Entretien avec… Peter Sjökvist, conservateur au fonds patrimonial de l’université d’Uppsala

Peter Sjökvist est conservateur à la section « livres anciens et collections spécialisées » de la bibliothèque de l’université d’Uppsala (Suède). Spécialiste du néo-latin et professeur associé dans ce domaine, il a publié plusieurs livres et de nombreux articles.

Quelle est l’histoire de votre bibliothèque et de ses fonds patrimoniaux ?

Bien que l’université d’Uppsala ait été fondée dès 1477, ce qui en fait la première université de Suède, sa bibliothèque n’a pas été officiellement créée avant 1620. Cela signifie que cette année est pour nous un anniversaire, et ces 400 ans d’histoire de la bibliothèque seront célébrés toute l’année dans notre institution, de cet été à l’été prochain grâce à des expositions, des séminaires, des publications et d’autres événements.

La façade de Carolina Rediviva, le bâtiment principal de la bibliothèque universitaire d’Uppsala. Photo : Magnus Hjalmarsson.
Illustration 1: La façade de Carolina Rediviva, le bâtiment principal de la bibliothèque universitaire d’Uppsala. Photo : Magnus Hjalmarsson.

La bibliothèque universitaire d’Uppsala a réussi, au cours de ces 400 ans, à rassembler de merveilleuses collections, très appréciées et valorisées dans notre université. Pendant longtemps, les accroissements étaient généralement dus à la bonne volonté des rois suédois. Gustave II Adolphe (règne : 1611-1632) a fait don du dépôt de livres de la Couronne à la bibliothèque dès son ouverture, ainsi que d’une somme destinée à être utilisée pour les achats annuels de livres. Au cours des décennies suivantes, il a donné plusieurs collections prises comme butin de guerre sur le continent. Parmi celles-ci, on peut citer les bibliothèques des collèges jésuites de Riga (Lettonie) et de Braniewo (Pologne), la bibliothèque du chapitre de Frombork (Pologne) et la bibliothèque du prince-évêque de Würzburg (Allemagne), Julius Echter von Mespelbrunn (1545-1617). Plus tard au cours du même siècle, des collections de livres provenant de plusieurs nobles se sont retrouvées à Uppsala, dont celles de Magnus Gabriel De La Gardie (1622-1686) et de Klas Rålamb (1622-1698), entre autres. Avec les livres de Rålamb, obtenus grâce à Charles XI (règne : 1675-1697), sont aussi arrivés une grande partie des livres pris au collège des Jésuites de Poznań (Pologne) dans les années 1650.

Illustration 2: Le Gustavianum. Construit dans les années 1620 grâce à une donation de Gustave II Adolphe. Photo : Magnus Hjalmarsson

Après les années 1690, lorsque les collections ont été transférées dans de nouvelles salles aux étages supérieurs du principal bâtiment universitaire de l’époque, le Gustavianum, la bibliothèque a également commencé à recevoir le dépôt légal, grâce aux décrets royaux de 1692 et 1707 stipulant qu’un exemplaire de tous les livres imprimés en Suède devait y être envoyé. En pratique, le système n’a pas fonctionné efficacement avant le milieu du XVIIIe siècle, mais sur le long terme, cela a permis une augmentation régulière et progressive des collections. Au début du XVIIIe siècle, la bibliothèque a reçu plusieurs dons importants de livres et de manuscrits, par exemple du linguiste et diplomate Johan Gabriel Sparfwenfeld (1655-1727), mais elle a également acheté en 1724 les collections de l’archiviste Elias Palmskiöld (1667-1719), qui contiennent des informations inestimables sur l’histoire de la Suède. Huit ans plus tard, la bibliothèque a reçu en donation la collection Düben, composée de partitions musicales de la famille Düben, dont les membres ont occupé le poste de musicien de la cour royale entre 1640 et 1718. À la fin du XVIIIe siècle, le grand bienfaiteur de la bibliothèque était Gustave III (règne : 1771-1792), qui a entre autres fait don de l’importante collection de livres suédois du collectionneur Jacob Cronstedt (1668-1751), et a déclaré par testament que ses archives privées, y compris la correspondance avec d’autres princes européens, devraient être données à la bibliothèque universitaire d’Uppsala après sa mort.

Lithographie représentant Charles XIV Jean (Jean Baptiste Bernadotte), 1824 [?]. Bibliothèque universitaire d’Uppsala, cote : Sv.portr.saml.Vanl. f.
Illustration 3: Lithographie représentant Charles XIV Jean (Jean Baptiste Bernadotte), 1824 [?]. Bibliothèque universitaire d’Uppsala, cote : Sv.portr.saml.Vanl. f.

Au début du XIXe siècle, il était évident que les salles de la bibliothèque du Gustavianum étaient devenues trop petites et qu’un nouveau bâtiment se révélait nécessaire. L’emplacement du magnifique bâtiment actuel de la bibliothèque universitaire d’Uppsala fut, selon la légende, indiqué par Charles XIV Jean (règne  : 1818-1844), alors qu’il était encore prince héritier. Jean-Baptiste Bernadotte, de son vrai nom, était né à Pau et donc d’origine française. Il avait même reçu de Napoléon le titre de maréchal d’Empire avant d’arriver en Suède en 1810. Le bâtiment principal de la bibliothèque universitaire d’Uppsala s’appelle encore aujourd’hui Carolina Rediviva (« la Caroline renaissante »). Son nom fait référence à un bâtiment universitaire antérieur, l’Academia Carolina, qui a été démoli au XVIIIe siècle, mais a aussi été choisi par courtoisie envers Charles XIV Jean, qui était roi lorsque le bâtiment a été terminé et ouvert en 1841.

La salle des livres à la Carolina Rediviva. Elle a été restaurée à son aspect d’origine lorsque la bibliothèque a célébré son 350e anniversaire en 1970. Photo : Magnus Hjalmarsson
Illustration 4: La salle des livres à la Carolina Rediviva. Elle a été restaurée à son aspect d’origine lorsque la bibliothèque a célébré son 350e anniversaire en 1970. Photo : Magnus Hjalmarsson.

Les collections spécialisées de la bibliothèque ont continué à s’accroître considérablement au cours des XIXe et XXe siècles, principalement grâce aux dons de collectionneurs privés, mais aussi à des achats ponctuels importants et aux activités propres de l’université. Parmi les exemples de ces dons, citons la bibliothèque Wahlund, qui contient environ 6 500 livres imprimés et manuscrits sur la philologie, la littérature et les langues romanes françaises anciennes, offerts par le professeur Carl Wahlund (1846-1913) au début du XIXe siècle ; la collection de livres imprimés par Giambattista Bodoni – sans doute la plus grande collection au monde en dehors de Parme – rassemblée par l’industriel Erik Kempe (1898–1959) au début du XIXe siècle ; ainsi que les collections (manuscrits et imprimés) du médecin Erik Waller (1875-1955), en particulier les ouvrages et les autographes sur l’histoire des sciences et de la médecine, donnés à peu près à la même époque. Une acquisition des plus remarquables a ensuite été faite en 1986, lorsque la bibliothèque de Leufstabruk, créée au XVIIIe siècle dans un village vivant de la sidérurgie a été donnée ici, à condition qu’elle soit toujours conservée à son emplacement originel. Cette bibliothèque a été en grande partie rassemblée par l’industriel et entomologiste Charles De Geer (1720-1778), et est restée plus ou moins intacte depuis le début du XIXe siècle. Nous y reviendrons un peu plus tard.

Le bâtiment de la bibliothèque du domaine de Leufstabruk, conçu par l’architecte suédois Jean Eric Rehn, construit à la fin des années 1750. Photo : Magnus Hjalmarsson.
Illustration 5: Le bâtiment de la bibliothèque du domaine de Leufstabruk, conçu par l’architecte suédois Jean Eric Rehn, construit à la fin des années 1750. Photo : Magnus Hjalmarsson.

Est-ce que vous pouvez nous montrer quelques livres qui vous semblent typiques de votre collection ?

Lorsque l’on entre dans les détails des collections mentionnées ici, en passant à une perspective plus fine, certains documents ou fonds spécifiques attirent immédiatement notre attention. Le plus célèbre est probablement le Codex Argenteus (la « Bible d’argent »), qui a été écrit en langue gothique à Ravenne sur du vélin de couleur violette avec de l’encre d’argent au VIe siècle. À la fin de la guerre de Trente Ans, en 1648, ce livre se trouvait à Prague, lorsque les Suédois ont pillé la ville et se sont emparés du butin de guerre. La reine Christine (règne : 1644-1654) le donna ensuite comme récompense à son bibliothécaire privé, le Néerlandais Isaac Vossius (1618-1689), qui ramena le livre avec lui aux Pays-Bas lorsqu’il eut fini son service à Stockholm. Le comte Magnus Gabriel De la Gardie l’a ensuite racheté et en a fait don à la bibliothèque universitaire d’Uppsala en 1669. Il y est resté depuis lors, à l’exception d’un mois en 1995 où des voleurs ont réussi à le voler, pour le rendre 30 jours plus tard, lorsqu’ils se sont rendu compte qu’un objet aussi célèbre ne pouvait pas être vendu !

Le Codex Argenteus ("la Bible d’argent"). Photo : Magnus Hjalmarsson.
Illustration 6: Le Codex Argenteus (« la Bible d’argent »). Photo : Magnus Hjalmarsson.

Un autre trésor d’une importance particulière est l’ensemble de livres issus du butin de guerre de Frombork en Pologne, et qui avaient autrefois appartenu au célèbre astronome polonais Nicolas Copernic (1473-1543). Il avait été doyen de Frombork, et sa bibliothèque privée s’est retrouvée dans la bibliothèque du chapitre de Frombork après sa mort. Lorsque les Suédois sont arrivés en 1626, elle figurait évidemment parmi les livres pillés. À Uppsala, ils constituent aujourd’hui une collection propre, la Copernicana, qui comprend 45 volumes. Parmi eux se trouve le « Uppsala Notebook », dans lequel Copernic a fait des calculs astronomiques de sa propre main.

Le Carnet d’Uppsala, avec des calculs astronomiques de la main même de Nicolas Copernic. Bibliothèque universitaire d’Uppsala, cote : Copernicana 4 (3).
Illustration 7: Le Carnet d’Uppsala, avec des calculs astronomiques de la main même de Nicolas Copernic. Bibliothèque universitaire d’Uppsala, cote : Copernicana 4 (3).

Certaines collections sont-elles particulièrement intéressantes pour des Français ?

Compte tenu des liens étroits entre la Suède et la France au début des temps modernes et de la grande estime dans laquelle est tenue la culture française depuis longtemps en Suède, il y a plusieurs collections et objets à Uppsala qui sont très spectaculaires et d’un intérêt particulier du point de vue français. Certains d’entre eux ont déjà été mentionnés.

Il est évident, d’après ce qu’on a dit, que la Bibliothèque Wahlund est d’une grande richesse à cet égard. Parmi nos manuscrits médiévaux d’origine française, au nombre d’une centaine, nous trouvons par exemple le Livre d’heures merveilleusement enluminé réalisé à Paris pour la dame Johannete Ravenelle à la fin du XIVe siècle. Des miniatures et des lettrines dorés embellissent ce livre, qui a été acquis par la bibliothèque en 1953.

Image tirée du Livre d’heures de Johannete Ravenelle. Paris, XIVe siècle. Bibliothèque de l’université d’Uppsala, cote C517e.
Illustration 8: Image tirée du Livre d’heures de Johannete Ravenelle. Paris, XIVe siècle. Bibliothèque de l’université d’Uppsala, cote C517e.

Il convient également de mentionner, par exemple, que les archives privées de Gustave III comprennent une riche correspondance avec la famille royale française à la fin du XVIIIe siècle, comprenant près de 200 pages de lettres entre Gustave III et Louis XV, Louis XVI et Marie-Antoinette. On y trouve de nombreux témoignages contemporains de cette période dramatique de l’histoire de France, de certains de ses personnages les plus importants. Voir par exemple les mots de Marie-Antoinette de février 1790 [cote : F 490] :

Il faut espérer que le temps et surtout la conviction ramèneront l’esprit et le cœur des français à sentir qu’ils ne peuvent être heureux qu’en se ralliant sous les ordres et le gouvernement d’un roi juste et bon, et quel autre trouveront-ils jamais, j’ose le dire, qui sache plus sacrifier ses intérêts personnels pour la tranquillité et le bonheur de son peuple

Les lettres sont toutes disponibles en ligne dans Alvin. Un projet est actuellement en cours d’élaboration, afin d’améliorer l’accès aux archives de Gustave III.

Sur les quelques 38 000 manuscrits de la collection Waller susmentionnée, une bonne partie est en fait d’origine française. On y trouve, représentée par des documents autographes, une grande partie de l’élite des chercheurs français en sciences naturelles. On y trouve des noms tels que Buffon, Descartes, Lavoisier, les Geoffroy Saint-Hillaire père et fils, mais aussi d’autres personnalités connues comme Marat, Rousseau, Voltaire, Guillotin ou La Fontaine. Notre portail permet d’en savoir plus et d’effectuer des recherches.

La collection Düben, mentionnée précédemment, qui contient le répertoire musical de la cour de Suède du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle, contient une grande partie de la musique sacrée de Buxtehude et de nombreux autres musiciens d’église d’Allemagne du Nord. Le répertoire sacré comprend également un certain nombre de pièces du compositeur français Henry Dumont. La partie profane la plus importante de la collection contient des pièces d’opéra français et des extraits de ballets de la cour de Louis XIV, de Jean-Baptiste Lully et de ses disciples. Ce répertoire français a été utilisé dans les années 1680-1725, lors de divertissements et de représentations théâtrales à la cour royale de Stockholm. La collection Düben a été entièrement numérisée dans le cadre d’un récent projet à notre bibliothèque, et est disponible gratuitement en ligne.

Un projet en cours à la bibliothèque universitaire d’Uppsala concerne la bibliothèque susmentionnée de Charles De Geer au domaine de Leufstabruk. La majorité des quelque 8800 livres de cette bibliothèque sont en fait en langue française, bien que la plupart d’entre eux aient été imprimés et vendus aux Pays-Bas. Étant donné que la bibliothèque a été conservée intacte dans la même famille, que les livres sont toujours à leur emplacement d’origine et que la documentation relative à la création de la bibliothèque est très riche, comprenant à la fois des catalogues contemporains avec les prix, les dates d’achat, les reçus des vendeurs de livres, etc. splendide est l’opportunité d’étudier le contenu de la bibliothèque  d’un noble du XVIIIe siècle, et son développement. Charles De Geer était lui-même un entomologiste dévoué et éminent, et il a écrit son propre magnum opus en français sous le titre Mémoires pour servir à l’histoire des insectes, inspiré comme il l’était par les travaux de René-Antoine Ferchault de Réaumur. De Geer était également membre de l’Académie des sciences suédoise et membre correspondant de l’Académie des sciences française. La première édition de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert se trouvait bien sûr sur ses étagères. Lorsque Charles De Geer le jeune (1747-1805), homme politique, hérita de la bibliothèque, de la littérature clandestine française fut achetée et ajoutée aux collections. Sur les 800 titres cités par Robert Darnton dans son étude sur ce sujet1, 120 se trouvent à Leufsta. Cette littérature française politiquement et sexuellement provocante était vendue en secret sur le continent, mais a sans problème trouvé son chemin jusqu’à la bibliothèque d’un noble à une heure au nord d’Uppsala, en Suède, au XVIIIe siècle. Notre site Internet, là aussi, permet d’avoir plus d’informations sur le projet en cours.

Intérieur de la bibliothèque de Leufstabruk, conçue par Jean Eric Rehn à la fin des années 1750. Photo : Magnus Hjalmarsson.
Illustration 9: Intérieur de la bibliothèque de Leufstabruk, conçue par Jean Eric Rehn à la fin des années 1750. Photo : Magnus Hjalmarsson.

Comment mettez-vous en valeur le fonds ancien auprès d’un public plus large ?

Travailler avec des collections spécialisées de ce type au XXIe siècle exige bien sûr non seulement de les cataloguer et de les présenter dans des expositions traditionnelles, mais aussi de rechercher de nouveaux moyens de donner accès à nos collections et à notre bibliothèque et de les faire connaître à de nouveaux types d’utilisateurs. Puisque nous sommes une bibliothèque universitaire, les étudiants constituent toujours une de nos premières cibles. Ceux-ci sont régulièrement invités à la bibliothèque pour des cours et des séances au cours desquelles nous sortons des livres, et ils sont constamment encouragés à découvrir et à utiliser ces collections dans leurs travaux. Comme désormais la plupart des bibliothèques, nous communiquons également via les médias sociaux, comme Instagram, et les blogs. Parmi nos projets récemment achevés, un blog a connu un succès particulier : le 400-blog. Nous y avons égrainé un compte à rebours jusqu’au début des célébrations du 400e anniversaire de notre bibliothèque à la mi-avril de cette année : pendant plusieurs années, 400 objets de nos collections ont été sélectionnés et mis en valeur dans un billet particulier. Malheureusement, ce blog n’est disponible qu’en suédois, mais tous les articles ont été illustrés par des images. Tout comme dans d’autres bibliothèques, la crise actuelle du coronavirus a conduit à une attention accrue et à une réflexion nouvelle sur la manière d’utiliser les moyens numériques pour communiquer avec nos usagers. Les initiatives présentes auront probablement à cet égard un impact durable sur la façon dont les bibliothèques en général et particulièrement celles qui ont une section patrimoniale communiquent et interagissent avec le grand public.

  1. Robert Darnton, Édition et sédition. L’univers de la littérature clandestine au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1991. []

Que sont les farces imprimées devenues ?

Même si le « gothique français », qui envahit le marché du livre au début du XVIe siècle nous a laissé une production qui reste incommensurable, nous n’en avons conservé qu’une infime partie. Surtout la conservation d’éditions de format réduit et de quelques feuillets a dû être problématique, partiellement à cause de leur fragilité, partiellement parce qu’il ne s’agissait simplement pas une « littérature de garde ». Cela vaut spécialement pour les facéties, les monologues et les pièces profanes et occasionnelles, mais même des textes qui ne cessent d’être republiés n’ont souvent été conservés qu’en quelques exemplaires, voire en exemplaire unique, alors que les tirages ont dû être assez importants (600 ou 700 exemplaires). Si on n’en a conservé qu’un seul, que sont les autres devenus ? Et si, de tant d’éditions tirées à des centaines d’exemplaires, il ne subsiste qu’un exemplaire unique, on peut se demander quel pourra bien être le nombre de publications dont aucun exemplaire n’a été retrouvé. De là, on arrive tout naturellement aussi à la question de savoir ce que, par exemple, les quelque deux cents farces conservées représentent, en tant que nombre et quant à leur représentativité par rapport à ce qui a pu exister, ce qui a pu être imprimé. Et celles qui ont été conservées, pourquoi sont-elles parvenues jusqu’à nous ? Celles qu’on n’a pas pu conserver, pourquoi les a-t-on perdues ?

Le réemploi de pièces gothiques dans des reliures

Une bonne étude d’ensemble de ce « gothique français » manque encore cruellement, même si la publication de la thèse de Marion Pouspin1 marque une pas en avant. Il s’agit toutefois de textes qui ont fortement marqué le climat culturel2.

Dans cet article, nous présentons des exemples d’éditions devenues apparemment désuètes au point de ne plus servir qu’à la fabrication de reliures. Ce phénomène a bien été étudié pour le domaine manuscrit, où la question de la fragmentation et des membra disjecta est depuis longtemps à l’ordre du jour.

Illustration 1 : Fragment de sermon ou de commentaire biblique (Collection de l’auteur, photo © Jelle Koopmans).

Pour le domaine des (post-)incunables, le réemploi, notamment dans les reliures, est un phénomène beaucoup moins étudié. Cela se comprend facilement, étant donné qu’une recherche systématique est impossible, et que l’unicité d’un feuillet imprimé ne saute pas nécessairement aux yeux. On dépend en fait de trouvailles de chercheurs et d’archivistes qui y prêtent attention et qui les communiquent. En même temps, on pourrait avoir le sentiment qu’un tel réemploi a dû être extrêmement répandu.

Un premier exemple nous vient des archives de Roanne (Belgique), où l’on a pu identifier des fragments d’une édition du Testament de Villon. Détail curieux : le relieur a eu l’extrême gentillesse d’utiliser le bois gravé des pendus, ce qui rend l’identification bien aisée3.

L’édition a pu être identifiée : il s’agit de l’édition imprimée à Paris par Germain Bineaut en 1490, l’une des toutes premières sinon la première édition imprimée de Villon, dont un exemplaire complet a été conservé à la Bibliothèque de l’Institut à Chantilly (IV.E.069).

Illustration 2 : fragment de l’édition du Testament de Villon [Paris, Germain Bineaut, 1490, USTC 766134] (photo © Bibliothèque universitaire de Liège).
Précédentes découvertes de fragments de textes de théâtre

Pour le monde des farces, Paul Aebischer a fait une découverte importante dans les Archives de l’État de Fribourg (Suisse), où toute une collection de fragments de farces et d’autres textes de théâtre a été utilisée pour fabriquer des reliures. Il s’agit de fragments de rôles et de pièces, manuscrits et imprimés (aujourd’hui : Littérature 1-115 ; les numéros 1-20 sont ceux décrits par Aebischer ; les numéros 26-115 – poèmes, chansons, hommages, pièces de théâtre – ont été classés par les archives)4. Aebischer a consacré un article aux farces en patois5 et donné une édition de trois farces6. La première de ces pièces, Jehan qui de tout se mesle, est un imprimé en format agenda ; la seconde – rééditée depuis par Gérard-Zai et de Reyff7 – est manuscrite mis adopte également le format agenda ; la troisième pièce, enfin, est un dialogue imprimé qui met en scène Gautier et Martin, également en format agenda. Ce qui est en somme bien spécial, c’est qu’il y a ici des fragments de toute une collection de rôles et de pièces de théâtre tant imprimées que manuscrites, qui ont servi à la confection de reliures, ce qui prouve d’une part que quelqu’un dut voir un certain intérêt de rassembler ces textes et que, d’autre part, ils ne constituaient pour notre relieur que de vieux papiers sans intérêt.

Cet hiver encore, on a découvert à la bibliothèque Henri Conscience à Anvers des feuillets provenant d’une édition inconnue du jeu flamand de Lanseloet van Denemarken, l’un des quatre « jeux d’art » du début du XVe siècle qui constituent le premier théâtre sérieux non religieux en vernaculaire8.

Illustration 3 : deux fragments du Lanseloet van Denemarken, édition non identifiée (photo © Bibliothèque Henri Conscience).

Un fragment récemment retrouvé: une nouvelle édition de Martin de Cambrari

Nous pouvons y ajouter deux autres fragments. C’est que Dominique Coq a bien voulu nous communiquer une belle trouvaille : dans les archives départementales de la Côte-d’Or, il a trouvé deux fragments imprimés au dos d’un registre coté B 1133, qu’il a identifiés comme provenant d’une édition complètement inconnue de la farce de Martin de Cambrai.

Illustration 4 : fragment de Martin de Cambrai, archives départementales de la Côte-d’Or (photo © Dominique Coq).

Le dernier document daté dans le registre est de 1507 – soit huit ans avant que la veuve Trepperel publie la farce9 – mais nous ne savons pas la date de sa reliure, même si, en toute logique, on n’aura pas attendu plus d’une décennie pour relier ensemble ces documents. Quelques remarques formelles peuvent toutefois être formulées : nous n’avons pas, ici, la gothique bâtarde traditionnelle pour l’édition de ce type de textes, mais une lettre de forme assez générique qu’il n’est guère possible d’attribuer à un imprimeur précis. Son emploi pour un texte de farce, par contre, est assez étonnant (ce type de textes est presque systématiquement publié en bâtarde) et indique peut-être un autre public.

Illustration 5 : fragment de Martin de Cambrai, archives départementales dela Côte-d’Or (photo © Dominique Coq).

On peut constater que le texte est à peu près identique à celle de la veuve Trepperel, dont il doit être proche aussi dans le temps. La diffusion de cette farce (un exemplaire conservé sur 600 ou 700) devient, par cette découverte, plus importante (un exemplaire et deux fragments sur un tirage de 1200 ou 1400). De la manière, on comprend aussi mieux comment et pourquoi tout une série de vers de cette pièce (et l’intrigue de la première partie) se retrouveront dans la Farce du savetier Audin, imprimée entre 1532 et 1550 par Jehan Cantarel à Lyon et conservée dans le Recueil du British Museum (C 20 e.13 pièce 32)10.

Finalement, pour complaire aux philologues-bibliographes, nous donnons ici une sorte d’édition de ces fragments replacés dans le texte de la veuve Trepperel.

Premier fragment

Guillemette
Dieu [….] audire

{Le cure}
Faicte estes comme de cire
Qua[nt] je vous tien je suis bien aise

(Guillemette)
Acollés-moy que je vous [baise]

{le curé}
Vous este faicte a devis

Second fragment

Martin
Je prie a monseigneur sai[nt Denis]
{Et de paradis le Dieu
A saint Jehan et a saint Mathieu}
Et a mon parrain [saint Mart]in                            424
Saint Hubert e[t saint Mathelin]
Sai[nt Pierre, saint Pol, Nostre Dame]
Que [ on me ramaine ma femme]
Et c[hascun d’eux ara demain
Une [ chandelle de ma main]
Par ma foy je n’y [fauldray mie]

[Le curé]
Brou [hou]

[Martin]
Ha vierge [Marie]
Comment vo[us portés vous, ma femme

Mar[tin]
Vous soye la tres[bien venue]
Mais quelz gens [sont-ce qui y sont ?]

Guillomet[e]
Ce sont gens de [toutes fassons]
De cousturiers : de [boulengiers]
De chaussetiers de [cordouenniers]
Principalement sa[vetiers]                                        444

Martin
Savatiers ?

Guillemet[e]
Voir[e vr]ayement
[Je c]uide et croy cer[tainement]
Par ma foy qu’ilz y se[ront tous]
[Et] ci a tant de faulx [jaloux]
Qu’on ne les scet plu[s bouter]

Terminons par une perspective d’avenir. On a beau avoir découvert deux fragments substantiels en quelques mois (le Lancelot néerlandais et Martin de Cambray) début 2020, de telles découvertes sont rares. Elles ne devraient pourtant pas l’être. La vigilance des chercheurs, leur culture générale, et les moyens de communication modernes peuvent à l’avenir donner lieu à bien d’autres exemples de ce type, car le phénomène est sans doute bien moins isolé que l’on ne le croirait à partir de ces quelques exemples. En cela, cette note est aussi un appel à tous ceux qui travaillent dans les archives anciennes, sur les fontaines à Rennes ou le salaire de la main d’œuvre, sur le commerce des vins de Bourgogne et les horloges publiques : essayez de comprendre – au-delà de la pure documentation – ce que vous avez en main. Tout petit bout de papier risque de faire la joie d’autres chercheurs : pourquoi ne pas le leur communiquer ?

Jelle Koopmans
Université d’Amsterdam

  1. Marion Pouspin, Publier la nouvelle. Les pièces gothiques, histoire d’un nouveau média (XVe-XVIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016 []
  2. Jelle Koopmans, « L’inspiration livresque et l’inspiration théâtrale, le texte et le livre à l’époque de Rabelais », Études rabelaisiennes LVI (2017) p. 97-99. []
  3. Ferdinand Desonay, « Note sur des fragments d’une édition ancienne de Villon », Studi in onore di I Siciliano, Florence, Olschki, 1966, p. 4022-406 ; voir aussi Louis Remacle, Documents lexicaux extraits des archives scabinales de Roanne (La Gleize), 1492-1794, Paris, Belles Lettres, 1976, p. 12, 429. []
  4. Voir la description que donne Graham Runnalls, « The Medieval Actors’ Roles found in the Fribourg Archives », Pluteus 4-5 (1986-7) p. 5-67. []
  5. Paul Aebischer, « Quelques textes en patois fribourgeois », Archivum romanicum 4 (1920) p. 288-336. []
  6. Paul Aebischer, Trois farces françaises inédites trouvées à Fribourg, Paris, Champion, 1924. []
  7. Marie-Claire Gérard-Zai & Simone de Reyff, Farce de Janot dans le sac, Genève, Droz, 1990. []
  8. Une traduction française de ces pièces est en préparation et paraîtra prochainement aux Presses universitaires de Grenoble. []
  9. Jelle Koopmans, Le recueil de Florence. 53 farces imprimées à Paris vers 1515, Orléans, Paradigme, 2011, p. 563-579. []
  10. Voir l’édition donnée par André Tissier, Recueil de farces (1450-1550), tome XII, Genève, Droz, 1998, p. 109-204. []

Lectorat diversifié et interaction active : l’exposition ‘In Readers’ Hands : Traces of Use in Early Modern Bibles’ (Bibliothèque Maurits Sabbe, Leuven)

Derrière les portes temporairement fermées de la bibliothèque Maurits Sabbe à Leuven, les livres de l’exposition In Readers’ Hands: Traces of Use in Early Modern Bibles attendent patiemment la réouverture maintenant prévue le 5 juillet. L’exposition a été organisée par le groupe de recherche « In Readers’ Hands: Early Modern Dutch Bibles from a User’s Perspective  » (2017-2021). Le projet de recherche, une collaboration interdisciplinaire entre l’Université de Leuven (KU Leuven) et l’Université de Groningue (Pays-Bas), se concentre sur les pratiques de lecture et d’utilisation dont ont fait l’objet les Bibles néerlandaises du XVIe siècle, imprimées par les célèbres imprimeurs anversois Jacob van Liesvelt, Henrick Peetersen van Middelburch et Willem Vorsterman. L’étude part des traces de lecture et d’utilisation trouvées dans les exemplaires survivants, notamment les marques de provenance, les soulignements, les annotations, les colorations, les traces d’utilisation involontaires et l’ajout ou le retrait de matériel textuel et visuel.1 En outre, afin de révéler la relation dynamique entre les lecteurs de l’époque moderne et leurs Bibles, le projet examine également l’impact que les éléments matériels et textuels du livre – y compris leur taille, leur mise en page et leur paratexte – ont pu avoir sur leurs lecteurs.

L’exposition déploie cette même approche, tout en élargissant sa portée pour inclure des éditions bibliques produites sur une plus longue durée et par un plus grand nombre d’imprimeurs des Pays-Bas du Nord et du Sud. Les Bibles sélectionnées font partie de la collection de la bibliothèque Maurits Sabbe,2 l’une des plus grandes et plus riches bibliothèques sur la théologie et les sciences religieuses au monde. Le fonds ancien de la bibliothèque conserve environ 170,000 livres, dont plusieurs Bibles des débuts de l’époque moderne. Les exemplaires exposés ont été sélectionnés car ils présentent un large éventail de traces de lecture et d’utilisation, allant d’annotations généalogiques et réflexions théologiques étendues à des marques de provenance concises et des taches d’encre laissées involontairement. L’objectif de l’exposition est de montrer les diverses façons dont les lecteurs de la première modernité pouvaient interagir avec leurs Bibles au cours du long XVIe siècle (entre environ 1480 et 1620) – une période cruciale de transformation religieuse.

Marques d’identité et de possession

Une première question qui vient à l’esprit lorsqu’on étudie l’utilisation de la Bible moderne est de savoir qui étaient ces lecteurs. Comme le montrent les différentes marques de provenance des Bibles de la bibliothèque Maurits Sabbe, le lectorat des premières Bibles imprimées était plus diversifié en termes d’identité religieuse et de genre qu’on ne le pense souvent. Il semble que les caractéristiques confessionnelles du texte – la traduction – ainsi que le paratexte présenté dans une édition de la Bible n’étaient pas déterminants par rapport à l’identité (religieuse) des propriétaires. Par exemple, une Bible qui s’oriente plutôt à la Réforme protestante émergente pourrait appartenir à un clerc catholique et vice versa. À cet égard, nous pouvons citer un ecclésiastique du nom de Frère Jaspar Anthoon, membre des Cisterciens d’Anvers, qui n’avait manifestement pas honte de sa Bible réformée de 1584 : il a inscrit son nom sur la page de titre à trois reprises. (Voir illustration 1)

Marques de provenance de Jaspar Anthoon (Maurits Sabbe Bibliotheek P22.005.1/Fo BIJB 1584)
Illustration 1: Marques de provenance de Jaspar Anthoon (édition de Jaspar Troyen, Anvers, 1584, Maurits Sabbe Bibliotheek P22.005.1/Fo BIJB 1584)

En outre, les marques de provenance prouvent qu’il n’était pas rare que les femmes (religieuses, semi-religieuses et laïques) de l’époque moderne possèdent et lisent une Bible. Une de ces femmes, Elisabet Imberecht, a laissé en 1676 une note plutôt féroce et en même temps humoristique dans sa copie du Nouveau Testament de Christophe Plantin de 1577 pour marquer sa propriété : « Ce livre appartient à Elisabet Imberecht ; celui qui le trouvera recevra une pièce d’argent [bague d’argent], mais celui qui en demandera davantage recevra un coup dans les côtes, 1676 ».3 (Voir illustration 2)

Illustration 2: La marque de propriété d’Elisabet Imberecht (Christophe Plantin, Anvers, 1577, Maurits Sabbe Bibliotheek P22.055.1/BIBL N.T. 1577)

Interactions (confessionnelles) de lecture

Cependant, les lecteurs ne faisaient pas que posséder ces livres, ils interagissaient aussi activement avec le texte, les images et le paratexte de leurs Bibles. La majorité des premières Bibles imprimées contient une grande variété d’éléments paratextuels (à la fois textuels et visuels), tels que des prologues, des résumés de chapitres, des titres courants, des notes marginales imprimées, des gravures sur bois et des cartes. Ces éléments servaient souvent de marqueurs de confession, instruisant les lecteurs dans leur interprétation du texte et les guidant à travers la page et le livre. La présence de notes marginales imprimées, par exemple, incitait le lecteur à passer constamment du texte principal au paratexte marginal, alors que les schémas de lecture, qu’ils soient liturgiques ou thématiques, pouvaient déterminer l’ordre dans lequel le lecteur abordait les textes bibliques. Bien que la plupart des interactions entre le lecteur et le paratexte n’aient pas laissé de traces visibles, certains lecteurs ont réagi à la présence et au contenu du paratexte sous forme d’annotations. Il s’agissait, entre autres, d’annotations exprimant le lien entre le texte et les notes marginales imprimées, et de l’ajout manuscrit d’éléments paratextuels lorsque le dispositif imprimé n’était apparemment pas considéré suffisant. Un autre exemple intéressant se trouve dans une copie de la Bible publiée par Willem Vorsterman en 1528, dans laquelle un lecteur a laissé un large éventail et un grand nombre d’annotations manuscrites. Outre diverses références à la Vulgate en latin, le lecteur a ajouté quarante gloses tirées d’une traduction luthérienne de la Bible et les a placées dans les marges de l’Ancien Testament de la Bible de Vorsterman, une édition catholicisante. (Voir illustration 3) Ce faisant, le lecteur faisait non seulement preuve d’une certaine « fluidité » confessionnelle, mais créait également de nouvelles couches de sens dans sa Bible, qui devaient avoir un impact sur tout lecteur venant après lui.

Illustration 3: La glose luthérienne dans les marges (Willem Vorsterman, Anvers, 1528/1529, Maurits Sabbe Bibliotheek P22.005.1/Fo BIJB 1528-1529 A)

La production et la diffusion de Bibles en langue vernaculaire, en particulier celles avec un paratexte étendu, suscitaient la critique au XVIe siècle, et les imprimeurs étaient obligés par les autorités d’obtenir une permission avant de publier. Néanmoins, des livres contenant des traductions et des paratexes « non orthodoxes » ont continué à être imprimés au moins jusqu’en 1546. Bien que beaucoup de ces traductions aient été incluses dans des listes de livres interdits, cela n’a pas empêché leur diffusion et leur lecture. Certains lecteurs affichent cependant un regard critique sur les choix éditoriaux de l’imprimeur concernant la couleur confessionnelle du texte et de l’image. Dans un exemplaire de la Bible de Jacob van Liesvelt de 1535, un lecteur s’est ingéré dans la traduction luthérienne de Romains 3:28 en effaçant méticuleusement le mot « seule » (« alleen ») dans « Nous tenons que l’homme est justifié par la foi seule, sans les œuvres de la loi ». (Voir illustration 4) L’ajout de « alleen » dans la traduction néerlandaise provient de la Bible allemande de Luther de 1522 et n’a manifestement pas été apprécié par le lecteur. Cet exemple montre que les lecteurs et les utilisateurs pouvaient transformer les caractéristiques confessionnelles de leurs Bibles, non seulement en laissant des annotations, mais aussi en manipulant le texte imprimé.

Illustration 4: Le mot « alleen » de la traduction luthérienne effacé (Jacob van Liesvelt, Anvers, 1535, Maurits Sabbe Bibliotheek P22.005.1/Fo BIJB 1535)

En plus de leurs préférences confessionnelles, les lecteurs pouvaient avoir de nombreuses autres raisons pour lesquelles ils manipulaient ou transformaient leurs exemplaires de la Bible. Les utilisateurs des premières Bibles modernes se sont souvent permis de modifier ou d’adapter les caractéristiques textuelles et visuelles de leurs livres, par exemple en supprimant ou en ajoutant différents éléments au livre imprimé. Un Nouveau Testament de 1614 édité par le jésuite anversois Franciscus Costerus a délibérément été imprimé sans images dans l’espoir qu’il trouve son chemin vers un lectorat réformé dans les Pays-Bas septentrionaux. L’objectif était de leur fournir une traduction catholique avec des éléments paratextuels souvent antiprotestants, afin de les convaincre de revenir dans le giron de l’Église catholique. La bibliothèque Maurits Sabbe conserve un exemplaire dans lequel de nombreuses images bibliques et pieuses, dont quelques-unes ont été soigneusement coloriées, sont collées ou reliées entre les pages du livre. (Voir illustration 5)4 L’inclusion de ces images n’a pas seulement servi à illustrer le texte et paratexte, elle a créé de nouvelles possibilités d’interaction dévotionnelle avec le livre, en incluant à la fois le texte, le paratexte et l’image dans les pratiques de lecture méditative.

Illustration 5: Des images pieuses collées sur la page (Franciscus Costerus, Anvers, 1614, Maurits Sabbe Bibliotheek P225.1/Fo COST Nieu 1614)

Un cas similaire de création de nouvelles possibilités de lecture par l’ajout d’un utilisateur se trouve dans un exemplaire du Nouveau Testament imprimé par Bartholomeus van Grave en 1548. L’exemplaire de la bibliothèque Maurits Sabbe a été relié avec un fascicule manuscrit, écrit dans une main comparable à plusieurs annotations de style gothique de la fin du Moyen Âge visibles dans le calendrier imprimé des lectures liturgiques dans le même livre. (Voir illustration 6) L’enluminure et l’écriture présentent des similitudes avec les manuscrits en usage à la fin du XVe siècle dans les réseaux de la Devotio Moderna, bien que la traduction tirée de la Bible Vorsterman révèle qu’elle a été copiée entre 1528 et 1545. Le fascicule contient une version néerlandaise de plusieurs leçons de l’Ancien Testament et semble avoir servi un but dévotionnel, permettant aux lecteurs d’inclure ces textes dans leur lecture de la Bible. Il est vraisemblable que le volume a été assemblé, conservé et utilisé au sein d’une communauté religieuse. Cet exemplaire souligne que la distinction entre la culture de l’imprimé et celle du manuscrit est beaucoup moins stricte qu’on ne l’a souvent supposé. Dans la pratique de l’utilisation et de la lecture de la Bible, cette séparation a été aisément transgressée pour créer un livre avec des caractéristiques et des possibilités adaptées aux besoins d’un lecteur spécifique.

Illustration 6: Un cahier manuscrit dans un Nouveau Testament imprimé (Bartholomeus van Grave, Leuven, 1548, Maurits Sabbe Bibliotheek P22.005.1/Fo BIJB 1548)

La Bible comme archive personnelle

En adaptant le livre et ses possibilités d’utilisation, les lecteurs créaient leurs propres Bibles, distinctes et individuelles. Ce lien entre l’individu et le livre a parfois été renforcé par l’inclusion d’annotations concernant l’histoire et l’identité personnelles de l’utilisateur, généralement laissées sur les feuilles volantes de la Bible. Ce faisant, la Bible devenait un lieu pour conserver les récits de vie et les souvenirs, permettant aux utilisateurs de consolider certains aspects de leur identité personnelle en écrivant dans le volume. Outre l’enregistrement des événements familiaux importants, tels que les naissances, les mariages et les décès, les annotations personnelles pouvaient être enrichies d’informations sur des événements locaux ou des tribulations politiques. Dans une copie de la Bible de Marie Anxct de 1560, son propriétaire Jan Vrancx a laissé diverses notes représentant des moments importants de la période entre 1542 et 1561. (Voir illustration 7) Les notes portent, entre autres, sur son mariage et les naissances de ses trois enfants, son appartenance à des confréries religieuses, mais aussi sur certains événements naturels et politiques à proximité de sa ville natale : les destructions de Malines par la foudre en 1546 et le siège infructueux de Leuven par le commandant Maarten van Rossem en 1542, par exemple. En incluant ces événements dans sa vie personnelle, Vrancx situe sa propre histoire personnelle dans le cadre d’événements sociaux et politiques plus larges.

Illustration 7: Annotations de Jan Vrancx documentant sa vie personnelle et des événements locaux (Marie Anxct, Anvers, 1560, Maurits Sabbe Bibliotheek P22.005.1/Fo BIJB 1560)

De plus, alors que les laïcs enregistraient souvent leur mariage et les naissances de leurs enfants, une sœur dominicaine du nom de Maria Ludovica Mortgat utilisait la page de garde de sa Bible de 1556 pour écrire les événements importants de sa vie religieuse. (Voir illustration 8) Elle note : « ce livre est à l’usage de Soeur Maria Ludovica Mortgat, religieuse de l’Ordre des Prêcheurs, qui a rejoint le couvent fermé de la Sainte Catharine de Sienne à Anvers le 23 mai 1679 »5. Elle continue, notant qu’elle « a reçu et a été revêtue du saint habit du saint Père Dominique le 31 juillet 1679 »6 et qu’elle a fait ses vœux éternels d’obéissance, de chasteté et de pauvreté le 30 septembre 1680. Il est frappant de constater que Sœur Maria parle ici de soi-même à la troisième personne, construisant apparemment son identité religieuse en énonçant les dates importantes de sa vie d’une manière presque factuelle. Les annotations construisent son identité et la Bible était un endroit approprié et protecteur pour en faire témoin et les conserver.

Illustration 8: Annotations de Maria Ludovica Mortgat sur sa vie religieuse (Hans de Laet, Anvers, 1556, Maurits Sabbe Bibliotheek P22.005.1/Fo BIJB 1556)

Les marques accidentelles

Alors que les traces des lecteurs mentionnées jusqu’à présent ont toutes été laissées intentionnellement et peuvent être associées à certaines pratiques de lecture, de nombreuses Bibles des débuts de l’ère moderne ne portent aucune trace ou seulement des traces qui ont été laissées involontairement. Elles apparaissent plutôt en raison des aspects physiques liés à la lecture et à l’annotation : taches d’encre ou de cire de bougie, pages partiellement déchirées ou empreintes rouillées d’objets autrefois laissés entre les pages, comme des ciseaux ou des lunettes. Les traces involontaires les plus courantes, cependant, sont des taches indéfinissables, des décolorations et des bords ternis. Dans certains cas, certaines parties du livre montrent clairement plus de traces d’usure que d’autres, comme le programme de lecture liturgique dans l’exemplaire de la Bible de Hansken van Liesvelt de 1538.  (Voir illustration 9)

Illustration 9: Pages ternies dans le calendrier des lectures liturgiques (Hansken van Liesvelt, Anvers, 1538, Maurits Sabbe Bibliotheek P22.055.1/Fo BIJB 1538)

Contrairement à l’idée reçue selon laquelle l’épanouissement de l’imprimerie entraîne une consolidation textuelle et la « canonisation » de textes et de livres, les Bibles de la bibliothèque Maurits Sabbe sélectionnées pour l’exposition montrent que lorsque le livre entrait en possession de ses lecteurs, il s’avérait ne pas être du tout consolidé ou statique. Les nombreuses traces d’utilisation exposées dans le cadre de l’exposition « In Readers’ Hands » montrent que les premières Bibles modernes étaient de nature plutôt dynamique et fluide, et étaient soumises à des transformations et des manipulations constantes de la part de leurs propriétaires, de leurs utilisateurs et de leurs lecteurs. De nombreuses Bibles conservent des annotations ou des adaptations de lecteurs qui semblent avoir utilisé ces volumes comme une plateforme pour façonner leur propre identité, en les modifiant selon leurs besoins et leurs préférences, aussi bien par rapport au contenu du livre qu’à son orientation confessionnelle. Ces traces sont le résultat d’un lectorat diversifié – en termes de profession, de préférence confessionnelle et de sexe – et d’une multitude de pratiques de lecture. Dans leur variété, cependant, les traces pointent ensemble vers un engagement actif des lecteurs avec les caractéristiques textuelles, visuelles et paratextuelles du livre.

Renske Hoff

au nom de l’équipe de recherche In Readers’ Hands, avec Sabrina Corbellini, Wim François et Bert Tops

Université de Groningue / KU Leuven

  1. Sur l’échelle des interactions de lecteurs et notamment les traces accidentelles, voir ailleurs sur ce blog  « Corriger, souligner, griffonner: comment mieux comprendre les lectures dans les livres anciens? » []
  2. La bibliothèque et ses fonds sont présentés dans un beau vidéo ici []
  3. « Elisabet Imberecht behoort toe desen boeck ; dye vyndt sal hebben eenen selver rynck, dye noch mer wyelt hebben eenen stock op zijn rebben, 1676 » []
  4. Walter Melion a récemment présenté une analyse de cet exemplaire dans un webinaire enregistré (« In Defense of the Faith: Interpolated Prints as Multifunctional Glosses in a Customized Copy of Franciscus Costerus’s Dutch New Testament », Newberry Library Webinar, Centre for Renaissance Studies, 29 mai 2020, https://www.youtube.com/watch?v=0_v-OMkP0uU ; la conférence commence à 4:22). []
  5. « Desen bock is tot gebruijck van suster Maria Ludovica Mortgat predicheerinne ouwer, in het clooster slot der Heijlige Catharina van Senen binnen Antwerpen gecomen den 23 Maijus 1678 » []
  6. « ontfangen ende gekleet in het Heijlich abeijt van den Heiligen Vader Dominicus den 31 Julij 1679 » []

Les « recueils » de musique : entre polysémie et éparpillement…

En écho aux contributions parues ici autour des recueils factices1 et aux travaux du projet Sammelband 15-16, je souhaite illustrer ici les divers concepts de « recueil » tels qu’ils sont utilisés dans la bibliographie musicale ancienne. En effet, ces termes sont utilisés dans des sens différents, et parfois dans le même sens mais dans des contextes différents.

Le « recueil » au sens du RISM (Répertoire international des sources musicales)

La musique partage, avec la poésie, la particularité d’avoir été éditée dans des volumes imprimés qui regroupent des œuvres de plusieurs compositeurs ou auteurs. La raison en est simple : elle utilise essentiellement des formes courtes (la chanson, le motet, l’air ou le madrigal) qui à elles seules ne suffisent pas à remplir un volume ; il est donc nécessaire d’en imprimer plusieurs à la suite (quinze, vingt, trente pièces, parfois beaucoup plus pour la poésie) pour justifier la mise en œuvre d’un volume. Quitte à les regrouper, rien n’empêche de mêler des pièces de divers compositeurs, pour deux raisons essentiellement : seuls les compositeurs les plus en vue pouvaient fournir suffisamment de pièces pour remplir un volume à eux seuls, et la variété du contenu est toujours un bon argument commercial ; elle permet à l’éditeur de poser des formules ronflantes sur ses pages de titre : de diversi autori eccellentissimi… a praestantissimis italiae musicis nuperrime concinnatae… collected together out of the best authors…

Ce type d’édition musicale est à la fois précoce et commun puisqu’on compte environ 3000 recueils parus entre 1500 et 1700, qui forment une part importante de la production (chez certains imprimeurs ce fut même le type d’édition majoritaire). À titre d’exemple, la première édition musicale recensée, le Harmonice Musices Odhecaton A de 1501, est un recueil de 96 pièces écrites par 24 compositeurs, sans parler des anonymes.

Illustration 1 : Harmonice musices Odhecaton A (Fossombrone, O. Petrucci, 1501). Bologne MIBM.

C’est le Répertoire international des sources musicales, outil indispensable aux bibliographes et bibliothécaires musicaux, qui a imposé pour ces publications le terme de recueil, ou de recueil collectif2 (on les trouve aussi nommés anthologies ou éditions de plusieurs auteurs, mais très accessoirement). La publication du premier recensement moderne de ces éditions3 a consacré ce terme ; les Allemands s’y réfèrent avec le mot Sammelwerke, les Anglais avec Collections (tous mots repris de l’introduction dudit volume). Pour les éditions d’un seul auteur, le RISM a utilisé Einzeldrücke, Monographie4 ou Individual prints pour sa série parue en 14 volumes (1971-2003).

Les recueils factices de musique

La musique a ceci de particulier que, pour être chantée ou interprétée, elle doit être lue par plusieurs personnes simultanément. Cette contrainte s’est traduite par l’usage de livres de chœur (choirbook, Chorbuch), de grands volumes in-folio devant lesquels jusqu’à six ou huit chanteurs pouvaient se tenir, ou par l’impression de parties séparées (partbook, Stimmbuch), des fascicules qui ne contiennent la musique que d’une seule partie. Dans ce cas, un livre de musique à quatre voix était donc imprimé sous forme de quatre parties séparées, et son impression requérait quatre éditions successives, mais la composition typographique était partiellement réutilisée d’une partie séparée à l’autre (le titre, les pièces liminaires, le texte sous la musique et les couplets supplémentaires sans musique changeaient peu d’un fascicule à l’autre). Si elle a un avantage évident pour les musiciens, cette pratique a plusieurs désavantages. Elle a suscité l’éparpillement des parties séparées et la perte de beaucoup d’entre elles. Hélas, il est courant de voir une édition dont le Superius est conservé à Paris, l’Altus à Madrid, le Tenor à Munich et le Bassus… nulle part. À titre d’exemple, cette notice du RISM Recueils XVIe-XVIIe siècle recense les localisations des exemplaires retrouvés d’un recueil collectif vénitien de 1569, avec le détail des parties correspondantes (S/A/T/B/5). En fait, la bibliographie musicale n’est qu’une forme sublimée du puzzle…

Pour le musicologue qui veut reconstituer cette musique et la publier, il faut disposer de toutes les parties séparées. On verra sur le site du Münchener Digitalisierungszentrum (MDZ) une ingénieuse visionneuse qui permet de consulter simultanément les quatre parties séparées d’une même édition

Cette fragmentation du livre de musique en plusieurs parties séparées fait que celles-ci sont de peu d’épaisseur et sont plus faciles à conserver lorsqu’elles sont reliées. L’habitude a été prise, dès le XVIe siècle, de relier diverses éditions (de la même partie vocale) ensemble : toutes les parties de Superius ensemble, toutes celles d’Altus ensemble, etc. C’est très souvent sous cette forme que les livres de musique sont consultables en bibliothèque ; il s’agit bien de recueils factices ou Sammelbände au sens consacré du terme (c’est-à-dire d’éditions différentes reliées ensemble), mais chaque volume ne contient qu’une partie de la musique. Le nom de la partie est souvent inscrit sur la couverture.

Le « recueil factice » de musique comme collection d’un imprimeur

Les imprimeurs-libraires en musique ont très vite édité leurs livres comme des collections numérotées (que ce soient des monographies ou des recueils). On trouve beaucoup de collections de madrigaux ainsi numérotées :

  • Il primo libro de madrigali a sei voci… di Luca Marenzio (1581)
  • Il secondo libro de madrigali a sei voci… di Luca Marenzio (1584)
  • Il terzo libro de madrigali a sei voci … di Luca Marenzio (1585)

Ces volumes sortent en général des presses du même imprimeur, peuvent y être réédités, ce qui n’empêche pas que d’autres imprimeurs les copient ou les contrefassent.

Il en est de même pour les recueils collectifs, avec par exemple les fameux Livres de chansons à quatre [et cinq] parties publiés par l’officine parisienne de Le Roy et Ballard, dont vingt-cinq volumes paraissent entre 1559 et 1585, avec de nombreuses réimpressions. La plupart des exemplaires retrouvés sont insérés dans des recueils factices de ce type. Un des plus beaux exemples que je connaisse dans ce genre est passé récemment en vente (pour 25.000 €, tout de même…), et regroupe la partie de Contratenor de ­vingt-quatre éditions de cet imprimeur, à savoir trois monographies (La Grotte, Renvoisy et Le Roy) et vingt-et-un recueils collectifs :

  • de La Grotte, Chansons de P. de Ronsard, Ph. Desportes, et autres… – Paris : Adrien Le Roy, Robert Ballard, 1575.
  •  Second [Tiers, Quatrieme, Cinqieme, Sixiesme, Setieme, Huitieme, Neufiesme, Dizieme, Unzieme, Dousieme, Tresieme, Quatorzieme, Quinzieme, Sesieme, Dixsetieme, Dixhuictieme, Dixneufieme, Vingtieme, Vinguniesme] livre de chansons composé à quatre parties de plusieurs autheurs. – Idem, 1577 [1573, 1573, 1573, 1559, 1573, 1575, 1578, 1575, 1578, 1575, 1578, 1575, 1578, 1575, 1577, 1576, 1577, 1578, 1577].
  •  Premier recueil des recueils à quatre parties, de plusieurs autheurs. – Idem,
  •  Renvoisy, Les Odes d’Anacréon mises en musique à quatre parties. – Idem, 1573.
  •  Le Roy, Premier livre de chansons en forme de vau de ville composé à quatre partie. – Idem, 1573.

Illustration 2. Vente Osenat, Paris-Fontainebleau, 29-30 juin 2019.

Voici la page de titre de la première édition :

Illustration 3. Chansons de P. de Ronsard, Ph. Desportes et autres… (Paris, Adrian
Le Roy et Robert Ballard, 1575. Vente Osenat, Paris-Fontainebleau, 29-30 juin 2019.

Encore ne s’agit-il ici que du quart de la musique, puisque les trois autres recueils pour les trois autres voix n’étaient pas proposés à la vente (mais c’eut été miraculeux). De tels recueils factices sortent donc du même atelier ; l’analyse comparée des dates de parution de chaque édition du recueil et des dates de réédition de chaque livre montre qu’ils étaient bien constitués dans la boutique avant l’achat (et qu’il ne s’agit donc pas de collections constituées par le même possesseur au fur et à mesure des parutions) ; elle permet aussi d’estimer la date de l’achat à l’année près.

Le « recueil factice » de musique comme témoin de la librairie musicale locale

Qu’on se rassure, il existe aussi des recueils factices de musique constitués avec des achats faits dans diverses officines. Un des plus riches qui existe provient d’Adriaan Scholiers [Adrianus Scholasticus], un humaniste anversois qui a fait relier sous une reliure ornementée des éditions de diverses provenances, de format in-8° oblong.

Illustration 4. Second plat de reliure du recueil de Londres, British Library, K.8.i.4. © Wikimedia commons.

Ce recueil est conservé à Londres, British Library, K.8.i.4. Il contient les parties de Bassus de :

  1.  Premier [- Second] recueil de chansons… à quatre parties. – Paris, Le Roy & Ballard, 1554 et 1555.
  2.  Premier [- Second] livre de chansonsà quatre parties. – Paris, M. Fezandat, 1556 et 1556.
  3.  Premier [- Second] livre de chansons… par bons et excellens autheurs. – Paris, N. du Chemin, 1557 et 1557.
  4.  Cl. Janequin, Verger de musique contenant… labeurs. – Paris, Le Roy & Ballard, 1559.
  5.  Le premier trophée de musique. – Lyon, R. Granjon, 1559.
  6.  B. Beaulaigue, Chansons nouvelles. – Lyon, R. Granjon, 1559
  7.  La Fleur de chansons et premier livre à quatre parties. – Anvers, T. Susato, 1552.
  8.  La Fleur de chansons et second livre à quatre parties. – Anvers, T. Susato, 1550 ?
  9.  Tiers livre contenant xxx nouvelles chansons. – Anvers, T. Susato, 1550 ?
  10.  La Fleur de chansons et quatriesme livre à quatre parties. – Anvers, T. Susato, 1550 ?
  11.  La Fleur de chansons et cincquiesme livre à trois parties. – Anvers, T. Susato, 1552.
  12.  La Fleur de chansons et sixiesme livre à trois parties. – Anvers, T. Susato, 1552 ?
  13.  Selectissimorum triciniorum… – Nuremberg, J. von Berg & U. Neuber, [1560].
  14.  P. Cler’eau, Premier livre de chansons… à trois parties. – Paris, Le Roy & Ballard, 1559.
  15.  A. Cartier, Vingt et une chansons à trois parties. – Paris, Le Roy & Ballard, 1557.
  16.  L. Bourgeois, Pseaulmes LXXXIII de David. – Lyon, G. Beringen 1554.
  17.  Cl. Janequin, Proverbes de Salomon : mis en cantiques & rime françoise… – Paris, Le Roy & Ballard, 1558.
  18.  M. Le Maistre, Catechesis numeris musicis inclusa… – Nuremberg, J. von Berg & U. Neuber, 1559.
  19.  B. Beaulaigue, Mottetz nouvellement mis en musique. – Lyon, R. Granjon, 1559

Il regroupe donc des éditions parues à Anvers, Paris, Lyon et Nuremberg, ce qui donne une idée de la vivacité de la librairie musicale anversoise dans les années 1550. De certaines de ces éditions, les autres parties sont parfois perdues, telles celles des Pseaulmes LXXXIII de Loys Bourgeois, inconnues par ailleurs.

Illustration 5. Loys Bourgeois, Pseaulmes LXXXIII de David… Lyon, G. Beringen, 1559. Londres BL : K.8.i.4 (16). Seule partie connue.

Un autre exemple de recueil factice de musique, riche et diversifié, est constitué par les recueils dits de Zuoz-Washington. Repérés à Zuoz (Grisons) depuis 1907, ces deux recueils de musique ont probablement été constitués à Utrecht par le libraire Jan Evertsen van Doorn, qui publie en 1639 un catalogue qui contient toutes les éditions contenues5 . Ils sont ensuite achetés à Amsterdam en 1707 par Balthasar Planta, qui les ramène dans son pays natal en Engadine. Du recueil Zuoz 1, seuls deux parties séparées sont encore conservées à Zuoz ; cinq autres ont été achetées en 1920 par la Library of Congress à Washington, où j’ai eu le plaisir en 1992 de les identifier comme le complément des volumes de Zuoz6 . Toutefois, il manque encore une partie (le Septimus) pour reconstituer le recueil complet. Le tableau ci-dessous résume le contenu du recueil Zuoz 1 :

Illustration 6. Constitution du recueil Zuoz 1 conservé à Zuoz, Gemeinde Archiv, et Washington, Library of Congress, M1490.L 55 Case.

Là encore, le recueil reflète toute la diversité du commerce de la musique dans les Anciens Pays-Bas au début du XVIIe siècle, où voisinaient des éditions de Paris, La Rochelle, Genève, Haarlem ou Leyde, à forte connotation protestante. Le recueil Zuoz 2 ajoute encore Anvers à cette liste.

Illustration 7. Table des matières manuscrite ajoutée dans le recueil Zuoz 1.

Le recueil Zuoz 1 contient des ajouts manuscrits d’une très belle graphie, notamment des traductions de textes français, des tables des matières et la résolution par Jan Pieterzoon Sweelinck (1562-1621), d’un canon proposé par Claude Le Jeune dans son Dodécacorde de 1598 (présent dans le recueil). À l’occasion d’une prochaine exposition consacrée au quatrième centenaire de la mort de cet organiste et compositeur, programmée à Amsterdam en 2021, les parties conservées à Zuoz et Washington seront temporairement réunies sous la même vitrine.

Illustration 8. Résolution inédite du canon de Claude Le Jeune par Jan Pieterzoon Sweelinck, dans le recueil Zuoz 1.

Laurent Guillo
(Versailles CMBV / Paris IReMus)

  1. Une winter school à l’ENSSIB autour des recueils factices de la Renaissance par Isabelle Riquet (ENSSIB). []
  2. Pour la poésie, c’est sans doute Frédéric Lachèvre qui a consacré le terme de « recueils collectifs » avec ses volumineux dépouillements, desquels sa Bibliographie des recueils collectifs de poésies publiés de 1597 à 1700 (Paris, 1901-1905, 4 vol.) n’est pas le moindre. []
  3. Recueils imprimés XVI-XVII- siècles, ouvrage publié sous la direction de François Lesure. München-Duisburg : Henle Verlag, 1960. []
  4. Ici la polysémie tourne à plein : Monographie désigne aussi un des quatre niveaux bibliographiques (m) du catalogage, ou un ouvrage qui décrit une œuvre particulière… []
  5. The Catalogus librorum musicorum of Jan Evertsen Van Doorn (Utrecht 1639), a facsimile edition with an introduction by Henri Vanhulst. – Tuurdijk, HES Publishers, 1996 (Catalogi redivivi, 9). []
  6. Voir le détail dans Laurent Guillo, « Les deux recueils de musique de Zuoz/Washington (1580-1643) : sur deux témoins de la librairie musicale néerlandaise au XVIIe siècle », Tijdschrift van de Koninklijke Vereniging voor Nederlandse Muziekgeschiedenis 46/2, 1996, p. 137-152. []