Une exposition sur les coffrets à estampes au Musée de Cluny

L’exposition Mystérieux coffrets. Estampes au temps de la Dame à la licorne, proposée actuellement au Musée de Cluny, invite à découvrir des objets jusqu’ici peu montrés au public, provenant en particulier des collections du musée ainsi que de celles de la Bibliothèque nationale de France. Vingt-cinq précieux coffrets sont présentés pour la première fois au public dans une exposition thématique. Probablement conçus entre le dernier quart du XVe siècle et le premier quart du XVIe siècle (à l’exception de deux coffrets datés du milieu du XVIe siècle), leur particularité est de contenir des estampes utilisées pour décorer l’intérieur du couvercle. Ceci explique qu’une bonne partie des coffrets présentés soient conservés au département des Estampes de la BnF, qui possède une collection de choix, parmi les quelques cent quarante coffrets de ce type répertoriés à ce jour.

Illustration 1: coffrets à estampes (photo Musée de Cluny)

Sur les traces d’un artiste prolifique et très copié

Le choix des objets présentés s’est fait autour de la figure de Jean d’Ypres, peintre et dessinateur actif à la fin du XVe et au début du XVIe siècle à Paris, et mort en 15081 . Les commissaires de l’exposition proposent d’étudier les estampes attribuées à Jean d’Ypres qui furent utilisées dans ces coffrets mais ont pu également survivre séparément, ainsi que d’autres qui s’inspirent directement des productions du dessinateur. Cette figure artistique servant de fil conducteur à l’exposition permet en effet d’étudier des estampes conservées dans les coffrets qui reprennent des scènes d’une gravure centrale, dite Grande Passion (H 50,2 x L 35,7 cm, numéro 10 dans le catalogue). L’enquête est également étendue à une série d’autres objets (manuscrit enluminé, tapisserie, vitrail, ivoires) directement produits par le peintre ou reprenant son style, mais aussi un ensemble de gravures utilisées dans de nombreux livres d’heures produits à Paris dans les années 1490 à 1510.

Illustration 2 : Grande Passion, d’après Jean d’Ypres, Paris, fin du XVe siècle (BnF)

L’exposition permet donc d’admirer à la fois les coffrets et leurs estampes, mais aussi de très beaux livres. Elle met en avant les liens de collaboration entre Jean d’Ypres et plusieurs imprimeurs parisiens, en premier lieu Thielman Kerver2. Philippe Pigouchet pour Simon Vostre3 utilise également des compositions du dessinateur pour les livres d’heures produits par le libraire, de même que Jean Richard à Rouen, ou Antoine Vérard4 qui utilise des matrices copiant ces illustrations. 

Illustration 3: Heures à l’usaige de Rouan, Paris, Thielman Kerver [1499] (exemplaire de la Bibliothèque Sainte-Geneviève).

Pour qui s’intéresse en particulier à la production de ces ateliers, la lecture du catalogue complétera sur ce point utilement la visite de l’exposition. Les articles proposés aident en effet à démêler le détail des attributions des gravures dans ces ouvrages à Jean d’Ypres de celles à un possible atelier du peintre, voire à des ateliers reprenant ensuite ces modèles pour le compte d’autres imprimeurs ou libraires. Reste qu’il est frappant d’observer aussi dans l’exposition d’autres livres, plus tardifs, qui continuent d’utiliser ces gravures, tout en les plaçant graduellement aux côtés d’estampes témoignant de l’émergence de nouveaux courants artistiques. Les Heures de la Vierge à l’usage des Dominicains, imprimées à Paris par Yolande Bonhomme en 1542, montrent le succès prolongé de ces gravures, bien après la disparition de Jean d’Ypres et de la génération d’imprimeurs pour qui il a pu produire ces images.

Illustration 4: une vitrine de l’exposition présentant plusieurs supports (coffret, livres imprimés et manuscrit enluminé).

Les complexités d’une production de masse

Plus généralement, l’exposition soulève de nombreuses questions concernant les liens commerciaux entre dessinateurs et imprimeurs d’estampes à caractères religieux, liens difficiles à démêler tant l’enquête archivistique s’avère complexe. Elle met en tout cas particulièrement bien en valeur l’aspect de production en série dont témoignent ces images, de même que les modalités de leur mise en couleur, pour des clients plus fortunés pouvant s’offrir une estampe rehaussée avec soin, ou pour un usage massif avec colorisation au pochoir, parfois de manière hâtive et approximative. La mise en regard des coffrets, des livres, et des estampes qui nous sont parvenues détachées de tout contexte de conservation, montre également la diversité des usages.

Illustration 5: une xylographie coloriée au pochoir, fin du XVe siècle (BnF, photo Musée de Cluny).

Ces estampes pouvaient être intégrées dans la production de livres de dévotion ou insérées dans ces livres après coup, ou encore utilisées dans d’autres objets comme ces coffrets, voire appliquées sur les murs pour une contemplation quotidienne. Il faut souligner que dans ce dernier cas, la possibilité que les estampes aient survécu est très mince, et que l’on doit s’en remettre à des peintures d’intérieurs de la période pour documenter cet usage. Celles présentées hors support dans le cadre de l’exposition semblent plutôt avoir été ultérieurement détachées de coffrets par des collectionneurs, au vu des traces de clous qui y subsistent.

Illustration 6: Vitrine de l’exposition.

Des témoins d’une nouvelle spiritualité ?

On ignore l’usage exact de ces coffrets – peut-être même faut-il en envisager une multiplicité. Objet travaillé, de métal et de bois, un coffre pouvait-il être mis en scène, dans un intérieur privé, ou au cours d’une cérémonie ? L’utilisait-on dans certaines occasions pour se présenter comme possesseur d’un objet singulier, possiblement précieux ? Ces coffrets disposaient d’un système complexe de fermeture en métal, avec dans plusieurs cas des compartiments secrets dissimulés sous des lamelles de bois. Étaient-ils alors plutôt dissimulés aux regards, et conservés dans des pièces d’accès restreint ? Servaient-ils de protection pour des effets personnels, des livres, des reliques, ce qui indiquerait ainsi que contenant et contenu se répondent et se valorisent mutuellement ?

Illustration 7: Saint Jérémie lisant, avec au-dessus de lui un coffret noir fermé, détail du Triptyque de l’Annonciation d’Aix, milieu du XVe siècle (Musée royal d’art ancien de Bruxelles)

On lira avec profit l’article de Caroline Vrand dans le catalogue, qui propose de répondre positivement à cette dernière question, là où les panneaux de l’exposition restent succincts sur l’interprétation à donner à ces objets. C. Vrand met en avant l’usage votif de ces coffres, au vu des thèmes des gravures : Vierge à l’enfant, Christ en croix, mais aussi Saint Roch ou Sainte Marguerite, intercédant respectivement contre la peste ou la mort en couche ; à la lecture aussi des textes latins ou français en caractères gothiques apposés au bas de plusieurs estampes, qui appellent la personne qui les lit au recueillement et à la contrition.

Illustration 8: Coffret avec saint Roch, fin du XVe siècle (BnF, photo Musée de Cluny).

Ces coffres représenteraient un versant matériel en lien avec la Devotio moderna, spiritualité chrétienne de la fin du XIVe siècle. Ce courant insiste sur la conversion du cœur, la prière en sympathie avec le modèle offert par le Christ, davantage que sur la fusion avec Dieu des mystiques rhénans. Les coffrets peuvent alors être vus comme l’indice d’un rapport plus intime à la foi, en parallèle au développement du livre d’heure à la fin du Moyen Âge, ou ultérieurement de la Réforme, ou des Exercices spirituels prônés par Ignace de Loyola au XVIe siècle.

Le mérite de cette exposition est enfin de recourir à l’histoire de l’art pour offrir de nouvelles perspectives sur le rapport entre ces coffres et leurs estampes, mais également entre la portée d’un style artistique sur d’autres objets manufacturés. En partant d’objets à l’usage incertain, cette exposition suit avec audace le fil de l’impact artistique de Jean d’Ypres, ainsi que sa portée sur le marché du livre et de l’art.   

L’exposition est ouverte jusqu’au 6 janvier 2020 au Musée de Cluny à Paris.

Katell Lavéant – Université d’Utrecht
Yann Kergunteuil – BnF

  1. Nous renvoyons pour les détails biographiques et bibliographiques présentés ici au catalogue de l’exposition : Séverine Lepape, Michel Huynh et Caroline Vrand (dir.), Mystérieux coffrets. Estampes au temps de la Dame à la licorne, Paris, Liénart éditions, 2019. []
  2. Sur Thielman Kerver, voir l’étude de Thierry Claerr : Imprimerie et réussite sociale à Paris à la fin du Moyen-Âge, Thielman Kerver, imprimeur-libraire de 1497 à 1522 (Mémoire d’études DCB, ENSSIB, 2000). []
  3. Voir Jules Renouvier, Des gravures sur bois dans les livres de Simon Vostre libraire d’Heures,  Paris,Aubry, 1862. []
  4. Mary Beth Winn, Antoine Verard, Parisian Publisher, 1485-1512: Prologues, Poems and Presentations, Genève : Droz, 1997. []

Fourrer son nez partout : pratiques éditoriales et pratiques festives autour du nez dans les anciens Pays-Bas

 

Les « neusboekjes » ou livres des nez constituent une branche particulière de la tradition des mandements joyeux en néerlandais1. Tandis que la plupart des mandements joyeux que j’étudie ont été composés aux XVe et XVIe siècles, la majorité des livres des nez qui nous ont été transmis datent de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècles. Ces textes comiques, accompagnés d’images caricaturales de nez, discutent la somme d’argent que les possesseurs de différents types de nez (les soi-disant membres de la « guilde des nez ») doivent payer pour pouvoir séjourner dans le royaume imaginaire du roi des nez. Les montants pour chaque type de nez sont détaillés sous forme de mandements joyeux. Étant donné leur statut particulier dans la tradition des mandements joyeux, les livres des nez méritent d’être étudiés pour de nombreuses raisons. Je propose d’esquisser certaines d’entre elles dans ce billet2.

 

Les livres des nez dans les almanachs-recueils

Les cinq livres des nez que j’ai pu identifier jusqu’à maintenant ont été reliés avec des almanachs. Pour ce billet, je me concentre sur l’un de ces almanachs-recueils, conservé à l’Athenaeumbibliotheek de Deventer (illustrations 1 et 2). L’analyse de la typographie de ce livre des nez laisse à penser que le livre fut, comme l’almanach lui-même (illustration 1), publié à Deventer par la famille d’imprimeurs De Lange.

Page de titre du Deventer almanach pour l’année 1787, dans lequel figure un livre des nez (Deventer, Athenaeumbibliotheek, Dv V.302:1787).
Page de titre du livre des nez intitulé Placcaat en Ordonnantie Van het Neuze-Geld (Deventer, Athenaeumbibliotheek, Dv V.302:1787:11)

Dès le XVIe siècle, les almanachs néerlandais étaient assemblés et finalisés lors de la vente du livre. L’acheteur donnait en effet à l’imprimeur des instructions sur les livres qu’il souhaitait acheter avec son almanach (souvent des textes amusants), et il indiquait à un relieur la forme et la nature de la reliure qu’il souhaitait – dans le cas des almanachs-recueils, il s’agit souvent d’une reliure d’attente. Le lecteur achetait simultanément plusieurs titres et organisait son livre selon ses préférences3.

Cette pratique nous permet de considérer les almanachs néerlandais comme des recueils de plusieurs livres ou Sammelbände. Les livres vendus comme almanachs sont donc en réalité des almanachs-recueils4 . Les livres des nez figurent parmi d’autres livres, dont des chroniques narrant des événements historiques, des chansons religieuses, des farces et d’autres textes amusants qui avaient souvent pour but de passer le temps, ou de le « raccourcir » comme on disait en néerlandais (tijd te korten). Par conséquent, les chercheurs ont longtemps affirmé qu’on doit considérer les livres des nez comme des textes purement amusants5 .

Illusatrations 3 et 4 : Extraits du livre des nez conservé à l’Athenaeumbibliotheek de Deventer.

On rencontre souvent les mêmes livres des nez, publiés par différents imprimeurs, dans différents almanachs-recueils, dans différentes villes à travers les Pays-Bas. Cela indique certes une certaine popularité de ces livres des nez, mais cela démontre également l’habitude des imprimeurs de (re)publier tout le temps les mêmes textes. Il s’agit ici d’une stratégie commerciale : les livres reliés avec les almanachs n’étaient pratiquement jamais des textes nouveaux, bien au contraire. Même s’il est souvent compliqué de retracer de quelle période datent les textes reliés dans des almanachs-recueils, je suis encline à croire qu’il s’agit de textes datant de plusieurs décennies, voire de plusieurs centaines d’années6 .

Le nombre relativement important de livres des nez qui ont été préservés, environ cinq textes dans dix éditions différentes7 , suggère que les livres des nez se vendaient bien au XVIIIe siècle. Cette idée est renforcée par le fait que certains imprimeurs vendaient à la même période des broadsheets présentant exactement le même texte et les mêmes images que les livres des nez. Dans ce cadre, une comparaison entre l’exemple du livre des nez de l’Athenaeumbibliotheek (illustrations ci-dessus) et un broadsheet ou placard conservé au Rijksmuseum à Amsterdam est particulièrement éclairante :

Le broadsheet intitulé ‘Hier heb je twaalf Neusen, als Reusen’ (Ici, vouz avez douze nez énormes) (© Rijksstudio).

Le broadsheet a été publié par les De Lange à Deventer et vendu par le libraire Kannewet à Amsterdam8 . Comme on peut le voir, ce sont exactement les mêmes gravures sur bois qui ont été utilisées par les De Lange pour illustrer tant le livre des nez que le broadsheet :

Détails du broadsheet

Les gravures sur bois du broadsheet correspondent aux gravures du livre des nez (illustrations 3 et 4). Les textes accompagnant les gravures sont également les mêmes que les textes du livre des nez. Cependant, les broadsheets ne gardent qu’une partie du texte (c’est-à-dire, la présentation des différents membres du guilde des nez), ils ne présentent pas les ordonnances joyeuses.

Ces pratiques éditoriales sur les nez soulèvent deux questions : Premièrement Pourquoi les livres des nez et les broadsheets constituaient-ils une option commerciale intéressante pour les imprimeurs du XVIIIe siècle, et deuxièmement les livres sur les nez sont-ils en effet des textes plus anciens, datant du XVIe, voire du XVe siècle ?

 

Les livres des nez et la physionomie

Pour répondre à la première question sur le succès commercial des livres des nez, il faut se concentrer tout d’abord sur l’effet parodique de ces textes. Ces ordonnances joyeuses sont en effet une réaction aux livres physionomiques, dont la majorité datent de la même période. La physionomie c’est-à-dire l’observation de l’apparence physique d’une personne, et principalement les traits de son visage, existait déjà à l’Antiquité en tant que science mais elle connut un nouvel essor à la Renaissance. Selon cette science, considérée aujourd’hui plutôt comme une pseudo-science, l’observation du visage est cruciale pour mieux connaître le caractère et la personnalité de quelqu’un, et ainsi mieux évaluer sa fiabilité ou son amabilité9 .

Page de titre du livre physionomique La Physionomie humaine de Jean Baptiste Porta, publié en 1665 (Deventer, Athenaeumbibliotheek, SAB Deventer, Klooster 12 Magazijn 1 55 C 69).

La physionomie portait une attention particulière au nez (« Le Nez n’est pas une des moindres parties qui soient en la face ; puisque c’est elle, qui par-dessus toutes les autres parties rend l’homme ou difforme, ou beau »10 . Comme le montrent les illustrations 8 et 9, les pages des livres physionomiques se caractérisent par des descriptions de différents types de nez. Le nez révèle beaucoup sur le caractère d’une personne (exemple : « Du grand Nez. C’est signe que l’homme est grandement bon »). Ces descriptions vont de pair avec des images qui illustrent le texte :

Illustrations 8 et 9 : Quelques pages de La physionomie humaine.

Les livres des nez constituent une parodie de ces livres scientifiques ((Sur la parodie au Moyen Âge, voir : Martha Bayless, Parody in the Middle Ages. Ann Arbor : The University of Michigan Press, 1996, introduction.)) . L’effet parodique des livres des nez et des broadsheets est visible à travers le fait que ces textes et images attribuent une grande appréciation aux nez étranges, tandis que la physionomie scientifique propage plutôt les implications négatives de certaines formes de nez. Il en va de même pour les livres moins scientifiques, destinés au grand public, attribuant une valeur importante au nez. Par exemple, on affirme dans des Raadselboekjen (petits livres d’énigmes) que le nez doit être considéré comme la partie la plus importante, voire comme un joyau du visage humain. Notons que ces livres d’énigmes furent publiés par les De Lange, à la même période que les livres des nez et les broadsheets sur les nez. Les De Lange produisaient donc des livres et des placards parodiant la physionomie, mais dans le même temps ils publiaient aussi des ouvrages sérieux de physionomistes.

Page de titre d’un Raadselboekjen, publié par les De Lange à Deventer en 1759 (Deventer, Athenaeumbibliotheek, SAB Deventer, Klooster 12 Magazijn 2 DI XVIII 123).

On pourrait donc avancer l’idée que le succès des livres des nez et les broadsheets tient à leur effet parodique : ils constituaient sans doute une réaction comique aux livres physionomiques. On a affirmé la même chose pour les pronostications joyeuses imprimées à l’époque prémoderne. L’action de pronostiquer ou de prévoir l’avenir était, à cette période, considérée comme une science, mais cette science était de plus en plus remise en question. Dans ce contexte, la pronostication joyeuse constituait une contribution comique au débat sur la fiabilité des pronostications officielles11 .

 

Les livres des nez : un produit de la culture joyeuse ?

Cependant, l’histoire ne s’arrête là. Le cas des livres des nez permet aussi, me semble-t-il, d’aller plus loin que la simple constatation que les livres des nez sont une réaction amusante à leur contrepartie « officielle » (les livres physionomiques). Comme je le démontre dans ma thèse, les livres des almanachs-recueils contiennent souvent des textes beaucoup plus anciens. Il vaut donc la peine de se demander si les textes et les images des nez sont eux aussi des réutilisations de matériaux plus anciens.

Il faut placer les livres des nez et les broadsheets dans le cadre plus large de la culture joyeuse, pour laquelle nous savons qu’elle occupait une place prépondérante la société médiévale (XVe-XVIe siècles). Des liens manifestes se dessinent alors entre les livres et broadsheets des nez et la culture festive de la fin du XVIe siècle. Les images des nez, ainsi que leurs descriptions, apparaissent aussi sur des pièces de monnaie conservées au Rijksmuseum :

Illustrations 11 et 12 : Pièces de monnaie conservées dans le Rijksmuseum.

Les mots écrits sur les pièces correspondent à la terminologie utilisée dans les livres des nez et sur les broadsheets « Nazarius » et « Neusen gilde ». La première pièce date de 1576, comme l’indique le texte écrit sur la pièce (« Leyf hebber der Nuesen 1576 »). La deuxième pièce date de 1637. Toutes deux ont sans doute été produites à Anvers12 . On rencontre des pièces similaires avec des écrits en deux langues : le français et le néerlandais. Les numismatistes ont par exemple identifié cet exemplaire :

Pièce datant de 1608, avec les descriptions « Dit is den gulden van Nazaret » et « Chacun pour la syen 1608 » (voir note 13).

Les numismatistes ont affirmé que les pièces ont été produites en hiver, « pendant lequel un grand nombre de nez ont été gelés en Europe et particulièrement en Hollande »13 . Je pense que ces pièces appartenaient plutôt à la culture joyeuse : elles furent sans aucun doute frappées à l’occasion des nombreuses fêtes organisées en hiver. Les pièces fonctionnaient ainsi en tant que souvenir ou objet de commémoration et permettaient de se souvenir des festivités14 .

Il existe encore un autre lien entre les livres des nez, les broadsheets des nez et la culture joyeuse de la fin du Moyen Âge. La première image du broadsheet de l’illustration 5 révèle notamment un détail très particulier :

Détail du broadsheet des nez.

L’image montre, au premier plan, le secrétaire de la guilde des nez « de knegt van ‘t Gilde-geld », reconnaissable à la plume qu’il tient dans la main. Mais nous discernons, au fond, un placard affiché sur le mur (intitulé « Placat[e] »), qui représente le fruit du travail du secrétaire. Étant donné qu’il s’agit d’une guilde joyeuse et parodique, ce placard affiché présente probablement les ordonnances joyeuses sur les nez telles que nous les retrouvons dans certains livres des nez imprimées en format de broadsheet. J’ai identifié un tel placard, présentant des ordonnances joyeuses sur les nez, à la BU de Erlangen-Nürnberg en Allemagne :

Broadsheet avec des ordonnances joyeuses, promulguées par le roi des nez (début du XVIIe siècle) (Erlangen-Nürnberg, Universitätsbibliothek Erlangen-Nürnberg, A X 1, Kasten I.8 ; Fl.88).

Même s’il s’agit dans ce cas d’un texte allemand (et d’un placard illustré), ce broadsheet présente les mêmes ordonnances joyeuses que les livres des nez néerlandais. Dans le même temps, il s’inscrit bien dans les pratiques festives autour du nez dans les anciens Pays-Bas décrite ici. D’après le texte, le broadsheet a été imprimé « nit lang Nach Fastnacht », donc peu après les festivités de Carnaval, probablement pour commémorer les festivités. Le broadsheet avait ainsi une fonction semblable aux pièces de monnaie.

 

L’exemple des livres des nez démontre la longue vie des textes et des motifs de la culture joyeuse de la fin du Moyen Âge et, dans le même temps, notre analyse préliminaire révèle de nouvelles stratégies des imprimeurs aux XVIIe et XVIIIe siècles pour générer du profit en réutilisant ces matériaux plus anciens. Il s’agit ici d’une reprise des éléments de la culture joyeuse (parodie du mandement, motif du grand nez) afin de réaliser des livres des nez et broadsheets pour un grand public. Les livres des nez peuvent ainsi être considérés comme un produit de la culture joyeuse et comme un nouveau type d’interaction (intentionnelle ou non) avec cette culture, de la part d’imprimeurs qui proposent à leurs acheteurs des contreparties comiques aux livres de physionomie, et réutilisent ainsi habilement un matériau plus ancien et librement accessible.

 

Rozanne Versendaal

Project Uncovering Joyful Culture – Université d’Utrecht

  1. Les mandements joyeux français et néerlandais sont l’objet d’étude de notre thèse (prévue pour 2020) [lien : https://www.uu.nl/staff/RMVersendaal/Onderzoek]. []
  2. Les « neusboekjes » font partie de mon futur projet de recherche dédié à la réception de la littérature parodique à l’époque prémoderne et moderne. Ce projet a pour objectif de démontrer la longue vie des textes parodiques tels que les mandements joyeux, ainsi que de révéler les nouvelles gestions de la culture joyeuse et de ses produits à cette période, et par-dessus tout, l’accès des publics très variés à cette littérature et culture []
  3. Pour une explication de la stratégie de vente de l’almanach aux Pays-Bas, voir : Jeroen Salman, « ‘Van sodanige Almanacken, die gevult zijn met ergerlijcke bijvoegselen en oncuyse en onstigtelijcke grillen’. Populaire leesstof in zeventiende-eeuwse almanakken », dans : Literatuur, 10, 1993, p. 76. []
  4. Pour une analyse plus détaillée de l’almanach-recueil en tant que Sammelband, voir  : Rozanne Versendaal, « Livres à la fois sérieux et joyeux. Stratégies de vente des livres populaires de l’imprimeur utrechtois Jacob van Poolsum (1701-1762) », dans : Livre. Revue historique, à paraître. []
  5. Salman, « ‘Van sodanige Almanacken’ », p. 77 ; A. J. Schuur, « Wat moet ik voor mijn neus betalen ? Over twee achttiende-eeuwse ‘neusboekjes’ », dans : Spektator, 8, 1978-1979, p. 107. []
  6. Il est par exemple intéressant de mentionner l’Ordonnantie van de Bedelarye (Ordonnance de la mendicité). Ce texte fut publié pour la première fois à la fin du XVIe siècle, dans un roman picaresque de Mateo Alemán. Nous rencontrons exactement le même texte dans un almanach-recueil datant de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. []
  7. Ces éditions sont listées dans : A. J. Schuur, , « Wat moet ik voor mijn neus betalen ? », p. 106. []
  8. Suzan Folkerts et Garrelt Verhoeven, Deventer Boekenstad. Twaalf eeuwen boekcultuur aan de IJssel. Zutphen : Walburg Pers, 2018, p. 190. []
  9. J. P. Guépin, De beschaving. Amsterdam : Bert Bakker, 1983, pp. 129-130. []
  10. Citation empruntée de Jean Baptiste Porta, La physionomie humaine. Rouen : Jean et David Berthelin, 1665, p. 154. []
  11. Sur la pronostication joyeuse, voir : Herman Pleij et al., Het zal koud zijn in ‘t water als ’t vriest. La Haye : Martinus Nijhoff, 1980. []
  12. Maria Goverdina Antonia de Man, ‘Het Neuzengilde of dat van Nazarius of Nazareth’, in : Jaarboek van het Koninklijk Nederlandsch Genootschap voor Munt- en Penningkunde. Amsterdam, 1915, p. 109. []
  13. Ibidem []
  14. Katell Lavéant, ‘Medieval Joy’, dans : B. Papenburg (éd.), Gender: Laughter. Farmington Hills, MI : Macmillan, 2017, pp. 136-138. []

Journée sur la collection Van Buchell et ses recueils

L’Utrecht Centre for Medieval Studies (UCMS) proposait le 11 octobre 2019 une journée d’étude sur le thème ‘Premodern Reading Cultures’, qui fut consacré aux recueils factices, en collaboration avec le projet Sammelband 15-16. Cette journée, qui attira un public nombreux d’étudiants et de chercheurs, était en particulier consacrée à une collection unique conservée à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht. On y trouve en effet le fonds Van Buchell, un ensemble de plus de 500 Sammelbände recueillant plus de 2500 livres du XVIe siècle, soit l’une des plus riches collections de Sammelbände de la Renaissance conservées jusqu’à nos jours.

Les fondements d’une collection de Sammelbände et les principes pour l’étudier

Bart Jaski (conservateur à Utrecht1) inaugura la journée en présentant Huybert van Buchell (1513-1599) et la façon dont son ample bibliothèque est entrée dans les collections de la BU.

Illustration 1: Portrait d’Hubert van Buchell conservé à la BU d’Utrecht.

Ce chanoine légua en effet ses livres à l’église Saint Jacques d’Utrecht pour qu’une bibliothèque y soit créée. Cependant, après la création de la première bibliothèque municipale d’Utrecht (stadsbibliotheek), le conseil municipal décida d’intégrer ces livres à ses collections encore restreintes, qui furent ensuite utilisées pour fonder la BU d’Utrecht. Il faut en effet rappeler qu’aux Pays-Bas, c’est le plus souvent dans les bibliothèques universitaires que l’on trouve aujourd’hui les collections patrimoniales. On peut donc considérer van Buchell comme l’un des fondateurs de la BU d’Utrecht.

Malcolm Walsby (ENSSIB) présenta ensuite les principes essentiels de la constitution de Sammelbände au XVIe siècle. Il rappela un point essentiel : l’analyse des Sammelbände permet de comprendre comment différents types d’utilisateurs de livres à la Renaissance assemblaient leurs connaissances dans ces volumes – des lecteurs qui n’étaient pas nécessairement les grands intellectuels de la période, tels Érasme, dont le profil est certes intéressant à étudier, mais pas nécessairement représentatif des lecteurs de leur temps. Étudier les particularités des Sammelbände permet donc d’avoir accès à une large part du lectorat de la Renaissance. Ceci n’est pas anodin, car les Sammelbände étaient un objet omniprésent dans la première modernité. On a pu l’oublier car de nombreux recueils furent démembrés ensuite pour que les titres qu’ils contenaient puissent être achetés séparément par des collectionneurs (en particulier au XIXe siècle). Cependant, on en trouve encore en grand nombre dans les bibliothèques publiques. Comme l’indiqua Malcolm Walsby, à Rennes, 28% de la collection des quelques 2500 livres du XVIe siècle conservés à la Bibliothèque des Champs libres, soit environ 700, se trouvent dans des Sammelbände. Par comparaison, presque 90% de la collection van Buchell sont conservés dans des Sammelbände. Ils furent pour la plupart créés au moment où Van Buchell acheta ses livres, en particulier pendant la longue période qu’il passa à Cologne en tant qu’étudiant, puis dans les trente dernières années de sa vie, comme en témoignent les belles reliures allemandes dont de nombreux volumes sont pourvus.

Illustration 2: Quelques-uns des Sammelbände de van Buchell, avec sa provenance autographe

La collection restant à analyser, Malcolm Walsby proposa des pistes d’étude future. On peut notamment envisager de reconstruire la bibliothèque de Van Buchell en analysant les reliures, mais aussi les cotes inscrites sur les tranches afin de comprendre comment il organisait sa bibliothèque. On peut également analyser comment la collection a été conservée (et transformée) au fil du temps, dans les collections de la bibliothèque universitaire, ce qui offre une fenêtre sur les développements de la BU au fil du temps, et pas seulement à ses débuts. On peut encore analyser les nombreux défaits de reliure imprimés comme manuscrits, que contient la collection, et repérer des unica, préservés uniquement dans la collection Van Buchell, grâce à leur intégration dans les Sammelbände dès leur publication.

De la reliure à l’utilisateur

Bart Jaski revint ensuite dans son intervention sur les défaits de reliure offrant de très nombreux fragments de manuscrits. On a en effet retrouvé dans ces reliures environ 1000 fragments de manuscrits plus ou moins étendus. C’est l’une des plus grandes collections au monde de fragments de manuscrits retrouvés dans des livres possédés par un seul individu. Bart Jaski présenta la collection de manuscrits possédée par l’église Sainte-Marie, à laquelle appartenait Van Buchell, qui fut dispersée pour une grande part : seuls 37 manuscrits de Sainte-Marie (essentiellement des ouvrages religieux) furent transférés ou acquis plus tard par la BU. Bart Jaski analysa le cas spécifique d’un manuscrit, Ms 709, contenant un De natura rerum probablement fait à Paris vers 1300. Sur les 200 folios du manuscrit, environ 50 furent arrachés du manuscrit. Certains de ces folios furent ensuite retrouvés individuellement lors de ventes, mais une partie d’entre eux fut utilisée pour renforcer des reliures de Sammelbände de van Buchell.

Illustration 3 : des fragments du manuscrit Ms 709 de la BU d’Utrecht.

Dans ce cas précis, il semble qu’un seul relieur utilisa ces feuillets à Cologne pour relier une série de livres dans les années 1570 : il est donc probable que van Buchell donna ces feuillets au relieur pour réduire les coûts de reliure, parce qu’il avait emporté tout ou partie du manuscrit à Cologne après son départ d’Utrecht en 1569. Tracer ainsi ces feuillets dans les différentes reliures de la collection van Buchell pourrait permettre de reconstruire de manière virtuelle le manuscrit, comme le billet publié la semaine dernière sur notre blog en proposait les principes .

Katell Lavéant et Ann-Marie Hansen (Université d’Utrecht) centrèrent quant à elles leur approche sur les traces d’usages laissées par des lecteurs successifs dans une série de recueils de la collection Van Buchell. Katell Lavéant se pencha en particulier sur les provenances de plusieurs volumes2. Si l’on observe attentivement les différentes marques laissées dans les volumes, on note différentes cotes de bibliothèques qui marquent le passage d’un volume des étagères de van Buchell à celles des différentes bibliothèques qui l’ont accueilli.

Illustration 4 : différents niveaux de cotations dans un Sammelband de la collection van Buchell.

On note par ailleurs d’autres provenances indiquant que certains des volumes ont appartenu à un ou plusieurs possesseurs antérieurs avant qu’ils ne parviennent à van Buchell, ce qui dénote une circulation des livres particulièrement active dans le milieu des chanoines d’Utrecht, au milieu du XVIe siècle. Au-delà de l’individu, c’est donc tout un milieu d’érudits que l’on peut reconstituer à partir de ces marques de possession. Ann-Marie Hansen approfondit cette question en analysant comment on peut découvrir un véritable écosystème de marques de lecteurs, intentionnelles (annotations, corrections…) comme non intentionnelles (saleté et taches d’encre), qui aident à comprendre la manière dont un ou plusieurs lecteurs ont pu lire un texte, plume en main3. Ce faisceau de marques peut mener à reconstituer un profil de lecteur, qui montre à la fois comment cet utilisateur de livre s’inscrit dans son époque en reprenant des systèmes de notation courants, et comment il peut se démarquer de ses contemporains en créant son propre système d’annotations spécifiques. Les nombreuses annotations laissées par van Buchell dans ses livres ouvrent un large champ à une enquête d’ampleur dans ce domaine.

Illustration 5 : un système d’annotations dans un livre de van Buchell encore à comprendre (USTC 12632)

John Tholen (Université d’Utrecht) élargit ensuite le propos en étudiant un cas de Sammelband du XVIIe siècle, qui montrait bien comment les problématiques abordées via la collection van Buchell peuvent être appliquées à d’autres volumes contemporains ou postérieurs. Son analyse portait sur un Sammelband contenant une traduction en néerlandais par Pieter Cornelisz Hooft des Métamorphoses d’Ovide et un poème de Hooft réécrivant un épisode de la légende troyenne (Amsterdam, Jan van Hilten, 1643). Ce livre fut scindé en deux parties, et on intercala entre la traduction d’Ovide et le poème de Hooft un autre ouvrage, également publié à Amsterdam en 1643 par Jan van Hilten et Jan Barentsz Smient), contenant une réévaluation de la pratique médiévale consistant à christianiser Ovide, et de nombreux repères sur la mythologie grecque. Relativement peu de temps après ces deux publications séparées, un lecteur ou une lectrice souhaita rassembler ces livres en recueil, mais en recomposant l’ordre des différents textes, pour mettre ensemble le texte d’Ovide et ses commentaires, avant la réécriture poétique de Hooft.

Autrement dit, le processus de création d’un Sammelband permettait au lecteur ou à la lectrice de créer son propre livre de lecture et d’analyse, en ajoutant, à la suite du text d’Ovide un apparat critique, absent de la traduction en néerlandais, grâce à l’ajout d’autres titres dans le volume. Ce cas est unique, car on ne trouve pas d’autre Sammelbände qui propose d’une telle manière un texte en néerlandais d’Ovide avec des commentaires. Bien que ce volume ne contienne pas de provenance qui permette d’éclairer l’identité de la personne ayant fait faire ce Sammelband, il apparaît donc clairement que l’on a là affaire à une pratique de mise en recueil visant à faciliter la lecture et à créer un ouvrage plus complexe et permettant une lecture critique à partir d’éditions séparées.

Illustration 6 : page de titre de la traduction néerlandaise de 1643 des Métamorphoses.

Perspectives d’avenir pour la numérisation et la recherche

Arja Firet (chargée de collections à la BU d’Utrecht) présenta enfin le travail de l’équipe de numérisation de la bibliothèque, notamment à partir des premiers essais à partir d’un volume de la collection van Buchell, pour réfléchir au potentiel des nouvelles techniques de numérisation mais aussi des défis posés par les objets de cette collection. Pour la bibliothèque, il s’agit de pouvoir donner un large accès aux collections tout en protégeant les matériaux fragiles qui ne peuvent pas toujours être communiqués au public, et de faciliter la recherche dans le domaine des humanités numériques, notamment grâce à de nouvelles fonctions de ‘text mining’ (en permettant la recherche de mots et phrases spécifiques dans les images numériques du texte). Pour le projet Sammelband 15-16, il s’agit, grâce à cette collaboration avec la BU d’Utrecht, de trouver les meilleurs moyens de montrer l’état physique complet du volume. Il faut pouvoir rendre compte de l’état et de l’aspect de la reliure, des annotations et autres traces d’utilisation, ce qui ne va pas sans poser des problèmes techniques spécifiques : comment par exemple scanner les fragments médiévaux dans les reliures ? Faut-il les détacher pour les scanner, puis les recoller ensuite, ou respecter l’intégrité du volume, au risque de perdre la lisibilité de ces fragments ? Autant de défis qui occuperont les deux équipes dans les mois et années à venir, dans le cadre d’un projet ambitieux de numérisation du plus grand nombre possible de Sammelbände de la collection van Buchell.

Illustration 7 : un premier essai de numérisation d’un Sammelband de van Buchell par la BU d’Utrecht.

La journée comprenait également une présentation d’une sélection de livres présentant les caractéristiques des Sammelbände de la collection van Buchell discutées pendant les présentations : décors et caractéristiques de reliures allemandes, défaits de reliure manuscrits et imprimés, annotations et provenances firent l’objet d’une analyse livre en main, qui permit également aux participants de mieux se rendre compte des détails matériels de ces ouvrages.

Illustrations 8 et 9 : la présentation de volumes de la collection aux participants.

Toutes ces interventions ont souligné l’importance, tant quantitative que qualitative, des Sammelbände conservés à la Bibliothèque Universitaire d’Utrecht et l’ampleur du travail de recherche qui s’ouvre sur la collection van Buchell, ainsi que la nécessité d’une entreprise d’analyse globale et innovante des Sammelbände de la première modernité.

Katell Lavéant
Université d’Utrecht

  1. Le blog de la SBF a publié un entretien avec Bart Jaski sur les collections spéciales de la Bibliothèque universitaire d’Utrecht en octobre 2018. []
  2. Elle avait analysé sur ce blog le cas d’un Sammelband spécifique. []
  3. Voir également le billet qu’elle a consacré à ce sujet sur notre blog . []

La reconstruction numérique de manuscrits démembrés : le missel de Beauvais

Les collections européennes de fragments de manuscrits médiévaux, pour la plupart constituées aux XVIIIe et XIXe siècles, sont principalement formées de collections de défaits de reliure ex situ ou d’albums de fragments enluminés découpés. En Amérique du Nord, il était plus courant, à partir du début du XXe siècle, que les bouquinistes démembrent les livres et les vendent page par page, sachant que leurs profits seraient beaucoup plus élevés s’ils vendaient 250 feuilles à 250 acheteurs plutôt que de proposer les pages sous la forme d’un codex entier à un seul acheteur. Les feuilles des livres d’heures gothiques, des bibles de poche du XIIIe siècle et des livres de chorales italiens étaient particulièrement prisées, et il existe aujourd’hui des dizaines de milliers de feuilles uniques éparpillées dans plusieurs centaines de collections nord-américaines. Un grand nombre de ces feuilles proviennent de manuscrits démembrés par une seule personne : Otto F. Ege, un enseignant, collectionneur et vendeur de livres de Cleveland.

Illustration 1: Otto F. Ege (Photo : Denison Library)

Otto Ege a passé la majeure partie de sa carrière en tant que professeur de ce que l’on qualifiait d’ « Arts industriels », et en particulier, de l’histoire et la pratique du graphisme et de l’art d’imprimer, au Cleveland Institute of Art. Il était certes collectionneur de manuscrits, mais il était surtout un libraire de livres anciens, connu pour avoir démantelé de nombreux manuscrits ainsi que des livres imprimés dans les années 1930 et 1940. Une fois démembrés, il vendait les feuilles une par une, ce qui lui permettait, vraisemblablement, de réaliser des profits considérables. Ege a défendu ce que pourrait appeler ce « biblioclasme » dans un article paru en 1938 dans une revue spécialisée intitulée Avocations :

« Les déchireurs de livres ont été maudits et condamnés, mais ont-ils déjà été loués ou justifiés ? Permettre à un millier de personnes « d’avoir et de tenir » une feuille manuscrite originale, et d’obtenir le frisson et la compréhension qui ne viennent que d’un contact réel et fréquent avec ces héritages artistiques, est certainement une justification suffisante pour la dispersion des fragments. Peu de gens peuvent espérer posséder un livre manuscrit complet, mais des centaines d’entre eux possèdent peut-être une feuille1. »

Ses actions destructrices et irréparables ont peut-être été malavisées, quoique conformes aux pratiques de l’époque, mais il avait raison sur un point important : de petites collections partout en Amérique du Nord qui n’auraient jamais pu se permettre d’acheter des codex entiers sont aujourd’hui les propriétaires d’importantes collections pédagogiques de feuilles manuscrites médiévales.

À la fin des années 1940, Ege a commencé à planifier et à mettre en œuvre un projet ambitieux, qui a atteint son apogée sous la direction de son épouse, Louise, après la mort d’Otto en 1951. Ils ont utilisé les feuilles de douzaines de manuscrits différents et d’anciens livres imprimés pour créer des « portfolios » thématiques, dont beaucoup sont encore conservés dans diverses collections. Les Ege ont pris une feuille dans un volume, puis une feuille d’un autre volume, puis encore une feuille d’un troisième volume, et ainsi de suite, et les ont rassemblés dans un jeu de feuilles dont chacune provenait à l’origine d’un codex différent.

Les trois portfolios de ce type les plus courants s’intitulent Fifty Original Leaves from Medieval Manuscripts, Original Leaves from Famous Bibles, et Original Leaves from Famous Books ((Aucun exemplaire de ces livres ne semble aujourd’hui être conservé dans une bibliothèque publique française.)). Les feuilles étaient articulées dans des cartons mats personnalisés avec une bordure de filet rouge distinctive (« vermillon » dans le jargon employé par Ege) et des notes manuscrites d’Otto (ou de Louise) en dessous, identifiées par l’étiquette typographique d’Ege, et logées dans des boîtes personnalisées doublées de bougran. À de très rares exceptions près, les feuilles de ces portefeuilles sont toujours ordonnées dans le même ordre, de sorte que, par exemple, le numéro 15 d’un portefeuille provient du même manuscrit que le numéro 15 de tous les autres portefeuilles de la même série.

Illustration 2 : Feuille issue d’un des « portfolios » d’Ege (collection de l’autrice).

L’une des victimes les plus connues du biblioclasme d’Ege est un manuscrit de la fin du XIIIe siècle connu sous le nom de « Missel de Beauvais ». Dans sa forme originelle, le manuscrit fut vendu par Sotheby’s à Londres le 4 mai 1926 (lot n° 161) dans la vente de la collection d’Henri Auguste Brölemann. Selon le catalogue, le manuscrit était le troisième volume d’un missel à l’usage de Beauvais, avec 309 feuilles et quatre initiales historiques habilement peintes, dont deux sur la feuille reproduite dans le catalogue. Le manuscrit comportait trente-cinq grandes initiales en « or et couleurs », dotées d’extensions marginales en forme de barre sur toute la longueur de la page. Il était relié en cuir de Russie avec des fermoirs en laiton et des boulons métalliques le long des bords de la planche. Les tranches des feuilles étaient dorées à l’or fin, avec « Missel de Bauvais » au pointillé sur le bord inférieur du corps d’ouvrage. L’entrée dans le catalogue de Sotheby’s retranscrit également une inscription ancienne écrite sur le premier recto originellement vierge, attestant que le manuscrit avait été donné à la cathédrale de Beauvais par un chanoine. En raison de l’association avec la cathédrale, le manuscrit est communément connu sous le nom de Missel de Beauvais.

Illustration 3 : Feuille du missel de Beauvais (collection du Cleveland Museum of Art, Ohio, 1982.141).

L’inscription n’est connue que parce qu’elle a été enregistrée par Sotheby’s en 1926. Le Missel de Beauvais a été victime du biblioclasme du milieu du XXe siècle et, dans les années 1940, des feuilles uniques ont commencé à apparaître sur le marché2. Beaucoup de feuilles du Missel de Beauvais ont été intégrées à un des portfolios d’Ege et portent le n° 15 dans la série des Fifty Leaves of Medieval Manuscripts. Sur les 309 feuilles originales du manuscrit, 107 ont désormais été identifiées ; elles sont largement dispersées dans vingt-cinq états américains, dans le district de Columbia et dans deux provinces canadiennes, et d’autres se trouve en Angleterre, en France, en Norvège, en Australie et même au Japon. Soixante-neuf d’entre elles se trouvent dans des collections publiques, et vingt et une dans des collections privées. Le décompte comprend également quinze feuilles connues aujourd’hui intraçables et qui sont identifiables uniquement sur la base de catalogues de libraires. Avec l’aide de l’internet et d’une interface récemment développée, le Missel de Beauvais peut être, et a été, en partie reconstruit numériquement3.

Au fil des années, plusieurs chercheurs ont publié des listes qui énumèrent brièvement les feuilles connues tout en déplorant la perte de ce beau monument à la production de livres gothiques et à l’enluminure dans le nord de la France. Ces feuilles sont trop dispersées pour être réunies physiquement, mais d’autres possibilités commencent à émerger. Dans une étude de 2003 sur le biblioclasme d’Ege, Barbara Shailor a écrit :

« Bien qu’il soit impossible à jamais de recréer un volume d’Otto Ege dans son intégralité – avec le poids du volume (…), l’impression veloutée d’un parchemin bien préparé, ou les impressions sur une reliure estampée – l’arrivée de la technologie électronique semble remarquablement prometteuse dans l’optique de réassembler les fragments4 ».

Quinze ans se sont écoulés depuis que Shailor a publié cet appel aux armes, et plusieurs projets numériques naissants se sont succédés, succombant aux limites de la technologie, à la perte d’élan ou au manque de durabilité qui affectent souvent les initiatives numériques en sciences humaines. Les développements récents de l’imagerie numérique et l’adoption croissante de modèles interopérables en libre accès ont cependant permis, plus de soixante-quinze ans après son démembrement, non seulement de reconstruire numériquement le Missel de Beauvais, mais de le faire dans un format durable qui respecte les meilleures pratiques numériques.

Illustration 4 : Collage de feuilles du Missel de Beauvais.

Le projet Broken Books, entrepris à Saint Louis University, a permis une reconstruction numérique de ce magnifique et important manuscrit. Le modèle Broken Books combine l’interopérabilité et la durabilité d’un environnement open-source du type canevas partagé ou « shared canvas5 » (dans ce cas, Mirador) avec un modèle de données soigneusement conçu qui facilite le catalogage détaillé de chaque feuille tout en permettant une repérabilité sophistiquée. Les images conformes à la norme IIIF (International Image Interoperability Framework) restent stockées sur le serveur de l’institution détentrice (sinon, les images sont conservées sur un serveur IIIF privé) pour être dupliquées dans le canevas partagé dans l’ordre lorsque cela est nécessaire. Simultanément, le modèle de données d’arrière-plan a été conçu en tenant compte des feuilles individuelles : certains champs s’appliquant au manuscrit reconstruit et d’autres à la feuille individuelle ou même aux côtés individuels de chaque feuille. La reconstruction, les métadonnées et une liste complète des feuilles est continuellement mise à jour sur le site de l’auteur, « Reconstructing the Beauvais Missal ».

Illustration 5 : Page d’accueil du site « Reconstructing the Beauvais Missal »

Le site du Missel de Beauvais permet aux lecteurs d’étudier chaque feuille identifiée et d’explorer les découvertes initiales et les reconstructions de chaque cahier. Il invite également les utilisateurs à créer un lien vers la visionneuse Mirador des livres démembrés, où ils peuvent « feuilleter », rechercher et parcourir la reconstruction. Ainsi, en mode « Défiler », les utilisateurs peuvent voir un véritable substitut numérique du manuscrit : on peut le lire tel qu’il devait être lu, avec les versos face aux rectos comme dans l’original, plutôt que de dérouler simplement les images les unes à la suite des autres. Le lecteur peut de cette manière se rapprocher un peu plus de l’objet en trois dimensions. En regardant les feuilles dans leur contexte, le lecteur peut apprécier l’impact visuel de chaque ouverture. Au fur et à mesure que des images de meilleure qualité deviennent disponibles, elles peuvent facilement être insérées pour remplacer celles de moindre qualité, et le modèle en ligne garantit que les données peuvent être continuellement mises à jour et développées.

Il reste beaucoup à apprendre sur le Missel de Beauvais, et de nombreuses feuilles doivent encore être intégrées. Plus de deux cents feuilles ne sont toujours pas identifiées. Cependant, le modèle en ligne permet de faire facilement des ajouts et Mirador permet de réorganiser les feuilles si nécessaire. Le Missel de Beauvais est un témoignage de ce qui fut perdu lorsqu’un manuscrit est démembré et que ses feuilles sont dispersées, mais il fournit aussi une étude de cas prometteuse de ce que peut apporter la « fragmentologie numérique ».

Lisa Fagin Davis
Medieval Academy of America

  1. Otto F. Ege, « I am a Biblioclast », Avocations: A Magazine of Hobbies and Leisure, I (1938), p. 516–20. []
  2. Pour plus d’informations sur ce manuscrit et son histoire, voir Lisa Fagin Davis, « The Beauvais Missal: Otto Ege’s Scattered Leaves and Digital Surrogacy », Florilegium, XXXIII (2016), p. 143-166. []
  3. Voir le site que j’ai développé : « Reconstructing the Beauvais Missal » []
  4. Barbara Shailor, « Otto Ege: His Manuscript Fragment Collection and the Opportunities Presented by Electronic Technology », The Journal of the Rutgers University Library, LX (2003). []
  5. Pour mieux comprendre ce concept, voir l’article de Régis Robineau, « Comprendre IIIF et l’interopérabilité des bibliothèques numériques », billet publié dans Insula, 8 novembre 2016, NDT. []