Lancement de l’interface beta de l’USTC

Lors du colloque annuel organisé par l’université de St Andrews sur l’histoire du livre à l’époque moderne, l’équipe du Universal Short Title Catalogue a présenté une nouvelle interface de recherche (encore en cours de développement) pour interroger leur base de données. Désormais l’inventaire inclut non seulement les éditions du XVe et du XVIe siècle mais également celles publiées entre 1601 et 1650.

Site de l'USTC
Site de l’USTC

Le résultat du travail récent de l’équipe permet ainsi d’effectuer des recherches sur le corpus imprimé conséquent de la première moitié du XVIIe siècle, soit près de 350 000 notices supplémentaires. En tout, la base regroupe désormais les détails de plus de 720 000 éditions représentant quelques 2,5 million d’exemplaires éparpillés à travers le monde.

On notera l’importance statistique des éditions françaises dans cet ensemble nouvellement accessible, environ 50 000 notices dont 30 000 pour Paris, 6 000 pour Lyon et plus de 4 000 pour Rouen. On soulignera également la présence de nombreuses brochures puisque plus de 10 000 de ces notices sont consacrées à des actes émanant des autorités civiles (typiquement des édits ou des ordonnances) ou à des tracts politiques.

Ces données nouvelles demandent inévitablement d’être complétées (et corrigées) au fil du temps, un travail de longue haleine rendu d’autant plus difficile qu’il est nécessaire d’analyser d’un œil critique les informations fournies par les catalogues pour éviter la création de fantômes bibliographiques. La volonté d’améliorer la qualité des données est démontrée par l’ajout récent d’un grand nombre de placards allemands (notamment ceux identifiés dans le cadre de la thèse de Saskia Limbach) et d’impressions italiennes (en particulier grâce à Dr Flavia Bruni).

Le manager du projet, Dr Graeme Kemp, a souligné le succès du site, notant que plus de 33 millions de recherches avaient été effectuées depuis la mise en ligne de la première mouture de la base il y a près de 5 ans ! Par ailleurs, l’équipe travaille à la mise au point d’une version interactive du site qui permettrait aux usagers de se connecter à l’USTC pour pouvoir ajouter un exemplaire et, le cas échéant, d’enrichir la notice avec des données supplémentaires.