Découvrir les collections du «Musée-Bibliothèque» Médard

Lunel, ville moyenne située dans la contrée occitane entre Nîmes et Montpellier, n’est pas un haut lieu de la culture où l’on s’attend à trouver un musée sur le livre et le patrimoine écrit. Le critère premier pour la création de fonds anciens dans les bibliothèques municipales en France est le statut juridique de la ville à l’époque des saisies révolutionnaires et de celles suivant la séparation de l’Église et de l’état en 1905.  Les Préfectures ou Sous-préfectures recevaient les fonds des établissements religieux et des émigrés dans leur circonscription. Or Lunel n’eut jamais ce statut, on lui préféra alors Béziers et Lodève pour la redistribution des collections. Il est d’autant plus surprenant donc d’y découvrir un centre d’interprétation de qualité remarquable, tel que je l’ai trouvé au Musée Médard lorsque j’y ai rencontré son conservateur Claudio Galleri pour la fin de l’exposition « Savantes Lumières – Louis Médard et l’aventure du XVIIIe siècle ».

Depuis la fin 2013, l’ancien hôtel de ville reçoit des visiteurs dans des locaux entièrement rénovés, autour d’expositions mettant en valeur des thématiques transversales à travers la collection jadis léguée par ce Médard. Galleri y a pris la barre en 2015 et a veillé sur le développement du projet pour lui valoir l’attribution du statut « Musée de France » en 2017. Il s’agit là de la confirmation de l’ouverture et du partage patrimonial qui est l’esprit originel et actuel de la collection Médard.

L’entrée du Musée Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Natif de Lunel, Louis Médard (1768-1841) fit fortune comme marchand de tissus, notamment ces tissus imprimés dits indiennes si populaires à l’époque. Bibliophile dès un jeune âge, il amassa avec l’aide d’un réseau de contacts à Paris une collection d’imprimés anciens et contemporains qu’il fit relier par les plus grands noms de son époque. Rassemblés dans son cabinet de lecture à Montpellier, les 3107 œuvres bénéficièrent à sa retraite de l’élaboration d’un catalogue détaillé qui est encore conservé. C’est ce qui nous permet aujourd’hui de visiter au premier étage une reconstitution fidèle de la bibliothèque de Médard, les livres arrangés suivant l’ordre du collectionneur, qui adoptait le système des libraires de Paris. Les tranches maroquines diversement colorées et dorées y brillent et appellent à la consultation à travers les vitres des meubles originaux. On s’imagine que l’effet était voulu par le donataire lorsqu’il légua le tout à la municipalité, précisant que sa collection soit mise à la disposition de tous, notamment des collégiens, pour qu’ils bénéficient d’une bibliothèque comme il ne l’avait pu à cet âge.

La bibliothèque de Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Quelques 800 fiches explicatives calligraphiées par les secrétaires de Médard témoignent du soin avec lequel ces éditions ont été choisies. Inspiré par une formation humaniste, il s’est entouré de monuments littéraires et typographiques, avec une préférence pour les œuvres d’histoire et des belles-lettres. Depuis le transfert de la donation à Lunel en 1858, d’autres collections s’y sont ajoutées. Aujourd’hui les quelques 5000 livres de ce fonds comptent huit manuscrits médiévaux, deux incunables et de nombreux imprimés de chaque siècle du XVIe au XIXe siècle. Il s’agit par ailleurs d’une collection vivante, à laquelle on cherche à ajouter suivant sa logique interne (des titres que Médard souhaitait acquérir, par exemple) et le projet scientifique du musée (notamment ce qui a rapport aux arts et métiers du livre).

Une page du « Grand catalogue » de Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

Dans cette logique, le musée a fait l’acquisition il y a quelques années de 96 fers de reliure de l’illustre atelier parisien de René et Alphonse Simier. Comme quelque 400 volumes de la bibliothèque Médard furent jadis reliés par la maison Simier, certaines de ces reliures de luxe peuvent maintenant être associées aux outils précis qui les ont marquées. La provenance des reliures est signalée dans le catalogue en ligne, valorisant à nouveau l’investissement original du collecteur. Car à part 150 volumes dont Médard préféra préserver la reliure d’origine, il fit relier la très grande majorité de ses acquisitions par les grands artisans parisiens et montpelliérains de la première moitié du XIXe siècle. Ces reliures sont parmi les éléments systématiquement numérisés par le musée et mis à la disposition du public à travers le catalogue. Ainsi sont célébrés la matérialité et l’historique des exemplaires, qui font la force particulière de ce fonds.

Suivant cette même philosophie, il est aisé d’identifier quels ouvrages de Médard ont été documentés dans ses différents catalogues, révélant la logique interne de la collection à différentes époques, et évoquant des sous-collections particulières. Dans cette perspective, l’on note la présence d’un « Petit catalogue », qui documente les 143 livres de Médard qui figuraient alors sur l’Index. Physiquement, ces volumes étaient regroupés à l’abri du regard innocent derrière les portes en bois du meuble qui trône encore aujourd’hui dans son cabinet.

Si les ouvrages théologiques sont bien représentés dans cet « enfer », la collection plus large est fortement dominée par l’intérêt de Médard pour les belles-lettres (qui représentent 50% des titres) et l’histoire (environ 30% du total). De grands auteurs du siècle des Lumières y sont représentés, comme les auteurs antiques que cet amateur de Virgile appréciait particulièrement. L’on trouve donc dans cette collection le reflet des loisirs d’un bibliophile nanti et non pas le cabinet de travail d’un négociant. Les intérêts régionaux sont ainsi moins représentés chez Médard que des réflexions philosophiques d’envergure cosmopolite. Les fonds qui se sont rajoutés à la collection de Lunel depuis viennent équilibrer cette répartition. Par ailleurs, les collaborations du Musée Médard avec d’autres institutions font finalement valoir l’apport de ses richesses à la culture de la région et les situent dans le paysage patrimonial plus large.

Avec le programme culturel annoncé pour 2018/2019, nous attendons deux belles expositions à Lunel : à partir du 24 octobre, « Pop-up! Histoires et éclats du livre animé », suivie au mois d’avril par « Feuilles et merveilles. L’univers des papiers décorés ». La consultation sur place des ouvrages et du centre de documentation est possible sur rendez-vous. Le site du musée et son catalogue en ligne, illustré par les nombreuses numérisations effectuées à ce jour, peuvent motiver à prévoir un déplacement prochainement.

La façade du Musée Médard
©Ville de Lunel – Service Communication

* Pour une explication détaillée de l’historique et de l’avenir du la collection Médard, l’on attendra le texte de Claudio Galleri, « Le fonds Louis Médard à Lunel et sa transmission patrimoniale : de la bibliothèque au musée », dans La fabrique du patrimoine écrit: objets, acteurs, usages sociaux, Presses de l’ENSSIB et Éditions des Cendres, 2018, à paraître.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

Un imprimé perdu : l’Office de Sainte-Cécile d’Abraham Blondet (Paris, 1611)

Je réponds à la dernière contribution de Malcolm Walsby, Les derniers témoins d’éditions perdues,  avec l’exemple d’une édition musicale perdue, connue seulement par un fragment. En 1992, mon attention a été attirée par la reliure d’une édition des Moduli duarum, vel trium vocum d’Orlande de Lassus1 . La reliure en cartonnage de l’exemplaire du Département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France RES VM1-38 laissait apparaître des feuillets contrecollés provenant de diverses éditions musicales, supposées provenir du même atelier.

Une fois décollée par le restaurateur du Département, cette reliure a révélé plusieurs fragments d’intérêt variable :

Ø  quelques feuillets provenant du second livre des Meslanges de Claude Le Jeune de 1612, édition bien connue par ailleurs2 ;

Ø  les feuillets signés Di-Diiij et paginés 25-32 de la partie de Dessus du premier chœur d’une œuvre inconnue, dont on ne connaît toujours pas d’autre source.

Il s’agit de l’Officii Divæ Ceciliæ mis en musique pour deux chœurs par Abraham Blondet, qui était alors maître de chapelle de Notre-Dame de Paris et chanoine en la même église. Après avoir été enfant de chœur à Notre-Dame, il avait reçu un prix pour son motet Tu benigne Dominus es au puy d’Évreux en 1583. Il a peut-être travaillé ensuite pour l’église Saint-Éloi de Longjumeau, avant de revenir à Notre-Dame de Paris. En voici le titre restitué :

Officii Divæ Ceciliæ virg. et mart. Musicorum patronæ musici concentibus expressi Auth. Abraham Blondet Parisior. Insignis Ecclesiæ Parisiensis Canonico et succentore Musici que Præfecto.

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES VM1-38 (défet)

Imprimée en 10 volumes in-4°, l’œuvre est un des premiers exemples de musique sacrée publiée en France pour double chœur. Ces huit pages laissent apparaître des pièces composées pour 4 à 10 voix :

p. 25 un extrait de messe :

Ø     Agnus Dei qui tollis peccata mundi miserere nobis.

Et un extrait du Ps. 119 :

Ø     Confundantur superbi quia injuste iniquitatem fecerunt in me

p. 26-27 deux pièces relatives à sainte Cécile. Comme il ne se retrouvent pas dans son office liturgique propre, célébré le 22 novembre, on peut supposer que ce sont des vers néo-latins :

Ø  Vos ô sacratæ gratissima turba cohorti Quos placuisse Deo iuvat… Cecila musarum modulis celebranda metrisque…

Ø    Dulcis amica chori Cecilia dulce tuorum Præsidium nostri spesque… Casta fave sanctus superis omissus ab oris Spiritus… O fastis recolenda dies…

p. 28 la prière pour le roi :

Ø     Domine salvum fac Regem & exaudi nos in die, qua invocaverimus te.

enfin p. 29-32 des versets de psaumes :

Ø     Dixit Dominus Domino meo : sede à dextris meis. Virgam virtutis tuæ [Ps. 109]

Ø     Lætatus sum in his quæ dicta sunt mihi : In domum Domini ibimus. [Ps. 121]

Ø     Lauda Jerusalem Dominum : lauda Deum tuum Sion. [Ps. 147]

Ø     Credidi propter quod locutus sum : ego autem humiliatus sum nimis. [Ps. 115]

 

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES VM1-38 (défet)

L’œuvre semble être une expansion d’une autre œuvre publiée par Blondet en 1606, les Choeurs de l’histoire tragique Sainte Cécile, à 4 parties ((Paris : Pierre I Ballard, 1606, 8°, cf. Guillo 2003 n° 1606-C.)) , dans lequel Blondet – alors maître des enfants de chœur de Notre-Dame de Paris – avait mis en musique ces mêmes vers latins, ainsi que des vers français de Nicolas Soret, maître de grammaire desdits enfants. L’ouvrage était destiné à célébrer la fête de Sainte-Cécile à la maîtrise.

Paris, Bibliothèque de l’Arsenal : 8° BL 13884 (2)

Les quatre feuillets retrouvés dans cette reliure sont tout ce qui reste d’une publication assez volumineuse (10 volumes d’environ 30 pages chacun), dont le tirage devait se situer autour de 500 exemplaires… L’œuvre est parfaitement identifiée puisqu’on la trouve citée dans de nombreuses sources, dont un inventaire après décès :

« Dix volumes de l’Office de Saincte-Cecille, en musique, prisé…

L’Office de Saincte-Cecille, à cinq parties., prisé…

L’Office de Saincte-Cecille, en cinq volumes, prisé… »

Inventaire après décès de Hugues Yver, seigneur de la Courtille. Paris, Archives Nationales, Minutier Central, étude IV, carton 111 (24 mai 1622).

On la trouve également dans pas moins de quatre catalogues :

« Officio de Santa Cecilia. Contem salmos, & outras cousas. Abrahamo Blondet Parisino. a 2. coros ». Catalogue de la bibliothèque de musique du roi Joào IV du Portugal, 1649.

« Office de Ste Cecile, à 2 chœurs. De Blondel [sic] ». Catalogue général de l’imprimeur Christophe Ballard, 1683.

« Offices en musique de Ste Cecile à 3 p. imprimé en 1611. Abraham Blondet » ; « Officium divæ Cecilia à 4 p. autore Abrahamo Blondet imprimé 1611 ». Inventaire de la bibliothèque des imprimeurs Ballard, 1750, p. 31 et 40.

« Officii Divæ Ceciliæ virg. et mart. Musicorum patronæ musici concentibus expressi Auth. Abraham Blondet Parisior. Insignis Ecclesiæ Parisiensis Canonico et succentore Musici que Præfecto. Paris 1612 ». Catalogue de la bibliothèque des Minimes de Paris, 1776, p. 116 (Bibliothèque Mazarine).

Cette source dernière donne aussi le nom de cinq parties séparées (Superius 2i chori, Tenor, Contra Tenor, Bassus, 5a pars). Il y avait donc deux chœurs de cinq parties ; de même l’édition semble avoir existé sous deux dates : 1611 et 1612.

Accessoirement, on peut en conclure que certains des volumes de musique imprimés dans l’atelier de Pierre I Ballard (actif 1599-1639) étaient vendus avec une couverture d’attente faite avec des défets contrecollés. Nous en avons vu quelques autres exemples (mais on ne va pas tout décoller, n’est-ce pas ?).

On peut toujours espérer retrouver un jour un exemplaire plus ou moins complet. La découverte récente dans une bibliothèque parisienne, la Bibliothèque de Fels de l’Institut catholique de Paris, de seize éditions de messes sorties des presses de Pierre I Ballard autour de 1610-1622 montre bien que les redécouvertes significatives, si elles sont rares, sont toujours possibles… et parfois inespérées (voir le blog du Répertoire International des Sources Musicales).

À défaut de disposer d’un exemplaire complet de l’Officii Divæ Ceciliæ d’Abraham Blondet, on pourra toujours admirer deux reliures en parchemin doré décorées à son nom qui protègent plusieurs éditions de motets d’Orlande de Lassus3 . Elles portent « ABRAHAM » sur le premier plat et « BLONDET » sur le second. Comme elles portent en plus la mention « ex libris St Eligii de Longo jumello », elles peuvent donner un indice sur un épisode de sa carrière de musicien : peut-être Blondet a-t-il travaillé à Longjumeau entre deux périodes à Notre-Dame de Paris. Par ailleurs, sur de la musique, de telles reliures sont assez rares, surtout dans cet état.

Paris, Bibliothèque nationale de France (Musique) : RES 604-606

Laurent Guillo
Paris, IReMus


 

  1. Paris : Veuve Robert I Ballard et Pierre III Ballard, 1601, 3 vol. 4° oblong, cf. Laurent Guillo, Pierre I et Robert III Ballard, imprimeurs du roi pour la musique, Liège, Mardaga ; Versailles, CMBV, 2003, n° 1601-C. []
  2. Paris : Pierre I Ballard, 1612, 6 vol. 4° obl., Guillo 2003 n° 1612-F. []
  3. Paris BnF (Mus.) : RES 604-606 et 607-612. []

Entretien avec… Bart Jaski (Bibliothèque universitaire d’Utrecht)

Avec ce billet, le blog de la SbF inaugure une nouvelle série, qui permettra à ses lecteurs et lectrices de découvrir les collections de bibliothèques moins connues que celles des grandes institutions, grâce à des entretiens avec les personnes chargées de leur conservation et de leur ouverture au public.

L’Université d’Utrecht aux Pays-Bas accueille quelque 30 000 étudiants et chercheurs. Sur le campus de l’Uithof, l’imposante Bibliothèque universitaire recèle des trésors. Pour les découvrir, il faut se rendre au sixième étage, dans les « collections spécialisées » (‘bijzondere collecties’), où livres et documents anciens et précieux sont conservés et proposés à la consultation.

Les collections spécialisées de la BU d’Utrecht contiennent un grand nombre de manuscrits et d’imprimés, qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, d’échanges épistolaires, de cartes et de chartes terrestres et maritimes. La section se charge de choisir, d’acquérir, mais surtout de conserver, de cataloguer et de mettre en valeur ces précieux objets. Les étudiants, mais aussi leurs professeurs et chercheurs, ainsi que tout type d’amateur, peuvent y venir à la rencontre du passé à travers des matériaux riches en histoire et dont les caractéristiques matérielles sont parfois frappantes.

Dr Bart Jaski est le conservateur des manuscrits et livres anciens imprimés de cette section. Il répond à nos questions.

 Bart Jaski (© Maartje ter Horst)

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Le cœur de la collection est formé de manuscrits et de livres imprimés provenant de monastères et de chapitres d’églises d’Utrecht, confisqués lorsque que la ville devient une cité protestante en 1584.  Bien que la confiscation n’ait pas toujours été réussie, des centaines de livres furent rassemblés dans l’église de Saint-Jean, au centre de la ville, dans ce qui devint par la suite la nouvelle bibliothèque municipale. Lorsque l’université fut fondée en 1636, la bibliothèque municipale devint également la bibliothèque universitaire. A ce stade, plusieurs milliers de livres touchant à toutes les branches des sciences (et notamment à la théologie et au droit) furent ajoutés à la collection par des dons. Les dons et les acquisitions se sont poursuivis et la collection est donc aujourd’hui plus diverse que jamais.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les manuscrits médiévaux, la majorité ont été produits à Utrecht, notamment au XIVe et au XVe siècles. Nous comptons maintenant environ 750 manuscrits de l’époque médiévale et 900 incunables. Au total, les collections spécialisées contiennent environ 1,5 million de documents : tous les matériaux de la BU produits avant 1900, ainsi que tous les livres, manuscrits, cartes et archives rares ou précieux produits après 1900. Nous n’avons pas de grande collection en hébreux telle qu’il en existe à Amsterdam, ou de collection asiatique comme à Leiden. Nous, nous avons une collection académique liée à l’histoire d’Utrecht.

L’un des joyaux de la collection, le ‘Psautier d’Utrecht‘, un manuscrit du IXe siècle classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO

Pouvez-vous nous présenter quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Je vais prendre mes exemples parmi les documents qui ont été numérisés et publiés sur le site de la bibliothèque.

En ce qui concerne les manuscrits, je prendrai l’exemple du Ms. 5 J 27. C’est un exemple typique du livre d’heures néerlandais (v. 1460-70), écrit et décoré à Utrecht, par un maître qui avait un style bien à lui : un peu cru, mais efficace. Lorsque vous voyez l’original, l’or scintille véritablement : c’est vraiment un livre “enluminé”, ce qu’aucune reproduction ne peut recréer.

Le manuscrit 5 J 27, ff 85v-86r de la BU d’Utrecht

Pour représenter notre collection de livres imprimés, le meilleur exemple est notre exemplaire de Johann Bessler, Das triumphirende perpetuum mobile Orffyreanum (Kassel, 1719). Il fait partie des textes produits par Bessler pour s’attribuer l’invention du mouvement perpétuel et de la discussion scientifique qui entoure ce sujet. C’est un thème qui est encore débattu aujourd’hui, puisque les chercheurs tentent toujours de percer le secret de Bessler, mais c’est aussi un sujet qui touche des problématiques contemporaines telles que le mécénat, la recherche, les droits d’auteurs et de reproduction, etc. Notre exemplaire contient une inscription qui montre qu’il fut donné par Bessler lui-même.

Enfin, notre carte de l’Europe par Willem Blaeu, datant d’environ 1615 est également un document historique impressionnant. Imprimée sur du parchemin, et utilisée sur un navire, elle montre les dernières découvertes néerlandaises dans et autour de la Mer Arctique.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ? Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Sur notre page d’accueil, nous présentons nos derniers objets numérisés, accompagnés de courts essais explicatifs. Les textes sont écrits soit par les conservateurs soit par les chercheurs, et vont au-delà des simples méta-données, pour informer plus en profondeur le public académique mais aussi le grand public. Nous espérons que ces essais contribuent à la visibilité et l’accessibilité des objets.

Néanmoins, on ne trouve là qu’une petite partie des milliers de documents déjà numérisés. Des étudiants en histoire de l’art décrivent également, une sélection de nos manuscrits pour Wikipédia dans le cadre de leur formation. Ceci nous aide également à mettre en valeur nos documents, tout en leur donnant l’occasion de travailler sur des manuscrits anciens et de se former à la pratique d’une rédaction formelle et de qualité. Nos collections et nos archives sont publiées dans notre Repertorium, un répositoire numérique, mais elles sont uniquement accessibles en néerlandais. En ce qui concerne nos livres imprimés, nos cartes et une partie de nos manuscrits, ils sont dorénavant accessibles via WorldCat.

Nous n’avons pas d’espace dédié à l’exposition, mais nous coopérons avec plusieurs musées et institutions qui exposent des documents provenant de nos collections spécialisées. Nous participons également aux manifestations culturelles que proposent l’université et la ville d’Utrecht, telles que l’opération “Meet the Professor” ou encore les “dimanches culturels”. Nos projets de géoréférencement ont eux aussi rencontré un large succès auprès du grand public. Vous pouvez donc constater que nous utilisons une grande variété de stratégies pour la mise en avant des collections spécialisées de la bibliothèque.

La salle des cartes des collections spécialisées de la BU d’Utrecht, lors d’une séance de présentation avec des étudiants (© Ivar Pel)

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

J’en nommerai deux. Tout d’abord, il y a le défi du tout numérique. C’est très difficile de rester à jour : bien que ce soit une option séduisante puisqu’elle offre de nombreuses possibilités, il y a également des pièges à éviter. J’ai pu voir beaucoup d’argent et de temps investis dans des sites qui n’existent plus aujourd’hui. En ce moment, les humanités numériques ont le vent en poupe, et en tant que conservateur, je veux rester à la page concernant ce qui se passe et les manières par lesquelles je peux épauler les chercheurs. Malheureusement, cela vient parfois se heurter à ma mission de mise à disposition de la collection dans des projets plus traditionnels (colloques, expositions…), auxquels on me demande de plus en plus de collaborer et d’apporter mon expertise.

Cela m’amène à mon second défi : le besoin de porter des projets et d’épauler les chercheurs prend beaucoup de temps et cela impacte parfois des missions basiques mais essentielles telle que la mise en œuvre d’inventaires et d’archives numériques de la collection, auxquelles ne sont pas donnés le temps et l’attention requis. Avec deux conservateurs et deux autres personnes aux missions diverses (reproduction, communication, gestion de projets et de subventions), nos moyens sont limités. Pour autant, pour une si petite équipe, nous avons déjà beaucoup accompli et ça reste un plaisir de travailler avec les documents anciens, que ce soit pour les étudiants ou pour une exposition, numérique ou non. Le défi le plus important est certainement de faire en sorte de continuer à aimer mon métier, malgré les pressions qui l’entourent.

Entretien réalisé par Erell Smith (étudiante en master de recherche à Rennes II), en collaboration avec Katell Lavéant (Université d’Utrecht).