Un projet typographique d’envergure: une analyse de William Kemp

Quelles conditions fallait-il réunir dans l’Italie du XVIe siècle pour produire une édition de qualité d’un texte médiéval important ? Des humanistes illustres, capables de produire une édition de qualité ; un imprimeur de renom, aux épaules suffisamment solides pour prendre en charge la production d’un ouvrage de taille conséquente ; un matériel typographique adéquat et élégant ; et l’accord du possesseur illustre de ce manuscrit.

C’est cet écheveau que William Kemp dénoue avec finesse dans un article en anglais qui vient de paraître dans Livre | Revue Historique : « Where and How to Print the Florentine Pandects: Paris, Basle, Lyons, Venice or Florence? ».

Le texte dont il s’agit est le Corpus juris civilis ou Pandects, un texte juridique préservé dans un manuscrit du VIe siècle qui se trouvait dans la bibliothèque des Médicis à Florence et fit l’objet d’une étude attentive par plusieurs humanistes italiens dans la première moitié du XVIe siècle : Lelio Torelli, jurisconsulte et secrétaire du duc Cosimo I, et Antonio Agustín, juriste et philologue. Après en avoir publié des extraits et leurs notes sur le texte en 1542 (Lucantonio Giunta, Venise) et 1543 (Johann Oporin, Bâle) – éditions republiées par Gryphe à Lyon en 1544 et 1545 –, Torelli et Agustín souhaitaient proposer une édition intégrale du texte.

Grâce aux échanges de lettres des deux hommes avec leur cercle d’humanistes, Kemp reconstitue leurs délibérations quant au choix d’un imprimeur adéquat, capable d’une telle entreprise : y sont ainsi cités Robert Estienne à Paris, Johann Froben à Bâle, et particulièrement Sébastien Gryphe à Lyon, à côté de noms d’imprimeurs de diverses villes italiennes. Mais les éditeurs devaient également composer avec les volontés du duc Cosimo, qui souhaitait que l’on emploie un imprimeur de Florence pour cette tâche – ce qui posait problème car aucun imprimeur florentin ne pouvait prendre en charge cette édition. Le choix se porta finalement sur Lorenzo Torrentino, basé à Bologne.

La marque de Lorenzo Torrentino aux armes des Médécis

C’était un choix audacieux, car Torrentino, italien originaire des Pays-Bas, n’était jusque-là connu que comme libraire – un libraire aux épaules solides, certes, mais qui n’avait jamais imprimé un seul ouvrage. Or il accomplit admirablement son travail, et publia en 1553 une impressionnante édition in-folio de 1666 pages (accompagnées de nombreux préliminaires), des Digestorum seu Pandectarum libri quinquaginta ex Florentinis Pandectis repraesentati. Cette édition était imprimée en Gros romain (ou Testo en italien), et pourvue de bois gravés soignés pour les lettrines.

Lettrine comportant les armes des Médécis

Dans son article, Kemp analyse précisément les caractères typographiques employés, et les compare avec ceux utilisés par Gryphe pour son impression de la Bibia Sacra en 1550, un ouvrage comparable par sa taille et la complexité technique de sa production au Pandects florentin. Il explore ainsi les pistes qui auraient pu mener à la production d’un Pandects lyonnais, si Gryphe en avait été chargé, comme cela avait été envisagé au départ.

Cet article nous propose ainsi une analyse passionnante des processus de décision autour de la naissance des grands ouvrages imprimés au milieu du XVIe siècle entre l’Italie, la Suisse et la France. Il nous offre aussi, grâce notamment à la richesse des documents épistolaires entourant le projet d’édition du Pandects, une vue d’ensemble du paysage des grands imprimeurs d’ouvrages en latin et des rivalités entre ateliers pour obtenir de telles commandes.

Entretien avec Daryl Green, conservateur de Magdalen College Library, Oxford

Illustration 1 : La « Vieille Bibliothèque » de Magdalen College à Oxford.

Le collège de Magdalen, à Oxford, fut fondé par l’évêque William Waynflete en 1458, sur le site du vieil hôpital de Saint-Jean-Baptiste. Ce site accueillit le jeune collège pendant les vingt premières années de son existence en attendant qu’un programme de travaux soit achevé. En 1481, le nouveau collège de Wanyflete était prêt avec une cour quadrangulaire connue sous le nom des « cloîtres » et conçue par William Orchard. Cette structure offrait tout ce dont le collège avait besoin : un lieu où prier, un lieu où diner, un lieu où vivre et un lieu où lire. La bibliothèque institutionnelle date ainsi de l’achèvement des cloîtres quand, en septembre 1481, l’évêque Wanyflete dépêcha des charrettes remplies de livres pour fonder la bibliothèque avant l’arrivée du roi Édouard IV à la fin du mois. Il en profita pour également envoyer des coffres d’actes de propriété qu’il avait préparés pour assurer l’indépendance financière du collège. Les actes et les coffres dans lesquels ils avaient initialement été transportés sont encore conservés dans la tour aux archives, connue sous le nom du « Muniment Tower », qui est resté inchangée depuis le début du seizième siècle.

Illustration 2 : Les coffres des actes envoyés par l’évêque Wanyflete (salle des archives – The Muniment Room).

La collection grandit rapidement grâce aux fonds expressément destinés par Wanyflete à la bibliothèque, en contraste avec ce qui avait été fait pour les autres collèges. L’accent mis sur les livres dès la fondation continua au cours des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles avec de nombreuses donations supplémentaires. Le plus important de ces dons fut la bibliothèque de John Fitzwilliam, un étudiant et membre de Magdalen, puis aumônier de divers membres de la famille royale. Son legs en 1669 vit des milliers de livres prendre place sur les étagères ; un apport dont l’importance fut accrue par une dotation considérable pour accroître la collection.

La bibliothèque, qui demeura enchaînée jusqu’en 1798, fut rénovée au début du XIXe siècle. Ce que l’on appelle aujourd’hui la « Vieille Bibliothèque » conserve encore son mobilier, sa décoration et son cadre de classement de l’ère victorienne. Cette partie de la collection demeura la bibliothèque principale du collège jusqu’en 1930 lorsqu’une ancienne maison d’école fut transformée en bibliothèque moderne. Aujourd’hui, la Vieille Bibliothèque renferme tous les livres imprimés avant 1840 possédés par le Collège, les manuscrits médiévaux, les collections modernes exceptionnelles et bien d’autres choses étonnantes et extraordinaires. La bibliothèque « Longwall » est notre bibliothèque de prêt principal avec 120 places destinées aux membres du collège à laquelle il faut ajouter la bibliothèque juridique « Denning » et une petite bibliothèque de sciences naturelles située dans le vieux laboratoire Daubeny. Les archives du collège sont conservées dans plusieurs tours dispersées à travers le collège ainsi que dans des installations modernes de stockage.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?  

Le collège possède environ 20 000 livres imprimés avant 1840 qui sont conservés dans l’ancienne bibliothèque avec 10 000 livres imprimés depuis cette date qui forment notre réserve moderne. La collection de manuscrits médiévaux est considérable pour un collège avec plus de 250 codex. Tous ces fonds sont préservés pour l’édification et l’éducation des membres de notre collège ainsi que pour la communauté de recherche plus large. Nous accueillons des chercheurs provenant de toutes les parties du globe qui viennent utiliser nos collections. Nous recevons également des groupes pour des séminaires, des tutoriels, et des ateliers organisés par des membres de Magdalen ainsi que par d’autres collèges ou universités qui souhaitent se servir de nos fonds. Notre bibliothèque est peut-être vieille et belle, mais elle est vivante et regorge d’activité.

Illustration 3 : Une collection contenant des livres parfois surprenants… et pas simplement des livres anciens !

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La plupart des livres qui composaient la donation originale de l’évêque Waynflete ont été perdus au cours des siècles, même si quelques vestiges de la présence de l’évêque sont encore conservés (notamment ses bottes et cothurnes !). Le collège possède plus de 150 incunables dont beaucoup se trouvaient déjà ici avant la fin du XVe siècle, comme ce fut le cas pour une bonne partie de nos manuscrits. Mis à part la donation de Fitzwilliam que nous avons évoquée, le collège profita de dons de la part du botaniste John Goodyer, du diplomate Arthur Throckmorton, et de l’évêque John Warner (dont le portrait est accroché au-dessus de l’entrée de la bibliothèque), ainsi que de bien d’autres donateurs. Cependant, comme la bibliothèque fut fondée avec une dotation financière importante de Waynflete, le collège a toujours pris au sérieux le développement de la bibliothèque et une grande partie des livres qui se trouvent sur nos étagères ont été ajoutés au cours des siècles. C’est une collection qui a connu une croissance organique.

Illustration 4 : Ex libris relatant la donation d’un livre par un professeur de théologie en 1595.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Les collections de Magdalen sont particulièrement développées dans les domaines de l’histoire des sciences et de la théologie. Nos fonds scientifiques ont été renforcés par divers dons : celui de Goodyer, évoqué ci-dessus, qui légua des centaines de livres de botanique au milieu du XVIIe siècle ; l’imposante bibliothèque scientifique de Charles Daubeny ; et bien d’autres. Mais, comme la théologie et les sciences furent enseignés à Magdalen depuis la fondation du collège, nous avons collectionné des ouvrages dans ces domaines depuis des siècles.

Récemment, nous avons cherché à développer notre fonds d’auteurs qui avaient étudié ou travaillé à Magdalen. Dans cette catégorie, nous avons mis l’accent sur les ouvrages les plus anciens ainsi que ceux de figures importantes comme Oscar Wilde, qui fut un étudiant à Magdalen entre 1874 et 1878, et T. E. Lawrence, boursier entre 1910 et 1914. Nos archives sont riches avec à la fois des documents et des actes institutionnels ainsi que les papiers personnels d’anciens tuteurs et d’individus célèbres associés au collège.

Illustration 5 : Une volvelle coloriée dans un des livres de la collection scientifique du collège.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

La majorité des manuscrits de la collection de Magdalen furent créés en Angleterre au XVe siècle. Le MS Lat 213, une copie du milieu du quinzième siècle du Confessio amantis de Gower, est un exemple imposant, mais typique, des ouvrages commandités par des mécènes. Bien des manuscrits proviennent également de la Chartreuse de Sheen ou d’autres institutions locales et furent soit donnés directement à la bibliothèque soit récupérés par le collège après la Réforme protestante et la dissolution des monastères au cours du règne d’Henri VIII. Les œuvres botaniques ayant appartenu à Goodyer, tel que le Herball de Gerard, à la rédaction duquel il participa, sont également typiques de nos fonds.

Illustration 6 : John Gerard, The herball or Generall historie of plantes, London : Adam Islip, Joice Norton et Richard Whitakers, 1633 (cote 6-R.18.1).

Le collège, bien sûr, a sa part d’objets extraordinaires. Nous recevons des douzaines de groupes chaque année pour voir le Papyrus de Magdalen, le plus ancien fragment de l’Évangile selon Saint Mathieu, et le second plus ancien fragment du Nouveau Testament (voir la numérisation complète). Le lectionnaire du cardinal Wolsey (accessible en ligne in extenso et numériquement réuni avec son pendant ici) ; le psautier de Worcester, notre exemplaire complet de l’Astronomicum Caesareum d’Appien de 1540, etc, sont autant de trésors que nous conservons sur nos étagères.

Illustration 7 : le Papyrus de Magdalen P64 (cote: MS. Gr. 17).

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Comme nous l’avons rapidement évoqué, nous organisons régulièrement des ateliers, des TD et des sessions de médiation du patrimoine autour de nos collections et de la Vieille Bibliothèque. Nos portes sont ouvertes aux chercheurs de tous horizons, allant des étudiants en début de licence aux professeurs émérites, d’artistes à la recherche d’inspiration et d’idées aux paléographes et bibliophiles. Nous sommes actifs sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter. Magdalen a également un programme annuel pour les chercheurs invités pour promouvoir l’utilisation de nos collections patrimoniales.

Illustration 8 : La page Twitter de la bibliothèque (15 février 2019).

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous organisons une série d’expositions temporaires basées sur nos collections dans la Vieille Bibliothèque et la bibliothèque « Longwall », qui sont accessibles au public par le biais du collège. Celle qui est en place en ce moment traite de Lawrence d’Oxford et se tiendra jusqu’au 1 mai 2019. Chaque exposition est accompagnée d’une programmation ouverte au public sur demande qui inclut des conférences traditionnelles, des événements artistiques et des visites guidées.

Illustration 9 : Un atelier en cours avec des livres de la collection du collège.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

La collaboration. Les bibliothèques ont à faire face à des problèmes récurrents dans le domaine financier et doivent régulièrement se battre pour obtenir des moyens. La collaboration entre institutions, entre collections, et entre individus est la clef pour maximiser les ressources à leur disposition. Les bibliothèques sont souvent au cœur de ces systèmes de coopération. Le bibliothécaire moderne, même lorsqu’il travail avec des collections patrimoniales, doit être bien équipé pour participer à la mise en place et au développement de ces collaborations. Les bibliothèques demeurent encore aujourd’hui le lieu où les esprits se rencontrent et les idées se partagent.

Illustration 10 : La bibliothèque : une invitation à la collaboration.

La bibliothèque de deux notables roussillonnais : Félicien et Henri Maudet

Une exposition qui met en valeur un fonds récemment donné à la Bibliothèque de l’Université de Perpignan Via Domitia se tient dans la bibliothèque de Droit-Lettres du 23 janvier au 15 février 2019. Le directeur des bibliothèques universitaires, Audry Bettant, nous en propose une visite virtuelle.

Genèse de l’exposition et brève biographie des frères Maudet

Illustration 1: Vitrines de l’exposition de la Bibliothèque universitaire de Perpignan

Au printemps 2014, Christine Pagnon-Maudet, directrice de l’Institut d’Administration des Entreprises de l’Université de Perpignan Via Domitia, fait don à la Bibliothèque universitaire de Perpignan d’un ensemble de 250 ouvrages ayant appartenu à son père et à son oncle, Félicien et Henri Maudet. Ce don, fait par le biais de la Fondation de l’Université, est composé en grande partie d’ouvrages du XIXe siècle, mais comprend également 45 ouvrages des XVIIe et XVIIIe siècles. Les domaines couverts sont larges bien qu’une majorité des ouvrages soient des ouvrages traitant de politique et de religion. 

Félicien (1902-1967) et Henri (1907-1963) sont en effet d’une famille profondément catholique et royaliste de la Salanque, territoire de grands propriétaires terriens situé au nord-est du département des Pyrénées Orientales, entre la Méditerranée, la plaine du Roussillon et la vallée de l’Agly. Nés à Ste-Marie-la-Mer dans une famille très modeste, les deux frères sont repérés rapidement par le curé de leur paroisse qui les prend sous son aile et les oriente vers des études au Petit séminaire de Perpignan. Ils sont placés sous la protection de l’archiprêtre de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan, le chanoine Ferdinand Izart (1865-1945).

Félicien ne poursuit pas le séminaire mais étudie le droit et l’histoire à Paris, jusqu’à obtenir le doctorat dans chacune des matières, puis devient avocat. Pour financer ses études, il devient secrétaire particulier du Comte de Paris, Henri d’Orléans. Secrétaire général des étudiants d’Action française, il rompt avec celle-ci et avec les jeunes gens de la Jeune Droite catholique dès 1930. Les désaccords avec Maurras étaient devenus nombreux : motifs religieux avec la condamnation de Pie XI en 1926, volonté de faire du catholicisme le vrai inspirateur de la vie de la cité et non pas un simple facteur d’ordre moral et social, ouverture à une politique de justice sociale, refus de l’immobilisme intellectuel. Félicien Maudet fait partie d’un groupe dissident de l’Action française, nommé Réaction. Ce groupe regroupe tous les royalistes catholiques voulant donner un contenu spirituel au politique.

Illustration 2: Félicien Maudet (1902-1967)

Ce refus du « Politique d’abord » rejoint également leur antimatérialisme. Ce groupe s’oppose farouchement au capitalisme autant qu’au socialisme, au fascisme et hitlérisme autant qu’au communisme. Il souhaite voir appliquer la doctrine sociale de l’Église, et restaurer la monarchie chrétienne. Marié en 1937 avec Marguerite Escarguel (1907-2001), d’une riche famille audoise, ils n’ont pas de d’enfant, jusqu’à ce qu’ils adoptent Christine en 1952. Félicien est également officier de réserve au 24e Régiment d’infanterie coloniale, devenu le 24e RIMA de Perpignan. Bâtonnier de l’ordre des avocats des Pyrénées orientales, il se fait l’avocat de tous, même de ceux qui ne peuvent pas verser d’honoraires, et surtout des salanquais qui font appel à ses services. Il décède en 1967.

Henri est envoyé dès 1924 au Séminaire Français de Rome étudier la philosophie et la théologie à l’Université pontificale grégorienne. Il y reste jusqu’en 1932, mais est ordonné prêtre à Perpignan le 22 juillet 1931, durant ses vacances. Son parcours sacerdotal se divise ensuite en deux périodes : 15 ans comme professeur au Grand Séminaire de Perpignan, 14 ans comme curé d’importants villages, Latour-de-France et Ille-sur-Têt. Au Grand Séminaire, ses doctorats le prédisposent à l’enseignement de la philosophie, de la théologie fondamentale et du dogme, mais on le trouve également chargé de la prédication, de la liturgie, du chant… et des sciences. Curé de Latour-de-France puis d’Ille-Sur-Têt, il dessert également les villages environnants, ce qui ne l’empêche pas de mener quelques recherches d’histoire locale.

Illustration 3: Les Bénédictions du territoire, mémoire dactylographié, entre 1949 et 1960, Perpignan, Archives diocésaines, inv. n° 14 283.

→ Devenu curé d’une paroisse rurale, Henri Maudet étudie une particularité liturgique du diocèse : les bénédictions du territoire (3 mai), distinctes de la bénédiction de la saint Marc (25 avril) et des rogations (avant l’Ascension). Ce document, un brouillon bien abouti comportant quelques annotations manuscrites, n’a jamais été édité.

Dans les deux cas, ses fonctions de curé-doyen en font un prêtre relativement important. Il meurt prématurément en 1963, à 56 ans, après avoir lutté près d’un an contre la maladie. Plus de 80 prêtres participent à ses obsèques à Ille-sur-Têt, où les officiels se mêlent aux simples fidèles venus en nombre. Il est inhumé à Sainte-Marie.

Illustration 4: Henri Maudet (1907-1963), Archives diocésaines, série 2Y

La Bibliothèque donnée par Christine Pagnon-Maudet est une partie de la bibliothèque de son père et de son oncle. La partie concernant le droit, spécifiquement celle de son père, a été vendue après le décès de ce dernier pour éponger les dettes de Félicien qui, bien souvent, ne se faisait pas payer pour son travail.

Cet ensemble de 250 livres est doublement intéressant, d’abord pour l’intérêt qu’il recèle en lui-même et qui a poussé à consacrer une vitrine à la bibliophilie. La collection comprend des éditions très intéressantes par leur rareté, leurs marques d’appartenance, leurs imprimeurs locaux. Ensuite parce que cette bibliothèque est une bibliothèque intéressante du point de vue de l’histoire des idées, celles d’une fratrie profondément pétrie d’un conservatisme politique contre-révolutionnaire et d’une doctrine sociale attentive aux plus pauvres et aux exclus de leur époque. Ce positionnement de « royalistes sociaux » se retrouve dans cette bibliothèque. Deux vitrines sont consacrées à cette pensée riche et difficilement classable. Deux vitrines sont consacrées aux ouvrages de littérature et de piété qui forment un bel ensemble et montrent l’étendue de la culture et l’ouverture d’esprit de ces deux notables qui ne s’interdisaient pas de lire des ouvrages aux pensées diamétralement opposées aux leurs.

Cette exposition a pu être montée grâce aux ressources de la bibliothèque diocésaine, qui a prêté des documents évidemment liés à Henri Maudet, prêtre, mais également une étude historique de Félicien Maudet, daté de 1929 : La Révolution de 1848 dans le Département des Pyrénées-Orientales. Étude de la vie politique, économique et sociale au milieu du XIXe siècle, texte rédigé à partir de sources trouvées aux Archives départementales des Pyrénées orientales, afin de compléter les travaux d’Horace Chauvet. L’exemplaire est dédicacé à un professeur de Montpellier, où Félicien a étudié.

Illustration 5: Félicien Maudet, La Révolution de 1848 dans le Département des Pyrénées-Orientales, Perpignan: 1929.
Perpignan, Bibliothèque diocésaine, inv. n°26571

Descriptif de l’exposition

Les frères Maudet, bibliophiles

Parcourir les rayons de la bibliothèque d’Henri et Félicien Maudet révèle une certaine bibliophilie, un goût pour les livres anciens, notamment ceux du XVII-XVIIIe siècle, des éditions Elzevier vers 1640 aux œuvres de Rousseau imprimées à Amsterdam en 1772. Grâce aux marques d’appartenance (ex-libris, estampilles, indications manuscrites), nous pouvons reconstituer en partie l’histoire de ces livres. Parmi les anciens possesseurs, nous retrouvons une figure connue comme l’abbé Joseph Bonafont (1854-1935), curé d’Ille-sur-Têt, poète, catalaniste, érudit, qui créa la Revue historique et littéraire du diocèse de Perpignan, et d’autres plus obscures comme François Naudo, curé d’Enveitg, Cyprien Bosch (notable d’Ille-sur-Têt, ex-libris de 1733).

Illustration 6: Joseph Ullastra, Exercici del christià, Manresa : per Ignasi Abadal, [s.d].

→ Joseph Ullastre i Llopis (1690-1762), était un écrivain et ecclésiastique catalan. Son Exercici del cristià, livre de piété populaire en catalan, connut une grande diffusion jusqu’au milieu du XIXe siècle avec 28 éditions entre 1760 et 1852. Il est aussi l’auteur de la première grammaire de la langue catalane, restée inédite jusqu’en 1980.  Plusieurs ex-libris sont visibles: Joseph Prades, apothicaire à Arties (Val d’Aran) au début du XIXe siècle, puis François Naudo, curé de la paroisse d’Enveigt, qui a collé son ex-libris sur la page de garde et enfin l’abbé Bonafont.  Les gardes sont en papier dominoté à motif de cœurs verts, technique de la gravure sur bois. Au XVIIIe siècle, ce papier utilisé jusque-là surtout pour tapisser, est utilisé pour couvrir les livres avant reliure et pour les gardes.

La collection des frères Maudet est intéressante pour l’histoire du livre car on y retrouve différents types de reliures : veau, maroquin rouge (peau de chèvre teinte), plats simples ou décorés, dos dorés à l’or fin ; des pages de garde en papier marbré ou dominoté ; des ex-libris imprimés ; des gravures en taille-douce et sur bois ; et des exemples variés de compositions typographiques. Elle offre un échantillon représentatif des techniques du livre à l’époque moderne.

Illustration 7: Jean-Jacques Rousseau, Œuvres, Amsterdam : Marc-Michel Rey, 1772.

→ Reliure veau XVIIIe siècle. Frontispice gravé de Martinet. Ex-libris manuscrit de « Noguer, avocat général », certainement Jean de Noguer, avocat général du Conseil souverain de Roussillon, auteur d’un Traité des crimes suivant la jurisprudence de la Cour du Conseil souverain du Roussillon. Mort en 1782, professeur à l’Université de Perpignan.

La provenance des livres de l’abbé Bonafont laisse penser que les livres anciens venaient plutôt de la bibliothèque d’Henri Maudet mais c’est à ce stade une simple hypothèse.

Illustration 8: [Thomas a Kempis], De imitatione Christi libri quatuor, Paris : Barbou, 1773.

→ Papier bleu, tranches dorées, gardes avec papier marbré. Reliure de veau. Gravures de Joseph de Longueil (1730-1792) à partir des dessins de Clément-Pierre Marillier (1740-1808).  Livre imprimé avec les caractères de Fournier le Jeune et un bois signé de Papillon. Ex libris de l’abbé Joseph Bonafont daté de 1883

Pensée politique : entre conservatisme royaliste, renouveau philosophique et progrès social.

La bibliothèque des frères Maudet est pleine de paradoxes, elle contient évidemment des livres qu’on s’attend à trouver dans une bibliothèque de personnes proches de l’Action française, avec les maîtres du conservatisme voire de la réaction politique (Maistre, Veuillot, Bonald), cette littérature contre-révolutionnaire côtoie également des titres extrêmement polémiques, comme La France juive d’Edouard Drumont publié en 1886, pamphlet fondateur de l’antisémitisme contemporain. Cet ouvrage, publié dans un contexte de crise morale de la France suite à la Guerre de 1870 et d’explosion du libéralisme économique connut un succès considérable à sa parution.

Illustration 9: Victor Alet, La France et le Sacré-Cœur, Paris : Dumoulin, 1889.

→ Ce livre se veut une fresque de la Gaule puis de la France chrétienne, prospère et victorieuse. L’auteur parle des trois 89 : 1689, date du refus par Louis XIV de consacrer la France au Sacré-Cœur ; 1789, date de la Grande révolution vue comme le châtiment de ce refus ; 1889, la France fait pénitence et se repent avec la construction de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre.

À côté de cette littérature radicale se trouvent au contraire des ouvrages cherchant à renouveler la pensée philosophique. Des auteurs comme Victor Cousin, dont l’hégélianisme, le kantisme ainsi que l’intérêt pour la psychologie renouvellent la façon d’enseigner l’histoire de la philosophie, sont présents parmi les auteurs de cette bibliothèque. À mille lieues du cléricalisme et du conservatisme politique, de tels auteurs manifestent une collection éclectique et ouverte sur les nouveautés.

Le souci de développement de la condition ouvrière, les aspirations à la liberté de conscience, se perçoivent aussi dans cette bibliothèque, avec de grands noms du catholicisme libéral et social qui voit dans la devise française la traduction moderne du message évangélique. Ainsi la bibliothèque contient-elle des ouvrages de Lacordaire mais aussi de Frédéric Ozanam, fondateur des Conférences St Vincent-de-Paul. Les nombreux ouvrages de Mgr Gerbet, évêque de Perpignan de 1854 à 1864 présentent la pensée d’un homme dont le combat en faveur de la condition des ouvriers et de tout travailleur ainsi qu’en faveur de l’abolition de l’esclavage est connu. De ce point de vue-là, le positionnement de Mgr Gerbet est parfaitement conforme à celui des frères Maudet, cet évêque fut en même temps un grand défenseur des Etats pontificaux, un pourfendeur acharné d’Ernest Renan, un inspirateur de Pie IX dans son Syllabus, antimoderniste, et un grand promoteur de la défense des ouvriers, de l’éducation des filles ainsi que des soins aux malades et personnes âgées.

Illustration 10: Olympe-Marie Gerbet, La stratégie de M. Renan, Paris : Tolra et Haton, 1866.

→ Le célèbre évêque de Perpignan s’attaque à  Ernest Renan dont la Vie de Jésus publiée en 1863 fit scandale. L’ouvrage, publié après la mort de Mgr Gerbet survenue en 1864, vise à convaincre que Renan, loin d’être un scientifique érudit et neutre, n’est en fait qu’un prestidigitateur antichrétien (sic).

Une bibliothèque difficile à classer, qui reflète des hommes engagés dans un combat politique marqué mais intéressés par la question sociale et ouverts à des pensées qui ne leur sont pas familières.

Formation religieuse

La formation des clercs mais aussi des laïques est restée sensiblement la même entre le XVIIe siècle, qui est le siècle du plein déploiement des décisions du Concile de Trente (1545-1562) et les années 1950, précédant l’aggiornamento du concile Vatican II.

St Thomas d’Aquin (1225-1274) reste le docteur commun de l’Église et règne sur les études théologiques. Le renouveau thomiste de la fin du XIXe siècle a de plus accentué la prégnance de la philosophie et de la théologie thomistes dans la formation des clercs. Ainsi la bibliothèque des frères Maudet est-elle composée de nombreux ouvrages du « docteur angélique ».

Pour ce qui est de la spiritualité, l’Ecole française du XVIIe siècle a bien entendu la première place avec le cardinal de Bérulle, MM. Olier et Condren, saint François de Sales. La théologie morale est représentée par St Alphonse de Liguori (1696-1787) et l’art oratoire par les grands prédicateurs de l’époque classique : Bossuet, Fénelon, Massillon.

Illustration 11: Vitrine consacrée à la formation spirituelle

Œuvres littéraires

Les ouvrages littéraires de la bibliothèque des frères Maudet sont révélateurs tout à la fois de leur profonde culture classique, de leur positionnement politique mais aussi de leur éclectisme. La bibliothèque embrasse de larges pans de la littérature française et étrangère.

En premier lieu se trouvent les classiques de la littérature latine : Annales de Tacite, Odes d’Horace, œuvres complètes de Suétone, Juvénal ou Quinte Curce. Les ouvrages sont généralement en langue originale bien que nous trouvions aussi des traductions littéraires en français du XVIIIe siècle, toujours accompagnées du latin. Les titres sont exactement les mêmes que la Bibliothèque du XIXe siècle de Collège de garçons de Perpignan, donnée également à la BU. Les rééditions d’ouvrages de la Renaissance sont bien représentées avec, ici en présentation, un exemplaire du Roland Furieux de l’Arioste. La période classique est occupée par les grands orateurs religieux tels que Bossuet et Fénelon.

Les ouvrages de philosophes des Lumières sont également présents, avec notamment une collection de 1772 des Œuvres de Jean-Jacques Rousseau. Cela souligne l’ouverture dont faisaient preuve ces notables qui ne partageaient sans doute pas la pensée de l’auteur de La Nouvelle Héloïse.

Illustration 12: Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, Amsterdam : Marc-Michel Rey, 1772.

Le XIXe siècle présente les œuvres de Lamartine et Jules Verne. Une collection importante de livres de Châteaubriand nous est parvenue.

Deux titres sont ici présentés : Les Martyrs parus pour la première fois en 1809. Cet ouvrage présente le triomphe de la religion chrétienne au travers de martyrs des persécutions de Dioclétien. La figure de l’empereur Dioclétien fut facilement transposée à celle de l’empereur Napoléon Ier, ce qui valut des poursuites de la police impériale à l’encontre de la famille Châteaubriand.

Illustration 13: François-René de Chateaubriand, Les Martyrs, suivis des remarques, Paris: Firmin Didot, 1844, avec l’ex-libris d’Henri Maudet.

L’autre titre, Les Mélanges historiques, illustre à travers plusieurs opuscules les convictions royalistes légitimistes de Châteaubriand. Ces convictions sont franchement exposées avec les Mémoires sur le Duc de Berry, fils du dernier roi de France Charles X, assassiné en 1820 ; avec le manifeste Le roi est mort, vive le roi ! ou encore avec Notice sur la Vendée.

 Audry Bettant
D
irecteur des BU de l’Université de Perpignan Via Domitia

Avec la contribution d’Étienne Rouzies, conservateur à la BU de l’UPVD, et de Sophie Milard, responsable de la Bibliothèque et des archives diocésaines de Perpignan. Photographies d’Olivier Savoyat de la BU de l’UPVD.

Une enquête typographique de Dominique Varry…

En 1760, l’imprimeur-libraire lyonnais Jean-Marie I Bruyset, objet de tracasseries des autorités dans une affaire de livres prohibés, révèle avoir acheté l’année précédente un manuscrit intitulé Esprit des loix de la tactique, contenant des poèmes du roi de Prusse et interdit à la publication en France. Or, un ouvrage en deux volumes in-quarto paraît en 1762 sous ce titre à l’adresse de Pierre Gosse junior à la Haye. Une recherche bibliographique révèle l’existence de deux autres publications similaires, la même année, sous des adresses à Leipzig et Francfort.

Illustration: Page de titre de la publication de Leipzig

L’article de Dominique Varry, Quatre villes pour une adresse typographique : enquête autour de l’impression de l’Esprit des loix de la tactique (1762), propose une enquête bibliographique complète et passionnante. Par l’étude des indices matériels de ces éditions (collations, empreintes et signatures, mais aussi bois gravés et vignettes typographiques), elle permet de démontrer qu’il s’agit en fait d’une seule édition, une édition partagée, imprimée à Lyon par Bruyset. Trois émissions furent produites à l’adresse de confrères européens partenaires, l’un ayant « prêté » son nom et son adresse à une publication française faite sous permission tacite, les deux autres exerçant dans des villes célèbres pour leurs foires du livre. Mais cette édition partagée fut bien imprimée en totalité à Lyon, sur les presses de Jean-Marie I Bruyset. L’article démêle avec brio cet écheveau, en montrant la façon dont des imprimeurs français et européens pouvaient collaborer pour produire ensemble des livres afin d’échapper à la censure, et ainsi partager les produits de la vente de livres fort recherchés du public.

L’article de Dominique Varry est désormais téléchargeable en intégralité en PDF sur l’archive ouverte HAL.

Cet article est paru en 2018 dans Livre. Revue historiquela publication scientifique à comité de lecture de la Société Bibliographique de France, à parution en continu. La revue propose des articles sur l’histoire du livre sous tous ses aspects (bibliographie matérielle, histoire littéraire, histoire de la reliure, de la typographie, histoire économique et sociale, etc.). Les articles, en français ou en anglais, sont publiés sous forme numérique, au fur et à mesure de leur acceptation par le comité de lecture; une version PDF est ensuite disponible sur HAL.