Le réemploi des gravures sur bois : nouvelles perspectives sur une pratique culturelle ancienne

Grâce à l’invention de la presse à imprimer, les images purent circuler à plus grand échelle que jamais en Europe1. Dès les premières années de son existence, les imprimeurs firent un usage astucieux des possibilités dont ils disposaient de réutiliser et copier les gravures. Les bois gravés, ces blocs de bois sur lesquels les images étaient sculptées, étaient parfois réutilisés pour toutes sortes d’éditions. Des copies pouvaient également être faites assez facilement en calquant ou en recopiant les images et en les gravant sur un nouveau bloc de bois.

On constate donc une grande polyvalence de ces images, comparable avec celle des photos issues de bases d’images que nous retrouvons aujourd’hui pour illustrer les contenus de multiples sites Internet et journaux. Or, cette polyvalence est la raison pour laquelle les chercheurs, jusqu’à un passé récent, ont surtout vu dans l’emploi des illustrations imprimées dans les livres anciens une manière bon marché de rendre un ouvrage plus attractif : elles sont simples d’aspect, ne correspondent pas toujours bien au texte en regard, ou ont même clairement été empruntées à un autre texte. C’est pourquoi, pendant longtemps, elles n’ont guère fait l’objet de recherches spécifiques. Cependant, ces dernières années, de plus en plus d’études tendent à montrer que ce type d’illustrations faisait intimement partie de la culture visuelle de la première modernité2. Si nous voulons comprendre cette culture, nous ne pouvons donc pas faire l’économie d’une analyse du langage visuel de ces gravures « bon marché ».

Dans un manuel récent consacré à la culture matérielle, Patricia Fumerton et Megan Palmer remarquent ceci : « […] woodcuts were not simply reused. Many were remade. And remade. And remade »3. Il est en fait remarquable que cette pratique de la copie ait été si répandue. Les imprimeurs pouvaient certes faire des économies sur les coûts de conception du dessin s’ils faisaient faire un nouveau bois gravé sur le modèle d’une image déjà existante, mais c’est le travail de gravure qui était le plus coûteux en temps, et donc en argent. C’est pourquoi il est important de nous demander si d’autres facteurs pouvaient jouer dans le choix de faire copier une image que le simple désir de produire une image la moins chère possible. Je vais présenter deux exemples dans lesquels cette question se pose. Ces deux exemples sont issus de mon travail de doctorat en cours, qui porte sur les illustrations dans les livres de médecine et d’astrologie aux Pays-Bas dans la première moitié du XVIe siècle.

Deux hommes identiques

Un de mes livres anciens favoris est Thuys der fortunen ende dat huys der doot [La maison de fortune et la maison de la mort]4. C’est ce qu’on appelle un lotboek en néerlandais ou book of fortune en anglais, autrement dit un livre de jeu divinatoire, sans doute utilisé comme un jeu de société. Le lecteur doit faire tourner une aiguille sur un disque représentant les différents vents qui est placé au début du livre. Il est alors renvoyé, selon le résultat, vers différents chapitres. Il obtient ainsi une prédiction sur son futur délivrée par un « maître », un personnage historique ou allégorique. L’illustration ci-dessous, tirée d’une édition sans date produite vers 1540, montre l’un de ces maîtres, Averroès, bien que le texte ne présente pas l’érudit musulman andalou du XIIe siècle comme tel (illustration 1). Il n’est pas clair qui dans les petites vignettes représentant des hommes est censé être Averroès, ni qui sont les deux autres figures. Mais ce qui m’intrigue le plus dans cette image, c’est que deux personnages sont identiques.

Illustration 1: prédiction de maître “Aueraoys” (Averroès) illustrée avec deux bois gravés représentant la même figure, Thuys der fortunen ende dat huys der doot [Utrecht?, Jan Berntsz.?, vers 1540?], Koninklijke Bibliotheek Den Haag, KW 234 M 14, fol. D3v-D4r (USTC 421042).

Les lignes autour des gravures montrent qu’il s’agit d’une image composite, composée à partir de deux bois gravés5. Ceci signifie que l’imprimeur avait deux bois avec le même personnage à sa disposition.

Illustration 2: détail de gravure de Thuys der fortunen.

Cette constatation ajoute à notre vision de la « banque d’images » du XVIe siècle. On ne réutilisait pas forcément au hasard, le stock d’images était parfois utilisé avec une intention certaine, même pour des petites figures que nous serions tentés de voir surtout comme une manière de remplir la page. Ainsi, même des bois gravés a priori triviaux offrent des informations utiles pour les chercheurs, non seulement sur la production des livres, mais aussi plus largement sur la culture de la lecture. Ils nous amènent à réfléchir sur la façon dont certaines illustrations étaient considérées comme acceptables ou appropriées dans différentes situations, pour les producteurs de livres comme pour les lecteurs.

Un canard en train de plonger

Une tout autre forme de copie, bien moins littérale, est observable dans Tregement der ghesontheyt, un livre de prescriptions pour la santé attribué à un médecin du XIVe siècle, Magninus Mediolanensis. Dans l’édition de 1514, imprimée par Thomas van der Noot à Bruxelles, la gravure ci-dessous est utilisée comme illustration pour l’eau, dans un passage sur les quatre éléments (illustration 3). On y voit un homme assis près d’un lac ou d’une rivière en train de boire à une bouteille. À droite, un autre homme remplit une bouteille à une fontaine. Trois cerfs paissent et s’abreuvent près de l’eau, et à l’arrière-plan, on distingue un lapin dans l’herbe. Deux canards nagent sur l’eau, dont un qui vient de plonger : seul son arrière-train est visible.

Illustration 3: Les quatre éléments : l’eau. Gravure dans le Tregement der ghesontheyt, Bruxelles, Thomas van der Noot, 1514, exemplaire de la Koninklijke Bibliotheek Den Haag, KW 228 A 18, fol. f3v (USTC 407304).

Certains détails de cette image présentent des similitudes évidentes avec ceux de la gravure utilisée sur la page de titre du plus vieux manuel de distillation imprimé connu, un ouvrage en allemand intitulé Liber de arte distillandi de simplicibus, également connu comme le Kleines Destillierbuch, du chirurgien strasbourgeois Hieronymus Brunschwig, datant de 1500 (Illustration 4).

Illustration 4: Détail de la gravure sur la page de titre de Hieronymus Brunschwig, Kleines Destillierbuch, Strasbourg, Johann Grüninger, 1500, exemplaire de l’Universitäts- und Landesbibliothek Darmstadt (USTC 743719).

Dans le coin droit supérieur de cette gravure d’assez grand format, on voit aussi un homme qui boit à une bouteille, assis près de l’eau à côté d’une fontaine. Les trois cerfs, dont l’un se tient droit contre un arbre, sont également reconnaissables. On y retrouve même le canard en train de plonger. On ignore si la gravure de Thomas van der Noot est directement ou indirectement inspirée de cette gravure allemande, mais les similitudes sont trop évidentes pour qu’il s’agisse d’une coïncidence. Cette copie indirecte indique de nouveau que les imprimeurs ou les illustrateurs n’avaient pas toujours comme souci de produire à moindre coût. Nous retrouvons aussi ce type d’emprunts partiels à partir des travaux d’historiens de l’art concernant par exemple des peintures et des estampes de cette période6. Cette pratique faisait fondamentalement partie de la manière dont on se servait des images au XVIe siècle, et elle n’est pas limitée à un medium spécifique. Il est donc important d’étudier les illustrations dans des livres avec d’autres formes de représentations imagées. Avec cet exemple allemand, j’aimerais aussi souligner que nous devons prendre en compte les échanges internationaux, car les motifs iconographiques pouvaient aussi circuler entre les pays.

Donner du sens aux réutilisations

Dans la plupart des cas, les bois gravés avec lesquelles on imprimait des illustrations ne nous sont pas parvenus. Les petits bois gravés multifonctionnels en particulier devaient être utilisés jusqu’à l’usure. Les livres dans lesquels on retrouve leurs empreintes sont pour nous d’autant plus importants pour comprendre comment les imprimeurs concevaient l’illustration d’un ouvrage, quels choix ils faisaient, et quel matériel illustratif ils avaient à leur disposition à un moment donné. Au lieu de se limiter à l’idée que la réutilisation de gravures avait pour unique motif l’efficacité ou l’économie de moyens, les chercheurs se penchent de plus en plus sur les raisons pour lesquelles cette réutilisation doit être comprise comme un aspect essentiel des livres anciens, et sur les façons dont elle était mise en œuvre. Il est alors d’autant plus important de tirer des comparaisons avec ce qui se passait au même moment pour d’autres médias, et d’analyser les échanges internationaux dans ce contexte. Cette quête nous promet donc encore beaucoup de surprises et de découvertes.

Andrea van Leerdam
Université d’Utrecht

  1. Ce billet est tiré de ma conférence “De voorraadbak als schatkist. Een nieuwe blik op hergebruik van houtsneden in zestiende-eeuwse boeken” [Le stock de réserve comme malle aux trésors. Nouvelles perspectives sur le réemploi des bois gravés dans les livres du XVIe siècle], donnée le 12 avril 2019 lors de la journée d’études annuelle de l’Association P. A. Tiele (Dr. P.A. Tiele-Stichting), à La Haye. Cette association soutient la recherche sur les médias textuels passés et présents. []
  2. Par exemple Katie Sisneros, “Early Modern Memes: The Reuse and Recycling of Woodcuts in 17th-Century English Popular Print”, The Public Domain Review, https://publicdomainreview.org/2018/06/06/early-modern-memes-the-reuse-and-recycling-of-woodcuts-in-17th-century-english-popular-print/ [consulté le 6 mai 2019]; Stephen Orgel, “Textual Icons. Reading Early Modern Illustrations”, dans: N. Rhodes and J. Sawday (éds), The Renaissance Computer. Knowledge Technology in the First Age of Print (London 2000), pp. 59-94; David J. Davis, “Images on the Move: the Virgin, the Kalendar of Shepherds, and the Transmission of Woodcuts in Tudor England”, Journal of the Early Book Society for the Study of Manuscripts and Printing History 12 (2009), pp. 99-132. []
  3. Patricia Fumerton et Megan E. Palmer, “Lasting Impressions of the Common Woodcut”, dans: Catherine Richardson et al. (éd.), The Routledge Handbook of Material Culture in Early Modern Europe (London/New York 2016), pp. 383-400, p. 386. []
  4. L’édition la plus ancienne date de 1518; on a aussi répertorié des éditions imprimées de 1522, 1531, ca. 1540, 1606 et 1611. []
  5. La partie de gauche avec les deux personnages se retrouve dans plusieurs ouvrages, dont The dialoges of creatures moralysed (Londres, Jan van Doesborch, 1534) et Chyromantia Ioannis Indagine (Utrecht, Jan Berntsz, 1536). J’ai trouvé un autre exemple dans lequel un imprimeur utilise deux exemplaires de la même figure dans un herbier, Den groten herbarius (Utrecht, Jan van Doesborch, 1532). Cette édition contient de nombreuses figurines d’érudits. Pour au moins l’une d’entre elles, l’imprimeur a dû avoir deux bois gravés différents à sa disposition, comme le montrent les subtiles différences entre les gravures aux fol. N3r et N3v. []
  6. On sait ainsi que plusieurs estampes du peintre et dessinateur de gravures Jacob Cornelisz van Oostsanen (vers 1460-1533) servirent de modèles pour les peintures de voûte d’églises néerlandaises, dont celles de la basilique Saint-Vitus à Naarden : Andrea van Leerdam, « Teamwork op monumentale schaal. De gewelfschilderingen van Jacob Cornelisz van Oostsanen », Daantje Meuwissen (éd.), Jacob Cornelisz van Oostsanen (ca. 1475-1533). De Renaissance in Amsterdam en Alkmaar, catalogue d’exposition (Zwolle: Waanders, 2014, ISBN 9789491196966), pp. 141-151. []

Livres, provenances et collections judaïques – le programme de sensibilisation communautaire de la Bibliothèque publique juive de Montréal

Les livres sont particulièrement précieux dans le judaïsme et pour le peuple juif. La manière dont les livres doivent être manipulés, les textes sacrés en particulier, est codifiée par la loi judaïque. La très grande majorité des livres qui se trouvent aujourd’hui dans la collection des livres rares de la Bibliothèque publique juive de Montréal doit avoir servi à l’étude dans des yeshivas, avoir circulé dans la communauté d’Amsterdam, de Worms ou de Venise, ou s’être trouvée dans des bibliothèques communes, car la collection est presque entièrement, mais non exclusivement, composée de livres touchant à la religion et la culture juives. Certes, beaucoup ont dû appartenir à des possesseurs privés, mais ces livres n’étaient jamais censés rester intouchés sur des étagères. Même David Oppenheimer, l’un des collectionneurs les plus prolifiques de livres judaïques, les recherchait afin d’assurer que ces écrits soient accessibles à la communauté. Il n’est donc point surprenant que l’une des institutions juives les plus anciennes de Montréal soit une bibliothèque.

La Bibliothèque publique juive (BPJ) fut fondée en 1914 par Reuben Brainin et Yehuda Kaufman, récemment émigrés au Canada. Kaufman était un polyglotte qui avait été éduqué dans des contextes à la fois religieux et séculaires, d’abord en Russie puis à Londres et à Paris. Il arriva au Canada peu après Brainin, une sommité dans la communauté juive de l’Europe de l’Est, qui était lui-même parti pour Montréal en 1912 afin de travailler comme éditeur du journal yiddish le Keneder Adler. Bien qu’il n’y eût qu’un petit écart d’âge entre les deux hommes, Kaufman se positionna comme un disciple de Brainin et se lia rapidement avec lui, écrivant notamment plusieurs articles pour le Adler. Une fois ce lien établi, les deux hommes travaillèrent ensemble à fonder la Yiddishe Folks Bibliothek. Ils n’y restèrent pas longtemps, car dès 1916, Brainin et Kaufman la quittèrent tous les deux.

En 1914 la collection constituait un amalgame de plusieurs petites collections qui provenaient des salles de lecture de différents groupes juifs qui s’établissaient à Montréal, toutes en yiddish et en hébreux. La collection de livres rares date de la création de la bibliothèque et a toujours été maintenue distincte de la collection de prêt. Bien que la bibliothèque n’eût que peu de budget pour augmenter sa collection d’origine, on sait que Kaufman voyagea aux États-Unis, notamment à New York et Philadelphie, pour faire l’acquisition de livres ancien en hébreux. Malheureusement, les titres de ces acquisitions nous sont inconnus et les livres ont été dispersés dans la collection d’ensemble. Au fil du temps, les dons occasionnels de titres individuels renforcèrent cette collection croissante, de même qu’une plus grande donation de quelques 30 titres en 1955. Elle venait de la veuve de Hyman Reissler, un fabricant de boutons, musicien amateur et fervent collectionneur de livres anciens. Cette donation comptait des trésors comme les Omnia opera d’Isaac Israeli, ouvrage publié à Lyon en 1515. La donation Reissler est l’une des rares pour laquelle une liste complète des titres donnés a été conservée.

Cependant, ce n’est qu’en 1951 que la plus grande partie de la collection a été acquise par la bibliothèque. En 1947, l’organisation dénommée Jewish Cultural Reconstruction Inc., en partenariat avec l’armée des États-Unis, entreprit la tâche laborieuse de rassembler les manuscrits et livres qui avaient été spoliés par les Nazis dans le dépôt des archives d’Offenbach, où ils avaient été catalogués. On chercha ensuite à les rendre à leurs propriétaires ou institutions légitimes, mais peu avaient survécu. La population juive d’Europe avait été décimée et d’autres alternatives furent donc cherchées. On décida de distribuer les milliers de livres qui restaient parmi des institutions au service des communautés juives en Amérique du Nord et en Israël. Parmi celles-ci, on compte l’université hébraïque de Jérusalem et YIVO, mais aussi de plus petites institutions comme la Bibliothèque publique juive de Montréal, qui touchait déjà une grande communauté de la diaspora juive.

Grâce à l’intervention du Congrès juif canadien, qui était responsable de la distribution d’une sélection de livres et objets auprès d’institutions canadiennes, la collection de livres rares de la BPJ ne fut pas tant augmentée que véritablement transformée par les 1500 livres qui lui furent confiés en 1951. Malheureusement, bien que l’intention fût d’estampiller chaque livre rapatrié via le dépôt d’archives d’Offenbach, ceci ne semble pas avoir été le cas. En raison des estampilles manquantes, de l’absence d’une liste détaillant quels livres furent envoyés aux différentes institutions canadiennes, et de la pratique de dons ad hoc de livres rares avant 1951, les origines de la plus grande partie de la collection sont inconnues.

Le Nethivoth Olam d’Alexander McCaul traduit en allemand, Francfort: Wilhelm Kücher, 1839. L’estampille délavée du dépôt d’archives d’Offenbach figure sur la page de garde. BPJ ANTIQ BOX 240

Ce manque de provenance est l’un des sujets traités pendant les ateliers proposés par la BPJ. Développés pour la première fois en 2014 pour coïncider avec le centenaire de la bibliothèque, en parallèle à un projet de catalogage à grande échelle, le but en était de mettre en valeur une collection qui avait jusque-là langui dans des caisses d’archives. La majorité de la collection n’avait alors pas encore été cataloguée et était donc non seulement inutilisable mais même introuvable pour les chercheurs. Bien que le catalogage de la collection entière rendît désormais possible de chercher et identifier des notices dans le catalogue en ligne, ceci ne remplissait qu’en partie les objectifs de la bibliothèque. Il ne suffisait pas de les rendre accessibles aux chercheurs ; la BPJ souhaitait faire revenir ces livres dans l’espace public.

C’est dans cette optique que les ateliers furent lancés en 2014. Au début, ils étaient offerts à des écoliers entre 12 et 16 ans, et portaient sur le contenu des ouvrages. Cela dit, ces œuvres se trouvaient être du type des Antiquités judaïques de Flavius Josèphe, le plus vieux des imprimés de la collection de la BPJ. Si le volume en soi est intéressant, il l’est moins pour son contenu : l’œuvre de Flavius Josèphe est disponible sur les rayons de presque chaque bibliothèque universitaire au monde, et très certainement dans plus d’une bibliothèque publique. Mentionner le lieu et l’année d’impression ajoutait un élément d’érudition à la discussion, et le fait de montrer ces livres anciens dans des écoles secondaires permettait à la BPJ de donner à voir l’histoire et la continuité des études judaïques, mais cela ne disait rien des livres montrés, et de ce qui les rendait si particuliers.

En 2018, le projet a été renouvelé avec une nouvelle équipe, de nouveaux objectifs, et une nouvelle énergie. Le but – plutôt que de faire des présentations sporadiques dans certaines écoles juives – était de développer un véritable programme de sensibilisation communautaire qui mettrait en valeur non seulement les joyaux de la collection, mais aussi la manière dont les collections anciennes peuvent appuyer l’éducation dans et hors des espaces d’apprentissage traditionnels. Des ateliers ont certes été menés dans les deux écoles secondaires juives de Montréal, mais la visée a été étendue pour inclure des écoles catholiques, des synagogues, des églises et des centres communautaires, ainsi que des ateliers spécialisés pour les universités et CÉGEPs (collèges pré-universitaires).

La bibliothécaire Nicole Beaudry montre le
Brant Shpigl à des étudiants de Bialik High School

Au début 2018, j’ai été engagée pour construire un site web qui mette en relief les livres rares, entreprenant des recherches pour découvrir l’histoire des imprimeurs, auteurs, traducteurs et dans la mesure du possible des anciens possesseurs, afin de modifier la portée des présentations. Plutôt que de se concentrer sur le contenu des livres, le centre de notre intérêt devenait le contexte historique dans lequel les imprimés avaient été produits, ainsi que leur cheminement (supposé ou documenté) par la suite. Si les noms de Daniel Bomberg ou de la famille Soncino peuvent être connus dans des contextes universitaires, peu de non-spécialistes sont conscients de l’impact de l’imprimerie sur la codification du Talmud, ou du fait qu’un imprimeur chrétien y a joué un rôle aussi important. Changer le focus des ateliers pour porter sur le contexte des imprimés nous a permis de mettre en valeur les livres mêmes et d’attirer l’attention sur l’histoire de l’imprimerie plutôt que de simplement fournir une rétrospective de l’érudition judaïque.

Dans des groupes allant de trois personnes assis autour d’une table à trente dans une salle de classe, on présente d’abord les bibliothécaires et leurs rôles dans le projet. Ensuite on propose aux participants des ateliers une brève histoire de la bibliothèque et de la genèse de la collection, ce qui crée le cadre pour présenter une sélection de sept à dix livres, qui ont été disposés sur la table. Le but est de créer un sentiment d’intimité avec les livres pour les participants, ce qui est atteint en partie par le fait d’apporter les livres dans un espace qui est déjà familier et confortable pour l’assistance. Peu de rencontres avec les livres anciens ont lieu hors de contextes académiques. Ceci finit par compliquer l’accès que l’on pourrait y avoir pour les personnes qui n’ont pas les connaissances permettant d’entrer dans le système académique, ou qui sont trop intimidées pour essayer de le faire. En apportant les livres dans des espaces autres, non classiques et inattendus, le public potentiel pouvant interagir avec eux est élargi, mais de plus il change de manière dramatique.

L’essence de ces ateliers est le storytelling, une narration autour du livre. En commençant avec le seul incunable de la collection, le De antiquitate Judaica de Flavius Josèphe, imprimé à Venise en 1481 par Reynaldus de Novimagio (GW M15175, USTC 993939), on raconte les quelques éléments biographiques connus sur l’imprimeur pendant que le public est invité à examiner la première feuille du livre, pour ensuite discuter de ce qui lui paraît différent et des éléments qui lui sont familiers. Presque immédiatement l’absence d’une page de titre est mentionnée, de même que la largeur des marges, l’espace laissé en blanc pour l’enluminure d’une lettrine au début du texte (avec un b minuscule laissé au centre comme indication de l’imprimeur pour l’enlumineur), et la typographie qui ressemble plus à l’écriture d’un manuscrit médiéval qu’à une police de caractère dans un traitement de texte informatique. Ces aspects offrent un point d’entrée pour parler des débuts de l’imprimerie et de l’apparence des incunables qui ressemblent à la fois aux manuscrits anciens et aux livres imprimés que l’on trouve aisément dans les bibliothèques publiques aujourd’hui. Ces mêmes détails sont d’ailleurs particulièrement utiles pour parler de la voie par laquelle l’imprimerie est arrivée à Venise, ce qui est particulièrement important dans ces ateliers en raison du rôle que Venise joua dans le premier âge de l’imprimerie hébraïque.

La première feuille du De antiquitate Judaica, Venise : Reynaldus de Novimagio, 1481. BPJ ANTIQ BOX 1 1481

Les livres qui suivent les Antiquités varient, chaque atelier étant adapté pour convenir à son public. Des choix faits selon les préférences personnelles des animateurs et leurs attachements à des livres et à des histoires particulières cèdent aux possibles demandes de la part d’un public sur des thèmes spécifiques : il faut alors faire une sélection systématique d’ouvrages qui éclairent le récit souhaité. Lors d’un atelier dans une église catholique avec un public important de soixante-dix personnes, les livres sélectionnés ont révélé l’intervention – positive et négative – de chrétiens dans l’imprimerie juive. Nous avons alors montré un exemplaire censuré du Mirkevet ha-Mishna (imprimé par Tobias Foa à Sabbioneta en 1551), dont les dernières pages ont été écrites à la main pour remplacer celles qui manquaient. À cela a été associé un exemplaire du Brant Shpigl dont les pages de garde sont recouvertes d’inscriptions manuscrites. Il s’agit d’un ouvrage en yiddish de Moses ben Henocks Altschuler imprimé à Francfort par un imprimeur anonyme en 1676, à une époque où la seule possibilité pour un Juif était de louer les presses appartenant à un chrétien. Les écoles juives se voient proposer une plus grande variété d’ouvrages suivant l’âge des élèves et selon ce qu’ils ont déjà pu apprendre dans leurs cours d’histoire ou d’éthique : l’encyclopédie scientifique Ma’aseh Toviyyah de Tobias Kats, imprimée en 1707 par les Bragadinis à Venise, est particulièrement populaire avec son astrolabe magnifiquement illustré. Une école catholique ou l’on étudiait la Shoah a demandé que l’on montre des ouvrages donnant à voir l’antisémitisme ; nous avons alors sélectionné la copie par ailleurs rarement utilisée du Entdecktes Judenthum de Johann Andreas Eisenmenger, un ouvrage imposant généralement considéré comme la racine érudite de l’antisémitisme, imprimé à Francfort en 1700. 

Mirkevet ha-Mishna d’Isaac Abravanel ouvert aux dernières pages, où celles recopiées à la main sont visibles à gauche. BPJ ANTIQ BOX 12 1551

Nous avons recours à d’autres ouvrages piliers à part les Antiquités. Une première édition du Tractatus theologico-politicus de Baruch Spinoza, publié par Jan Rieuwertsz et imprimé par Israël de Paull sous le pseudonyme de Henricus Kunraht,1 sans indication de responsabilité auctoriale et avec une fausse adresse qui cache son lieu d’impression, est essentielle pour parler de l’industrie de l’imprimerie à Amsterdam, des libertés dont jouissaient les juifs dans les Provinces-Unies. C’est par ailleurs l’occasion de montrer le seul ouvrage de notre collection qui contient des errata reliés à la fin de l’ouvrage. Il s’agit d’un beau volume en excellente condition, qui a vraisemblablement été recouvert de papier marbré au XIXe siècle. La Liturgie du septième sabbat, un volume de prières particulières aux Juifs éthiopiens, écrite en ge’ez avec une écriture amharique sur une peau de chèvre dans une reliure à rabats qui date environ du milieu du XVIIIe siècle, est utilisée pour jouer un jeu : devinez quelle langue. Les élèves adorent et les adultes répondent aussi avec enthousiasme : ils sont particulièrement enchantés de pouvoir manipuler ce robuste volume avec moins de supervision que pour les autres livres.

La Liturgie du septième sabbat, l’un des rares manuscrits de la collection. BPJ ANTIQ BOX 128 178-

Un choix chargé en émotion quand il est inclus dans l’atelier intervient avec un exemplaire non relié et dont les pages n’ont jamais été tranchées du De hebraicae typographiae origine ac primitiis, seu, Antiquis ac rarissimis hebraicorum librorum editionibus seculi xv disquisitio historico-critica de Giovanni Bernardo Rossi, imprimé en 1776 par le maître imprimeur Giambattista Bodoni. Le volume offre plusieurs voies pour adapter le récit : l’histoire de la carrière de Bodoni, avec le rappel qu’il s’agit d’une famille de typographie encore utilisée aujourd’hui, le rôle d’hébraïstes chrétiens dans l’érudition judaïque, la production de livres après l’arrivée de l’imprimerie et la façon dont elle diffère de la production de nos jours, la création d’éditions à tirage limité pour créer l’engouement des acheteurs, et la tradition de notre propre travail bibliographique.

L’atelier se termine toujours avec une impression du Zohar qui date de 1815. L’histoire fantastique de ce texte-clé de la mystique juive éveille toujours l’attention, même celle de  publics déjà fatigués. Commençant par les origines problématiques et fallacieuses de l’ouvrage, le volume – dont le cuir endommagé a été recouvert d’une flanelle en plaid bleu – est circulé avec soin pour que les membres du public étudient sa page de titre imprimée en noir et rouge et dans un mélange d’écriture Rachi sépharade et de typographie ashkénaze. L’histoire des origines fictives que Moïse de León donna à son texte est suivie par celle des éditeurs de cette édition : les frères Mosheh et Pinhas Shapira. Le récit est sordide et émotionnel, impliquant une maison d’édition rivale, un suicide présenté comme un meurtre et une incarcération de plusieurs décennies.2 Ce livre permet de montrer la baisse dans la qualité du papier et des reliures, l’utilisation de plusieurs polices typographiques dans un seul ouvrage, mais permet aussi aux animateurs d’insérer dans le récit des détails importants sur les moratoires tacites sur l’impression du Talmud, la lutte de pouvoir entre les hassidim et les mitnagdim au sein de la communauté juive de l’Europe de l’Est, et l’évolution du paysage politique après le troisième partage de la Pologne.

Un des nombreux exemplaires du Zohar de la collection de livres anciens de la BPJ, cette édition a été imprimée en 1815 par Moshe Shapiro à Slavuta. BPJ ANTIQ BOX 175 1815

Enfin, l’histoire du Zohar ne se termine pas avec la libération des deux frères d’une prison moscovite, mais avec la petite-fille de Pinhas : Chava Shapiro. Non seulement c’est elle qui a immortalisée l’histoire de son grand-père et grand-oncle dans Les deux frères de Slavuta,3 mais c’est elle qui représente pour le public un lien directe entre la collection, ses origines avec la Shoah et la Bibliothèque publique juive de Montréal, alors choisie comme récipiendaire des 1500 livres en raison de son mandat de servir les survivants. Les écrits de Chava sont devenus un objet d’étude lorsqu’une bibliothécaire de la BPJ a découvert 150 lettres entourées d’un ruban en soie violet dans les boîtes de papiers de Reuben Brainin, donnés par ses enfants pour former le noyau des archives dans les années 1970. Il fut immédiatement évident que la femme qui avait écrit ces lettres avait une passion non seulement pour le fondateur de la bibliothèque, mais aussi pour l’écriture. Elle avait été une figure importante dans le cercle littéraire d’I. L. Peretz à Varsovie, où elle développait ses talents comme écrivaine de fiction et de journalisme, lorsqu’elle rencontra Brainin en 1899, alors que l’un comme l’autre étaient mariés. Leur liaison se déroula principalement par correspondance et bien que Shapira finit par quitter son mari et céder les droits à son fils, Brainin émigra plutôt en Amérique du Nord avec sa femme et quatre enfants.

Elle décéda à Theresienstadt en 1943.

Terminer avec l’histoire de Chava Shapira est un choix stylistique. On conclut ainsi l’atelier sur un ton dramatique et émotionnellement percutant qui garantit que l’expérience soit mémorable. Cela permet toutefois aux animateurs de revenir au sujet des origines traumatiques de la collection et de rapporter la discussion aux manières par lesquelles beaucoup de ces livres ont dû servir à leurs communautés avant la dévastation de la Shoah. Cela permet aussi, avec certains publics, d’explorer la question de la provenance et de l’héritage émotionnel. Bien que les provenances des livres soient obscures, il demeure que pour les publics juifs, l’un de leurs ancêtres aurait pu aller à la synagogue où ces livres étaient hébergés, ou remplir les marges et pages de garde d’une écriture yiddish serrée. Le lien tangible, bien que lointain, entre l’imprimerie des Shapira et la Bibliothèque publique juive, rapproche les membres du public des livres à travers la relation de Chava Shapira et Reuben Brainin.

Feuilles de garde du Brant Shpigl remplies d’inscriptions en yiddish, hébreux et néerlandais dans plusieurs mains. ANTIQ BOX 50 1676

Bien que le programme de sensibilisation communautaire n’existe que depuis cinq ans, les ateliers d’aujourd’hui sont méconnaissables par rapport aux ateliers limités et isolés tels qu’ils étaient au départ. Nous avons modifié leur portée, en glissant d’une concentration sur le contenu et d’un ton didactique à la prise de conscience que les gens vont retenir des histoires et non des dates et des faits. Cela nous a permis de donner un nouveau souffle à une opportunité de sensibilisation communautaire, limitée au départ, pour en faire un programme au potentiel et à l’intérêt plus généraux. Les récits ont un attrait universel. Qu’ils cherchent à aider un peuple diasporique à se reconstruire une appartenance ancestrale par des livres anciens ou qu’ils visent à partager des aspects précis de cette histoire avec un plus large public, ces ateliers tendent à redéfinir ce qu’une collection de livres rares peut représenter dans le contexte d’une bibliothèque publique. Par sa nature même, la bibliothèque publique invite une assistance qui pourrait sinon se sentir exclue ou découragée de consulter ces mêmes collections dans des espaces traditionnels. En faisant rentrer plus encore ces livres dans des espaces communautaires, même en tant qu’objets, nous leurs confions de nouveau le rôle traditionnel d’informer leur communauté et continuer à créer identité et lien.

Nicole Beaudry
Bibliothèque publique juive (Montréal)

  1. Rindert Jagersma et Trude Dijkstra, “Uncovering Spinoza’s Printers by Means of Bibliographical Research”, Quaerendo 43 (2013), pp. 278-310. []
  2. Saul Moiseyevich Ginsburg, The Drama of Slavuta, traduit par Ephraim H. Prombaum, UPA, July 1991. []
  3. Ḥava Shapira, “Ha-Aḥim mi-Slavuta”, Ha-Shiloaḥ 30 (1914), pp. 541-554. []

Les provenances des bibliothèques jésuites européennes

En septembre 2018, le versant numérique du projet sur les provenances des bibliothèques jésuites européennes fut mis en place avec une présence sur les réseaux sociaux développée à travers une page Facebook ainsi qu’un compte Instagram, mais également deux sites Internet – le premier dévoué aux photos des provenances sur la plateforme Flickr, et le second plus général, à l’adresse www.jesuit-libraries.com. Chaque interface offre une approche différente du sujet et cherche ainsi à attirer un lectorat différent. Le dernier nommé est le site principal maintenu par la directrice du projet, Kathleen M. Comerford, professeure d’histoire à Georgia Southern University

–>  Le site Internet du « European Jesuit Libraries Provenance Project »

Le cœur du site est la base de données de provenances jésuites créée par Comerford. Elle contient des informations sur quelques 2 500 exemplaires différents. Chacun d’entre eux a pu être identifié comme appartenant à une bibliothèque jésuite européenne à l’époque moderne entre 1540 et les années 1770. Les utilisateurs peuvent la consulter et y accomplir des recherches sur les auteurs des livres, les détails de leur impression, les sujets traités, la nature de la provenance jésuite et la localisation actuelle des exemplaires. Tous ces résultats peuvent également être triés pour être plus facilement maniables. La base est mise à jour de manière régulière et l’objectif annoncé est de faire au minimum une révision du contenu par mois – des révisions qui impliquent tout autant la correction d’éventuelles erreurs que l’ajout de nouveaux livres récemment identifiés.

Le but général du projet est d’abord d’ordre intellectuel, touchant à l’histoire du livre, de la lecture et de l’éducation, mais également culturel puisqu’il implique des thèmes touchant à l’histoire globale, à celle des missions religieuses ainsi qu’à celle de la culture matérielle et des collections. Grâce à l’aide d’institutions comme la section des livres rares de la bibliothèque universitaire de Princeton, Kathleen Comerford a pu se déplacer pour voir plusieurs centaines de livres avec des ex-libris jésuites. Des photos prises aux bibliothèques de Yale et de la Folger, qui permettent aux chercheurs de se servir librement de leurs propres photos, permettent ainsi de reconstruire une partie de l’histoire de ces bibliothèques perdues.

Le projet ne souhaite cependant pas limiter son impact à ce type de base de données classique. Pour en accroître son utilité, le projet a recruté une étudiante de master de l’université, Rudy Bond. Cette dernière cherche à maximiser la visibilité de la recherche au cours de cette année universitaire en utilisant les réseaux sociaux, mais également en développant un manuel à destination des étudiants pour qu’ils soient plus à mêmes de tirer profit des données. Elle sera rejointe par un autre étudiant au cours du printemps 2019, à qui on confiera la bibliothèque photographique du projet conservée sur le site numérique de l’Université. Au cours de l’été, l’équipe sera renforcée par l’arrivée d’un troisième étudiant dont le rôle sera de transcrire et de traduire les notes marginales. Le travail numérique continuera d’être effectué au cours de l’automne avec un autre recrutement.

Illustration 2 : Encadrement gravé célébrant l’entrée de Louis XIII à Avignon (exemplaire de la Beinecke, Université de Yale).

L’intérêt de cette approche est démontré par trois photos qui soulignent l’envergure de la tâche entreprise par Rudy Bond. La première est l’encadrement gravé d’un exemplaire de l’édition avignonnaise du texte de Thomas de Berton, La voye de laict, ou, Le chemin des heros au Palais de la gloire, publiée en 1623 et qui montre l’entrée du roi Louis XIII dans la ville quelques mois plus tôt, en novembre 1622 (Illustration 2). L’illustration montre le roi entouré d’anges, de soldats, et d’autres symboles de triomphe. En bas de la page, un bibliothécaire depuis longtemps oublié a écrit « Collegii Mussip. Societ Iesu cat. Inscr. CL 112 », indiquant ainsi que l’exemplaire avait été intégré à la collection du collège des Jésuites de Pont-à-Mousson en Lorraine. De telles estampes attirent l’œil et introduisent le projet auprès de nouveaux lecteurs – l’un d’entre eux a même laissé ce commentaire : « simply stunning ».

Illustration 3 : Volvelle d’astrolabe planisphérique imprimée en 1581 (exemplaire de la Beinecke, Université de Yale).

Le second exemple (illustration 3) est celui d’une volvelle tirée de l’édition du manuel maritime de Michel Coignet, Instruction nouvelle des poincts plus excellents et necessaires touchant l’art de naviguer, publié par Hendrick Henricsz à Anvers en 1581 (USTC 30939). La volvelle a été mise en place dans cet exemplaire et permettait d’aider à l’instruction des navigateurs en leur montrant les dernières évolutions en termes d’équipement naval. Comme l’a souligné Kathleen Crowther dans un article récent paru dans The Atlantic, ce type d’ouvrage sur des thèmes comme la navigation, l’anatomie ou l’astronomie était l’équivalent à l’époque de nos livres animés.

Illustration 4 : Manicule et annotation marginale dans un exemplaire de la Beinecke (Université de Yale).

La troisième image est tirée d’une traduction latine des épîtres de Saint Paul publiée à Leipzig par Jakob Thanner en 1512 (USTC 651798). Tout comme le font aujourd’hui les étudiants et les professeurs, les lecteurs de l’époque moderne annotaient leurs livres et souhaitaient marquer les phrases qu’ils trouvaient les plus intéressantes. Une manière très répandue d’indiquer ces lignes étaient l’utilisation de la manicule, une représentation simplifiée d’une main qui dirigeait l’œil du lecteur vers un passage, comme on le voit dans l’illustration. Dans ce cas, on a souligné l’importance avec l’ajout des mots « No[ta] bene ».

Ces photos, et bien d’autres, peuvent être consultées sur le site Flickr du projet où les annotations ont été explicitées par Rudy Bond. Toutes ont été organisées et regroupées au sein d’albums qui permettent de regarder les images par thème, par exemplaire, ou selon d’autres critères jugés utiles. Les albums ainsi créés nous permettent de suivre la progression de la mise en ligne des photos ; ils aussi permettent aux internautes de voir ce que les Jésuites de cette époque possédaient comme ouvrages. Les photos ont aussi été étiquetées avec des mots-clefs pour que l’on puisse identifier des motifs au sein de leurs bibliothèques. Le choix de Flickr était basé sur le fait que cette plateforme était gratuite et en accès libre, et qu’elle nous permettait d’ajouter de nombreuses étiquettes, annotations et catégories différentes. Comme la base de données classique, cet outil nous permet de trier et d’interpréter rapidement les résultats. On espère ainsi que cela rend notre projet utile à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des Jésuites.

Le compte Instagram joue un rôle différent : le but est de montrer au public nos plus belles et plus intéressantes photos et d’attiser ainsi la curiosité du plus grand nombre. Par le biais d’Instagram nous avons des abonnés qui en temps normal n’auraient jamais eu connaissance de ce projet ou des Jésuites. Ainsi, nous espérons développer le projet en attirant les chercheurs et les autres utilisateurs à entrer dans des débats autour de ces questions d’histoire intellectuelle et culturelle. N’hésitez pas à contacter Kathleen Comerford avec des commentaires, des corrections, des critiques ou d’autres contributions pour approfondir encore ce travail.

Kathleen M. Comerford et Rudy Bond,

Georgia Southern University

Collecter la mémoire professionnelle des bibliothèques ? Un exemple à la Bibliothèque municipale de Lyon

En plus d’être une institution en projet, chaque bibliothèque est également un lieu riche de son passé, résultant de multiples prises de décisions, produisant des archives. Les collections font parfois oublier l’aspect institutionnel de la bibliothèque, comme le contenu d’un livre peut faire oublier son aspect matériel. Peut-être cela explique-t-il que les bibliothécaires ne connaissent parfois que peu d’éléments historiques concernant leur institution de rattachement ? Pour garder trace des décisions l’ayant peu à peu façonnée, la Bibliothèque municipale de Lyon a créé en 2011 un groupe « Mémoire de la BmL ».

Comment collecter la mémoire professionnelle des bibliothèques ? En quoi cette collecte relève-t-elle du cœur de métier des bibliothécaires ? Pour les chercheurs comme pour les bibliothécaires, son intérêt est certain.

Bibliothèque de la Part-Dieu – 2011

Collecter la mémoire professionnelle : pourquoi et comment ?

Le groupe Mémoire a pour origine la crainte d’une rupture d’expertise, qui dépasse d’ailleurs les fonds patrimoniaux. Les années 2010 ont marqué le départ en retraite de nombreux collègues ayant exercé longtemps dans les mêmes fonctions, à une époque où la mobilité professionnelle était moindre. Nous souhaitions donc capitaliser l’expérience individuelle pour assurer une continuité de l’expertise collective. Comment la BmL a-t-elle procédé ?

La première étape fut de circonscrire le projet, avec pour axes de travail :

  • l’histoire globale des collections (provenance, traitement, cotation) et des bâtiments (bibliothèque centrale et réseau) ;
  • l’histoire des expositions (bibliothèque centrale et réseau) ;
  • bibliographie relative à l’histoire de la BmL (sources / études publiées et non publiées / iconographie / références en ligne) ;
  • la collecte de témoignages (vidéos, audios, écrits), tous grades et corps de métiers confondus (pratiques et décisions ayant marqué l’évolution du métier).

Le projet Mémoire de la BML est aujourd’hui le fruit de l’engagement d’un nombre important de collègues : responsables de départements, équipes techniques, communications interne et externe, équipe Web, collègues retraités. Les destinataires de ce travail collectif sont divers : toucher le grand public relève d’un enjeu sociétal (« que se passe-t-il dans ma bibliothèque ? »), s’adresser aux étudiants et chercheurs d’un enjeu heuristique (« que nous dit l’histoire de telle bibliothèque ? ») ; il y a enfin un enjeu RH/formation à associer les personnels (« que sais-je de l’institution qui m’emploie ? »). Si tous les témoignages et éléments collectés (et même quelques objets) n’ont pas vocation à être immédiatement mis à disposition des publics, la majorité est aujourd’hui accessible en ligne. Quels sont les enjeux d’un tel travail pour le monde de la recherche ?

Un enjeu pour la recherche

Le travail de mémoire professionnelle réalisé par les bibliothèques permet aux chercheurs d’accéder à des informations sur les collections qui leur seraient autrement hors de portée. Il peut compléter les apports de la bibliographie matérielle et le travail réalisé sur les provenances (informations sur l’ouvrage, registres d’entrées). L’étude de ces dernières (une démarche déjà ancienne à la BmL) permet de reconstruire l’histoire des documents en synchronie (où le document se trouvait-il à telle date ?) et en diachronie (entre quelles mains est-il passé au gré des années, des siècles ?). Or les marques de provenances sont fréquemment apposées par les bibliothécaires : cachets, anciennes cotes manuscrites ou tamponnées, signes incompréhensibles indiquant à l’époque une information comprise de tous (comme « ff » pour « fiche faite dans telle bibliothèque en telle année par telle personne pour tel catalogue »). En ce sens, l’histoire des bibliothèques (« ce cachet correspond à telle bibliothèque ») ou des possesseurs (« Mme et M. … possédaient cette estampe en 1742 ») est nécessaire mais ne suffit pas : l’histoire des pratiques professionnelles au sein des bibliothèques est également requise pour éclairer l’histoire des documents.

Catalogue de la bibliothèque du grand collège à Lyon. Ms 1459, XVIIIe s. Dans la marge de gauche, probablement le classement topographique

L’enjeu est de pouvoir reconstruire une histoire des décisions prises par les professionnels. Cette ambition se concrétise par exemple via l’écriture de l’histoire de la cotation : centrale, souvent méconnue, l’histoire de la cotation de chaque bibliothèque est un sujet complexe, qui a pris à la BmL la forme d’un document d’une quarantaine de pages. Elle permet de comprendre les logiques bibliothéconomiques retenues au fil des siècles, que se soit pour le rangement au sein des locaux ayant abrité ces documents ou pour faire évoluer les systèmes de cotations (pour l’attribution d’une cote à un seul document ou à des ensembles de plusieurs centaines de livres[1]). Pour rédiger l’histoire de la cotation, on peut utiliser des articles rédigés par d’anciens collègues et des archives. On peut également interroger les différentes annotations manuscrites apposées par les bibliothécaires au gré des ouvrages ou des catalogues papiers. S’il s’agit parfois de simples changements de cotes, on peut également trouver des éléments qui, une fois identifiés, datés, voire attribués, aident les chercheurs à retracer l’histoire des documents ou le traitement d’une discipline. Les collègues capables de reconnaître l’écriture de leurs prédécesseurs sont souvent proches de la retraite. Il est important de collecter ces informations sans attendre.

Anciennes indications d’inventaire (18283) et probables localisations antérieures, « G – 12 » pourrait être la cote dans la bibliothèque privée Charvin ; « B. L. (pour Belles Lettres ?) C.(?) 2bis fi(?) 1330 » indiquerait la localisation au sein de l’ancienne bibliothèque du Collège de la Trinité

Les chercheurs nous interrogent régulièrement sur l’histoire des reliures et restaurations de tel ou tel document. Cette question revient souvent concernant les recueils (quand et par qui ont-ils été réalisés ? Avec quelle intention ?) Mais elle nous est aussi fréquemment posée dans le cadre de la comparaison d’exemplaires (tel cahier a-t-il pu être ajouté ultérieurement lors d’un travail de reprise de la reliure ?). La BmL renseigne donc depuis plusieurs années systématiquement les dates et lieux de restauration des ouvrages sur leur notice en ligne ainsi que sur le document lui-même[2].

Chaque bibliothèque est la mieux placée pour entreprendre une histoire de ses pratiques. Si l’aide d’étudiants[3] ou de chercheurs est bienvenue, voire indispensable, le souci d’efficacité commande que les institutions initient ce travail et le rendent possible, ne serait-ce qu’en donnant accès à ces documents qui dorment le plus souvent en archives internes, et dont seul le personnel connaît l’existence : rapports annuels des départements et des structures, correspondance interne/externe, et parfois même carnets de bord tenus par des responsables de service ou de collection.

Exemplaire annoté du catalogue de vente de la collection Coste : les acquisitions par la BmL ont été renseignées directement sur le catalogue

À ce sujet, la question jusqu’ici non résolue de l’archivage des emails se pose : si les archives électroniques (documents, tableaux) sont le plus souvent bien transmises entre collègues, ça n’est pas le cas des échanges de courriels. Sur ce point, la BmL s’est tournée vers les Archives municipales de Lyon. Elles travaillent cette question depuis plusieurs années et sont aujourd’hui en mesure de former les agents de l’ensemble des services aux bonnes pratiques en la matière.

Travail en cours…

La BmL en fait-elle suffisamment pour la collecte de sa mémoire professionnelle ? De nombreux éléments ont été mis en ligne, nous devons toutefois :

  • continuer à collecter des témoignages (écrit, audio, vidéo), si possible au rythme de deux par an, un à défaut ;
  • continuer de documenter l’histoire de chaque bibliothèque (centrale et réseau) ;
  • penser à verser aussi régulièrement que possible nos archives aux Archives municipales ;
  • faire nôtre l’invitation des archives à travailler pleinement la question de l’archivage électronique ;
  • affiner notre travail sur l’histoire de la cotation afin de pouvoir le diffuser ;
  • initier un travail d’identification des différentes « mains », ou écritures manuscrites, disséminées dans nos usuels (catalogues d’expositions, répertoires de publications).

Expositions en lignes

Si les enjeux de la collecte professionnelle dépassent la seule BmL, c’est qu’ils relèvent d’une ambition nationale. Soulignons le travail inspirant de la BnF sur ce sujet :

En dégageant des moyens pour réaliser un travail de cette ampleur, la Bibliothèque nationale joue remarquablement son rôle de tête de réseau. La BmL peut bien sûr faire mieux, plus, différemment peut-être, sans toutefois rougir du travail déjà réalisé. Si la feuille de route est ambitieuse, l’urgence qu’impliquait le collectage des premières années s’est muée en une approche aujourd’hui plus globale. La singularité de la démarche de la BmL réside dans son caractère systématique, à notre connaissance unique pour une bibliothèque municipale. Les retours très positifs reçus du monde de la recherche sur notre base provenances et le travail de collectage nous encouragent à poursuivre ce projet.

Mémoire professionnelle et cœur de métier des bibliothécaires 

Il y a en effet un enjeu d’identité à rassembler, puis rendre accessible, la mémoire professionnelle. Les bibliothèques se retrouvent parfois capables d’indiquer aux lecteurs les emplacements des brocantes d’une région sur un demi-siècle via le dépôt légal, mais incapables de fournir des informations précises sur les décisions ayant guidé leur propre évolution sur la même période. Collecter les dates, faits, réflexions ayant marqué une institution, c’est se donner du souffle. C’est également un enjeu de gestion de ressources humaines : une institution sachant transmettre son histoire est plus à même d’intégrer les collègues nouvellement recrutés ou de former en continu ceux déjà en poste.

Être capable d’expliquer la cohérence de l’action menée par son institution dans le temps est également un levier pour convaincre la hiérarchie politique du bien fondé des orientations prises. Bibliothèques municipales ou universitaires ont tout à gagner à rendre compte de la cohérence de leur travail sur un temps long. Cette dimension de communication externe est importante à une époque où les financements doivent plus que jamais être justifiés auprès des tutelles, voire auprès de mécènes. Elle relève alors d’un enjeu stratégique.

L’enjeu est enfin sociétal et touche notre cœur de métier. Connaître l’histoire de sa bibliothèque en particulier, et des bibliothèques en général, permet à chaque professionnel d’y voir plus clair, qu’il ou elle travaille auprès de publics défavorisés ou privilégiés, dans un service patrimonial, un espace numérique, un département Jeunesse… Les actions contre l’illettrisme touchant la petite enfance comme la présentation de documents manuscrits médiévaux sont les extrémités d’une même chaîne : c’est le bouquet d’actions menées au quotidien qui donne son sens au travail des bibliothèques. Cet impact sur la vie de la cité constitue le point commun et le fondement de notre action. C’est ce qui fait qu’un magasinier ou un cadre, en BU ou BM sont collègues. Collecter et communiquer sur son histoire professionnelle, c’est affirmer la place et le rôle politique des bibliothèques. Étudiants, universitaires, cabinets d’experts peuvent nous aider à réaliser ce travail. Mais s’il n’est pas impulsé par les bibliothécaires eux-mêmes, par qui ?

Salle de lecture de la Bm centrale, Palais Saint-Jean (1911-1972)

L’intérêt de cette démarche pour le monde de la recherche est certain : elle permet aux bibliothécaires de mieux renseigner les chercheurs sur l’histoire des exemplaires comme des collections. Pour les bibliothécaires, la collecte de leur mémoire professionnelle revêt un enjeu d’identité professionnelle : elle leur permet d’identifier les décisions ayant façonné leur institution et donne des jalons pour se projeter. Enfin, à l’image des travaux pluridisciplinaires d’histoire des pratiques[4], collecter la mémoire professionnelle participe d’une question plus large encore : la signification de notre action et son impact sociétal.

Yann Kergunteuil – Bibliothèque municipale de Lyon, fonds ancien

[1] À la fin du XIXe siècle, Desvernay et Molinier ont ainsi modifié l’ensemble des cotes de manuscrits initialement attribuées par Delandine, premier bibliothécaire municipal nommé en 1803.

[2] Sur le document au contreplat supérieur (crayon HB), sur la notice en ligne en zone de catalogage « 318 », comme sur ce document coté SJ AR 5/82.

[3] Voir les travaux de C. Marty (MSD 096), M. Delavenne (MSD 0199), J-F. Lutz (MSD 0416), C. Rollin (MSD 0510), G. Haraux (MSD 0546).

[4] Voir le travail réalisé par le Labex « Les passés dans le présent », Université Paris VIII et X.