Exposition « Incu…quoi !? » : les incunables à Saint-Omer

La bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer conserve plus de 200 éditions d’incunables, imprimées par près d’une centaine d’ateliers des Pays-Bas, de la vallée du Rhin, de l’Italie du Nord et de France. Récemment, ces livres ont fait l’objet d’un récolement par l’équipe patrimoniale à partir des notices préliminaires du Catalogue régional des incunables conservés en France, en vue de la finalisation du volume de cette collection, consacré à la région Nord-Pas-de-Calais.

Ce vaste projet catalographique est initié dans la seconde moitié du XIXe siècle, par Marie Pellechet, qui s’attèle au Catalogue général des incunables des bibliothèques de France. Elle commence à en publier des volumes dès les années 1870, mais elle ne peut achever son répertoire. C’est à partir de ce travail que l’on reprend le catalogage des incunables conservés en France, sous la forme des catalogues régionaux (CRI).

La campagne de rédaction de ces catalogues est lancée en 1979 par la Direction du Livre et de la Lecture : le premier CRI réalisé est celui de Champagne-Ardenne, par Jean-Marie Arnoult. Tous les incunables conservés dans des collections publiques ou privées sont concernés, quel que soit le statut de l’établissement, à condition que l’accès aux collections soit possible. En 2012, près de la moitié des CRI est réalisée. Leur conversion rétrospective est en cours d’étude par le Service du Livre et de la Lecture (SLL) et le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance de Tours.

L’ancienne région Nord-Pas-de-Calais est une très riche en incunables (env. 1500 exemplaires), dont la plupart sont restés dans leurs lieux d’origine. C’est dans ce cadre que le CRI IX a été entamé et bien avancé dans les années 1980, par Frédéric Barbier alors conservateur à la bibliothèque municipale de Valenciennes. Le travail a été commencé à une époque où les standards de description étaient moins détaillés qu’aujourd’hui, notamment en ce qui concerne les données d’exemplaires. Un fascicule préliminaire, décrivant les collections d’Arras, de Bergues, de Lille et de Valenciennes, est publié par l’Association des Bibliothécaires de France en 1982.

A la fin des années 1990, Pierre Aquilon, du Centre d’Etudes Supérieur de la Renaissance de Tours, reprend le travail de F. Barbier et complète les notices selon les nouveaux standards de description. En janvier 2012, le SLL, en accord avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles pour le Nord-Pas-de-Calais, a décidé de relancer un chantier, en y associant les responsables des fonds anciens des bibliothèques concernées en région, avec la collaboration de P. Aquilon. Ils en confient la coordination au Centre Régional du Livre, qui la délègue à son tour à Marie-Claude Pasquet (bibliothécaire indépendante), afin de procéder à la remise à niveau des notices du CRI IX et de publier le volume.

Celui-ci est désormais sous presse, c’est l’occasion pour la BAPSO de contribuer à la valorisation de cette collection à travers une nouvelle exposition patrimoniale, qui vous permettra de découvrir quelques-uns de ses fameux incunables.

Illustration 1: affiche de l’exposition

Constitution de la collection d’incunables de Saint-Omer

La bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer est dépositaire d’une collection de livres et de documents anciens qui témoigne par son contenu de la richesse culturelle de l’Audomarois depuis le Haut Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine. La majorité des livres anciens proviennent des bibliothèques des grandes maisons religieuses de la région rassemblées dans le dépôt littéraire de Saint-Omer constitué en Ventôse de l’an II de la République. On y conserve actuellement 211 éditions incunables réparties en 133 volumes dont 39 recueils. Les provenances institutionnelles nous sont connues pour 131 volumes.

La collection d’incunables la plus importante est celle de la Chartreuse du Val de Sainte-Aldegonde à Longuenesse, dont la fondation remonte à 1298. Cet ensemble comprend 18 volumes avec des ex-libris presque tous du XVe siècle. Le contenu de la bibliothèque des Chartreux de Longuenesse attend encore d’être étudié. Il est intéressant de constater qu’il ne nous reste qu’une vingtaine de manuscrits dont la provenance est attestée, soit à peine plus que d’incunables. Par ailleurs, la plupart des manuscrits des Chartreux sont des livres de dévotions, tandis que leurs incunables présentent une plus grande diversité de contenu. Le mode de fonctionnement des couvents de Chartreux, où les religieux vivent isolés dans leurs cellules, n’a probablement pas facilité la constitution d’une vaste bibliothèque commune dès les premières années de l’existence de cette maison. Il semble néanmoins que le développement de l’imprimerie a facilité l’achat de livres pour la communauté qui a pu ainsi enrichir sa bibliothèque à l’époque moderne.

Puis vient l’abbaye de Saint-Bertin, fondée au milieu du VIIe siècle, dont le scriptorium fut l’un des plus importants et des plus actifs de la région. Il ne faut donc pas s’étonner que, parmi les provenances connues des incunables audomarois, Saint-Bertin n’arrive qu’en seconde position avec 13 volumes – sous réserve d’identifier la provenance des autres volumes. La richesse en manuscrits de sa bibliothèque a probablement rendu inutile l’acquisition de versions imprimées à la fin du Moyen Âge. D’ailleurs, la plupart des ouvrages du XVe siècle semblent n’avoir rejoint la bibliothèque de l’abbaye que bien plus tard, peut-être au titre d’objets de collection plus que pour leur utilité réelle. La plupart des autres incunables de Saint-Bertin portent des mentions datées du XVIIe siècle.

Ainsi le fameux exemplaire de la Bible à 42 lignes porte l’ex-libris de Mommelin le Riche, abbé entre 1706 et 1723, alors que Saint-Bertin possédait déjà un grand nombre d’éditions bibliques à cette époque.

Illustration 2 : ex-libris de Mommelin le Riche

L’ex-libris de Mommelin se trouve également dans le volume des épitres de Jérôme, imprimé à Strasbourg par Johann Mentelin après 1469, où l’on retrouve également les mêmes signes paratextuels de lecture. La description du contenu du volume des épîtres hiéronimiennes est de la même main que la liste des livres vétérotestamentaires portée au premier feuillet de la B42 audoamroise. Il nous faut cependant relativiser l’hypothèse de l’acquisition par Mommelin le Riche des incunables portant son ex-libris car il peut s’agir aussi d’un simple témoignage du financement d’un train de reliure sur les fonds propres de l’abbé ou encore d’une sélection parmi les livres de l’abbaye faite par ce dernier pour se constituer une bibliothèque personnelle. La troisième provenance la plus importante est celle du séminaire épiscopal, créé en 1604 par l’évêque Jacques Blase. Cet ensemble compte 12 incunables, donc 5 ont été offerts par François-Joseph De Lannoÿ, chanoine de Notre-Dame de Saint-Omer. Le patronyme de Lannoy étant assez répandu dans la région, on ne peut affirmer que ce chanoine appartienne à l’illustre famille des comtes de Lannoy.

De la bibliothèque de l’abbaye Notre-Dame de Clairmarais, fondée à la fin du XIIe siècle, proviennent 10 incunables. 7 autres incunables appartenaient aux Jésuites anglais, 5 aux Capucins de Saint-Omer, 4 à l’évêque Jacques Blase, 4 aux Dominicains, 3 aux Franciscains, 3 au chapitre, 1aux Jésuites français et 1 aux Carmélites.

La Bible de Gutenberg de Saint-Omer

Le plus célèbre de nos incunables, et probablement aussi de tous nos livres anciens, est sans conteste la Bible, imprimée sur papier, avant août 1456, par Johannes Gutenberg à Mayence. La bibliothèque possède en effet le seul exemplaire conservé en province des cinq possédés par la France (les quatre autres sont à la Bibliothèque Nationale et à la Mazarine), sur les 49 repérés à ce jour dans le monde. C’est à Marie Pellechet que l’on doit la « redécouverte » de cette Bible en 1892, dont l’annonce fut publiée l’année suivante dans le Journal des Savants. Mais, en réalité, le volume avait déjà été identifié vers 1807 par J.-C.-J. Aubin, premier bibliothécaire de Saint-Omer, dans son catalogue, repris par Hector Piers dans ses Variétés historiques sur la ville de Saint-Omer (1832, p. 199-201).

Illustration 3 : extrait du catalogue manuscrit d’Aubin signalant la présence de la Bible de Gutenberg 

 L’exemplaire audomarois est toutefois incomplet puisqu’il ne comprend que le premier tome, contenant l’Ancien Testament, dont le détail des livres est inscrit à la main dans la marge supérieure du premier feuillet.

Illustration 4 : le premier feuillet de la Bible

C’est une impression très sobre, qui ne comprend qu’une seule initiale filigranée au début des Psaumes. Elle est imprimée sur papier et en excellent état.

Illustration 5 : feuillet avec initiale filigranée

Elle a fait l’objet d’une première restauration au XVIIe siècle. On lui a remplacé le feuillet 241 par une page de parchemin, dont l’écriture semble chercher à imiter la typographie du volume. Et une seconde restauration, « drastique » est réalisée par les ateliers de la BnF en 1953, qui n’a malheureusement pas conservé les défaits de la reliure moderne, mais a quand même pris soin de conserver l’ex-libris armorié de l’abbé Mommelin le Riche qui se trouvait sur le contreplat supérieur.

Illustration 6 : la première restauration du XVIIe siècle, avec feuillet manuscrit imitant l’imprimé (g.) en regard du feuillet imprimé suivant (d.)

Les « rarissimes » de Saint-Omer

Outre la bible de Gutenberg, la collection audomaroise compte quelques éditions rares ou célèbres dans le monde des bibliophiles. La BASPO conserve ainsi l’un des 11 exemplaires actuellement recensés dans le monde, du Sermo super psalmum L : Miserere mei Deus de Jean Chrysostome, imprimé par Ulrich Zell à Cologne en 1466.

Elle a aussi un unicum: la confirmation de la nomination de Jean le Vasseur, prieur des Dominicains de Saint-Omer, comme inquisiteur dans les diocèses de Thérouanne, Cambrai, Arras et Tournai, imprimée à Audenarde chez Arend de Keysere, ou à Louvain, chez Herman van Nassau et R. Loeff, le 15 juin 1480.

Plus récemment encore, nous avons trouvé, dans l’une de nos reliures du XVIe siècle, deux rares placards anopisthographes (qui ne sont pas imprimés au verso) sur parchemin imprimés à Lübeck par Steffen Arndes, vers 1490. Il s’agit d’indulgences, promulguées au nom de Raymond Perraud, commissaire pontifical, pour inciter les Chrétiens à prendre part à l’expédition contre les Turcs.

Illustration 7 : indulgence imprimée par Steffen Arndes (Lübeck, vers 1490)

En 2013, un nouvel incunable a été identifié. Il s’agit du Circa materiam statutorum de Baldus de Ubladis, imprimé à Milan, par Uldericus Scinzenzeler en juillet 1497. Et, en 2015, c’est un fragment du feuillet signé s2 de l’édition vénitienne de la Somme Théologique de Thomas d’Aquin (Part 2, qu. 90, art. 1), imprimée par Johannes de Colonia et Johann Manthen le 20 juin 1480, qui est découvert parmi les gardes d’un petit Psautier hébreu, du XVIe siècle, imprimé par Froben en 1563 et provenant du collège des Jésuites anglais de Saint-Omer (inv. 4703 bis).

Illustration 8 : fragment de la Somme théologique imprimée en 1480 retrouvé dans les gardes du Psautier de Froben

Enfin, durant l’été 2018, un autre incunable est retrouvé dans un de nos recueil. Il s’agit du Fasciculum temporum de Werner Rolevinck, imprimé à Venise par Erhard Ratold le 8 septembre 1485.

Une découverte de dernière minute

Le mardi 17 septembre 2019, en rédigeant la notice du manuscrit 510, pour l’intégrer à la Bibliothèque Numérique de la BAPSO, nous avons « re »-découvert le 211e incunable de notre catalogue. Ce volume est un recueil factice qui a été composé au XVIIe siècle à partir de deux documents. Au début du volume, feuillets 1 à 158v., on trouve une copie manuscrite des Perles du Décret et des Décrétales, une sorte d’index composé par le juriste et dominicain, et archevêque de Gnesen Martin de Troppau, réalisée probablement au début du XVe siècle. Ce volume a donc été rangé parmi le fonds manuscrit dont c’est le n° 510. Mais la seconde partie de ce recueil (f. 160-217) est constitué par un exemplaire du traité de procédures judiciaires de Johannes Auerbach, imprimé à Louvain par Johann von Paderborn, le 28 mai 1475. C’est donc bien un incunable, mais il n’avait jamais été signalé comme tel dans nos inventaires.

Illustration 9 : dernières pages de l’imprimé de Louvain, 1475

Il existait pourtant un signalement de cet incunable, fait par Micheland dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements. Publié sous les auspices du Ministre d’État — Tome III. (Paris, Imprimerie impériale, 1861), p. 229 : « A la suite on a relié le Judiciarius ordo, sive processus, de Nicolas de Tudesco, connu sous le nom de Panormitanus, exemplaire imprimé à Paderborn, en 1475 ». Mais l’absence du terme « incunable », et surtout l’inversion qui est faite entre le nom de l’imprimeur et la ville d’impression, ont certainement contribué à l’anonymat de cette mention. En effet, Jean de Paderborn (ou Jean de Westphalie) est le nom du premier imprimeur de Louvain, mais il n’y a jamais eu de presses à Paderborn – en tout cas pas au XVe siècle…

Rémy Cordonnier
Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer

L’exposition “Incu…quoi!? Les Incunables audomarois, au berceau de l’imprimerie” est ouverte aux visiteurs jusqu’au 18 décembre 2019.

Un trésor caché à Toul: deux volumes des œuvres de Jean Raulin

Cette semaine nous inaugurons une nouveau type de billet qui se propose de présenter et d’analyser un cas particulier en utilisant les divers apports de l’archéologie du livre et de la bibliographie matérielle.

La bibliothèque municipale de Toul conserve une modeste collection d’un peu plus de cent livres des XVe et XVIe siècles. Mais une des leçons les plus importantes que je tire des nombreuses prospections effectuées dans des fonds patrimoniaux européens, est qu’il n’est pas nécessaire de détenir une grande collection pour avoir des livres remarquables. Les deux volumes des œuvres de Jean Raulin de cette bibliothèque, imprimés au début du XVIe siècle, illustrent parfaitement cette constatation.

Illustration 1 : La première page de titre des volumes de la BM de Toul.

Jean Raulin était un des grands prédicateurs français de la seconde moitié du XVe et du début du XVIe siècle. Né vers 1443, sa vie fut marquée par l’apparition et le développement de l’imprimerie qui diffusa son œuvre latine à travers l’Europe. Théologien de l’université de Paris, il avait intégré le Collège de Navarre, un des fleurons de l’enseignement religieux où s’étaient d’abord propagées les idées de l’humanisme en France1. Le collège était un centre intellectuel important avec des auteurs très actifs dont la production occupa les presses parisiennes et notamment, au XVIe siècle, celles de l’atelier du Soleil d’Or de Claude Chevallon et de Charlotte Guillard2. Dans ce cadre foisonnant, Raulin fut un personnage de premier plan des réformes des institutions ecclésiastiques s’impliquant tant à Cluny, où il se « retira » en 1497, qu’à Paris où il continua à agir en fervent défenseur de la méritocratie3.

Illustration 2 : Jean Raulin, Collatio de perfecta religionis plantatione, Paris : Guy Marchant pour les frères Marnef, 1499, a1v-a2r.

Malgré cette forte implication et des prêches réformistes confirmant son action, il ne commença à publier que relativement tard. Son premier livre imprimé fut publié en 1498 à Bâle, puis l’année suivante à Paris4. Mais le succès fut alors au rendez-vous et ses écrits connurent une belle diffusion avec une vingtaine d’éditions rien qu’à Paris dans le premier quart du XVIe siècle. Cette réussite est le cadre dans lequel deux volumes aujourd’hui conservés à la bibliothèque municipale de Toul furent formés.

Comme Jean Raulin était natif de Toul, il n’est peut-être pas surprenant de trouver des œuvres d’un enfant du pays dans la bibliothèque locale. Pourtant leur présence n’était pas une évidence : la collection de la bibliothèque de la ville qui fut créée en 1832 provenait, surtout, des quelques 12 000 volumes confisqués à la Révolution à quatorze établissements religieux locaux. Ce fonds aurait donc dû être richement pourvu de livres patrimoniaux. Or il n’en est rien : à cette date il ne restait plus que 1500 volumes5. C’est-à-dire qu’entre la période des confiscations et la mise en place de la bibliothèque près de quarante ans plus tard, le fonds avait été réduit à bien peu de choses, sans doute le résultat de ventes, mais également d’avoir été copieusement dépouillé par des bibliophiles et des opportunistes. L’envergure des pertes est telle que la bibliothèque de Toul n’a pas attiré les chercheurs, et ses volumes ont été omis de la plupart des ouvrages célébrant le patrimoine écrit lorrain.

Pourtant, dans le cas qui nous intéresse, les exemplaires semblent être arrivés dans la région relativement tôt. Sur une page de garde de fin du premier volume se trouve une mention manuscrite du seizième siècle indiquant que le livre devait servir au couvent de Nancy (« Pro convētu Nanceyano »). De là les volumes passèrent dans des mains privées : les deux possèdent des ex-libris imprimés sur lesquels figurent le blason de la famille de Rarécourt de la Vallée, dont les membres furent également marquis de Pimodan6.

Illustration 3 : Page de garde du second volume avec l’ex-libris héraldique, BM Toul.

Cette possession privée renvoie indubitablement à une période postérieure aux saisies révolutionnaires : sur une des pages de garde du second volume, une main du XIXe siècle a ajouté la mention « Second volume des Sermons de // Jean Raulin. // [filet] » pour palier à l’absence d’une page de titre. Cette indication est amputée de la fin de la première ligne qui se trouve sous l’ex-libris apposé donc plus tardivement. Les volumes ont ainsi intégré la collection bien après la période la plus trouble de la bibliothèque et évité ainsi le triste sort réservé aux autres ouvrages.

Cette longue vie hors des collections patrimoniales ne semble pas avoir résulté dans des altérations profondes des deux volumes qui ont gardé à bien des égards l’apparence qu’ils devaient avoir dès leur reliure première au début du XVIe siècle. Cette dernière semble de prime abord relativement simple : la peau de la couvrure a été travaillée à froid sur les deux volumes avec des motifs modestes. Cependant un examen plus approfondi révèle des caractéristiques plus singulières. Les plats du premier volume ont chacun leur propre motif, l’un dominé par une série de ligne verticale, l’autre par des losanges. Le second volume offre une cohérence visuelle entre les deux plats, mais selon un autre type avec huit médaillons. Ces motifs sont schématisés ci-dessous – avec l’ajout de numéros de référence supplémentaires pour compléter la liste des décors identifiés et dessinés par Denise Gid7.

Illustration 4 : Motifs des plats de reliure estampés à froid.

Cette variété pourrait faire penser à des réemplois de plats, surtout dans la mesure où les dos des reliures ont souffert de restaurations relativement brutales. Cependant, au-delà d’une certaine harmonie dans le décor, certains détails laissent penser qu’il s’agit bien de reliures d’origine qui furent confectionnés ensemble. Le premier élément est l’utilisation du même fragment de manuscrit collé sur l’intérieur des ais en bois. Ces feuillets proviennent d’un exemplaire du Speculum doctrinale de saint Vincent de Beauvais (du chapitre 86 « De casibus in quibus appellare prohibetur » du livre huit « De actionibus, sive de illa parte juris, quae pertinet ad actiones »). Ce texte ayant rapidement été imprimé, nous connaissons quatre éditions incunables8. Avec deux imprimés produits non loin à Strasbourg, le manuscrit devait sembler superflu. Il provenait par ailleurs peut-être d’une bibliothèque locale, voire de la bibliothèque dans laquelle l’imprimé fut intégré9.

Illustration 5 : Intérieur du plat du premier volume.

Notons, également un autre détail : sur cette photo (et encore mieux ci-dessous) on remarque les restes d’attaches servant à accueillir une chaîne sur le second volume. Il en découle que le livre était alors dans une bibliothèque publique, ce qui renforce l’idée que le couvent de Nancy était peut-être le possesseur pour qui la reliure avait été initialement faite. En enchaînant le livre on permettait sa consultation sans avoir à s’inquiéter des possibilités de vol ou d’un « emprunt » d’un des membres de la congrégation.

Illustration 6 : Les restes de la structure métallique attachant la chaîne au ais en bois.

Pour être cohérent, le premier volume devrait également avoir ces restes, ce qui n’est pas le cas. Cependant, on remarque que, sur cette première partie, la restauration de la reliure a été encore plus lourde. Si l’on regarde le plat, on différencie aisément entre la peau qui a servi à confectionner la couvrure d’origine et celle employée lors de la restauration (illustration 7). Or, on note que cette seconde peau fait une entaille pour couvrir précisément la zone où se seraient trouvées les attaches pour la chaîne. Si on compare avec l’extérieur du plat du second tome, on voit clairement comment ces attaches pouvaient abîmer la peau et la pression exercée par la chaîne nécessiter une restauration (illustration 8).

Illustration 7 : Plat du premier volume avec une restauration (à droite).

Notons également une autre ressemblance importante entre les deux volumes : la forme des fermoirs. Denise Gid dans son étude des reliures françaises estampées à froid de cette période aujourd’hui conservées à la Bibliothèque Mazarine identifie et schématise 17 types différents de fermoirs, montrant la variété possible10. La présence des mêmes fermoirs (le modèle numéro 6) représente un argument supplémentaire pour considérer que les deux reliures furent confectionnées au même moment et dans le même atelier et ce malgré leur apparence différente.  

Illustration 8 : Plat du second volume avec le fermoir et le cuir endommagé.

Enfin, sur cette question, notons la marque dans le cuir des deux reliures de deux éléments désormais absents. L’illustration 8 laisse voir que dans les deux cas il y avait eu à l’origine deux bouillons en forme de losange qui protégeaient les plats des livres qui ne possédaient pas les attaches et la chaîne. Ces quatre bouillons ont logiquement été enlevés des reliures lorsque les livres ont cessé d’être attachés de cette manière et ont intégré des étagères normales, où leur rangement aux côtés d’autres volumes nécessitait des surfaces lisses pour ne pas abîmer les plats des livres voisins.

Illustration 9 : les marques de bouillons aujourd’hui disparus (volume 1 et 2).

Ces changements dans le rangement des volumes sont également confirmés par la présence sur le second volume d’une étiquette apposée sur le plat juste au-dessus du bouillon supérieur. Cela suggère que le livre était posé avec le plat visible pour permettre au lecteur potentiel d’en identifier le contenu sans ouvrir le volume. Elle est malheureusement désormais trop usée pour être aisément déchiffrée. Tous ces traits sont caractéristiques des reliures des premières décennies de l’arrivée du livre imprimé en France et suggèrent qu’elles furent façonnées presque immédiatement après la fabrication et l’achat des livres. Pour la datation des reliures, les détails des éditions qui constituent le contenu des volumes fournissent, bien évidemment, un terminus post quem utile.

Illustration 10 : L’étiquette du plat du second volume.

Les volumes de Toul sont des recueils qui contiennent des exemplaires de trois éditions d’œuvres de Raulin du début du XVIe siècle. La partie principale est formée des sermons du prédicateur et intitulée Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia. L’édition fut imprimée en 1512 pour le puissant libraire parisien Jean Petit avec le matériel des ateliers des imprimeurs André Bocard et Berthold Rembolt qui semblent s’être partagé la tâche11 . C’était une stratégie  courante à Paris qui permettait d’imprimer un livre plus rapidement en divisant le texte entre deux ateliers qui utilisaient un matériel typographique similaire12 .

Le deuxième ouvrage inclus dans ces volumes est une autre série de sermons, Itinerarium paradisi, complectens sermones de penitentia, également publiée par Jean Petit, mais cette fois en 151413 . Le dernier texte est son Opus sermonum de Adventu issu de le même presse et pour le même libraire que le précédent et imprimé en 151614 . Dans les trois cas, les exemplaires sont oubliés de toutes les grandes bibliographies comme l’USTC ou BP16, la bibliographie des éditions parisiennes du XVIe siècle de la Bibliothèque nationale de France15 – et ne sont, par ailleurs, pas encore signalés sur le catalogue en ligne de la bibliothèque.

L’ensemble semble ainsi très cohérent, mais deux éléments attirent l’attention. Le premier est l’ordre et l’organisation des pièces. Dans le premier volume, la première partie du premier ouvrage est suivie par la deuxième édition. Suit alors dans le deuxième volume la deuxième partie du premier ouvrage puis la troisième édition. En d’autres termes, la deuxième édition fut insérée entre la première et la deuxième partie du Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia. La raison pour cette inversion semble être l’équilibre physique des volumes. La première et la deuxième partie étant trop grosses pour être mises ensemble, on aurait pu faire simplement un troisième volume comprenant les deux autres œuvres, mais ici l’argument économique semble avoir joué et on a préféré un enchaînement illogique mais moins coûteux.  

Une seconde particularité de ces volumes est plus difficile à expliquer. Immédiatement après la première page de titre, on trouve collé en page volante la page de titre d’une autre œuvre de Jean Raulin qui n’est pas incluse dans ces volumes.

Illustration 11 : Page de titre insérée plus tardivement dans le premier volume.

La page annonce une édition de sermons légèrement postérieure aux trois autres, publiée en 1520, toujours à Paris, mais cette fois pour les Marnefs16. Quel était l’intérêt ou le but d’insérer ce feuillet dans le volume ? Il semble s’agir d’une indication de l’existence d’une autre œuvre qui aurait pu être ajoutée à ce volume. La première édition du Doctrinale mortis date en effet de 1518, soit deux ans après la dernière pièce incluse dans ce recueil17 et on peut spéculer que les volumes étaient déjà constitués à cette date. Il se peut également que cette édition ne fut pas ajoutée parce que, contrairement aux autres, elle est en format in-octavo et non in-quarto et donc ne pouvait être aisément reliée aux éditions de Jean Petit. Cependant ces solutions ne résolvent pas le problème de savoir pourquoi le feuillet fut détaché de son édition d’origine. On serait tenté d’y voir une feuille promotionnelle mais comme le verso est également imprimé cela semble peu probable.

Peut-être s’agissait-il simplement de la page de titre d’un exemplaire incomplet, un défet qui trouvait là une raison d’être et évitait ainsi le terrible sort que Gabriel de Rarécourt de la Vallée, marquis de Pimodan, celui-là même dont les armes furent ajoutées aux volumes, prédisait à son propre livre de poésies : « De la boutique du libraire, // Tu t’en iras chez l’épicier18 ». Conservée au sein d’un recueil d’œuvres du même auteur, la page de titre, au moins, fut préservée.

Malcolm Walsby
Enssib, Université de Lyon


 

  1. Gilbert Ouy, « Le Collège de Navarre, berceau de l’humanisme français », Actes du 95e congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970, Paris : Bibliothèque nationale, 1974, I, 276-299. []
  2. Rémi Jimenes, Charlotte Guillard : une femme imprimeur à la Renaissance, Tours : Presses universitaires François Rabelais de Tours, 2017, p. 85-87. []
  3. Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des réformes : France, 1480-1560, Seyssel : Champ Vallon, 2001. []
  4. Jean Raulin, Collatio de perfecta religionis plantatione, d’abord à Bâle par Johann Bergmann, le 22 juin 1498, GW M37139, et à Paris par Guy Marchant pour les frères Marnef, le 16 novembre 1499, GW M37142 []
  5. Fabienne Didier, « Toul, médiathèque municipale » dans Patrimoine des bibliothèques de France. 3. Champagne-Ardenne, Lorraine, Paris : Payot, 1995, p. 124-125. []
  6. Victor Bouton, Nouveau traité de blason ou science des armoiries mise à la portée des gens du monde et des artistes, Paris : Garnier frères, 1863, p. 440. []
  7. Denise Gid, Catalogue des reliures françaises estampées à froid (XVe-XVIe siècles) de la Bibliothèque Mazarine, Paris : Centre national de la recherche scientifique, 1984, Tome 2. []
  8. Dans l’ordre chronologique, ces éditions furent imprimées à Strasbourg vers 1478 (GW M50558 et M50560), à Nuremberg en 1486 (GW M50555) et à Venise en 1494 (GW M50566). []
  9. Sur ce type de pratiques voir Bart Jaski, « Collecties handschrift-fragmenten in de Universiteitsbibliotheek Utrecht » dans Bart Jaski, Marco Mostert, et Kaj van Vliet (dir.), Perkament in stukken: Teruggevonden middeleeuwse handschriftfragmenten, Hilversum : Uitgeverij Verloren, 2018, p. 23-32. []
  10. Denise Gid, op. cit., Tome 2. []
  11. Jean Raulin, Opus Sermonum quadragesimalium super Epistolas et Evangelia quadragesimalia, Paris : [André Bocard et Berthold Rembolt] pour Jean Petit, 1512 (nouveau style), USTC 183253. []
  12. Voir le cas analogue des textes publiés par l’imprimeur contemporain Pierre Vidoué : David J. Shaw, « Book Trade Practices in Early Sixteenth-Century Paris: Pierre Vidoue (1516–1543) », dans Malcolm Walsby et Graeme Kemp (dir.), The Book Triumphant. Print in Transition in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Leyde : Brill, 2012, p. 334–346. []
  13. Jean Raulin, Itinerarium paradisi, complectens sermones de penitentia, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 14 octobre 1514, USTC 144306. []
  14. Jean Raulin, Opus sermonum de Adventu, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 8 novembre 1516, USTC 144618. []
  15. Voir, pour cette dernière, les notices 102096102616 et 103131 respectivement. []
  16. Jean Raulin, Doctrinale mortis sacrarum litterarum, Paris : Jean de Marnef, 1520, USTC 184088. []
  17. Jean Raulin, Doctrinale mortis sacrarum litterarum, Paris : Berthold Rembolt pour Jean Petit, 1518, USTC 181848. []
  18. Gabriel de Rarécourt de la Vallée, marquis de Pimodan, Poésies. Lyres et clairons. Le Coffret de perles noires, Paris : Léon Vanier, 1899, p. 208. La réutilisation des imprimés a été évoquée dans le billet « Les derniers témoins d’imprimés perdus », Histoire du livre, billet du 21 septembre 2018. []

Geoffroy Tory de Bourges : retour au pays natal

Pour commémorer le cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci à Amboise, la Région Centre-Val de Loire a célébré la Renaissance tout au long de l’année 2019. Dans ce contexte, la Bibliothèque municipale de Bourges a souhaité mettre en avant la figure de l’humaniste Geoffroy Tory, enfant du pays devenu imprimeur-libraire à Paris, qui fait actuellement l’objet d’une importante exposition dont j’ai eu le plaisir d’assurer le commissariat scientifique au côté de Robert Tranchida.

« Geoffroy Tory de Bourges : libraire et imprimeur humaniste », Bourges, Bibliothèque des Quatre Piliers, du 20 septembre 2019 au 18 janvier 2020.

Les grandes lignes de la carrière de Tory sont bien connues. Né à Bourges vers 1480 au sein d’une famille relativement modeste, Tory a la chance d’accéder aux études. C’est sur les bancs de la toute jeune université de Bourges (fondée en 1467) qu’il se lie d’amitié avec quelques rejetons de l’élite locale, notamment Philibert Babou et Jean Lallemant le jeune, tous deux appelés à devenir d’importants conseillers à la cour, et dont la protection s’avèrera décisive pour le jeune humaniste.

À l’issue d’un cursus entamé à Bourges et peut-être prolongé à Paris, Tory voyage en Italie dans les toutes premières années du XVIe siècle. Il y découvre les innovations de la philologie humaniste et y observe avec attentions les pratiques artistiques et culturelles des Italiens, qui constitueront pour lui une grande source d’inspiration et de motivation. C’est chargé de ce bagage qu’il rentre en France.

De 1507 à 1512, Tory est un universitaire en vue. Recruté au collège du Plessis, il y enseigne la grammaire et la philosophie pendant cinq ans. Parallèlement à ses activités pédagogiques, il collabore avec les meilleurs imprimeurs humanistes de Paris (Gilles de Gourmont, Josse Bade, les Marnef, Berthold Rembolt, Henri Estienne), pour lesquels il prépare les éditions d’une douzaine de textes antiques ou néolatins notamment le célèbre De Re Aedificatoria de Leon Battista Alberti (Paris, Rembolt, 1512).

Figure 1:  Leon Battista Alberti, De re aedificatoria, éd. G. Tory, Paris : Berthold Rembolt, 1512, in-folio, USTC 143989 (Bibliothèque municipale de Tours, Rés. 3608).

À compter d’août 1512, Tory disparaît. On sait qu’il se trouve à Rome entre 1517 et 1521, mais on ne retrouve la trace de son activité qu’à compter de 1523 : rentré à Paris, il est désormais libraire, puis imprimeur, à l’enseigne du Pot Cassé. Pendant une dizaine d’années, il œuvre au renouvellement du livre, tâchant de mettre en œuvre les enseignements qu’il a retenu de ses voyages en Italie. La publication de livres d’heures, qui l’occupe de 1523 à 1529, lui permet ainsi d’innover dans le domaine de la mise en page : ornements, caractères, illustrations –  Tory introduit dans le livre français des formes venues d’outre-Monts, qui rencontrent un vif succès. Mais il ne s’agit pas tant pour lui d’imiter servilement les modèles italiens : il s’agit de défendre de la culture française en allant rivaliser avec les Italiens sur leur propre terrain.

En 1529, la publication du célèbre Champ fleury marque un tournant : cet ouvrage rédigé en français, qui se présente comme un traité de dessin des capitales romaines, qu’il s’agit de favoriser dans le royaume de France. Mais, au fil du texte, Geoffroy Tory s’y livre à une vive apologie de la langue vulgaire, le français, qu’il s’agit de cultiver et à laquelle il cherche à conférer ses lettres de noblesses. Le libraire, qui suit en réalité une politique culturelle initiée au plus haut niveau, par François Ier lui-même, propose ainsi d’introduire de nombreuses innovations linguistiques (les accents, la cédille, l’apostrophe) qui rencontrent dans les années suivantes un vif succès. À compter de cette date, Tory réoriente sa production pour ne publier que des œuvres en langue française, qui lui vallent d’être nommé « imprimeur du Roi », office créé à son attention en 1531. Il n’en jouit que pendant une courte période : Tory meurt en effet à la fin de l’année 1533.

Figure 2 : Geoffroy Tory, Champ fleury, Paris : Geoffroy Tory et Gilles de Gourmont, 1529, in-folio, USTC 24232 (Bibliothèque municipal du Mans, Rés. SA 4° 4008).

L’exposition qui se tient à Bourges à la bibliothèque des Quatre Piliers jusqu’au 18 janvier 2020 entend mettre en valeur le parcours et l’héritage de Geoffroy Tory, figure bien connue des graphistes et des spécialistes du design, mais quelque peu oubliée du grand public local. Une soixantaine de pièces – parmi lesquelles cinq exemplaires du Champ fleury ! –  permettent ainsi de présenter son activité et d’évoquer le contexte culturel dans lequel notre humaniste a évolué.

Les collections municipales de Bourges fournissent à elles seules la moitié des pièces exposées ; les autres documents sont, dans leur grande majorité, issus de la région Centre Val de Loire ou des départements limitrophes. Les bibliothèques de Tours, Blois, Orléans, Le Mans, Poitiers et Moulins, ainsi que les archives départementales du Cher, ont fourni quelques-uns des fleurons de leurs collections. Trois établissements parisiens (la Bibliothèque Sainte Geneviève, l’École nationale supérieure des Beaux Arts et le Musée de la Renaissance-Château d’Ecouen) ont également accepté de contribuer à l’exposition.

On relèvera, parmi les pièces exposées, un superbe manuscrit enluminé par Jean Colombe (Bourges, Musée du Berry), un magnifique livre d’heures ayant appartenu à Jean Lallemant le jeune (École nationale supérieure des beaux-arts de Paris), le manuscrit autographe de l’Itinéraire d’Antonin préparé par Geoffroy Tory pour Philibert Babou (Bibliothèque municipale d’Orléans), l’exemplaire d’une édition aldine des Adages d’Erasme sur lequel Jean Grolier, trésorier de François Ier et protecteur de Tory, a dessiné à la plume la marque d’Alde Manuce (Bibliothèque municipale de Tours), ainsi qu’une splendide collection de livres d’heures imprimés par Tory, dont l’un fut mis en couleurs au lavis au sein même de son atelier (Bibliothèque municipale de Poitiers).

Figure 3 : Geoffroy Tory, manuscrit autographe, Augustus Antoninus, Itinerarium provinciarum, circa 1512, (Bibliothèque municipale d’Orléans, Ms. 312)

La réception des idées de Tory en Berry est illustrée par deux importants manuscrits issus de la bibliothèque de Jacques Thiboust, dont une copie de la Briefve doctrine pour deuement escrire selon la propriete du langage francoys (Bibliothèque municipale de Bourges). L’exposition accueille également deux importants manuscrits illustrant, chacun à sa manière, la pénétration de l’écriture romaine à la cour. Le premier, découvert à l’occasion de la préparation de l’exposition dans les collections berruyères, est une institution du prince latine, offerte par Louis XII à François d’Angoulême à l’occasion de son mariage ; ce beau manuscrit enluminé s’ouvre notamment sur un poème adressé par Louis XII au futur François Ier. Le second est un large feuillet de parchemin regroupant différentes épitaphes rédigées à l’occasion de la mort de Charlotte de France et comportant un beau dessin à la plume représentant le lit funèbre de la princesse et de sa mère (Bibliothèque municipale de Blois). L’étude de ce document a permis de l’attribuer à Estienne Clavier, serviteur de Marguerite de Navarre et poète proche de Marot, dont le monogramme « E.C. » se lit au pied du dessin.  

Figure 4 : Geoffroy Tory, Champ fleury, Paris : Geoffroy Tory et Gilles de Gourmont, 1529, in-folio, USTC 24232 (Bibliothèque municipale du Mans, Rés. SA 4° 4008), O5v-O6r.
Figure 5 : « Utopiensium alphabetum » dans Thomas More, De optimo reipublicae Statu deque nova insula utopia libellus vere aureus, Bâle : Johann Froben, 1518, in-quarto, USTC 630792 (Bibliothèque municipale de Bourges, B 1356 in-8), b2v-b3r.

Le parcours de l’exposition, qui reconstitue le fil chronologique de la carrière de Geoffroy Tory, offre ainsi, au-delà de la seule carrière de Tory, un aperçu de l’histoire culturelle française dans la première moitié du XVIe siècle. Il permet de mieux situer la carrière de Tory dans son époque, et même au-delà, puisque l’exposition s’achève sur des créations contemporaines qui font elles-mêmes écho à l’œuvres de Tory. La réimpression des Epitaphes d’Amour imprimée par Raymond Gid pour le compte de la librairie Paul Jammes en 1959 y figure au côté des créations de François Rigghi. Deux vitrines présentent également le résultat des travaux conduits par les étudiants de l’École nationale supérieure d’Arts de Bourges au cours d’un séminaire dirigé par Ferenc Grof.

Figure 6 : Geoffroy Tory, VII épitaphes d’amour et emblèmes, Montanthiaume : Raymond Gid pour André Jammes, 1959 (Bibliothèque municipale de Bourges, By 18356 res).

Cette exposition s’accompagne de la publication d’un bel ouvrage collectif qui regroupe, à côté des notices des pièces exposées, vingt-six articles de référence sur divers aspects de la carrière de Tory. Ils sont l’œuvre d’une équipe d’une quinzaine d’auteurs regroupant les meilleurs spécialistes de la période considérée. Cette approche collective permet de jeter des regards complémentaires sur l’œuvre et la carrière de Geoffroy Tory et de renouveler ainsi notre connaissance du sujet. Ce beau livre de grand format (24 x 32 cm), copieusement illustré et entièrement imprimé en couleurs, est servi par une très belle maquette, œuvre de Frédéric Terrier typographe des éditions des Mille Univers.

Figure 7 : Geoffroy Tory de Bourges : humanisme et arts du livre à la Renaissance, sous la direction de Rémi Jimenes, 160 pages – 24 x   32 cm – 125 illustrations couleurs.

L’exposition « Geoffroy Tory de Bourges : libraire et imprimeur humaniste » est à voir à la Bibliothèque des Quatre Piliers de Bourges, du 20 septembre 2019 au 18 janvier 2020. Le catalogue est disponible : Geoffroy Tory de Bourges : humanisme et arts du livre à la Renaissance.

Rémi Jimenes
CESR, Université de Tours

Entretien avec … Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef de la bibliothèque du Grolier Club à New York City

Près de Central Park, dans une rue animée d’un des quartiers les plus chics de la ville de New York, the Upper East Side, il y a un oasis où le visiteur ébloui par les gratte-ciels ultramodernes peut se soustraire temporairement aux bruits de la ville pour admirer en toute tranquillité des expositions inspirées par tout ce que les arts du livre ont à nous offrir : le Grolier Club, au 47 East 60th Street.1

Illustration 1: L’entrée du Grolier Club au 47 East 60th Street

Le Grolier Club, la société bibliophilique la plus ancienne et la plus large de l’Amérique du Nord, a été fondé en 1884 par neuf hommes qui étaient d’avis que les arts de l’imprimerie et de la typographie dans l’Amérique contemporaine avaient besoin d’une réforme. Les membres fondateurs envisageaient un lieu de fraternité, où le livre pourrait être célébré par le biais de publications, d’expositions, d’activités de toutes sortes, ainsi que par la création d’une bibliothèque de recherche. La réunion qui mena à la création du Club fut initiée par Robert Hoe Jr. (1839-1909), collectionneur de livres et fabricant de presses à imprimer à New York. Ce personnage fut également le premier président du Club.

Le Grolier Club porte le nom du grand bibliophile français Jean Grolier (1489/90-1565), connu pour les reliures magnifiques qu’il avait commandées pour sa bibliothèque. Son ex-libris, “Io. Grolieri et Amicorum”, résume bien l’esprit de camaraderie et de générosité qui règne au sein du Club. À l’heure actuelle il y a  plus de 800 membres. Ce sont des hommes et femmes originaires des États-Unis, mais aussi de l’étranger.

Illustration 2: François Flameng, Jean Grolier dans la maison d’Alde Manutius, 1894. Huile sur toile, 73 x 81 pouces. (Collection Grolier Club).

Conformément à l’énoncé de mission qui vise à promouvoir « l’étude, la collection et l’appréciation des livres et des œuvres sur papier, leur art, leur histoire, leur production et leur commerce », la bibliothèque du Grolier Club collectionne, conserve et rend accessibles des documents consacrés à l’histoire et à l’art du livre. Les points forts de la collection comprennent la bibliographie, l’histoire de l’imprimerie et des procédés graphiques, les spécimens typographiques, de fins exemples historiques de l’art de l’imprimerie, la reliure, l’illustration et, en particulier, tout ce qui se rapporte à la collection des livres (rares) et au marché des livres anciens. La collection se compose d’environ 10 000 livres rares, 50 000 monographies, 10 000 estampes, des dessins et des photographies, 1 500 pieds (environ 450 mètres) linéaires d’archives et 200 000 catalogues de libraires et de ventes aux enchères (catégorie en pleine croissance !).2 Il s’agit surtout de livres venant de l’Amérique du Nord et d’Europe de l’Ouest, plus particulièrement la France et la Grande Bretagne. La plupart des  articles se trouvent dans le catalogue en ligne.

La charmante salle de lecture, inspirée de l’architecture des bibliothèques collégiales d’Oxford, a été conçue en 1917 par Bertram Grosvenor Goodhue, concepteur de livres et l’un des principaux architectes nord-américains. Au mois de septembre, j’ai eu le plaisir de travailler dans cette salle dans le cadre du projet MEDIATE (Measuring Englightenment Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe (1665-1830) et de m’y entretenir avec Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef depuis 2011 et membre du Grolier Club depuis 2013. Ses intérêts de recherche personnels comprennent l’histoire des collections privées, la possession de livres par les femmes et les études de provenance.

Illustration 3: Meghan Constantinou, bibliothécaire en chef.

Quelle est la place du livre rare dans votre institution?

La collection de livres rares est au cœur de notre institution et de sa mission. Le Grolier Club a été fondé sur l’appréciation du livre en tant qu’objet matériel, et la majorité de nos membres sont des collectionneurs, des libraires de livres anciens et rares, des bibliothécaires de fonds anciens, ou des artistes du livre. Une partie importante de notre fonds consiste en livres uniques ou extrêmement rares. Avec l’avènement du livre électronique et des textes numérisés, notre engagement à préserver et à promouvoir le livre physique n’a fait que s’approfondir.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds?

Notre collection de livres rares a été constituée grâce à une série de dons importants de membres du Grolier Club. Elle est régulièrement élargie par le biais d’achats et de dons nouveaux. Plusieurs de nos plus importants spécimens de typographie ancienne, y compris une grande partie de nos quelque 50 incunables, ont été donnés en 1894 par David Wolfe Bruce, le propriétaire d’une fonderie typographique à New York City. Waters S. Davis et Lucius Wilmerding ont fait d’importants dons de catalogues de ventes aux enchères en français et en anglais dans les années 1930, ainsi que Lionel et Philip Robinson, en 1961. En 1957, nous avons reçu un legs monétaire d’un libraire de livres anciens de la ville de New York, Lathrop C. Harper, qui représente aujourd’hui une partie importante de la dotation de la bibliothèque. En 1997, nous avons reçu la collection de Sir Thomas Phillipps, rassemblée par le collectionneur et philanthrope Harrison Horblit. Sir Thomas Phillipps (1792-1872) était un important collectionneur anglais et un bibliomane notoire. Il avait amassé plus de 100 000 livres imprimés et manuscrits de son vivant. La collection Horblit comprend, entre autres, des centaines de catalogues de ventes aux enchères et de catalogues de libraires annotés ayant appartenu à Phillipps, ainsi qu’un exemplaire richement annoté du catalogue des manuscrits de sa bibliothèque privée (Catalogus librorum manuscriptorum in bibliotheca D. Thomae Phillipps, bart. A.D. 1837 [Middle Hill], 1837-[1871]).

Quelle en sont, selon vous, les particularités ?

Depuis le début des années 1920, la bibliothèque du Grolier Club collectionne des livres ayant un intérêt du point de vue de la collection de livres anciens et du marché du livre, y compris les catalogues de livres de tous genres – des inventaires manuscrits et imprimés de bibliothèques privées, des catalogues de libraires de livres anciens et des catalogues de ventes aux enchères. Nos fonds de catalogues de livres, couvrant une période allant du début du XVIIe siècle jusqu’à nos jours, se rangent actuellement parmi les collections les plus riches des États-Unis. Avec notre collection de documents provenant de bibliophiles, de bibliographes et de marchands de livres anciens importants, ils sont reconnus depuis longtemps comme une ressource importante et souvent unique pour les chercheurs. Au sein de la collection, les catalogues de ventes aux enchères français d’avant 1830 sont particulièrement bien représentés.

Illustration 4: Catalogue des livres de feu M. Maigret, capitoul de Toulouse (Paris, R. Davidts, 1752) : supplément manuscrit contenant des livres défendus vendus sous la table.

Nous nous distinguons également par notre engagement à cataloguer et à rendre accessible aux chercheurs nos documents sur l’industrie du livre. Nous sauvegardons et cataloguons tous les catalogues que nous recevons par la poste, en les ajoutant à la collection de référence. Nous faisons également des efforts concertés pour combler les lacunes, de sorte que nous avons des séries complètes ou presque complètes pour de nombreuses maisons importantes en Amérique du Nord et en Europe occidentale. Bon nombre de nos catalogues de vente anciens sont pourvus d’annotations donnant les prix et les noms des acheteurs, ce qui permet aux chercheurs d’étudier l’histoire du marché du livre et celle des pratiques de collection privée et institutionnelle.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

L’un de nos objets les plus fréquemment demandés est notre série « Lauderdale » composée de 71 catalogues de vente et de catalogues de libraires anglais datant des années 1674 à 1701 et ayant appartenu au comte de Lauderdale. Reliée en six volumes, cette collection contient presque un tiers des catalogues de vente connus de la période antérieure à 1689.  Elle a été assemblée par James Maitland, 8e comte de Lauderdale (1759-1839), collectionneur et homme politique écossais. Récemment, l’un des bénéficiaires de la bourse William H. Helfand a découvert avec plaisir un exemplaire de cette collection sur lequel le commissaire-priseur a marqué les noms des collèges d’Oxford qui ont acheté des articles à la vente, ainsi que les prix rapportés.

Illustration 5: Catalogue de vente annoté de la collection Lauderdale (Photo Yelda Nasifoglu).

L’inventaire manuscrit de la bibliothèque privée de Madame de Pompadour, dressé après sa mort par son bibliothécaire, constitue un autre élément remarquable. Ce catalogue est non seulement intéressant à cause de son contenu et du nom du possesseur de la collection, mais aussi à cause de l’histoire mouvementée du document lui-même. L’une des feuilles de garde porte le cachet de la 2e Division blindée française, et indique que le catalogue faisait partie de la collection personnelle d’Adolf Hitler, trouvée à Berchtesgaden le 4 mai 1945. Jusqu’à l’heure actuelle, nos efforts d’obtenir des informations sur le propriétaire à qui ce document a été volé pendant la guerre sont restés sans résultat.

Illustration 6 : Catalogue manuscrit de la bibliothèque de Madame de Pompadour, avec une estampille indiquant que ce livre a été retrouvé en mai 1945 dans la collection de Hitler à Berchtesgaden.

Les archives institutionnelles du Grolier Club renferment également de merveilleux trésors. L’un de mes objets préférés est le prospectus de la célèbre page titre conçue en 1933 par Bruce Rogers pour une édition d’un traité sur les proportions de Fra Luca de Pacioli (Divina proportione, 1509) qui a été réalisée aux frais du Grolier Club. Le prospectus montre qu’à l’origine, Rogers proposait une combinaison de majuscules et de minuscules pour la page de titre, mais il a finalement décidé de n’utiliser que des majuscules. Cette publication du Grolier Club est reconnue aujourd’hui comme l’un des plus beaux livres du XXe siècle.

Illustration 7: Prospectus et page de titre définitive de l’édition du livre Divina proportione de Fra Luca de Pacoli publiée en 1933 par le Grolier Club.

Enfin, je voudrais mentionner notre collection de fines reliures contemporaines. J’aime particulièrement une reliure sur mesure de Florent Rousseau, ornée d’exemples d’alphabets tirés des archives typographiques de l’Imprimerie Nationale de France. Cette reliure a été réalisée pour un exemplaire du catalogue imprimé à l’occasion d’une exposition consacrée aux trésors des archives de l’Imprimerie Nationale (Grolier Club, 06-12-2011 – 04-02-2012).

Illustration 8: Reliure d’un catalogue d’exposition reálisée par Florent Rousseau.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Nous encourageons fortement l’utilisation active de nos collections. Bien que le Grolier Club soit un club privé, notre bibliothèque est ouverte à tous les chercheurs qualifiés – membres et non-membres – sur un pied d’égalité. Les utilisateurs typiques sont les collectionneurs, les libraires de livres anciens, les universitaires et les étudiants diplômés. La bibliothèque offre en outre deux bourses de recherche par an (bourses William H. Helfand), qui permettent aux chercheurs de profiter de ses collections uniques.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous ciblons le grand public de plusieurs façons. J’accueille régulièrement des étudiants et d’autres groupes qui s’intéressent aux arts du livre. Ces groupes viennent à notre bibliothèque pour se familiariser avec l’histoire du livre et les arts graphiques par le biais de présentations et d’un enseignement pratique. J’ai donné des cours sur l’histoire des collections privée, la recherche des provenances et l’histoire de la typographie, pour n’en nommer que quelques-uns.  

Nous avons également réussi à promouvoir nos collections par voie électronique. Nous tenons à jour un blog de la bibliothèque du Grolier Club, où mon équipe et moi publions régulièrement des billets sur des objets intéressants de notre collection. Nous avons également une page Instagram active, qui compte actuellement plus de 2500 followers. La numérisation a été un autre outil précieux. Bien que nous ne disposions pas des ressources nécessaires pour numériser nos collections à grande échelle, nous avons pu numériser une collection de plus de 2000 ex-libris féminins, un petit groupe de cartes d’adresse, ainsi que notre revue, The Grolier Club Gazette, grâce au soutien du Metropolitan New York Library Council (METRO), une organisation régionale sans but lucratif.

Illustration 9: Carte d’adresse de Rapilly, libraire et marchand d’estampes.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

L’équité, la diversité et l’inclusion sont des enjeux majeurs pour notre profession. Les collections de livres rares des bibliothèques institutionnelles ont tendance à représenter de façon disproportionnée les expériences des groupes culturels dominants. Nous devons rester conscients du fait que les documents que nous choisissons de préserver et de collectionner dans nos institutions sont ceux qui sont les plus susceptibles d’alimenter l’historiographie des siècles à venir. Pour obtenir une perspective plus équilibrée, nous avons besoin d’employer un plus grand nombre de personnes venant de groupes historiquement sous-représentés. Il faudrait également diversifier nos collections.

Propos recueillis par Helwi Blom
Université Radboud de Nimègue

  1. je tiens à remercier vivement le Grolier Club de m’avoir accordé une bourse William H. Helfand pour mes recherches sur les catalogues de bibliothèques privées françaises de l’époque moderne. []
  2. La terminologie utilisé pour désigner les différent types de catalogues imprimés circulant aux XVIIe et XVIIIe siècles prête à confusion. Les projets bibliographiques et les études qui décrivent ces catalogues ou en analysent le contenus ont tendance à les ranger sous le nom générique de ‘catalogues de vente’ ou ‘auction catalogues’. En réalité, seulement une partie des catalogues en question a été rédigée à l’occasion d’une vente aux enchères. Encore faut-il distinguer les catalogues de fonds et d’assortiment de libraires des catalogues des bibliothèques institutionnelles et des catalogues de bibliothèques privées. Voir sur ce point Nicole Masson, « Typologie des catalogues de vente », dans Annie Charon et Élisabeth Parinet (dir.), Les ventes des livres et leurs catalogues, XVIIe-XXe siècle, Paris : Publications de l’École nationale des chartes, 2000, pp. 119-127. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/enc/1411>. Voir également Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Jonathan Rose et Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading 1: Early and Modern Readers, Édimbourgh, University Press, à paraître (avril 2020). []