Usages et intérêts d’un recueil factice du XVIe siècle: la trajectoire d’un Sammelband de Paris à Utrecht

La Bibliothèque Universitaire d’Utrecht, dont le conservateur Bart Jaski nous a fait découvrir les collections lors d’un entretien accordé au carnet de la SBF, compte parmi ses fonds de nombreux ouvrages du XVIe siècle dont l’histoire est intimement liée à celle de bibliothèques privées et religieuses de la ville. Un certain nombre de volumes fut confisqué aux églises catholiques d’Utrecht quand la ville opta pour le Protestantisme en 1580, et ce qui restait de ces bibliothèques religieuses fut donné à la bibliothèque universitaire par leurs chapitres au XIXe siècle. Mais ce sont surtout deux importants legs autour de 1600 qui contribuèrent à constituer ce qui fut d’abord la bibliothèque municipale (stadsbibliotheek), l’une des premières en son genre aux Pays-Bas. Le fonds de ce qui allait devenir la bibliothèque universitaire reçut ainsi les ouvrages de l’humaniste Evert van de Poll (?-1602) et ceux d’un chanoine, Huybert Edmond van Buchell (1513-1599)1.

Illustration 1: Sint Janskerk, Utrecht

Grâce à cette entrée rapide des ouvrages dans une bibliothèque publique puis universitaire à la mort de leur dernier propriétaire, un nombre important de ces volumes a pu conserver sa reliure d’origine. Ce détail est décisif lorsque l’on veut identifier les recueils factices, ou Sammelbände, produits au XVIe siècle, pour en analyser la constitution et l’histoire. C’est l’un de ces recueils qui m’a intéressée, d’abord pour l’un des ouvrages qui s’y trouvait rassemblé avec d’autres imprimés du XVIe siècle, et dont le contenu entrait dans le cadre de mes recherches sur la culture joyeuse en France à cette période.

Le recueil E. oct. 498 est un petit volume doté d’une reliure qui semble avoir été confectionnée aux Pays-Bas, en parchemin rigide, sans décoration ni inscription ou autre signe distinctif extérieur sur la reliure (hormis une bande de peinture sur la partie supérieure du plat, dont la fonction reste mystérieuse).

Illustration 2: La reliure du recueil E. oct. 498 de la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht

Il comporte une cote ancienne sur la tranche de gouttière, qui ne coïncide pas avec une autre cote inscrite à l’encre sur la garde volante.

Illustration 3: Les cotes du recueil E. oct. 498 de la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht

Il contient six livres, tous de format in-8 et de tailles diverses (variant de 4 à 142 pages), dont voici la liste :

1.        Claude de Ruby, La resurrection de la saincte messe, Paris : Nicolas Chesneau, 1565 (USTC 38154)
2.        Johannes Despruets, Brieve response a certaine epistre de François Perrucelli, Paris : Claude Frémy, 1564 (USTC 26725)
3.        Pax hominibus bonae voluntatis. Le testament et bonne volunté de l’abbé des conars, s.l., s.n., 1562 (USTC 79798)
4.       Le discours comme la saincte larme fut apportée en l’abbaye de Vendosme, Paris : Guillaume Nyverd, [1562] (USTC 88341)
5.       Charles IX, Declaration du roy par laquelle il deffend de ne faire presche, assemblées, ny adminsitrations de sacramentz, Paris : Jean Dallier, 1563 (USTC 3853)
6.       Claude de Sainctes, Discours sur le saccagement des eglises catholiques, Paris : Claude Frémy, 1563 (USTC 9679)

Malgré la diversité apparente des titres et de la nature de ces ouvrages, ils ont en commun de tous porter sur des sujets de controverse religieuse entre catholiques et protestants (1, 2 et 4 portent sur des questions théologiques ou liées aux rites catholiques ; 3, 5 et 6 sont liés à l’actualité du conflit religieux). De plus, sur le plan de la production, ils ont également en commun d’avoir tous été imprimés à Paris dans un laps de temps court (1562 à 1565). Un seul livre, la Pax hominibus (numéro 3 de la liste), ne comporte pas de détails d’impression, mais le contenu du texte permet d’éclaircir la date (1562). La comparaison de ses caractères typographiques avec ceux de l’ouvrage qui le suit dans le volume, Le discours sur la Sainte Larme, permet d’affirmer qu’il a également été produit dans l’atelier de Guillaume II Nyverd.

Illustration 4: Les pages de titre du Pax hominibus bonae voluntatis et du Discours comme la saincte larme fut apportée en l’abbaye de Vendosme.

L’intérêt de ce recueil est de proposer des provenances qui permettent d’éclairer quelque peu son histoire. Les livres ne comportent pas d’annotations, hormis le Discours sur le saccagement des eglises catholiques, qui semble avoir été annoté par deux mains différentes pour ajouter en marge du texte des traductions en latin de certains mots et passages en français. En revanche, des provenances au début du volume, sur la garde volante et sur la page de titre du premier livre du recueil, donnent des indications précieuses sur ses différents possesseurs.

Illustration 5: Les provenances des chanoines d’Utrecht dans le recueil E. oct. 498 .

Trois possesseurs se le sont transmis avant qu’il entre dans les collections de la bibliothèque. Il fut d’abord donné par Theodorus Thibault, dont une mention d’archives précise qu’il était chanoine à Utrecht en 1578, à Lambert van der Burch (1542-1617)2. Van der Burch, originaire de Malines, devint chanoine de l’église Sainte-Marie (Sint Mariakerk) d’Utrecht en 1555, puis diacre de la même église en 15823

Il fit don de ce recueil à Huybert van Buchell (1513-1599) lui-même chanoine de Sainte-Marie jusqu’en 1569. À cette date, ce dernier quitta les Pays-Bas pour s’installer à Cologne jusqu’à sa mort. Dans son testament, il légua ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht (Jacobikerk) ; ses exécuteurs testamentaires acceptèrent que sa bibliothèque soit donnée à la stadsbibliotheek.

Dans la mesure où les livres furent acheminés de Paris à Utrecht en ou après 1565, date de l’imprimé le plus récent, les transmissions entre les trois chanoines se succédèrent donc rapidement, entre 1565 et 1569. On peut se demander si le recueil resta ensuite à Utrecht quand van Buchell quitta la ville pour ne plus y revenir, plutôt que d’imaginer un aller-et-retour de ce volume, avec les quelques 2000 autres (environ 2200 titres) que possédait van Buchell, entre Utrecht et Cologne. Quoi qu’il en soit, le recueil entra définitivement dans les collections de la stadsbibliotheek en 1599.

Aucun indice ne permet en revanche de reconstruire la phase initiale de l’achat des différents livres – sinon le fait qu’ils furent peu ou pas diffusés hors du royaume de France. Mon hypothèse est qu’ils furent tous achetés à Paris en 1565 dans une ou plusieurs librairies par un même acheteur, qu’il s’agisse de Thibault ou d’un premier acheteur inconnu ; qu’ils furent ensuite transportés ensemble dans une reliure d’attente à Utrecht ; puis qu’ils furent reliés sur place pour le bénéfice de Thibault ou d’un possesseur antérieur qui le lui transmit rapidement après achat et reliure. On peut alors synthétiser toutes les données matérielles et les provenances de ce volume dans une matrice de Walsby.

Illustration 6: L’évolution du volume E. oct. 498 (matrice de Walsby).

Étudier ce volume d’après ses caractéristiques de Sammelband est utile à plus d’un titre. Tout d’abord, établir les éléments relatifs à sa composition permet de réfléchir à la manière dont un acheteur a pu rassembler des livres a priori hétérogènes dans un même ensemble. Le livre qui m’intéressait plus spécifiquement au départ de cette enquête, la Pax Hominibus (titre latin recouvrant en fait un poème narratif en français), est en effet un livre produit par une organisation joyeux et festive, L’Abbaye (parodique) des Conards de Rouen. Sa présence dans ce recueil de livres portant sur le fait religieux n’était donc pas évidente. Elle s’explique à condition de comprendre que pour son acheteur, ce livre était non pas un texte de tonalité légère et divertissante, mais une autre illustration des conflits religieux du temps, puisque les Conards de Rouen le composèrent pour défendre leurs activités de carnaval, menacées par les Protestants rouennais en 1562.

Illustration 7: Le char de carnaval des Conards de Rouen (USTC 84170).

De plus, sur le plan patrimonial, les éléments liés à la transmission du recueil que j’ai présenté ici permettent de mieux comprendre les façons dont van Buchell a constitué sa bibliothèque. Dans la mesure où les autres recueils factices de cette même collection sont rassemblés à la bibliothèque universitaire d’Utrecht, il sera possible de proposer une analyse plus complète de ce corpus, à la fois dans ses caractéristiques matérielles et dans sa constitution en tant que collection, au-delà des signes distinctifs de chaque recueil. Cette analyse prendra place dans le nouveau projet de recherche, Sammelband 15-16, que nous présenterons bientôt dans ce carnet4.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. à ne pas confondre avec un autre humaniste d’Utrecht, son neveu, Aernout van Buchell dit Buchelius (1565-1641), dont une partie de la collection de livres et de manuscrits et papiers personnels est également conservée à la BU d’Utrecht. []
  2. J. van der Minne, “Het geslacht van der Minne”, Algemeen Nederlandsch familieblad, 11 (1894), pp. 36-43, p. 43. []
  3. A.J. van der Aa, Biographisch woordenboek der Nederlanden, bevattende levensbeschrijvingen van zoodanige personen, die zich op eenigerlei wijze in ons vaderland hebben vermaard gemaakt; voortgezet door K.J.R. van Harderwijk en G.D.J. Schotel, Haarlem 1852-1878, p. 1567. []
  4. Le projet Sammelband 15-16 est dirigé par Malcolm Walsby (Université de Rennes II, laboratoire Tempora). Il en a exposé les principes lors d’une exposition sur les recueils factices du Centre Culturel Irlandais en octobre 2017. Voir le site du projet: https://sammelband.hypotheses.org []

Les éditions perdues des Bonfons et l’apport de Bibliopol@ au catalogue des éditions parisiennes du XVIe siècle

Les fonds archivistiques sont une ressource précieuse pour l’histoire du livre. Ils nous permettent de revisiter la production des ateliers d’imprimeurs et l’activité des libraires pour entr’apercevoir ce qui est aujourd’hui perdu. Ce billet se propose de faire précisément cela en regardant l’apport d’un nouveau projet, Bibliopol@, dans le cadre des livres publiés par le Parisien Jean Bonfons et sa veuve.

Bibliopol@ : matériaux pour servir à l’histoire du commerce des livres à la Renaissance est un projet qui cherche à améliorer nos connaissances des structures de diffusion du livre, qui constituent le véritable moteur de la révolution de Gutenberg, et leur évolution. Mis en ligne en novembre 2018 sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance à Tours, il ambitionne de proposer en ligne des éditions numériques de documents et un outil de gestion de l’information en relation avec le commerce des livres à la Renaissance. 

Pour son lancement, Bibliopol@ propose l’édition d’archives en provenance de la commission qui a présidé à la confection de l’Index d’Anvers en 1570. Il s’agit de listes de livres établies à la suite de perquisitions effectuées chez les libraires et imprimeurs des anciens Pays-Bas, le même jour, le 16 mars 1569. Des listes des livres orthodoxes et suspects furent dressées sur place par des inquisiteurs, des théologiens et des officiers de justice. Ces documents furent ensuite envoyés à Bruxelles au mois de juin, alimentant le travail de la commission en charge de produire l’Index qui paraîtra au début de l’année 1570 chez Christophe Plantin.

Figure 1 : Philipi II regis catholici edictum de librorum prohibitorum catalogo observando, Anvers : Christophe Plantin, 1570.

En raison de son extrême précision, la liste établie à Mons (comté de Hainaut) a été mise en ligne. Cette ville constitue en outre un casus des plus intéressants, puisqu’elle est située en périphérie des principaux centres d’imprimerie et en dehors des grands pôles intellectuels. La liste montoise mentionne un peu moins de 1600 livres pour lesquels sont précisés non seulement le ou les auteurs et le titre, mais aussi les adresses bibliographiques, donc les lieux et dates d’impression. Grâce au soin et à la rigueur du notaire chargé de rédiger ce document, nous disposons là d’une source de tout premier ordre pour l’étude du marché du livre en Hainaut dans le second tiers du xvie siècle.

La liste montoise a été transcrite in extenso, avec en appel de note des identifications et un renvoi vers la base de données de l’USTC (Universal Short Title Catalogue), des catalogues de bibliothèque en ligne ainsi que plusieurs outils bibliographiques. Les ouvrages sont classés par langues et en fonction de leur orthodoxie. Quelque 750 titres sont rangés dans la catégorie des livres en latin et un nombre identique apparaît dans celle des livres en français, ainsi qu’une centaine sous la rubrique des livres prohibés. Les noms des libraires visités ne sont malheureusement pas mentionnés, ce qui aurait assurément fourni des données très précieuses sur la situation du marché du livre montois. 

Figure 2 : Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 (n.s.), Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 1r [détail].

L’inventaire dressé en 1569 est d’une grande aide pour toute étude sur la diffusion des éditions parisiennes dans le second tiers du xvie siècle. En effet, sur les quelque 1600 éditions listées dans ce document, quelque 700 proviennent d’ateliers établis en bord de Seine, soit près de 45 % de l’ensemble des ouvrages trouvés sur les étals des libraires montois. La répartition linguistique de ces livres montre en outre que les imprimeurs et les libraires parisiens spécialisés dans la production vernaculaire ont trouvé, en Hainaut, de précieux débouchés. On dénombre ainsi un peu plus de 230 éditions en latin pour 470 textes en français. La plus ancienne édition remonte à l’extrême fin du xve siècle ; les plus récentes sont contemporaines de la rédaction de l’inventaire. On note toutefois une majorité d’ouvrages imprimés au cours des décennies 1530-1560.

Il ne s’agit pas ici de proposer une analyse exhaustive de l’ensemble des livres parisiens présents en Hainaut en 1569. Il est plus intéressant de se concentrer sur l’apport de la liste de 1569 au catalogue des imprimeurs parisiens, en se focalisant plus spécifiquement sur la problématique des pertes. En effet, la précision de ce document a permis de pointer 181 entrées qui ne figurent pas dans l’Universal Short Title Catalogue – qui comptabilise pourtant aussi les éditions pour lesquelles nous ne connaissons que par le biais de références archivisitiques ou par d’anciens cataloguesLes recherches sont toujours en cours. Jusqu’à présent, ce travail n’a été effectué de manière exhaustive que pour une seule famille, les Bonfons.

Le nom de 66 libraires-imprimeurs ont été repérés, parmi lesquels on peut citer : Josse Bade, la famille Bonfons, Nicolas Chrestien, Gilles Corrozet, Robert Estienne, Guillaume Guillard, Denis Janot, la famille Le Noir, Alain Lotrian, la famille Regnault, Jean Ruelle ou encore des membres de la famille Wechel. Le taux de pertes est assurément faible pour la plupart d’entre eux, les chiffres allant d’une à cinq unités. Par contre, le chiffre concernant la famille Bonfons est saisissant : 30 éditions pour Jean Bonfons et 14 pour sa veuve. L’écart réside certainement dans la nature de la production de cette famille, spécialisée dans la littérature d’inspiration médiévale en français, genre pour lequel les taux de pertes sont assez élevés.

Avant de revenir sur le « cas » des Bonfons, il importe d’évoquer de manière assez générale la nature des éditions rencontrées dans la liste montoise. La littérature religieuse est la plus représentée avec 67 titres. Du côté de la littérature profane, on relève une soixantaine de titres où le français domine largement. Le domaine historique est illustré par une forte proportion des textes antiques, pour la plupart en traduction française. Des éditions perdues de textes législatifs émis par Henri II circulaient aussi en Hainaut. La pratique criminelle est présente avec des traités de pratiques criminelles contemporains. Aux côtés de ces textes, figurent aussi des éléments des corpus canoniques et civiles. Du côté des sciences, les textes en relation avec la médecine sont les plus nombreux. Ils sont tous en français et concernent non seulement le savoir populaire, mais aussi des traités écrits par des médecins contemporains. Enfin, la liste des éditions parisiennes non identifiées reprises au sein de l’inventaire de 1569 contient des livres que l’on peut ranger dans des domaines aussi variés que l’agriculture, l’astronomie, les traités militaires, la géographie, la cuisine ou encore la musique.

On le voit, les pertes se rencontrent dans tous les domaines. Pour approfondir cette question, penchons-nous sur les Bonfons1. Cette famille d’imprimeurs parisiens des xvie-xviie siècles est très intéressante, car le taux de survie de leurs publications est très faible et le nombre d’éditions perdues est élevé. Les activités du fondateur de la dynastie, Jean Bonfons, sont peu documentées. Il s’installe d’abord comme libraire sur l’île de la Cité en 1543, rue Neuve Notre Dame à l’enseigne de saint Nicolas. Il succède à son beau-père, Pierre Sergent, comme propriétaire de l’entreprise en 1547 et le restera jusqu’à sa mort en 1568. Sa veuve, Catherine Sergent, a ensuite repris l’entreprise jusqu’à son décès quatre ans plus tard. Leur fils Nicolas, marié à Catherine Ruelle – fille du libraire parisien Jean Ruelle –, monte sa propre affaire de livres en 1571 avant de succéder à sa mère un an plus tard. Nicolas était encore en activité en 1618 et mourut en mars 1628 ; sa femme le suivit le 14 juin de la même année. Son fils Pierre l’assiste de 1597 à 1607, jusqu’à l’obtention d’une charge publique à Pontoise.

Figure 3 : François II, Edict sur le faict des prevosts des connestable et mareschaulx de France et de leurs greffiers et archers, Paris : Jean Bonfons, 1560, page de titre (détail).

Le cas de Jean Bonfons et de sa veuve a été retenu pour des raisons chronologiques évidentes. Leurs activités couvrent une période de trente ans. Ils ont publié quelque 160-170 livres. Seulement deux tiers de cette production nous sont parvenus. Spécialisés dans les romans médiévaux, ils ont également publié des livres de chants, de théâtre, de littérature religieuse (principalement des ouvrages de dévotion et d’hagiographie), des ordonnances et des livres de pratique, essentiellement en français.

L’analyse des archives de la commission de l’Index de 1570 a permis de retrouver bon nombre d’éditions encore inconnues. Pour cette recherche, l’enquête a été étendue à l’ensemble des livres présents en Hainaut. Le document contient ainsi quelque 2.200 entrées. Parmi celles-ci, 115 sont liées à la production de Jean Bonfons et de sa veuve. Ce nombre doit être réduit à 87 en raison de la présence de doublons. Le nom de Jean Bonfons est associé à 54 éditions et celui de sa veuve à 33 autres. L’USTC, le mémoire inédit d’Arlette Destot2 consacré à cette famille, les Gothiques français de Guy Bechtel3 ainsi que d’anciens catalogues de vente nous ont permis d’identifier 49 éditions différentes (32 grâce à l’USTC, 17 par l’entremise d’autres outils). Il est important de noter que neuf d’entre elles ne sont pas connues par le biais d’un exemplaire encore conservé. Le Manuel de Brunet4 ou les catalogues de vente aux enchères de livres ont été utilisés pour les identifier. Il reste 38 titres encore non identifiés. Dès lors, le nombre de livres imprimés pour ou par Jean Bonfons et sa veuve devrait être revu à la hausse. Ainsi des 160-170 titres environ déjà recensés, on peut maintenant estimer la production Bonfons à près de 200 titres, avec une perte moyenne d’environ 40 %5. Il s’agit d’un faible taux de survie, un fait qui peut s’expliquer par la nature des livres imprimés par ces éditeurs. Alexander Wilkinson, dans son étude sur les pertes au sein de la production française du xvie siècle, estime que – tous genres confondus – 31 % des ouvrages imprimés avant 1601 ne sont pas parvenus jusqu’à nous6.

La littérature profane d’expression française représente près de la moitié des livres vendus par les Bonfons aux libraires établis dans le Hainaut (45%), avec une majorité de romans médiévaux. Les œuvres religieuses comptent pour environ un tiers du nombre total des exportations des Bonfons reprises dans la liste de 1569 (33%). Le reste des livres distribués en Hainaut par les Bonfons est principalement lié aux sciences populaires en langue vernaculaire, avec ici aussi beaucoup de livres de médecines.

Inventaire des livres trouvés chez les libraires montois le 16 mars 1569 n.s., Bruxelles, Archives générales du Royaume, Conseil des troubles, 22, fol. 32r [détail].

La liste de 1569 permet aussi de pointer la vitalité des échanges commerciaux entre la firme Bonfons et les libraires du Hainaut. Plus de 110 titres enregistrés dans ce document – contenant environ 2 200 entrées – portent le nom de leur société, ce qui signifie qu’environ 5% de tous les livres trouvés par les émissaires du duc d’Albe sont liés aux Bonfons. Ces échanges semblent avoir été particulièrement intenses lorsque la veuve Bonfons dirigeait la compagnie. Ainsi, sur les 40 éditions proposées par l’USTC, 24 se retrouvent dans le Hainaut, soit plus de la moitié de sa production enregistrée dans cette base de données.

Enfin, reste à poser une dernière question, celle de l’impact des pertes de livres sur notre connaissance de la production de Bonfons. Tout d’abord, nous avons vu qu’avec l’aide de la liste établie à la demande du duc d’Albe, des lacunes ont pu être comblées, offrant ainsi la possibilité d’avoir une image plus complète du catalogue des livres de Jean Bonfons et de sa veuve. Ensuite, nos recherches pour tenter d’identifier toutes les entrées Bonfons nous ont permis de mieux comprendre leur stratégie éditoriale et de pouvoir pointer l’importance des réimpressions. En effet, nous avons noté qu’au moins 15 éditions perdues attribuées à Jean Bonfons ou à sa veuve ont été réimprimées plus tard soit par leur fils Nicolas Bonfons, soit par lui avec son fils Pierre Bonfons. Paradoxalement, même si toutes les éditions des Bonfons ne sont pas conservées, le contenu des textes reproduits par eux nous est connu grâce aux nombreuses rééditions. Cette constatation nous rend moins pessimistes dans notre compréhension de la transmission de la littérature vernaculaire française.

Le duc d’Albe, lorsqu’il demanda aux inquisiteurs de visiter toutes les librairies installées dans les territoires encore sous autorité, n’imaginait pas qu’un jour son travail de censure aiderait les historiens du livre, cinq siècles plus tard, à reconstruire les catalogues des imprimeries du xvie siècle et à aider les chercheurs à quantifier les pertes potentielles. S’il est certainement impossible d’avoir une vue d’ensemble de ce qui a été perdu au xvie siècle, des documents de l’acabit des inventaires 1569 fournissent une nouvelle base pour la reconstruction des taux de pertes de documents imprimés. Cette enquête nous a notamment permis d’approfondir notre connaissance du catalogue des Bonfons et de mieux évaluer le taux de pertes des impressions parisiennes. Il est incontestable que d’autres recherches pourraient évidemment nous aider à affiner notre vision de la production parisienne du xvie siècle. Enfin, tout historien du livre reconnaîtra que les documents établis à la demande du duc d’Albe constituent des sources de première importance, apportant un témoignage unique sur le marché du livre des anciens Pays-Bas du second tiers du xvie siècle. On pourrait presque en venir à penser que censure et histoire du livre font finalement bon ménage.

Renaud Adam
Université de Liège, Unité de recherche Transitions

  1. Stéphanie Rambaud, « Bonfons, famille », dans Pascal Fouché et alii, Dictionnaire encyclopédique du livre, tome 1, Paris, Cercle de la Librairie, 2002, p. 361. []
  2. Arlette Destot, Un libraire parisien au XVIe siècle : Jean Bonfons. Édition et littérature populaire, Mémoire de licence, Université de Paris I, 1977. []
  3. Guy Bechtel, Catalogue des gothiques français, 1476-1560, 2e éd., Paris, Librairie Giraud-Badin, 2010 []
  4. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865. []
  5. Renaud Adam, « Tracing Lost Editions of Parisian Printers in the Sixteenth Century: The Case of Jean Bonfons and his Widow », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, à paraître. []
  6. Alexander S. Wilkinson, « Lost Books Printed in French before 1601 », dans The Library. Transactions of The Bibliographical Society, 7e série, 10 (2009), p. 188-205. []

Entretien avec Alisa van de Haar, conservatrice d’un fonds ancien de la bibliothèque de l’Université de Groningue

Fondée en 1615 – un an après la fondation de l’université elle-même –, la bibliothèque universitaire de Groningue est toujours située au même endroit au centre de la ville nordique. Elle possède actuellement plus de trois millions de livres, qui sont utilisés par les 30 000 étudiants et chercheurs de cette université. Quelque 150 000 de ses documents sont conservés au département des livres rares et peuvent être consultés sur place, au troisième étage du bâtiment moderne, par toute personne en possession d’une carte de bibliothèque ou d’une carte journalière. Il s’agit de papyrus anciens, de manuscrits médiévaux et modernes, de correspondances personnelles, de livres imprimés du XVe au XIXe siècle, de pamphlets, de cartes géographiques et d’annonces publiées par l’université pendant ses plus de 400 ans d’existence.

Depuis juin 2018, Dr Alisa van de Haar est la conservatrice de ce fonds ancien. Elle répond à nos questions.

Illustration 1: L’extérieur de la bibliothèque universitaire de Groningue. Image de Dirk Fennema

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

La collection de livres de cette université a grandi avec l’institution elle-même. Elle sauvegarde ainsi l’histoire et le patrimoine de cette université, reflétant son caractère individuel et les changements qu’elle a subis à travers les siècles (l’introduction de nouveaux champs d’étude, les liens internationaux évolutifs). Le département de livres rares forme un diptyque patrimonial avec le musée universitaire de Groningue, situé juste à côté de la bibliothèque.

Le musée et la bibliothèque viennent de subir des travaux de rénovation et de restauration qui étaient nécessaires pour pouvoir accueillir un nombre croissant d’étudiants et pour garantir les conditions optimales pour les objets qui y sont conservés. Le département de livres rares a maintenant à sa disposition une salle de lecture où il peut recevoir 15 chercheurs et deux salles qui sont utilisées pour des cours ou des colloques pendant lesquels des objets historiques sont présentés.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Dès la fondation de la bibliothèque universitaire, les différents bibliothécaires ont acheté des œuvres de référence sur les sujets enseignés à l’université. Cette politique d’acquisition est démontrée par le premier catalogue de la bibliothèque, qui a été établi en 1619 par le premier bibliothécaire, Nicolas Mulerius, et qui compte déjà 403 volumes. La plupart de ces volumes est toujours en possession de la bibliothèque, et leurs reliures attestent du fait qu’au début, les livres étaient enchaînés.

Illustration 2: Rayonnages des livres mentionnés dans le catalogue de 1619. Image de Hesterliena Wolthuis

La bibliothèque a également reçu de nombreux legs et dons, dont beaucoup proviennent des bibliothèques privées d’anciens professeurs de l’université. De plus, en 1624, la bibliothèque de l’église de Saint Martin, située à Groningue, a été transférée à la bibliothèque universitaire, suite au départ des clercs de cette église, face à la montée du protestantisme dans la ville.

Illustration 3: Plusieurs livres provenant de la bibliothèque de l’église de Saint Martin. Image de Dirk Fennema

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Parmi les bibliothèques privées que nous avons reçues à travers les siècles se trouvent plusieurs collections thématiques qui sont particulièrement riches. Les collections qui sont bien représentées au sein de notre fonds sont, entre autres, celles des livres de prix, accordés aux meilleurs élèves des écoles latines et décorés de l’emblème de la ville en question ; des reliures industrielles produites entre 1890 et 1940 dans le style Art nouveau ou Art déco ; des livres ésotériques sur la sorcellerie et les fantômes ; des œuvres juridiques historiques, par exemple des manuscrits médiévaux contenant le Miroir des Saxons ; des alba amicorum, dont un album qui contient une inscription de Théodore de Bèze ; des Robinsonnades (écrites dans le style du fameux Robinson Crusoé) ; et des éditions d’Horace et du poète néerlandais Joost van den Vondel. Notre point fort reste, cependant, le lien entre notre collection et la ville et l’université de Groningue. Nous possédons un fonds riche de livres imprimés à Groningue et de cartes montrant la ville et la province homonyme.

Pouvez-vous nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Ce livre d’heures, notre Hs add 280, a été offert à l’ancien bibliothécaire W. R. H. Koops à l’occasion de sa retraite, qui l’a immédiatement donné à la bibliothèque. Le manuscrit a été produit vers 1500 dans la province de Groningue. Il a été attribué au monastère bénédictin Siloe à Selwerd, fabricateur prolifique de manuscrits, en raison de sa décoration typique du style de Selwerd : ses fleurs rose pâle, bleu foncé et orange vif sont caractéristiques de la décoration groningoise.

Illustration 4: Hs add 280. Image de Dirk Fennema

Nous possédons une collection de quelque 50 alba amicorum, dont la plupart ont appartenu à des étudiants inscrits à l’université de Groningue ou à des jeunes femmes issues des meilleures familles de la ville. Cet exemplaire, Hs add 389, contenant l’image d’un phénix, a été constitué par Johannes Siertsema, étudiant en théologie et en philosophie au milieu du XVIIIe siècle.

Illustration 5: Hs add 389. Image de Hesterliena Wolthuis

L’objet phare de notre collection est notre ‘Bible de Luther’. Il s’agit d’un exemplaire de l’édition de 1527 de la traduction latine du nouveau testament par Erasme, qui a appartenu à Martin Luther. Luther a lu l’œuvre d’Erasme de façon critique, la plume à la main. Il exprime son opinion plutôt négative dans les marges, traitant Erasme de ‘bube’ (petit garçon) et écrivant que l’humaniste néerlandais n’était pas assez pieux. Les fils de Luther ont offert ce livre à l’aristocrate frison Unico Manninga. Plus tard, il a appartenu à l’humaniste groningois Regnerus Praedinius, qui a, lui aussi, annoté le texte, réagissant parfois aux remarques de Luther. Le livre est resté dans des cercles érudits à Groningue pendant plusieurs décennies, avant d’être offert à la bibliothèque universitaire dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. 

Illustration 6: Hs 494. Image de Hesterliena Wolthuis

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Afin d’atteindre les chercheurs, il faut commencer par les étudiants qui, dans certains cas, deviendront des chercheurs (académiques ou non) eux-mêmes. Nous organisons beaucoup de cours pour les étudiants en histoire ou en histoire de la littérature pour les informer sur notre fonds et pour leur apprendre à l’utiliser de façon responsable. Nous sommes également en train de numériser une grande partie de notre collection grâce à des collaborations avec Google Books et le projet néerlandais Metamorfoze. Entretemps, nous continuons à remplir notre propre base de documents numérisés.

Illustration 7: Une sélection de nos alba amicorum. Image de Dirk Fennema

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ouvrons nos portes régulièrement lors d’événements tels que les Journées du Patrimoine. Depuis que la bibliothèque a été rénovée, elle dispose de vitrines qui nous permettent d’organiser des expositions pour montrer nos objets à un public large. Actuellement, nous avons une exposition sur les livres d’artistes modernes, intitulée Dear Reader, Don’t Read. De plus, nous organisons des séminaires sous le titre Les trésors de la bibliothèque universitaire, pendant lesquels les objets discutés sont montrés au public.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Comme toutes les bibliothèques possédant des livres rares, nous faisons de notre mieux pour mettre nos objets à la disposition de tout lecteur ayant accès à internet. La numérisation de notre fonds s’est ajoutée à nos responsabilités ordinaires, ayant pour conséquence que d’autres tâches, telles que la description de nos collections, avancent plus lentement. En outre, la numérisation de ces objets précieux demande une connaissance et une compréhension approfondie des systèmes numériques et de techniques qui permettent de prendre des photos sans endommager le livre. Ces dernières années, nous avons appris ces choses au fur et à mesure que nous avancions. Il nous reste toujours beaucoup à apprendre, mais les moyens financiers manquent souvent.

Outre la question de la numérisation de nos objets, qui est très complexe, nous avons à faire face à une réduction d’espace de stockage, qui est en partie causée par – raison typiquement néerlandaise – l’installation envisagée de stationnements pour vélos dans notre dépôt. Nous recevons beaucoup d’offres de livres rares, mais nous devons être davantage sélectifs quant aux offres que nous pouvons accepter, même si en tant que bibliothèque universitaire, nous nous sentent responsables de tout ce patrimoine. En tant que conservatrice, de tels dilemmes font partie de mes expériences quotidiennes : je fais également toujours de mon mieux pour trouver le bon équilibre entre la préservation des objets pour les générations futures, et leur visibilité et usage actuels.

Illustration 8: Deux livres de prix, offerts aux meilleurs élèves des écoles latines d’Appingedam et de Groningue, dont ils contiennent les armoiries. Image de Dirk Fennema