Les Contes de Perrault dans tous leurs états

Il y a tout juste cinq ans (le 9 décembre 2013) eut lieu une exceptionnelle vente aux enchères entièrement consacrée à un lot unique : un exemplaire de l’édition originale des Histoires ou Contes du temps passé de Charles (et/ou Pierre ?) Perrault. Estimé à 400 000 – 500 000 €, le petit volume in-12 fut vendu 770 000 € (962 500 € frais compris). Selon la Gazette Drouot, il s’agissait là « du plus haut prix obtenu pour un livre imprimé français 1 ». Ce record avait sans doute été favorisé par une importante mise au point bibliographique diffusée dans trois publications de 2010, soulignant qu’il y eut bien deux éditions (et non deux « tirages » ou « états » d’une seule édition) publiées par Claude Barbin en 1697, et que les exemplaires de la véritable première édition sont rarissimes 2 .

Cette distinction entre les deux éditions des Contes avait déjà été établie en 1892 par le baron de Claye, sur la base d’une comparaison entre l’exemplaire de la bibliothèque Victor Cousin et deux exemplaires en mains privées :

Nous avons noté des différences qu’on ne soupçonnait pas et qui nous ont appris qu’il y a eu en 1697 non pas une, mais deux éditions des Contes du Temps passé. […] Il ne s’agit pas seulement de quelques feuillets offrant des variantes : d’un bout à l’autre c’est une autre impression 3

À sa suite, plusieurs spécialistes de Perrault (de Paul Bonnefon et Mary Elizabeth Storer à Gilbert Rouger) avaient rappelé, en termes plus ou moins clairs, l’existence de deux éditions Barbin. Pourtant, celles-ci continuaient à être souvent confondues, même par les experts en livres anciens ; ainsi, lors de la vente Hayoit (Sotheby’s, 2001), un exemplaire de la deuxième édition était décrit avec emphase comme « l’édition originale » et atteignit le prix de deux millions de francs. Les publications de 2010 ont donc apporté des précisions salutaires, tout en ignorant elles-mêmes la préhistoire de cette « révélation exceptionnelle 4 ».

Je voudrais proposer de reprendre le dossier et de pousser plus loin l’analyse matérielle et textuelle de ces deux éditions de 1697 (que je désignerai ici par A et B). La tâche est aujourd’hui grandement facilitée par la numérisation et mise en ligne des trois exemplaires de A conservés dans des collections publiques : la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de la Sorbonne, et la Bayerische Staatsbibliothek à Munich. La Sorbonne a aussi mis en ligne son exemplaire de B (provenant de Victor Cousin) ; cette numérisation est très supérieure au médiocre facsimilé jadis publié par Firmin-Didot, et plus tard par Slatkine, à partir du même exemplaire. Le recours aux versions numériques, si excellentes soient-elles, n’étant évidemment pas suffisant, j’ai en outre examiné personnellement les trois exemplaires de B conservés en Amérique (à New York, Harvard et Princeton). Les observations et interrogations qui suivent sont le résultat de cet exercice de collation, auquel je me suis livré dans le cadre de recherches sur les débuts du conte de fées littéraire en France.

L’exemplaire de Munich, apparemment inconnu des experts et bibliographes français, se distingue par plusieurs particularités – à commencer par la présence d’une variante surprenante qui, à ma connaissance, n’a jamais été notée. Alors que dans les exemplaires de la BnF, de la Sorbonne et de la vente de 2013 le feuillet P3 est un carton, celui de la BSB a gardé le feuillet original, qui révèle la première version d’un passage de « Riquet à la Houppe » :

Figure 1 – Bayerische Staatsbibliothek  (Res/P.o.gall. 1656 mz)

Le carton corrige « me disoit-il » en « me diroit-il » et « seur » en « seure » (ici souligné en jaune) ; mais surtout, il supprime deux phrases quelque peu brutales prononcées par la princesse : « qui me fait voir en vous de nouvelles laideurs que je ne voyois pas », et « puisque cela ne devoit servir qu’à me rendre plus miserable » (souligné en orange). Pour compenser ces suppressions, la version cartonnée allonge artificiellement la réponse de Riquet, de façon à assurer l’enchaînement avec le début de la page 175. C’est ce texte remanié qui est reproduit dans B et toutes les éditions ultérieures. Par contre, la contrefaçon publiée en 1697 à l’adresse (sans doute fausse) de Trévoux, copiée sur un exemplaire non cartonné, donne le texte original.

Autre particularité de l’exemplaire de Munich : alors que neuf des dix feuilles présentent la composition typographique A, une feuille (cahiers L et M) relève de la composition B. On a affaire à un exemplaire hybride, qui ne contient d’ailleurs pas de feuillet d’errata, à la différence des autres exemplaires connus de A.

L’exemplaire de A conservé à la Sorbonne offre lui-même une différence d’état, car la table s’y présente déjà sous la forme légèrement remaniée qui est caractéristique de B :

Figure 2 – à gauche : Bibliothèque nationale de France (RES P-Y2-263) et à droite : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (RRA 6= 348)

Ces trois exemplaires de la véritable première édition ne sont donc point identiques mais illustrent à eux seuls trois états distincts, non décrits par les bibliographes. Et quel est au juste le rapport entre A et B ? Selon Jean-Marc Chatelain, la deuxième édition représenterait « une recomposition complète de l’ouvrage, à la seule exception de l’épître dédicatoire 5. » Il me semble nécessaire de nuancer cette affirmation : seuls 80% du livre ont été réellement composés à nouveau, à savoir les cahiers A-Q (p. 1-192). Pour le reste (cahiers R, S, T et ã), la composition A a été réutilisée, mais avec des retouches plus ou moins importantes qui peuvent parfois faire croire à une composition nouvelle.

Dans les cahiers A-Q, la recomposition est évidente sur chaque page, dès qu’on fait attention à la typographie. Ce qui est plus mystérieux, et plus intéressant sur le plan littéraire, est la présence d’un certain nombre de différences textuelles entre A et B que les éditions critiques des Contes – à l’exception de celle de Roger Zuber – passent complètement sous silence. Dans « La Barbe bleue », par exemple, la seconde composition simplifie la syntaxe de deux phrases : « en lui laissant le choix » est changé en « et lui laissa le choix » (p. 58), et « dans lequel se miroient » en « & que dans ce sang se miroient » (p. 67). Que faut-il penser de ces remaniements stylistiques, et qui en est l’auteur ? Quoi qu’il en soit, l’édition de 1707 revient dans tous ces cas à la version de A, alors que les éditeurs modernes s’en tiennent en général au texte de ce qu’ils appellent, malencontreusement, le « second tirage ».

Pour les cahiers I et K, il faut d’ailleurs signaler l’existence de deux états de B, dont le premier est attesté par l’exemplaire Cousin, et le second par les autres exemplaires consultés. Ainsi, « ellé » est corrigé en « elle » (p. 114), et « vaiselle » en « vaisselle » (p. 119). Ces corrections semblent limitées à la forme intérieure de la feuille ; les pages relevant de la forme extérieure ne présentent pas de variantes.

Figure 3 – à gauche : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (VCR 6= 9677) et à droite : Princeton University Library (Cotsen HSVC 25129)

À partir du cahier R, la relation entre A et B est telle qu’elle requiert une comparaison très serrée, ligne par ligne, avec vérification sur tous les exemplaires accessibles. C’est notamment la présence de caractères déformés ou fracturés au sein des mêmes mots dans les deux éditions qui m’amène à conclure que la composition de chaque page avait été ficelée et conservée, puis retouchée et réimposée sur le marbre. Si on laisse de côté les titres courants (apparemment tous refaits pour la seconde édition), plusieurs pages des cahiers R et S sont strictement identiques dans A et B. C’est le cas de la page 198, où deux fautes flagrantes auraient pourtant nécessité une correction (« mor- de pain », « il passeroient »). À la page 197 je n’ai pu repérer qu’une infime différence, à savoir le redressement de l’i dans « avoit » (ligne 9) :

Figure 4 – à gauche : Bibliothèque nationale de France (RES P-Y2-263) et à droite : New York Public Library (*KB 1697 [Perrault, C. Histoires ou contes du temps passé])

Ailleurs dans « Le Petit Poucet », la plupart des pages de B témoignent de modifications plus substantielles, mais visiblement effectuées à l’intérieur de la première composition. Aux pages 218 et 220, le nombre de lignes, qui était irrégulier dans A, est réduit de 18 à 17, ce qui cause un décalage croissant entre les deux éditions. L’examen des caractères distinctifs montre cependant que, jusqu’à la fin du texte, l’atelier s’est borné à déplacer et remanier les lignes de la première composition :

Figure 5 – à gauche : Bibliothèque nationale de France (RES P-Y2-263) et à droite : New York Public Library (*KB 1697 [Perrault, C. Histoires ou contes du temps passé])

Un semblable constat s’impose pour la table et le privilège (fin du cahier T) ainsi que la page de titre et la dédicace (cahier ã) : B réemploie la composition de A, en y corrigeant quelques détails d’orthographe et de mise en page.

L’analyse matérielle confirme donc qu’il s’agit bien de deux éditions distinctes, car la grande majorité du texte a en effet été recomposée. Mais la seconde édition a dû suivre la première de très près, puisque les caractères utilisés pour les deux dernières feuilles n’avaient pas encore été distribués dans les casses. Une telle recomposition partielle n’est sûrement pas un procédé singulier pour l’époque ; Roger Laufer avait ainsi constaté un cas analogue à propos des rééditions du Diable boiteux de Lesage en 1707 (chez la veuve de Claude Barbin), en proposant l’explication suivante : « Une vogue exceptionnelle peut justifier une recomposition partielle, la décision d’augmenter le tirage étant prise alors qu’une partie de l’ouvrage a déjà été tirée et les formes distribuées 6 ». Dans le cas des Histoires ou Contes du temps passé, ni l’auteur ni le libraire n’avait sans doute prévu la « vogue » qu’allait rencontrer le recueil ; Barbin affrontait d’ailleurs alors des difficultés financières qui devaient le pousser à la prudence 7. On peut supposer que l’ouvrage fut d’abord tiré à un nombre assez peu élevé d’exemplaires, mais que son succès amena rapidement une augmentation du tirage, nécessitant une nouvelle composition pour la plus grande partie du texte.

Comme je l’ai signalé ailleurs 8, le premier volume des Contes des fées de Mme d’Aulnoy, publié par Barbin quelques mois après le livre de Perrault (et devenu encore plus rare que celui-ci), existe lui aussi en deux versions à première vue identiques, dont l’analyse bibliographique reste à faire. L’existence de telles éditions jumelles reflète-t-elle une pratique éditoriale courante et méconnue ? Ou s’agit-il d’un phénomène affectant plus particulièrement les recueils de contes de fées, genre littéraire nouveau dont les libraires avaient du mal à prédire le débit ? Il faudra sans doute poursuivre et élargir l’enquête, en examinant d’autres exemplaires et d’autres éditions, sans se fier aux apparences ni aux catalogues.

 Volker Schröder
Princeton University

  1. Voir l’entrée « Perrault record » dans Bibliophilie 2013  []
  2. Importants livres anciens, livres d’artistes et manuscrits, vente Christie’s, Paris, 21 avril 2010, no. 54 ; Jean-Marc Chatelain, « Du nouveau sur de l’ancien : une précision bibliographique à propos de l’édition originale des Contes de Perrault », dans Il était une fois l’interdisciplinarité, sous la dir. de Claire Badiou-Monferran, Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant, 2010 (actes d’un colloque tenu le 31 mai 2008), p. 235-238 ; Vérène de Diesbach-Soultrait, Six siècles de littérature française : XVIIe siècle (Bibliothèque Jean Bonna), Genève : Droz, 2010, t. II, p. 90-91 (« découverte fondamentale qu’aucun bibliographe n’avait notée jusqu’à présent »). []
  3. D’Eylac (A. de Claye), La Bibliophilie en 1891-1892, Paris : A. Rouquette, 1893, p. 13-14 (première publication dans La Gazette nationale ou Le Moniteur universel, 16 avril 1892, p. 3). []
  4. Vérène de Diesbach-Soultrait, op. cit., p. 91. []
  5. Jean-Marc Chatelain, art. cit., p. 237. []
  6. Roger Laufer, Introduction à la textologie : vérification, établissement, édition des textes, Paris : Larousse, 1972, p. 120-121. []
  7. Voir Gervais Reed, Claude Barbin, libraire de Paris sous le règne de Louis XIV, Genève–Paris : Droz, 1974, p. 50. []
  8. « Les Contes des Fées », Anecdota : rare texts and images from early modern France, avril 2018. https://anecdota.princeton.edu/archives/720 []

Une visibilité réduite : fastes et lacunes d’une exposition sur le théâtre au XVIe siècle

 

Le musée national de la Renaissance au château d’Écouen propose jusqu’au 28 janvier 2019 l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance. Cette exposition présente sans aucun doute la plus grande quantité de livres sur et autour du théâtre et de la culture spectaculaire en français au XVIe siècle jamais rassemblée pour une telle manifestation culturelle. À ce titre, elle offre à qui la visite un saisissant tour d’horizon visuel des supports et des formats proposant à l’époque des textes de théâtre, mais aussi des récits festifs, des images de décors et de spectacles, ainsi que des documents témoignant de la pratique dramatique. Il est d’autant plus dommage qu’elle ne réponde pas aux attentes qu’une telle ambition peut susciter.

Une large place faite aux livres

Pour limiter le propos aux livres qui sont l’objet d’étude de ce blog, je ne commenterai pas les documents d’archives, tableaux, gravures, objets et même tapisseries et tissus présentés aux côtés de ces livres, autrement que pour souligner le grand intérêt de les rassembler ainsi dans un même espace d’exposition. Ils font l’objet d’une présentation riche et éclairante sur différents aspects de la pratique théâtrale comme sur l’impact que le théâtre put avoir sur l’imaginaire collectif à cette époque. Les livres (manuscrits et imprimés) représentent quant à eux presque la moitié des 137 pièces présentées.

L’exposition est divisée en quatre salles : « L’apogée des formes médiévales », « Un théâtre humaniste », « L’émergence de la commedia dell’arte » et « Un théâtre de Cour ? La construction d’un nouveau symbolisme collectif ». La première salle, et aussi la plus grande, est consacrée au théâtre issu de la tradition médiévale encore largement pratiquée au XVIe siècle. Les vitrines centrales de la pièce proposent une impressionnante collection de manuscrits de mystères et pièces à sujets religieux, qui illustrent la diversité de ces supports. 

On peut ainsi voir côte à côte des manuscrits de mystères présentant le texte complet d’une pièce, certains dans une mise en page dépouillée, d’autres richement enluminés ; des imprimés qui soulignent que les textes de ces mystères ne restèrent pas cantonnés au seul support manuscrit ; des registres de comptes ainsi que des contrats documentant l’organisation des représentations de ces mystères. On y trouve aussi d’exceptionnels documents de travail utilisés lors de représentations, tels que l’Abregiet de la Passion jouée à Mons en 1501, qui permettait au metteur en scène (‘meneur de jeu’) d’avoir une vue d’ensemble des répliques abrégées des différents personnages et des actions de jeu (Mons, bibliothèque centrale, Ms 535 (1086) R1/B) ; ou encore de rares rôles d’acteurs, qui ne comportent que les répliques du personnage que l’on joue (Rôle de l’Homme Pécheur, moralité de la fin du XVe siècle, BnF Ms NAF 6514). Tous sont rendus accessibles par de très utiles tablettes en bois que l’on peut prendre en main pour lire une transcription d’extraits de textes manuscrits.

Manuscrits et incunable de mystères de la Passion richement enluminés

La deuxième salle fait la part belle à trois types de livres, dont le propos reflète l’intérêt des humanistes pour le théâtre antique, et l’inspiration qu’ils y trouvent : des éditions, en latin et en français, des œuvres du poète comique latin Térence ; des traités architecturaux italiens qui proposent une réflexion sur la construction de nouveaux théâtres et décors inspirés de l’Antiquité ; et les premières tragédies et comédies en français d’auteurs tels qu’Étienne Jodelle, Robert Garnier ou Pierre de Larivey.

Térence, Comoediae, Johann Grüninger, Strasbourg, 1496 (USTC 749279)

Les troisième et quatrième salles proposent une belle palette d’éditions présentant différents divertissements de cour et entrées urbaines ainsi qu’une sélection intéressante de pièces issues du monde des acteurs italiens à la fin du XVIe siècle. Certains de ces ouvrages éveilleront certainement la curiosité des historiens du livre. Ainsi d’une édition d’une comédie italienne, l’Angelica de Fabrizio de Fornaris, par le parisien Abel Langelier (1585) (USTC 130109), qui attire l’attention sur la petite production dans cette langue d’un imprimeur-libraire majeur, plus connu pour son ample catalogue en français. Ou encore l’expérimentation menée par Gérard Vivre avec sa Comédie de la fidélité nuptiale (Paris, Nicolas Bonfons, 1578) : dans ce livre, l’auteur propose un système inédit de signes typographiques servant à donner des indications scéniques dans le texte de la pièce. A ce titre, l’exposition a pour mérite certain de proposer, aux côtés d’ouvrages incontournables, d’autres livres moins connus mais tout aussi fascinants.

Deux pages de la Comédie de Gérard de Vivre (g. Système de didascalies typographiques; d. Son application dans un dialogue)

Des livres trop peu mis en valeur

Il est donc dommage que ces livres, dont la variété et l’intérêt sont frappants, ne bénéficient pas toujours d’une mise en valeur adéquate. Dans toutes les salles, l’exposition des livres est similaire : la plupart sont présentés en vitrine à l’horizontale, pour s’ouvrir sur la page de titre ou sur deux pages reflétant au mieux le contenu de l’ouvrage. Cette exposition classique est compréhensible, mais les longues rangées de livres ainsi présentées peuvent s’avérer monotones pour les personnes qui visitent l’exposition sans avoir de connaissances préalables en histoire du théâtre ni en histoire du livre.

Elle est de plus inévitablement frustrante, dans le cas de manuscrits et d’imprimés vantés pour leur contenu particulièrement riche en illustrations, ou les particularités de leur contenu. Étant donné le partenariat mis en place avec la Bibliothèque nationale de France, on aurait pu envisager un accès électronique à certains ouvrages dont la numérisation est disponible sur Gallica, via des tablettes au fil de l’exposition, ou tout autre dispositif attirant l’attention des visiteurs sur l’existence de ces objets numériques. Il est en effet dommage de se priver du plaisir de pouvoir feuilleter l’un des manuscrits du Mystère de la Passion de Valenciennes, richement peints, ou encore le Balet comique de la Royne (1582) et ses nombreuses gravures[1], pour se faire une meilleure idée de leur contenu.

De fait, les choix de présentation des ouvrages risquent de faire passer les visiteurs à côté de pièces essentielles. Ainsi, dans la première salle, en parallèle aux livres de mystères, les autres « formes rudimentaires » théâtrales (pour reprendre une expression particulièrement malheureuse du panneau présentant les farces, sotties et moralités) ne bénéficient pas du même traitement de mise en valeur. Il est dommage que, dans la (trop) petite sélection d’imprimés présentée pour cette section, soient mis sur le même plan des éditions intéressantes mais conservées en plusieurs exemplaires, et des ouvrages absolument uniques. Ainsi, on se demandera si un objet exceptionnel comme le Recueil de Florence (coll. privée), l’un des trois grands recueils de théâtre joyeux imprimé, ne pouvait pas mieux être présenté que perdu dans une vitrine foisonnante.

Le recueil de Florence, exposé pour la première fois au public 

Cela ne contribue pas à attirer le regard des visiteurs sur ce témoin majeur de l’histoire du théâtre, ni à souligner qu’est ici exposé pour la première fois au public un livre demeuré dans des collections privées depuis sa découverte dans un grenier en 1927 (et prêté pour l’occasion par son propriétaire) : seuls deux chercheurs, Gustave Cohen et Jelle Koopmans, avaient jusqu’ici eu le privilège d’y avoir accès pour l’étudier.

Cela crée également l’impression fausse que c’est le théâtre religieux qui primait dans la pratique théâtrale du premier XVIe siècle, vu la place donnée à ses témoins dans cette salle, qui réduit le foisonnement des autres formes théâtrales et festives de l’époque à peu de choses, au regard de la masse de livres et de documents qu’elles nous ont pourtant laissée.

Une question laissée sans réponse : qu’est-ce que le théâtre dans la France de la Renaissance ?

Car c’est bien là que le bât blesse. Le problème majeur auquel on est confronté dans cette exposition réside dans un biais qui met en avant la sélection de certains types d’ouvrages, pour occulter d’autres pans de la production de livres de théâtre et de la pratique théâtrale de la même période, sans que cela soit justifié par les sources. Le théâtre religieux qui l’emporte sur les autres formes dramatiques pour la première salle en est un exemple. La mise en avant d’un « théâtre rêvé » des humanistes dans la deuxième salle en est un autre. Les belles éditions illustrées de Térence éclipsent la pratique du théâtre des Collèges, en latin notamment. Le théâtre des Jésuites, autre forme majeure du théâtre pédagogique à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, est quant à lui tout simplement absent de l’exposition. De même, les décors imaginés par les architectes italiens ne trouvent pas de véritable contrepoint dans la présentation de documents permettant de mieux saisir les questions de scénographies réellement à l’œuvre quand se mettent en place les premières structures de jeu pérennes, à Paris notamment. C’est donc un théâtre souvent imaginaire qui est mis en avant, au détriment de la pratique dramatique proposée aux publics de la Renaissance.

Autre angle mort de l’exposition, un seul livre, la « tragédie françoise » Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze (ici présenté dans son édition anversoise de 1580, est chargé d’illustrer toute la richesse du théâtre protestant en français. On sait que ce théâtre fut particulièrement foisonnant en France dans la deuxième moitié du XVIe siècle, dans les registres non seulement tragiques, mais aussi comiques et satiriques, en résonance avec les tensions puis les conflits sanglants des guerres de religion qui marquèrent le royaume.

La Comédie du Pape malade, [Genève], [Conrad Badius], 1561, USTC 209

De nombreuses pièces réformées furent jouées dans des villes françaises, et circulèrent à l’état de manuscrits et d’imprimés : là encore, la documentation existe, et aurait dû être présentée pour donner une vision complète des enjeux sociaux et religieux du théâtre de la première modernité. Ainsi, il était possible de faire le lien avec le manuscrit La Vallière, ou Recueil de Rouen, présenté comme recueil de farces dans la première salle l’exposition, mais qui contient également des pièces d’inspiration protestantes composées et jouées en Normandie. Cela aurait permis de montrer la complexité de tels ouvrages, plutôt que de les réduire à des stéréotypes – le comique de la farce n’excluant pas ici le sérieux de la critique réformée, par exemple.

Le Recueil La Vallière, ou Recueil de Rouen, BnF Ms Français 24341 (photos © Mario Longtin)

On pourrait certes arguer qu’une partie du théâtre protestant, de Bèze et d’autres, fut imprimé à Genève ou Neuchâtel et se trouverait donc à la marge du champ défini par l’exposition, la France de la Renaissance. Mais, outre le fait que ces livres circulèrent largement dans le royaume, il faudrait alors également discuter le statut d’autres objets présentés au fil de l’exposition. Ainsi, les manuscrits des Passions jouées et copiées à Valenciennes et Mons, sont présentés parmi d’autres témoins des mystères joués en France, alors que ces villes faisaient encore partie des Pays-Bas. On regrette donc ici le manque de contextualisation de ces questions de frontières géopolitiques qui ne recoupaient pas celles de la langue au XVIe siècle, et qui posent donc la question de ce qu’est le théâtre français, ou en français à l’époque.

En conclusion, cette exposition mérite le déplacement pour l’introduction d’un sujet encore largement inconnu du grand public, et pour la richesse des œuvres et des livres qu’elle présente, en particulier certaines pièces, exceptionnelles à bien des égards. On déplorera en revanche que des pans de la recherche actuelle soient laissés dans l’ombre ou sous-exploités, ce qui n’aboutit qu’à une vision partielle, et donc incomplète, de la culture théâtrale du temps. Ces manques se retrouvent en particulier dans la présentation des livres imprimés, qui ne permet pas assez de bien en saisir le contexte de production, l’utilisation et la réception dans la société du XVIe siècle, ainsi que la valeur patrimoniale et scientifique.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

[1]  Sur cet ouvrage, je renvoie au billet de Juliette Jestaz, « Les faux pas du Balet comique de la Royne imprimé en 1582 », publié sur notre blog le 4 octobre 2017.

 

À la découverte d’une bibliothèque savante: les collections de l’Académie de Nîmes

Cette semaine, Didier Travier, conservateur au fonds ancien de la bibliothèque municipale de Nîmes, nous emmène à la découverte d’une autre bibliothèque dont il a la charge, celle de l’Académie de Nîmes.

L’Académie de Nîmes créée en 1682 est l’une des plus anciennes académies de province après celles de Caen (1652), Avignon (1658), Arles (1669) et Soissons (1674). Dissoute à la Révolution française, elle est reconstituée en 1802. Elle se réunit depuis 1920 dans un bel hôtel particulier du 16e siècle situé au 16 de la rue Dorée. C’est là, au premier étage, que se trouve sa bibliothèque dont le catalogue informatisé compte un peu plus de 8000 notices.

Une permanence y est assurée les mardis de 14h à 17h et vendredis de 14h à 16h. Les confrères et consœurs ainsi que les chercheurs extérieurs qui en font la demande y sont accueillis par M. Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission de la bibliothèque, et les personnes qui l’épaulent.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Comme ce fut le cas pour beaucoup d’institutions d’Ancien Régime, la bibliothèque de l’Académie de Nîmes, qui s’était considérablement enrichie par la donation des collections de son Secrétaire perpétuel, le botaniste et épigraphiste Jean-François Séguier (1703-1784), a été confisquée au moment de la Révolution française. Le fonds ancien de l’Académie se trouve donc aujourd’hui à la Bibliothèque municipale de Nîmes. La part du livre ancien est en conséquence très faible dans les collections de la bibliothèque reconstituée au 19e siècle : moins de 4% d’ouvrages antérieurs à 1810. Elles se partagent en deux parts égales entre un grand 19e siècle (jusqu’en 1914) et le 20e siècle jusqu’à nos jours (48% chacune). Cela n’empêche pas la présence de quelques pièces anciennes rares comme cet ouvrage de polémique anti protestante, L’Ecriture abandonnée par les ministres de la religion prétendue réformée, publié à Nîmes en 1658 par un magistrat de la ville, Claude de Bane, issu d’une famille protestante mais converti lui-même au catholicisme. Le Catalogue collectif de France n’en recense que deux exemplaires à Avignon et Montpellier.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

L’usage est que les Académiciens remettent à la bibliothèque un exemplaire de chacune des publications auxquelles ils contribuent. C’est là la source régulière d’accroissement des collections. Il n’est pas rare non plus qu’au décès de certains membres, l’Académie reçoive tout ou partie de leur bibliothèque. Ce fut par exemple le cas en 1922 pour celle du commandant Raymond Plantin de Villeperdrix partagée entre l’Académie et le Musée archéologique.

Ex-libris du commandant de Villeperdix sur un exemplaire du Compendio della vita di san Filipo Neri, Forli, 1674, provenant de la bibliothèque familiale.

Enfin, l’une des ressources importantes de la bibliothèque est constituée par les périodiques reçus par échange avec d’autres sociétés savantes. Il y en a actuellement 94.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

A côté de ces publications des sociétés savantes, qui constituent une mine trop peu explorée, et des brochures et ouvrages intéressant l’histoire locale, l’un des points forts de la bibliothèque de l’Académie réside, me semble-t-il, dans ses collections occitanes. Les ouvrages les plus anciens dans ce domaine sont l’édition de 1638 du Ramelet moundi de Pierre Goudelin et Le tableu de la bido del parfet crestia, livre de piété toulousain millésimé 1673, l’édition originale datant de l’année précédente. Mais c’est surtout le mouvement félibréen qui est représenté par plusieurs centaines de titres, provenant notamment de la bibliothèque de Fernand Devize léguée en 1928, elle-même héritière de celle de l’écrivain provençal Baptiste Bonnet (1844-1925), natif de Bellegarde dans le Gard. Parmi les pièces remarquables de cet ensemble, il faut citer les carnets manuscrits du félibre nîmois Louis Roumieux (1829-1894).

Dans le domaine du patrimoine graphique, il convient de signaler, même s’ils n’appartiennent pas à la bibliothèque stricto sensu, la fascinante collection iconographique relative au comte de Chambord réunie par Henry Bauquier, le fondateur du Musée du Vieux-Nîmes, et donnée à l’Académie en 1943, ainsi que le fonds Filleron-Lorin comprenant 44 700 cartes postales anciennes, concernant principalement des édifices religieux.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Voici d’abord un ouvrage emblématique de la culture camarguaise, qui a tant d’importance à Nîmes, ville de la tauromachie

Le Taureau Camargue, publié en 1925 par Jeanne de Flandreysy et Gaston Bouzanquet participe du mouvement d’ « invention » de la Camargue et de promotion des traditions de la « nacioun gardiana » qui s’affirme dans ces années-là autour du marquis de Baroncelli.
Mais pour voir les pièces les plus remarquables, il faut ouvrir les portes de l’armoire de la réserve.

Jean-Louis Meunier, rapporteur de la commission bibliothèque, devant l’armoire de la réserve)

La rarissime pièce ci-dessous (elle n’est connue au Catalogue collectif de France que par les deux exemplaires de la Mazarine) intitulée Histoire admirable d’un faux et supposé mari est une contrefaçon du début du 17e siècle du récit de la fameuse histoire de Martin Guerre.


Parmi les pièces manuscrites, on peut signaler un Cours d’architecture professé entre 1787 et 1792 à l’Ecole des Ponts et Chaussées de Montpellier par Charles Durand, qui, comme ingénieur du département du Gard, jouera un rôle décisif dans les aménagements urbains de Nîmes au début du 19e siècle.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

La priorité n°1 est le signalement des collections. Une convention passée en 2001 avec la Ville de Nîmes a permis l’informatisation initiale du fonds. Depuis les nouvelles entrées sont cataloguées par les bibliothécaires de la Ville et intégrées dans un catalogue commun (http://cat-bib.nimes.fr). Dans le même temps, notre archiviste, M. Gabriel Audisio, et son équipe poursuivent un travail important de recensement des archives de l’Académie, qui prend la forme d’un inventaire sous Excel accessible sur le site de l’Académie (https://www.academiedenimes.org). On signalera enfin, dans la même logique d’ouverture, l’opération de numérisation des publications de l’Académie menée avec beaucoup de détermination par le Secrétaire perpétuel, M. Alain Aventurier. Aujourd’hui, l’ensemble des Mémoires est consultable en ligne sur le site de l’Académie. Les Mémoires mais aussi les Bulletins sont par ailleurs accessibles dans Gallica jusqu’en 2006.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Le grand public peut découvrir la bibliothèque à l’occasion des Journées du Patrimoine. L’Académie s’efforce également de s’associer à des opérations de valorisation à l’extérieur de ses murs. Ainsi, l’été dernier, une exposition faisant connaître le fonds de cartes postales a été présentée à la bibliothèque municipale dans le cadre d’un programme plus vaste consacré à la photographie.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Trop peu de places pour stocker les livres, trop peu de public pour les consulter ! Le premier problème est en passe d’être résolu puisque l’aménagement de deux nouvelles pièces va donner à la bibliothèque et aux archives une extension considérable. Le second est plus complexe. Sa résolution suppose, outre l’effort de signalement et de valorisation déjà indiqué, l’établissement de liens plus resserrés avec l’Université, ce qui a commencé à se faire. Des numérisations ciblées, complémentaires de celles de la bibliothèque municipale et conjointes à elles, sont également à programmer pour les fonds les plus spécifiques. Ma position de conservateur du fonds ancien de la bibliothèque municipale et de bibliothécaire de l’Académie facilitera, je l’espère, ces convergences.