Un exemplaire de présentation à Louis XV d’un atlas néerlandais, ou l’art d’accommoder les restes

Au-delà de la complexe question de la présence de l’image dans le livre, il est, dès l’Ancien régime, des ouvrages qui sont essentiellement composés de matériaux visuels. Si cela vient brouiller les traditionnelles catégories éditoriales et auctoriales (qui est l’auteur ?…), cela ne signifie pas qu’ils manquent d’un propos – les images, surtout mises en série, peuvent dire quelque chose, même si la part d’interprétation laissée au lecteur est plus grande.

Produire des images est, par ailleurs, plus compliqué en pratique qu’aligner ou imprimer des mots. Une image coûte cher à créer, ce qui vient poser la question du modèle économique d’une telle entreprise. Chaque entreprise éditoriale va ainsi pratiquement être un cas particulier, organisé en fonction de contraintes et d’opportunités toujours différentes. Certaines de ces opérations sont pourtant particulièrement originales, à la fois par rapport à la logique interne de l’ouvrage et dans l’usage qui est fait de l’image… à tel point que, en face d’un exemplaire particulier, le lecteur n’est pas toujours sûr de bien comprendre ce qu’il a sous les yeux.

Nous nous proposons ici de présenter un tel ouvrage, particulièrement complexe dans son usage de l’image et son statut éditorial : Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces, dans un exemplaire remarquable, conservé à la BnF (Estampes, Ve-7-fol.) : celui offert par l’imprimeur-libraire au roi Louis XV. 

Remise en contexte : La Galerie agréable du monde

La Galerie agréable du monde est une entreprise qui a marqué l’histoire du livre géographique et le rapport aux autres pays.

Le libraire néerlandais Pieter/Pierre Van Der Aa (1659-1733), décide de regrouper par lieu un grand nombre d’estampes dont il possède les plaques ou des tirages, afin de proposer une sorte d’état du monde en 66 volumes, et plus de 3000 images. Il y inclut à la fois des cartes géographiques, permettant de prendre acte des espaces, et des vues de paysages et de villes afin de faire voir les principaux bâtiments et les curiosités des lieux en question.

Le titre complet est à cet égard intéressant, car il résume à lui tout seul toute l’ambition de ce gigantesque projet : La Galerie agreable du Monde, où l’on voit en un grand nombre de cartes tres exactes et de belles tailles-douces, les principaux empires, roïaumes, republiques, provinces, villes, bourgs et forteresses : avec leur situation, et ce qu’elles ont de plus remarqueable ; les iles, côtes, riviéres, ports de mer, et autres lieux considerables de l’ancienne et nouvelle géographie ; les antiquités, les abbaies, églises, academies, colléges, bibliotheques, palais, et autres édifices tant publics que particuliers, comme aussi les maisons de campagne, les habillemens et mœurs des peuples, leur religion, les jeux, les fêtes, les ceremonies, les pompes et les magnificences ; item, les animaux, arbres, plantes, fleurs, quelques temples et idoles des paiens et autres raretez dignes d’être vues.

Illustration 1: La Galerie agréable du monde, page de titre. BnF, Estampes, Vx-51-Pet. Fol.

Ce projet a été mené à la fin de la vie de l’imprimeur, dans la décennie 1720. Il paraît donc à peu près en même temps que le célèbre Traité des cérémonies religieuses de toutes les nations, avec les estampes de Bernard Picart, ouvrage qui contribue à faire évoluer les esprits en mettant sur le même plan, sans les juger, toutes les religions du monde. Sans être aussi important pour l’histoire des idées, le recueil de Van Der Aa contribue à proposer une vision renouvelée du monde, moins centrée sur l’Europe, plus diverse, et donc à valoriser un certain relativisme culturel.

De ces soixante-six volumes, six sont dédiés à la France (vol. 4 à 9 de la Galerie agréable du monde). Ils sont extrêmement difficiles à appréhender quant à leur contenu, car ce dernier est d’une immense variété : ils comprennent grosso modo tout ce que Van Der Aa a pu rassembler de planches pouvant rentrer dans un cadre de classement géographique.

Ce cadre est classique – on retrouve d’ailleurs une approche très similaire dans le classement des fonds du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale mis en place par Joly à la fin du XVIIIe siècle (série Va). Il est fondé sur les provinces, proposant d’abord des cartes pour situer les lieux, puis des vues qui permettent de zoomer sur des éléments remarquables.

Après des cartes générales du royaume de France, on trouvera donc des cartes et des vues de Paris, puis de l’Île de France (Versailles, Fontainebleau…), l’Orléanais, le Nivernais, le Berry, le Poitou, le Lyonnais, le Bourbonnais, la Bretagne, la Normandie, la Picardie, la Guyenne et Gascogne, le Languedoc, la Provence, le Dauphiné, la Bourgogne, la Champagne et la Lorraine. Le nombre d’images varie du simple au décuple selon les provinces – et Paris, Versailles ou Fontainebleau sont déjà représentés par plus d’estampes que plusieurs provinces importantes.

Illustration 2: La Galerie agréable du monde, une vue de Versailles, avec passe-partout de Pieter Van Der Aa. BnF, Estampes, Vx-51-Pet. Fol.

On y trouve des plaques issues des pays représentés (de nombreuses vues d’Israël Silvestre ou de Pérelle pour la France, par exemple… bien qu’elles aient alors près d’un siècle) et d’autres rachetées lors de la vente de fonds néerlandais. Parmi ces travaux antérieurs, ceux de Carel Allard (1648-1709) sont particulièrement bien représentés. En fait, son Orbis habitabilis oppida et vestitus, qui avait déjà une ambition semblable à celle de Van Der Aa à la fin du siècle précédent, est complètement intégré dans ce nouveau projet. On ne cherche pas de cohérence stylistique ni intellectuelle, et on place côte à côte des représentations récentes et d’autres largement dépassées ou obsolètes.

Une cohérence formelle est toutefois donnée par une mise en page unifiée, notamment pour les planches de petit format. La plupart des planches sont en effet tirées incluses dans un passe-partout gravé, pour des raisons purement esthétiques. Ce passe-partout a été commandé spécialement par Pierre Van Der Aa, qui indique son nom, celui de la ville de Leyde, et le privilège, réel ou supposé, dont il jouit. Tout est ainsi prévu pour agréablement mettre en page une unique grande estampe, ou plusieurs petites, avec des passe-partout conçus pour deux, trois ou quatre pièces. Cela signifie aussi que ces tirages ne constituent – dans la plupart des cas – pas un état supplémentaire des estampes, mais uniquement une émission particulière qui les joint à un cadre gravé et leur donne donc une forme originale.

Illustration 3: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 2 estampes. BnF, Estampes, Vx-56-Pet. Fol.
Illustration 4: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 3 estampes. BnF, Estampes, Vx-52-Pet. Fol.

Sur la page de titre de notre exemplaire, Van Der Aa dit avoir « recueilli et mis en forme cet ouvrage, lequel il donne au public dans une forme commode ». C’est tout-à-fait le cas : le travail est réel mais se rapproche de celui d’un éditeur scientifique ou du directeur d’une publication collective, qui compose son ouvrage à partir de fragments préexistants. Il crée de l’originalité par le nombre, les choix, les rapprochements. Le contexte, les liens, la mise en série viennent proposer un discours nouveau qui n’existait pas forcément dans chacune des pièces prises individuellement.

Illustration 5: La Galerie agréable du monde, passe-partout de Pieter Van Der Aa pour 4 estampes. BnF, Estampes, Vx-55-Pet. Fol.

Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces

Ce n’est cependant pas de la Galerie agréable du monde qu’il est ici question, mais bien d’un ouvrage en deux volumes intitulé Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces où on voit les principales villes, à plain ou de profil, leur situation et ce qu’elles ont de plus remarquable.

Qu’avons-nous donc sous les yeux et de quoi s’agit-il ? Sont en fait rassemblées en deux volumes de nombreuses planches qui constituent les six volumes de la Galerie. Toutes n’y sont pas, mais l’essentiel est bien présent et les planches sont présentées dans le même ordre (toutes les planches dont nous montrons ici une reproduction sont présentes dans l’ouvrage). Les tirages sont en tous points semblables : même la page de titre, tirée en rouge, apparaît déjà dans la Galerie. Le Roiaume de France est un best of de la Galerie.

L’exemplaire du département des Estampes de la BnF (Ve-7-Fol et Ve-7 (a)-Fol) dont il est ici question constitue l’exemplaire de présentation au roi Louis XV – nous pouvons donc savoir comment l’imprimeur-libraire considérait lui-même ce travail. Une lettre autographe de Pierre Van der Aa accompagne en effet l’exemplaire, afin de supplier le souverain de bien vouloir accepter le présent, présenté comme « des vues de France ». On y apprend au passage que l’imprimeur-libraire a joint au cadeau deux volumes de portraits des hommes illustres, apparemment dédiés au Régent Philippe d’Orléans. Ces deux volumes ont d’abord été conservés à Versailles puis réintégrés dans la Bibliothèque royale, passant alors au Cabinet des estampes, le 27 août 1746.

Illustration 6: Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces : lettre de présentation autographe de Pieter Van Der Aa à Louis XV. BnF, Estampes, Ve-7- Fol.

À quoi sert cet extrait ? On aurait pu penser qu’il ne s’agisse QUE d’un exemplaire de présentation, destiné à acheter les bonnes grâces du roi de France (et dont on aurait pu trouver l’équivalent pour d’autres pays dans leurs bibliothèques respectives). Il ne semble toutefois pas que ce soit le cas. J’ai en tout cas pu en localiser deux autres exemplaires aux États-Unis (University of Virginia Library (DC20 .A11 1720) et University of Texas at Austin Library (Harry Ransom Center Book Collection -Q- 912.44 Aa11r)). On sait aussi par son catalogue de vente (1766) que Charles de Saint-Albin (1698-1764), bâtard du Régent et archevêque de Cambrai, en possédait les deux volumes.

Il semble donc que soit déjà prévue, dès l’origine du projet, la possibilité de proposer à la vente des extraits de cette énorme collection de soixante-six volumes, afin de les vendre à un public qui a des intérêts plus réduits, ou du moins plus centrés sur un espace géographique précis. La distinction entre les deux ouvrages n’est pas tant formelle que liée à un modèle économique : Van Der Aa pense qu’il existe une clientèle intéressée par ces deux forts volumes, qui n’aurait pas acheté l’ensemble des volumes sur le monde, et auraient trouvé trop chers ou mal pratiques les six fins volumes sur la France qui se trouvent parmi les soixante-six.

Le tout est bien mis en ordre aux Provinces-Unies : les pages de garde possèdent un filigrane aux armes de la ville d’Amsterdam surmontant les initiales LVG (= L. Van Gerrevink) et, en face, le nom I. VILLEDARY – famille de papetiers du Sud-Ouest de la France dont certains membres sont attestés aux Provinces-Unies (Gueldre…) depuis la fin du XVIIe siècle. C’est certainement aussi Van Der Aa qui fait relier les volumes – le veau écaillé à décor doré étant original, et se retrouvant au moins sur l’exemplaire BnF et sur celui de Saint-Albin.

Illustration 7: reliure de l’exemplaire de la BnF.

L’étude de cet exemplaire permet de confirmer que cette « réduction » de la Galerie n’est pas le fait d’un collectionneur qui aurait constitué son propre exemplaire, relié selon ses intérêts et ses goûts mais une véritable stratégie commerciale de Pieter Van Der Aa lui-même.

Ayant compris de quoi il s’agit, reste encore à savoir comment décrire un ouvrage tel que ce Le Roiaume de France représenté en cartes géographiques et en tailles-douces. Il est uniquement constitué d’estampes de remploi – on n’y trouve rien d’original. Pourtant, c’est la mise en forme, l’ordre, les choix effectués qui en font une œuvre originale… qui est alors autant celle de son éditeur (scientifique ?) que des graveurs, qui, eux, n’auront jamais su que leurs estampes seraient utilisées de la sorte. Une seconde couche de complexité vient de son caractère de digeste : est-ce un ouvrage à part entière ou un extrait de la Galerie du monde ? Comment faut-il le lire, le considérer, le cataloguer ? Questions sans réponses définitives, qui viennent montrer toute la difficulté d’emploi de mots tels que « livres », « recueils », « albums », « atlas ». La réalité de la pratique bannit la croyance en une simplicité bibliographique et vient complexifier notre désir d’évidences.

Rémi Mathis, BnF

Libri Graeci: Les livres grecs à Paris au XVIe siècle

Les débuts de l’imprimerie grecque en France n’ont pas été faciles. François Tissard encouragea dans sa préface au Alphabetum Graecum (le premier livre en Grec à être publié en France en 1507) « tous ceux qui sont le plus disposés, studieux et désireux d’apprendre le grec » d’étudier la langue et de débarrasser la France de sa réputation de nation barbare auprès des intellectuels italiens. Cependant, ce ne fut qu’en 1530, plus de deux décennies après la lamentation de Tissard, et après l’intervention de personnages importants tels que Girolamo Aleandro et Guillaume Budé – et même, en coulisses, d’Érasme – que François Ier créa le Collège Royal. Cette décision, accompagnée par l’établissement du rôle d’imprimeur royal pour le grec en 1538, donna une base institutionnelle à la demande pour des ouvrages en grec, tant pour des textes issus de l’Antiquité que dans le domaine religieux, et confirma le soutien royal apporté à l’entreprise, donnant ainsi l’impulsion pour que Paris devienne le centre le plus important de l’imprimerie grecque au XVIe siècle.

Depuis un certain temps, j’étudie la question de l’édition et de la commercialisation des livres grecs à Paris au XVIe siècle, afin de mieux comprendre la réception de la tradition grecque (classique et non classique) en France. J’explore des questions telles que la raison d’être de la publication de ces textes, les utilisations qui en ont été faites, les personnes impliquées dans le processus et leurs programmes, la distribution et la popularité des livres, ainsi que le développement de ces tendances tout au long du XVIe siècle. Je souhaite également établir et expliquer les changements de perception des classiques grecs, les liens entre l’érudition classique et la patristique grecque, ainsi que les différents contextes dans lesquels ces classiques ont prospéré – ou ont été rejetés.

L’impression du grec était le résultat de l’intérêt humaniste pour la langue et la tradition du monde classique ; au-delà des Alpes, la diffusion de l’apprentissage et de la tradition grecque était inextricablement liée à l’impression de livres en grec. Entre 1507 et 1600, les ateliers parisiens ont publié plus de mille éditions grecques, destinées à un public français et international. Ces livres étaient soit des textes classiques, soit des textes de l’Antiquité tardive et des premiers Pères de l’Église, ou des textes religieux comme les livres de la Bible. Nombre d’entre eux ont été publiés entièrement en grec (bien que les ouvrages savants comportaient souvent une préface et/ou un commentaire en latin), ou dans des éditions bilingues grecque-latine. Les manuels utilisés dans l’enseignement étaient beaucoup plus simples, sans aucun matériel paratextuel. Certains étaient imprimés en même temps que la traduction latine, ce qui permettait aux clients d’acheter les deux ou l’un ou l’autre. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les éditions bilingues devinrent beaucoup plus courantes ; dans celles-ci, le texte grec et le texte latin étaient imprimés sur la même page, en colonnes. L’impression en grec comprenait également des aides à l’enseignement et à l’étude, notamment des « alphabets », des grammaires, des dictionnaires, etc.

La prédominance de Paris dans cette activité peut s’expliquer par son rôle central dans la publication et la vente de livres dans un marché déjà bien établi et dynamique, ainsi que par l’importance que cette ville prit en tant que centre d’apprentissage, attirant un certain nombre de chercheurs qui enseignèrent la langue, éditèrent des textes grecs et, de manière générale, promurent la culture grecque ancienne. L’impression du grec à Paris atteignit son point culminant dans les années 1536-44, un sommet clairement associé à François Ier et à son parrainage de l’apprentissage du grec. Outre la création du Collège royal et le rôle de l’imprimeur royal pour le grec, François fut également responsable de la commande des célèbres caractères grecs du roi, taillés par Claude Garamond en 1543.

Cependant, au-delà de ce parrainage spécifique, de nombreux autres imprimeurs et éditeurs furent impliqués dans le commerce des livres grecs tout au long du XVIe siècle ; cela témoigne du dynamisme du marché parisien ainsi que du lien entre la production grecque et la diffusion du savoir grec, et de la manière dont cela créa, à son tour, une demande accrue pour les livres. Nous examinerons ci-dessous deux cas d’imprimeurs/éditeurs de grec, qui mettront en évidence différents aspects relatifs au raisonnement et aux objectifs des personnes impliquées dans cette activité, à leurs réseaux, et aux contextes et caractéristiques différents de l’humanisme grec en France. L’analyse de l’activité de l’imprimeur Chrestien Wechel (c. 1495-1554) et l’activité éditoriale d’Adrien de Turnèbe (1512-1565) révélera également l’étendue des liens entre l’édition grecque et le Collège Royal. Le premier fut l’un des plus importants imprimeurs de grec dans le Paris du XVIe siècle, fournissant au collège des manuels scolaires pendant plus d’une décennie ; le second fut professeur royal de grec, et fut pendant une courte période nommé imprimeur royal de grec (1551-55).

Illustration 1: La marque de Chrétien Wechel et une lettrine utilisée par Adrien Turnèbe – BaTyR n° 2941 et 16638.

Chrétien Wechel (1495–1554)

Originaire de Herentals, près d’Anvers, Chrétien Wechel fonda son entreprise d’édition et d’impression à Paris en 1526, après avoir travaillé pour Conrad Resch (mort après 1552), dont il finit par acheter l’atelier. Wechel se spécialisa dans l’impression d’ouvrages érudits, publiant environ 500 éditions latines et plus de 150 grecques au cours de sa carrière. En revanche, il n’imprima que très peu de livres en français, environ 60 éditions, ainsi qu’une dizaine d’éditions en hébreu. La plupart de ses éditions grecques étaient destinées au marché étudiant, car environ un tiers d’entre elles étaient des livres de grammaire, de syntaxe et d’autres aides à l’apprentissage du grec. De même, nombre de ses autres éditions grecques présentent toutes les caractéristiques des manuels scolaires : elles sont entièrement imprimées en grec et ne contiennent généralement pas de matériel paratextuel ni de commentaires.

Wechel imprima de nombreuses grammaires de Nicolas Clenardus (environ 22 émissions) et de Théodore Gaza (environ 12 éditions, en entier ou en partie). Il imprima également la Syntaxis linguae Graecae de Johannes Varennius, ainsi que son travail sur les accents. Parmi les autres éditions de grammaires et d’outils pédagogiques, on peut citer la Summa Linguae Graecae d’Arnoldus Oridryus, l’Erotemata de Manuel Chrysoloras, le De quorundam verborum constructione de Constantinus Lascaris, ainsi qu’au moins sept éditions de l’Alphabeta et le traité d’Adrien Amerot sur les dialectes grecs. Parmi les autres textes utilisés pour l’enseignement, les auteurs les plus populaires publiés dans l’original parmi les publications de Wechel sont Lucian (23 éditions d’ouvrages pour la plupart individuels), Aristote (14 éditions, représentant 9 titres), Isocrate (8 éditions, dont trois de son oraison Ad Demonicum), Démosthène (6) et Homère (de nombreuses éditions de l’Iliade en partie, une partie de l’Odyssée, ainsi que la pseudo-Homérique Batrachomyomachie). Wechel imprima également les traités rhétoriques d’Hermogène, Thucydide (2), Aristophane (4), Plutarque et pseudo-Plutarque (5), Xénophon, une sélection des œuvres de Platon, dont le Timée, la Symposion, ainsi que les Épîtres pseudo-platoniciennes et Axiochus, Hippocrate et Galien (3). Il ressort assez clairement de cette liste que les publications de Wechel comprenaient les textes-clés pour l’enseignement du grec, ainsi qu’un certain nombre d’autres sujets.

Illustration 2 : Le catalogue de Wechel de 1542-43; reproduit dans Conrad Gessner, Pandectarum sive partitionum universalium, libri XXI, Zürich : Christoph Froschauer, 1548, USTC 682395; Zentralbibliothek Zürich 5.13,2.

Des informations supplémentaires concernant les publications de Wechel et le public auquel il s’adresse figurent dans ses catalogues de vente, qui indiquent que Wechel fournit des livres pour un certain nombre de facultés. Ainsi, les trois premières sections de ses catalogues correspondent au trivium médiéval avec des livres sur la grammaire, la logique et la rhétorique, tandis que nous trouvons également des livres grecs dans les catégories Historica, Poetica, Moralia, Physica et Mathematica, Theologica, Legalia et Medica. Outre les titres évidents, la section sur la grammaire comprend les dialogues de Lucien, ce qui montre que les œuvres de Lucien étaient utilisées comme manuels pour l’enseignement des langues et de la grammaire. Dans la catégorie Orationes, et Similis Argumenti, qui suit la catégorie « rhétorique », on trouve, parmi les textes d’orateurs anciens, une édition des oraisons du premier livre d’histoire de Thucydide, ainsi que – peut-être moins attendu – le sermon de Grégoire de Nazianze contre l’empereur Julien, une édition des lettres de Guillaume Budé, ainsi que l’Exhortatio ad Bonas Artes de Galien. Le De liberis instituendis de Plutarque, la Tabula de pseudo-Cebes ainsi que la collection Aurea Pythagorae Carmina sont répertoriés sous Moralia, tandis que le catalogue de Wechel de 1544 comprend également la traduction de Gaza du De Senectute de Cicéron. Sous la rubrique théologie, Wechel commercialise des ouvrages tels que la Missa Graecolatina de Jean Chrysostome, un livre d’heures, l’Épître de Saint-Paul aux Romains, ainsi que le petit (mais très populaire) traité de Chrysostome, De orando Deum, et le De Resurrectione mortuorum d’Athénagoras.

Illustration 3 : Index Librorum Omniumquos suis typis excudit Christianus Wechelus imprimé à Paris en 1544; Edinburgh University Library, De.10.1 (6)
Illustration 4 : la section Legalia du catalogue.

D’après les titres publiés, les trois années les plus productives pour Wechel (également pour ses publications grecques) furent 1538, 1536 et 1531, dates qui coïncident avec les premières années de fonctionnement du Collège royal. Nous pouvons identifier certains des liens entre Wechel et le Collège grâce aux annotations contemporaines faites sur les exemplaires des éditions de Wechel. Celles-ci nous permettent d’établir que pendant une dizaine d’années, jusqu’en 1540 environ, il imprima un certain nombre d’ouvrages sur lesquels le professeur de grec, Jacques Toussaint, enseignait. Ainsi, les annotations témoignent de l’ordre dans lequel Toussaint donna des conférences sur certains auteurs et textes. Par exemple, en 1537, il donna des conférences sur l’Ad Glauconem de Galien, en 1538 sur De Hero et Leandro et Sententiae de Μusaeus, puis le premier livre d’Histoires d’Hérodote, et les premiers livres de la Cyropédie de Xénophon. Ces livres furent tous imprimés dans le même ordre et la même année par Wechel. Ce lien jette une lumière différente sur les publications de Wechel, car il devient évident que sa production était spécifiquement adaptée aux besoins de l’institution d’enseignement, et nous donne des indications utiles sur le programme d’études du Collège et sur l’éventail des textes grecs auxquels les étudiants étaient exposés.

L’activité d’imprimerie grecque de Wechel et ses liens avec le Collège Royal suscitèrent également une certaine méfiance. Deux baisses importantes de sa production grecque (1533/1534 et 1545) peuvent être liées à l’enquête ordonnée par la Faculté de théologie de Paris concernant l’enseignement des langues anciennes, et à la publication des Articles de foi, ainsi que du catalogue des livres interdits de la Faculté. Ces deux baisses reflètent les circonstances contemporaines et la réaction de Wechel face à l’inquiétude que suscitaient les œuvres grecques et l’enseignement de cette langue. Il est permis de se demander si Wechel lui-même était attiré par l’une des doctrines ou tendances que la Sorbonne tentait de réprimer – son intérêt pour le grec n’était peut-être pas purement dû à ses affaires avec le Collège et il est bien possible qu’il ait été attiré par les idées réformistes.

Adrien de Turnèbe (1512-1565)

Nous pouvons apprécier différents aspects de l’impression et de l’apprentissage du grec à travers la deuxième étude de cas à examiner, celle d’Adrien de Turnèbe. Turnèbe incarne le lien entre la production grecque à Paris et le Collège à travers le double titre de « professeur » et d’« imprimeur » qu’il détenait (même si la responsabilité de l’impression des ouvrages sous son nom revenait à Guillaume Morel, son successeur en tant qu’imprimeur royal). Ce double rôle exceptionnel lui permit non seulement de publier les textes pédagogiques qu’il enseignait, mais aussi de mettre en avant son agenda intellectuel spécifique. Ses publications révèlent l’intérêt que Turnèbe portait à l’aspect philosophique de l’humanisme grec, et en particulier à un courant de syncrétisme et/ou de néoplatonisme.

Au cours des années 1551-55, il fut responsable d’une vingtaine d’éditions grecques, dont deux folios. Il s’attacha à publier des documents qui n’étaient pas encore parus (certains provenant de manuscrits de la bibliothèque royale) et à proposer des versions améliorées des éditions précédentes. Il publia également un certain nombre de livres qui peuvent être liés à l’enseignement, tels que l’Enchiridion de Metris et Poemate de Hephaestion Alexandrinus, une édition des Sententiae, les tragédies de Sophocle, l’Iliade d’Homère, De piscatu et De Venatione d’Oppianus, ainsi que l’Éthique à Nicomaque d’Aristote (deux fois, la deuxième fois avec une traduction latine).

Illustration 5 : Aristote, Ἠθικῶν Νικομαχείων Βιβλία Ι’. De moribus ad Nicomachum libri decem, Paris : Guillaume Morel pour Adrien Turnèbe, 1555, USTC 151695; Christ Church College, Oxford, AD 2-15.

Un récit contemporain révèle cependant de manière désobligeante que Turnèbe avait « moins prêté attention à l’enseignement du grec », proposant « d’expliquer plutôt le Timée de Platon »1 . En effet, de nombreux textes publiés sous le nom de Turnèbe révèlent que son intention était de souligner la compatibilité et la continuité entre la philosophie païenne et le christianisme. La clef de ce lien était Platon, qui, selon Turnèbe, était supérieur à Aristote, puisque c’était Platon qui s’était lancé dans une véritable enquête métaphysique. Turnèbe souligna la signification spécifique du philosophe en se concentrant sur les deux dialogues qui « attestent » la croyance de Platon en la création et l’immortalité de l’âme : le Timée (sur lequel il écrivit une introduction, publiée à titre posthume) et le Phèdre (qu’il publia avec la traduction de Ficino, USTC 151368). Dans la préface de son édition du Phèdre, il affirme que la philosophie doit toujours servir de support à la religion2 .

Trois autres ouvrages qu’il imprima ou édita faisaient également référence au Timée : De Procreatione animi in Timaeo Platonis de Plutarque, qu’il imprima en traduction latine en 1552 (USTC 199459) et dont il prépara le texte original grec pour Morel la même année (USTC 160460). Les deux autres sont la traduction par Turnèbe du De Fato de Plutarque (qui fut plus tard inclus dans son Opera Omnia), ainsi que l’édition et la traduction du De primo frigido de Plutarque (USTC 151181, se référant aux deux éditions). De plus, Turnèbe enseigna et publia des ouvrages et des auteurs faisant le lien entre les courants philosophiques considérés comme antérieurs à Platon (par exemple Hermès Trismégiste) et les premiers apologistes chrétiens ainsi que les Pères de l’Église orientale, selon les grandes lignes de la notion de « théologie ancienne » de Ficino.

Illustration 6 : Hermes Trismegistus, Ποιμάνδρης. Ἀσκληπιοῦ Ὅροι πρὸς Ἄμμωνα βασιλέα. Poemander, seu De potestate ac sapientia divina. Aesculapii definitiones ad Ammonem regem, Paris : Guillaume Morel pour Adrien Turnèbe, 1554, USTC 151542; Leiden University Library, 180 D 19.

Ainsi, Turnèbe publia l’editio princeps des Poimadres en grec (l’ une des deux seules publiées au cours du siècle), parallèlement à la traduction de Ficino (USTC 151542). La lettre préparatoire de l’édition soulignait les similitudes entre les textes hermétiques et le christianisme en se référant à la prédication d’Hermès sur l’existence d’un Dieu unique, le Père, qui était aussi le Créateur, et sur la grandeur de sa sagesse et de sa providence. Cette ligne de pensée continua avec la vaste et belle édition des œuvres de Philon d’Alexandrie (USTC 151178), un auteur que Ficino avait identifié comme un commentateur important du Timée de Platon.  Selon Turnèbe, Philon avait réussi à réconcilier la théologie et la philosophie, qui étaient plus des sœurs que des parentes3 . En participant à la fois à la culture hellénique et juive, Philo réussit à fusionner la théologie et la philosophie4 . Turnèbe souligna les liens entre Philon et Platon en citant un dicton grec qui dit que « Platon a philonisé et Philon a platonisé »5 . L’édition folio des œuvres de Synesius de Cyrène (USTC 151391) peut être placée dans un contexte similaire. Synesius, un théologien grec avec de fortes connotations néoplatoniciennes qui incarnait le syncrétisme de l’Antiquité tardive, fut inclus par Joachim Périon dans son édition des œuvres de l’apologiste chrétien Justin Martyr comme l’un des théologiens grecs dont on pensait qu’ils servaient dans la « préparation et la démonstration évangéliques », aux côtés de Philon et Justin Martyr6 .

Ainsi, le cas de Turnèbe met en lumière d’autres aspects de l’apprentissage du grec et son lien avec l’imprimerie. Grâce à l’ensemble des ouvrages qu’il avait choisi de publier et sur lesquels il donna des cours, il diffusa une approche spécifique de l’apprentissage du grec et influença une génération d’étudiants assistant à ses cours, qui à leur tour influencèrent le marché du livre. La popularité des œuvres de Platon (en grec, en latin et en français) à Paris pendant les décennies où il a enseigné ainsi que juste après, est révélatrice à cet égard. Dans sa préface aux œuvres de Philon, Turnèbe montrait qu’il était conscient que « cette œuvre » bénéficierait au « monde entier », puisque Paris était un centre cosmopolite de connaissances et d’enseignements. Wechel et lui jouèrent tous deux un rôle important dans l’apprentissage et l’impression du grec, ainsi que dans les opinions (plus ou moins spécifiques) sur l’utilité de la langue et de la culture grecques. Comme le montrent ces deux cas, l’examen de l’impression des livres grecs dans le Paris du XVIe siècle révèle les liens étroits avec les institutions éducatives qui stimulèrent la demande de ces livres. Il donne un aperçu de la diffusion de l’humanisme grec en France et révèle les diverses finalités qu’il servit, qu’elles soient linguistiques, religieuses ou philosophiques. 

Natasha Constantinidou 
Université de Chypre


 

  1. Petrus Ramus et Omer Talon, Collectaneae praefationes, epistolae, orationes, Paris : Denis Duval, 1577, cité dans John Lewis, Adrien Turnèbe (1512–1565): A Humanist Observed, Genève : Droz, 1998, p. 57, n. 36. []
  2. Adrien Turnèbe, In Phaedonem Platonis De animorum immortalitate praefatio nunc primum luce donata, Paris: Fédéric Morel, 1595 (USTC 199119); reprinted in Adrien Turnèbe, Opera, Strasbourg: Lazarus Zetzner, 1600, (USTC 701371) III, p. 49. []
  3. Philo Judaeus, Εἰς τὰ τοῦ Μωσέως κοσμοποιητικά, ἱστορικά, νομοθετικά, τοῦ αὐτοῦ μονόβιβλα. … In libros Mosis De Mundi opificio, historicos, De legibus, eiusdem libri singulares, Ex Bibliotheca Regia, Regiis Typis. Ex privilegio Regis, Paris: ex Officina Adriani Turnebi typographi Regii, 1552; USTC 151178, α iiv: ‘τήν τε θεολογίαν καί τήν φιλοσοφίαν, ἀλλά συγγενεις ἤ μάλλον εἰπεῖν ἀδελφάς οὔσας…’. []
  4. Φίλωνος Ἰουδαίου εἰς τά τοῦ Μωσέως, sig. α iiv : ‘…ἑλληνἰζων ἅμα καί ἰουδαΐζων, φιλοσοφῶντε καί θεολογῶν’. []
  5. Φίλωνος Ἰουδαίου εἰς τά τοῦ Μωσέως, sig. α iiv: ‘ὥστε παροιμιασθήναι ἤ Πλάτωνα Φιλωνίζειν ἤ Φίλωνα Πλατωνίζειν’; Jérôme (De vir. ill. 11) et plusieurs autres Pères grecs citèrent cet adage. []
  6. Joachim Périon dans l’édition des Opera Omnia du philosophe et apologiste chrétien Justin Martyr. Justinus Martyr, Opera Omnia, Paris: Jacques du Puys, 1554, USTC 151619, cité dans La France des Humanistes. Hellénistes I, p. 413. []

Des pois, des rossignols et des livres : à la découverte des archives de la BnF

Anne Leblay-Kinoshita est conservatrice du patrimoine en archives, et depuis 2016 responsable de la mission Archives de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Son billet nous propose de découvrir un service essentiel pour la mémoire de la BnF ainsi que pour l’aide aux recherches sur l’histoire de cette bibliothèque.

La mission pour la gestion de la production documentaire et des archives est créée sous cette forme en 2004, sur la volonté du président Jean-Noël Jeanneney, historien de formation, et de la directrice générale Agnès Saal, administratrice. Le titre se veut pédagogique, pour souligner les deux axes de la mission, le records management et le traitement des archives historiques.

Cette mission s’appuie sur une petite équipe composée de deux archivistes et de deux magasiniers. Catherine Dhérent, conservatrice du patrimoine recrutée en 2004, est la première professionnelle des archives nommée à la Bibliothèque. Elle pilote notamment, en lien avec les services informatiques, la mise en place d’un outil de gestion électronique des documents. Son successeur en 2009, Aurélien Conraux, met en œuvre un ambitieux programme de classement et de numérisation des archives de l’agence des travaux d’architecture de la Bibliothèque, en particulier des plans d’architecture du quadrilatère Richelieu, indispensables dans le cadre de la rénovation du site.

Les archives de la BnF sont le reflet d’une histoire ancienne et mouvante. Le premier inventaire des livres, daté de 1518, est conservé à la Bibliothèque nationale d’Autriche. Le suivant, daté de 1544, est conservé au département des Manuscrits. D’autres documents sont conservés aux Archives nationales. Les archives de l’Ancien Régime ainsi que la plupart des archives couvrant la fin du XVIIIe siècle et le XIXe siècle, dites « Archives modernes », sont conservées par le département des Manuscrits. Les outils de travail des bibliothécaires du XVIIe siècle au début du XXe siècle (catalogues anciens, registres de dons et d’acquisitions, registres d’emprunteurs…) sont conservés par le département Littérature et art.

La mission archives, située sur le site François-Mitterrand, conserve des fonds et collections divers représentant environ 7 km linéaires, remontant pour l’essentiel à la fin du XIXe siècle. Elle a hérité des archives de plusieurs structures selon une chronologie différente. Elle conserve ainsi les archives de l’administration centrale (secrétariat général, administration générale puis direction générale) et les archives administratives (dossiers de personnel, archives comptables, etc.) de la Bibliothèque nationale puis de la BnF.

Illustration 1 : En écho au billet sur les livres licencieux de la semaine précédente, une note adressée au secrétaire général de la Bibliothèque nationale en 1951 signale une descente de police dans une librairie vendant des ouvrages érotiques (cote : BnF, archives institutionnelles, E 191b10).

Elle conserve également des archives de l’association pour une Bibliothèque de France puis de l’EPBF (établissement public pour une bibliothèque de France) chargés du projet de définition et de construction de la « nouvelle bibliothèque ».

La mission accueille également une partie des archives des départements des collections. C’est le cas des archives du département des Monnaies, médailles et antiques, qui remontent au XVIIe siècle, très consultées, ou des archives du département des Cartes et plans qui remontent au début du XIXe siècle. Le versement des archives du département de la Musique est également envisagé à l’occasion de son départ du site Louvois. En revanche, le département des Manuscrits n’a pas versé ses archives à la mission, car il a sa propre tradition archivistique, de même que le département des Estampes et photographies pour sa partie la plus ancienne (jusqu’au milieu du XXe siècle). Dans les deux cas, ces fonds ont déjà été décrits, cotés et les notices figurent dans les catalogues de la BnF.

Sans être exhaustif, on peut également citer les fonds suivants conservés à la mission archives, tous n’étant toutefois pas inventoriés : registres et déclarations de dépôt légal, dossiers d’exposition depuis 1924, demandes d’autorisation d’accès à la Bibliothèque nationale (1868-1924), archives de l’agence des travaux de la Bibliothèque nationale (XIXe-XXe siècles), reportages photographiques (fin XIXe siècle-2005) (non classés), archives de l’association La Joie par les livres (1962-2008)…

Illustration 2 : Extrait du registre du dépôt légal indochinois de 1926 (cote : BnF, archives institutionnelles, 2005/019/003).

Au quotidien le travail des archivistes est d’accompagner les services pour sélectionner les documents à verser, s’assurer des conditions de conservation des archives, signaler et décrire les fonds conservés, répondre aux demandes de communication (environ 700 dossiers ou boîtes par an), aux demandes de recherches internes et externes (en moyenne 150 par an) et de reproduction (un peu plus de 1000 vues par an). Les recherches portent par exemple sur la provenance ou les restaurations d’un manuscrit, l’histoire des expositions ou du public. Elles peuvent également avoir un caractère administratif : recherches d’anciens certificats d’exportation, de contrats…

Le défi est de parvenir à mener de front toutes ces tâches en répondant rapidement et de façon pertinente aux collègues comme au public, tout en veillant au respect de la loi. La communicabilité des archives est en effet définie par le Code du patrimoine qui prévoit par exemple un délai de cinquante ans avant de communiquer une pièce ou un dossier susceptible de porter atteinte à la protection de la vie privée ou de vingt-cinq ans pour protéger le secret des affaires. Avant toute communication, les archivistes doivent donc analyser demandes et dossiers afin de respecter ces modalités de communication. Il n’est pas rare par exemple de trouver dans les dossiers d’expositions des mentions relatives aux prêteurs et à leurs collections, qui constituent évidemment des informations protégées.

Le travail sur les instruments de recherche d’archives a beaucoup évolué depuis les années 2010. Les archivistes rétroconvertissent ou mettent désormais en ligne les inventaires dans le catalogue BnF archives et manuscrits qui est relayé depuis 2019 par le portail national des archives francearchives.fr et le portail européen des archives. Une fois les fonds inventoriés, ils peuvent faire l’objet d’une numérisation s’ils sont librement communicables. Toutefois, la priorité reste actuellement le classement et la conservation des archives pour assurer la pérennité des collections et améliorer le signalement encore très limité. On estime en effet qu’à peine 10% du volume des fonds conservés en magasin est actuellement signalé au catalogue.

Dans les actualités récentes de la mission, on peut évoquer des chantiers de nature différente. La mission a par exemple commencé à collecter des messageries électroniques en 2018 mais un gros travail d’instruction doit encore être mené pour trouver la solution de préservation la plus adéquate. À l’heure de la dématérialisation, la mission continue également à accueillir des versements d’archives papier « traditionnels » dont certains révèlent des pans méconnus de l’activité de la Bibliothèque. Au début de l’année 2020 est ainsi entré un versement des archives du secteur polonais, créé en 1951, en pleine Guerre froide, qui évoque les modalités de définition et de catalogage des collections polonaises et des « Polonia » – en lien avec la diaspora polonaise – ainsi que la mise en place d’une politique d’échange avec les bibliothèques d’Europe centrale et de l’Est grâce aux exemplaires supplémentaires du dépôt légal.

Illustration 3 : Extrait du rapport d’activité du service polonais de la Bibliothèque nationale de 1954 (cote : BnF, archives institutionnelles, 2019/038/002).

À l’autre bout de la chaîne archivistique, la mission archives a achevé en début d’année le classement et l’inventaire des archives du secrétariat général de la Bibliothèque concernant la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle dit fonds Mortreuil (cote : 2005/028). Le fonds avait connu quelques vicissitudes avec plusieurs phases de traitement depuis la Seconde guerre mondiale, sans respect des principes archivistiques tels que le principe de provenance, ainsi que des déménagements successifs. L’inventaire récemment mis en ligne sur le catalogue BnF archives et manuscrits est donc en partie inédit. Ce fonds est d’une grande richesse et parmi les multiples éclairages qu’il apporte sur l’histoire de la bibliothèque on peut notamment évoquer l’évolution du rôle des bibliothèques elles-mêmes. Comme l’a rappelé Emmanuelle Bermès dans la thèse qu’elle vient de soutenir1, les bibliothèques avaient jusqu’à la fin du XXe siècle la maîtrise de l’espace physique et technique où le document était accessible. Elles étaient identifiées comme le lieu où l’on venait chercher une information de référence – on songe à ces films américains où le héros se rend à la bibliothèque pour retrouver une information – mais également, comme le montre ce fonds, un service que l’on n’hésitait pas à solliciter par correspondance pour des demandes de toute nature. La mission conserve par exemple une lettre de 1906 contenant « en pièce jointe » une fève et un pois chiche…

Illustration 4 : Courrier de 1906 dans lequel le demandeur qui projette d’écrire un ouvrage sur la cuisine orientale souhaite en savoir davantage sur la bibliographie existante autour des fèves et des pois chiches. La lettre est accompagnée de deux enveloppes, l’une contenant un pois chiche et l’autre une fève (cote : BnF, archives institutionnelles, 2005/028/241).

Les publics étaient alors très variés, comme on s’en aperçoit également en consultant les registres d’accréditation ou les cartes de lecteurs. Outre les professions intellectuelles auxquelles on songe plus volontiers, on rencontre ainsi des artisans qui consultent de la littérature technique, des couturières qui viennent chercher des patrons…

Illustration 5 : double d’une carte de lecteur des années 1950 (BnF, archives institutionnelles).

En plus du travail courant, les archivistes de la mission s’engagent dans des projets de recherche qui permettent à la fois de traiter les fonds et d’améliorer la connaissance de l’institution. Dans le cadre du plan quadriennal de recherche 2020-2023, la mission a ainsi démarré avec le département des Cartes et plans un projet intitulé « la Bibliothèque nationale sous l’Occupation », avec le soutien des Archives nationales et de l’Institut national d’histoire de l’art. Dans ce cadre, la mission lancera d’ici quelques semaines une procédure de recrutement d’un assistant de recherche.

Le projet s’appuie sur la situation décrite par Martine Poulain2 qui évoque l’histoire des bibliothèques sous l’Occupation et le rôle particulier joué par la Bibliothèque nationale, notamment avec la figure de son administrateur d’alors, Bernard Faÿ. Cette histoire rencontre de multiples problématiques telles que l’histoire des provenances et des spoliations, mais elle constitue plus globalement un point de rencontre entre l’histoire des collections, l’histoire institutionnelle et l’histoire des archives elles-mêmes… En effet jusqu’en 1943 les documents jugés précieux étaient conservés au département des Manuscrits, le reste, qualifié de « rossignols », étant voué à la destruction ou destiné aux Archives nationales.

Illustration 6 : Note du 27 juillet 1929 relative au traitement des « rossignols » (cote : BnF, archives institutionnelles, A 39).

Thérèse Kleindienst, bibliothécaire, est alors recrutée sur un poste d’archiviste auprès du secrétariat général. Elle marque de son empreinte la bibliothèque tant par son parcours au sein de l’institution – elle devient la première femme secrétaire générale en 1963 jusqu’à son départ à la retraite en 1984 – que par les méthodes de classement qu’elle met en œuvre. Elle crée en effet un immense fichier alphabétique où les fiches renvoient à des rubriques d’un vaste plan de classement. Ce classement par entrées thématiques, sans inventaire, oblige, aujourd’hui encore, à aller voir chaque document ou dossier physique pour comprendre ce qu’il contient réellement. Ce système semble aussi occulter certains aspects sensibles de l’histoire de la bibliothèque, à l’instar de l’existence du centre d’histoire contemporaine, créé en 1941 et liquidé en 1947.

Illustration 7 : inventaire des « documents » et livres de l’Association républicaine des anciens combattants saisis dans le cadre de la dissolution des organisations communistes en 1939 et remis au centre d’histoire contemporaine de la Bibliothèque nationale en 1943 (ancienne cote : BnF, archives institutionnelles, A 48/f7/39, en cours de reclassement).

Le projet est donc d’inventorier selon les principes archivistiques actuels tout ce qui concerne la période de la Seconde Guerre mondiale, tout en respectant les choix archivistiques de l’époque, et de faire dialoguer ces archives institutionnelles avec les instruments de travail des bibliothécaires, à l’instar des registres d’entrées. L’histoire des archives de la bibliothèque rejoint donc l’histoire d’une institution culturelle sous l’Occupation, interroge le rôle intellectuel de la bibliothèque par rapport au monde de l’édition et s’inscrit dans une histoire des spoliations et des provenances très actuelle.

Ce rapport à la mémoire est d’ailleurs interrogé dans le projet « ProMéTEUS » pour « Protéger la mémoire de la Nation » du temps de l’Occupation, études et usages « (1940-1994), sélectionné par le Labex Les Passés dans le Présent dans le cadre de son appel à préfiguration pour 2020. Ce projet a pour objet d’interroger dans une perspective comparative et complémentaire l’histoire et le fonctionnement des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale ainsi que d’examiner comment les enjeux mémoriels de l’après-guerre ont pu dicter les pratiques des professionnels du patrimoine écrit.

Illustration 8 : implantation des collections évacués dans le donjon du château d’Ussé (Indre-et-Loire) en 1939. La documentation des mouvements de collections, la tenue de journaux « sanitaires » des collections constituent encore aujourd’hui des informations précieuses pour l’histoire de la conservation (cote : BnF, archives institutionnelles, 2006/086/001).

À travers ces exemples, on voit comment des problèmes qu’on pourrait qualifier de techniques, puisqu’il est d’abord question de description archivistique, s’inscrivent dans des enjeux institutionnels beaucoup plus larges.

Anne Leblay-Kinoshita
Bibliothèque nationale de France

  1. Emmanuelle Bermès, Le numérique en bibliothèque : naissance d’un patrimoine. L’exemple de la Bibliothèque nationale de France (1997-2019), École nationale des chartes, 2020, vol. 1, p.15. []
  2. Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008. []

Curieux mélanges : les fausses pistes chronologiques d’éditions de livres licencieux

Les livres joyeux qui connurent une production importante au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, parodies de textes sérieux tels que sermons, ordonnances ou pronostications, font partie de ces livres souvent voués à la destruction assez rapidement après avoir été imprimés, du fait de leur petit format, de la forte manipulation à laquelle ils devaient être soumis, et du peu de prestige des textes qu’ils contenaient, destinés à une lecture de loisir. Lorsqu’on travaille sur ce corpus, on trouve rarement plus d’un exemplaire d’une édition joyeuse, et plus souvent encore on doit se contenter de mentions frustrantes, qui évoquent l’existence ancienne d’éditions désormais perdues ou en tout cas introuvables dans les bibliothèques publiques. Or, en suivant la trace de rééditions de textes obscènes tels que la Pronostication des cons sauvages (première édition répertoriée : s.n., s.l. [Lyon], vers 1520, USTC 79223) ou la Source du gros fessier des nourrices (première édition répertoriée : Rouen : Jean L’Homme pour Yves Gomont, vers 1550, USTC 89764), je me trouvai face à un problème inattendu: la mise au jour d’une profusion d’exemplaires d’éditions du début du XVIIe siècle.

Illustration 1 : page de titre de la Source du gros fessier, édition Gomont.

C’est du moins ce qui ressortait d’une recherche avec les outils bibliographiques les plus usuels, qu’il s’agisse des catalogues de bibliothèques ou des méta-bases de données comme le Universal Short Title Catalogue (USTC). Brunet, dans son Manuel du libraire, dit ainsi d’un Procez et amples examinations sur la vie de Caresme-Prenant… traduit de l’italien, s.n., Paris, 1605 :

Cette édition originale est fort rare ; mais il y a une réimpression sous la même date, laquelle est ordinairement accompagnée des pièces suivantes aussi réimprimées : Traicte de mariage entre Julian Peoger, Lyon, 1611 – La copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame…, Paris, 1609 – La raison pourquoy les femmes ne portent barbe au mention, Paris, 1601 – La source du gros fessier des nourrices… avec la complainte de monsieur le cul contre les inventeurs de vertugalles, Rouen – la source et origine des c… sauvaiges…, Lyon, 1610 – La grande et veritable prognostication des c… sauvaiges…Sermon joyeux d’un depucelleur de nourrices, in-8. Ces huit pièces ainsi réunies sont recherchées à cause de la singularité de leurs titres1.

Brunet mentionne encore qu’il existe une réimpression datant d’une quinzaine d’années avant l’impression de son Manuel, qui entre bien dans la lignée des éditions de littérature joyeuse du XVIe siècle qui fleurirent au début du XIXe siècle. Il ne donne aucune précision concernant la date de la première réimpression citée, mais c’est bien là un détail qui met la puce à l’oreille. Vu la rareté aujourd’hui, et dès le XIXe siècle (et même avant), des exemplaires des éditions de texte joyeux du début du XVIIe siècle, il est impossible d’envisager l’existence de plusieurs volumes qui rassembleraient un exemplaire du Procez produit à cette époque et mis en recueil avec des exemplaires d’une série d’autres éditions de la même période.  

Illustration 2 : le signalement des éditions dans le catalogue de la BnF, pour la recherche des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

C’est en allant consulter ces éditions, présentes notamment à la Bibliothèque nationale de France en nombreux exemplaires, souvent dans des volumes disparates assemblant certains mais pas nécessairement tous ces titres ensemble, et dans un ordre variable, que l’on comprend ce que Brunet omit de signaler à propos de ces réimpressions. L’aspect du papier, de la typographie, de l’impression des caractères, les lettrines, bandeaux et culs de lampe utilisés ne laissent pas place au doute : toutes ces éditions datées du début du XVIIe siècle sont en fait des éditions de la fin du XVIIIe siècle.

Illustration 3 : page de titre d’une des éditions du Procez de Caresme-Prenant.

Non datées ni signées, sans introduction ni aucun autre paratexte qui pourrait indiquer qu’elles sont des éditions postérieures aux premières années du XVIIe siècle, elles proposent parfois une tentative de mise en page qui imite bien les pages de titre de ces années – mais ce n’est même pas toujours le cas, comme en témoigne la page de titre du Procez de Caresme-Prenant ci-dessus, caractéristique du XVIIIe siècle, ainsi que, ici ou là, l’ajout de gravures licencieuses typiques des parutions libertines des Lumières.

Illustration 4 : Page de titre interne de la Source du gros fessier des nourrices, pourvue d’une gravure obscène, à la suite du texte de la Pronostication des cons sauvages.

C’est pourtant le plus souvent la date affichée sur l’édition qui est celle reprise par les catalogues des bibliothèques, ce qui crée la confusion pour les chercheurs travaillant sur ces textes, en créant un corpus fantôme de multiples éditions qui semblent avoir été produites dans les premières années du XVIIe siècle.

Dater précisément ces éditions, au-delà d’une estimation générale vers la fin du XVIIIe siècle, reste cependant difficile, en l’état de tout indice bibliographique précis. Vu la foison d’exemplaires que l’on trouve au gré de la recherche, il est probable d’ailleurs qu’il existe plusieurs éditions d’un même titre, concurrentes peut-être, ou au contraire rééditions par le même libraire face au succès probable de la vente sous le manteau de ces textes scabreux, qui ont valu à un certain nombre de ces livres de se retrouver classés sous la cote ENFER de la BnF2. Il faudrait procéder à une enquête approfondie sur certains bandeaux et culs-de-lampe pour les associer à des imprimeurs répertoriés pour la période.

Dans un cas que j’ai pu étudier, un élément matériel permet cependant de dater une série un peu plus précisément. Le volume de la BnF coté 16-Z-4406 a visiblement bénéficié d’une restauration lui donnant une nouvelle relire moderne, mais dans laquelle a été conservé un défet d’une reliure plus ancienne, un fragment provenant d’une édition des Œuvres posthumes de Frédéric II, roi de Prusse, Berlin : chez Voss & fils et Decker & fils, 1788. On voit clairement comme une feuille non coupée des pages 329 et 336 a été utilisée pour renforcer la reliure d’origine. On pourrait donc dater la production de cette édition des Procez de Caresme-Prenant en 1788 ou dans les années suivantes, si l’on admet que ce fragment des Œuvres de Frédéric II fut utilisé pour sa première reliure, dès le moment de son impression.

Illustration 5 : défet de reliure des Œuvres posthumes de Frédéric II, conservé dans un volume restauré du Procez de Caresme-Prenant et d’autres fausses éditions.

Pour autant, si l’on voit bien l’intérêt de dater ces de fausses éditions du début du XVIIe siècle pour les imprimeurs et les libraires du dernier tiers du XVIIIe siècle, autant par souci de se protéger lorsqu’ils se risquaient à cette production osée que, sans doute, par interaction ludique avec leurs acheteurs, un certain nombre de questions subsiste autour des sources imprimées qui ont pu inspirer ces éditions.

En effet, on peut bien identifier les sources de plusieurs des textes repris dans ce florilège, tels que la Pronostication des cons sauvages et la Source du gros fessier des nourrices cités au début de ce billet. Dans le cas de la Source du gros fessier, les éditions annoncent souvent qu’il s’agit d’une réédition de celle faite par Yves Gomont à Rouen vers 1550, en faisant une légère erreur de lecture : Gomont devient Bomont (voir l’illustration 4). Le texte correspond effectivement à l’édition originale de Gomont, qui semble bien avoir servi de modèle à la réédition du XVIIIe siècle, sans que l’on sache cependant quelle fut la chaîne exacte de transmission du texte sur plus de deux cents ans. On trouve cependant aussi des fausses adresses. Ainsi, deux éditions de la Pronostication des cons sauvages indiquent qu’elles ont été imprimées par ou pour un Jean de la Montagne à Lyon, tantôt en 1610, tantôt avec une datation sans doute plus conforme à la vérité la situant en 1797. C’est d’ailleurs cette édition qui est citée en regard de cette fausse adresse répertoriée dans le répertoire des imprimeurs imaginaires de Brunet3.

Illustration 6 : les deux éditions comportant la fausse adresse de Jean de la Montagne.

Enfin, certains textes, comme la savoureuse Copie d’un bail et ferme faicte par une jeune dame de son con pour six ans, sont tout simplement intraçables dans la littérature du XVIe et du début du XVIIe siècle. L’édition du XVIIIe siècle indique que le texte original aurait été imprimé par ou pour un Pierre Viart à Paris en 1609. Or un seul libraire-relieur répondant au nom de Pierre Viart semble avoir exercé à Paris, bien avant l’impression possible de cette édition, puisqu’il fut actif de 1518 à 15234. On n’a pas retrouvé d’édition du XVIe ou du début du XVIIe siècle qui pourrait avoir servi de modèle à sa copie du XVIIIe siècle, dont le premier état du texte ne surgit donc qu’à ce moment.

Illustration 7 : page de titre de la Copie d’un bail

Sur un plan littéraire, le texte semble authentique : il reprend les graphies, la syntaxe et les traits de langage observables dans le corpus joyeux du XVIe siècle, de même que la propension des auteurs de la culture joyeuse à livrer des versions parodiques d’actes juridiques et notariés. Cependant, en l’absence de toute trace d’une édition effectivement produite en 1609 et dont on aurait au moins conservé une mention dans les premières bibliographies, et vu l’ajout d’adresses d’imprimeurs-libraires fantaisistes dans ce corpus à des titres bien identifiés au XVIe siècle, on peut hésiter à admettre sans aucun doute qu’il y ait eu un modèle avéré à cette édition de la fin du XVIIIe siècle. De là à douter de l’authenticité du texte, il n’y a qu’un pas. Il ne faut en effet pas exclure la possibilité d’un pastiche postérieur, surtout quand on connaît le goût des érudits, qui commencent à s’intéresser à cette littérature à la fin du XVIIIe siècle puis s’en emparent dans les premières décennies du XIXe siècle, pour l’écriture de tels textes imitant la littérature (post-)médiévale. Ces impressions ludiques offrent donc de multiples pistes de recherche aussi bien pour la réflexion sur la transmission des textes joyeux du XVIe au XIXe siècle, que pour le travail sur les fausses adresses d’imprimeurs de littérature licencieuse au XVIIIe siècle.

Katell Lavéant
Université
 d’Utrecht


 

  1. Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, volumes 2-3, Paris : Silvestre, 1843, p. 842 []
  2. Sur l’Enfer des imprimés de la BnF, voir le catalogue de l’exposition qui lui fut consacré en 2007 : Marie-Françoise Quignard & Raymond-Josué Seckel (dir.), L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret, catalogue d’exposition (BnF, 4 décembre 2007-2 mars 2008), Paris: BnF, 2007. []
  3. Pierre-Gustave Brunet, Imprimeurs imaginaires et libraires supposés : étude bibliographique, Paris : Librairie Tross, 1866, p. 89. []
  4. Voir la notice d’autorité de la BnF. []

Entretien avec Suzan Folkerts, Conservatrice de la bibliothèque Athenaeum à Deventer (Pays-Bas)

La bibliothèque Athenaeum à Deventer a été fondée en 1560 ; elle est la plus ancienne bibliothèque publique municipale des Pays-Bas. Pendant des siècles, elle a joué le rôle de bibliothèque d’étude et de recherche pour les professeurs et les élèves de l’école latine Athenaeum Illustre (fondée en 1630), puis, au XXe siècle, pour l’université des Sciences Appliquées. En 2016, la bibliothèque Athenaeum a fusionné avec la Bibliothèque municipale de Deventer ; aujourd’hui, elle est principalement consacrée à la conservation de ses fonds anciens et à la recherche. La bibliothèque Athenaeum possède environ 800 manuscrits (dont 125 de l’époque médiévale) et environ 35 000 livres imprimés avant 1900. Le nombre total de titres dans son catalogue approche les 300 000 ouvrages.

En 1972, elle a été installée à son emplacement actuel, le ‘Klooster’, un ensemble de bâtiments appartenant à un ancien couvent, la ‘Buiskenshuis’. Les livres sont actuellement conservés dans quatre grands magasins climatisés et un coffre-fort, à proximité de la salle d’étude et des bureaux. Les employés partagent le bâtiment et les services avec les Archives municipales, qui font partie, depuis 2016, du Centre Historique Overijssel (conservant de nombreuses archives de la province d’Overijssel).

Illustration 1 : le bâtiment actuel de la bibliothèque.

En 2017, après avoir travaillé comme enseignante-chercheuse à l’université de Groningue pendant dix-sept ans, Suzan Folkerts est devenue conservatrice de la bibliothèque Athenaeum. Son expertise de médiéviste, en particulier de la culture du livre au XVe siècle, correspond bien à l’âge d’or du livre à Deventer à la fin du Moyen Âge. À cette époque, non seulement la production de manuscrits dans les couvents du mouvement de la Dévotion Moderne, mais également celle de livres imprimés connurent un grand essor dans cette ville – pendant cette période, Deventer produisit jusqu’à 25% des livres imprimés aux Pays-Bas. Ses tâches principales sont de sensibiliser le grand public à l’existence des collections de la bibliothèque, et de stimuler le travail des étudiants et des chercheurs sur ses fonds.

Illustration 2: Suzan Folkerts, conservatrice de la bibliothèque Athenaeum.

Quelle est la place du livre ancien dans votre institution ?

Pendant un siècle, la bibliothèque publique de Deventer, fondée en 1918, et la bibliothèque Athenaeum ont co-existé. Elles avaient des fonds et des publics différents. Quand les deux bibliothèques ont fusionné, la Bibliothèque de Deventer s’est retrouvée confrontée à une nouvelle mission : prendre en charge les collections patrimoniales de la ville. C’était aussi une belle opportunité pour mieux faire connaître les livres rares à un public plus large. Le fonds patrimonial de la bibliothèque Athenaeum est l’un des quatre piliers de notre institution – les autres étant la jeunesse et l’éducation, le développement personnel, et la participation.

Pouvez-vous nous expliquer la provenance des livres de votre fonds ?

La bibliothèque fut fondée en 1560 quand le conseil municipal racheta les livres du prêtre Johannes Phoconius après son décès. En 1569, les livres furent déménagés à la Heer Florenshuis, une communauté de Frères de la vie commune, inscrite dans le courant de la Dévotion Moderne, qui possédait déjà une importante bibliothèque. Quand Deventer devint protestante, en 1597, et que les possessions des monastères et des couvents furent confisquées, tous les livres de ces communautés furent rassemblés dans la chapelle de la Heer Florenshuis, qui devint la Bibliothèque de la ville. Au cœur de la collection se trouvent donc des livres de théologie et de dévotion du Moyen Âge et du XVIe siècle. Au XVIIe siècle, la collection fut augmentée de livres de théologie protestante et de livres savants pour l’Athenaeum Illustre, ainsi que de quelques éditions prestigieuses comme celle de l’Atlas de Joan Blaeu et de la Bible Polyglotte de Plantin. D’après un catalogue de 1761, la bibliothèque contenait alors 950 livres (regroupés en 590 titres dans le catalogue) et 81 manuscrits.

[illustration 3 : les murs de anciens de la bibliothèque, intégrés dans le bâtiment moderne de la Bibliothèque publique de Deventer.

En 1820, la bibliothèque tripla de volume quand les livres de la bibliothèque de l’université de Harderwijk furent transférés à Deventer. Ces livres étaient les bienvenus, car la bibliothèque Athenaeum avait été quelque peu négligée au XVIIIe siècle. Parmi les collections de Harderwijk, on trouve plus de 2 000 thèses, des manuscrits des XIe et XIIe siècles des auteurs de l’Antiquité, et de nombreux manuscrits arabes et malais rapportés des Indes orientales néerlandaises.

À la fin du XIXe siècle et au cours du XXe siècle, de nombreuses collections de livres privées furent données à la bibliothèque Athenaeum, telle que la bibliothèque du gouverneur des Indes orientales néerlandaises A. J. Duymaer van Twist, une collection de livres écrits par un grand auteur néerlandais, Louis Couperus, et, plus récemment, une large collection de livres écrits et imprimés dans la province d’Overijssel, donnée par G. T. Hartong.

Illustration 4 : Tjrita Kedoeng Kebo, vers 1851, manuscrit javanais sur papier, récit en vers sur la guerre coloniale à Java entre 1825 et 1830, appartenant à la collection Duymaer van Twist.

Quelles en sont, selon vous, les particularités ?

La bibliothèque Athenaeum se concentre sur les livres écrits et imprimés à Deventer et dans la région alentour, la province d’Overijssel. Outre ses manuscrits, elle possède environ 750 incunables et post-incunables, dont beaucoup furent imprimés à Deventer, et sont des exemplaires uniques. En 2019, la bibliothèque Athenaeum a acquis sept (post)incunables supplémentaires produits à Deventer, dont quatre sont des unica.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Nous possédons de beaux manuscrits copiés dans les maisons des frères et des sœurs de la vie commune, par exemple cette collection de sermons provenant de la Heer Florenshuis, qui mentionne, sur le dernier feuillet, le nom de son copiste : « geschreven in Deventer in het Heer Florenshuis door de handen van Herman Kysendael van Orsoy. Bid voor hem » [copié à Deventer dans la Heer Florenshuis de la main de Herman Kysendael van Orsoy. Priez pour lui].

Illustration 5 : Collection de sermons, manuscrit sur parchemin, deuxième moitié du XVe siècle, avec le colophon de Herman Kysendael van Orsoy.

Nous avons également des livres scolaires imprimés vers 1500 par Richard Pafraet et Jacob de Breda, comme ce vocabulaire en latin et néerlandais, imprimé vers 1480. 

Illustration 6 : page de titre d’un autre ouvrage imprimé par Jacob de Breda, Sequitur nocturnus Septimus Psalmorum dauiticorum, Deventer : Jacob van Breda, 1515, comportant sa marque d’imprimeur.

On peut également noter d’intéressants livres bons marchés : des almanachs, des imprimés de colportage, et des petits atlas, tous produits à Deventer. Cet almanach pour l’année 1749, largement annoté, en est un bon exemple. 

Illustration 7 : B. Elias Dapper, Deventer schryf-calender, ofte almanach…, Deventer : E. de Vries, 1748.

Comment encouragez-vous l’utilisation des livres anciens et la connaissance de vos fonds par les chercheurs ?

Nous invitons des chercheurs à venir donner des conférences grand public, en leur demandant de partir de certains livres de nos collections, et nous accueillons également des conférences et des excursions pour les étudiants. Nous co-organisons et accueillons des colloques scientifiques et des écoles d’été au sein de la bibliothèque, comme par exemple des ‘Boekendagen’ (une journée d’études annuelle pour les chercheurs néerlandais travaillant sur le livre ancien), et nous participons à des colloques (inter)nationaux. Nous recherchons en particulier à nouer des collaborations avec les chercheurs déposant des demandes de subventions de recherche, en tant que bibliothèque patrimoniale partenaire. C’est ainsi que nous avons par exemple été amenés à collaborer au projet européen HERA ‘Public Renaissance’.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Nous présentons nos collections dans de petites expositions dans la Bibliothèque municipale et dans l’entrée de la bibliothèque Athenaeum. Au sein de la Bibliothèque municipal, nos livres rares sont également présents sous forme d’écrans numériques sur les rayonnages. En 2018, nous avons organisé avec la fondation Deventer Verhaal une grande exposition sur le thème ‘Deventer Boekenstad’ (Deventer, ville du livre) au musée De Waag. Nous postons aussi régulièrement des nouvelles de nos collections sur les réseaux sociaux, et nous promouvons l’utilisation de nos collections numériques sur le site www.athenaeumcollecties.nl.

Illustration 8 : catalogue de l’exposition Deventer Boekenstad.

Quel vous semble être la question la plus pressante à laquelle vous avez à faire face aujourd’hui dans votre travail ?

Dans la mesure où notre bibliothèque n’est pas rattachée à une université, et qu’aux Pays-Bas il y a une séparation nette entre les bibliothèques publiques (plus orientées vers le grand public) et les bibliothèques universitaires (où se trouvent souvent les fonds patrimoniaux), nous devons veiller à ne pas perdre nos liens avec le public universitaire, et nous faisons un effort particulier pour encourager les collaborations scientifiques et le travail de recherche sur nos collections. Comme toutes les institutions du secteur culturel et patrimonial, nous sommes régulièrement à la merci de coupes budgétaires. Récemment, nous avons perdu le budget de la province qui était alloué à notre fonction scientifique et de recherche. Cela dit, la bibliothèque Athenaeum existe depuis 1560, aussi je suis confiante qu’elle saura résister au passage du temps pour continuer à vivre !

Adresse: Athenaeumbibliotheek, Klooster 12, 7411 NH Deventer, NL.
Email: info-ab@bibliotheekdeventer.nl

Site web: https://www.bibliotheekdeventer.nl/athenaeumbibliotheek/
Collections numérisées: https://athenaeumcollecties.nl/

Facebook: https://www.facebook.com/athenaeumbibliotheek/
Twitter: https://twitter.com/ab_deventer