À la recherche de l’édition de Clamadés attribuée à Jean Bonfons

À l’occasion de recherches de longue date sur le roman en vers de Cleomadés rédigé par Adenet le Roi à la fin du XIIIe siècle et plus précisément sur le thème du cheval de bois volant qu’il met à l’honneur, nous avions été amenée à découvrir que ce roman avait fait l’objet non d’une mais de deux mises en prose. Deux compositions indépendantes l’une de l’autre, dont seule la seconde a bénéficié d’une diffusion imprimée, quand la première semble ne pas s’être émancipée de la cour de Bourgogne. À la faveur d’une édition critique de ces deux proses, nous avions successivement été amenée à étudier la fortune éditoriale du Clamadés – nom sous lequel circule le roman après son passage sous les presses –, d’abord d’un œil distrait, puis avec un intérêt accru à mesure que progressaient nos connaissances et que se dessinait dans le même temps la spécificité de cette diffusion, plus importante que ne le laissaient présager les mentions discrètes dans les études tant médiévistes que seiziémistes1.

Illustration 1 : Cy commence le livre de Clamades filz du roy d’Eſpaigne et de la belle Clermonde fille du roy Carnuant, [Lyon : Guillaume le Roy, circa 1479-1480], GW 12489.

Le Clamadés en effet a connu une diffusion honorable (si on la compare par exemple à celle d’un Pierre de Provence ou d’une Belle Hélène de Constantinople), propulsée de bonne heure par l’imprimerie lyonnaise (à partir de l’année 1480 environ – voir illustration 1)2 et perpétuée au XVIe siècle par les presses parisiennes, notamment celles des Trepperel3. Or cette transmission révèle aussi des intermittences, du fait de la perte d’un certain nombre d’attestations. C’est le cas de trois éditions parisiennes dont l’existence est actée par des mentions bibliographiques mais dont aucun exemplaire ne nous est parvenu : une édition de Jean Janot, une édition de Jacques Guichard et une édition de Jean Bonfons. Concernant cette dernière, nous avons pu néanmoins récolter quelques indices qui en rendent l’existence sinon tangible au moins plus probable4. En voici le détail.

La description la plus récente, donnée par Arlette Destot5, ne semble être qu’une reprise composite d’éléments trouvés dans le répertoire de Brunet6, auquel elle renvoie à propos : « lhystoire et cronicq du noble et vaillāt clamades… filz du roy despagne et de la belle clermonde fille du roy Carnuant. Paris, Jean, Bonfons, in-4o goth à 2 colonnes ». Le détail du titre est suspect et peut être emprunté à une autre édition du Clamadés recensée par Brunet. Celui-ci est le premier à décrire la mise en page sur deux colonnes (caractéristique de la production romanesque de Jean Bonfons, de même que le format in-quarto7).

Les mentions de cette édition sont rares et il faut remonter au XVIIIe siècle pour en trouver trace dans les collections et les catalogues correspondants. Voici, dans l’ordre chronologique, les pistes que nous avons levées, susceptibles de nous informer sur l’existence et la consistance de cette édition, et plus spécifiquement sur la fortune d’un exemplaire particulier :

Le catalogue de Colbert (1728, illustration 2) comporte une mention succincte : « Histoire de Clamades et de Cleremonde. Paris, Gothique », sans mention d’imprimeur-libraire, mais dont l’intérêt réside dans la spécificité de l’exemplaire, indiqué comme étant relié avec « Les Proësses et Vaillances d’Hercules. Paris ».

Illustration 2 : Bibliotheca Colbertina, seu, Catalogus librorum bibliothecae : quae fuit primum ill. v. d. J.B. Colbert […], Paris : G. Martin, 1728. Le Clamadés y figure sous le no 11733.
Le catalogue de la collection de Hoym (1738, illustration 3) comporte lui aussi un imprimé dans lequel se trouvent reliés à la suite les deux textes (no 2765). Il s’agit, pour le premier, d’une édition de  « Bonfons », et pour le second, d’une production de « Lotrian », soit Alain Lotrian, dont au moins deux éditions de l’Hercule sont effectivement attestées8. Le catalogue précise en outre que l’exemplaire est relié dans un veau fauve.

Illustration 3 : Catalogus librorum Bibliothecae Illustrissimi Viri Caroli Henrici Comitis de Hoym, Paris : Gabriele et Claude Martin, 1738. Le Clamadés y figure sous le no 2765.

Plus tard, on trouve une mention explicite, mais sans doute erronée, dans le catalogue posthume (1765) de la marquise de Pompadour sous le n° 1487 : « Histoire et Chronique de Clamadès, fils du Roi d’Espagne & de la belle Clermonde, trad. de l’espagnol par Philippe Camus. Paris, J. Bonfons, 1504, in-4°. goth. m. r. ». La date est incompatible avec la période d’activité de Jean Bonfons et de sa femme, qui s’étend en gros entre l’année 1543 et l’année 1573.

À la fin du XVIIIe siècle, le catalogue manuscrit de la bibliothèque du marquis de Paulmy (ms. Arsenal 6290) présente sous le n° 4133 une entrée « Clamadès » assortie de la mention « Paris, Bonfons », biffée puis remplacée par « Lyon, Jean de la Fontaine, in-4° ». Par ailleurs, le rédacteur de l’extrait du Clamadés paru dans le volume d’avril 1777 de la Bibliothèque universelle des romans9, ouvrage de vulgarisation littéraire alors dirigé par Paulmy, réfère à « l’ancienne édition françoise [du] commencement du XVIe siècle, sans date, imprimée en caractères gothiques, et fort rare ». Quelques années plus tard, les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque, autre ouvrage de vulgarisation porté par le fondateur de la bibliothèque de l’Arsenal, font état d’une : « Histoire et Chronique du vaillant chevalier Cléomadès et de la belle Clarémonde (Paris, in-4o sans date)10. »

Illustration 4 : Les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque fournissent un témoignage précieux sur la collection du marquis de Paulmy.

Les descriptifs étant laconiques,  il est difficile de dire s’il est fait allusion à une édition alors conservée dans la bibliothèque de Paulmy, ce qui serait possible – la bibliothèque de Paulmy sert de première source aux extraits de la Bibliothèque universelle des romans et au recensement des Mélanges –, mais pas certain. La description peut ainsi faire songer à l’édition parisienne de Michel Lenoir produite au début du siècle, qui ne figurait pas dans la collection de Paulmy mais dont il avait pu avoir connaissance. En outre, il faut exclure l’hypothèse qu’il s’agisse de l’un ou l’autre des Clamadés conservés encore aujourd’hui à l’Arsenal, s’agissant de deux éditions lyonnaises, l’une de Jean de la Fontaine (1488) et l’autre de Chastelard (1620), cette dernière étant d’ailleurs entrée tardivement dans la collection de Paulmy. En revanche, l’Arsenal conserve une reliure dépecée portant, au dos, la mémoire d’un Clamadés non identifié, dans lequel il est tentant de reconnaître l’édition « Bonfons » mentionnée par Paulmy dans son catalogue, que ce soit ou non celle qui est mentionnée dans la BUR et dans les Mélanges. Cette peau de chagrin n’en forme pas moins un exemplaire consistant, aujourd’hui conservé sous la cote Ars. Rés 4-BL-4310, et porte au dos deux titres : « Clamades » et « Hercule11 » (illustration 5).

Illustrations 5 et 6 : Arsenal, Rés. 4-BL-4310, dos et couture révélant une extraction.

Si elle ne contient plus aujourd’hui que les Proesses et vaillances du preux et vaillant Hercules, par Alain Lotrian, la reliure présente au début les signes d’une extraction (illustration 6). C’est sans aucun doute l’exemplaire qui figurait chez Colbert puis chez le comte de Hoym, dont Paulmy aura conservé la reliure en veau fauve. Quant à l’extraction, on ne peut dire à quel moment elle a eu lieu : le livre était-il déjà amputé du Clamadés avant son entrée dans la bibliothèque de Paulmy ? Est-ce cette édition, et à plus forte raison cet exemplaire du Clamadés qui a transité chez la Pompadour12 ?

Si l’on regarde l’exemplaire de l’Arsenal, on distingue sur les gardes, outre l’ancien renvoi au catalogue de Paulmy, remplacé par le numéro plus récent, une inscription rasurée désormais illisible, qui devait probablement contenir un renvoi de nature bibliographique, ainsi qu’une note, sur la garde finale, de la main d’un secrétaire de Paulmy. Or le renvoi au catalogue comme la note ne réfère qu’à l’Hercule, dont le secrétaire prend soin de distinguer les deux éditions de Lotrian, avant de donner de brèves indications sur le contenu (illustration 7). En revanche, il n’est fait aucune mention de l’édition de Clamadés et on n’y renvoie pas davantage, ce qui laisse croire qu’elle ne s’y trouvait déjà plus lorsque l’ouvrage a été annoté.

Illustration 7 : Arsenal, Rés. 4-BL-4310, garde annotée par un secrétaire de Paulmy, à propos de l’édition d’Hercule.

Après son séjour – peut-être fugace, peut-être même fantôme – dans la collection de Paulmy, on ne trouve plus trace de l’édition du Clamadés attribuée à Jean Bonfons jusqu’au répertoire de Brunet. Pour autant, ces témoignages permettent d’esquisser l’historique d’une édition dont on a aujourd’hui perdu la trace, au moins dans les fonds de bibliothèques publiques, mais dont l’existence prend corps en recoupant les attestations que constituent ces informations bibliographiques incomplètes et ces reliques matérielles13. Suffisent-elles à assurer l’attribution à Jean Bonfons ? La réponse reste à la discrétion des spécialistes et sous réserve de nouvelles découvertes.

Fanny Maillet
Université de Zurich


 

  1. Pour le texte d’Adenet le Roi, voir Albert Henry, Les œuvres d’Adenet le Roi, t. 5 : Cleomadès [repr. de l’éd. de Bruxelles, Presses Universitaires de Bruxelles / Paris, Presses Universitaires de France, 1971], Genève, Slatkine Reprints, 1996, 2 vol. Pour les deux mises en prose, voir Le cheval volant en bois. Édition des deux mises en prose du Cleomadès d’après le manuscrit Paris, BnF fr. 12561 et l’imprimé de Guillaume Leroy (Lyon, ca. 1480), éd. par Fanny Maillet et Richard Trachsler, Paris, Classiques Garnier, 2010 (Textes Littéraires du Moyen Âge 14 / Mises en prose 2). []
  2. Lyon, Guillaume Leroy, s. d., in-folio. Un seul exemplaire connu : Paris, BnF, Rés-Y2-151, numérisé sur Gallica https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8600053p. []
  3. Voir notre article, « Du roman au titre de librairie : étude des procédés paratextuels des éditeurs du Clamadès pour faciliter l’accès à l’œuvre », Stratégies d’élargissement du lectorat dans la fiction narrative (XVe et XVIe siècles), sous la dir. de Pascale Mounier et Hélène Rabaey, Paris, Classiques Garnier, à paraître. []
  4. Voir sur ce même blog le billet de Renaud Adam https://histoirelivre.hypotheses.org/tag/jean-bonfons []
  5. Un Libraire parisien au XVIe siècle : Jean Bonfons : édition et littérature populaires, s. l. n. d., 1977, no 15. []
  6. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, 6 t., Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865, t. II, col. 77. []
  7. Sur les caractéristiques matérielles des éditions de romans par Jean Bonfons, voir Destot, Ibid., p. 45-66 ; Annie Charon-Parent, « Jean Bonfons, libraire parisien, et l’illustration des romans de chevalerie », in Le livre et l’image en France au XVIe siècle, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1989 (Cahiers V. L. Saulnier, 6), p. 57-74, en particulier p. 58. []
  8. Notre édition en 92 feuillets signés A8 B-T4 V6 ne correspond à aucune des deux descriptions données par l’USTC : voir no 55139 (recense l’exemplaire de Chantilly IV E 65) et no 88340 (exemplaire d’Utrecht, Universiteitsbibliotheek, MAG: B QU 126 RARIORA). []
  9. Bibliothèque universelle des romans, avril 1777, I, p. 169. Nous préparons la publication (prochaine, c’est promis) de notre thèse sur la collection de Paulmy et son importance pour l’élaboration des extraits de la Bibliothèque universelle. Sur le « Cleomadès » du comte de Tressan, voir en attendant l’étude ancienne de Henri Jacoubet, Comment le XVIIIe siècle lisait les romans de chevalerie, Grenoble, Xavier Drevet, 1932, p. 32-39. []
  10. Mélanges tirés d’une grande bibliothèque. De la lecture des livres françois, cinquième partie : Romans du seizième siècle, Paris, Moutard, 1780, t. 8 (= vol. H), p. 206 (avec une coquille sur le numéro de page). Paulmy ne dit rien en tout cas sur un éventuel « exemplaire en vers espagnols », dont Tressan avançait l’existence. []
  11. L’exemplaire est désormais numérisé sur Gallica https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb39334977s. []
  12. Le catalogue de la Pompadour ne comporte pas, en tout cas, les Prouesses d’Hercule. Si l’édition du Clamadés que nous recherchons correspond à celle qui se trouve inscrite dans la bibliothèque de la Pompadour, elle y figurait alors seule, sans doute sous une reliure propre. []
  13. C’est peut-être aussi l’édition signalée par Osmont, en 1768, dans son Dictionnaire typographique, historique et critique des livres rares, qu’il élabore sur l’observation des plus grandes collections, dont celles de Colbert et du comte d’Hoym. Notons que son ouvrage est dédicacé au marquis de Paulmy, alors ambassadeur à Venise, avec lequel il partageait un goût commun pour ce que l’on pourrait nommer la bibliophilie matérielle. Voir aussi Duclos, Dictionnaire bibliographique, historique et critique des livres rares, précieux, singuliers, curieux, estimés et recherchés, 4 vol., Paris, Cailleau et fils [puis Delalain], 1790-1802, t. III, p. 329. []

Vers la numérisation des catalogues de vente des bibliothèques privées : le projet MEDIATE

Le projet MEDIATE (Measuring Englightenment. Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe, 1665-1830) a pour but d’étudier la circulation européenne des livres à l’époque des Lumières. Prenant appui sur un corpus numérisé de plusieurs centaines de catalogues de vente de bibliothèques privées, il vise à développer une base de données qui permette de cartographier le monde des collectionneurs dans l’Europe de l’époque moderne et d’analyser leurs goûts intellectuels, ainsi que leurs pratiques bibliophiles et commerciales.

Illustration 1 : capture du site web du projet.

Étudier le champ littéraire du long XVIIIe siècle

Financé entre 2016 et 2021 par le Conseil européen de la Recherche (ERC), le projet est mené par une équipe de chercheurs de l’Université Radboud aux Pays-Bas sous la direction d’Alicia C. Montoya.1 Le projet a pour objectif d’étudier la circulation des livres en Europe au XVIIIe siècle, avec un intérêt particulier pour ces livres qui ont été associés avec le mouvement des Lumières. À cette fin, nous sommes actuellement en train de développer une base de données qui hébergera des données extraites d’un corpus de plusieurs centaines de catalogues de bibliothèques privées imprimés aux Provinces-Unies, en France, au Royaume-Uni et en Italie entre 1665 et 1830 (et un petit nombre de catalogues et d’inventaires supplémentaires provenant d’autres pays, dont la Belgique actuelle, Espagne et les pays scandinaves).
Notre hypothèse est que si l’on veut saisir la diffusion des livres et des auteurs associés au mouvement des Lumières, il est essentiel de comprendre leur positionnement dans le champ culturel plus large. Car ces livres et auteurs jouent un rôle non pas de façon isolée, mais en tant que participants à des réseaux plus vastes reliant les œuvres et auteurs chevronnés à leurs collègues oubliés aujourd’hui, et constituant ensemble un véritable système littéraire. Pour comprendre l’impact culturel de chaque auteur, nous devons considérer ses textes comme faisant partie d’un réseau de relations entre des textes de prestige supérieur et inférieur, des régions géographiques et des langues, et entre des auteurs plus proches et plus éloignés des centres d’autorité culturelle. Or, un champ si large ne peut pas être compris que par le biais d’une approche numérique, capable de digérer des données concernant les centaines de milliers de textes publiés et consommés au cours de cette époque historique.

Sur les traces de Daniel Mornet : les catalogues de bibliothèques privées comme source pour l’histoire intellectuelle européenne

Notre projet renoue avec l’approche de Daniel Mornet dans son article pionnier sur « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », dans lequel il a cherché à identifier, sur la base d’un corpus de catalogues de vente de bibliothèques privées françaises conservé à la Bibliothèque Municipale de Toulouse, les best-sellers du XVIIIe siècle.2 La simple question que Mornet a posée, à savoir : Qu’est-ce que les Français ont lu pendant cette période ? s’inscrivait dans un projet plus vaste portant sur les questions de changement historique. Comment les idées qui auraient jeté les bases intellectuelles de la Révolution française ont-elles pu être largement connues et acceptées ? Est-ce que ces idées peuvent être liées à des livres et à des réseaux d’écrivains et de lecteurs spécifiques ?
Malgré l’existence de nouveaux outils numériques puissants qui permettraient de refaire l’étude de Mornet avec plus de précision, à une échelle plus large, il n’y a eu jusqu’à présent aucune tentative d’exploiter systématiquement les possibilités offertes par l’énorme corpus des catalogues de vente de bibliothèques privées conservés en France et ailleurs, et d’identifier la masse des livres effectivement achetés au siècle des Lumières.

Illustration 2 : première page de l’article fondateur de Daniel Mornet.

Relevant ce défi, le projet MEDIATE est actuellement en train de créer un corpus numérique de plusieurs centaines de catalogues de bibliothèque privées publiés entre 1665 et 1830. Nos recherches couvrent quatre zones géographiques – les Provinces-Unies, le Royaume-Uni, la France et l’Italie – choisies en fonction de leur apport au mouvement des Lumières, et du rôle de ces régions dans les réseaux intellectuels et dans le commerce du livre au XVIIIe siècle. Nos sources comprennent notamment les catalogues de vente néerlandais répertoriés et photographiés par Bert van Selm et ses collaborateurs, actuellement numérisés dans la collection Book Sales Catalogues Online (BSCO), ainsi que les catalogues de bibliothèques privées décrits dans d’autres répertoires tels que ceux de Françoise Bléchet pour la France, et Alan Munby et Lenore Coral pour le Royaume-Uni.3 

Nous axons notre travail de récolte sur les bibliothèques de taille « petite » ou « moyenne », c’est-à-dire celles dont le catalogue cite moins de 1 000 lots, car celles-ci devraient nous permettre de cibler non pas les plus grandes collections, mais au contraire les collections de la sous-élite, ou le public « moyen » destinataire de la littérature qui nous intéresse. Le caractère supposément privé de ces collections, en effet, nous permet d’étudier la circulation des idées du point de vue de la réception plutôt que de la production des livres, en nous fournissant des indications sur leurs lecteurs possibles. Tout en restant conscients des dangers d’une approche axée sur la seule possession des livres – un livre en bibliothèque n’équivaut évidemment pas un livre réellement lu4  – nous posons que la possession d’un livre nous fournit des indications précieuses sur les aspirations intellectuelles du collectionneur, sur l’association de certains groupes sociaux ou professionnels avec certains types de lecture, ainsi que sur le prestige accordé à certains livres comme forme de capital culturel.

Une base de données en cours de constitution

Nous sommes actuellement en train de transcrire le corpus des catalogues sélectionnés par une combinaison de technologie de reconnaissance optique de caractères (OCR) et de post-correction manuelle. Les transcriptions de ces catalogues et les données que nous en aurons extraites – comprenant à ce jour déjà quelque 300 000 notices sur des livres individuels recensés dans les catalogues – seront mises à la disposition des chercheurs dans une base de données en libre accès dès 2021.

 

Illustration 3 : transcription de la première page du Catalogue des livres de M. Deschamps.

Ces données ont été enrichies par des métadonnées sur les catalogues, les possesseurs et autres personnages mentionnés dans les catalogues, ainsi que sur plusieurs autres entités, comme les lieux de publications. Les noms d’auteurs sont en outre liés au fichier d’autorité international virtuel (VIAF), et celles sur les éditeurs et les lieux au Thesaurus du CERL (Consortium of European Research Libraries).

Illustration 4 : métadonnées sur le possesseur de la bibliothèque décrite dans le Catalogue Deschamps 1748.

La base de données permet d’interroger cette masse de données et de métadonnées sous divers angles. Le schéma de base comprend actuellement huit entités : Persons (personnes), Places (lieux), Collections, Catalogues, Categories (catégories attribuées par le rédacteur du catalogue), Items (livres ou autres objets décrits dans le catalogue), Editions et Works (œuvres, pris au sens général).5  Ces entités contiennent à leur tour plusieurs propriétés en fonction desquelles on peut évaluer les données. Par exemple, si on s’intéresse à la matérialité des livres, on peut filtrer les résultats de recherche sous « item » pour trouver ceux dont la description contient des remarques sur la qualité du papier, sur la reliure ou sur la présence de notes manuscrites ou d’illustrations. Il y a également la possibilité d’appliquer plusieurs filtres en même temps.

Illustration 5 : capture d’écran d’une sélection de « items » obtenus après l’application de deux filtres : « Jean de La Fontaine » dans « People » + « binding » (reliure) dans « Material details ».

Quant à des questions plus générales concernant les caractéristiques et le développement des catalogues des bibliothèques privées, l’étude comparative des pages de titre, des paratextes et des classifications des livres dans les catalogues met en lumière d’intéressants parallèles, mais aussi des différences nationales importantes entre les pratiques des rédacteurs et libraires-éditeurs dans nos quatre régions et même entre les différents centres d’impression à l’intérieur d’un seul pays.

 

Illustration 6 : Page de titre et première page du Catalogue de Tronchin père et fils 1784. Catalogue de vente publié à Paris et organisé selon le système dit des libraires de Paris. La page de titre contient les informations essentielles sans être très chargée.
Illustration 7a : première page du Catalogue de M. Lambert 1784. Le catalogue a sans doute été imprimé à Saint-Omer et ne comportait probablement pas de page de titre séparée. Les livres sont rangés selon les formats.
Illustration 7b : Page de titre du Catalogue de la bibliothèque d’Ysbrand ‘t Hoen, publié à La Haye en 1790. On remarque le caractère bien rempli de cette page. Les variations typographiques servent à mettre en évidence les différents éléments d’informations. Les livres sont classés à la fois selon les matières et selon les formats.
Illustration 8 : Page de tire et première page du Catalogue de la bibliothèque de Michael Lort, imprimé à Londres en 1790. Comme celle du catalogue néerlandais de ‘t Hoen, sa page de titre contient beaucoup d’informations, entre autres le prix du catalogue. Le catalogue suit l’ordre de la vente et range les livres par formats.

Pour ce qui regarde notre intérêt porté aux « best-sellers » des Lumières, la fonction « rank » (classer) sous « Persons » permet de créer des classements de noms d’auteurs, traducteurs, éditeurs etc. associés à des « items » selon le nombre d’occurrences dans les catalogues.

Illustration 9 : les 15 auteurs dont on trouve le plus de livres (« items ») dans a. l’ensemble des catalogues (à gauche) b. les catalogues français (à droite).

La base fournit en outre des possibilités de visualisation des données, comme par exemple une représentation graphique de la composition des collections du point de vue de la date de publication des livres ou bien une carte de lieux (de publication, de naissance etc.) cités dans l’ensemble des catalogues ou dans une sélection du corpus.

Illlustration 10 : les dates de publication des livres contenus dans le Catalogue des livres de M. Deschamps.
Illustration 11 : les lieux de publication (connus) des livres répertoriés dans les catalogues de la décade 1680-1690.

En concevant ainsi une base qui fournit des moyens pour exploiter l’extrême richesse des données contenues dans les catalogues de bibliothèques privées à plusieurs niveaux et selon diverses modalités, nous avons créé un instrument de recherche susceptible à être utilisé avec fruit par une large communauté de chercheurs, d’étudiants et d’autres personnes qui s’intéressent à l’histoire culturelle du XVIIIe siècle européen. Des champs de recherches aussi diverses que celui des provenances, des prix sur le marché du livre de seconde main, de la géographie du livre, des formats et des langues privilégiés, de la composition des bibliothèques, de l’organisation des savoirs, des réseaux sociaux à l’époque moderne et des pratiques de collection et de commerce pourraient effectivement en profiter, de sorte que l’intérêt de la base dépasse largement celui de la question qui est à l’origine de sa création.

Vers un écosystème de bases de données

La richesse des informations récoltées ainsi que notre constat que les instruments bibliographiques existants sont loin de fournir un répertoire exhaustif des catalogues publiés nous a porté à créer une deuxième base de données, qui servira à la fois à compléter les bibliographies publiées jusqu’ici et à contextualiser les données contenues dans la base MEDIATE. Cette deuxième base, intitulée BIBLIO (Bibliography of Individually-owned Book and Library Inventories Online), contiendra des informations bibliographiques sur tous les catalogues de bibliothèques privées britanniques, français, néerlandais et italiens imprimés dans la période 1665 – 1830, dont nous avons conservé la trace.6 

             Nous nous rendons bien compte  du fait que les catalogues (de vente) de bibliothèques privées ne représentent qu’une seule source – particulièrement riche, certes – sur le marché du livre au XVIIIe siècle, et que les données qu’ils nous livrent comportent des parti pris spécifiques et demandent d’être maniées avec caution. Pour bien mesurer l’impact des ouvrages et des auteurs dans le champ littéraire, il est nécessaire de les étudier à travers une gamme de sources diverses, touchant non seulement à la réception, mais aussi à la production et la mise en circulation du livre. C’est pourquoi notre projet MEDIATE consolidera les collaborations déjà existantes avec un certain nombre d’autres projets numériques en histoire du livre, sur d’autres types de source, afin de créer un écosystème de bases de données interopérables. Cette collaboration implique actuellement les projets bibliométriques de Simon Burrows à l’Université de Western Sydney, FBTEE (French Book Trade in Enlightenment Europe, 1769-1794) et MPCE (Mapping Print Charting Enlightenment), le CERL Thesaurus  du Consortium of European Research Libraries, les bibliographies nationales comme le Short-Title Catalogue Netherlands à la Bibliothèque Royale à La Haye, le projet Universal Short-Title Catalogue, à l’Université de St Andrews, le projet Footprints: Jewish Books Through Time and Place aux États-Unis, et bien d’autres. L’interopérabilité que nous visons à établir entre ces différents projets numériques nous permettra de créer un vaste réseau de données portant sur les différents aspects de l’histoire du livre et de pouvoir cartographier la circulation des livres en Europe à l’époque des Lumières.

Visitez notre blog THE MEDIATOR
& Suivez-nous sur Twitter : @mediate18c

Texte établi par Helwi Blom et Alicia Montoya
Université de Nimègue

  1. Ce projet a bénéficié d’une subvention du Conseil européen de la recherche (ERC) dans le cadre du programme de recherche et innovation de l’Union Européenne Horizon 2020 sous la convention no. 682022. Voir pour de plus amples informations le site web du projet, www.mediate18.nl, qui contient entre autres les noms des membres de l’équipe ainsi que des détails sur leurs sous-projets individuels. []
  2. Daniel Mornet, « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », Revue d’histoire littéraire de la France 17 (1910), p. 449-96. []
  3. Voir Bert van Selm, Hans Gruys, et Henk de Kooker, continue par Karel Bostoen, Otto Lankhorst, Alicia C. Montoya et Marieke van Delft (dir.), Book Sales Catalogues Online ; Françoise Bléchet, Les ventes publiques de livres en France, 1630–1750: répertoire des catalogues conservés à la Bibliothèque Nationale. Oxford, Voltaire Foundation, 1991 ; Alan N. L Munby et Lenore Coral, British Book Sale Catalogues 1676–1800: A Union List. []
  4. Sur les précautions à prendre en utilisant comme source les catalogues de vente des bibliothèques privées, voir Helwi Blom, Rindert Jagersma et Juliette Reboul, « Printed Private Library Catalogues as a Source for the History of Reading », dans Mary Hammond (dir.), The Edinburgh History of Reading I : Early readers. Edinburgh, Edinburgh University Press. À paraître en avril 2020. []
  5. En distinguant trois niveaux pour identifier nos livres – Work, Manifestation (ou édition), Item – nous reprenons le modèle FRBR (Functional Requirements for Bibliographical Records). Nous laissons de côté, pour des raisons pratiques, le niveau « Expression ». []
  6. Les catalogues français feront également l’objet d’une étude plus développée en deux volumes sous le titre  Printed catalogues of private libraries published in France during the hand-press era, a bibliographical survey (par Helwi Blom, sous contrat chez Brill à Leiden). []

Entretien avec… Jean-Marie Gueullette, frère dominicain du couvent du Saint-Nom-de-Jésus

2 novembre 1789. Sur une proposition de Talleyrand, l’Assemblée nationale décrète :

« Que tous les biens ecclésiastiques sont à la disposition de la nation, à la charge de pourvoir, d’une manière convenable, aux frais du culte, à l’entretien de ses ministres, et au soulagement des pauvres, sous la surveillance et d’après les instructions des provinces1 ».

Deux cents ans plus tard, la bibliothèque municipale de Lyon possède une majeure partie des collections patrimoniales du couvent de Lyon, appelé Notre Dame de Confort sous l’Ancien Régime. A l’occasion d’un colloque autour des recueils factices à l’Enssib, les frèresn dominicains du couvent m’ont donné l’opportunité de découvrir la collection de leurs fonds anciens reconstitués. C’est le frère Jean-Marie Gueullette, professeur de théologie morale à l’université catholique de Lyon, qui est en charge de l’administration de la bibliothèque et nous a ouvert les portes de cette collection privée.

Illustration 1 : Le cloître du couvent du Saint-Nom-de-Jésus.

L’histoire du couvent

La communauté dominicaine de Lyon, comme sa bibliothèque, connaît une histoire mouvementée. Les frères se sont installés en ville en 1218 et bâtissent leur premier couvent sur la place des Jacobins, appelée ainsi en référence au couvent Saint-Jacques de Paris, un des plus grands couvents dominicains qui donne son nom à la communauté dominicaine jusqu’au XIXe siècle. Cette place a également été occupée par les ateliers d’imprimeurs libraires avec lesquels les frères dominicains entretenaient des liens étroits, bien qu’aucun livre des fonds anciens du couvent ne puissent en témoigner directement.

Durant les guerres de religion le baron des Adrets, fervent protestant, occupe le couvent et met le feu à la bibliothèque. Il crée en outre un passage entre la place des Jacobins et l’actuelle place Bellecour pour entraîner ses troupes, appelé alors rue Saint-Dominique et rebaptisé aujourd’hui rue Émile Zola. À la révolution le couvent des Jacobins est occupé par les révolutionnaires puis rasé et, en vertu du décret susmentionné, les collections sont déplacées à la bibliothèque municipale de Lyon.

Après que le père Lacordaire fonde à nouveau l’Ordre des Dominicains en 1841, les frères dominicains cherchent un emplacement où construire leur nouveau couvent. Ils fondent le couvent du Saint-Nom-de-Jésus en 1858 et l’achèvent en 1863. Une bibliothèque fournie étant indispensable dans tout couvent dominicain, les frères s’occupent de trouver des livres pour en reconstituer une.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La bibliothèque du couvent et ses collections ont connu une histoire un peu chaotique, d’une part due aux guerres et à la révolution qui ont causé de nombreuses pertes matérielles, et d’autre part à cause d’une certaine négligence envers les livres anciens qui n’a cessé que lorsque je suis arrivé. 

Ainsi, certains livres ont été rachetés à des particuliers ou donnés au couvent du Saint-Nom de Jésus, tandis que d’autres sont issus des collections patrimoniales de la bibliothèque du couvent d’étude de la province dominicaine de Lyon (aujourd’hui la Tourette). Cette dernière en effet ne disposait pas des éléments nécessaires à la conservation de livres anciens.

Illustration 2 : Les rayonnages de la bibliothèque du couvent du Saint-Nom-de-Jésus.

Quelle place accordez-vous au livre ancien au sein de votre couvent ?

Les frères entretiennent un rapport aux livres anciens plus affectif que scientifique au couvent ; c’est avant tout une question de patrimoine. Il s’agit d’honorer une tradition en réunissant la collection que nous avons perdue et en l’enrichissant, notamment pour la formation de nos jeunes frères. Être dominicain, c’est entrer dans une longue tradition de l’étude, de l’écrit et de la lecture.

Il existe donc une part matérielle importante dans l’histoire des dominicains qui fait écho à l’histoire du livre : nous avons eu en effet la chance d’avoir retrouvé un livre qui porte l’ex-libris ante-révolutionnaire de la communauté dominicaine de Lyon. C’est le seul exemplaire qui nous est resté de tous ceux qui furent alors confisqués. Ce fut très émouvant de retrouver un livre qui fait partie de notre héritage spirituel et familial.

Bien sûr, ces livres servent ponctuellement à la formation théologique des frères, mais notre curiosité naturelle nous pousse à les considérer davantage comme étant une expérience du passé matérialisé. Nous nous interrogeons par exemple sur la présence d’une œuvre de saint Irénée traduite par Érasme au sein de ces murs, et qui semble avoir souffert d’une forme de censure puisque le nom de l’humaniste a été rayé. C’est un second exemplaire que nous possédons dans nos fonds qui m’a permis de connaître son identité. Quel usage nos prédécesseurs ont-ils donc bien pu en tirer ? Et pourquoi l’ont-ils conservé si sa publication était désapprouvée par la communauté catholique ? Il est possible pour des chercheurs de se procurer la traduction des œuvres d’Irénée sur internet, mais je crois que le livre en tant qu’objet nous renseigne bien plus sur la pensée des lecteurs modernes.

Illustration 3 : Tranche avec le titre et l’ancienne cote de l’ouvrage de St Irénée Opus eruditissimum in quinque libros digestum, Paris : Oudin Petit, 1563 (USTC 153450).

Quelles sont les particularités qui caractérisent votre fonds ancien ?

La thématique principale de notre fonds est évidemment religieuse, mais nous avons été surpris de constater son hétérogénéité. Comme nos prédécesseurs ont reconstitué les fonds à l’aide de rachats ou de dons, on trouve plus aisément les œuvres de grands auteurs spirituels classiques plutôt qu’une grande variété d’auteurs. Certains d’entre eux semblent d’ailleurs avoir joui d’une popularité importante avant de tomber dans l’oubli.

Dans le domaine spirituel, nous disposons de vingt-cinq étagères d’ouvrages jésuites dont la présence abondante, contre seulement deux étagères d’ouvrages issus de la tradition du Carmel, nous laisse perplexes. Nous sommes en effet davantage proches de la spiritualité carmélite que jésuite. J’ai été également surpris de découvrir les cartulaires de certains ordres religieux parmi nos collections, peut-être acquis ou donnés au couvent.

Il serait donc judicieux d’étudier les ex-libris de chaque ouvrage pour connaître leur possesseur et comprendre leur présence ici, car le couvent du Saint-Nom-de-Jésus n’a jamais été un lieu de recherches érudites.

Enfin, nous disposons d’une importante encyclopédie théologique composée en trois séries de cinquante volumes par Jacques-Paul Migne au XIXe siècle. Ce prêtre catholique, qui combinait également les fonctions de journaliste, imprimeur et éditeur, a amassé sans aucun sens critique tous les sujets étudiés à cette époque. Il les a ensuite réunis dans une encyclopédie où chaque volume correspond à un sujet d’étude. Ainsi les frères du couvent disposaient d’une bibliothèque culturelle qui leur conférait de solides connaissances de culture générale.

La présence de collections aussi précises dans une bibliothèque cléricale continue de nous interroger sur l’utilisation qu’en faisaient nos prédécesseurs. Bien que les fonds anciens soient avant tout un lieu de conservation de notre patrimoine, les frères les visitent fréquemment pour mener leurs recherches.

Appliquez-vous une politique de valorisation pour vos fonds patrimoniaux ?

Lors de certaines fêtes de l’Ordre, j’expose quelques livres anciens afin que les frères découvrent et comprennent leur héritage. C’est aussi un moyen de se faire connaître auprès des Lyonnais durant les journées du patrimoine. À l’occasion du 800e anniversaire de l’arrivée des frères dominicains à Lyon, je m’étais servi des fonds patrimoniaux pour illustrer la vie de la communauté au cours des siècles. Il s’est avéré que les frères ont développé des liens étroits avec les imprimeurs de Lyon, en achetant ou en publiant des livres spirituels.

Néanmoins, considérant tout le travail de classement et de catalogage qu’il me reste à faire, je ne peux malheureusement en dire plus et n’envisagerai pour le moment pas d’autres formes de valorisation. Le fonds ancien a été longtemps négligé et les livres rangés de façon hasardeuse : le temps dont je dispose entre mes différentes obligations est donc dédié à la redécouverte du fonds. À ce jour j’ai recensé et classé un quart des fonds patrimoniaux. Je procéderai ensuite au catalogage des livres dans Koha, en partenariat avec les couvents dominicains de Rennes et de Lille. Nous aimerions, en effet, que nos livres soient des documents d’étude communs, et pourquoi pas qu’un couvent mieux doté que les autres prennent en charge l’achat et l’entretien de certaines collections coûteuses ?

Pouvons-nous terminer la découverte de vos fonds en présentant quelques-uns de ses livres ?

En tant que frère du couvent, nous avons un trésor que j’affectionne particulièrement : il s’agit du seul ex-libris des frères du couvent datant d’avant la Révolution. C’est le seul document qui a été épargné de la politique de confiscation des biens du clergé en 1789, et c’est la raison pour laquelle il est précieux pour les frères : il est le témoin d’une activité intellectuelle intense chez la communauté sous l’Ancien Régime.

Illustration 4 : Ex-libris de l’ancienne bibliothèque du couvent.

Nous avons aussi deux autres livres que je trouve fascinants ! J’ai fait mention tout à l’heure d’une traduction des œuvres de saint Irénée par Érasme, imprimée à Cologne en 1563.

Illustration 5 : St Irenée, Opus eruditissimum in quinque libros digestum, Paris : Oudin Petit, 1563 (USTC 153450).

Sur la page de titre on peut observer que le nom de ce grand humaniste a été barré. Cette rature montre que la figure d’Érasme était très controversée chez les catholiques ; ses travaux étaient certes très appréciés mais ses opinions religieuses et ce qu’elles ont suscité dans le monde chrétien beaucoup moins. C’est donc la matérialité du livre et non son contenu ici qui nous apprend quelque chose sur l’histoire mouvementée de l’Église à cette époque. Je continue de m’interroger sur la raison de sa présence dans nos murs et sur l’utilisation qu’ont pu en faire nos prédécesseurs, puisque ce livre a été l’objet d’une forme de censure évidente.

Enfin, j’ai étudié en détail ce livre imprimé en 1553, les Institutions Spirituelles.

Illustration 6 : Jean Tauler, Piissimae tam de tempore quam de sanctis homiliae, Cologne : héritiers Johann Quentel, 1553 (USTC 626471).

Il a été imprimé à Cologne par Johannes Quentel ainsi qu’en témoigne la page de titre, mais également la tranche peinte en bleue, un artisanat essentiellement germanique. Il s’agit d’une compile de textes de la mystique rhénane attribués à Tauler. Ce dernier était le disciple du dominicain Maître Eckhart qui, en réalité, est le fondateur du mouvement spirituel de la mystique rhénane et a écrit ses Entretiens spirituels en 1290. Le mystique rhénane est un mouvement spirituel issu de l’école de pensée des dominicains de la vallée du Rhin2.

« C’est, de fait, une mystique originale, qui part d’une expérience de Dieu authentique, mais qui évoque peu cette expérience et qui propose un chemin de divinisation, par le concours du détachement et de la grâce. […] Or, ‘le développement de cette mystique spéculative en langue allemande serait issu de l’obligation imposée en 1267 par le pape Clément V à des religieux savants de l’Ordre des prêcheurs, d’exercer auprès des moniales un ministère de direction’. Ainsi étaient-ils amenés à transposer et à adapter leurs thèses. Ils partaient de l’expérience spirituelle des moniales et les amenaient, par une solide réflexion, aux plus hautes réalités de la vie spirituelle3. »

Selon Philippe Dollinger, la diffusion de cette mystique spéculative dans un cadre plus large a pu se faire notamment grâce à l’expansion de l’Ordre au sein des foyers urbains et à « un rapide accroissement de la population » qui y habitait4.

À ce jour les chercheurs sont réservés quant à l’authenticité de ce texte. Il contient en effet énormément d’ajouts sur la pénitence qui n’ont rien à voir avec la doctrine de maître Eckhart. Ils sont en effet tirés des réflexions de lecteurs plus tardifs dans le cadre d’un autre mouvement spirituel qu’est la Devotio Moderna. Paradoxalement, elles contribuèrent à faire connaître et apprécier la mystique rhénane. Ces ajouts sont notifiés dans le livre par de petites mains présentes tout au long de l’ouvrage : elles indiquent discrètement un changement de source.

Le texte est donc jugé comme n’étant pas assez fiable pour en connaître la forme originelle parce qu’il a connu de nombreux remaniements, adaptations et réécritures. Chaque ajout témoigne ainsi de références culturelles et spirituelles qui lui sont propres.

Illustration 7 : Manicules imprimées dans les marges de l’édition de Tauler.

Cet ouvrage a connu une longue diffusion outre Rhin à partir du XVIe siècle : le texte a été traduit du Moyen-Haut allemand au latin par les chartreux de Cologne et a connu trois traductions françaises entre 1587 et 16585. Le livre devait connaître un succès grandissant jusqu’au XIXe siècle et inspirer de nombreux philosophes tel que Hegel. Une carte postale écrite en 1910 et utilisée en tant que marque-page dans le volume montre qu’il était encore activement étudié au début du siècle dernier.

Illustration 8 : Carte postale insérée dans l’exemplaire d’USTC 626471 de la collection de la bibliothèque.

De nombreux trésors dorment dans les fonds de bibliothèques privées. Ceux du couvent du Saint-Nom-de-Jésus nous permettent d’en apprendre davantage sur la ville de Lyon et les liens qu’elle a établi avec la communauté dominicaine pendant 800 ans. Toute aide venant de spécialistes ou d’amateurs de livres pour étudier, classer ou cataloguer ses documents est la bienvenue. 

Propos recueillis par Isabelle Riquet
Ingénieure de recherche à l’ENSSIB

  1. Camus Armand Gaston. Décret du 2 novembre 1789 sur les biens ecclésiastiques. In: Archives Parlementaires de 1787 à 1860 – Première série (1787-1799) Tome IX – Du 16 septembre au 11 novembre 1789, Paris : Librairie Administrative P. Dupont, 1877. p. 649. []
  2. ERMR, Équipes de Recherches sur les Mystiques Rhénans, 2014, [En ligne] http://maitre.eckhart.free.fr/initium/ite.html (consulté le 04 janvier 2020). []
  3. Ibid. []
  4. Jean Séguy, « La mystique rhénane », Archives de sociologie des religions, n°16, 1963. pp. 187-188. []
  5. Jean-Marie Gueullette, Eckhart en France. La lecture des Institutions spirituelles attribuées à Tauler, 1548-1699, Grenoble : J. Millon, 2012. []