à la stratégie globale. Mais cela coûte très cher – l’histoire du Cabinet du roi est très vite celle d’une succession de projets pour rentabiliser le processus : on pense à l’affermer, on échange des épreuves avec des marchands étrangers, on vend finalement sous forme de recueils les estampes, et on retire même certaines pièces choisies avec soin jusqu’en 1743 avec la publication d’un catalogue des planches offertes.

Le garde du Cabinet des estampes, Hugues-Adrien Joly, aurait bien voulu que les diverses instances publiques qui commandaient des estampes lui versassent leurs plaques, mais l’histoire a bouleversé ses plans. La Révolution française reprend son idée, mais au profit du nouveau musée créé dans le palais du Louvre : la Chalcographie naît en 1797. Le garde des Estampes s’oppose de toutes ses forces à ce qu’on lui retire une partie de ses collections… ce qui finit pourtant par arriver : en 1812, les planches du Cabinet du roi rejoignent à leur tour la Chalcographie.

Au-delà du Cabinet du roi

Estampes et matrices des Menus Plaisirs
Estampes et matrices des Menus Plaisirs

Car parallèlement au Cabinet du roi, d’autres structures royales se sont faites éditrices d’estampes, en particulier les Menus Plaisirs. Dépendant de la Maison du roi, cette administration se lance dans la production d’estampes à partir du couronnement de Louis XV. Échaudés par l’expérience passée, leur but n’est pas de faire paraître des albums, recueils ou livres constitués, mais seulement des estampes en feuille dépeignant les grands événements du règne, et particulièrement les festivités éphémères – mariages, bals, funérailles… Inutile de souligner qu’il s’agit là encore de sources visuelles de première importance, au-delà de leur intérêt artistique. Si les modalités sont différentes, l’idée est toujours celle de Colbert : diffuser à une élite les beautés du règne et les proposer en modèle à la France et l’Europe, en faisant travailler certains des meilleurs artisans et artistes (les Cochin…).

Enfin, l’Académie royale de peinture et de sculpture conserve aussi un certain nombre de matrices. Des graveurs en sont en effet membres dès la seconde moitié du xviie siècle et doivent proposer un « morceau de réception » pour intégrer la compagnie. Parallèlement, l’Académie achète des plaques issues de fonds d’atelier, françaises (Edelinck, L. Cars…) ou étrangères (d’après Rubens…). Les plaques étaient tirées, et vendues par le concierge de l’Académie, de même que les livrets des Salons. Cela rapporte largement moins que les pièces d’art contemporains (300 l./an environ pour les pièces anciennes, à comparer aux 3700 l. de la seule Suzanne au bain de Porporati (1772)), mais l’idée de vendre conjointement patrimoine ancien et création contemporaine restera la base du fonctionnement de la Chalcographie, qui diffuse au cours des XIXe et XXe siècle l’image des chefs d’œuvre de la Nation.

Ces trois fonds sont présentés dans les nouveaux espaces d’exposition du département des Arts graphiques (où ils succèdent à l’exposition de Séverine Lepape sur les estampes en clairs-obscurs). Environ soixante-dix matrices, exclusivement en cuivre, datant des XVIIe et XVIIIe siècles, sont exposées. On y trouve certains des chefs d’œuvres de l’art français : les Batailles d’Alexandre d’Audran, la Colonnade du Louvre de Sébastien Leclerc, les livres de fêtes par Lepautre ou Israël Silvestre, les fêtes de Cochin, le Lycurgue de Demarteau, etc. Il est rarissime d’avoir accès à ces matrices et l’exposition est, ne serait-ce qu’en cela, un événement culturel majeur.

Faire une exposition d’un fonds pléthorique

Sélectionner seulement soixante-dix pièces parmi les chefs d’œuvre à disposition est forcément un arrache-cœur. J.-G. Castex s’y emploie avec brio, jonglant entre passages obligés et découvertes pour aboutir à un résultat qui se veut représentatif des fonds conservés. Quoi qu’il en soit, le sujet est suffisamment peu connu du grand public pour que les visiteurs y trouvent leur compte. L’exposition est également l’occasion de présenter quelques mystères qui n’ont pu être résolus ! Certaines matrices sont présentées recto-verso… car le cuivre coûte cher et qu’il n’était pas rare que les plaques fussent réutilisées.

Portrait sur le revers d'une plaque
Portrait sur le revers d’une plaque (cat. 48c)

Un portrait de la Vierge (?) est ainsi présenté au revers d’une plaque de l’Académie, dont les spécialistes ne trouvent pas d’épreuves, ni l’auteur (cat. 48c). Plus étrange encore, une ébauche (?) au trait sur le verso d’une des Batailles d’Alexandre (cat. 10), abandonnée et gravée en miroir par rapport au recto – une très rare épreuve issue de la collection Bégon en est conservée à la BnF.

La scénographie est très simple : la plupart des pièces sont présentées à la verticale sur les murs peints de très belles couleurs sombres (un aubergine pour les deux premières parties, un bleu très foncé pour la troisième) qui font ressortir les papiers et les métaux. L’estampe n’aime finalement pas être présentée sur un mur blanc.

Scénographie de l'exposition : la partie sur l'Académie
Scénographie de l’exposition : la partie sur l’Académie

On aurait aimé, peut-être, que la grande salle tout en longueur soit rythmée par des cimaises perpendiculaires aux murs, afin de créer des espaces thématiques mieux définis et rendre le tout plus intime. Mais le principal regret vient du fait que l’immense majorité des planches n’ont pas été désaciérées pour être présentées ! L’aciérage consiste, comme son nom l’indique, à déposer une très fine couche d’acier sur le cuivre, afin qu’il résiste à des milliers de passages sous la presse sans s’abîmer. Mais ce procédé date du milieu du XIXe siècle – on se trouve ainsi avec des plaques peu lisibles, de couleur argentée, bien loin de ce à quoi ressemble une matrice de cuivre normale. Le public étant peu familier de ces questions risque de repartir avec une fausse idée de ce qu’est une matrice et de la chronologie des techniques et pratiques. Il est fort surprenant que la Chalcographie n’ait pas été capable de désaciérer quelques dizaines de plaques pour une exposition de tout premier rang qui devrait faire sa fierté. Et ce d’autant que, pour être lisible, une plaque doit être « encrée » (de l’encre insérée dans les creux, comme si on allait l’imprimer) et, pour la protéger, vernie. Là encore, le travail a été trop vite fait et le vernis blanchit – le commissaire n’est évidemment pas à blâmer mais on s’interroge sur les moyens accordés à une telle exposition pour que la tradition d’excellence du Louvre dans la présentation des pièces ait ainsi dû être abandonnée.

Le Louvre, lieu d’exposition de l’estampe ?

Une telle exposition aurait bien sûr eu toute sa place à la Bibliothèque nationale de France, sur le site Richelieu, où les presses du roi ont roulé, où on a relié et distribué les épreuves aux grands personnages qui en obtenaient un exemplaire à force de supplications, où sont encore conservées les archives et où Colbert voulait que fussent conservées les épreuves en fondant le Cabinet des estampes. Mais sa présence au Louvre a un grand avantage – en dehors d’obtenir une visibilité supérieure auprès du grand public et des touristes étrangers – celui de faciliter le prêt d’œuvres d’autres départements de ce musée. Car s’il n’est pas rare de voir des dessins préparatoires à côté d’estampes, il l’est beaucoup plus de voir côte à côté un tableau étranger ayant appartenu à Louis XIV, la matrice qui l’interprète par la gravure et une épreuve qui en est tirée.

De Carrache à Chasteau (tableau, matrice, estampe)
De Carrache à Chasteau (tableau, matrice, estampe)

C’est qui est proposé ici avec la Lapidation de saint Étienne, d’Annibal Carrache (v. 1600-1610), interprétée par Guillaume Chasteau (1670). Plus exceptionnel encore, la présentation d’une statue antique des collections royale, avec la matrice et l’estampe (Claude Mellan). De tels rapprochements entre médias apportent toujours beaucoup puisque c’est en travaillant sur le modèle d’une estampe de Baudet (cat. 8) qu’un buste antique de Versailles, que l’on pensait de la collection Campana, a pu retrouver son historique royal.

D'un antique à Claude Mellan (sculpture, matrice, estampe)
D’un antique à Claude Mellan (sculpture, matrice, estampe)

De nombreuses découvertes sont publiées dans le catalogue. Elles viennent s’ajouter aux travaux académiques qui avaient été régulièrement publiés sur le sujet, et qui avaient largement progressé à la fin du siècle dernier et au début du nôtre par la consultation plus systématique des archives (du Cabinet du roi au département des Estampes de la BnF, des Menus plaisirs aux Archives nationales…). Mais le catalogue est surtout bienvenu car nous manquions d’une bonne synthèse sur le sujet, particulièrement pour tous ceux (historiens de l’art, historiens du livre…) qui doivent connaître ce phénomène et ces pratiques sans en être spécialistes. Au cours de ses deux siècles d’existence – 350 ans si l’on compte le Cabinet du roi – la Chalcographie aura été un fascinant exemple de commande publique nourrissant la création contemporaine, mais aussi de capacité à rendre patrimoniales ces œuvres contemporaines en les incluant dans un plus large catalogue, à l’importante profondeur historique et en perpétuel enrichissement.

L’exposition est ouverte jusqu’au 20 mai 2019.

  1. l’auteur de ce billet a participé à l’exposition par des notices dans le catalogue et en contribuant aux prêts accordés par la BnF, où il travaille professionnellement []

La bibliothèque de deux notables roussillonnais : Félicien et Henri Maudet

Une exposition qui met en valeur un fonds récemment donné à la Bibliothèque de l’Université de Perpignan Via Domitia se tient dans la bibliothèque de Droit-Lettres du 23 janvier au 15 février 2019. Le directeur des bibliothèques universitaires, Audry Bettant, nous en propose une visite virtuelle.

Genèse de l’exposition et brève biographie des frères Maudet

Illustration 1: Vitrines de l’exposition de la Bibliothèque universitaire de Perpignan

Au printemps 2014, Christine Pagnon-Maudet, directrice de l’Institut d’Administration des Entreprises de l’Université de Perpignan Via Domitia, fait don à la Bibliothèque universitaire de Perpignan d’un ensemble de 250 ouvrages ayant appartenu à son père et à son oncle, Félicien et Henri Maudet. Ce don, fait par le biais de la Fondation de l’Université, est composé en grande partie d’ouvrages du XIXe siècle, mais comprend également 45 ouvrages des XVIIe et XVIIIe siècles. Les domaines couverts sont larges bien qu’une majorité des ouvrages soient des ouvrages traitant de politique et de religion. 

Félicien (1902-1967) et Henri (1907-1963) sont en effet d’une famille profondément catholique et royaliste de la Salanque, territoire de grands propriétaires terriens situé au nord-est du département des Pyrénées Orientales, entre la Méditerranée, la plaine du Roussillon et la vallée de l’Agly. Nés à Ste-Marie-la-Mer dans une famille très modeste, les deux frères sont repérés rapidement par le curé de leur paroisse qui les prend sous son aile et les oriente vers des études au Petit séminaire de Perpignan. Ils sont placés sous la protection de l’archiprêtre de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan, le chanoine Ferdinand Izart (1865-1945).

Félicien ne poursuit pas le séminaire mais étudie le droit et l’histoire à Paris, jusqu’à obtenir le doctorat dans chacune des matières, puis devient avocat. Pour financer ses études, il devient secrétaire particulier du Comte de Paris, Henri d’Orléans. Secrétaire général des étudiants d’Action française, il rompt avec celle-ci et avec les jeunes gens de la Jeune Droite catholique dès 1930. Les désaccords avec Maurras étaient devenus nombreux : motifs religieux avec la condamnation de Pie XI en 1926, volonté de faire du catholicisme le vrai inspirateur de la vie de la cité et non pas un simple facteur d’ordre moral et social, ouverture à une politique de justice sociale, refus de l’immobilisme intellectuel. Félicien Maudet fait partie d’un groupe dissident de l’Action française, nommé Réaction. Ce groupe regroupe tous les royalistes catholiques voulant donner un contenu spirituel au politique.

Illustration 2: Félicien Maudet (1902-1967)

Ce refus du « Politique d’abord » rejoint également leur antimatérialisme. Ce groupe s’oppose farouchement au capitalisme autant qu’au socialisme, au fascisme et hitlérisme autant qu’au communisme. Il souhaite voir appliquer la doctrine sociale de l’Église, et restaurer la monarchie chrétienne. Marié en 1937 avec Marguerite Escarguel (1907-2001), d’une riche famille audoise, ils n’ont pas de d’enfant, jusqu’à ce qu’ils adoptent Christine en 1952. Félicien est également officier de réserve au 24e Régiment d’infanterie coloniale, devenu le 24e RIMA de Perpignan. Bâtonnier de l’ordre des avocats des Pyrénées orientales, il se fait l’avocat de tous, même de ceux qui ne peuvent pas verser d’honoraires, et surtout des salanquais qui font appel à ses services. Il décède en 1967.

Henri est envoyé dès 1924 au Séminaire Français de Rome étudier la philosophie et la théologie à l’Université pontificale grégorienne. Il y reste jusqu’en 1932, mais est ordonné prêtre à Perpignan le 22 juillet 1931, durant ses vacances. Son parcours sacerdotal se divise ensuite en deux périodes : 15 ans comme professeur au Grand Séminaire de Perpignan, 14 ans comme curé d’importants villages, Latour-de-France et Ille-sur-Têt. Au Grand Séminaire, ses doctorats le prédisposent à l’enseignement de la philosophie, de la théologie fondamentale et du dogme, mais on le trouve également chargé de la prédication, de la liturgie, du chant… et des sciences. Curé de Latour-de-France puis d’Ille-Sur-Têt, il dessert également les villages environnants, ce qui ne l’empêche pas de mener quelques recherches d’histoire locale.

Illustration 3: Les Bénédictions du territoire, mémoire dactylographié, entre 1949 et 1960, Perpignan, Archives diocésaines, inv. n° 14 283.

→ Devenu curé d’une paroisse rurale, Henri Maudet étudie une particularité liturgique du diocèse : les bénédictions du territoire (3 mai), distinctes de la bénédiction de la saint Marc (25 avril) et des rogations (avant l’Ascension). Ce document, un brouillon bien abouti comportant quelques annotations manuscrites, n’a jamais été édité.

Dans les deux cas, ses fonctions de curé-doyen en font un prêtre relativement important. Il meurt prématurément en 1963, à 56 ans, après avoir lutté près d’un an contre la maladie. Plus de 80 prêtres participent à ses obsèques à Ille-sur-Têt, où les officiels se mêlent aux simples fidèles venus en nombre. Il est inhumé à Sainte-Marie.

Illustration 4: Henri Maudet (1907-1963), Archives diocésaines, série 2Y

La Bibliothèque donnée par Christine Pagnon-Maudet est une partie de la bibliothèque de son père et de son oncle. La partie concernant le droit, spécifiquement celle de son père, a été vendue après le décès de ce dernier pour éponger les dettes de Félicien qui, bien souvent, ne se faisait pas payer pour son travail.

Cet ensemble de 250 livres est doublement intéressant, d’abord pour l’intérêt qu’il recèle en lui-même et qui a poussé à consacrer une vitrine à la bibliophilie. La collection comprend des éditions très intéressantes par leur rareté, leurs marques d’appartenance, leurs imprimeurs locaux. Ensuite parce que cette bibliothèque est une bibliothèque intéressante du point de vue de l’histoire des idées, celles d’une fratrie profondément pétrie d’un conservatisme politique contre-révolutionnaire et d’une doctrine sociale attentive aux plus pauvres et aux exclus de leur époque. Ce positionnement de « royalistes sociaux » se retrouve dans cette bibliothèque. Deux vitrines sont consacrées à cette pensée riche et difficilement classable. Deux vitrines sont consacrées aux ouvrages de littérature et de piété qui forment un bel ensemble et montrent l’étendue de la culture et l’ouverture d’esprit de ces deux notables qui ne s’interdisaient pas de lire des ouvrages aux pensées diamétralement opposées aux leurs.

Cette exposition a pu être montée grâce aux ressources de la bibliothèque diocésaine, qui a prêté des documents évidemment liés à Henri Maudet, prêtre, mais également une étude historique de Félicien Maudet, daté de 1929 : La Révolution de 1848 dans le Département des Pyrénées-Orientales. Étude de la vie politique, économique et sociale au milieu du XIXe siècle, texte rédigé à partir de sources trouvées aux Archives départementales des Pyrénées orientales, afin de compléter les travaux d’Horace Chauvet. L’exemplaire est dédicacé à un professeur de Montpellier, où Félicien a étudié.

Illustration 5: Félicien Maudet, La Révolution de 1848 dans le Département des Pyrénées-Orientales, Perpignan: 1929.
Perpignan, Bibliothèque diocésaine, inv. n°26571

Descriptif de l’exposition

Les frères Maudet, bibliophiles

Parcourir les rayons de la bibliothèque d’Henri et Félicien Maudet révèle une certaine bibliophilie, un goût pour les livres anciens, notamment ceux du XVII-XVIIIe siècle, des éditions Elzevier vers 1640 aux œuvres de Rousseau imprimées à Amsterdam en 1772. Grâce aux marques d’appartenance (ex-libris, estampilles, indications manuscrites), nous pouvons reconstituer en partie l’histoire de ces livres. Parmi les anciens possesseurs, nous retrouvons une figure connue comme l’abbé Joseph Bonafont (1854-1935), curé d’Ille-sur-Têt, poète, catalaniste, érudit, qui créa la Revue historique et littéraire du diocèse de Perpignan, et d’autres plus obscures comme François Naudo, curé d’Enveitg, Cyprien Bosch (notable d’Ille-sur-Têt, ex-libris de 1733).

Illustration 6: Joseph Ullastra, Exercici del christià, Manresa : per Ignasi Abadal, [s.d].

→ Joseph Ullastre i Llopis (1690-1762), était un écrivain et ecclésiastique catalan. Son Exercici del cristià, livre de piété populaire en catalan, connut une grande diffusion jusqu’au milieu du XIXe siècle avec 28 éditions entre 1760 et 1852. Il est aussi l’auteur de la première grammaire de la langue catalane, restée inédite jusqu’en 1980.  Plusieurs ex-libris sont visibles: Joseph Prades, apothicaire à Arties (Val d’Aran) au début du XIXe siècle, puis François Naudo, curé de la paroisse d’Enveigt, qui a collé son ex-libris sur la page de garde et enfin l’abbé Bonafont.  Les gardes sont en papier dominoté à motif de cœurs verts, technique de la gravure sur bois. Au XVIIIe siècle, ce papier utilisé jusque-là surtout pour tapisser, est utilisé pour couvrir les livres avant reliure et pour les gardes.

La collection des frères Maudet est intéressante pour l’histoire du livre car on y retrouve différents types de reliures : veau, maroquin rouge (peau de chèvre teinte), plats simples ou décorés, dos dorés à l’or fin ; des pages de garde en papier marbré ou dominoté ; des ex-libris imprimés ; des gravures en taille-douce et sur bois ; et des exemples variés de compositions typographiques. Elle offre un échantillon représentatif des techniques du livre à l’époque moderne.

Illustration 7: Jean-Jacques Rousseau, Œuvres, Amsterdam : Marc-Michel Rey, 1772.

→ Reliure veau XVIIIe siècle. Frontispice gravé de Martinet. Ex-libris manuscrit de « Noguer, avocat général », certainement Jean de Noguer, avocat général du Conseil souverain de Roussillon, auteur d’un Traité des crimes suivant la jurisprudence de la Cour du Conseil souverain du Roussillon. Mort en 1782, professeur à l’Université de Perpignan.

La provenance des livres de l’abbé Bonafont laisse penser que les livres anciens venaient plutôt de la bibliothèque d’Henri Maudet mais c’est à ce stade une simple hypothèse.

Illustration 8: [Thomas a Kempis], De imitatione Christi libri quatuor, Paris : Barbou, 1773.

→ Papier bleu, tranches dorées, gardes avec papier marbré. Reliure de veau. Gravures de Joseph de Longueil (1730-1792) à partir des dessins de Clément-Pierre Marillier (1740-1808).  Livre imprimé avec les caractères de Fournier le Jeune et un bois signé de Papillon. Ex libris de l’abbé Joseph Bonafont daté de 1883

Pensée politique : entre conservatisme royaliste, renouveau philosophique et progrès social.

La bibliothèque des frères Maudet est pleine de paradoxes, elle contient évidemment des livres qu’on s’attend à trouver dans une bibliothèque de personnes proches de l’Action française, avec les maîtres du conservatisme voire de la réaction politique (Maistre, Veuillot, Bonald), cette littérature contre-révolutionnaire côtoie également des titres extrêmement polémiques, comme La France juive d’Edouard Drumont publié en 1886, pamphlet fondateur de l’antisémitisme contemporain. Cet ouvrage, publié dans un contexte de crise morale de la France suite à la Guerre de 1870 et d’explosion du libéralisme économique connut un succès considérable à sa parution.

Illustration 9: Victor Alet, La France et le Sacré-Cœur, Paris : Dumoulin, 1889.

→ Ce livre se veut une fresque de la Gaule puis de la France chrétienne, prospère et victorieuse. L’auteur parle des trois 89 : 1689, date du refus par Louis XIV de consacrer la France au Sacré-Cœur ; 1789, date de la Grande révolution vue comme le châtiment de ce refus ; 1889, la France fait pénitence et se repent avec la construction de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre.

À côté de cette littérature radicale se trouvent au contraire des ouvrages cherchant à renouveler la pensée philosophique. Des auteurs comme Victor Cousin, dont l’hégélianisme, le kantisme ainsi que l’intérêt pour la psychologie renouvellent la façon d’enseigner l’histoire de la philosophie, sont présents parmi les auteurs de cette bibliothèque. À mille lieues du cléricalisme et du conservatisme politique, de tels auteurs manifestent une collection éclectique et ouverte sur les nouveautés.

Le souci de développement de la condition ouvrière, les aspirations à la liberté de conscience, se perçoivent aussi dans cette bibliothèque, avec de grands noms du catholicisme libéral et social qui voit dans la devise française la traduction moderne du message évangélique. Ainsi la bibliothèque contient-elle des ouvrages de Lacordaire mais aussi de Frédéric Ozanam, fondateur des Conférences St Vincent-de-Paul. Les nombreux ouvrages de Mgr Gerbet, évêque de Perpignan de 1854 à 1864 présentent la pensée d’un homme dont le combat en faveur de la condition des ouvriers et de tout travailleur ainsi qu’en faveur de l’abolition de l’esclavage est connu. De ce point de vue-là, le positionnement de Mgr Gerbet est parfaitement conforme à celui des frères Maudet, cet évêque fut en même temps un grand défenseur des Etats pontificaux, un pourfendeur acharné d’Ernest Renan, un inspirateur de Pie IX dans son Syllabus, antimoderniste, et un grand promoteur de la défense des ouvriers, de l’éducation des filles ainsi que des soins aux malades et personnes âgées.

Illustration 10: Olympe-Marie Gerbet, La stratégie de M. Renan, Paris : Tolra et Haton, 1866.

→ Le célèbre évêque de Perpignan s’attaque à  Ernest Renan dont la Vie de Jésus publiée en 1863 fit scandale. L’ouvrage, publié après la mort de Mgr Gerbet survenue en 1864, vise à convaincre que Renan, loin d’être un scientifique érudit et neutre, n’est en fait qu’un prestidigitateur antichrétien (sic).

Une bibliothèque difficile à classer, qui reflète des hommes engagés dans un combat politique marqué mais intéressés par la question sociale et ouverts à des pensées qui ne leur sont pas familières.

Formation religieuse

La formation des clercs mais aussi des laïques est restée sensiblement la même entre le XVIIe siècle, qui est le siècle du plein déploiement des décisions du Concile de Trente (1545-1562) et les années 1950, précédant l’aggiornamento du concile Vatican II.

St Thomas d’Aquin (1225-1274) reste le docteur commun de l’Église et règne sur les études théologiques. Le renouveau thomiste de la fin du XIXe siècle a de plus accentué la prégnance de la philosophie et de la théologie thomistes dans la formation des clercs. Ainsi la bibliothèque des frères Maudet est-elle composée de nombreux ouvrages du « docteur angélique ».

Pour ce qui est de la spiritualité, l’Ecole française du XVIIe siècle a bien entendu la première place avec le cardinal de Bérulle, MM. Olier et Condren, saint François de Sales. La théologie morale est représentée par St Alphonse de Liguori (1696-1787) et l’art oratoire par les grands prédicateurs de l’époque classique : Bossuet, Fénelon, Massillon.

Illustration 11: Vitrine consacrée à la formation spirituelle

Œuvres littéraires

Les ouvrages littéraires de la bibliothèque des frères Maudet sont révélateurs tout à la fois de leur profonde culture classique, de leur positionnement politique mais aussi de leur éclectisme. La bibliothèque embrasse de larges pans de la littérature française et étrangère.

En premier lieu se trouvent les classiques de la littérature latine : Annales de Tacite, Odes d’Horace, œuvres complètes de Suétone, Juvénal ou Quinte Curce. Les ouvrages sont généralement en langue originale bien que nous trouvions aussi des traductions littéraires en français du XVIIIe siècle, toujours accompagnées du latin. Les titres sont exactement les mêmes que la Bibliothèque du XIXe siècle de Collège de garçons de Perpignan, donnée également à la BU. Les rééditions d’ouvrages de la Renaissance sont bien représentées avec, ici en présentation, un exemplaire du Roland Furieux de l’Arioste. La période classique est occupée par les grands orateurs religieux tels que Bossuet et Fénelon.

Les ouvrages de philosophes des Lumières sont également présents, avec notamment une collection de 1772 des Œuvres de Jean-Jacques Rousseau. Cela souligne l’ouverture dont faisaient preuve ces notables qui ne partageaient sans doute pas la pensée de l’auteur de La Nouvelle Héloïse.

Illustration 12: Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, Amsterdam : Marc-Michel Rey, 1772.

Le XIXe siècle présente les œuvres de Lamartine et Jules Verne. Une collection importante de livres de Châteaubriand nous est parvenue.

Deux titres sont ici présentés : Les Martyrs parus pour la première fois en 1809. Cet ouvrage présente le triomphe de la religion chrétienne au travers de martyrs des persécutions de Dioclétien. La figure de l’empereur Dioclétien fut facilement transposée à celle de l’empereur Napoléon Ier, ce qui valut des poursuites de la police impériale à l’encontre de la famille Châteaubriand.

Illustration 13: François-René de Chateaubriand, Les Martyrs, suivis des remarques, Paris: Firmin Didot, 1844, avec l’ex-libris d’Henri Maudet.

L’autre titre, Les Mélanges historiques, illustre à travers plusieurs opuscules les convictions royalistes légitimistes de Châteaubriand. Ces convictions sont franchement exposées avec les Mémoires sur le Duc de Berry, fils du dernier roi de France Charles X, assassiné en 1820 ; avec le manifeste Le roi est mort, vive le roi ! ou encore avec Notice sur la Vendée.

 Audry Bettant
D
irecteur des BU de l’Université de Perpignan Via Domitia

Avec la contribution d’Étienne Rouzies, conservateur à la BU de l’UPVD, et de Sophie Milard, responsable de la Bibliothèque et des archives diocésaines de Perpignan. Photographies d’Olivier Savoyat de la BU de l’UPVD.

Déshabiller le livre: une exposition au Centre Culturel Irlandais

Illustration 1: D 269 – Sancte Pagnino, Thesaurus linguae sanctae, Lyon : Sébastien Gryphe, 1529 ©Centre Culturel Irlandais

La reliure de l’ouvrage ci-dessus peut surprendre : elle s’inspire de l’art ottoman, qui influence la reliure occidentale durant la Renaissance, mais nous pouvons également voir qu’elle a été habillée d’une autre reliure au XVIIIe siècle, dont elle conserve encore le dos. Elle nous révèle une information importante sur la façon dont ce livre, selon ses possesseurs et l’époque, a été considéré différemment, passant d’une reliure soignée à une reliure plus ordinaire.

Habillée puis déshabillée, cette reliure passée de mains en mains, et de nombreuses autres, est mise à l’honneur du 25 janvier au 10 mars 2019 au Centre Culturel Irlandais (CCI, 5 rue des Irlandais, 75005 Paris) dans une exposition intitulée Déshabiller le livre. Vagabondage entre les reliures de la Bibliothèque patrimoniale et l’histoire du livre. Dix-huit ouvrages dont les reliures datent de l’époque moderne sont exposés, dans le but de faire découvrir la reliure au grand public et en particulier un échantillon de celles conservées à la bibliothèque patrimoniale du CCI.

Illustration 2: CCI, vue de l’exposition ©Centre Culturel Irlandais

La genèse de l’exposition

Chaque année, le CCI met au concours des bourses à destination des chercheurs afin de favoriser les travaux sur ses collections. Les heureux élus ont la chance de travailler au cœur même de la bibliothèque, dans la salle de lecture où sont conservés les ouvrages : dans une ambiance studieuse, sous le regard des reliures et dans l’odeur des livres anciens. Dans le but de rendre accessible leurs recherches au plus grand nombre et de valoriser ces documents, dont la richesse est à souligner, l’aventure peut être poursuivie sous la forme d’une exposition. Le CCI offre ainsi une nouvelle opportunité au chercheur : le faire sortir de sa tour d’ivoire en lui donnant l’occasion de prendre part à la diffusion des biens communs d’une part ; de lui faire concevoir une exposition d’un point de vue intellectuel et scientifique d’autre part. La présente exposition est issue d’un travail de recherche que j’ai effectué en 2013, intitulé « Les livres des établissements religieux parisiens dans le fonds de la Bibliothèque du Collège des Irlandais : étude des reliures françaises, XVIe-XIXe s. »

Illustration 3: La bibliothèque patrimoniale du CCI ©Centre Culturel Irlandais

Les paris de l’exposition

Rapidement, plusieurs questions se sont posées. Comment parler de la reliure – un domaine déjà difficile à aborder pour un historien car très jargonneux – en très peu de mots ? Qu’en dire ? Par quel angle l’aborder ? Comment mettre en avant des reliures qui sont, nous le verrons, non pas brillantes de mille feux comme ce qui est habituellement exposé, mais modestes ? Pire, comment faire lorsque l’on n’est pas une historienne de la reliure ?

L’idée a donc été de revenir aux fondamentaux, aux centres d’intérêt qui m’avaient poussée à candidater à cette bourse : l’objet de la reliure en lui-même ainsi que l’histoire du livre et des bibliothèques, afin de montrer au public que l’histoire peut aussi se faire en étudiant la matérialité des objets. Que nous apprend l’étude de ces objets du quotidien sur l’histoire des collections de la bibliothèque du CCI ?

La bibliothèque patrimoniale du CCI : un vivier pour l’étude des reliures courantes et soignées

Élément de protection du livre, de personnalisation, de décoration, la reliure est un objet auquel les propriétaires des livres et les libraires ont recouru durant des siècles.

Composée de livres issus d’établissements religieux parisiens fermés durant la Révolution française, la bibliothèque patrimoniale du CCI offre un observatoire très riche de reliures de facture modeste. La bibliothèque du séminaire des Irlandais – alors appelé « Collège des Irlandais » – disparaît elle-même lors des confiscations révolutionnaires. Elle se recompose au début de l’Empire avec la réouverture du Collège des Irlandais et elle récupère à ce moment-là des livres de ces établissements disparus, lesquels avaient, en leur temps, peu de ressources à allouer à leurs propres bibliothèques, d’où la présence de ces humbles reliures dans les collections du CCI aujourd’hui.

La valeur de ces reliures n’est pas moindre, bien au contraire, car elles mettent en lumière les usages du livre : sa circulation, son appropriation, son appréhension. Grâce aux signes apposés sur les reliures postérieurement ou non à leur fabrication, elles renseignent également sur les pratiques des bibliothèques publiques comme privées : la tenue d’un catalogue, le rangement des ouvrages, la manière dont le contenu d’un livre est évalué, la façon dont on classe le monde et les savoirs et dont on diffuse ces derniers à ses usagers, voire la façon dont on souhaite orienter leurs lectures. Ce thème avait d’ailleurs fait l’objet d’une autre exposition au CCI réalisée par Malcolm Walsby, sur les recueils factices et leurs usages, en 2017 : Le volume vivant : La longue vie des livres de la Renaissance. Cette nouvelle exposition entre également en résonance avec celle qui avait été réalisée par Emmanuelle Chapron il y a quelques années et désormais disponible en version virtuelle : Lire plume à la main. En effet, les gardes des reliures sont des espaces d’annotations, comme nous pouvons également l’apercevoir dans l’exposition.

Les axes de l’exposition

Cinq vitrines composant l’exposition, le propos est organisé en cinq parties.

La première partie propose de découvrir l’objet de la reliure en lui-même en présentant ses principaux éléments constitutifs et les principales caractéristiques des reliures françaises réalisées entre les XVIe et XVIIIe siècles. Le texte et les livres exposés donnent à voir quelques éléments structurants des reliures et invitent à la reconnaissance des peaux. Outre les informations relatives à la fabrication des reliures, les aspects économiques et commerciaux sont aussi abordés à travers l’exposition d’une reliure à la hollandaise – un type de reliure à moindre coût développé par les éditeurs Elzevier au XVIIe siècle – et d’une reliure comportant un défet de manuscrit, témoignage d’une fabrication à l’économie et des trésors que nous pouvons aujourd’hui trouver glissés dans les reliures.

Le deuxième panneau de l’exposition est consacré à un élément considéré comme phare de la reliure : ses décors. Cette partie propose au public d’apprendre à dater les reliures par leur décoration – ou par leur absence de décoration – et souhaite mettre en avant l’évolution des décors de la reliure française à cette période.

Illustration 4: CCI. E 3(1) et E 3(2) – Augustin de Lamet, Germain Fromageau, Le Dictionnaire des cas de conscience décidés suivant les principes de la morale, Paris : chez Jean-Baptiste Coignard et Hippolyte-Louis Guerin, 1733. ©Julien Mouffron-Gardner

En observant ses décors, il est possible de dater cette reliure au XVIIIe siècle, au cours duquel apparaît la mention du titre sur une pièce de titre. D’autres éléments témoignent de l’évolution des décors par rapport au siècle précédent: si la précision de la tomaison apparaît progressivement sur le dos au XVIIe siècle, elle se trouve ici sur une pièce de titre ; on trouve également un décor composé de motifs floraux, qui apparaît au XVIIe siècle et se développe au XVIIIe siècle.

Ces éléments liminaires posés, l’exposition propose de s’attarder sur les marques de possession pouvant parsemer les reliures. Il s’agit ici de s’intéresser à l’histoire du document dont il est possible de remonter le fil, à son appréhension et à son appropriation par ses différents propriétaires, à la dimension sociale de la reliure, dont la couvrure peut être un espace d’ostentation.

Illustration 5: CCI, panneau et vitrine dédiés aux marques de possession ©Centre Culturel Irlandais

Les reliures du CCI permettent également de vagabonder dans l’histoire des bibliothèques. La quatrième partie de l’exposition souhaite montrer au public que l’étude des reliures peut participer à la reconstitution intellectuelle de bibliothèques aujourd’hui disparues grâce aux divers indices dont les reliures recèlent – la présence d’ombilics et de coins, l’emplacement et la configuration du titre, l’apparition de la tomaison, la cotation, les mentions de catalogues.

Enfin, le cinquième panneau insiste sur un élément présent en filigrane tout au long de l’exposition : la longue vie du livre et des reliures. L’exposition permet de voir que les livres – et leurs reliures – circulent, changent de mains ; sont habillés, déshabillés, vêtus d’une autre façon en fonction des goûts de l’époque et des propriétaires ; sont marqués et annotés selon les besoins. À l’instar de leurs propriétaires, les livres vivent en tant qu’objet. Cette partie ouvre sur la vie de ces reliures aujourd’hui : non plus des objets ordinaires, du quotidien, mais des objets d’études, sanctuarisés par leur patrimonialisation. Les exemples exposés en vitrine montrent que ce changement de statut est lui-même visible sur les reliures : leur vie continue et l’objet d’étude ne tarit pas.

Illustration 6: Chantier de préservation des collections patrimoniales du CCI (2006-2011) ©Barbara Laborde

Cette photographie est issue du chantier de préservation des collections patrimoniales, qui s’est déroulé entre 2006 et 2011, un chantier qui témoigne de la mise en patrimoine de ces ouvrages. Une approche de type archéologique a été privilégiée : toutes les opérations de restauration effectuées sont réversibles et l’on a laissé visibles les traces témoignant des vies antérieures du document.

Une invitation au vagabondage

Observer une reliure permet donc de voyager : de suivre la fabrication d’un livre depuis sa dernière demeure, de faire une échappée dans les arts décoratifs, de se promener chez les propriétaires des livres, de fureter dans les bibliothèques où il est tantôt rangé couché, debout, coté, classé, regroupé avec d’autres en fonction de critères plus ou moins personnels selon les possesseurs. Étudier les reliures permet donc de réaliser des recherches historiques allant au-delà de la simple exploration des techniques de fabrication et des décors : déshabiller un livre par l’étude permet de constater que la reliure s’inscrit dans l’économie du livre et qu’elle témoigne de ses pratiques culturelles et sociales. Entre histoire des collections de la bibliothèque patrimoniale du CCI, histoire de la reliure, histoire du livre ou encore des bibliothèques, cette exposition propose une invitation au vagabondage et cherche à valoriser l’intérêt de ces objets ordinaires.

Cécile Capot
  Conservatrice-stagiaire des bibliothèques à l’Enssib

Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur

L’exposition Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur est consacrée à un corpus inédit d’ouvrages liés à l’Académie réformée fondée dans la cité ligérienne à la toute fin du XVIe siècle par Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623).

Dispersé entre les fonds anciens des villes de Saumur et du Mans, ce corpus réunit plusieurs reliquats de bibliothèques saumuroises du XVIIe siècle : celle de Mornay lui-même, celle de l’Académie (constituée à partir de la bibliothèque de Mornay) et plusieurs bibliothèques personnelles de professeurs. L’identification de ce corpus a pour origine la découverte fortuite d’un livre ayant appartenu à Louis Cappel (professeur d’hébreu entre 1613 et 1657) dans le fonds ancien du Mans1. L’enquête s’est déroulée en plusieurs étapes : d’abord une recherche thématique, rapidement suivie par un dépouillement semi-systématique (les collections mancelles réunissant plus de soixante mille volumes) des marques de provenance qui a permis d’identifier plusieurs reliquats saumurois dont l’un provenant de la bibliothèque académique elle-même ; ensuite une enquête à l’échelle régionale puisque la bibliothèque académique était réputée dispersée ; enfin, un dépouillement systématique du fonds ancien de Saumur où un second ensemble de reliquats issus des mêmes bibliothèques réformées a été localisé2.

In fine, ce sont une cinquantaine d’ouvrages issus assurément de bibliothèques calvinistes saumuroises qui ont pu être retrouvés à Saumur et au Mans, auxquels viennent s’ajouter une quarantaine de livres provenant très probablement de la bibliothèque académique, pour laquelle n’existe pas de marque d’appartenance spécifique3. En outre, l’enquête régionale a permis d’identifier des pièces éparses liées au corpus dans deux fonds angevins4. Enfin, quelques livres ayant appartenu à la figure centrale du corpus saumuro-manceau, Louis Cappel, ont pu être localisés à l’échelle européenne, tant en collections publiques que privées.

Illustration 1: Le protestantisme en France au XVIe siècle. Au premier plan, la bible renseignant la pratique du culte privé.

L’exposition est conçue en six sections. La première, qui fait office d’introduction, est consacrée au protestantisme en France au XVIe siècle. Elle présente d’une part les fondamentaux du calvinisme (avec notamment une Bible qui éclaire sous un jour nouveau la pratique du culte privé réformé) et d’autre part la figure fondatrice de Duplessis-Mornay. Sont mises en lumière ses bibliothèques (sa bibliothèque de travail et sa « petite bibliothèque » – celle où il conservait ses œuvres) et celle de l’une de ses filles, ainsi que son œuvre de controversiste (grâce à la richesse du fonds ancien manceau, rassemblant une large part des chaînes de controverses résultant des deux publications majeures de Mornay que sont le De l’Institution, usage et doctrine du saint sacrement de l’Eucharistie en l’Église ancienne et Le Mystère d’iniquité).

Illustration 2: La vitrine consacrée à la bibliothèque de Philippe Duplessis-Mornay et celle de sa fille Anne

Les quatre sections centrales de l’exposition présentent thématiquement l’Académie réformée de Saumur. La deuxième est une brève histoire de l’institution qui résume les trois grandes périodes de son existence : les origines (1599-1623), l’ère du triumvirat (1623-1664), les crises de la fin de l’institution (1664-1685). Au fil de cette section sont présentées plusieurs pièces éparses issues de bibliothèques de professeurs ou de huguenots saumurois, notamment l’un des deux envois autographes actuellement connus de John Cameron et un envoi adressée à Marc Duncan. Parmi les premiers professeurs de l’institution, un petit groupe d’Écossais eut un rôle central : Duncan est un professeur de premier plan du collège (il a la charge de plusieurs disciplines dont le grec) ; quant à Cameron, professeur de théologie, il est le fondateur de l’École de Saumur, courant théologique novateur qui s’épanouit au sein de l’Académie.

Illustration 3: Mornay et la controverse (premier plan) et la section consacrée à l’histoire de l’Académie (arrière-plan).

La troisième partie est consacrée à la formation des pasteurs, puisque telle était la fonction première d’une académie réformée. Le collège et l’Académie sont présentés séparément. Le collège est notamment mis en lumière au travers de livres de prix offerts par le conseil académique. Deux volumes portant la même reliure et une dédicace du recteur, mais offerts à 12 années d’intervalle, ont été retrouvés à Angers et Saumur. Ils attestent la commande d’une reliure spécifique par le conseil pour les cadeaux destinés aux collégiens. Le collège est également mis en lumière par un important ensemble (dix pièces) issus de la bibliothèque de l’un de ses professeurs de rhétorique, l’Écossais William Doull, qui fut en poste en milieu du XVIIe siècle.

À gauche, les cours donnés à l’Académie, à droite la bibliothèque de William Doull, à l’arrière-plan le portrait de Tanneguy Le Fèvre.

La formation des pasteurs en tant que telle était réalisée au sein de l’Académie. Elle est éclairée par différents dossiers : les cours de philosophie connus sous forme de manuscrits d’étudiants (quatre dont deux inédits sont présentés dans l’exposition) et qui témoignent de la domination de l’aristotélisme dans l’enseignement de la philosophie ; les thèses de théologie soutenues à l’Académie (dont un corpus inédit de 18 exemplaires de thèse au format de soutenance – plaquette d’une vingtaine de pages au format petit in-quarto) ; les cours publiés par certains professeurs, notamment le cours de philosophie de Marc Duncan, réédité cinq fois entre 1612 et 1655. Cette section s’achève par une partie spécifiquement consacrée à la bibliothèque académique, où sont présentés à la fois le catalogue de la bibliothèque (conservé aux Archives Nationales) et une dizaine d’ouvrages issus très certainement de cette bibliothèque (conservés à Saumur et au Mans). Cette partie est également l’occasion d’évoquer Saumur comme foyer éditorial dans la France du XVIIe siècle.

Illustration 5: Quatre livres de la bibliothèque de Mornay passés dans la bibliothèque académique.

Deux sections sont ensuite consacrées à l’École de Saumur. La première évoque les principaux représentants de ce courant théologique novateur qui se développa au sein de l’Académie avant d’essaimer hors ses murs. En effet, tous les membres de l’École de Saumur ne furent pas enseignants de l’Académie : des pasteurs partisans de cette tendance se retrouvent à travers le royaume de France (dans l’exposition sont représentés, par des envois autographes, Samuel Bochart, pasteur de Caen et Jean Daillé, pasteur de Charenton). Au sein de l’Académie elle-même, le triumvirat incarne cette école théologique originale. Dans cette quatrième section de l’exposition, sont présentés Moïse Amyraut (avec un envoi autographe adressé à un pasteur de Saumur) et Josué de La Place (avec un exemplaire de l’édition posthume de son traité sur la non imputation du péché d’Adam ayant été confié à un pasteur du synode provincial d’Anjou-Touraine-Maine pour un examen théologique).

Illustration 6: « Dans le cabinet de Louis Cappel »

Réalisée en collaboration avec Kevin Trehuedic (UPEC-CRHEC), la cinquième section est spécifiquement consacrée au troisième triumvir, le plus célèbre professeur de l’Académie, Louis Cappel, qui révolutionna la critique biblique. Sont exposées trois séries d’ouvrages : ceux provenant de sa bibliothèque puisqu’ils portent son ex-libris et/ou des notes autographes ; une évocation de cette bibliothèque d’hébraïsant dont on ne connaît malheureusement pas l’inventaire ; la réunion de dix livres dont Cappel est l’auteur. Parmi les livres ayant appartenu à Cappel, trois sont particulièrement remarquables : d’une part le dictionnaire d’hébreu de David de Pomis (1587) et le lexique syriaque de Christophe Crinesius (1612) abondamment annotés par Cappel, d’autre part la réunion de deux midrash imprimés à Venise (l’un chez David Bomberg, l’autre chez Marcantonio Giustinian) portant une vingtaine d’annotations de Cappel. Les deux dictionnaires sont conservés au Mans et le volume réunissant les midrash à Saumur.

Illustration 7: Le dictionnaire d’hébreu et les midrash (l’in-folio à droite) ayant appartenu à Louis Cappel.

L’intérêt de la réunion de cet ensemble est la mise en évidence de la relation entre les midrash et le dictionnaire d’hébreu. Dans les midrash, Cappel relève une vingtaine de mots en latin ou grec translittérés en hébreu dont il reporte l’occurrence à chacune de leur entrée dans le dictionnaire de Pomis. En outre, les très nombreuses annotations dans les deux dictionnaires (annotations étymologiques et/ou de localisation comparables à celles illustrées par le midrash) dévoilent la pensée de Cappel en action : on plonge ainsi dans l’élaboration de la méthode critique qu’il systématise dans son grand-œuvre, la Critica sacra parue en 1650. L’exemplaire de l’auteur, portant de nombreuses corrections autographes, a d’ailleurs été retrouvé après l’inauguration de l’exposition.

Enfin, la dernière section explique comment plusieurs bibliothèques saumuroises se trouvent désormais conservées dans les collections publiques mancelles. Fermée en janvier 1685, l’Académie voit sa bibliothèque inventoriée par un libraire catholique de Saumur puis confiée à l’hôtel-Dieu de la ville qui, six mois plus tard, revend la bibliothèque au libraire qui l’avait cataloguée. À partir de l’été 1685, les livres de l’ancienne bibliothèque académique sont donc dispersés au fil des ventes de ce libraire. Cette dissémination est confirmée par la présence d’ouvrages issus de cette bibliothèque mais provenant initialement de celle de Duplessis-Mornay (portant soit des notes autographes soit des envois à lui adressés) dans les fonds anciens saumurois et manceaux, mais passés entre temps par des bibliothèques de congrégations catholiques (Oratoriens et Mauristes à Saumur, Mauristes au Mans).

Illustration 8: « De Saumur au Mans »

La présence d’un corpus saumurois en Sarthe s’explique par une acquisition massive (2500 livres) réalisée en 1717 par dom Maur Audren, alors à la tête de Saint-Vincent du Mans et actif responsable de la bibliothèque de l’abbaye. Un érudit du XIXe siècle donnait cette information sans la sourcer : elle est confirmée par la date d’inscription au catalogue de la bibliothèque de l’abbaye (1718) de la quasi-totalité des livres provenant de bibliothèques saumuroises. Est ainsi dévoilé l’un des lieux d’approvisionnement de l’ambitieux bibliothécaire de Saint-Vincent en 1717. Outre les bibliothèques réformées précédemment évoquées, figurent dans le fonds manceau plusieurs reliquats de bibliothèques catholiques saumuroises, dont celle de Jean Phélippeau, secrétaire de l’abbesse de Fontevraud dans la seconde moitié du XVIIe siècle (ces différentes bibliothèques catholiques sont représentées par plus d’une vingtaine d’ouvrages). Cette présence confirme l’achat massif réalisé à Saumur en 1717, probablement auprès de plusieurs libraires de la ville. Les saisies révolutionnaires sont bien sûr l’étape intermédiaire entre l’abbaye mancelle et le fonds public du Mans.

Inaugurée le 19 octobre 2018, l’exposition est présentée à la Médiathèque Louis Aragon (Le Mans) jusqu’au 19 janvier 2019. Une dernière visite guidée est prévue le samedi 12 janvier. L’exposition, enrichie d’un certain nombre de pièces identifiés depuis octobre 2018, sera présentée une seconde fois au Château de Saumur à l’été 2019.

Thomas Guillemin
Chercheur associé Université d’Angers-TEMOS
Commissaire de l’exposition

  1. Conservatrice du fonds ancien de la Médiathèque Louis Aragon : Sophie Renaudin. []
  2. Responsable du fonds ancien de la Médiathèque de Saumur : Jocelyne Ragou. []
  3. Pour une présentation des ex-libris de professeurs identifiés entre Saumur et Le Mans, voir Thomas Guillemin, « Ex bibliotheca salmuriensi – Avis de recherche », https://cj17.hypotheses.org/108, publié le 7 juin 2018 []
  4. Bibliothèque municipale d’Angers et Archives départementales de Maine-et-Loire []

Une visibilité réduite : fastes et lacunes d’une exposition sur le théâtre au XVIe siècle

 

Le musée national de la Renaissance au château d’Écouen propose jusqu’au 28 janvier 2019 l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance. Cette exposition présente sans aucun doute la plus grande quantité de livres sur et autour du théâtre et de la culture spectaculaire en français au XVIe siècle jamais rassemblée pour une telle manifestation culturelle. À ce titre, elle offre à qui la visite un saisissant tour d’horizon visuel des supports et des formats proposant à l’époque des textes de théâtre, mais aussi des récits festifs, des images de décors et de spectacles, ainsi que des documents témoignant de la pratique dramatique. Il est d’autant plus dommage qu’elle ne réponde pas aux attentes qu’une telle ambition peut susciter.

Une large place faite aux livres

Pour limiter le propos aux livres qui sont l’objet d’étude de ce blog, je ne commenterai pas les documents d’archives, tableaux, gravures, objets et même tapisseries et tissus présentés aux côtés de ces livres, autrement que pour souligner le grand intérêt de les rassembler ainsi dans un même espace d’exposition. Ils font l’objet d’une présentation riche et éclairante sur différents aspects de la pratique théâtrale comme sur l’impact que le théâtre put avoir sur l’imaginaire collectif à cette époque. Les livres (manuscrits et imprimés) représentent quant à eux presque la moitié des 137 pièces présentées.

L’exposition est divisée en quatre salles : « L’apogée des formes médiévales », « Un théâtre humaniste », « L’émergence de la commedia dell’arte » et « Un théâtre de Cour ? La construction d’un nouveau symbolisme collectif ». La première salle, et aussi la plus grande, est consacrée au théâtre issu de la tradition médiévale encore largement pratiquée au XVIe siècle. Les vitrines centrales de la pièce proposent une impressionnante collection de manuscrits de mystères et pièces à sujets religieux, qui illustrent la diversité de ces supports. 

On peut ainsi voir côte à côte des manuscrits de mystères présentant le texte complet d’une pièce, certains dans une mise en page dépouillée, d’autres richement enluminés ; des imprimés qui soulignent que les textes de ces mystères ne restèrent pas cantonnés au seul support manuscrit ; des registres de comptes ainsi que des contrats documentant l’organisation des représentations de ces mystères. On y trouve aussi d’exceptionnels documents de travail utilisés lors de représentations, tels que l’Abregiet de la Passion jouée à Mons en 1501, qui permettait au metteur en scène (‘meneur de jeu’) d’avoir une vue d’ensemble des répliques abrégées des différents personnages et des actions de jeu (Mons, bibliothèque centrale, Ms 535 (1086) R1/B) ; ou encore de rares rôles d’acteurs, qui ne comportent que les répliques du personnage que l’on joue (Rôle de l’Homme Pécheur, moralité de la fin du XVe siècle, BnF Ms NAF 6514). Tous sont rendus accessibles par de très utiles tablettes en bois que l’on peut prendre en main pour lire une transcription d’extraits de textes manuscrits.

Manuscrits et incunable de mystères de la Passion richement enluminés

La deuxième salle fait la part belle à trois types de livres, dont le propos reflète l’intérêt des humanistes pour le théâtre antique, et l’inspiration qu’ils y trouvent : des éditions, en latin et en français, des œuvres du poète comique latin Térence ; des traités architecturaux italiens qui proposent une réflexion sur la construction de nouveaux théâtres et décors inspirés de l’Antiquité ; et les premières tragédies et comédies en français d’auteurs tels qu’Étienne Jodelle, Robert Garnier ou Pierre de Larivey.

Térence, Comoediae, Johann Grüninger, Strasbourg, 1496 (USTC 749279)

Les troisième et quatrième salles proposent une belle palette d’éditions présentant différents divertissements de cour et entrées urbaines ainsi qu’une sélection intéressante de pièces issues du monde des acteurs italiens à la fin du XVIe siècle. Certains de ces ouvrages éveilleront certainement la curiosité des historiens du livre. Ainsi d’une édition d’une comédie italienne, l’Angelica de Fabrizio de Fornaris, par le parisien Abel Langelier (1585) (USTC 130109), qui attire l’attention sur la petite production dans cette langue d’un imprimeur-libraire majeur, plus connu pour son ample catalogue en français. Ou encore l’expérimentation menée par Gérard Vivre avec sa Comédie de la fidélité nuptiale (Paris, Nicolas Bonfons, 1578) : dans ce livre, l’auteur propose un système inédit de signes typographiques servant à donner des indications scéniques dans le texte de la pièce. A ce titre, l’exposition a pour mérite certain de proposer, aux côtés d’ouvrages incontournables, d’autres livres moins connus mais tout aussi fascinants.

Deux pages de la Comédie de Gérard de Vivre (g. Système de didascalies typographiques; d. Son application dans un dialogue)

Des livres trop peu mis en valeur

Il est donc dommage que ces livres, dont la variété et l’intérêt sont frappants, ne bénéficient pas toujours d’une mise en valeur adéquate. Dans toutes les salles, l’exposition des livres est similaire : la plupart sont présentés en vitrine à l’horizontale, pour s’ouvrir sur la page de titre ou sur deux pages reflétant au mieux le contenu de l’ouvrage. Cette exposition classique est compréhensible, mais les longues rangées de livres ainsi présentées peuvent s’avérer monotones pour les personnes qui visitent l’exposition sans avoir de connaissances préalables en histoire du théâtre ni en histoire du livre.

Elle est de plus inévitablement frustrante, dans le cas de manuscrits et d’imprimés vantés pour leur contenu particulièrement riche en illustrations, ou les particularités de leur contenu. Étant donné le partenariat mis en place avec la Bibliothèque nationale de France, on aurait pu envisager un accès électronique à certains ouvrages dont la numérisation est disponible sur Gallica, via des tablettes au fil de l’exposition, ou tout autre dispositif attirant l’attention des visiteurs sur l’existence de ces objets numériques. Il est en effet dommage de se priver du plaisir de pouvoir feuilleter l’un des manuscrits du Mystère de la Passion de Valenciennes, richement peints, ou encore le Balet comique de la Royne (1582) et ses nombreuses gravures[1], pour se faire une meilleure idée de leur contenu.

De fait, les choix de présentation des ouvrages risquent de faire passer les visiteurs à côté de pièces essentielles. Ainsi, dans la première salle, en parallèle aux livres de mystères, les autres « formes rudimentaires » théâtrales (pour reprendre une expression particulièrement malheureuse du panneau présentant les farces, sotties et moralités) ne bénéficient pas du même traitement de mise en valeur. Il est dommage que, dans la (trop) petite sélection d’imprimés présentée pour cette section, soient mis sur le même plan des éditions intéressantes mais conservées en plusieurs exemplaires, et des ouvrages absolument uniques. Ainsi, on se demandera si un objet exceptionnel comme le Recueil de Florence (coll. privée), l’un des trois grands recueils de théâtre joyeux imprimé, ne pouvait pas mieux être présenté que perdu dans une vitrine foisonnante.

Le recueil de Florence, exposé pour la première fois au public 

Cela ne contribue pas à attirer le regard des visiteurs sur ce témoin majeur de l’histoire du théâtre, ni à souligner qu’est ici exposé pour la première fois au public un livre demeuré dans des collections privées depuis sa découverte dans un grenier en 1927 (et prêté pour l’occasion par son propriétaire) : seuls deux chercheurs, Gustave Cohen et Jelle Koopmans, avaient jusqu’ici eu le privilège d’y avoir accès pour l’étudier.

Cela crée également l’impression fausse que c’est le théâtre religieux qui primait dans la pratique théâtrale du premier XVIe siècle, vu la place donnée à ses témoins dans cette salle, qui réduit le foisonnement des autres formes théâtrales et festives de l’époque à peu de choses, au regard de la masse de livres et de documents qu’elles nous ont pourtant laissée.

Une question laissée sans réponse : qu’est-ce que le théâtre dans la France de la Renaissance ?

Car c’est bien là que le bât blesse. Le problème majeur auquel on est confronté dans cette exposition réside dans un biais qui met en avant la sélection de certains types d’ouvrages, pour occulter d’autres pans de la production de livres de théâtre et de la pratique théâtrale de la même période, sans que cela soit justifié par les sources. Le théâtre religieux qui l’emporte sur les autres formes dramatiques pour la première salle en est un exemple. La mise en avant d’un « théâtre rêvé » des humanistes dans la deuxième salle en est un autre. Les belles éditions illustrées de Térence éclipsent la pratique du théâtre des Collèges, en latin notamment. Le théâtre des Jésuites, autre forme majeure du théâtre pédagogique à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, est quant à lui tout simplement absent de l’exposition. De même, les décors imaginés par les architectes italiens ne trouvent pas de véritable contrepoint dans la présentation de documents permettant de mieux saisir les questions de scénographies réellement à l’œuvre quand se mettent en place les premières structures de jeu pérennes, à Paris notamment. C’est donc un théâtre souvent imaginaire qui est mis en avant, au détriment de la pratique dramatique proposée aux publics de la Renaissance.

Autre angle mort de l’exposition, un seul livre, la « tragédie françoise » Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze (ici présenté dans son édition anversoise de 1580, est chargé d’illustrer toute la richesse du théâtre protestant en français. On sait que ce théâtre fut particulièrement foisonnant en France dans la deuxième moitié du XVIe siècle, dans les registres non seulement tragiques, mais aussi comiques et satiriques, en résonance avec les tensions puis les conflits sanglants des guerres de religion qui marquèrent le royaume.

La Comédie du Pape malade, [Genève], [Conrad Badius], 1561, USTC 209

De nombreuses pièces réformées furent jouées dans des villes françaises, et circulèrent à l’état de manuscrits et d’imprimés : là encore, la documentation existe, et aurait dû être présentée pour donner une vision complète des enjeux sociaux et religieux du théâtre de la première modernité. Ainsi, il était possible de faire le lien avec le manuscrit La Vallière, ou Recueil de Rouen, présenté comme recueil de farces dans la première salle l’exposition, mais qui contient également des pièces d’inspiration protestantes composées et jouées en Normandie. Cela aurait permis de montrer la complexité de tels ouvrages, plutôt que de les réduire à des stéréotypes – le comique de la farce n’excluant pas ici le sérieux de la critique réformée, par exemple.

Le Recueil La Vallière, ou Recueil de Rouen, BnF Ms Français 24341 (photos © Mario Longtin)

On pourrait certes arguer qu’une partie du théâtre protestant, de Bèze et d’autres, fut imprimé à Genève ou Neuchâtel et se trouverait donc à la marge du champ défini par l’exposition, la France de la Renaissance. Mais, outre le fait que ces livres circulèrent largement dans le royaume, il faudrait alors également discuter le statut d’autres objets présentés au fil de l’exposition. Ainsi, les manuscrits des Passions jouées et copiées à Valenciennes et Mons, sont présentés parmi d’autres témoins des mystères joués en France, alors que ces villes faisaient encore partie des Pays-Bas. On regrette donc ici le manque de contextualisation de ces questions de frontières géopolitiques qui ne recoupaient pas celles de la langue au XVIe siècle, et qui posent donc la question de ce qu’est le théâtre français, ou en français à l’époque.

En conclusion, cette exposition mérite le déplacement pour l’introduction d’un sujet encore largement inconnu du grand public, et pour la richesse des œuvres et des livres qu’elle présente, en particulier certaines pièces, exceptionnelles à bien des égards. On déplorera en revanche que des pans de la recherche actuelle soient laissés dans l’ombre ou sous-exploités, ce qui n’aboutit qu’à une vision partielle, et donc incomplète, de la culture théâtrale du temps. Ces manques se retrouvent en particulier dans la présentation des livres imprimés, qui ne permet pas assez de bien en saisir le contexte de production, l’utilisation et la réception dans la société du XVIe siècle, ainsi que la valeur patrimoniale et scientifique.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

[1]  Sur cet ouvrage, je renvoie au billet de Juliette Jestaz, « Les faux pas du Balet comique de la Royne imprimé en 1582 », publié sur notre blog le 4 octobre 2017.

 

De cuir et d’or : les reliures armoriées de la bibliothèque de Saint-Omer

Si les reliures armoriées ont depuis toujours attiré l’œil des bibliophiles, leur intérêt auprès des bibliothécaires a, semble-t-il, été moins évident. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des caractéristiques d’exemplaires, rarement signalées dans les anciens catalogues d’imprimés (on doit noter l’exception des incunables – voir notamment l’Index Possessorum Incunabulorum de Paul Needham – et des manuscrits dont la description codicologique est généralement plus approfondie).

Portefeuille de velours rouge brodé de fils d’or, d’argent et de soie aux armes des archiducs et de la ville de Saint-Omer (St-Omer, BA, Archives, AB-XXXVII-7)

Mais le monde des bibliothèques patrimoniales se penche à nouveau de manière générale sur ces questions des marques de provenances, quelles qu’elles soient, et on voit de plus en plus les bibliothèques les signaler dans leur catalogue (Numélio à Lyon par exemple). Parallèlement, on voit l’émergence de répertoires à part entière, tel que celui du CERL (Consortium of European Research Libraries), qui propose une liste de liens et des informations par pays permettant de retrouver des marques de possession (ex-libris, armoiries, etc.) dans les livres anciens, et un thésaurus, qui permet par ailleurs de retrouver des provenances (recherche par noms de personnes) ; ou encore la base Reliures de la BnF.

Hilaire-Bernard de Requeleyne de Longepierre (1659-1721) : d’azur à une toison d’or suspendue à une nuée d’argent surmontée de deux étoiles d’or (St-Omer, BA, inv. 272)

Depuis quelques années maintenant, la Bibliothèque de l’Agglomération de Saint-Omer a entrepris le catalogage scientifique complet de ses fonds anciens. C’est un travail de longue haleine : plus de 16.600 volumes rien que pour les éditions modernes… mais qui a déjà largement montré son utilité.

Exposition présentée à la BAPSO du 16 sept. au 13 déc. 2017

C’est dans le cadre de cette vaste entreprise que nous avons entrepris le repérage systématique des reliures « aux armes » de notre collection. La moisson, si elle n’est pas énorme, reste somme toute honorable, avec un peu moins d’une centaine de blasons et de monogrammes repérés, et plus de 80% d’identification, en partie grâce à l’aide de la communauté scientifique et des collègues de Bibliopat. C’est le résultat de ces quatre années de repérage et de recherche héraldique qui est présenté au public à partir des Journées européennes du patrimoine et jusqu’à la mi-décembre 2017.

Saint-Omer (ville de) : de gueules à la croix patriarcale d’argent.
(St-Omer, BA, inv_4456)

L’exposition s’ouvre sur les blasons de bibliophiles locaux : abbés, évêques et autres chanoines audomarois et des alentours, pour ensuite présenter une belle collection de livres de prix royaux et institutionnels, avant de laisser la place aux grands bibliophiles des XVIIe et XVIIIe siècles. De Thou, Molé, d’Aumont, Longepierre, ou Lamoignon, ils sont presque tous là ! Et on trouve même quelques raretés à faire pâlir d’envie Guigard ou le trio de l’OHR, telle cette reliure aux armes de François II, ou une autre ayant appartenu à la famille de Varade !

François, dauphin de France (1544-1560) : dauphin couronné (Saint-Omer, BA, inv. 38221)

En guise de conclusion, une dizaine de blasons à l’identification incertaine sont offerts aux spéculations des amateurs, et la visite se termine sur une série de monogrammes prestigieux de Charles de Valois à Louis XV ou encore Anne-Marie Christine de Bavière.

Anne-Marie Christine de Bavière (1660-1690) : monogramme AMCC entrelacés et couronnés (St-Omer, BA, inv. 448)

La mise en ligne du catalogue, accessible dès l’ouverture de l’exposition sur le site de la bibliothèque, se propose de faire œuvre utile auprès des bibliophiles et responsables de collections patrimoniales, qui s’arrachent parfois les cheveux en blasonnant les armes de leurs collectons pour tenter de les identifier, ou du moins espère apporter une pierre à l’édifice de la connaissance des bibliothèques anciennes.

De Théophraste à Cuvier: la botanique à travers l’histoire… et les livres à Saint-Omer

L’exposition de livres anciens à la Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer sur la botanique et les livres vient de se terminer. Retour sur l’exposition par le responsable des fonds anciens, Rémy Cordonnier.

L’idée de cette exposition intitulée “De Théophraste à Cuvier: la botanique à travers l’histoire… et les livres” m’est venue il y a déjà deux-trois ans, lorsque j’ai réalisé que la Bibliothèque d’Agglomération du pays de Saint-Omer conserve dans ses fonds trois éditions rares de pharmacopées encyclopédiques : un Jardin de Santé, dans l’édition de Prüss de 1497, L’Arbolayre de Pierre le Caron (vers 1498), et Le Grand Herbier en François de G. Nyverd pour Jean Petit et Michel le Noir (vers 1520). J’avais eu l’occasion de me pencher sur le cas de ces volumes lorsque je préparais une communication sur la circulation des bois dans les encyclopédies médicales de la fin du Moyen Âge pour le colloque de Caen de 2011 : « Autour du Jardin de Santé ».

Le grant herbier en francois Contenant les qualitez vertues et proprietez des Herbes Arbres Gommes et Semences. Extraict de plusieurs traictez de medecine. Comme de Auicenne de Rasis de Constantin de Jsaac & de Plataire Selon le commun vsage, Paris, Guillaume Nyverd pour Jean Petit et Michel le Noir, s.d. [v. 1520] (Saint-Omer, BA, inv. 1627 ex. Inc. 70)
C’est lorsque, quelques mois plus tard, je découvre coup sur coup le De stirpium differentiis de Bock (Strasbourg, Rhiel, 1552), l’Herbarum vivae eicones de Brunfels (Strasbourg, Schott, 1532) puis les Commentaires de l’hystoire des plantes (Paris, Gazeau, 1549) et le De historia stirpium (Lyon, Arnoullet, 1548) de Fuchs, que la décision de valoriser ces splendides volumes est prise et deux axes sont choisis pour la scénographie.

D’une part, la botanique en tant que science indépendante est quasiment absente de l’époque médiévale et du début de l’époque moderne, période pendant laquelle les ouvrages qui traitent des plantes sont essentiellement des ouvrages médicaux : des pharmacopées. Le parcours est donc conçu pour mettre en avant l’interrelation entre ces deux sciences sœurs que sont la botanique et la pharmacie, jusqu’au XVIe siècle au moins. Une sélection de pharmacopées galéniques permet la transition avec l’époque moderne et rend hommage aux travaux de Nicolas Lémery à travers plusieurs éditions de ses compilations. Puis vient ensuite une série de vitrine dédiée à l’évolution de la classification des plantes avec notamment la collection complète des œuvres de Linné.

Nicolas Lemery, Dictionnaire universel des drogues simples, Paris, Louis-Charles D’Houry, 1769 (Saint-Omer, BA, inv. 16959)

D’autre part, l’historien d’art que je suis n’a pu s’empêcher de proposer une réflexion sur le rôle des illustrations dans les pharmacopées et les traités de botanique au fil des âges. L’exposition est donc placée sous le signe de la mandragore, les volumes sont ouverts au chapitre dédié à cette plante emblématique, afin de permettre au visiteur de constater les variations et les permanences dans sa représentation. Cela permet d’évoquer le rôle non pas illustratif mais structurant de l’image dans les pharmacopées encyclopédiques de la fin du Moyen Âge, quand les images ne servent pas à reconnaitre la plante dans la nature mais bien à repérer rapidement le chapitre qui lui est consacré dans un volume de plus en plus imposant.

Après une rapide évocation de la théorie des signatures, on aborde la question de la controverse des illustrations réalistes à la Renaissance, avec le cas emblématique de l’herbier de Brunfels, dont les vivae eicones ad naturae imitationem ont été intégrées contre son avis par son éditeur Johann Schott, qui souhaitait ainsi augmenter la valeur de son volume.

Otto Brunfels, Herbarum vivae eicones ad naturæ imitationem, Strasbourg, Johann Schott, 1532 (Saint-Omer, BA, inv. 1380)

C’est aussi l’occasion d’évoquer l’histoire des Libri Picturati, considérés comme une des plus importantes collections botaniques de la Renaissance, actuellement conservés à la Bibliothèque Jagellon de Cracovie, mais qui furent commandés à l’origine par Charles de Saint-Omer, seigneur de Moerkerke entre 1553 et 1673.

La vitrine consacrée aux développements de la taxinomie au XVIIIe siècle permet aussi de rappeler que la controverse des illustrations ne s’est pas arrêtée à la Renaissance, mais a perduré notamment à travers l’opposition entre le clan des « Linéens », austères et rigoureusement scientifiques, et celui des « Buffoniens », dont le lyrisme teinté de religion affectionnait les belles illustrations. Ces derniers sont notamment représentés par les 28 premières livraisons des Plantes grasses de Redouté et par ses Roses, fameuses entre toutes.

Pierre-Joseph Redouté & Claude Antoine Thory, Les Roses, Paris, Firmin Didot, 1821 (Saint-Omer, BA, inv. 16476)

Cette enquête sur les collections audomaroises relatives aux plantes a aussi permis de redécouvrir deux figures locales de cette science : le Baron Georges Dumont de Courcet (1746-1824), capitaine de cavalerie qui aimait à herboriser lors de ses garnisons. Il s’est constitué un splendide jardin botanique dans la région du boulonnais, et se distingua par ses Mémoires sur l’agriculture du Boulonnais et son Botaniste cultivateur (1802) exposé avec le plan de ses jardins.

L’autre botaniste audomarois, Louis-Auguste Deschamp de Pas (1765-1842), s’est illustré pour sa part en s’embarquant avec D’Entrecasteaux à la recherche de La Pérouse, ce qui le mène à Batavia où il sera chargé par le gouverneur de l’île d’en rédiger l’histoire naturelle. A son retour, les anglais arraisonnent son bateau et confisquent ses notes et ses collections, désormais conservées au British Museum. De retour dans sa ville natale, il reprend sa collecte de plantes locales, moins exotiques que la flore indonésienne, mais dont il a rassemblé 114 volumes actuellement conservés au Musée de Saint-Omer, et dont un des volumes est visible à la Bibliothèque pour l’occasion.

Le livret de l’exposition est accessible en ligne:

 

Exposition « Louise-Denise Germain (1870-1936). Reliures » à la bibliothèque de l’Arsenal

Du 6 avril au 7 mai 2017 se tenait à la bibliothèque de l’Arsenal une exposition intitulée « Louise-Denise Germain (1870-1936). Reliures ». Elle présentait soixante-quinze reliures presque toutes réalisées par Louise-Denise Germain. La présentation et les commentaires de Mme Fabienne Le Bars, commissaire de l’exposition, éclairaient l’apport et l’intérêt de cette figure méconnue dans l’histoire de la reliure et qui n’avait jamais eu d’exposition rétrospective sur son œuvre depuis sa mort.

Autodidacte, Louise-Denise Germain vient à la reliure par la maroquinerie, qu’elle continue de pratiquer toute sa vie. L’exposition présentait également des esquisses de pièces de maroquinerie et des sacs réalisés par la relieuse. Née en Corrèze en 1870, près d’Uzerche, elle est orpheline de père puis rapidement de mère. Elle arrive à Paris en 1891, où elle tombe amoureuse et enceinte, devenant une fille-mère suite au décès du père de l’enfant avant leur mariage.

Ses premiers travaux de reliure sont réalisés, au début du XXe siècle, avec des techniques qui lui viennent du travail du bois, et notamment la pyrogravure, qui lui permet d’obtenir des nuances de couleur en chauffant les cuirs. Elle réalise les décors sur les peaux avant la couvrure, mais ne relie pas à proprement parler les  livres elle-même : elle confie, après confection, la peau à un autre relieur qui se charge de la mettre en place. Cela tient notamment à une autre technique principale qu’elle utilise pour réaliser ses reliures, la mise en place d’agrafes. Ces dernières, qu’elle fabrique ainsi que les lames de métal qu’elle insère dans la peau, sont mises dans le cuir par perforation. Cela permet d’obtenir des reliures en deux matières, cuir et métal, mais entraine le risque, si cela est fait après la mise en place de la peau sur le livre, de perforer également les pages du livre.

Friedrich Heinrich Karl de la Motte-Fouqué, Ondine. Reliure en veau.

Son premier mécène et commanditaire est Gabriel Thomas (qui a pris part dans le financement du Musée Grévin et de la Tour Eiffel). Il lui demande de réaliser les reliures de livres illustrés par Maurice Denis. Elle réalise également des étuis souples pour protéger ces livres, ce qui est plutôt rare à l’époque. Jacques Rouché, directeur de l’Opéra de Paris, également lié à Maurice Denis, était lui aussi un amateur de ses reliures. En 1915, Jacques Doucet lui demande une reliure pour un de ses livres.

Son style caractéristique de reliure s’affirme, apprécié de ces mécènes qui recherchent une alternative à la reliure de style traditionnel. Une des signatures de L.-D. Germain est le tracé de lignes ou d’alignements sur les plats, qui sont souvent des décors en continu, d’un plat à l’autre en passant par le dos. L’utilisation de jeux de couleurs et de torsades des lames de métal lui permet également de créer des reliefs. Il s’agit de choix très différents de ce qui est alors courant en reliure, puisque la tendance est plutôt au figuratif. Cela ne l’empêche pas d’utiliser des techniques traditionnelles, comme le cuir repoussé, ou de s’inspirer parfois du contenu du livre pour que la reliure serve d’introduction au livre, comme le font d’autres relieurs de l’époque. Louise-Denise Germain commence avec les premiers mécénats à fabriquer ses propres gardes, qui sont aquarellées, alors que les gardes classiques sont en cuir, en tissu, ou en papier marbré. Elle réalise aussi des incrustations en élévation : elle ne creuse pas dans le cuir pour faire la mosaïque, mais met une pièce de cuir colorée par-dessus le cuir principal de la reliure.

Stéphane Mallarmé, L’après-midi d’un faune. Reliure en veau.

Elle collabore avec Josef Sima, peintre de profession et plus tard son gendre. Elle le finance à ses débuts, lorsqu’il expose quasiment à compte d’auteur. Elle l’a connu car elle fréquente les mêmes maisons de couture que lui, là où il fabrique des tissus pour de grands couturiers. Leur collaboration se fait notamment au niveau des gardes aquarellées : il en réalise certaines même si elle en prépare la plupart.

Le second mécène de Louise-Denise Germain est Louis Barthou, qui a été, en plus d’un homme politique français important, un grand bibliophile à l’ancienne qui aime les belles reliures. Après sa mort en 1934, des ventes de sa collection sont organisées en 1935 et 1936, regroupant une trentaine de reliures de Louise-Denise Germain. L’autre grande relieuse de Barthou était Marot-Rodde, alias recouvrant deux femmes, mère et fille. Un autre commanditaire de Louise-Denise Germain est Robert Zunz, un ami de jeunesse, comptable chez un maroquinier puis banquier, qui a notamment acheté certaines reliures à sa mort.

Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole. Reliure en veau.

Les apports de cette exposition à l’histoire de la reliure sont très importants car elle mettait en valeur une figure sous-estimée. Louise-Denise Germain est une artiste méconnue, parce qu’éloignée des courants principaux de la reliure du début du XXe siècle. Les courants en reliure de cette époque sont ceux impulsés par Marius Michel ou François Koehler. Louise-Denise Germain ne les suit pas, notamment parce qu’elle est autodidacte, donc non influencée par les pressions du milieu de la reliure.

Elle a exposé tous les ans au moins trois fois par an : au salon d’automne, au salon des artistes décorateurs et à celui des Beaux-arts. En plus de ces présentations régulières, trois expositions lui ont été consacrées de son vivant. La première a lieu en 1913, à Buenos Aires, en lien avec la Société des Beaux-arts. En 1927, elle expose sur les Champs-Élysées. En 1933, on peut admirer ses réalisations rue Raspail. Malgré tout cela, ses œuvres n’entrent dans le domaine public que beaucoup plus tard.

Maquettes de sacs à main.

Avant la préparation de cette exposition à la bibliothèque de l’Arsenal, on estimait le nombre de reliures à 75, connues et estimées. Fabienne Le Bars en a finalement trouvé 200. Cela représente un petit corpus pour un relieur, mais il ne faut pas oublier qu’à différence d’autrui elle exerçait seule et que ce n’était pas sa seule activité, puisqu’elle a continué à pratiquer la maroquinerie jusqu’à la fin de sa vie.

Célia Cabane

La Bibliothèque bleue dans la Cité

La médiathèque de Troyes Champagne Métropole présente, du 25 avril au 23 septembre 2017 une exposition intitulée « La Bibliothèque bleue dans la Cité : un réseau nom@de entre le 17e et le 19e siècle ».

LA BIBLIOTHÈQUE BLEUE

Pendant près de trois siècles ont été diffusés, en France, des millions de livrets, sous une présentation semblable quelle qu’en soit la provenance. Ils étaient vendus très bon marché, soit directement dans les boutiques des imprimeurs, soit et surtout par un vaste réseau de libraires ou de colporteurs qui parcouraient le pays jusqu’en ses campagnes les plus reculées. Ces ouvrages sont connus, depuis la fin du XVIIe siècle, sous le nom de Bibliothèque bleue, sans doute en raison de la couverture d’épais papier bleu qui les recouvrait le plus souvent. C’est à un imprimeur troyen, Nicolas (I) Oudot, que l’on attribue les premières productions de cette littérature destinée au plus grand nombre.

Oudot réimprima, à peu de frais et donc sans grand soin, des textes anciens plus ou moins abandonnés par ses confrères avides de nouveautés, et leur trouva un nouveau public sans doute plus populaire. Le succès fut au rendez-vous pour lui et surtout pour ses descendants, mais ce succès suscita rapidement une concurrence, d’abord à Troyes, puis, dès la fin du siècle, dans d’autres centres de production du livre comme Rouen, Limoges, Caen… avant de s’étendre partout en France à partir de la fin du XVIIIe siècle. La particularité de ce phénomène éditorial est la permanence à la fois temporelle et géographique d’un ensemble de quelques centaines de textes que l’on retrouvera, pratiquement immuables, aussi bien à Lille qu’à Avignon et cela jusqu’au milieu du XIXe siècle.

L’EXPOSITION

Telle qu’elle est conçue, cette exposition, présentée dans la grande salle de la médiathèque, a vocation à s’adresser à un large public, non connaisseur en histoire du livre et histoire des mentalités. Dans ce but, le livre bleu a été remis dans son contexte d’usage, en montrant qu’il pouvait être présent partout dans la cité, de la rue à la maison, de l’atelier à l’école, principalement en milieu populaire mais aussi parfois dans des milieux plus cultivés et aisés. Chaque espace délimité donne lieu à une petite mise en scène qui donne à voir le cadre d’utilisation des ouvrages présentés et leurs usages : acheter, prier, apprendre, se nourrir, se divertir, jouer, travailler, se soigner…

Après une introduction présentant les principaux centres d’impression et les divers aspects sous lesquels on rencontrait les livrets, le visiteur pénètre dans l’exposition proprement dite. Il se trouve face à une grande rue qui débouche sur la place publique (fond de la salle). De chaque côté de cette rue, s’alignent des espaces ouverts sur l’extérieur (la rue) qui sont autant de lieux « habités » par la Bibliothèque bleue, selon le déroulé suivant :

  •  à droite, on rencontre successivement l’atelier-boutique de l’imprimeur, l’église, l’école, la maison ;
  • au bout, la place publique, lieu des conteurs, des bateleurs, des chansonniers…
  • à gauche, en revenant vers l’entrée, le jardin, l’atelier ou la boutique de quelques professions (boulanger, savetier, chirurgien-barbier), le cabinet de l’astrologue et un dernier espace donnant un aperçu de l’édition de colportage à l’étranger.

Photo de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le contexte spatio-temporel se matérialise donc par le truchement d’objets quotidiens mais aussi de reproductions de tableaux, de gravures et d’éléments sonores évoquant, dans la mesure du possible, la vie quotidienne au XVIIIe siècle (voire au XIXe siècle), avec ses activités domestiques, professionnelles, ludiques…

Des feuilletoirs informatiques, permettant de consulter les livrets, complètent les vitrines qui renferment les ouvrages. Des agrandissements d’estampes ou tableaux de l’époque (ou parfois légèrement postérieurs) prolongent l’évocation tout en matérialisant l’espace de chacune des séquences.

 LA VISITE

L’exposition s’ouvre sur une carte de France situant les principaux centres d’impression de livrets bleus au cours des trois siècles de production, du XVIIe au XIXe siècle. La vitrine montre la diversité des présentations pour ces ouvrages, de l’in-32 à l’in-4°, de la simple couverture bleue à la reliure armoriée (en l’occurrence, les armoiries de la marquise de Pompadour).

En pénétrant dans la rue centrale, nous rencontrons tout d’abord l’atelier de l’imprimeur avec une évocation du matériel nécessaire à cet art. C’est l’occasion de voir aussi quelques bois gravés qui furent employés pour l’illustration des livrets, un inventaire d’atelier, et des catalogues d’imprimeurs. On signale, à cette occasion, que celui de la veuve de Nicolas (III) Oudot mentionne, pour la première fois, l’appellation « Bibliothèque bleue ».

Installée comme libraire à Paris, au début du XVIIIe siècle, elle écoule ainsi les larges productions des Oudot de Troyes qui trouvent dans la capitale de nouveaux débouchés commerciaux. Rappelons au passage que Nicolas (I) Oudot est généralement considéré comme « l’inventeur » de la Bibliothèque bleue, au tout début du XVIIe siècle.

L’espace dédié à l’église permet ensuite de présenter la thématique religieuse, majoritairement présente dans la Bibliothèque bleue, et ce dès ses débuts. Une statue de sainte Barbe, une crèche du XVIIIe siècle et une boîte de sainte Reine renvoient à des usages de dévotion diversifiés et à autant de livrets religieux : vies de saints, recueils de noëls, cantiques, Figures de la Bible, Miroir du Pécheur… et aussi à l’un des fleurons de la Bibliothèque bleue, la Grande Danse macabre.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Cette dernière rappelle à tous la finitude de l’existence, l’égalité de tous devant la mort et la nécessité de s’amender sous peine de subir les châtiments éternels illustrés par des gravures qui se veulent saisissantes. Elle fait alterner squelettes et vivants, les premiers entraînant les seconds dans une danse macabre scandée de vers souvent ironiques, notamment pour les « grands » de ce monde. Mais quantité d’autres livrets permettent également de faire amende honorable.

On retrouve des livrets religieux dans l’espace suivant qui met en scène l’école où banc et pupitre du maître avec son martinet ne sont pas oubliés. Des enfants facétieux ont tracé à la plume d’oie, dans leur livret, des phrases cocasses reproduites ici sur papier.

C’est dans ce contexte que les enfants apprennent à lire et à écrire et d’ailleurs les Oudot imprimaient des « Livres à l’usage des écoles » (catalogue de la veuve de Nicolas (III) Oudot). Au rang de ces ouvrages, on rencontre tout naturellement des manuels d’apprentissages premiers : abécédaires, syllabaires, arithmétiques et aussi des civilités. Il s’agissait donc d’apprendre à lire, écrire et compter. En ce qui concerne la lecture, l’enfant doit certes savoir lire le caractère romain mais aussi l’écriture cursive, d’où l’usage du caractère dit « de civilité » qui apparaît dans la seconde moitié du XVIe siècle avec La Civilité puérile adaptée d’Erasme et La Civilité honnête. Ces deux publications s’ouvrent sur une « manière d’apprendre à lire, prononcer et écrire », ce qui en fait donc des ouvrages de déchiffrement autant que des manuels de conduite.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ces règles de conduite peuvent être suivies des Quatrains de Pybrac et d’un Traité pour bien apprendre l’orthographe. S’y ajouteront plus tard, dans ce même caractère typographique, Les Règles de la bienséance et de la Civilité chrétienne de Jean-Baptiste de La Salle.

Rappelons enfin que l’enfant était susceptible d’apprendre à lire dans bien d’autres livrets de la Bibliothèque bleue comme, par exemple, les Fables d’Ésope dont certaines impressions bleues précisent être « dédiées à la jeunesse ».

C’est dans le cadre d’une cuisine, avec ses ustensiles et sa vaisselle, que l’on rencontre Le Cuisinier français, Le Pâtissier français et Le Confiturier français. Le premier de ces titres enseigne la manière de préparer toutes sortes de viandes grasses ou maigres, les poissons, les légumes et les fruits (notamment en confitures) et les pâtisseries.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ces deux derniers points sont développés dans les deux autres ouvrages. Le Pâtissier français y ajoute, « pour les jours maigres », la manière d’apprêter les œufs de plus de soixante façons différentes ! Quant au Confiturier français, il propose, outre les recettes de confitures, celles pour fabriquer des dragées, des liqueurs et d’autres breuvages. On notera que ces trois livres sont de véritables révélateurs historiques des us et coutumes du temps. À une époque où la conservation des aliments posait des problèmes, on perçoit, dans ces conseils et recettes, l’importance du sucre, du sel et de la graisse pour garder longtemps les produits de chaque saison.

La cuisine est aussi un lieu de distractions d’où plusieurs brochures indiquant les règles de jeux de cartes et de dés.

Plus généralement, dans la maison, se manifestent des enjeux de pouvoir entre l’homme et la femme. Est donc évoquée là la querelle des sexes avec des livrets dont les titres fonctionnent en écho : Malice des femmes, Malice des hommes, Imperfection des femmes… Ils proviennent de deux ouvrages antérieurs : Alphabet de l’imperfection et malice des femmes de Jacques Olivier (1617) et De la Bonté et mauvaistié des femmes de Jean de Marconville (1564).

La place publique est le lieu de sociabilité par excellence au XVIIIe siècle. À cet endroit de convergence, la Bibliothèque bleue est présente car c’est là et sur les ponts que les colporteurs attirent les chalands avec leur boniment. Comme nombre de distractions s’y retrouvent (amuseurs, bonimenteurs, acteurs, marionnettistes…), il a été choisi d’y regrouper les histoires plaisantes de la Bibliothèque bleue.

Nicolas (I) Oudot imprima nombre de romans de chevalerie et certains de ces romans perdurèrent longuement dans la Bibliothèque bleue, souvent même jusqu’à sa disparition : ce sont les Quatre Fils Aymon, Huon de Bordeaux, Gallien restauré, Mélusine, Valentin et Orson… Ce dernier titre a donné lieu à un spectacle de marionnettes dans le cadre de cette exposition.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

À ces romans de chevalerie s’ajoutent quantité de petits romans et de facéties dont les héros sont en partie encore connus de nos jours : Till l’Espiègle, Fortunatus, le bonhomme Misère, Robert le Diable, Richard sans peur, Pierre de Provence, Jean de Calais, Jean de Paris, Hélène de Constantinople… et tant d’autres.

Un espace particulier est réservé à Geneviève de Brabant. La version française initiale sous le titre de l’Innocence reconnue (1634) est due au révérend père René de Ceriziers, aumônier de Louis XIV. Sa très grande popularité vient sans doute des nombreuses réimpressions qu’en fit la Bibliothèque bleue un peu partout en France. De là, elle devint si populaire qu’elle fut déclinée à l’envi sous plusieurs formes : imagerie, marionnettes, plaques de lanterne magique, bibelots, petits théâtre à construire, chromos… tous ces supports racontent l’histoire de Geneviève et de son fils nourri par une biche.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Ce récit est entré dans la Bibliothèque bleue une vingtaine d’années après l’édition originale, ce qui est très peu pour ce type de production imprimée qui avait plutôt tendance à s’emparer de textes anciens, voire fort anciens. Toutefois, plusieurs autres cas similaires sont connus, notamment avec les contes des conteurs et conteuses du début du XVIIIe siècle : Charles Perrault, Madame d’Aulnoy, Madame Leprince de Beaumont, Madame de Murat, Mademoiselle L’Héritier… tous rejoignent « le papier bleu ».

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

S’y ajoutent, pour distraire les lecteurs, quelques rares pièces de théâtre et surtout de nombreuses brochures de chansons et de cantiques dont les cahiers peuvent s’assembler différemment au gré des tirages, des succès et des stratégies commerciales de l’imprimeur. Sur cet espace de la place publique, de grandes reproductions de colporteurs d’images et de brochures donnent à voir ce commerce de l’imprimé.

Le parcours scénographique nous mène ensuite à la cour et au jardin. Dans un espace agrémenté d’instruments agraires, de plantations et d’attributs du cheval (collier, fers…), le visiteur découvre des brochures telles que Le Maréchal expert, compilation de deux ouvrages antérieurs, l’un de Nicolas Beaugrand, maître maréchal à Paris (1619), l’autre du Sieur de l’Espiney qui se dit gentilhomme périgourdin (1628), ou encore l’Histoire des plantes. L’auteur de ce dernier ouvrage nous est également connu. Il s’agit de Léonard Fuchs, célèbre médecin du XVIe siècle. Son nom a été « latinisé » en « Fucus » dans les impressions bleues.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le texte est un mélange de descriptions botaniques et d’indications thérapeutiques. À côté des plantes alimentaires et condimentaires figurent quantité de plantes remèdes pour les maux les plus divers. L’originalité de cet herbier est d’être illustré d’un bois gravé pour chacune des plantes décrites, mais dans un savoir-faire très approximatif par rapport à l’original (première édition en latin à Bâle en 1542).

Dans cette déambulation, quelques métiers sont évoqués car présents dans la Bibliothèque bleue. La suite des Misères propres à chaque corps de métier donne une image fort négative des professions décriées : domestiques, boulangers, plaideurs, tailleurs sont les plus malheureux des besogneux. Ce n’est alors qu’une longue litanie, en vers burlesques, de récriminations contre les tâches quotidiennes. L’auteur de certains de ces écrits serait un certain Dufresne, ancien apprenti de Frédéric-Pierre Léonard imprimeur du roi (seconde moitié du XVIIe siècle). Ces complaintes facétieuses offrent un miroir  certes déformé et quelque peu caricatural des malheurs coutumiers inhérents aux labeurs quotidiens.

C’est l’occasion, dans l’exposition, de rappeler les attributions du chirurgien, et aussi celles du savetier, à ne pas assimiler au cordonnier (les deux corporations fusionneront dans la seconde moitié du XVIIIe siècle). Les compagnons de la manicle, c’est-à-dire les savetiers, sont les seuls à ne pas se plaindre de leur métier. Au moins cinq titres les concernant sont présents dans le corpus bleu. On y apprend peu de choses sur le métier lui-même puisque ce ne sont que réceptions et festins. Le vocabulaire employé – propre à la corporation – laisse à penser que c’est un homme du métier qui a rédigé ces textes.

Photo de la médiathèque de Troyes Champagne Métropole

Le décor de cet espace se fait l’écho de trois de ces professions : le boulanger qui « cuit » devant son four en même temps que son pain, le savetier qui répare la chausse, et le chirurgien qui, en plus de raser, pratique saignée et amputation.

L’astrologue a droit à un cabinet spécifique pour exercer son art de divination. Si les astrologues troyens étaient réputés, leurs almanachs l’étaient tout autant. C’est ainsi que le nom de Pierre de Larivey se retrouve sur bon nombre d’almanachs en diverses villes de France. On fait du Grand Calendrier des bergers l’ancêtre de l’almanach. Pendant près de trois siècles, il diffusa un savoir ancestral, réputé provenir des bergers de la montagne. L’idée qui prédomine dans l’ouvrage est que l’homme est un microcosme qui participe du macrocosme. Mais au-delà de ce fleuron de la Bibliothèque bleue, amplement illustré de bois gravés (les activités des mois sont particulièrement réputées), l’exposition s’attache à mettre en valeur, dans l’habillage de l’espace et dans la vitrine, la variété des publications éphémères que sont les almanachs avec leur astrologue en gravure d’ouverture, d’où les femmes ne sont pas absentes.

Dans cet espace, aux confins du magique et du scientifique, ont été regroupés les traités astrologiques, ceux interprétant les songes et les éternuements, et ceux donnant des recettes dites « secrètes » dont certaines sont empruntées, entre autres, à Albert le Grand. D’où un décor rendant compte de ces différentes activités : compas et sphère armillaire, lunette astronomique, grimoire, pots de pharmacie et flacons au contenu improbable…

Après la visite chez l’astrologue, nous nous intéressons à la rue qui a conduit notre déambulation dans la ville. La rue du XVIIIe siècle est bruyante ; une reconstitution en vidéo 3D avec bruits d’ambiance permet d’apprécier le volume sonore des carrosses sur le pavé, de l’homme au travail, des animaux qui encombrent la chaussée et des voix humaines qui se couvrent mutuellement. Dès le point du jour commence le défilé des « gagne-petit » ambulants au rang desquels se trouve le colporteur. Les livrets des Cris de Paris rendent compte de toutes ces marchandises ou services délivrés dans la rue.

Ce sont certes des clichés, désuets et caricaturaux, mais ce sont aussi des miroirs, même s’ils sont déformants, d’une réalité historique et sociale. Même image pittoresque avec la langue de la cour des miracles au travers du Jargon ou langage de l’argot réformé qui prétend lever le secret des codes linguistiques de tous les gueux de la rue. En fait, ces ouvrages furent à l’origine rédigés par des lettrés (Bertaut ou Colletet par exemple). Et parmi ces truands, il en est qui défraient la chronique au XVIIIe siècle : Cartouche et Mandrin sont de ceux-là, mais seul le premier sévit à Paris.

La Bibliothèque bleue fut donc un réceptacle de nombre de ces voix de la ville.

Et pour terminer l’exposition, nous nous évadons de la France pour aller du côté de l’Angleterre, des Pays-Bas, de la Belgique, de l’Allemagne, de l’Italie, voir leur Bibliothèque bleue connue sous des noms divers.

On constate alors qu’avec une forme éditoriale et un contenu textuel et iconographique propres à chaque pays, on rencontre des récits communs à plusieurs pays. De même, bien des imprimeurs de brochures produisirent également des almanachs car la présentation matérielle et le circuit de distribution étaient les mêmes. C’est alors l’occasion de mettre en valeur le colportage comme système de diffusion à grande échelle puisque certains colporteurs franchissaient les frontières. Et c’est ainsi que le cordel hispanique ou lusitanien se retrouva au Brésil où il perdure encore aujourd’hui.

Le catalogue de l’exposition constitue le n° 90 (avril-juin 2017) de la revue La Vie en Champagne. Le programme établi autour de l’exposition et les informations pratiques sont détaillés sur le site de la bibliothèque.

 Marie-Dominique Leclerc et Alain Robert, Université de Reims Champagne-Ardenne

Le printemps du livre italien à Rennes

L’exposition « La Primavera del libro. Les Italiens et le livre imprimé à la Renaissance » organisée du 14 mars au 28 avril 2017 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 cherche à valoriser les livres italiens du XVIe siècle de la collection de l’université en démontrant comment ils permettent de comprendre les caractéristiques principales de la Renaissance italienne.

La présence d’ouvrages italiens en France font l’objet de recherches intensives, notamment depuis que Chiara Lastraioli, directrice de la Maison des sciences de l’homme Val-de-Loire à Tours, a lancé son projet sur le livre italien dans l’espace francophone à la première modernité (elle a, par ailleurs, donné une des deux conférences qui ont précédé le lancement de l’exposition). Ici, sous la direction de Claire Lesage, les étudiants du département d’Italien ont mis au point une exposition qui met en valeur la culture italienne à travers l’imprimé, des textes de Pétrarque jusqu’aux éditions du début du XVIIe siècle.

Au cours de l’exposition est invité à découvrir l’influence de la Renaissance italienne en France, le rôle central joué par la traduction tant des langues anciennes que des modernes dans la transmission du savoir, avant de plonger dans d’autres thématiques humanistes comme la poésie ou l’histoire.

Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592
Battista Guarini, Il Pastor Fido, Tours, 1592

On peut ainsi voir une édition des œuvres complètes de Machiavel ou encore l’édition italienne donnée à Tours en 1592 d’Il Pastor fido de Battista Guarini qui était destinée aux membres de la cour d’Henri IV. On notera également la présence d’une acquisition récente de la bibliothèque : un exemplaire de La Sophonisba, imprimé à Vicenza per Tolomeo Ianiculo en 1529.

Le livret de 20 pages qui accompagne l’exposition est librement consultable et téléchargeable depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Le livret de l’exposition

Exposition « Modernes livres anciens » à Rennes

L’exposition « Modernes livres anciens » organisée du 8 avril au 30 juin 2016 à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 offre pour la première fois un aperçu des richesses de la collection Renaissance du fonds patrimonial de l’université. La bibliothèque conserve, en effet, plus de 600 titres du XVIe siècle dont des ouvrages phares comme la Bible polyglotte imprimée par Christophe Plantin.

Mis en place par les étudiants du programme de Master 2 MAGEMI (MAster GEstion et MIse en valeur des œuvres d’art, des objets ethnographiques et techniques) avec le conseil scientifique de Malcolm Walsby, l’exposition propose une sélection d’ouvrages qui permettent de comprendre les caractéristiques principales des livres de cette période. Ainsi le visiteur est encouragé à découvrir les matériaux (papiers et cuirs différents) avec des échantillons qui permettent de les toucher et d’en mieux apprécier les spécificités.

Suit alors un parcours qui explique la naissance de l’imprimerie, son développement au cours de la Renaissance et la technique de fabrication des livres (avec notamment une vidéo effectuée avec la relieuse Céline Lafite). Des sections sont également consacrées à l’impact des déchirements religieux, la censure, l’illustration et la décoration des exemplaires. On découvre ainsi des ouvrages surprenants comme cette édition parisienne d’une œuvre antiprotestante de Johannes Cochlaeus dont la page de titre est ornée d’une gravure sur bois représentant un Martin Luther à sept têtes… (USTC 153595)

Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.
Johannes Cochlæus, Septiceps Lutherus, Paris : Nicolas Chesneau, 1564. BU Rennes, 56067.

L’exposition est accompagnée d’une feuille d’orientation qui comporte des définitions des termes techniques les plus complexes et d’un catalogue de 70 pages qui offre quelques explications générales ainsi qu’une sélection de notices sur les ouvrages exposés dont les textes furent rédigés par les étudiants.

Ce catalogue peut être librement consulté et téléchargé en ligne depuis le site Issuu de la Société bibliographique :

Catalogue de l’exposition