L’imprimeur Jean Clément et le verlan au XVIe siècle. Suite et dénouement

Dans le billet publié sur ce site il y a quelques mois, « Un cas de verlan au XVIe siècle. Ou comment déjouer les jeux de pseudonyme d’un imprimeur-libraire de la Renaissance », j’avais évoqué le cas d’un étrange imprimeur du nom de Jean Mentcle, alias Vatan, qui n’était connu que par le biais d’un imprimé dont l’adresse l’identifiait comme ayant son atelier à Bordeaux. Je l’avais lié à un personnage qui n’était, cette fois, connu que par des documents d’archives : Jean Clément, actif à Bordeaux puis à Toulouse entre 1544 et 1550. Le partage du même alias venait confirmer qu’il s’agissait d’un usage de verlan, une simple inversion de la première et de la seconde syllabe. Ce rapprochement nous permettait de mieux comprendre l’activité de celui qui avait publié une édition des Epitaphes des Roys de France1 , ainsi que de préciser le contexte et la chronologie de la publication sans date de l’œuvre.

Illustration 1 : Les deux colophons mentionnant un Jean Mentcle à Bordeaux et à Lyon.

À la toute fin du billet, j’avais évoqué une étrange coïncidence : l’existence d’un autre Jean Mentcle, cette fois actif à Lyon, et signalé de manière laconique par Baudrier sous la forme « Jean Mentcle de Sonlu »2. Ce Mentcle avait publié un petit in-quarto en 1535 dans la ville mais n’avait, lui non plus, pas laissé de traces archivistiques3. S’agissait-il de la même personne ? La nature péripatétique de la carrière de Jean Clément nous permettait de le suggérer. Mais deux différences posaient problème. Tout d’abord les matériels typographiques utilisés à Lyon et Bordeaux ne se ressemblaient aucunement. L’édition lyonnaise employait des caractères gothiques typiques de la production vernaculaire française de l’époque, ce qui tranchait avec les fines lettres italiques et romaines utilisées dans l’imprimé bordelais. Plus gênant encore, dans les deux cas l’imprimeur signait avec un alias, mais celui-ci n’était pas le même. Le premier se réclamait de Sonlu, le second de Vatan.

L’identification de Vatan ne posait guère de problème : seul un village de l’Indre portait ce nom et semblait convenir – sauf si notre imprimeur jouait encore une fois avec les mots, un Vatan qui devait se lire « Va-t-en ». Cependant la présence de cet alias dans le testament de Jean Clément semblait proscrire cette éventualité. Mais que faire de Sonlu ? Ce Mentcle n’était attesté dans aucune pièce d’archive, ni sous cette forme, ni sous la forme de Clément. Était-ce cette fois un jeu, une manière de suggérer que ses livres « sont lus » ? Au contraire de Vatan, Sonlu semble peu probable comme nom de lieu. Ayant recours au verlan, une fois de plus, la forme Luson (ou Luçon / Lusson pour préserver le son) semblait plus prometteuse.

S’ouvraient alors, selon les répertoires et les index géographiques, de nombreuses possibilités : Lusson dans les Pyrénées-Atlantiques, Luson près de Bolzano en Italie et, bien sûr, Luçon en Vendée. En consultant le Géoportail de l’IGN, une liste de lieux-dits et de villages est proposée pour la forme Lusson :

Illustration 2 : Lieux et adresses répondant au mot « Lusson » dans le Géoportail de l’IGN.

Mais toutes ces solutions nous éloignaient de Jean Clément de Vatan : il semblait peu probable que quelqu’un se réclame en l’espace de dix ans de lieux aussi éloignées que ces villages et villes dont la plus probable, Luçon, se situe à plus de 200 km à vol d’oiseau de Vatan. Je décidai donc de revisiter la seule source qui pouvait donner un indice : le testament rédigé à Bordeaux en 1550.

Ce texte avait été publié par Paul Roudié, mais avec quelques coupes4. Il était probable que ces excisions ne concernaient que des formules conventionnelles et peu porteuses d’intérêt, comme il est relativement habituel de faire, mais consciencieusement je retournai ad fontes pour vérifier dans les archives bordelaises.

Illustration 3 : La « liasse » 3 E 848 des Archives Départementales de la Gironde.

La référence de Roudié ne donnait qu’une cote sans foliotation et il s’avérait que le volume n’était en effet ni paginé ni folioté ni dans un ordre chronologique strict… et qu’il était plutôt imposant. Le texte lui-même, une fois trouvé, était confus, avec des insertions, corrections et suppressions, mais contenait des informations complémentaires importantes, notamment pour élucider la question qui nous préoccupe.

Illustration 4 : Le « Memoire des articles que Jean Clement dict de Vatan a ordonné en ses derniers jours et veult qu’il soit observés » 3 E 848, AD Gironde.

La dernière partie du texte, reliée quelques feuillets plus loin après d’autres minutes d’actes5, révèle en effet que Jean Clément possédait des « biens immeubles situez en la paroisse Chapelle Sainct Laurian au lieu appellé à Lucon au diocese de Bourges ». La Chapelle-Saint-Laurian est facile à localiser à deux kilomètres au sud-ouest de Vatan.

Illustration 5 : La Chapelle-Saint-Laurian sur le Géoportail de l’IGN.

Cependant sur les cartes modernes de l’IGN point de trace d’un lieu nommé Lucon/ Luçon/ Lusson. La consultation de la carte de Cassini (ou carte de l’Académie) du XVIIIe siècle, en revanche, est probante. Tout près de la Chapelle-Saint-Laurian apparaît un lieu nommé « Lucon » qui est gratifié de sa propre petite icone.

Illustration 6 : Lucon sur la carte de Cassini.

La carte de l’état-major (1820-1866) montre que le lieu existait encore au XIXe siècle sous le nom de Lusson. En 1950 si les bâtiments étaient encore présents lors de la confection de la carte, le nom avait disparu et aujourd’hui la carte IGN et la photographie aérienne montrent que plus rien ne reste du lieu d’origine de Jean Clément.

Illustration 7 : Lusson sur la carte de l’état major, puis son emplacement en 1950, sa disparition sur la carte actuelle et la photo aérienne.

On peut donc précisément placer les origines de Jean Clément et confirmer que l’imprimeur bordelais et lyonnais était bien la même personne qui se servait du verlan non seulement pour son propre nom, mais également pour le hameau où il habitait avant de se lancer dans une carrière typographique.

Malcolm Walsby
Enssib, Université de Lyon


 

  1. Barthélemy de Chasseneux, Epitaphes des Roys de France, qui ont regné depuis le Roy Pharamond, jusques au Roy Francoys premier de ce nom, Bordeaux : Jean Mentcle : [circa 1545], USTC 13301. []
  2. Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, Lyon : Librairie ancienne d’Auguste Brun, 1895-1921, I 274-275. []
  3. La description de la quarte galicane, Lyon : Jean Mentcle, 1535, USTC 53113. Notons qu’un des exemplaires de la bibliothèque Mazarine, celui côté Inc. 621, avait appartenu au diplomate, auteur, et voyageur Jean Nicot. []
  4. Paul Roudié, « Documents sur la vie intellectuelle à Bordeaux au XVIe siècle. Textes divers », Bulletin et mémoires de la Société archéologique de Bordeaux, LXI (1957-1959) n° 15. []
  5. Les cahiers du registre in-folio sont reliés sans égard pour les documents eux-mêmes par lot de 10 à 20 bifolia qui avaient pourtant été créés séparément. Ceci a pour résultat de séparer le texte copié sur les feuillets impairs de ce qui se trouve sur les feuillets pairs, rendant une lecture linéaire de l’ensemble particulièrement ardue. []

Une winter school à l’ENSSIB autour des recueils factices de la Renaissance

Une école d’hiver s’est déroulée à l’ENSSIB de Lyon les 12 et 13 décembre derniers, organisée par les membres de l’équipe de recherche du projet Sammelband 15-16.

Cette conférence était dédiée à l’étude des recueils factices, des questions et des apports que soulèvent ces livres atypiques, en particulier ceux qui ont été produits au XVIe siècle.

 Les Sammelbände ont en effet la particularité de regrouper plusieurs imprimés reliés en un seul volume, dont l’assemblage est choisi par le possesseur ou par le libraire. La logique de production et de préservation des Sammelbände ont notamment amené les intervenants à en étudier la matérialité, par le biais du papier, de la reliure et des matériaux utilisés pour la renforcer, du texte imprimé mais aussi des interactions entre le lecteur et le livre.

Illustration 1: un Sammelband conservé à la bibliothèque du Centre Culturel des Irlandais (Paris).

Définition des Sammelbände et analyse de leur papier

Le séminaire a débuté sur une définition précise de ce qu’était un sammelband. Malcolm Walsby, professeur d’histoire à l’ENSSIB de Lyon, suggère l’utilisation du terme allemand qui souligne mieux la spécificité du recueil factice. Ce dernier est en effet composé de livres qui n’ont pas été forcément imprimés et reliés ensemble dès la conception du volume, mais qui ont pu être produits et utilisés à une époque ultérieure. C’est la raison pour laquelle Malcolm Walsby souligne l’importance de préserver l’unité des recueils, qui ont été bien souvent victimes de démantèlement dès le XVIIIe siècle par les vendeurs et les bibliothécaires, soit pour en tirer un maximum de bénéfices en vendant les livres au détail, soit pour faciliter l’identification et l’accès aux ouvrages. Il est donc particulièrement important d’étudier les reliures originelles que nous avons conservées. De plus, une base de données librement accessible en ligne, destinée à faciliter le recensement et l’étude des Sammelbände, est actuellement en cours de création pour le projet Sammelband 15-16. Parmi d’autres, l’importante collection des Sammelbände d’Huybert van Buchell, conservés par la bibliothèque universitaire d’Utrecht, sera valorisée par le biais de ce projet numérique.

Illustration 2: un Sammelband du Centre Culturel Irlandais, composé de deux livres aux reliures jointes pour faire recueil.

Neil Patrick Harris, professeur à l’université d’Udine, a poursuivi la première partie de cette étude en s’intéressant à la construction physique d’un sammelband, par le biais de cette question : comment reconnaître un recueil original en se fiant entre autres au papier imprimé et aux filigranes ? Il a pu constater qu’il existe peu de Sammelbände dont la reliure est d’origine, et s’est penché sur l’état matériel du livre pour retracer son histoire. Neil Harris a notamment observé de nombreuses disparités entre les différents éléments du livre en tant que support : une différence de format entre les livres reliés, mais aussi une différence chronologique quand un incunable est relié avec des pamphlets du XIXe siècle. Neil Harris considère que ces ajouts postérieurs, mais également l’absence des éléments originaux d’un recueil factice, sont autant d’informations sur la vie du livre qu’il ne faut pas négliger.

Son analyse pousse le détail en s’intéressant aux filigranes détectables dans le papier. Grâce à lui on peut en effet retracer le processus de production du livre imprimé et le relier éventuellement à un imprimeur dont on sait qu’il l’utilisait, ainsi qu’à une date et un lieu de production. L’index créé par Charles Briquet est un outil très utile pour identifier les filigranes, actuellement mis à jour dans un projet numérique intitulé “Briquet Reloaded” auquel Neil Harris participe1 .

Illustration 3: deux filigranes jumeaux dans du papier italien.

Ce que révèlent les reliures

La seconde partie de notre première journée de conférences a été inaugurée par Nicholas Pickwoad, professeur à l’université de Londres spécialisé dans l’étude des reliures.

Il suggère en effet que l’étude des reliures permet de savoir quand, où et comment les livres reliés dans un Sammelband ont été assemblés. De nombreux exemples de reliures ont été montrés au public pour démontrer que les reliures d’ouvrages du XVIe siècle avaient des particularités propres à leur lieu de fabrication, en présentant notamment les différents matériaux utilisés pour ce faire. Ainsi, en Angleterre on utilisait les défaits de reliure d’anciens livres pour créer un nouveau volume, tandis que les reliures italiennes et espagnoles sont très similaires avec leurs points de couture placés seulement en haut et en bas du dos du volume. L’étude minutieuse de Nicholas Pickwoad révèle que la plupart des reliures étaient de basse qualité, compte tenu de la bourse de l’acheteur ou de l’usage auquel le Sammelband était destiné, et souligne l’importance d’étudier aussi ces reliures de moindre prestige, pour en apprendre davantage sur leur utilisation.

Illustration 4: reliure d’un exemplaire de Marcus Marulus, Bene vivendi instituta, Bâle, Petrus de Langendorff for Lucas Leonardus, 1513 (BU d’Utrecht).

Bart Jaski, conservateur spécialisé dans l’étude des textes médiévaux à l’université d’Utrecht, a ensuite présenté l’usage de défaits de reliure manuscrits présents dans les Sammelbände. L’objectif de sa présentation était de démontrer que les Sammelbände ne sont pas seulement des outils de consultation, mais aussi des outils de conservation. En effet, une grande partie de partitions musicales et de textes médiévaux que l’on croyait perdus ont été redécouverts parce qu’ils servaient d’éléments de reliure à ce type de livre. À l’aide d’un exemple tiré des fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire d’Utrecht, Bart Jaski nous a défini ce qu’était un défait de reliure manuscrit : généralement il s’agit d’un parchemin ou d’un vellum dont le possesseur ou le libraire trouve une nouvelle utilité pour ses livres. Les maculatures et les feuilles volantes dans les livres sont également des éléments importants pour comprendre la constitution du Sammelband.

Illustration 5: une partition musicale médiévale réutilisée comme enveloppe (BU d’Utrecht).

Ces supports peuvent devenir des éléments de la reliure, mais aussi des copeaux pour protéger les livres dans les caisses de transport, ou encore des enveloppes réutilisables. En Allemagne, jusqu’au XVIIe siècle, on allait jusqu’à peindre les manuscrits pour décorer la reliure du livre, obscurcissant malheureusement le texte d’origine. Dans le cas où l’on a encore accès au texte, il existe un logiciel qui permet de rassembler les différents morceaux de texte et de le reconstituer dans son état d’origine aussi précisément que possible.

Le site web du projet Fragmentarium recense ce type de fragments manuscrits, et en propose une analyse détaillée. Des propositions de projets voient actuellement le jour pour les doctorants et chercheurs qui travaillent autour de la question des manuscrits et des fragments de manuscrits.

Pratiques de lecture

Ann-Marie Hansen, enseignante post-doctorante à l’université d’Utrecht, a présenté des pistes de recherche pour comprendre l’utilisation des Sammelbände par le(s) lecteur(s). Y en a-t-il plusieurs ? Si oui, qui peuvent-ils être et que peuvent nous dire leurs interactions avec le livre ? Deux formes d’interactions ont été observées à l’issue d’une longue étude des pratiques de lecture dans les Sammelbände : l’interaction intentionnelle, basée sur les annotations du lecteur ou les marques qu’il laisse (tels que les ex-libris), et l’interaction accidentelle comme les taches d’encre et les moisissures. La constitution du sammelband peut aussi indiquer si certains livres ont d’abord appartenu à un autre lecteur que celui qui a commandé le sammelband : Ann-Marie Hansen a remarqué en effet que l’absence de notes sur un livre en particulier dans un sammelband par ailleurs très annoté pouvait régulièrement signifier que ledit livre avait eu une vie antérieure avant qu’il soit adjoint à d’autres titres dans un volume. L’absence de notes, mais aussi des marques répétitives de la même main, sont autant de pistes qui permettent de distinguer un lecteur du Sammelband d’un autre.

Illustration 6: annotations en marge d’un ouvrage historique de la main de Huybert van Buchell (BU d’Utrecht).

Ce procédé d’identification des lecteurs couplé à l’utilisation de la Matrice de Walsby, outil de visualisation qui retrace les provenances d’un livre, sont autant d’outils utiles pour déterminer la vie d’un sammelband au cours des siècles.

Pour clore cette journée, Neil Harris a proposé une conférence donnant un aperçu de la conservation des livres à l’époque moderne à l’aide d’illustrations d’époque. Sa présentation riche en illustrations (enluminures, gravures et peintures) a permis de montrer une évolution dans la pratique de conservation du livre entre la fin du XVe siècle et du XVIIe siècle. C’est en effet à la Renaissance que le livre, longtemps resté posé à l’horizontale sur les étagères, est progressivement représenté à la verticale, la tranche peinte et intitulée du côté de présentation de l’étagère : les représentations esthétiques semblent sur ce point avoir suivi, parfois avec quelque retard, les pratiques. Ce bel aperçu des plus grandes bibliothèques modernes et de leur logique de conservation a ainsi clôturé la première journée d’étude.

Illustrations 7 a et b: Passage de la conservation des livres couchés à la conservation debout.

Réflexions matérielles et thématiques autour d’imprimés français

Trois autres interventions se sont succédé le lendemain. La première a été proposée par Malcolm Walsby sur l’importance du matériel d’imprimerie pour comprendre la composition et le rôle d’un Sammelband. Il est revenu sur leur rôle dans la sauvegarde des exemplaires d’imprimés qu’on croyait à jamais perdus, bien qu’il ait insisté sur le fait cela ne soit pas entièrement dû à la chance mais aussi à une question de contexte. Malcolm Walsby en a fait la démonstration avec un deux imprimés consécutifs dans un même Sammelband, l’un comportant le nom de l’imprimeur, l’autre non. Du fait de leur proximité dans un recueil thématique de livres tous imprimés à Paris dans les années 1560, la comparaison de la typographie des deux ouvrages est facilitée et permet de montrer qu’ils proviennent tous deux de l’atelier de Guillaume Nyverd. L’analyse du matériel d’imprimerie utilisé sur un texte est donc un excellent moyen de se faire une idée de la période de production d’un livre mais également d’établir une corrélation entre les copies survivantes.

Illustration 7: typographie employée par Guillaume Nyverd.

Katell Lavéant, professeure de littérature française à l’université d’Utrecht, proposait une réflexion autour de la question des thématiques de constitution de recueils, en s’inspirant d’abord de son sujet d’étude sur les livres joyeux et de leur présence dans des Sammelbände. Le problème que soulève ce type de littérature est que les Sammelbände du XVIe siècle ont rarement été conservés en tant que tels, et que les lecteurs n’interagissent que dans de rares cas avec le texte, contrairement par exemple avec des livres souvent annotés tels que ceux contenant textes scolaires et d’étude. Katell Lavéant a observé, dans cette dernière catégorie, des exemples dans lesquels le livre pouvait être un support d’exercice pour une langue telle que le latin ou le grec. Les annotations présentes dans les marges sont en effet des réflexions sur la grammaire ou une traduction linéaire du texte. Mais on peut aussi étudier d’autres traces laissées dans les volumes pour comprendre leur organisation thématique. Dans un autre volume, des croix inscrites à la main ont été retrouvées sur les différentes pages de titre du Sammelband indiquant sans doute l’ordre dans lequel les titres devaient être placés dans le recueil factice lors de la reliure.

Illustration 8: des croix marquant les mots importants du titre et un nombre destiné au relieur laissé sur une marge non coupée, dans un exemplaire conservé à la BU d’Utrecht (USTC 39672)

Ce n’est pas une question d’assemblage mais une question de pertinence, puisque chaque titre du volume a une place signifiante selon les souhaits du lecteur. Enfin Katell Lavéant a illustré son intervention avec le cas d’un livre joyeux de l’abbé des conards inclus dans une reliure de pamphlets catholiques2 . Son analyse des textes et la présence de ce livre dans un recueil factice à la thématique polémique lui a permis de conclure que la littérature joyeuse au XVIe siècle est également un moyen d’expression politique et pas seulement de divertissement.

Le professeur Jelle Koopmans, venu de l’université d’Amsterdam, a terminé le cycle de conférence en poursuivant les investigations de Katell Lavéant sur la question des sermons joyeux et du théâtre comique dans la France (post-)médiévale. Son intervention a confirmé que les Sammelbände était responsable de la sauvegarde de nombreux textes de théâtre médiévaux : tous les textes de théâtre médiévaux imprimés en France et parvenus jusqu’à nous ont été conservés dans un Sammelband ! Par ailleurs le format particulier de ces livres étaient caractéristiques des ouvrages dédiés au théâtre. Le format in-folio souvent dit « agenda » (correspondant à la taille d’une feuille A4 pliée dans le sens de la longueur) laissait juste assez de place pour imprimer un texte en octosyllabes avec les didascalies. Il devait être utile pour les acteurs qui avaient besoin de déclamer le texte et de le lire sur scène au besoin. Enfin, sa particularité n‘est pas seulement dans son format mais aussi dans le matériel d’imprimerie utilisé pour les textes ; la gothique bâtarde est en effet la typographie spécifique à ces courts textes dont la littérature était jugée comme populaire.

Illustration 9: Une des pièces du Recueil Trepperel.

Ainsi le professeur Koopmans a-t-il pu clore son étude en présentant le cas de deux Sammelbände partageant probablement la même reliure, le recueil Trepperel et le recueil de Florence. Le professeur fait le triste constat que, si le recueil de Florence est encore aujourd’hui conservé dans sa reliure d’origine, le Recueil Trepperel a quant à lui malheureusement été démantelé au XIXe siècle. Aujourd’hui, l’importance de ces recueils factices poussent les bibliothèques à réfléchir aux meilleurs moyens de les conserver et de les mettre en valeur dans leur collection.

Les interventions de ce cycle de conférence nous ont démontré que les recueils factices sont des trésors de renseignements sur les pratiques de lectures et sur la logique de consultation et de préservation des livres à l’époque moderne. Les humanités numériques sont d’un prompt renfort pour présenter au plus grand nombre les perles que recèle ce patrimoine particulier, tant sur le fond des documents que sur leur forme. Cette école d’hiver était l’occasion de présenter un premier état des recherches sur la question, mais aussi d’évoquer la possibilité de recherches futures, notamment via des appels à candidature consacrés à ces projets.

Isabelle Riquet
Ingénieure de recherche à l’ENSSIB


 

  1. Neil Harris et Ilaria Pastrolin, Briquet Reloaded, Lyon, Institut d’Histoire du Livre 2018. []
  2. Voir sur ce cas son billet “Usages et intérêts d’un recueil factice du XVIe siècle: la trajectoire d’un Sammelband de Paris à Utrecht“, publié sur le blog Histoire du Livre le 18 janvier 2019. []

Traces de controverses

La valorisation d’un fonds lyonnais de controverses religieuses de la bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon (BU Henri de Lubac)

Le fonds Monseigneur Lavallée

Fleury Lavallée (1870-1961) fut une des grandes figures de l’enseignement catholique à Lyon dans la première moitié du XXe siècle. Ayant en partie fait ses études aux grands séminaires de Lyon, il fut nommé prêtre dans ce diocèse avant de devenir professeur de latin en 1900 puis recteur des Facultés Catholiques de Lyon de 1910 à 1945. On suppose que sa bibliothèque, composée en particulier d’ouvrages sur les controverses religieuses des XVIe et XVIIe siècles, fut naturellement intégrée dans celle de l’Université Catholique.

L’histoire de cette collection (provenances, traitement, cotation) reste à faire. Dans le prolongement du projet « Mémoire et Usages des récits et images du Mal », consacré à la fabrique du scandale de 1562 aux lendemains de la Révocation de l’Édit de Nantes et en vue du développement d’un projet de recherche consacré à la transmission confessionnalisée1, une équipe de chercheurs2 s’est attelée à l’analyse et à la valorisation numérique de ce fonds de controverses méconnu.

À ce stade de nos recherches, il est difficile, de savoir précisément où, quand et comment le fonds a été constitué, même s’il existe bien évidemment des indices :

Illustration 1: Coupures de journaux et reçus de vente (Université Catholique de Lyon).

Le travail de « mémoire professionnelle » initié par Isabelle Vouilloux, Responsable des fonds anciens et patrimoniaux à la bibliothèque de l’Université Catholique de Lyon, devrait permettre à terme  de mieux comprendre la logique qui a présidé au rassemblement de ce fonds riche de quelques 130 ouvrages, parmi lesquels une douzaine de recueils factices parfois volumineux (soit plus de 200 pièces).

Ces derniers participent indéniablement de l’attraction du fonds. Notre projet rencontre à ce titre l’intérêt renouvelé porté sur cet objet par la recherche en histoire du livre3. Les recueils factices posent, en effet, des problèmes spécifiques de repérage et de catalogage. L’objectif de notre projet vise à tester la pertinence d’une bibliothèque numérique virtuelle pour accroître la visibilité de ces recueils et, plus largement, de la collection dans laquelle ils prennent place. Nous avons ainsi opté pour un double système de catalogage afin de décrire à la fois le recueil en tant qu’objet, et chacune des pièces qui le constituent.

Un recueil typique

L’hétérogénéité même des pièces rassemblées constitue un défi pour la construction intellectuelle de la bibliothèque virtuelle, et soulève des problèmes méthodologiques spécifiques qu’il nous paraît important de relever.

Certains de ces recueils sont à peine reliés : 

Illustration 2: Recueil de pièces non reliées (Université Catholique de Lyon).

Dans ce cas, un ensemble de 11 pièces est rassemblé par une reliure trop petite en parchemin abîmé, indépendante des exemplaires. Sur le dos, on peut lire « anticoton » et « MDCXI ». Si la thématique est claire, l’ordre des pièces, en revanche, ne peut qu’être sujet à caution.

D’autres recueils présentent des reliures de meilleure facture, quoique d’époques différentes. Mais alors que certains constituent des ensembles relativement homogènes, parce qu’ils rassemblent les écrits par « affaire » (ainsi autour de l’« Anticoton ») ou encore par auteurs4, d’autres n’ont pas le même caractère d’évidence.

Le recueil que je présente ici, relié plus tardivement que les précédents, contient 15 pièces, toutes de format in-4°, dont voici la liste :

1 Mestrezat, Jean, Le Hibou des Jésuites, s. l., M. DC. XXIIII. (1624), 3-30 p.
2 Véron, François, Response au Hibou de Charenton ou Mestrezat, convaincu d’estre nouvel hérésiarque, larron des escrits du Spalatin De Dominis ; Faulsaire ; & destitué de toute preuve ; En son livre de la communion à Jésus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, contre les Cardinaux Bellarmin & du Perron, Paris, J. Mestais, s. d. [paru en 1624 d’après Desgraves (7147)], 24 p.
3 Véron, (François), La Corneille de Charenton despouillée des plumes des oyseaux de Genève & Sedan ; et deffy au Sr Mestrezat, et à ses collègues Ministres, sur son livre intitulé, De la Communion à Jesus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, contre les Cardinaux Bellarmin & du Perron; desrobé et transcript du livre de Turetin Ministre de Genève, intitulé de la Communion à Jésus Christ, où est respondu à ce qu’a dit contre icelle le Cardinal du Perron ; Et du Bouclier de du Moulin ; mis au pieds du Roy…, Paris, Jean Mestais, M. D. C. XXIV (1624), 40 p.
4 Véron, (François), Tous les ministres de France convaincus d’estre Faussaires de l’Escriture saincte, sur tous les principaux Articles de leur Confession de foy, Par un nouveau moyen, Et excommuniez par S. Jean & par S. Paul pour ce crime, Paris, Jean Mestais, M. DC. XXIII. (1623), 28 p.
5 Véron, (François), Les Justes Motifs de la conversion de monsieur le baron de Sainct-Angel, & de Madame sa femme ; Et sommation faicte aux Ministres Durand & Mestrezat de se rendre Catholiques selon leur promesse ; Et leur fuitte, Paris, J. Mestais, M. DC. XXIII. (1623), 40 p. 
6 Gateau, Nicolas, Les ruses et finesses des huguenots. Descouverte par M. Nicolas Gateau, Curé de Se Marguerite de la Rochelle envoyée à son amy Pierre Theophile de la noble lignée de S. Roch en Languedoc sur sa conversion, A Bourdeaux, Jouxte la coppie imprimée à Sainctes par Pierre Bichon, M. DC. XXIII. (1623), 16 p.
7 Harangue faite au roy par les deputez generaux des Eglises Reformees de France, M. DC. XXIII. (1623), 3-13 p. 
8 Le Testament & Sepulchre des Huguenots, Rebelles au roy. Par un Francois zelé de la gloire de Dieu, & du service de son Roy, A la France, A Paris, Chez Jean Martin, au mont S. Hilaire, s. d., 23 p.
9 Meynier, (Honorat de), Le scandale des ministres. Nouvellement recogneu Par le Sieur Du Moulin jadis Ministre de Charantonneau, & de present Ministre de Sedan. Par H. DE M., A Paris, Chez Julian Jacquin, 1623. Avec Approbation, 23 p.
10 L’avant-courrier du Guidon Francois. Avec le Quas-tu veu de la cour, s. n. s. l., M. DC. XX. (1620), 8 p.
 11 Le guidon francois, Ensemble Radamante, armée de vengeance, s. n. s. l., M. DC. XX. (1620), 23 p.
 12 Prince de Condé [Henri II de Bourbon], Lettre de Monseigneur le Prince de Condé. Au Roy, A Tolose, Par la Vesve I. Colomiez, & Raym. Colomiez, Imprimeurs ordinaires de sa Majesté, 1625. Jouxte la Coppie imprimée à Paris, 3-14 p.
 13 Consultation de trois fameux Advocats, sur les affaires publiques, s. n. s. l., M. DC. XXIII. (1623), 16 p. 
 14 Recit veritable des conferences que les pasteurs de l’Eglise de Paris ont eu avec le Sieur Veron. Et particulierement, celle qui a esté tenuë au sujet de Madame la Mareschalle de Themines, s. l., M. DC. XXIIII. (1624), 23 p.
 15 Véron, (François), Relation du voyage au Languedoc du P. Veron, envoyé du Roy pour la reduction des Desvoyez. ou Combats victorieux pour la Religion Catholique contre les Ministres de Nismes, Montpelier, Beziers, Alés, & de tout le bas Languedoc, & des Sevenes ; Avec les Conversions qui s’en sont ensuivies : Mouvements generaux des principaux de Montpelier, Nismes, &c. à abjurer l’heresie ; Et establissement de la Congregation des Missionnaires fondée par les Estats generaux du Languedoc convoquez à Beziers, Paris, François Targa, M. DC. XXV. (1625), 32 p. 
Illustration 3: Pages de titre des pièces 6 et 13 du recueil (Université Catholique de Lyon).

Malgré la diversité relative des pièces rassemblées, elles ont en commun d’avoir été publiées entre 1620 et 1625. On peut distinguer deux ensembles, le premier consacré aux conséquences sur les villes de sûreté protestantes de la première guerre menée par Louis XIII en Béarn ; le second dominé par la personnalité haute en couleur du controversiste François Véron.

1. Regards sur la reprise des tensions de part et d’autre de la fracture confessionnelle 

Les pièces 10 et 11 relèvent de la catégorie du libelle politique. Datées de 1620, anonymes, elles relaient la voix de l’opposition (parti de la reine mère) et s’en prennent au favori Luynes.

La pièce n° 6, de Nicolas Gateau, s’en prend plus particulièrement à La Rochelle, présentée comme une nouvelle Babylone. On notera, au passage, l’explication humorale de l’entêtement diabolique des Huguenots Rochelais : ils « resvent, radotent, sont malades de melancholie asinine, & par l’adustion de la cholere qui n’ont peu vomir depuis sept ou huict ans que le mal de cœur les tient, sont devenus furieux & enragez ».

Les députés Réformés de la pièce n° 7, tout en se distinguant des boutefeux de Montpellier dont la députation sent « par trop la poudre & la mesche de la garnison », supplient le roi de retirer ses troupes de la ville de Montpellier et de démanteler le fort de La Rochelle, cet « espouventail aux navires marchans ». Nous sommes alors en 1623. Deux ans plus tard, Montpellier fera partie des villes où Véron mènera tambour battant sa mission de reconquête des âmes (voir la relation de son voyage en Languedoc).

La pièce n° 13 (Consultation de trois fameux Advocats, sur les affaires publiques) prend le contre-pied de la pièce n° 7 et souligne la nécessité d’une politique belliqueuse à l’égard des villes fortes : « Vous sçavez (Messieurs) qu’il n’y a rien de plus important à la conservation, tant de ceste Monarchie, que de l’authorité du Roy, & à l’establissement d’une ferme paix (choses inséparables) que la destruction & ruine totale des Républiques huguenotes, qui subsistent encore en plusieurs villes de ce Royaume, & particulierement à la Rochelle ».

Quant à la pièce 8, que l’on propose de dater de 1621, c’est une pièce d’éloquence bien singulière saturée d’allusions aux troubles en Béarn, qui en appelle également à la destruction de La Rochelle5.

La pièce n° 12 propose enfin l’éclairage d’un Grand sur la politique du roi, tant à propos de la Valteline qu’à l’égard de La Rochelle.

2. François Véron (1575-1649)

Cet ensemble rassemble les pièces 1-5 et 14-15. Les pièces 1, 2 et 3, où l’on se donne aimablement des noms d’oiseaux, forment une suite autonome. La pièce n° 1 connaît par ailleurs un doublon isolé dans le fonds. C’est toutefois par la pièce 3 (La Corneille de Charenton despouillée des plumes des oyseaux de Geneve & Sedan) qu’il faut commencer la lecture. François Véron s’en prend ici violemment au traité de Mestrezat intitulé De la Communion à Jesus-Christ au Sacrement de l’Eucharistie, et accuse son auteur de plagiat : « Je despouille ceste miserable Corneille des plumes d’autruy ». Ainsi l’origine du titre est à chercher dans l’apologue horatien de la corneille qui se part de plumes étrangères. Dans son adresse liminaire au roi, Véron en profite pour suggérer la création d’un « petit fond » pour financer les missions de « quarante ou cinquante hommes », et ce, afin de contraindre « tous ces oyseaux de prendre leur vol hors de l’air de la France ». L’attaque proprement dite à l’égard de Mestrezat emprunte ses codes au duel :

Illustration 4: Cartel de défi de François Véron (détail).

Le gant est relevé par Mestrezat dans la pièce n° 1 (Le Hibou des Jesuites) qui file la métaphore ornithologique : Véron est un « Hibou » dont les « dix plumes principales » sont « l’ignorance, l’impertinence, l’insolence, l’imposture, l’impudence, le mensonge, la jactance, les injures, la bouffonnerie & l’impiété ». Mestrezat est sans pitié à l’égard d’un fou dont les écrits « sont des choux recuits qui font mal au cœur », d’un charlatan qui croit faire le nouvel apôtre mais n’est qu’un « enfant perdu » que « les enfans […] montrent au doigt », et dont la méthode est « tellement ridicule, qu’il n’y a crocheteur, ny chambriere qui dedans un quart d’heure ne la puisse sçavoir aussi bien que Veron ».

La réplique de Véron ne se fait pas attendre (pièce n° 2). Sa Response au hibou de Charenton est précédée d’une épître au roi où Véron requiert de nouveau les fonds nécessaires aux missions qui doivent permettre de chasser de France tous ces oiseaux de nuit.

La pièce n° 14 est également une réplique à la pièce n° 3 de Véron, et propose une copie des actes de la conférence entre les sieurs Mestrezat et Véron, en présence de la Maréchale de Thémines. Elle contient également, à partir de la page 22 une section intitulée « Des conferences que les Sieurs Durant & Drelincourt ont eu avec le Sieur Veron », qui porte sur la visite de Véron, déguisé en solliciteur de procès, au logis de Monsieur Durand, en compagnie de madame de S. Angel. La séquence est à l’évidence une réplique à la pièce n° 5 (avec des variantes significatives). On voit ici comment les pièces d’un même recueil entrent en écho les unes avec les autres.

La pièce n° 15 – récit publié en 1625 d’une mission de Véron en terres languedociennes – fait le lien avec le premier ensemble et notamment la pièce n’° 7, tout en illustrant la politique de mission menée par le Prédicateur du Roi.

Illustration 5: Les noms des Ministres combattus par François Véron (verso de la page de titre).
« Je les ay attaqué mesmes au milieu de leurs Presches, leur offrant des Theses ou cartels de deffy, pour entrer en conferences avec toutes les conditions qu’ils voudroient, à la veuë de tous ceux qui les suivent, dressant des Theatres aux portes de leurs Temples, y conviant le peuple… »

Reste la pièce n° 9 datée de 1623, qui présente le récit d’une de ces confrontations entre prédicateurs catholiques et ministres réformés, dont Véron se fait une spécialité.

On voit ici la nécessité d’une cartographie des textes qui se répondent et fonctionnent en réseau. La constitution d’une bibliothèque virtuelle de ce fonds devrait permettre d’en mesurer l’intérêt et la richesse.

Isabelle Moreau
IHRIM – ENS de Lyon


 

  1. Projet TRACES, dirigé par Isabelle Moreau, IHRIM, ENS de Lyon []
  2. L’équipe comprend les chercheurs suivants : Mathilde Bernard, MCF, Université Paris Nanterre ; Thibault Catel, MCF, Université de Limoges ; Mathieu de La Gorce, MCF, Université Paris Nanterre ; Julien Léonard, MCF, Université de Lorraine ; Isabelle Moreau, MCF HDR, ENS de Lyon ; Blandine Perona, MCF, UPHF (Valenciennes) ; Fabienne Vial-Bonacci, Assistante d’ingénieure, IRHIM, ENS de Lyon ; Isabelle Vouilloux, responsable des livres anciens et des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque Henri de Lubac de l’Université Catholique de Lyon. []
  3. Le projet Sammelband 15-16 piloté par Malcolm Walsby (ENSSIB, Lyon) témoigne de l’extraordinaire dynamisme de la recherche en ce domaine. Ce projet a notamment été présenté le 3 mai 2019, à l’École normale supérieure de Lyon, lors d’une journée sur les recueils factices organisée par les membres du Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles (GADGES, Lyon 3). []
  4. Le fonds possède ainsi un recueil de 25 pièces toutes de François Véron ; un autre recueil rassemble les écrits de Gontery et du Perron. []
  5. Il est en effet fait allusion à une comète chevelue parue trois ans auparavant : il s’agit sans doute de la grande comète de novembre 1618, ce qui donne 1621 comme date probable de publication. []

(Re)relier les registres du Trésor des chartes : entre fossilisation et évolution

Une légende tenace voudrait que la constitution du Trésor des chartes – c’est-à-dire du fonds d’archives des rois de France – soit consécutive aux destructions documentaires subies par Philippe Auguste lors de la bataille de Fréteval en 11941 . Mais l’établissement d’un dépôt d’archives stable et fixe dans le palais royal de l’Île de la Cité, si l’on peut penser qu’il s’est fait à la faveur des travaux de restructuration du bâtiment initiés au tout début du XIIIe siècle et au moment où Paris commence à faire figure de « capitale »2, n’est attesté par des mentions fiables qu’au début des années 12303 . Placé par Louis IX dans un bâtiment annexe – aujourd’hui disparu – de la Sainte Chapelle, le précieux fonds d’archives demeure abrité dans ce sanctuaire jusqu’à la période révolutionnaire4 . C’est au milieu du XIVe siècle que le fonds prend le nom de Trésor. Ce terme, qui renvoie étymologiquement à l’idée d’accumuler des biens ayant une utilité singulière – en l’occurrence ici, les archives, instrument essentiel de gouvernement – devient aussi par métaphore un lieu de conservation prestigieux. Après avoir erré de dépôts provisoires en salles annexes à la fin du XVIIIe siècle, le Trésor des chartes trouve sa place au sein de l’Hôtel de Soubise, acquis par Napoléon en 1808 pour abriter les Archives impériales. Ce n’est qu’à la fin des années 1860 que le Trésor des chartes intègre son emplacement auprès de la célèbre armoire de fer, dans la salle centrale du premier étage des grands dépôts des Archives nationales, baptisée du même nom que le fonds qu’elle abritait (fig. 1). Aujourd’hui, une partie du Trésor des chartes se trouve dans la salle adjacente.

Figure 1 : L’armoire de fer (en orange) et les registres du Trésor des chartes (en vert) dans les grands dépôts des Archives nationales, Paris. Photo : Archives nationales (France), atelier de photographie.

Le fonds du Trésor des chartes est divisé en deux sous-séries : les cartons ou layettes (cotés J), et les registres (cotés JJ). On compte aujourd’hui près de 1100 cartons et 390 registres. Un premier coup d’œil sur les volumes reliés donne la sensation d’une étonnante uniformité (fig. 2). Pourtant, une observation plus avant révèle un ensemble dont l’hétérogénéité est à la mesure de la première illusion de cohérence. Grâce à un travail de conservation-restauration mené sur quelques-uns de ces registres dans le cadre d’un vaste chantier de numérisation, l’atelier des Archives nationales a eu l’occasion de mener un passionnant travail historique et technique autour de ces reliures. Ce billet va tenter de le résumer.

Figure 2 : Les registres du Trésor des chartes dans la salle de l’armoire de fer. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

De nouvelles reliures ?

Depuis 2015, les Archives nationales sont engagées dans un projet de recherche baptisé Himanis et piloté par l’IRHT. Bien plus qu’une simple numérisation des registres originaux, ce projet ambitionne d’offrir aux chercheurs la possibilité d’effectuer des recherches plein texte directement dans le contenu des registres de chancellerie du XIIIe au XVe siècle grâce à une technologie de reconnaissance des écritures manuscrites médiévales. Une interface de consultation des données couplée à un accès aux images est d’ores et déjà disponible, et recense près de 200 registres entièrement numérisés.

La mise en ligne de cette interface a nécessité un long et minutieux travail préliminaire visant à rendre possibles la manipulation et la prise de vue. Si certains volumes pouvaient être numérisés tels quels, d’autres – dont la structure très serrée et l’apprêture bloquée empêchaient l’accès à certaines parties du texte près des fonds de cahiers (fig. 3) – ont dû être démontés de leurs reliures. L’apprêture a été nettoyée et la couture défaite pour libérer les cahiers de leurs contraintes.

Figure 3 : Exemple de texte très proche du pli de fond de cahier sur le registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Après avoir été numérisés, certains volumes ont été recousus et réintégrés dans leur reliure antérieure (parler de reliure d’origine serait ici un non-sens, nous verrons pourquoi). Dans d’autres cas, les cahiers de parchemin, libérés des fortes contraintes subies depuis plusieurs dizaines d’années, puis manipulés par les restaurateurs et par les photographes, ont vu leurs dimensions se modifier en raison du caractère hygroscopique du matériau. L’épaisseur de certains volumes excédait désormais de plusieurs millimètres – voire de plusieurs centimètres – la taille du dos de leur ancienne reliure. Décider de remonter ces reliures malgré tout nous aurait obligés à recréer une structure très serrée et rigide. Les discussions avec le conservateur du fonds5 ont mis en lumière deux éléments importants : remettre ces registres dans leur reliure aurait engendré de nouvelles complications de consultation et aurait été néfaste en termes de conservation. Une alternative était donc souhaitable.

Des origines chaotiques

Afin de proposer un projet de reliure au plus près des exigences de chaque objet singulier comme de l’ensemble de la série, nous nous sommes penchés sur le passé matériel de ces documents complexes. La sous-série baptisée « registres du Trésor des chartes » est en fait constituée de deux ensembles : d’une part, les registres des chancelleries royales proprement dits, produits à partir du règne de Philippe Auguste (1204) et jusqu’à celui de Charles IX (1568) ; et d’autre part, un ensemble d’inventaires et de copies des archives royales, rédigés au Moyen Âge et à l’époque moderne6 . Le plus ancien travail de classement (le registre de Pierre d’Etampes) date de 1318, mais ce sont les inventaires menés à bien par Gérard de Montaigu dans les années 1370 qui sont les plus célèbres.

Les registres des chancelleries (Grande chancellerie et chancellerie du Palais) contiennent les enregistrements des actes royaux, où prédominent très rapidement les lettres ayant une valeur perpétuelle (scellées de cire verte) et les décisions à portée individuelle. Ils sont à la fois un outil de gestion, un garant des preuves des possessions rattachées au domaine royal, et la mémoire d’un ensemble de grâces accordées par le roi – rémissions de peines, absolutions, chartes de privilèges, donations, amortissements, anoblissements, légitimations, naturalisations, etc.7 . De l’avis général, les contenus de ces registres peuvent être qualifiés de désordonnés. Moins soignés que les actes eux-mêmes dans la mesure où les registres étaient destinés à l’administration interne, la tenue des volumes manque globalement de rigueur (fig. 4). Certains actes ne sont que partiellement copiés, d’autres sont mélangés, intervertis chronologiquement, ou encore erronés, et certains cahiers ont été ajoutés ou soustraits au cours du temps. On peut y trouver des inscriptions malicieuses dans les marges, et les clercs chargés de rédiger ces registres, probablement payés au nombre de feuillets, ont parfois laissé des indications de comptage8 .  

Figure 4 : Deux feuillets du registre JJ 189 constituées de parchemins de qualité très inégales. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Il est très probable qu’au moment de leur rédaction, les registres n’étaient pas reliés, mais en cahiers séparés, qui étaient d’abord entre les mains des différents clercs rédacteurs des actes, avant d’être regroupés dans un deuxième temps, parfois sans grand souci de cohérence chronologique. Pour Robert-Henri Bautier9 , Gérard de Montaigu a trouvé les volumes à l’état de « tas de cahiers de parchemin maintenus par des ficelles ». L’état actuel des registres nous permet de penser qu’une reliure souple et peu coûteuse en parchemin de remploi a été effectuée à la fin du Moyen Âge. De cette ancienne campagne de reliure, nous conservons seulement les plats supérieurs et parfois inférieurs, intégrés dans les reliures contemporaines par un montage sur onglet (fig.5). Une inscription laissée par un relieur au premier folio de l’un des registres témoigne de la difficulté de travailler avec des cahiers de tailles différentes10 .

Figure 5 : L’ancien plat supérieur en parchemin de remploi remonté dans la reliure moderne du registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Un fonds figé par la reliure ?

Ce système d’enregistrement est peu à peu abandonné dans la seconde moitié du XVIe siècle, les différents organes administratifs du royaume tenant eux-mêmes leurs propres registres. Les volumes sont alors conservés à la Sainte Chapelle, dans le bâtiment du Trésor qui lui donnera son nom. Après les saisies révolutionnaires, le fonds échoit à la jeune institution des Archives impériales puis nationales. Il est placé dans la salle des gardes de l’Hôtel de Soubise, où leur état matériel préoccupe Jean Antoine Letronne, Garde général des Archives de 1840 à 1848. Il décide de confier les précieux volumes à un relieur de la rue Saint-Jacques nommé Hirou. L’artisan, qui travaille également sur des ouvrages de la bibliothèque, facture les reliures des registres du Trésor des chartes à 40 francs l’unité, c’est-à-dire environ quatre fois plus qu’une reliure in-folio plein cuir classique. Un rapport de 1845 nous apprend que Hirou a effectué les reliures des 277 registres de la collection (il s’agit probablement des registres de chancellerie précédemment évoqués, cotés JJ 7 à JJ 266). Ces reliures sont des pleins maroquins brun orangé avec titrage à l’or.

À partir de la fin des années 1850, un atelier de reliure et de restauration est créé au sein même de l’institution des Archives. Le premier ouvrier relieur de des Archives est un dénommé Rose, successeur de Hirou à l’atelier de la rue Saint-Jacques. Il est très vite rejoint par d’autres ouvriers, et les relieurs sont environ six dans l’atelier tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle11 . Les documents de demande de travaux de reliure adressés à l’atelier par les différents chefs de section nous apprennent que depuis la moitié du XIXe siècle, les registres de la série du Trésor des chartes n’ont cessé de passer par l’atelier pour des « raccommodages », des « réparations » ou encore des « réfections de la reliure ». Dans les années 1960, une nouvelle et vaste campagne de reliure concerne une partie des registres.

Malgré l’uniformité apparente de l’ensemble, tous les cas de figure existent : certaines reliures sont celles effectuées par Hirou au début des années 1840, d’autre ont été réparées ou refaites à une ou plusieurs reprises (fig. 6). L’aspect et la structure des registres du Trésor des chartes peut être comparé à un bateau de Thésée, dont la fossilisation, amorcée au milieu du XIXe siècle, a partiellement échoué. Si l’esthétique choisie par Letronne en 1840 est respectée par toutes les générations de conservateurs, relieurs et restaurateurs, la réalité matérielle est stratigraphiquement bien plus complexe. 

Figure 6 : De subtiles différences sont visibles dans les factures des reliures : nature et couleur du cuir, arrondi du dos, qualité du titrage. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Les impératifs structurels et esthétiques

Dans notre cas, la nouvelle reliure à mettre au point devait répondre à deux impératifs principaux : d’une part trouver un compromis entre solidité de la structure et ouvrabilité maximale ; et d’autre part s’insérer harmonieusement dans l’esthétique d’ensemble des reliures du Trésor des chartes. Récemment, quelques volumes de la série ont été reliés de nouveau selon les techniques mises au point par Christopher Clarkson12 et Robert Espinosa13 . Il s’agit de structures adaptées à la conservation à long terme, mettant en œuvre très peu d’adhésif, utilisant des matériaux dont la longévité a été éprouvée14 , et permettant une excellente ouverture des volumes (fig. 7).

Figure 7 : Reliure de conservation type Clarkson réalisée récemment sur le registre JJ 7. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Néanmoins, malgré leurs nombreuses qualités, l’adaptabilité de ce type de reliure diminue à mesure que la taille et le poids du volume augmentent. La majorité des registres de chancellerie du Trésor des chartes sont de très grands ouvrages, parfois très épais, et presque entièrement constitués de parchemin. En outre, l’identité esthétique très marquée de la série nous impose d’obtenir un résultat visuel proche de celui mis en place dans les années 1840. La future reliure devra donc présenter un dos en maroquin brun orangé, des nerfs (vrais, faux ou simulés par des filets au froid naturel), et un titrage à l’or. La qualité des maroquins produits aujourd’hui ne correspond pas aux principes de conservation les plus élémentaires15 le cuir devra donc être isolé du document original.

Une structure sur mesure

La couture est la colonne vertébrale du livre relié, elle détermine en grande partie la solidité et l’ouvrabilité du volume. Ces deux variables sont inversement proportionnelles : plus un livre relié s’ouvre à plat et moins sa structure est solide. Avant le XIXe siècle, presque tous les livres sont cousus sur des supports externes, c’est-à-dire saillants sur le dos. Ces supports assurent un certain maintien du volume à l’ouverture et à la fermeture. A partir du XIXe siècle, on cherche à obtenir des dos longs (sans nerfs), et les premières coutures sur rubans et sur ficelles grecquées apparaissent (fig. 8). La perte de solidité engendrée par ces coutures est souvent compensée par une apprêture16 très importante qui peut parfois aller jusqu’à bloquer complètement le dos et réduire drastiquement les possibilités d’ouverture.

Figure 8 : De gauche à droite : couture à chevrons sur double lanière de cuir fendu torsadé, couture droite sur lanière de cuir plate fendue, couture droite sur double nerf (septain de chanvre), couture à chevrons sur doubles nerfs (septains de chanvre), couture compensée ou bordée sur nerf simple (septain de chanvre), couture simple sur nerf simple (septain de chanvre), couture sur ficelle grecquée, couture sur rubans. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Dans une perspective de conservation à long terme, l’enjeu principal de la couture est d’accompagner les mouvements engendrés par l’ouverture et par la fermeture, et d’amoindrir les contraintes mécaniques. Le dos d’un livre, de forme concave lorsque celui-ci est fermé, devient progressivement convexe à l’ouverture17 . Si aucun support n’est présent ou s’il est insuffisant, l’arrondi formé par les cahiers lorsque le volume est ouvert risque de rompre, formant un angle caractéristique (fig. 9). Cette cassure est bien souvent à l’origine d’une série d’altérations pouvant parfois mener à une fragmentation de l’objet. Il est donc fondamental de répartir les tensions mécaniques exercées à l’ouverture sur un support approprié.

Figure 9 : Exemple de cassure de l’arrondi concave du dos. Photo : Lucie Moruzzis.

Il nous a semblé qu’une couture sur nerfs serait la plus adaptée à notre cas. Le registre coté JJ 189 (chancelleries de Paris et de la Cour, 1454-1461) mesure 365 mm de hauteur, 365 mm de largeur et 90 mm d’épaisseur, il est composé exclusivement de cahiers de parchemins. Relié au début des années 1960 et démonté pour être numérisé, il a été choisi pour réaliser un prototype. Afin de maintenir le poids des feuillets lors des manipulations, la couture a été effectuée sur quatre supports doubles faits de septains de chanvre. Nous avions envisagé de renforcer cette couture par un gainage supplémentaire, afin de créer un effet ressort (fig. 10).

Figure 10 : Première solution envisagée de gauche à droite : couture droite sur doubles nerf (septain de chanvre), la même couture renforcée par un fil mis en évidence par une teinture verte, la même couture renforcée par un fil blanc. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Lors de la rencontre thématique organisée par l’ARSAG (Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques) en 2019 autour du thème de la préservation du livre, Paulina Muñoz Del Campo, conservatrice-restauratrice d’arts graphiques et livres (atelier Art&.), a présenté une technique de renfort de couture mise au point par ses soins18 . Adapté d’un galon de passementerie (symétrique à nœuds plats), ce procédé consiste à effectuer des nœuds alternés de chaque côté du support après couture (fig. 11). La plasticité du résultat est parfaitement adaptée aux exigences de maintien du dos, et les essais effectués en atelier ont fini de nous convaincre.

Figure 11 : Schéma du point de renfort mis au point par Paulina Muñoz Del Campo. Schéma : Paulina Muñoz Del Campo.

Nous avons donc réalisé avec succès ce point de renfort sur la couture de JJ 189 (fig. 12). La réalisation de tranchefiles à point arrière (technique mise au point par Christopher Clarkson) a complété le maintien mécanique du dos.

Figure 12 : Le point de renfort effectué sur la couture du registre JJ 189. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Pour parfaire la solidité de l’ensemble, les supports de couture ainsi que les âmes de tranchefiles ont été passés dans des plats en carton de conservation, et des claies en toile de coton ont été appliquées sur le dos et sur les contreplats (fig. 13).

Figure 13 : La reliure du registre JJ 189 après passure en cartons. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

À ce stade, la structure se suffit à elle-même et répond efficacement aux exigences mécaniques liées aux dimensions importantes des volumes. Une coque en papier japonais moulée sur le dos permettra par la suite de réaliser un habillage amovible constitué de maroquin brun orangé pour le dos et de parchemin pour les plats (fig. 14). Le cuir du dos pourra alors être doré de la même manière que les autres volumes de la série. Cette jaquette sera maintenue sur le registre par un simple jeu de pliage, il sera donc extrêmement aisé de la remplacer si besoin. 

Figure 14 : La couvrure amovible effectuée sur une coque en papier japonais (maquette de travail). Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Conclusion

L’intervention de remplacement d’une reliure ancienne n’est jamais anodine. Elle nécessite de trouver un équilibre, nécessairement basé sur des compromis et des renoncements, qui respecte le plus possible les exigences de maintien mécanique, de conservation à long terme, et d’insertion esthétique dans un ensemble dont la cohérence apparente est souvent toute relative. Entre passé matériel complexe d’un objet et avenir d’une discipline en perpétuel questionnement, les interventions de conservation-restauration menant à la confection d’une nouvelle reliure sur des documents anciens sont un riche et passionnant champ d’exploration pluridisciplinaire.

Figure 15 : L’efficacité du maintien apporté par la couture, le point de renfort adapté de la passementerie, et le bâti permettent au registre JJ 189 de conjuguer ouverture optimale et structure solide et durable. Photo : Archives nationales (France), Lucie Moruzzis.

Lucie Moruzzis
Archives nationales de France

  1. Voir l’Introduction à l’histoire du fonds dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales. Voir également, pour une mise en perspective plus récente de l’histoire du Trésor des chartes, Potin Y., La mise en archives du Trésor des chartes, thèse de l’École des chartes, 2007 : positions. []
  2. Bautier R.-H., « Quand et comment Paris devint capitale », Bulletin de la Société d’Histoire de Paris 105 (1978), pp. 17-46. []
  3. Voir par exemple le mandement de décembre 1231 adressé depuis Vernon par Louis IX à Adam, son concierge du palais de Paris, pour qu’il permette à un clerc de la cour de venir copier des lettres du comte de Flandres qui sont conservées dans le dépôt (Arch. nat., J 1022, n° 3). []
  4. Potin Y., « Archives en sacristie. Le trésor est-il un bâtiment d’archives ? Le cas du « Trésor des chartes » des rois de France (XIIIe-XIXe siècle) », Livraisons d’histoire de l’architecture 10, n°1 (2005), pp. 65-85 : https://www.persee.fr/doc/lha_1627-4970_2005_num_10_1_1016 . []
  5. M. Jean-François Moufflet, que nous remercions pour sa collaboration et son aide bienveillantes. []
  6. Scheurer R., « L’enregistrement à la chancellerie de France au cours du XVe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes 120, no 1 (1962), pp. 104‑129 : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1962_num_120_1_449637. []
  7. Portugal E., « Le miroir et la plume, Registres, notaires-secrétaires et chancellerie royale au cœur du XIVe siècle », Circé. Histoire, Savoirs, Sociétés, no 3 (2013) : http://www.revue-circe.uvsq.fr/le-miroir-et-la-plume-registres-notaires-secretaires-et-chancellerie-royale-au-coeur-du-xive-siecle/. []
  8. Bautier R.-H., « Recherches sur la chancellerie royale au temps de Philippe VI (deuxième article) », Bibliothèque de l’École des chartes 123, no 2 (1965), pp. 313‑459 : https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1965_num_123_2_449700. []
  9. Cité par Emmanuelle Portugal, Ibid. []
  10. Cité par Rémy Scheurer, Ibid., Archives nationales JJ 68 (1331-1349) f°1 R° : (« non inveni principuum hujus quaterni et erat iste liber totus diffusus et dispersus per folia et quaternos et ipsos coadunavi et hoc modo consui ». []
  11. Ces événements sont documentés par les « archives des Archives » (série AB des Archives nationales), notamment aux cotes AB XLIV et AB XXIV. []
  12. Clarkson C., Limp Vellum Binding and its potential as a conservation type structure for the rebinding of early printed book, Oxford : Christopher Clarkson, 2005 []
  13. Espinosa R., « The limp velum binding : a modification », The new bookbinder 13 (1993), pp. 27-38. []
  14. Le cuir mégissé pour les supports de couture, le lin pour le fil de couture, le papier japonais pour l’apprêture, et le parchemin pour la couvrure. []
  15. Aubry T. et al., « Sélection d’un cuir de veau de tannage végétal destiné à la restauration de livres anciens, Premiers résultats », Actualités de la conservation 25 (2006) : https://multimedia-ext.bnf.fr/lettres/conservation/html/cn_act_num25_art2.htm. []
  16. Ce terme désigne l’ensemble des matériaux (papier, parchemin ou textile) collés sur le dos des cahiers cousus afin de le renforcer. []
  17. Conroy T., « The movement of the Book Spine », The Book and Paper Group Annual 6 (1987) : https://cool.conservation-us.org/coolaic/sg/bpg/annual/v06/bp06-01.html. []
  18. Un article à paraître dans le prochain numéro de la revue Support tracé présentera les multiples possibilités offertes par cette technique : http://arsag.fr/support-trace.html. []