« Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 » : précieuses diversités d’une collection universitaire

Pour célébrer les cinquante ans de la fondation de l’Université Rennes 2, de nombreuses activités sont organisées sur le campus des sciences humaines de la ville bretonne. Parmi elles, une exposition, « Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 », vient d’ouvrir dans le hall de la bibliothèque universitaire, pour mettre en avant certains trésors qui se cachent dans ses collections.

Le fonds contient en effet des ouvrages vieux de plus de cinq cents ans dont certains sont considérés comme des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’imprimerie, comme l’Atlas de Gerard Mercator, réalisé à Amsterdam par Jodocus Hondius en 1619.

La partie la plus ancienne du fonds provient des confiscations qui suivirent la séparation de l’État et l’Église en 1905. Les bibliothèques des séminaires de Rennes et d’Angers forment ainsi le cœur de la collection ancienne. Celle-ci a depuis également profité des dons d’anciens professeurs de l’université tels qu’Albert Feuillerat, spécialiste de littérature anglaise et collectionneur d’imprimés de théâtre dans cette langue, ainsi que de quelques achats stratégiques récents, notamment ceux des plans du campus réalisés par l’architecte Louis Arretche, présentés dans l’exposition.

Illustration 2: Vitrine présentant les papiers légués à la bibliothèque du chercheur Emmanuel Philipot, professeur à l’Université Rennes 2 de 1903 à 1939 et spécialiste du théâtre médiéval.

La plupart des documents montrés dans l’exposition sont aujourd’hui préservés parmi les milliers de livres qui constituent les réserves anciennes et modernes… souvent un peu oubliés par les étudiants et enseignants. L’exposition a donc pour but de donner plus de visibilité à ces objets pour les usagers de la bibliothèque, ainsi que pour un large public. Organisée par cinq étudiants encadrés par trois enseignants-chercheurs, elle oriente les visiteurs dans la diversité de ces fonds, enrichis par ces héritages multiples et exceptionnels.

Le regard féminin d’autrices majeures est d’emblée mis en contraste avec celui, d’habitude plus proéminent, d’auteurs tels que Ronsard et Machiavel. Au sein de l’exposition nous est ainsi montré le quatrième volume, édité et imprimé en 1836, du Journal des jeunes personnes, seul présent à la Bibliothèque Universitaire de Rennes 2 présentées ici [1]. La revue a bien circulé puisque l’on en retrouve des exemplaires à Paris, Lyon, Toulouse ainsi que dans le Nord. Si l’Institut de France en possède presque toute la collection, les exemplaires sont néanmoins très éparpillés et le volume de 1842 n’apparaît nulle part. Le Journal des Jeunes Personnes, par ses contenus scientifiques et littéraires de qualité, est aussi la traduction de la difficile acceptation de la femme savante et de la femme autrice sous la Monarchie de Juillet. On y retrouve en effet des articles rédigés par Antoinette Dupin sur la condition des femmes dans d’autres pays comme la Chine par exemple, mais aussi par Louise Colet, en plus de ceux écrits par de grands auteurs du monde littéraire, entre autres Victor Hugo et Chateaubriand. Si on étudie plus particulièrement ce quatrième volume, on retrouve, comme on peut s’y attendre dans ce type de revue destinée principalement aux adolescentes, des pages dédiées à la mode, à la broderie et à l’art de vivre. L’aspect plus innovant tient en la présence centrale de l’actualité littéraire et scientifique, jugée tout de même « convenable » pour les jeunes filles.    

Illustration 3: Vitrine présentant les « Regards de femmes », dont le Journal des jeunes personnes en bas.

La revue s’inscrit dans un monde qui se prête à la polémique de la presse, qu’elle soit littéraire ou politique, pour alimenter les conversations des dames. Mentionnons ici un débat littéraire de 1833 relaté dans le volume où la question est de savoir si la littérature russe est déjà engagée dans le romantisme, question soutenue par plusieurs articles comme ceux de Louis Viardot (écrivain et spécialiste de la Russie). La littérature étrangère trouve en effet sa place dans la revue, ici avec les écrits allemands de Friedrich von Schiller. Ce qui est très original pour l’époque, c’est la présence de contes populaires et fantastiques ainsi que de la littérature sociale et morale. Avec cette volonté, au-delà de la lecture de grands classiques, de faire connaître les artistes du temps présent, on peut par exemple lire un passage sur un certain Beethoven… D’ailleurs des partitions complètent l’ouvrage, avec des thèmes venant de la littérature. Certaines partitions contiennent des arrangements pour guitares, comme ceux de Ferdinando Carulli (ses morceaux célèbres étant beaucoup joués dans les Salons), alors que des journaux équivalents ne contiennent que des partitions pour piano. Enfin, les articles de la revue sont illustrés par plusieurs planches. Il y a une véritable mise en scène du texte avec des propositions harmonieuses, la composition annonçant déjà l’illustration des ouvrages de vulgarisation scientifique pour la deuxième moitié du XIXe siècle. Sans le format du schéma scientifique, les planches permettent d’apprendre à regarder et à observer. C’est donc un bel ouvrage à venir admirer pour ses illustrations délicates et précises, mais aussi à feuilleter pour se plonger dans le monde littéraire, politique et scientifique foisonnant du XIXe siècle.

L’exposition ne prétend pas seulement s’intéresser aux livres de prestige dans leur forme matérielle, mais également dans le contenu qu’ils véhiculent. As Mulheres Do Meu Pais, écrit par la journaliste militante Maria Lamas, fait partie de ces ouvrages que les conservateurs de la bibliothèque se réjouissent de posséder[2]. Très connue au Portugal, Maria Lamas s’impliqua activement dans la reconnaissance du rôle méconnu joué par les femmes au sein de la société portugaise. Dès les années 1930, la militante féministe prit à contresens la propagande de l’humble femme au foyer sous le régime de Salazar. Elle organisa notamment une exposition sur les travaux artisanaux des femmes incarcérées dont le succès inquiéta le gouvernement qui la fit fermer prématurément. La journaliste continua néanmoins de militer pour la reconnaissance de rôle social et économique des portugaises au cours d’une expédition dans le pays. Au fil des entretiens et des régions visitées, la journaliste put ainsi dresser un portrait de la condition féminine au Portugal beaucoup plus complexe et contraire aux idées reçues. Elle remarqua également que les femmes du sud du Portugal étaient beaucoup plus émancipées puisqu’elles tenaient entre autres les comptes domestiques de main de maître, dont la paie de leur mari. À l’inverse, leurs consœurs au nord étaient beaucoup plus sujettes à l’autorité patriarcale et sortaient peu du foyer. Maria Lamas accompagnait enfin ses témoignages et ses commentaires de photographies des femmes interrogées destinées à prouver leur implication directe dans l’économie du pays.

Illustration 4: As Mulheres Do Meu Pais, de Maria Lamas

On peut les voir en effet en plein effort en train de pêcher, labourer ou pousser de lourds wagons de charbon. Ces photographies sont donc également là pour démentir le topos de la fragilité trop souvent liée au sexe dit « faible ». Ce regard féminin sur la condition féminine au Portugal adresse ainsi message clair : les portugaises ne sont pas seulement des mères et des épouses, mais surtout de robustes travailleuses. Et naturellement aux yeux de Lamas, issue de la première génération de féministes, il était essentiel qu’elles soient reconnues en tant que tel.  

Ce travail documentaire précis réalisé par la journaliste fut régulièrement publié dans une série de petits fascicules qui circulèrent dans tout le pays et connurent un grand succès entre 1947 et 1950. Le livre exposé à la bibliothèque de Rennes est le témoignage de ce succès et de l’importance accordée à ces fascicules puisqu’il les réunit tous dans une publication reliée en cuir. La qualité de sa couverture ainsi que la présence d’éléments de couleurs indiquent par ailleurs que cet ouvrage était jugé suffisamment intéressant pour lui attribuer une édition de qualité qui séduirait les acquéreurs. Tant d’engouement pour le travail de Maria Lamas et son implication pour la cause des femmes ne la protégèrent pas néanmoins de la pression du gouvernement. Décidément trop en désaccord avec la propagande du régime, elle choisit en effet de s’exiler à Paris en 1962. Sa présence fut remarquée alors et il n’est pas impossible que le livre exposé dans nos fonds aujourd’hui soit l’acquisition d’un ancien chercheur de la faculté de Rennes admiratif du travail acharné de cette journaliste féministe qui s’éteignit à l’âge vénérable de quatre-vingt-dix ans (1983).

Illustration 5: Vue d’ensemble de l’exposition.

Dans une région à l’identité culturelle forte, il était logique de mettre également en avant dans l’exposition les origines et les thématiques locales d’un certain nombre d’imprimés, notamment avec des livres illustrés par des peintres bretons, tels Mathurin Méheut, artiste lamballais du XXe siècle. L’exposition propose ainsi une vitrine consacrée aux ouvrages remarquables dont la particularité est d’avoir été produit ou imprimé à Rennes et ses environs. En effet, la réserve moderne de la Bibliothèque Universitaire Rennes II conserve une trentaine de beaux ouvrages des Éditions Folle Avoine acquis par la bibliothèque et mis à la disposition des étudiants et enseignants de l’université. C’est dans la région rennaise, à Bédée, qu’ont été inaugurées les Éditions Folle Avoine par le poète Yves Prié en 1980. Outre son talent de poète, Prié a su se montrer polyvalent afin de mener à bien son projet. En se formant aux différentes pratiques de la fabrication du livre, il devint tour à tour imprimeur, typographe et metteur en page, ainsi son amour des livres transparaît dans chaque livre proposé.

Le catalogue présente des livres à tirage limité sur du grand papier, alliant la poésie et l’illustration. En effet, Yves Prié a conçu de magnifiques ouvrages dont la beauté réside dans la conception artistique. L’esthétique plutôt sobre des couvertures tout papier aiguise la curiosité des lecteurs et permet à l’imagination de se déployer loin de toute fioriture. Parus sous forme de livres d’artistes de différents formats, ces ouvrages sont le fruit d’une profonde réflexion sensible entre plusieurs personnalités littéraires et artistiques contemporaines. Au-delà de la publication de ses propres poèmes « La nuit des pierres », « Passages des amers », « Frontières » et « Granit », Prié révèle des écrivains et poètes tels que Heather Dohollau ou Alain Kervern qui ont, pour la grande majorité, des attachements à la Bretagne. Il accorde cependant une importance particulière à mettre en lumière des textes oubliés d’auteurs classiques, comme par exemple l’édition d’Ubu intime d’Alfred Jarry.

Il présente aussi une collection de littératures étrangères, invitant les lecteurs aux voyages imaginaires. Plutôt que de les présenter comme des livres d’artistes, Prié préfère la formulation de « livre pour artistes »[3], faisant de l’objet-livre un lieu de partage et de collaboration. En effet, les poèmes et écrits des auteurs sont magnifiés par des illustrations aux styles variés de Nicolas Fédorenko ou encore de François Dilasser. Grâce à des lignes minimalistes, des formes cézaniennes et des couleurs épurées, les illustrations proches de l’abstraction informelle habillent les différents textes ; la diversité est le maître-mot de ces collections inédites et originales, tant par le fond que par la forme. À contre-courant des maisons d’édition plus imposantes, les Éditions Folle Avoine se différencient par leur dimension esthétique et poétique dans lesquelles le visible et le sensible s’entremêlent. Les livres d’artistes de ces éditions s’élèvent au rang des beaux livres grâce à la qualité de leur fabrication, leur assurant de durer dans le temps, ainsi qu’à une esthétique aérienne et à une proposition bibliographique hétéroclite et variée. Cette petite maison d’édition bretonne continue de se développer et d’étoffer son catalogue au fil des ans, permettant de faire vivre et découvrir divers auteurs et artistes méconnus.

Illustration 7: La BU de Rennes 2 a consacré une exposition aux ouvrages des éditions Folle Avoine en 2011.

La section de l’exposition sur les diversités régionales s’arrête aussi sur une pratique du livre qui, à bien des égards, fait du Nouveau Tristan écrit en 1554 par Jean Maugin, plus connu sous le nom du « Petit Angevin », et réédité par Benoît Rigaud à Lyon en 1577, un trésor à part. L’un de ses propriétaires s’est appliqué, au XVIIIe siècle, à diviser cet épais in-16 en deux parties distinctes, et a fait pourvoir les deux tomes ainsi créés d’une nouvelle reliure luxueuse. De petit livre bon marché produit pour une lecture récréative au XVIe siècle, l’ouvrage acquiert ainsi le statut d’objet de collection précieux quand ce type d’imprimés devient l’objet des convoitises des collectionneurs deux siècles plus tard. Les deux figures iconiques de Probé et de Tacite sont mises en avant sur la page de titre. La sagesse d’une légende celtique retravaillée par la généalogie de l’Histoire entre ainsi en résonance au fil du parcours de cette section avec une rare première édition d’une grammaire de la langue galloise de John Davies, publiée par John Bill à Londres en 1621, et avec celle de la Grammaire françoise-celtique ou françoise-bretonne de Grégoire de Rostrenen, parue à Rennes chez Julien Vatar en 1738.

Illustrations 8 et 9: le Nouveau Tristan, USTC 27470, et les grammaires galloise et bretonne

Dans ce prolongement, une autre section de l’exposition est dédiée aux « diversités linguistiques » présentes dans les collections de l’Université de Rennes 2. L’intérêt en est double : représenter cette diversité des langues, mais aussi celle des sources. Si l’on y trouve évidemment la présence de dictionnaires, la volonté était aussi de mettre en avant d’autres types de livres en langues étrangères. Il apparaissait alors tout naturel d’exposer un recueil factice de pièces écrites (ou co-écrites) par le célèbre dramaturge anglais John Fletcher, que la postérité a relégué dans l’ombre de son aîné William Shakespeare, avec lequel il eut parfois l’occasion de collaborer. À cet égard, la présence de la Colección de canciones patrióticas de Mariano de Cabrerizo y Bascuas, parue à Valencia en 1822, permet de mettre en lumière un héritage fondateur de l’Espagne moderne.  Ce petit ouvrage atypique regroupe en effet les partitions et paroles de chants patriotiques écrits lors de l’insurrection contre le roi Ferdinand VII, dont certains étaient encore chantés au XXe siècle, par les républicains pendant la guerre d’Espagne.

Une mention particulière doit être faite du dictionnaire sino-latin d’Étienne Frumont publié en 1742, qui surprend autant par son histoire que par le savoir-faire qu’a nécessité son impression. En effet celle-ci exigea la création sur mesure quelques années auparavant de caractères typographiques gravés sur bois, les Buis du Régent. De réalisation certes encore imparfaite, ils représentent cependant la première entreprise d’envergure dans l’impression de caractères orientaux en Europe, puisqu’on en réalisa plusieurs milliers. Ce livre se retrouva au centre d’une polémique concernant sa paternité, puisqu’un élève de Huang Jialuë, enseignant chinois installé à Paris à l’époque, accusa publiquement l’auteur (lui-même élève dudit Jialuë) d’avoir subtilisé les notes du défunt maître pour se les approprier.

Illustration 10: Vue de l’exposition avec le dictionnaire sino-latin de Frumont au premier plan.

Si le grec ou l’hébreu ne sont pas présents en tant que tels dans cette vitrine, le visiteur pourra en admirer les caractères et peut-être même reconnaître ceux de l’araméen et du syriaque, grâce à la présence voisine d’une prouesse typographique : la Bible polyglotte imprimée à Anvers par Christophe Plantin en 1568-1573.

Les vitrines de cette exposition illustrent ainsi la diversité des collections, proposant une sélection de livres et documents exceptionnels. Mais elles ne dévoilent en réalité qu’une fraction des richesses de la bibliothèque, qui restent en grande partie encore à découvrir.

L’exposition « Trésors cachés des bibliothèques de Rennes 2 » est visible jusqu’au 3 mai 2019 ; des visites guidées seront organisées en avril, dont les dates seront indiquées sur le site web de la BU. Les livres et objets présentés dans l’exposition seront également mis en valeur dans un livre de prestige co-écrit par de nombreux chercheurs de Rennes 2.

Camille Crambes
Alex Delusier
Joanne Le Guen
Nicolas Lemaire
Isabelle Riquet
Commissaires de l’exposition, étudiant.e.s à Rennes 2

[1] Cette revue a fait l’objet d’une présentation de Catherine Sablonnière lors d’une séance du séminaire Autour du Livre à Rennes, dont sont tirées les informations présentées ici.

[2] Cet ouvrage a fait l’objet d’une intervention d’André Bélo dans les rencontres Autour du livre à Rennes.

[3] Jacques Brélivet, Préface de Folle Avoine : 30 ans d’éditions, Rennes : Service culturel de l’université de Rennes 2, 2011, p. 4.

 

Entretien avec Urs Leu, conservateur à la ZentralBibliothek de Zürich

La Zentralbibliothek Zürich (ZB), est la bibliothèque cantonale, municipale et universitaire de Zurich. Elle compte plus de six millions de documents et reçoit un demi-million de visiteurs par an. Comptée parmi les plus grandes bibliothèques du pays, la ZB contient cinq collections spéciales : celles des arts graphiques, des manuscrits, de la cartographie, de la musicologie et enfin celle des ouvrages imprimés. C’est donc un lieu richissime en archives historiques et culturelles. Son histoire remonte au XIIIe siècle, et connaît plusieurs rebonds, notamment à la Renaissance, et au XIXe siècle.

Illustration 1: vue extérieure de la ZB

Le département des livres rares, établi en 1995, accueille les plus anciennes collections de livres imprimés de la Zentralbibliothek, héritées des bibliothèques fondatrices de la ZB. Ces collections comprennent les livres publiés avant 1800. Cette section recueille également des livres rares de l’époque contemporaine, tels que des premières éditions, des œuvres illustrées, des facsimiles etc. En plus des quelques 1600 incunables que possède la bibliothèque, la collection des livres rare inclut également les livres imprimés à Zürich et reliés à son histoire.

Nous avons eu la chance de nous entretenir avec Urs Leu, le conservateur de ce département des livres rares depuis sa création.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Nous avons environ 500 000 ouvrages qui datent d’avant 1900, la plupart font partie du département dont je m’occupe, le département des livres anciens et rares. Je suis employé ici depuis 1990, et ma première mission fut de créer cette collection. C’est une mission complétement différente de celle de création d’une collection bibliophile, où l’on choisit les ouvrages qui répondent à nos intérêts personnels. Pour ma part, les livres parmi lesquels j’avais à choisir étaient déjà ici, et c’était à moi de décider ce qui faisait partie de cette collection et ce qui n’en faisait pas partie. Nous avons créé une liste d’environ vingt à trente critères pour déterminer ce qui est ancien et/ou rare. De manière générale, on peut dire que tous les imprimés avant 1600 font partie des livres anciens, et la plupart de ceux datant d’avant 1800 également. Pour les deux siècles suivants, nous avons choisi des ouvrages singuliers ou représentatifs plutôt que de tout inclure.

Nous sommes le deuxième département de livres rares de Suisse à avoir été créé, il y a de cela trente ans. Les incunables étaient auparavant classés avec les manuscrits ; dans certaines bibliothèques, ils le sont encore.

Illustrations 2 et 3: l’impressionnante réserve des livres rares de la ZB

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

En Suisse, nous n’avons connu que très peu de guerres. Nous avons échappé aux guerres mondiales, par exemple, et les fonds des bibliothèques ont ainsi été préservés. Nos livres remontent jusqu’au Moyen Âge, au XIIIe siècle. Le premier bibliothécaire dont on ait la trace s’appelait Conrad Von Mure. Après l’arrivée de la Réforme, autour de 1525, Zwingli a également créé ici le premier collège théologique de Suisse, dont nous avons conservé les fonds. La bibliothèque connut également une rénovation en 1532, et nous avons aujourd’hui quasiment tous les ouvrages qu’il y avait alors. Plus tard, en 1629, cinq jeunes hommes poussèrent à la création d’une bibliothèque municipale, et celle-ci fut la plus grande de toutes les bibliothèques de la ville, jusqu’en 1917. C’est à ce moment-là que naît la bibliothèque centrale, d’un besoin de rassembler les bibliothèques universitaire et municipale, la bibliothèque des sciences naturelles, celle de la société des physiciens, et d’autres. Tout a donc été centralisé ici, avec de très vieux fonds bien préservés.

Illustration 4: vue de l’intérieur de l’ancienne bibliothèque. Gravure de Johann Melchior Füssli, Neujahrblatt der Burgerbibliothek, 1719.

La particularité de ce département, c’est donc ses origines. La Zentralbibliothek de Zurich possède 1600 incunables, c’est le deuxième plus grand fond après Bâle, qui en possède 3000. Les bibliothèques privées des acteurs de la Réforme ont participé à nourrir ce département, par exemple. Nous possédons également des gravures de plantes, héritées de la Société d’Histoire Naturelle fondée en 1746.

Pouvez-vous nous présenter quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Oui bien sûr ! Voici un très bel incunable. Il s’agit de la Bible de Nicolo Malermi, du nom du traducteur qui en proposa cette version italienne. Elle fut imprimée en 1471 par Wendelin de Speyer ou Vindelinus de Spira, imprimeur allemand installé à Venise. Ce qui frappe en particulier, ce sont les couleurs incroyables et très bien préservées, avec lesquelles l’imprimé a été décoré.

Illustrations 5 et 6 : la Bible de Nicolo Malermi, USTC 999851

Nous avons également cet ouvrage ayant appartenu à Conrad Gessner, un physicien philologue, considéré comme le fondateur suisse de la bibliographie et théologie. Il s’agit de la deuxième édition augmentée des Commentarii in libros sex Pedacii Dioscoridis de Pietro Andrea Matthioli, parue en 1558 à Venise dans l’officine de Vincenzo Valgrisi : c’est un chef-d’œuvre de la botanique, richement illustré. Ce qui rend cet exemplaire unique, ce sont les annotations de Gessner sur de nombreuses pages, mais aussi ses dessins botaniques très précis.

Illustrations 7 à 10 : les Commentarii de Pietro Andrea Matthioli, 1558, USTC 841568

Nous avons aussi une collection du roi de Danemark qui date du XVIIIe siècle, avec des gravures en cuivre, ici un exemplaire des Auserlesne Schnecken Muscheln und andre Schaalthiere de Franz Michael Regenfuss, un artiste, graveur et naturaliste allemand dont ce « Choix de coquillages et de crustacés » fut publié à Copenhague en 1758. L’image des crustacés est ici construite en symétrie, qui représente bien l’état d’esprit des Lumières d’ordonner et classifier la Nature. Cet ouvrage-ci, je l’affectionne particulièrement, parce qu’il fait écho à mes propres passions bio-marines.

Illustrations 11 et 12 : deux planches du Auserlesne Schnecken Muscheln und andre Schaalthiere de Franz Michael Regenfuss

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ? Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Pour les étudiants, en premier lieu, sont organisés des visites guidées, à l’heure ou à la journée, pour découvrir la ZB. Pour le grand public, nous organisons des expositions deux fois par an. En ce moment, nous exposons des ouvrages imprimés, et par la suite nous aurons une exposition reposant sur nos fonds de cartographie, puis plus tard sur les manuscrits. Nous prêtons également certains livres à d’autres bibliothèques ou musées pour de plus grandes expositions. Nous publions également nos bibliographies (excepté pour nos fonds privés). Enfin, avec la plateforme www.e-rara.ch, nous offrons 16000 livres en ligne. Nous mettons en valeur les imprimés zurichois, avec ceux qui datent d’après 1800 et quelques autres ouvrages singuliers.

Quelle vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

C’est évidemment la numérisation, pour laquelle la demande est en augmentation. D’un côté, numériser permet de garder les livres en bon état, puisqu’ils sont moins souvent sortis des étagères qui les abritent. D’un autre côté, nous avons des montagnes de données dont l’espérance de vie est d’environ 20 ans, et pour lequel il n’a pas encore été trouvé de solution à long terme. De plus, avec l’évolution des technologies, sommes-nous certains que toutes nos données seront visibles par des appareils plus récents ? Pour le moment, le canton et la ville nous donnent 10 millions de CHF pour notre entreprise de numérisation sur les 5 prochaines années. Nous avons également des besoins en termes d’employés, la ZB en compte 240. Dans ce département des livres anciens et rares, nous avons quatre employés à plein temps, et quatre personnes embauchées pour des projets spécifiques, tels que le re-catalogage d’imprimés qui n’ont pas été catalogués correctement par le passé. Cette équipe nous permet à la fois de proposer des horaires d’ouverture de la salle de lecture importants (46 heures en tout du lundi au samedi), et de nous consacrer notamment à ces travaux de numérisation importants. L’université propose également des formations ici pour devenir bibliothécaire-scientifique.

Imprimer des images, diffuser son image. Les collections de la Chalcographie du Louvre avant la fondation du Louvre

Il est difficile de travailler sur le livre sans s’intéresser à l’estampe. L’impression des textes et celle des images ont suivi des chemins parallèles, et leurs voies se croisent sans cesse : l’image est partout dans le livre, imposant des contraintes techniques plus ou moins fortes selon les techniques utilisées. Les acteurs sont, eux aussi, proches. Si la vaste majorité des éditeurs sont des artisans privés, le pouvoir de diffusion de ces nouveaux médias est tel que le pouvoir royal va rapidement s’y intéresser : si l’Imprimerie royale est créée dès François Ier puis transformée en véritable manufacture par Louis XIII, le Cabinet du roi – son équivalent, mutatis mutandis, pour l’estampe – est fondé vers 1670 par Louis XIV et Colbert.

Couverture du catalogue de l'exposition (dir. J.-G. Castex)
Couverture du catalogue de l’exposition (dir. J.-G. Castex)

Quand le pouvoir royal se fait éditeur d’estampes

L’exposition  « Graver pour le roi » qui est actuellement présentée au musée du Louvre, revient sur ce lien fort entre pouvoir royal et estampe, à travers des collections conservées au département des Arts graphiques1. Car cette « manufacture nationale d’estampes » existe encore, sous le nom de « Chalcographie du Louvre », et possède des ateliers à Saint-Denis – Jean-Gérald Castex, conservateur au musée du Louvre et commissaire de cette exposition, en est le responsable. Il présente dans cette exposition le patrimoine sur lequel a pu s’appuyer la « Chalco » depuis sa (re)fondation en 1797 – toutes ces planches de l’Ancien Régime que l’institution conserve et qu’elle vient seulement de décider de cesser de tirer pour les patrimonialiser – issues de trois origines proches mais distinctes.

Dans trois espaces différenciés par leur scénographie sont ainsi présentées :

  • les estampes du Cabinet du roi

  • celles des Menus plaisirs (et de la Ville de Paris)

  • celles de l’Académie royale de peinture et de sculpture

La présence des estampes du Cabinet du roi au Louvre n’est pas évidente : c’est bien à la Bibliothèque royale, où s’est toujours trouvé le Cabinet des estampes français des origines à nos jours, qu’est créé cet atelier. Sa création doit être remise dans le contexte de « politique culturelle » du début du règne personnel de Louis XIV : création des Académies (Petite Académie 1663, des Sciences 1667…), établissements de manufactures… mais n’est pas intégrée à une stratégie globale : des planches ou des livres illustrés (livres de fête…) sont commandés au fil de l’eau – ce n’est qu’en 1670 qu’un programme général est établi, reposant sur des commandes planifiées aux meilleurs graveurs du temps. Certains des chefs d’œuvre de l’art du Grand Siècle en sortent, mais ces estampes sont avant tout destinées à un usage privé – cadeaux diplomatiques ou de Cour. Louis XIV est fier du résultat, il visite la Bibliothèque royale en 1681 et s’essaie à l’impression d’une estampe ; on achète aussi pour les réunir aux planches commandées certaines suites et séries réalisées par des privés (les Conquêtes de Beaulieu, par exemple) qui, par leur thématique, s’intègrent à la stratégie globale. Mais cela coûte très cher – l’histoire du Cabinet du roi est très vite celle d’une succession de projets pour rentabiliser le processus : on pense à l’affermer, on échange des épreuves avec des marchands étrangers, on vend finalement sous forme de recueils les estampes, et on retire même certaines pièces choisies avec soin jusqu’en 1743 avec la publication d’un catalogue des planches offertes.

Le garde du Cabinet des estampes, Hugues-Adrien Joly, aurait bien voulu que les diverses instances publiques qui commandaient des estampes lui versassent leurs plaques, mais l’histoire a bouleversé ses plans. La Révolution française reprend son idée, mais au profit du nouveau musée créé dans le palais du Louvre : la Chalcographie naît en 1797. Le garde des Estampes s’oppose de toutes ses forces à ce qu’on lui retire une partie de ses collections… ce qui finit pourtant par arriver : en 1812, les planches du Cabinet du roi rejoignent à leur tour la Chalcographie.

Au-delà du Cabinet du roi

Estampes et matrices des Menus Plaisirs
Estampes et matrices des Menus Plaisirs

Car parallèlement au Cabinet du roi, d’autres structures royales se sont faites éditrices d’estampes, en particulier les Menus Plaisirs. Dépendant de la Maison du roi, cette administration se lance dans la production d’estampes à partir du couronnement de Louis XV. Échaudés par l’expérience passée, leur but n’est pas de faire paraître des albums, recueils ou livres constitués, mais seulement des estampes en feuille dépeignant les grands événements du règne, et particulièrement les festivités éphémères – mariages, bals, funérailles… Inutile de souligner qu’il s’agit là encore de sources visuelles de première importance, au-delà de leur intérêt artistique. Si les modalités sont différentes, l’idée est toujours celle de Colbert : diffuser à une élite les beautés du règne et les proposer en modèle à la France et l’Europe, en faisant travailler certains des meilleurs artisans et artistes (les Cochin…).

Enfin, l’Académie royale de peinture et de sculpture conserve aussi un certain nombre de matrices. Des graveurs en sont en effet membres dès la seconde moitié du xviie siècle et doivent proposer un « morceau de réception » pour intégrer la compagnie. Parallèlement, l’Académie achète des plaques issues de fonds d’atelier, françaises (Edelinck, L. Cars…) ou étrangères (d’après Rubens…). Les plaques étaient tirées, et vendues par le concierge de l’Académie, de même que les livrets des Salons. Cela rapporte largement moins que les pièces d’art contemporains (300 l./an environ pour les pièces anciennes, à comparer aux 3700 l. de la seule Suzanne au bain de Porporati (1772)), mais l’idée de vendre conjointement patrimoine ancien et création contemporaine restera la base du fonctionnement de la Chalcographie, qui diffuse au cours des XIXe et XXe siècle l’image des chefs d’œuvre de la Nation.

Ces trois fonds sont présentés dans les nouveaux espaces d’exposition du département des Arts graphiques (où ils succèdent à l’exposition de Séverine Lepape sur les estampes en clairs-obscurs). Environ soixante-dix matrices, exclusivement en cuivre, datant des XVIIe et XVIIIe siècles, sont exposées. On y trouve certains des chefs d’œuvres de l’art français : les Batailles d’Alexandre d’Audran, la Colonnade du Louvre de Sébastien Leclerc, les livres de fêtes par Lepautre ou Israël Silvestre, les fêtes de Cochin, le Lycurgue de Demarteau, etc. Il est rarissime d’avoir accès à ces matrices et l’exposition est, ne serait-ce qu’en cela, un événement culturel majeur.

Faire une exposition d’un fonds pléthorique

Sélectionner seulement soixante-dix pièces parmi les chefs d’œuvre à disposition est forcément un arrache-cœur. J.-G. Castex s’y emploie avec brio, jonglant entre passages obligés et découvertes pour aboutir à un résultat qui se veut représentatif des fonds conservés. Quoi qu’il en soit, le sujet est suffisamment peu connu du grand public pour que les visiteurs y trouvent leur compte. L’exposition est également l’occasion de présenter quelques mystères qui n’ont pu être résolus ! Certaines matrices sont présentées recto-verso… car le cuivre coûte cher et qu’il n’était pas rare que les plaques fussent réutilisées.

Portrait sur le revers d'une plaque
Portrait sur le revers d’une plaque (cat. 48c)

Un portrait de la Vierge (?) est ainsi présenté au revers d’une plaque de l’Académie, dont les spécialistes ne trouvent pas d’épreuves, ni l’auteur (cat. 48c). Plus étrange encore, une ébauche (?) au trait sur le verso d’une des Batailles d’Alexandre (cat. 10), abandonnée et gravée en miroir par rapport au recto – une très rare épreuve issue de la collection Bégon en est conservée à la BnF.

La scénographie est très simple : la plupart des pièces sont présentées à la verticale sur les murs peints de très belles couleurs sombres (un aubergine pour les deux premières parties, un bleu très foncé pour la troisième) qui font ressortir les papiers et les métaux. L’estampe n’aime finalement pas être présentée sur un mur blanc.

Scénographie de l'exposition : la partie sur l'Académie
Scénographie de l’exposition : la partie sur l’Académie

On aurait aimé, peut-être, que la grande salle tout en longueur soit rythmée par des cimaises perpendiculaires aux murs, afin de créer des espaces thématiques mieux définis et rendre le tout plus intime. Mais le principal regret vient du fait que l’immense majorité des planches n’ont pas été désaciérées pour être présentées ! L’aciérage consiste, comme son nom l’indique, à déposer une très fine couche d’acier sur le cuivre, afin qu’il résiste à des milliers de passages sous la presse sans s’abîmer. Mais ce procédé date du milieu du XIXe siècle – on se trouve ainsi avec des plaques peu lisibles, de couleur argentée, bien loin de ce à quoi ressemble une matrice de cuivre normale. Le public étant peu familier de ces questions risque de repartir avec une fausse idée de ce qu’est une matrice et de la chronologie des techniques et pratiques. Il est fort surprenant que la Chalcographie n’ait pas été capable de désaciérer quelques dizaines de plaques pour une exposition de tout premier rang qui devrait faire sa fierté. Et ce d’autant que, pour être lisible, une plaque doit être « encrée » (de l’encre insérée dans les creux, comme si on allait l’imprimer) et, pour la protéger, vernie. Là encore, le travail a été trop vite fait et le vernis blanchit – le commissaire n’est évidemment pas à blâmer mais on s’interroge sur les moyens accordés à une telle exposition pour que la tradition d’excellence du Louvre dans la présentation des pièces ait ainsi dû être abandonnée.

Le Louvre, lieu d’exposition de l’estampe ?

Une telle exposition aurait bien sûr eu toute sa place à la Bibliothèque nationale de France, sur le site Richelieu, où les presses du roi ont roulé, où on a relié et distribué les épreuves aux grands personnages qui en obtenaient un exemplaire à force de supplications, où sont encore conservées les archives et où Colbert voulait que fussent conservées les épreuves en fondant le Cabinet des estampes. Mais sa présence au Louvre a un grand avantage – en dehors d’obtenir une visibilité supérieure auprès du grand public et des touristes étrangers – celui de faciliter le prêt d’œuvres d’autres départements de ce musée. Car s’il n’est pas rare de voir des dessins préparatoires à côté d’estampes, il l’est beaucoup plus de voir côte à côté un tableau étranger ayant appartenu à Louis XIV, la matrice qui l’interprète par la gravure et une épreuve qui en est tirée.

De Carrache à Chasteau (tableau, matrice, estampe)
De Carrache à Chasteau (tableau, matrice, estampe)

C’est qui est proposé ici avec la Lapidation de saint Étienne, d’Annibal Carrache (v. 1600-1610), interprétée par Guillaume Chasteau (1670). Plus exceptionnel encore, la présentation d’une statue antique des collections royale, avec la matrice et l’estampe (Claude Mellan). De tels rapprochements entre médias apportent toujours beaucoup puisque c’est en travaillant sur le modèle d’une estampe de Baudet (cat. 8) qu’un buste antique de Versailles, que l’on pensait de la collection Campana, a pu retrouver son historique royal.

D'un antique à Claude Mellan (sculpture, matrice, estampe)
D’un antique à Claude Mellan (sculpture, matrice, estampe)

De nombreuses découvertes sont publiées dans le catalogue. Elles viennent s’ajouter aux travaux académiques qui avaient été régulièrement publiés sur le sujet, et qui avaient largement progressé à la fin du siècle dernier et au début du nôtre par la consultation plus systématique des archives (du Cabinet du roi au département des Estampes de la BnF, des Menus plaisirs aux Archives nationales…). Mais le catalogue est surtout bienvenu car nous manquions d’une bonne synthèse sur le sujet, particulièrement pour tous ceux (historiens de l’art, historiens du livre…) qui doivent connaître ce phénomène et ces pratiques sans en être spécialistes. Au cours de ses deux siècles d’existence – 350 ans si l’on compte le Cabinet du roi – la Chalcographie aura été un fascinant exemple de commande publique nourrissant la création contemporaine, mais aussi de capacité à rendre patrimoniales ces œuvres contemporaines en les incluant dans un plus large catalogue, à l’importante profondeur historique et en perpétuel enrichissement.

L’exposition est ouverte jusqu’au 20 mai 2019.

  1. l’auteur de ce billet a participé à l’exposition par des notices dans le catalogue et en contribuant aux prêts accordés par la BnF, où il travaille professionnellement []

Une enquête bibliographique: retrouver et identifier un livre joyeux de 1542 supposé perdu

La source imprimée la plus utilisée pour décrire et analyser les festivités de la compagnie joyeuse des Conards de Rouen, très active au XVIe siècle, a longtemps été les Triomphes de l’abbaye des Conards, une édition partagée chez Nicolas Du Gord et Louis Petit imprimée à Rouen en 1587 (USTC 84170 et 45420).

Illustration 1: Page de titre des Triomphes de l’abbaye des Conards, Rouen, Nicolas Du Gord et Louis Petit, 1587

Tous les chercheurs qui se sont penchés sur ce sujet se réfèrent en effet à cet imprimé, souvent via son édition au XIXe siècle par Marc de Montifaud[1]. Or ces Triomphes reproduisent un texte produit lors d’une parade joyeuse organisée pendant les jours gras de 1540, selon l’ancien calendrier – texte supposé perdu par les chercheurs. Si d’autres festivités de moindre ampleur des Conards ont été documentées par des sources d’archives[2], cet important carnaval de 1541, en revanche, ne nous est connu que par ce récit. Mais quel statut accorder au texte des Triomphes, alors que cette édition fut produite quarante-cinq ans après les faits ? Comment s’en servir pour étudier ces festivités avec fiabilité, vu l’écart de temps important entre ces dernières et le moment de production de cet imprimé ?

Or, le récit originel de cette parade joyeuse, que tous considéraient comme perdu, ne l’était nullement. Il se trouvait en fait conservé sous un autre titre dans le fonds Méjanes de la bibliothèque éponyme, à Aix-en-Provence. C’est grâce à la mise en ligne d’outils bibliographiques, notamment l’Universal Short Title Catalogue, que j’ai pu l’identifier et le consulter. Le titre complet en est le suivant :

Le recueil des Actes | & depesches faictes aux haultz iours de Conardie, tenus a | Rouen depuis la derniere sepmaine de Ianuier jusques au | mardi gras ensuyuãt penultime iour de Feburier mil cinq | centz quarante, auec le triumphe de la monstre et ostẽta- | tion du magnifique & tresglorieux Abbe des Conardz | Monarche de Conardie. Imprime audict lieu de Rouen | auec priuilege de iustice, & defense a tous aultres imprimeurs et libraires en imprimer ne vẽdre aultres que ceulx | cy, cachetees auec le porte crosse de l’Abbe, sur peine de la | confiscation diceulx, de prison, & amende arbitraire.

Illustration 2: Page de titre des Actes et depesches (Rouen, s.n., 1542)

Ce livre fut donc imprimé à Rouen début 1542, comme on peut le déduire par l’autorisation reproduite au début de l’imprimé. Elle est donnée par le lieutenant du bailli, Jacques Aubert, en date du 18 janvier 1541 ancien style, et répond à la requête des Conards de pouvoir faire publier ce récit de leurs festivités de l’année passée alors que leurs « hauts jours » (fêtes de carnaval) approchent de nouveau[3]. On peut donc dater assez précisément cette impression entre le 18 janvier et le 2 mars 1542 (date du dimanche gras cette année-là, Pâques tombant alors le 19 avril). Le texte, à quelques variantes orthographiques près, est identique à celui de 1587, auquel il a visiblement servi de modèle pour la réédition.

Il s’agit d’un in-quarto, probablement de 40 pages, car malheureusement le dernier feuillet du cahier E manque (état actuel des signatures : A-D4 E3, soit 38 pages). Les Triomphes de 1587 nous donnent la fin du texte, dont la longueur doit effectivement correspondre à ce qui devait occuper ce dernier feuillet E4. Si l’édition de 1542 présentait un colophon sur la dernière page, il a donc disparu dans cet exemplaire. Si elles existaient, les informations commerciales permettant de connaître le nom de l’imprimeur ou du libraire ont été perdues.

Cette édition des Actes et depesches est soignée. Elle propose une mise en page attractive et aérée, qui vise notamment à différencier clairement les différentes parties du texte, dans une typographie romaine.

Illustration 3: Double page dans les Actes et depesches (A2v-A3r)

Les paragraphes narratifs relatant la préparation et le déroulement des jours gras sont proposés dans une police typographique de taille plus réduite que les poèmes et autres textes récités et montrés pendant les festivités jusqu’au cahier C inclus. Ensuite, sans doute pour économiser du papier, l’imprimeur n’a plus utilisé que la plus petite des deux polices, mais il a présenté les textes utilisés dans le défilé en deux colonnes pour les distinguer des paragraphes narratifs.

Illustration 4: Double page des Actes et depesches (D4v-E1)

De plus, des lettrines agrémentent le texte dans le cahier A. Enfin, une gravure sur bois a été réalisée spécialement pour ce livre, puisqu’elle présente, en illustration sur la page de titre, le char de l’abbé des Conards, aisément reconnaissable à sa mitre et aux bois de cerf (symbole de fertilité) qu’il porte en guise de crosse. Il est notable que les Triomphes de 1587 présentent la même gravure, cette fois sur le dernier feuillet du livre. Cependant, une comparaison des deux gravures montre qu’il ne s’agit pas du même bois gravé : on en a retaillé un spécialement pour la réédition quarante-cinq ans après celle des Actes et depesches.

Illustration 5: Gravure du char des Conards dans les Actes et depesches de 1542
Illustration 6: Gravure du char des Conards dans les Triomphes de 1587

Tous ces éléments soulignent l’investissement important que le libraire mit dans la production de ce livre. En cela, ce livre se distingue des livres joyeux produits à la période. Sermons joyeux, pronostications parodiques et autres formes littéraires légères et courtes étaient le plus souvent publiés dans des petits ouvrages bon marché. Ces imprimés étaient le plus souvent des in-octavo ne dépassant en général pas les 4 feuillets, encore régulièrement avec une typographie bâtarde, souvent de facture hâtive, et réutilisant des bois gravés assez génériques pour illustrer de loin le sujet de l’œuvre. C’est par exemple le cas de la Pronostication des cons sauvages, elle aussi produite sous le patronage de l’abbé des Conards à Rouen à la même période par Yves Gomont, vers 1550 (USTC 40807).

Illustration 7: La grande et veritable pronostication des cons sauvaiges, Rouen, Yves Gomont, [1550]

La facture des Actes et depesches se différencie nettement de tels imprimés, et pose la question du lectorat auquel l’ouvrage était destiné, dont les moyens financiers devaient être plus importants que ceux des acheteurs de la pronostication joyeuse et d’autres petits livres joyeux. Cette facture, de même que le format in-quarto qui ne fut guère utilisé pour les livres joyeux, le rapprochent davantage du format de récits d’entrées royales tel que celle d’Henri II à Rouen en 1550 (dans les spectacles de laquelle les Conards firent d’ailleurs bonne figure). La Deduction du sumptueux ordre plaisantz spectacles et magnifiques theatres dressés et exhibés par les citoiens de Rouen, imprimée pour Robert Le Hoy, Robert du Gort et Jean du Gort à Rouen en 1551 (USTC 54006 et 10205), est certes plus ample et agrémentée de davantage de gravures représentant les théâtres temporaires, mais elle présente un certain nombre de similarités dans la mise en page et l’emploi des lettrines notamment.

Illustrations 8 et 9: Deduction du sumptueux ordre (B1r-B1v)

Le travail d’identification possible d’un imprimeur est encore en cours. Je n’ai pour l’instant pas été en mesure de rapprocher le matériel typographique utilisé pour les Actes et depesches de ceux d’autres ouvrages imprimés à Rouen à la même période. De même, les filigranes bien repérables dans l’ouvrage restent un mystère : il a été impossible de les retrouver dans les répertoires habituels[4]. En revanche, j’ai pu identifier une lettrine, utilisée également dans l’édition d’un édit royal imprimé pour Claude Le Roy et Nicolas Nystel à Rouen en 1541. Cependant, je n’ai pas encore pu établir de lien avec un matériel d’imprimerie utilisé également par Le Roy dans d’autres de ses éditions.

Illustrations 10 et 11: Lettrines dans les Actes et depesches, A2v, et dans l’Edict du Roy sur le faict de son demaine forain (1541)

Illustrations 12 et 13: Filigranes, Actes et depesches A1v et A4v

Hors de la piste Le Roy, on peut encore proposer quelques hypothèses sur de possibles candidats parmi les imprimeurs et libraires rouennais actifs dans les années 1540, à partir du répertoire des imprimeurs et libraires français de Malcolm Walsby, Booksellers and Printers in Provincial France 1470-1600, à paraître prochainement (et que je remercie de m’avoir ouvert l’accès à ses données)[5]. Parmi les libraires ayant produit également d’autres livres joyeux et des ouvrages courts similaires à la même période, on peut en effet citer Jean Lhomme, Yves Gomont et Cardin I Hamillon. Cependant, ils produisirent des livres joyeux de facture plus rudimentaire, de type plaquettes gothiques. Les candidats les plus probables à l’édition des Actes et depesches me semblent plutôt être les frères Robert et Jean du Gort, qui, au même moment, produisirent des livres joyeux (notamment des imitations des romans de Rabelais) ainsi que d’autres œuvres littéraires et de circonstance, notamment la description de l’entrée d’Henri II à Rouen citée plus haut. Mon travail sur ces pistes se poursuit donc.

Pour l’histoire des festivités de la Renaissance, la redécouverte de cet exemplaire des Actes et depesches de 1542 est importante. Alors que l’on se basait jusqu’ici sur un imprimé publié quarante-cinq ans après les festivités sur lesquelles il portait, et en l’absence de documents d’archives, il est capital de pouvoir vérifier l’état du récit produit lors de ces fêtes, et d’avoir accès à un témoin imprimé juste après les faits.

Pour l’histoire du livre également, il s’agit d’une redécouverte non négligeable. Elle permet en effet d’abord d’analyser plus spécifiquement le corpus des livres joyeux produits au XVIe siècle, sur le plan bibliographique. L’exemplaire de la bibliothèque Méjanes est en effet un unicum, comme c’est bien souvent le cas des exemplaires de livres joyeux que l’on a conservés. Dans un paysage éditorial où chacun de ces unica revêt donc un caractère décisif, l’étude des Actes et depesches permet de nuancer la vision des livres joyeux qui émerge. Alors que l’on serait tenté de croire que l’on ne produisait ces livres que dans des petites plaquettes bon marché, puisque ce sont elles qui constituent l’essentiel de ce qui nous est resté, on voit avec cette édition que des compagnies joyeuses, en collaboration avec des imprimeurs-libraires capables de soutenir une telle entreprise, pouvaient également produire des imprimés plus ambitieux.

En ce sens, cet imprimé est un livre majeur pour étudier à la fois l’histoire de la vie théâtrale et les liens entre milieux du théâtre et monde du livre dans la ville qui devint le troisième centre d’imprimerie français au XVIe siècle – une ville qui était appelée à devenir le premier centre de production du livre joyeux à la fin du siècle. La redécouverte d’un tel exemplaire est essentielle : elle nous fournit une source importante pour réfléchir à ces liens, et pour tenter de dessiner une cartographie des imprimeurs de livres joyeux au XVIe siècle. L’ampleur des découvertes à faire dans un tel cadre, qui est celui de mes actuelles recherches d’habilitation à diriger des recherches sur la culture joyeuse en France et ses productions imprimées, contribue à en faire un fascinant et ludique terrain d’enquête.

Katell Lavéant

Projet Uncovering Joyful Culture – Université d’Utrecht


[1] Marc de Montifaud, Les triomphes de l’Abbaye des conards : avec une notice sur la fête des fous, Paris, Librairie des bibliophiles, première édition, 1874. L’auteur est en fait Marie-Amélie Quivogne de Montifaud.

[2] Michel Rousse, Le théâtre des farces en France au Moyen Âge, Thèse de doctorat d’État, Université Rennes II, 1983, 5 vols, tome 5 : « La confrérie des conards de Rouen. Textes de farces, documents d’archives ».

[3] Sur le statut problématique de ces documents placés en tête de la publication, voir K. Lavéant, « Usages et statuts de la parodie un défilé joyeux des Conards de Rouen et ses publications (1542 et 1587) », Les organisations joyeuses (XVe-XIXe siècles), éd. J.-Y. Champeley, Chambéry : Éditions de l’Université Savoie Mont Blanc, à paraître en 2019.

[4] Travail effectué à partir de la méta-base de données Bernstein, The Memory of Paper.

[5] Malcolm Walsby, Booksellers and Printers in Provincial France 1470-1600, Leyde : Brill, à paraître.