Livres, provenances et collections judaïques – le programme de sensibilisation communautaire de la Bibliothèque publique juive de Montréal

Les livres sont particulièrement précieux dans le judaïsme et pour le peuple juif. La manière dont les livres doivent être manipulés, les textes sacrés en particulier, est codifiée par la loi judaïque. La très grande majorité des livres qui se trouvent aujourd’hui dans la collection des livres rares de la Bibliothèque publique juive de Montréal doit avoir servi à l’étude dans des yeshivas, avoir circulé dans la communauté d’Amsterdam, de Worms ou de Venise, ou s’être trouvée dans des bibliothèques communes, car la collection est presque entièrement, mais non exclusivement, composée de livres touchant à la religion et la culture juives. Certes, beaucoup ont dû appartenir à des possesseurs privés, mais ces livres n’étaient jamais censés rester intouchés sur des étagères. Même David Oppenheimer, l’un des collectionneurs les plus prolifiques de livres judaïques, les recherchait afin d’assurer que ces écrits soient accessibles à la communauté. Il n’est donc point surprenant que l’une des institutions juives les plus anciennes de Montréal soit une bibliothèque.

La Bibliothèque publique juive (BPJ) fut fondée en 1914 par Reuben Brainin et Yehuda Kaufman, récemment émigrés au Canada. Kaufman était un polyglotte qui avait été éduqué dans des contextes à la fois religieux et séculaires, d’abord en Russie puis à Londres et à Paris. Il arriva au Canada peu après Brainin, une sommité dans la communauté juive de l’Europe de l’Est, qui était lui-même parti pour Montréal en 1912 afin de travailler comme éditeur du journal yiddish le Keneder Adler. Bien qu’il n’y eût qu’un petit écart d’âge entre les deux hommes, Kaufman se positionna comme un disciple de Brainin et se lia rapidement avec lui, écrivant notamment plusieurs articles pour le Adler. Une fois ce lien établi, les deux hommes travaillèrent ensemble à fonder la Yiddishe Folks Bibliothek. Ils n’y restèrent pas longtemps, car dès 1916, Brainin et Kaufman la quittèrent tous les deux.

En 1914 la collection constituait un amalgame de plusieurs petites collections qui provenaient des salles de lecture de différents groupes juifs qui s’établissaient à Montréal, toutes en yiddish et en hébreux. La collection de livres rares date de la création de la bibliothèque et a toujours été maintenue distincte de la collection de prêt. Bien que la bibliothèque n’eût que peu de budget pour augmenter sa collection d’origine, on sait que Kaufman voyagea aux États-Unis, notamment à New York et Philadelphie, pour faire l’acquisition de livres ancien en hébreux. Malheureusement, les titres de ces acquisitions nous sont inconnus et les livres ont été dispersés dans la collection d’ensemble. Au fil du temps, les dons occasionnels de titres individuels renforcèrent cette collection croissante, de même qu’une plus grande donation de quelques 30 titres en 1955. Elle venait de la veuve de Hyman Reissler, un fabricant de boutons, musicien amateur et fervent collectionneur de livres anciens. Cette donation comptait des trésors comme les Omnia opera d’Isaac Israeli, ouvrage publié à Lyon en 1515. La donation Reissler est l’une des rares pour laquelle une liste complète des titres donnés a été conservée.

Cependant, ce n’est qu’en 1951 que la plus grande partie de la collection a été acquise par la bibliothèque. En 1947, l’organisation dénommée Jewish Cultural Reconstruction Inc., en partenariat avec l’armée des États-Unis, entreprit la tâche laborieuse de rassembler les manuscrits et livres qui avaient été spoliés par les Nazis dans le dépôt des archives d’Offenbach, où ils avaient été catalogués. On chercha ensuite à les rendre à leurs propriétaires ou institutions légitimes, mais peu avaient survécu. La population juive d’Europe avait été décimée et d’autres alternatives furent donc cherchées. On décida de distribuer les milliers de livres qui restaient parmi des institutions au service des communautés juives en Amérique du Nord et en Israël. Parmi celles-ci, on compte l’université hébraïque de Jérusalem et YIVO, mais aussi de plus petites institutions comme la Bibliothèque publique juive de Montréal, qui touchait déjà une grande communauté de la diaspora juive.

Grâce à l’intervention du Congrès juif canadien, qui était responsable de la distribution d’une sélection de livres et objets auprès d’institutions canadiennes, la collection de livres rares de la BPJ ne fut pas tant augmentée que véritablement transformée par les 1500 livres qui lui furent confiés en 1951. Malheureusement, bien que l’intention fût d’estampiller chaque livre rapatrié via le dépôt d’archives d’Offenbach, ceci ne semble pas avoir été le cas. En raison des estampilles manquantes, de l’absence d’une liste détaillant quels livres furent envoyés aux différentes institutions canadiennes, et de la pratique de dons ad hoc de livres rares avant 1951, les origines de la plus grande partie de la collection sont inconnues.

Le Nethivoth Olam d’Alexander McCaul traduit en allemand, Francfort: Wilhelm Kücher, 1839. L’estampille délavée du dépôt d’archives d’Offenbach figure sur la page de garde. BPJ ANTIQ BOX 240

Ce manque de provenance est l’un des sujets traités pendant les ateliers proposés par la BPJ. Développés pour la première fois en 2014 pour coïncider avec le centenaire de la bibliothèque, en parallèle à un projet de catalogage à grande échelle, le but en était de mettre en valeur une collection qui avait jusque-là langui dans des caisses d’archives. La majorité de la collection n’avait alors pas encore été cataloguée et était donc non seulement inutilisable mais même introuvable pour les chercheurs. Bien que le catalogage de la collection entière rendît désormais possible de chercher et identifier des notices dans le catalogue en ligne, ceci ne remplissait qu’en partie les objectifs de la bibliothèque. Il ne suffisait pas de les rendre accessibles aux chercheurs ; la BPJ souhaitait faire revenir ces livres dans l’espace public.

C’est dans cette optique que les ateliers furent lancés en 2014. Au début, ils étaient offerts à des écoliers entre 12 et 16 ans, et portaient sur le contenu des ouvrages. Cela dit, ces œuvres se trouvaient être du type des Antiquités judaïques de Flavius Josèphe, le plus vieux des imprimés de la collection de la BPJ. Si le volume en soi est intéressant, il l’est moins pour son contenu : l’œuvre de Flavius Josèphe est disponible sur les rayons de presque chaque bibliothèque universitaire au monde, et très certainement dans plus d’une bibliothèque publique. Mentionner le lieu et l’année d’impression ajoutait un élément d’érudition à la discussion, et le fait de montrer ces livres anciens dans des écoles secondaires permettait à la BPJ de donner à voir l’histoire et la continuité des études judaïques, mais cela ne disait rien des livres montrés, et de ce qui les rendait si particuliers.

En 2018, le projet a été renouvelé avec une nouvelle équipe, de nouveaux objectifs, et une nouvelle énergie. Le but – plutôt que de faire des présentations sporadiques dans certaines écoles juives – était de développer un véritable programme de sensibilisation communautaire qui mettrait en valeur non seulement les joyaux de la collection, mais aussi la manière dont les collections anciennes peuvent appuyer l’éducation dans et hors des espaces d’apprentissage traditionnels. Des ateliers ont certes été menés dans les deux écoles secondaires juives de Montréal, mais la visée a été étendue pour inclure des écoles catholiques, des synagogues, des églises et des centres communautaires, ainsi que des ateliers spécialisés pour les universités et CÉGEPs (collèges pré-universitaires).

La bibliothécaire Nicole Beaudry montre le
Brant Shpigl à des étudiants de Bialik High School

Au début 2018, j’ai été engagée pour construire un site web qui mette en relief les livres rares, entreprenant des recherches pour découvrir l’histoire des imprimeurs, auteurs, traducteurs et dans la mesure du possible des anciens possesseurs, afin de modifier la portée des présentations. Plutôt que de se concentrer sur le contenu des livres, le centre de notre intérêt devenait le contexte historique dans lequel les imprimés avaient été produits, ainsi que leur cheminement (supposé ou documenté) par la suite. Si les noms de Daniel Bomberg ou de la famille Soncino peuvent être connus dans des contextes universitaires, peu de non-spécialistes sont conscients de l’impact de l’imprimerie sur la codification du Talmud, ou du fait qu’un imprimeur chrétien y a joué un rôle aussi important. Changer le focus des ateliers pour porter sur le contexte des imprimés nous a permis de mettre en valeur les livres mêmes et d’attirer l’attention sur l’histoire de l’imprimerie plutôt que de simplement fournir une rétrospective de l’érudition judaïque.

Dans des groupes allant de trois personnes assis autour d’une table à trente dans une salle de classe, on présente d’abord les bibliothécaires et leurs rôles dans le projet. Ensuite on propose aux participants des ateliers une brève histoire de la bibliothèque et de la genèse de la collection, ce qui crée le cadre pour présenter une sélection de sept à dix livres, qui ont été disposés sur la table. Le but est de créer un sentiment d’intimité avec les livres pour les participants, ce qui est atteint en partie par le fait d’apporter les livres dans un espace qui est déjà familier et confortable pour l’assistance. Peu de rencontres avec les livres anciens ont lieu hors de contextes académiques. Ceci finit par compliquer l’accès que l’on pourrait y avoir pour les personnes qui n’ont pas les connaissances permettant d’entrer dans le système académique, ou qui sont trop intimidées pour essayer de le faire. En apportant les livres dans des espaces autres, non classiques et inattendus, le public potentiel pouvant interagir avec eux est élargi, mais de plus il change de manière dramatique.

L’essence de ces ateliers est le storytelling, une narration autour du livre. En commençant avec le seul incunable de la collection, le De antiquitate Judaica de Flavius Josèphe, imprimé à Venise en 1481 par Reynaldus de Novimagio (GW M15175, USTC 993939), on raconte les quelques éléments biographiques connus sur l’imprimeur pendant que le public est invité à examiner la première feuille du livre, pour ensuite discuter de ce qui lui paraît différent et des éléments qui lui sont familiers. Presque immédiatement l’absence d’une page de titre est mentionnée, de même que la largeur des marges, l’espace laissé en blanc pour l’enluminure d’une lettrine au début du texte (avec un b minuscule laissé au centre comme indication de l’imprimeur pour l’enlumineur), et la typographie qui ressemble plus à l’écriture d’un manuscrit médiéval qu’à une police de caractère dans un traitement de texte informatique. Ces aspects offrent un point d’entrée pour parler des débuts de l’imprimerie et de l’apparence des incunables qui ressemblent à la fois aux manuscrits anciens et aux livres imprimés que l’on trouve aisément dans les bibliothèques publiques aujourd’hui. Ces mêmes détails sont d’ailleurs particulièrement utiles pour parler de la voie par laquelle l’imprimerie est arrivée à Venise, ce qui est particulièrement important dans ces ateliers en raison du rôle que Venise joua dans le premier âge de l’imprimerie hébraïque.

La première feuille du De antiquitate Judaica, Venise : Reynaldus de Novimagio, 1481. BPJ ANTIQ BOX 1 1481

Les livres qui suivent les Antiquités varient, chaque atelier étant adapté pour convenir à son public. Des choix faits selon les préférences personnelles des animateurs et leurs attachements à des livres et à des histoires particulières cèdent aux possibles demandes de la part d’un public sur des thèmes spécifiques : il faut alors faire une sélection systématique d’ouvrages qui éclairent le récit souhaité. Lors d’un atelier dans une église catholique avec un public important de soixante-dix personnes, les livres sélectionnés ont révélé l’intervention – positive et négative – de chrétiens dans l’imprimerie juive. Nous avons alors montré un exemplaire censuré du Mirkevet ha-Mishna (imprimé par Tobias Foa à Sabbioneta en 1551), dont les dernières pages ont été écrites à la main pour remplacer celles qui manquaient. À cela a été associé un exemplaire du Brant Shpigl dont les pages de garde sont recouvertes d’inscriptions manuscrites. Il s’agit d’un ouvrage en yiddish de Moses ben Henocks Altschuler imprimé à Francfort par un imprimeur anonyme en 1676, à une époque où la seule possibilité pour un Juif était de louer les presses appartenant à un chrétien. Les écoles juives se voient proposer une plus grande variété d’ouvrages suivant l’âge des élèves et selon ce qu’ils ont déjà pu apprendre dans leurs cours d’histoire ou d’éthique : l’encyclopédie scientifique Ma’aseh Toviyyah de Tobias Kats, imprimée en 1707 par les Bragadinis à Venise, est particulièrement populaire avec son astrolabe magnifiquement illustré. Une école catholique ou l’on étudiait la Shoah a demandé que l’on montre des ouvrages donnant à voir l’antisémitisme ; nous avons alors sélectionné la copie par ailleurs rarement utilisée du Entdecktes Judenthum de Johann Andreas Eisenmenger, un ouvrage imposant généralement considéré comme la racine érudite de l’antisémitisme, imprimé à Francfort en 1700. 

Mirkevet ha-Mishna d’Isaac Abravanel ouvert aux dernières pages, où celles recopiées à la main sont visibles à gauche. BPJ ANTIQ BOX 12 1551

Nous avons recours à d’autres ouvrages piliers à part les Antiquités. Une première édition du Tractatus theologico-politicus de Baruch Spinoza, publié par Jan Rieuwertsz et imprimé par Israël de Paull sous le pseudonyme de Henricus Kunraht,1 sans indication de responsabilité auctoriale et avec une fausse adresse qui cache son lieu d’impression, est essentielle pour parler de l’industrie de l’imprimerie à Amsterdam, des libertés dont jouissaient les juifs dans les Provinces-Unies. C’est par ailleurs l’occasion de montrer le seul ouvrage de notre collection qui contient des errata reliés à la fin de l’ouvrage. Il s’agit d’un beau volume en excellente condition, qui a vraisemblablement été recouvert de papier marbré au XIXe siècle. La Liturgie du septième sabbat, un volume de prières particulières aux Juifs éthiopiens, écrite en ge’ez avec une écriture amharique sur une peau de chèvre dans une reliure à rabats qui date environ du milieu du XVIIIe siècle, est utilisée pour jouer un jeu : devinez quelle langue. Les élèves adorent et les adultes répondent aussi avec enthousiasme : ils sont particulièrement enchantés de pouvoir manipuler ce robuste volume avec moins de supervision que pour les autres livres.

La Liturgie du septième sabbat, l’un des rares manuscrits de la collection. BPJ ANTIQ BOX 128 178-

Un choix chargé en émotion quand il est inclus dans l’atelier intervient avec un exemplaire non relié et dont les pages n’ont jamais été tranchées du De hebraicae typographiae origine ac primitiis, seu, Antiquis ac rarissimis hebraicorum librorum editionibus seculi xv disquisitio historico-critica de Giovanni Bernardo Rossi, imprimé en 1776 par le maître imprimeur Giambattista Bodoni. Le volume offre plusieurs voies pour adapter le récit : l’histoire de la carrière de Bodoni, avec le rappel qu’il s’agit d’une famille de typographie encore utilisée aujourd’hui, le rôle d’hébraïstes chrétiens dans l’érudition judaïque, la production de livres après l’arrivée de l’imprimerie et la façon dont elle diffère de la production de nos jours, la création d’éditions à tirage limité pour créer l’engouement des acheteurs, et la tradition de notre propre travail bibliographique.

L’atelier se termine toujours avec une impression du Zohar qui date de 1815. L’histoire fantastique de ce texte-clé de la mystique juive éveille toujours l’attention, même celle de  publics déjà fatigués. Commençant par les origines problématiques et fallacieuses de l’ouvrage, le volume – dont le cuir endommagé a été recouvert d’une flanelle en plaid bleu – est circulé avec soin pour que les membres du public étudient sa page de titre imprimée en noir et rouge et dans un mélange d’écriture Rachi sépharade et de typographie ashkénaze. L’histoire des origines fictives que Moïse de León donna à son texte est suivie par celle des éditeurs de cette édition : les frères Mosheh et Pinhas Shapira. Le récit est sordide et émotionnel, impliquant une maison d’édition rivale, un suicide présenté comme un meurtre et une incarcération de plusieurs décennies.2 Ce livre permet de montrer la baisse dans la qualité du papier et des reliures, l’utilisation de plusieurs polices typographiques dans un seul ouvrage, mais permet aussi aux animateurs d’insérer dans le récit des détails importants sur les moratoires tacites sur l’impression du Talmud, la lutte de pouvoir entre les hassidim et les mitnagdim au sein de la communauté juive de l’Europe de l’Est, et l’évolution du paysage politique après le troisième partage de la Pologne.

Un des nombreux exemplaires du Zohar de la collection de livres anciens de la BPJ, cette édition a été imprimée en 1815 par Moshe Shapiro à Slavuta. BPJ ANTIQ BOX 175 1815

Enfin, l’histoire du Zohar ne se termine pas avec la libération des deux frères d’une prison moscovite, mais avec la petite-fille de Pinhas : Chava Shapiro. Non seulement c’est elle qui a immortalisée l’histoire de son grand-père et grand-oncle dans Les deux frères de Slavuta,3 mais c’est elle qui représente pour le public un lien directe entre la collection, ses origines avec la Shoah et la Bibliothèque publique juive de Montréal, alors choisie comme récipiendaire des 1500 livres en raison de son mandat de servir les survivants. Les écrits de Chava sont devenus un objet d’étude lorsqu’une bibliothécaire de la BPJ a découvert 150 lettres entourées d’un ruban en soie violet dans les boîtes de papiers de Reuben Brainin, donnés par ses enfants pour former le noyau des archives dans les années 1970. Il fut immédiatement évident que la femme qui avait écrit ces lettres avait une passion non seulement pour le fondateur de la bibliothèque, mais aussi pour l’écriture. Elle avait été une figure importante dans le cercle littéraire d’I. L. Peretz à Varsovie, où elle développait ses talents comme écrivaine de fiction et de journalisme, lorsqu’elle rencontra Brainin en 1899, alors que l’un comme l’autre étaient mariés. Leur liaison se déroula principalement par correspondance et bien que Shapira finit par quitter son mari et céder les droits à son fils, Brainin émigra plutôt en Amérique du Nord avec sa femme et quatre enfants.

Elle décéda à Theresienstadt en 1943.

Terminer avec l’histoire de Chava Shapira est un choix stylistique. On conclut ainsi l’atelier sur un ton dramatique et émotionnellement percutant qui garantit que l’expérience soit mémorable. Cela permet toutefois aux animateurs de revenir au sujet des origines traumatiques de la collection et de rapporter la discussion aux manières par lesquelles beaucoup de ces livres ont dû servir à leurs communautés avant la dévastation de la Shoah. Cela permet aussi, avec certains publics, d’explorer la question de la provenance et de l’héritage émotionnel. Bien que les provenances des livres soient obscures, il demeure que pour les publics juifs, l’un de leurs ancêtres aurait pu aller à la synagogue où ces livres étaient hébergés, ou remplir les marges et pages de garde d’une écriture yiddish serrée. Le lien tangible, bien que lointain, entre l’imprimerie des Shapira et la Bibliothèque publique juive, rapproche les membres du public des livres à travers la relation de Chava Shapira et Reuben Brainin.

Feuilles de garde du Brant Shpigl remplies d’inscriptions en yiddish, hébreux et néerlandais dans plusieurs mains. ANTIQ BOX 50 1676

Bien que le programme de sensibilisation communautaire n’existe que depuis cinq ans, les ateliers d’aujourd’hui sont méconnaissables par rapport aux ateliers limités et isolés tels qu’ils étaient au départ. Nous avons modifié leur portée, en glissant d’une concentration sur le contenu et d’un ton didactique à la prise de conscience que les gens vont retenir des histoires et non des dates et des faits. Cela nous a permis de donner un nouveau souffle à une opportunité de sensibilisation communautaire, limitée au départ, pour en faire un programme au potentiel et à l’intérêt plus généraux. Les récits ont un attrait universel. Qu’ils cherchent à aider un peuple diasporique à se reconstruire une appartenance ancestrale par des livres anciens ou qu’ils visent à partager des aspects précis de cette histoire avec un plus large public, ces ateliers tendent à redéfinir ce qu’une collection de livres rares peut représenter dans le contexte d’une bibliothèque publique. Par sa nature même, la bibliothèque publique invite une assistance qui pourrait sinon se sentir exclue ou découragée de consulter ces mêmes collections dans des espaces traditionnels. En faisant rentrer plus encore ces livres dans des espaces communautaires, même en tant qu’objets, nous leurs confions de nouveau le rôle traditionnel d’informer leur communauté et continuer à créer identité et lien.

Nicole Beaudry
Bibliothèque publique juive (Montréal)

  1. Rindert Jagersma et Trude Dijkstra, “Uncovering Spinoza’s Printers by Means of Bibliographical Research”, Quaerendo 43 (2013), pp. 278-310. []
  2. Saul Moiseyevich Ginsburg, The Drama of Slavuta, traduit par Ephraim H. Prombaum, UPA, July 1991. []
  3. Ḥava Shapira, “Ha-Aḥim mi-Slavuta”, Ha-Shiloaḥ 30 (1914), pp. 541-554. []

Entretien avec Jessica Blackwell, bibliothécaire du fonds ancien à l’Université de Waterloo (Canada)

Située à 100 kilomètres au sud-est de Toronto, la bibliothèque Dana Porter se trouve au cœur du campus de l’Université de Waterloo, fondée en 1957. Le profil de sa réserve des livres rares reflète les axes de recherche et d’enseignement choisis par cette université.

Les fonds des « Special Collections & Archives » sont constitués d’environ 80,000 périodiques et livres rares, et de 2,500 mètres linéaires de documents d’archives. La collection trouve son origine dans l’arrivée en 1967 d’un don important du Conseil National des Femmes du Canada. Depuis, l’on a continué à collectionner dans le domaine des études féminines (maintenant élargi pour comprendre les études sur le genre et sur la sexualité). D’autres spécialisations s’y sont rajoutées : histoire locale, théosophie et spiritisme, urbanisme et architecture, ainsi que l’histoire des mathématiques et de l’informatique. Jessica Blackwell est la bibliothécaire au département des Collections spéciales et archives depuis 2014 ; elle nous reçoit pour partager ses connaissances sur l’historique et l’actualité de ces fonds.

La bibliothèque Dana Porter, Université de Waterloo

Quelle est la place du livre rare dans votre institution ?

Les livres rares sont ce qui différencie une bibliothèque comme la nôtre en tant qu’institution de recherche. Ils sont l’élément qui varie d’une collection à l’autre, particulièrement en ces temps d’achats en consortium et d’accès à des bases de données en ligne. Ils représentent aussi une porte d’entrée à l’histoire pour les étudiantes et étudiants. Travailler avec des matériaux anciens et ainsi tenir l’histoire dans leurs mains leur permet de s’approprier la matière d’une manière qui serait impossible s’ils n’avaient accès qu’aux manuels universitaires.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

Nos collections spéciales et archives furent fondées grâce à un don important du Conseil National des Femmes du Canada (CNFC) : la « Lady Aberdeen Memorial Library ». L’inspiration en remontait à 1954, lorsque Beatrice Brigden – alors présidente du Comité des arts et lettres du CNFC – eut l’idée de créer une bibliothèque au Canada qui serait comparable à la bibliothèque Fawcett sur l’histoire des femmes au Royaume-Uni.1 Elizabeth Long reprit le projet en 1958 et il fut décidé que la bibliothèque serait nommée en l’honneur de Lady Aberdeen. La collection inclut des documents sur l’histoire des femmes tout autour du monde, écrits dans différentes langues, et pas uniquement sur les femmes du Canada. En 1964, Doris Lewis, la première bibliothécaire en chef de l’Université de Waterloo entama les discussions avec le CNFC pour accueillir la bibliothèque à l’Université de Waterloo. Le don fut officialisé en juin 1967 et le reste appartient à l’histoire ! Les donateurs qui ont fait grandir la collection depuis comptent des membres de la faculté, des personnes étudiant ou ayant étudié à Waterloo et des membres du public qui comprennent l’importance de rendre les documents rares accessibles pour la recherche. Nous sommes reconnaissants à tous ces donateurs et donatrices pour avoir pensé à nous pour la conservation de leurs collections.

Photo d’un défilé de suffragettes (collection Alice Riggs Hunt)

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

Il est certain que nos collections portant sur l’histoire des femmes sont remarquables. Nous hébergeons les archives personnelles de femmes telles qu’Elizabeth Smith Shortt (une des premières femmes à avoir obtenu un diplôme de médecine au Canada), des exemplaires de textes qui comptent parmi les premiers écrits sur les droits de la femme, et notre excellente British Women’s Periodical Collection qui comprend plus de 35.000 numéros de magazines féminines britanniques datant d’entre 1893 et 1977.

Comme notre université est connue pour ses programmes en informatique, un autre domaine clé représenté dans nos collections est l’histoire des mathématiques et de l’informatique. Ceci inclut les archives personnelles de Wes Graham, qui est considéré le père de l’informatique à l’Université de Waterloo. En lien avec ce sujet, nous possédons quelques 45 éditions des Éléments de géométrie d’Euclide imprimées entre 1505 et nos jours, qui donnent à voir non seulement l’histoire des mathématiques mais aussi de l’imprimerie et de la pédagogie. 

Euclide, The elements of geometrie, Londres, John Daye, 1570.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Personnellement, mon livre préféré, et que je considère être le noyau de notre collection euclidienne, est la première traduction anglaise des Éléments, imprimée en 1570 (USTC 507133). C’est un ouvrage magnifique à plusieurs égards, notamment pour les diagrammes géométriques qui se déplient pour donner des modèles en trois dimensions.

Du côté de l’histoire locale, nous hébergeons la collection de l’ancien musée Seagram, qui nous a été confié à sa fermeture en 1997. Cette collection contient plus de 1200 volumes portant sur la viticulture, la distillation, le brassage et d’autres industries associées, et donne à voir l’histoire des avancées technologiques dans ce domaine et l’évolution des attitudes par rapport à l’alcool. Pour nommer quelques ouvrages clés de cette collection, je signalerai la traduction italienne du Vinetum de Charles Estienne (USTC 828448), un ouvrage précoce sur la viniculture. D’autres livres anciens remarquables dans cette collection incluent un exemplaire du De secretis remediis aut potius thesaurus de Konrad Gesner (USTC 631518) et le Livre du vigneron et du fabricant du cidre… et autres vins de fruits de Joseph Mauny de Mornay (Paris, A.-L. Pagnerre, 1838).

Le De secretis remediis de la collection Seagram

Un ajout récent au fonds d’études féminines est la collection d’Irene Hancock, qui était impliquée dans le mouvement pour le suffrage des femmes en Grande Bretagne. Sa collection reflète la lutte pour les droits de la femme et les diverses opinions de l’époque. Parmi les femmes représentées dans ce fonds on trouve Ray Strachey, Emily Wilding Davison et Dame Millicent Garrett Fawcett.

Mon fonds préféré est celui de Alice Riggs Hunt, une suffragette et réformatrice sociale de New York. Elle venait d’une longue lignée de réformateurs sociaux : sa mère avait illégalement appris à conduire pour pouvoir rendre visite à des femmes victimes de violence conjugale chez elles, sans que son chauffeur sache ou elle était. Ces idéaux ont été inculqués à Alice Riggs Hunt et elle a passé sa vie à lutter pour la cause des droits de la femme et celle des droits civils aux États-Unis, et à faire campagne pour les enfants. La matérialité de ce fonds est vraiment merveilleuse. De l’écharpe qu’elle arborait en manifestant, au drapeau qu’elle portait et au journal qu’elle tenait lors de la campagne pour le suffrage universel en Virginie Occidentale, ce fonds est un trésor d’objets qui aident ceux et celles qui l’étudient à créer des liens avec le passé. 

Fonds Irene Hancock GA149 f. 49

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds pour la recherche ?

J’enseigne dans le cadre de cours donnés dans divers départements de notre université (histoire, anglais, beaux-arts, arts dramatiques et communication orale, géographie, études féminines…) et même dans des cours de high school (écoles secondaires). Ces séances permettent au public visé d’apprendre à connaître nos collections dans un contexte rassurant, de sorte que lorsqu’un projet de recherche se présente qui pourrait être en lien avec nos collections, ils et elles savent déjà à quoi s’attendre en y arrivant. Je leur montre d’ailleurs toujours l’arrière-boutique : les rayons fermés auxquels l’accès est normalement limité, pour leur permettre d’explorer les étagères de livres. J’adore le regard d’émerveillement sur leur visage quand ils et elles se rendent compte de la possibilité donnée d’interagir avec un objet qui a 500 ans. Je ne crois pas qu’il y ait de meilleure manière pour encourager l’utilisation de livres anciens qu’inspirer cet étonnement.

Vue sur les rayons fermés

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous participons à des événements dans la communauté de Kitchener-Waterloo comme les foires historiques et les journées du patrimoine et nous organisons des événements de type « portes-ouvertes », lors de la Journée internationale des archives par exemple. Nous nous servons par ailleurs des comptes de la bibliothèque sur les médias sociaux (sur Twitter, Facebook et Instagram) pour afficher des contenus et participer à des hashtags populaires tels #throwbackthursday – certaines choses que nous y publions sont de très grands retours en arrière !

Un exemple de canadiana rare

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Je considère que l’une des plus grandes questions pour les bibliothèques, peu importe où l’on se trouve et quelle sorte de collections on détient, est toujours le financement. Si nous n’avons pas les moyens, nous ne pouvons pas fournir les documents ni le personnel spécialisé nécessaire, ce qui veut dire que nous ne pouvons pas appuyer nos étudiants et étudiantes dans leurs recherches. Je considère que le but de mon travail dans une institution de recherche comme l’Université de Waterloo est de les aider à réussir, quelle que soit leur définition de la réussite. Et j’espère que cela les amène à reconnaître la valeur de travailler avec les documents de recherche rares et anciens !

 

  1. Aujourd’hui renommée The Women’s Library, elle se trouve à la London School of Economics and Political Science. []

Un cas de verlan au XVIe siècle. Ou comment déjouer les jeux de pseudonyme d’un imprimeur-libraire de la Renaissance

Au milieu des années 1540 un libraire publia à Bordeaux une édition des Épitaphes des roys de France. L’édition fut faite, semblerait-il, sans l’accord de Jacques Bouchet, un libraire de Poitiers qui détenait pour ce texte un privilège royal exclusif délivré le 3 janvier 1543/4. Le libraire bordelais ne s’en formalisa pas : non content de copier le texte sous un titre légèrement modifié, il reprit aussi la mise en page, l’apparence typographique et les gravures de l’original1. Ce libraire sans gêne donna librement son nom dans le colophon : Jean Mentcle. Sauf… sauf qu’aucune autre trace n’est connue d’un Jean Mentcle exerçant à Bordeaux au XVIe siècle. Le nom semble tellement saugrenu que les chercheurs ont « corrigé » le nom en Jean Mentele qui sonnait bien plus crédible2.

Illustration 1 : La page de titre de l’édition de « Jean Mentcle »

On pourrait s’arrêter là – ce ne serait, après tout, pas la seule occurrence d’un libraire connu pour une seule édition. Cependant, lors mes recherches sur les libraires, imprimeurs et relieurs de la France provinciale, je repérai à Bordeaux un libraire du nom de Jean Clément dont l’activité était précisément définie comme couvrant la période dans laquelle l’ouvrage avait probablement été imprimé3. Et de Clément à Mentcle il n’y avait qu’une inversion de syllabe : Cle + mentment + Cle

Le verlan n’était pas inconnu au XVIe siècle, mais les occurrences attestées demeurent limitées. Comment savoir s’il s’agissait plus que d’une simple coïncidence ? Identifier un imprimeur ou libraire actif à la Renaissance est une entreprise hasardeuse. Les documents contemporains, lorsqu’ils existent, sont parfois ambigus et le chercheur est souvent réduit à émettre des hypothèses ou à se reposer sur ce qu’on pourrait appeler une conjecture éclairée. On commence donc par les ressources sur les acteurs du livre, et en premier par les fichiers d’autorité utilisés par les grandes bibliothèques.

Les fichiers d’autorité

Le fichier d’autorité identifie les individus et les rattache aux diverses occurrences de leur nom, séparant les homonymes et offrant une entrée unique pour des personnes qui utilisèrent des pseudonymes. Idéal pour notre cas.

Dans le domaine international, le VIAF (Virtual International Authority File) cherche à fédérer le travail des diverses recherches nationales sur un site contrôlé par l’OCLC (Online Computer Library Center), une organisation privée américaine dont le budget d’environ 200 million de dollars provient principalement des honoraires payés par les bibliothèques pour que leurs livres soient répertoriés dans leur métacatalogue Worldcat. Cette relation avec les bibliothèques permet au VIAF de proposer des liens entre les formes différentes des noms d’une même personne en offrant également des renvois vers d’autres sources de données comme Wikidata. Le résultat est une liste impressionnante de variantes d’un même nom toutes rattachées à la même personne historique. Ainsi une recherche pour « Galeotus‏ a Prato », « Galliot de Prado », ou « Galeotus Pratensis », entre autres, renvoient tous au libraire parisien Galliot I du Pré.

Illustration 2 : Les données utililsées par le VIAF

Une autre base internationale, relativement similaire dans sa constitution, mais plus riche en données textuelles, est le Thesaurus du CERL (Consortium of European Research Libraries). Cet organisme fut créé pour promouvoir le patrimoine imprimé et manuscrit des grandes bibliothèques et offre de nombreux outils, mais ses données pour le Thesaurus restent en grande partie tributaires des fichiers versés par ses membres – c’est-à-dire les bibliothèques qui sont pour la plupart également prises en compte par la VIAF. Si elles sont d’aspect très différent, ces deux bases sont donc en réalité relativement similaires dans leur offre. Pour la vaste majorité des cas, l’identification des individus est l’œuvre des projets soutenus par les bibliothèques nationales.

Pour le domaine français, il n’est donc guère surprenant de noter que ce travail est surtout entrepris par la Bibliothèque nationale de France, dont le fichier de notices d’autorité fait référence – à telle enseigne que le répertoire a déjà fait, pour les imprimeurs et les libraires actifs avant 1810, l’objet de plusieurs éditions successives, à chaque fois plus complètes4. Au-delà de ces éditions papier, la base est librement accessible en ligne et en constante développement avec de nombreux ajouts réguliers. À ceci, on peut ajouter la base d’IdREf (Identifiants et référentiels pour l’enseignement supérieur et la recherche), liée au métacatalogue du Système Universitaire de Documentation, le SUDOC.

Cependant, malgré cette somme considérable de travail, le chercheur est bien souvent confronté à des noms de libraires ou d’imprimeurs qui ne figurent dans aucune de ces ressources. Ceci est d’abord lié à la nature même de ces répertoires, qui recensent prioritairement les individus identifiés dans les données des catalogues auxquels ils sont rattachés. Les bases se répètent entre elles et fournissent surtout des informations liées aux libraires-éditeurs les plus actifs et les imprimeurs dont le nom figurait sur les ouvrages qu’on leur avait commandités.

Il va sans dire que Jean Mentcle et Jean Clément, et les possibles variantes de ces noms, sont absents de tous ces fichiers.

Les répertoires et bibliographies

Dans notre quête, nous nous sommes donc tourné vers les répertoires et bibliographies classiques. Dans ceux-ci, aucun lien entre les deux noms n’était fait. Ernest Labadie dans son ouvrage phare sur les travailleurs du livre à Bordeaux ne mentionne ni l’un ni l’autre5. Anatole Claudin avait, semblerait-il, acquis un exemplaire de l’édition bordelaise dont il fit état, mais en se posant la question de qui était « ce Jehan Mentcle », il ne fit pas de lien avec Jean Clément6. Louis Desgraves, quant à lui, ne fit pas non plus le rapprochement entre les deux figures, mais son Dictionnaire – qui est par ailleurs très utile – est truffé de doublons, voire de triplons, non identifiés, souvent dus à une mauvaise transcription d’un nom dans des documents d’archive7. Ce n’est guère le lieu où une pareille identification serait faite.

Clefs et jeux d’anonymat

Jean Clément n’ayant pas de livre publié à son nom, ce sont les pièces d’archives subsistantes qui doivent donner les informations nécessaires. Ici, nous sommes chanceux en ce que Clément est connu par deux documents : un contrat de vente fait avec un autre libraire de Bordeaux en 1544 et son testament8. Tous deux confèrent un sobriquet à Jean Clément : « dict de Vatan ». Or, dans le colophon de l’impression de Jean Mentcle, ce dernier est également affublé du même surnom (« aliàs de Vaten »).

Illustration 3 : Le colophon de l’édition bordelaise de Jean Mentcle

La lecture du testament de Clément nous fournit un indice supplémentaire : il y affirme avoir laissé chez l’éditeur parisien Étienne Groulleau « troys sacz plains des histoires des roys ». Ceci semble une référence directe à l’édition publiée avec le nom de Jean Mentcle. Prises ensemble, ces indications nous permettent de conclure que Clément et Mentcle étaient bien la même personne. Clément aurait bien utilisé le subterfuge du verlan pour cacher son vrai nom sur une édition piratée. Cela le préservait d’une identification immédiate comme le libraire-éditeur qui avait fait imprimer cette version.

Cette protection était renforcée par le fait que même son pseudonyme était absent de la page de titre, à une époque où il était devenu d’usage d’y claironner le nom du libraire. De plus, sur cette première page, le titre original du livre de Jacques Bouchet avait été modifié pour ne pas rendre le lien entre les deux éditions trop évident. Cependant il semble clair qu’il ne s’agit ici que d’une dissimulation de façade.

Le colophon comporte un titre très proche de l’original : Les epitaphes, genealogies et effigies des roys étant plus aisément assimilable à Les genealogies, effigies et epitaphes des roys. Clément avait tout intérêt à identifier plus précisément le texte pour l’acheteur potentiel. Quant à l’anonymat supposé, s’il a pu induire en erreur des générations de bibliographes, il semble plus relever du jeu que de la recherche véritable de tromper un œil vigilant. L’utilisation d’un sobriquet qui devait être bien connu à Bordeaux montre qu’il s’agissait d’un voile pudique qui ne cherche pas à cacher grand-chose9.

D’un Mentcle à un autre…

Avant de clore notre propos, notons que le nom de Jean Mentcle avait déjà fait une apparition dans le monde de l’imprimé français du XVIe siècle. En 1535, une édition modeste intitulée La description de la quarte galicane paraissait sur les presses lyonnaises d’un Jean Mentcle. Ici aussi le nom ne fut dévoilé que dans le colophon :

Illustration 4 : Colophon de La description de la quarte galicane

Tout comme avec le Mentcle bordelais, certains bibliographes n’ont pas pu s’empêcher de « corriger » le nom en Mentele10. Mais cette fois le sobriquet, « de Sonlu » demeure obscure – peut-on le rapprocher du Jean Clément actif à Bordeaux dix ans plus tard ?

Comme pour l’impression bordelaise, il semble bien que ce soit un jeu, surtout, cette fois, en vue de la nature de l’ouvrage. Le texte proposé a été qualifié de « duperie » : la page de titre propose un contenu dont il n’est pas question dans ce petit livre11. Plus que tout, c’est une impression de piètre qualité contenant un ramassis de thèmes différents sur diverses questions générales comme l’élection des empereurs, la division de l’Italie en neuf parties, les églises paroissiales de Rome, etc.

Mais ce qui semble rattacher les deux Mentcle, au-delà du nom, c’est que Jean Clément semble avoir été une figure très mobile. Ses connections semblent étendues – même si le lien esquissé par Osmont avec Denis Janot semble aujourd’hui avoir été définitivement infirmé12, on a souligné qu’il avait des liens à Paris avec Étienne Groulleau. De plus, son testament révèle qu’il avait été à Paris, Poitiers, Toulouse, Lescar, Limoges et Orthez… laissant une série de dettes derrière lui dont il assurait le paiement en offrant en guise de garantie des balles de livres, du matériel d’imprimerie et des bois gravés.

Ce testament brosse un portrait peu glorieux de Jean Clément : il nous apparaît comme un imprimeur-libraire de peu de cas, changeant souvent de ville et travaillant au gré des opportunités. Qu’il soit passé par la ville de Lyon en 1535 et y ait imprimé un petit ouvrage destiné à un large public ne serait guère étonnant. Et au-delà de la question de la reproduction illicite de textes sous privilège, on en vient même à se demander si son anonymat d’apparat ne serait pas motivé par des questions économiques. Cela aurait permis la circulation des volumes qu’il avait publiés sans qu’ils soient saisis pour rembourser les dettes qu’il avait laissées dans les villes par lesquelles il était précédemment passé.

Malcolm Walsby
Université Rennes 2

  1. voir Stephen Perkinson « From an “Art De Memoire” to the Art of Portraiture: Printed Effigy Books of the Sixteenth Century », The Sixteenth Century Journal, XXXIII (2002), 687-723. []
  2. voir Perkinson, op. cit., mais également Louis Desgraves dans son Dictionnaire des imprimeurs, libraires et relieurs de Bordeaux et de la Gironde (XVe – XVIIIe siècles), Baden-Baden : Valentin Koerner, 1995, n° 546 et même, dans leur sillon, le Universal Short Title Catalogue n° 13301 qui transcrit pourtant correctement le colophon []
  3. Desgraves, op. cit., n° 212, donne les dates ‘vers 1544 – vers 1550’. []
  4. La dernière édition en date est celle de Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Queval (dir.) Répertoire d’imprimeurs/libraires (vers 1500-vers 1810), Paris : Bibliothèque nationale de France, 2004. Trois éditions précédentes furent publiées en 1988, 1991 et 1997 []
  5. Ernest Labadie, Notices biographiques sur les imprimeurs et libraires bordelais des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ; suivies de la liste des imprimeurs et libraires de Bordeaux, et du département de la Gironde au XIXe siècle. Documents pour servir à l’histoire de l’imprimerie et de la librairie, Bordeaux : M. Mounastre-Picamilh, 1900. []
  6. Anatole Claudin, Les origines et les débuts de l’imprimerie à Bordeaux, Paris : Anatole Claudin, 1897, p. 113. []
  7. Voir, par exemple, Crespin « Ausel » et Crespin Dusol, respectivement n° 24 et 310, ou encore Pierre Bodet qui apparaît aussi sous les noms de Pierre Bode et Pierre Boudet – numéros 53, 88, et 113. []
  8. Le premier est publié dans Paul Roudié et Louis Desgraves, « Actes notariés concernant les imprimeurs et libraires de Bordeaux dans la première moitié du XVIe siècle », Bulletin de la Société des bibliophiles de Guyenne, LXXVII (1963), 1-26, n° 6 ; et le second dans Paul Roudié, « Documents sur la vie intellectuelle à Bordeaux au XVIe siècle. Textes divers », Bulletin et mémoires de la Société archéologique de Bordeaux, LXI (1957-1959) n° 15. []
  9. Sur ces jeux de niveau d’anonymat, voir mon « L’auteur et l’imprimé polémique et éphémère français au seizième siècle », dans Martine Furno et Raphaële Mouren (dir.), Auteur, collaborateur, traducteur, imprimeur… Qui écrit ?, Paris : Classiques Garnier, 2012, p. 37-57. []
  10. Voir par exemple Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris : Silvestre, 1842, II, p. 54. []
  11. L. Gallois, « Lyon et la découverte de l’Amérique. Note sur les éditions lyonnaises de la Cosmographiae introductio et de la Géographie de Ptolémée » Bulletin de la Société de géographie de Lyon, XI (1892), 93-114, à la page 111. []
  12. Henri Omont dans son « Catalogue des éditions françaises de Denys Janot, libraire parisien (1529-1545) » (Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, XXV (1898), 271-296) suggère que Janot servait de dépôt à Paris pour l’édition bordelaise des Épitaphes des roys de France (n° 55), mais il s’agit en fait d’une mauvaise identification de sa part à partir d’une entrée laconique dans la « Table des livres de Denys Janot » : voir la mise au point de Stephen Rawles dans son Denis Janot (1529-1544), Parisian Printer and Bookseller. A Bibliography, Leyde : Brill, 2018, n° 87 et p. 719. []

Corriger, souligner, griffonner: comment mieux comprendre les lectures dans les livres anciens?

Comment lancer une discussion animée dans un groupe de lecteurs avides ? Posez-leur cette question : annotent-ils, annotent-elles leurs livres papier ? Pour avoir fait cette expérience à plusieurs reprises, je vous assure que la question suscitera de vives réactions auprès de vos interlocuteurs et révélera des camps de lecteurs passionnés, de ceux qui sont pour à ceux pour qui il s’agit d’un acte impensable. 

Les nombreuses analyses de livres anciens excessivement annotés qui ont été publiés ces dernières années donnent l’impression qu’un tel débat sur les pratiques de lecture est particulier à notre époque. Elles pourraient faire croire que l’annotation directe était le mode de lecture le plus répandu aux XVIe et XVIIe siècles. Cette interprétation accorde cependant une représentativité trop importante à quelques exemples devenus célèbres de volumes recouverts de commentaires manuscrits écrits dans les marges, entre les lignes, sur les pages de garde… alors qu’il s’agit de cas exceptionnels !

Illustration 1: Un exemple d’imprimé particulièrement annoté

Ces cas sont extraordinaires, du fait de l’identité des lecteurs particuliers qui ont rédigé ces marginalias, des types de lecture qu’ils analysent, ou de l’imprimé spécifique qui sert de support à ces marques. Aussi frappantes qu’elles soient, les lectures aussi enthousiastes que l’étude érudite que Gabriel Harvey fit de son Tite-Live ne sont point communes.1 Elles représentent plutôt un extrême dans la gamme des interactions possibles entre les lecteurs et leurs livres.

L’échelle des interactions de lecteurs s’étend en effet du volume présentant un manque tel d’indications qu’on peut douter qu’il ait jamais été consulté à celui entièrement recouvert de notes. Cela dit, un livre dont les pages n’ont pas encore été coupées est une extrémité de cette gamme d’interactions aussi rare que le volume noirci de notes. La grande majorité des exemplaires de livres de l’époque moderne se retrouve donc quelque part entre les deux bouts de l’échelle. Ma recherche propose de commencer à peupler l’entre-deux avec des cas moins exceptionnels qu’ordinaires, pour que l’historiographie de la lecture vienne refléter la diversité des lectures historiques possibles.2

Lire-interagir-manipuler  

Lire avec une plume à la main pouvait bien être une pratique courante, mais tout livre ainsi lu n’en ressortait pas avec un complément de commentaires manuscrits. L’exemplaire des Sermons de M. Jean Calvin sur le livre de Job imprimé à Genève en 1563 et qui se trouve à la bibliothèque universitaire de Rennes 2 montre bien que les types d’interactions variaient, autant en fonction de la matière de lecture que de l’individu qui l’abordait.3

L’analyse des traces de lecteurs sur ses pages révèle qu’une personne en a fait une lecture suivie et attentive. Plutôt que des annotations substantives, ce sont des corrections que l’on décèle sur la majorité des pages. Une analyse plus précise du volume et de l’encre révèle que ces corrections n’ont pas été faites sur épreuves d’imprimerie, mais ont été apportées dans l’édition définitive par l’un de ses possesseurs. Les mots amendés sont biffés d’un trait, corrigés dans la marge ; ailleurs, une lettre est superposée à celle erronée ou intercalée à la position nécessaire. Il s’agit globalement de corrections d’erreurs survenues lors de la composition et ayant entraîné des erreurs orthographiques (« subitement » là où on devait lire « subtilement » par exemple, p. 114). Certaines de ces corrections manuscrites correspondent aux erreurs signalées dans la liste d’errata à la fin de l’ouvrage, mais bien d’autres n’avaient pas été relevées dans ce paratexte. Qu’un lecteur les repère nécessitait donc une lecture particulièrement attentive. Par ailleurs, la liste d’errata n’a pas été systématiquement corrigée par le lecteur dans le texte du livre. Les corrections manuscrites ne découlent donc pas d’une simple volonté de perfectionnement du texte sur la base des corrections proposées par l’imprimeur. 

Illustration 3: les annotations sur la p.79 des Sermons

En plus de ces amendements correctifs, l’on repère dans ce même volume des passages qui ont été signalés par traits verticaux, parfois bouclés, dans la marge de la colonne, ou dans la marge extérieure. Non seulement ces passages ont été marqués dans ce qui semble être la même encre que les corrections à proximité, mais le style de ces différentes interactions suggère qu’elles proviennent d’une main du XVIe siècle. Ces traces dateraient donc d’une lecture dans les décennies qui ont suivi sa parution. Qui plus est, cette main se rapproche de celle ayant laissé quatre différentes inscriptions ex libris : une sur la page de titre, deux sur le plat intérieur et une sur le plat avant. D’après ce faisceau de preuves, on peut en conclure que notre lecteur est en fait une lectrice : une dénommée Marguerite Mothey, « veuve de l’esleu [l’élu] Sagnier ».

Illustration 4: détail de la page de titre des Sermons comportant la provenance de Marguerite Mothey

Avec la plume et l’encrier à portée de main, sa lecture se serait faite de manière statique : assise, avec un support mobilier pour stabiliser le poids considérable du volume. D’après les indices qu’elle a laissés dans ce grand in-folio, la lecture que Marguerite Mothey fit des Sermons de Calvin était attentive et réflexive, sans pour autant être une étude érudite.

Des marques de lecture non verbales

Ailleurs dans le même fonds se trouve, relié en parchemin et estampé à chaud, un exemplaire de l’Histoire de Berry publié par Antoine Gryphius à Lyon en 1566.4 Avec des tranches dorées et des lacets en soie verte, ce livre a fait l’objet d’un investissement certain à l’époque de sa parution. Les choix décoratifs qui se lisent au niveau de sa reliure correspondent à la création d’un objet de luxe. Un livre luxueux qui fut néanmoins très utilisé. Bien qu’aucune de ses pages ne porte d’annotation écrite, il est frappant de constater à quel point le livre a fait l’objet d’une lecture intensive. Sur les 200 pages porteuses de texte (excluant donc celles où figurent principalement des images, listes, chronologies ou tables) les trois-quarts portent des marques intentionnelles de lecture. Un niveau d’interaction aussi fort est rarement rencontré dans le corpus étudié. Le style des marques est uniforme du début à la fin et il n’y a pas ici de changement évident de matériaux (encre, plume…). Cela suggère que les marques viennent d’une seule main et que ces interactions datent d’une période de temps limitée.

Illustration 5: un texte particulièrement souligné dans l’Histoire de Berry

Dans le cas de cet exemplaire, les marques de lecture ne servent ni à corriger ou censurer le texte, ni à y ajouter. Le système d’annotation employé sert plutôt à signaler des éléments textuels imprimés, vraisemblablement ceux qui retenaient l’attention du lecteur, ou ceux sur lesquels il pensait vouloir revenir. Le mode principal par lequel le signalement est achevé ici est le soulignement par un simple trait d’encre. Un mot, une phrase ou un passage est ainsi relevé et ressort visuellement de la page. En revanche, à certains moments le niveau de soulignement est tel que l’effet inverse est achevé. Sur quelques pages, chaque ligne a été soigneusement marquée. La régularité est telle que l’aspect manuscrit des ajouts s’estompe et renforce simplement la mise en page de l’imprimé. Devant un soulignement excessif, l’utilisation de codes supplémentaires s’impose alors pour attirer le regard sur certains passages. Ainsi, on trouve à l’occasion dans les marges extérieures des petits « + » marqués dans la même encre. Un niveau de signalement supplémentaire est achevé par des manicules, dont certaines ont été rajoutées au-dessus du « + » qui se trouvait déjà à cet emplacement.

Devant un signalement aussi enthousiaste que régulier, nous ne saurons dire ce que le lecteur anonyme a pu retirer de sa lecture de ce volume. Les traces symboliques qu’ont laissées les lecteurs d’antan ne permettent pas d’interprétation explicite. Devant l’absence de graphèmes manuscrits dans cet exemplaire, les manicules sont la trace de lecteur la plus identifiable et datable à vue d’œil. Il ressort donc de ce cas que le commentaire écrit est loin d’être l’unique signe d’une lecture intensive.

Des livres non annotés et pourtant utilisés

Nombreux sont les exemplaires meublant les rayons de fonds patrimoniaux qui ne portent aucune marque de lecture intentionnelle, même symbolique. Dans les collections de l’Université Rennes 2 par exemple, les volumes non marqués représentent près de 40% des ouvrages du XVIe siècle en langue française que j’ai étudiés. L’absence d’annotations et d’autres traces volontaires d’interactions de lecteurs n’implique cependant pas qu’un livre n’a pas été lu. Dès que l’on tient compte des marques accidentelles – les traces qui s’impriment, s’incrustent, brûlent, ou coulent sur les pages d’un livre au cours de la consultation – il est évident que la lecture historique peut être documentée sans qu’il y ait nécessairement présence de commentaires ou de symboles à l’encre ou à la mine.

Pour rester avec un exemple comparable au précédent – un in-folio sur un sujet historique en langue vernaculaire, également imprimé à Lyon quatre ans plus tôt – on trouve dans la même collection un livre quasiment sans marques intentionnelles. Et pourtant, l’analyse de l’Histoire de Flavius Josèphe traduite par François Bourgoing qui se trouve sous la cote 21433 révèle que le volume a été lu et soumis à une usure non négligeable dans les cent premières années de son existence.5 Une série d’ex libris manuscrits documente trois étapes dans sa vie avant que ne soit inscrit sur la feuille A2r (la page de titre ayant déjà disparu) : « Ce p[rese]nt livre est de la Biblioteq[u]e des Augustins d’Angers et a été donné par Mr. de la Chapelle Cronier le 1.r jour de Decembre 1662 ». De toute évidence, certains ou tous ces possesseurs ont lu le texte, en partie au moins, laissant derrière eux les marques de leurs doigts, que ceux-ci provoquent la souillure ou l’usure. À tel point d’ailleurs que la page de titre ait pu se détacher du reste du livre avant d’arriver dans la collection angevine.

Illustration 7: le début de l’Histoire de Flavius Josèphe avec la page de titre manquante

Les marques accidentelles servent donc à documenter une lecture pour différentes sortes d’imprimés et de lectures. Un ouvrage de référence comme le dictionnaire multilingue de Calepino, qui n’était pas fait pour être lu de manière continue, porte tout de même les indications d’une utilisation grâce aux taches d’encre qui y ont été laissées par différents lectores.6

Ailleurs, la souillure, l’usure de la reliure, des pages pliées ou déchirées, tous ces signes d’utilisation, bien qu’indices partiels, nous parlent de lectures passées et peuvent être croisés avec différents indices matériels pour documenter plus pleinement une histoire de la lecture au XVIe siècle. L’idée que l’annotation serait la seule ou même la meilleure manière de documenter l’histoire de la lecture est dorénavant insuffisante. Afin d’apprécier une diversité de lectures, il est donc nécessaire de tenir compte d’autres modes d’interactions ainsi que la variété des niveaux auxquels elles ont eu lieu.

Ann-Marie Hansen
Université Rennes 2

  1. Anthony Grafton and Lisa Jardine, “Studied for Action: how Gabriel Harvey read his Livy”, Past and Present 129, (nov. 1990), p. 30-78. []
  2. Cette recherche a été financée par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. []
  3. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 1771, USTC 7071. []
  4. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 20633, USTC 7242 []
  5. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 21433, USTC 19586 []
  6. Bibliothèque universitaire Rennes 2, Fonds ancien cote 1393, USTC 65617 []